AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Rencontre au coin du feu [PV Miss]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3462
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 36 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Dim 21 Nov 2010, 21:50

Le souffle du vent, tranquille, glissait le long des aiguilles de conifères, dans une mélopée envoûtante. L'hiver avait pris ses droits sur Gwendalavir, et s'il ne neigeait pas, la température ne montait pas au dessus de zéro, gelant tout sur son passage. Les oiseaux osaient dorénavant à peine sortir le bout de leur bec, et les petits mammifères de la forêt avaient commencé à hiberner lorsqu'ils le pouvaient. Une onde polaire balayait continuellement tout le continent, et déjà les plus hardis des voyageurs disaient que cela serait l'un des hivers les plus durs que l'Empire eût connu.

S'il ne neigeait pas, le sol pourtant était recouvert de ce linceul blanc, qui s'étendait à perte de vue, sur tout ce qui surgissait du sol et qui ne bougeait pas. Dans le paysage monotone, blanc noir et gris se côtoyaient, pour se mêler ou se repousser. Les seules touches de couleur visibles étaient le vert et marron des pins et des conifères qui se dressaient parfois au milieu du paysage. Mais les branches tendues, comme figées dans un mouvement de fuite, des arbres pouvaient rendre tout cela bien effrayant, pour qui avait trop d'imagination.

Les bourrasques de vent se transformaient en fantômes dansant.
Les branches tendues et au repos semblaient se mouver pour attraper la vie entre leurs ramures.
Le manteau blanc, comme un drap, un linceul, se déposait sur les âmes égarées...

Un sourire passa, sous la capuche de cuir animal.
Erwan savait que l'hiver pouvait paraître effrayant. A dire vrai, il n'avait jamais vraiment aimé le froid. Non pas qu'il en eût peur, loin de là. Mais il préférait la douce chaleur du soleil, les rayons chaleureux qui venaient glisser sur sa peau pour la réveiller, plutôt que l'étreinte glacée de la neige. Chacun avait ses préférences, évidemment.

Dans son ventre, le jaguar ronronna.
Lui, par contre, préférait l'hiver, de toute évidence.
Son pelage épais le protégeait contre toute sensation de froid, et le vent, s'il venait l'ébouriffer, n'instillait en lui que quelques frissons de fraicheur. Il savait se mettre à l'abri du gel, évidemment, c'était instinctif chez lui, et Erwan en était bien reconnaissant, d'ailleurs.

Cela faisait une semaine que l'Oulan-Kil de Sasuke s'était terminé.
Une semaine qu'il s'était remis à errer, ou plutôt qu'il se promenait en Gwendalavir.
Il n'avait pas repris les cours avec Lasmïn, ni avec Rilend. Une petite pause ne pouvait faire de mal à personne, et ainsi les deux jeunes filles comprenaient aussi que personne n'avance contraint. Qu'il faut vouloir, pour continuer à suivre la Voie des Marchombres. Il ne doutait pas que Rilend le savait déjà, car il l'avait déjà laissée un certain moment seule, ainsi, mais Lasmïn devait aussi le découvrir.

Il était dans les plateaux de l'Est, depuis deux jours déjà. Sur son dos, son sac était vide, et il devait trouver un village pour acheter à manger et quelques vivres autres pour pouvoir dormir quelques jours de plus dans la neige. Ses pas, derrière lui, n'étaient pas recouverts par la neige, puisque cette dernière ne tombait plus, mais se voyaient à peine tant ils étaient légers.

A l'horizon, un point noir attira l'attention du regard bleu du jeune homme : il venait de trouver un village. Accélérant le pas, il y parvint en une petite heure, alors que le soleil se couchait à l'horizon, derrière l'épais rideau de nuages opaques et gris. Lorsque Erwan passa l'entrée du bourg, il trouva bien vite ce qu'il cherchait en se laissant guider par les odeurs : l'auberge du village. S'y dirigeant, il poussa doucement la porte et dû se baisser pour la passer, atterrissant dans une pièce pleine de charme, chaleureuse et au parfum exquis de la viande cuite au bain-marie dans l'air.

Prenant une table, il demanda un ragoût de siffleur et laissa son regard glisser sur la salle, contre les murs. Cela n'avait pas l'air trop mal fréquenté, et si pour l'instant quelques tables étaient libres, il voyait qu'elles allaient bientôt être remplies, car beaucoup de personnes entraient d'un coup. Haussant les épaules, il attendit tranquillement que son plat arrivât, sentant dans son ventre le jaguar qui ronronnait lui aussi à l'odeur qui flottait dans l'air : ils avaient faim tous les deux.

Un sourire passa sur les lèvres du Marchombre.
Patient.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Lun 22 Nov 2010, 22:31

    Il faisait froid, et Miss avait même sorti sa panoplie d'hiver, ce qui était peu dire. Une jupe un peu plus longue, descendant juste au dessus des genoux, et un pull léger au col en V, car elle détestait sentir quelque chose lui entraver le cou. Jupe rouge, pull noir, elle se détachait évidemment avec considération sur l'immense plaine de neige qui s'étendait autour d'elle. Juchée sur Nyu, la jeune femme se réchauffait les doigts le long de l'encolure de cette dernière, alors que leurs souffles, à peine sortis de leur bouche, se transformaient en cristaux de glace, formant une buée épaisse devant elles. Pourtant, Nyu ne se serait arrêtée pour rien au monde, et menait Miss vers des univers inconnus. Depuis le dernier cours de Syndrell, Miss était partie jusqu'à rejoindre le fermier près de la jungle d'Hulm, ce fermier qui les avait recueillies, elle, Tara, Lyan et Syndrell lors de leur second cours toutes les trois. Juste pour lui demander s'il savait si Nyu était enceinte, car au fil des mois, Miss la trouvait de plus en plus épaisse, et ne savait pas trop interpréter cela... Même si quelque part, elle connaissait la réponse de l'homme avait de lui avoir posé la question, elle avait préféré prendre un vrai avis... Et évidemment, elle ne s'était pas trompée, il y avait bien une vie toute inédite dans le ventre de sa jument. Sans aucun doute avait-elle été montée avant que Miss l'acquît, par un étalon inconnu, celui du troupeau plus vraisemblablement. Oui, la Marchombre sentait ces ondes de bonheur dans l'esprit de sa jument depuis un bout de temps, mais n'avait pas fait le lien avant son retour des Archipels Alines... Qui plus est, de toute manière, Nyu était pleine, et elle devait la ménager. Miss était certaine que le poulain naîtrait lorsqu'elle repartirait avec Syndrell, au printemps, et donc qu'elle ne le verrait pas dans son premier mois, car ce voyage-là allait être particulièrement long...

    Soupirant légèrement, une nouvelle écharpe de buée enveloppa la Marchombre emmitouflée par dessus cela dans une grande cape en fourrure qui glissait le long des flancs de Nyu, la réchauffant elle aussi du même coup. Elle repartait donc vers l'Ouest, retrouver l'Académie. Cela faisait aussi une bonne semaine – un peu plus ou un peu moins ? - qu'elle était sortie de l'Oulan-Kil de Sasuke... Et que depuis ce jour-là, elle n'avait plus dans la tête que l'immense homme à la chevelure blanche ramenée en rastas. C'était bien étrange pour elle, d'ailleurs, que de ne faire que de penser à un homme à ce point-là. De cette manière-là, surtout. Tous les autres hommes qu'elle avait pu rencontrer, Jia lorsqu'elle était plus jeune, Andosel plus récemment, Tenargir plus récemment encore, elle y avait pensé, certes, mais pas de manière aussi... Innocente ? Elle ne savait pas si c'était le bon mot. Mais ce qui était certain, c'était que ce changement radical dans sa manière de penser la surprenait elle-même. Redressant le menton, Miss aperçut dans le ciel immaculé des fumées plus foncées, d'un gris perle, qui montaient vers le ciel : elle approchait d'un village, qui se trouvait sans aucun doute juste derrière cette colline ! Un sourire sur les lèvres, elle se pencha vers sa jument pour l'encourager d'une caresse de l'encolure et de quelques mots rassurants. Elles allaient pouvoir se poser et chacune aurait de quoi manger à sa faim. Car cela faisait deux jours qu'elles ne mangeaient que peu : sous la neige, les pousses d'herbe étaient difficiles à trouver, et les lapins se raréfiaient, la chasse n'était pas vraiment fructueuse. Miss se mit à se lécher les babines à l'idée d'un bon plat chaud dans le creux d'une auberge... Et un large sourire naquit sur ses lèvres. Hochant la tête toute seule, elle pressa légèrement ses mollets contre les flancs de sa monture qui accéléra sensiblement son allure. Il ne leur fallut qu'un petit quart d'heure pour atteindre l'entrée Est du village et s'y engager avec assurance.

    Se repérant à l'odeur et aux bruits, Miss trouva très rapidement l'auberge qu'elle cherchait. Mais avant cela, elle devait poser Nyu à l'écurie, s'il y en avait une. Se remettant en route, son ventre criant famine, elle tourna encore une vingtaine de minutes dans le village, avant de trouver le forgeron. Descendant de sa jument, la jeune femme demanda s'il était possible de s'occuper de cette dernière, et le brave homme lui dit que cela lui coûterait deux pièces d'or, car l'argent se raréfiait avec l'hiver, en même temps que le fourrage... Trouvant que c'était un marché assez convenable, Miss lui promit ses deux pièces d'or lorsqu'elle viendrait chercher sa jument, sans doute le lendemain matin, et quitta les lieux en déposant un baiser affectueux sur le chanfrein de Nyu, lui souhaitant une bonne nuit. De sa démarche glissante, Miss se coula donc dans les rues du village, qui aurait pu en réalité être qualifié de bourg, pour retrouver l'auberge qu'elle avait repérée plus tôt, sur le dos de sa jument. Se dirigeant dans les ruelles noires, elle se retrouva bien malgré elle, et même si elle s'en doutait, en proie avec deux jeunes hommes... Enfin, jeunes, ils devaient avoir en y regardant bien une trentaine d'années chacun. Ils étaient tous les deux grands et bien baraqués, et si l'un avait un oeil balafré et un rictus vraiment effrayant sur le visage, le second aurait pu être de bonne facture selon les critères de la Marchombre.


    - Hey ma mignonette, on t'a vue passer sur ta jument tout à l'heure... Tu as l'air perdue !

    - Désolée de vous décevoir messieurs, mais je sais parfaitement où je vais. Merci de votre aide, je me débrouille seule !

    - On ne t'a pas encore aidée, ma belle. Viens, on va te montrer un des meilleurs endroits du bourg !


    L'homme au visage balafré avait saisi le coude de Miss, et cette dernière poussa un soupir excédé. Décidément, on ne la laisserait jamais tranquille ! C'était, au fond, ce qu'elle espérait, soyons clairs, mais elle aimait s'amuser de voir les réactions qu'elle produisait chez les hommes. Et ceux-là n'avaient pas envie de la laisser s'échapper, c'était un fait. Elle n'hésita pourtant pas une demie-seconde. Poussant sur son coude pour ramener la main de l'homme contre son torse à lui, elle effectua une jolie pirouette de côté alors que du coin de l'oeil, elle voyait l'autre qui se précipitait sur elle. Effectuant un saut de biche, elle se rendit compte à quel point une jupe trop longue pouvait être handicapante : l'homme avait réussi à en attraper un pan et avait tiré dessus, arrachant la moitié de cette dernière. Un autre soupir, d'agacement, cette fois-ci, passa les lèvres de Miss, qui se tourna avec vivacité et attrapa à son tour les cheveux de l'homme pour le tirer en arrière, alors que le premier tombait à terre après qu'elle eût pressé un point névralgique à la base de sa nuque. Approchant doucement sa bouche de l'oreille de l'homme qu'elle tirait en arrière par le cuir chevelu, elle lui murmura tout doucement, d'une voix tranquille et à l'inébranlable chaleur :

    - C'est bon, je vous ai aidés à trouver votre chemin, messieurs ?

    Il hocha la tête prestement, et Miss le lâcha abruptement, de telle sorte qu'il s'écrasât dans la neige à genoux. Un léger soupir passa ses lèvres, alors qu'elle reprenait son chemin, avec sa jupe à moitié déchirée. Arrachant un pan qui la gênait, elle remarqua qu'elle avait désormais une jupe de longueur habituelle pour elle, et un sourire passa sur son visage. Poussant quelques minutes plus tard la porte d'entrée de l'auberge, elle chercha des yeux une place : c'était absolument blindé. Son regard acéré trouva une table où il restait une place de libre en face d'un homme... Elle se figea sur place. C'était... C'était Lui ! Erwan, le Maître Marchombre qu'elle avait vu à l'Oulan-Kil... Elle n'en revenait pas. Fermant les yeux pour les rouvrir plusieurs fois, elle tourna rapidement la tête pour vérifier que personne ne prendrait sa place près de lui, et prit une grande inspiration pour calmer les battements de son coeur affolé dans sa poitrine. Se mordant la lèvre d'incompréhension de ses propres réactions, Miss ferma encore les yeux pour réguler sa respiration et s'avança souplement entre les tables et les chaises. Arrivant à hauteur de la table, elle posa sa main sur le dossier de la chaise et se pencha légèrement en avant, le souffle court, pour demander :

    - Je... Je peux ?

    Elle ne se sentait plus elle-même. Les battements de son coeur affolé résonnaient dans sa poitrine et dans son ventre, son souffle était un peu court, et elle ne nota même pas les regards appréciateurs des hommes alentours sur ses jambes découvertes...
Revenir en haut Aller en bas
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3462
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 36 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Mar 23 Nov 2010, 18:45

Comme il l’avait deviné, la salle se remplit rapidement après quelques minutes, sans doute des voyageurs venaient-il y trouver refuge pour la suite, ou en tout cas pour y trouver un repas chaud et un bon cru à déguster. Les tables se remplirent les unes après les autres, et bientôt il fut en possession de la seule table avec une place libre, un sourire sur les lèvres.

Effrayait-il les gens ?
Non, il ne le pensait pas.

Mais ils se méfiaient de lui, certainement. Un instinct de conservation, très probablement, d’ailleurs. Il faisait pourtant attention à ne pas trop laisser le Jaguar dans son ventre se manifester, surtout au milieu d’une salle pleine de gens, mais l’odeur exquise qui ondulait au dessus des tables faisait bondir l’animal de faim dans son ventre…

Souriant, le Marchombre réussit à lui envoyer une onde d’apaisement.
L’animal grogna un instant, avant de se laisser porter par le sentiment de paix qui habitait l’homme. Les bras croisés sur la table, Erwan laissait son regard errer dans l’auberge, juste pour observer les gens qui s’installaient.

Ils n’avaient pas plus l’air de poltrons ou de soudards qu’ils ne l’auraient dû, et il soupira de contentement en pensant qu’il n’était pas tombé sur une auberge mal famée. C’était toujours plus plaisant de savoir que l’on ne serait pas trop dérangé durant son repas et son repos, c’est certain, surtout après plusieurs jours de marche… Même si les jours de marche en question n’avaient pas mis Erwan de mauvaise humeur, loin de là.

C’était serein et envahi d’une plénitude rare que le Marchombre était assis dans la petite pièce.

Et lorsque la porte s’ouvrit une énième fois, ses yeux d’un bleu cobalt glissèrent jusqu’à cette dernière, observant la nouvelle venue. Fronçant les sourcils, il la reconnut immédiatement. Il l’avait rencontrée durant l’Oulan-Kil du jeune Sasuke, c’était une Maître Marchombre qui l’avait évalué elle aussi, surnommée Miss. Ses grands yeux violets avaient particulièrement surpris le jeune homme, car il n’avait jamais vu de tels yeux auparavant.

Là, la jeune femme était rentrée souplement dans la salle et cherchait une table des yeux. Erwan perçut son hésitation, et fronça les sourcils alors qu’il sentait que quelque chose était étrange, émanant de la jeune femme. Soupirant doucement, il tourna le regard rapidement vers l’aubergiste qui venait lui poser son plat de ragoût sous le nez et sourit en voyant à quel point le plat était copieux. Du coin de l’œil, il avait essayé de suivre les mouvements de la Marchombre, mais n’y était pas parvenu, et c’est avec une légère surprise qu’il redressa le menton pour voir qu’elle était appuyée sur le dossier de la chaise en face de lui.

Répondant d’un hochement de tête à sa demande, il la salua du regard, avant de prendre ses couverts pour entamer la chair de siffleur. Il avait faim, lui aussi, et percevait par contre nettement cette sensation chez la jeune femme qui se tenait en face de lui.

Ses sens affutés décelèrent l’accélération du pouls de la jeune femme, ainsi que sa respiration un peu saccadée. N’y prêtant d’abord pas attention, Erwan redressa la tête après avoir pris une bouchée de siffleur et la fixa un instant.

Elle avait le haut des pommettes qui avait rougi.
Erwan sourit à cette observation, avalant avec lenteur le morceau de viande qu’il dégustait, avant de se pencher un peu en avant, pour aborder la jeune Marchombre.


- Bonsoir… Miss, c’est cela ?

Lui adressant un sourire, il sentit dans son ventre le jaguar qui s’agitait…Comme s’il se tapissait au fond de lui et pourtant voulait prendre toute la place… Etrange sensation que celle qui le prenait au corps désormais. Fronçant les sourcils, il plongea son regard dans celui de la Marchombre en face de lui, un regard interrogatif et intéressé. Que cachait-elle ?

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Mar 23 Nov 2010, 22:34

    Miss secoua la tête, tentant de reprendre un minimum de contenance. Mais c'était difficile, contrairement à ce qu'elle aurait pu croire, et elle sentait le rouge qui lui était monté aux joues la réchauffer de l'intérieur, alors qu'il ne faisait pas encore spécialement chaud dans la salle de l'auberge. Attendant une réponse, la main toujours sur le dossier de la chaise, la tirant juste assez pour décoller les pieds avants mais pour que ceux arrières restassent sur le sol, dans un mouvement tout étudié pour après s'asseoir rapidement et efficacement, la jeune femme sentait son souffle court et fronçait les sourcils. Que lui arrivait-il bon sang ? Elle ne s'était absolument jamais sentie aussi démunie face à un homme, pourquoi maintenant et avec lui ? Non pas qu'elle avait été indifférente durant leur première rencontre – succincte, certes – et même cela avait été complètement le contraire, mais elle se surprenait elle-même. Elle ne se comprenait plus. Secouant encore une fois un peu la tête pour se remettre les idées en place, elle prit une grande inspiration avant d'adresser un large sourire au Marchombre assit en face d'elle. Le hochement de tête, rapide et discret, lui tira des étoiles dans les yeux, alors qu'elle s'asseyait à son tour. La serveuse apporta un large plat à Erwan, qui commença à découper la chair de siffleur pour la déguster. Miss poussa un léger soupir alors que le regard de l'homme ne la fixait plus et passa sa propre commande, une large entrecôte de boeuf à la sauce épicée avec quelques racines de niam. Reportant son attention sur l'homme qui mangeait avec application, elle ne put s'empêcher de dévorer du regard l'énorme morceau de viande. D'un mouvement vif et précis, elle attrapa une miette de ce dernier pour le porter à ses lèvres et se lécha ces dernières en fermant les yeux pour mieux déguster, suçant aussi le bout de ses doigts.

    Lorsqu'il se pencha légèrement en avant, le coeur de Miss faillit rater un battement, et elle dût fermer les yeux pour se reprendre, encore une fois. Il la salua simplement en demandant confirmation sur sa dénomination et elle se sentit défaillir. Non ! Mais il fallait qu'elle se reprît, bon sang ! Habituellement, c'était les hommes qui étaient à sa merci, et non le contraire, et le changement de rôle ne lui plaisait pas vraiment, même si elle n'avait pas trop le choix : c'était sans doute son inconscient qui faisait cela, et son instinct, mais elle essayait de se reprendre un minimum. Rester elle-même dans le plus profond de son âmes, certes, mais tout de même, il ne fallait pas sombrer dans des pensées parasites... Et elle se rendit compte qu'en fait elle ne pensait pas vraiment à quelque chose en particulier. Son esprit était juste empli de la présence de l'homme à un mètre d'elle, et elle ne réfléchissait pas, elle ne pensait pas, elle ne faisait qu'observer et cela suffisait. C'était peut-être le vide dans son esprit qui lui faisait avoir de telles réactions... Peut-être que si elle tentait de penser quelque chose, d'émettre un quelconque commentaire mental sur le jeune homme, elle parviendrait à reprendre un peu ses esprits ? C'était une manière comme une autre de le faire, et elle n'avait rien à perdre à le tenter. Elle observa ses yeux d'un bleu cobalt d'une profondeur saisissante, et se laissa emporter. Non, elle ne pensait pas. Comment penser à quelque chose lorsque les sensations que l'on éprouvaient étaient si puissantes ? On se laissait juste voguer sur la vague douce et tellement tendre qui nous transportait... Et le pire, c'était qu'il la fixait aussi ! Une lueur spéciale dans le regard... De la curiosité, de l'intérêt, aussi... Miss rougit à nouveau légèrement, avant de souffler d'un coup l'air de ses poumons et tenter de répondre sans bafouiller.


    - Oui, Miss, tout à fait. Erwan, si ma mémoire est bonne ?

    Il est difficile d'oublier quelqu'un comme vous...


    Et voilà, elle en avait encore trop dit. Le rose lui montant encore aux joues, Miss détourna le regard, arrachant ses iris à ceux du Marchombre. Elle lâcha un petit soupir, cherchant une manière de détourner son attention du corps de l'homme, et surtout de son visage. L'aubergiste qui venait avec son plat lui en offrit l'occasion, et elle le remercia en attrapant les couverts mis à sa disposition. Evitant soigneusement le regard du Marchombre alors qu'elle découpait sa viande, elle ne put pourtant empêcher ses yeux qui, dans un réflexe, s'étaient levés vers l'homme. Quelque chose de fort émanait de lui à cet instant, elle le sentait dans ses entrailles sans parvenir à définir quoi, comme quelques jours auparavant, alors qu'ils présentaient les épreuves au jeune apprenti. Quelque chose d'indéfinissable. Comme un réflexe, aussi, alors qu'elle avait encore une fois les yeux plantés dans ceux du Marchombre, la jeune femme libéra doucement son aura, qu'elle imprégnât seulement son corps, comme une protection, même si elle ne savait pas trop de quoi. Juste un instinct, une évidence, sans qu'elle ne pût plus l'expliquer que cela. Un soupir passa ses lèvres alors qu'elle mâchait lentement le morceau de viande, entre ses dents. Elle ne put s'empêcher de se mordre la lèvre inférieure et de papillonner du regard une fois sa bouchée avalée...
Revenir en haut Aller en bas
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3462
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 36 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Mer 24 Nov 2010, 12:59

Lorsque la jeune femme s'assit souplement, Erwan laissa son regard la jauger un instant. Fine, elle était plutôt belle, d'ailleurs, avec ses grands yeux violets et des pommettes hautes, un sourire qui semblait éternel sur ses lèvres, aussi. Ses mouvements, gracieux et empreints d'harmonie, laissaient à penser qu'elle était avancée assez loin sur la Voie, même si on ne pouvait parler de longueur pour le chemin que suit tout Marchombre...

Dans son ventre, le jeune homme sentit encore une fois le jaguar avoir une drôle de réaction, en tout cas une réaction inhabituelle. La même que quelques secondes plus tôt, lorsque la jeune femme s'était approchée de lui. Projetait-elle quelque chose contre lui, que l'animal se manifestât ainsi ? Non, cela n'était pas la même sensation, pas les mêmes réactions. Un mélange de plusieurs choses, et il ne parvenait pas à en définir avec précision les contours, comme si même l'animal ne comprenait pas ce qui lui arrivait...

Le geste qu'elle eût après avoir commandé à manger tira un sourire au Marchombre.
Vif et précis, il ne pensait pas qu'il aurait pu l'arrêter, même s'il l'avait voulu. Et apparemment, la jeune femme était affamée, tout comme lui avait de rentrer dans l'auberge.

Voyageait-elle seule ?
Comment était-elle venue ?

La détaillant plus globalement, Erwan nota alors la jupe qu'elle portait, et une grimace d'incompréhension passa sur son visage. Une jupe ? Cela ne devait pas être pratique du tout... D'autant que l'on voyait qu'elle avait été déchirée, et en l'occurrence sa longueur ne cachait plus grand chose de plus qu'un maillot... D'une couleur rouge carmin, elle était loin d'être discrète, même si son pull noir aurait pu faire croire qu'elle voulait l'être.

En somme, pour le jeune homme, une tenue loin d'être pratique.
Mais le souvenir de l'examen remonta dans sa mémoire, et il se rendit compte qu'à ce moment-là, elle portait une jupe particulièrement courte et un débardeur loin d'être chaud, même si cela était assorti d'une longue cape d'un violet irisé, semblable à celui de ses yeux.

Après tout, les habitudes vestimentaires de tout un chacun ne le concernait pas, mais il avait l'habitude de voir des pantalons fins ou des vêtements de cuir qui s'adaptaient parfaitement aux mouvements, même si cela n'était pas un uniformes, c'étaient les habits coutumiers des Marchombres... Mais cette Miss semblait par là s'en détacher de manière complètement informelle.

Souriant doucement, il se sentit basculer alors qu'elle plongeait ses yeux dans les siens. Après tout, il l'avait cherché et son regard était allé en premier à la rencontre de celui de la jeune femme, mais il ne s'attendait pas à ce qu'elle répondît de cette manière. Tant de choses passaient dans un regard que parfois, cela pouvait en être effrayant. Erwan se souvenait particulièrement d'Inwëlle et de sa facheuse tendance à fuir le regard des autres, même si au final elle s'était habituée à ce que le Marchombre la fixât toujours dans les yeux. Il décelait ainsi ses doutes et pouvait lui permettre de mieux avancer, de prendre conscience de choses auxquelles sont inconscient se rattachait malgré elle. Il sourit en se remémorant ce moment-là, où il l'avait laissée pantoise devant les écuries, alors qu'elle avait eu une réaction très possessive, alors qu'il revenait d'une rencontre avec Nérylis. Elle n'avait pas compris qu'elle se rattachait trop à lui, ou si elle l'avait compris, elle ne voulait pas s'en défaire... Oui, il l'avait faite pleurer, et alors ? S'il fallait cela pour qu'elle prit totalement et intangiblement conscience de ses erreurs, il avait été prêt à le faire.

Il se demanda d'ailleurs quand il pourrait la revoir, son apprentie. Bien sûr, elle était toujours en lui, dans son coeur, il sentait sa présence si proche, mais ne savait pas ce qu'il en était. A un moment donné, il avait senti qu'elle était mal. Comment ? Il l'ignorait lui-même. Mais il l'avait ressenti, c'était certain. Désormais, elle semblait se porter un peu mieux, et il avait envie de pouvoir la rencontrer à nouveau, voir à quel point elle glissait sur la Voie...

Reprenant le fil du présent alors que la jeune femme détournait légèrement les yeux pour lui répondre. Un sourire passa sur le visage d'Erwan alors qu'elle confirmait bien ce dont il se souvenait, et que du même coup, elle lui demandait aussi confirmation pour son propre prénom. La petite phrase quelques secondes plus tard aurait pu le faire rire si elle n'avait pas été accompagnée d'un tel regard, qui le troubla un instant.

Dans son ventre, le jaguar eut la même réaction. Troublé.

Fronçant les sourcils, Erwan baissa les yeux sur son plat, et continua de manger, tentant de réfléchir. C'était étrange, ce qu'il se passait en lui. C'était comme si le jaguar réagissait plus à la présence de la jeune femme que lui. C'était comme si le jaguar était...

La vérité s'imposa à lui, évidente.

Le jaguar était charmé.
Les yeux ronds, il fallut une dizaine de secondes à Erwan pour reprendre contenance, alors qu'il avait failli lâcher sa fourchette, qui tinta contre le bord de son assiette.

Levant le regard vers Miss, il pencha légèrement la tête, la fixant étrangement.

Etait-ce seulement possible ?

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Jeu 25 Nov 2010, 17:12

    Miss était elle aussi troublée par le regard que lui avait accordé Erwan. Si elle n'était pas Marchombre, elle aurait sans doute pu croire qu'il ne l'avait pas fait exprès, mais elle sentait que c'était plus que cela. Il s'ouvrait à elle, sans qu'elle ne comprît pourquoi. Les yeux dans les yeux, les deux jeunes gens avaient un moment de flottement... D'ailleurs, Miss vit dans les yeux de son interlocuteur qu'il glissait dans ses souvenirs, et soupira doucement, prenant tout son temps pour le détailler, au final. Son visage était plutôt triangulaire et si ses pommettes étaient hautes, ses joues légèrement creusées avaient pourtant un profil harmonieux, avec des traits fins et distingués. Ses lèvres étaient fines et semblaient d'une douceur soyeuse, alors que les cheveux ramenés en rastas dans son dos, d'un blanc étrange alors qu'il était si jeune. La jeune femme savait que parfois, les Alaviriens avaient des cheveux de couleur étrange, comme sa propre apprentie, Syndrell, dont la chevelure était d'un bleu soutenu, mais elle avait l'impression qu'il y avait une vraie raison à la couleur blanche des cheveux de cet homme, comme son visage buriné ou cette aura qu'il dégageait était forte et pleine de puissance. Soupirant doucement alors qu'il détournait les yeux, elle crut déceler, au dernier moment, dans ce dernier un éclat étrange, qu'elle ne sut pas identifier tellement il fut rapide. Il hocha la tête pour répondre positivement à la question de la Marchombre, et cette dernière secoua la sienne de haut en bas comme pour se le confirmer à elle-même. Un léger sourire naquit sur les lèvres de Miss, alors qu'elle se balançait habilement sur les deux pieds arrière de sa chaise, se tenant à peine à la table avec un coude.

    C'est alors qu'un couvert tinta brusquement, lui tirant un léger sursaut. C'était Erwan qui avait failli lâcher sa fourchette, et qui la fixait vraiment étrangement, avec les yeux ronds. Miss fronça les sourcils, tentant de comprendre ce qu'il se passait. Qu'avait-elle fait ? Se retournant vivement pour vérifier qu'il ne fixait pas quelqu'un dans son dos, elle pu voir que cela n'était pas le cas, et cela la troubla légèrement, tout en faisant naître un sentiment d'incompréhension encore bien plus fort qu'elle n'avait pu avoir... Non. Elle avait déjà eu un moment de flottement, où elle se sentait perdue comme à cet instant : avec son apprenti Phy. Clignant des paupières vivement, la jeune femme tenta de comprendre, observant avec attention le corps entier de son interlocuteur. Il était vraiment grand, elle le savait, mais même assis il y avait cette impression d'immensité présente. Ses muscles étaient épais sans être noueux, fins et mesurés, et sa carrure avait déjà sans doute plaire à bon nombre de femmes, elle n'en doutait pas. Le buste monté en V et des bras si larges qui semblaient si forts, cela attirait les foudres des jeunes filles, ce qui tira un léger sourire à Miss. Mais cela n'était pas ça qu'elle cherchait. Autre chose, une attitude, plus. Quelque chose lui sauta aux yeux, alors que le jeune homme reprenait contenance petit à petit, au bout d'une dizaine de secondes : il était légèrement tendu. Avait-il peur d'elle ? Elle fronça les sourcils, se rendant compte qu'elle avait laissé son aura affleurer à sa peau. Le sentait-il ? Etait-ce pour cela qu'il était si tendu ? Miss décida au final de demander, tout simplement, parce qu'il s'était déjà un peu repris.


    - Co... Comment vous sentez-vous ? Vous semblez tendu... Est-ce que c'est moi qui vous gêne ?

    Elle se maudit d'avoir encore buté sur le premier mot de sa phrase. Se lancer dans la conversation était plus difficile, et d'ailleurs certainement qu'il n'était pas très bavard non plus, c'était tout à fait possible. Il y avait de tout dans les Marchombres, et Miss avait rencontré une multitude de caractères différents, allant de l'introverti à l'extraverti, du colérique au serein, du bavard au muet... Un sourire passa sur ses lèvres. Elle n'aimait pas trop parler non plus, à dire vrai. Elle s'était pourtant rendu compte avec l'apprentissage qu'elle prodiguait qu'elle avait besoin de parler pour faire tout comprendre à ses apprentis, car les techniques devaient être montrées et critiquées, et il y avait des choses qu'il fallait savoir et que l'on ne pouvait pas deviner à une attitude ou à une mimique. Elle avait de moins en moins de difficulté à s'exprimer avec des mots, même si elle avait toujours eu la langue bien pendue, et se félicitait d'avoir évolué dans ce sens, car si elle voulait le silence, elle pouvait tout à fait le garder durant des heures, et ne pas proférer un mot non plus, même en présence d'autres personnes. Soupirant légèrement, elle prit une autre bouchée de son plat tranquillement, mangeant doucement pour mieux savourer tous les goûts qui passaient sur son palais, dans une symphonie de délices aériens. Un sourire sur le visage, les yeux fermés, elle n'attendait plus vraiment de réponse, ou plutôt ne s'y attendait pas à ce moment-là. D'ailleurs, voudrait-il simplement lui répondre ? Miss se rendait compte qu'elle reprenait un peu de consistance, même si cela n'était pas encore tout à fait cela, elle parvenait à réfléchir un peu plus, et c'était tant mieux...
Revenir en haut Aller en bas
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3462
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 36 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Sam 27 Nov 2010, 14:06

Avalant doucement sa salive, Erwan ferma les yeux un instant.
Comment pouvait-ce être possible ? Le Jaguar pourtant avait tant lutté contre les autres.
Contre les autres humains. Tous. Il avait du mal à accepter, même si cela allait de mieux en mieux.
Jamais il n'avait montré de préférence pour une quelconque personne...

Même Rilend, qui pourtant avait elle aussi une panthère en elle, ne lui avait pas fait cela.
Pas ainsi. Pas de cette manière. Pas avec ces sensations-là.

Troublé, même un peu perdu, Erwan leva les yeux vers son interlocutrice qui s'était penchée par dessus la table. Elle semblait inquiète, les traits de son front légèrement tirés, creusant sa peau lisse et claire. Un sourire passa sur le visage du Marchombre, alors qu'elle demandait si cela allait. Si c'était sa faute.

Erwan secoua doucement la tête. Un instant. Les yeux détournés, il laissa son regard vagabonder sur les clients qui remplissaient dorénavant l'auberge. L'ambiance était tranquille, ténue, douce, même, et les quelques éclats de voix qui montaient parfois du léger brouhaha n'étaient que des éclats de rire. Une auberge plutôt bien famée, et le jeune homme se souviendrait de son nom, ainsi que du village dans lequel elle se trouvait.

Reprenant doucement contenance, il effleura son ventre d'une main.
Le jaguar grogna légèrement, tout en continuant à ronronné, lui tendu vers la jeune fille.

Erwan soupira.

Relevant le menton, il planta son regard cobalt dans celui de la jeune fille.

Bleu et violet.
Violet et bleu.
Comme l'azur à l'aube.

D'un geste fluide et précis, Erwan posa sa main sur la table, entre Miss et lui.
Laissant ses lames filer sous son poignet, il écrivit dans les fibres de bois, le coeur léger...

Sensations éperdues
Rencontre immatérielle
Troublante


Cela faisait des mois qu'il n'avait pas écrit de poésie Marchombre. Et encore plus en l'adressant à quelqu'un. Mais ce qu'il pouvait dire n'avait pas de sens, pas de raison, pas de vivacité. Les mots prononcés perdent de leur superbe, et il doutait de pouvoir faire passer ce qu'il souhaitait en parlant. La poésie l'illustrait en elle-même, dans sa propre âme.

Il espérait qu'elle comprendrait.

Troublante. Elle était troublante. Pour lui, l'humain, un peu. Pour le jaguar, assez. Pour lui, entier, complètement. Le jaguar n'avait jamais émis de quelconque différent entre les hommes. Les souvenirs affluèrent pourtant, prenant la place de toutes pensées dans l'esprit du Marchombre.

La rencontre avec Nérylis.
Subjugué, submergé dans les émotions qui le transcendaient, il n'avait pas fait attention au jaguar. Le jaguar ne pouvait pas. Les sensations étaient trop fortes. Les sentiments trop humains. Mais pourtant, elle l'envahissait. Elle l'envahissait, oui, sans le conquérir. Elle s'imposait, dans l'esprit du jeune homme, sans que jamais l'animal ne pût se cacher, ne put faire quoi que ce fût. Il avait résisté, s'était attaqué à la femme, dont l'odeur l'avait rempli telle une overdose, il avait même bu son sang, il s'était repu d'être lui, sans cette sensation troublante de ne pas être accepté.

Le moment avec Inwëlle.
Sur les toits de l'Académie. Troublant moment, aussi, le jaguar avait voulu jouer, s'était abandonné à ses caresses, mais avait dès le début gardé son indépendance. Montré que c'était lui qui décidait s'il voulait se faire caresser ou non. Juste s'était-il montré à Inwëlle, mais pas sans raison. Un instinct. Pas un rapprochement. Pas une envie, comme là. Il s'était imposé à elle. Le jaguar. Seul.

La nuit avec Rilend.
L'espoir, le bonheur de savoir qu'il n'était pas seul. Qu'il pouvait aider. L'animal s'était repu de contact avec la panthère, une amie, une connaissance, une partenaire de chasse. Durant les cours d'Erwan, il s'était manifesté, parce que le jeune homme l'avait complètement accepté. Avait voulu qu'il fît partie de lui, l'avait cherché, au final. Lui avait montré qu'il voulait de lui. Qu'il l'aimait, aussi, à sa manière...

Là, c'était complètement différent.
Une jubilation intérieure, de la part de l'animal.
Une excitation étrange, un désir de contact, une envie de temps...

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Dim 28 Nov 2010, 15:14

    Miss laissa son regard traîner longuement sur le visage du jeune homme qui se tenait en face d'elle. Il avait les yeux dans le lointain, et s'était contenté de secouer doucement la tête pour montrer sa réponse, négative, à ses questions. Pourtant, elle avait demandé des choses précises, mais il ne voulait sans doute pas s'étaler. Cependant, la jeune femme aurait aimé avoir une conversation intéressante avec cet inconnu, ce presque inconnu plutôt, puisqu'elle l'avait déjà croisé et rencontré, même si cela s'était fait de manière très brève et rapide. Toutefois, il semblait distrait, et toujours un peu tendu, et Miss essayait de percer à jour le comportement de l'homme qui, selon elle, devait avoir quelque chose à cacher s'il ne répondait pas ouvertement à ses questions. Mais quoi ? Ils pouvaient tout à fait se comprendre, et Miss n'était pas du genre à ne pas s'assumer, même si elle comprenait tout à fait la nécessité, parfois, de rester silencieux pour soi-même – cela lui arrivait aussi souvent, tout de même – et donc elle décida de ne pas trop insister... Pourtant, son coeur bondit dans sa poitrine lorsqu'Erwan se pencha légèrement en avant pour mettre sa main sur la table, entre eux deux. Une lueur d'intérêt passa dans le regard de la jeune femme lorsqu'elle vit l'éclat d'une lame sous la paume ouverte du jeune homme : c'était une greffe, elle n'en doutait pas. Un sourire passa sur son visage, avant de voir qu'il écrivait quelque chose sur le bois de la table, et à nouveau le rythme de son coeur accéléra subitement... Une poésie Marchombre ! Se penchant à son tour doucement pour lire les lettres tracées dans les veines du bois, elle souffla doucement...

    Sensations éperdues
    Rencontre immatérielle
    Troublante


    Un véritable flot d'émotion traversa Miss de part en part. Tempête de sentiments, elle retomba sur sa chaise, se laissant aller brusquement contre le dossier de cette dernière, les yeux dans le vague, les paupières légèrement tombantes, les lèvres pincées en un sourire indéterminé. Son coeur pulsait presque douloureusement dans sa poitrine, et elle se força à respirer plus calmement. Son souffle retrouvé, elle leva les yeux pour les planter dans ceux de l'homme un instant. Une seconde, comme une heure. A son tour, elle s'ouvrit. Elle n'avait pas besoin de poésie Marchombre pour s'exprimer, et son regard prit une teinte brillante, pour se remplir de ses propres émotions, de sa propre fascination pour le Marchombre. Elle ignorait ce qu'il avait voulu dire avec précision, mais elle comprenait que cela n'était pas anodin pour lui non plus, cette rencontre. C'était une part de lui qui s'exprimait dans ses mots, mais elle avait l'impression qu'une autre part du jeune homme pensait la même chose d'une manière différente. Des instincts, des ressentis, des doutes... tout cela se glissa dans son regard, regard qu'elle avait offert à celui d'Erwan. Que pouvait-elle faire de plus ? Elle n'allait pas s'exprimer à haute voix, cela aurait dénaturé la poésie tracée. Et de prime, une poésie tracée du bout d'une lame de greffe. Miss savait que la greffe était propre à chaque Marchombre, suivant sa personnalité et sa manière d'évoluer dans le monde et sur la Voie. Son propre Maître avait une greffe tout aussi troublante, qui affectait ses mains en les rendant immatérielles durant un certain laps de temps. Bien souvent, elle avait croisé des Marchombres dont les greffes – plus ou moins dévoilées – affectaient les mains de ces derniers. Elle ne se posait pas de question quand à sa propre greffe. C'était juste une extension d'elle-même...

    Mue par une force étrange, la jeune femme posa son propre couteau sur son assiette et sa main glissa sur la table pour tout juste effleurer celle du jeune homme. Pourtant, elle l'ôta vivement, se rendant compte que sa greffe agissait toujours sur son corps. Rougissant légèrement, elle leva les yeux vers Erwan pour s'excuser dans un murmure, avant de reprendre son couteau et de finir son plat rapidement. Il était exquis, c'était un fait, et elle le savoura avec délice, pourtant des milliers de question dans la tête. Lorsqu'elle releva le visage vers son interlocuteur, elle fronça les sourcils. Elle venait de comprendre quelque chose, mais elle ne parvenait pas à savoir quoi. Son inconscient, en tout cas, avait fait un rapprochement étrange, mais cohérent entre plusieurs choses et personnes qu'elle avait rencontré. Creusant un peu, essayant de réfléchir, elle trouva bien rapidement le parallèle qu'elle avait fait sans s'en rendre compte : l'attitude, la manière d'être de Phy, alors qu'ils venaient d'être allés chasser. Envahi par quelque chose d'incompréhensible, il émanait de lui une impression de danger et pourtant de continuité étrange, qu'elle n'avait jamais essayé d'analyser. Une puissance étrange et imparable. C'était la même chose, en encore plus puissant et étonnant, qui émanait d'Erwan. Miss se rappelait des paroles exactes de Phy lorsqu'il avait retrouvé sa lucidité : «  Il est parti... l'animal. ». Elle sursauta légèrement, montant brusquement les yeux vers Erwan. Prenant la dernière bouchée restante de son plat, elle ne put s'empêcher de demander au jeune homme, qui semblé toujours légèrement troublé, lui aussi :


    - Vous dégagez quelque chose de bien fort, Erwan. J'ai un élève qui dégage la même chose... Il a parlé d'animal, une fois. Je...

    Elle chercha ses mots un instant, hésitant à aller plus loin.

    - Je... Comment un animal peut-il avoir un rapport avec ce genre de choses ?

    Ses yeux brillaient de curiosité, mais aussi légèrement d'appréhension. Elle ne voulait pas aller trop loin, mais la question la troublait, l'obsédait désormais. Elle aurait voulu avoir une réponse. Une vraie réponse...
Revenir en haut Aller en bas
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3462
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 36 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Lun 29 Nov 2010, 22:43

Le contact de la main de Miss lança une décharge dans le corps d'Erwan, qui, s'il ne sursauta pas, leva promptement son regard vers la jeune femme. Quelque chose d'étrange venait de le traverser. Non, pas d'étrange, de naturel, d'instinctif, mais qui était complètement incongru à cet instant, dans cet endroit, dans ce contexte. Une pulsion.

Erwan fronça les sourcils.

Il venait de montrer sa lame à la Marchombre, mais n'en éprouvait pas de gêne. Jamais il ne s'était caché, bien que le plus souvent, il ne sortît ses lames qu'en cas d'extrême nécessité. Il n'aimait pas avoir d'arme blanche sur lui, préférant se battre avec son corps entier, et les lames qui appartenaient désormais à ce corps. C'était ainsi, mais il ne les avait pas cachées à Inwëlle, comme il ne les cacherait pas à Rilend ou à Lasmïn si l'occasion se présentait.

Mais cette sensation...
Pouvait-il y avoir un rapport avec la greffe ?

Il n'avait rien attendu de la jeune femme à la suite de ce poème gravé. Elle s'était excusée de ce contact, comme si elle savait ce que cela avait chamboulé, à l'intérieur du Marchombre. Se forçant à réfléchir posément, il identifia chaque chose en son temps. Elle s'était excusée. Elle savait ce qu'il avait ressenti, à ce contact. Et elle l'avait fait juste après qu'il eût sorti ses lames...

Une flamme s'éclaira dans son regard.
La greffe pouvait-elle être autre chose que quelque chose de vraiment physique ?
Etait-ce au contact qu'elle pouvait s'invoquer ?

Troublé, encore une fois, Erwan leva les yeux vers ceux de la jeune femme. C'était une étrange rencontre, vraiment. Jamais il ne s'était sentit aussi peu sûr de lui, ou plutôt avec autant de doutes et de réflexion depuis bien longtemps, même durant l'apprentissage d'Alaya ou d'Inwëlle, ou même avec Rilend et Lasmïn. Jamais il n'avait eu de pareilles questions en tête, et jamais cette curiosité émouvante qui naissait dans son ventre, en tout cas depuis que sa mère était décédée, trois ans plus tôt.

Un silence tranquille s'installa entre eux, tandis qu'ils continuaient à manger leur assiette respective. La nourriture était vraiment succulente, et la viande tendre, qui caressait le palais de douceur et de plaisir. Vraiment, Erwan ne regrettait pas de s'être arrêté en particulier dans cette auberge, et ne manquerait pas de la recommander à d'autres si l'envie s'en faisait sentir.

Puis, Miss parla.
Et le ventre d'Erwan se retourna.

Comment ?
Elle était Marchombre. L'évidence le frappa. Il n'avait pas affaire à un apprenti, ou à une personne plutôt étrangère. C'était une Marchombre qui lui faisait face, et qui s'intéressait vraiment à lui, il le sentait. Par contre, à aucun moment il ne pensait qu'elle ferait un tel lien. Et d'ailleurs, il fut partagé entre la joie d'apprendre qu'un autre apprenti était similaire à lui, à eux, Rilend aussi était ainsi, un animal vivait dans son ventre, avec elle, en elle.

Parce que malgré la question plutôt vague de la jeune femme, Erwan sentait bien qu'elle venait de réaliser quelque chose. Qu'elle avait fait un lien. Un soupir passa les lèvres du jeune homme, alors qu'il se laissait aller dans son dossier, les paupières toujours closes, posant ses couverts à son tour sur son assiette. Il attendit d'entendre la serveuse venir chercher les assiettes pour rouvrir les yeux, et les planter avec détermination dans les yeux de Miss.

C'était peut-être quelque chose qu'il ne fallait pas dire.
C'était peut-être quelque chose qu'il ne fallait pas faire.
C'était peut-être quelque chose de complètement fou.

Prenant une inspiration, il se pencha par dessus la table désormais vide.
Ses lèvres se rapprochèrent de son oreille, il huma l'odeur de ses cheveux, ferma les yeux.
Un doux murmure sortit de sa gorge. Murmure aux empreintes éternelles et aux notes cristallines.


- Il semble que certains humains ne soient pas que... des humains.

Se repositionnant dans sa chaise, il posa un regard tranquille sur Miss, avant de reprendre, d'un ton doux et conciliant.

- Mais il y a des choses qu'il faut voir pour croire...

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Lun 29 Nov 2010, 22:47

    - Et... Vous me montrerez ?
Revenir en haut Aller en bas
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3462
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 36 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Lun 29 Nov 2010, 22:49

- Peut-être...

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Lun 29 Nov 2010, 22:49

    - Et votre peut-être souffre de quelles conditions ?
Revenir en haut Aller en bas
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3462
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 36 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Lun 29 Nov 2010, 22:51

- De votre patience, Miss. Si vous pouvez attendre jusqu'à ce que la salle soit vide...

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Mer 01 Déc 2010, 22:00

    - Sans problème !

    Un sourire était né sur les lèvres de Miss alors que le jeune homme en face d'elle venait de s'engager pour lui montrer ce qui était l'objet de sa curiosité. Elle devait avouer qu'elle avait quand même un peu de mal à y croire. Certains humains n'étaient pas qu'humains... Cela voulait dire quoi exactement ? Qu'ils venaient d'un monde parallèle ? Qu'ils pouvaient parler aux animaux ? Qu'ils pouvaient se changer à volonté en animal de leur choix ? Elle aurait bien ri à cette hypothèse si la voix du Marchombre n'avait été aussi sérieuse, en lui murmurant ces quelques mots à l'oreille. Jusqu'à ce que la salle fût vide, elle devrait attendre. Évidemment, son regard balaya la pièce rapidement, dénombrant une bonne quarantaines de convives à faire sortir de là. D'ici à ce qu'ils fussent tous partis, sans doute le soleil se lèverait déjà, et d'autres reviendraient. Et Miss n'avait pas envie d'attendre indéfiniment. Il fallait qu'elle trouvât une solution pour arriver plus rapidement à mettre en place la condition que le Marchombre avait demandé. Il n'avait pas dit pour quelle raison la salle serait vide, et ainsi Miss, si elle devrait patienter, pouvait réguler cette patience en fonction de ses idées. Un sourire provocateur passa sur ses lèvres un instant, alors qu'elle relevait les yeux vers l'homme aux cheveux blancs. Il était tout simplement étonnant. Dégageant autre chose que les autres Marchombres qu'elle avait pu rencontrer, comme une aura magnétique électrisante qui attirait l'attention de Miss comme la lumière attire les insectes. Etait-elle tombée dans un piège ? Non, elle ne le pensait pas. Pourtant, c'était cette sensation de ne plus pouvoir s'extirper de la lumière qui vivait dans son ventre...

    Bientôt, la serveuse arriva pour demander s'ils souhaitaient un désert. Hochant vigoureusement la tête, la jeune femme commanda un chocolat chaud avec une bonne miche de pain aux céréales, et attendit avec une patience plus ou moins feinte de trouver une idée. Son esprit tournait à mille à l'heure pour sortir une bonne raison de faire fuir la salle avant l'heure trop tardive à laquelle elle le ferait d'elle-même, en quelques sortes. Pouvait-elle se permettre de faire croire que la nourriture était périmée, ou de très mauvaise facture ? Non, cela aurait été trop risqué pour le commerce en lui-même. Leur demander à tous de sortir ? Ca ne fonctionnerait jamais... Un soupir passa sur ses lèvres alors qu'elle était certaine de ne plus rien trouver. En tout cas, rien de très efficace... Se calant dans le fond de sa chaise alors que son désert arrivait, elle commença à le siroter du bout des lèvres quand la porte de l'auberge s'ouvrit en grand sur un cri tonitruant. Intriguée, Miss tourna légèrement la tête, mordant dans sa miche de pain céréalée pour voir ce qu'il se passait. Ah, la bonne heure. Elle n'aurait pas besoin de trouver une excuse bidon, ces gentilshommes allaient s'en charger à sa place. En quelques hurlements, ils se frayèrent un passage entre les tables avant d'en soulever une qui se renversa sur des clients mécontents, mais morts de trouille. L'immense gaillard donna un grand coup de poing dans une table, ce qui la fendit nettement en deux. Relevant son regard mauvais vers l'aubergiste, puis vers les clients, il les vira tout simplement. Tous s'enfuirent en courant alors qu'il tonitruait :


    - Allez, on se barre, on laisse la place ! Et dépêchez-vous si vous ne voulez pas finir comme la table !

    Sur les lèvres de Miss, passa un large sourire. Lançant un regard entendu au jeune homme en face d'elle, elle ne bougea pas et se balança sur les pieds arrières de sa chaise, son pain toujours dans la main.

    - C'est ça ouais, et moi je suis la reine des tortues !

    Le brigand se tourna vers elle avec une lenteur exaspérante, qui semblait être étudiée pour faire peur, mais cela ne fit que permettre à un regard et un sourire moqueurs de prendre place sur le visage de Miss. Elle se moqua de lui encore une fois, et il fulmina. Pourtant, il ne s'élança pas. Comme si le regard de l'homme aux cheveux blancs pouvait donner un avertissement. Mais alors que la jeune Marchombre mordait dans son pain en riant, il ne put s'empêcher de grogner, et fit un pas en avant. N'eût le temps que de faire un pas en avant. Miss, d'une rapidité prodigieuse, s'était levée et avait tourné sur un pied, se coulant le long du torse de l'homme pour appuyer avec douceur, presque, entre deux de ses côtes. Il hurlant de douleur en se tordant en deux, mais la jeune femme n'avait pas fini. Accompagnant son geste d'un coup du tranchant de la main sur sa nuque, elle attrapa son petit doigt de l'autre main et le tordit vers son poignet, à l'inverse des articulations, pour le faire sortir par la porte en le dirigeant habilement. Les comparses de l'homme, apparemment déroutés par ce qu'il venait de se passer, se concertèrent du regard, et alors que Miss, un sourire triomphant sur le visage, attrapait avec brutalité l'oreille de sa victime, un hurlement sortit de son gosier, qui les fit tous courir en sens inverse, gémissant, blessés dans leur orgueil. Se frottant les mains l'une contre l'autre, Miss rentra à nouveau dans l'auberge et balaya la salle du regard. Venant se poster à quelques centimètres d'Erwan, un sourire aguicheur sur les lèvres, elle lança :

    - C'est assez vide pour vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3462
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 36 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Jeu 02 Déc 2010, 11:40

Le jeune homme avait bien vu sur le visage de la Marchombre le regard espiègle qui avait glissé, ainsi que le sourire calculateur qui s’était dessiné sur ses lèvres, et comprit bien vite qu’elle voulait sans aucun doute trouver un moyen de faire sortir les clients de l’auberge. Ils étaient pourtant nombreux, et Erwan s’amusait de penser à quel moyen s’employerait Miss pour parvenir à les faire tous sortir.

Un sourire tranquille passa sur ses lèvres alors que la serveuse revenait pour leur demander s’ils désiraient autre chose, et la Marchombre, qui semblait avoir un appétit d’ogre, demanda un dessert. D’un signe de la main, Erwan répondit négativement à la jeune femme, qui repartit vers les cuisines pour demander le dessert de la jeune Marchombre.

Et alors que Miss entamait goulument le pain et le chocolat qui arrivèrent rapidement, un homme entra en grognant dans l’auberge, tentant de faire fuir les clients déjà attablés en beuglant des ordres. Erwan soupira. Même si l’auberge était renommée, cela n’empêchait pas les brigands et les pillards d’y sévir, c’était une évidence. Et alors qu’il posait son regard sur Miss, d’abord sérieux, il ne put s’empêcher d’éclater de rire.

Le regard qu’elle lui avait lancé, ainsi que l’immense sourire sur ses lèvres, montrait qu’elle voulait s’en occuper... Mais une fois que les clients seraient sortis. Erwan secoua la tête, réduit à ne rien faire, impuissant face à la moue adorable qu’avait eue Miss.

Lorsque la jeune femme se balança sur les pieds de sa chaise, le Marchombre rit quelques secondes de plus, alors qu’elle invectivait le brigand qui avait fait son entrée en brisant en plus une table en deux, menaçant les autres clients, qui étaient finalement partis en rentrant la tête dans les épaules. La jeune femme se moqua encore de l’armoire à glace en riant à gorge déployée, et alors que ce dernier allait faire un pas, elle bondit de sa chaise pour l’approcher avec dévérence.

L’action ne dura pas trois secondes, et déjà Miss le tenait par le petit doigt, dans une position qui devait être particulièrement douloureuse pour le tirer vers l’extérieur. Un sourire naquit sur le visage du Marchombre, alors qu’il l’observait se déplacer avec un sourire moqueur sur le minoi, souple et efficace, légère comme le vent.

Lorsqu’elle revint, un sourire charmeur sur le visage, il lui adressa un sourire tranquille mais franchement amusé. Cette jeune femme avait l’air surprenante en général, et ne manquait pas d’énergie. Un soupir passa les lèvres du Marchombre, alors qu’elle demandait si la salle était assez vide pour lui, ce qui lui arracha finalement un rire franc, alors qu’il répondait :


- Ca ne devrait pas compter, mais c’était vraiment amusant de voir ces hommes se faire tirer les oreilles...

Soudain plus sérieux, Erwan se leva avec vivacité de sa chaise, pour planter son regard dans les yeux de Miss, qui attendait. L’invitant à le suivre d’un signe de tête, il sortit d’un pas tranquille de l’auberge et se dirigea dans les étendues blanches de neige, derrière le bâtiment. Il marcha un long moment, avant que les lumières du village ne fussent plus que des petits points lumineux à l’horizon.

Alors, il s’arrêta, avant de se tourner vers Miss.

Lui adressant un sourire tranquille, il lui murmura doucement :


- Ca peut surprendre...

Il n’eut même pas à s’effacer.

Depuis le début, il savait ce qu’il se passerait. Dès qu’il cèderait un peu de terrain au Jaguar, ce dernier bondirait de l’intérieur de son ventre, il n’attendait que cela, il voulait s’approcher de la jeune femme depuis qu’elle était rentrée dans l’auberge, et sa présence forte dans le ventre du jeune homme était difficile à gérer.

Il n’eut même pas à l’appeler.

A l’affut comme pour prendre une proie entre ses crocs, il bondit avec une rapidité sidérante pour l’homme. Jamais il n’avait été si réactif, si prompt à prendre le dessus, sauf des années auparavant, lorsqu’Erwan l’empêchait de prendre forme durant de longs mois à se battre intérieurement contre le félin.

Sa silhouette se brouilla une seconde.
Le jaguar fixait déjà Miss avec ses grands yeux d’un vert jungle.

Un sourd ronronnement sortit de ses entrailles, alors qu’il se léchait doucement les babines. Il fit un pas hésitant vers la jeune femme qui se tenait près de lui. S’asseyant dans la neige, il la fixa avec insistance, son ronronnement doux s’élevant dans la pureté de l’air...

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Ven 03 Déc 2010, 14:27

    Un sourire éclatant naquit sur les lèvres de la jeune femme lorsque le Marchombre lui répondit que cela ne devait pas compter. Puis, elle éclata franchement de rire lorsqu'il lui avoua que cela avait été amusant de la voir leur tirer les oreilles, et cette description fit naître en Miss un sentiment étranger à ce qu'elle avait pu ressentir jusqu'alors. Ou plutôt, un souvenir très lointain. Un souvenir de la Citadelle. Lorsque son regard vint se poser sur le Marchombre, elle comprit alors quelque chose d'essentiel : elle l'avait déjà croisé. A la Citadelle, justement. Et ce souvenir, si furtif, n'avait pas voulu s'approcher de son esprit pour qu'elle pût le saisir. Désormais c'était chose faite, et elle ferma les yeux un instant, laissant sa mémoire devenir le centre de son être pour lui rappeler ce qu'elle avait pourtant allègrement oublié. Elle se souvenait d'une vague peur, dans son esprit, lorsqu'elle avait environs quatorze ans, au ressortir d'une bataille, qu'un garçon était effrayant, qu'il n'était pas humain. Une peur, et surtout de longues moqueries à son égard. Mais la Citadelle était grande, et Miss ne l'avait sans doute croisé qu'une fois. Son regard. Bleu cobalt, profond. Et ses cheveux déjà grisonnant à quinze ans... Miss revint soudainement dans la réalité, fixant Erwan avec une nouvelle lueur dans le regard. Ils s'étaient donc connus... Elle savait qu'il était parti avec une Marchombre à la suite de cela, on en avait beaucoup parlé, et la Marchombre en question était très respectée dans la Citadelle. Un soupir étrange passa ses lèvres, alors qu'elle se redressait, et qu'elle sentait un nouveau sourire se dessinait sur son visage. La vie est bien faite, tout de même... Lorsqu'il posa son regard d'un bleu inouï dans celui de Miss, la jeune femme n'eut plus aucun doute : oui, elle l'avait déjà vu, à la Citadelle. Ils étaient peut-être liés depuis tout ce temps... C'était étrange, elle se sentait toute chose, mais le suivit à l'extérieur lorsqu'il sortit d'un pas tranquille.

    Ils marchèrent un long moment dans la neige glacée. Le linceul blanc duquel était recouverte la terre était magnifique, et on avait l'impression que rien ne pouvait briser cette image de splendeur lactée. Les bruits ténus du village ne leur parvenaient qu'à peine lorsque le Marchombre s'arrêta, et Miss en se retournant vit que les seules lumières du bourg, celles des fenêtres, n'étaient plus que des points blancs dans l'infini de l'horizon. Au dessus d'eux, quelques étoiles venaient piqueter le ciel, réussissant à se pavaner entre les trous des nuages cotonneux et enneigés. Un soupir passa les lèvres de Miss, se transformant en nuage de vapeur devant son visage, et elle sourit alors que le jeune homme se tournait vers elle. Le murmure qui vient se glisser dans l'oreille de Miss semblait être une mise en garde, et elle se demanda ce qui allait vraiment se passer. Les souvenirs affluaient, mais elle les repoussa immédiatement : elle ne voulait pas dépendre des rumeurs d'antan. Se faire sa propre opinion. Et puis Erwan était Marchombre. Elle était persuadée qu'il ne la mettrait pas en danger. Peut-être était-elle trop confiante, mais c'était son instinct qui le lui soufflait, et elle lui faisait confiance, à cet instinct qui l'avait toujours tirée de toutes les situations. Combien de situations délicates avait-elle évitées en suivant son instinct ? Certes, elle était tout de même vite tombée dans des moments peu délicats, mais elle s'en était aussi sortie grâce à cela. Miss soupira doucement «  Ca peut être surprenant »... A quoi devait-elle s'attendre ? Mais elle se contrôla parfaitement et hocha la tête. Voulu hocher la tête, mais déjà ses yeux s'écarquillaient de surprise.

    Là ! Exactement à l'endroit où se trouvait le Marchombre à peine une seconde auparavant se tenait désormais un puissant félin aux corps trapu et au pelage piqueté de tâches plus foncées. Plutôt large, il n'était pas gros, semblait d'une puissance étonnante pour sa taille, sa gueule un peu large, ses oreilles rondes, et son pelage... Sa fourrure. Les yeux de Miss s'attardèrent sur cela particulièrement. Brillante, elle voletait avec le peu de vent qui secouait l'air extérieur, ondulait doucement, ondes brillantes comme des vagues maritimes sur son corps tout en souplesse. A aucun moment la jeune femme n'eut peur, elle était juste fascinée. Fascinée par l'animal. Tellement fascinée qu'elle ne se rendit pas compte immédiatement de tout ce que cela impliquait. Le félin ronronnait doucement, elle entendait ce son rassurant monter dans son corps et l'apaiser si elle avait été seulement angoissée. Ce n'était pas le cas, encore une fois. Soudain Miss réalisa tout ce que ce félin, devant elle, à la place d'Erwan, impliquait. Tombant promptement dans la neige, les fesses dans les flocons froids, elle le fixa, étonnée, surprise. Cet animal vivait-il dans Erwan ? Etait-il Erwan ? Ou Erwan était une entité complète, animal et humain ? Miss trouvait qu'elle se posait beaucoup trop de questions. Et lorsque l'animal s'approcha d'un pas d'elle, elle lui adressa un large sourire. Après tout, peu importait. Depuis sa rencontre avec le Marchombre durant l'Oulan-Kil de Sasuke, elle voulait le connaître, sentait que quelque chose en elle était indéniablement attiré par lui. S'approchant, les genoux dans la neige, les doigts de Miss vinrent à la rencontre de l'animal, caressant sa fourrure avec une infinie douceur, une tendresse inédite pour la jeune Marchombre. La chaleur de l'animal la rassurait, et elle avait envie de se blottir tout contre lui.


    - Bonsoir toi !
Revenir en haut Aller en bas
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3462
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 36 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Ven 03 Déc 2010, 14:46

L'animal fixait la jeune femme qui se trouvait en face de lui. Et alors qu'il la détaillait sous toutes ses coutures, le ronronnement dans sa poitrine se fit plus fort, plus insistant, plus puissant. Tendant le nez vers elle, il huma l'air un instant, imprimant son doux parfum dans son esprit, dans sa mémoire, alors que ses yeux la mémorisait dans sa globalité, et que son ouïe enregistrait avec parcimonie le bruit de sa respiration. Elle était déjà sur le sol mouillé, et lui-même n'était pas très proche de la neige, car cela finissait par mouiller, et c'était mauvais pour sa santé, au félin. Assis, il avança légèrement les pattes avant lorsqu'il la vit s'approcher sur les genoux de lui, et que le regard de l'humaine le fixait sans peur ni angoisse.

Il ne décelait en elle rien d'autre qu'une puissante sérénité.

Lorsque ses doigts vinrent au contact de sa fourrure l'animal s'approcha d'un pas de plus, frottant sa large tête contre le buste de la jeune femme, ronronnant de plus belle. Se pelotonnant contre son corps chaud d'humaine, le doux son grave qui sortait de ses entrailles se faisait plus fort, plus puissant, c'était comme une évidence. Toute la présence de la femme l'apaisait lui aussi.

Il eut un vague souvenir de l'homme qui avait été à sa place quelques secondes plus tôt. Il l'avait perturbé, mais n'en tenait pas compte. Il avait tellement envie de s'approcher de cette femme, se sentir son odeur plus précisément, de la toucher pour s'assurer de son contact bien réel... Tout cela n'avait pas de sens pour l'animal. Il était juste dans un endroit où le bien-être était présent.

Totalement et irrémédiablement.

Combien de temps resta-t-il dans cette position, blotti contre la femme ? Il ne pensait même pas au fait qu'elle pouvait avoir froid. Il était juste bien. Il aurait pu rester là le temps que son estomac l'obligeât à aller chasser. C'était comme trouver un nid pour dormir. Dans ses bras, c'était un large nid bien confortable. L'animal avait déjà eu plusieurs lits attribués près de l'Académie, et un en particulier. Ici, c'était encore mieux. Encore plus chaud, plus confortable.

Et puis il y avait autre chose.
Quelque chose de magnétique.
Une chose que l'animal ne pouvait définir.
Quelque chose de plus fort et de plus flou.

De fou.

L'humain dans son ventre refit surface. Non. Il était là, dans son esprit, mêlé à lui. Un gémissement sortit de la gueule de l'animal, alors qu'il reculait d'un pas, et plantait son regard dans celui de l'humaine. Une sorte de grognement doux et comme interrogatif franchit son museau, il avança la tête dans le vide, avant de se frotter une dernière fois contre le bras de la jeune femme. Il voulait y aller. Retourner dans ses bras, retrouver son buste chaud et son corps pelotonné...

Un désir, vif.

L'humain l'en empêcha.

Il fallut cette fois-ci à Erwan plus d'une seconde pour retrouver son apparence humaine. C'était toujours plus compliqué dans ce sens, même si parfois, suivant le contexte, cela pouvait changer. Fixant Miss un instant, il se leva tout à fait.

Il eut même un sourire en pensant qu'heureusement qu'il maîtrisait assez sa transformation désormais pour ne pas se retrouver nu après être passé par le stade de jaguar. Cela faisait plusieurs années qu'il le faisait, et il ne put s'empêcher d'y penser un instant, à peine. Puis, il s'accroupit et proposa son aide à Miss, en lui tendant la main.

Le regard flamboyant.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Ven 03 Déc 2010, 17:52

    Miss découvrit avec surprise et étonnement, avec une joie toute contenue aussi, que l'animal était aussi venu à son contact. Venu, il le cherchait en même temps, ses petits coups de tête contre son épaule, contre son buste, lui donnait des bouffées d'air étranges, des sensations dans le ventre d'intense bonheur. Le ronronnement du félin contre elle lui donnait envie de le serrer encore plus contre elle. Ses doigts passèrent doucement dans sa fourrure, le caressant avec tendresse, comme s'il avait été fait de porcelaine. Sous ses mains, elle devinait une musculature puissante, immense force contenue, vibrant au rythme des ronronnements du jaguar. Elle était juste bien. L'animal se blottit un peu plus contre elle, contre son buste, contre sa poitrine, et elle sourit doucement. D'une main, elle passa à deux, et sa seconde, qui était plongée dans la neige pour la maintenir redressée, se glissa dans le pelage de l'animal, qui tirant un léger frisson qui disparu bien vite enveloppé par ses ronronnements puissants. Il se pelotonnait contre elle, et elle l'enlaçait de ses deux bras, heureuse à son tour. Posant sa joue sur le dos de l'animal qui s'était enroulé devant son torse, elle eut un sourire béat sur le visage, ne comprenant pas tout ce qu'il se passait, mais en profitant au maximum. Elle avait l'impression que cela ne durerait pas longtemps, et que cela serait rare. C'était rare. Pourquoi pensait-elle au futur ? C'était la première fois. Elle se projetait déjà dans une certaine relation avec le jaguar... Erwan. Elle cligna deux yeux un instant, perturbée. Ce fut le moment que choisit l'animal pour se retirer de quelques pas... Etait-ce lié à ce qu'avait pensé Miss ? Elle ne savais pas comment un tel animal pouvait ressentir les choses. Il pouvait avoir ressenti la gêne soudaine qu'elle avait eu, il pouvait avoir... deviné ses pensées ? Non, elle ne le croyait pas. Mais les animaux étaient si sensibles naturellement... avec un Marchombre en eux, cela devait être encore pire !

    Depuis qu'elle avait apostrophé l'homme dans l'auberge, Miss avait enfoui son aura au fond d'elle-même. Elle la sentait vasciller doucement, comme si elle avait le besoin de s'exprimer, de sortir à tout prix, mais la Marchombre verrouilla sa volonté pour l'empêcher de sortir. Ce n'était pas le moment. Mais... Est-ce que l'animal pouvait avoir senti aussi une telle chose ? L'image d'Erwan en train d'écrire la poésie Marchombre de sa greffe sur la table s'imposa à elle. Le Rentaï... L'animal... Non, tout cela était encore trop confus dans son esprit, elle ne pouvait pas faire de pensée cohérente. Le jaguar recula alors de quelques pas, encore. Sa silhouette fut floue, plus longtemps que quelques minutes auparavant. Il fallut une ou deux secondes pour que la stature du Marchombre prît le pas sur celle du félin solide, et Miss laissa son visage se lever vers celui de l'homme. Il était immense, elle s'en rendait vraiment compte alors qu'elle était encore assise dans la neige. Combien mesurait-il ? Une question stupide surgie dans l'esprit de la Marchombre, qui secoua doucement la tête, avant de tenter de trouver le regard du jeune homme. Trop haut. Mais lorsqu'il se pencha, Miss en eut le souffle coupé. Son regard était tellement puissant, tellement profond... Elle se perdit dans ses yeux azur. Le ciel pouvait-il exister dans un regard ? Pouvait-elle s'envoler comme elle le faisait à cet instant précis ? Tout tournoya autour d'elle, alors qu'elle sentait le monde lui tomber dessus. Non, le monde ne lui tombait pas dessus. Elle venait de s'ouvrir. Plus irrévocablement qu'elle ne l'avait jamais fait. Le souffle du vent prit une nouvelle note, dans son oreille acérée. Le monde était à elle. Etait à eux. Non. Elle ne pouvait pas dire cela. Elle en avait follement envie. Tellement envie que ça faisait mal, là, dans le fond de son ventre. Tellement envie qu'une perle de larme se matérialisa sur le coin de son oeil, d'émotion intense. Tellement envie qu'elle aurait voulu tout lâcher. Laisser son aura déferler autour d'elle, englober Erwan, le dompter pour qu'il la suivît. Mais elle n'en avait pas le droit. Il était lui. Elle ne pouvait le changer pour son plaisir. L'effet qu'il lui faisait était tel qu'elle pensait réellement ne pas le retrouver si elle le détruisait de l'intérieur à cause de son don. Cela n'aurait pas été lui. Cette aura magnétique qu'il dégageait venait du jaguar. Le jaguar en serait-il aussi affecté ? Elle n'avait jamais tenté une telle chose sur un animal. Ne voulait pas essayer.

    Elle était là, à fixer cette main qu'il lui tendait, qu'il lui offrait. Démunie face à ses sentiments, ces sensations, ces réflexions qui montaient en elle, elle ne savait pas combien de secondes s'étaient écoulées depuis que le jeune homme avait repris forme humaine. Elle se sentait intimement liée à lui. Au jaguar, surtout. L'animal lui avait montré aussi son affection, complètement. Il l'avait adoptée, et elle l'avait adopté. Que pouvait-il se passer ? Etait-il possible que l'animal fût une entité entière ? Qu'elle ne pût plaire qu'à lui ? Pourtant, c'était lui qu'elle voulait en entier. Miss fronça les sourcils, cherchant à balayer ces pensées en secouant la tête, et soupira doucement, fermant les yeux. Lorsqu'elle découvrit ses pupilles violettes, elles brillaient d'un sentiment nouveau et assumé, d'un sentiment fort et indéfectible, d'une détermination sans faille. Plantant ce regard dans celui d'Erwan, elle posa délicatement sa main dans celle du jeune homme et se releva doucement. Le contact de la main du Marchombre lui tira un long frisson, le long de son bras, descendant le long de son dos, glissant jusqu'à la racine de ses cheveux. Ses sens ouverts, elle sentait avec plus de précision son odeur... la même que celle du jaguar. Son souffle, doux et calme, tranquille, elle aurait voulu le briser pour déposer ses lèvres sur les siennes, avec une tendresse infinie. Troublée, elle ne savait plus. Elle ne comprenait plus. Pourtant, elle l'aurait fait, quelques semaines plus tôt, sans aucune hésitation. Mais peut-être pas avec lui. Pas avec Erwan. Quelque chose, dans toutes les fibres de son être, l'en empêchait. Un respect éblouissant, mais elle ne savait pas ce que c'était avec exactitude, consciemment. Elle battit plusieurs fois des paupières, se sentit perdre légèrement l'équilibre. Trop de choses se passaient dans sa tête, dans son corps, et d'un coup elle se sentit épuisée. Un soupir franchit ses lèvres, alors qu'elle passait le dos de sa main sur son front.


    - Je... Excuse-moi, je suis épuisée. J'irais bien me coucher...

    Le tutoiement avait jailli, naturel. Comme si ce qu'il venait de se passer avait scellé quelque chose entre eux, quelque chose de particulier, un instant indéfinissable, immémorial, inoubliable. Faisant un pas vers le village, elle tourna le visage vers Erwan interrogative. Où avait-il prévu de passer la nuit ? Peut-être allait-il repartir, après tout. Cela était possible...
Revenir en haut Aller en bas
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3462
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 36 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Sam 04 Déc 2010, 15:14

Une main tendue, dans une attente. Une main tendue, comme offerte au monde, un monde qui s'ouvrait, qui acceptait. Acceptait les différences, acceptait de vivre dangereusement lui aussi, en prodiguant la beauté des choses aussi aux plus vils, pourtant. Un nouveau monde s'ouvrait devant Erwan. Au creux de sa main. En l'offrant à Miss, il ne s'en était pas rendu compte, mais alors qu'une seconde s'était écoulée, comme dans les flots du temps, douce mais enivrante, l'évidence s'était imposée à lui, belle et entraînante : un monde vivait dans la paume de sa main. Un monde entier, un monde plein, un monde composé de lumières et de chants, un monde aux mille merveilles, aux mille muses brillantes de félicité.

Le jaguar dans son ventre était tendu avec cette main. Offert, lui aussi, passant par l'étonnante palette des émotions animales, primitives et pourtant si spontanées et belles, d'une puissance incomparable. Un sourire fut offert au monde, et à une muse, envolée, de ce monde. Elle était là, dans son coeur, dans son corps, l'encourageait à continuer. Le temps s'était arrêté pour lui. Pour le laisser réaliser. Réaliser ce qu'il venait de parcourir, en se soumettant à un jugement, sans doute, qu'il ne pouvait appréhender. Réaliser de ce qu'il avait offert à la jeune Marchombre, de son propre gré, de sa propre envie, mais aussi de ceux du jaguar, dans son ventre, bien plus spontané et moins raisonnable.

Un léger frisson passa sur son bras lorsque la main de Miss se posa dans la sienne.

La boule de lumière, le monde, était clos.
Scellé.
Dans le creux de sa main.

Et alors qu'il comprenait tout à fait ce qu'il venait de se passer, que la vérité dans sa splendeur trouvait le chemin de sa conscience, de sa raison, il sentit la lumière vaciller sous son regard, un instant, se reprendre. Pour briller plus fort. Un sourire se glissa sur les lèvres fines du Marchombre.

Tout changeait.

Et alors qu'il revenait brusquement à la réalité, le jeune homme posa son regard sur Miss. C'étaient ses paroles qui l'avaient tiré du rêve dans lequel il s'était envolé, dans lequel il aurait encore pu se noyer. Ses sens mêlés à ceux de l'animal, il percevait bien plus qu'il ne l'aurait dû, autour de lui. Il entendait chaque flocon venir caresser le manteau de neige au sol, alors que le souffle du vent se faisait plus précis, les cris d'un enfant qui ne voulait pas se coucher dans le lointain du village, et le silence de la nuit, offre à la lune, ode au firmament.

Et puis il y avait Miss.
Elle.

Son odeur emplissait l'espace, le percuta de plein fouet. Non. L'enveloppa doucement, l'enlaça tendrement, vint se glisser contre lui, l'entourant comme une écharpe de brume. Boisée, piquante, un parfum enivrant, pourtant emprunt d'une fragrance qu'il ne connaissait pas. Ou trop peu. Son souffle, doux chant, tranquille mélopée, voguait jusqu'à ses oreilles, s'imprimant dans sa mémoire, alors que sa voix qui s'était élevée était le cri du monde.

D'un nouveau monde.

Erwan ferma les yeux pour reprendre ses esprits. Soupira longuement, alors qu'il voyait que Miss attendait. Une réponse, évidemment, même si elle n'avait pas posé la question à haute voix. Une question qui se lisait dans ses yeux, dans son attitude, et qui fit sourire le Marchombre.


- J'avais prévu de passer la nuit dans l'auberge, je suis à pied. Ce serait du suicide de dormir à la belle étoile...

Un autre sourire glissa sur ses lèvres alors qu'il inspirait profondément.

Il se sentait comme dans une désillusion. Comme si l'oasis de paix, dans un désert, venait de se volatiliser en un mirage. Le regard brillant, Erwan tourna la tête vers le village.

Il soupira.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Ven 10 Déc 2010, 17:37

    Miss hocha vigoureusement la tête alors qu’Erwan répondait qu’il dormirait à l’auberge, car sommeiller à la belle étoile était dangereux avec une telle température, surtout au milieu de la neige. Mais elle avait aussi senti, avant, peut-être un peu après, une différence dans l’attitude du Marchombre. Quelque chose de nouveau, qu’elle n’avait pas perçu avant, qu’elle ne comprenait pas immédiatement. Un sourire au Marchombre, et la jeune femme se remit à marcher, directement vers le village. Elle remarqua avec amusement que les traces du jeune homme étaient modifiées par celles du jaguar qu’il était devenu pendant quelques secondes plusieurs minutes auparavant : les traces du félin étaient bien distinctes sur la neige, et la jeune Marchombre se demanda si cela n’allait pas faire peur à un habitant qui se serait aventuré trop loin du village. Mais comme il neigeait, les empruntes seraient bientôt recouvertes. Surtout que les pattes du jaguar étaient loin d’être aussi volumineuses que celles d’un tigre des prairies ! Un sourire se glissa sur les lèvres de Miss, alors qu’elle avançait, légère, sur la neige d’un blanc immaculé. S’amusant à poser les pieds dans les empruntes qu’ils avaient faites en s’éloignant, elle riait intérieurement, même si elle se sentait épuisée. Non pas qu’elle n’avait plus d’énergie, loin de là, mais elle sentait qu’elle avait besoin de sommeil. Ils arrivèrent rapidement à l’auberge, et à son tour la jeune femme demanda une chambre, qu’elle paya immédiatement. Souhaitant bonne nuit à Erwan d’un signe de la main, elle entra dans la pièce avec une discrétion étonnante, dans un sourire, et referma doucement la porte derrière elle, tranquille.

    Oh, la pièce n’était pas transcendante : il y avait un bain pour se laver, et un lit sur lequel s’allonger, un lit deux places. Une pensée fugace passa dans l’esprit de la Marchombre, qui ne tenta pas de l’arrêter, et l’ignora plutôt : oui, si cela avait été un autre homme, Erwan aurait été déjà dans son lit. Sauf que ce n’était pas le cas. Elle n’avait pas envie de cela avec lui… Non. Enfin si. Evidemment qu’elle en avait envie, mais pas si vite. Pas en réponse à un caprice. Elle sentait que c’était plus profond. C’était de toute manière bien souvent ça avec les Marchombres. Tout prenait une profondeur surprenante. Et si cela l’avait souvent agacée par le passé, cela lui plaisait désormais. Elle se sentait plus elle-même que jamais, plus Marchombre encore. Depuis le début de l’apprentissage de Syndrell, elle se sentait autrement, elle avait évolué, et comprenait des choses qu’elle n’avait pas eu envie de saisir auparavant. Les relations entre Marchombres, entre autre. Un sourire se peignit sur son visage, alors qu’elle se déshabillait lentement pour se glisser dans l’eau chaude qu’avait préparée une femme de chambre. A peine fût-elle rentrée dans l'eau qu'elle sentit tous ses muscles se détendre instantanément, et elle se laissa aller à un petit somme dans le bain chaud. Pas longtemps, peut-être une heure, à peine, et elle en ressortie vidée, prête à dormir comme un bébé. Se glissant alors sous les draps, elle ferma les yeux et rejoignit le royaume des rêves presque immédiatement.


      Elle courrait allègrement dans un champ, respirant la douce brise printanière qui vivait en Gwendalavir. Elle courrait, et elle se sentait bien, entière, heureuse. Un immense sourire sur le visage, elle vit à ses côtés Nyu qui secoua doucement la tête, hennissant de gaieté elle aussi. Jusqu'à ce qu'elle vît un village, et qu'elle s'en approchât. Un village... abandonné. Passant dans les décombres, elle voyait des portes béantes, des murs fracassés, des morceaux de bois pliés et explosés, des rideaux désolés, troués sur toute leur longueur... Un corps était étendu sur le sol, recouvert de son propre sang, le ventre lacéré par une arme aiguisée... Mais où était-elle ? Et soudain, au milieu de cette scène, se découpa la silhouette d'un enfant. Un enfant, qui ne devait pas avoir plus de treize ans. Un jeune adolescent. Un jeune adolescent aux cheveux ramenés en rasta, blancs, et au regard cobalt brillant...


    Miss se réveilla en sursaut. Le souvenir bondit dans sa mémoire, alors qu'elle tentait d'effacer le rêve qu'elle venait de faire de son conscient. Oui, c'était ça, elle l'avait déjà vu à la Citadelle, quand elle y était. Quand elle était arrivée la rumeur avait commencé, mais avait explosé alors qu'elle-même avait onze ans, un an plus tard. Un gamin avait tué un de ses camarades. Sans le vouloir. Un autre gamin qui se prenait pour le roi du monde, certes, mais tout de même. Ce n'était pas communément admis dans la Citadelle, ce genre de choses, surtout entre les enfants, entre les aspirants au titre de Frontalier, même s'ils étaient nés avec un sabre dans la main. Mais jamais elle n'en avait su plus, et n'avait pas voulu savoir non plus, d'ailleurs... Erwan. Le parallèle se fit instantanément. Soupirant doucement, Miss regarda par la fenêtre. Peu importait ce qu'il s'était passé une dizaine d'années plus tôt, elle l'avait vu de ses propres yeux : le jaguar n'était pas agressif, ou alors Erwan parvenait à le contrôler. Un sourire se dessina sur ses lèvres, alors qu'elle se demandait qui pouvait être réellement au courant de ce qu'il se passait chez ce Marchombre en particulier. Peu importait, à dire vrai. Elle le savait, et cela lui suffisait. Et la prochaine fois qu'elle verrait Phy, elle serait au courant, vraiment. Jusqu'alors, elle n'avait jamais vraiment bien compris ce qu'il se passait. Maintenant, elle était plus à même de saisir l'énormité de la chose. Elle aurait voulu poser des questions à Erwan, lui demander des précisions, mais cela aurait été mal venu alors qu'ils ne se connaissaient pas plus que cela. Un soupir franchit ses lèvres, alors qu'elle se levait souplement : elle avait faim, et prendre un bon petit déjeuner ne lui ferait pas de mal ! Descendant au rez-de-chaussée pour trouver la tenancière, elle lui demanda un peu de lait bouillant et du pain à la farine de niam. Le pas léger d'un homme se répercuta à ses oreilles, et elle tourna vivement la tête, un sourire sur le visage. Erwan venait d'arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3462
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 36 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Dim 12 Déc 2010, 20:01

Le jeune homme sourit alors que Miss marchait tranquillement vers le village. Avait-elle perçu son trouble ? Il était certain que oui, mais elle était assez fine pour ne pas relever. Il commençait à comprendre un peu mieux la manière de fonctionner de la Marchombre. Elle semblait à la fois rentre-dedans, sincère, spontanée et posée, tranquille. Il ne pouvait pas porter de jugement, c'était déjà contre ses principes, et de plus, il ne la connaissait pas assez, mais de ce qu'il avait vu, c'était ainsi qu'il la percevait.

Un soupir franchit ses lèvres, alors qu'il détournait son regard de la longue tresse de la Marchombre pour le poser sur la neige environnante. Il recommençait à tomber quelques flocons, et la nuit se parsemait de cristaux de glace, hommage à la fraîcheur de cet hiver qui s'annonçait des plus vigoureux. Pourtant, ils n'étaient pas particulièrement au Nord de l'Empire, mais déjà la langueur glaciale hivernale avait déposé son manteau de soie sur Gwendalavir entier.

Ils arrivèrent rapidement, plus rapidement qu'à l'aller en tout cas, jusqu'à l'auberge, et Erwan n'eut pas vraiment le temps de comprendre que déjà Miss s'était installée dans sa chambre en lui adressant un petit signe de la main qui le fit sourire. Après tout, c'était vrai qu'une bonne nuit de sommeil ne pouvait pas faire de mal. Alors, le Marchombre entra dans la chambre que lui-même avait louée, demandant à l'aubergiste de la lui montrer, et se glissa simplement sous les draps pour fermer les yeux.

Dans son ventre, le jaguar ronronnait plus fort que jamais.
Il ne l'avait jamais senti si présent lorsqu'il était humain, sauf lorsqu'il avait besoin de sortir de son ventre, qu'il voulait prendre les rênes et vivre vraiment au travers de son corps lui aussi.

Là, c'était complètement différent.

Présent, palpable dans son esprit, comme s'il avait simplement été dispersé dans ses réflexes humains, Erwan le sentait pourtant, mais il l'avait pas envie de sortir, il était juste là, dans son ventre, sa présence évidente et offerte, pourtant tranquille et posé.

Fermant les yeux, le Marchombre ne mit pas longtemps à s'endormir, et ne se réveilla que le lendemain matin, bien trop tôt, alors que le soleil n'était pas encore levé. Un sourire sur les lèvres, il décida de se débarbouiller, et se lava rapidement, avant de descendre dans la salle principale pour manger un morceau.

Miss était déjà là, en train de boire une boisson qui fumait. Lui adressant un sourire, le jeune homme alla demander quelques vivres à la tenancière, ainsi qu'une miche de pain, et vint tout simplement, naturellement, s'assoir à la table de la Marchombre, un sourire aux lèvres.


- Bien dormi ?

Alors que la serveuse lui amenait ce qu'il avait demandé enveloppé dans un emballage de cuir fin, Erwan la remercia d'un signe de tête, rangea tout dans son sac à dos avant de poser à nouveau son regard cobalt sur la jeune femme, souriant, et il demanda alors :

- Tu comptes rentrer à l'Académie ?

Il était certain que le changement de ton entre les deux Marchombres auguraient un rapprochement, depuis la veille. C'était Miss qui avait eu le déclic, après avoir vu le jeune homme se transformer en jaguar, et il semblait évident que continuer dans cette voie était la meilleure solution.

Un sourire aux lèvres, Erwan s'installa dans le fond de sa chaise et prit son petit déjeuner tranquillement. Rien ne servait de courir. Cela faisait un long moment qu'il marchait dans les plateaux de l'Est, sans réel but, et il pensait qu'il était temps de rentrer, après tout. Lasmïn et Rilend étaient livrées à elles-mêmes, même si l'une d'elle allait encore l'être durant quelques semaines – Rilend allait passer son Oulan-Kil aussi peu de temps après – et il devait faire passer un autre examen à une apprentie avant aussi.

En effet, il était temps de rentrer.
Un sourire sur les lèvres, posant encore une fois son regard brillant dans celui de Miss, il se demanda ce qu'elle allait répondre, comment les évènements allaient s'enchaîner maintenant. Un soupir glissa de ses lèvres, et il ferma les yeux.

Tranquille.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Mar 14 Déc 2010, 20:04

    Hochant vigoureusement la tête à la première question d'Erwan, Miss se sentit pourtant rougir légèrement, surtout sur le haut de ses pommettes. Elle repensait à son rêve, et aussi aux dernières pensées qu'elle avait eues avant de s'endormir. Elle n'était pas honteuse, loin de là – Miss, honteuse ? Elle n'en était tout simplement pas capable, c'était improbable – mais elle sentait une légère gêne s'instiller en elle, avant de rebrousser chemin immédiatement dès que le regard du jeune homme se tourna vers la serveuse qui lui apportait sa commande. Miss ne put s'empêcher de juger de son grand regard violet la jeune femme qui avait adressé un large sourire aguicheur au Marchombre. Elle était immense – cela dit, Erwan était immense aussi – et son regard petit, d'une couleur verte un peu kaki était commun. Lui lançant un regard mauvais, Miss redressa le menton et secoua brièvement la tête pour poser à nouveau son regard sur Erwan et lui adressa un petit sourire lorsqu'elle vit qu'il l'observait : elle ne se referait pas, déjà, et ensuite elle prenait doucement conscience de ce qu'il se passait dans son esprit. Un soupir passa ses lèvres, alors que le jeune homme lui demandait si elle comptait rentrer à l'Académie. Miss lui adressa un léger sourire avant de hocher doucement la tête, alors que son regard presque devenu inquisiteur se posait sur les formes de la serveuse qui passait à côté de leur table. Secouant la tête pour elle-même, elle reporta son attention sur le Marchombre et lui adressa un sourire, avant de lui répondre.

    - Je rentre à l'Académie, en effet, je suis déjà sur le chemin du retour !

    Lui adressant un large sourire, Miss termina son petit déjeuner et attendit que le jeune homme eût fait de même, tranquillement. Elle l'observait. Elle sentait que malgré elle, elle le dévorait du regard, détaillant chaque caractéristique de son visage. Ses lèvres fines qui se mouvaient doucement, ses joues qui se tendaient dès qu'il mâchait, laissant entrevoir ses muscles puissants, l'apophyse au milieu de ses pommette qui était droite, son nez fin et pointu, ses yeux clairs, d'un bleu si particulier, comme celui du Lac Chen en plein été, où elle voulait se plonger, ses cheveux d'un blanc immaculé qui tombaient de chaque côté de son visage... Elle était fascinée, et cela la troublait profondément. Habituellement, c'était plutôt le contraire. Il suffisait qu'elle fît une petite explosion d'exceptionnel, un peu aidée par son aura libérée une seule fois, et les hommes restaient bouche bée devant elle. Mais là, c'était complètement différent. Ses pensées, suivant leur cours, voguèrent jusqu'à la veille, alors qu'il avait écrit à l'aide de ses lames la poésie sur la table... Son regard glissa jusqu'à la table en question, un peu plus loin, et elle soupira. Son aura... Sa greffe à elle. Impalpable. Comment les autres Marchombres pouvaient en avoir conscience ? Pourtant, Mituu avait compris immédiatement... Certes, elle était déployée à ce moment-là, mais tout de même... Non, c'était parce que Mituu était vraiment très avancé, expérimenté aussi. Un soupir franchit les lèvres de Miss, alors qu'elle replantait son regard dans celui du Marchombre. Lui adressant un sourire, elle dit finalement :

    - Surtout que mon apprentie passe son Oulan-Kil dans peu de temps...

    Souriant tranquillement à Erwan, elle se releva doucement en poussant sa chaise sans faire de bruit, et lui adressa un petit signe de la tête, l'invitant à se lever lui aussi. Elle, elle devait aller chercher sa jument dans l'écurie du forgeron du village, où elle l'avait laissée la veille au soir, avant de rentrer dans l'auberge.

    - Tu rentres aussi ? Parce que je ne suis pas venue à pied, j'ai ma jument qui m'attend chez le forgeron du coin...

    Que comptait-il faire ? Miss n'était pas particulièrement pressée, et elle serait bien rentrée avec le Marchombre, mais encore aurait-il fallu qu'il le voulût bien. Comment raisonnait-il ? Se faisait-elle trop de film ? Elle avait pourtant l'impression qu'il y avait quelque chose de spécifique qui passait entre eux deux, entre l'Oulan-Kil de Sasuke et la veille au soir... Oui, quelque chose de particulier, mais comment pouvait-on qualifier cette relation autrement ? Y avait-il seulement un mot pour décrire cela ? Un soupir passa les lèvres de Miss, alors qu'elle se redressait pour pousser la porte de l'entrée de l'auberge et passait dehors. Le froid l'enveloppa de son manteau glacial, et elle sentit un frisson la parcourir entièrement, mais sourit au vent. Se tournant vers le jeune Marchombre, elle lui adressa un long regard mi-scrutateur, mi-interrogatif, attendant de savoir ce qu'il comptait faire, dans une question muette. Elle sentait la tension envahir toutes les fibres de son être dans l'attente de cette réponse, s'il daignait la lui donner, elle tenta de se détendre, mais savait pertinemment que cela ne serait possible que s'il répondait rapidement...
Revenir en haut Aller en bas
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3462
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 36 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Ven 17 Déc 2010, 11:45

Le ton joyeux et clair de Miss tira un sourire tranquille à Erwan. Il avait comme l’impression que cette Marchombre était très loin d’être prévisible, en tout temps, en tout cas en comparaison à nombre de personnes qu’il avait pu rencontrer. Il était certain que chaque personne était unique, et que chaque caractère rayonnait à sa manière, mais Miss possédait en elle comme l’étincelle de la joie et du bonheur du monde. Le Marchombre voyait rayonner cette graine, cette racine de l’Harmonie, dans les yeux de la jeune femme, et essayait de comprendre.

La plupart des Marchombres rayonnaient d’Harmonie, de Grâce, d’Accord au monde. Parfois après un certain avancement – une certaine ouverture non innée – et souvent naturellement, mais renforcé là encore par l’expérience que confère la Voie. Mais si Miss avait ce rayonnement-là, elle en avait un autre, plus profond et plus puissant, qui éblouissait littéralement le Marchombre.

Une graine de joie
Un bourgeon de gaieté
Un pétale de bonheur.

Erwan sourit, alors qu’il hochait la tête, comprenant que Miss était déjà sur le chemin du retour. Ses gestes vifs donnaient l’impression d’être totalement incongrus et irréfléchis, mais le jeune homme était certain que c’était bien le contraire, et que la jeune femme avait conscience de tous les gestes qu’elle effectuait avec une acuité étonnante.

Surpris cependant par la suite des paroles de la Marchombre, il releva les sourcils et les yeux, pour planter ces derniers dans ceux de la jeune femme.

Océan et firmament.
Mélange céleste qui explosait de mille nuances glacées.

Hochant doucement la tête, Erwan soupira doucement. Ainsi, c’était donc l’apprentie de Miss qu’il allait évaluer d’ici peu, une jeune fille, d’après ce qu’il en savait. Se levant en même temps que la jeune femme, Erwan lui rendit son sourire, alors qu’elle demandait s’il rentrait aussi, et comment il rentrait, car elle devait aller chercher sa jument dans des écuries, dans le village.

Tournant son visage vers la porte entrouverte que Miss était en train de faire pivoter, il soupira doucement alors qu’une bourrasque de vent venait le cueillir gaiement. Un sourire sur le visage, il fit un pas pour suivre la Marchombre dans le froid, s’enroulant dans un manteau de cuir animal chaud.


- J’y retourne, en effet, pour un Oulan-Kil, justement…

Faisant une pose, le jeune homme s’avança d’un pas vers la jeune femme, un sourire aux lèvres, le regard attendri.

- Je suis à pieds. Mais tu peux peut-être me faire un peu de place sur ta jument ?

La boutade était sortie d’elle-même, et un sourire alambiqué pris place sur les lèvres d’Erwan, alors qu’il baissait les yeux vers la jeune femme. Il se rendit alors seulement compte à quel point elle était bien plus petite que lui, et cela le fit sourire. Il doutait qu’un cheval pût porter deux personnes adultes sur une longue distance, même si Miss ne devait pas être bien lourde, mais peu importait, après tout, cela avait une dimension amusante, au fond.

Et cela faisait longtemps qu’Erwan n’avait pas rencontré de personne perpétuellement gaie et rayonnante comme Miss. Cela l’amusait et l’intriguait, car quelque part, elle lui rappelait sa mère, mais en même temps, cela n’était pas vraiment cela, car sa mère était loin d’avoir le caractère qu’il avait pu percevoir de Miss. Non, c’était plutôt qu’il se sentait totalement à l’aise…

C’était aussi le jaguar.
Il le sentait, qui le poussait.
Il n’y avait pas fait attention, jusqu’alors, depuis qu’il s’était levé, mais il était bien là, bien présent, à fleur de peau, et pourtant il ne faisait aucune pression pour passer dans son corps à lui. Une sensation étrange et inédite, déjà perçue la veille, mais qui se confirmait finalement dans le temps.

Un sourire sur les lèvres, Erwan fit un pas en avant dans la direction vers laquelle se tenait Miss, l’invitant ainsi à avancer pour aller chercher sa monture.

Presque impatient.
Comme un enfant.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Ven 17 Déc 2010, 18:00

    Enroulant sa longue cape violette autour de ses épaules, Miss souriait au vent qui venait balayer son visage, caresser ses joues. La température devait être largement négative, et le vent n’arrangeait pas l’impression de froid, mais elle se sentait plus vivante que jamais. Un autre sourire naquit sur ses lèvres alors que le jeune homme lui répondait qu’il rentrait lui aussi, pour faire passer un Oulan-Kil… Cela ne pouvait signifier qu’une seule chose : il serait un Maître Evaluateur de Syndrell, car il n’y avait qu’elle durant le prochain mois qui allait passer cette épreuve si particulière. Un éclat passa dans les yeux violets de la Marchombre, alors qu’un sourire se peignait sur son visage, étirant ses yeux. Syndrell serait bien entourée, elle en était certaine : les Maîtres qui faisaient passer les épreuves étaient de toute manière toujours très compétents, même si elle ne les connaissait pas forcément personnellement. Par contre, la suite de ses paroles firent sursauter Miss, qui tourna un visage étonné vers le Marchombre. Que...? Il venait vraiment de proposer une telle chose ? Le sourire qu'elle vit sur les lèvres de l'homme lui tira presque un soupir de soulagement, alors qu'elle se sentait devenir rouge pivoine. Miss se mordit doucement les lèvres, cherchant à se reprendre, car tout de même... C'était la première fois qu'elle était déconcertée ainsi par un homme. Surtout qu'Erwan n'avait pas du tout l'air rentre-dedans, et que ce qu'il venait de faire tenait de la pure provocation... Mais ça lui plaisait. Avec cela, il paraissait encore plus imprévisible qu'elle ne l'aurait cru d'abord avec son homologue jaguar. Se mordant la lèvre inférieure doucement, Miss décida finalement d'éclater de rire pour reprendre un peu de contenance.

    - Je ne suis pas sûre que ma pauvre Nyu puisse supporter nos deux poids...

    Un sourire en coin sur les lèvres, la Marchombre soupira doucement, alors qu'elle commençait à peine le chemin jusque chez le forgeron. La tête pleine de questions, elle essaya de les contenir sans pourtant y parvenir tout à fait. Erwan la troublait profondément, dans tout ce qu'il faisait, et ce qu'il était. Elle était désormais sûre de l'avoir croisée des années auparavant, à la Citadelle des Frontaliers, mais n'était pas sûre que lui s'en souvînt. Et elle n'avait pas envie de le mettre trop mal à l'aise non plus... Par contre, lui ne s'en était pas privé, apparemment, avec sa boutade qui l'avait prise au dépourvu. Tournant doucement la tête vers le Marchombre qui marchait non loin d'elle, dans la même direction – c'était lui qui l'avait invitée à aller chercher Nyu, d'un signe de la tête – elle observa son profil et lâcha un léger soupir. C'était incroyable comme elle était tout de même ! Elle ne pouvait s'empêcher de se faire des tonnes de films. Mais là, il n'y avait aucun doute quand à la nature de ses dernières paroles. Pourtant, rien que de se penser sur le même cheval qu'Erwan, ou lui devant ou elle devant, elle en avait des frissons jusqu'à la racine des cheveux. Se mordant encore une fois la lèvre, elle ferma les yeux pour tenter de calmer les palpitations de son coeur, et la bouffée de chaleur qui venait de monter en elle. De toute manière, elle savait qu'Erwan le percevrait forcément, depuis le début elle était étrange avec lui, ou plutôt, elle avait des réactions dont elle n'avait pas du tout l'habitude... Première preuve était le rougissement. Elle n'avait jamais rougi à quoi que ce fût, et là elle se mettait à rougir sans raison pour quelques paroles lancées en l'air... Elle soupira, un sourire passa sur son visage, alors qu'elle décidait de prendre cela à la rigolade. S'approchant d'un coup du Marchombre, d'un pas vif et précis, elle se saisit par la taille, posa sa tête contre le haut de son bras – trop petite pour atteindre son épaule – et murmura :

    - Oh, mais au pire tu sais, il y a d'autres moyens de se réchauffer !

    N'abusant pas trop non plus de la proximité qu'elle trouva exquise, elle s'éloigna d'un pas pour se remettre à marcher, plus proche pourtant cette fois-ci de l'homme. Rien que d'avoir posé sa joue sur son bras, même recouvert d'une épaisse fourrure, lui avait fait flageller les jambes, et si elle n'avait pas été si émue, elle aurait sans doute éclaté de rire devant son propre comportement. Elle sentait la forte odeur du Marchombre à ses côtés avec plus de précision désormais, et un sourire sur les lèvres dessinaient le contours de sa réalité. Se mordant toujours une lèvre, elle tourna doucement la tête vers l'homme pour voir sa réaction. Ils étaient arrivés devant la maison du forgeron, et Miss allait aller frapper pour pouvoir aller chercher sa jument, évidemment, mais elle vérifiait, une seconde, peut-être moins, peut-être un peu plus, qu'il ne voulait pas lui rendre encore la pareille. Un sourire un tout petit peu gêné mais aussi dans l'attente de quelque chose, Miss tourna son visage vers Erwan alors qu'elle posa sa main sur la porte de l'atelier du forgeron. Il semblait qu'il était réveillé puisque des bruits leur parvenait déjà de l'intérieur, des bruits de fer. Miss espérait que Nyu allait bien, sans doute dans cette odeur de fumée, elle n'avait pas encore senti son odeur. Et aussi... Est-ce que la petite jument aurait peur de l'homme ? Une question en suspens...
Revenir en haut Aller en bas
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3462
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 36 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Rencontre au coin du feu [PV Miss]   Ven 17 Déc 2010, 18:21

Un sourire glissa sur les lèvres d'Erwan alors qu'il voyait que la jeune femme était vraiment surprise parce qu'il venait de dire. Il faillit presque éclater de rire, mais ne voulut pas qu'elle crût qu'il se moquait d'elle, et se contenta de sourire largement. Elle réussit tout de même à trouver la répartie à laquelle il avait pensé, et son sourire s'élargit un peu plus.

Il ne savait pas trop pourquoi et comment, mais elle lui faisait un peu penser à son apprentie, Lasmïn. Le même genre de réactions, en tout cas liées sans doute à la même chose, et cela le faisait rire. Un souvenir, nostalgique, jaillit dans sa mémoire, alors que le visage de Nérylis s'imposait à lui, et il soupira doucement. Ce qui avait été n'était plus, il le savait, et cela n'était pas pour rien qu'il ne voyait plus la Marchombre aux cheveux noirs, le jaguar ne s'y était pas accoutumé, et d'autres choses encore. Mais cela faisait aussi partie de sa vie, et il se surprit à penser que pour Miss, cela devait déjà être arrivé.

Par contre, à la provocation de la jeune femme, il ne put s'empêcher d'éclater de rire.
Un rire pur et frais, dénué de moquerie, un rire peut-être aussi un peu gêné.

Il avait vu et senti les réactions physiques de la jeune femme, avant qu'elle ne bougeât si rapidement. Et le jaguar, qui était juste là, l'aidait à percevoir ce genre de choses avec plus de précision encore qu'il ne pouvait le faire de lui-même, avec ses sens développés de Marchombre. Lors du contact que Miss avait eu avec sa taille, ou même avec son épaule, Erwan avait senti le jaguar dans son ventre bondir, et grogner de plaisir, peut-être un peu de jalousie, mais l'animal ne s'était pas astreint à prendre sa place, n'avait pas voulu trouver son apparence, avait juste ronronné très fort, s'était blotti plus près encore.

Un soupir passa les lèvres du Marchombre, alors que son fou-rire passait doucement.

Tout était tellement étrange. Il se demandait si les autres personnes capables de se métamorphoser comme lui avaient les mêmes problèmes pour comprendre, pour s'accorder, pour tolérer et accepter tout ce qui était censé être bien plus instinctif de base. Peut-être était-ce seulement lui qui était ainsi, parce que justement pendant très longtemps il avait rejeté l'animal. Il ne savait pas, ne saurait probablement jamais. Il ne pouvait pas en parler à Rilend, c'était son apprentie, et une conversation comme celle-ci n'avait pas lieu d'être entre un Maître et son apprentie. Il ne pouvait en parler avec quelqu'un qui avait expérimenté cela, ou qui l'expérimentait.

Mais lorsqu'il posa son regard sur la petite silhouette frétillante de Miss, il oublia ses questions. Après tout, pourquoi résister ? Elle plaisait d'autant plus au jaguar que c'en était presque incongru. Il ne pouvait pas dire qu'elle le laissait indifférent non plus, et plus il la côtoyait, plus il la trouvait fascinante et attirante. La lumière qui rayonnait en elle était comme un rayon de lune au milieu des étoiles, et il avait tout à fait conscience que s'il s'était laissé porté par la langueur argentée de la lune, tout cela n'aurait pas été. Mais il ne pouvait aller contre sa nature non plus. Et il se sentait devenir complètement incohérent.

Lui aussi était troublé.


– Comme courir par exemple !

Adressant un petit clin d'oeil à Miss, doublé d'un sourire tranquille, Erwan tourna le visage vers la porte, se demandant à quoi ressemblait sa jument, guettant les bruits au travers du bois, avant de reporter son regard dans celui de la Marchombre. Il sourit doucement, avant de percevoir le changement. Un changement en lui, certes, mais aussi en Miss.

Non, pas un changement.
Une ouverture. Une porte déverrouillée, une porte entrebâillée.
Une porte qu'il n'avait pas perçue jusque là.
Une porte derrière laquelle une clarté envoûtante pulsait doucement...
Comme un rayon de lune...

Il se laissa emporté par la Voie Lactée de son regard.
Violet irisé dansant dans les voiles de la nuit, muse de lumière chantante dans l'Harmonie.
Il se noyait. Les étoiles au fond de ses yeux étaient tellement fascinantes, tellement magnétiques...
Il se perdait. Glissait dans les courants. Accepta le courant, pour jouer avec lui.

Les yeux dans les yeux...

La porte s'ouvrit soudain.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rencontre au coin du feu [PV Miss]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le bon coin
» miss petite bergere pot de colle ( evreux 27)
» Haïti Couronne une Nouvelle Miss
» Anastagia Pierre Américaine d’origine haïtienne couronnée Miss Florida USA 2009
» Miss Haïti prendra d'assault Miss Univers le 23 Août!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Plateaux et montagnes de l'est-
Sauter vers: