AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Dim 11 Oct 2009, 20:52

Alors voilà, après avoir lu Zouck, de Pierre Boterro, je me suis demandé ce que vous, vous pensiez de tout ça. Parce que oui, moi, j'ai mon avis qui serait trop long a dire... Je pense ce que la plupart des gens pense. Mais je suppose que tant qu'on a pas vécu se genre de " chemin noir ", mes pensées ne sont que des hypothèses.
Quand a la déprime, pour moi, c'est une maladie qui vous fait oublier que la vie est belle.
Petite question aussi à laquelle vous n'êtes pas obligé de répondre...
Avez vous vécu ce genre de choses, et si oui, donnez vos impression sur ces problèmes, sur ce que vous avez ressentie... Comment les gens ont réagit autour de vous.

( Précision : Zouck est un super livre, mais pour celles et ceux qui sont sensibles au livre et qui pleur beaucoup quand quelque chose est tristes, sortez vos mouchoirs ! ^^ )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Lun 12 Oct 2009, 19:50

Alors je n'ai pas lu ce livre (faudra que je le fasse) mais je crois que je peux faire un petit témoignage. Moi c'est une situation qu'on m'a fait vivre surtout des personnes de ma classe (alors ça remonte à 4 ans mais ça laisse une marque). Je suis plutôt fin de constitution 54 kg pour 1m 89. Donc je vois déjà les personnes derrière le ordinateur se dire impossible. Mais si , et je suis en pleine forme.

Donc je reviens au sujet , j'ai toujours eu un poids très léger , on peut le dire j'étais maigre même si je mangeais comme deux. Et pendant deux ans , on m'a traitée tous les jours , à tous les moments de la,journée , "anorexique " " apprend à manger" " On évite de te serrer la main pour éviter que tu tombes en miettes". Des propos très violents et j'en passe des meilleurs. Je suis un mec qui endure et qui stocke tout ce que je me prend en "pleine face". Cette situation a duré deux ans et je me demande comment j'ai fait pour survivre.

Donc je m'en suis libéré grâce à une psychologue ( et oui j'ai pas de honte à le dire) , j'en ai eu besoin. En effet je suis communément "très intelligent". Bref en plus j'ai eu des insultes d'intello et compagnie. J'avoue que ça été très dure. BOn j'en reparlerai plus tard si quelqu'un le souhaite mais je dois m'absenter donc à compléter ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Lun 12 Oct 2009, 20:18

Euh, la rien a dire... Juste vachement surprise que les gens réagissent comme ça. Mais on est tous différent et pas tous très gentil... Contente que ce soit finis cette "période" pour toi...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Lun 12 Oct 2009, 20:23

et oui les gens peuvent avoir des réactions très violentes. Et en outre un super copain m'a aidé. Il est l'inverse de moi, il est super baraqué et à décider un jour que ça suffisait et il a démolit (dans le sens propre du terme) les personnes qui me torturait (car c'était vraiment de la torture) et depuis je suis enfin heureux dans le sens que personne ne continue les brimades. Donc voilà y'a t-il d'autre personne
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Lun 12 Oct 2009, 21:00

Le terme chemin noir m'avait interpellé... Je me disais bien que ça faisait référence à Zouck qui est en effet un livre génial ! Franchement, lisez-le, ça se lit très facilement, très rapidement et relativement discrètement pour ceux qui s'ennuient en cours x) (non, non, je ne me sens pas concernée moi-même...). Mais oui, âmes plus ou moins sensibles, sortez les mouchoirs.

Sinon, concernant le reste, je ne me sens pas vraiment concernée, bien que j'ai connu une anorexique, fut un temps, mais comme c'était via le net, je n'en savais pas plus que ça. En revanche, un peu à l'image de Tenargir, j'ai une amie qui est vraiment mince et qu'on a tendance à charrier en la traîtant d'anorexique. Enfin, on évite malgré tout quand même, en lui disant juste de faire des régimes, mais c'est simplement pour s'amuser, elle le sait et ne s'en vexe pas. Mais je trouve stupide les gens qui s'en prennent aux autres de cette manière. Je veux dire, on est maigre, on est maigre, point. Il y a rien de ridicule là-dedans...

Pour ce qui est des autres chemins noirs, me concernant personnellement, ça va, aucun problème si ce n'est un excès d'optimisme, mais au collège, j'avais tendance à me tourner vers le faible et l'opprimé (ouais au moins x)). Quand quelqu'un traînait tout seul dans la cours parce qu'il était rejetté, bah j'allais vers lui ou elle. Ainsi en sixième, je m'étais rapprochée d'une fille à qui les autres ne parlaient pas, elle était trop grande et trop rousse pour les autres apparemment... Mais à la fin de l'année, et les deux années suivantes j'étais amie avec une autre fille qui subissait moqueries et compagnie parce qu'elle avait un style vestimentaire qu'on ne jugeait pas adapté (un style normal quoique légèrement vieillot) et un physique pas forcément gracieux à cause d'un problème aux dents qui lui faisait des tâches jaunes. Et ce qui m'a le plus étonné avec cette fille, ça a été le jour où j'ai demandé aux autres "pourquoi vous l'aimez pas ?" et qu'on m'a répondu "bah je sais pas, comme ça". En gros, il suffit que quelques personnes vous rejettent pour que les autres suivent le mouvement...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Lun 12 Oct 2009, 21:10

et oui l'effet de groupe , quelque chose de terrible. Suffit qu'une personne influent fasse quelques chose pour que tous les moutons froussards se la ramènent et fasse de même. Ce que tu fais Eryn est tout à ton honneur et sûrement difficile. Continue comme ça , sache que tu as du soutien même en dehors de ta vie ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Lun 12 Oct 2009, 21:23

^^ J'ai toujours de la peine pour les gens qu'on rejette. Mais je suis plutôt une fille timide qui ne parle qu'au gens que je connais. C'est bien qu'il existe des gens comme toi Eryn.
Quand à moi, mon chemin est des fois illuminé, des fois un peu noir... ^^
Des choses ridicules qui me rendent tristes, et je ne peux rien faire. A par me coucher sur mon lit ou sur mon tapis, pleurer jusqu'à ce que j'aille mieux.
Ba... Mais c'est pas bien grave pour ma part. Parce que dès que je suis en compagnie de mes amies, tout va mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Lun 12 Oct 2009, 21:30

les amis , que feraient t-on sans eux ^^? Mais Lahïs , pleurer n'est ce pas épuisant au bout d'un moment. Il m'est arrivé de pleurer de douleur pour des blessures physiques . Mais pleurer pour des choses qui me passent par la tête ça m'est qu'une fois arrivé. Et je ne comprends pas ... C'est vrai que sa fait du bien une fois mais pourquoi as t-on besoin de le faire autant de fois que tu le dis. Il est vrai que j'ai du mal à comprendre
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Lun 12 Oct 2009, 21:34

Je tiens à préciser de ce dont j'ai parlé, ça concernait le collège, malheureusement, depuis le temps, ma timidité a repris le dessus et donc j'ai plus trop tendance à aller vers les gens.

En tout cas, c'est certain qu'on a tous des hauts et des bas, mais après il faut savoir relativiser et pas se la jouer "vas-y, je suis trop mature, je vais me suicider/me scarifier" ce qui semble être à la mode. Parce que quand on regarde, des fois on a l'impression que certains dépriment juste pour faire bien, être comme les autres. Ca me fait rire ce genre de comportement chez certains (même si c'est sûr qu'il y a vraiment des gens qui ont des problèmes)... ^^' En tout cas, moi quand j'ai pas le moral, j'écris ou je lis, c'est étonnant comme ça aide des fois de coucher quelques mots sur le papier pour alléger les soucis.
Revenir en haut Aller en bas
Inwëlle Aïras
Membre V.I.P.


Nombre de messages : 1121
Date d'inscription : 19/10/2008

Feuille de personnage
Age: 26
Greffe: Vision à 360° et téléscopique 500%
Signe particulier: Cicatrices visibles sur le pied droit, évite de croiser les regards

MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Lun 12 Oct 2009, 21:59

    "Sale intello"...
    Sixième et cinquième, surtout. Un peu dur, surtout quand les profs lisent vos travaux à voix haute devant la classe... Mais bon, je n'en ai jamais fait de dépression ^^

    Ni d'anorexie, ni de boulimie, ni rien du tout. Je pense que j'ai de la chance. Et je pense aussi que de savoir porter un regard objectif sur les choses, ça aide (jsuis en train d'en parler sur msn, d'aileurs x)).

    Et Eryn... Bravo pour ta conduite, au collège. Ces gens m'ont toujours fait énormément de peine, serré le coeur, donné envie de pleurer... C'est assez affreux. Mais oui, je l'avoue, je ne vais pas vers eux. Je suis la masse, un mouton parmis tant d'autres, prisonnière de la société... Pas assez de volonté ni de force d'esprit pour aller trop ouvertement à contre-courant. Voilà. Et je l'avoue...

    Bon bah c'est tout. Un peu posté pour pas grand chose, m'enfin bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eindel Redohil
Membre V.I.P.


Nombre de messages : 1010
Date d'inscription : 17/06/2009

Feuille de personnage
Age:
Greffe: Non
Signe particulier:

MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Mar 13 Oct 2009, 17:34

Pour moi, j'ai de la chance, car je n'ai connu aucunes des choses là.

En fait, je suis quelqu'un de presque positif, mais je dirais plutôt d'insouciant. Je "relativise". Quant il y avait quelque chose à faire signer que je n'ai pas fait, je me dit " on y peut rien, c'est comme ça. Alors pourquoi se torturer l'esprit avec quelque chose qui va forcément arriver ? " ( a part, bien sur, si on tente de signer soi-même, mais moi je le fais pas )

Donc, les périodes noires, je n'en ai pas connu. Pour moi, les déprimes, tout ça c'est principalement à cause des autres. Pour les adolescents surtout, lorsqu'ils entrent au collège et que les choses changent. Certaines personnes s'affirment en chef, leader, d'autres suivent le mouvement, et d'autres sont les souffres douleurs, exactement comme dans une meute de loups. Et là, il y a beaucoup de critères qui interviennent. La qualité vestimentaire, le physique... Si vous êtes différent en un quelconque point, vous êtes "exclu". Et moi, ayant lu beaucoup de livres concernant la psychologie ou autres, je m'amuse a observer tout ça, de voir les comportements de chacun, la place de chacun, la hiérarchie... Bref, je m'écarte sujet.

Donc, je disais, il arrive bien souvent que ces personnes "exclues" perdent le goût de la vie. Elle n'aspirent qu'a être comme les autres, tout ça... Alors, Eryn, bah des gens comme toi il y en faudrait plus dans le monde. De plus que ces personnes là sont généralement de très bonnes personnes, d'une grande richesse. Donc moi, j'aurais bien pu sombrer dans le désespoir parce que les autres se foutaient de moi parce que je porte des chaussures à 10 euros ( Comment font les gars "à la mode" pour acheter des paires de chaussure à 100 voir 200 euros ? C'est tout simplement stupide. ), mais moi je ne suis pas du genre à me laisser faire, donc je me fous complètement de ce qu'ils disent. Je suis un peu immunisé contre la déprime infligée par les autres. Et selon moi, si tout le monde faisait comme moi, le monde serait bien meilleur ^^

Après, j'aurais très bien pu allez voir ces "souffre-douleur", mais je suis bien trop timide x) Moi, ma position dans tout ça, c'est que je suis les personnes populaires, mais contrairement a beaucoup qui ne font cela juste pour ne pas être "paumé", moi je fais ça parce que j'adore observer tout ça, et acquérir de l'expérience sur les humains. Je regarde le jeu de chacun, l'effet de groupe. Et bien souvent je vois des choses vraiment inacceptables. Mais bon, l'homme est ce qu'il est.

Wëlle : les "sales intellos", faut leur répondre "merci", en général ça les calmes ^^ C'est juste de la jalousie, dans le fond.

Désolé pour le long discours complètement hors-sujet ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rilend Ansakh
Admin
avatar

Nombre de messages : 722
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Mar 13 Oct 2009, 18:57

J'ai vécu sensiblement la même chose que Tenargir -c'est comme ça que ça s'écrit? Il faut que je change de lunettes- mais pendant quatre ans.

Pour ma part, en 5e, 6e et peut-être 4e j'étais plutôt boulotte et j'ai souvent eu droit à des réflexions désobligeantes contenant les mots "sale boulimique" ou autres amabilités. Plus que le fait que ça soit assez désagréable, j'ai trouvé assez...dérangeant qu'on considère ces maladies -parce que, je pense que vous serez d'accord avec moi, il s'agit d'une forme de maladie- comme quelque chose d'honteux, digne d'être une insulte...ça fait partie des choses que j'ai jamais pu comprendre. Ça et le fait de juger sur le physique.

"Intello", "la surdouée", "fayotte", j'en passe et des meilleures, j'en ai bouffé des comme ça en prime...Tout ça parce que j'ai la chance d'avoir une intelligence supérieure à la moyenne...de réussir à obtenir des 19 sans travailler. Et qu'en plus je suis du genre super gentille, à toujours encaisser, et à éviter la confrontation. A prendre en pleine figure et à encaisser sans jamais un mot. Juste à fuir si possible. Et timide en prime. Donc, j'ai vraiment LA panoplie de la tête de turc...eh ouais. De la 6ème à la 3ème, pas une seconde de répit. Visiblement, le fait que je sois une élève polie, que je respecte les profs, que je sois attentive en cours par pure correction envers le professeur et que je participe lorsque le contenu m'intéressait ou que la matière me plaisait, ceci allié au fait que j'enchaîne les bonnes notes et que je ne dise pas comme certains avec l'air de s'excuser d'être doué "vous savez, je travaille beaucoup pour ça." m'a valu bien des ennuis. D'autant plus que j'étais dans une classe dont le niveau était certes supérieur à la normale -globalement- mais dont les élèves étaient arrogants et élevés dans le genre "enfant parfait, petit prince, huitième merveille du monde", et tous issus d'un milieu relativement plus qu'aisé. Alors moi, avec mes 3 frères et soeurs, le fait que je n'ai pas d'ordi dans ma chambre et pas accès à Internet dans ma chambre non plus -ce qui en soi me paraît tout à fait normal, mais qui leur semblait une aberration- et mon éducation plus...disons, classique, avec des interdits et des règles fermes, et ce qu'on appelle un "surdon" intellectuel -je préfère don, surdon ça commence à faire trop- je faisais figure d'alien. Il faut croire que la différence leur déplaisait, car je n'ai pratiquement pas eu une seconde tranquille toutes ces années là. Je finissais par m'isoler avec un livre ou un croquis, pour ne plus entendre les remarques insidieuses, les quolibets, les rires sous cape. Plus que les gens qui disent en face ce qu'ils pensent, le pire, je pense, ce sont ceux qui agissent dans le dos...les rumeurs, l'hypocrisie, les vengeances mesquines et méchantes, dans le genre affaires abîmées, dessins déchirés ou griffonnés, en un mot, détruits. La seule fois où j'ai vraiment vu rouge c'est quand ils ont déchiré un livre que j'aimais beaucoup...abîmer un livre, c'est vraiment une chose que je ne supporte pas et l'auteur de cette destruction s'est pris une claque. La seule que j'aie jamais donné au collège, d'ailleurs. J'ai horreur de la violence.
Bref, pendant quatre ans j'ai encaissé, relativisé, pris de la distance. J'ai beaucoup écrit, dessiné, je me suis créé ma bulle d'imaginaire pour m'y réfugier, je me suis résignée à rester seule et j'ai même pris goût à la solitude, jusqu'à trouver une amie en troisième, un peu dans la même situation que moi. Et j'ai remarqué avec intérêt l'effet de groupe sur les gens, qui deviennent des moutons. Comme dit Ellana, ces gens ne sont pas fous. Il sont foule. La différence tient en ce qu'on peut toujours faire entendre raison à un fou.

Pour ma part, je n'ai pas eu besoin de l'aide d'un psychologue. Je suis très indépendante alors je me suis débrouillée toute seule, sans mes parents, sans personne. J'ai pris sur moi et j'ai continué à lever la main en cours en gardant à l'esprit que si je me laissais troubler par tout ça les autres n'en seraient que revigorés. Quand la souris ne bouge plus, le chat se fatigue, oui, mais ce chat là a quand même mis quatre ans. Bref, au lycée les choses se sont arrangées, tout le monde a un peu gagné en maturité, les groupes ont été scindés et surtout la classe n'est plus la même, alors j'ai la paix. Juste quelques remarques de temps en temps, mais je passe facilement outre. Certes, je reste timide, solitaire, certes je ne me mêle pas à leurs discussions débiles sur la mode parce que je n'en comprend pas l'intérêt, à leurs rigolades sur tout ce qui est sexuel -pour ça, personne n'a grandi hein. Incapables d'envisager quoi que ce soit sans rigoler. Et c'est ceux qui rigolent le plus qui sont les plus mal à l'aise, d'ailleurs- je préfère parler sérieusement sur un sujet intéressant, avec quelques délires certes, mais sans plus, plutôt que me joindre à ces poules glousseuses, certes populaires mais tellement...pitoyables?

Tout ça pour dire que, d'abord, faut pas désespérer, ça s'améliore avec le temps et l'âge. Que juger sur l'apparence ou sur ce qu'on voit, que se fier à sa jalousie pour juger quelqu'un est la prie des choses à faire. Et que se moquer, torturer quelqu'un car oui, il me semble qu'on l'a déjà dit dans ce sujet mais c'est presque une forme de torture, simplement animé par la jalousie et la gêne face à la différence, c'est à peine digne d'un crétin fini. Et que mettre quelqu'un à l'écart pour ça, c'est proprement débile.

Citation :
Tenargir: Cette situation a duré deux ans et je me demande comment j'ai fait pour survivre.

Moi aussi je me demande, tu sais. Et je me demande encore plus, quand je lis ça, comment j'ai fait pour me débrouiller toute seule, sans même en parler à mes parents...

Donc, suivez les leaders, moi je ne dis rien sur ça parce que c'est vrai que c'est une réaction typiquement humaine et que c'est pas facile de se détacher tout le temps, c'est pour le coup qu'on s'attire des ennuis de la part de ces types, mais ne jouez pas les moutons quand c'est une autre personne qui est leur cible. parce que pour elle, ça peut vite devenir l'enfer, et ça peut le rester bien longtemps.
Ayez au moins le courage de rester neutre.

Voilà, je crois que j'ai tout dit.

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eindel Redohil
Membre V.I.P.


Nombre de messages : 1010
Date d'inscription : 17/06/2009

Feuille de personnage
Age:
Greffe: Non
Signe particulier:

MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Mar 13 Oct 2009, 19:24

C'était très intéressant, Rilend. Je crois que tu as mieux dit que moi ce que tu pensais des "moutons". En tous cas, ça a l'air d'avoir été difficile pour toi, et je me réjoui que tu aies pu t'en tirer seule. L'humain est franchement cruel de nature, les hommes surtout, et des fois même je me demande si je ne suis pas comme eux. Je veux dire, je me fous de la popularité et des moqueries sur mes origines néerlandaises, mais en fait je me demande si je ne suis pas moi-même un "mouton". Car j'ai beau savoir comment l'effet de groupe fonctionne, j'ai beau me dire que je ne suis pas aussi stupide qu'eux, j'ai toujours cette pulsion qui me pousse à suivre les autres, à ne pas les contrarier, à me moquer de ceux dont-ils se moquent. Heureusement que je peux contrôler ces instincts là.

Exemple de la stupidité hors-norme de certain : aujourd'hui il y avait une fille que tout le monde traite déjà de "paumé", qui se baladait avec une grande veste inhabituelle. Bien entendu, les remarques ont fusé, et moi je regardais cela avec dégoût, mais quand le grand leader est allé vers elle et lui a dis quelque chose que je vous ferais pas parvenir, je me suis mis bien devant lui et je lui ai dit que elle mettait les vêtements qu'elle voulait et que ça ne changeait rien en la personne qu'elle était, je me suis en plein dans la gueule " T'es amoureuse de la paumé ! "Stupide, non ? D'autant que comme c'était le grand leader qui s'exprimait, je me suis pris tout le monde sur le dos tout l'après-midi. Et aujourd'hui, j'ai vraiment compris que effectivement, on pouvait raisonner un fou, mais pas une foule.

Pour moi, j'ai plutôt de la chance, car les personnes de ma classe ne sont pas aussi cruelle. Je réussi à me faire respecter car ils savent que si on m'emmerdes avec des propos intolérables, je n'hésiterais pas à aller voir la CPE. Donc il me foutent la paix.

Donc moi je suis "neutre" comme tu dis, parce que je ne cherche pas les ennuis, mais je suis un neutre avec un profond dégoût de toutes ces personnes populaires, et de la sympathie pour les autres. Ça a du être vraiment dur pour toi vu les gars qu'il y avait dans ta classe, j'espère que ça va mieux maintenant que tu es en première ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Mar 13 Oct 2009, 19:27

et ben , en tout cas très similaire à ton histoire à croire que les surdouées sont toujours martyrisées T_T
Enfin bon ; j'admire ton courage à résister autant . Tu vois au bout de deux ans j'ai craqué . Etre pseudo différend , c'est très dur , et sans les livres et l'écriture je sais pas ce que je serai devenu. En tout cas , je suis heureux de constater que je ne suis pas un cas isolé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Mar 13 Oct 2009, 19:34

Personnellement (et comme la plupart des membres de ce forum d'après ce que j'ai pu voir ^^') j'ai de bonnes notes sans avoir besoin de bosser. Donc j'ai eu droit aux habituels "espèce d'intello" et autres joyeusetés, mais je prenais ça avec un flegme impressionnant, quand on m'insulte je ne ressens strictement rien, sauf (et c'est quand même un gros "sauf") si c'est quelqu'un que je considère comme mon ami, que je respecte et pour qui j'ai de l'estime. J'ai d'ailleurs eu en cinquième l'impression d'être trahi, abandonné lorsque mon meilleur (et mon seul) ami (jusqu'en troisième, je n'avais qu'un ami parce que je ne suis pas super super sociable, que je suis timide et que je ne voyais pas l'intérêt de me lier avec d'autres personnes) m'a dit dans le car du sport : -Pfff, tu crois vraiment que j'ai envie d'être ton ami ?
Et alors la, j'ai fondu en larmes parce que, (et je pense que c'est parce que je dois être vraiment TRES égoïste d'un certain point de vue) lorsque ça concerne quelque chose qui remet en cause mon petit monde douillet, je fais preuve d'une extrême sensibilité.
Par la suite, il s'est avéré qu'il avait des circonstances atténuantes, cette année sa mère avait perdu sa mère (bizarre comme formulation ^^") et elle le mettait 24 heures sur 24 sur les nerfs.
De plus, jusqu'en quatrième, j'étais gras ^^' (faute d'autre mot plus approprié) je ne mangeais pas énormément et pourtant je ne faisais que stocker. J'ai donc du subir les "boule de graisse ! " et autres de la part de mes condisciples de primaire. Maintenant ça vas mieux, je fais du karaté, je n'ai presque plus de graisse (remplacée par du muscle Twisted Evil ). Mais je fais preuve de sensibilité ou du contraire un peu aléatoirement.
Pour raconter une histoire horrible : En primaire, une petite de CE2 (j'étais alors en CM1) c'est faite renversée par une voiture en allant chercher du pain pour sa mère (qui était la directrice de la maternelle contingente à l'école) le chauffeur c'est enfui, et elle est morte des suites de l'accident. Et, quand toute l'école fondait en pleurs, moi je restais stoïque, je ne pensais à rien, ça ne me faisait strictement aucun effet. Ce jour la, l'école a été annulée pour l'après midi, et je me suis caché pour ne pas montrer que je ne pleurais pas, pour ne pas montrer que je n'avais pas de coeur (ce qui n'est pas strictement faux ---> des fois je me dégoute moi même).

Maintenant, j'ai une bande de copains (même si je considère les membres de ce forum comme de véritables amis), je suis heureux et je continu d'avoir de bonnes notes.

P.S. : J''éprouve de la peine et de la honte à chaque fois que je croise un sans-abris dans la rue, j'essaye de passer le plus vite possible parce que ça me torture de les voir comme ça, alors que moi j'ai tout ce qu'il faut pour vivre

Voila, j'espère que vous ne me détesterez pas après ce post....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Mar 13 Oct 2009, 20:04

mais nan pas du tout. Chacun a son caractère , chacun a ses sentiments. Si tu veux savoir , moi aussi à des moments je peux me dégouter quand je me dis "si jamais je suis armé d'un pistolet face à un cambrioleur ou à un preneur de prises d'otages au lycée " (on sait jamais XD) " que ferai-je" et ben une seule réponse m'arrive , je tire , sans aucune émotion et ça je peux te jurer que ça peut dégouter. Tu te dis tu es sans coeur et n'accorde aucun importance à la vie humaine. mais je dérive

Revenons au sujet principal, les insultes , c'est vrai que ces dures , mais pour moi ça s'accompagnait aussi de coups... Voilà pourquoi j'ai pas tenu plus de deux ans. Disons que se faire pousser dans les escaliers et s'étaler un étage plus bas , ça fait mal et c'est très dur pour le moral car la seule chose que tu te dis c'est "suis-je détester à ce point, qu'on me veuille du mal quite à me tuer". Je peux te jurer qu'après ça , tu changes. expérience garantie . Heureusement c'est fini maintenant
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Jeu 15 Oct 2009, 22:05

Alors, vu que je n'ai pas vraiment tout raconté, je vais faire comme vous.
Avant, j'habitais une sorte de petite ville ou tout le monde se connais, avec aucun conflit, juste des ami(e)s, des gens gentils, des gens qui vous accueil, vous ouvrent les bras, puis vous laisse partir.
Parce que oui, c'est ce que j'ai du faire parce que m'est parents se sont séparés, ils ne pouvaient pas garder la maison. J'ai passer je ne sais combien de temps à déménager, tout le temps. Ça vient de se stabiliser d'ailleurs, je viens d'emménager pour la dernière fois du moins je crois.
Donc arrivé en CM2 dans une nouvelle école. Je me suis ramené avec un short pourtant pas moche... Les gens me regardaient bizarrement. Puis, une copine m'a expliquer qu'ils avaient fait pareille avec elle quand elle était venue, qu'il fallait pas mettre de short. Je l'ai écouté. J'ai compris.
J'ai commencé à imiter la façon de s'habiller des autres. Puis j'ai réussi à me fondre dans la masse. Et oui, je suis comme ça. Moi aussi timide, j'évite les problèmes.
Puis il y a eu toute sorte de trucs chez moi surtout qui on fait que j'ai commencé à me sentir pas très bien. J'avais l'impression que tout le monde était stressé à la maison, tout le monde criait.
Dispute avec papa, dispute avec maman....... La routine quoi ! ^^
Je m'adapte, je me fond dans la masse. Au début, je crois ne pas y arriver, je deviens triste. Je pleur...
[ Tenargir : Oui, je pleur, tout le monde est différent. On ne pleur pas pour les même raison voilà tout. Je pense juste que ça soulage. Alors je passe mon temps à faire que ça. Puis se retenir, ça fait mal dans la gorge et dans le ventre. Je préfère me lacher... ^^ ]

Puis je m'en sors. Avec difficulté mais je m'en sors. Je bataille, juste pour garder le gout de vivre, pour continuer à aimer, à sourire, à rire... En réalité, j'ai très bien réussis à m'adapter contrairement à ce qu'aurais fait certaines personne à ma place. Mais vous n'êtes pas à a place donc reprenons...
Je m'accrochait à 3 choses pour continuer.
L'écriture,
La lecture,
L'école...
Puis les gens on commencé à me traité d'intello. Mais ils m'aiment bien la plupart du temps les gens. C'est juste pour rigoler. Je les laisse me traiter, lire mes notes, puis me dire : " non mais toi, un jour, je vais te frapper ! " en rigolant. Je les regarde, je les croit pas, je m'en fiche.

Puis quoi à la fin ! La vie et belle, profitons en !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Rilend Ansakh
Admin
avatar

Nombre de messages : 722
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Ven 16 Oct 2009, 17:57

Tenargir Vil Yan a écrit:
Revenons au sujet principal, les insultes , c'est vrai que ces dures , mais pour moi ça s'accompagnait aussi de coups...

Moi aussi, j'y ai eu droit. Ça fait mal dans tous les sens du terme. Ça et les affaires que les autres bousillent pour le plaisir d'embêter le monde... C'est blessant non seulement physiquement mais aussi moralement...et ça, plus les remarques, plus tout le reste...eh bien ça mine. Vraiment. Quand c'est incessant comme ça, c'est vraiment le pire, parce qu'on finit par se dire que ça s'arrêtera jamais...et subir ça sans voir d'amélioration, c'est vraiment difficile.
Moi aussi j'ai tenu grâce aux livres, aux romans de fantastique, aux romans où on peut s'évader, à l'écriture et au dessin. Parce que là, ils avaient beau se moquer, c'est moi le chef dans ce "monde" là^^ Et ils n'y pouvaient rien. On peut saper le moral, mettre quelqu'un à l'écart et le pousser à s'isoler, frapper de façon physique ou par des remarques insidieuses et incessantes...mais ils ne peuvent rien contre ce qui naît du bout d'un crayon, parce que c'est personnel, que c'est notre imaginaire. Bref, sans les arts -j'emploie ça de façon générale car j'écris, je peins, mais je photographie aussi^^- j'aurais sûrement craqué.
Et ça fait deux fois que je dis ça.
Bon, après personne ne réagit de la même manière. Certains font profil bas, se laissent faire et finissent, à force de s'effacer, par être transparents: on leur fiche la paix. D'autres poussent une vraie gueulante ou vont chercher de l'aide près des adultes et on n'ose plus s'attaquer à eux. D'autres s'obstinent comme moi, font front, encaissent et serrent les dents sans jamais broncher. Râlent le soir, couchent leurs sentiments sur un papier, et supportent le jour. J'aurais pu chercher de l'aide, mais je suis bien trop fière pour ça...j'ai un sale caractère =D

La vie est belle, profitons-en...tout à fait d'accord. Maintenant que tout ça est fini, j'en ai bien l'intention!

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Ven 16 Oct 2009, 20:57

A mon tour de dire ce que j'ai vécu^^

Pour ma part, je suis plutôt turbulent, du genre joyeux trublion^^ Donc je me fais des amis rapidement, mais jusqu'à la -ème, ça a été difficile.

Du fait que je suis roux, beaucoup de mes camarades ne voulaient pas devenir amis avec moi, et me balançaient même des insultes à la figure (mais je les pardonne, quand on est en CM2, on sait pas ce qu'on dit). Du coup, le seul ami que j'ai eu était comme moi, roux. Mais lui n'avait pas été gâté par la vie. Il est roux, a d'énorme problème de dentition, pas mal de boutons, et donc ce n'est pas un prix nobel de beauté (loin de là). Mais je l'adore, c'est mon meilleur ami et on s'entend super bien. Mais revenons au sujet de conversation. Jusqu'au CM2, je me suis laissé faire, j'avais même pas mal d'amis, mais pas des super potes quoi... Quand je suis rentré en 6ème, je me suis pris des insultes à la figure pendant un mois, puis, j'ai commencé à me faire accepter dans un groupe, je me suis fait des amis... Je me suis fondu dans la masse quoi. Mais les potes que j'avais étaient toujours pas des potes avec qui on peut tout partager (comme le roux dont je vous parlait tout à l'heure). Dans le groupe dans lequel je m'étais fait plus ou moins "accepter", c'était la loi du plus fort. Et le plus fort, c'est certainement pas moi (pas de muscle chez moi, juste des os et de la peau^^). Donc, je continuais à me faire traiter de roux, d'intello (oui, moi aussi j'ai de bonnes notes^^) et d'autres insultes en tout genre. Puis, je suis rentré en 'ème, et là j'ai découvert ce que c'était avoir des amis. Des vrais. Je rigolais avec eux, ils m'invitaient à leurs fêtes (oui, parce que les autres ils faisaient des fêtes, mais ils m'invitaient pas... Je faisais un peu le bouche-trou quoi), on se faisaient des gros délires en cours... Vraiment de super potes... et comme les super-potes, ils étaient pas mal costaud, eux, on me cherchait pas de noises^^.Dans tous le collège, il y avait un groupe de "boss", et ça faisait un peu hiérarchie. Le groupe des "boss", puis les un peu moins fort, puis encore un peu moins... Et nous on était à l'écart, on disait bonjour à tout le monde, les "boss" nous faisaient pas chier... on vivait un peu dans notre monde quoi^^ Un monde plus cool que le leur... Maintenant, j'ai plus peur de rien, je m'habille comme un excentrique, je fais n'importe quoi dans la cour (du genre je mets mes écouteurs sur mes oreilles, au milieu de la cour, et je chante à fond avec mes potes^^). Et je me fond plus du tout dans la masse, je fais le plus de chose possible pour me démarquer^^ Et de ce fait, je me fait pleins d'amis (vous l'aurez remarqué, je suis pas - ou plutôt plus - du genre timide).

Voili-voilou, je sais que j'ai un peu raconté ma vie, je suis désolé, j'en fais pas exprès^^ Dès que je me lance sur un sujet, ça se barre en free-style... et à la fin ça donne un mélange d'anecdotes et de sentiments^^

En tout cas, respect à ceux qui ont endurés les railleries des autres (moi c'était rien comparé à vous), et respect à ceux qui les défendes (vraiment, bravo).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Ven 16 Oct 2009, 21:22

Ben moi je comprend pas... Je trouve la plupart des roux... Mignon. Embarassed ^^. Non... Vraiment, je comprend pas. C'est du racisme et j'ai jamais compris ça. Les gens qui disent des trucs comme ça, qui prote des propos, j'ai de la pitié pour les autres, j'en veux aux " méchant " et j'ai envie de pleurer. Ba oui, chui comme ça ! ^^ Contrairement à toi, slifin, vraiment, moi, ce n'était rien. Juste une petite déprime de temps en temps, rien de plus grave. Ben moi je dis :
" Bravo à ceux qui se sont pas laissé faire et qui ont résisté, bonne chance à ceux qui sont pas encore sorti de cette période, j'aimerais être avec vous ( je suis bizarre... ^^ ) pour vous aider. Même si je vous connait pas. Je ne pensais vraiment pas qu'il y aurait autant de gens qui aurait des problème, je ne m'y attendait pas, j'en reste cloué."
Revenir en haut Aller en bas
Rilend Ansakh
Admin
avatar

Nombre de messages : 722
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Sam 17 Oct 2009, 12:00

C'est surprenant, hein? Sûrement parce que la plupart ne laissent pas paraître grand-chose...ou qu'on ne fait pas attention à eux. Et on s'en rend pas compte.
On pense que c'est un cas rare mais je suis sûre qu'on pourrait trouver au moins une personne dans ce cas dans chaque collège, moins dans les lycées parce que ce stade là passe un peu après...on mûrit et on se responsabilise plus au lycée. Pour certains du moins.
Bref, oui il y en a plus qu'on ne le pense...regarde autour de toi, je suis sûre que tu pourras trouver au moins une personne comme ça.

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Sam 17 Oct 2009, 12:22

Oui, maintenant que tu le dis, il est bien arrivé quelque chose à ma mère lorsqu'elle était petite mais la ça va déraper, je vais pas raconter sa vie. C'est juste qu'elle était très blonde et qui a un mec en physique qui était le contraire d'elle et sans qu'elle sache pourquoi, il s'en ai pris à elle. C'es complètement débile.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Sam 17 Oct 2009, 16:33

Ce que j'ai vécu, c'était rien hein^^ J'ai juste supporté des petites railleries sur mes cheveux pendant deux ans, et après j'ai trouvé mon super groupe d'ami (mais je sais pas ce que je serai devenu si je les avais pas rencontrés^^')

Oui, c'est vrai, il y a pas mal de gens à qui on s'en prend au collège, parce que tel ou tel chose ne nous plait pas chez lui ou elle... Mais je pense que c'est plus des complexes de supériorité, juste pour montrer aux autres "regarder comment je le traite lui, je suis plus fort que ce petit rouquin" ou des trucs comme ça...

Lahis: Le mec qui a agressé ta mère est (ou plutôt était, parce qu'il a pu changer) complètement débile... Comment ça s'est terminé pour elle?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Dim 18 Oct 2009, 15:33

oui, c'est terminé elle n'es plus blonde mais chatin clair, ça arrange tout. Je vais juste ajouter qu'elle s'est fait agrésser dans les toilettes donc il faisait sombre et c'était grand donc tout le monde avait un peu peur d'y aller en gros, mon oncle est allé cherché une surveillante qui a eu trop peur et qui n'est pas intervenue... C'est choquant !!!!!!!! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "   Dim 18 Oct 2009, 16:44

Mouarf. C'est souvent la même histoire, avec les littéraires ... Tête et martyr de la classe, hm ? Je ne suis pas une exception, j'ai vécu ça aussi. La différence, c'est que je sais que si je croisais la moi d'il y a quatre ans, je l'éclaterais contre un mur, j'crois. M'enfin, maintenant que j'suis au lycée, je ne retournerais pas au collège, même pour un million. Les mentalités sont trop pourries, mon lycée est trop bien, et là où, au collège, j'ai mis trois ans à m'adapter, ici, en un mois je suis intégrée. Le fait que je sois aujourd'hui aussi exubérante que la moi d'avant était timide doit aider un peu, m'enfin, j'suis pas mécontente.
Toujours est-il que, concernant les périodes 'noires', je citerai ma sixième, catastrophique au niveau sociale ( ma réputation d'intello m'a quand même suivie pendant quatre ans, si c'est pas désolant ), et la fin septembre de cette année. Parce que je me suis payée le luxe de me taper une déprime à cause de l'internat, m'enfin, c'est passé maintenant, j'suis happy et dans une semaine c'est les vacances ~
Juste un petit message à l'égard des troisième de cette année : Si vous avez votre bande de potes et votre territoire, profitez-en, l'année passe vite, n'ayez pas peur du brevet, c'est les doigts dans le nez ( révisez quand même pour les brevets blancs, ça aide ), et dites-vous que si vous choisissez bien votre lycée, vous ne le regretterez pas, même au prix de l'abandon de deux-trois amis.

Sur ce, la vie est belle, écoutez Radiohead et faites l'amour pas la guerre clown
Revenir en haut Aller en bas
 
Anorexie, Boulimie, Déprime et autre " chemin noir "
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» AU Creux du chemin noir
» HOWARD CHEZ "FLEUVE NOIR" ET "NEO"
» Du "Code Noir" au "Code Rural"
» Eredin , le "Cavalier Noir"
» création d'arme spéciale - Le "Dragon Noir"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: Hors RPG :: Pourquoi pas... s'amuser ? :: Archives-
Sauter vers: