AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Groupe Fubiz - Cours n°2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Groupe Fubiz - Cours n°2   Dim 31 Jan 2010, 15:58

Une fois les deux serrures crochetées, la marchombre poussa la porte d'un geste, et se retrouva hors de la ville. Se retournant, elle referma les serrures avec une dextérité qui fit sourire Irya. Cependant, elle ne s'attarda pas longtemps sur ce fait, et s'interroga sur la facilité de quitter la ville, et, par conséquent, d'y pénétrer. Bien qu'elle eut mis du temps à forcer cette serrure, elle avait bien vu qu'Eindel avait été beaucoup plus rapide. Cela voulait donc dire qu'en temps de guerre, n'importe quel ennemi pouvait forcer cette serrure et se couler dans la ville pour accomplir ses méfaits ? Elle chassa ces pensées de son esprit. Sans doute que tout ceci devait être renforcé dans de tels cas. Sur le signe de main de son maître, Irya s'élança. Elle se mit à courir, encore et encore, malgré la fatigue qui étirait ses muscles. Heureusement, le rythme n'était pas aussi soutenu qu'il aurait pu l'être ; mais ce n'était pas non plus une ballade et la jeune fille sentit le moment où ses muscles allaient finir par crier grâce pour de bon, cette fois. S'obligeant à maintenir l'allure, elle fut soulagée quand le petit groupe finit par s'arrêter dans un bosquet, à distance maintenant raisonnable des remparts, protégés par les arbres. Leur maître se coula derrière un buisson.

Quand elle revint devant ses apprentis, Bella tenait trois bâtons dans ses mains. En tendant deux à ses apprentis avec son éternel sourire, elle commença à effectuer des mouvements avec le sien. Mouvements lents, simples et faciles. Qui devinrent compliqués et rapides. Durant une bonne demi-heure, Irya observa la vieille marchombre tournoyer avec son bâton, comme si l'osmose entre les deux était là, palpable. Lorsqu'elle s'arrêta, ce fut aux deux jeunes gens de faire la même chose à leur tour. Irya s'écarta de quelques mètres, de manière à être libre de ses mouvements. Là, elle tint un bon moment le bâton dans sa main droite avant d'effectuer quelques mouvements de bases avec. Malgré son désir de bien faire, elle n'arrivait pas à se sentir proche du bout de bois, comme s'il faisait partie intégrante de son corps. Son esprit refusait de s'accorder à un bâton. Qui plus est, l'idée qu'un simple bout de bois lui soit utile dans un combat de la même manière qu'un poignard lui semblait absurde. Un poignard est tranchant, dangereux, utile. Mais un bâton... N'importe qui pourrait alors le battre sans aucun problème si elle ne possédait que cela. Obstinée par son idée, elle ferma les yeux.

Peut-être que le fait de ne pas considérer le bâton comme un bâton l'aiderait. Les paupière closes, elle se força à oublier que c'était un bout de bois qu'elle tenait dans la main ; s'imaginant plutôt un long et fin poignard. Le souffle apaisé, elle effectua les mêmes mouvements qu'auparavant, s'accordant avec le vent, pour ensuite batailler contre un adversaire invisible. Si ce qu'elle tenait devant être un poignard, autant renforcer cette idée par l'utilisation que l'on en fait habituellement. Son corps tournoyait, son poigner decrivait des courbes, tandis qu'elle faisait enfin corps avec l'objet qui était maintenant considéré comme le prolongement de son bras. Continuant ses mouvements quelques instants encore, elle finit par s'arrêter et se força à ouvrir les yeux ; ces derniers se posèrent sur le bâton. Si son esprit était accoutumé au fait que ce qui se tenait dans sa main faisait partie d'elle, cela lui fit quand même l'effet inverse. Aussitôt, ses pensées revinrent au point de départ. Dépitée, elle recommença tout cet exercice une fois encore, mais n'obtint de nouveau qu'un refus de son esprit d'accepter le bâton. Si son corps le voulait, lui, sa tête pensait autrement. Malgré les tentatives, rien n'y fit, et Irya se promit de renouveler tout ceci très bientôt, pour ne pas rester sur un échec total.

Après que les deux apprentis eussent finis tout deux leur exercice, Bella leur indiqua les buissons d'un mouvement du menton, puis y disparut. Irya la suivit, et se retrouva alors à l'endroit même où ils avaient laissé les chevaux. La marchombre caressa chacune des trois montures pour ne pas faire de jaloux et se tourna vers les apprentis, avant de leur annoncer :


- Bien. Nous allons donc retourner à l'Académie.

Sur ce, elle détacha son cheval avant de l'enfourcher. Irya fit de même, et Bella lança alors sa monture au pas. La jeune fille s'en étonna, elle qui imaginé qu'ils commenceraient par un trot bien tonique, histoire de rendre les muscles des deux apprentis définitivement hors de course. Mais elle se garda bien d'en faire la remarque, trop fatiguée pour supporter une nouvelle chevauchée houleuse dont elle serait la cause. Tournant plutôt son regard vers le ciel, elle discerna le myriade de couleurs, s'entendant maintenant dans le ciel qui commençait à s'obscurcir, lui conférant une beauté suplémentaire. La journée était passée vite pour Irya, mais ses jambes, elles, se souvenaient de chaque détail sans aucun souci. Un sourire arqua la commissure de ses lèvres à cette pensée...
Revenir en haut Aller en bas
Eindel Redohil
Membre V.I.P.


Nombre de messages : 1010
Date d'inscription : 17/06/2009

Feuille de personnage
Age:
Greffe: Non
Signe particulier:

MessageSujet: Re: Groupe Fubiz - Cours n°2   Mar 02 Fév 2010, 19:27

Eindel franchi la porte en bois sur les talons de Bella, toujours un peu surpris, mais attentif. Il fut un peu soulagé de se retrouver à l'extérieur. La ville n'était pas hostile ou désagréable, mais il avait été pressé d'en sortir, comme si quelque chose le poussait à s'en éloigner. La présence concentrée des hommes, peut-être ? Mais dans ce cas, qu'est-ce qui le gênait avec les autres humains ? Encore une question à laquelle il ne pourrait sans doute jamais répondre. Un peu déçu, il reporta son attention sur l'instant présent, juste à temps pour apercevoir le fugace sourire habituel de son maître avant qu'elle ne se retournât et commençât à courir.

Courir, encore ? Eindel était exténué et, si son souffle avait retrouvé un rythme plus normal, tous les muscles de son corps criaient grâce depuis longtemps déjà. Cette fois-ci, ça serait peut-être trop... Comment pouvait-il être sûr qu'il n'allait pas s'effondrer par terre, ses jambes ne pouvant plus soutenir son corps ? Mais d'un côté... Si Bella leur demandait cela, c'était sûrement qu'ils en étaient capable, non ? Ce fut grâce à cette pensée qu'il retrouva un peu de motivation et se résigna à suivre les traces de son maître qui, heureusement, courait à une allure modérée.

Eindel avait largement dépassé les limites qu'il s'était crues quand il devina que Bella les menait là où les chevaux avaient été laissés. Les jambes douloureuses, les talons souffrant à chaque fois qu'il posait son pied par terre, les poumons en feu et le cœur battant à tout rompre, il s'arrêta, exténué, marcha sur quelque mètres et tandis que la maître Marchombre s'éloignait vers un bosquet, il ne put résister à l'envie inébranlable de s'allonger par terre. La fatigue était telle que sa vue se troublait et que des petits points de lumière apparaissaient devant lui. Il peinait à respirer, tremblant, mais se releva d'un bond quand Bella revint avec trois bâtons. Elle leur en tendit un chacun et repris le même type d'exercice qu'avec le poignard plus tôt.

Le souffle court, Eindel savait qu'il était inutile de se lancer à son tour dans cet exercice de précision tant que son coeur n'avait pas cessé de s'affoler. Aussi attendit-il un peu, en profitant pour observer les mouvements de son maître, avant de commencer. Il fit les mêmes mouvements qu'elle, mais, curieux, ne put s'empêcher d'en tenter d'autres, cherchant à savoir s'ils étaient utiles en combats ou pas. Après quelques expérimentations, il se calqua à nouveau sur Bella et la copia, de plus en plus vite, se concentrant au maximum sur son poignet et le bras qui tenait le bout de bois. Il devait faire comme si le bâton était le prolongement de son corps. Il ne sut pas s'il réussi cela mais au moins il avait pu garder une certaine précision dans les arcs de cercle décrit par l'arme même avec la rapidité augmentant.

Puis, lorsque les deux apprentis eurent finit, elle les dirigea vers les chevaux qui broutaient paisiblement, les caressa et annonça :

«Bien. Nous allons donc retourner à l'Académie.»

Sur ce, elle enfourcha sa monture et Eindel ne tarda pas à l'imiter après avoir caressé un peu le museau de la sienne. Il la mit au pas et rejoignit les deux autres personnes, un peu plus loin, remerciant mentalement Bella de ne pas leur infliger une dure séance d'équitation qui aurait fini de les achever. Pressé de s'affaler dans son lit, il en avait presque oublié les étonnements de la journée, notamment... En fait, il ne savait pas du tout ce qui s'était passé, ni même s'il n'avait pas été simplement victime d'une hallucination; mais, trop fatigué pour se lancer dans une de ces longues réflexions, il se contenta d'admirer le paysage au soleil couchant et de se laisser aller, bercé par le pas de Brume.

[ désolé, vachement court et peu appliqué, mais j'ai pas vraiment le temps en ce moment ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fubiz - Cours n°2   Mer 03 Fév 2010, 12:20

Bella savait que ses apprentis puisaient leur énergie dans leurs derniers retranchement : jamais, d'eux-même, ils auraient donné autant. Pourtant, il le faudrait désormais, en étant Marchombre, toujours donner le meilleur de soi-même était indispensable à l'équilibre qu'il devait régner en soi, dans son esprit et dans son corps. Repousser ses limites, toujours, permettait de repousser après toutes les limites, car c'est la douleur qui empêche de faire les choses jusqu'au bout, et que c'est le corps qui délivre la douleur. Réussir à l'accepter pour passer outre, et faire toujours plus et mieux, tel était l'objectif du Marchombre, en suivant la Voie, toujours plus loin. Bien entendu, parfois, elle savait bien que ses apprentis pouvaient douter d'eux-même, et se demander si tout cela en vallait bien la peine. C'était les courbes de la Voie. Des courbes qu'il fallait pouvoir surmonter pour continuer toujours plus loin.

Droite et sinueuse.
Sombre et lumineuse.
Telle était la Voie des Marchombres.

Elle sentit l'hésitation, dans les mouvements de ses apprentis, lorsqu'elle leur emmena les bâtons. Mais là encore, il fallait se les approprier. Elle observa atentivement, après ses propres mouvements, ceux de ses apprentis. Irya avait du mal à s'adapter au bâton, et sans doute son esprit s'était fermé au fait qu'on pouvait avoir besoin de n'importe quoi pour se défendre. Certes, le corps était une arme. Mais parfois, il faut savoir utiliser ce que l'on a en plus. Et le bâton était la chose la plus facile à obtenir. De plus, en ayant un bâton, on pouvait tout aussi bien mettre hors de combat quelqu'un avec un sabre, c'était évident pour la Marchombre. Mais pas autant pour son apprentie. Souriante, elle attendit pourtant. Il fallait qu'elle prît du recul pour comprendre si Bella lui donnait des conseils et lui parlait, donc cela n'était pas pour l'instant. Mais la Marchombre n'était pas aveugle, elle voyait bien que lorsque la jeune fille parvenait à s'accorder avec son bâton, c'était losqu'elle avait les yeux fermés, et donc qu'elle s'imaginait sans doute avec une autre arme. Soupirant légèrement, Bella se tourna vers Eindel pour l'osberver à son tour.

Le garçon avait pris le temps, avant de se lancer dans les mouvements. De reprendre un peu de souffle, c'était bien. Mais les conditions idéales n'existaient que dans l'apprentissage, et encore pas toujours. Si un jour il se retrouvait à combattre contre une personne, essoufflé ou non, il lui faudrait attaquer, s'il tenait à la vie. Il se rapprochait du bâton, pourtant tout en restant distant. Bella comprit bien vite la cause de cela : en effet, le garçon tentait de la copier, c'était le mot. Imitation. Ce n'était pas cela non plus, qu'il fallait faire. Mais comme pour Irya, elle savait qu'elle devait attendre pour que les deux apprentis assimilassent ses paroles, car ils étaient fatigués et n'avaient à ce moment-là pas assez de recul pour comprendre et ensuite mettre en oeuvre.

Marchant au pas, elle remarqua que ses deux apprentis semblaient soulager de ne pas trotter ou aller plus vite que le pas, et cela la fit sourire : ce n'était que le début, et s'ils voulaient être arrivés à l'Académie avant le coucher du soleil, il faudrait qu'ils se pressassent un peu plus que cela. Néanmoins, à une telle allure, elle pouvait se permettre de leur parler, et c'est ce qu'elle fit, en mettant sa monture à côté de celles de ses deux apprentis.


- J'aurais quelques petites choses à vous dire, par rapport au maniement des bâtons. En effet, Irya, j'ai remarqué que tu ne prenais pas le bâton comme il était, mais que tu tentais de le changer mentalement. Ce n'est pas cela. Si tu penses que le bâton n'est pas une arme au sens propre, sache que c'est celle que tu trouveras pourtant le plus facilement. Avec un bâton, on peut faire énormément de dégâts, surtout lorsque l'on sait le manier. Il faudra que tu retravailles cela !

Eindel, ce n'était pas trop mal, mais inconsciemment tu gardais tes distances avec le bâton, en même temps que tu tentais de t'en rapprocher. Ouvre ton esprit, tu y parviendras bien mieux. Il faut que tu te connaisses, alors analyse tout ce qui te surprend en toi. Je vois bien que tu n'es pas à l'aise, que ton corps te cache certaines choses. Il te faut analyser tout cela, pour tout à fait comprendre et continuer d'avancer.

Bon, et bien maintenant, un peu de calvaire... Nous allons trotter !


Adressant un sourire à ses apprentis, elle pressa ses mollets contre les flancs de sa monture, qui se mit immédiatement au trot. Ils restèrent au trot un long moment, jusqu'à arriver aux bois, en fin de compte, les bois qui entouraient et cachaient l'Académie. Mais ce n'était à l'Académie qu'elle les emmenait, en réalité. Il leur avait fallu bien deux heures pour arriver, et elle dirigea sa monture vers les écuries, au contraire. Descendait de son cheval pour le désharnacher, elle expliqua à ses apprentis comment il fallait faire, il fallait désangler puis enlever le tapis et la selle, et ensuite enlever le filet. Une fois les chevaux pansés et remis dans leur paddock, elle sortit des écuries et fit signe de la main à ses apprentis pour qu'ils la suivissent. Un dernier petit exercice, et cela serait bon, après elle les laisserait dormir !

Un large sourire étirait ses lèvres, tandis qu'elle passait derrière les écuries pour rejoindre le hangar à foin. Elle se glissa entre deux ballots de foin et en ressortit avec trois arcs. En tendant deux à ses apprentis, elle leva les yeux vers le haut et elle pu ainsi constater que les cibles étaient toujours en place, à deux mètres du sol. S'éloignant du pied des ballots, elle se plaça à sept mètres de ces derniers et fit signe à ses apprentis de faire de même. Puis, elle fit sa petite démonstration. Prenant une flèche, elle l'encocha doucement, les articulations détendues, inspira en le bandant et expira en relâchant la corde. Elle avait exagéré chaque geste, pour que ses apprentis comprissent bien la démarche. Puis, elle en prit une autre et cette fois-ci tira rapidement, et en moins de deux secondes la flèche se planta à nouveau avec un bruit mat dans la cible. Se tournant vers ses apprentis, elle leur annonça :


- Comme pour le poignard, accompagnez votre flèche, votre arme, jusqu'à sa cible. Ne la lancez pas simplement, suivez là, encouragez là... Vous avez cinq flèches.

Leur tendant dix flèches donc, elle s'éloigna de quelques pas pour faire ses observations, et corriger les défauts de positions de ses apprentis, lorsqu'ils lanceraient leurs projectils. Soupirant, elle sourit néanmoins. Heureuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fubiz - Cours n°2   Sam 06 Fév 2010, 16:44

Alors que le petit groupe chevauchait tranquillement au pas, Irya tourna la tête vers le ciel. Les caresses du vent agrippaient ses cheveux, les faisant voler, avant de les relâcher dans un soupir, ce qui la fit sourire. Le repos dont elle bénéficiait pour l'instant lui faisait le plus grand bien, mais elle doutait fortement que ce soit ainsi jusqu'à l'Académie. Comme pour confirmer ses dires, Bella mit sa monture aux côtés de celles de ses apprentis, avant de leur parler.

- J'aurais quelques petites choses à vous dire, par rapport au maniement des bâtons. En effet, Irya, j'ai remarqué que tu ne prenais pas le bâton comme il était, mais que tu tentais de le changer mentalement. Ce n'est pas cela. Si tu penses que le bâton n'est pas une arme au sens propre, sache que c'est celle que tu trouveras pourtant le plus facilement. Avec un bâton, on peut faire énormément de dégâts, surtout lorsque l'on sait le manier. Il faudra que tu retravailles cela !

Eindel, ce n'était pas trop mal, mais inconsciemment tu gardais tes distances avec le bâton, en même temps que tu tentais de t'en rapprocher. Ouvre ton esprit, tu y parviendras bien mieux. Il faut que tu te connaisses, alors analyse tout ce qui te surprend en toi. Je vois bien que tu n'es pas à l'aise, que ton corps te cache certaines choses. Il te faut analyser tout cela, pour tout à fait comprendre et continuer d'avancer.

Bon, et bien maintenant, un peu de calvaire... Nous allons trotter !


Irya grinça imperceptiblement des dents à la fin de la tirade de la marchombre. Si ses jambes avaient été dotées de parole, la jeune fille était certaine que ces dernières auraient protesté. Cependant, elles n'en eurent pas le loisir, Irya mettant sa monture au trot à la suite de celle de son maître. Malgré la douleur qui l'assaillait, elle avait l'impression de moins tanguer qu'en début de journée, où la chevauchée avait été proprement catastrophique, presque au delà des mots. Ici, ses muscles, tendus par les efforts de la journée, semblaient tout de même épouser les courbes du cheval pour renforcer son maintien en selle, bien que précaire. Mais elle préféra fixer un point invisible devant elle, dans l'espoir que le lieu d'arrivée était proche. Ce qui n'était pas bien vrai.

Quand les cavaliers arrivèrent aux écuries de l'Académie, Irya lâcha un soupir plus que fatigué. Se laissant glisser à terre, elle eut la mauvaise surprise de sentir sa cheville se dérober sous elle, avant qu'elle ne reprit la situation en main. Menant sa monture derrière celle de Bella, elle entreprit de la désharnacher correctement, comme leur avait expliqué la vieille marchombre quelques secondes plus tôt. Dès que ce fut fait, Irya pansa avec application son cheval, voyant que cela étirait aussi les muscles de ses bras, qui se décontractaient peu à peu. Puis, après tout cela, la marchombre entraina ses apprentis à l'extérieur. La jeune fille, qui avait cru tous les exercices finis, désespéra presque quand elle pensa à ce qui devait sans doute l'attendre dehors. Elle ne dut cependant pas aller très loin, seulement entrer dans le hangar à foin à la suite de son maître, qui disparut aussitôt derrière un botte de foin. Elle en ressortit néanmoins presque instantanément, tenant trois arcs dans ses mains, dont deux qu'il tendit à Eindel et Irya.

Suivant l'exemple de Bella, Irya s'écarta de la cible, laissant le champ libre à la marchombre, qui allait sans doute leur montrer quoi faire. Ce fut donc ce qu'elle fit, exagérant ses mouvements lors de son premier tir, avant de fluidifier le tout et de tirer la deuxième flèche, qui se planta elle aussi dans la cible. Enfin, elle prit la parole :


- Comme pour le poignard, accompagnez votre flèche, votre arme, jusqu'à sa cible. Ne la lancez pas simplement, suivez là, encouragez là... Vous avez cinq flèches.


La vieille marchombre s'écarta alors en soupirant et souriant à la fois. Etrange. Mais Irya ne s'en formalisa pas et se concentra sur la cible. Prenant une des cinq flèches que Bella lui avait tendues, elle en encocha une et maintint l'arc en l'air, essayant de viser au mieux. Ses muscles, déjà fatigués de la journée, ne mirent pas longtemps à se tétaniser, et la jeune fille dut baisser l'arc pour ne pas tirer n'importe où et n'importe comment. Le relevant à nouveau, elle visa assez vite et tira. La flèche fila pour venir se planter dans la cible ; mais pas en son centre, sur un des bords. Soupirant, Irya attrapa une deuxième flèche, puis une troisième. Chacune vint se ficher un peu plus au centre à chaque fois, ce qui ne changeait tout de même rien au fait que la jeune n'accompagnait pas la flèche.

La fatigue qui l'emprisonnait et ses muscles qui grondaient l'empêchaient de se concentrer comme elle le voulait. Alors que ses doigts vinrent prendre la quatrième flèche, elle détendit son bras gauche en le mouvant de manière déshordonnée. N'ayant trouvé que cela pour décontracter ses muscles, elle plaça ensuite sa flèche de manière précise, et décala légèrement son pied droit en avant. Fermant les yeux une demi-seconde, elle décocha le trait au moment où elle ouvrait les paupières. La cible accueillit cette fois-ci une flèche en son centre, ce dont Irya n'était pas peu fière. De plus, pendant un furtif instant, elle avait réussi à prendre la place de la flèche. Elle avait été flèche. Mais ceci n'avait duré qu'un instant.

Encochant sa toute dernière flèche, elle ferma à nouveau les yeux, mais les rouvrit avant de l'avoir décochée. Elle bougea légèrement les épaules, vrilla son regard sur la cible, puis sur la flèche, avant de repasser à la cible. Puis elle lâcha le trait. Filant une nouvelle fois à son point d'arrivée, l'arme en marche siffla et vint se ficher près des précédentes. Malgré qu'elle eut réussi à atteindre par cinq fois la cible, Irya n'était pas satisfaite. Une fois de plus, elle savait que cet exercice avait été un échec, mais se promit de nouveau de s'entrainer à cela. Il faudrait qu'un jour, elle trouve un lieu approprié pour tout cela et qu'elle améliore les domaines dans lesquels elle était loin d'exceller. Toutefois, elle se promit de prendre une bonne nuit de repos avant de recommencer une quelconque escapade. Lorsqu'elle se tourna vers son maître, elle n'affichait aucun sourire, et lui tendit l'arc sans regret.


[Je suis désolée pour la mauvaise qualité d'écriture de ce post, ça laisse vraiment à désirer... >.<]
Revenir en haut Aller en bas
Eindel Redohil
Membre V.I.P.


Nombre de messages : 1010
Date d'inscription : 17/06/2009

Feuille de personnage
Age:
Greffe: Non
Signe particulier:

MessageSujet: Re: Groupe Fubiz - Cours n°2   Mer 10 Fév 2010, 15:49

« J'aurais quelques petites choses à vous dire, par rapport au maniement des bâtons. En effet, Irya, j'ai remarqué que tu ne prenais pas le bâton comme il était, mais que tu tentais de le changer mentalement. Ce n'est pas cela. Si tu penses que le bâton n'est pas une arme au sens propre, sache que c'est celle que tu trouveras pourtant le plus facilement. Avec un bâton, on peut faire énormément de dégâts, surtout lorsque l'on sait le manier. Il faudra que tu retravailles cela !
Eindel, ce n'était pas trop mal, mais inconsciemment tu gardais tes distances avec le bâton, en même temps que tu tentais de t'en rapprocher. Ouvre ton esprit, tu y parviendras bien mieux. Il faut que tu te connaisses, alors analyse tout ce qui te surprend en toi. Je vois bien que tu n'es pas à l'aise, que ton corps te cache certaines choses. Il te faut analyser tout cela, pour tout à fait comprendre et continuer d'avancer.

Bon, et bien maintenant, un peu de calvaire... Nous allons trotter !»


L'apprenti ne broncha pas à la fin de la déclaration. Il mit mécaniquement sa monture au trot, évitant de penser à la douleur qui irradierait bientôt son postérieur. A vrai dire, avec tout ce qu'il avait fait aujourd'hui, une douleur de plus ou de moins ne faisait pas grande différence. Non, en réalité il pensait aux paroles que lui avait adressé Bella. Analyser ce qui le surprend ? Mais qu'est ce qu'il pouvait bien analyser ? Comment comprendre lorsqu'on ne se souvient plus ? Son corps, apparemment, était encore capable d'effectuer les actions qu'il avait l'habitude de réaliser avant. Mais il n'y avait rien a y comprendre, il ne s'en souvenait pas ! Devait-il faire des hypothèses ? Non, c'était inutile. Oh et puis merde ! Que son passé aille se faire voir, bon sang. De toute façon, ça ne servait à rien, il ne se souviendrait jamais et de plus n'avait même pas envie de se souvenir.

Au bout de plusieurs heures le voyage se fit pesant, Eindel était lassé d'observer les alentours et maîtrisait à grande peine les grognements que les douleurs voulaient lui arracher. Mais soudain il la reconnut : la forêt entourant l'académie, la forêt où il avait vécu cette si étrange journée avec Rilend. Il ne put réprimer un soupir de soulagement; il pourrait bientôt s'affaler de tout son long dans son lit. Néanmoins, lorsqu'il eut déharnaché Brume selon les instructions de la vieille maître, elle les emmena un peu plus loin et sortit trois arcs de derrière un tas de foin. Bon, si ce n'était que du tir à l'arc, il pourrait encore supporter un exercice sans se plaindre.

Bella fit tout d'abord une démonstration en exagérant largement les mouvements pour que les deux apprentis pussent bien comprendre ce qu'elle demandait d'eux avant de s'exécuter à nouveau, rapidement cette fois-ci. Ensuite elle leur tendit dix flèches. Eindel en empoigna cinq et laissa la place à Irya, puis se concentra après la déclaration de la vieille maître.

«Comme pour le poignard, accompagnez votre flèche, votre arme, jusqu'à sa cible. Ne la lancez pas simplement, suivez là, encouragez là... Vous avez cinq flèches.»


Irya s'exécuta et lorsqu'elle eut tiré ses cinq flèches, le garçon prit sa place. Il empoigna l'arc et le tint baissé, une flèche encochée, les yeux fixés sur la cible.

«Élimine toutes les pensées parasites, concentre-toi, fais en sorte qu'il n'y ait dans ton esprit plus que toi et la cible.»


Encore ? Bon sang, mais qui était-il avant ? Un soldat, un assassin, un... Mercenaire ? Non, c'était impossible. Sinon, les maîtres Marchombres l'auraient vu, comme il pouvait lire dans l'esprit des gens comme dans des livres ouverts ! Mais... cette fois-ci, c'était différent. Il n'avait aps ressenti ce qu'il devait faire. Il l'avait clairement entendu dans sa tête. Ah... il s'égarait, en plein exercice en plus. Chassant de sa tête toutes ces questions, il se focalisa sur la cible, les yeux toujours rivés dessus. Son pied gauche était devant le droit, sa main tenait fermement la poignée de l'arc, ses doigts entouraient la corde... Il était prêt. Tout son corps était figé, le rythme de son coeur était lent et ses muscles ne tremblaient plus de leur épuisement. Un passant aurait pu le prendre pour une statue.

Eindel leva doucement l'arc, sans quitter la cible des yeux. Il enclencha son bras droit et lentement arma l'arc, amenant le point d'encochage jusqu'à derrière sa joue. Il inspira, profondément, sans bouger. Il expira, lâcha la flèche. Tout son esprit fut emporté avec celle-ci. Tout leur deux esprits. Le loup s'était réveillé, sortant de son hôte pour accompagner avec lui le trait noir. Tous deux voyagèrent avec elle dans l'air, se plantèrent avec elle dans la cible. Dans le centre.

Le garçon émergea de son état léthargique et regarda autour de lui. Il mit quelques secondes à comprendre ce qu'il faisait ici, avec un arc dans les mains, entouré d'une jeune fille et d'une vieille femme. Puis il se souvint. Sauf qu'il ne se souvenait pas de ce qu'il venait de faire. Une flèche était fiché au plein milieu de la cible, il avait son arc levé, sa main était encore près de sa joue, mais il ne se rappelait plus.

Enfin il se reprit, attrapant une autre flèche de la main. Puis une autre, et encore une autre, et enfin une dernière. Aucune ne se planta dans le centre. Trois se fichèrent sur les extrêmes du cercle, une vint s'écraser contre le mur de béton derrière. Eindel posa l'arc et se retira. Complètement désemparé. On ne pouvait pas oublier comme ça plusieurs dizaine de secondes ! Que s'était-il passé ? Avait-il lui-même tiré la flèche qui pendait dans le centre de la cible ? Ou était-ce celle de Bella, qui avait fait sa démonstration plus tôt ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fubiz - Cours n°2   Mer 10 Fév 2010, 16:48

La fatigue. Un maux bien difficile à oublier, car chaque parcelle du corps s'entêtait toujours à nous le rappeller, et à chaque seconde, à chaque mouvement. Et puis, cela empêcher de se concentrer, et le cerveau était bien souvent focalisé sur la douleur et n'accordait pas assez d'attention à la conscience... Tout cela était réel, et Bella le savait. Elle continuait de pousser ses apprentis toujours plus loin, pour qu'ils repoussassent leurs limites. Mais apparemment, ils les avaient atteintes, ce qui la faisait légèrement sourire. Elle y était parvenue, d'un côté. Néanmoins, elle ne s'en réjouissait pas : elle aurait voulu pouvoir les porter plus loin encore, et la douleur n'était pas quelque chose qu'elle pouvait surmonter à leur place. Peut importait, en réalité, puisque tout un chacun ne connaissait pas forcément ses limites, et apprendre à se connaître soi-même était la base de la liberté, pour l'être totalement, libre.

Les deux jeunes gens prirent leur temps pour s'occuper de leur monture, et Bella les encouragea bien à le faire. Après tout, le cheval méritait bien du respect, de les tolérer sur son dos, car sa force et sa vitesse était bien au delà de celles des humains. Lorsqu'enfin les deux apprentis eurent terminé et qu'ils se dirigèrent avec elle derrière les écuries, la Marchombre entendit des soupirs de désolation. Souriant, elle continua néanmoins. Elle sentait et voyait combien leurs muscles étaient fatigués et épuisés, presque crampés de partout. Mais c'était ainsi. Un adversaire n'attendrait pas que vous soyez tout feu tout flamme pour vous attaquer, cela, était certain.

Irya lança en premier les flèches. Ses essais arrivaient sur la cible, certes, mais Bella voyait bien qu'elle n'arrivait pas à accompagner la flèche. Son esprit n'était pas dans l'état des choses qui faisait qu'elle aurait pu le faire facilement, alors que la Marchombre était certaine qu'elle en était tout à fait capable. C'était la fatigue... Cependant, elle pu déceler un instant durant lequel la jeune fille accompagna totalement sa flèche. Lui adressant un sourire, elle attendit qu'Eindel, à son tour, commençât à faire ses tirs. Le premier tir coupa presque le souffle à Bella. Le garçon avait mis tant de puissance dans son tir, l'avait si bien accompagné... Elle avait même sentit cette énergie phénoménale suivre la flèche ! Mais cependant, les autres tirs furent désastreux, ou presque. Non, pas désastreux... Elle aurait plutôt dit normaux. Normaux, sans doute un peu moins bien que ceux d'Irya, mais normaux. Mais comparés à son premier tir, ils étaient lamentable, c'était un fait.

Fronçant légèrement les sourcils, Bella réfléchit un instant. Eindel, enfin, plutôt le corps d'Eindel savait faire beaucoup de choses dont il n'avait pas idée, et qui le surprenaient un peu plus à chaque fois. Et surtout, qui attestaient qu'il savait faire des choses bien plus facilement qu'on aurait pu le croire. Mais le garçon ne se souvenait de rien. Avait-il eu une sorte de traumatisme ? Un jour s'était-il simplement réveillé en ayant perdu la mémoire et avait commencé une nouvelle vie ? Souvent, lorsque c'était ainsi, c'était que la personne s'était bien souvent rendue compte de ce qu'elle était vraiment et se rejetait elle-même violemment... Etait-il dans ce cas ? Soupirant, la Marchombre s'avança vers ses deux apprentis, leur prenant délicatement les arcs. Puis, elle dit :


- La fatigue n'aide en rien, je vous l'accorde. Je vais donc vous libérer. Néanmoins, auparavant, j'aimerais vous dire quelques petites choses.

Irya, ne désespère pas. Tu as sûrement l'impression de ne pas y arriver, mais c'est faux. Il y a toujours un chemin, plus ou moins long, plus ou moins sinueux, qui arrive jusqu'où tu veux aller. Il faut juste le voir et ne pas abandonner.

Eindel, tu n'as certainement pas envie de savoir tout ce que tu as pu oublier. Je comprends. Mais dans ce cas-là, ne te laisse pas surprendre. Et quoi que tu aies pu être, car j'ai perçu ton anxiété, le passé est le passé, et le Marchombre connait le passé, mais ne s'enferme pas dedans : vivre dans le présent, et pour le futur. Toujours. Qu'importe ce que tu as été, aujourd'hui tu es Marchombre.

J'aimerais juste que vous fassiez la Gestuelle avant de vous quitter. Cela détendra vos muscles et vos esprits, vous en avez besoin...


Sur ce, elle leur adressa un sourire encourageant. Puis, elle ferma les paupières et s'immergea elle-même dans la Gestuelle, cherchant encore plus loin dans l'Harmonie et la Sérénité. Elle ne savait jamais combien de temps elle exécutait la Gestuelle, et cela lui importait peu, à dire vrai. Elle était toujours tellement bien... Mais elle sentait une présence. La présence d'un être cher. Alors, souriante, elle ouvrit les yeux et les plongea dans ceux de ses deux apprentis, tour à tour. D'un léger mouvement de tête, elle leur dit au revoir, mais ajouta :

- La prochaine fois que nous nous verrons, cela sera encore pour un examen. N'oubliez pas ce que je vous ai dit, et continuez ainsi....

Puis, elle se retira, aussi silencieuse qu'une ombre. Sereine, vive et calme, mesurée et excitée...



[Merci de répondre encore une fois, et après vous pourrez aller poster votre examen ! ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fubiz - Cours n°2   Mar 16 Fév 2010, 18:52

Irya releva lentement la tête, un fin sourire se dessinant sur ses lèvres, mais son visage reflétant sa fatigue, intense. Cependant, elle écouta jusqu'au bout les paroles de la marchombre, plus attentive que jamais :

- La fatigue n'aide en rien, je vous l'accorde. Je vais donc vous libérer. Néanmoins, auparavant, j'aimerais vous dire quelques petites choses.

Irya, ne désespère pas. Tu as sûrement l'impression de ne pas y arriver, mais c'est faux. Il y a toujours un chemin, plus ou moins long, plus ou moins sinueux, qui arrive jusqu'où tu veux aller. Il faut juste le voir et ne pas abandonner.

Eindel, tu n'as certainement pas envie de savoir tout ce que tu as pu oublier. Je comprends. Mais dans ce cas-là, ne te laisse pas surprendre. Et quoi que tu aies pu être, car j'ai perçu ton anxiété, le passé est le passé, et le Marchombre connait le passé, mais ne s'enferme pas dedans : vivre dans le présent, et pour le futur. Toujours. Qu'importe ce que tu as été, aujourd'hui tu es Marchombre.

J'aimerais juste que vous fassiez la Gestuelle avant de vous quitter. Cela détendra vos muscles et vos esprits, vous en avez besoin...


Silencieuse, Irya s'éxécuta à la suite de son maître, son prendre la peine d'attendre quoi que ce fut. Son paupières se fermèrent presque d'elle-même, sans doute plus par fatigue que par préparation à la Gestuelle, mais elle n'en tint pas compte et savoura avec bonheur ces instants de calme répérateur. Loin de l'agitation de la ville, les abords de l'Académie semblaient sereins et immuables. Plongeant dans le vide de se tête, elle entreprit de chasser toute pensée parasite. Enfin, elle leva les bras. Offrande au ciel. Les rabaissa en les tournant vers le sol. Offrande à la Terre. Plongée dans l'Harmonie et la Sérénité que lui procurait la Gestuelle, elle réussi à en oublier la fatigue pourtant intense qu'elle ressentait. Sereine, il vint un moment où elle cesse de se demander si ses bras se levaient, ou se baissaient, se contentant de profiter de l'instant présent. Quelques secondes, minutes ou heures plus tard, ce dont elle n'avait strictement aucune idée, sa tête se courba, ses yeux s'ouvrirent lentement. La nuit, maintenant presque noire, avait repris ses droits sur la lumière, et les bruits apaisants de l'environnement alentours étaient doux. Patiente, elle attendit que chaque personne du petit groupe ai fini, puis répondit au mouvement de tête qu'adressa Bella à ses apprentis, avant de boire pour la dernière fois de la journée les paroles de la marchombre.

- La prochaine fois que nous nous verrons, cela sera encore pour un examen. N'oubliez pas ce que je vous ai dit, et continuez ainsi....


Lorsque son maître se retira, Irya resta immobile à contempler la voûte céleste. Soudainement, la fatigue semblait s'être évaporée, mais ceci n'était malheureusement qu'une impression, car ses muscles ressentaient toujours la même douleur qui les taraudaient en allant croissant de minute en minute. Mais à cet instant-là, son esprit voguait au delà des limites de son corps, happé par la force du ciel étoilé qui l'attirait inéxorablement. Ce ne fut qu'au bout de longues et interminables minutes qu'elle reprit soudain conscience, et, souriant au ciel, elle se détourna à son tour en direction des bâtiments. Alors que ses pas fouettaient sans méchanceté aucune la terre meuble du sol, elle pensait à son examen qui allait venir, et, le pensait-elle, était trop rapproché du premier. L'apprentissage autant physique que mental prenait du temps, et même si elle ne doutait pas d'avoir acquis d'autres savoirs depuis son précédent examen, elle savait que tout cela n'était que le commencement d'un long cheminement. Le Voie des Marchombres.

Fixant une dernière fois l'environnement qui l'entourait, elle s'engouffra à l'intérieur, soudainement pressée de plonger dans un sommeil réparateur qui lui serait du plus grand bien, d'autant que son examen n'allait plus tarder. Tant de nouvelles choses à apprendre et à comprendre...


[Très court et très mauvais, mais je préfère me réserver pour l'examen ^^']
Revenir en haut Aller en bas
Eindel Redohil
Membre V.I.P.


Nombre de messages : 1010
Date d'inscription : 17/06/2009

Feuille de personnage
Age:
Greffe: Non
Signe particulier:

MessageSujet: Re: Groupe Fubiz - Cours n°2   Ven 19 Fév 2010, 14:39

«La fatigue n'aide en rien, je vous l'accorde. Je vais donc vous libérer. Néanmoins, auparavant, j'aimerais vous dire quelques petites choses.

Irya, ne désespère pas. Tu as sûrement l'impression de ne pas y arriver, mais c'est faux. Il y a toujours un chemin, plus ou moins long, plus ou moins sinueux, qui arrive jusqu'où tu veux aller. Il faut juste le voir et ne pas abandonner.

Eindel, tu n'as certainement pas envie de savoir tout ce que tu as pu oublier. Je comprends. Mais dans ce cas-là, ne te laisse pas surprendre. Et quoi que tu aies pu être, car j'ai perçu ton anxiété, le passé est le passé, et le Marchombre connait le passé, mais ne s'enferme pas dedans : vivre dans le présent, et pour le futur. Toujours. Qu'importe ce que tu as été, aujourd'hui tu es Marchombre.

J'aimerais juste que vous fassiez la Gestuelle avant de vous quitter. Cela détendra vos muscles et vos esprits, vous en avez besoin...»


Vivre dans le présent, et pour le futur... Oui, elle avait certainement raison. Après tout, c'était elle, la maître Marchombre. Et lui suivait aujourd'hui la Voie des Marchombres, qu'importe ce qu'il avait pu être avant.

L'idée de la Gestuelle lui parut soudain tentante, car il connaissait maintenant bien son pouvoir reposant, même s'il était loin de tout savoir là-dessus. Eindel n'attendit pas plus et s'immergea lentement dans la gestuelle Marchombre, bercé par les douces respirations d'Irya et de Bella ainsi que la sienne. Les jambes légèrement écartées, il attendit, immobile, le moment propice pour commencer, quand son esprit, sa respiration et son cœur serait calme, quand plus aucun songe parasite ne viendrait perturber sa plénitude grandissante.

Mains qui partent du centre pour s'évader vers le ciel et s'ouvrent en grand, en quête d'infini. Mains qui redescendent, pour revenir se réchauffer au centre de sa vie. Encore et encore, pendant des minutes entières, des heures, l'éternité. Eindel ne savait plus si son corps bougeait toujours dans cette danse souple et gracieuse, si étrange et pourtant si agréable à regarder. Il n'y avait plus que lui et le monde. Plus rien d'autre ne comptait. Immergé dans l'Harmonie, serein, il revint lentement à la réalité lorsqu'il son instinct le lui dit. Son corps ne bougeait plus au moment où ses yeux s'ouvrirent doucement.

Bella et Irya n'attendaient plus que lui. Puis Bella planta ses yeux dans ceux des deux apprentis, comme souvent. D'ailleurs, si quelque chose étonnait beaucoup Eindel, au-delà de son large sourire accueillant, c'était qu'il ne se sentait pas le moins du monde gêné par le contact de leurs yeux, alors qu'avec d'autres personnes il évitait toujours ceci.

«La prochaine fois que nous nous verrons, cela sera encore pour un examen. N'oubliez pas ce que je vous ai dit, et continuez ainsi....»


Sur ce, elle les quitta de cette démarche si particulière qu'Eindel observait souvent avec curiosité. Une démarche souple, silencieuse, dissipant une aura singulière autour de qui l'utilisait. Irya se retira à son tour mais l'apprenti, lui, resta sur place, puis s'assit au sol. Si toute la fin de journée il n'avait rêvé que d'un bon lit et d'un sommeil réparateur, étrangement, il n'avait en ce moment plus envie de rentrer à l'Académie. Comme si quelque chose lui soufflait de courir dans la forêt, de passer la nuit dehors à observer la nature. Toutefois, quand cette envie se transforma, à sa grande surprise, en envie de chasser et de manger de la chair animale, fraîche et rassasiante, il décida tout de même d'aller se coucher bien sagement dans le dortoir, un peu étonné des choses qui lui passaient parfois par la tête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Groupe Fubiz - Cours n°2   

Revenir en haut Aller en bas
 
Groupe Fubiz - Cours n°2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Groupe Leenio - Cours n°5
» Groupe Humo - Cours n°3
» Groupe Bizya - Cours n°2
» cours de latin
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Chen-
Sauter vers: