AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Mer 17 Mar 2010, 17:40

Le jour succède à la nuit. Le fleuve rejoint l'océan. Et l'hiver cède la place au printemps. La neige qui répugnait à libérer les végétaux et la terre de son emprise glaciale se voit violemment repoussée par les rayons du soleil. Enfin. La vie s'éveille à nouveau dans les terriers des animaux hibernant et déjà quelques têtes curieuses pointent leurs museaux dehors.

Arya marchait tranquillement sur les traces bien visibles qu'une caravane de marchands avait laissé dans le sol humide. L'averse datait de quelques jours mais la terre n'avait pas encore absorbé toute cette eau. L'enfant louve fit donc de large détours pour éviter les grandes flaques d'eau boueuse qui recouvraient la route. A ses côtés, Ombre, les pattes recouvertes de terre, donnait la chasse au premier papillon de la saison. La jeune fille couva le grand loup gris d'un regard maternelle. S'il y avait bien une personne qui ne changerait jamais, c'est bien son frère! Toujours aussi joueur et de bonne humeur!

Tournant le regard vers l'horizon, la future marchombre aperçut enfin ce pour quoi ils avaient fait tout ce long chemin. Al Jeit. La capitale des humains. Arya avait beau y être déjà allé, la beauté de la citée la fascinait toujours autant. Les grandes murailles blanches étaient toujours aussi impressionnantes et les hautes tours éclatantes, tendues vers le ciel, scintillaient comme jamais... Face à ce paysage familier, un immense sourire traversa le visage de l'enfant louve. La capitale resplendissait sous le soleil. Elle lui tendait les bras. A elle. Pauvre petite chose égarée qui se taillait une place dans un monde trop vaste qu'elle ne connaissait qu'à peine. Mais l'inconnu n'effraie que les faibles. Les proies. Pas les prédateurs. Esquissant un sourire de loup, la jeune fille aux cheveux de jais se retourna vers son frère et lui fit signe d'accélérer. Ombre acquiesça en silence et, percevant la lueur d'excitation dans le regard doré de sa sœur, il poussa un grognement et s'élança comme une flèche en direction de la cité humaine. Il savait qu'Arya y est déjà allée une fois mais il ne l'avait pas accompagnée. Elle n'avait pas voulu... Coulant un regard en biais vers l'enfant louve, le grand loup gris poussa un jappement de défi et accéléra.

La future marchombre éclata de rire et bondit à la poursuite de Ombre, courant comme si sa vie en dépendait. Bien vite, elle se retrouva à la même hauteur que son frère et les deux loups continuent de courir, chacun tentant de dépasser l'autre. Malheureusement pour eux, il aurait fallut trouver un chemin plus long pour les départager... Ils franchirent l'entrée d'Al Jeit en même temps et ralentirent pour éviter de percuter la foule qui se pressait derrière les hauts remparts. Happés par tous ces humains plus pressés les uns que les autres, Arya et Ombre traversèrent la place du marché d'un pas vif, séparés des autres passants par un mètre de distance. La distance de "sécurité". Un loup dans la ville, cela inspirait une certaine crainte... Crainte bien pratique quand la proximité des humains vous répugne...

Bref, Le frère et la sœur empruntèrent une rue plus calme pour atteindre un escalier. L'enfant louve guidait son frère d'un pas sûr, son visage plus lumineux au fur et à mesure qu'ils montaient dans la cité. Soudain, ils arrivèrent à un escalier que la jeune fille gravit sans hésiter. Arrivée au sommet, une vue splendide les attendait. Le monde s'étendait à leurs pattes, berçait par la douce lueur du soleil. Arya guetta la réaction de son frère loup devant un tel spectacle avec impatience. Ombre retint sa respiration devant ce paysage. Il avait l'impression d'apercevoir dans le lointain sa forêt natale... Il leva ses yeux d'or pétillants de joie vers ceux de sa sœur. Ambre dans l'ambre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Mer 17 Mar 2010, 18:35

Kaïn arriva dans la partie sud, là où ses parents sont probablement décédés. Il s'était longtemps préparé a un éventuel combat contre : Animaux sauvages, Bandit de grand chemin, Mercenaires et ne sais-je encore...
La neige disparaissait au fur et a mesure qu'il avançait. La lance accrochée à son dos, le casque qui lui descendait sur les yeux... L'équipement habituel pour ce guerrier qui est resté longtemps solitaire. Les Marchombres qu'il a rencontré plus tôt lui ont proposé de découvrir un peu le monde et de se familiariser avec les différents terrain que lui offrait Gwendalavir. Cet homme des montagne, habitué au grand froid de la chaîne du Poll se retrouvait quasiment à l'extrême sud du continent, près de Al-Jeit. Ses vivres commençaient à manquer sérieusement et décida a contrecoeur de s'arrêter dans la ville qu'il apercevait au loin. Il lança son étalon de jais de l'académie vers cette grande ville qu'il allait bientôt découvrir.

Il arriva à Al-Jeit dans le cours de la matinée et le soleil tapait en plein sur son amure pourpre-azur, n'étant pas habitué a cette chaleur il enleva son casque... Une des rares fois où Kaïn enlevait son casque. Le lancier secoua sa tête pour faire partir la sueur et remis ses long cheveux doré en arrière, ses yeux d'émeraude se posèrent sur la porte de la ville et regarda les passants. Il sentis trop observé a son goût et remis son casque. Il descendit de son cheval, l'attacha et entra doucement dans la ville en faisant attention à se que sa lance ne blesse personne. Il y avait beaucoup de monde, la ville abritait plusieurs dizaines de marchands... Kaïn ne supporte pas la foule et trouva une ruelle déserte. Dès qu'il fut seul, il pris sa lance et se propulsa sur le toit d'une maison et atterri avec autant de grâce qu'une plume pour ne pas abîmer la toiture de quelqu'un qu'il ne connaissait pas... Il rangea sa lance, et avança en s'accroupissant pour ne pas attirer l'attention... A travers son casque, il pu voir un marchand qui vendait de la nourriture, il sauta de la maison pour se retrouver dans une ruelle semblable a celle qu'il avait utiliser pour rejoindre les toits. Il gagna la place marchande et acheta un nombre suffisant de victuailles en échangeant le peu de parole possible. Il regagna les toits avec la même discrétion que tantôt. Il tourna sa tête vers un un paysage lointain. il se rapprocha de la muraille et observa la forêt qu'il pu apercevoir.
Il repensa aussitôt à ses huit ans de solitude aux pied d'une montagne et à ses chasses matinale dans la forêt la plus proche... Il se demandait si cette forêt était semblable a la sienne. Kaïn semblait comme envoûté par la densité d'arbre au loin. Un bruit lui fit revenir a la réalité et il pu reconnaitre la démarche d'un loup. *Qu'es ce qu'un loup fiche ici?*

Il se pencha et pu observer une jeune fille qui montait dans les escaliers et qui semblait suivre le loup... Il décida d'en savoir plus et pour cela il sauta avec l'aide de sa lance sur cet escalier et suivit de loin cette jeune fille au magnifique cheveux de jais. Elle semblait émerveillée de voir la forêt et... le loup aussi... Piqué par sa curiosité, il sauta au sommet a quelque mètre de la jeune fille, il s'installa sur un créneaux et regarda attentivement... Kaïn n'osa pas parler, il préféra que le loup sente sa présence et que la jeune fille lui adresse la parole...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Jeu 18 Mar 2010, 21:27

Si la vue était magnifique, les deux loups n'en perdaient pas leurs autres sens affutés. Dans un ensemble parfait, ils se regardèrent en humant l'air. Une présence. Étrangère mais pas tant que ça... Et cette odeur de métal. Froid. Arya n'aimait pas le froid des armes. Elle avait beau avoir un poignard donc elle se servait pour combler sa différence. Des crocs. Les siens étaient certes plus aiguisés et redoutables que les humains, ils n'en restaient pas moins faibles et fragile. Sa lame dans le prolongement de sa main était la dentition mortellement dangereuse qu'elle n'avait pas.

Curieuse, elle tourna la tête vers l'inconnu qui semblait si... froid. Son cœur rata un battement. Ses yeux d'or se heurtèrent à ceux d'un vert profond de l'étranger. Malgré elle, elle se perdit dans ce regard pénétrant. Jamais auparavant elle n'avait croisé un tel regard... Si fermé. L'enfant-louve avait beau scruter les iris émeraude, aucune émotion ne transparaissait à travers elles. Arya frissonna. Qu'était-il arrivé à cet humain pour qu'il se protège ainsi derrière cette muraille infranchissable? La future marchombre cligna des yeux et reporta son attention sur l'apparence de l'homme. Elle écarquilla les yeux. Et bah! Il n'avait pas protégé que son esprit! Son corps tout entier était recouvert d'une carapace de métal sombre comme la nuit. Et dans sa main, l'inconnu tenait une lance. Une arme. Du métal. Froid. Amère. Souffrance. Quelque soit le passé de cet individu, il n'avait pas été que de rose...

La jeune fille respira à fond et reprit son sourire habituel. Elle salua l'étranger:


-Bonjour! T'as pas chaud?


Ombre regarda sa sœur comme s'il venait d'apparaitre un troisième œil sur son front. Mais qu'est-ce qu'elle racontait? Il s'était attendu à un salut plus... civilisé. Par exemple: Bonjour, qui es-tu? Tu viens d'où? Moi c'est Arya... Bref, comme d'habitude! Mais non, l'enfant-louve avait décidé de commencer par ce qui la tracassait le plus. L'armure. Elle qui se baladait toujours vêtue du stricte minimum, elle ne supportait pas de porter ne serait-ce qu'un pull. Même en hiver, elle gardait ses vêtements particuliers...

La jeune fille s'assit sur le rebord du mur, les jambes dans le vide, et regarda l'horizon. Une belle journée commençait. Et le soleil déjà chaud promettait de la rendre mieux encore...

[rp très très court mais l'inspiration me manque et je doit allé me coucher =S ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Jeu 18 Mar 2010, 22:02

La jeune fille se retourna et examina Kaïn de haut en bas en s'arrêtant plus longuement sur ses yeux... Qu'avaient-ils de particulier? Ils étaient juste vert, rien de plus... Il fixa a son tour ses yeux... Ils était d'une belle couleur doré que Kaïn admira tout de suite. Les cheveux aux vent, les deux jeunes gens se regardèrent longuement. Soudain, la belle demoiselle aux cheveux noir de jais parla:

-Bonjour! T'as pas chaud?


Kaïn écarquilla les yeux par la douceur de sa voix qui allait lui allait parfaitement bien. Il rangea sa lance et s'approcha de la jeune fille et du loup. Il s'approcha de l'animal sans crainte avant de lui tendre la main pour qu'il le sente... Kaïn était fasciné par ce canidé qui suivait cette demoiselle comme si elle était née avec lui. Le lancier examina le loup, il avait exactement les même yeux que la jeune fille et avait un poil gris soyeux qui paraissait doux au touché. Il se releva et observa de plus près l'humaine et pour la premiere fois depuis des années, il enleva son casque devant une inconnue. Il lui ai juste passé par la tête que se serait plus courtois qu'il enlève son casque avant de parler à quelqu'un qu'il jugeait...agréable... Ses cheveux blond doré se mirent en place et ses yeux caché par le casque se révélèrent enfin puis il répondit.

Bonjour, je suis Kaïn... T'en fais pas pour l'armure, elle est en moi à présent et je n'ai nullement chaud.


Il avait même parler... Il ne savait même pas combien de temps il avait vécu sans dire le moindre mot a part des jurons ou autre lorsqu'il faisait une faute...La derniere fois qu'il avait fait une phrase complète remonte lorsque ses parents l'ont quitté... Cette jeune fille devait sûrement lui inspirer confiance pour avoir non seulement enlever son casque et dévoilé son nom... Il ne savait pas où cette discution allait mener et il se plaça donc à coté de la jeune fille en s'accoudant sur le créneaux. Il dit autre chose:

Comment t'appelles tu? Et... Le loup... Est-ce que le loup as aussi un nom?


Il paraissait troublé... Il pensa que sa question était déplacé et il baissa la tête. Il se redressa, gardant son casque dans sa main droite. Il regarda autour de lui, ils étaient seul avec un magnifique paysage au loin et ses yeux se reposèrent sur la jeune fille attendant sa réponse.

[c'est un peu court mais bon... je vois pas d'autre piste^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Ven 19 Mar 2010, 22:40

Le jeune homme aux yeux vert pénétrant enleva le casque qui dissimulait le haut de son crâne et sa chevelure. Arya le regarda faire avec curiosité. Plusieurs questions lui trottaient dans l'esprit. Pourquoi était-il allait mettre cette boîte de conserve sur sa belle chevelure blonde comme les blés? Qu'est-ce qu'il lui était passé par la tête pour qu'il se faufile dans cette carapace de métal? Une petite voix dans sa tête appelée "conscience" lui répondit "c'est un humain" les trois petits mots qui répondaient à tout... L'enfant-louve sourit, amusée, et regarda les mèches d'or se laisser bercer par le vent. Enfin la réponse de l'inconnu brisa le silence:

-Bonjour, je suis Kaïn... T'en fais pas pour l'armure, elle est en moi à présent et je n'ai nullement chaud.


En... lui? Il était le métal qui enveloppait son corps et cette carapace si froide à l'odeur était ne lui? Surprenant. Mais comment parler de bizarrerie dans un monde où rien n'a de sens... La future marchombre sourit gentiment à Kaïn et vit que celui-ci avait l'air surpris. Une nouvelle question fusa: Pourquoi? Cet inconnu aux yeux si envoûtants était décidément pleins de mystères. Et les mystères, Arya ne les appréciait que très moyennement... Mais elle n'eut pas le temps de poser une question supplémentaire car déjà le jeune homme enchaînait:


-Comment t'appelles tu? Et... Le loup... Est-ce que le loup as aussi un nom?


Ayra éclata de rire. C'était sortit d'un seul coup, sans prévenir. Après tout, ce n'est pas pour rien que l'on dit "éclater" de rire... Et puis, c'était de la faute de Kaïn! Il demandait de drôles de choses... Est-ce que Ombre avait un nom? Évidemment qu'il en avait un! Mais ce n'était pas pour cela que la jeune fille riait. Elle riait de joie. Tout simplement. C'était presque la première fois qu'on lui demandait le nom de Ombre sans considérer ce dernier comme un objet inanimé ou une bête monstrueuse et dangereuse. Arya tenta de se contenir du mieux qu'elle pu mais le mal était fait. Si Kaïn était quelqu'un de renfrogné, il allait se fermer comme une huître et adieu les réponses aux multiples questions que l'enfant-louve souhaitait poser... Pour se faire pardonner, la future marchombre répondit avec un grand sourire:

-Je m'appelle Arya et oui, mon frère à un nom. Il s'appelle Ombre. Et je ne me moquait pas de toi, au contraire, il est rare que l'on me demande le nom de mon frère... Les humains doivent penser que parce qu'il est différent il ne mérite pas d'être nommé... Alors ça nous fait plaisir que tu considère Ombre pour ce qu'il est. Une personne comme toi et moi.


Comme pour appuyer ses propos, le grand loup gris remercia le jeune homme. Bien qu'il ne comprendrait pas le sens de ces grognements, Kaïn comprendrait au moins le message que voulait faire passer le prédateur. Ayra sourit et se tourna vers le jeune homme. Son regard descendit jusqu'au casque qu'il venait d'ôter. Elle le montra du doigt et demanda:

-Je peux l'essayer? Tu viens d'où? Tu es un soldat? Tu as ton armure depuis longtemps? Tu l'enlèves parfois?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Ven 19 Mar 2010, 23:42

La jeune fille en face d'elle se mit à éclater de rire, ce qui mit Kaïn de plus en plus dans l'embarra. Évidemment, il sors tout droit d'un pied de montagne, il n'a plus l'habitude du contact humain, ce qu'il regretta nullement d'ailleurs. La jeune demoiselle répondit:

-Je m'appelle Arya et oui, mon frère à un nom. Il s'appelle Ombre. Et je ne me moquait pas de toi, au contraire, il est rare que l'on me demande le nom de mon frère... Les humains doivent penser que parce qu'il est différent il ne mérite pas d'être nommé... Alors ça nous fait plaisir que tu considère Ombre pour ce qu'il est. Une personne comme toi et moi.


Ce loup était son frère? Avait il subi un maléfice? Ou se transforme t'il de son plein gré? Toutes ces questions se baladait dans la tête du lancier puis il repassa en mémoire le nom de la jeune fille puis celui de son frère. Arya et Ombre... Lequel des deux étaient le plus jeune? Difficile de savoir.. Ombre émit quelque grognement gentil envers le jeune homme. Kaïn interpréta ceci comme un remerciement de sa part car il a compris qu'il était pas aimé des humains mais ce qu'il ne compris pas, c'est que les autres humains n'aimaient pas les loups... Pourtant, ils sont si doux quand on apprend a les connaître, Kaïn le savait mieux que quiconque, il avait vécu huit ans seul dans la forêt avec la seule compagnie des renards, des loup, des furets et que sais-je encore... Tant que c'était pas des Marcheurs de la chaine... Arya repris la parole mais cette fois ci elle posa quelque questions:

-Je peux l'essayer? Tu viens d'où? Tu es un soldat? Tu as ton armure depuis longtemps? Tu l'enlèves parfois?


Kaïn fit un pas en arrière, cinq questions d'un coup !... Il se calma et essaya de répondre à ces questions une à une déjà dans sa tête. Elle regardait le casque que le guerrier avait enlevé plus tôt et elle voulais l'essayer... Après tout, pourquoi pas... A présent, elle voulait savoir d'où il venait...Kaïn s'en souvient parfaitement... *Un soldat? Ah, elle dis ça à cause de mon armure... et combien de temps que je l'ai... et es-ce que je l'enlève... Qu'es que je fais...* Il était perdu, mais il repris vite ses esprits et répondit alors:

-Je viens.. d'Al-Poll, au pied de la montagne, Je ne suis pas un soldat mais je fais parti des Marchombres depuis peu et mon armure existe depuis ma naissance mais ça fais...quatre ans que j'ai commencer à la porter et je l'enlève que quand je suis seul... Pour me baigner par exemple ou quand je dors. Mais je ne l'enlève jamais en présence d'inconnu.... Tu voulais mon casque? Essaies le si tu veux.


Kaïn lui donna son heaume sans hésiter car il savait qu'il pouvait avoir confiance en cette jeune fille. Elle semblait satisfaite des réponses apportées par le jeune homme et elle essaya le casque en forme de tête de reptile. Il lui allait assez bien, mais le casque était un peu trop grand pour elle. Il se mit à rire car les yeux jaune du casque ne regardaient nulle part et se secouaient dans tout les sens. Il aida la jeune Arya à l'enlever puis il mit sa main dans le casque pour mieux le tenir. Il s'agenouilla au niveau d'Ombre et le regarda droit dans les yeux. Il savait maintenant qu'Arya disait la vérité sur leur parenté, ils avaient exactement les mêmes yeux. Kaïn enleva son gantelet et caressa le canidé gris. Le lancier se releva,remis son gantelet et quelque seconde plus tard, il demanda quelque chose à Arya qu'il commença à apprécier:

-Et toi? D'où viens tu?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Sam 20 Mar 2010, 14:43

Kaïn recula de quelques pas sous le regard surpris de l'enfant-louve. Bah qu'est-ce qu'elle avait dit encore? Fronçant les sourcils, elle regarda le jeune homme réfléchir. Patiente, elle se retourna un instant vers l'horizon enveloppé par la douce lueur du soleil. Enfin, Kaïn répondit:

-Je viens.. d'Al-Poll, au pied de la montagne, Je ne suis pas un soldat mais je fais parti des Marchombres depuis peu et mon armure existe depuis ma naissance mais ça fais...quatre ans que j'ai commencer à la porter et je l'enlève que quand je suis seul... Pour me baigner par exemple ou quand je dors. Mais je ne l'enlève jamais en présence d'inconnu.... Tu voulais mon casque? Essaies le si tu veux.

Arya acquiesça en silence. Elle stocka les informations dans un coin de son esprit et tendit les mains pour prendre le casque. Celui-ci avait une forme étrange... il ressemblait à une tête de reptile avec des yeux étincelants. La future marchombre l'enfila ... et se retrouva dans le noir. Secouant la tête, elle essaya de trouver un moyen pour retrouver la vue mais l'objet était trop grand et lui cachait les yeux. Bien que ses yeux soient aveugles, elle n'était pas sourde... Elle entendit Ombre pouffer de rire à ses côtés et lui assena un petit coup sur la tête pour le faire taire. Le jeune homme riait aussi mais la jeune fille se voyait mal l'assommer lui aussi... Surtout que si elle était en galère, c'était entièrement sa faute à elle. Le grand loup gris s'écarta, les babines toujours étirées d'un grand sourire. Une fois de plus, la curiosité de sa sœur se retournait contre elle-même.

Kain vint enfin au secours de l'enfant-louve en difficulté et lui ôta le casque. Arya poussa un soupir de soulagement et se frotta les yeux. Elle remit ensuite de l'ordre dans sa chevelure sauvage et regarda le jeune homme en armure se baisser au niveau d'Ombre pour le regarder droit dans les yeux. Le grand loup gris lui rendit son regard sans broncher. Il se comportait comme si c'était un autre canidé qu'il avait en face de lui et non un humain. Ils étaient de forces égales et cela inspirait le respect. Prédateur face au prédateur. Enfin, l'humain retira son gantelet et glissa sa main dans la fourrure épaisse de l'animal. Ombre se laissa faire et inclina la tête en signe de salut.

Pendant cet échange, Arya repensa aux paroles de Kaïn. Il venait d'Al-Poll... Cette citée humaine proche des grands crocs levés vers le ciel que les hommes appelaient "chaîne du Poll" . Les deux loups s'y étaient déjà rendus une fois, il n'y avait pas si longtemps de cela d'ailleurs... L'enfant-louve tressaillit en se rappelant la suite. Le jeune homme lui avait dit sans aucune crainte qu'il était marchombre. Comme ça. Sans réfléchir aux conséquences. La jeune fille aurait pu être n'importe qui, elle connaissait à présent la vrai nature de Kaïn. Heureusement pour lui qu'elle suivait également la voie de l'Harmonie. Mais si elle avait était mercenaire du chaos? Ou si tout simplement elle révélait l'identité du jeune homme à quelqu'un de mal intentionné? Arya repoussa ses deux questions. Elles étaient stupides. Dans les deux cas, Kaïn n'avait rien d'une proie. Il pourrait se défendre contre ses ennemis. Souriant devant son inquiétude inutile, l'enfant-louve repensa à la suite des paroles de son interlocuteur. Il vivait avec son amure. Comme elle avec Ombre. Ne la quittant que pour dormir et se laver. Elle comprenait mieux à présent ce qu'avait voulu dire le jeune homme en disant "elle est en moi à présent".


-Et toi? D'où viens tu?


La jeune fille sursauta, sortit précipitamment de ses pensées par la voix de Kaïn. Elle prit le temps de se rapprocher de son frère pour lui effleurer la tête pour répondre:


-J'ai choisi la voie de l'Harmonie moi aussi... C'était la seule capable de me permettre de trouver ma place dans ce monde sans que la folie ne ronge mon être. Quand on appartient à aucune espèce précise, c'est dur de trouver sa place... Notre meute et notre territoire se situent dans la forêt proche de l'académie marchombre.


Le regard des deux jeunes loups se fit lointain. Ils se revoyaient avec le reste de la meute, chantant sous la lune pleine. Après un léger soupir, Arya demanda:


-Tu es à l'académie depuis longtemps? Je ne t'y ai jamais vu... Tu t'es déjà aventuré dans notre forêt?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Lun 22 Mar 2010, 20:29

-J'ai choisi la voie de l'Harmonie moi aussi... C'était la seule capable de me permettre de trouver ma place dans ce monde sans que la folie ne ronge mon être. Quand on appartient à aucune espèce précise, c'est dur de trouver sa place... Notre meute et notre territoire se situent dans la forêt proche de l'académie Marchombre.

Notre meute? Cette fille serait elle aussi un loup? Si c'était le cas, ils allaient sûrement bien s'entendre. S'il en croit ses paroles, elle était de son coté et on au moins déjà un point commun peut être deux. Kaïn continua à la dévisagé et Arya parla a nouveau :

-Tu es à l'académie depuis longtemps? Je ne t'y ai jamais vu... Tu t'es déjà aventuré dans notre forêt?


Encore deux nouvelle questions... Mais cela ne le dérangea pas, il trouva cela plutôt distrayant que quelqu'un s'intéresse à lui et répondit sans la faire attendre.


Je suis a l'académie depuis quelque jours à peine... Je ne sais pas de quelle forêt tu viens, mais je chassais dans une forêt ou du moins je pense que c'en était une. Quand je chassais, j'ai fait de curieuse rencontre, des loups, des renards et plein d'autre carnivore s'invitaient au près de mon campement et je partageais une partie de mon diner avec eux et ils ne m'ont jamais attaqués voire me déranger.


Il avait longtemps vécu dans un silence oratoire, seuls les animaux lui parlait en quelque sorte, Kaïn ne comprenais absolument rien à leur bruissement mais il respectait la nature, la nature le respectait. En sortant de son explication, il releva le tête et regarda Arya qui l'observait étrangement. Kaïn en avait marre d'être en hauteur, perché au sommet de la ville. Il invita donc Arya a descendre dans les ruelles pour qu'ils continuent cette discussion en marchant. Lorsque celle ci accepta, il remis son casque et au lieu de sauter directement en bas, il pris les escalier en compagnie de la magnifique Arya et de son frère Ombre. Pour la première fois, Kaïn ressentit quelque chose de bienfaisant au niveau de sa poitrine, il ne savait pas ce que c'était, mais c'était tellement doux, il s'arrêta net en posant sa main droite contre son armure et sa main se situa au dessus de son coeur. Il ne compris pas pourquoi donc il secoua la tête horizontalement et continua de marcher le long de la rue... Au bout d'un moment, il en eut marre de marcher dans des ruelles étroite et mal éclairée et il demanda:

-Voudrais-tu voir la ville d'en haut? J'ai la possibilité de t'y emmener si tu le souhaites...

[c'est un peu court mais bon... je peux pas contrôler ton perso à ta place :p ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Lun 22 Mar 2010, 21:16

La réponse ne tarda pas:

-Je suis a l'académie depuis quelque jours à peine... Je ne sais pas de quelle forêt tu viens, mais je chassais dans une forêt ou du moins je pense que c'en était une. Quand je chassais, j'ai fait de curieuse rencontre, des loups, des renards et plein d'autre carnivore s'invitaient au près de mon campement et je partageais une partie de mon diner avec eux et ils ne m'ont jamais attaqués voire me déranger.


Arya acquiesça. Kaïn n'était donc pas encore un marchombre mais juste un novice, comme elle. Même si cela faisait plus d'une année qu'elle était à l'académie, le rang de marchombre ne lui était toujours pas accessible. Elle avait beau trouvait cela étrange, ça ne lui déplaisait pas pour autant. De cette façon elle avait le temps de profiter de sa liberté à sa guise. Après tout, un louve restait une louve. Même humaine... Le besoin de vagabonder en compagnie du vent était indispensable.

Repensant aux autres paroles de son interlocuteur, la jeune fille sourit. C'était logique que les animaux sauvages, même les prédateurs, n'aient pas attaqué le jeune homme. Pour quelle raison? En un mot: le respect. On récolte ce que l'on sème. Kaïn n'avait pas cherché à agresser qui que se soit, personne ne l'avait agressé... Les animaux ne sont pas méchants. Jamais. Ceux qui vous diront le contraire seront des menteurs... ou des inconscients. Ils peuvent être agressifs sous l'effet de la peur mais pas méchant. Ils ne font que protéger leur territoire, leur famille, leur repas... leur vie.

L'enfant-louve cligna des yeux et fronça les sourcils. Sa meute ne lui avait pas parlé d'un humain campant dans la forêt... Peut-être c'était-il installé en frontière du territoire. Ou peut-être n'avait-il tout simplement pas était dans leur bois. Leur bois. Une lueur de fierté se mit à scintiller dans les pupilles d'or de la jeune fille. Même si elle s'éloignait beaucoup de sa famille pour découvrir le monde, elle ne l'oubliait pas. Une partie de son esprit était constamment tournée vers les siens. Et la lune. Un lien étrange unissait les loups à l'astre lumineux de la nuit... Le chant de minuit. Les poèmes. Les histoires dans le noir... Mi-louve et mi-humaine. Mi-louve puis mi-humaine.

Un mouvement de Kaïn ramena la future marchombre à la réalité. Le jeune homme l'invitait à le suivre. Sans hésiter, Arya descendit de son perchoir et bondit à sa suite, faisant signe à Ombre de venir. Le grand loup gris obéit et se mit à trottiner à ses côtés. La jeune fille observa Kaïn qui remettait son casque étrange . Elle fit la moue. Comment pouvait-il passer son temps avec cette chose sur la tête? Secouant la tête pour marquer son incompréhension, l'enfant-louve apprécia le vent qui se faufiler à travers ses longues mèches brunes. Marchant en silence à la suite du future marchombre, Ombre et Arya flairaient les environs. Les petites ruelles tortueuses ressemblaient à un véritable labyrinthe. Et cette odeur d'humidité étaient parfois si forte qu'elle faisait plisser le museau des deux jeunes loups.

Soudain, Kaïn s'arrêta et demanda:


-Voudrais-tu voir la ville d'en haut? J'ai la possibilité de t'y emmener si tu le souhaites...


L'enfant-louve sourit. Oui, elle commençait à se sentir oppressée au milieu ces grandes bâtisses sombres et tristes qui ne laissaient entre elles qu'un étroit passage sale et malodorant. Passant sa main dans la fourrure de son frère, elle répondit:

- Avec plaisir! Je te suis... Tu connais cette cité depuis longtemps? Tu y viens souvent?

Heureuse d'avoir la possibilité de fuir cette atmosphère morbide pour la lumière du soleil et la compagnie du vent, Arya laissa Kaïn prendre les devants pour les guider, Ombre et elle, vers les sommets de la cité. Elle accordait toute sa confiance à cet individu caparaçonné dans son armure. Son instinct de loup lui disait qu'elle n'avait pas à se méfier. Et même si ce n'était pas le cas, elle savait se défendre, sans compter sur le fait qu'Ombre était avec elle... Mais quoi qu'il en soit, elle aurait quand même pu suivre ces beaux yeux verts emplis de mystères jusqu'au bout du monde...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Lun 22 Mar 2010, 22:03

- Avec plaisir! Je te suis... Tu connais cette cité depuis longtemps? Tu y viens souvent?

Kaïn souri mais Arya ne vît pas son sourire a cause de la pénombre de la ruelle et parce que son casque le cachait un peu... tout en se dirigeant vers un lieux adéquat pour atteindre les hauteur de la ville, il répondit à ses deux nouvelles questions.

-Je viens d'arriver en ville, je venais pour ravitailler à la base. Et puis j'ai entendu ton frère courir, cela m'a intrigué de voir un loup dans une ville, et... Et tu connais le reste.

Il la guida vers un endroit désert et un endroit où les maison était un peu plus basse... Il sortit sa lance et pris la main de la jeune fille en lui disant de ne pas s'inquiéter et il fit un clin d'oeil à Ombre qui transmettait un message de confiance. Le lancier passa sa main gauche autour de la taille D'Arya puis il pris de l'élan en pliant les genoux et tapa par terre avec sa lance en relevant les genoux pour se propulser dans les airs et retomber sur le toit avec délicatesse. Il enleva sa main mais celles de la jeune fille ne voulaient pas se détacher. Elle avait sûrement été surprise qu'il saute aussi haut avec une telle armure...

Ne bouge pas, je vais chercher ton frère.

Il redescendis en sautant simplement et atterris avec un genoux au sol, il leva son bras gauche vers le loup pour l'inviter a sauter sur le toit. Le loup gris accepta avec une grande hésitation puis Kaïn et Ombre se retrouvèrent aux cotées d'Arya en un rien de temps. Ils étaient tout les deux choqués et ceci était normal... Quel sorte d'humain peut sauter aussi haut avec un poids en plus a son bras? Le lancier se retourna vers ses amis et les fixa de ses yeux artificiellement jaunes à travers son casque en forme de tête de reptile.


Je vous offre une meilleure vue et une meilleure ambiance de la ville. Loin de la population, loin de la foule, près du ciel...


Ils parcoururent la ville sur les toits évitant toute la population qui allait et venaient dans toute les rues... Un papier voletait vers eux et s'arrêta aux pieds de Kaïn. Intrigué, il pris la feuille et commença a lire mais il n'y compris pas grand chose... Il y était écrit : Recherche Altharan Ati'Shan pour corruption et crimes. Le lancier ne connaissait personne de ce nom et froissa le papier puis il le jeta dans la rue avant de continuer jusqu'à un lieux fort adéquat avec un paysage plutôt sympathique à observer. Kaïn s'asseya près de la cheminée de la maison et retira son casque. Il regarda Arya dans ses beaux yeux dorés.

C'est la première fois que je vois des yeux comme les tiens...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Mar 23 Mar 2010, 20:39

-Je viens d'arriver en ville, je venais pour ravitailler à la base. Et puis j'ai entendu ton frère courir, cela m'a intrigué de voir un loup dans une ville, et... Et tu connais le reste.

Arya acquiesça en silence. Kaïn devait avoir une ouïe entrainée pour reconnaitre le bruits des pattes d'un loup sur le pavé. Le simple fait de le percevoir était déjà un exploit.... Le loup était une machine à tuer. Silence, surprise, rapidité, précision. Un prédateur se devait d'être aussi discret que la mort. Mais il était vrai que les griffes non rétractable des canidés n'étaient pas idéal pour les déplacements en ville, le sol de pierre qui les faisant cliqueter. La jeune fille jeta discrètement un coup d'œil à ses pattes nues. Elle avait au moins un avantage, ses ongles étaient très court à force d'être cassé quand elle courait. Ce qui n'était pas le cas pour ses mains. Des griffes tranchantes et légèrement recourbées prolongeaient les phalanges de ses doigts fins.

Esquissant un sourire de loup, la jeune fille releva la tête. Kaïn s'était arrêté et tenait sa lance d'une main. Il tendit l'autre à l'enfant-louve qui la saisit en haussant les sourcils. Qu'est-ce que le jeune homme avait en tête? Ignorant son scepticisme, le future marchombre lui murmura des paroles rassurantes, ce qui eu le don d'inquiéter encore d'avantage Arya. Elle n'aimait pas les surprises... Pour couronner le tout, Kaïn adressa un clin d'oeil à Ombre qui commençait à grogner. Le prédateur écarquilla les yeux et ses membres se raidirent. Si le jeune homme en armure faisait le moindre mal à sa sœur, il le payerait de sa vie. Le regard menaçant et les babines frémissantes, le grand loup gris attendait le moindre signe de l'enfant-louve pour attaquer. Mais cette dernière avait beau être déconcertée, elle était avant tout curieuse. Offrant un sourire crispé à son frère, elle attendit la suite des événements.

Soudain, Kaïn passa une main autour de sa taille et ils s'envolèrent. Poussant un glapissement de surprise, Arya se sentit propulsée dans les airs, grâce à la puissance du jeune homme et de sa lance, et se retrouva sur le toit d'une maison avant d'avoir pu comprendre ce qui lui arrivait. Hébétée, elle mit un moment avant de libérer la main du future marchombre. Une fois que ses doigts acceptèrent de relâcher leur étreinte, Kaïn lui dit:


-Ne bouge pas, je vais chercher ton frère.


L'enfant-louve n'eut pas le temps d'acquiescer que le jeune homme avait déjà disparu. Secouant la tête pour reprendre ses esprits, Arya se pencha par-dessus le bord du toit pour voir son frère montrer les crocs à Kaïn. Il n'avait pas l'intention de se montrer coopératif avec ce kangourou en armure... La future marchombre poussa une suite de grognements distincts pour rassurer son frère. Elle était en vie et tout allait très bien. De là où elle était, elle croisa le regard d'ambre du prédateur et ce dernier finit par soupirer, vaincu. Il se retrouva bientôt aux côtés de sa sœur et celle-ci posa un genoux à terre pour embrasser le grand loup gris sur le front. Tel un louveteaux, Ombre lécha la joue de la jeune fille et tout deux se retournèrent vers Kaïn, une lueur soupçonneuse dans leur regards identiques. Comment un simple humain pouvait-il sauter si haut? Surtout vêtu de sa lourde armure, c'était ... surprenant. Arya avait appris à bannir le mot impossible de son langage. Rien n'était impossible. Elle avait vu tellement de chose étrange dans sa courte vie qu'elle commençait à ce demander à quoi ce mot pouvait bien servir...

Certainement conscient de leur surprise mais de désirant apparemment pas s'étendre sur le sujet, Kaïn se contenta de dire:


-Je vous offre une meilleure vue et une meilleure ambiance de la ville. Loin de la population, loin de la foule, près du ciel...

Arya se releva lentement et observa les alentours. Il était vrai que les alentours étaient magnifiques.Que des toits à perte de vue... Comme si de là où ils se trouvaient, les trois amis dominaient le monde des hommes. En dessous d'eux, la vie suivait son cours, imperturbable, et les gens ressemblaient à de petites fourmis... Voyant que Kaïn était allé s'assoir près d'une espèce cailloux rectangulaire et creux qui servait d'évacuation pour la fumée, Arya se rapprocha de lui pour s''installer à ses côtés. Ramenant ses jambes contre sa poitrine, elle les enveloppa de ses bras et commença à se balancer doucement d'avant en arrière. Face à elle, Ombre n'en revenait pas d'être atterri aussi haut... Il louchait sur le sol en contrebas, tâchant de comprendre ce qu'un loup respectable tel que lui pouvait bien faire à plusieurs mettre de la terre ferme...

-C'est la première fois que je vois des yeux comme les tiens...

L'enfant-louve tourna la tête vers le jeune homme qui venait de parler. Il n'avait jamais vu d'yeux semblables aux siens? La jeune fille fronça les sourcils. Dans sa familles tout le monde ou presque avait les pupilles ambrées... Mais c'était certainement une particularité propre aux loups. Et encore, ils n'avaient pas tous cette couleur d'iris. La future marchombre cligna des yeux à plusieurs reprises avant de répondre:


-Dans ma famille nous avons tous les yeux de la même couleurs... C'est plutôt tes yeux que je trouve... différents. Aucun loup n'a les yeux vert. Et le vert des tien est lumineux. Comme le feuillage des arbres à la belle saison...


Arya s'empourpra et baissa la tête pour la poser sur ses genoux. Sa longue chevelure de jais recouvrait ses épaules comme un manteau protecteur... Ou comme une fourrure douce et sauvage. Son moment de malaise passait, la jeune fille se remit sur ses pattes pour apprécier le vent. L'ami des loups. Son ami. Les bras écartés, à demi-pliés et les paumes de mains vers le ciel, elle ferma les yeux. Une brise fraiche vint glisser entre ses doigts et faire virevolter sa cascade de cheveux noirs. Poussant un soupir d'aise, la future marchombre demanda, une pointe d'amertume dissimulée dans sa voix:

-Tu as grandi avec ta famille n'est-ce pas?


Ombre ressentit les émotions de sa sœur et se rapprocha d'elle. Il comprenait sa question. Elle n'avait jamais connu les humains qui l'avaient conçue. Elle n'osait pas dire "parents", car ses vrais parents étaient pour elle l'alpha de la meute et sa mère louve. Les humains n'étaient pas ses parents. Ils étaient morts quand elle n'était qu'un bébé. Quand elle n'avait encore ni identité ni caractère. Ils l'avaient abandonnée. Mais elle était quand même curieuse de savoir ce que c'était de grandir avec des humains...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Mar 23 Mar 2010, 21:47

-Tu as grandi avec ta famille n'est-ce pas?

Famille... Kaïn repensa directement à son père qui l'avait entrainer durement pendant des années. Il n'avait pas beaucoup de souvenir de sa mère qui était souvent en train de faire des voyages, faire du commerce un jour à Al-poll, puis à Al-Far... Il ne l'avait pas bien connu... Kaïn pensa après avec la lettre dans ses mains annonçant le décès de ses parents, et une larme roula sur ses joues.

-J'ai...Grandis avec ma famille, mon père m'a entrainer , jour pour jour. Je n'ai aucun amis. Je n'ai pas beaucoup connu ma mère car elle était commerçante entre Al-Poll et...Al-fer ou Al-Far... Puis, elle devait aller ici même et mon père décida de l'accompagner... Ils sont mort dans ce voyage et j'ai erré au pied de la montagne qui m'a vu devenir un guerrier, j'ai continué à m'entrainer, c'était sûrement une des volontés de mon père qui était un puissant Marchombre...Enfin puissant... C'est ce qu'un fils voit en son père, mais c'est grâce à lui que je suis digne de porter cette armure, cette lance et de sauter si haut. J'espère qu'il est fier de moi là où il est maintenant.


Il regarda le ciel et ferma les yeux tout en repensant aux bon moment passé avec lui. Il enleva son gantelet et s'essuya ses yeux d'émeraudes. Il repensa après à sa solitude qu'il avait vécu dès l'âge de quatorze ans jusqu'à maintenant. Ses seuls vrai amis étaient les autres prédateurs qui le respectaient comme un des leurs. C'est sûrement pour cela qu'il n'a aucune crainte d'Arya et de son frère. Il tourna la tête vers eux en souriant. Lorsqu'il posa ses yeux sur ceux de la futur Marchombre son coeur se remit à s'emballer. Croyant qu'il avait un problème, il posa sa main qui était découverte rapidement sur son torse essayant de se calmer.

Au bout de quelque seconde, son palpitant rebattit normalement et Kaïn ne comprenait strictement rien à ce qu'il lui arrivait. Ça lui est déjà arrivé quelque minute plus tôt de la même façon... L'air du sud lui fait tourner la tête? Ou est-ce que c'est la tête d'Arya qui lui fait perdre le nord? Il n'en savait rien du tout... Ce qu'il savait surtout, c'est qu'il aimait la compagnie de la jeune fille et de son jeune frère. Il remis son gantelet et observa son casque en silence... Avait-il fait le bon choix en venant ici, là où ses parents étaient mort huit ans plus tôt? Après tout, il était libre, il avait la force, il avait la capacité et il avait des amis. Il n'avait aucune raison de s'en faire. Il ne savait pas quoi dire... donc il sortit une phrase totalement sotte mais c'était la seule valable qui trottait dans sa tête :


-Si tu veux redescendre, tu me le dis et je m'exécuterais sur le champs...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Sam 27 Mar 2010, 23:27

Une perle de cristal glissa en silence sur la joue du jeune homme. Arya se mordit la lèvre. LA question à ne pas poser. Elle avait appris au contact des humains que certains sujets sensibles étaient à éviter.Elle devait avoir la malédiction de la mauvaise question. Gênée, elle hésita un instant entre deux attitudes. Se recroquevillée sur elle-même en attendant la réponse ou fuir pour ne plus faire de mal à Kaïn. Elle ne voulais pas ouvrir des plaies sur son passage. Elle était peut-être un peu brusque à directe lais qu'y pouvait-elle? Elle avait grandi parmi les loups. Et les loups ne restaient pas avec des interrogations qui leur trottaient dans la tête et les empêchaient de penser à autre chose. Ils étaient francs. Sans détours. Simples peut-être... La réponse de Kaïn brisa le silence:

-J'ai...Grandis avec ma famille, mon père m'a entrainer , jour pour jour. Je n'ai aucun amis. Je n'ai pas beaucoup connu ma mère car elle était commerçante entre Al-Poll et...Al-fer ou Al-Far... Puis, elle devait aller ici même et mon père décida de l'accompagner... Ils sont mort dans ce voyage et j'ai erré au pied de la montagne qui m'a vu devenir un guerrier, j'ai continué à m'entrainer, c'était sûrement une des volontés de mon père qui était un puissant Marchombre...Enfin puissant... C'est ce qu'un fils voit en son père, mais c'est grâce à lui que je suis digne de porter cette armure, cette lance et de sauter si haut. J'espère qu'il est fier de moi là où il est maintenant.

Arya sentit l'émotion lui enserrer le cœur. Elle ferma les yeux et respira à fond. Elle aurait une drôle d'allure à pleurer avec Kaïn. Quand quelqu'un avait de la peine, il était inutile de remuer le couteau dans la plaie en se transformant en fontaine vivante. Surtout par une si belle journée... Malgré tout, l'enfant-louve se sentait responsable. Pire, elle se savait responsable. Si elle n'avait pas posé sa question le jeune homme n'aurait pas était envahi par un tel chagrin. La jeune fille poussa un gémissement d'excuse absolument pitoyable en baissant la tête. Ombre se rapprocha d'elle pour lui poser la tête sur l'épaule. Arya glissa une main tremblante dans son pelage épais tout en refoulant sa peine. Elle ne devait pas se laisser aller. Inspirant profondément, l'enfant-louve leva la tête et se perdit dans la contemplation de la voûte céleste azurée. Ses yeux brillaient plus qu'à la normale mais elle réussi à ravaler ses larmes au bout de quelques minutes.

-Si tu veux redescendre, tu me le dis et je m'exécuterais sur le champs...


L'enfant-louve esquissa un sourire. Elle sentait bien que cette phrase lancée dans le vent n'avait pas été prononcée pour obtenir une quelconque réponse. Elle était juste là pour meubler la conversation et changer les idées de celui qui l'avait prononcée... Jouant le jeu, Arya acquiesça gentiment tout en observant son interlocuteur. Une ancienne plaie s'était ouverte ne lui, elle le sentait. Même si elle était passée au second plan dans la tête de Kaïn, la jeune fille aux yeux d'or souhaitait à tout prix s'excuser. La future marchombre se redressa et s'avança d'un pas sûr vers le jeune homme. Arriver face à lui, elle fut saisit d'un moment d'hésitation. Elle ne savait pas quoi faire. Elle ne connaissait pas encore assez la façon de vivre des humains.. Quand ils étaient tristes, comment faisaient-ils pour se consoler les uns les autres? De son côté, elle se voyait mal le réconforter à la façon des loups. Il pourrait... mal le voir. Très mal même. Arya retint un éclat de rire en imaginant la scène.

Elle allait faire un pas supplémentaire pour lui saisir la main quand soudain, le toit se déroba sous ses pattes. Poussant un glapissement de terreur, l'enfant-louve se sentit emporter par la chute des tuiles. Tentant de se rattraper, la jeune fille aux cheveux de jais pivota sur elle-même et tâcha de planter ses griffes sur les plaques d'argile. Elle serra les dents en entendant le crissement insupportable des ongles durs contre la terre cuite. Avant qu'elle n'ait pu comprendre ce qu'il lui arrivait, l'enfant-louve fut happée par le vide. Elle eut juste le temps de croiser le regard d'Ombre paralysé par la peur avant de disparaitre. La chute. Arya ferma les yeux et attendit de percuter le sol, plusieurs mètres plus bas. Elle entendait déjà ses os se briser sous le choc et le goût du sang dans a bouche. C'était idiot de se blesser de la sorte... Complètement idiot.

Au bout de quelques secondes, la future marchombre sentit que son flanc se retrouvait malmené. "Le sol n'est pas si dur que cela finalement;.." pensa l'enfant-louve en entrouvrant les paupières. Mais pourquoi était-elle encore à la verticale si elle était à terre? Fronçant les sourcils, Arya cligna des paupières et retint un cri. Le sol n'avait pas bougé, il était toujours loin en bas. Elle n'était pas tombé... Hoquetant de surprise. Kaïn lui enserrait la taille d'une main tout en la tenant plaquée contre son armure, alors que de l'autre main il les retenaient tout les deux au toit. L'enfant-louve sentit un frisson lui courir le long du dos. Le visage du jeune homme était à quelques centimètres à peine du sien. Elle se laissa absorbée par ses pupilles vert émeraudes. Son cœur commença à s'emballer et elle sentit son visage la picoter. Un sentiment nouveau germait dans sa poitrine, emplissant son corps d'une douce chaleur et lui faisant tourner la tête. L'odeur de Kaïn, le visage de Kaïn, le corps si puissant de Kaïn... son regard mystérieux et doux...

Arya colla sa tête contre le poitrail du futur marchombre et laissa ses émotions prendre le dessus. Les larmes roulèrent toutes seules sur ses joues, disparaissant en silence dans le vide. La peur mêlée à la peine. La surprise et le réconfort. L'amour...

[Kaïn m'a donné son accord pour que je contrôle son perso Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Jeu 01 Avr 2010, 13:23

Kaïn capta les mouvements de sa jeune amie , il compris ce qu'elle essayait de faire et il voulait se laisser faire mais la jeune fille hésita. Finalement, elle lui pris la main mais dans un faux mouvement, elle glissa du toit. Le lancier ,étant fort réactif, planta son arme dans les tuiles et le coté fourche de la lance s'accrocha dans la charpente de la maison. Il garda sa main gauche au plus bas de la lance et se jeta dans le vide pour empêcher Arya de choir. In extremis, Kaïn la rattrapa par la taille et rapprocha Arya de son torse. Sa tête était contre la sienne et il plongea son regard dans le sien et fut une fois de plus envoûté par ses yeux d'or puis il revint à la réalité lorsque son bras menaçait de faiblir sous leur poids. Pensant qu'il ne resisterait pas à la chute car la maison était trop surélevé et il eut d'un coup une poussé d'adrénaline et il arriva a se hisser en fesant attention a ne pas écraser Arya sous le poids de son armure... Une fois sur le toit, le guerrier lâcha son arme, souffla et détendis tout ses muscles d'un coup ce qui n'était pas le cas d'Arya car ses doigts était accroché à son armure et le regard fixé dans celui de Kaïn . Il passa sa main de fer dans les cheveux de jais d'Arya pour la rassurer. Il déposa son regard une fois de plus dans cette dernière et s'y perda une fois de plus... Son coeur se remit a s'emballer, et, n'écoutant que son coeur, il ferma ses yeux et approcha ses lèvres des siennes. Il se regardèrent un moment, et Kaïn pu observer de l'admiration et de l'amour dans les yeux pétillant de la jeune fille. Il récidiva et cette fois, ce moment dura plus longtemps et leur étreinte devint de plus en plus intense. Kaïn oubliait tout. Où il était, qui il était, d'où il venait... Il en vint même a oublier ses années d'entrainement...Il aimait cette jeune fille plus que tout au monde... Le destin fait de drôle de chose quand même... Kaïn, un ermite , preferant la solitude et la compagnie de la faune a la compagnie humaine...Il aimait quelqu'un, et quelqu'un l'aimait. Ils restèrent un bon moment à se dévisager l'un l'autre sous le regard d'Ombre... Pour la premiere fois de sa vie, il jura de proteger une humaine, pas n'importe qu'elle humaine, celle qui l'aimait... Leur regard ne se détachèrent pas un instant et il essaya de parler.

-Je....Je... Qu'es ce qui m'arrive...?

[center]Arya le fit taire en posant son index sur sa bouche et blotti sa tête contre celle de Kaïn... L'amour triomphe une nouvelle fois...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Mer 07 Avr 2010, 15:04

Puissance. Arya sentit la force de Kaïn affluer dans son bras juste avant que leur deux corps soit hissé sur le toit après un effort surhumain de la part du jeune homme. Admirative, l'enfant-louve ne sut quoi dire. Elle n'arrivait pas à bouger, ses membres encore tétanisés par la terreur qu'elle avait ressentit précédemment. Alors elle restait là, cramponnée à l'armure de Kaïn comme si sa vie en dépendait. Comme si sa vie en dépendait... N'était-ce pas le cas? Le future marchombre venait de lui épargnée une chute de plusieurs mètres de haut. Et s'il ne l'avait pas fait? Et s'il n'avait pas était assez rapide? Arya frissonna et resserra son étreinte. Elle ferma les yeux et vit son corps disloqué dans la rue grise et froide, son sang se répandant sur les pavés. De nouveau ses muscles se contractèrent et elle dut inspirer plusieurs fois avant que les battements de son cœur ne reviennent à la normale. Une main cuirassée passa dans sa longue chevelure de jais et la jeune fille réprima un nouveau frisson. Le métal. Froid. Arya faillit reculer. Elle se sentait perdue. Elle avait encore frôlé la mort. Et de nouveau c'était une personne extérieur qui lui avait permis de s'en sortir.

Levant ses pupilles d'or vers celles de Kaïn, l'enfant-louve s'enfonça dans leur couleur vert émeraude. Elle sentit une étrange chaleur l'envahir. Bienveillante. Rassurante. Agréable. D'un seul coup, Arya se serait sentie prête à gravir des montagnes pieds et poings liés juste pour de nouveau croiser ce regard si envoûtant. Le visage du jeune homme se rapprocha du sien et la future marchombre sentit son souffle chaud effleurer ses lèvres. La jeune fille ferma les yeux. Quelque chose en elle était en train de changer. Une promesse. Éternelle. L'amour. A présent, sa vie lui appartenait tout autant qu'à Kaïn. S'il disparaissait, elle s'effacerait à son tour. S'il la rejetait elle se briserait. Et elle mourrait mille fois pour lui s'il le fallait. Arya esquissa un sourire. Pour la première fois de sa vie, elle aimait. Elle qui était telle une hybride. Elle qui se sentait si mal dans sa peau... Mais tout cela était passé. Elle avait atteint son objectif. Elle avait une famille. Elle avait une voie. Un avenir. Kaïn.

Ouvrant de nouveau les paupières, la future marchombre avait l'impression qu'un soleil venait de se loger dans son cœur pour propager sa douce chaleur dans chacun de ses membres.


-Je....Je... Qu'es ce qui m'arrive...?

Arya fronça les sourcils et plaça un doigt devant la bouche entrouverte du jeune homme pour lui intimer le silence. Toutes les paroles, aussi belles soient-elles gâcheraient l'instant présent. Emportée par ses émotions, l'enfant-louve posa sa tête sur l'épaule de Kaïn et inspira doucement, savourant l'odeur du jeune homme. Prédateur. Le loup et la louve. La jeune fille sentait une joie intense circuler dans ses veines, lui donnant une sensation de légèreté et d'insouciance. Sans réfléchir, la future marchombre redressa la tête et effleura les lèvres de Kaïn une première fois avant de l'embrasser. Un baiser plein de tendresse. Chaleur. Un frisson remonta le long du dos de l'enfant-louve. La bouche du jeune homme était si douce...

De son côté, Ombre se faisait tout petit, tâchant de ne pas briser l'instant magique que partageait sa sœur. Son instant à elle. Et à Kaïn. A personne d'autre. Mal à l'aise, le grand loup gris recula jusqu'à la cheminée et s'allongea pour poser sa grosse tête sur ses pattes croisées. Face à lui, à plusieurs jours de marche, il savait que leur meute dormait encore. Il avait même l'impression de sentir le souffle chaud de ses frères et sœurs sur sa nuque. Fermant ses yeux d'or, le prédateur soupira de bonheur et attendit, semblable à une statue de marbre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Mer 14 Avr 2010, 00:37

Au bout de quelque minutes... ou quelque heures, Kaïn ne savait pas... Il a perdu toute notion du temps car il était en compagnie d'une magnifique jeune fille aux cheveux de jais et au regard envoûtant. Il s'assit tout en tenant Arya contre son torse. Le métal froid qu'était son armure s'était réchauffé. Il sentait enfin une chaleur dans cette boîte de conserve qui était resté trop longtemps... Froide, dure, sans vie, sans âme. Une âme habitait ce corps maintenant, avec un but réel et non pas une chimère qui lui servait de but.
Les yeux de Kaïn parcouraient la coifure banale d'Arya et s'arrêtèrent sur ses yeux. Il lui redressa la tête en passant sa main sous son monton et le guerrier déposa un long baiser sur les douces lèvres de sa compagne.


-Je serais à tes cotés pour l'éternité...Je...Je t'aime.

Ses paroles sont sorties droit de son coeur, il avait hésité sur la fin car il ne connaissait pas vraiment cette expression, c'est son coeur qui l'a guidé. Kaïn ne croyait pas au destin, il est le seul maître de celui ci... Mais il dû admettre que cette fois là, c'était un coup du destin.Il ne savait pas comment Arya comment interpretait cette rencontre, mais ils étaient destinés à vivre ensemble, à livrer bataille ensemble voire même fondé une famille.
Cette idée lui fit peur. S'il fesait comme son défunt père? ...Non, Arya était nullement marchande et Kaïn n'avais pas atteint le niveau de son père. Il avait aucune raison de s'inquieter, mais avant tout ça, il devait déjà descendre du toit où ils étaient perchés. Il se releva et Arya suivit le mouvement.


On redescends?


Il remit son casque qui était accroché sur sa lance et il décrocha celle ci de la charpente moisie de cette maison flétrie. Il attendis la réponse de sa jeune compagne avant de la ramener sur le sol. A ce moment là, il sentit que le soleil tapait violemment sur son armure, en efffet, il se trouvait maintenant au sud, et la température ambiante était plus élevée qu'au pied de la chaine du Poll. C'est alors qu'il repensa à la toute première question d'Arya. Et à cet instant, il avait chaud, très chaud et un sourire s'esquissa sur ses lèvres. Le lancier avait hâte de rejoindre l'obscurité de la ruelle car il avait nullement l'envie d'enlever son armure ici. Une brise se fit sentir et elle s'infiltra dans le corp d'acier de Kaïn se qui le rafraîchis un peu mais ce moment de fraîcheur ne dura qu'un court instant et le regard jaune du casque du guerrier se positionna sur le regard doré de sa douce. Deux regards doré envoûtant qui se croisait...[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Sam 01 Mai 2010, 20:44

Arya frissonna quand la main gantée de Kain passa dans sa longue chevelure. Elle se sentait si bien. Si sereine. En sécurité. Oui, l'étreinte du jeune homme était comme les ailes d'un dragon protecteur. L'enfant-louve se laissa faire quand l'élu de son cœur lui releva doucement la tête pour déposer ses lèvres sur les siennes. La jeune fille lui rendit son baiser avec ardeur. A cet instant, elle aurait tout donné pour que le temps s'arrête. Pour que les bruits de la ville cessent. La ville... Al Jeit. Elle semblait si loin, si pâle aussi à côté de la beauté des sentiments qui se mélangeaient dans le cœur de la future marchombre. Elle qui s'était toujours considérée comme un être vivant à part, une sorte d'hybride déchiré entre deux mondes radicalement différents. Elle n'aurait jamais imaginé que ses rêves deviendraient un jour réalité. Qu'elle rencontrerait Kain et que son âme serait attirée par le jeune homme. Sa moitié. Son âme sœur.

-Je serais à tes cotés pour l'éternité...Je...Je t'aime.


Arya se serra encore d'avantage contre le torse de son compagnon. Elle avait la gorge serrée par un flot de paroles qui ne parvenait pas à sortir. Elle aurait tant souhaité lui répondre qu'elle ressentait la même chose. Qu'elle abandonnerait tout pour lui. Qu'il possédait désormais son âme et son cœur et qu'elle ne pourrait demeurer longtemps loin de lui sans dépérir. Qu'elle le protègerait au péril de sa vie et qu'elle ferait tout pour lui. Qu'elle ne serait jamais plus heureuse et comblée qu'entre ses bras puissants. Que rien au monde ne pourrait jamais le remplacer à ses yeux. Que s'il disparaissait elle s'en irait avec lui... En un mot, qu'elle l'aimait aussi. C'était tous ces mots qui ne parvenaient pas à franchir ses lèvres. Ils venaient tous en même temps, refusant de céder la place aux autres Pour couronner le tout, son esprit était tellement embrumé par ses sentiments qu'il était incapable de remettre de l'ordre dans ses pensées...

Alors Arya se taisait. Elle gardait le silence, laissant ses yeux d'ambre parler pour elle. Ceux-ci brillaient bien plus qu'à l'ordinaire. Ils rayonnaient de bonheur et de vie. L'or n'aurait pu étinceler d'avantage. Même les rayons du soleil paraissaient ternes en comparaison. La jeune fille irradiait de l'intérieur. Elle fixait chaque trait de Kain pour le graver à jamais dans son esprit. Submergée par ses sentiments, l'enfant-louve entendit à peine la voix grave de son compagnon:


-On redescends?


D'un seul coup tous les sens de la future marchombre revinrent à la normal. D'un seul coup le monde redevint bruyant et la brise tiède effleurant son visage balaya le brouillard qui trônait dans son esprit. La magie de l'instant s'était envolée mais Arya n'arrivait pas à être déçue. Elle vivait un rêve éveillé et de nouveau des tas de questions s'accumulaient dans sa tête. Elle voulait tout savoir de Kain. Ses goûts et ses dégouts. Ses points forts et points faibles. Ses craintes et ses souvenirs. Tout partager. Tout mettre en commun. Ne faire qu'un. Ne prenant pas la peine de répondre, l'enfant-louve acquiesça simplement et se laissa transporter dans les airs par son compagnon. Quand leurs pieds eurent touché terre, la jeune fille se sentit légèrement vaciller. La chaleur du soleil sur sa chevelure de jais lui faisait tourner la tête. Pour se débarrasser de cette sensation désagréable Arya inspira profondément tout en secouant légèrement la tête. Quand ce fut passé, elle se tourna vers Kain et sourit en voyant qu'il avait de nouveau enfilé son casque. Avec cette armure métallique et cette tête de reptile couvrant sa chevelure de miel le jeune homme avait vraiment l'apparence d'un dragon. Il volait grâce à sa lance comme un dragon, il était comme recouvert d'écailles, et surtout il était une arme. Tout comme elle. La louve et le dragon. Cette image élargie le sourire de la future marchombre.

En atteignant l'ombre de la ruelle, les mots de l'enfant-louve réussirent enfin à franchir ses lèvres:


- Moi aussi je t'aime...

Arya saisit la main de Kain et la serra doucement dans la sienne tout en appuyant sa tête contre son épaule. Au bout de quelques secondes, elle fronça les sourcils et demanda:

- T'as commencé les cours? T'as rencontré d'autres élèves? Tu voudras bien qu'on s'entraine ensemble?

Pendant que sa sœur et son compagnon disparaissait au coin de la rue, Ombre se redressa sur le toit de tuiles et s'étira en baillant. La journée venant juste de commencer, il aurait largement le temps de chasser et d'explorer les environs avant la nuit. Ensuite il reviendrait auprès de sa sœur. Il ne pouvait pas rentrer à la maison sans elle...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Dim 02 Mai 2010, 18:55

La jeune petite compagne de Kaïn acquiessa pour pouvoir redescendre. Arya chercha les lèvres de Kaïn avant qu'il les fassent revenir sur le sol. Ils sautèrent sur une autre maison un peu moins haute que celle ci et le lancier pu atterir sans mal dans l'ombre de la ruelle. Une fois a terre, Arya se secoua la tête et son amant la regardait en souriant. Le jeune guerrier à la lance fit tourner son arme autour de son poignet et avec un habile jeu de main, elle s'accrocha dans son dos. Arya souriait et elle semblait vouloir dire quelque chose quand elle le regarda de la tête au pied et enfin une phrase sortie de sa bouche:

- Moi aussi je t'aime...

Cette phrase lui mis le coeur en feu, elle partageait donc ses sentiments... Il était heureux, pour la premiere fois de sa vie, il était heureux. Une larme de joie coula de l'oeil de dragon jusqu'à sa bouche. Il passa sa main pour l'essuyer pour ne pas que sa compagne le remarque. Elle pris doucement sa main et elle la serra avec amour puis elle colla sa tête contre son épaule puis elle demanda encore plein de question comme à son habitude:

T'as commencé les cours? T'as rencontré d'autres élèves? Tu voudras bien qu'on s'entraine ensemble?


Kaïn ria doucement car il commençait à apprecier la curiosité de sa compagne. Ç'aurait été un autre humain, il l'aurait fais taire avec un bon coup de bâton sur la tête. Mais là, il se fera une joie de lui répondre car il voulait aussi poser des questions sur Arya. Kaïn repassa ses questions en tête... Il avait eu un cour en effet, les autre élèves...Kaïn préfera eviter tout contact humain pour le moment, huit ans de solitude pour passer directement a la vie de groupe pouvait lui faire un choc. Il apprendra tout doucement a vivre en communauté et peut être, Arya arrivera a le faire changer, déjà qu'il avait enlever son casque devant elle. Ensuite la jeune fille avait demander s'il voulait se battre avec elle. Pour lui c'était une évidence et il ne la quittera jamais, même dans la mort, leur amour sera toujours aussi fort. Il répondit enfin :

J'ai commencer un cour dans les cachots... J'immagine que c'est comme ça que l'on souhaite la bienvenue aux élève...J'ai rencontré d'autre élèves, mais je ne me suis pas atarder a faire leur connaissance, ils me regardaient tous comme si j'était... Un animal rare en liberté...Et, évidemment qu'on se battra et on s'entrainera ensemble ! Nous devons apprendre à se connaître et nous ne ferons plus qu'un sur les champs de bataille.


Il s'arrêta et se colla contre un mur. Kaïn serra son amante puis il releva un peu son casque pour lui déposer un baiser sur ses douces lèvres. Il regretta les premières année de sa vie car il n'avait jamais eu le temps de s'amuser. Dès son plus jeune âge, il avait appris a se battre, à se défendre, a supporter des contraintes etc... Puis il pensa a ce qu'aurais pu être une enfance "normale". Pesant le pour et le contre, il savais qu'aucun enfant ne savais préparer un baume ou une quelconque potion ou bien même quelque chose à la chasse. Finalement, il remercia son père une nouvelle fois, sinon, il n'aurait probablement pas survécu dehors, il n'aurait jamais pu rencontrer Arya aujourd'hui. Quitte à refaire sa vie, autant ne rien changer se dit-il. Soudain, quelque chose le choqua... Il lui semblait avoir oublier quelqu'un... Et ce quelqu'un était le frère d'Arya...

Euh...Je crois que j'ai oublier ton frère là haut... Je vais le chercher?

Soudain embarassé, il n'osa pas croiser le regard de sa douce...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Mer 05 Mai 2010, 16:03

-J'ai commencer un cour dans les cachots... J'imagine que c'est comme ça que l'on souhaite la bienvenue aux élève...J'ai rencontré d'autre élèves, mais je ne me suis pas attarder a faire leur connaissance, ils me regardaient tous comme si j'étais... Un animal rare en liberté...Et, évidemment qu'on se battra et on s'entrainera ensemble ! Nous devons apprendre à se connaître et nous ne ferons plus qu'un sur les champs de bataille.

Arya frissonna. Elle avait la sensation que son cœur allait explosé. Il s'était trop remplit d'un coup et l'enfant-louve n'était pas habituée à ce sur-plus d'émotions. Elle plaça une main sur sa poitrine et inspira profondément. Elle venait de trouver une personne qui lui était identique. Kaïn était différent. Il était apparemment aussi regardé différemment et certainement incompris. Comme elle. Elle, la fille louve qui était arrivée à l'académie marchombre en sachant à peine parler. Elle qui ne savait ni lire ni écrire et qui devait s'abaisser à demander des renseignements aux autres élèves pour savoir où se situait son cours. Pour son esprit si fière et rebelle de louve, elle avait trouvé cela insultant. Un sourire moqueur traversa le visage d'Arya avant qu'elle ne replongea dans ses pensées. Son premier cours... La jeune fille étouffa un éclat de rire. Elle aussi avait commencé aux cachots avec Erwan. Ses camarades s'appelaient Lily, Ema et Elicro. Ils ne voyaient pas dans l'obscurité. Et de nouveau la future marchombre avait trouvé les humains étrange. Mais de fil en aiguille, elle avait fini par ce trouver une place dans ce monde nouveau. Elle avait eu ses premiers amis d'exceptions, Célïa'n, Cyra, Elya, Elicro et Emy. Puis tant de nouveaux visages accueillants étaient alors apparus... Pour finir par Kaïn. L'être qu'elle pensait irréel, son rêve qu'elle pensait irréalisable, un amant.

L'enfant-louve sortit de ses souvenirs, plus rayonnante que jamais. Elle étreignit tendrement son compagnon et lui rendit son baiser avec douceur. La sensation de ses lèvres contre les siennes lui donnait des frissons. Elle avait enfin trouvé l'amour. L'air à la fois choqué et grimaçant de Kaïn mit fin à ses douces pensées. Inquiète, elle attendit qu'il dise ce qui le tracassait.


-Euh...Je crois que j'ai oublier ton frère là haut... Je vais le chercher?

Arya écarquilla les yeux, rougit furieusement... Elle avait oublié Ombre. Elle avait oublié son propre frère! Celui avec qui elle partageait tout depuis sa renaissance parmi les loups! Celui qui veillait sur elle et qui l'aimait comme sa véritable sœur! Mais comment s'était-elle débrouillé pour être aussi distraite? Pleine de remords, l'enfant-louve passa une main sur son visage devenu blême. Son frère allait la tuer... Levant les yeux vers ceux de son amant, elle prit un air penaud. Si elle en avait eu, elle aurait certainement baissé les oreilles. Elle soupira. Toutes les sensations qui l'avaient submergées l'avaient complètement aveuglée. Elle venait de se rendre compte que l'amour allait irréversiblement l'écarter de l'être que jusqu'ici elle chérissait le plus au monde. Ombre et elle passeraient moins de temps ensembles. Ils vivraient de nouvelles aventures séparément. Le grand loup gris retournerait probablement vivre là où il avait sa place, au sein de la meute. Mais pour elle, c'était un autre chemin qui s'ouvrait à elle. La Voie des Marchombres. La vie d'être humain. Cette nouvelle vie allait-elle lui convenir? Serait-elle heureuse? Levant de nouveau les yeux vers ceux de Kaïn, tous ses doutes se dématérialisèrent. Oui, elle serait heureuse. Oui, c'était bel et bien la voie qu'elle souhaitait emprunter. Et puis, elle serait toujours louve ET humaine. Elle resterait toujours en contact avec sa meute. Elle chasserait toujours avec son frère, même si cela se produirait moins souvent.

Redressant les épaules, Arya afficha un grand sourire, serra la main de son compagnon dans la sienne et répondit:


-Non, Ombre n'est plus sur le toit. S'il avait voulu nous accompagné il l'aurait fait. Le loup est libre et il obéit à son instinct. Il choisi son chemin. Comme le marchombre en quelque sorte...

La jeune fille entraina Kaïn vers le bout de la rue. Elle se sentait légère. Elle venait enfin de trouver sa place...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Mer 05 Mai 2010, 22:02

-Non, Ombre n'est plus sur le toit. S'il avait voulu nous accompagné il l'aurait fait. Le loup est libre et il obéit à son instinct. Il choisi son chemin. Comme le marchombre en quelque sorte...

Kaîn s'en ai voulu d'avoir oublier le frère d'Arya mais quelque chose dans la phrase d'Arya le fit réagir intérieurement. Elle comparait un marchombre à un loup réagissant à son instinct et choisissant sa propre voie. Donc s'il comprenait bien, son père avait choisit cette voie pour son fils dès le début en le formant, il a voué sa vie de marchombre pour lui esseigner les bases qui sont assez rigoureuse mais utile lorsque l'on devient officiellement un apprentis marchombre. Il avait certes encore pas mal de chemin a faire, mais, il a déjà une belle avance sur les autres élèves. Kaïn eut le regard fuyant un moment puis le réinséra dans celui de son amour. Tout d'un coup, la jeune fille pris le lancier par la main et l'entraina joyeusement jusqu'au bout de la rue. Il ne voulait pas se mêller a la foule mais Arya s'orienta vers une autre ruelle. Kaïn étant entraîné dans la course de son amante, ne décida pas de lui résister et se laissa donc faire. Ils aboutirent dans une ruelle aussi sombre que celle qu'ils venaient de quitter. Cette ruelle était dirigée plein nord donc a cette heure ci, elle n'est pas très éclairée. Dans ce long couloir au sol de pierre et au grande maison qui faisait de l'ombre abritait plusieurs chose. Quelque bijoutier, une auberge qui faisait aussi office de taverne, une maison abandonnée, ainsi qu'un couturier. La rue était déserte, les deux magasin étant fermé, seule la taverne était éclairée. Kaïn regarda sa compagne qui hésita entre la taverne et la maison qui semblait abandonnée vu les couleurs terne des murs et le mauvais entretien de celle ci. Le lancier n'aimait pas la foule et il avait compris qu'Arya n'aimait pas trop cela non plus.

Je propose la maison abandonnée, non?
demanda le jeune homme

Arya acquiesca d'un vif mouvement de tête et le couple se dirigea vers la porte de la maison. Naturellement, elle était fermée à clé. Arya souffla un profond soupir, et Kaïn posa sa main sur l'épaule de son amante et il s'agenouilla devant la serrure. Après une breve observation,le lancier se releva et il enleva son casque, le donna à Arya puis il sortit sa lance. Il récupéra deux pointes de métal qui étaient en dessous de la lame de l'arme d'hast. Il rangea son arme et se ragenouilla devant la serrure. Le guerrier armuré inséra ses deux tiges de métal dans la fente, il colla son oreille à la porte et il bougea la tige du haut pour faire monter les ressors afin d'ouvrir la porte. La procédure dura bien deux à trois minute puis un léger "clic" se fit entendre aux oreilles du couple. Kaïn se releva tout en retirant ses crochets qui étaient un peu plus endommagé car la porte était rouillée. Le lancier replaça donc ses outils là où il les avaient pris et il fit un clin d'oeil de ses yeux d'émeraude destiné à son amour avant de tourner la poignée. Ils entrèrent doucement en évitant de faire du bruit au cas où quelque chose ou quelqu'un résiderait ici. Le jeune homme referma la porte avec précaution puis il examina la pièce où ils se trouvaient. Les murs était en bois qui commençait à noircir à cause de l'humiditée. Au centre de la pièce, ce trouvait une table de taille normale avec un fauteuil à deux ou trois places. Selon Kaïn, il devait y avoir un étage vu la hauteur du bâtiment. Il s'approcha de la table et l'odeur de renfermé s'intensifia a cet endroit. Quelqu'un était mort ici? Il ne savait pas et si c'était le cas, il ne voulait pas inquiéter Arya de ce qu'il peut se trouver ici. Il trouva une fenêtre et l'ouvrit, elle donnait sur la ruelle de derrière qui était inondé de soleil, ce qui permis au lancier de mieux y voir dans la pièce. Ses yeux ne l'avaient pas trompés, les murs étaient en piteux état et un escalier pouvait y être apperçu. Kaïn demanda à Arya de rester en bas pendant qu'il regardait ce qu'il y avait en haut pour plus de sécurité. Et oui, même dans les endroit qui semble les plus sûr, il faut toujours se méfier. Le guerrier monta lentement l'escalier et le bois de celui ci craqua sous le poids du jeune homme et menaça de céder. Heureusement qu'Arya resta en bas. En haut il y avait deux pièce, probablement deux chambres. L'une avait un grand lit et l'autre avait un petit lit. Ceci fit rappeler à Kaïn son ancienne maison a Al-Poll... Une famille vivait jadis ici. Aucun cadavre n'était en vue, l'odeur venait juste du bois qui était en phase avancée de décomposition. Sans s'y attarder, Kaïn redescendit les escaliers avec la même précaution puis il alla rejoindre l'amour de sa vie. La jeune fille était assise dans le canapé et elle contempla le casque de son amant. Kaïn s'instala à coté d'elle et il passa un bras derrière sa tête puis il se raprocha d'elle pour lui déposer un baiser sur ses douces lèvres, puis il parla:

Il y a deux chambres là haut, d'après ce que j'ai vu, une famille habitait ici et elle est partie il y a maintenant... Vu l'état des murs... Six ou sept ans... ou moins s'ils n'ont jamais pris soin de restaurer leur maison. On pourrait y habiter un temps, qu'en penses tu?

En attendant la réponse de sa compagne, il déposa sa tête contre celle d'Arya et il en profita pour sentir ses magnifique cheveux noir de jais puis il frotta amoureusement son nez dans ceux ci.

[Merci Arya de m'avoir laisser contrôler ton perso Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Dim 23 Mai 2010, 13:42

Arya marchait d'un pas léger au milieu d'un dédale de ruelle aussi sombres les unes que les autres, mais elle refusait de conduire Kaïn dans un des axes principaux de la ville qui risquait fort d'être noir de monde. Quand elle arrivait dans une cité avec Ombre à ses côtés, les gens faisaient de larges détours pour éviter d'approcher de trop près le redoutable prédateur, et la fille étrangement sauvage qui marchait à ses côtés. Les deux loups disposaient ainsi d'assez d'espace autour d'eux pour ne pas faire une crise d'agoraphobie et de transformer la moitié des citadins en steak haché... Mais là c'était différent. Ombre n'était pas là et Arya craignait que son aspect de fille sauvage ne suffise pas à effrayait les gens au point de les empêcher à la coller dans la rue. l'enfant-louve frissonna à cette pensée. Elle ne supportait pas le contact d'une peau inconnue et malodorante contre la sienne.

Se dirigeant de nouveau vers une ruelle déserte, les deux futures marchombres firent face à plusieurs bâtiments moins accueillant les uns que les autres. La jeune fille ne connaissait pas leur fonction aussi hésitait-elle à s'approchait de l'un d'eux. Celui dont s'échapper des rires gras et chaleureux devait servir de taverne et donc, peut-être d'auberge, mais Arya n'y connaissant rien, elle se tourna vers son compagnon et attendit qu'il choisissent la meilleure solution. Kaïn finit par proposer:


-Je propose la maison abandonnée, non?


La future marchombre acquiesça. Elle ne voyait pas de quel bâtiment il pouvait bien être question mais le nom que lui avait donné l'élu de son cœur lui convenait à merveille. Elle savait qu'une maison abandonnée était une tanière vide. Et que la meute qui y vivait autrefois ne reviendrait probablement jamais. Le jeune couple avait donc tout à fait le droit d'y habiter un petit moment. Arya entra donc dans la demeure délabrée à la suite de son compagnon, souriant au clin d'œil de celui-ci. La porte s'ouvrit en grinçant sur ses gonds. Curieuse, l'enfant-louve passa sa tête à l'intérieur, puis son corps entier. Il y avait là une pièce sombre habillée d'un large fauteuil devant lequel se trouver une table poussiéreuse. La jeune fille renifla doucement et plissa les narines. L'odeur de l'humidité, du renfermé et de la saleté accumulés était très forte pour son odorat de louve.

Kaïn s'avança le premier dans la pièce, fit un rapide tour d'inspection avant de monter à l'étage en demandant à Arya de rester dans le salon à l'allure pitoyable... La future marchombre ne se fit pas prier et s'avança d'un pas décidé vers une fenêtre aux volets clos qui laissait filtrer un mince rayon de lumière. Le verrou capricieux et recouvert de rouille refusant de s'ouvrir malgré l'acharnement des griffes de la jeune fille pour le faire céder, cette dernière opta pour la méthode forte. Faisant un pas en arrière, elle poussa un grognement de mécontentement et envoya un coup de pied magistral dans l'épaisseur en bois sombre. Le volet éclata brutalement, projetant de petits copeaux dans toutes les directions... Poussant un grognement de satisfaction, Arya rejoint le grand fauteuil et s'y laissa tomber en provoquant un nuage de poussière. Elle aimait bien cet endroit. Il n'était certes pas parfait mais avec deux ou trois retouches par-ci par-la et la jeune fille se sentirait vraiment dans sa tanière.

Enfin Kaïn redescendit dans le salon pour s'installer à côté d'Arya. La future marchombre se lova contre l'armure de sa moitié après avoir déposé un baiser sur ses lèvres. Le jeune homme lui expliqua:


-Il y a deux chambres là haut, d'après ce que j'ai vu, une famille habitait ici et elle est partie il y a maintenant... Vu l'état des murs... Six ou sept ans... ou moins s'ils n'ont jamais pris soin de restaurer leur maison. On pourrait y habiter un temps, qu'en penses tu?

Un sourire joyeux fleuri sur le visage de l'enfant-louve. Elle acquiesça en silence en se serrant un peu plus contre le torse de son amant. Oui, étant donné qu'ils seraient tous les deux occupés à poursuivre leur apprentissage à l'académie marchombre, ils ne passeraient pas beaucoup de temps dans cette bâtisse, son aspect était donc peu important. Et puis au moins ils n'auraient pas à payer une chambre dans une auberge pour passer une nuit à Al-Jeit. Arya ferma les paupières. Son cœur semblait brûler à feu doux dans sa poitrine. Elle avait l'impression de rêver éveiller. Cette journée était de loin la meilleure qu'elle n'ait jamais passée...

[désoler, pas beaucoup d'inspiration =S]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Sam 05 Juin 2010, 20:45

Laissant faire sa douce protégée, Kaïn passa sa main métallique sur le ventre d'Arya pour la tenir contre lui. Il pensa a plein de chose merveilleuse puis un poème se balada dans son esprit mais il hésita à ouvrir la bouche... Et si sa création ne plaisait pas a sa compagne? Comment le prendrait elle? Il n'en savais rien. Il serra affectueusement Arya dans ses bras et approcha sa bouche de son oreille pour lui faire écouter la chose qui lui trottait dans la tête.

A comme l'amour réciproque que tu portes en abondance pour moi
R comme le rire magnifique que tu as aux lèvres, porteur de la joie de vivre
Y comme la yeuse, robuste, forte et noble comme l'armure qui est en moi
A comme Arya, la personne que j'aime, ma moitié, ma raison de vivre...

Après avoir dit cela, il lui déposa un baiser derrière son oreille et caressa ses cheveux de jais. Sur le moment, elle ne réagis pas et le rythme cardiaque de Kaïn accéléra intensément car il avait peur de la décevoir... Pas vraiment une peur, plutôt de l'angoisse.. Car la peur est toujours liée à la mort. Le lancier avait découvert beaucoup de sentiments aujourd'hui, et il en était assez effrayé de savoir qu'un humain avait tant de faiblesse. Il voulais faire cesser tout cela en se levant, partir seul, personne ne pourrait le suivre car il était effrayé. Et puis, comment a t'il trouver tant d'inspiration à son poème... Kaïn avait beau le nier, c'était un humain à part entière, pas un animal. Même Arya qui avait quelques réflexes animal, ressentait sans doute la même chose, la partie humaine est toujours plus forte, c'est comme ça on y peut rien. Acceptant cette fatalité, Kaïn soupira, resta en place et passa sa main sur sa figure comme pour assumer ce qu'il est et sera toujours... Humain. Il redéposa sa main contre le ventre d'Arya pour qu'il sente son contact chaleureux.


Il trouva d'un coup son armure...Encombrante, comme un fardeau...Comme s'il était rejeté par sa propre armure, celle qu'il a porté pendant de nombreuse année, ne voulait plus de lui d'une seconde à l'autre... *L'armure était elle vivante?* se demanda t'il... Le métal froid était il vraiment enchanté? Kaïn se posa soudainement ces questions. En y réfléchissant, comment un simple mortel pouvait sauter si haut avec un tel poids sur les épaules... Il leva sa main gauche et l'observa, recto comme verso et rien était anormal... Le rejet se fit plus intensément et le lancier se sentait vraiment mal, l'armure pourpre azure devenait un énorme poids si vite qu'il ne pu plus lever son bras. pour ne pas montrer sa difficulté devant celle qu'il aimait, il glissa sa main afin d'enlever son gantelet. Arya ne semblait pas sentir l'énorme poids de l'armure sur elle. Kaïn fit de même pour le gantelet droit et celui ci tomba a terre en faisant un bruit sourd qui fit sursauter la jeune fille. A ce même instant, les yeux du casque en forme de tête de dragon changèrent de couleur, les triangles luminescent étaient passé du jaune au rouge... Cela méritait explication...Que s'était il passé? l'armure déteste les sentiments? déteste le contact de la jeune fille? Cela n'a aucun sens... Kaïn avait du mal à se débattre.


Je...Je n'arrive plus à bouger, l'armure est trop lourde... Aide moi à la retirer s'il te plait... Les courroies sont sur le coté...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]   Mer 20 Oct 2010, 23:00

Les mots de Kaïn murmurés à l'oreille d'Arya résonnèrent comme une mélodie dans son esprit, non, plus que cela, dans son âme. Elle ferma un instant les yeux. Des fleurs, elle voyait des fleurs. Et au milieu de ce champs coloré, un loup et un dragon. Non, une louve et un dragon. Les deux créatures se regardaient, se découvraient, s'apprivoisaient d'un simple regard, aucun des deux ne faisant mine de bouger. Autour d'eux il y avait un vide, ou plutôt, le vide était autour d'eux et des quelques notes qui les enveloppée avec une douceur protectrice. Isolés du monde, isolés de tout, petits morceaux de vie en suspension dans les pensées d'une jeune... Fille? Louve? Elle ne savait pas, elle ne savait plus. Tout ce qu'elle était capable d'affirmer était que pour la première fois depuis qu'elle se savait différente, elle n'éprouvait ni peur ni colère. Elle était elle et cela lui suffisait. Elle avait enfin trouvé sa place. Elle avait trouvé l'amour. Elle avait trouvé Kaïn et ses sentiments étaient partagés. Le monde aurait aussi bien pu s'effondrer qu'elle n'aurait pas bronché. Elle serait restée immobile, l'odeur de l'élu de son coeur emplissants des poumons et faisant s'emballer son coeur, ainsi que les paroles qui de déversaient à ses oreilles avec autant de tendresse. Était-elle toujours consciente? Non. Était-elle inconsciente? Non plus. Mais alors, que se passait-il? Comment pouvait-on n'être au un de ses deux états? Qu'arrivait-il à la jeune enfant-louve? Un petit sourire mi-animal mi-humain, ni-animal ni-humain, fleurit sur ses lèvres pour illuminer son visage fin. La réponse était tellement évidente pour elle, pour elle et pour personne d'autre. Quelle était-elle cette fameuse réponse? Très simple, elle n'était ni consciente ni inconsciente pour la même raison qu'elle n'était ni humaine ni louve. Elle était et resterait à jamais en équilibre sur la balance, au beau milieu du fil du funambule, suspendu entre deux race, deux états, deux vies... Une louve à apparence humaine ou une humaine à apparence de louve quelle différence cela faisaitt-il? Une vie restait une vie non? Qui qu'elle soit, quoi qu'elle soit, elle avait bien le droit à ce que chaque être vivant pouvait avoir. L'amour faisait parti de ces droits, de ses droits. Personne ne pouvait le lui retirer.

La louve et le dragon s'observaient. Distance. Tels le soleil et la lune, ils semblaient condamnés à ne jamais se rencontrer. Mais même sans contact physique, on pouvait sans peine voir l'affection de l'un se reflétait dans les yeux de l'autre. Mais ce chemin qui les séparait, ce petit mètre qui faisait qu'ils ne pouvaient pas se toucher, ces quelques touffes d'herbes ou quelques notes ne faisait aucune différence. Ils étaient là et n'avaient besoin de rien d'autre pour être heureux. Tout comme la lune et le soleil... Arya sourit de nouveau. Elle avait mainte et mainte fois demandé à sa mère de lui raconter l'histoire des deux corpscelestes si différent que tout semblait opposé et qui pourtant s'aimaient passionnément.

••••••
"petite louve, regarde le ciel, dis-moi ce que tu vois mon enfant. Les étoiles, le soleil couchant et la lune me répond-tu fièrement. Et moi de te répondre: est-ce tout? Tu hoches la tête. Bien, dans ce cas écoute à présent. Qu'entends-tu? Le bruissement des feuilles? Non, écoute le ciel ma chérie. Alors? Le bruisselent des feuilles de nouveau? Laisse-moi tendre à mon tour mes vieilles oreilles vers notre chère voute céleste... Tu as raison! Il y a bien des feuilles qui chantent là haut! Mais pas d'arbres. Je te demande si tu sais pourquoi dans ce cas le son persiste et je tr donne mon hypothèse murement réfléchi. Ce ne sont pas des feuilles comme nous les connaissont qui fredonnent là haut. Ce sont les feuilles en cotons blancs qui voyagent dans l'azur du ciel. Tu les vois? Elles sont roses à l'horizon. Elles sont en train de transmettre de petits poèmes d'amour que la Lune adressent au Soleil qui disparaît quand elle de lève. Quand arrivera le matin, tu verras les petites feuilles diriger leur mélodie dans l'autre direction, du Soleil à la Lune. Pourquoi? Tu ne le sais donc pas? Mais tout le monde par les bois connait quelle promesse se sont fait les deux corps célestes! Il a été ainsi formulé par l'étoile scintillante mais qui te le racontera t'en donnera une version différente: "toute la journée je t'attendrai. A la nuit tombée je pleurerai. Mais au crépuscule et à l'aube, partagé entre nos deux lumière, notre amour se reflétera sur la terre. La différence n'a pas d'importance, l'amour est un sentiment immatériel qui n'a ni œil ni conscience et qui nous laisse libre de nos choix... Et je t'ai choisie toi." Pourquoi me regardes-tu ainsi? Tu n'as donc pas compris? Oh d'accord, tu veux savoir ce qu'à répondu la Lune... Sachecmon enfant que la Lune est loin d'être aussi romantique qu'on le dit. Elle ne répondit rien au Soleil car elle en aurait été incapable et laissa les loups s'exprimer à sa place, notre race sachant trouver les mots juste mieux que quiconque! Ainsi donc, quand nous hurlons en cœur par les nuits où l'astre du soir scintille de mille feux, ce n'est pas pour la Lune en vérité, mais pour le Soleil! Dès que l'aube sera venue, la tricheuse amoureuse ira répéter nos paroles aux feuilles de nuage qui iront à leur tour le transmettre au Soleil, mais chut, cette partie de l'histoire est un secret..."

••••••

La jeune marchombre ouvrit les yeux. La mélodie à son esprit s'était tu tandis qu'un contact doux et chaud lui chatouillait l'arrière de l'oreille. Ouvrant ses yeux d'ambre, Arya sentit la main de son aimé lui caresser les cheveux avec douceur. Le cœur gonflé par l'émotion, elle se laissa aller contre le torse de Kaïn, presque déçue de ne rencontrer que du métal froid contre son corps. Le jeune homme également semblait mal-à -l'aise, la partie animale de l'enfant-louve le sentait. Elle voulut parler mais les mots restèrent coincés dans sa misérable gorge et elle n'osait pas non plus croiser le regard du marchombre, de crainte de ne plus pouvoir s'en détacher et de véritablement se retrouver dans l'incapacité de lui offrir une réponse. Soudain, le claquement disgracieux du métal tapant sur la pierre la fit tressaillir. Par réflexe, elle s'écarta du jeune homme en armure pour contempler d'un oeil sceptique le gant dont il venait de se débarrasser. *Le dragon lutte contre l'espace et la distance essaye de maintenir le dragon à sa place. Qui l'emportera?* Le combat pouvait durer une éternité sans résultat concluant et Arya ne supportait pas de rester inactive face aux efforts que faisait la crature fabuleuse pour se rapprocher de la louve, les efforts de Kaïn pour de rapprocher d'elle. Hochant la tête aux paroles de l'élu de son cœur, la jeune marchombre fit courir ses doigts habiles sur le métal pour déjouer les courroies et ainsi libérer le jeune homme de sa carapace lourde et froide. *la louve entre dans la danse et la lutte jusqu'ici égale penche d'un côté de la balance.*

[hum... Je suis en retard non? Laughing mais je n'étais pas sensée répondre à un quelconque rp avec Arya jusqu'à la nuit des temos mais mon inspiration m'a submergée sans crier garde >.>]
Revenir en haut Aller en bas
 
Le pourquoi du parce que...[pv Kaïn]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» “ Pourquoi Hunter ? - Parce que je suis un monstre. ” Sil / Hunter
» Pascal d'or du célibataire endurci, on comprend pas pourquoi pourtant parce qu'il a quand même 10 sur l'échelle de bonnassitude
» 'ZOLA' Je pleurais parce-que je n'avais pas de chaussure, puis je vis un homme qui n'avait pas de pieds.
» Pourquoi la hyène rit-elle ? Parce qu'un fauve ne pleure pas.
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Jeit-
Sauter vers: