AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Rivière [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Rivière [Terminé]   Dim 30 Mai 2010, 14:36

Faldor n’avait pas de cheval. Il n’en aurait peut être jamais mais peu lui importait. Il avait marché pendant une journée entière. Il était conscient que quelqu’un d’autre aurait pu arriver en vue des Dentelles Vives en une demi-journée, mais il avait dû faire énormément de pauses pour satisfaire sa fatigue. Il avait couru beaucoup ces derniers mois pour tenter d’améliorer son endurance, en vain. Il était incapable de courir sur plus d’un demi-kilomètre, et cet exploit le rendait sans force.

Les Dentelles Vives se dressaient sous le ciel, déchirant les nuages de leurs rochers acérés. Faldor ne put s’empêcher de sourire. Il était venu une fois ici, c’était en allant vers Al-Vor avec une caravane. Oubliant ses devoirs d’éclaireur il n’avait pas hésité à abandonner le convoi pendant plusieurs heures pour prendre un moment de bonheur. Et le lieu n’avait pas changé.



Une rare source des Dentelles Vives s’égarait dans les gorges au beau milieu de la chaîne. Avec le temps, la petite rivière avait creusée un fin canyon de moins d’un mètre de largeur, tel un coup de couteau dans la pierre. Il n’y avait pas de rives, juste les falaises qui se dressaient de chaque côté, empêchant la baignade. Excepté à un petit endroit. Une vasque d’une dizaine de mètres de diamètres. L’eau y stagnait presque et à partir de cet endroit, la rivière devenait un ruisseau qui se plongeait ensuite dans le lac Chen. De part et d’autre du bassin il y avait la falaise, mais, une petite dalle de pierre, pas plus grande que deux humains allongés, surplombait de moins d’un mètre le bassin, permettant de descendre et de remonter aisément dans ce dernier. Un petit escalier naturel fait de quelques éboulis permettait l’accès à ce support inattendu. Mais le bassin se trouvant au centre des Dentelles vives, il fallait d’abord monter au sommet.



Faldor connaissait cette partie de la chaîne et plusieurs chemins étaient assez faciles. Mais il venait de commencer son apprentissage et même une ascension qui pouvait paraître simple était plus qu’ardue pour lui. Arrivé à la moitié il se plaque face ventrale sur un petit surplomb. Son bras gauche émettait une douleur indescriptible, et il n’avait pas tenté de grimper à une seule main. Le soleil commençait à disparaître derrière les collines de Taj, et bientôt, la lune seule ne suffirait pas à éclairer les falaises. Ce qui rendrait l’escalade de plus en plus ardue. Faldor se releva donc à grand peine, ajusta ses mitaines de cuir et attrapa une prise. Lorsque d’une détente de ses jambes, il s’éleva d’un mètre et qu’il crocheta une irrégularité de sa main gauche, il crut qu’il allait défaillir. Il demeura ainsi un instant, pensant que son bras meurtri céderait, mais comme il n’en fût rien il continua. L’ascension demeura pendant longtemps, trop au goût de Faldor. Mais quand il se hissa pratiquement au sommet de l’éminence, le soleil, bien qu’absent, tentait encore les nuages d’un éclat rougeâtre. Il observa la paysage quelques minutes puis se retourna. Il perçut le bassin loin en dessous de lui, mais il n’aurait qu’à marcher une petite heure sur l’éboulis qui descendait en pente douce et il y serait.



Il faisait noir ici. Pourtant, Faldor apercevait au dessus de lui les derniers rayons du soleil qui s’était perdus dans le ciel sombre. Lorsqu’il posa ses pieds sur la dalle stable, il se permit de sourire. Il se délesta de sa ceinture, de ses bottes et de son arc avant de décrocher les lanières qui retenaient son armure de cuir. Il entreprit de faire une boule de tout son attirail qu’il déposa au pied de la falaise. Il était entièrement dévêtu mais s’en ficher éperdument. Peu connaissaient ce lieu, et à cette heure-ci il ne risquait pas d’être dérangé. Il plongea sans ménagement dans le bassin, poussant une grimace avant de toucher la surface claire, grimace qui se transforma en un sourire lorsqu’il constata que l’eau était bonne. Bonne était un bien grand mot, étant une source de montagne, l’eau était froide, mais cela permettait à Faldor de se désaltérait après l’effort qu’il avait fourni aujourd’hui.



Pour la première fois depuis longtemps, Faldor se sentit en sécurité. Il nagea une brasse paisible puis entreprit de sonder le fond de la vasque. Il n’avait pied nulle part mais appréciait l’effort qu’il devait donc fournir. Il demeura une heure, puis deux, ici, malgré la sollicitation de son bras gauche endolori, chaque action ne diffusait aucune douleur. Il était heureux. Il nagea quelques mètres sur le dos, observant la voûte étoilé, puis, plongea vers le fond avant de remonter inexorablement vers la surface par une formidable poussée de ses deux jambes contre la pierre douce qui faisait office de sol pour l’eau. Il percuta la fine couche qui séparait l’air du bassin et passa une main dans sa chevelure brune qu’il rabattit en arrière contre sa nuque.



Il s’apprêtait à replonger lorsqu’un détail retint son attention. Il fit volte face malgré la contrainte de l’eau et se tourna vers la dalle de pierre. Il n’avait aucune arme à portée de main et était complètement nu. Il se maudit intérieurement en observant la forme humaine qui se détachait dans l’obscurité. La forme humaine qui l’observait.


Dernière édition par Faldor Vorzak le Lun 14 Juin 2010, 20:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rivière [Terminé]   Dim 30 Mai 2010, 16:55

Il faisait chaud, c'était surement pour cette raison que la jeune fille n'avait pas prit d'étalon ce jour la. Bon, d'accord, il n'y avait pas que cette raison. Elle en avait surtout marre de ces animaux têtu qui se baisse pour brouter l'herbe alors qu'on leur à juste demandé d'avancer. Elle était la, à grimper jusqu'à n'en plus pouvoir, à s'entraîner, comme le lui avait conseillé Rubis. Elle suait sang et eau pour arriver le plus haut possible et elle n'avait pas d'eau, pas de quoi boire. Elle était en pleine déshydratation et elle en avait ras le bol.

Sa main crocheta une prise un peu plus haut et elle se rendit compte que ce n'était pas une simple prise mais un rebord sur lequel elle pourrait s'assoir et reposer ses bras meurtrit par la montée. Elle s'y hissa tant bien que mal et se retrouva coucher sur le ventre, les pieds en l'air, la joue posée sur le rocher brulant. Elle grogna avant de pousser sur ses bras afin de se relever. Ses yeux se posèrent sur le vide.

*merde*

Il y avait de quoi jurer. Elle était monté bien plus haut qu'elle ne l'aurait imaginé. Elle ne pensait même pas être capable d'être arriver jusque la. Elle se leva, jambe écarter afin de garder son équilibre. Le surplomb sur lequel elle se tenait était en réalité un sorte de chemin qui descendait vers le centre des dentelles vives. Elle repoussa ses cheveux blonds et trempé de sueur derrière ses épaules et soupira avant de s'engager d'un pas lent le long du chemin.

Elle ne se rendit pas vraiment compte du temps qu'elle mit à atteindre le bout. Ce qu'elle remarqua, en revanche, ce fut l'imposante rivière qui coulait en face d'elle. Elle était arrivé dans un lit, au milieu des dentelles vives dans lequel un cour d'eau se déchaînait. Elle avait remarqué l'homme qui se baignait la, mais ne s'en soucia pas. Elle passa sa main dans ses cheveux, éclata d'un rire heureux avant de se jeter dans l'eau, sans même se dévêtir, trop pressé d'entrer dans l'eau.

Elle plongea la tête la première. Elle se laissa couler jusqu'au fond. Lorsque ses mains touchèrent le fond caillouteux de l'eau, elle se retourna sur elle même, et poussa le sol de se pieds. Elle perça la surface liquide de la rivière. Il n'y avait qu'un très faible courant ce qui l'arrangeait bien, en un sens... Elle s'immergea entièrement dans l'eau froide et bu, à grande gorgée. Lorsqu'elle eut retrouvé tout courage - en même temps que son sourire - elle se tourna vers le jeune homme qui l'a regardait, la-bas, et éclata de rire.

- Qu'est-ce qu'il y a ? Tu t'attendais pas à me voir la ?


Elle se détourna de l'homme pour plonger, encore. Elle fit quelques brasses sous l'eau avant de se retourner violemment vers lui et de lui sourire. Prit pour cible. S'il avait espéré être tranquille en venant ici, il s'était trompé. Et royalement en plus ! Le sourire de la jeune fille n'était nullement amical, il était... Sadique, comme d'habitude.

Son rire raisonna dans le lit de la rivière, plus sadique encore que son sourire. Un rire incroyablement puissant. Elle devait passer pour une folle avec ses drôles de sautes d'humeurs, mais la, elle avait l'habitude. Et vu les voix qu'elle entendait, de nuit comme de jour, c'était surement vrai... Elle-même se pensait folle. Mais elle s'en fichait. Après tout, qu'est-ce que ça faisait aux autres qu'elle entende les voix de son père et de son frère alors qu'ils étaient morts ? Qu'est-ce que ça faisait qu'elle ne dormait plus la nuit parce que son frère lui faisait du mal, en lui parlant du bon vieux temps ? Qu'est-ce que ça leur faisait ? La seule chose qu'ils savaient au premier coup d'œil, c'est qu'elle n'était pas nette. Elle était jolie, petite, fine, mais son regard doré dégageait une aura malfaisante qui faisait fuir les plus coriaces. Seul les ivrognes aveugle ne remarquait pas la flamme qui brillait de milles feu dans ses yeux. Mais au fond, elle pouvait se montrer gentille. Des fois...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rivière [Terminé]   Dim 30 Mai 2010, 17:47

[HRP] Désolé c'est un peu court... [HRP]
Faldor fut surpris de voir la silhouette avancer puis plonger dans le bassin. L’obscurité l’empêcha de la voir nettement mais son odeur et le bruit qu’elle produisit en s’immergeant totalement ne laisser aucun doute. C’était une femme. Ou plutôt, une jeune femme. Il s’apprêtait à lui lancer une remarque cinglante lorsqu’elle disparue sous l’eau. Il ne la prit point de vitesse lorsque, refaisant surface, elle lui lança :



- Qu’est ce qu’il y a ? Tu t’attendais pas à me voir là ?



Faldor attendit seulement que la fille replonge pour se permettre un sourire. Il l’avait aperçue dans les couloirs du Domaine, elle était sans aucun doute une apprentie. Malgré sa démarche assurée, elle ne pouvait être un Maître. Rassuré, il patienta quelques instants puis s’adossant à une paroi du bassin il l’observa. La peau sombre et les cheveux clairs, il ne put que se dire qu’elle avait un certain charme. Sa décision fut vite prise, il nagea tranquillement vers la dalle de pierre, escalada le petit mètre qui le séparait du sol et s’empara de sa tunique qu’il enfila. Sans se presser mais sans s’attarder. Il ne s’exhibait pas par plaisir et n’était pas fier de son corps. Comble de l’ironie, il pensait posséder une musculature trop marquée pour qui daigne devenir un Mercenaire. Car pour lui, un Mercenaire n’était pas un de ces colosses qu’il croisait quelques fois dans les couloirs.



Après s’être rhabillé, il se retourna enfin vers la jeune fille. Il prenait très au sérieux le nombre de regards qu’il offrait à chacun, c’était une arme.



- Mercenaire ?



Il calculait aussi ses paroles, la pensée qu’il avait pour la suite de ses actes apparut dès qu’il eut placé son mot.



- Les mots sont inutiles, les gestes parlent déjà. Peux-tu, s’il te plaît me rejoindre ?



Il croisa les bras, toisant la jeune femme non avec mépris, mais sans une once d’admiration non plus. Il ne savait pas pourquoi il avait prononcé la fin de sa phrase. Mais ce n’était pas la première fois qu’il lançait des événements contre son grès, et puis peu importait, il se tirait toujours d’affaire et avait toujours l’air de savoir ce qu’il faisait. Pour le moment il attendait, quand elle le rejoindrait – si elle le faisait – il aviserait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rivière [Terminé]   Dim 30 Mai 2010, 20:01

L'homme sortit de l'eau, escalada le mètre qui le séparait du sol et se rhabilla. La jeune fille le toisait, sans aucune gêne. Puis, il se tourna vers elle et l'a regarda. Un peu trop longtemps à son gout. Jennyssie avait les yeux planté dans ceux du garçon, et elle avait l'a drôle d'impression de l'avoir déjà vu auparavant. Au domaine ?

- Mercenaire ?

Oui, au domaine. Il ne devait pas être la depuis bien longtemps, vu sa démarche. Il avait beau avancer d'un pas sur et assuré, d'une démarche souple, il faisait trop de bruit pour être apprenti depuis plus longtemps que Jennyssie.

- Les mots sont inutiles, les gestes parlent déjà. Peux-tu, s’il te plaît me rejoindre ?


La jeune fille retint le monumental éclat de rire qui menaçait d'exploser. Pour qui se prenait-t-il ? Jenny savait pertinemment qu'il ne fallait jamais sous estimer ses adversaires. En plus de cela, le jeune homme avait une impressionnante stature. Il n'était pas spécialement grand, mais Jennyssie était particulièrement petite et il devait au moins faire une tête de plus que lui. Elle avait beau ne pas le sous-estimer, elle était persuadé qu'en combat, elle le gagnerait sans aucuns problèmes. ET puis elle n'était pas vraiment seule. Il y avait son père, même si ses interruptions se faisait de moins en moins courante. La jeune fille pensait que chaque pas en avant sur la voie des mercenaires éloignait son père. Mais il était possible aussi que chaque pas sur la voie l'a rendait un peu moins folle qu'elle ne l'était vraiment...? Possible.

L'homme l'observait, bras croisé, et elle ne pu déceler aucunes marques de méprit ou de danger dans ses yeux. Elle s'avança donc, grimpa le rocher que le jeune homme avait grimpé en moins de temps qu'il ne lui fallu pour respirer et se planta devant lui. Elle pointa son index vers lui et le poussa légèrement.

- Tu as dit quelque chose ?

Elle le regardait à présent, menaçante. Elle le trouvait trop sur de lui et elle avait bien l'intention de lui donner une bonne leçon. De plus, le fait qu'il l'ai fait sortir de l'eau alors que la chaleur menaçait de l'étouffer l'a rendait dingue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rivière [Terminé]   Lun 31 Mai 2010, 21:10

Lorsque Faldor demanda à la jeune femme de le rejoindre, elle émit un rire éclatant et frais. Il ne parvenait pas à pénétrer ses pensées mais en ce moment elles ne devaient sans doute pas être bienveillantes pour sa personne. Il réussit à se contenir, demeurant comme une statue qui attend un déluge. Il l’observa finalement escalader la petite paroi et le poussant doucement de son index lui lança :


- Tu as dit quelque chose.


Faldor n’aimait pas cette prétention qui endommageait la sienne, cependant bien plus discrète. Il attendit encore un peu de temps dans la même position, sans daigner se mouvoir avant que quelques mots percent ses lèvres closes.


- L’eau est bonne, je suis reposé et tu ne semble point fatiguée. Mais qu’attendons nous ?


Il ne désirait pas patienter pour observer la réaction de la fille, joignant le geste à la parole il s’élança, contournant la fine silhouette de celle qui l’honorait de sa présence et s’enfonça dans l’eau claire du bassin. Il fit réapparaître sa tête et demeura ainsi, effectuant quelques mouvements de ses membres pour ne pas s’immerger de nouveau. Lorsque la plupart des gouttes eurent glissés le long de sa peau pâle, il rouvrit la bouche pour qu’il n’en sorte qu’une tirade monotone, récitant ce qu’il avait appris bien auparavant.


- Cette rivière débouche sur le lac Chen, moins d’un demi-kilomètre plus bas. Le courant n’est pas fort mais il nous aidera. L’estuaire formé par ce même courant est un des seuls qui n’oblige pas à patauger dans la boue avant de pénétrer dans le lac. En cette saison, son eau doit être presque aussi douce qu’ici, et l’espace y est bien plus important.


Il savait qu’il pourrait remonter ensuite le courant en s’aidant des nombreux rochers, il pourrait ainsi rejoindre l’éboulis qui lui permettrait de remonter ainsi que ses affaires. En revanche, il ne savait pas si la jeune fille le suivrait. Et ça c’était un peu plus embêtant pour lui-même. Mais il replongea, et, empruntant le fin passage vers l’autre portion de la rivière sectionnée par le bassin il se laissa porté par le courant sur quelques mètres avant de prendre appui contre les aspérités des deux parois du petit canyon et de se retourner.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rivière [Terminé]   Mar 01 Juin 2010, 21:30

Il s'était figé et la jeune fille douta un instant. Allait il dire quelque chose ? Ou préfèrerait il rester coi ? La craignait il ? Pourquoi ne se défendait il pas ? Que voulait il au fond ? L'a menaçait il ? Ou est-ce qu'il ne faisait que se méfier ? Jennyssie avait du mal à comprendre. Elle aurait voulu percer le voile qui l'a séparait des sentiments et émotions du garçon. Elle ne parvenait pas à lire en lui. Elle avait beau le scruter du regard, il n'y avait rien. Finalement, il daigna parler. Une petite phrase. Pas méchante. Il semblait essayer de se rattraper, mais il n'y avait aucune trace de méfiance ou de méchanceté dans ce qu'il dit, alors :

- L’eau est bonne, je suis reposé et tu ne semble point fatiguée. Mais qu’attendons nous ?

Jennyssie, elle, n'attendait qu'une chose. Se battre. Oh, oui ! Elle était parfois un peu imprévisible. Il y avait à peine une minutes, elle agonisait sous le soleil, et maintenant, alors qu'il y avait une rivière à côté d'elle et que l'homme n'avait apparemment aucune envie de se battre, elle avait l'irrésistible envie de tirer son poignard et de l'écouter s'enfoncer dans la chair. Oh, oui... Tuer, ça l'a manquait. Même un peu trop. L'homme aurait du se méfier. La jeune fille ne ressemblait plus vraiment à une fille, plus à un vampire assoiffé de sang. Mais seul ceux qui savait définir son regard aurait pu le dire.

Il contourna la jeune fille qui resta planté la, à ne savoir que faire... Elle se sentait mal, à ce moment précis, parce qu'elle avait conscience que tuer était mal, et elle savait à quel point les proches pouvaient souffrir, mais elle avait besoin de l'odeur du sang. Besoin que ce liquide chaud lui coule entre les doigts... S'écoule de son poignard qui avait connu tellement de sang différend... Il s'élança. Il plongea. Remonta à la surface. Et alors que la jeune fille le regardait sortir la tête de l'eau pour se laisser glisser dans le courant, elle su exactement ce dont elle avait le plus envie.

- Cette rivière débouche sur le lac Chen, moins d’un demi-kilomètre plus bas. Le courant n’est pas fort mais il nous aidera. L’estuaire formé par ce même courant est un des seuls qui n’oblige pas à patauger dans la boue avant de pénétrer dans le lac. En cette saison, son eau doit être presque aussi douce qu’ici, et l’espace y est bien plus important.

Elle lui sourit. Gentiment. A son plus grand étonnement. Et puis, éclatant d'un tout autre rire frais et cristallin, elle plongea. Elle le rejoignit en quelques brasses puissantes et lacha, un immense sourire perché sur les lèvres :

- Alors ? On y va ?

Elle lui assena un petit coup de poing amical dans l'épaule avant de partir pour un crole, riant, même sous l'eau... Elle trouvait bizarre comme la situation pouvait changer en quelques minutes, voir secondes... Mais elle était assez imprévisible, et le jeune homme semblait l'être tout autant...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rivière [Terminé]   Mer 02 Juin 2010, 20:02

La jeune fille frappa d’une tape amicale l’épaule de Faldor. Ce geste qui se voulait délicat – et il l’était – démontrait cependant que ce petit bout de femme avait autant de capacités physiques que de provocation. Faldor sourit, cet acte signait le départ.

Un spectateur externe aurait pu se demander si l’eau glissait sur le corps de l’apprenti Envoleur ou si au contraire, le jeune homme glissait entre les remous et les roches. Seul Faldor le savait vraiment, le courant est lui ne faisait qu’un. Il avait calé son rythme sur celui des eaux, il ne se fatiguait pas et avançait à une vitesse impressionnante dû à la puissance du ruisseau au niveau de son arrivée dans le lac Chen. Ignorant le pourquoi de ce que Faldor avait décidé quelques heures auparavant – se lancer dans la rivière jusqu'à atteindre le lac Chen, un peu moins d’un kilomètre en aval – les deux humains se contentaient de nager, encore et encore. Malgré leur vitesse, Faldor savait que c’était fichu pour son souhait. Il ralenti les battements de ses paumes et de ses jambes et se laissa porter, uniquement par le courant. Il aurait dû réfléchir à cela auparavant. Désormais, doutant de ses capacités, il s’arrêta immédiatement et s’agrippa à la paroi haute d’une dizaine de mètre qui bordait les deux côtés de la rivière. Tournant sa tête vers la fille qui s’était embarquée avec lui dans ce faible torrent, il s’apprêta à prononcer des paroles qui le firent souffrir autant que si l’ouverture de ses lèvres était un supplice. Il supportait mal d’avouer qu’il s’était trompé, encore moins qu’il n’avait pas les moyens d’effectuer ce qu’il avait décidé. Finalement, les mots ne trouvèrent pas leur chemin et il en fut heureux. Devant l’air interrogatif de la fille, il les remplaça rapidement.

- J’ai changé d’avis.

Sans attendre l’impact de ses mots, il commença à escalader la paroi. Si descendre la rivière était une tâche plus que facile et rapide à l’aide du courant qui les poussait et de la pente, remonter au lieu de départ par cette même rivière tiendrait du miracle. Ils avaient pied dans le ruisseau, et nager avec cette inclinaison était impossible, tout comme marcher d’ailleurs. Avancer à l’aide des falaises prendrait trop de temps et il voulait être rentré le soir prochain au domaine. Sa décision fût donc vite prise.

Maintenant il escaladerait la paroi du petit lit crée par la rivière jusqu’au sommet des Dentelles Vives, une dizaine de mètres à escalader, ce n’était pas grand-chose. Ensuite, il arpenterait la crête de la chaîne jusqu’à l’éboulis ou il retrouverait le bassin et ses affaires. Il estimait tout ce trajet à environ un quart d’heure d’efforts pour l’escalade et le double pour la marche, il devait se ménager car demain, il remarcherait encore toute une journée pour rejoindre le Domaine.





[HRP] Oui, oui… C’est court, voire très, désolé. [HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rivière [Terminé]   Jeu 03 Juin 2010, 19:04

- J’ai changé d’avis.

C'est ce qu'il dit au bout d'un moment passé à l'observer. Jennyssie savait qu'il avait voulu dire autre chose au début, et il s'était retenu, sans vraiment qu'elle saisisse pour qu'elle raison. Elle ne chercha pas vraiment à comprendre. Elle ne voulait pas parler. Elle avait chaud, elle voulait simplement profiter du petit courant qui les menaient doucement jusqu'au lac-Chen. Elle voulait profiter de la fraicheur de la rivière et du silence avenant qui régnait. Tout était parfait, en fait. Elle était paisible, sereine, et aucune envie de tuer ne l'assaillait pour l'instant, alors, autant profiter de ce moment de répit.

Après avoir parlé, l'homme escalada la paroi. La jeune fille n'avait pas vraiment envie de le suivre, mais la solitude avait un impact négatif sur elle. Elle devenait facilement folle et le fait d'être seule ramenait son père à elle et elle se remettait même parfois à parler toute seule. Du moins, c'est ce que pensait les gens qui l'entourait, mais en réalité, elle s'adressait à son père. Alors, après une seconde de réflexion pour se décider, elle s'accrocha à la paroi et avec aisance, se hissa sur la première prise.

Elle rejoignit l'homme et grimpa à sa vitesse, profitant que ses vêtements trempaient la gardait au frais pour grimper sans trop se fatiguer. Les raillons du soleil caressait sa peau sans jamais rien lui faire. Elle avait la peau bien trop foncer pour le craindre et c'était un avantage. A côté d'elle, la nuque de l'homme roussissait. Il valait mieux se dépêcher. Elle accéléra donc, espérant ainsi qu'il l'a suivrait.

Elle se hissa enfin au sommet des dentelles vives. Elle l'attendit la, et lorsqu'il se trouva à ses côtés à nouveau, elle ne lui laissa pas le temps de souffler. Le soleil est sans pitié. Elle commença à marcher d'un bon pas. Ses vêtements commençaient déjà à sécher, et elle n'avait aucune envie de recommencer à transpirer à a suffoquer comme elle l'avait fait une heure plus tôt.

Pour oublier la chaleur et l'inquiétude qui naissait en elle, pour ne plus avoir la certitude qu'elle finirait comme une steak avant d'avoir atteint le domaine, elle entama la conversation.

- Tu n'es pas au domaine depuis longtemps, pas vrai ? Pourquoi veux tu devenir mercenaire ? Je ne voix vraiment pas ce qu'ils ont de spéciale.

Elle avait sortit cela comme ça, sans vraiment réfléchir. Ses questions étaient des plus importantes à ses yeux parce qu'elle ne connaissait pas sa réponse et qu'elle se demandait surtout pour qu'elle raison, à part celle du passé, certains voulaient devenir mercenaire. Pour la plupart, c'était la mort d'un proche. En tout cas, c'était son cas à elle. Liro lui manquait terriblement. Et bientôt, cela ferait un an. Un an passé sans lui. Elle se demandait comment elle avait pu vivre ainsi, dans la peine, dans la haine... Une vague de nostalgie déferla sur elle et elle l'a retint afin de ne pas se mettre à pleurer. Elle se promit de retourner près de son frère le jour ou il était mort un an plus tôt.

La deuxième question lui était évidente. Son père avait commencé son apprentissage sans lui demander son avis et puisqu'elle était sa fille, elle n'avait pas pu refuser, et elle en avait été fière. Et puis c'est alors qu'était venu le marchombre. Il avait emporté la vie de Liro et, sans vraiment le savoir, celle de Jennyssie aussi. Il les avaient tué. Liro physiquement, et Jenny intérieurement.

Elle scruta le visage de l'homme, à la recherche d'une réponse avant même qu'il ne l'a donne. Elle ne trouva rien. Alors, elle attendit, patiemment.

[Mais non ! T'inquiète !]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rivière [Terminé]   Ven 04 Juin 2010, 20:39

Le soleil s’était levé depuis quelques heures depuis qu’ils descendaient la rivière. Lorsque Faldor avait décidé de rejoindre le bassin, il avait lu une expression de déception sur le visage de la jeune fille. Cette expression avait vite rejoint son visage à lui lorsqu’elle s’était montrée plus efficace à l’escalade que lui. Il avait fait fi d’oublier le soleil qui lui tapait les bras et la nuque mais n’avait pu empêcher sa peau de tirer vers une couleur rouge assez inquiétante. Arrivé au sommet des Dentelles Vives, il avait été heureux que la fille qui l’accompagnait ait pressée l’allure, sans doute par égard pour lui et sa peau claire qui se refusait à adopter une teinte moins pâle, malgré ses longues journées demeurées sous les rayons de l’astre qui éclairait de ses feux Gwendalavir. Ils étaient ensuite repartis – ou plutôt, elle était ensuite reparti et il avait été contraint à la suivre – sur la crête de la chaîne montagneuse, et surtout, sous le soleil qui se montrait particulièrement hargneux aujourd’hui. Pendant les quelques pas qui parurent à Faldor une éternité, celle qui l’accompagnait daigna enfin lancer quelques mots dans la sombre ambiance sonore de leur pas sur la roche.


- Tu n'es pas au domaine depuis longtemps, pas vrai ? Pourquoi veux-tu devenir mercenaire ? Je ne vois vraiment pas ce qu'ils ont de spéciale.


Vis-à-vis de ces paroles bien étranges, Faldor ne put réprimer – pour la première fois de leur rencontre – un faible rire. Cette fille s’était lancée sur la voie du Chaos, pourquoi ne voyait t’elle pas ce qu’ils avaient de, comme elle le disait, spécial ? Plusieurs réponses s’ouvrirent, il en choisi soigneusement une au bout de quelques secondes puis la laissa filer dans l’air, naturellement, tel une source.


- Pour te répondre, je n’ai point choisi. J’ai emprunté le chemin qui me semblait le plus judicieux. Beaucoup pensent que l’on à toujours le choix. Ils se trompent, sans le savoir, tous nos choix on déjà été pris. Je n’ai pas choisi ce que je désirais, je l’ai fait.


La question que lui allait posait se voulait évidente. Elle aurait pût y répondre immédiatement, mais il prit tout de même le soin de la poser en lui offrant un regard interrogateur orné d’un faible sourire.


- Et toi ? Pourquoi t’être embarquée sur un navire auquel tu ne trouves rien d’intéressant ? Est-ce la voie ou la forme qu’il prend qui t’a intéressé ?


Il n’avait plus qu’à attendre une réponse. Le fait de lancer une discussion lui permettait d’ignorer la chaleur et les gouttes de sueur qui perlaient sur son front. De plus, la marche risquait d’être encore bien longue alors autant profiter d’un moment ou les paroles divertiraient cette escapade. La rivière aurait peut être été un choix plus judicieux. Mais il n’était plus temps de revenir en arrière. Faldor et la jeune fille avait presque effectué le quart du trajet. Le terrain commençait à descendre légèrement vers l’intérieur des Dentelles Vives – si « chemin » peut être considéré comme un mot exact pour définir cette trouée dans la montagne qui permettait, pour un marcheur aguerri, de passer. – ce qui facilitait la descente et permettait aux rochers de les couvrir quelquefois d’une ombre rafraichissante.
Mais, le problème venait de bien plus tôt. Pour se lancer dans le courant de la rivière vers le lac Chen, si la jeune femme était entièrement vêtue, il n’avait endossé uniquement sa légère tunique. Si elle conférait un avantage contre la chaleur, il n’avait rien sur les pieds. Ses bottes demeuraient près du bassin, attendant sagement sur la dalle de pierre. L’escalade ne lui avait pas particulièrement posée de problèmes puisque sortant de l’eau, cette dernière l’avait quelque peu protégé. Cette eau avait vite rejoint le ciel lorsqu’ils avaient commencé à marcher, et ses pieds étaient écorchés. Chaque contact avec le sol irrégulier lui arrachait une perle de sang supplémentaire. S’il arrivait à masquer sa douleur qui n’était rien comparée à ce qu’il vivait d’habitude de par son bras et ses poumons, les traces de sang qui jonchaient son passage le dérangeait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rivière [Terminé]   Dim 06 Juin 2010, 19:42

- Pour te répondre, je n’ai point choisi. J’ai emprunté le chemin qui me semblait le plus judicieux. Beaucoup pensent que l’on à toujours le choix. Ils se trompent, sans le savoir, tous nos choix on déjà été pris. Je n’ai pas choisi ce que je désirais, je l’ai fait.

Ses paroles avaient raisonné longtemps en Jennyssie. Vrais. Tout ce qu'il avait dit était surement vrai pour elle aussi, mais elle ne le comprenait que maintenant. Encore une fois, elle apprenait quelque chose. Les choix étaient fait bien avant. Son père, son frère... Tout était tracé à l'avance. Elle était Mercenaire bien avant sa naissance. Et si quelque chose ou quelqu'un aurait pu l'en empêcher, elle ne le connaissait pas encore. Et ne le connaitrait surement jamais...

- Et toi ? Pourquoi t’être embarquée sur un navire auquel tu ne trouves rien d’intéressant ? Est-ce la voie ou la forme qu’il prend qui t’a intéressé ?


La jeune fille haussa les épaules. Il n'y avait rien d'intéressant. Seulement elle était faite pour cette voie. Une voie tracé pour elle, comme construite autour d'elle, même si d'autre l'empreintait, c'était sa voie. Elle était apprentie, avançait à grand pas sur ce chemin tout tracé et elle était heureuse. Heureuse du choix que la vie avait faite à sa place. Elle leva les yeux vers le ciel, vers le soleil, si semblable à ses yeux dorés, si semblable à elle, tout entière. Elle avait une peau brillante, des yeux et des cheveux brillants, et un sourire tout aussi brillant que le soleil. Un petit soleil a elle toute seule.

- Je ne l'ai pas vraiment choisit. J'étais faite pour cette voie depuis le début. Comme si tout avait été écrit à l'avance. Je serais mercenaire. C'est tout. Parce que je suis comme ça. Je ne suis absolument pas faite pour l'harmonie. Mon père était mercenaire. Il m'a présenté la voie, et je l'ai apprécié. Puis, il est mort, je l'ai tué, parce qu'il me l'a demandé. Et ce n'est pas le seul homme que j'ai tué. Certains m'ont supplié de les laisser vivres. Je ne les ai pas écouté. Je m'en veut, au fond. Mais je suis comme ça, j'y peu rien. La mort ne me fait pas peur et j'ai besoin de rendre difficile la vie des autres. J'aime l'odeur du sang,, j'aime son contacte chaud, j'aime la froideur de la peau, j'aime voir les gens lâcher prise, s'accrocher a l'ultime battement de cœur qui leur reste. Crois tu vraiment que je suis faite pour une autre voie ?

Elle avait laché ça, comme ça, sans vraiment réfléchir, sans vraiment pensé qu'elle pouvait peut-être effrayé le garçon par sa personnalité si spéciale. Elle s'en fichait, au fond. Elle était comme ça, et s'il ne l'acceptait pas comme elle l'était, c'est qu'il ne méritait pas la voie qu'il avait choisit. Elle regarda les pieds de l'homme, nus et ensanglanté. Les siens aussi étaient nus. Seulement elle avait toujours marché sans chaussure, et une couche dur s'était formé dessous, l'a protégeant de toute sorte de cailloux tranchant. Et même si elle avait souffert, elle n'avait jamais mit de chaussure et n'en mettrait jamais. Qu'elle que soit la douleur. Peut-être se sentait elle plus libre sans, en fait, elle ne savait pas vraiment pourquoi elle avait toujours refusé de mettre des chaussures.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rivière [Terminé]   Ven 11 Juin 2010, 18:23

Impressionnant. Des pensées si volatiles prononcées avec tant de conviction. Faldor intervint devant cette longue tirade.


- Il n’existe pas uniquement le Chaos et l’Harmonie. Nombreux sont les chemins qu’empruntent les hommes mais bien peu les mènent à devenir Mercenaire du Chaos. Ce même Chaos n’est pas la seule issue qui permet le meurtre.
Une entreprise. La lame s’était passée de père en fille, rien de plus, et rien de moins non plus. Cependant, une jeune femme qui attente à la vie – et dans une moindre mesure, y met fin – d’un membre de sa famille avec un tel sang-froid que raconter ce cruel acte n’est pour elle d’aucune douleur est un élément de choix pour les maîtres Envoleurs. Elle avait donc raison, la voie du Chaos était toute tracée pour elle. Mais pouvait elle en parler de manière si vide et creuse ?
Non.
Elle s’en voulait. Le regret, les remords et le doute était exclus de l’enseignement apporté au Domaine. Ces trois points risquaient fort de mettre en danger l’apprentissage – voire la vie – de la fille à la peau si sombre.
La gêne occasionnée par les pieds nus de Faldor reprit le contrôle de son esprit. Il baissa ses yeux vers le sol et observa longtemps les pierres sans vraiment les voir.
Quelque chose lui brûlait la peau, quelque chose qui n’était pas le soleil. Il s’agissait du regard de la fille. Elle avait remarqué sa douleur. Il se sentit gêné puis rassuré lorsqu’il reconnu l’éboulis.
- Nous sommes arrivés. Je vais redescendre chercher mes affaires, puis, je rentrerais au Domaine. Peut être que nos routes se croiseront de nouveau.



Joignant gestes et paroles il s’engouffra en quelques rapides enjambés au cœur de la chaîne montagneuse. L’ombre avait reprit ses droits ici. Faldor baignait dans la quiétude. L’air doux glissait sur sa peau, lui insufflant ce qui pouvait ressembler à du bonheur.



[HRP]


Voili voilou. Si tu veux ce RP peut se terminer ici mais on peut aussi effectuer le chemin du retour ensemble



[HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rivière [Terminé]   Sam 12 Juin 2010, 17:27

- Il n’existe pas uniquement le Chaos et l’Harmonie. Nombreux sont les chemins qu’empruntent les hommes mais bien peu les mènent à devenir Mercenaire du Chaos. Ce même Chaos n’est pas la seule issue qui permet le meurtre.

La, elle savait qu'il avait raison. Mais c'était la seule voie qui s'était présenté à elle. La seule qui l'avait accepté. Elle ne voulait pas être quelqu'un d'insignifiant, un simple bandit, ou autres vagabond dans ce genre la. Elle voulait être quelqu'un. Qu'on l'a redoute ou non, qu'elle tue ou non, elle voulait être quelqu'un.

Elle regardait le jeune homme qui avançait un peu plus devant, et il du se rendre compte qu'elle le regardait, parce qu'il sembla rougir. Il n'était visiblement pas à l'aise.

- Nous sommes arrivés. Je vais redescendre chercher mes affaires, puis, je rentrerais au Domaine. Peut être que nos routes se croiseront de nouveau.


Il avait dit cela comme ça, en se retournant vers elle, alors qu'ils arrivaient au chemin que la jeune fille avait emprunté en venant. Alors qu'il s'éclipsait dans l'ombre de la roche, elle se coula contre la dalle brulante. Elle desescalada l'immense falaise. Elle avait la drôle d'impression que tout avancer à une vitesse folle. Dans un an ou deux, elle serait mercenaire accomplie. Elle continuerait d'avancer sur la voie. Quoi qu'il arrive. Parce que tout était tracé à l'avance, parce que sa vie a elle était une longue ligne, une courbe, avec ses hauts et ses bas, mais qui menait au même endroit que toutes les autres lignes : A la mort. Et cette ligne n'empreintait visiblement qu'un seul chemin. Celui des mercenaires. Elle n'aurait aucune autre voie. A part celle de l'amour, il n'y aurait rien d'autre.

Le soleil se couchait derrière la montagne. Bientôt, elle marcha seule dans un désert aride, seule, ruisselante de sueur et d'eau de la rivière. Ruisselante et heureuse. Parce que sa vie était tracé à l'avance, elle savait ce qu'elle serait, un jour. Et ceci suffisait à la remplir de fierté. Elle serait comme son père, comme cet homme dont elle avait peur, comme cet homme qu'elle redoutait. Comme Rubis qui lui avait tant apprit. Comme cette mercenaire qui était si différente de tous les autres. Elle serait comme aurait du être son frère. Seulement elle serait elle. Différente. De tout le monde et de tout. Elle serait elle.

La nuit tomba autour d'elle, et elle ne s'arrêta pas pour dormir. Elle était heureuse.
Revenir en haut Aller en bas
 
Rivière [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rivière [Terminé]
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Il ne manquait plus que toi.[PV Rivière 'Argentée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Dentelles Vives-
Sauter vers: