AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Mer 02 Déc 2009, 20:57

J'avais beau apprécier le domaine, je ne supportais pas de rester en place, sans jamais bouger. J'avais pris l'habitude de voyager lorsque mon père avait été forcé de partir du village près de l'œil d'Otolep. J'avais été déçu de partir, à l'époque. J'avais même été triste. J'aimais cet endroit. Mais, plus tard, je découvrit mon gout pour l'aventure et le voyage.
Alors, j'étais partis, comme d'habitude, sans savoir ou mes pas me mèneraient. Mais c'était ça le vrai voyage. La vrai aventure.
J'avais vu Ondiane pour la première fois. J'étais toujours déçu. Quoi que je voyais. Mais au finale, il fallait que je reconnaisse que j'aimais ma vie. Même si je regrettais que Liro n'ai pas été la. Et papa aussi...
Mais je m'habituais vite à l'idée. Je les rejoindrais un jour.
Mais en attendant, ils me manquaient. Et la seule chose que j'avais trouvée pour les sentir plus proche et plus présent, avait été... Tuer. Chaque mort, chaque fois, je les sentaient. Ils été plus proche lorsque la mort était la...
Enfin, j'étais arrivée à Al-vor. J'étais contente parce que, voyager seule, c'est bien beau, mais en attendant, c'est pas marrant lorsque c'est long.
Je suis entrée, je me suis mêlée à la foule. J'ai empruntée une petite rue, avec une auberge plutôt simpa. Alors, bien sur, j'y suis entrée.
Les gens se tournèrent vers moi. Je m'arrêtais. Le silence s'était installée. Étais-je finalement SI différente ? Je parcourais la salle du regard et trouvais une table vide... Une seule, j'avais de la chance. De toute façon, à la façon dont on me regardais, ils m'aurais surement volontiers accueillis parmi eux.
Je me suis assise et, il était temps, les gens recommencèrent à chahuter. Un serveur ( tiens, pour une fois, ce n'était pas une serveuse ) s'approcha de moi et, visiblement très mal à l'aise, il bégaya :

- Vous... Euh... Voulez... Quelque chose ?

- Et bien, si je ne voulais rien, je ne serais pas la... Sauf que j'ai rien pour payer...


J'avais prononcée la dernière phrase plus forte et l'homme le plus proche se leva et s'assit à côté de moi.

- Je vous l'offre, ma petite dame !


Alors, bien sur, je le remerciais, commandais ma boisson, puis, comme si de rien était, j'attrapais la petite table et la tirais plus loin, laissant l'homme assit au milieu de tout le monde.
Ça provoqua un grand éclat de rire. L'homme grogna, paya ma boisson comme il l'avait promis, puis, alla se rassoir avec les autres...
Satisfaite, j'engloutis ma boisson...


Dernière édition par Jennyssie Yerann le Jeu 21 Jan 2010, 20:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Sam 05 Déc 2009, 21:19

Le soir tombait, sur Gwendalavir. Après son premier cours, Owa avait décidé de partir un peu du Domaine. Un endroit tel qu'était cette chose ne pouvait que modeler la pensée à sa manière, or elle désirait plus que tout garder son intégrité et donc ne pas subir quelconque joug ou ordre. Il ne fallait pas exagérer ! Elle avait filé juste après le cours, même, jusque dans les écuries, dans lesquelles Fulmico s'était rendu à sa demande, lorsqu'elle était partie justement pour assister au cours. L'étalon l'avait accueillie avec un hennissement de joie, et l'avait rejointe au petit trot, ses sabots ferrés claquant contre la dalle au sol qui était posée dans le bâtiment des équidés. Lui caressant le chanfrein, elle l'avait brossé soigneusement, avant de lui passer cette chose que l'on appelait filet et qui ne lui servait à rien. Mais bon, elle préférait se fondre dans la masse, et c'était pour cela qu'elle en mettait un. Ne pas se faire remarquer, car elle détestait cela.

Et puis, elle était partie, tranquillement, au trot de travail, vers le Nord, dans une envie de voyage et d'évasion. Fulmico avait trotté longtemps, car son endurance s'améliorait encore de jour en jour, et ils étaient arrivés en quelques jours à Al-Far. Mais Owa ne s'y était pas attardée, et avait préféré monter encore plus au Nord, retrouver le climat de son enfance, de sa tendre enfance. Le froid n'était pas habituel en Gwendalavir, mais le temps n'était pas non plus chaud. Clément était l'adjectif qui correspondait le mieux à la météo de l'Empire. Ils avaient donc avancé tranquillement vers le Nord, toujours plus vers le Nord. Et bientôt, la jeune fille avait fait bifurquer son cheval vers l'Ouest, en prenant la route d'Al-Vor. Al-Vor était une ville intéressante. Owa avait entendu dire que c'était celle dans laquelle résidait la plus grande Académie de Dessinateurs dans tout l'Empire. Et elle voulait aller y jeter un coup d'oeil.

Du coup, elle avait un peu plus hâté son étalon sur la fin du voyage. Il trottait et galopait beaucoup, tout en conservant assez de marges de pas pour reprendre totalement son souffle. La ville s'était finalement dressée à l'horizon, et ils s'en étaient approchés prudemment. Owa avait laissé Fulmico à l'extérieur, lui ordonnant de ne pas bouger, et de ne pas se faire voir par d'autres humains. Et alors, elle s'était approché tranquillement de la ville et l'avait investie. Elle s'était baladée un bon moment dans les rues, traçant son chemin encore toute seule, légère comme une plume sur les dalles de pierre froide. Et lorsque la nuit avait commencé à tomber, elle s'était introduite dans la première taverne qu'elle avait trouvée pour se réchauffer et manger un morceau. Elle comptait rester encore quelques jours dans la ville, donc elle allait aussi sûrement prendre une chambre. Bien sûr, elle ne payerait pas, et puis quoi encore ? Elle n'avait pas l'argent nécessaire de toute manière.

Lorsqu'elle entra dans la taverne, elle vit une jeune fille qui haussait le ton pour se faire entendre, et se faire payer à manger. Souriant, elle s'aperçut que c'était une jeune fille de son cours, si elle se souvenait bien Jennyssie. Souriante, elle s'approcha d'elle de sa démarche volante, légère et harmonieuse, et s'assit à côté d'elle, sur une chaise qu'elle venait d'attraper sous les fesses qu'un homme qui s'était levé une demie-seconde. Se postant à côté de la jeune fille qui était là, avec sa peau noire et sa chevelure blonde, elle se dit que cela devait être assez étrange de les voir à côté l'une de l'autre : elle aussi avait un physique assez singulier... Ne parlant pas, elle se contenta de lui adresser un mouvement du menton, avant de commander une assiette de ragoût de siffleur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Dim 06 Déc 2009, 12:03

J'étais assise depuis une minute que déjà, quelqu'un d'autre entra... Quelqu'un que je connaissais. Owa... Une jeune fille de mon cour. Elle entra, s'approcha, attrapa une chaise de sous les fesses de l'homme qui m'avais payé la boisson, puis, s'assit, à MA table...
Elle M'adressa un mouvement du menton avant de commander un ragout de siffleur. Je me raclais la gorge avant de dire :

- Salut. Tu es venue prendre des vacances après le cour ?


Si je m'étais écouté, je l'aurais envoyée baladé... Je lui aurais dit : " c'est ma table et je ne voie pas pourquoi je t'inviterais ! ". Mais au lieu de ça, quelque chose me souffla que c'était une mercenaire, quelqu'un comme moi, qui avait surement déjà tué, tout comme moi et qui, peut-être pourrais remplacer la place que prenait mon frère dans l'histoire.
En plus, je n'aimais pas les filles. Elles ne m'avaient jamais accepté. Sauf que cette fille n'avait pas vécu dans mon village, n'avais surement même pas joué à la poupée. Elle était tout aussi différente que moi. Moi qui avais toujours pensée que j'étais la seule à être Si différente. Elle avait des cheveux blanc, ce qui n'était pas courant, avec une peau... Rosée.

- Tu compte rester la longtemps ? Je veux dire... Dans cette ville ?!


[ Minuscule ce rp... Désolé... ^^' ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Mer 09 Déc 2009, 12:48

La commande d'Owa arriva bien vite. L'odeur qui se dégageait de son plat la faisait fortement saliver, et elle l'inhalait avec délice tandis qu'elle entendait à côté d'elle la jeune fille lui demander si elle prenait des vacances après le cours. Tournant ses yeux clairs vers la jeune fille, elle piqua la nourriture de sa fourchette et l'amena doucement à sa bouche, avec toujours cette légèreté et cette douceur qui la caractérisait. Dans son dos, l'homme auquel elle avait pris la chaise avait bougonné dans sa barbe, mais n'avait pas tenté de venir la reprendre, sans doute touché dans son orgueil de se l'être fait prendre si facilement, tirant un sourire en coin à Owa. Cette dernière tourna finalement un peu la tête vers Jennyssie alors qu'elle posait une autre question. Un sourire étira son visage, lorsqu'elle comprit le sens sous-entendu du début de sa phrase, et donc pourquoi elle s'était reprise sur la fin. Attrapant la bouchée sur sa fourchette avc ses lèvres, elle mâcha lentement la nourriture, le regard lointain, avant d'avaler doucement la viande écrasée. Soupirant, elle tourna enfin la tête et le regard vers Jennyssie clignant légèrement des yeux, intriguée finalement par cette jeune fille.

En effet, bien malgré elle, elles se ressemblaient. Toutes les deux les cheveux clairs sur une peau plus ou moins foncée - il était certain que Jennyssie avait la peau bien plus foncée que celle d'Owa - et toutes les deux apprenties Mercenaires, dans le même cours en plus. Beaucoup de coïncidences. Owa savait cependant qu'elles ne pouvaient pas être liées, de toute manière. Elle venait d'un continent totalement inconnu des Alariviriens, dans des contrées perdues, même par ceux du continent. Soupirant, elle prit une légère inspiration, écartant une mèche de cheveux de ses yeux, et planta son regard dans celui de son interlocutrice.

- Salut.

Lui adressant un petit sourire, elle mâcha encore un autre morceau de la viande de siffleur, puis continua.

- Je ne crois pas que le mot "vacances" convienne bien au contexte. Je dirais plutôt jouir de ma liberté.

Clignant légèrement des yeux, Owa se retourna alors qu'elle entendait un énorme rire tonitruant dans l'auberge. Revenant vers Jennyssie, elle se dit qu'il faudrait quand même qu'elle lui répondît. Même si elle n'aimait pas les questions, lorsqu'on les lui posait par simple curiosité.

- Oui, je comptais rester quelques jours, le temps de trouver quelques petites choses dont je pourrais avoir besoin. Et toi ?

Lui adressant un petit sourire, elle se remit à manger en savourant chaque bouchée, attendant la réponse de la jeune fille qui était dans son cours. Comment était-elle ? Impulsive, patiente, compréhensive, colérique ? Owa avait appris à se méfier des gens. Peut-être réussirait-elle à mettre cette méfiance de côté pour mieux connaître la jeune fille. D'un côté, avec ce qu'elle avait pu subir, cela se comprenait...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Mer 09 Déc 2009, 15:58

- Salut.

Owa prit une bouchée de viande de siffleur avant de continuer :

- Je ne crois pas que le mot "vacances" convienne bien au contexte. Je dirais plutôt jouir de ma liberté.

Un énorme rire retentit et Owa se retourna, surement pour voir qui riait de cette façon... Jenny en profita pour la détailler. Elles ne se ressemblaient pas, pourtant, elles avaient toutes les deux des cheveux clair, une peau foncé... Certes, celle de Jennyssie l'était bien plus... Bref... On aurait pu dire qu'elles se ressemblaient. C'était peut être ce que pensait les ivrognes qui les regardaient justement. Mais au fond, à l'intérieur, il était évident qu'elle ne se ressemblait pas. Nyssie ne ressemblait à personne, de l'intérieur. Elle était elle. Cette adolescente comme créé pour tuer.

Owa ne semblait pas vraiment contente qu'on lui ai posée une question. Elle répondit néanmoins :

- Oui, je comptais rester quelques jours, le temps de trouver quelques petites choses dont je pourrais avoir besoin. Et toi ?

Le " Et toi ? " était en trop. Jennyssie non plus n'aimait pas répondre. Elle fit tout de même un effort, comme l'avait fait quelques secondes plus tôt la jeune filles :

- Je ne sais pas encore. Je ne pense pas rester très longtemps. J'aime bien voyager. Je ne reste pas en place.

Elle avait dit exactement ce qu'elle pensait. Pourtant, elle n'aimait pas cette jeune fille. Logique, elle n'aimait jamais personne. Elle haïssait tout le monde. A part son frère. C'était la seule personne qu'elle aimait. Avec son père...
Mais il lui fallait du temps. Peut-être allait elle trouver des affinités avec Owa. Mais elle n'aimait pas s'attacher...
On verrait bien ce qu'il se passerait..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Ven 11 Déc 2009, 12:12

Vraiment, la nourriture était excellente. D'un côté, elle n'était arrivée au Domaine que depuis peu de temps, et n'avait eu par là le temps de s'habituer à la nourriture qui y était servie. Par elle-même, Owa volait pour survivre, ou bien cueillait et chassait. Ce qui était assez rudimentaire et qui donnait une alimentation loin d'être équilibrée. Tantôt que de la viande, tantôt que des racines et des fruits, elle était pratiquement certaine qu'elle n'avait jamais toutes les vitamines dont elle aurait pu avoir besoin. Enfin, ce n'était pas grave, tant qu'elle n'en ressentait pas les effets physiquement. Et c'était loin d'être le cas, au contraire, elle se sentait toujours baigner dans une vivacité étonnante pour elle-même. La réponse de l'autre jeune fille était retenue, elle l'entendait bien. Comme si elle n'avait pas voulu la donner et pourtant l'avait fait malgré tout, ce qui était étrange. Se sentait-elle redevable à Owa parce que cette dernière avait répondu à sa question prédécente ? Hochant simplement la tête, la jeune fille continua de manger délicatement et doucement son assiette encore pleine à moitié. Le ragoût était vraiment délicieux. Pour une fois, elle n'avait pas fait un mauvais choix.

Pensant à Fulmico qui devait l'attendre à l'extérieur de la ville, elle leva les yeux vers le plafond de l'auberge et détailla les planches qui le soutenaient. Ce cheval était vraiment extraordinaire, dans un sens. Mais elle aussi, dans ce monde qu'était l'Empire de Gwendalavir. Personne ne possédait son don, même si elle le détestait pour tout ce qui lui était arrivé à cause de lui. Mais d'un autre côté, cela faisait partie d'elle, et donc elle n'avait d'autre choix que de l'accepter un minimum. Surtout en sachant que si elle ne voulait pas l'utiliser pour contrôler les hommes, elle ne s'en privait pas vraiment pour conduire son cheval. Mais ce n'était pas pareil. Elle ne rencontrait aucune, strictement aucune, résistance de la part de son étalon. C'était comme s'il était totalement ouvert à elle et l'acceptait entièrement, elle et son pouvoir. Et cela lui mettait un immense baume au coeur.

Soupirant, elle finit par terminer son assiette dégoulinante de sauce, et appela le serveur pour avoir un désert. Elle choisi un met au chocolat, quelque chose qui la calerait bien. Elle se rendait compte ainsi, lorsqu'elle avait de la nourriture à sa disposition, qu'elle avait un appétit d'ogre, et cela la gênait un peu. Mais d'un côté, après tout, elle s'en fichait, elle ne payait pas ! Souriant toute seule, elle attendit que le dessert arrivât et commença à l'engloutir goulument. Savourant encore une fois le chocolat fondu et donc le délice était nappé, elle sentit un long frisson descendre le long de sa colonne vertébrale tant c'était bon. Lâchant un soupir lorsque sa petit assiette fut toute propre, elle se redressa sur sa chaise et détailla les hommes qu'il y avait là. Elle ne put s'empêcher de penser que tous les humains étaient pathétiques. Pathétiques, car ils ne suivaient que leurs instincts et pulsions, même les plus vils, sans même s'en rendre compte, et sans leur opposer de résistance. Ou bien, lorsqu'ils leur opposaient une résistance, ces derniers faisaient tellement de pression dans le cerveau qu'à un moment ou à un autre, ce dernier explosait littéralement et l'humain en question en devenait cinglé...

Tournant ses yeux vers la jeune fille en face d'elle, elle l'interrogea du regard. Elle n'avait pas envie de parler, pas tout de suite...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Ven 11 Déc 2009, 22:18

Owa mangeait beaucoup. Au moins trois fois plus que moi. Elle avait dévorée son assiette à une vitesse folle et je crus un instant qu'elle allait la lécher. Elle du s'abstenir parce qu'elle appela le serveur et demanda un dessert. Elle ôta pour quelque chose au chocolat... Oui, quelque chose parce que ça ne ressemblait à rien...
Encore une fois, elle avala le tout sans pause, sans attendre, sans paraître avoir mal au cœur. Ça ne me gênais pas. Je ne mangeais pas beaucoup et les gens respectaient. Owa mangeait beaucoup et je le respectais.
Une fois qu'elle eut finit, elle observa les hommes, près d'elle. Pendant une longue minutes, elle les regarda, sans se soucier du regard que leur rendaient les ivrognes.
Puis, elle se tourna vers moi et m'interrogea du regard. Je n'avais aucune idées de ce qu'elle voulais me demander. Je supposais que ça avait un rapport avec ces hommes.

Elle n'avait surement pas envie de parler. Et bien, si elle voulait que la conversation reste muette, elle serait muette. Je n'avait pas non plus envie de parler. Je fis comme si je n'avais pas vu son regard mais j'étais persuadée qu'elle savait que je l'avais vu. Je m'en fichais ! Cette fille venait, s'installait à MA table, espérait surement que MON ivrogne pait SON énorme diner...
Pourtant, peut-être était-ce pour toutes ses raisons que je commençais à l'appréciais. Je souris. J'étais ridicule. J'essayais de me persuader que cette fille était le genre de personnes que je n'aimais pas... Alors que, justement, je commençais à apprécier son caractère même si je ne le connaissait pas vraiment...
Soudain, j'éclatais de rire. Je riais de moi. Lorsque je me fus calmée, je demandais, les larmes de rire aux yeux :

- Quel était se regard interrogateur ? Je ne lis pas dans les regards... Du moins, pas encore !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Dim 20 Déc 2009, 22:37

Owa continuait de regarder les autres personnes dans la taverne. C'était vraiment ragoûtant tous ces ivrognes, ici seulement pour se saoûler, et en plus à plusieurs. Pour, lorsqu'ils sortiraient dans la rue, avec compagnons bien sûr, partir à l'assaut d'une jeune et jolie fille pour abuser de son corps dans tous les sens du terme. Un plis se forma sur le nez de la jeune fille qui grimaçait de dégoût, vraiment, elle détestait cela. Cela lui réveillait des souvenirs. Le souvenir, en particulier, de la première fois qu'elle allait fouler la terre de Gwendalavir. Lorsqu'elle était sortie de la cale et qu'elle s'était faite prendre d'assaut par ces putrides pirates ou marins, elle n'en savait que trop rien, et qu'elle avait failli y laisser et son corps, et sa vie. C'était en particulier dans ces moments-là qu'elle venait à se dire que finalement, ce don qu'elle possédait n'était pas si inutile. Et ce jour-là, elle avait été surprise de pouvoir arrêter autant de personnes d'un coup. Elle n'avait jamais tenté une telle chose auparavant, même à Valingaï. Elle ne se doutait pas qu'elle pouvait avoir autant de puissance. Même si quelque part, en réalité, elle devait s'en douter car sinon elle n'aurait pas été envoyée dans le palais impérial et n'aurait pas fait tout ce travail seule.

Soupirant, la jeune fille pensa à Fulmico, qui devait l'attendre à l'extérieur de la ville. Ce cheval était vraiment exceptionnel, c'était le cas de le dire. Et elle utilisait son don avec lui sans même s'en rendre compte, et elle le savait. C'était juste que l'animal l'appréciait tellement et était tellement ouvert à elle, et qu'elle ne sentait jamais aucune résistance de sa part, qu'elle trouvait cela exceptionnel. Vraiment, les animaux valaient la peine, même si cela, elle le savait depuis bien longtemps. Ils sont bien plus fiables que les humains. Tournant la tête vers Jennyssie, elle posa son regard sur son visage, voyant par là que la jeune fille semblait tiraillée par plusieurs sentiments qu'Owa ne parvint pas à éclaircir. Se mordillant légèrement la lèvre, elle tendit son assiette au serveur qui vint la chercher, et d'ailleurs il ne lui demanda pas l'addition. Souriant encore légèrement, Owa se demanda si elle ne pourrait pas utiliser son don... Non ! Il ne fallait pas qu'elle raisonnât ainsi, il ne fallait pas qu'elle pensât cela... Elle ne devait pas l'utiliser, elle le détestait même, alors il en était hors de question ! Lâchant un soupir énergique, les paroles de son interlocutrice lui parvinrent soudain. Un léger sourire passa à nouveau sur le visage d'Owa, qui planta ses yeux pâles dans ceux de sa camarade.

- Euh. Je ne sais pas trop ce que j'ai voulu dire. Sans doute, de l'exaspération vis-à-vis de tous ces ivrognes pantouflards, ou alors une sorte de requête pour sortir de cet endroit... A toi de voir, et de savoir si tu aurais envie de passer un peu plus de temps avec moi. Parce que bon, on ne rencontre pas des Envoleurs, apprentis ou Maîtres, à tous les coins de rue...

Cela lui faisait bizarre de parler autant, elle qui n'en avait pas l'habitude. Et puis, elle ne s'était pas forcément exprimée non plus dans son registre habituel, elle ne savait pas trop pourquoi, sans doute un peu de fatigue, et beaucoup d'exaspération, comme elle l'avait si bien dit quelques secondes auparavant. Ses doigts martelaient doucement la table de bois, tandis qu'elle appuyait délicatement son dos contre le dossier de sa chaise, en la faisait balancer légèrement d'avant en arrière, se tenant à la table pour ne pas perdre l'équilibre de son autre main.

[Désolée pour le retard, cette semaine a été très chargée...]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Lun 21 Déc 2009, 09:44

[ pas grave ! ]


La jeune fille regardait les ivrognes avec dégout. Elle leva son assiette qu'un serveur vint chercher sans lui demander son reste et se tourna ensuite vers moi.

- Euh. Je ne sais pas trop ce que j'ai voulu dire. Sans doute, de l'exaspération vis-à-vis de tous ces ivrognes pantouflards, ou alors une sorte de requête pour sortir de cet endroit... A toi de voir, et de savoir si tu aurais envie de passer un peu plus de temps avec moi. Parce que bon, on ne rencontre pas des Envoleurs, apprentis ou Maîtres, à tous les coins de rue...

Je levais les sourcils... Je les aimaient bien moi, ces ivrognes ! Ils pensaient voir à ma place une jolie jeune fille, ils bavaient devant moi je savais que si je sortais, ils me suivraient peut-être et j'aurais alors l'occasion de leur montrer se dont une fille est capable de faire pour s'amuser... A ma place, je savais qu'ils me trouvaient innocente, naïve, jolie... Mais ces trois mots ne me définissaient pas... Pas du tout... Ou alors, juste le troisième !
Je regardais Owa, le sourire aux lèvres, puis :

- D'accord, sortons...


Et bien sur, je rajoutais derrière :

- On va bien s'amuser !


Je me levais et sous le regard ahuris et plein d'admiration des ivrognes, je sortis... J'entendis une chaise bouger, un homme dire :

- On y va... En ricanant.

Je hais les hommes naïfs ! Je m'engageais dans une petite rue sans savoir si Owa m'avait suivit ou si les hommes s'étaient interposer avant qu'elle ne sorte. A vrai dire, je m'en fichait pas mal...

Ce n'est que lorsque j'entendis les pas lourds des hommes derrière moi que je m'arrêtais... Ils étaient trois, et saoul ! et nous étions Deux... Deux jeune apprenties mercenaire...

- Arrêtez vous.

C'était un ordre... Je ne m'étais même pas encore retournée vers eux. Je n'en jugeait pas encore nécessaire.

- On ne me donne jamais d'ordre. A part si on veut se suicider mais qu'on a pas le courage de le faire sois même. Et je n'aime pas les gens sans courage.


Ma voix avait été glacial. Je me retournais vers les hommes, qui en voyant mes yeux, doutèrent un instant... De trop.
J'avais sauté, m'étais agrippée à une gouttière et me hissais à présent sur le toit. Owa était bien derrière moi mais je ne savais pas si elle aurait le temps de sauter sur le toit étant donné que les hommes étaient tout près. Mais elle avait l'air plus expérimenté que moi.

J'étais trop sur de moi. Mais j'étais ainsi, je n'y pouvais rien...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Lun 21 Déc 2009, 18:05

La jeune fille acquiesça la proposition que Owa lui fit. Sortir. Mais avant, lorsqu'elle parlait des ivrognes, elle avait bien vu ses sourcils se froncer, mais sans savoir ce que cela pouvait bien vouloir signifier. Mais la jeune fille aux cheveux blancs soupira : elle devait sortir sans se faire remarquer, sinon elle allait certainement avoir des gardes impériaux à ses trousses. Se grattant le fond de la gorge, elle se leva à la suite de Jennyssie et la suivit discrètement. Alors que la jeune fille à la peau noire passait la porte, le serveur apostropha Owa, qui leva les yeux au ciel. S'arrêtant, elle vit que sa camarade était partie dans les ruelles, et d'ailleurs trois soulards étaient partis pour la suivre. Mais, étrangement, cela semblait l'amuser. Owa ne se soucia plus de Jennyssie pendant un instant. Elle devait se débarrasser de ce serveur qui allait lui coller aux basques jusqu'à ce qu'elle payât. Soupirant, elle fit glisser son regard sur la taverne. Ce qu'elle allait faire la ragoûtait, mais elle le ferait tout de même. Après tout, c'état la seule façon convenable de s'en sortir, si elle ne voulait pas devoir tuer tous les clients et les propriétaires de l'auberge. S'avançant de sa démarche légère comme une plume vers un homme plutôt bien sculpté mais qui avait lui aussi un peu trop bu, elle lui posa délicatement sa main sur l'épaule pour attirer son attention.

Se fendant en un immense sourire enjôleur, la jeune fille papillonna de son regard pâle et demanda à l'homme s'il voulait bien lui payer sa consommation. Comme elle n'avait pas d'argent, elle le remercierait autrement... Le sous-entendu eu son effet, c'était le cas de le dire. Ni d'une, ni de deux, le repas de la jeune fille fut payé, et elle adressa un long sourire ironique au serveur. Puis, d'un léger mouvement de tête, elle invita l'ivrogne charpenté à la suivre dans la rue. Ce dernier ne se fit pas prier, et avec un regard torve et pervers détailla un peu plus la délicatesse d'Owa, qui marchait tranquillement devant. Quelques bruits pantouflards de soulards attirèrent son attention, et elle sur que Jennyssie n'était pas loin, si les ivrognes l'avaient suivies. Ainsi, maintenant, ils étaient quatre. Quatre contre deux. Owa frissonna à la pensée de ce qu'ils auraient réellement voulu faire d'elles. Elle n'aimait pas spécialement se battre, et l'évitait dès que possible. Après, ce n'était pas pour autant qu'elle ne savait pas le faire. On le lui avait appris, lorsqu'elle avait été durant plusieurs années à Valingaï, et même sans son Don elle était assez forte. Elle ne savait pas réellement à quel point, certes, mais tout de même.

Un léger mouvement attira son attention, un peu plus haut. L'autre apprentie avait sauté sur une gouttière, car elle était dans un cul-de-sac. Soupirant encore une fois, Owa se retourna et dégaina une toute petite dague, légère comme une plume, presque, avec des reflets d'un blanc pur et d'un noir occulte à la fois. Comme elle, valeurs opposées. Un léger sourire, presque contrit, passa sur son visage, tandis qu'elle fermait les yeux et qu'elle avançait d'un pas. Levant le menton pour apercevoir Jennyssie, elle se dit que de toute manière, si elle voulait fuir, elle n'était qu'une lâche. Monter sur une gouttière où les ivrognes ne pouvaient plus avoir de prise sur elle était lâche, et elle fuyait le combat. Dans ce cas, contrairement à ce qu'elle avait l'air de penser, vu ses précédentes réactions, elle n'aimait pas se battre. Elle aimait la mort, et qu'importe comment elle l'infligeait. Donc, pour tenter de tuer d'autres personnes sans y laisser un morceau d'elle-même, elle le faisait dans le dos, dans la nuit, lorsqu'ils n'y comprenait rien. C'était faible, c'était lâche. C'était la vision d'Owa. Mais sans doute la jeune fille aimait cela, et Owa le respectait. Chacun était comme il voulait, avec ses envies, ses habitudes, ses défauts. Il fallait l'accepter, car c'était dans le sentiment de refus que naissait la Haine et la Vengeance. Or, Owa ne voulait pas de cela.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Mar 22 Déc 2009, 14:44

Voyant qu'Owa n'arrivait pas, je me penchais. Ils n'étaient plus seulement trois, mais quatre... Quatre ivrognes complètement saoul qui regardait la jeune fille aux cheveux blanc. Elle avait sortit une petite dague et, le sourire aux lèvres, la pointait vers les adversaire.

Je tuais trop souvent. Je tentais de me retenir le plus longtemps et le plus souvent possible. Je savais que tuer était mal, pourtant, c'était comme si la mort l'appelait pour qu'elle accomplisse les taches qu'elle ne parvenait pas à faire... J'étais comme la complice de la mort. J'avais conscience que certaines personnes avaient peur de celle ci. Mais je ne pouvais pas m'en empêcher. Je tuais pour le plaisir mais j'étais persuadée que c'était la mort qui me le demandait.
Je tuais pour être heureuse, je tuais pour oublier mon frère, pour la venger...
Et la, je ne souhaitais pas faire de mal à ces hommes. Peut-être que la mort voulait les préserver...

J'étais bien décider à ne pas agir. J'attendais qu'Owa s'occupe d'eux, je savais qu'une mercenaire pouvais battre sans problème quatre ivrognes qui ne tiennent pas debout. Et même si elle n'y arrivait pas, elle n'avait cas venir la rejoindre et si il lui arrivait malheur, c'est que la mort aurait frappée.

Le sourire aux lèvres, j'attendais de savoir qui réagirait en premier.

[ J'arrive pas à faire des rp très long en ce moment... Désolé ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Mer 23 Déc 2009, 21:00

[Pas de soucis, j'ai aussi mes périodes 'courtes' ^^]

Owa laissait ses yeux pâles parcourir les quatre ivrognes présents, tranquillement, et sans arrière pensée. Ces derniers voulaient abuser de son corps, c'était un fait, et même eux ne l'auraient pas nié, saouls comme ils étaient. Mais il était hors de question qu'elle se laissât faire. Et de la même manière, elle ne voulait pas tuer, et si sa lame avait bien souvent croisé la chair d'un animal pour subvenir à la faim de la jeune fille, elle n'avait jamais touché d'homme, et Owa ne comptait pas lui offrir cette occasion. Par conséquent, il était impensable qu'elle les attaquât avec son arme. Mais ils étaient trop près, et elle agglutinée dans ce cul-de-sac, avec l'autre là bas, au dessus, qui ne semblait pas décidée à intervenir. Et même déterminée à ne pas intervenir. Fronçant les sourcils, Owa se demanda ce qu'elle cherchait réellement. Pourquoi avait-elle emmené ces drôles d'hommes - pouvait-on réellement appeler cela des hommes ? - dans cet endroit, si ce n'était pas pour amuser son petit cerveau qui semblait apprécier la mort ? Les motivations de la jeune fille étaient très floues dans l'esprit d'Owa. D'un côté, elle avait vécu longtemps loin des hommes, et leur esprit pervers et naturellement mauvais n'était pas dans l'optique de la jeune fille, et lorsqu'elle parlait des hommes, c'étaient les humains en général. Soupirant, elle ferma les yeux un instant, avant de les rouvrir.

Ils avaient avancés. Ils ne se trouvaient plus qu'à deux mètres d'elle, à peine. Leur halène putride avait des relents qui arrivaient jusqu'à l'organe olfactif de la jeune fille, lui tirant une grimace de dégoût. Elle soupira. Elle ne pouvait plus s'échapper, et elle ne voulait toujours pas attaquer. Elle ne voulait en aucun cas tuer... Une seule solution s'imposa à elle, une solution dont elle ne voulait pas non plus... Enfin, c'était cela, ou bien elle se laisser faire... Et il en était hors de question. Reculant encore d'un pas, elle sentit la pierre froide se coller sur sa peau encore humide. Se mordant la lèvre, elle lâcha un dernier soupir, ouvrit brusquement les yeux et les planta, déterminés, dans ceux de ses assaillants.

- Brûle.

Ce simple ordre avait été murmuré. Pourtant, la planche que les hommes étaient en train d'enjamber s'enflamma brusquement et avec force, comme si on l'avait aspergée d'essence. Les flammes, bleues de chaleur, pures, s'élevaient sous les pieds des ivrognes, dont les yeux se révulsèrent de peur, et dont les bouches s'ouvrirent en grand, montrant leur gosier, pour lâcher des cris effrayés. D'un clignement des yeux, Owa arrêta le feu lorsque les quatre hommes se furent enfuis plus loin. Pourquoi avait-elle fait cela, elle qui se blâmait d'avoir ce Don de Volonté ? Pourquoi ? Certes, elle aurait pu y laisser sa peau, mais sa résolution de ne pas tuer était-elle réellement plus forte que celle de ne pas se servir de ce pouvoir ? D'un autre côté, elle ne s'en était pas servi sur eux, elle ne voulait pas s'en servir sur les humains, c'était contre-nature, c'était inhumain, c'était quelque chose qu'on lui avait fait faire lorsqu'elle était à Valingaï pour accroitre son Don et apparemment cela avait fonctionné, et ce Don ne se ternissait pas avec le temps, contrairement à ce qu'elle espérait. La preuve était que la planche s'était enflammée instantanément et puissamment... Levant les yeux vers l'autre fille, Owa fronça les sourcils, se demandant ce qu'elle pouvait avoir compris dans tout cela...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Ven 25 Déc 2009, 15:24

Les hommes s'étaient avancés vers la jeune fille, un sourire pervers aux lèvres. Ils se regardaient, tour à tour en riant bêtement, puis, leurs yeux se tournaient vers Owa. Ils ne se méfiaient plus de moi. On aurait dit qu'ils m'avaient oubliés ce qui était tout aussi bien.

Owa ne semblait pas avoir peur. Contrairement à d'autres, elle ne reculait pas en voyant les ivrognes approcher. Elle avait les yeux fermés, elle se mordait les lèvres.
J'étais impatiente de voir ce qui allait ce passer ensuite.
Je ne fus pas déçu. La jeune fille ouvrit les yeux brusquement et murmura pourtant assez fort pour que je l'entende :

- Brûle.

Je n'eus pas le temps de me demander ce qu'elle faisait et pourquoi elle disait cela. Les ivrognes s'enflammèrent. Des flammes bleu et orangés. Ils hurlaient leur surprise et leur souffrance. Le feu se calma vite et se tu enfin. Ils s'enfuirent, sans attendre leurs reste, en titubant.

Mon sourire s'était élargi et, sans m'en rendre compte, je m'étais tournée, couché sur le ventre, les jambes en l'air, la tête dans les mains, appuyé sur mes coudes.
Owa leva les yeux vers moi. Je ne savait pas ce qui c'était passé et, à dire vrai, je ne voulais pas savoir. Elle avait un don. Un pouvoir même. J'avais été surprise un instant. Pourtant...

Je me redressais, me tournais, les pieds dans le vide, le sourire aux lèvres.

- Tu as triché ! C'était impressionnant, c'est vrai mais pas la peine de t'en vanter. Tu ne t'es pas cassé la tête, hein... Tu aurais très bien pu les mettre hors jeu sans utiliser... Ton... Don.


Ça avait beau être impressionnant, ça n'avait pas été assez long à mon gout...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Lun 28 Déc 2009, 21:39

Owa soupira. Non, elle n'avait pas triché. Cela avait été très dur pour elle de faire cela, elle ne voulait pas utiliser son Don, elle ne l'aimait pas, et elle aurait même voulu s'en débarrasser... Mais elle ne voulait pas être violée non plus, et encore moins apporter la mort à quelqu'un. Tuer ne servait à rien, faire souffrir les autres ne lui apportait rien, mis à par une souffrance de culpabilité. Non, c'était simplement que cette fille ne pouvait pas comprendre que tuer n'était pas dans la nature d'Owa, que tuer était quelque chose pour elle d'irrationnel et de totalement cruel et inutile. La mort n'apportait que souffrance, pour elle. Parce qu'elle allait culpabiliser si elle le faisait, parce que les proches de la personne allaient souffrir elles aussi de son manque, parce que la mort ne méritait pas que l'on pût se sacrifier ou que l'on lui offre des corps pour elle. Non, pour Owa, cela n'était même pas concevable, elle ne pouvait pas, c'était physique. Peut-être la considérerait-on comme faible au Domaine. Elle n'était pas d'accord, car c'était sa force de caractère qui lui avait permis de ne tuer personne jusque là, même si parfois elle en avait très envie. Elle ne voulait que l'harmonie, la sérénité, le calme et la douceur. Tout le reste n'était pas intéressant, et bien trop facile à obtenir. Pourquoi vouloir d'un Chaos qui nous habite naturellement ? Le Chaos ne sert à rien, mis à part à s'autodétruire. A croire que les Mercenaires du Chaos étaient tous suicidaires malgré tout.

Mais d'un côté, elle n'avait pas intégré ce Domaine pour rien. Entourée de Chaos, pour elle, était la meilleure façon de voir l'harmonie et d'en profiter totalement. Le meilleur moyen de comprendre que son but ultime était juste et rationnel, qu'il était simplement évident que c'était ce qu'il fallait faire. Soupirant, elle leva les yeux vers Jennyssie, ne sachant si elle allait répondre ou non au pic qu'elle venait de lancer, par rapport à ce mot, 'triche'. Non, elle n'était pas une tricheuse. Juste différente. Fronçant légèrement les sourcils, la jeune fille se dirigea vers la planche qui avait brûlé sous les pieds des ivrognes et dont les flammes grandioses les avait faits fuir. Elle était calcinée, et Owa espérait qu'elle ne servait à rien, sinon les autres personnes s'en servant serraient bien embêtées... Soupirant, la jeune fille leva à nouveau les yeux pour trouver sa camarade, toujours juchée sur un toit. La réflexion inscrivit un pli entre ses deux sourcils, tandis qu'elle prenait une grande inspiration.

- Non. Non, je n'aurais pas pu, car j'aurais dû tuer l'un d'entre eux. Or, je ne veux pas tuer.

Et non, je n'ai pas triché, c'est toi qui a triché, en me laissant seule ici. A tester les autres, que crois-tu faire ? En fuyant tes devoirs, tu n'iras pas loin...


La dernière phrase était sortie malgré elle, mais elle la pensait vraiment, et elle ne montra pas qu'elle n'avait pas voulu le dire, car c'était faux. Elle aurait plutôt voulu que Jennyssie ne l'entendît pas, mais c'était raté, et elle n'y faisait donc pas attention. Soupirant, la jeune fille plaqua son regard sur la fin de la rue, dans laquelle les quatre ivrognes avaient disparus. Elle aurait aimé voir cette fille contre ces gars-là. Juste pour voir ce dont elle était capable. Mais elle n'était pas du genre à souhaiter que d'autres souffrent, donc elle ne ferait jamais une telle chose, elle. Etait-elle trop gentille pour être dans ce camp ? Devait-elle se laisser aller à de plus vils actes parce qu'elle faisait partie des défendeurs du Chaos, même si elle ne voulait pas de celui-ci ? Elle devait y réfléchir. Mais ce n'était pas le moment...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Mar 29 Déc 2009, 16:43

Owa semblait s'en vouloir. Pourquoi ? Elle ne les avaient même pas tué ! Je ne comprenais pas. Mais, il fallait avouer que je ne comprenais personne à part moi...

- Non. Non, je n'aurais pas pu, car j'aurais dû tuer l'un d'entre eux. Or, je ne veux pas tuer.

Et non, je n'ai pas triché, c'est toi qui a triché, en me laissant seule ici. A tester les autres, que crois-tu faire ? En fuyant tes devoirs, tu n'iras pas loin...


Le ton de la jeune fille ne me plaisait pas et je la comprenais encore moins. Les mercenaires tuaient, pour la plupart. C'était dans leur nature ! Tout m'échappait.
Mon père avait essentiellement passé son temps à m'apprendre à tuer. J'étais une tueuse. J'étais ainsi. Depuis que j'étais une enfant. Ca avait été mon éducation. Ma seule éducation... Tuer.... Pour le plaisir. Mais Liro m'avait apprit, avant sa mort le regard. De naissance, je savais obliger les gens à répondre à mes questions, simplement avec mon regard et la volonté d'avoir les réponses à toutes mes questions... Mais Liro m'avait apprit ce que voulait dire certains des regards des autres.

Et je savais ce qu'Owa ressentait, même si je ne le comprenait pas.

- Tu ne veux pas tuer ? Es tu réellement mercenaire ? Ou ta place serait elle plutôt chez les marchombres ? Pourquoi mercenaire ? Pourquoi pas tuer ? Qu'est-ce que ça te fais ?
Je passe mon temps à faire ce que toi, tu n'as jamais osé faire. Souhaiterais tu que je tue plus que ce que je ne fait déjà ? Comment ose tu dire que j'ai triché alors que je ne faisais que fuir mon envie de tuer, pour une fois ? Tu veux que je deviennes accroc ? Décidément, non... Je ne comprend personne, encore moins toi. Je ne comprend personne et je n'aimes personne. Mais ça va surement ensemble...


Je lui jetais un regard noir, me tournais et m'éloignais. Dès que j'atteignis le bout de la rue, mon sourire revint. La vie continuait son cour, comme elle l'avait débuté.
Moi, cette jeune fille qui tue sans remord et qui voyage, sans se soucier de la culpabilité, de la tristesse des gens qui croisent son chemin... Mais je savais qu'Owa ne culpabilisait pas, elle. Il arrive des fois ou l'ont rencontre des gens différend. On ne les comprend pas plus que les autres, mais ils sont différent.
Je sortis de la ville et reprenais mon chemin, comme à mon habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Dim 03 Jan 2010, 12:01

Owa regardait, intéressée, la jeune fille lui répondre. Les premières questions, elle venait de se les poser, c'était une chose, et elle trouverait les réponses. Elle avait laissé faire son instinct, pour rejoindre ce camp, et elle savait qu'elle pouvait avoir confiance en lui. Pourquoi pas tuer ? Qu'est-ce que cela lui faisait ? Soupirant légèrement, Owa secoua la tête discrètement. Elle n'avait pas saisi sa remarque, et elle l'avait pris pour quelque chose d'autre. Décidément, les humains étaient bien compliqués, il n'y avait pas à dire. La jeune ex-Valingite laissa l'autre partir, devant, dans la rue au bout de laquelle les ivrognes avaient disparus. Fronçant les sourcils, elle ferma les yeux et tenta de comprendre. Se mettre à la place de cette fille, qui était même dans son cours... Se mordillant légèrement la lèvre, elle redressa le menton et décida de la rattraper. Oui, mais comment ? Le lien se fit dans son cerveau, et presque malgré elle, elle appela Fulmico à elle. Le cheval, l'esprit toujours aussi ouvert sur la jeune fille, la sentit avant même qu'elle ne fût en train de lui dire de venir la voir et poussa un hennissement rauque de bienvenue. Owa sourit, et commença à marcher vers la sortie de la ville, tandis que le cheval entrait tranquillement pour ne pas se faire voir ni attraper. Bientôt, il la trouva et, sautant sur son dos, elle le mit au galop d'une pression des mollets, et fila droit vers la sortie.

Owa prenait toujours garde de ne pas bousculer des passants, de ne pas leur faire mal, même si elle était pressée. Bientôt, ils passèrent sous l'arche principale de la ville, et Owa pu distinguer la silhouette de Jennyssie sur les plaines. Un léger sourire passa sur ses lèvres, tandis qu'elle faisait légèrement ralentir son cheval en arrivant à sa hauteur. A quelques mètres d'elle, elle sauta à terre et la rejoignit en trottinant.

- Je n'ai jamais dit que tu aurais dû les tuer, bien au contraire. Comment aurais-je pu savoir que tu fuyais pour ne pas tuer ? Pour moi, tu as tendu un piège, pour voir la force que je pouvais avoir, et si j'étais à ta hauteur ou non. Et puis, il n'est pas question que tu deviennes accroc, puisque tu sembles déjà l'être...

Respirant un grand coup, Owa vint se placer devant la jeune fille pour qu'elle s'arrêtât de marcher et qu'elle la regardât.

- Non, je ne veux pas tuer. Tuer, c'est naturel, et c'est quelque chose de normal, certes. Pour survivre. Pas pour le plaisir. Tant que je pourrais éviter de tuer les gens, je le ferai. Pourquoi Mercenaire ? Simplement parce que mon instinct me le dit, et que cela crée quelque chose en moi. Les Marchombres se laissent guider par leurs émotions, ils ne sont pas libres totalement. Mais en agissant ainsi, en tuant pour le plaisir, un Mercenaire agit aussi suivant ses émotions, et ne fait pas passer sa vraie liberté. La vraie liberté est celle qui affranchit de toutes les émotions. Toutes, qu'elles soient compassion ou haine.

Et mon but est de supprimer la haine et la vengeance de mon âme. Pour être totalement libre.

Pourquoi faudrait-il être froncièrement mauvais pour être Mercenaire ? Pourquoi faudrait-il prendre du plaisir à tuer ? Faire régner le Chaos ne veut pas dire détruire la terre, car dans ce cas, on ne pourra pas régner, s'il n'y a plus personne à diriger !


Fulmico était venu placer le bout de son nez contre l'épaule d'Owa, doucement. Cette dernière le caressa tendrement, avant de regarder à nouveau Jennyssie. Dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Dim 03 Jan 2010, 16:42

Je marchait à présent, sur les plaines soufflait un léger vent froid. J'entendis l 'étalon arrivé de loin et je su à cet instant qu'Owa m'avait suivit. Je continuais, sans m'arrêter. Lorsqu'elle fut assez près, elle descendit du cheval et trottina jusqu'à moi en tentant de s'expliquer :

- Je n'ai jamais dit que tu aurais dû les tuer, bien au contraire. Comment aurais-je pu savoir que tu fuyais pour ne pas tuer ? Pour moi, tu as tendu un piège, pour voir la force que je pouvais avoir, et si j'étais à ta hauteur ou non. Et puis, il n'est pas question que tu deviennes accroc, puisque tu sembles déjà l'être...


Je l'écoutais attentivement mais faisais semblant de ne pas l'entendre. Je continuais mon chemin, indifférente... Owa inspira un grand coup avant de venir se placer devant moi. Je m'arrêtais. Cette fois, j'étais décidé à l'écouter....

- Non, je ne veux pas tuer. Tuer, c'est naturel, et c'est quelque chose de normal, certes. Pour survivre. Pas pour le plaisir. Tant que je pourrais éviter de tuer les gens, je le ferai. Pourquoi Mercenaire ? Simplement parce que mon instinct me le dit, et que cela crée quelque chose en moi. Les Marchombres se laissent guider par leurs émotions, ils ne sont pas libres totalement. Mais en agissant ainsi, en tuant pour le plaisir, un Mercenaire agit aussi suivant ses émotions, et ne fait pas passer sa vraie liberté. La vraie liberté est celle qui affranchit de toutes les émotions. Toutes, qu'elles soient compassion ou haine.

Et mon but est de supprimer la haine et la vengeance de mon âme. Pour être totalement libre.

Pourquoi faudrait-il être froncièrement mauvais pour être Mercenaire ? Pourquoi faudrait-il prendre du plaisir à tuer ? Faire régner le Chaos ne veut pas dire détruire la terre, car dans ce cas, on ne pourra pas régner, s'il n'y a plus personne à diriger !


Pour la première fois, on m'avait énervé... Plus que je n'aurais cru capable d'être énervée. L'étalon me narguait, derrière Owa.

- La, tu commence sérieusement à me pomper l'air... Crois tu que si on ne tue pas par plaisir, si on s'en empêche, on est vraiment libre ? Je tue parce que la mort veux que je tue. Je tue les gens qui doivent mourir. Je ne tue pas les gens qui ne le mérite pas. Tu crois que les marchombres ne sont pas libre ? Pourquoi alors se seraient ils autorisé à tué mon frère ? Je déteste donner mon avis parce que je sais que personne ne pense la même chose que moi... Et pourquoi me cour tu après ?


Je la contournais, satisfaite de mon dicour mais, me rendant compte que j'avais oubliée quelque chose, je revenais sur mes pas et me plantais devant la jeune fille.

-En fait, que tu sois Mercenaire ou Marchombre, ça ne change rien... Tous deux s'entre tue... Lorsque tu te retrouveras face à l'un d'eux, il te tuera parce que tu ne voudras pas le tuer... Tu seras faible. Et pas digne d'être une mercenaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Dim 03 Jan 2010, 17:49

Owa grimaça. Ce que Jennyssie venait de dire n'avait aucun sens. Vraiment aucun. Il n'y avait pas de construction de phrases, juste des mots balancés vite fait, juste une colère. Elle soupira.

- T'es vraiment stupide. Tu te rends compte que là, avec cette colère, cette haine, tu ne dis que des conneries ?
Si la mort veut que tu tues, tu n'es pas libre, puisque tu l'écoutes, puisque tu te soumets à elle. J'ai dit que les Marchombres n'étaient pas totalement libres, cela ne veut pas dire qu'ils ne le sont pas un peu. Et puis, ton frère n'a rien à faire ici, même s'il est mort.

C'est pour le retrouver que tu fais ça ? Pour te persuader que la mort, c'est lui, et donc dès que tu tues, tu te rapproches de lui ? C'est ce qu'on appelle la folie.

Je me fiche d'être faible. Je suis moi. Et de toute manière, je ne le suis pas. Je ne tue que par nécessité, et ma vie est une nécessité. Tu n'écoutes pas ce qu'on te dis, tu ne fais qu'entendre. Comme une gamine !


Malgré les paroles abruptes qu'elle venait de prononcer, Owa n'avait pas crié une seule fois, contrairement à son interlocutrice. Elle était restée parfaitement calme et douce, la voix vibrante d'explication, comme lorsque raconte à un enfant qu'il a tort et qu'on lui explique pourquoi. Elle ne pensait pas pouvoir être ainsi, et si elle sentait la colère en elle, cette dernière ne s'était pas retranscrite dans ses paroles ou ses gestes. Le vent frai soufflait doucement, balayant les herbes de la plaine, jouant avec leurs cheveux clairs. Comment pouvait-on être ainsi ? Ne pas voir la vérité et se voiler la face à ce point ? Voilà pourquoi elle avait du mal avec la société humaine, parce que les gens ne savaient pas raisonner de manière normale et logique, et encore moins lorsqu'ils avaient des émotions comme la peur, la haine, l'amour. Ils n'étaient pas objectifs. Elle ne voulait que la vérité, et pourvoir ressentir ces émotions en s'en affranchissant pourtant. Elle savait que cela serait dur, difficile, mais elle y arriverait. Avec le temps.

Elle sentait quelque chose dans son esprit, quelque chose d'étrange. Fronçant les sourcils, elle se concentra un instant, et comprit que les signaux venaient de Fulmico. C'était... improbable ! Le cheval lançait des images, des sensations, à sa cavalière, comme pour l'avertir. Owa s'adoucit. Il était vraiment très intelligent, ce cheval ! Il voulait qu'elle s'éloignât de Jennyssie, mais elle le coupa d'une caresse. Non, elle ne s'éloignerait pas, elle n'avait pas fini.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Lun 04 Jan 2010, 18:54

La jeune fille grimaça... Elle commençait sérieusement à m'agacer... Je ne l'avait pas invité à ma table pour qu'elle me suive comme un petit chien !

- T'es vraiment stupide. Tu te rends compte que là, avec cette colère, cette haine, tu ne dis que des conneries ?
Si la mort veut que tu tues, tu n'es pas libre, puisque tu l'écoutes, puisque tu te soumets à elle. J'ai dit que les Marchombres n'étaient pas totalement libres, cela ne veut pas dire qu'ils ne le sont pas un peu. Et puis, ton frère n'a rien à faire ici, même s'il est mort.

C'est pour le retrouver que tu fais ça ? Pour te persuader que la mort, c'est lui, et donc dès que tu tues, tu te rapproches de lui ? C'est ce qu'on appelle la folie.

Je me fiche d'être faible. Je suis moi. Et de toute manière, je ne le suis pas. Je ne tue que par nécessité, et ma vie est une nécessité. Tu n'écoutes pas ce qu'on te dis, tu ne fais qu'entendre. Comme une gamine !


Ma peau été noire... Pourtant, je sentais le rouge me monter aux joues et si je ne criais pas, j'allais surement exploser. Alors, comme prévu, je hurlais :

- Bon sang, je n'ai que 16 ans, je suis encore une gamine, ne vient pas me faire le discours de la façon dont il faut que je me comporte ! Et oui, je suis folle et je n'y peu rien ! As tu eu un frère ? Quelqu'un de ta famille, quelqu'un que tu aimais plus que tout ? Il était la seule personne qui importait vraiment pour moi ! Et il n'est plus la ! Il n'est plus la et maintenant, je l'entend parler la nuit, alors oui, je suis folle ! Mais je ne tue pas pour la mort, je tue pour moi ! Je ne tue que les gens que la mort veut faire mourir pour ne pas pénaliser les autres parce que tu vois, moi aussi j'ai un coeur ! Mais je ne suis pas obligé ! Je le fais parce que j'en ai envie ! Je le fais parce que je suis une tueuse !
Je ne suis pas obligé d'écouter ce que tu me dis, parce que, moi, je suis libre !Et les marchombres ne peuvent pas être à moitié libre... Ou ils le sont, ou ils ne le sont pas.


La mort ne voulait pas d'Owa. Mais moi, je voulais qu'elle parte. Je la haïssais à cause de la colère qu'elle avait fait naître en moi qui ne s'évaporerait que dans quelques jours... D'ici la, mieux valait être loin de moi...

- Les gens qui souffrent sont ceux qui ont perdus des êtres chers, pas ceux qui sont morts... Alors fais attention la prochaine fois... Tu ne me connais pas, tu ne sais pas de quoi je suis capable, tu ne sais pas ce qu'il se passe dans ma tête, tu ne sais rien de moi.


Je voulais qu'elle me réponde. Pour Liro. Pour moi. Parce que notre conversation, je voulais la gagner. JE voulais qu'elle comprenne ce qu'elle venait de dire. Je voulais qu'elle comprenne que de toute façon, elle était plus gamine que moi avec son discours...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Lun 04 Jan 2010, 21:07

Owa resta stoïque devant les hurlements de la fille. Elle, elle l'écoutait, et attentivement. Son discours ne tenait pas la route, il n'y avait aucune logique, aucune cause à conséquence, rien, qui prévalait qu'elle avait vraiment réfléchi à tout cela. Soupirant légèrement alors que l'autre se délestait de colère, même si la jeune fille se doutait bien que hurler ainsi ne la calmerait pas pour autant, elle attendit patiemment qu'elle eût terminé, en enregistrant encore une fois tout ce qu'elle disait. Cela l'amusait, même, en réalité, la réaction qu'elle avait. Cela prouvait d'autant plus ce qu'elle pensais, en réalité. Calmement, elle répondit même, en levant un doigt.

- Faux. On n'est jamais totalement alliéné, on est toujours un peu libre. Et à 16 ans, on a déjà vu la vie, surtout si l'on tue, surtout si l'on a perdu quelqu'un, et dans ces conditions réunies, on considère que tu n'es plus une gamine, mais une personne capable de réfléchir normalement. Tu t'étonnes de haïr les gens, de détester tout le monde ? Mais dès que l'on peut tenter de t'aider, de te raisonner, tu t'enfuis, tu n'écoutes pas, tu as tellement de colère que tous tes sentiments prennent le dessus !

On n'est pas libre parce que l'on en a envie. Justement, on est libre lorsque on sait faire abstraction de nos envies, pour comprendre ce qui est objectivement le mieux. C'est ça la vraie liberté. La liberté de l'esprit avant tout, et le désir et l'envie sont des choses qui entravent cette liberté. Et tu es complètement bernée par eux, rien qu'en me hurlant dessus tu en donnes la preuve. Les Marchombres ne sont pas plus libres ou aliénés que la plupart des gens. C'est juste qu'ils cherchent la mauvaise liberté, celle qui n'existe pas, celle qui n'est qu'une utopie.

Je suis d'accord sur un point. Les gens qui souffrent ne sont pas ceux qui sont morts. Mais penses-tu que ton frère serait heureux de voir que tu es si triste et si mauvaise à cause de lui ? Oui, parce que d'après ce que tu viens de dire, je n'invente rien, c'est à cause de lui que tu fais ça, puisque c'est lui qui te rend folle, puisque c'est ta folie qui te pousse à tuer des gens... Penses-tu qu'à l'heure actuelle, il serait fier de toi parce que tu ne réfléchis pas et que tu ne suis que tes pulsions malsaines ?

Je me fiche de savoir de quoi tu es capable. De toute manière, je saurais t'arrêter. J'en ai le pouvoir, si je dois sauver ma vie....


Owa se demanda finalement pourquoi elle continuait à parler si calmement, puisqu'elle ne l'écoutait pas, cette Jennyssie. Mais en fait, elle savait qu'elle avait envie de l'aider. Parce que la folie, cela se réparait, il fallait juste accepter les choses telles qu'elles étaient et arrêter de sublimer un monde comme on le voudrait. Voir les choses avec du recul et plus objectivement permettait de s'affranchir de ces choses-là. Comme elle-même s'était affranchie de toute la haine et la rancoeur qu'elle avait éprouvé à l'égard des Valingites. C'était la seule issue possible pour se sortir de là. Mais elle ne voulait rien entendre...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Mar 05 Jan 2010, 20:51

- Faux. On n'est jamais totalement alliéné, on est toujours un peu libre. Et à 16 ans, on a déjà vu la vie, surtout si l'on tue, surtout si l'on a perdu quelqu'un, et dans ces conditions réunies, on considère que tu n'es plus une gamine, mais une personne capable de réfléchir normalement. Tu t'étonnes de haïr les gens, de détester tout le monde ? Mais dès que l'on peut tenter de t'aider, de te raisonner, tu t'enfuis, tu n'écoutes pas, tu as tellement de colère que tous tes sentiments prennent le dessus !

On n'est pas libre parce que l'on en a envie. Justement, on est libre lorsque on sait faire abstraction de nos envies, pour comprendre ce qui est objectivement le mieux. C'est ça la vraie liberté. La liberté de l'esprit avant tout, et le désir et l'envie sont des choses qui entravent cette liberté. Et tu es complètement bernée par eux, rien qu'en me hurlant dessus tu en donnes la preuve. Les Marchombres ne sont pas plus libres ou aliénés que la plupart des gens. C'est juste qu'ils cherchent la mauvaise liberté, celle qui n'existe pas, celle qui n'est qu'une utopie.

Je suis d'accord sur un point. Les gens qui souffrent ne sont pas ceux qui sont morts. Mais penses-tu que ton frère serait heureux de voir que tu es si triste et si mauvaise à cause de lui ? Oui, parce que d'après ce que tu viens de dire, je n'invente rien, c'est à cause de lui que tu fais ça, puisque c'est lui qui te rend folle, puisque c'est ta folie qui te pousse à tuer des gens... Penses-tu qu'à l'heure actuelle, il serait fier de toi parce que tu ne réfléchis pas et que tu ne suis que tes pulsions malsaines ?

Je me fiche de savoir de quoi tu es capable. De toute manière, je saurais t'arrêter. J'en ai le pouvoir, si je dois sauver ma vie....

La colère avait monté d'un cran. Elle continuait de parler de mon frère, sans se soucier de moi, sans savoir que j'avais l'impression de recevoir un coup de couteau chaque fois qu'elle y faisait allusion. Ma colère peu à peu se transforma en une tristesse infini. Je n'avais plus envie de crier. J'avais envie de lui cracher à la figure, et de pleurer. De pleurer jusqu'à ce que je meurt peut-être. De pleurer et de dormir. Alors, d'une voix calme mais qui traduisait nettement mon moment de faiblesse, ma tristesse, je tentais de lui expliquer :

- Mon frère n'a jamais jugé de moi. C'est lui qui tuait. Il tuait sans que je le sache. Il me le cachait pour me préserver. Mais ce qu'il ne sait pas, c'est que mon père m'a demandé quelque chose que je n'ai pas su lui refuser. Il ma demandé de le tuer. Et depuis, je continu. Je n'y peu rien, c'est ainsi. Mon frère ne m'a jamais jugé. Il se contenter de m'accompagner lorsque je faisait une bêtise et nous rigolions en y repensant. Tu n'as jamais eu de frère. Je le sais à ta réaction. Tu as raison... Contrairement à moi, il y a tellement de chose que tu ne connais pas. Que tu ne sais pas.
Je ne peux pas te demander de penser comme moi. Je sais que c'est impossible. Mais contente toi d'essayer. J'ai passé ma vie a essayer de comprendre ce que les gens ressentait, ce qu'ils pensaient parce que je savais que personne ne pensaient comme moi. Je n'ai jamais réussi. Et je me suis rendu compte que personne n'essayaient de comprendre ce que moi, je pensaient.
Owa, je ne connais pas les marchombres. Je ne sais rien d'eux. Je ne sais pas s'ils sont libre ou non. Mais ils ne peuvent pas l'être a moitié.


Je fermais les yeux, retenant les larmes qui tentaient de s'échapper. Les rouvrant, je regardais au delà de la jeune fille. Poussée par une nouvelle assurance, par une nouvelle tristesse, cette blessure qui se rouvrait, je me glissais derrière elle pour m'assurer qu'elle ne m'empêcherais pas de passer et m'assis derrière elle, en tailleur, attendant qu'elle s'installe à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Mar 05 Jan 2010, 23:06

Owa écouta, bien évidemment. De toute manière, elle ne pouvait pas faire autrement, c'était dans sa nature, et elle restait toujours fidèle à elle-même. Lorsque Jennyssie eut terminé et passa à côté d'elle, elle crut d'ailleurs que cette dernière allait partir en courant. Elle avait bien entendu la tristesse filtrer dans sa voix, elle l'avait bien vue sur son visage, et d'ailleurs, elle avait presque prit la place de sa colère. Souriant tendrement, Owa la vit s'asseoir juste derrière elle, et elle se retourna pour s'asseoir à côté d'elle, à son tour. Elle demanda à Fulmico de les laisser un peu, d'aller brouter plus loin, et le cheval s'exécuta tranquillement, sans aucune peur ni rien. Soupirant, Owa regarda l'horizon un instant, contemplant les lignes en ombre au bout de son champ de vision. Puis, elle se décida à répondre.

- Je n'ai jamais dit qu'il te jugeait ou te jugerait. J'ai dit qu'il serait fier de toi. Cela n'équivaut pas à un jugement. Cela équivaut à un sentiment vis-à-vis de toi.

Je n'ai peut-être jamais eu de frère, mais j'ai aussi beaucoup souffert, contrairement à ce que tu peux penser. Pas de la même manière que toi, car ce ne sont pas les mêmes expériences, mais j'ai beaucoup souffert, énormément souffert. J'ai aussi réfléchi pendant des années, lorsque j'ai réussi à m'enfuir. C'est grâce à cela que je suis ici aujourd'hui, sinon je serais bien plus loin que tu ne peux l'imaginer.

Bien sûr que si, j'essaye de te comprendre. C'est pour cela que je te parle. Sinon, j'aurais renoncé dès le début, et je t'aurais laissée te débrouiller avec tout ce que tu as pu avoir jusque là. Mais je ne suis pas comme ça. Lorsque je vois quelqu'un qui fuit ses responsabilités, soit parce qu'il a peur, soit parce qu'il a mal, je ne peux pas m'empêcher de vouloir aider. J'ai une façon brutale de faire les choses, parfois.

Pour la liberté, encore une fois, je n'ai pas parlé de moitié de liberté. C'est juste que des gens sont plus libres que d'autres.

J'aurais aimé avoir ma famille toute ma vie avec moi, j'aurais aimé rester avec ma mère, qui était enceinte d'une petite soeur ou d'un petit frère - ce que je ne saurais jamais d'ailleurs - pouvoir avoir ma famille. Mais ce que je suis a décidé pour moi de ce que je devais faire. Et cela, je ne veux plus que cela recommence. C'est pour cela que je t'aide. Parce que ce que tu es décide pour toi de ce que tu dois faire. Ce n'est pas le même contexte, mais c'est un peu la même chose.


Soupirant légèrement, Owa posa son front sur ses deux genoux, qu'elle avait remontés contre sa poitrine, la compressant un peu d'ailleurs au passage. Elle se demandait ce que les autres qui avaient été avec elle durant la formation pour le Don faisaient à présent. Tuaient-ils des gens ? Vouaient-ils un culte à Ahmour ? Tentaient-ils de dénicher l'Elu ? Faisaient-ils des expériences scientifiques comme on en faisait tant lorsqu'elle était partie ?

Alors, le tilt se fit dans son esprit. Rubis ! Les expériences ! Elle ne put s'empêcher de lâcher un hoquet de surprise. Rubis, leur Maître... C'était l'expérience qui avait réussi, des années avant qu'elle n'arrivât à Valingaï, et dont on parlait toujours lorsqu'elle y était, parce qu'elle restait introuvable ! Elle aussi avait trouvé refuge en Gwendalavir ! Et comme les Valingites ne connaissaient pas ce continent, elle était sûre de ne jamais être retrouvée ! Un long frisson parcourut son corps. C'était pourtant tellement évident ! Pourquoi ne l'avait-elle pas vu plus tôt ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Mer 06 Jan 2010, 16:55

Owa s'assit près d'elle et je fermais les yeux alors qu'elle parlait.

- Je n'ai jamais dit qu'il te jugeait ou te jugerait. J'ai dit qu'il serait fier de toi. Cela n'équivaut pas à un jugement. Cela équivaut à un sentiment vis-à-vis de toi.

Je n'ai peut-être jamais eu de frère, mais j'ai aussi beaucoup souffert, contrairement à ce que tu peux penser. Pas de la même manière que toi, car ce ne sont pas les mêmes expériences, mais j'ai beaucoup souffert, énormément souffert. J'ai aussi réfléchi pendant des années, lorsque j'ai réussi à m'enfuir. C'est grâce à cela que je suis ici aujourd'hui, sinon je serais bien plus loin que tu ne peux l'imaginer.

Bien sûr que si, j'essaye de te comprendre. C'est pour cela que je te parle. Sinon, j'aurais renoncé dès le début, et je t'aurais laissée te débrouiller avec tout ce que tu as pu avoir jusque là. Mais je ne suis pas comme ça. Lorsque je vois quelqu'un qui fuit ses responsabilités, soit parce qu'il a peur, soit parce qu'il a mal, je ne peux pas m'empêcher de vouloir aider. J'ai une façon brutale de faire les choses, parfois.

Pour la liberté, encore une fois, je n'ai pas parlé de moitié de liberté. C'est juste que des gens sont plus libres que d'autres.

J'aurais aimé avoir ma famille toute ma vie avec moi, j'aurais aimé rester avec ma mère, qui était enceinte d'une petite soeur ou d'un petit frère - ce que je ne saurais jamais d'ailleurs - pouvoir avoir ma famille. Mais ce que je suis a décidé pour moi de ce que je devais faire. Et cela, je ne veux plus que cela recommence. C'est pour cela que je t'aide. Parce que ce que tu es décide pour toi de ce que tu dois faire. Ce n'est pas le même contexte, mais c'est un peu la même chose.


Je rouvris les yeux.

- Je n'ai pas besoin d'aide. J'ai juste besoin de temps pour accepter la mort de mon frère. Et tu ne m'aides pas en reparlant de lui. Je sais que je ne peu pas l'oublier. Mais chaque fois que je parle de lui, j'ai l'impression que la blessure devient plus profonde et qu'elle fait plus mal.
Certaines personnes sont plus libre que d'autres pour la simple raison qu'il le décide. Tous décide de la liberté qu'ils veulent. J'aurais pu décider de ne pas être mercenaire mais d'être libre. C'est tout une histoire de choix. Et du passé de chacun.


Je refermais les yeux. J'avais regardé juste en face, l'horizon, ce soleil qui se couchait et je songeais que peut-être il faudrait que je rentre bientôt. Je ne voulais pas rester ici. Pas dans cette ville en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Sam 09 Jan 2010, 22:31

Owa secoua la tête. Elle voyait l'envie de Jennyssie de partir, c'était évident, d'ailleurs. Mais elle n'était pas d'accord. Certes, la jeune fille se connaissait mieux elle-même qu'Owa ne la connaissait, mais pour avoir fait ce travail de deuil déjà dans sa vie, Owa savait que le temps ne faisait rien : si l'on ne voulait pas accepter la mort, si on ne faisait pas l'effort personnel de vouloir se détacher de ce qui faisait mal, le temps ne faisait rien, ne réparait pas les blessures...

- Je... Je sais que je ne te connais pas. Tu ne fonctionnes certainement pas comme la plupart des gens. Mais si je peux me permettre une dernière chose :

Le temps ne répare pas les blessures. Pas tout seul en tout cas. Il faut vouloir les réparer, et accepter la douleur, de démarche personnelle. Le temps ne fait que geler les blessures. Et à un moment, la glace va fondre, et cela n'en sera que plus horrible.

Enfin, à toi de voir. On se verra sans doute en cours.


Sur ce, Owa adressa un léger sourire à son interlocutrice. Soupirant, elle appela Fulmico qui arriva au grand trot vers sa cavalière, heureux. Lui adressant un immense sourire, Owa grimpa aisément sur son dos, prenant les rênes même si elles étaient inutiles. Le faisant légèrement tourner sur sa croupe, la jeune fille lança un dernier regard à Jennysie, avant de soupirer. Puis, d'un coup de talon, elle fit galoper Fulmico, qui n'attendit même pas que ses pieds touchent ses flancs.

C'était aussi ça la liberté : galoper comme si sa vie en dépendait, mais juste pour le plaisir.
Avec le vent, aussi...




[Désolée, c'est très court, mais je préfère arrêter là, je sens que je perds de l'inspiration, c'est pas très bon ^^

En tout cas, j'ai adoré RP avec toi, ton personnage est très intéressant ! =D ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   Sam 09 Jan 2010, 22:43


- Je... Je sais que je ne te connais pas. Tu ne fonctionnes certainement pas comme la plupart des gens. Mais si je peux me permettre une dernière chose :

Le temps ne répare pas les blessures. Pas tout seul en tout cas. Il faut vouloir les réparer, et accepter la douleur, de démarche personnelle. Le temps ne fait que geler les blessures. Et à un moment, la glace va fondre, et cela n'en sera que plus horrible.

Enfin, à toi de voir. On se verra sans doute en cours.


Elle me sourit, appela son étalon et s'en alla. Ce n'est que lorsqu'elle fut loin que je m'autorisais à pleuré. Je regrettais. Je lui avais dit que je ne l'aimais pas. Ce n'était pas vrai. Je savais que ce qu'elle avait dit était vrai. Je devais l'accepter. Et je ne voulais pas l'accepter. J'aimais trop Liro pour le vouloir. J'eus l'impression ce soir la, de pleurer toutes les larmes de mon corps... Et lorsqu'enfin, je m'arrêtais, la nuit était tombé sur la pleine et je me couchais dans l'herbe, à regarder les étoiles. Je ne voulais pas l'oublier. Je ne voulais pas accepter sa mort. Et je me promis de l'accepter lorsque je l'aurais vengé.
Je souris aux étoiles et bientôt, je m'endormis.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au millieu d'eux [ terminé ][ Rp Owa ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Vor-
Sauter vers: