AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Envie de... Liberté! [PV : Miyuko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Envie de... Liberté! [PV : Miyuko]   Ven 19 Fév 2010, 11:08

Le vent. Seul élément réellement libre de ce monde. Lui qui décide où vont les nuages. Lui qui fait danser les arbres. Lui qui fait vaciller les flots. Lui qui fait onduler les prairies. Lui qui parcourt le monde à sa guise. Lui, messager de l’univers. Lui qui se joue des montagnes. Lui, ami ou ennemis des hommes. Il était là. Soufflant doucement sa tendre mélodie aux oreilles des êtres attentifs. Délivrant ses messages et en emportant d’autres. S’insinuant au moindre recoin de cette forêt nommé Ombreuse. Jouant avec une courte chevelure d’un blanc neigeux. Il était là. Au plus grand plaisir de Lacrya…

La jeune envoleuse était perchée sur la cime d’un vieux chêne. Elle regardait l’horizon, immobile telle une statue de cire. Seuls ses deux petits globes de brumes, balayaient le paysage hivernal. L’automne était passé depuis bien longtemps et l’hiver était encore présent dans cette immense forêt. Les arbres, dénudés de leurs feuilles, levaient de grands bras décharnés vers le ciel d’un bleu éclatant. Phébus avait prit possession du ciel et irradier de ses longs rayons dorés la forêt saupoudrée de neige fine fraichement tombé. La lumière se reflétait sur ce parterre immaculé et bayait tout le paysage dans diverse lueurs merveilleuses.

Lacrya jouait. Elle jouait avec le vent. Celui-ci avait accepté de devenir son partenaire de jeu pendant un moment. Juste pendant un moment… Car il pourrait très bien décider de l’éjecter de son perchoir en quelques secondes seulement. Mais ce n’était pas le cas. Il était docile et sa mélodie était calme et douce. Elle emplissait peu à peu les oreilles de la jeune femme qui comprenait ce qu’il disait. Elle aimait l’entendre chanter. Elle trouver toujours ce qu’elle cherchait dans ces longs et incessants murmures qui se bousculait à ses oreilles. La cime sur laquelle elle se trouvait en ce moment ondulait doucement. Lacrya se trouvait debout sur l’une des plus hautes branche. Elle avait les bras grand ouvert et accepté le vent qui venait se heurter contre son corps frêle et fragile. Elle bougeait avec lui. Épousant parfaitement ses formes et ses contours indéchiffrables. Elle vivait avec lui. Et c’est en l’acceptant qu’elle parvenait à se maintenir ainsi, se jouant du plus libre des éléments. Pendant qu’elle instant, elle aussi était aussi libre que lui. Et était devenue insaisissable et indomptable. Elle était la liberté même…

Pourtant tout moment, si heureux soit-il, on une fin. Cela faisait maintenant vingt bonnes minutes que le vent était resté docile et Lacrya sentie qu’il allait changer. Elle aurait très bien put s’adapter pour continuer à jouer avec lui mais elle n’en avait plus envie. Elle voulait courir. Sentir les muscles de ses jambes fonctionner sans retenue. Sentir le vent violent lui fouetter le visage et rejeter sa chevelure en arrière. Sentir le tapis de feuilles dorés sous des pieds. Sentir les branches la frôler de leurs doigts glacés. Elle voulait se trouver libre une fois de plus. Mais pas de la même manière.

Doucement elle se pencha pour essayer d’apercevoir le sol. Comme les feuillages avaient disparues, elle put aisément distinguer les tapis de bronze à moitié caché par un duvet de neige. Elle évalua rapidement la hauteur puis se jeta dans le vide sans aucune retenue. Elle ramena rapidement ses bras près de son corps pour prendre de la vitesse. Elle avait l’impression de voler. Même si c’était une véritable chute en piqué, les sensations que ressentait son corps étaient extrêmes. Tout était décuplé. Le vent sifflé violemment à ses oreille et son visage était transperçait par les aiguilles du froid. Pourtant elle souriait toujours. Heureuse de ses sensations tant recherché. Cela ne dura pas plus d’une seconde. Mais c’était pour elle un rêve d’une éternité sans faille. Brusquement, elle lança ses bras vers l’avant et attrapa une branche au passage. Avec une maîtrise parfaite, elle utilisa son élan et sa vitesse pour faire presque un tour complet de la branche pour se projeter dans les airs et atterrir souplement sur un arbre voisin. Puis elle se coula jusqu’au sol et commença sa course effréné.

Elle courue pendant plus d’une heure dans la direction de l’est. Il y avait là-bas un lac. Si immense qu’on ne pouvait pas en voir le bout et pourtant ce n’était pas un océan. Le lac Chen. C’était sa destination. Elle ne savait pas pourquoi mais elle voulait s’y rendre. Elle savait qu’elle se trouvait à présent en bordure de la forêt Ombreuse et qu’il ne lui restait qu’une demi-heure de course avant d’y arriver. Elle partie en sprinte. Elle lâcha toute sa puissance et augmenta sa vitesse au-delà de ses limites habituelles. Elle ne faisait plus que frôler le sol. Prête à s’envoler. Pourtant elle n’y arrivait pas. Ses pieds restaient désespérément collés à cette terre si possessive. Elle passa tout près d’un ours élastique qui cherchait de la nourriture. Il ne leva même pas la tête devant se courant d’air indésirable qui venait ébouriffer l’espace d’un instant son magnifique pelage.

Enfin elle l’atteint. Le rivage du lac s’offrait maintenant à elle. Tout était si immense. Si démesuré. Elle n’existait plus devant cette merveille de la nature. Elle ne devait plus rien. Elle ne faisait que subir les caprices de ce géant éternel sans pouvoir seulement avoir l’occasion de la dompter. Il représentait l’univers et rappelait à tout être de cette Terre que personne ne pourrait jamais se mettre en travers la route de l’immensité même de la Nature. Non. Rien ne pouvait la dompter. Elle était juge de tout. Reine de son univers. Et tout ceux qui vivaient sur en son sein ne survivaient que grâce à elle. Elle était tout. Absolument tout. Et ce lac le montrait parfaitement. Son eau oscillait doucement sous les coups doux et précis du vent. Une lumière venait donner des reflets divins à la surface plane et calme du Lac. Ses contour se perdait à l’horizon et se confondait avec le ciel pour ne former qu’une ligne en symbiose parfaite.

Lacrya était toujours début devant ce spectacle d’une splendeur rare. Ce n’était pas la première fois qu’elle venait ici. Loin de là. Mais dès qu’elle venait, elle ne pouvait s’empêcher de rester sans bouger pendant de longues minutes à contempler le paysage. Elle ne s’en lassait jamais. Elle découvrait toujours un nouveau détail. Un petit rien qui faisait le tout. Elle garder au fond d’elle le pouvoir de s’émerveiller devant le monde. Jamais elle ne pourrait être indifférente à se qui l’entoure. Elle était ouverte à tout et c’est cela qui lui permettait de se sentir aussi bien dans son élément. Elle l’acceptait et n’essayait pas de le repousser.

Doucement elle commença à avancer vers l’une des plages de galets qui entouraient le lac. Elle regarda un instant les eaux puis se baissa avec lenteur. Elle ne voulait pas se presser. Elle ne dépendait de rien. Même pas du temps. Alors elle ne se dépêchait pas. Elle était bien, c’est tout ce qui compté. Elle ramassa un galet plat et lisse qui se trouvé à ses pied puis se releva. Elle le fit tourner entre ses doigts fins puis le lança à l’horizontal. Le caillou traça quatre cercles dans les eaux puis s’ombra pour rejoindre les profondeurs du néant. Quatre… Bien trop faible pour une mercenaire aussi entrainée qu’elle. Elle y avait mis trop de force. Beaucoup trop de force… Elle chercha un autre galet puis le ramassa. Elle refit le même geste mais tout en souplesse cette fois. Le cailloux traça dix cercles sur la surface plate puis sombra pour rejoindre le précédent. Celui-ci était beaucoup mieux. Le geste de son poignet avait était souple et précis. Elle sourit doucement et continua à s’entraîner aux ricochés améliorant sans cesse son précédent score. Cela pouvait paraître enfantin mais il faillait une certaine dose de maitrise dans ses membres pour arriver à faire voler une pierre au dessus de l’eau. C’était un excellent exercice de maîtrise de soi-même…

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Envie de... Liberté! [PV : Miyuko]   Ven 19 Fév 2010, 12:12

La nature. Elle qui semblait s'être absentée, être morte pendant l'hiver, laisser sa place au froid mordant et aux nuits glaciales. N'était-elle pas en train de reprendre ses droits? N'était-ce pas une petite fleur qui jaillissait ici du sol, sous ce buisson recouvert de bourgeons? Le printemps approchait, cela se sentait. Les végétaux commençaient à se réveiller après de longs mois d'hibernation, gonflants leurs bourgeons qui embelliront bientôt le paysage de leurs fleurs colorées. Les couleurs... Le parfum des fleurs... La magie de la renaissance, la beauté du printemps.

La jeune fille qui marchait calmement dans la forêt à l'impression de déjà y être, les paupières closes. Elle tourna un instant sur elle-même, des souvenirs pleins les yeux. Oui, elle attendait sa saison préférée avec impatience. Elle avait beau aimer la neige et la glace, le froid commençait à la gêner. Mais ce n'était apparemment pas le cas de sa compagne au pelage tacheté qui marchait de sa démarche gracieuse à ses côtés. Opale. La panthère des neiges appréhendait le printemps, craignant que la température ne monte trop haut pour elle. Miyuko avait sentit son trouble et lui avait promis que tout ce passerait bien. Elle comprenait de mieux en mieux les messages que lui faisait passer le grand félin et cela lui faisait chaud au cœur. Comme c'était bon de sentir proche de quelqu'un, quelle que soit son apparence, sans échanger la moindre parole.

L'once commençait à se lasser de cette promenade lente au milieu des buissons qui enfouissaient leurs petites branches dans sa fourrure épaisse. Elle voulait de l'espace, elle voulait courir tout son saoul, se sentir plus libre que jamais. Elle leva son regard de brume vers Miyu qui rêvassait encore. Poussant un soupir, l'animal lui donna un coup d'épaule avant de partir comme une flèche à travers les bois qui lui semblaient de plus en plus menaçants avec leurs arbres nus aux branches levées vers le ciel telles des griffes acérées. La jeune fille se mit à courir à son tour, tentant désespérément de garder son amie dans son champ de vision, chose totalement impossible quand la dite amie est un félin puissant taillé pour chasser les proies les plus rapides. Mais la future marchombre était bien décidée à rattraper l'once, aussi accéléra-t-elle jusqu'à ce que ses jambes crient grâce. Elle allait ralentir quand soudain, le paysage changea autour d'elle. les arbres se faisaient plus épars et les buissons avaient laissé place à une herbe verdoyante, légèrement humide. Mais assez pour que le pantalon de Miyuko soit trempé jusqu'aux genoux. La jeune fille regarda autour d'elle, les yeux écarquillés. De grands rochers à moitiés enterrés donnaient aux lieux une allure mystérieuse, presque surnaturelle.

Un grognement attira l'attention de la future marchombre. Opale avait apparemment trouvé quelque chose. Miyu se hâta de la rejoindre. Quand elle eut rejoint la panthère des neiges, celle-ci la regarda un instant avant de regarder droit devant elle. la jeune fille fit de même et son souffle se coupa net. Devant elles, à cinq cents mètres environ, une étendue d'eau immense s'étalait jusqu'à... L'infini? On aurait pu le croire, si les montagnes loin, très loin ici ne perçaient l'horizon. La future marchombre fronça les sourcils une mer intérieur? Un lac? Non, pas un lac. Pas si grand! C'était impossible! Miyuko secoua la tête. Elle avait déjà vu trop de chose impossible se réaliser, aussi commençait-elle à douter de l'existence de ce fameux "impossible".

Se tourna vers l'once, elle inclina la tête en direction de l'étendue d'eau en un muet "tu viens?". Opale n'attendit même pas que sa compagne de voyage se soit mise en route pour reprendre sa course, plus rapide et plus gracieuse que jamais. Elle aimait l'eau. Beaucoup. Malheureusement, dans les montagnes d'où elle venait, les lacs étaient figés sous une épaisse couche de glace, aussi le félin devait-il se contenter de petites rivières pour se baigner. Mais ici, dans l'univers "d'en bas" comme elle l'appelait, tout était différent. Plus coloré, plus chaux, plus accueillant... Plus beau aussi à ses yeux. Un paradis. L'once dévora la distance qui la séparait encore de son but et bondit dans l'eau à grand renforts d'éclaboussures. Elle faillit glapir de frayeur en ne sentant aucun fond sous ses grosses pattes. Elle remonta à la surface grâce à ses pattes puissantes et emplit ses poumons d'air frais. Dans quoi avait-elle plongé? Pourquoi ce lac n'avait-il pas de sable ou de galet à où elle se trouvait? Le félin rejoignit la berge éloignée, nageant comme une loutre, seule sa tête dépassant de l'eau. Soudain, elle avisa une humaine sur le bord, un caillou à la main. La mauvaise humeur d'Opale augmenta d'un cran. Elle se sentait ridicule et c'était inacceptable. Elle venait de se faire piéger par un lac stupide et cela l'agaçait au plus haut point. Mais le pire, c'est qu'il y avait eut une témoin. la panthère des neiges poussa un grognement, faisant monter des bulles qui éclatèrent ayant atteint l'air libre.

Miyuko avait vu son amie bondir en direction de l'eau à toute vitesse et avait levé les yeux au ciel. Opale était décidément intenable! Et jamais fatiguée avec ça! Poussant un soupir, la jeune fille s'élança sur les traces du félin. Quand elle arriva en bordure du "lac", elle éclata de rire en voyant la panthère des neiges sortir de l'eau avec une moue contrariée. Elle rit encore quand l'animal poussa un grognement bougon en s'ébrouant, l'éclaboussant généreusement. Trempée, la future marchombre essuya ses larmes de rire et observa les alentours. Elle se figea en apercevant une jeune femme à quelques mètres d'elles. Elle avait des cheveux d'un blanc de lait et des yeux gris comme la brume. A la main, elle tenait un petit caillou plat.

La jeune fille s'approcha de l'inconnue, un sourire chaleureux sur les lèvres. Opale la suivit, pestant toujours après le lac et foudroyant celui-ci du regard. Arrivée à proximité, Miyuko dit d'une voix joyeuse:


-Bonjour! Je m'appelle Miyu et elle c'est Opale!


Puis elle fronça les sourcils et demanda en montrant la pierre du doigt:

-Tu fais quoi avec ça?
Revenir en haut Aller en bas
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Envie de... Liberté! [PV : Miyuko]   Ven 19 Fév 2010, 18:38

17…
18…
19…
20 !
Le dernier cercle se propagea doucement sur la surface d’un bleu translucide, faisant légèrement onduler l’eau puis disparue pour ne laisser aucune trace. Un sixième galet venait de rejoindre les précédents. Lacrya se tenait toujours sur la berge et contemplé une fois de plus le lac immense qui s’étendait à ses pieds. Elle avait lançait six fois. Et six fois elle était allée un peu plus loin. Elle essayait de repousser un plus ses limites à chaque tire. Pour progresser il ne faut pas s’arrêter à se que l’on peut faire, il faut aller au-delà de l’impossible ! Quand on ne peut pas franchir un mur, la meilleure solution est encore de le faire ! C’est avec ce principe là que fonctionnait la jeune femme. Et c’est d’ailleurs grâce à cela qu’elle était arrivée aussi loin dans sa voix.

La jeune envoleuse chercha de nouveau un galet pour continuer son entraînement. Elle se baissa une fois de plus et se releva avec toujours cette même grâce presque féline qui habitait ses gestes. Elle fléchit sa jambe droite et tendis la gauche vers l’avant. Elle se pencha vers l’arrière, prête à effectuer un magnifique lancé. Mais, au moment où elle s’apprêtait à relâcher ses muscles et à projeter le galet, un bruit d’éclaboussures attira son attention. Elle se redressa et regarda autour d’elle. C’est alors qu’elle aperçu la tête d’une once dépassait des eaux du lac. Elle semblait essayer de rejoindre la berge à quelques mètres de l’endroit où se trouvait Lacrya. Elle entendit ensuite un rire cristallin s’échapper d’une gorge. Elle regarda dans la direction du son et découvrit avec étonnement une adolescente qui riait aux larmes en regardant le félin se débattre avec l’eau qui l’entourait.

Lacrya resta immobile un instant. Son premier reflexe aurait été de fuir cette inconnue. Mais elle restait là, sans bouger, à la dévisager. L’once poussa un petit grondement en voyant la jeune mercenaire et se issa tant bien que mal sur la berge. Elle secoua ensuite son pelage avec tellement de rigueur que l’adolescente qui se tenait à coté d’elle fut copieusement éclaboussée. Pourtant elle continuait à rire. Mais ce qui étonna le plus Lacrya c’est le fait que l’once se tienne tranquillement au pied de la jeune femme. Serait-elle apprivoisée ? Cela ne devait faire aucun doute. Pourtant elle n’avait jamais vu c’est animaux si noble et libre s’attacher à un humain cupide et enchaîné. Elle ne comprenait pas.

Tout à coup, l’inconnue se tourna vers elle et la regarda avec attention. Puis elle se dirigea lentement vers elle, un sourire chaleureux et joyeux aux lèvres. Lacrya put alors la détailler. L’once avait le pelage d’un blanc neigeux moucheté d’une quantité non négligeable de taches brunes. Elle était magnifique. Lacrya porta ensuite son regard sur l’humaine qui l’accompagné. Ce qui marque le plus la mercenaire ce fut ces yeux d’un violet pénétrant. Son visage était celui d’une jeune fille d’environ 16 années. Il était entouré d’une chevelure superbe dont les longues mèches également violettes lui arrivaient aux hanches. Sa silhouette était fine mais non dénudée de muscles. Elle se déplaçait avec une grâce féline et une agilité relativement importante. Lacrya sut tout de suite, à sa façons de se déplacer, que la jeune inconnue n’était pas ignorante des enseignements marchombre ou mercenaire. Pourtant elle ne pouvait pas distinguer qu’elle était sa voix.

Lacrya ne savait pas encore comment réagir devant cette jeune fille qui s’avançait toujours vers elle. Devait-elle fuir pour éviter toute discussion ou devait-elle rester et engager la conversation ? Tout ce qu’elle savait c’est que, pour le moment, elle ferait mieux de cacher le fais qu’elle soit une envoleuse. Elle essaya donc de faire chaque geste avec une grâce maladroite. Elle voulait cacher se secret le plus longtemps possible. Cela lui donnerait un avantage conséquent si l’entrevu tourné au combat car son adversaire la sous-estimerais gravement !

Sans lui laisser le temps à de plus mûrs réflexions de la part de la mercenaire, l’inconnue pris la parole et se planta à coté de Lacrya. Elle se présenta d’un ton joyeux et posé et indiqua également le nom de son once. Celle-ci se tenait un peu en retrait, sans doute plus méfiante que son maître. En effet, Miyuko, ainsi c’était elle identifier, était venue sans complexe et avait donné son nom sans hésitation. Le mot ‘méfiance’ ne devait donc pas faire partie de son caractère. Cela n’était pas forcément à son avantage. La méfiance permettait à beaucoup de gens de rester en vie. C’est tellement simple de se faire une fausse image des gens que l’on rencontre ou de juger simplement au physique. Mais cette adolescente ne semblait pas avoir peur des nouvelles rencontres et cela était tout à son avantage…

Lacrya la regarda un moment, interdit. La jeune femme savait-elle qu’elle était en train de parler à une mercenaire du chaos ? Qu’elle était également maître envoleuse et tueuse de marchombre ? Que cette femme était actrice de la monté du chaos dans ce monde ? Non sans doute pas… Lacrya sourit intérieurement. Ce qui la faisait encore plus rire c’est le fait que Miyuko poursuivait sans aucune gêne. Elle pointa du doigt le galet qui était resté au creux des la main de l’envoleuse et lui demanda ce qu’elle faisait avec ça. Le tutoiement qu’elle employa chiffonné un peu Lacrya. Elle trouvait cette jeune fille bien familière. Mais elle semblait heureuse et la jeune femme ne releva pas ce dernier point. Pourtant une remarque cinglante lui vient à l’esprit. Il était vrai que la question de la jeune fille était sans réelle intérêt. Que pouvait-elle faire au bord d’un lac avec un caillou plat à la main ? Des gaufres ? Pourtant elle retint de justesse les mots qui voulaient à tout pris sortir de son cœur. Non, mieux valait jouer la sécurité et ne rien dire.

Elle se baissa une nouvelle fois et attrapa un autre galet presque identique à celui qu’elle tenait à la main. Elle le lança ensuite à la Miyuko qui le rattrapa avec grâce. Elle fléchie ensuite les jambes et lança son galet. Six ronds se dessinèrent dans les eaux. Elle n’avait pas lancé avec autant de maîtrise que ses derniers galets. Non. Si elle voualit que sa couverture tienne un peu il fallait être réaliste ! Elle regarda ensuite Miyuko qui la dévisagé encore. Doucement elle s’écarta du bord pour lui laisser la pace. Elle lui fit ensuite un petit signe de tête quasiment imperceptible mais parfaitement voyant pour les personnes qui savaient regarder. C’était une invitation à lancer. Comme un ‘vas-y essaie toi !’ mais pas avec des mots, avec du silence. De plus, si la jeune fille acceptait l’invitation, cela permettrait à Lacrya de confirmer si, oui ou non, c’était une marchombre…

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Envie de... Liberté! [PV : Miyuko]   Ven 19 Fév 2010, 23:51

Le silence. Pesant. Miyuko regarda l'inconnue avec curiosité. Pourquoi ne disait-elle rien? Était-elle muette? Ne voulait-elle pas répondre? Pourquoi? La réponse sauta aux yeux de la jeune fille aux cheveux violets. Par prudence. Tout simplement. Chose qu'elle n'avait pas faite pour la bonne -ou mauvaise- raison qu'elle n'y avait pas songé un seul instant! Pourquoi l'aurait-elle fait? Elle était heureuse et se sentait intouchable dans sa joie! Peut être était-ce le cas... Pour la première fois de sa vie, elle rayonnait de bonheur et de gaieté. Elle avait l'impression d'être redevenue une enfant. C'était comme une renaissance. Elle voyait le monde sous un autre angle. Pus beau. Plus vivant. Un univers magnifique qui lui avait semblé bien sombre autrefois. Autrefois. Quand elle était seule. Quand elle considérait la vie comme un suplice. Ce qu'elle était d'ailleurs à l'époque. Méprisée, crainte, maltraitée. Les enfants de son village avaient été sans pitié. Si elle avait alors voulu tous les tuer, elle leur pardonnait désormais. La peur les aveuglait. La peur face à la différence. Et l'ennui. Ils avaient besoin d'un bouc à misère comme dans toutes les bandes. Manque de chance, c'était tombé sur elle...

La jeune fille imagina un instant un destin différent. Et si elle s'était abandonnée à la haine? Et si elle leur avait tous fait payer leur cruauté? Elle aurait laissé un bain de sang derrière elle et s'en serait allée... Où? Un nom lui vint en tête. Mercenaire du chaos. Oui, elle les aurais rejoint pour détruire tous ceux qui étaient cruels. Le mal engendre le mal, elle se serait détruite toute seule, aveuglée par sa rancune. Un attitude bien étrange... Mais si elle pensait cela, c'était parce qu'elle n'avait rien fait de tel. Miyuko esquissa un sourire satisfait. Sa position lui convenait parfaitement. Elle pouvait ainsi réfléchir tranquillement à toutes les possibilités de la vie. Et le destin de chacun. Évidemment, elle se doutait bien que les mercenaires du chaos n'étaient pas tous méprisables.Au contraire, elle les respectait. A chacun sa voie. Son chemin. Son histoire. Sa page dans le livre du temps.

La future marchombre regarda un instant le "lac". Il se situait à proximité de la grande cité d'Al Chen. Donc proche de son village. Proche de sa maison et de ses parents. Proche de son passé. Elle imagina un instant ses parents, son père avec ses armes et sa mère avec son élève. En avait-elle trouvé un autre d'ailleurs? Miyu ne pensait pas que les candidats près à être initiés à la voie de l'Harmonie soient si nombreux... Peu importait. La maître marchombre continuait d'avancer dans la voie pendant que sa fille y entrait tout juste.

L'attention de la future marchombre se reporta à l'étrangère. Elle avait l'air quelque peu contrariée... Pourquoi? Miyuko n'avait pas souvenir d'avoir dit quoi que se soit de vexant... Elle se promit de mieux surveiller ses paroles à l'avenir. Soudain, la jeune femme prit un galet par-terre et le lui lança. La future marchombre haussa un sourcil et regarda la petite pierre plate d'un air sceptique. Et bah elle était bien avancée avec ça! Elle demandait un nom et recevait une pierre... Elle en aurait presque rit tant c'était ridicule mais se retint par politesse. Et elle eut bien raison. L'inconnue se mit en position, de profil au lac, les appuis fixes et la main en arrière. Elle lança la pierre d'une certaine façon et celle-ci ricocha sur la surface aqueuse six fois avant de sombrer dans l'eau sombre. La future marchombre regarda sa pierre, puis le lac, puis sa pierre. Ce "jeu" lui semblait tiré par les cheveux...

Haussant les épaules, Miyu imita la position de l'inconnue, effectua plusieurs fois le mouvement sans lancer la pierre. Elle pensait avoir comprit. Il fallait, non pas qu'elle lance le projectile mais plutôt qu'elle le fasse... glisser à la surface avec une certaine vitesse pour qu'il soit "expulsé" par elle et ainsi ricocher dessus. La jeune fille calma sa respiration et ignora le regard moqueur que lui adressait Opale. Il fallait qu'elle se concentre. Un mouvement sec du poignet. Ses doigts laissant échapper le cailloux. Se baisser sur ses jambes pour se trouver à bonne hauteur. Oui, elle pouvait le faire.

Inspiration. Miyuko arma son bras. Expiration. Son bras effectua un arc de cercle au bout duquel la pierre partit en tournoyant sur elle-même pour heurter la surface du lac. Elle rebondit une fois. Deux fois. Trois fois. Le cailloux perdait de la vitesse et il ricocha une quatrième fois avant de disparaitre, happé par l'eau, comme si celle-ci se vengeait de ce petit morceau de roche qui avait réussi à échapper plusieurs fois à ses crocs aqueux.

La jeune fille poussa un cri de joie, fière d'elle. Pour une première fois, elle ne s'en sortait pas trop mal. Le jeu qui lui semblait totalement dénué d'intérêt venait de prendre de l'importance à ses yeux. Opale qui avait observé la scène avec une attention dissimulée par un air supérieur ronronna comme une mère fière de son petit. Miyuko lui adressa un clin d'œil et la panthère des neiges vint lui lécher la main avec tendresse en lui adressant un regard qui voulait dire "calme toi tu as l'air ridicule". La future marchombre grimaça et son excitation disparut aussitôt. C'était vrai qu'elle avait su montrer plus de retenue par le passé. Mais le passé était tellement loin! Tellement terne! Elle voulait revivre, être quelqu'un d'autre! Depuis que l'once parcourait le monde à ses côtés elle se sentait si bien!

Miyu se tourna vers l'inconnue et lui dit l'air rieur:


-C'est amusant comme jeu! Tu es drôlement forte! Bon alors, t'as un nom?


Elle se retint de rajouter "t'es pas obligé de me le donner mais après faut assumer! Soit je t'appelle par ton prénom comme toutes personnes civilisées soit je t'appelle Truc!". Souriant à cette pensée, Miyuko se mit en quête d'un autre cailloux plat.
Revenir en haut Aller en bas
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Envie de... Liberté! [PV : Miyuko]   Sam 20 Fév 2010, 16:31

La jeune adolescente la regardait toujours avec ses grands yeux d’un violet pénétrant. De la surprise et de l’incompréhension brillaient dans ces pupilles légèrement dilaté. Ses mèches violettes tournoyaient autour de son visage emprunt à une grande joie. Lacrya était intriguée par cette couleur plutôt inhabituelle. Etait-elle naturel ? Sans doute une quelconque coloration avec un pigment particulier… Le mystère restait entier. Pourtant elle n’avait pas envie de lui poser la question. Pour une raison quelconque, elle n’avait même pas envie de prononcer une parle. Pourtant elle serait bien obligée…

Miyuko regarda ensuite le tir de l’envoleuse avec intérêt. Elle ne comprenait pas le jeu, cela se lisait dans ses yeux. Elle devait même trouver ça ridicule. Son regard se posa ensuite sur le galet qu’elle venait de rattraper et qu’elle tenait toujours à la main. Elle l’observa avec une moue septique et contrariée la petite pierre. Ce n’était pas du tout ce à quoi elle s’attendait. Sans doute se serait-elle attendu que Lacrya lui donne docilement son nom et que leur conversation se soit déroulée dans la bonne humeur et la fraternité. Mais à la place de ça elle ne trouvait que le silence et un vulgaire caillou. Mais Savait-elle seulement à qui elle parlait ? Non, d’ailleurs c’était mieux ainsi.

Se décidant enfin à laisser sa déception de coté, elle s’avança pour se placer là où Lacrya se tenait quelques instants plus tôt. Elle fléchit les jambes et imita parfaitement la position de lancé que lui avait montré la jeune femme. Elle effectua ensuite plusieurs simulation à son lancé avec une grâce non dissimulé. Elle inspira ensuite plusieurs fois puis expira avec profondeur. Elle arma ensuite son bras pour son véritable lancé, Inspira une nouvelle fois et lança. Son bras décrivit une courte et elle termina son geste par un mouvement sec et précis de son poignet. Ses doigts relâchèrent leur étreinte qui maintenait la pierre dans sa main et libérèrent le galet qui parti, trop content d’être en libre. Propulsé par le mouvement de Miyuko, il vola pendant plusieurs mètres à l’horizontal avant de commencer une lente descente vers les eaux. Mais avant qu’il ne soit happé par cette étendue aqueuse, il rebondie comme pas magie dessus et continua son voyage vers une nouvelle destiné. Elle effectua trois autres rebonds avant que les griffes du lac n’arrivent à l’emprisonner et à l’entrainer vers le néant. Il n’avait pas eu de chance.

Lacrya regarda la jeune femme. Elle avait parfaitement bien reproduit ses gestes. Son esprit d’analyse devait être véritablement bien entraîné pour arriver à se stade d’imitation. Mais ce qu’il la frappa le plus c’était sa respiration. Elle avait inspiré avec profondeur avant d’expirer calmement. Cela lui rappelait un peu trop à son gout la gestuelle marchombre… Celle-ci était sur la respiration. Ce pourrait-il que ? Oui peut être avait-elle en face d’elle une apprentie marchombre… Elle ne savait trop comment réagir. La tuer maintenant ou attendre ? Ou alors s’abstenir et jouer son rôle jusqu’au bout. Elle se voyait mal éradiquer une personne aussi joyeuse. Après tout, les marchombres n’étaient pas tous mauvais. D’ailleurs dans cette petite guerre, c’était les mercenaires qui étaient considéraient comme ‘méchants’. C’était ceux qui étaient du ‘mauvais coté’ de la voie. Mais la notion de bon et de mal avait-elle un quelconque intérêt dans une telle rencontre ? Non, sans doute pas. Elle décida donc de ne rien faire et d’engager la conversation. Enfin… Elle verrait bien.

Quand Lacrya sortie du labyrinthe tortueux des songes, elle trouva une Miyuko sautant littéralement de joie. Un long cri de joie sortit de sa gorge d’adolescente et elle sautillait sur place. L’envoleuse recula d’un pas, étonnée par cette explosion de joie soudaine. Tout ça parce qu’elle avait réussie à faire quatre malheureux ricochés sur un lac ? Et bien, elle ne cachait pas son enthousiasme ! Elle semblait remplit de bonheur. Prête à exploser de joie à chaque occasion, ce qu’elle ne manquait pas de faire ! C’était d’ailleurs étonnant. Pourquoi tant de joie ? Son copain avait accepté ses avances ? Lacrya sourit à cette idée. En vérité elle se moquait intérieurement de cette adolescente. Elle ne se rappelait que vaguement de cette période de sa vie. Elle était encore enfermée dans cette immense maison, emprisonnée par les bras trop protecteur de ses parents qui voulaient trop bien faire. Etait-elle jalouse de cette jeune fille qui vivait pleinement sa jeunesse dans les bras de l’univers ? Non ! C’était bien le dernier de ses sentiments. Pour le moment elle était plus amusée par ces réactions impulsives de la part de Miyuko !

L’once se mit soudain en mouvement. Depuis le début de cette scène quelque peu étrange, elle n’avait cessé d’observer sa maîtresse s’amuser puérilement avec un caillou. Elle semblait d’ailleurs trouver ça ridicule. Pourtant un brin de fierté vint faire frémir son pelage devant le résultat, peu prometteur d’ailleurs, de Miyuko. Elle s’avança avec agilité vers sa maîtresse et lui lécha affectueusement la main. Elle ressemblé à une mère récompensant son enfant par un gros bisou sur le front. Sauf que généralement, quand cela arrivait, le gamin faisait tout pour s’échapper des bras de sa mère et aller rejoindre ses amis. Mais elle non. Elle offrir l’un de ses plus beau sourire à l’once et se calma en un rien de temps. Lacrya la regarda avec surprise. Elle passait d’une humeur à l’autre avec une telle facilité ! Impressionnant !

Elle se tourna une nouvelle fois vers l’envoleuse et lui dit que le jeu était amusant. Amusant ? Ce n’était pas e mot qu’aurait employé Lacrya. Elle n’était pas la pour ‘s’amuser’ comme elle dit mais pour s’entraîner et cette fille la gênait un tantinet. Miyuko imperturbable dans sa bulle de bonne humeur, continua en lui lançant un éloge et en lui redemandant son nom. Son ton était rieur et joyeux. Décidément, cette adolescente ne perdait pas le nord ! Avant même de recevoir sa réponse, elle se mit en quête d’un nouveau galet pour retenter sa chance. Cette fille avait du cran ! Il faillait bien l’avouer. D’ailleurs cela plaisait à Lacrya sans qu’elle ne l’admette vraiment. Elle se baissa une nouvelle fois, choisie un autre galet et l’envoya une nouvelle fois à Miyuko qui n’en avait toujours pas trouvé. Elle remit la main au sol et remonta encore un autre caillou dans sa main droite. Décidemment, la plage allait bientôt manquer de galets adéquat pour les ricoché.

Elle le regarda une nouvelle fois et reporta son regard sur Miyuko. Celle-ci lui lançait un regard du genre ‘mais tu va arrêter de me donner des cailloux ? Je veux ton nom pas autre chose !’ Puis, sans vraiment faire attention, Lacrya lui sourit et se tourna pour lancer. Cela l’amusait plus qu’autre chose de garder ses petits secrets et de faire tourner en bourrique la jeune fille. Oui, là elle s’amusait ! Elle se remit donc en position et relança une fois de plus le galet. Cette fois, elle y mit un peu plus de grâce et oublia de dissimuler une partie de son agilité. Sans le vouloir, elle avait était en harmonie avec le temps et le vent. Le galet parti dans les airs en faisant une trajectoire parfaite. Un rebondi une dizaine de fois avant de se faire lui aussi piégé par les eaux. Elle se releva ensuite et planta don regard dans celui de Miyuko. Elle y vit de l’étonnement et un brin d’admiration. Peut être à cause de son lancé… Lacrya soupira doucement et baissa les yeux. De toute façon, si cela tourné à l’affrontement, elle n’aurait aucun mal à liquider une simple apprentie. Mais bon… Après tout, peut être n’avait-elle rien remarqué de suspect. Espérons le pour sa vie ! Elle observa ensuite les alentours. Personne. Tant mieux. Si un meurtre avait malencontreusement lieu ici, personne ne serait la pour faire le témoin indésirable. Enfin, elle n’en était pas encore là.

Puis Lacrya remarqua que Miyuko n’avait pas encore lancé. Elle la regardé avec insistance du genre ‘donne moi ton nom sinon c’est truc ou machin !’. C’était si simple de lire en elle. Elle ne cachait rien. Après tout, peut être n’était-elle rien à dissimiler. Dans ce cas tant mieux pour elle ! Puis elle céda. Elle parla d’un air décontracté et répondit d’un ton légèrement amusé.


« On ne t’a jamais appris à vouvoyer tes aînés ? Non ça te dit rien ? Alala, quelle décadence. Les adolescents d’aujourd’hui ne savent même plus la signification du mot respect. »

Elle roula des yeux pour appuyer ses propos puis elle regarda Miyuko avec un petit air de reproche. Celle-ci la regardait avec un étonnement non dissimulé. Il ne manquait plus que sa mâchoire se décroche pour faire un tableau parfait.

« Fais pas cette tête. Moi aussi je peux parler ! Tu t’y attendais pas hein ? »

Elle lança un sourire satisfait à la jeune adolescente qui la regardait toujours. Puis il rit doucement. Elle passa une main dans ses cheveux et regarda l’horizon.

« Alala… Ça se dégrade tout ça ! Bon allait, arrête de faire les gros yeux ils vont bientôt sortir de tes orbites ! Tu ne voudrais pas devenir aveugles comme même ! »

Elle lui lança un petit sourire complice. Que c’était bon de sortir des bonnes vielles tirades pour clouer au sol son interlocuteur de temps en temps.

« Lacrya. Tu voulais mon nom ? Maintenant tu l’as alors en fait pas n’importe quoi ! »

Elle invita ensuite Miyuko à retenter son lancé d’un petit signe de tête. Une étrange bonne humeur venait d’invertir une partie de son cœur. Cette fille était contagieuse !

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Envie de... Liberté! [PV : Miyuko]   Sam 20 Fév 2010, 19:55

Miyuko ne parvenait pas à trouver son bonheur quand soudain, une autre pierre lui fut de nouveau lancée. La jeune fille la rattrapa au vol et remercia l'étrangère du regard. Puis elle se rappela sa question. Il fallait dire que la réponse à celle-ci lui conviendrait bien plus que tous ces cailloux qui lui tombaient entre les mains! Malgré tout, elle décida de ne pas se vexer et regarda l'inconnue prendre une nouvelle pierre dans sa main droite pour le lancer à son tour.

La situation avait l'air de profondément l'amusait ce qui froissa quelque peu la bonne humeur de Miyuko. Elle aimait beaucoup les jeux mais pas qu'on se paie sa tête. Changeant de sujet, elle regarda le cailloux lancé avec un mélange de curiosité et d'admiration. Le petit cailloux ricocha une dizaine de fois avant d'être happé par les profondeurs. Un lancé magnifique pour une performance magnifique. La jeune fille regarda l'étrangère avec admiration. Puis elle fixa sa pierre avec détermination en la faisant sautiller dans sa paume ouverte. Elle allait recommencer mais cette fois, elle y mettrait plus de concentration et de volonté. Elle pouvait se surpasser et elle avait bien l'intention de le prouver.

La future marchombre était tout de même embêtée de ne pas avoir de réponses à sa question aussi jeta-elle un coup d'oeil à l'inconnue qui répondit enfin:


« On ne t’a jamais appris à vouvoyer tes aînés ? Non ça te dit rien ? Alala, quelle décadence. Les adolescents d’aujourd’hui ne savent même plus la signification du mot respect. Fais pas cette tête. Moi aussi je peux parler ! Tu t’y attendais pas hein ? »


Miyuko haussa un sourcil avec surprise, ne comprenant pas en quoi elle avait manqué de respect à qui que se soit. Au contraire! Elle avait offert son identité et souhaité le bonjour à une parfaite inconnue au mauvais caractère apparemment! Mais peu importait. La jeune fille aux cheveux violets ne céderait pas à la colère quoi qu'on lui dise. Aujourd'hui était un beau jour et rien ne viendrait entamer sa joie. Et évidemment qu'elle se doutait que celle a qui elle parlait savait parler! Mais ne pas parler juste pour le plaisir de ne pas parler lui semblait on ne peut plus étrange comme comportement. Enfin, de nouveau elle n'était pas là pour juger le caractère de chacun... Elle se contenta donc de sourire avec effronterie et attendit la suite, un sourire moqueur aux lèvres mais les yeux encore écarquillés de surprise.
« Alala… Ça se dégrade tout ça ! Bon allait, arrête de faire les gros yeux ils vont bientôt sortir de tes orbites ! Tu ne voudrais pas devenir aveugles comme même ! »

Miyuko sourit devant la remarque. Non, devenir aveugle ne lui disait pas grand chose. Remarque, sans la vue elle percevrait sans doute plus de chose que maintenant les yeux ouverts. Enfin bref, elle se demandait quand même ce qu'il avait provoqué un tel flot de paroles chez cette étrangère qui avait la réplique facile et une certaine répartie... Mais la jeune fille aux yeux vagues n'était pas satisfaite. Elle n'avait pas sa réponse. Et elle la VOULAIT sa réponse. La patience est une vertue dit-on, aussi Miyu attendit. Et elle fut récompensée:

« Lacrya. Tu voulais mon nom ? Maintenant tu l’as alors en fait pas n’importe quoi ! »


Miyuko se retint de rire avec difficulté. Elle se mordit la lèvre, les mâchoires frémissantes et tentant de penser à autre chose. Elle trouvait le comportement de Lacrya tellement drôle. Elle s'emportait pour un rien et enfonçait Miyuko d'une telle façon qu'au lieu de se sentir vexée, celle-ci avait envie de rire aux larmes. Mais elle se contint. Au nom de ce fameux respect dont la jeune femme parlait peu de temps auparavant. Celle-ci lui faisait justement signe de se remettre en position pour lancer la pierre qu'elle tenait à la main. Le petit cailloux était d'ailleurs devenu chaud à force d'être en contact avec sa peau.

La future marchombre s'apprêtait à lancer quand elle se redressa et, se tournant vers Lacrya elle dit d'une voix joviale:


-Merci.

Elle reprit ensuite sa position, les appuis fixes et le regard rivé sur la surface liquide, comme si elle cherchait à percer les mystérieux secrets que celle-ci cachait avec soin. Mais évidemment, le lac resta muet et la pierre lourde dans sa petite main. Comment faire? C'est en faisant des erreurs que l'on apprend non? Miyuko arma son bras, ferma les yeux et respira calmement. Elle devait voir le lac. Aveugle. Sans le faire exprès, la jeune femme venait de lui donner la solution. Elle visualisa le lac dans son esprit et se représenta mentalement son lancer. La première fois, elle ne pensait pas y arriver. Elle avait lancer parce que c'était ce qu'on lui demandait. Maintenant elle devait lancer parce qu'elle voulait s'améliorer. Percer les secret du lac et de la pierre. Elle revit donc son bras effectuer un rapide et large arc de cercle avant que ses doigts ne laissent filer le cailloux. Son erreur était là. Mouvement trop large, inutile. Son poignet, trop sec. Accompagner la pierre pour la laisser filer. Elle l'avait lâchée trop tôt en y mettant trop peu de force.

La future marchombre rouvrit les paupières. Le lac était là, devant elle. Et il attendait. Il attendait son défi. Miyu sourit et inspira profondément, positionnant la pierre dans sa main, l'un de ses côtés arrondi placé contre son index. Expiration. Elle visualisa rapidement la scène. Nouvelle inspiration. Elle était prête. Elle effectua son mouvement, pliant d'avantage sur ses jambes pour ne plus voir que la surface de l'eau. En même temps, elle envoya son bras dans un mouvement plus empreins de puissance et de vitesse. Ses doigts glissèrent le long du projectiles, le faisant tourner sur lui-même. Et il partit. La surface l'accueillit, prête à le dévorer mais le morceau de roche ricocha sur elle, créant une petite onde qui se propagea autour de l'endroit où il avait touché l'eau. L'action se répéta. Deux fois. Trois fois. Puis quatre, Puis six. Dix! Le cailloux n'avait presque plus de vitesse. Il effectua un dernier rebond avant de disparaître, entamant son voyage vers les sombres profondeurs.

Heureuse de son coup, Miyuko se retint de sauter de joie, se contentant d'adresser un clin d'oeil à Opale qui l'observait avec fascination. Elle avait sentit l'air vibrer au même rythme que sa compagne de voyage et cela l'avait intriguée tout en lui inspirant un profond respect. Elle ronronna en réponse et s'allongea dans un carré de neige qui subsisté pour poser sa grosse tête sur ses pattes puissantes. Son regard alla à Lacrya. Cette humaine sentait la menace. Un prédateurs. Contrairement à sa petite Miyu, cette jeune femme avait une aura sombre. L'once aurait aimer faire part de ses craintes à sa protégée mais celle-ci était trop concentrée à chercher un nouveau cailloux pour s'occuper de ses soupçons. Et puis, peut-être mettrait elle alors sa vie en danger, ce qui serait l'effet inverse de ce qu'elle désirait. La panthère des neiges se contenta donc de jetait un regard d'avertissement à Lacrya avant de fermer les paupières.

Miyuko de son côté, ne trouvant pas de pierre insatisfaisante ôta ses bottines et releva son pantalon pour mettre les pieds dans l'eau. Peut-être les bons cailloux se cachaient-ils sous la surface? La morsure de l'eau glaciale ne lui fit aucun effet. Elle avait survécu à une chute dans une mare à la surface glacée, ce n'était pas de l'eau froide qui allait lui faire peur!
Revenir en haut Aller en bas
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Envie de... Liberté! [PV : Miyuko]   Dim 21 Fév 2010, 12:19

Elle riait… Enfin, elle se retenait de le faire. Le simple fait qu’elle se mordille frénétiquement la lèvre et que sa mâchoire frémisse de minuscules spasmes était une preuve suffisante pour prouver qu’elle essayer de retenir l’arrivé d’un rire incontrôlé. De plus le petit sourire qui persistait au coin de ses lèvres ne faisait que rajouter à son visage un petit air moqueur. Pourtant Lacrya ne tenait pas rigueur de ce détail. Cette fille avait du cran. Beaucoup de cran. Alala. Plus aucune méfiance n’était enseignée à cette tranche d’âge. L’envoleuse ne se rappelait que trop bien les recommandations incessantes de ses parents. Le fais de ne pas se promener seule la nuit. De ne pas parler aux étrangers. De bien choisir ses amis. De ne pas tomber dans la délinquance. Et encore, j’en passe ! Enfin, je pense que tout le monde à compris de quoi je parle ! Mais elle, non ! Elle ne devait pas les avoir déjà entendu dans sa vie. Ou alors elle n’y faisait pas attention ! Tant mieux pour elle ! Ou tant pis…

Miyuko reporta ensuite son regard sur la pierre qu’elle tenait toujours à la main. Elle commença à se mettre en position mais se ravisa à la dernière seconde. Elle se releva, planta son regard dans celui de brume de la jeune femme et la remercia. Lacrya haussa les sourcils. Merci ? Pourquoi donc ? Pour le nom ou pour les galets ? Sans doute pour le nom… Enfin, elle ne voyait tout de même pas pourquoi elle la remerciait pour lui avoir concédé son nom. Bizarre cette fille ! Remercier pour un nom… Cela ne lui serais jamais venue à l’esprit ! Peut être était-elle moins polie qu’elle tout compte fait ! Cette simple pensée traça un demi-sourire sur les lèvres de Lacrya. La situation devenait vraiment comique ! Et ce n’était pas pour déplaire à la jeune femme dont les relations sociales étaient plutôt rares.

Sans remarquer son petit sourire, Miyuko se remit tranquillement en position. Elle fléchit les jambes et refis encore plusieurs mouvements dans le vide. Allait-elle comprendre son erreur ? Nous verrons bien… Puis, elle ferma les yeux et respira profondément. Encore cette respiration parfaitement contrôlée... Elle resta plusieurs secondes ainsi, immobile, les paupières closes, son visage plongé dans une concentration exagérée. Elle semblait essayer de visualiser son lancé. Aveugle… Qu’elle meilleur solution que de se passer d’un sens pour multiplier les autres par deux ? Excellente idée ! Cette adolescente était pleine de ressources ! Elle se baissa encore un peu plus en fléchissant les jambes. Elle se trouvait maintenant presque à la hauteur de l’eau. Son geste de faisait de plus en plus rapide. Il perdit de l’amplitude mais gagna en maîtrise et en sureté. Elle avait compris ! Un autre sourire se dessina sur les lèvres de l’envoleuse.

Miyuko rouvrit doucement les yeux sans pour autant perde sa concentration. Elle refit un petit mouvement dans le vide et se remit en position, parfaitement sûre d’elle même. La détermination se lisait sur son visage. Elle avait envi de réussir. Pourtant elle était parfaitement calme. Ses pieds étaient bien calés dans le sol et ses appuis étaient solides. Elle avait tout pour faire un bon lancé. Elle rejeta son bras en arrière et inspira profondément. Puis elle lança son bras vers l’avant en s’aidant du poids de son corps. Son mouvement ne fut pas aussi ample que le précédent. Il était plus rapide et plus sec. Trop sec même… Elle n’y avait pas assez de souplesse dans son mouvement. Aller vite était une chose mais ce n’est pas comme ça qu’elle dépasserait les 15 ricochés… Mais son lancé était beaucoup mieux que le précédent. Quand le galet fut lâché, il partie à une vitesse fulgurante vers la surface du lac. Il rebondit onze fois avant de sombrer dans le néant des profondeurs des eaux. Il avait eu bien plus de chance que le denier lancé par la même main !

Lacrya sourit de satisfaction. Puis elle se regarda. Elle se tenait debout, les bras croisés au niveau de son ventre, regardant avec intérêt la jeune adolescente. Elle décortiquait chacun de ses gestes en essayant de trouver un moyen de les améliorer. Puis un éclair traversa son esprit. Elle ressemblait à un maître regardant son élève. Il est vrai que depuis peu, elle venait de se faire acceptée comme maître envoleur mais elle n’avait pas encore de groupe à sa charge. Enfin, cela n’allait surement pas tarder. Mais cette jeune fille n’était pas son élève ! Loin de là ! De plus elle ressemblait fortement à une apprentie marchombre ! Non. Elle ne devait en aucun cas la considérer comme une élève. Mais cela était relativement comique. Au fond cela montrait qu’elle était à peut prés prête à s’occuper d’un groupe.

Elle décroisa donc ses bras et pris une position plus neutre. Elle regarda ensuite autour d’elle. Elle croisa d’abord le regard de l’once qui s’était allongée sur l’une des dernières parcelles de neige qui résistaient encore au soleil éclatant. Son regard était perçant et froid. Elle la regardait telle qu’elle aurait regardé un homme qui s’approche trop près de sa maîtresse. La méfiance consumait ses yeux. Elle au moins elle savait ce que cela voulait dire. Elle devait sentir la fine aura de chaos qui régnait autour de Lacrya. Mais en regardant bien, la jeune envoleuse vit aussi de la menace brûler au fond des ses deux pupilles fendues. Hum…. Elle allait devoir faire attention à cet animal. Mais bon, comme pour le moment ses intensions n’étaient pas spécialement mauvaises, elle n’avait donc rien à craindre. Mais si cela tournée mal, elle devra faire attention à cette Opale…

Elle regarda ensuite Miyuko. Celle-ci essayait tant bien que mal de cacher sa joie qui débordait de son visage. Ses yeux brillaient d’un feu nouveau. Elle rayonnait littéralement. Bientôt elle allait concurrencer le soleil lui-même ! Décidemment elle était peine de joie et de vitalité. La jeune fille se remit une fois de plus en quête d’un galet adéquat pour un nouveau lancé. Malheureusement la plage avait été vidée de toutes ses bonnes pierres. Même Lacrya n’arrivait pas à en trouver une propre et plate. A son grand étonnement, Miyuko releva son pantalon et se délaissa de ses petites bottines qu’elle rangea au bord de l’eau. Elle s’avança ensuite vers l’étendu et plongea ses pieds dans l’eau glacée. Lacrya vit une fine chair de poule s’emparer de ses mollets mais l’adolescente ne semblait pas s’en soucier. Elle était insensible au froid en plus ? Lacrya soupira. Le temps n’était pourtant pas à la baignade…

Mais Miyuko ne se préoccupait pas de se détail là. Elle était penchée au dessus de l’eau claire, sans doute en quête d’un beau galet. Elle plongeait ses mains dans l’eau sans la moindre hésitation et fouillait le sol. Il ne fallait pas être frileux ! Lacrya s’approcha du bord et plongea le bout des doigts dans l’eau pour tester sa température. La morsure du froid glacial lui fit l’effet de millier de petites aiguilles s’enfonçant dans sa peau. Elle retira vivement sa main. Brrrrr froid ! Elle s’éloigna du bord et s’avança vers un rocher qui se dressait fièrement sur la plage. Profitant que la jeune femme est l’esprit et les yeux occupés dans ses recherches, elle grimpa rapidement au sommet et s’assit en tailleur. Elle ferma ensuite un moment les yeux et écouta le vent. Celui-ci s’était un peu renforcé depuis la dernière fois. Il portait encore mille messages mais la jeune femme n’arriva pas à tous les décrypter. Sa mélodie était plus brutale et plus forte. Pourquoi ? Elle n’en savait rien… Elle soupira une nouvelle fois et rouvrit les yeux.

Miyuko était toujours en train de chercher désespérément un galet dans les eaux glacées. Elle ne faisait pas forcément attention où elle marchait elle ne semblait pas se douter des piège que refermer le lac. Lacrya hésita… La prévenir ou attendre qu’elle tombe dans un trou ? La deuxième situation paraissait bien plus comique mais un peu cruelle… Elle réfléchie un bon moment et se décida à ouvrir la bouche. Le mot ‘sadique’ ne faisait partie de son vocabulaire seulement quand elle était en chasse. Ce qui n’était pas encore le cas en se moment. Pas encore…


« Tu devrais faire attention de pas trop t’éloigner du bord… Ton once c’est déjà fait prendre par les pièges de ce lac. Suis un peu son exemple ! De plus rester dans ces eaux glacées n’est pas bon pour les articulations. Enfin, si tu veux ressembler à un glaçon d’en peu de temps c’est ton problème ! »

Elle avait l’impression de jouer la nounou… Elle savait que la remarque de sa part n’allait récolter qu’une réponse cinglante de la jeune fille. Tant mieux ! Elle pourrait rire un bon coup en la rabaissant un peu plus. Elle ne faisait pas cela méchamment. Il semblait d’ailleurs que la jeune fille l’ai comprit. Non, c’était juste pour s’amuser un peu sans pour autant la blesser. Les petites discussions sages et passives n’étaient pas ses favorites. Elle aimait quand il y avait un peu d’étincelles. C’était beaucoup plus drôle. Espérons seulement que Miyuko pense comme elle et qu’elle ne se vexe pas…

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Envie de... Liberté! [PV : Miyuko]   Mer 24 Fév 2010, 16:50

Miyuko sentit plus qu'elle ne vit Lacrya qui s'éloignait. De son côté, ses recherches n'avançaient pas beaucoup. Elle voyait trouble à travers l'eau rancunière qui semblait ne pas apprécier ces deux humaines qui se moquaient d'elle avec effronterie et la faisait enrager. Mais la jeune fille continuait à tâtonner le fond dans l'espoir de trouver un cailloux plat pour faire ses ricochets. Les petites pierres étaient recouvertes d'une vase fine qui se diluait dans l'eau, rendant le travail de Miyu plus difficile encore. Celle-ci persévérait malgré le caprice du lac, imperturbable et toujours son petit sourire aux lèvres. Elle commençait à ne plus sentir ses pieds mais trop concentrée par sa tâche, elle ne s'en rendit pas compte jusqu'au moment où elle trébucha sur une branche tombée là et qui s'était faite à moitié dévorée par la terre spongieuse. Manquant s'étaler de tout son long dans l'eau glaciale, Miyuko garda son calme et reprit son équilibre sur son autre jambe avant de dégager son pied coincé. Comme s'il ne s'était rien passé, elle reprit ses fouilles, les bras parcourus de frissons.

Une voix dans son dos lui fit dresser la tête:


« Tu devrais faire attention de pas trop t’éloigner du bord… Ton once c’est déjà fait prendre par les pièges de ce lac. Suis un peu son exemple ! De plus rester dans ces eaux glacées n’est pas bon pour les articulations. Enfin, si tu veux ressembler à un glaçon d’en peu de temps c’est ton problème ! »


La future marchombre sourit avec malice et se retint de justesse de crier "Oui maman!". Elle n'aurait pas répondu ça par méchanceté mais le froid commençait tout de même à ce faire sentir et ces paroles lui auraient permis de se forcer à continuer. Mais elle était consciente que Lacrya cachait sous ses paroles piquantes de bons conseils . Cela amusait beaucoup Miyuko. Elle décida pour une fois de répondre à la remarque:


-Oui merci pour l'avertissement mais tu as raison, c'est mon problème! Et puis là je cherche pour nous deux alors si tu veux pas que je prenne froid, viens m'aider!


Et hop! Respect tu peux bien aller voir ailleurs tiens! Miyuko savait que ces paroles allaient faire enrager la jeune femme mais cela lui importait peu. Au contraire, elle trouvait que ce n'était que justice! Qui sème le vent récolte la tempête! Si elle n'avait pas été aussi joyeuse, elle aurait pu mal prendre les paroles vexantes de Lacrya et la situation aurait tourné à la catastrophe. Mais elle si appréciait l'humour sarcastique de la jeune femme, elle n'avait pas envi que cette dernière croit qu'elle n'avait aucun caractère ni humour et que c'était une idiote fini du début à la fin! Après ses mots acides, elle se retenait avec difficulté d'éclater de rire, les lèvres de nouveau frémissantes et les mâchoires serrées. En attendant la réaction de Lacrya, elle scruta à nouveau le fond avec plus de prudence cette fois-ci, suivant les conseils de Lacrya. Non, elle n'était pas idiote.

Soudain, un poisson plus gros que les autres lui frôla la jambe, la faisant sursauter violemment. La jeune fille vit le monde basculer autour d'elle et poussa un glapissement de frayeur. Elle tombait en arrière, ayant glissée sur un cailloux plus gros que les autres recouvert d'une fine couche d'algues qui l'avaient rendu glissant. Elle essaya de reprendre son équilibre et fit quelques pas désespérés en arrière mais la branche de tout à l'heure vit là une deuxième chance de faire tomber la jeune fille et ne s'en priva pas. Miyuko chuta dans l'eau gelée à grand renfort d'éclaboussure. Sa tête cogna contre le fond et ses yeux grands ouverts fixaient la surface proche avec surprise. Elle avait déjà vu cela. Enfant. Comment oublier ce souvenir si... surprenant. La bande de gamins qui la persécutait constamment l'avait poussé dans la mare lors d'un hiver particulièrement vigoureux et la gamine avait traversé la surface gelée. Sonnée et les membres tétanisés par le changement de température, elle avait été incapable d'esquisser le moindre mouvement. Elle regardait la surface au-dessus d'elle, incapable de bouger, quelques bulles d'air s'échappant de sa bouche entrouverte. Elle aurait pu rester là longtemps si sa mère, alertée par le bruit de sa chute n'était pas venue la sortir de cet enfer gelé. Elle n'avait pas pleuré. Pas souffert. Juste étonnée. Étonnée d'être encore en vie.

La jeune fille revint à elle et, sentant ses poumons en feu, elle se redressa et sortit la tête de l'eau, hébétée. Autour d'elle l'eau semblait prise d'un fou rire, clapotant joyeusement en s'infiltrant dans les vêtements de Miyuko. Celle-ci grimaça et secoua la tête, essayant de se remettre les idées en place, ce qui n'était pas chose facile après s'être aussi violemment cogné la tête. Elle se serait presque attendu à voir la bande de sales gosses de son village et sa mère. Mais il y avait juste Opale qui s'était levée et l'observait avec inquiétude. La future marchombre lui sourit pour la rassurer et se releva avec difficulté. Elle sentit quelque chose dans sa main et fronça les sourcils. Elle l'ouvrit et poussa un cri de triomphe. Elle se mit debout en vitesse et courut vers la berge en agitant le bras. Autour d'elle l'eau semblait s'écarter, reconnaissant sa défaite et libérant le passage de la jeune fille déterminer. Elle cria à l'intention de Lacrya:


-J'ai trouvé!!


Elle fit sauter dans sa main les deux petits cailloux parfaitement plats avec joie. La panthère des neiges leva les yeux aux ciel et se recoucha avec un soupir exaspéré. Les réactions et objectifs de Miyuko lui semblaient complètement ridicules. La jeune fille était trempée jusqu'aux os, les vêtements ruisselants de partout, les cheveux plaquaient contre son dos et sa franche lui tombant sur les yeux mais elle souriait comme une gamine, toute heureuse d'avoir trouvé deux malheureuses petites pierres sans intérêt. Il y avait vraiment de quoi désespérer!

Miyu de son côté commençait à sentir le froid pénétrer en elle, lui tétanisant les membres et agitant son corps de frissons plus violents les uns que les autres. Elle éternua bruyamment et renifla en s'essuyant le nez. Elle avait l'impression de revenir d'un long voyage pour le moins éprouvant... Mais elle ressentait un sentiment de victoire. Le lac lui avait donné ce qu'elle cherchait. Il avait récompensé ses efforts et sa détermination. Cela suffisait pour que la future marchombre oublie le froid et ses vêtements collants.

Elle allait lancer un de ses deux trésors à Lacrya mais avant qu'elle ne le fasse elle sentit une violente douleur à l'arrière de son crâne. Elle lâcha la pierre et se frotta la tête avec énergie, son sourire vacillant légèrement sur son visage. Elle grimaça carrément en sentant la petite bosse douloureuse qui était en train de se former. Rah non mais il fallait le voir pour y croire! Miyuko toujours timide, réservée et fragile qui allait piquer une tête dans l'eau de son plein gré pour la première fois de sa vie pour en ressortir avec la tête toute cabossée! Quand on la jetait dans la mare elle ne se faisait jamais mal et finissait toujours intacte... physiquement en tout cas!

Les paupières fermées, la jeune fille sentit le souffle chaud de la grande panthère des neiges contre sa main. Puis la langue râpeuse d'Opale lui léchait gentiment les doigts. Miyu ouvrit les yeux et lui sourit, la douleur s'étant atténuée. Elle passa sa main dans la fourrure encore mouillée de son amie pour la rassurer, appréciant la chaleur du pelage épais. Elles devait avoir l'air belles toutes les deux, trempées comme des soupes!

Poussant un soupir d'exaspération, la future marchombre s'accroupit lentement, ramassa le petit cailloux et le lança à Lacrya avec un sourire triomphant qui voulait dire "t'as vu? Je les ai trouvé les cailloux plats!". Elle n'était pas très douée mais elle savait ce qu'elle voulait. On pouvait considérée que le verre était à moitié plein... L'once étant retournée s'installer au soleil, Miyuko retourna au bord de la berge pour effectuer un autre lancer. Un dernier. Avec le cailloux du lac. Elle calma ses tremblements et sa respiration pour se placer, les appuis fixes et la petite pierre à la main. Elle refit le vide dans son esprit pour revoir à nouveau le lac dans son esprit puis en vrai. De la concentration. De la douceur. De la fluidité. De la vitesse. De la puissance. De la précision.. La future marchombre pouvait dépasser ses limites.

Inspiration profonde. Expiration longue. Nouvelle inspiration. Concentration. Miyuko effectua le mouvement pour s'entrainer. Douceur. La jeune fille arma son bras et caressa son projectile du bout du doigt avant de fléchir les jambes pour ne voir que la surface du lac. Fluidité et vitesse combinées. Son bras décrivit un arc de cercle serré, tranchant l'air et suivant le vent. Puissance et précision. Les yeux fixés sur un point invisible, la future marchombre effectua un bref mouvement du poignet et la petite pierre prit son envol en tournoyant, faisant ses adieux à cette main qui la portait et lui prodiguait de la chaleur. Le cailloux du lac ricocha sur celui-ci en silence, bondissant sur la surface, défiant le fond. Il ricocha une fois. Cinq. Dix. Quinze. Vingt. Rien ne semblait pouvoir l'arrêter. Vingt-deux. Il ralentit enfin, la nature reprenant peu à peu ses droits. Il réussit à rebondir une dernière fois avant de s'enfuir dans les ténèbres effrayants du lac.

Miyuko ne ressentit aucune fierté. Juste une joie calme et sereine. Elle s'était surpassée mais ce n'était pas une surprise. Elle savait qu'elle allait y arriver. Tout son être avait était en parfait accord avec son environnement et le défi lui était alors apparu comme une chose bien futile et ridicule. La jeune fille trempée jusqu'aux os se retourna vers Lacrya et lui fit un grand sourire joyeux. Elle lui dit avec chaleur:


-Merci beaucoup!

Son remerciement ne voulait peut être rien dire pour la jeune femme mais elle avait quand même tenu à le lui dire. Sans Lacrya, elle n'aurait jamais réussi quoi que ce soit. Et elle lui en était reconnaissante...
Revenir en haut Aller en bas
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Envie de... Liberté! [PV : Miyuko]   Sam 27 Fév 2010, 14:35

La jeune adolescente se tenait toujours debout au milieu de cette étendue aqueuse qui recouvrait le sol à des kilomètres à la ronde. La chaire de poule qui était apparue au niveau de ses mollets commençait sa lente ascension vers le reste de son corps. Le froid commençait à se propager et des frissons commençaient à parcourir la peau de celle-ci. Le glaçon n’allait pas tarder à arriver ! Elle l’avait pourtant prévenue. Ces jeunes… Ils ne savent plus reconnaitre la sagesse de leurs aînées. Lacrya soupira une fois de plus en secouant légèrement la tête. Elle reporta ensuite son regard sur Miyuko qui s’avançait toujours plus dans le lac immense. Elle commença son décompte.

10

9

8

Tout à coup, l’adolescente trébucha. Non, pas maintenant ! Elle n’avait pas fini de compter ! Cette branche ne pouvait pas se trouver un peu plus loin ? La jambe de Miyuko se leva et elle commença à basculer lentement vers l’arrière. Elle allait tomber… Elle allait tomber… Elle allait… Et bah non ! La jeune adolescente se rattrapa miraculeusement sur son autre jambe toujours solidement plantait dans la vase. Elle reprit difficilement son équilibre et reposa son autre pied à coté de celui qui l’avait sauvé d’un beau splatch ! Puis, comme si rien ne s’était passé, elle se repencha vers l’avant et continua ses fouilles à travers l’eau devenu trouble. Puis elle leva enfin la tête, sans doute à cause des paroles de Lacrya.

Elle lui répondit avec son ton habituel. Légèrement moqueur mais toujours aussi joyeux. Elle la remercia pour l’avertissement et lui dit que c’était en effet son problème si elle se transformait en glaçon. A elle de voir après tout ! Elle lui fit ensuite remarquer qu’elle ne cherchait pas que pour elle. Elle lui dit ensuite que si elle désirait tant que Miyuko ne prenne pas froid, elle ferait mieux de venir l’aider à chercher. Et puis quoi encore ? Elle avait autre chose à faire que de barboter dans l’eau alors que le soleil était enfin arrivé ! De plus, elle n’avait aucune envi de mouiller ne serait-ce que la plante de ses pied. Alors plonger les mains dans cette étendu aqueuse glaciel, non merci !

Sans attendre la réponse de Lacrya, l’adolescente repris ses recherches. La jeune envoleuse ne pu retenir un petit sourire. Décidemment cette jeune fille lui plaisait bien. Cela faisait bien longtemps qu’elle ne s’était pas autant amusée à descendre une personne. Et cela ne faisait que commencer ! Elle reprit donc son décompte.

7

6

5

4

3

2…

Soudain, l’eau bougea au niveau des chevilles de Miyuko. Lacrya put distinguer un poisson de taille relativement importante qui s’était amusé à se glisser entre les jambes de la jeune fille. Le rabat-joie ! Il ne pouvait pas attendre une seconde de plus ! Pourquoi n’était-il pas allé faire un petit rond d’en l’eau avant de s’attaquer à ces pieds indésirables qui envahissait son territoire ? Alalala. Dommage. Elle avait presque réussie à planifier cette chute tant attendue !

Miyuko, surprise par l’arrivé de ce petit personnage, poussa un petit jappement de frayeur. Puis elle bascula vers l’arrière. Tomber ! La jeune fille s’étala de tout son long dans l’étendu du lac. Des gerbes d’éclaboussures arrivèrent jusqu'à la berge et de fines vagues vinrent se heurter contre les galets innocents. Elle avait pourtant essayé de se rattrapé mais rien à faire. L’eau l’avait appelé à elle et incapable de repousser cette force suprême, elle avait basculé vers l’arrière. Dommage ! Ça t’apprendra à ne pas faire attention ! Et voila ce qui arrive aux oreilles sourdes à tout conseil bienfaisant.

Lacrya regarda le corps de la jeune fille se recouvrir d’eau et presque disparaitre de la surface. Elle ne fit pas un geste. C’était on problème. A elle de le résoudre. Cela pouvait paraitre cruel mais c’était ainsi. De plus, le petit sourire moqueur qui s’était dessiné sur ses lèvres rendait son comportement encore pire. Le monde est bien cruel n’est-ce pas ? Et pourtant c’était ainsi. Celui qui faisait attention survivait. Les autres mouraient. La loi de la sélection naturelle. Les forts persistaient e se servant des plus faibles. Idée bien cruelle et pourtant si présente. Lacrya soupira une nouvelle fois et baissa la tête. Sa chevelure dansa au moment ou son coup effectua plusieurs coups brefs vers la droite puis vers la gauche. Elle reporta ensuite son regard sur la surface du lac ou dépassait toujours le corps de Miyuko. Cela commençait à faire longtemps… Pourtant des bulles arrivaient toujours à la surface. Elle était donc encore en vie. C’était mieux ainsi. Enfin, encore fallait-il qu’elle remonte à la surface !

Cela ne tarda pas. Comme revenu d’entre les morts, Miyuko se dressa en haletant et en reprenant sa respiration avec peine. Elle semblait hébétée. Elle resta un moment assise dans l’eau en secouant violement la tête comme pour se remettre de sa chute. L’once s’était levée et regardait sa maîtresse avec une pointe d’inquiétude. Miyuko la rassura d’un regard et poussa un crie de triomphe en sortant une main de l’eau. Lacrya sursauta légèrement. Elle ne s’était pas attendue à cela. Deux galets parfaitement plats étaient maintenant au creux de la paume de l’adolescente. Celle-ci se releva brusquement et courue vers la berge en agitant les bras dans tous les sens. Cela était plutôt… comique ! Un immense sourire lui montait jusqu’aux oreilles et ses jambes la précipité vers le rocher où Lacrya l’observait avec étonnement. Elle s’était vite remit dit donc ! Cette fille était impressionnante ! Une fois de plus, un sourire se dessina sur les lèvres de la jeune envoleuse.

En arrivant à la hauteur du rocher, Miyuko lui lança un grand ‘j’ai trouvé’ avant de faire sauter les deux cailloux dans sa main. Elle ne semblait pas se préoccuper de ses vêtements couverts d’une vase légèrement verte et complètement trempées. De nombreuses goutes d’eau s’échappé de cette étoffe pour venir s’écraser contre le sol dans un bruit incessant et irritant. Ses cheveux étaient violement plaqué contre son dos et sa mèche venait obscurcir ses yeux violets. Pourtant un sourire restait toujours accroché à ses lèvres. Elle éternua violement. Et voila, elle avait être malade. Voila ce qu’on récolte en barbotant dans l’eau glacé ! Elle avait réussie à échapper au glaçon mais le rhume était bien là lui !

Miyuko allait lancer l’un de ses galets à Lacrya quand elle le lâcha brusquement pour se frotter frénétiquement la tête. Elle devait s’être cognée la tête en tombant. Une petite grimace de douleur apparue sur son visage. L’once vient la soutenir gentiment en lui fourrant sa grosse tête au creux de la main de la jeune fille. Celle-ci la remercia d’un sourire et reprit doucement son souffle. Elle soupira et ramassa le galet avant de le lancer à Lacrya qui observait toujours la scène sans bouger. Elle l’attrapa facilement mais ne descendit pas. Elle se contentait de regarder Miyuko avec un regard perçant et froid. Pourquoi ? Elle ne savait même pas. Elle n’avait pas encore envi de bouger ? Elle voulait d’abord voir le tir de cette adolescente si résistante.

Sans se soucier du comportement neutre de Lacrya, Miyuko se dirigea une fois de plus vers la berge et lança. Son tir était étonnement bien réussie. Elle avait compris le principe de ce ‘jeux’ en très peu de temps. Le caillou traça vingt-deux cercles avant de sombrer dans le lac. Vingt-deux… Oui, décidemment elle avait tout compris. Toute fière de sa nouvelle performance, Miyuko se tourna vers l’envoleuse et lui lança un sourire éblouissant. Lacrya cru même qu’elle allait plisser les yeux face à tant de joie. Puis l’adolescente renouvela ses remerciements. La jeune femme ne put que sourire. Elle lui fit un signe discret de la tête comme un petit ‘de rien’ muet.

Elle sauta ensuite du rocher et s’avança à son tour vers le lac. Plus la peine de cacher sa nature… De toute façon cela ne servait à rien en fin de compte. Même si Miyuko apprenait qu’elle en face d’elle une mercenaire du chaos, cela n’allait pas changer grand-chose. Peut être serait-elle plus respectueuse ? Cette pensé fit sourire Lacrya. En passant à coté de la jeune fille, elle lui glissa deux trois mots à l’oreille.


« Alors pas trop froide ? Je t’avais prévenue ! »

Elle lui lança un clin d’œil et continua.

« Sinon, ton lancé n’était pas trop mal. Mais regarde et apprend. La force de ton bras et la souplesse de tes gestes ne vont pas suffire pour faire avancer ce caillou. Il faut juste apprendre à contrôler la force qui nous entour. »

Une fois de plus, elle avait l’impression de parler à un élève. Ce n’était pourtant pas le cas mais bon… Peut être avait-elle une chance de la convertir après tout ? Qui sait ? Elle savait qu’il y avait très peu de chance mais bon… Qui ne tente rien n’a rien !

Elle s’approcha du bord et arma son bras. Elle maîtrisait maintenant parfaitement ce geste. Il ne fallait plus que travailler avec la force qu’elle possédait. Le chaos. Elle imprégna le petit galet de cette aura ténébreuse et l’enveloppa de son âme. Elle devait l’accompagner dans son chemin. Faire la route avec lui. Le pousser plus loin. Toujours plus loin ! Elle ferma les yeux et inspira profondément. Puis elle lança. Pas seulement avec son bras. Non, elle lança avec son âme et son esprit. Elle lança avec le temps et l’espace. Elle lança avec son chaos. Elle se lança. Le caillou parti. Non, elle partie ! Poussé par cette force invisible, le galet partie comme une flèche. Il ne s’arrêta qu’au moment ou le trente-troisième cercle se dessinait. A se moment là, Lacrya ouvrit les yeux et relâcha le chaos qui se trouvait autour du galet. Et voila. Elle avait atteint son objectif. La séance d’entraînement d’aujourd’hui avait était constructive. Enfin, rien ne disait qu’elle était finie ! Tout allait dépendre de la réaction de Miyuko face à cela. Après tout, peut être était-elle incapable de distinguer cette aura de chaos.

Lacrya se redressa et se tourna vers Miyuko. Elle lui lança un petit air de défis. A toi de choisir si tu veux continuer ou non. Celle-ci la regardait avec un air étonné. Lacrya leva les yeux au ciel et soupira doucement en passant sa main dans ses cheveux. Bon, il ne lui restait plus qu’a retourner se percher ! Elle grimpa sur le sommet du rocher qu’elle occupé quelques minutes plus tôt et attendit.

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Envie de... Liberté! [PV : Miyuko]   Ven 26 Mar 2010, 20:30

« Alors pas trop froide ? Je t’avais prévenue ! »

Miyuko frissonna. Oui elle avait froid. Très froid. Mais cela, elle ne l'aurait avoué pour rien au monde. Elle restait silencieuse. Elle était le silence. Secouant les manches de sa veste, elle fit jaillir des gerbes d'éclaboussures. Si seulement la froideur n'était qu'extérieure. Mais la jeune fille avait beau se voiler la face, la glace était bien présente autour de son cœur et parfois l'une de ses aiguilles se plantait dans son âme pour faire ressortir sa rage. Sa haine. Sa souffrance. Qui pouvait savoir ce qu'elle ressentait. C'était de sa faute. Elle était responsable de tellement de choses... Mais jamais elle ne se confierait à qui que se soit. C'était son fardeau et elle le porterai jusqu'à son dernier souffle. Elle n'avait plus rien à perdre. Seule. Seule parmi les autres. Ses parents, ses amis... Ils étaient là sans y être. Ou plutôt, c'était elle qui disparaissait petit à petit. Malgré elle. Sombrant dans l'oubli sans ne pouvoir rien y faire. Elle l'avait bien mérité. Le froid. Si elle n'était pas venue au monde tant de choses ne seraient arrivées. Elle n'aurait pas autant souffert. Et ses parents n'auraient pas eu tous ces tracas...

La future marchombre esquissa un sourire triste et se revit, seule, broyant du noir dans sa chambre sombre. La petite fille était recroquevillée sur une couverture moelleuse avec une peluche serrée contre son coeur. Puis sa mère était arrivée. Au bout de quelques... secondes? Minutes? Heures? La jeune fille n'en savait rien. Tout ce qu'elle savait, c'est qu'Elle était venue. Elle lui avait parlée. Seul le silence lui avait répondu. Alors les larmes avaient jailli. La mère et la fille étaient tombées dans les bras l'une de l'autre et avaient versé toutes les larmes de leurs corps. Au bout de quelques minutes, la maître marchombre avait fait juré une bonne centaine de chose à la gamine de six ans qui hochait la tête d'un air résigné. Cette dernière allait faire des efforts. Elle allait se faire des amis. Elle allait rire. Elle ne s'enfermerait plus dans le noir. Dans la solitude.

Miyuko émit un petit rire sans joie. Quelle idiote elle avait été! Comment avait-elle pu penser que les Autres l'accepteraient? Ses cheveux blancs et son regard sans expression effrayaient tout le monde. Elle était « la sorcière » du village! Mais elle n'avait pas trahi sa parole. Jamais plus elle ne s'était cloîtrée dans l'obscurité de son sanctuaire. Elle était allée dans la forêt. Elle avait ri avec le vent, dansé avec les papillons et elle avait écouté les histoire des arbres les plus âgés. Elle vivait. Enfin. Mais seule. Toujours seule au milieu de ses proches. Malgré l'affection que ses parents lui portaient, elle ne parvenait pas à se confier à eux. Ils avaient fini par accepté son silence et s'étaient consolés avec ses sourires. Leur fille bien aimée avait reprit goût à la vie et c'était suffisant pour les rendre heureux.

La voix de Lacrya la ramena à la réalité:



« Sinon, ton lancé n’était pas trop mal. Mais regarde et apprend. La force de ton bras et la souplesse de tes gestes ne vont pas suffire pour faire avancer ce caillou. Il faut juste apprendre à contrôler la force qui nous entoure. »


Miyuko abandonna ses souvenirs et se concentra de nouveau sur les conseils de la jeune femme. La future marchombre acquiesça donc et regarda sa « maître » provisoire illustrer ses propos. Elle sentit soudain un frottement dans l'air. Quelque chose irradiait de Lacrya. Quelque chose de sombre. Très sombre. Noir. Haine. Chaos. La jeune fille aux yeux vagues sentit un frisson glacial parcourir son corps. Elle venait de comprendre quelle était la véritable nature de son interlocutrice. Mercenaire du Chaos. Ennemie des Marchombres. Miyuko haussa un sourcil. Qu'est-ce qu'une Envoleuse faisait près d'un lac à faire tranquillement des ricochets? Les histoires qu'elle avait entendu à propos de ces êtres voués au mal ne collaient pas du tout avec ce qu'elle avait sous les yeux... Les mercenaires étaient sensés être des humains sanguinaires qui s'adonnait au massacre et à la désolation. Ils cultivaient la peur et récoltaient la terreur. Ils étaient de mèche avec la mort... Des monstres. Des démons sortis tout droit de l'enfer. Mais Larya n'était pas ainsi. Elle ne le pouvait pas. Miyuko secoua la tête en se mordant la lèvre. « Des racontars! N'importe quoi! » pensa-t-elle très fort pour réfuter l'irréfutable. Elle combattait sa souffrance en fermant les yeux. Elle était lâche. Et elle ne devait pas l'être.

Prenant son courage à deux mains, elle lutta contre le sentiment de trahison qui la perçait de toutes parts et reprit son calme. Elle fit comme si de rien n'était et regarda le galet filer à la surface du lac, comme animé par une volonté propre. La volonté d'aller toujours plus loin. De retarder sa fin. Mais l'éternel était trop difficile à atteindre pour ce malheureux petit cailloux, aussi douée soit sa lanceuse. Trente trois soubresaut à la surface du lac impassible. Quand la pierre sombra, Miyuko resta un instant à contemplait l'endroit où le bout de roche avait disparu. Les ondes se propageaient encore, de plus en plus large et de moins en moins visibles. Quand la dernière petite vague eut disparu, la future marchombre releva son visage et croisa le regard de défi que lui lançait Lacrya. Elle lui répondit par un sourire lumineux. Lâche. Idiote. Pathétique petite chose. Miyuko commençait à comprendre. Sa vie était en danger. Un loup venait de profiter de l'inconscience d'une brebis isolée et trop bête pour se rapprocher de son déjeuner. Le prédateur et la proie. Mais la jeune fille aux cheveux pâles avait pris sa décision. Elle garderait la même attitude quoi qu'il arrive. La brebis n'en était pas une. Plus maintenant. Miyuko n'était plus traquée. Elle se battrait et perdrait la vie s'il le fallait mais au moins elle ne mourrait pas en tant que cible. Elle serait la louve, elle aussi. La peur avait quitté son âme.

Opale sentit un changement chez sa jeune protégée et son regard se fit perçant. Sa petite grandissait. Elle apprenait vite. Un jour elle deviendrait panthère à son tour et la fourberie de certain paraîtra alors bien inoffensive face à la puissance et à la paix de la jeune humaine. Le félin émit un ronronnement de fierté. Elle suivrait Miyu jusqu'à ce que cette dernière ait trouvé son chemin. Croisant les pattes sur les herbes humides, elle lança un regard brûlant comme une nuée de flammes et empli de menaces vers la Mercenaire du Chaos. Une seconde mise en garde. Il n'y en aurait pas de troisième. Si Lacrya montrait le moindre signe d'animosité envers la jeune fille aux yeux vagues, elle subirait sa vengeance destructrice. Une panthère des neiges est dangereuse par principe. Mais un félin ne vivant plus pour lui-même devient presque invincible. Surtout une mère. Elle défendrait sa petite jusqu'à la mort.

Miyuko, sentant que l'atmosphère devenait insoutenable réussi à retrouver la force de sourire. Elle se tourna vers Lacrya qui s'était de nouveau perchée sur son rocher et poussa un soupir. Tout se passait si bien! Une vague de remord l'immergea. Elle regrettait de n'avoir pas ignoré l'aura chaotique de l'envoleuse. Elle aurait dû faire comme si de rien n'était. Ne pas comprendre. Passant une main sur son front, la jeune fille décida de prononcer une phrase, même idiote, pour ne plus s'égarer dans ses pensées. Elle lança:


-Tu peux être qui tu veux, je m'en fiche!


Côté ridicule, elle n'y était pas allée avec le dos de la cuillère cette fois-ci! Grimaçant devant ses mots immatures, elle regarda à ses pieds et trouva un petit cailloux à peu près plat. Il ne serait pas aussi performant que les autres mais au moins il aurait le mérite d'être lancé par une future marchombre qui n'était plus ignorante de ce qui respirait à ses côtés. Se mettant calmement en place sur le bord du lac, elle arma son bras et, pensant de tout son être à son rêve de devenir comme sa mère, elle se fondit dans l'air pour lancer le projectile. Les vêtements mouillés de Miyuko envoyèrent de fines petites gouttelettes d'eau escorter le galet. Celui-ci effectua vingt-cinq ricochés avant de disparaître dans les abîmes. Un lancé plein d'Harmonie et de volonté. Loin de la perfection mais pas mauvais pour autant. L'apprentissage n'est pas l'affaire d'une journée. Encore moins de quelques heures. Il demandait du temps. De la patience. Et de la volonté.

Cette fois-ci, il n'y eu aucun cri. Aucune réaction joyeuse. La jeune fille encore trempée se retourna vers Lacrya et lui fit un clin d'oeil. Elle avait face à elle une Mercenaire du Chaos forte et entraînée mais elle n'avait pas peur. Si elle avait voulu la tuer la jeune femme l'aurait fait dès le départ. Elle avait certainement sentit l'aura d'Harmonie, même faible, qui irradiait autour de Miyuko depuis longtemps. Cela expliquait son regard de défis.

La jeune fille aux yeux vagues ne quitta pas l'envoleuse des yeux pour lui dire en un murmure:


-Comme je te l'ai dit, le fait que tu appartienne à la voie opposée à la mienne m'importe peu. Chacun son chemin, chacun son destin. T'as plus d'expérience que moi mais un jour je me surpasserai et mon galet ira aussi loin que le tien!
Revenir en haut Aller en bas
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Envie de... Liberté! [PV : Miyuko]   Mar 30 Mar 2010, 13:02

La peur. Sentiment odieux et implacable. Tel un monstre dévorant lentement nos entrailles pour en faire durer l’agonie. Sentiment perfide et pitoyable que certain combatte pendant que d’autre le cultive. Mais personne ne l’accepte. Jamais. Il n’est là que pour nous affaiblir ou pour former une arme. La plus redoutable de tous. Celle qui n’a pas besoin de matière. Pas de lame, pas de coup. Juste un sentiment. Qui nous paralyse, nous emprisonne dans une cage aux barreaux de ténèbres. Aussi bien le corps, que l’esprit… Immobilité parfaite de la mort pour quiconque ne sais s’en débarrasser…

Peur. Flamme s’allumant au fond de son œil, consumant notre âme dans une douceur infernal. Flamme dévorant le courage, l’honneur et la fierté pour ne laisser qu’un seul sentiment, celui de la vulnérabilité et de lâcheté.

Lacrya posa doucement ses yeux sur Miyuko. Celle-ci la regardait avec étonnement. Ses sourcils étaient haussés, trois flammes brûlant au creux de ses pupilles. La plus grande était celle de surprise. Mais surprise pour quoi ? Le lacet ou autre chose ? Lacrya ne savait pas encore mais les deux autre lumières lui donnèrent rapidement sa réponse. La deuxième était celle de la peur. Et la dernière, moins présente et plus éphémère, était celle du dégout et de la haine. L’envoleuse sourit furtivement. Enfin… Elle avait comprit. Compris qui se tenait en face d’elle. Comprit que sa vie était en danger. Comprit la réalité des choses.

La maitre envoleuse lui lança un regard intense et profond. Elle vit que l’adolescente frissonnait légèrement. Peur ou froid ? Difficile à dire. Elle avait toujours le regard braqué sur Lacrya et semblait perdu dans ses pensés. Puis la flamme de la haine et du dégout grandit peu à peu. Elle savait à quoi la jeune fille pensait. Les histoires des mercenaires. Rumeurs lancé par de petits racontars heureux de pouvoir se rendre intéressant. Ou encore par d’autre pour effrayer les enfants. La jeune femme les connaissait toutes en tant qu’intéressé. Oui, elle aimait savoir quand on parlait d’elle ou de sa voie.

Les rumeurs étaient simples. Elles disaient généralement que les mercenaires du chaos étaient des humains sanguinaires qui n’hésitaient pas une seconde à tuer. Qu’ils répandaient terreur et désolation partout autour d’eux. Que le gout du sang leur était familier et qu’aucune pitié ne pouvait se lire dans leurs yeux sans émotions. Mais certains allaient même jusqu’à dire qu’ils avaient été enfanté par un démon ou qu’ils sortaient tout droit du cœur de la terre ou des enfers pour envahir ce monde. Choses parfaitement absurde quand on connait la véritable signification de l’ordre des mercenaire du chaos…

L’envoleuse sourit de plus belle. Elle s’amusait à écouter ces rumeurs. Cela lui faisait un parfait divertissement. De plus, après l’une de ces histoires d’horreur, elle s’amusait à dire haut et fort ce qu’elle était avant de disparaître dans la nuit comme si elle s’était volatilisée. Cela provoquait de grandes peurs générales qu’elle s’amusait à regarder de haut pendant qu’elle rigolait doucement.

Soudain, la flamme de dégout s’évapora comme par magie. Avait-elle comprit que ce qu’elle savait sur les mercenaires n’était fondé que sur du mensonge et de l’incompréhension ? Sans doute. En tout cas, elle était mal à l’aise. Cela se voyait. Elle se tenait à distance, beaucoup plus méfiante qu’auparavant. Dans un sens, c’était un mal pour un bien. Elle allait maintenant faire bien plus attention mais leur petit jeu ne serait plus comme avant. Elle soupira.
Le regard de Lacrya quitta enfin la jeune femme des yeux. Son regard glissa lentement sur la majestueuse étendue qui s’étendait devant elle. Soudain, un mouvement attira son attention. Elle ramena vivement son regard vers la droite et le posa sur l’once toujours assise à observer la scène. Celle-ci avait les yeux braqués sur sa maîtresse. Mais, contre toute attente, ce n’était pas un regard neutre. Pas comme quand on regarde le paysage ou que l’on dévisage les gens. Non, ces regards n’émettent rien. Mais celui du félin si. Il dégageait de l’amour, de la tendresse et… de la fierté ?

Lacrya ne comprit pas tout de suite. Opale regardait l’adolescente comme si elle regardait sa fille. L’enveloppant d’un noyau lumineux. Et cette fierté… Comment un félin pouvait-il éprouver de la fierté pour un être humain ? Surtout quand celui-ci n’avait rien fait pour s’attirer se mérite. L’envoleuse ne put s’empêcher de froncer légèrement les sourcils. L’once émit un petit ronronnement et s’aplatie sur le tapis de galets.

Puis elle tourna les yeux vers Lacrya. Un nouveau regard de menace et de haine. D’avertissement et de colère. Comme si elle voulait lui faire passer un message. Comme si, elle aussi, avait comprit le danger qui tournait autour de sa maîtresse. Comme une mère regardant l’homme qui s’apprête à enlever ou tuer son enfant. La maître vit même un croc blanc pointer à l’extrémité de ses babines. Menace de mort… L’envoleuse, pas le moins du monde intimidé par cette démonstration de regard hostile, lui répondit. Elle fronça les sourcils, lui lança un regard haineux et dévoila une ranger de dent blanche. Le message était clair. Essaye ma grande et tu vas avoir une surprise ! Elle resta ainsi un moment jusqu’à ce que l’animal détourne les yeux.

Satisfaite, Lacrya reporta toute son attention vers l’adolescente. Celle-ci la regardait avec étonnement. Elle passa ensuite une main sur son front et réfléchie un instant. Elle semblait complètement perdue dans ses pensés. Puis, elle se mit à parler. Face à la phrase qui suivit, Lacrya ne put retenir un petit rire accompagné d’un sourire. Elle se serait roulée parterre si elle n’avait une certaine estime pour la fille qui se tenait devant elle. Non… C’était inutile de l’humilier ainsi. Elle rigola donc discrètement, un large sourire barrant son visage.

Elle s’en fichait… L’envoleuse pouvait être qui elle voulait elle s’en fichait… Il y avait de quoi rire ! A quoi servait cette phrase ? A masquer sa peur ? A se convaincre que l’on ne risque rien. A intimider ? A remettre de l’ordre dans ses pensés ? Lacrya ne savait pas. Tout se qu’elle savait, c’est que cette phrase n’avait absolument aucune utilité pour elle et qu’elle venait de ridiculiser une fois de plus son interlocutrice. Et puis, elle savait bien qu’elle pouvait être ce qu’elle voulait. Ce n’était quand même pas une pauvre adolescente qui allait lui dire ce qu’elle devait ou ne devait pas être. Où irait le monde dans ce cas là ? Pas bien loin… Enfin, peut être que ce serait mieux que maintenant…

Miyuko grimaça soudain. Elle venait sans doute de prendre conscience du ridicule que portaient ses paroles. Mais après tout, Lacrya ne devait pas oublier qu’elle parler à une jeune adolescente d’environ 15-16 ans. Il ne fallait pas qu’elle s’attende à parler avec un adulte philosophe. Dans un sens, sa réaction était parfaitement normale. Une jeune fille qui découvre d’un coup qu’elle à en face d’elle une mercenaire du chaos et que sa vie est en danger à tout les droits de ne plus savoir trop quoi faire. La réaction de peur et de surprise est parfaitement normale. De plus, parler à voix haute est un bon moyen de remettre en ordre ses idées et même s’essayer de se persuader de quelque chose. Dans ce cas, qu’elle ne se trouve pas devant l’un des personnages terrifiants des histoires d’horreurs. Et pourtant la réalité était là, elle, bien présente.

Lacrya sourit pourtant. Elle trouvait la situation tellement comique pour elle et embarrassante pour l’autre qu’elle en aurait pleuré de rire. Mais elle laissa son coté sadique au fond d’elle et préféra ne pas répliquer. Pourtant une phrase poussé ses lèvres. Elle voulait sortir, à tout prix. Mais l’envoleuse ne lui en laissa pas l’occasion.

Ignorant les regards moqueurs de Lacrya, Miyuko se baissa et ramassa un autre caillou. Le jeu reprenait…à la grande surprise de l’envoleuse. Malgré le fait qu’elle se trouve avec l’un des membres des pires ennemis des marchombres, la jeune adolescente continuait à s’entraîner et à sourire. La jeune femme ne put qu’encore une fois admirer le cran de la jeune fille. Oui, décidemment cette petite lui plaisait bien ! Et cela était rare chez les étrangers. Généralement, l’envoleuse les trouvait trop cupide et sans aucun intérêt. A toujours suivre les autres sans jamais se forger leur propre personnalité. A toujours avoir les mêmes réactions face au danger… Mais elle, non. Malgré tout, elle restait souriante et refusait obstinément de changer de comportement face à l’ennemi. Dans un sens, c’est ce qui faisait son charme et peut-être même sa force… Mais elle se tenait quand même légèrement lus à l’écart qu’avant. Mais bon… Cela ne gênait point Lacrya qui s’amusait à décortiquer toute ses faits et gestes.

Prenant bien son caillou en main, Miyuko se remis une nouvelle fois en position. Elle se concentra un long moment avant de lacer son galet. Ses vêtements toujours trempés envoyèrent de fines gouttelettes d’eau dans tous les coins. Voila ce que c’était aussi de vouloir se bailler tout habillé ! Le galet parti. Rapide, propre et… Harmonieux ? Il semblait entourait d’un aura d’harmonie, faible certes, mais pourtant bien présente. Lacrya sourit une nouvelle fois. Elle avait vu juste. Elle se trouvait devant une apprentie marchombre… Le caillou sauta vingt-cinq fois avant de disparaître au fond des eaux. Mais l’envoleuse ne le regardait plus. Elle avait les yeux fixés sur le dos de l’apprentie. Future marchombre… Future proie…

Lacrya ne voulait pas la tuer maintenant. Elle avait un avantage certain et assurait. Rien ne pourrait venir interrompre son œuvre et la victoire était sûre. Voila ce qui la gênait. Le fait d’avoir la certitude de gagner. Sans combat. Sans suspens et sans surprise. Trop simple… Non, décidemment elle n’aimait pas ne rien avoir à faire. La simplicité n’était pas son amie. Elle préférait le jeu et la difficulté. Le plaisir d’être surprise et de ne pas savoir la fin tout de suite. Non, cette proie n’était pas présente mais future. Future lointain certes mais qu’elle n’oublierait pas.

L’envoleuse reprit contacte à la réalité au moment même ou la jeune fille lui envoyait un clin d’œil. Un clin d’œil… Lacrya lui répondit avec un sourire à moitié moqueur à moitié sincère. Puis Miyuko brisa le silence. Toute peur semblait l’avoir quitté. Elle donnait l’impression d’avoir confiance en elle. Illusion ou certitude ? Lacrya n’aurait put trancher. Puis le défi. Indirectement, l’adolescente venait de lui lancer un défi. Défi futur certes mais défi quand même ! Serait-elle à la hauteur ? Oui, Lacrya le pensait. Un jour, cette jeune fille arriverait à sa hauteur et ce jour là elle deviendrait sa proie. Quand à se faire surpasser… l’envoleuse ne savait pas trop quoi penser. Elle verrait bien l’instant venu.

Un nouveau sourire. Puis Lacrya se mit en mouvement. Elle passa dans le dos de la jeune fille, sortie un de ses poignards et titilla la peau blanche de la gorge de Miyuko avec sa lame. Doucement, elle avança ses lèvres près de son oreille et lui parla d’une voix calme et paisible. Tel un murmure venant d’ailleurs.


« Te penses-tu capable de t’élever au niveau de maître marchombre ? Car c’est le statut qu’il te faudra pour un jour prétendre lancer plus loin que moi. Harmonie contre chaos… Un conflit bien profond qui ne se révèle qu’à la surface. Sais-tu seulement pourquoi je ne te tue pas maintenant ? Parce que je préfère attendre que tu ais un niveau plus élevé. Sinon, jamais je ne pourrais jouer avec toi. Et puis, si comme tu le dis qu’un jour tu me dépasseras, alors ce sera à toi de me tuer. Mais je t’attendrais, patiente et dans l’ombre. Alors tache à rester en vie d’ici là. Cela m’attristerais beaucoup de savoir qu’une autre personne que moi à mit fin à ta vie. Et surtout, entraîne toi bien jusqu’à notre prochaine rencontre. »

Elle relâcha doucement son étreinte et posa son regard sur Opale. Cette dernière semblait vouloir lui sauter dessus, mais de crainte de toucher Miyuko, ne faisait que lancer des regards haineux dans la direction de Lacrya. Celle-ci sourit une nouvelle fois et se remit en mouvement, elle passa tel un courant d’air prés de l’animal et revint se percher au sommet du rochet. Elle avait rangé son poignard et dans sa main se tenait une petite touffe de poils blancs.

Elle posa ensuite son regard sur l’adolescente qui n’avait toujours pas bougé. Lacrya venait de lui révéler indirectement qu’elle était maître envoleuse. Chose à laquelle Miyuko ne devait pas s’attendre… Maintenant un dilemme se présentait à Lacrya. Partir ou rester… Elle opta pour la deuxième solution. Elle ne voulait pas quitter maintenant la future marchombre. Alors elle aborda un nouveau sujet. Qui sait ? Peut être arriverait-elle à la convertir…


« Dis-moi, qu’elle est ta définition des mercenaires du chaos ? »

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Envie de... Liberté! [PV : Miyuko]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Lac Chen-
Sauter vers: