AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Groupe Kuyrhan - Cours n°5 - Partie 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Inwëlle Aïras
Membre V.I.P.


Nombre de messages : 1121
Date d'inscription : 19/10/2008

Feuille de personnage
Age: 26
Greffe: Vision à 360° et téléscopique 500%
Signe particulier: Cicatrices visibles sur le pied droit, évite de croiser les regards

MessageSujet: Re: Groupe Kuyrhan - Cours n°5 - Partie 1   Jeu 31 Déc 2009, 15:06

    Inwëlle n'obéis pas. Pas instantanément. Elle n'aimait pas les ordres directs; mais elle écouta quand même, avec intention. Et sans surprise, parce que tout ça, il le lui avait déjà dit, lui semblait-il. Elle le savait, mais comme toujours, dans les moments où l'émotion l'emportait, elle oubliait, perdait tous ses points de repères. D'où la rage meutrière, qui, parfois, l'envahissait, comme ce soir-là. Une fois qu'il eu fini seulement, elle leva les yeux, se redressa un peu, de couchée, elle revint à une position assise. Elle avait glissé de sa chaise. D'un geste sur, elle essuya ses joues trempée de larmes, contente que sa respiration soit revenue à un rythme plus calme, et, délibérément, planta ses yeux dans ceux d'Erwan, si loin au dessus. Sans chercher à se masquer, ni rien. Elle s'autorisa aussi un sourire, un sourire franche, un sourire qui voulait dire merci.
    Oui, elle savait que c'était seule qu'elle devait faire ce trajet. Elle y avait déjà réussi, en partie. Avec Helyn, elle s'était rendue compte que les souvenirs étaient moins douloureux, que se remémorer ne la faisait plus pleurer. Au fil du temps, la blessure avait cicatrisée. Sauf qu'elle n'avait pas prévu qu'elle devrait en parler, et que la blessure s'était rouverte. Mais, dorénavant calmée, elle constata avec joie qu'elle arrivait à y penser sans raviver les larmes.

    D'ailleurs, elle avait un peu honte... Elle n'aimait pas pleurer, et encore moins devant quelqu'un, surtout qu'au tout début de la leçon, elle s'était déjà laissée aller. Elle détestait dévoiler ses faiblesses comme ça. Même si là, ce n'était qu'Erwan, et que ses faiblesses, il les connaissait déjà... Mais si ç'avait été quelqu'un d'autre? Heureusement qu'elle n'était pas trop sujette aux larmes. En plus, pleurer, ça brouillait la vue, les sens, ça faisait faire du bruit, ce qui dérangeait l'ouïe: bref, c'était dangereux, ça rendait extrèmement vulnérable, autant sur le plan physique que moral. Raison de plus, donc, pour que la cicatrice béante soit réduite à une fine ligne blanche quasiment indécelable. Elle osait espérer que ce serait possible.

    Et, quoi qu'il puisse dire, indirectement, il y était lié. Ses leçons, l'apprentissage qu'il lui procurait, la sagesse de ses paroles n'étaient pas rien. Elle avait besoin de sa compagnie pour y arriver vraiment, et ç'avait déjà été prouvé. Elle n'était pas sure que, si elle n'avait pas trouvé l'Académie, elle ne se serait pas suicidée par folie à l'heure qu'il était. Ce dont elle était quasiment certaine, c'est qu'elle aurait bien plus de mal à s'en remettre si elle n'avait pas suivi de formation Marchombre.

    Elle se leva, sans se départir de son sourire, résistant à ses muscles qui auraient voulu qu'elle se recouche par terre, et, quittant du coup les yeux bleus de son maître, l'enlaça, le front contre son torse. D'ordinaire, elle n'aimait pas trop le contact, mais avec lui, c'était différent. Elle était assez proche pour se permettre ça, et elle aimait la vie qui se dégageait de lui. Tout contre lui, comme ça, elle avait l'impression de sentir les pulsions félines qui émanaient de sa personne, mais peut-être était-ce un effet de son imagination, dû au fait qu'elle savait. Elle aimait bien ça, passer ses bras maigres et musclés autour du torse tout fin du jeune homme, sentir les muscles sous la peau nue... C'était agréable. Une bouffée de tristesse l'envahie quand elle songea à Lui, aux étreintes qu'ils auraient put avoir, aux baisers qu'ils auraient put échanger... Lui aussi était musclé, bien moins grand que le maître mais musclé. Sans doute n'aurait-il pas rechigné à aller plus loin, et elle se prit à rêver de leurs corps nus, de caresses délicieuses...
    Elle se détacha de son Maître, vite, très vite. Il devait sentir le désir qui montait en elle, et elle ne voulait pas qu'il se méprenne, ni que le jaguar ne fasse des siennes.

    Sans un mot, elle alla s'allonger dans un des lits, retira ses vêtements, gardant juste sa culotte, sans se soucier du fait qu'il la voit ou non. Blottie sous les couettes, elle se retourna vers lui.


    "J'pensais à Lui..."

    Elle sourit.

    "Il te ressemblait pas, mais il était aussi beau, d'une autre manière en fait, j'dirai. Plus... Comment on dit, attends, le mot... Vagabond, voleur, voyou, 'fin dans ce style, t'vois? Mais beau. Et doué. Un cauchemard pour les vendeurs... Il avait même sa p'tite renommée, chez les autres gangs... Il s'battait bien, c'est lui qui m'a un peu appris à me défendre."

    Elle soupira. Ses souvenirs la faisaient sourire, pas pleurer comme avant.

    "C'est vrai qu'ça fait du bien. Dormir aussi."

    Sur ce, elle se retourna, et ferma les yeux, soulagée, libérée, légère, prête à partir au pays des rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3457
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 36 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Groupe Kuyrhan - Cours n°5 - Partie 1   Ven 01 Jan 2010, 15:41

Erwan était pensif. Bien sûr, que d'un côté, il savait ce que la jeune fille ressentait, ou du moins la douleur qui en résultait. Parce qu'il avait ressenti la même chose, avec son homologue jaguar, lorsqu'il ne le contrôlait pas du tout, et que chaque émotion donnait l'occasion à ce dernier de faire surface et de prendre le dessus sur lui. A cette époque, il s'en voulait à lui-même de ne pas réussir à le tenir en lui, il s'en voulait d'avoir tué ce garçon à cause d'un ressentiment, pendant lequel la bête avait jailli et l'avait égorgé. Il s'en voulait, et voyait chaque jour le mal qu'il faisait autour de lui, lorsque le regard des autres s'attardait sur sa silhouette malingre et affaissée. A cette époque, s'il l'avait pu, s'il en avait eu la force, il serait parti. Mais partir revenait à faire ce que tous voulaient, tous, c'est-à-dire les autres Frontaliers, mais surtout le Jaguar, qui n'aimait pas la proximité de toutes ces personnes, de tous ces humains...

Il avait lutté, longtemps. Très longtemps. C'était en partie pour cela qu'il savait que sa mère l'avait pris comme apprenti, finalement, alors qu'elle ne voulait pas devenir Maître. Mais elle l'avait fait pour lui, pour lui permettre de comprendre le tout, pour lui permettre de se rendre compte que cette blessure n'en était pas une au sens propre : pour lui, tout était doublé, car le Jaguar prenait toutes ses blessures pour lui aussi, et il était bien moins à même de se pardonner que l'humain, qui savait se remettre en question lorsqu'il le fallait.

Il lâcha un léger soupir, tandis qu'il sentait qu'Inwëlle se braquait, même si c'était quelque chose d'infime. Oh, bien entendu, l'impératif... C'était évident, et c'était pour cela que depuis le début, il avait des formulations pour faire ce genre de choses. Mais là, cela avait été nécessaire : c'était ainsi qu'elle se rendrait plus compte de ce qu'elle faisait, et pourquoi. Peut-être cela ne marcherait pas dès le début, mais il faudrait bien qu'elle comprît...

Lorsqu'elle plongea son regard dans le sien, Erwan ne put retenir un sourire. Elle n'était pas imprévisible, ce n'était pas le mot, car il pouvait maintenant deviner assez aisément ce qu'elle allait faire... Non, elle était plutôt impulsive, malgré le fait qu'elle se cachât toujours derrière un masque de raison, malgré elle, en réfléchissant que trop. Les paroles de sa mère revinrent en mémoire du Marchombre, qui lâcha un léger soupir, encore. Son apprentie vint l'enlacer, et il posa simplement une main sur sa tête un instant. Contre lui, ainsi, elle en dévoilait bien plus qu'elle ne pouvait l'imaginer... C'était donc le regret, qui la taraudait, le regret de ne s'être jamais laissée faire, de ne s'être jamais laissée trop approcher. Elle voulait qu'il revienne en Gwendalavir, c'était bien normal. Et lorsqu'elle sentit le désir monter en elle, elle préféra le lâcher, pour se rendre dans le lit, presque entièrement nue.

Le Maître Marchombre sourit. La première phrase n'avait pas lieu d'être, elle cherchait encore à se justifier. Ou alors, elle extériorisait enfin ce qu'elle ne voulait pas dire habituellement. Puis, elle parla de lui, et Erwan vint s'asseoir sur le bord du lit, près de l'apprentie. Elle voulait dormir, il le savait, et elle en avait besoin. Néanmoins, il ne put s'empêcher, parce qu'il le fallait, de rajouter, comme s'il faisait partie des rêves de la jeune fille :


- Ma mère, mon Maître, me disait souvent...
"Laisse ton cœur te dire la vérité. Laisse-le te parler. Lui et lui seul sait ce que tu es. Ta raison n’est rien. La vie n’est qu’impulsion… C’est elle qui te pousse en avant. Réfléchis à tout, prend tout en compte et forge toi ta propre personnalité. Elle est unique. Ne te laisse pas berner par ta raison, car elle changera toujours… Toujours. La vérité est au fond de ton cœur. "

Et Il ne t'oubliera pas, jamais. La mort n'est qu'une porte mais seuls quelques uns peuvent la franchir dans les deux sens...


Passant un doigt sur la joue de son apprentie, il se retira de la chambre pour aller dormir à son tour...

**

Le lendemain, il laissa Inwëlle se reposer un peu de sa nuit et de sa soirée, allant chasser avec le Jaguar. Revenu dans l'auberge, il fit sécher la viande qu'il avait ramenée et la conserver pour l'emporter par la suite dans leur voyage. Puis, en milieu de matinée, il alla chercher son apprentie pour qu'ils se missent en route. La laissant tout de même prendre un petit déjeuner dans l'auberge, ils partirent néanmoins le plutôt tôt possible.

Il ne pleuvait plus, mais l'air était lourd et gourd, attestant l'orage de la veille et le rendant plus présent, avec d'autres nuages gris passant dans les airs. Montant sur le dos de sa monture, Erwan invita Inwëlle à faire de même, et ils se dirigèrent vers l'Arche, qui se dressait de toute sa splendeur au dessus des eaux vives et fortes du Pollimage. Al-Jeit se dressait de l'autre côté, dans toute sa magnificence, au milieu des plaines, on ne pouvait voir qu'elle. Laissant son cheval au pas, pour avancer doucement vers la ville, Erwa, jeta un coup d'oeil à son apprentie, non loin de lui.


[Tu peux répondre une dernière fois, après je posterai la suite du cours dans Al-Jeit]

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inwëlle Aïras
Membre V.I.P.


Nombre de messages : 1121
Date d'inscription : 19/10/2008

Feuille de personnage
Age: 26
Greffe: Vision à 360° et téléscopique 500%
Signe particulier: Cicatrices visibles sur le pied droit, évite de croiser les regards

MessageSujet: Re: Groupe Kuyrhan - Cours n°5 - Partie 1   Mar 05 Jan 2010, 22:00

    Inwëlle s'éveilla avec le soleil, puisque c'était sa nature. Elle resta allongée, mettant quelque minutes à se remémorer l'endroit où elle se trouvait, pourquoi, avec qui, et ce qu'il s'était passé la veille. Et puis elle se rappela aussi que, juste avant qu'elle ne s'endorme, Erwan lui avait parlé. Parlé du coeur, mais pas comme d'habitude. Il avait prononcé les mots que sa mère et Maître lui avaient transmis. Alors, le jaguar, tout ça, c'était aussi lié au coeur. Et comme elle avait cru deviner que la maîtrise de la bestiole était complexe, elle pouvait supposer qu'Erwan avait souvent entendu ce genre de discours... Comme elle. Il savait donc plus encore qu'elle ne le pensait de quoi il parlait. Cette leçon que la mère d'Erwan lui avait offerte -car c'était à peu près cela- pénétrait encore plus profondément que les précédentes. Et puis, Erwan lui faisait cadeau de la leçon de sa génitrice, qu'il avait du affectionner particulièrement, étant donné de son statut de Maître... Alors, elle voulait en être digne, ne pas qu'il regrette de lui avoir offert ceci.
    Contente, elle se leva, alla se débarbouiller, puis descendit. Les courbatures qu'elle sentit lui ravivèrent les souvenirs de la veille avec intensité, et, amèrement, elle regretta de ne pas s'être étirée. Mais tant pis, elle ferait avec, la douleur ne rendrait que plus intéressant le travail -et plus ardu, mais elle décida de ne pas trop y penser pour le moment. Elle refusa d'un mouvement de tête l'invitation du gérant à déjeuner, et sortit dans l'air frais du matin. Elle était habituée à cette morsure, et ne frissonna pas. Elle partit doucement, pour ne pas trop malmener ses muscles, avec l'intention de faire son petit échauffement matinal. Elle sentait encore de l'humidité dans l'air, les toitures et les rues n'avaient pas séchées du déluge de la veille, le ciel restait gris. Elle accélérait doucement, presque sans s'en rendre compte, et se retrouva vite à l'extérieur du village. L'herbe trempée humidifait son pantalon, tandis que ses pieds s'enfonçaient dans le sol spongieux. Et, au bout d'un court moment, Inwëlle aperçut l'arche. Très belle, l'arche, de cette matière indéfinissable, étincelante lorsqu'elle était éclairée par le soleil, belle en toutes circonstances. Elle ne s'arrêta pas, ralentit simplement l'allure. Elle n'y était jamais montée, malgré le fait que, du haut des tours d'Al-Jeit, elle l'avait déjà contemplée bon nombre de fois. Mais elle n'était jamais sortie de la ville, n'en avait jamais éprouvé le besoin; sauf une fois, sauf après l'Accident: mais elle n'avait pas emprunté l'Arche, et d'ailleurs, n'en aurait pas profité. Maintenant, elle voulait grimper dessus, marcher jusqu'en haut, et redescendre. Mais il y avait un problème: Erwan. Elle ne l'avait pas croisé, et qu'il se soit éclipsé ne l'aurait pas étonnée, seulement, il allait revenir la chercher parce qu'elle se doutait bien qu'ils n'allaient pas passer une éternité dans ce petit village. Et si ils allaient à Al-Jeit, ils prendraient l'Arche... Elle allait aller l'attendre là-haut, tout au sommet, et puis de toute manière il la retrouverait. Oui mais seulement, il y avait autre chose: Eclipse. Elle devait la récupérer, et Erwan était bien capable de la laisser aux écuries. Alors, elle fit demi-tour et retourna vers les habitations, en courant.

    Après être passée dire bonjour à sa jument, Wëlle était allée manger un bout dans la grande salle, surveillant bien tout autour d'elle pour ne pas risquer de tomber dans un traquenard comme celui de la veille. Mais, jusqu'à ce qu'Erwan ne vienne la chercher, il ne se passa rien.

    ***

    D'en bas, elle s'était dit que le Pollimage était vraiment très, très gros, au delà de ce qu'elle imaginait. D'en haut, elle avait l'impression qu'il était encore plus impressionnant, peut-être parce qu'elle le voyait dans tout son immensité, sans être trompée par une quelconque perpective. Les vagues, les eaux pleines des reflets gris du ciel, léchant les rives... Et là-bas, solitaire, écrasante, Al-Jeit, vue de l'extérieur. Pour la première fois, elle la voyait vraiment d'une manière différente. Elle était belle, très belle, mais ça, elle le savait. Elle le savait depuis toute petite, comme elle connaissait la beauté de l'Arche; elle avait été bercée là-dedans, et même si on lui avait dit que les autres villes n'étaient pas pareilles, elle était comme blasée. Elle ne s'émerveillait pas de la beauté de la capitale, non, mais des souvenirs qui pulsaient en cette ville. C'était sa vie, là-bas; non, plutôt, c'était la première partie de sa vie.

    ***

    Les cheveux au vent, le corps battant, elle sentait la vie de son cheval, poussé en avant par son excitation à elle, elle sentait sa propre vie.

    ***

    Hagarde, elle ne savait plus trop ce qu'elle faisait. Eclipse était au pas, et, au dessus d'elle s'élevaient des tours immenses et des passerelles arachnéennes, comme dans un conte de fée. Il y avait des marchands, il y avait des enfants, des gardes. Il y avait du monde, des gens qui, comme par le passé, regardaient ses cheveux. Sous le poids du regard des autres, elle reprit peu à peu ses esprits, et descendit de sa jument, pour être moins repérable.
    Et là, elle se rendit compte qu'il y avait un problème. Elle se souvint qu'elle n'était pas venue ici seule, et se rendit compte que, mince alors, là, elle était belle et bien sans autre compagnie qu'Eclipse, et qu'il manquait quelqu'un. Erwan. Et merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Groupe Kuyrhan - Cours n°5 - Partie 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Groupe Leenio - Cours n°5
» Groupe Humo - Cours n°3
» 2e cours: éclipses partie 1
» Groupe Bizya - Cours n°2
» [Jour I] Pour faire partie du « petit noyau », du « petit groupe », du « petit clan » des Verdurin ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Dentelles Vives-
Sauter vers: