AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Quand un songe devient réalité(PV Ol')

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand un songe devient réalité(PV Ol')   Dim 21 Nov 2010, 18:40

Là haut...
Tous là haut....
Si haut...
Ils sont tous là haut, et moi je suis si bas. Je touche le fond et pourtant je continue de creuser. M'enfonçant de plus en plus dans les sobres limbes de l'inconscience. Je voudrais tant remonter, gravir tous ce que j'ai descendue. Me battre, me dépasser, réussir à quitter ce sommeil imposé. Mais je ne peux pas, je n'y arrive pas. Je ne peux lutter, déjà penser devient un combat. Je n'entant plus rien, je ne vois plus rien, les marais ont disparus, et je ne sens plus rien, l'odeur immonde d'Ankaï n'existe plus. Je ne peux pas bouger non plus. Je me suis sentie chuté, je m'étais retenue à Ol' mais ça n'avait pas été suffisant je tombais de nouveau. J'avais sentie le contact violent avec le sol, mon corps reposant dans la boue, ma tête légèrement surélevé sur un monticule de terre. Le choc m'avait fait encore plus plongé vers le noir me privant de mes sens. J'étais resté quelques secondes comme ça avant d'entendre le bruit le plus strident de ma vie, une seule personne était capable de produire un tel cri: Ol'.

- Heneeeeeeeek !


Henek? Jusqu'à preuve du contraire ce n'était pas moi. Pourtant c'était bien Ol' qui avait parlé mais il n'y avait personne à nos cotés? Quelqu'un serait-il venue? A moins qu'elle n'appelle à l'aide? Mais qui viendrait m'aider? Encore fallait-il qu'elle veuille m'aider, je l'espérais mais rien n'était moins sure. Soudain je n'entendis plus que des pleurs, puis plus rien...
Ce silence si pesant finit de me faire sombrer. Je fus couper totalment de la réalité

°°°

Ca fait mal, je sens quelque chose coulé sur mes brulures et je ne peux pas bouger, je ne peux pas crier pour montrer la souffrance que cela m'apporte. Je ne peux que resoubrer pour oublier quelques secondes encore cette douleur.

°°°

Léna doucement ouvre les yeux, cligne quelques secondes, les referme. Puis les rouvre et observe la nuit parfaite et étoilée. Elle reste immobile de longues minutes, profitant simplement du fait d'être en vie et maitre de ses mouvements. Curieusement elle n'a plus mal, ou en tout cas elle ne ressent plus le mal de chien qui semblait la dévorer de l'intérieur. Juste ce que l'on ressent quand on c'est brulé. Rien d'autre. Plus de poison quoi. Parce que c'est du poison, elle en est sure, ce n'était pas la douleur qui l'avait fait sombrer. Mais qui avait bien pus lui administer le contre-poison. Et surtout, comment savait-il que c'était le bon? Elle même ne savait pas de quoi était composé la langue du trod.

Son regard se posa sur le corps d'Ol' à ses cotés. Elle sourit. Il n'y avait qu'elle qui pouvait avoir fait cela. Un voile de reconnaissance l'étreignit et ses yeux s'embuèrent. D'une voix étrangké par l'émotion et par la gratitude elle dit:

-Merci

Soudain, les rares nuages présent dans le ciel se dégagèrent dévoilant la pleine lune. Elle regarda stupéfaite Ol' et découvrit que plus rien ne la couvrait. Froncant les sourcils d'incompréhension elle se leva péniblement et attrapa son sac qui se trouvait à quelques mètres d'elle. Curieusement il était étrangement léger...et ouvert. Elle regarda à l'inbtérieur et découvrit qu'il manquait la moitié de ses affaires. Elle regarda au sol et les vut toutes là, dans la boue, certaines flottant difficielement et d'autres à peine visible. Avec un petit gémissement elle se jetta par terre et commença à les ramaser. C'était toute sa vie qui se trouvait dans ce sac, elle n'avait pas de maison, elle ne laissez rien à l'Académie. Non, tous ce dont elle avait besion se trouvait sur elle et dans son sac. Avec empréssement elle attrapa la nouriture qui était enroulé dans un long morceau de tissu. Elle l'ouvrit minutieusement et remarqua avec soukagement que ses tranches de trod et ses galettes de niam n'avait pas été touché par la boue et qu'aucun animal s'en était repus. Elle l'enfui dans son sac et passa à autre chose. Elle prit une tunique qui trainait dans la boue sur d'autre vetements et qui avait té légérement éparnié, elle était à peine taché alors elle l'envoya à Ol'. La chemise étrait grande et pouvait facilement servir de robe à la filette.

-Tient, dit-elle. Mieux vaut que tu te couvres, les moustiques ne vont pas t'épargner. Je ne te proposes pas de pantalon, ça m'étonnerait qu'il soit à ta taille.

Ayant dit cela et lui ayant offeret un grand sourire, elle recommença à chercher ses armes et ses poisons. Finalement après avoir retrouvé tous ce qui pouvait l'être, Léna se retourna vers la petite demoiselle et lui demanda avec le plus grand sérieux.

-Comment savais-tu quel poison utiliser?

Il fallait qu'elle sache...



(Oups, maxi retard excuses moi)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand un songe devient réalité(PV Ol')   Mar 23 Nov 2010, 20:58

♫ Look at the Sky
And Pray ♫



Ses paupières étaient lourdes. Les garder ouvertes lui demandait un gros effort qu'elle ne voulait pas fournir. Elle ne voulait plus. Elle ne s'en sentait pas capable. Elle avait l'impression d'obéir à une force invisible qui lui soufflait à l'oreille de dormir. Elle était soumise. Trop faible pour lutter, trop faible pour contrer. Et puis elle ne voulait pas être la. Elle voulait pouvoir s'envoler vers ce monde inconnu, mystérieux et magnifique, dont elle faisait partie... Elle ferma les yeux et cessa de penser. Elle oublia ou elle était et ce qu'elle y faisait. Elle oublia jusqu'à la jeune femme qui se mourrait près d'elle. Et enfin, il y eut du mouvement. Le rêve arrivait... Enfin. Puis, un mot :

-Merci

Ah... C'était tellement décevant comme phrase. Elle aurait voulue qu'on l'a surprenne. Mais ce mot, elle l'entendait si souvent. Le prononçait si souvent, si naturellement, que même si le ton était sincère, elle ne parvenait pas à apprécier. Et à qui était cette voix ? Douce et rauque. Habimé mais la. Réelle ! Ol' ouvrit les yeux en grand. Ses pupielles s'agrandirent, mangeant le beige qui éclaircissait ses yeux. Elle sonda un moment le vide, perdue entre ciel et terre, entre vie et rêve...

Puis, ses yeux se fixèrent sur la silhouette de Léna. Elle ne voyait qu'elle. Le reste lui échappait. Quelle heure était-il ? Y avait-il du soleil ou pleuvait-il à grosses gouttes ? Et surtout... Comment allait-elle ? Bien, parce qu'elle vivait. Mal, parce qu'elle était pommée.

-Tient, Mieux vaut que tu te couvres, les moustiques ne vont pas t'épargner. Je ne te proposes pas de pantalon, ça m'étonnerait qu'il soit à ta taille.

Quelque chose atterit entre ses bras, sans qu'elle ne comprenne d'ou ça venait et de quoi il s'agissait. Mais l'habit, roulé en boule dans ses bras finit par attirer son attention et elle réussit enfin à se réveiller entièrement... Elle le regarda longuement, repensant aux paroles de la jeune femme, et finit par comprendre qu'elle était nue et qu'il fallait qu'elle s'habille pour éviter de se faire attaquer par des moustiques enragés. Néanmoins, la question que lui posa la fille l'a perturba. Elle réfléchit, tout en glissant la chemise, qui lui arrivait en dessous des genoux. Et lorsqu'elle répondit, elle se rendit compte qu'elle ne savait pas. Elle ne connaissait pas, elle même, la réponse...

- Je ne sais pas. Mais on dit que la nuit porte conseil. C'est faux. Ce sont les rêves qui font tout le travail.

Elle ramassa un flacon que Léna avait oublié et le glissa dans le sac. Puis, elle leva les yeux vers le visage de la jeune fille et murmura :

- Et si on rentrait ?

Elle lui offrit un sourire, sachant déjà qu'elle ne refuserait pas... On ne refusait jamais les supplication d'une fillette. Surtout lorsqu'elle avait vécu un truc pareil et qu'elle était demeuré en état de choc un bon moment...


♫ Don't forget who she is
And keep her face in mind ♫
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand un songe devient réalité(PV Ol')   Dim 28 Nov 2010, 11:16

Pourquoi ne réagit-elle pas?
Était-elle...morte?
La gorge de Léna se noua. Non, ce n'était pas possible, elles avaient toutes deux suffisamment frôlées la mort pour pouvoir être tranquille pendant au moins...deux heures. Et puis de toute façon, qu'est-ce qui aurait pu la tuer? Néanmoins, Ol' restait toujours immobile et la novice décida à s'approcher la peur au ventre. Mais avant qu'elle ne se mette en mouvement, Ol' ouvrit les yeux et après quelques secondes d'incertitude, elle enfila la tunique noire. Elle lui arrivait à peine au genoux et Léna grimaça en observant le résultat: elle était trop échangé à la poitrine, Ol' semblait flottait dedans et le noir ne s'harmonisait pas bien avec sa peau si pale. Mais enfin, c'était mieux que rien et comme Léna n'aurait jamais pensé habiller une petite fille elle n'avait que des tuniques similaires. Bref, il allait falloir faire avec.

Après avoir enfilé les vêtement, Ol' visiblement préoccupé par la question que lui avait posé la novice entreprit de répondre. Léna craignit pendant quelques secondes qu'Ol n'accepte pas de lui expliquer puisque après tout, elle ne la connaissait à peine et parce que c'était une question assez embarrassante. Mais la petite ne semblait pas se formaliser:

- Je ne sais pas. Mais on dit que la nuit porte conseil. C'est faux. Ce sont les rêves qui font tout le travail.


Ainsi donc c'était son don qui l'avait sauvé. Et dire qu'elle l'avait critiqué. Encore une fois Léna fut honteuse, néanmoins ce sentiment passa vite quand elle se mit à réfléchir sur toutes les possibilité qu'offrait un pareil don. Au début elle avait pensé que ce pouvoir ne pouvait servir qu'à faire rêver les gens d'elle mais il lui apparaissait à présent qu'il ne se limité absolument pas à ça. Pouvait-il apportait la connaissance? S'adapter-il à chaque situation? Impossible à dire. Si ce don appartenait à quelqu'un d'autre qu'à Ol elle en aurait été jalouse, mais justement: c'était à Ol'. Et il semblait impossible de concevoir ne serait-ce que une pensée négative à l'égard de la fillette. Elle était si innocente, si pure... Et même ça, Léna ne pouvait lui envier alors qu'elle avait toujours observé les personne possédant ce qu'elle aurait aimé avoir avec une lueur d'envie. Incompréhensible n'est-ce pas?

Ol' inconsciente de son trouble reprit en murmurant:

- Et si on rentrait ?

Rentrer... Mais rentrer ou? Léna ne possédait pas de maison, et habiter chez ses parents était bien sure impossible, inconcevable. Seul restait l'Académie, l'endroit ou elle se sentait le mieux. Mais qu'elle ne pouvait pas appeler maison, il était juste son point d'attache. L'endroit ou elle allait prendre ses cours, ou elle piquait de la nourriture pour ne pas avoir à la payer et ou elle réfléchissait à sa prochaine excursion. Rien de plus, rien de moins. Mais pouvait-elle emmener Ol' à l'Académie? C'était fait pour les marchombres et ce n'était pas un hôtel. Ol' voulait-elle devenir marchombre? Elle en avait les capacités c'était sure mais peut-être avait-elle des parents, de la famille quelque part. Léna ne lui avait pas demandé.

Alors qu'elle allait lui proposait de devenir marchombre. Léna pensa soudain à son épée qui devait se trouver dans l'œil du trodd, à quelques centaines de mètres de là. Elle ne pouvait repartir sans. Oubliant soudainement ce qu'elle voulait dire elle cria à Ol' en se mettant à courir:

-Attend moi là, je reviens!

Elle courut le plus vite qu'elle pouvait, trébuchant parfois dans la boue mais ne ralentissant jamais. L'idée même d'avoir oublier son épée la révulsait et quand elle songeait que peut-être des charognes qui mangeaient déjà la carcasse du trodd frôlaient son arme la faisait courir encore plus vite. Elle finit par arriver à son but en un temps recors ( moins de trois minutes) et elle se précipita vers l'animal. Dessus se trouvait effectivement toutes sortes d'animaux qui profitaient avidement de cette réserve de viande, la majorité en voyant la novice courir comme une malade partirent se cacher mais quelque uns restèrent bravement et Léna se fit un plaisir de leur envoyer de magnifiques coups de pieds et pour les plus téméraires de leur trancher la gorge. Elle finit par reprendre son épée en l'arrachant de l'œil du trodd et elle la nettoya avec soin comme une mère prendrais soin de sa fille. Elle en profita pour sortir une petite fiole et par prendre précautionneusement quelques gouttes du poison qui recouvrait sa langue. Ça pouvait toujours servir. Puis elle rejoignit Ol'.

Arrivée près de la fillette elle allait de nouveau lui demander ou elle allait quand elle remarqua qu'elle faisait une drôle de tête. Inquiète, en fouillant des yeux les environs à la recherche d'une quelconque anomalies elle lui demanda:

-Qu'y a t-il?


De toute façon rien ne pouvait plus l'étonner. Avec Ol' elle avait tellement vue de chose extravagante qu'elle voyait mal ce qui pourrait être pire. Et puis de toute façon maintenant qu'elle avait retrouvé son arme elle était prête à tous affronter...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand un songe devient réalité(PV Ol')   Dim 28 Nov 2010, 13:28

♫ I'll wait for you ♫



-Attend moi là, je reviens!

La jeune fille se mit à courir, vers le monstre qui gisait un peu plus loin, alors que des oiseaux affamés venaient lui manger la chair. Elle courrait vite et lorsqu'elle arriva près du Trodd, elle donna quelques grand coup de pieds dans les derniers oiseaux qui ne semblaient pas vouloir abandonner leur repas. Elle retira son épée de l'oeil du monstre. Ol' sourit devant tout l'amour qu'elle pouvait éprouver pour une arme...

Puis, un souvenir jaillis d'on ne sais ou, lui occupant l'esprit.

*

Vient Ol'. Il faut qu'on aille à Al-Jeit, et vite.


L'homme prit la main de la petite fille et l'a tira hors de la maison. Il n'y avait rien aux alentours. Rien que des arbres et une petite terrasse. Il ferma la porte d'entrée à double tour, sachant pourtant que la maison était accessible à tous. Puis, il ferma l'écurie, sans faire attention aux protestation de la jument, qui ne semblait pas d'accord, pour qu'on l'y enferme.

Mais pourquoi ?

Henek fit la grimace en pensant au message qu'il avait reçu, concernant un groupe de mercenaire qui sévissait dans les grandes villes.

Une affaire à régler. Une affaire de marchombres. Je ne veux pas te laisser seule.

Mais tu ne voudras jamais m'emmener avec toi pour régler ton affaire !


Elle semblait énervé, presque vexé, parce qu'il ne l'avait jamais emmené dans ses affaires... Il n'avait jamais accepté.

Exact ! J'ai donné rendez vous à Ahn. Il va s'occuper de toi. Il va être à Al-Jeit pendant quelques temps...

Ahn était l'un des Thüls qui avait fait parti du convoi. Ce même convoi, qui, des années auparavant, était passé près de L'Oeil d'Otolep. Ce même convoi qui avait trouvé un bébé dormant près de sa mère, morte au cour de la nuit. Une mère avec des rubans rouge dans les cheveux et aux poignets...

Ahn était l'un des rares Thüls avec qui Henek avait gardé un contact permanent. Ils étaient devenus amis. Même s'ils ne se voyaient pas souvent.

Henek, pourquoi on prend pas Etoilea ? C'est loin, Al-Jeit, faut pas y aller à pieds...

Il avait vécu, plus jeune, des choses que tous ignoraient. Sa vie avait été longue et bien chargé. La partie la plus passionnante, en revanche, était cette nouvelle vie qui avait débuté le jour ou il était passé près de L'oeil et qu'il avait accepté de prendre en charge la fillette.

Ol', je connais des choses que tu dois me promettre de ne montrer à personne. Des arbres qui permettent de se... Téléporter. Mais Ol', c'est dangereux, parce que tu peux rester coincer à l'interieur de ses arbres. Alors promet moi de ne jamais les utiliser quand tu n'es pas avec moi...

Elle sourit, et n'hésita pas.

Promi.

*

C'était un dilemme. Garder une promesse ou rentrer en moins de temps que prévu et en parler à une apprentie, brisant ainsi une promesse ? Personne n'était parfait. Et Henek l'avait abandonné. Elle sourit. Parce que.. L'arbre passeur le plus proche d'Al'Jeit, était près d'ici. Parce que c'était ici qu'elle avait atterrit avec Henek des années auparavant.

-Qu'y a t-il?

Ol' sourit.

Je sais comment rentrer... Je connais des choses que tu dois me promettre de ne montrer à personne. Des arbres qui permettent de se... Téléporter. Mais c'est dangereux, parce que tu peux rester coincer à l'intérieur de ses arbres. Alors promet moi de ne jamais les montrer à qui que ce soit...



♫ Smile ♫
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand un songe devient réalité(PV Ol')   Dim 12 Déc 2010, 16:27

Un sourire. Un magnifique sourire. Comme la promesse d'une réponse. Ol' souriait, et c'était apparemment contagieux, Léna arrêta d'afficher sa mine inquiète à l'idée qu'il y est put se passer quelque chose, la fillette souriait. Tout aller bien. Néanmoins l'apprentie marchombre ne savait toujours pas ce qui ce produisait, on ne sourit pas ainsi pour rien, ou en tout cas pas quand on se trouve dans les marais d'Ankai.
La réponse à sa question arriva, une réponse qui l'étonna bien plus que si on lui avait dit qu'Ol' était en fait une grand mère de cent-soixante-huit ans:

Je sais comment rentrer...

Surprise. Si Ol' lui disait cela il y avait toutes les chances pour que sa manière de rentrer ne consiste pas à retraverser tous les marécages putrides.

Je connais des choses que tu dois me promettre de ne montrer à personne. Des arbres qui permettent de se...

De se quoi? Ol' avait réveiller sa curiosité...

Téléporter.

Se quoi? Elle avait bien dit téléporter là? Léna était sure d'avoir bien entendue. Si quelqu'un d'autre que la petite demoiselle lui avait annoncé cela, Léna lui aurait surement répondue qu'il avait trop bu. Mais justement c'était Ol' qui lui apprenait cela et pas une secondes Léna ne pensa qu'elle puisse mentir. Il semblait impossible que la fillette puisse ne pas dire la vérité. Ou en tout cas qu'elle puisse lui mentir à elle. Prétentieux évidemment, mais Léna n'y singea même pas. Ol' disait la vérité. Point.

Mais c'est dangereux, parce que tu peux rester coincer à l'intérieur de ses arbres.

Elle n'y a avait pas pensé avant mais le demoiselle avait bien dit que c'était dans des arbres que l'on se téléporter? Apparemment. Dans des arbres? Léna ouvrit la bouche d'étonnement puis prenant conscience du ridicule de la chose elle la referma pendant que Ol' continuait sur sa lancée:

Alors promet moi de ne jamais les montrer à qui que ce soit...

Ne pas en parler... Évidemment, cela allait de soit. Si aucune rumeur n'avait circulé au sujet de ce moyen de transport, il était naturel que Léna garde le secret. Elle allait promettre quand des souvenirs enfouis jusqu'à là ressurgirent:

°°°


C'était quand elle était encore une enfant, elle avait treize ans environ. Ce jour si elle portait une superbe robe rouge en soie froufroutant de part et d'autre. Une horreur en somme, et horriblement lourde avec ça. Elle la détester, comme elle haïssait toutes ses robes d'ailleurs. Y a t-il quelque chose de moins pratique qu'une robe? Même une armure est plus pratique, au moins elle sert à se défendre. Mais une robe... De plus comme c'est parent avait toujours à travers elle montrait leur richesse, elle portait une infinité de colliers de pierres précieuses et d'or, et à ses oreilles pendaient d'énorme boucles d'oreilles en diamant. Elle détestait être ainsi vêtue amis bien sure elle n'avait pas le choix. Pourtant ce jour ci elle rallait moins que d'habitude, il fallait dire que les invités de ses parents étaient le frère de son père est sa famille, et parmi eux sa cousine. Elle l'aimait bien, comme elle elle rêvait de voyager et de sortir de la prison dorée dans laquelle elle était plongée des sa naissance. Quand les demoiselles pouvaient s'éclipser du repas, elle allaient dans la bibliothèque parler des endroits qu'elles aimeraient aller. Alors que sa cousine souhaitait rencontrer les Faels, Léna rêvait de découvrir l'ile Alines. Et lorsque les jeunes filles devaient se quitter, elles regrettaient toujours de ne pouvoir se téléporter là ou elles auraient voulu, sans avoir recourt aux Sentinelles qui ne connaissaient pas l'endroit.

°°°

La baffe partit. Magistrale. La tête de Léna tourna sur le cou. Si seulement elle aurait pu être ailleurs...

°°°


Elle avait vingt ans. Cinq ans déjà qu'elle avait fui la vie de nobles, cinq années de bonheur. Qui allait être troublé.Elle avait vingt ans. Cinq ans déjà qu'elle avait fui la vie de nobles, cinq années de bonheur. Qui allait être troublé. Tous avait bien commençait pourtant, elle avait rejoint une caravane comme éclaireuse. Une très bonne manière de gagner de l'argent en se faisant plaisir, c'était un métier sympathique, plein d'imprévu. Léna faisait environ trois voyages par années, plus ou moins quand certains était plus court ou plus long que d'autre. En bref, elle ne passait pas plus d'une semaine en dehors d'une caravane, sauf si elle voulait faire un voyage dans un endroit que les convois ne traversaient pas. Ce voyage là était assez long, il fallait traverser une bonne partie des plateaux d'Astariul, de manière à rallier Al Poll en partant d'Al Far. Ils étaient partis il y a à peine quelque jour quand les ennuis commencèrent. Ça n'aurait pas du être si critique si les énergumènes qui allait foutre en l'air le voyage de Léna avait rencontré la troupe de Thul et non les deux éclaireurs. D'ailleurs ses deux éclaireurs n'étaient autres que Léna et un Thul! Étrange n'est-ce pas qu'un Thul serve d'éclaireur, mais apparemment celui-ci n'était pas normal et c'est pourquoi la future novice l'appressiait énormément.
Ils étaient tous deux à plusieurs kilomètres de la caravane quand ils les rencontrèrent: vingts voyous de la pire espèce. Léna ébahie resta quelques secondes en suspends ne sachant que faire, le Thul lui n'hésita pas et commença à massacrer les malheureux. Quand enfin Léna se lança dans le combat il avait déjà tué plus du quart. Et quand elle tua ses premiers adversaires, le combat touchait à sa fin. Épuisée malgré le maigre effort qu'elle avait produit, elle ne leva son regard vers son confrère que lorsqu'il s'effondra. Elle courut vers lui et put enfin voir l'horrible poignard qui lui transperçait le ventre. L'aidant à s'allonger, elle ne cacha pas les larmes qui coulait sur son visage, chacun d'eux le savait: il n'avait aucune chance de vivre. Pourtant alors qu'il était au plus mal il ne put s'empêcher de se moquer gentillement d'elle.

-Voyons ce n'est pas sérieux, depuis le début tu t'es forgé une réputation d'impassible, que rie n'affecte. Ce serait bête de faiblir maintenant!


La réponse de Léna fusa, rageuse.

-Putin, idiot: j'ai vingt ans pas quarante comme vous, j'ai bien le droit de pleurer un peu non?


Un sourire apparut sur le visage du Thul.

-Voila, c'est mieux comme ça. Je te reconnais mieux quand tu râles sur les autres.


-Idiot!


Il allait mourir et elle ne pouvait rien faire, absolument rien. Elle ne pouvait pas l'emmener chez les rêveurs pour qu'il se fasse soigner, elle ne pouvait pas l'emmener à la caravane pour qu'il puisse avoir les premiers soins, me^me si c'était bien sure inutile.
Elle ne pouvait pas le téléporter...

°°°

Léna rouvrit les yeux. Un sourire triste apparut quand elle pensa à ce dernier souvenir, d'une voix ferme elle répondit:

-Non. Je ne peux pas te le promettre. Imaginons que je sois accompagnée, si je veux emprunter l'arbre pour me sauver ou le sauver, dois-je le tuer avant ?

Désolé.





Dernière édition par Léna Alzaï le Sam 18 Déc 2010, 12:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand un songe devient réalité(PV Ol')   Mar 14 Déc 2010, 21:25

♫ wherever you will go ♫



Doucement, Ol' glissa sa main dans celle de Lena et l'a tira vers l'orée de la forêt qui se déployait non loin, fière. Ses pieds glissaient dans la bout, mais à chaque pas, elle se pendait un peu au bras de la jeune fille. Et puis il ne leur fallut que dix minutes pour atteindre l'arbre. Il était petit et plutôt tortueux. Impossible de monter dans ses branches. C'était un petite chêne qui avait l'air un peu seul et malheureux. Il mourrait peu à peu, on voyait bien. Et pourtant, il se démarquait totalement des autres arbres. Un peu à part, il n'était pas aussi grand, pas aussi beau... Mais lui, il était magique. Et c'était ça qui le rendait spécial.


Ol' s'approcha, s'accroupit, toujours une main dans celle de Léna et elle écouta. Elle sentit. Puis, elle attira celle de son amie sur le petit tronc et lui murmura à l'oreille qu'il lui suffisait d'écouter. Un faible battement qui devenait violent et fort. Puissant, lorsqu'on se concentrait dessus. Puis, Ol' se laissa tomber dans les images qui défilaient dans l'arbre et dans son esprit. Des plaines, des orées, de chemins tortueux et connus. Certains endroits qu'elle connaissait et d'autres qu'elle n'avait jamais vu. Et il y en avait une. Un petit paysage, au bord d'un tout petit lac, tout mignon. Un arbre dont elle ne connaissait pas l'existence mais elle savait ou il se trouvait. Rassemblant son esprit, elle attira l'attention de Léna sur ce paysage, avant de plonger. De disparaître. De s'en aller.


Ol' roula sur le sable. Oui, c'était l'un de ses premiers atterrissages et elle avait encore du mal. Elle se releva en riant et se tourna pour voir Léna arriver. Puis, le couché du soleil l'a ramena à la réalité. Et la, elle n'eut qu'une envie. Une envie qui se transforma en geste : Elle était de retour chez elle. Alors, elle fit volte face et elle s'enfuit. Elle s'éclipsa, rapide, implacable. Aucun geste ne fut esquisser pour l'en empêcher. Parce qu'en un sens, elle était déjà libre. Libre malgré tout ce qu'elle s'imposait. Libre malgré elle. Elle disparu dans la forêt. Elle courrait vite, pieds nus... Ses mains caressaient les troncs d'arbres qui passaient à sa porté, mais bientôt, sa vitesse augmenta et elle fut incapable de simplement frôler les arbres sans avoir l'impression de se brûler.


Et la bâtisse se dressa devant elle. Immense. Imposante. Grandiose. Magnifique, caché sous les fleurs, les feuilles, la nature qui reprenait peu à peu son droit... Enfin, elle était rentré.


♫ Welcome home ♫
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand un songe devient réalité(PV Ol')   Dim 19 Déc 2010, 12:03

Une main...
Un toute petite main qui enserra doucement la sienne.
Cela faisait si longtemps que personne ne lui avait tenu la main.
Si Léna n'avait pas pour habitude d'être glaciale elle en aurait presque pleurer.
Mais qui était-elle donc?
Qui était donc cette petite fille qui pouvait ainsi transformer le monde?
Qui était-elle donc pour changer ainsi la novice?
Qui était-elle donc pour ainsi entrer dans sa vie et la bousculer à ce point?
Qui était-elle donc pour ainsi transformer les cœurs?
Qui était-elle pour faire des choses que personnes n'avaient encore faites?
Qu'importe de toute façon.
Elle était juste Ol'.
Une des cinq personne qui ne l'ait jamais jugé.
Peut-on à ce point être reconnaissant o ce point?
Au point d'avoir envie de tout faire pour quelqu'un?
Mais était-ce de la reconnaissance?
Non ce n'en était pas.
Léna l'aimait juste c'est tout.
Comme elle aimait Adwyn, Jennyssie, Lanza et Swif.
Ils étaient les sels qu'en 25 années de vie elle avait aimé.
Ils étaient si peu...

Ol' l'entrainait à travers les marais.
La faisant marcher vers une forêt.
Et pendant tout ce temps elle ne lui lâcha pas la main.
Les minutes s'écoulèrent.
Minutes ou Léna ne pensa à rien d'autre qu'à la petite main d'Ol dans la sienne.

Enfin elle arrivèrent prêt de l'arbre et Léna l'observa attentivement: il était petit, noueux, comme un vieux olivier. Il était presque rabougris. Un arbre qui en soit n'avait rien d'étonnant. Il ne semblait même pas particulier. Ou en tout cas pas pour Léna. Pourtant Ol' s'accroupit en face de lui. Ol' posa leur main réunie sur le faible tronc et lui demanda d'écouter.
Écouter...
S'ouvrir...
Elle était apprentie marchombre.
Elle pouvait le faire.
Elle l'avait déjà fait...

C'était lors de son premier cours.
Le premier.
Le vrai premier.
Avec Elunis.
Elle devait plonger.
Plonger de haut.
Très haut.
Elle l'avait fait.
Elle avait ratée.
Elle avait recommencé.
En s'ouvrant.
Totalement.

Elle était avec Jennyssie.
Dans le serres.
Elle était mercenaire.
Léna était marchombre.
Et alors?
Elle c'était ouverte.
Totalement.
A elle.
Au monde entier.
Douleur.
Bonheur.

Elle s'ouvre.
Au cœur de l'arbre.
Totalement.
Et elle voit.
Elle voit tous les chemins.
Tous les possibles.
Elle observe.
Émerveillée.
Il y en à temps...
Temps de paysages qu'elle n'a jamais exploré et qu'elle souhaite découvrir.
Certains ne doivent même pas ce trouver dans Gwendalavir.
Elle se perd.

Elle se perd.
Elle s'abandonne.
Elle oublie.
Elle veut rester.
Soudain quelque chose la ramène à la réalité.
Ol'.
La fillette lui montre un paysage.
Avant d'y aller.
Léna reste indécise quelques secondes.
Puis elle plonge à son tour.

Combien de temps cela à duré?
Un millième de secondes?
Une heure?
Elle ne le savait pas.
Comme elle ne pouvait décrire ce qu'elle venait de vivre.
Elle se senti juste rouler dans du sable et revenir à la réalité.
Elle resta étourdie.
Soudain Ol' se mit à courir.
Léna ne fit rien pour la rattraper.
Rien.
Absolument rien.
Qu'aurait-elle put faire de toutes manières?

Était-ce possible.
Ce pouvait-il que ce soit déjà fini.
Qu'elle ne revoie jamais la fillette.
Sans vraiment sans rendre compte, elle marcha à travers la forêt.
Et fini par s'asseoir sur une vielle souche.

Était-il possible que tous soit déjà fini?
Oui...
Non...
Revenir en haut Aller en bas
 
Quand un songe devient réalité(PV Ol')
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Quand le cauchemar devient réalité [Solo]
» Quand le rève devient réalité...
» Quand la folie devient réalité....
» Quand le rêve obsédant devient réalité [PV Severus Rogue ♥]
» [*] [Bet & Pet] PCM Village, quand la légende devient réalité !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Nord :: Royaume Raï :: Marais d'Ankaï-
Sauter vers: