AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Quand le granite devient diamant... [Jennyssie & Kaelya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Quand le granite devient diamant... [Jennyssie & Kaelya]   Mer 15 Sep 2010, 03:11

    Le Domaine était impressionnant, mais cela ne m'avais prit que quelques heures pour l'explorer. Ombreuse était plus intéressante, mais sans plus. J'avais déjà visité cette ténébreuse forêt. Non, aujourd'hui, j'étais à Al-Jeit, la ville que je préférais depuis toujours. Cette ville où j'avais encore une maison, qui était toujours vide. Je n'y étais pas retournée depuis que j'avais quitté la ville, Depuis que cette jeune fille m'avait quitté. Ce qui m'avais séduit, mais ce qui nous avais séparés, s'était son innocence. Elle m'avait cru trop bon. Et pourtant, j'étais l'incarnation du mal, et la mort me poursuivait depuis toujours. Je voulais, je prenais. Tout simplement. Cette maison, je la voulais. Il m'avait suffit de tuer ces propriétaires et à changer les noms sur les papiers. Si simple… J'avais sur moi le poignard des Owens, mais si j'adorais la manière dont il était fait, et que je m'étais imprégné de sa forme singulière et de cette lame avec le même serpent que je m'étais fait faire sur la poitrine, si je devais le perdre je n'en serais pas du tout affecté. Il serait seulement dommage pour le prochain Owen des Morgues qui n'hériterait que d'un poignard récent.
    Je marchais donc dans les rues, plus sombre que jamais en me remémorant ces amis qui m'avais abandonné pour rester avec elle. Elle… Quel était son nom, déjà? Je n'avais jamais eu de mémoire, et ça ne m'étonnais pas d'avoir oublié son nom. Je crois que s'était quelque chose comme Jade… Ou peut-être Mélissa… non, s'était Mégane! Oui, je crois bien que c'est ça… Peut importe, mes amis, dès qu'il me voyait, s'enfuyait comme des chiens apeuré. Et je dois avouer que j'adorais cette ambiance de terreur que je dégageais. Pourtant, un vint me parler et ce ne fut pas pour sympathiser. Il voulait mourir. Je lui dis simplement de bien réfléchir, et que j'étais près à le faire de la manière qu'il choisirait. Mais il avait déjà tout décidé, et il me dit qu'il voulait combattre. Je souris. Cette grosse brute ne savait pas se battre, alors, en lui tendant l'un de mes poignards, je lui montrai les bases, puis, sans sortir le mien, j'esquivai avec facilité sa première attaque. Je le laissai me touché au bas, à peine une petit écorchure. Je le laissai s'épuiser, lui laisser croire, méchamment, qu'il pouvait me vaincre, avant de tout simplement m'arrêter, et planter mes yeux dans les siens. Je lue dans son regard sa détermination à mourir en homme. J'allais lui donné une dernière leçon de vie. Seul quelques élus choisissent la manière qu'ils vont mourir…
    J'immobilisai son poignet à deux mains, et je le forçai à ouvrir les doigts, lui faisant comprendre que la taille n'était pas un avantage, et que je m'étais joué de lui. Je plaçai la lame sur son cœur et en un dernier mouvement, je lui transperçai le cœur, de sang froid, comme j'aimais. Je senti la vie s'écroulé de son corps avec un plaisir peu commun. J'essuyai mon arme sur lui, puis, donnant un coup de pied au corps, je le fis rouler dans un coin sombre. Je levai les yeux pour apercevoir ceux qui avaient été mes amis sur le haut d'un toit. Je s'avais que celui-ci s'était porter volontaire pour me tester. Une évidence. Je secouai la tête, trouvant dommage qu'ils aient pensé cela nécessaire. Une jeune femme se laissa glisser sur la paroi du mur. Je l'observai un instant. Elle était taillé pour la grimpe et je la savais excellente dans ce domaine.

    - Tu n'es plus le même, Morgue.

    - Faux. Vous avez simplement refusé de voir la vérité.

    - Tue-moi.

    - Ok.


    Je sorti un poignard en souriant, et je jouai avec la lame. J'égratignai sa joue, faisant légèrement couler le sang. Puis, je la serra, et je continuai mon chemin. Contrairement à l'homme, elle ne voulait pas mourir, et il ne servirait à rien de la faire mourir. Je m'aventurai dans une ruelle sombre ou j'avais l'habitude d'aller, avant. Je m'y assis, jouant doucement avec mon poignard. Quelqu'un approchais. J'en étais certain…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand le granite devient diamant... [Jennyssie & Kaelya]   Mer 15 Sep 2010, 15:11

Les nuages étaient allés s'aventurer en dessous du soleil, mais ses rayons passaient au travers. La lumière faisait mal aux yeux. Un peu comme lorsqu'on regarde la neige, sous le soleil. Une lumière blanche. Désagréable. Ça n'empêcha pas la jeune fille de s'aventurer à l'extérieur. Elle avait passé une nuit dans une auberge, après son examen. Elle n'avait pas prit le temps de visiter un peu plus la ville. Elle détestait cette lumière. Elle aurait voulu que le soleil montre le bout de son nez, qu'elle puisse profiter un peu de sa chaleur et de sa couleur qui égayait les alentours ainsi que les passants. Peu importait. Elle ne pouvait pas rester enfermée jusqu'à ce qu'il réapparaisse. Elle en était devenue incapable. Alors, même si elle était de mauvaise humeur, même si ce drôle de temps l'a dégoutait, elle avait fait un pas hors de l'auberge et s'était coulé avec une étrange facilité dans la routine de la plupart des passants.

Marcher. Se glisser dans la foule et s'y fondre. Se faire oublier. Ça n'empêchait pas certains passants de l'a dévisager, mais c'était assez compréhensif. Son physique était tout de même plutôt particulier. Sa peau chocolat faisait ressortir ses yeux ambrés et ses cheveux blonds, naturellement, lui tombaient sur les épaules et descendaient jusqu'au niveau de ses fesses. Sa démarche était souple, assurée, nonchalante. Tout ceux qui l'avait connue... Avant, aurait dit la même chose : qu'elle avait changé. Mais personne ne l'avait connu. Elle avait tué son père après la mort de son frère et n'était jamais retourné dans son village natale. Elle savait qu'un jour ou l'autre, elle le ferait. Pour revenir dans cette forêt. Pour retrouver la clairière et le sol ou s'était trouvé son frère lorsqu'elle l'avait trouvé. Pour revenir en arrière, pleurer un peu, et repartir. Vers l'avant. L'avenir. Le futur.

Elle se demanda depuis combien de temps elle n'avait pas tué. Et la réponse lui vint instantanément : Longtemps. Elle n'en avait plus besoin. Si elle le faisait encore aujourd'hui, c'était seulement par plaisir. Par envie. Parce qu'elle aimait l'odeur du sang, mélange de sel et de rouille. Elle aimait les battements de coeur qui s'affolaient, la respiration qui se faisait plus ardue. Elle aimait regarder l'homme s'affaisser et elle aimait lire la peur dans les regards. C'était un peu égoïste. Un peu méchant. Un peu seulement. Parce qu'après ce qu'elle avait vécu, après la façon dont on l'avait élevée, tout le monde aurait flanché. Tout le monde aurait finit par mal tourner.

Sauf qu'elle, elle n'avait pas vraiment mal tournée. Elle était comme ça dès le début. C'était sa nature. La jeune fille perdue le fil de ses pensées lorsqu'un homme légèrement amoché par l'alcool l'a bouscula. Automatiquement, sans même avoir à ordonner à ses membres de le faire, ses bras se tendirent, crochetèrent le col de l'homme et le sortirent de la foule. Elle le cogna contre le mur d'une maison. Fort. Juste pour qu'il s'endorme. Pour qu'il ferme les yeux et se fasse oublier. Puis, elle tourna dans une rue. Irrité. Énervée.

Elle se mise à courir, vite, soufflant régulièrement par le nez, les dents serrés. Elle tourna dans la prochaine rue. S'arrêta. Net. Un homme était assit la, au milieu de la ruelle, en tailleur, jouant avec son poignard. Et un sourire se dessina sur les lèvres de la jeune fille. Ses yeux brillèrent doucement. Enfin, quelque chose d'intéressant qui lui arrivait. Elle s'avança d'une démarche soignée et s'arrêta à deux mètres de l'homme. Il était plutôt agé. La trentaine. Et elle savait ce qu'il était simplement à sa manière d'agir. Mercenaire. Mais apprenti mercenaire aurait été plus juste.

Elle ne dit rien. Parce que le silence s'était installé dans la ruelle, parce qu'elle ne voulait pas le briser, parce qu'il était possible que l'homme soit la pour se recueillir. Elle s'assit. En tailleur. En fasse de lui. Elle semblait si petite, si frêle à côté de lui. Mais il ne faut jamais se fier aux apparences. Jennyssie attendit tranquillement que l'homme l'a regarde. Ou réagisse, au moins. Ce qui était sur, en tout cas, c'est qu'il l'attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand le granite devient diamant... [Jennyssie & Kaelya]   Jeu 16 Sep 2010, 14:44

Al-Jeit, capitale de Gwendalavir, joyau de l’empire, ville aux milles merveilles. Et ce n’était là qu’une infime partie des titres que les alavariens pouvaient donner à leur capitale, preuve de l’amour et de l’admiration qu’ils lui portaient. Pour Kaelya aussi, cette ville était attirante. Son âme de voyageuse l’avait poussée de nombreuses fois vers les portes de cette ville, que ce soit dans sa jeunesse, avant d’avoir rencontré l’homme qui devait chambouler sa vie, Elyas Enduron, son maître, ou plus tard, alors que son apprentissage s’était achevé. Elle appréciait le contact humain et, bien qu’elle fut plus sensible à la beauté naturelle et au calme de la nature, il ne lui était pas désagréable de retrouver l’agitation de la ville de temps en temps.
Aujourd’hui , elle était venue droit ici depuis l’Académie, avec l’idée de se rendre sur le grand marché, puis de remettre un peu son nez dans les affaires de l’empire, afin de récolter quelques nouvelles fraiches sur l’avancée des divers conflits avant de retourner s’enfermer dans le grand domaine des marchombres avec ses élèves.
Elle s’était donc rendue sur le marché, s’amusant à agir comme toutes les femmes qu’elle voyait autour d’elle, s’extasiant sur chaque produit et se pâmant devant les accessoires de beauté.
Mais au final, son instinct marchombre et ses habitudes aidant, la jeune femme aux cheveux violets s’était de nouveau retrouvée à fuir la foule et à emprunter les ruelles les moins bruyantes, les moins fréquentées. Ses sens s’étant automatiquement mis en alerte, elle rodait dans la ville sans but précis, mais prenant plaisir à cette promenade, lorsqu’elle se figea soudain.

Quelque chose ne tournait pas rond.

Elle se mit immédiatement sur ses gardes, ses muscles se tendant, prête à bondir, puis posa une main sur le poignard qui pendait à sa ceinture. Au maniement de cette arme elle préférait le sabre, plus léger, plus élégant, mais beaucoup moins discret lorsqu’on se promenait en public. Elle avait donc laissé son arme de prédilection chez elle, se contentant de cette petite lame.
Les sens aux aguets, elle se mit à réfléchir, intensément, à ce qui avait pu lui faire penser à un danger. Durant une fraction de seconde, temps qui lui sembla une éternité, elle se concentra, ramenant ses souvenirs immédiats à sa mémoire.

Puis réalisa.

Un éclat de lumière avait frappé ses pupilles émeraudes, éclat qui n’avait pu être provoqué que par la reflexion d’un rayon de soleil sur une surface métallique. Comme une lame, par exemple.

C’était une simple éventualité, mais pas le genre d’éventualité à mettre de côté.
Restant sur ses gardes, la jeune maître marchombre reprit son avancée, aussi silencieuse qu’une légère brise soufflant sur une plaine, en direction de l’endroit d’où venait la reflection.
Une fois assez proche, elle glissa un regard vers cet endroit et découvrit une ruelle sombre, très sombre. Si sombre qu’il n’y avait qu’un endroit où un rayon de soleil aurait pu tomber.
Elle dirigea son regard vert vers cet endroit, et découvrit un homme, auquel elle attribua une trentaine d’années au premier regard. Aussi sombre que la ruelle dans laquelle il se trouva, mais avec une peau pale, très pale, bien qu’il s’agissait peut être d’une illusion d’optique liée à la luminosité environnante.
Et l’homme en question tenait bien un poignard, avec lequel il semblait jouer.
Il y avait également une jeune femme, très jeune par rapport à lui, qui s’était assise à coté et semblait attendre en silence. Elle possédait une peau d'une couleur surprenante mais très jolie, d'un brun foncé, mise en valeur par des cheveux ambrés qui lui attirèrent un regard étonné de la part de la marchombre.

Kaelya s’avança, renonçant à cacher sa présence, bien trop curieuse de découvrir ce que faisait un couple si étrange, comportant un homme armé, dans un endroit pareil. Toujours sur ses gardes, mais beaucoup moins inquiète, elle progressait dans sa direction avec un léger sourire aux lèvres, mi amical, mi moqueur, presque insolent, comme à son habitude, le regard rivé vers les deux inconnus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand le granite devient diamant... [Jennyssie & Kaelya]   Jeu 16 Sep 2010, 19:04

    Je regardai la jeune femme qui s'était assise devant moi, attendant vraisemblablement une réaction de ma part. Je la détaillai un instant. Elle avait un physique comme ont en voyait rarement. Sa peau mate me faisait penser aux Faëls, mais ces cheveux ne cachaient pas d'oreille pointue. Elle avait des cheveux d'un blond éclatant et ces yeux de la même teinte la faisaient ressortir du lot normal. Mais ce qui était le plus frappant, s'était l'aura de mort et de Chaos qui l'entourais. De liberté, aussi. Plutôt fine et musclé, elle pouvait être inquiétante, car elle me faisait penser a cette femme qui m'avait entrainé chez les mercenaires, cette famille étrange et très différente de cette des Morgues. Elle me regardait, comme si j'étais un diamant parmi un tas de pierres, de granites. Elle était mercenaire, bien sur. Cela était un fait, plus que tout le reste. Même si elle ne l'était peut-être pas complètement. Cela dit, je n'en avais pas vue beaucoup, d'Envoleur, et leurs aura m'était difficile a différencier.
    Je caressai doucement la lame de mon poignard, encore légèrement taché de sang, mais a peine. Et je fixai ces yeux d'un doré sombre. Elle me semblait tout a fait contraire a moi, avec ces cheveux pâle et sa peau foncé. Elle faisait preuve d'une fluidité incroyable.

    - Tu sembles croire que je t'attendais. Je me trompe?

    Aucune prétention dans cette phrase, seulement un petit air satisfait. J'avais le goût de m'amuser, de blaguer aujourd'hui. Pas de tuer. Et il serais amusant de voir comment elle réagirais a mes paroles. Je serra doucement ma lame sur moi, appréciant son contact froid a travers mes vêtements de cuirs. Je relevai la tête vers l'Envoleuse, et lui sourit doucement.

    - Je me nomme Morgue.

    Je ne lui demandai pas le sien. Moi, je l'offrais a n'importe qui, n' importe où, car il insupportait de me faire appeler « Hey, toi! » Ou autre truc du genre. J'étais Morgue, alors ont m'appelais Morgue. Point finale. De plus, je ne donnais que ce non. Owen étant beaucoup trop personnel. Certain, la plupart, en fait, pensais que Morgue était un surnom. S'était un peu vrai, aussi, mais s'était surtout ma famille, ma façon d'être et de vivre. Un être parfaitement indépendant et tueur. Je n'avais pas peur de la force du nom. Et de toute façon, pourquoi me retrouverait-il, par la suite? À moins de vouloir mourir... ou de vouloir me tuer. Puis, je vis une autre femme arriver. Elle n'avait pas tenté de ce caché, et heureusement, car j'avais la certitude que je ne l'aurais pas vue. Pourtant je me relevai, certain qu'elle était plus dangereuse que ce volcan étrange qui se tenait déjà devant moi. Et pourtant, elle souriait, d'un sourire presque moqueur. Les deux femmes étaient plus jeune que moi, mais d'eux se dégageais une puissance peu commune qui me faisait défaut.

    - Bonjour à toi... Il semblerait que les présentations soient à refaire, je suis Morgue.

    Je me levai avec facilité du sol, regardant les cheveux violet de la deuxième femme. Décidément, je n'avais pas affaire à des femmes ordinaires! Ces cheveux, justement, faisaient ressortir de jolis yeux verts. Elle devait avoir un peu plus de vingt ans, alors que la première, un peu moins. Juste assez grande, elle avait la même silhouette musclé et fine que la première. Ce dégageais qu'elle un truc que je ne compris pas. Elle me faisait un peu penser à une marchombre... Et même si elle était supposée être une ennemie, je n'étais pas d'humeur à tuer. Pas aujourd'hui, en fait. Ou peut-être savais-je simplement que je ne gagnerais ni contre l'une, ni contre l'autre... À voir. Je fixai la seconde femme, un sourire moqueur s'apparentant au sien sur les lèvres.


[EDIT : Petite recorrection, mais la qualité reste très médiocre…]


Dernière édition par Owen Morgue le Ven 17 Sep 2010, 01:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand le granite devient diamant... [Jennyssie & Kaelya]   Jeu 16 Sep 2010, 20:42

- Tu sembles croire que je t'attendait. Je me trompe?

Aucune prétention dans sa voix. Un sourire en coin, et c'était tout. Il semblait grand, mais il était assit et il était impossible à la jeune fille de connaitre sa taille avec précision. Il avait des cheveux d'un noir de jais qui faisait ressortir sa peau blanche. Une peau de porcelaine, un homme vêtu de noir. Il était le contraire de la jeune femme. Jennyssie avait, certes une peau mate, mais elle était l'incarnation parfaite du soleil : la lumière. La couleur. La gaité. Oui, bon, ce point la avait été à revoir à un moment, mais depuis l'examen, depuis la certitude qu'elle deviendrait mercenaire très, très bientôt, elle allait mieux. Son sourire était revenu et il ne disparaissait qu'à de très rare reprise. Elle était heureuse. Heureuse malgré tout ce qu'elle avait fait. Heureuse malgré la mort de son frère.

Elle se rendait juste compte que les voix de sa famille ne venaient plus la hanter. La journée, elle agissait par elle même. Son père n'était plus la. Il avait quitté son esprit. Parce qu'elle avait atteint un point crucial. Un point ou il était impossible, même pour son père, de l'a comprendre. Elle était presque mercenaire. Même les cauchemars créés par la mort de son frère s'étaient évaporés, laissant place à des nuits sans rêve, lourde et peu reposante, mais peu importait. Elle ne souffrait plus.

Elle reporta son attention sur l'homme.

- Je me nomme Morgue.

Elle pencha légèrement la tête sur le côté à la manière d'un chat et réfléchit. Elle avait déjà du entendre ce nom quelque part. Quelque part. Mais jamais en prénom. C'était peu commun. Il était fort possible qu'il utilise un surnom, mais elle ne lui en voulait pas. Il devait avoir ses raisons. Mais une chose était sur : il ne se méfiait pas. Pour l'instant....

La jeune fille capta les pas qui approchaient, derrière elle, une demie seconde avant que l'homme ne se lève et parle. Jenny' se redressa aussitôt, se tournant vers la nouvelle venue. Méfiance. Non, ce n'était pas de la méfiance qu'elle éprouvait. Mais de la haine. Un peu. Ses yeux ambrés tombèrent droit dans ceux, vert, de la femme et un mot, un seul, se composa dans son esprit. Elle n'était pas vraiment surprise.

Marchombre...

Ses sourcils se rejoignirent. Ses grands yeux devinrent deux fentes qui inspirait la haine. Parce que, malgré tous les apprenti(e)s marchombre qu'elle avait rencontré, elle, cette femme, c'en était une accompli. Et que, la, elle n'était pas sur du tout de pouvoir l'a battre si les choses tournaient mal. Elle retint de justesse le grognement qui montait de sa poitrine.

La jeune femme était plus âgé qu'elle mais pas autant que l'homme. D'une vingtaine d'années... Elle était de taille normal, aux cheveux violets et aux grands yeux verts. Un sourire moqueur, bien que pas méchant se dessina sur le visage de la marchombre. Un sourire qu'elle n'appréciait guère mais elle n'était pas en mesure de disserter sur un sourire parce que les siens n'étaient jamais amical...Elle soupira. Cette jeune femme était aussi... Anormal qu'elle-même... Un sourire pervers et sadique se apparu sur ses lèvres et elle ne chercha pas à cacher son identité.

- Je suis Jennyssie.

Elle ne s'adressait même pas à Morgue. Ses yeux étaient reportés sur la jeune femme. Elle attendait une réaction. Un regard. Un souffle. Une parole qui prouverait qu'elle savait qui elle était... Du moins... CE qu'elle était...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand le granite devient diamant... [Jennyssie & Kaelya]   Dim 19 Sep 2010, 09:48

Son arrivée n'était pas passée inaperçue. Et c'était bien ce qu'elle recherchait en marchant avec une telle lourdeur, un tel manque de discrétion. Pour elle, c'était presque un sacrilège. Mais la présence de ces deux personnes dans une petite ruelle sombre l'étonnait et elle souhaitait en apprendre plus.
Le premier à réagir fut l'homme, ce qui était normal puisqu'il était face à elle tandis que sa compagne tournait le dos à Kaelya.
Moins normale fut sa réaction.
Il se leva instantanément, et la jeune femme crut apercevoir une lueur d'inquiétude dans son regard. Puis ses yeux se mirent à détailler sa silhouette, et un sourire moqueur, reflet du sien, se dessina sur ses lèvres.


-Bonjour à toi... Il semblerait que les présentations soient à refaire, je suis Morgue.

Le sourire de Kaelya s'intensifia, tandis que son regard se mit à pétiller d'amusement. Il était rare que l'on réponde à ses quasi permanentes démonstrations de bonne humeur et d'enthousiasme. Le nom de l'inconnu ne l'étonna pas outre mesure, pas plus que la tache de sang qu'elle pouvait voir sur sa lame, malgré la distance. Elle savait qui ils étaient, et cela se confirma avec la réaction de la deuxième.
Elle se redressa également, et fixa Kaelya, d'un regard emplit de haine, un regard sauvage, presque animal, tandis que sur ses lèvres naissait un sourire pervers et sadique, ouvertement mauvais.

-Je suis Jennyssie.

La jeune femme aux cheveux violets tourna légèrement ses yeux, quittant Morgue pour aller sur Jennyssie. Elle modula son regard, pour que d'amusement il passe à douceur. Une douceur immense, presque maternelle. Son sourire s'adoucit aussi, pour se faire plus calme, moins moqueur.
Kaelya avait toujours eu ce don, avait toujours été très expressive, mais également capable de modifier ses expressions dès qu'elle le souhaitait. Et à la haine, elle répondait toujours par l'amour.
Extremement détendue, la jeune femme n'était même plus réellement sur ses gardes, bien qu'elle fut encore prête à bondir si la situation l'exigeait. De ce qu'elle pouvait voir, c'était plus à ses adversaires de la craindre. Et de toute manière, elle n'avait aucune envie de se battre, mercenaires ou pas mercenaires. Elle faisait partie de ces gens qui ne se battaient que lorsque toute autre possibilité avait été écartée.
Pourtant, de ces deux individus se dégageait très clairement une aura malsaine. Si la femme l'affichait ouvertement, c'était plus insidieux chez l'homme, mais tout criait en lui qu'il était un tueur. Qu'il n'hésitait pas à se servir de son poignard. Qu'il l'avait déja fait, encore et encore.

Kaelya finit par prendre la parole, d'une voix douce et rieuse, musicale, empreinte de bonne humeur et de joie de vivre, certainement très déplacée au vu de la situation et du lieu dans laquelle elle se déroulait.

-Enchantée, je me nomme Kaelya. Drôle d'endroit pour une promenade... A moins que je ne perturbe un rendez vous quelconque, peut-être ?

La fin de sa phrase avait pris un ton d'ironie, voire d'insolence, tandis que son regard joueur se reposait sur l'homme. Elle ne cherchait qu'à les titiller pour provoquer une réaction, tout en restant suffisament gentille pour ne pas les mettre hors d'eux et les pousser à attaquer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand le granite devient diamant... [Jennyssie & Kaelya]   Mer 22 Sep 2010, 04:04

    La réaction de la mercenaire me fit sourire. Elle avait penché la tête, et m'avais automatiquement fait penser à un chat. Un chat de feu. Puis, naturellement, cette marchombre s'était pointé, et elle s'était lever, toujours par cette démarche féline. Féline. Un mot qui lui allait très bien, en fait… Elle se présenta pourtant. Jennyssie. Un nom si long… Je ne m'en souviendrais sûrement pas. Trop de gens passe dans ma vie comme des coups de vent, ces temps-si. Bon, disons Jenny.
    Un sourire sadique s'était étalé sur ces lèvres. J'aimais se sourire. Le même que je prenais lorsque je tuais, comme tantôt, lorsque j'avais fait souffrir plus que jamais cet "ami". Il en était mort. Contrairement à beaucoup qui tuais sans hésité, je ne tuais pas pour rien. Il y avait toujours une raison. Et de ne pas aimer la tronche de l'autre n'en était pas une, je vous rassure. Non. Et jamais pour rendre service. Enfin, pas dans le sens tue l'autre là-bas. Mais si quelqu'un me demandais de le tuer, je le ferais, et la plupart du temps, l'aiderais à mourir avec dignité… S'il le méritait. Pas comme cet abruti de tout à l'heure. Je ne comptais pas les millions de fois ou j'avais tué, quand j'étais plus jeune, seulement pour le plaisir de me sentir vivant. Mais j'avais vieilli, et j'avais changé, depuis cette époque, et si je n'hésitais jamais à tuer, je ne le faisais plus par simple plaisir. Surtout qu'à moins d'un combat merveilleux, je ne sentais plus le sang monté dans mes veines, je ne sentais plus aucune adrénaline, et je n'en retirais pas grande satisfaction. Oui, un véritable combat me manquait. Contre quelqu'un d'expérience. Mais pas contre elles. Elles, elles me bâteraient à plate couture en une fraction de seconde. Faut simplement voir leur manière de marcher… Fluidité incarnée.
    Cette Kaelya parla, incroyablement détendu comparé a Jenny. J'aimais son air joueur et plein de bonne humeur, et ce ton ironique.

    - Non, malheureusement, je ne connais pas cette charmante Jenny. Ça ne te dérange pas, si je t'appelle comme ça?

    Je lui souris, remarquant à nouveau cet air trop tendu pour la situation. Elle voyait bien que Kaelya ne voulais pas lui sauter dessus, pourtant… À moins qu'elle éprouve une haine particulière pour cette marchombre, qui ne semblait pourtant pas la connaitre, je ne voyais pas en quoi elle devrait essayer de la tuer. Parce que s'était idiot, de tuer pour rien, j'en avais maintenant conscience depuis une quinzaine d'année. Mais il était vrai qu'à son âge, je n'étais pas tout à fait réformé…

    - Voyons, tu devrais te détendre, tu vois bien qu'aucun combat de va être engagé!

    Pourtant, moi-même j'étais sur mes gardes. Non, pas tout à fait, en vérité. Je ne faisais pas semblant d'être aussi détendu, je l'étais. De toute façon, si l'une des deux voudrais me tuer, je n'aurais aucune chance de seulement tiré un poignard. Mais j'étais près a esquivé la première attaque, simplement pour avoir le temps de tiré un poignard. Et pour elles, j'utiliserais Owen. Tout comme je l'avais utilisé pour cet idiot, sachant que j'en tirerais satisfaction, non pas à tuer, mais à effrayer ceux qui était mes amis, si ont peu les appeler comme ça.

    - Sinon, la vie est belle?

    Je souris, sans trop savoir quoi ajouter. C'est vrai, quoi… Un peu d'action ne serait pas refus… D'un geste machinale, je sorti un poignard de mes vêtements et jouai avec, comme toujours lorsque je ne savais pas comment utiliser mes mains. Puis, je vis une ombre, sur le bâtiment au dessus de moi. Une ombre que je connaissais par cœur. Une ombre que j'aurais préféré ne jamais revoir. Une ombre que j'avais malheureusement pour moi appris à aimer, plus que tout avant. Une ombre qui m'avait collé au basket depuis que je l'avais quitté. Une ombre. Dont le nom avait toujours été très clair dans mon esprit, malgré tout ce que j'avais pu me dire. Méhara. Elle descendit sans grande difficulté. Du toit, sans pourtant l'aisance que j'étais certain que ces deux jeunes femmes face à moi ferait preuve. Elle avait prit énormément d'assurance, depuis la dernière fois, et ne s'étonna pas de ce poignard entre mes mains. Un peu plus de la présence des deux autres femmes.

    - Tu n'as pas changé… Deux femmes, maintenant?

    - Toi, oui, Méhara. Et je ne connais pas ces femmes. Pas encore, du moins.

    Elle leur jeta un coup d'œil, et moi je la fixai. Elle était belle. Comme toujours. Mais plus fragile du tout. Ces cheveux en vague brune pâle, presque châtain, lui atteignant maintenant le milieu du dos, ces yeux vert pétillant de vie. J'avais maintenant une raison de tuer.

    - Tu vas leur faire peur, avec ce poignard…

    - Malheureusement, elles en sont aussi armées.

    Elle les examina une seconde. Moi, je la fixai. Sachant que je détenais la seule solution pour en être libéré. À jamais. Je me glissai près d'elle. Posa mes lèvres sur les siennes. Pour un premier, et un dernier baiser. Je sentis son cœur s'emballé contre le mien, ces mains venant se plaquer dans mon dos… Et elle recule, stupéfaite. Un poignard dans le dos. Je loui souffla quelque mot à l'oreille.

    - Le baisé de la mort…

    Elle tombe. Morte. Pour la première fois depuis longtemps, je me déçois. En la tuant, j'ai été lâche. Et c'est extrêmement décevant. Je me secouai. Je ne pouvais me permettre de faire comme d'habitude, ou même de tout simplement la laisser la. Je la poussai alors dans un égout qui se trouvait la, vieil égout condamné dix mètre plus bas, d'après mes souvenirs. Bien sur. l'eay n'y pénètre plus depuis longtemps, puisque quelque chose empêche, sûrement l'un de ces stupides dessins.J'y mis le feu, ne me demandez pas comment, j'ai trouvé quelque chose. Et je l'étendis avec ce seau d'eau de pluie. Je me retournai vers les deux autres.

    - Vraiment désolé de ce dérangement…

    Je leur souris. Simplement.


[Pour vous aider, ma couleur, c'est Teal, et celle de Méhara est Cadetblue.
Ouais, je suis d'accord avec toi, Kaelya, mais je voulais me débarrassé du corps, et bon, voila...]


Dernière édition par Owen Morgue le Mer 22 Sep 2010, 14:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand le granite devient diamant... [Jennyssie & Kaelya]   Mer 22 Sep 2010, 14:36

Tout en souriant à la jeune femme, l’ainé prit la parole pour répondre à Kaelya, visiblement bien plus calme que sa compère.

- Non, malheureusement, je ne connais pas cette charmante Jenny. Ça ne te dérange pas, si je t'appelle comme ça?

Il observa un instant celle qu’il avait appelée Jenny, avant de l’invectiver à se détendre, phrase qui eut pour effet de renforcer le sourire de la jeune marchombre. Cet homme avait beau répandre un parfum de mort, on se devait de lui reconnaitre un certain sens de l’humour, bien que visiblement un peu cynique ou malsain. Il souria de nouveau et se mit à jouer avec son poignard en lançant une phrase avec désinvolture.

- Sinon, la vie est belle?

Soudain, une jeune femme apparut en haut d’un toit, surplombant Morgue, comme il avait dit s’appeler. Intriguée, Kaelya posa son regard sur elle, et l’observa tandis qu’elle descendait le mur avec une agileté certaine. Elle avait du potentiel…
Les yeux rivés sur chacun de ses mouvements, l’instinct de maître de la marchombre poussait son esprit critique à s’activer, envisageant déjà d’introduire la nouvelle venue à la Voie.
Elle engagea une discution avec le mercenaire, qui arracha un petit froncement de sourcils à Kaelya. Ainsi, ils se connaissaient. Et vu comme ils se dévoraient du regard, ce n’était pas que de simples connaissances. Voila qui était facheux… Mais pas irratrapable. Visiblement, la jeune femme ne semblait pas apprécier plus que cela ce qu’était devenu le fameux Morgue.
C’est alors que ce dernier s’avança vers elle, glissant plus qu’il ne marchait, venant déposer ses lèvres sur celle de la femme.
Le cœur de la marchombre s’emballa, elle esquissa un pas en avant, dégaina sa dague dans un chuintement d’acier, voulu crier, crier à cette pauvre naïve de reculer, vite, avant que ne se produise l’irréparable.
Mais il était déjà trop tard. Le cri se figea avant de naître, et Kaelya ne put qu’assister, impuissante, à la chute de Méhara, le poignard qui l’avait tué toujours planté dans son dos. Incapable de réagir, elle vit son meurtrier la pousser dans un égout, puis l’enflammer, et enfin éteindre le feu à l’aide d’un seau d’eau posé sur le côté.
Puis il se tourna vers Jenny et elle, et leur sourit.


- Vraiment désolé de ce dérangement…

Ce fut le mot de trop pour Kaelya. Désolé. Comment pouvait-on se contenter de cela lorsqu’on venait de tuer une personne de sang-froid ? Et comment pouvait-on qualifier un meurtre de simple dérangement ? Sa dague déjà sortie du fourreau, elle n’eut qu’à fléchir légèrement les genoux pour se mettre en garde, et planta son regard vert sur l’homme, glacial et haineux.
Avec une seule idée en tête.
Venger cette femme qu’elle ne connaissait même pas.


[rp un peu court, mais le principal y est dit^^ Par contre Owen, évites de décrire des actions hautement improbables, comme le fait de mettre le feu à un égout par un miracle quelconque et de l'éteindre aussi facilement avec un seau d'eau sorti d'on ne sait ou... Je l'ai quand meme pris en compte mais c'est pas terrible quoi^^']
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand le granite devient diamant... [Jennyssie & Kaelya]   Ven 24 Sep 2010, 12:01

- Non, malheureusement, je ne connais pas cette charmante Jenny. Ça ne te dérange pas, si je t'appelle comme ça?

La jeune femme faillit protester. Ses yeux foudroyaient l'homme du regard. Mais elle ne dit rien. Parce qu'il ne lui en laissa pas le temps. Autrefois, elle avait été Jenny, ou Nyssie. Puis, son deuxième surnom avait été oublié. Elle avait Haït son nom entier. Peut-être parce qu'il était plutôt hors du commun... Mais ce n'était plus la cas. Depuis son examen, elle était Jennyssie, cette drôle de fille à l'attitude sauvage. Mais heureuse. Pleine de vie. Il n'y avait plus de Jenny. Sauf que ce Morgue se fichait complètement de la position d'attaque de la jeune femme. Ou alors il n'était pas assez expérimenté en la matière pour comprendre ce qu'elle comptait faire. Il l'a coupa net dans son élan de haine :

- Sinon, la vie est belle?

Des paroles qui parraissaient fausse. Moqueuses. Jennyssie étouffa le grognement sourd qui s'appretait à jaillir de sa poitrine. Cet homme était le prochain sur sa liste de meurtre. Son sourire sadique avait été remplacé par un rictus de colère et de haine. Elle ne tenait plus en place. Si son regard n'avait pas été attiré par une ombre sur les toits, cet homme serait mort à l'heure qu'il est. Peut-être de mettait elle excessivement en colère... Mais peu importait. Elle n'avait pas tué depuis des mois. Elle pouvait bien se permettre un petit crime, la, maintenant ! Non ? Mais l'ombre sur le toit les interrompit. Elle échangea quelques paroles avec Morgue, jetant de fréquent coups d'oeil assassin aux deux jeune femmes. Dès l'instant ou les yeux de Morgue se posèrent sur cette femme, elle su ce qu'il avait l'intention de faire et son sourire sadique revint. Un rire faillit lui échapper mais elle se retint pour ne pas gacher la scène. Elle devenait spectatrice de quelque chose qu'elle avait si souvent fait. Elle avait toujours été l'actrice, dans l'histoire... Morgue se pencha vers la jeune femme et posa ses lèvres sur les siennes. Son corps accompagna celui de la fille et ses mains se glissèrent sous ses bras. Le poignard glissa dans la main de l'homme. Il n'hésita pas une fraction de secondes. L'arme perça le dos de la femme et les yeux de celle-ci s'agrandirent et laissèrent transparaitre la peur et l'incompréhension qu'elle éprouvait. D'abord, personne ne bougea. Puis, tout se passa très vite. Il lacha le corps sur une plaque d'égout et le fit flamber avant d'éteindre la femme pour ne pas trop attirer l'attention. Le corps avait disparut dans les égouts d'Al-Jeit. Jennyssie n'avait pas, en revanche, les mêmes manies que l'homme... Tout d'abord, si elle avait de nombreuses fois embrassé sa proie, ça n'avait jamais été pour la tuer par surprise mais pour l'a provoquer... Ensuite, elle le trouva lache de s'y prendre de cette manière. Mais nombreux sont les gens qui n'ont pas même la force de tuer... Alors, son sourire s'agrandit. Enfin quelqu'un d'interressant...

- Vraiment désolé de ce dérangement…

La marchombre jeta un regard assassin à l'homme. Vengeance. Elle croyait peut-être que les marchombres ne tuaient pas ? Elle prit une position d'attaque et s'avança vers l'homme d'une démarche nonchalante. Mais Jennyssie avait bondit. Vers Morgue. Elle n'avait pas l'intention de le laisser mourir aussi stupidement, cet imprudent ! Elle n'allait pas le défendre. Elle allait se battre à ses côtés parce qu'il n'avait aucune chance, seul, contre Kaelya. Ca n'allait pas être facile, elle en avait conscience, mais elle n'allait surement pas rester les bras croisé, à rire parce qu'une marchombre tuait un homme. Parce que cet homme aurait tout aussi bien pu être son frère... La jeune fille se rapprochait peut-être de son dernier cour, mais elle n'était pas encore mercenaire. Pas encore... Elle jeta un regard encourageant à l'homme avant de reporter son attention vers la marchombre et de tirer son poignard. Genoux fléchit, prête à bondir, à réagir... Position d'attaque. Elle se remémora rapidement les points sensible du corps humain que Rubis lui avait montré lors de son deuxième ou troisième cour. Et elle était prête. Ses yeux réduit en deux fentes, une position féline et un sourire en coin... Un sourire à la fois sadique, haineux et... Inquiet...

[ Désolé, je n'ai pas le temps de me relire et ce RP est vraiment d'une piètre qualité, mais je dois me dépêcher, j'ai un petit problème d'ordi en ce moment... ><' ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand le granite devient diamant... [Jennyssie & Kaelya]   Ven 24 Sep 2010, 16:00

    Woah, faut dire que je ne m'attendais pas à une réaction aussi excessive! Cette Kaelya était folle. Et elle voulait me tuer. Le problème, c'est qu'elle allait réussir. Non, mais elle n'est pas logique! Tuer parce que j'ai tué… non, pas logique du tout. Mais si, pourtant. Si elle devait me tuer pour éviter d'autre mort… Soit un meurtre, soit une série de meurtre. Elle avait choisi une option, et moi, j'avais fait l'erreur de penser que ça ne la dérangerais pas. Grossière erreur. Heureusement pour moi, Jennyssie n'avais pas l'intention de m'abandonné, à ce que je voyais… ou était-ce plutôt qu'elle ne manquerait pour rien au monde un aussi beau combat…
    Je me détendis. Saisi un deuxième poignard. J'en avais une dizaine, de toutes les longueurs, de toutes les formes sur moi. Mais je savais que la plupart ne me servirait à rien. Elles étaient en garde. Et j'avoue en être plutôt impressionné. Une garde. Si semblable l'une à l'autre. Deux gardes. Parfaites. Je n'essayai pas d'imité ce bouclier naturel, au risque de me ridiculisé. Je me remémorai mon dernier vrai combat. Dans le désert. Je me rappelai de la torture, et je frissonnai. Qu'était mourir, à côté de ça? La souffrance. Je me rappelle encore du temps que j'ai mis à m'en remettre. Des larmes que j'ai versées. Des gens que j'ai tués. La plupart avec une raison. Je ne regrettais aucun meurtre, aucun combat. Parce que j'étais moi. Et parce que regretter ne servait à rien, car ce qui était fait était fait. Comme tuer Méhara.

    - Tu aurais eu la même réaction, si je l'avais tué au bout d'un combat juste? Il n'aurait pas été juste, de toute façon. Elle est incapable de tuer. Ne pouvais même pas envisager de me blesser.

    Je plantai mon regard noir dans celui de la marchombre.

    - Tu ne connais rien d'elle, et rien de moi. Alors ne juge pas trop vite mon geste.

    Je reculai d'un pas. Prenant cette garde rudimentaire que j'avais appris il y a bien longtemps, maintenant. Je ne compte pas me laisser tuer sans combattre. Je ne compte pas devenir autre que ce que je suis. Je ne compte pas la laisser me tuer pour épargner d'autre mort. J'ai un avantage. Je suis un expert en poignard. Et j'ai plus d'expérience qu'elles dans ce Domaine, s'était certain. Cela faisait vingt-neuf ans que je m'étais, pour la première fois, servi d'un poignard. J'ignore quel genre d'éducation j'ai reçu pour être aussi cruel dès ma renaissance. J'avais appris qu'il était rare que l'enfant tuait avec aussi peu d'hésitation. Et justement. Je ovulais mourir comme le précédent Owen. D'un enfant qui promettait la force et de respect. D'un enfant qui me ressemblait. Owen ne semblait pas puissant comme nom, au début. Owen. Un nom si doux pour un homme si dur…
    Avec Jenny, j'ai peut-être une chance. Mais je ne peu combattre ouvertement avec aucune des deux. Il me faut être l'ombre de l'ombre, la surprise de la surprise, l'épine dans le pied et Kaelya, qui la ralentiraient, pour donner des chances à l'Envoleuse. Comment? Je l'ignorais. Car pour avoir déjà combattu une Envoleuse expérimenté, je savais qu'elles avaient des yeux tout le tour de la tête. Comment échapper à ce regard de lynx? Par la surprise. Il fallait que je l'assaille de tout les côté, que je la pique. S'était la seule solution.
    Je n'amorcerais pas le premier geste. Ça serait du suicide. Voyons d'abord comment les deux autres réagiraient. Mais ne une fraction de seconde, je pouvais lancer mon poignard. Je fermai les yeux, une seconde, rien de meurtrier, car tout mes autres sens étaient en alerte, et l'adrénaline au bout. Je senti pulsé la lame dans ma main. Je senti le vent, faible, qui la porterais. Je senti mon âme se tendre pour accompagné l'arme. J'étais près.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand le granite devient diamant... [Jennyssie & Kaelya]   Sam 25 Sep 2010, 09:08

En garde, attendant une réaction, Kaelya laissa le calme revenir dans ses membres, prit une profonde inspiration et ramena un semblant d'harmonie dans ses pensées. Agir sous l'effet de la colère n'était pas bon.
Son regard se posa sur la jeune femme aux cheveux dorés, qui s'était mise en garde à coté de l'homme, Morgue. Une jolie garde, remarqua la marchombre, sans doute efficace. Un peu trop scolaire, néanmoins. Visiblement, ce qui manquait le plus à cette Jenny, c'était l'expérience des vrais combats. Elle avait tiré son poignard et fixait Kaelya, un sourire malsain et sadique étiré sur ses lèvres.
Un sourire qui ne semblait être la que pour camoufler sa peur.
Morgue sortit également un poignard mais ne se mit pas en garde. Une fois de plus, il préféra commencer par tenter de s'en tirer avec son bagout. Un fait qui aurait pu lui attirer l'affection de Kaelya, puisqu'elle aussi se servait d'habitude plus de sa langue que de sa lame. Mais pas aujourd'hui.

- Tu aurais eu la même réaction, si je l'avais tué au bout d'un combat juste? Il n'aurait pas été juste, de toute façon. Elle est incapable de tuer. Ne pouvais même pas envisager de me blesser.

Il planta un regard sombre dans celui de la jeune femme aux cheveux violets.

- Tu ne connais rien d'elle, et rien de moi. Alors ne juge pas trop vite mon geste.

Oui, elle aurait réagi de la même façon face à n'importe quel meurtre gratuit, qu'il se passe après un combat ou non. Parce qu'elle trouvait cela foncièrement stupide de tuer quelqu'un sous les yeux de deux autres personnes dont l'une au moins allait forcément mal réagir, parce que pour elle, tuer sans raison, c'était oter une vie de cette terre, c'était un acte d'une très forte symbolique, sans retour en arrière possible. C'était inexcusable, tout simplement. Elle qu'elle connaisse ou non cet homme et sa victime, ça ne changeait rien. La fille n'avait visiblement pas envie de mourir, donc il était coupable, et c'était tout.
Mais elle n'avait pas envie de les tuer, ces deux là.
Morgue s'était d'ailleurs mis en garde après avoir reculé, une garde qui la fit sourire. Aussi nonchalante que son porteur.
Kaelya voulait combattre, mais non pour apporter la mort. Elle voulait juste combattre avec eux, et leur apporter une leçon. Leçon d'humilité, mais aussi leçon de bonté. Elle épargnerait leur vie. Pas comme Morgue qui avait tué de sang froid. Elle épargnerait leur vie, et ainsi elle espérait que par le futur ils apprendraient à épargner eux aussi.
Fixant les deux combattans, un léger sourire amusé se dessina sur ses lèvres.
Il ne fallait jamais sous estimer ses adversaires. Jenny avait une très bonne garde, et Morgue semblait plutot à l'aise avec son arme. Mais le combat ne s'annonçait malgré tout pas très difficile...
Légère comme le vent, elle avança vers la jeune femme, glissant plus qu'elle ne marchait, souple et agile, comme une danseuse. Simple entrée en matière pour impressionner un peu. Elle voleta à droite, puis à gauche, sans jamais aborder Jenny de face, lui tournant autour comme pour la narguer. Attendant une réaction, la dague négligeamment pointée vers le sol.
Toute garde abandonnée, elle avait l'air frêle, si frêle. Et pourtant si létale.
Elle avait bien vu que l'homme souhaitait rester en retrait, cherchant visiblement une occasion d'intervenir sans prendre de risque. Elle s'était donc désintéressée de lui, fixant Jenny. Il serait bien temps de s'en préoccuper lorsqu'il prendrait la peine d'agir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand le granite devient diamant... [Jennyssie & Kaelya]   Dim 26 Sep 2010, 20:42

Owen tenta de gagner du temps en blablatant. Jennyssie avait la désagréable impression qu'il passait son temps à parler... Chques circonstances étaient bonne pour lacher deux ou trois mots. Ou peut-être essayait il de détourner l'attention de Kaelya pour que la jeune femme ait une chance ? Peu importait, cette tactique était impossible. Cette femme n'était pas n'importe qui. C'était une marchombre. Savait-il au moins ce qu'était une marchombre ? Et un mercenaire ? La seule chose qui manquait à Jennyssie pour l'a battre était l'expérience des vrais combats. Mais justement, c'était ainsi qu'elle allait apprendre. En se battant avec plus expérimenté qu'elle. Bien sur, Rubis aurait été impossible à battre. Mais Rubis n'était qu'à moitié humaine. C'était l'une des prédatrices les plus dangereuse de Gwendalavir... Mais elle avait sa faiblesse, comme tout le monde. La sienne, c'était l'acier. Celle de Jennyssie était son passé et ses souvenirs. Il n'y avait plus qu'à trouver celle de Kaelya avant qu'elle ne trouve la sienne... Mais la jeune femme se mit à sautiller, à danser, de droite à gauche, restant hors de portée mais provocante. Elle passait à droite de Jennyssie, puis à gauche et venait lui danser sous le nez, sans plus prêter la moindre attention à l'homme, derrière elles...

Kaelya l'a cherchait. Elle voulait énerver Jenny. Provoquer une réaction. C'est bien pour cette raison que la jeune fille ne bougeait pas, serrant le poing sur son poignard baissé, attendant que Kaelya se trouve elle-même réidicule et réagisse... Mais rester sans rien faire était insupportable. Une marchombre lui dansait sous le nez et elle ne daignait même pas l'épingler avec son poignard ! Le souvenir de son frère gissant au milieu de la clairière, inerte, baignant dans son sang, lui revint et elle dû fermer les yeux pour éviter qu'on y lise la tristesse et la haine qu'elle ressentait avec autant d'intensité et de ferveur. Elle se souvenait de ce jeune homme qui lui avait toujours apprit la vie. Le jeune homme l'a sortait des coups fourrés au risque d'y perdre la vie. Leurs courses folles dans les rues d'Al-Jeit pour éviter les Ivrognes malsain qui aspirait au corps de Jennyssie. Combien d'hommes avait-il tué pour lui éviter des ennuis ? Elle se souvenait des nombreuse fois ou elle n'avait su retenir la haine contre son père et les fois ou il avait été la quand tout semblait s'écrouler autour d'elle.

Peu importe ce qu'il avait fait d'autre. S'il avait tué ou encouragé son père. Ce qui importait à présent c'était la haine qui s'était concentrée en Jennyssie et qui, à présent, allait exploser. La haine contre les marchombres. La haine des marchombres. Parce que l'un d'eux avait tué son frère, la seule personne sur qui elle comptait, elle allait tuer l'un d'eux... Peu importe quels seraient les conséquence. Si elle mourrait, tant pis. Elle n'avait pas peur de la mort. Et puis, elle retrouverait son frère... Mais pour lui, elle devait mettre fin à cette scène qui était devenue ridicule.

Elle rouvrit les yeux et fit un pas menaçant en avant, son poignard sifflant dans l'air pour faire reculer la marchombre...
Revenir en haut Aller en bas
 
Quand le granite devient diamant... [Jennyssie & Kaelya]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand le granite devient diamant... [Jennyssie & Kaelya]
» Quand le cauchemar devient réalité [Solo]
» Lorsque l’ennuie devient trop pesant… [PV Mimi]
» QUAND UN FACHE DEVIENT UN FACHISTE LUI?EUX??KAKAKOK OU MARETELLY ?
» Quand le rève devient réalité...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Jeit-
Sauter vers: