AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Dim 05 Déc 2010, 20:32

Nuhadu en avait finit avec les Montagnes de l'Est. Certes, il était encore loin de les avoir entièrement explorés, d'avoir percé le moindre de leur mystères, mais il avait appris d'elle ce qu'il venait chercher. Ses muscles brulaient de leurs nouvelles capacités et de leur savoir tout neuf. Il s'était exercé, malgré son pied blessé et la rencontre musclé qui avaient précédés son arrivé, jusqu'à n'en plus pouvoir, avait même failli tomber plusieurs fois, failli mourir. Dans ces moments là il avait pris conscience de la peur comme il ne l'avait plus fait depuis longtemps. La soudaine impression de ne plus tenir à rien était vraiment étrange, elle emballait sa respiration, lui faisait perdre toute réflexion. Il n'était plus que réflexes, et heureusement qu'ils étaient aiguisés et travaillés ces réflexes! Cependant, à force de la côtoyer cette peur perdait de son emprise sur lui, il en arriva même à apprécier ses chutes. Y avait-il de plus grand moment de liberté que ces instants où il volait, en égal aux oiseaux? Certes il ne volait pas, mais la sensation était splendide, inégalable... ou en tout cas il n'en connaissait pas qui puisse l'égaler.

Mais finalement, n'ayant pas l'audace de pousser jusqu'aux sommets sans sa pleine forme, et surtout se rendant compte que son absence de l'académie l'éloignait de sa formation de Marchombre, il se décida à repartir. Étant un partisan de l'originalité, il choisit de prendre une autre route qu'à l'aller, faisant un petit détour, il se dirigerait d'abord vers le fleuve Gour, avant de le suivre jusqu'au Lac Chen. De là, il rejoindrai l'Académie tranquillement. Enfin le tranquillement dépendait encore du hasard. Il semblait que dans ce vaste territoire que représentait l'empire, il semblait bien que Nuhadu soit voué à s'attirer les ennuis. Mais le destin dû se dire qu'il avait eu sa dose d'aventure. Si son pied n'était pas guérit, il s'y était habitué et en souffrait moins. Aucun doute que cela ne durerait pas. Par contre les bleus laissés par son dernier combat avaient visiblement l'intention de durer le plus longtemps possible. Et l'escalade ayant beaucoup sollicitée son corps l'avait fatigué. Le bilan total n'était pas fameux. Il était tellement éreinté qu'il avait l'étrange impression de flotter dans son corps. Peu désireux de faire une de ses « mauvaises rencontres dans cet état, il passa une journée de repos avant de se lancer sur le chemin du retour. Parfois, mieux vaut prévenir que guérir.

Ayant retrouvé un semblant de forme, le jeune Marchombre s'est vaillamment lancé sur la route. Chaque mouvement était douloureux, cependant à force de marcher il retrouvait son aisance. Il en aurait presque oubliée la douleur si elle ne tenait pas tant à se rappeler à lui. Il avait enfin rejoint le fleuve, depuis une journée, et le redescendait sans se presser, profitant de la fraicheur qu'apportait sa proximité et plongeant ses pensés dans le rugissement du torrent. Il aimait bien l'eau en général, les reflets qui miroitaient sur les éclaboussures attiraient sans cesses son regard. Quelques perles humides se perdait dans ses tresses, éjectées du lit lorsque les remous venait frapper contre les bords. Et pourtant, ce courant paraissait doux. Il en vint cependant à regretter son idée puisque le fleuve ondulait jusqu'au lac Chen, rallongeant encore la distance à parcourir. Finalement, il décida de couper un bon coup, préférant ménager son pied.

Un matin, alors qu'il était partit tôt profitant que le soleil paressait. Il arriva en vue d'une belle cascade, bien qu'il entendit avant le roulement de tambour qui sévissait dans les lieux. A cet endroit le fleuve se jetait d'une sacré hauteur, Nuhadu n'osait pas donner d'approximation car il n'avait jamais su juger les hauteurs, mais c'était sans aucun doute une belle cascade. S'approchant du cœur environnant, plutôt des cœurs étant donné les innombrables battements qu'il aurait fallut pour approcher cette puissance, il put contempler ce qui était sûrement la plus belle image de la nature. Des tonnes et des tonnes d'eaux tombaient sans discontinuer dans un cycle qui ne semblait jamais devoir s'éteindre. Tout au long de la chute on ne pouvait que se demander si c'était vraiment de la matière qui chutait ainsi, mais le choc final était suffisamment emplis de violence pour nous en assurer. Le lieux était digne d'un conte, et Nuhadu fut grandement tenté de s'y plonger. Le soleil tapait fort, le vent s'était tut ne lui apportant aucune brise pour adoucir le regard céleste, et les nuages avaient tout bonnement désertés le fronts. Il y avait bien des arbres aux alentours, mais le jeune homme préféra une baignade à l'abri que formaient leurs ombres. Ainsi, il retira ses vêtement, les laissant étalés sur le sol à distance respectable, pour leur éviter des éclaboussure, et s'enfonça doucement dans l'eau, s'intégrant progressivement en son sein, prenant le temps d'en apprécier la température et les caresses. C'était aussi en se baignant qu'il s'était blessé au pied, et ce il n'y avait pas très longtemps. Mais loin de l'avoir marqué, l'épisode était complétement sorti de son esprit. Il ne pouvait pas non plus avoir peur de faire trempette pour un malencontreux accident!

La nage était un autre exercice qu'il maniait mal. Il avait bien entendu déjà nagé au paravent, il avait appris tout jeune avec sa famille. Mais l'exercice ne s'étant pas répété souvent il était loin d'être un poisson dans l'eau. Il faisait de longues brasses, essayant de ne pas trop boire la tasse, puis finalement, lassé de faire des efforts, il s'abandonna à ne faire que le minimum de gestes pour ne pas couler. Il ferma les yeux et s'oublia complètement... Jusqu'à ce qu'une force titanesque ne le pousse vers les profondeurs. Il avait eu le malheur de dérivé jusqu'à la chute, et perdu dans ses pensées il ne l'avait pas sentit. Il se demanda un moment s'il allait se noyer, si frêle comme il était il parviendrait à vaincre cette force de la nature. Mais ces questions le dégoutait. Il y a toujours moyen de s'échapper pour qui sait regarder! L'eau tombait avec lui, et s'enfoncer profondément dans une cuvette. Elle ne restait visiblement pas là! En effet, plus il s'enfonçait plus la pression était faible. L'oxygène qu'il n'avait pas eu le temps de prendre commençait à lui manquer. Battant frénétiquement des bras, il parvint à s'enfoncer plus vite, puis il s'éloigna du centre du chaos. Ses poumons criaient déjà au meurtre l'accusant d'attentat envers sa propre vie dans sa volonté de ne pas remonter directement comme son instinct le lui ordonnait. Mais Logique était formel la dessus, s'il remontait maintenant il retournait à la rencontre de la cascade, et perdrait toute ses chances de s'en tirer vivant. Il s'éloigna donc encore puis, certains qu'il allait exploser, se décida à remonter et à son merveilleux étonnement fendit la surface. Tellement obnubilé par son besoin d'oxygène il ouvrit la bouche pour inspirer en oubliant de battre des bras pour se maintenir à la surface. Il coula, avala de l'eau, remonta encore en crachant et toussant, mais pensa cette fois à accomplir ce geste élémentaire. Il se dirigea comme il put vers la rive, s'y tira puis s'y écroula sur le dos, respirant à grands coups... Puis, quand son cœur se fut calmé il éclata de rire. Quel mort stupide il avait frôlé! Une nouvelle leçon sur les dangers de la panique... Il ferma les yeux, ne pensant même plus à la chaleur. Aucune rencontre, hein! Depuis le début il côtoyait les pires ennemis des hommes et triomphait. Il se rencontrait lui même.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Sam 11 Déc 2010, 11:05

    Oublier.
     
    Voilà une semaine que la jeune maître vagabondait sur les chemins.
     
    Une semaine où la Solitude était sa seule compagne.
    Une semaine où le mutisme était devenu une seconde nature.
    Une semaine de remise en question.
     
    Oublier.
     
    Un mot.
    Une envie.
    Un but.
     
    Il était l'origine de son voyage.
     
    Oublier.
     
    Elle ne voulait qu'une chose. Se vider l'esprit.
     
    Entièrement.
     
    Ne plus penser à rien. Chasser toute pensé de son ancienne vie pour renaitre et, l'espace d'un mois, en découvrir une nouvelle. Voir les choses autrement. Chasser momentanément le Chaos de son existence et vivre simplement.
     
    Elle n'avait aucune idée de la genèse de cette soudaine volonté. Pourtant, au plus profond d'elle-même, elle en ressentait le besoin. Voilà plusieurs années qu'elle vivait au domaine, guidant chaque jour de nouveaux apprentis sur la voie du Chaos. Elle aimait cette vie. Plus que tout. Elle se sentait enfin entière. A sa place. Alors que le début de son existence n'avait été qu'une suite de doute, celle qu'elle vivait maintenant frôlait la perfection.
     
    Mais elle ressentait le besoin de s'exiler pendant un temps. L'envie de partir. Loin. S'oublier un instant. Juste le temps d'une remise au point. De faire le ménage dans ses souvenirs pour ne garder que les meilleurs et repartir ainsi plus forte que jamais. La haine contre ces deux marchombres qui avaient infiltrées le domaine la rongeait toujours. L'attitude de Tyra face à sa propre mort la hantait également. Elle voulait évacuer tout cela.
     
    Revivre.
     
    C'est pour cela qu'elle été partie, dès l'aube, n'emmenant avec elle que de quoi survivre en pleine nature. Puis, seule, elle s'était enfoncée dans Ombreuse. Maintenant, elle errait sans réelle but, allant là où le vent semblait la guider. Elle avait vite perdue toute notion du temps.
     
    Elle marchait.
    Elle pensait.
    Tout simplement.
     
    Elle restait parfois un jour entier assise dans une clairière pour se retrouver à des dizaines de kilomètres le lendemain.
     
    Elle vagabondait
    Elle réfléchissait.
    Tout simplement.
     
    Un matin, elle se réveilla plus fraiche que jamais, habitée par une étrange bonne humeur qui l’avait déserté depuis plusieurs mois. Elle se sentait légère. Trop légère. Elle préféra pourtant ne pas se poser de question et continuer à avancer.
     
    Le soleil avait déjà prit possession du ciel, en chassant les dernières brides d’étoiles. L’aurore perdait lentement ses milles et une couleur pour laisser la place à un bleu tendre qui emplit doucement l’horizon. Le chant des oiseaux s’éleva rapidement, en même temps que la chaleur. Lacrya leva les yeux au ciel et fronça légèrement les sourcils. Cette température était vraiment étrange en cette saison. Bof, autant en profiter…
     
    Après une petite heure de marche au sein même d’une nature sauvage, un grondement sourd se fraya un passage jusqu’aux oreilles de la jeune femme. Cela ne suffit pourtant pas à la stopper et, emprunte d’une curiosité toute nouvelle, Lacrya se dirigea droit vers la source de ce son. Au fur et à mesure que la distance la séparait de ce qu’elle cherchait, le bruit s'amplifiait jusqu’à lui emplir le crâne.
     
    Elle déboucha alors sur une petite clairière et le spectacle qui s’offrit à ses yeux la stoppa nette.
     
    Une cascade.
     
    Eau tourbillonnante se jetant dans le vide.
    Vaste lac recueillant les rayons vagabonds.
    Roche puissance s’élevant majestueusement.
     
    Elle reprit rapidement contenance en voyant des vêtements abandonnés sur le sol. Elle grimpa dans l’arbre le plus proche et se cacha dans son feuillage. Puis elle resta là un long moment, parfaitement immobile. L’avait-on vu ? Elle scruta un long moment le lac avant d’enfin apercevoir l’inconscient qui avait laissé ses habits au sol. Celui-ci flotté tranquillement au centre du lac, sa peau ébène accrochant le soleil.
     
    Elle n'eut pas le temps d’en voir plus, ce dernier ce faisant happer par la cascade. Pendant un long moment, elle ne le vit plus, enfouit sous des tonnes d’eau. Puis il fit enfin surface avant de re-sombrer presque aussitôt. Il ressemblait à un petit chien se débattant frénétiquement pour ne pas couler. L’envoleuse ne bougea pas d’un centimètre. Elle le regardait juste de débrouiller pour rejoindre la berge et s'étendre, à bout de souffle.
     
    Puis, étrangement, un rire cristallin s’échappa des lèvres de la jeune femme, en même temps que celui du jeune homme. Une semaine qu’elle n’avait pas parlé. Et la seule chose qui sortait maintenant de sa gorge était un rire. Puissant et envouteur. L’origine ? Aucune idée.
     
    Elle resta un long moment à rire. Sans aucune raison apparente. Juste pour évacuer les sentiments qui semblaient se déversaient en flots continue dans ce son clair. Puis tout se clama. Et elle replongea dans son mutisme, un étrange sourire sur les lèvres. Elle regarda encore un moment le jeune homme et se demanda si elle devait se montrer ou non. Elle hésitait. Puis elle se dit que cela ne pouvait être qu’une bonne chose dans ce mois d'exil. Commencer une nouvelle vie c’est avant tout rencontre de nouvelles personnes. Même si le contact ne devait durer qu’un mois…
     
    Lentement, presque avec timidité, elle s'extirpa de son refuge et s’avança vers la lumière. Son visage était maintenant froid et neutre mais pourtant dénudé de toute hostilité. Elle lui jeta un petit regard amusé avant de se dirigé vers le lac, nullement gênée par la nudité de l’inconnu. Elle avait adopté une démarche neutre, désireuse de gardé son agilité développé pour elle. Elle s’accroupit doucement prés de l’eau et la laissa glisser le long de ses doigt avant de se tourner une nouvelle fois vers le jeune homme. Celui-ci avait une stature imposante, mesurant envions 1m80. Lacrya paraissait frêle et sans défense par rapport à cet homme au trait d’adolescent. Elle continua à le détailler pendant un petit moment avant d’aller se percher sur un rochet proche, sans prononcer la moindre parole. Elle ‘avait pas vraiment envie de parler. Pas la première en tout cas.
     
    Oublier…
    Renaitre ?


__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Sam 11 Déc 2010, 15:22

Peut on se perdre dans un rire? Ou même laisser un autre nous emporter?
Celui de la cascade vibrait en lui, tant et si bien qu'il n'entendit pas l'autre.
Il ne pouvait rien entendre d'autre, la cascade était son seul repère, son seul point d'appui alors que quelques instants plutôt elle les lui avaient fait tous perdre.
Il rouvrit les yeux, constata qu'en haut le ciel se prenait au jeu.
Aucun des doux rêves immaculés n'osaient tâcher la profondeur de son bleu azuré, a croire qu'il souhaitait défier l'océan.
Belle audace qui tira un sourire au rescapé. Voilà pourquoi la cascade riait sans fin, parce qu'au dessus d'elle il y en avait un qui pensait pouvoir défier sa mer l'océan alors qu'il était incapable de reproduire les miroitements dont elle se paraît sous le regards admirateur du soleil.
Ce dernier était-il conscient que la beauté qu'il appréciait été en partie due à son regard enflammé?
Aimait-il un miroir ou ce qui se profilait sous son œil?
Peut-on aimer autre chose que soit?
Peut-on s'aimer soit même...

Un doux son vint le sauver d'une autre noyade bien plus dangereuse encore que celle que lui proposait la cascade. Se perdre dans de tels réflexions risquaient de mettre un terme à sa bonne humeur.
Il releva la tête, cherchant à comprendre ce qui pouvait ainsi se démarquer de l'ensemble que formait nature en ce lieu perdu.
Qu'est-ce qui parvenait à surpasser le chant de la cascade?
C'était un son faible, mais suffisamment proche pour qu'il l'entende. Un son qui prenait sa source d'un simple contact entre un doigt et le lac.

En remontant le doigt, il trouva une jeune femme accroupi sur la rive. Il remarqua d'abord ses cheveux blancs, lui qui quelques instant regrettait l'absence des nuages! Ils étalaient leur pureté jusqu'aux épaules de la jeune femme. Ensuite ce fut les yeux... Des yeux de brumes qui le parcouraient tranquillement. Il les observa aussi, appréciant leur couleur étonnante. C'était la première fois qu'il en voyait de pareils. Puis, il se souvint de sa tenu légère et détacha son regard de celui de la jeune femme.

Comment auriez-vous réagit à sa place? Il était complètement nue devant cette jeune femme... Se cacher maintenant ne ferais que rajouter à son embarras... et ne rien faire pourrait donner une drôle image de lui... En même temps, il n'avait pas à se montrer honteux de son corps. Mais il ne pouvait pas non plus s'exhiber ainsi. Il choisit d'aller récupérer ses vêtements, et constatant l'amusement qui se dessinait sur le fin visage de sa voisine, il ne fit preuve d'aucune pudeur. Elle avait déjà vu tout ce qu'il y avait à voir. Pourquoi perdre son temps à essayer de rattraper le passé.

Dès qu'il fut debout il constata qu'elle n'était pas très grande. Par rapport à lui en tout cas, et de plus si fine qu'elle paraissait fragile. Fragilité que son regard dissipait. Elle ne faisait preuve d'aucune timidité, d'aucune peur.

Tandis qu'il rejoignait ses vêtements, sans se presser car il ne voulait pas donner l'impression d'être effrayé par son regard, elle se leva, se lassant apparemment du contact de l'eau, et rejoignit un rocher pour y prendre place.

Nuhadu s'habilla prestement puis, ne pouvant vraiment pas supporter le silence qui s'établissait entre eux s'approcha d'elle, les muscles encore douloureux pas les efforts qu'ils faisaient depuis quelques temps et surtout par ceux d'il y a quelques instants. Il était bien conscient que ses mouvements manquaient de grâce et de souplesse, mais il n'avait pas à s'en soucier, il les retrouvera dans quelques jours. Et tant pis pour la jeune fille si ce n'était qu'un canard boiteux qui se tenait devant elle.

Avant d'engager la conversation, il constata qu'elle était plus âgée que lui. De combien? Il ne saurait pas dire, elle respirait une jeunesse qui l'empêchait de se fixer. Oubliant alors ce détail, il se mit en quête de la phrase parfaite à sortir dans cette situation... L'exercice était difficile, il en voyait plusieurs...

Il pourrait essayer de la faire sourire. Partir sur sa précédente nudité, puisqu'elle ne semblait pas la gêner, et au passage lui faire remarquer que ses regards avaient quelques peu frôlés des zones personnelles. Il mettrait ainsi fin à son propre malaise et peut être même le ferait-il naître en cette personne apparemment imperturbable. Enfin dans le meilleur des cas. Elle pourrait aussi mal le prendre, et alors allez savoir sa réaction! Ou bien jouer le jeu et s'y révéler très douée, dans ce cas si, Nuhadu n'en sortirais que plus gêné...

Il repoussa l'idée. Il y avait trop de si de peut être et de coup de chance. Et puis l'ambiance tranquille de la cascade le poussait à être plus diplomate. Peut être qu'il pourrait commencer par se présenter et lui demander son nom. L'idée était simple, mais pas assez originale. Il avait appris à reconnaître en les gens aux cheveux blancs des personnes exceptionnelles. Il ne savait pas en quoi, mais les magnifiques yeux de sa nouvelle amie, enfin de cette personne, le poussait à croire qu'elle était très particulière.

D'un seul coup ça le frappa!
Quelque minutes plus tôt, alors qu'il échappait encore aux jeux du destin, il pensait que son voyage allait finir sans aucune rencontre étrange. A croire que pour le contredire le hasard se faisait une joie de chambouler le monde!

Il étudia alors plus attentivement cette étrange créature qui allait sans doute le mettre à l'épreuve.
Paranoïaque? N'avait-il pas assez de tare sans ajouter celle là? Mais, l'inspection qui avait débuté dans un soucis d'assurance continua sans qu'il ne put s'en empêcher.

La beauté est quelque chose d'étonnant. L'équilibre s'est beau. Plus il est précaire plus on l'admire. Pourquoi? Parce que la fragilité nous fascine. Tout comme elle fascinait Nuhadu en cet instant. Il finit par fixer son regard dans les yeux de brumes, et il comprit qu'il n'était plus temps de réfléchir mais de parler. Il monta avec maladresse sur le rocher, puis assis à côté de la jeune femme il se décida enfin.


- C'est jolie ici non?

Et encore une fois il ne put que se maudire en silence sur ses introductions lamentables.
Il ne put que se maudire et lâcher un petit soupir vers le ciel.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Lun 20 Déc 2010, 16:05

    Gêne.

    Un petit sourire amusé se dessina lentement sur le visage de la jeune femme. La confusion se lisait facilement sur le visage du jeune inconnu. A moins que cela ne fut que de la surprise. En tout cas, cela n’en était pas moins drôle. Il semblait avoir prit conscience de sa tenue qu’à ce moment précis et son cerveau devait tourner à plein régime. Un rire naquit dans la gorge de la jeune femme mais elle réussit à l’étouffer avant qu’il ne franchisse ses lèvres. Ne commençons pas à nous moquer maintenant.

    Elle le regarda, appuyant son regard pour faire un peu plus monter la gêne en lui. Elle s’amusait. Cet inconnu avait le don de faire monter en elle une joie étrange. Depuis combien de temps un sourire n’avait-il pas étiré ses lèvres. Bien trop. Alors autant profiter de cette présence éphémère pour se divertir un peu. Elle le regarda se lever et effaça son sourire de ses lèvres, le laissant vagabonder dans son âme. Elle détailla sans honte la grande silhouette du jeune homme. Elle était d’une finesse impressionnante. Les muscles semblait avait déserté son organisme pourtant, aucune aura de faiblesse ne s’y dégageait. Au contraire. Une certaine grâce habité ses mouvement même si cela n’était pas flagrant.

    Elle le suivit du regard tandis qu’il partait vers ses vêtements d’un pas calme et posé. Finalement, il ne semblait pas si gêné que ça. Elle ne détourna pas le regard tandis qu’il se rhabillé et prit un malin plaisir à le voir accélérer le mouvement. C’était si drôle de mettre les autres dans une situation précaire. Il s’immobilisa ensuite et un lourd et long silence s’installa entre les deux personnages.

    L’une exalté de l’intérieur, heureuse d’avoir retrouvé un semblant de bonne humeur.
    L’autre semblait réfléchir à ce qu’il devait faire.

    Le silence s’éternisait. Il devenait plus profond et plus lourd à chaque seconde. Il en était presque poisseux et plus le temps s’écoulait plus on s’enlisait à l’intérieur. Pourtant il ne gênait nullement Lacrya. Elle avait passé une semaine entière en sa présence et avait apprit à l’aimer et à l’accepter. Quelques minutes de plus ou de moins n’allait pas y changer grand-chose. Elle laissait donc faire, s’amusant à observer les réactions du jeune inconnu qui semblait tout faire pour sortir de cette immobilité auditive.

    La jeune femme s’amusa à imaginer ce qu’il allait faire. Elle était prête à parier qu’il allait lui demander son nom. C’était de loin le comportement de la plupart des gens dans ce bas monde. Pourquoi cette fixation sur le mot qui désigne les choses ? Voila plusieurs années qu’elle se posait la même question. Lorsque l’on rencontre une personne c’est d’abord ton nom que l’on souhaite savoir plus que ta fonction. Pour un objet, c’est la même chose. C’est tout d’abord « qu’est-ce que c’est ? » avant le « a quoi sert-il ? ». Après cela peut être mal prit. Elle entend déjà les reproches. « Il veut savoir à quoi je sert avant de savoir qui je suis ! ». C’est pourtant dans l’ordre des choses et il faut arrêter de se mentir ! L’homme est pourri. Il n’est qu’un ramassis de mensonge et d’hypocrisie. L’on ne fait jamais rien sans qu’il n’y ait un quelconque intérêt pour nous. Lacrya n’échappe pas à la règle. Cependant, elle l’admet. Et c’est ça le plus important.

    Un léger soupire franchit les lèvres de la jeune femme tandis que sa bonne humeur éphémère commençait déjà à s’évaporer.

    Fuir.

    Voila le vrai but de son voyage.

    Fuir et oublier.

    Alors pourquoi est-elle sortie de sa cachette ? Pourquoi, alors que son but n’était qu’éviter l’humanité, se plonge-t-elle une nouvelle en elle ? Aucune idée. Encore une incertitude.

    Elle releva finalement la tête en sentant l’air bouger autour d’elle. Elle découvrit alors l’inconnu assit à côté d’elle, la fixa avec ses yeux noir. Noir… Vraiment ? Maintenant que leur regard était entremêlé, on pouvait distinguer une légère différence entre la couleur de la pupille et celle de l’iris.

    Marron.
    Les ténèbres n’habitaient donc pas les yeux de cet homme.

    Elle continua à le fixer, ne voulant en aucun cas baisser son regard. Pourtant, c’est elle qui craqua en première. L’inconnu venait de parler. Sa voix était hésitante mais n’en tremblait pas pour autant. Et Lacrya n’avait put résister. Elle avait détourné les yeux et avait éclaté de rire. Un nouveau rire cristallin. Presque enfantin. Avec lui, un nouveau flot de souvenir s’évapora.

    Les deux marchombres venaient de la quitter.

    Elle mit un long moment à se calmer. Il ne lui avait pas demandé son nom. Mais sa question n’en était que plus pitoyable. Comment aurait-elle réagis à sa place ? Elle n’en savait rien et s’en fichait totalement. Pour le moment elle n’avait qu’une chose en tête. Rire de la maladresse du jeune homme.

    Elle finit par se calmer et regarda l’inconnu d’un œil moqueur, espérant qu’elle ne l’avait pas trop vexé. Elle regarda finalement autour d’elle et soupira doucement. Un oiseau vint la frôler avant de s’envoler au creux des remous de la cascade. Un sourire sincère se fraya un passa sur ses lèvres.


    - Oui.

    Elle le regard et reprit un air moins joyeux. Elle laissa une nouvelle fois le silence s’installer entre eux deux et lui souffla doucement.

    - Allez-y, retentez tvotre chance.

    Elle lui lança un nouveau sourire moqueur avant de laisser son regard vagabonder sur le paysage. Elle venait de l’inviter à refaire son introduction. Allait-il prendre cela avec humour ou s’en aller, frustré ? Elle n’en avait aucune idée. Elle espérait sincèrement qu’il allait choisir la première. Mais elle ne pouvait rien prévoir. De plus, beaucoup partirais après ce genre de réflexion. Mais sait-on jamais… Qu’allait-il bien pouvoir faire maintenant ?

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Lun 20 Déc 2010, 21:58

Depuis le début de leur rencontre, il semblait qu'elle était prise d'une joyeuse humeur. Sans doute avec raison.

Sous un ciel magnifique, au bord d'une cascade féérique, elle rencontre un homme vêtu comme Adam, et maladroit comme personne. Ses yeux s'étaient d'ailleurs bien amusés à le scruter sans retenu. Avait-elle cherchée à le gêner pour s'amuser? Avait-elle aperçut ce qu'elle désirait ou était-il parvenu à cacher son malaise avec efficacité?

Ses sourires, et ses yeux rieurs étaient des réponses plus qu'explicitent, mais perdu dans ses pensées et occupé à la détailler du regard, il n'avait pas pu se pencher sur la question, pas suffisamment pour s'en outrer. Au contraire, il en était ressorti avec une folle envie de parler... mais les mots ne voulaient pas venir comme il le souhaitait. Ils semblaient prendre la fuite devant l'inconnue, et sa phrase n'avait aucun intérêt, polie et totalement éloigné de ce sujet qui s'offrait à lui et qu'il s'impatienter d'explorer. Cette femme. Qui était-elle, d'où venait-elle, comment, pour quelle raison, venait-elle souvent, était-elle mariée...
Pourquoi cette dernière question s'insinuait-elle dans son esprit? En quoi cela avait-il de l'intérêt pour lui? Simple curiosité? A son grand malheur il en douta. Mais en grand maître de ses émotions, il la rejeta, rejeta toutes ses questions. C'était maintenant trop tard puisqu'une autre avait franchie ses lèvres. Le voilà voué à la tenir jusqu'au bout.

Mais, sa question eut des effets imprévus. La jeune femme percevant sans doute qu'il s'éloignait du sujet recherché, éclata d'un haut rire, clair et magnifique. La première fois qu'il entendait sa voix, et il était déjà sous le charme. Le grondement de la cascade lui même était incapable de passer au dessus de ce rire dans ses oreilles... Pensez vous vraiment que ce n'était dû qu'à leur proximité? Allez savoir!

Le rire se répercuta longtemps, et elle finit par se remettre de son hilarité. Nuhadu n'avait même pas pu feindre d'être vexé, puisque sur le moment il était resté admiratif. Mais se reprenant, il s'empêcha au moins de trop montrer l'impact que ce rire avait eu sur lui, avant qu'elle ne repose finalement son regard sur lui. Elle poussa un petit soupir, sans doute pour chasser les restes de sa précédente allégresse et ainsi garder son sérieux avec plus de facilité. C'est en tout cas ainsi qu'aurait procédé le garçon.

Sortit de nulle part... en tout cas pas des yeux de la jeune femme qu'il ne cessait de fixer, un oiseau passa tout près d'eux, surtout d'elle. Un signe? Était-il en train de contempler une dryade ou une quelconque gardienne de la nature? Une nymphe? Il s'emballait. Des rêves et des superstitions se mêlaient à ses pensées. Il les écarta. Cette personne qui qu'elle soit était bien réelle. Elle sourit avant de lui répondre enfin. Un simple oui, rien de plus. Quoi d'autre?

Elle perdit ensuite son sourire, plus sérieuse d'un seul coup sans qu'il comprenne pourquoi. Était-ce juste de la moquerie qui l'avait ainsi prise? Il ne savait pas, aurait-été bien en peine de lire cela en elle. Tout ce qu'il percevait c'était ce qu'elle lui montrait. Et étrangement elle ne lui montrait pratiquement rien. Et ça dura le temps d'une éternité, qu'elle rompue dans un petit souffle.


- Allez-y, retentez votre chance.

Il hésita. Elle lui offrait une seconde chance. C'était donc bien qu'elle trouvait sa première question aussi nul que lui, mais qu'elle trouvait de l'intérêt à le laisser recommencer. Il ne sut pas pourquoi son cœur bondit à cette idée. Certes, il n'avait aucune maîtrise sur lui, mais il espérait au moins le comprendre. Visiblement il en était encore loin. En tout cas, il décida de ne pas bâcler cette chance que lui offrait cette étonnante personne.

Le sourire aux lèvres, il se laissa deux secondes- pouvait-il vraiment retenir plus longtemps sa langue lorsque celle-ci souhaitait s'élancer?- afin de concocter une belle phrase, qui finalement devint bien plus. Hors de questions de laisser les mots lui échapper! Surtout que cette appel de la femme et le sourire qu'elle lui offrait était une invitation à ne plus tourner en rond. Il ne voulait pas la décevoir.


-Je vous remercie de cette perche que vous me tendez pour me repêcher, et figurez vous que c'est la deuxième fois que je risque de me noyer en un laps de temps étonnamment court! Mais puisque j'ai l'occasion de sortir la tête de l'eau, je vais tenter de ne pas replonger. De nombreuses questions brulent mes lèvres, et j'ai bien peur de ne pouvoir en choisir qu'une. Votre noms est un désir qui pique beaucoup ma curiosité tandis que mes réflexions convoitent les raisons de votre présence en ce lieu. Elles sont peut être indiscrètes, mais j'ai espoir que vous ne regretterez pas de m'avoir poussé à les poser. Et je ne peux sûrement pas conclure sans faire éloge à votre magnifique voix.

Il retint ses autres questions, conscient de déjà trop monopoliser la parole, et pas encore sûr de celles qu'il voulait poser. Il attendit donc gentiment qu'elle prenne la parole. Et aussi un peu impatient d'entendre son nom et peut être, avec de la chance, d'apprendre d'où elle venait. Il n'était pas vraiment du genre à fuir les gens, mais il se permettait rarement de les questionner profondément sur leur vie privé. A dire vrai, il se contentait souvent d'un nom. Le reste lui étant bien inutile. Mais là il voulait savoir, et sa curiosité prenait le pas sur sa réserve. Pourvu qu'elle ne le prenne pas mal.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Mer 22 Déc 2010, 19:17

    Plaisir.

    Lacrya laissa aller sa tête vers l’arrière, ses cheveux formant comme un rideau de soie à l’arrière de son crâne. Ses paupières se fermèrent seules. Son sourire moqueur s’évapora rapidement pour laisser place à une étrange expression de sérénité. Le soleil chauffer sa peau trop blanche qui lui était totalement offerte. La jeune envoleuse s’étendit doucement, s’appuyant sur ses avant bras. Elle poussa un léger soupir de satisfaction qui mourut à peine sortit de ses lèvres.

    Elle se sentait étrangement libre et légère. Le flot de souvenirs qui l’habité l’avait presque entièrement quitté et elle pouvait maintenant laisser son esprit vagabonder librement sans qu’il ne soit agressé par quelques mauvaises brides provenant d’un passé éloigné.

    Elle était bien.
    Calme.

    Elle se releva finalement et jeta un petit coup d’œil à l’inconnu qui se trouvait toujours à ses côté. Il la fixé avec une intensité qu’elle n’avait pas l’habitude de rencontrer. Généralement, c’était elle qui s’amusait à épier ainsi les gens, riant de leur gêne. Mais cette fois, le regard que lui portait ce jeune homme avait quelque chose de dérangeant. Il semblait la décrire dans les moindres détails. Tout semblait être capté par son regard. Et c’est cela qui faisait monter un étrange malaise. A côté de lui, l’aura mystérieuse qu’elle s’efforçait de conserver semblait fondre.

    Un léger frisson la parcourut.

    Le silence fut soudain brisé. Une voix délicieusement grave s’éleva doucement. Elle était empreinte d’une politesse remarquable. Lacrya se tourna vers le jeune homme, les yeux emprunt de surprise.


    -Je vous remercie de cette perche que vous me tendez pour me repêcher, et figurez vous que c'est la deuxième fois que je risque de me noyer en un laps de temps étonnamment court ! Mais puisque j'ai l'occasion de sortir la tête de l'eau, je vais tenter de ne pas replonger. De nombreuses questions brulent mes lèvres, et j'ai bien peur de ne pouvoir en choisir qu'une. Votre nom est un désir qui pique beaucoup ma curiosité tandis que mes réflexions convoitent les raisons de votre présence en ce lieu. Elles sont peut être indiscrètes, mais j'ai espoir que vous ne regretterez pas de m'avoir poussé à les poser. Et je ne peux sûrement pas conclure sans faire éloge à votre magnifique voix.

    L’envoleuse resta pétrifiée devant ce discourt. Elle reprit rapidement ses esprits et détourna le regard, ne voulant pas qu’il trahisse son gêne. Jamais un homme ne lui avait parlé ainsi. Elle ne savait comment réagir.

    Moquerie.

    Ce fut la première pensé qui lui vint à l’esprit. Cet homme ne pouvait que mentir. Lui rendre l’appareil et se jouer d’elle. Toutes ces flatteries ne pouvaient être sincères. L’Homme n’agit que par intérêt…

    Lacrya prit un air dur et se tourna vers l’inconnu. Elle chercha un instant son regard et planta ses yeux dans les siens. Elle resta un long moment à le fixer, essayant de percer ses moindres émotions. Elle n’y trouva aucune trace d’ironie. Ses sourcils se froncèrent et elle finit par détourner une nouvelle fois le regard. Que faire ? Elle finit par se lever et descendre tranquillement du rochet.

    Elle s’avança en silence vers le bassin translucide et s’accroupi une nouvelle fois. Elle testa la température de l’eau puis se releva, un petit sourire taquin sur les lèvres. Elle se dévêtit lentement, ne gardant qu’une bande lui emprisonnant la poitrine et une culotte. Elle jeta un petit coup d’œil au jeune homme puis, un air moqueur imprimé sur son visage, elle effectua un plongeon parfait dans l’eau claire.

    L’eau explosa autour d’elle et une fraicheur inattendue déferla le long de ses membres, lui coupant le souffle. Elle battit énergiquement des pieds et creva rapidement la surface dans une gerbe d’éclaboussure. Elle se plaça ensuite en position « planche » et se laissa dériver sur le lac, poussé par les remous produit par la cascade.

    Lui donner ?
    Ne pas lui donner ?
    Lui donner ?
    Ne pas lui donner ?

    Son esprit fumait. Elle ne savait que faire. Lui offrir son nom ou continuer obstinément à se taire ? Un soupir franchit ses lèvres. Elle décida de se taire… Pour le moment. S’il voulait sa réponse, qu’il vienne la chercher.

    Un sourire étendit une nouvelle fois la commissure de ses lèvres. Elle finit par se ramasser en boule et se laisser couler vers le fond, chassant la moindre parcelle d’air de ses poumons. Elle toucha le fond et, poussant sur ses jambes, remonta telle une flèche à la surface avant de ses laisser une fois de plus dériver au grès des courants.

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Ven 24 Déc 2010, 10:47

Surprise? Elle qui se montrait si assurée depuis le début de leur rencontre, voilà que soudainement son immobilité trahissait soudain sa réflexion. Pourtant, juste avant qu'il ne parla, la sérénité qu'elle transmettait était contagieuse. Sa façon si simple naturelle et peut être même gracieuse qu'elle avait de se prélasser au soleil avait sur lui un effet étrangement anesthésiant. En contrepartie, les reflets qui s'épanouissait sur ses cheveux auraient pu faire pâlir de jalousie la cascade si elle avait pu montrer la moindre émotion. Mais là, c'était surtout le souffle du jeune homme qui se faisait profond, pour tenter de calmer se raisonner, de se contenir. La furieuse envie de laisser ses doigts glisser dedans était vraiment déplacée. De plus il ne la comprenait pas. Depuis quand son instinct se permettait-il de tels écarts? A moins que ce ne soit son imagination qui le perturba. Était-il en train de rêver cette jeune femme plutôt que de la regarder?

Elle détourna les yeux. L'avait-il brusquée? Peut être n'aimait-elle pas que l'on s'intéresse autant à sa vie. D'autant que lui même n'était qu'un étranger. Il devait se modérer, réfléchir plus. Il était pourtant bien conscient qu'en société il y avait des règles à suivre. Il ne les aimait pas, mais elles avaient quand même pour but d'éviter ce genre de situation. Maintenant qu'il avait piétiné ces règles, que devait-il faire? Tenter de les restaurer? Ou pousser cette personne à le suivre hors des sentiers battus?

C'est elle qui réagit en première. Le regardant à nouveau, mais avec un regard féroce... de la colère? Elle le fixa dans les yeux, comme si elle cherchait à happer dans ses prunelles chacune de ses pensée. Peu de chance qu'elle y arrive, et même si c'était le cas, la tempête que représentait son esprit était impossible à cerner. Même pour lui. Il ne chercha donc pas à se dérober, profitant de l'occasion pour admirer les jolies pupilles qui ne perdaient rien de leur charme lorsqu'elle était en colère. Peut être même au contraire. Mais après un léger froncement de sourcil elle détourna encore le regard. Avait-elle trouvé ce qu'elle cherchait? Elle n'en avait pas l'air.

Sans prévenir elle quitta le rocher. Doucement, donc pas pour s'enfuir. Nuhadu hésita une minute, puis décida de la suivre en se laissant glisser sur le sol. Elle se dirigeait vers la cascade, pour quelle raison? Apparemment pour y tremper a nouveau le bout de ses doigts. Aimait-elle à ce point le contact de l'eau? Accroupie, elle semblait ne plus concentré sur son geste qu'elle ne l'était avant. Puis, elle se releva, et avant qu'il ne comprit ce qu'elle avait en tête, il la vit enlever ses vêtements. Il resta longtemps sans comprendre ce qu'il se passait sous ses yeux. Yeux qu'il ne pensa même pas à détourner étrangement. De toute façon, la jeune femme avait gardée le strict nécessaire pour que pudeur ne soit point bafouée. Et, alors qu'elle n'avait plus pour la couvrir qu'un linge gardant sa poitrine, et une simple culotte, elle sembla se souvenir qu'il était là! Non, pas se souvenir... le regard qu'elle lui faisait laissait entendre qu'elle était parfaitement consciente de ses gestes troublants. Elle jouait avec lui. Et dire qu'il avait cru un moment qu'elle était gênée!

La belle disparut dans un plongeon impeccable, que l'on aurait pu qualifier de parfait. Elle était donc à l'aise dans l'eau en plus de cela? Venait-elle d'un village aux alentour du lac Chen? C'était aller trop vite en conclusion! Les cours d'eau, les lacs, et les bassins étaient nombreux dans l'empire. Et la tenue de cette jeune femme laissait entendre qu'elle avait voyagé. Tant de mystères l'entourait, qu'elle allumait des lueurs de convoitise dans les yeux de Nuhadu. Il aurait tant aimé les percer les uns après les autres! Découvrir qui pouvait se cacher derrière cette assurance! Mais pour l'instant, un dilemme se posait à lui. La rejoindre? Ou l'attendre?
Il doutait fortement qu'elle eut fait ça pour l'inviter à nager avec elle. Après tout, il en venait! Et peu de chance que ce soit une provocation à montrer son corps, elle avait déjà eu tout le temps d'observer ce qui aurait pu l'intéresser. Alors quoi? S'isolait-elle ainsi de lui? Était-ce sa manière d'esquiver ses questions? S'attendait-elle à ce qu'il la rejoigne comme un bon toutou, ou qu'il l'attende de même? En fait, la seule option avec laquelle il était sûr de la surprendre c'était en reprenant sa route sans un mot. Mais l'idée lui déplaisait fortement. Ce serait tirer une croix sur les réponses à ses questions, et ce n'était pas son genre d'abandonner!

Elle refit surface alors que l'éclat de son plongeon s'estompait à peine. La voir ainsi sortir son jolie minois au milieu des perles d'eau avait quelque chose de fantastique. Les sirènes existent-elles finalement? La tentation de la rejoindre était grande. Mais sa dernière, et toute récente, expérience de natation lui suffisait amplement pour l'instant. Et, il n'allait pas non plus la suivre partout! D'ailleurs, lorsqu'il la vit faire la planche il comprit qu'elle n'attendait pas vraiment à ce qu'il vienne jouer avec elle dans l'eau.

Déçut, rassuré? Il n'était ni tout a fait l'un, ni tout a fait l'autre. Dans tout les cas, il n'allait pas retourner dans l'eau après s'être rhabillé! Rejoignant le rocher, il s'y adossa pour regarder la ''sirène'' nager. Dire qu'un peut plus tôt s'était lui qui y était! Quelqu'un l'avait-il aussi observé? Cette personne se serait sûrement déjà montré depuis le temps. Ou partie. Quel intérêt y avait-il à regarder un homme nager? Lui n'en voyait aucun, alors qu'il ne parvenait pas à détacher ses yeux de la jeune femme. L'aisance qu'elle affichait dans cet élément le fit sourire. Oh oui elle était spéciale! Mais jusqu'à quel point? Qui le destin s'était-il amusé à le faire croiser cette fois?

Chauffé par le soleil, il attendit là. Rêvassant finalement plus qu'il ne l'observait. Un esprit comme le sien était bien incapable de se concentrer longtemps. Il commençait par la détailler, la comparait à des créatures inimaginables pour tout autre, et finissait par dériver sur les sentiers d'une imagination bien à lui. Sur le coup, il en oublia qu'il voulait rentrer à toute vitesse. L'Académie avait quittée ses pensée. Tout comme raison était en train de sommeiller. A ses oreilles, le chant de la cascade qu'il avait admiré n'était plus qu'un fond sonore accompagnant les rares clapotis qu'elle laissait dans son sillage.

Il en avait même oublier qu'elle lui devait des réponses! Dans cet état là il n'était plus que rêveur. Aucune des informations que ses sens collectaient ne gardaient leur réalités, et ses pensé s'emmêlait sans plus aucune signification. Il était juste bien. Il attendait patiemment.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Dim 26 Déc 2010, 13:55

    Elle dérivait.

    Son esprit, aussi bien que son corps, se laissaient balloter par les différents courant environnants. Ces derniers ne trouvaient aucune résistances et se donner à cœur joie de jouer avec ces deux objets passifs.

    Son corps se faisait pousser par la puissance de la cascade qui la ramenait inexorablement vers la berge. Lacrya se laissait totalement faire. Parfois, elle disparaissait sous la surface pour réapparaitre plusieurs mètres plus loin, évitant ainsi la collision entre sa chair et la terre.

    Son esprit, lui, dérivait sous de tout autre courant. Ses paupières étaient closes et pourtant, l’image de l’inconnu revenait sans cesse à son regard, comme un fantôme hantant ses esprits. Plusieurs fois elle avait tenté de le chasser mais il revenait sans cesse. A ses oreilles résonnaient encore les quelques mots de son discours troublant. Son âme criait toujours aux mensonges pourtant la sincérité qu’elle avait lut dans le regard de ce jeune homme venait balayer cette conviction.

    Un soupir franchit ses lèvres alors qu’elle se laissait couler une nouvelle fois. Elle resta un long moment à l’abri de l’eau, ses jambes entre ses bras tel un fœtus au creux du ventre de sa mère.

    Lui donner ?
    Ne pas lui donner ?
    Lui donner ?
    Ne pas lui donner ?

    Cette question revenait sans cesse. Que faire ? Répondre à sa demande et lui offrir son nom ainsi que la raison de sa présence ici ou se plonger une nouvelle fois dans le mutisme et ne rien révéler ?

    Renaitre.

    Les yeux de l’envoleuse s’ouvrirent brusquement. Elle resta un long moment pétrifié, regardant le fond du bassin se rapprocher lentement. Elle mit un moment à se rendre compte que ses poumons étaient en train d’exploser. Son cœur s’emballa un instant et elle battit avec frénésie des pieds pour remonter à la surface. Elle creva rapidement la surface et prit une longue goulée d’air avant de reprendre son ancienne position, son rythme cardiaque se calmant lentement.

    Renaitre.

    Voila la solution. Oublier son passer. Se forger une nouvelle existence le temps d’un mois.

    Revivre.

    Un sourire mystérieux se dessina sur le visage de l’envoleuse. Non, pas de l’envoleuse.

    De la jeune femme.

    Elle n’était plus mercenaire. Elle ne s’appelait plus Lacrya Sil’Morna. Désormais, elle était Aïnomora. Simple fille de marchant qui n’a envie que d’aventure et de liberté.

    Qu’est-ce que cela faisait d’être une autre personne ?
    Qu’est-ce que cela faisait de tout oublier ?
    Qu’est-ce que cela faisait de vivre dans le corps d’une autre ?
    Juste l’espace d’un instant…

    Renaitre.

    Son nom est Aïnomora. Elle est une jeune femme sans histoire. Fille d’un marchant ambulant. Rien quoi.

    Renaitre.

    Pourquoi pas essayer ?

    Lacrya finit par se laisser échouer sur la berge qu’elle avait quittée quelques minutes plus tôt. Elle se releva lentement et s’étira sans retenue. Un sourire étendit ses lèvres tandis qu’elle posait son regard sur l’inconnu maintenant assit contre le rochet où il se trouvait perché quelques minutes plus tôt. Elle lui sourit tranquillement avant de marcher un peu au soleil. Elle se baissa ramassa un caillou parfaitement plat et le fit tourner entre ses doigts. Elle se releva et se dirigea vers l’inconnu.

    Elle s’assit à côté de lui, veillant à bien se trouver dans un rayon de soleil afin de sécher rapidement. Elle passa rapidement une main dans sa chevelure blanche pour y faire tomber les quelques gouttes restées accrochées. Un léger soupire s’échappa de ses lèvres tandis qu’elle lançait rêveusement le galet au loin. Elle se tourna ensuite vers l’inconnu et planta son regard dans le siens. Elle détourna rapidement les yeux avant de se noyer dans ces pupilles d’un noir éclatant.


    - Aïnomora. Quand à la raison qui m’a poussé à venir ici, elle échappe encore à mon esprit.

    Elle lui lança un petit sourire mélancolique avant de continuer.

    - M’offrirais-tu également ton nom ?

    Elle détourna ensuite les yeux. Pourquoi lui demander son nom ? En avait-elle vraiment besoin ?

    Son regard se perdit au loin puis ses yeux se fermèrent sereinement.


__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Sam 08 Jan 2011, 13:53

Ne sachant pas qui de la cascade ou de la jeune femme le captivait le plus, Nuhadu, nonchalamment adossé contre le rocher qu'ils avaient quittés il y a peu, se contentait de suivre l'étrange communion que formait les deux racines de son admiration. Il ne s'en rendait pas compte, mais il ne pensait plus à rien, n'essayait plus de détailler, de comprendre. Il observait sans vraiment voir. Tout ce qu'il voyait c'était la magnifique harmonie qui liait sa amie anonyme à l'élément qui avait tenté de le tuer.

Une sirène? Plus il la découvrait plus il doutait de son existence. Sa délicate beauté, son rire si clair et prenant, ses yeux mystérieux, sa chevelure immaculé. Et maintenant son aisance dans le lac qui lui faisait penser à un poisson. Comment être certains qu'il ne s'était pas tout bêtement évanoui suite à sa noyade et qu'il rêvait cet être magnifique. Il ne l'avait pas touchée pour attesté son existence, n'avait pas son nom. Il ne cessait d'en découvrir sur elle, mais ne savait pourtant rien. Et alors qu'avec n'importe quel adversaire il aurait cherché le moindre indice pour découvrir son parcourt, ses origines, ses faiblesses, ses forces, sa mentalité... Là il restait tout bêtement à attendre qu'elle lui offre ses renseignements. Il devait se réveiller se secouer... Elle ne pouvait pas être personne!

Il obtint l'occasion de se reprendre tandis qu'elle se laissait tomber dans les profondeurs liquides. Se détachant du spectacle il tenta de se souvenir tout ce qu'il savait et avait vu d'elle. Pas grand chose. Elle n'était certes pas timide, ne semblait jamais atteint par la peur, elle était joueuse, elle aimait sans doute les loups... D'où lui venait cette dernière réflexion? Il se creusa un instant la mémoire... Des traits sombre s'étirant sur une peau si claire... Comment avait-il pu ne pas prêter plus d'attention à ce tatouage... Un loup en pleine ode à la Lune. Il était maintenant sûr de rêver... Personne ne peut être à ce point faite pour attirer un homme... Tout, tout en elle était si... est-ce seulement définissable... Le moindre de ses gestes, de ses paroles.. jusqu'à ses particularités physiques... tout... il adorait tout ça... Et pourtant, c'était si peu. Si peu pour décrire une personne. Il eut l'envie de sauter dans l'eau, la rejoindre, la presser de répondre à ses questions...

Et l'effrayer... Non, il serait plus simple d'attendre qu'elle mette elle même fin à son isolation, plus sûr aussi. Elle ne l'avait pas vraiment invité à la suivre, même s'il l'avait tout d'abord pensé... De toute façon il aurait été bien incapable de la suivre dans ce milieu qui n'était pas le sien, ni même de rester aussi longtemps sous l'eau... Depuis combien de temps y était-elle?

Se redressant il essaya de retrouver la dernière fois où il l'avait vu s'immerger. Mais comment trouver un repère au milieu de toutes ses gouttes qui s'entremêlent pour ne plus former qu'une. Elle pouvait être n'importe où sur la surface... Qui n'était d'ailleurs pas si claire puisqu'il ne l'apercevait pas... Se pouvait-il qu'elle est disparue? Un indice de l'achèvement de se rêve?

Il se pinça un bon coup pour arrêter son délire. Il ne rêvait pas et elle ne sortait pas de l'eau... Devait-il sauter la rejoindre? Comment être sûr qu'elle n'était pas en train de se noyer... Il n'arrivait pas à se décider... Elle avait semblé si à l'aise... Pouvait-elle vraiment se noyer? Il était sur le point de courir vers le bassin quand une ombre à dans ses remous le pétrifia... Elle sortit la tête de l'eau, respira un grand coup. Le soulagement que ressentit Nuhadu lui permit de retrouver son calme pour et de s'appuyer plus tranquillement contre la pierre. Elle avait sans doute voulut se mettre à l'épreuve...

Se rendait-elle compte qu'il brûlait de la découvrir tandis qu'elle s'amusait, que la curiosité s'alliait à l'envie pour le pousser à la rejoindre dans l'eau. Il aurait voulu au moins connaître son noms pour que son esprit tourmenté cesse d'en proposer de plus en plus ignobles. Quel nom pouvait bien convenir à une telle personne? Il n'osait même pas en retenir un pour se le proposer. Il était persuadé qu'il ne pouvait qu'être à la hauteur de cette sublime personne. Mais il avait de plus en plus de mal à se contenir. Le calme qui pesait sur lui se consumait petit à petit sous l'impatience... Un mot, un enchaînement de syllabe... juste un nom pour l'étouffer, pour le calmer... Et un sourire pour l'envoûter.

Puis, comme pour répondre à ses vœux la jeune femme se laissa porter jusqu'à terre par les vagues. Toujours joueuse, ou alors parfaitement inconsciente de ce pouvoir nommé beauté qu'elle possédait, elle s'étira sous les yeux de Nuhadu qui brillaient devant ce spectacle. Il parcourut les membres fins de la ''sirène'', puis alors qu'elle marchait lentement au bord de l'amie qu'elle venait de quitter, il put cette fois contempler le tatouage. Placé juste au bas du dos de la belle il était assez provocateur, et surtout magnifique. Le jeune Marchombre en détacha ses yeux pour ne pas être trop troublé. Il avait un sérieux problème quand il s'agissait des femmes... Il ne savait plus où se mettre. Timidité? Sans doute..

Le soleil jouait sur les perles qui s'étaient installées dans les cheveux de neiges, les faisant briller de milles éclats tandis qu'elle se baissait pour ramasser quelque chose. Une pierre apparemment. Lorsqu'elle se dirigea enfin vers Nuhadu, celui-ci s'efforça de ne pas la regarder de manière trop intéressé. Son attirance pour cette jeune femme aurait pu la gênée, pour peu qu'il soit possible qu'elle le soit. Il réussit avec brio à fixer son regard sur la cascade malgré toute cette peau dénudé qui appelait ses yeux.

Elle s'installa à ses côtés, puis chassa les gouttes d'eau de ses cheveux. Il jeta alors un coup d'œil vers elle tandis qu'elle poussait un doux soupir et laisser sa pierre s'envoler plus loin. Quand elle même tourna la tête pour croiser son regard, il eut la soudaine envie de ne plus le quitter.. mais c'est elle qui se détourna vivement de lui. Il ne pouvait pas lui en vouloir, son regard ne devait pas être bien facile sur l'instant.. Mais ses réflexions s'évanouirent pour ne pas perdre un seul des mots qu'elle prononça. Pour ne pas perdre le premier surtout.


- Aïnomora. Quand à la raison qui m’a poussé à venir ici, elle échappe encore à mon esprit.

Un jolie nom bien qu'il n'en eut jamais entendu de semblables, mais il l'avait tant désiré ce nom que la joie de l'obtenir lui tira un grands sourire qui contrasta avec celui d'Aïnomora. Mais avant qu'il put lui dire à quel point ce nom sonnait merveilleusement à ses oreilles, et lui épargnant sans doute ainsi d'autre moqueries, elle reprit.

- M’offrirais-tu également ton nom ?

En effet, il prit conscience qu'il ne l'avait pas encore donné. Il nota aussi qu'elle lui avait dit tu et s'en réjouit intérieurement, il avait l'impression que cela le rapprochait d'elle a grand pas. Il mit un petit instant pour être sûr que sa voix ne se brise pas lorsqu'il fera appel à elle. Il savait pertinemment que sans cette vérification il y avait des chances pour que l'émotion ou l'empressement le perturbe. Il lui était bien difficile de rester maître de son corps en aussi belle compagnie. Sa voix fut donc calme et posé, à ce que l'on peut en discerner d'un murmure cependant puisqu'il n'aimait pas l'idée de troubler ce lieux magique, lorsqu'il se décida à parler.

-Je n'envisage pas de demander ce que je ne serai pas moi même prêt à offrir. Nuhadu.

Il laissa ensuite ses yeux quitter le délicat visage de son amie, et songeant que maintenant que les présentation étaient faîtes, il serait bien vu qu'ils en entament une discussion, il choisit d'élucider la deuxième réponse qu'elle lui avait donné. Il aurait été curieux de savoir comment une aussi charmante personne avait pu se retrouver si loin des villes et villages, devant une cascade perdue dans les terres de l'empire, sous son regard brûlant.

-Tu viens de loin? Je n'ai pas aperçut de sac.

Commencer déjà par le commencement. On finit toujours par arriver à destination quand on s'y prend méthodiquement.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Sam 15 Jan 2011, 19:54

    Un doux silence s’installe suite aux à mes paroles.


    Mes paupières sont toujours closes. Le soleil vient tranquillement caresser mes cheveux encore légèrement humide. Je sens ses rayons pénétrer en moi. Une douce chaleur m’envahis peu à peu. Ma peau, d’habitude d’une couleur hibernale, semble briller au soleil, comme recouverte d’un filme d’or. Mes cheveux reflètent eux aussi l’astre céleste. Mais cela ne fait qu’accentuer un peu plus leur blancheur mystérieuse.

    Un nouveau soupir s’échappe de mes lèvres.
    Neutre.

    Je bascule une nouvelle fois ma tête vers l’arrière pour profiter encore un peu plus de cette journée exceptionnellement belle. Se pourrait-il que le temps reflète les humeurs ?

    Je me sens sereine et le vent est calme.
    Une onde de joie me traverse tels les rayons du soleil.
    Horizon est aussi bleu et paisible que le mois qui arrive.

    Je laisse une nouvelle fois mes penser errer librement dans le vide que je viens de former au creux de mon esprit.

    Renaitre.

    Cela est si simple. Personne ne me connaît vraiment. Je ne suis plus ce que j’étais. Aïnomora. Ce nom met venu tout seul. Pourquoi c’est-il imposé si facilement à ma mémoire ? Je n’en ai aucune idée.

    Le vide encore.

    Cela m’irrite. Mais en même temps, c’est ce que j’ai voulu non ? Recommencer à vivre le temps d’un mois. Me détacher de ma vie pour en connaitre une autre. Revenir ensuite, plus forte.

    Elle n’était plus.
    Elle était autre.
    Renaitre.
    Un instant, un moment.
    Ephémère.

    Nuhadu…

    Ce nom me sort de ma torpeur. Mes yeux s’ouvrent pourtant, mon regard reste fixé au loin.

    Nuhadu.

    Je ne peux m’empêcher de le prononcer silencieusement pour en apprécier la sonorité. Je n’ai pas saisit le début de la phrase mais l’essentiel est en ma position. Un murmure aussi éloquent qu’un cri. Le voile d’un mystère se levant, libérant une vague de lumière. Un demi-sourire s’accroche à mes lèvres. Mon regard reste toujours fixe. Je sens sur ma peau un picotement étrange. Inutile de me demander ce que c’est, je détiens déjà la réponse.

    Le regard du jeune homme me quitte finalement et cette sensation cesse. Est-ce de la déception que je ressens au fond de moi ? Cela me semble impossible et pourtant. Je chasse rapidement ce trouble d’un geste de main avant de fermer une nouvelle fois les yeux. Depuis que je suis ici, je me sens étrange. Mon cœur semble battre plus vite. Mon regard fuyant. Est-ce à cause de lui ?

    Je ne peux m’empêcher de porter un moment mon attention sur lui.

    Choc.

    Nos regards se croisent de nouveaux. Le soutenir. Je ne dois pas baisser les yeux.

    Echec.

    Pourquoi suis-je si faible ? Un soupir las m’échappe tandis qu’une nouvelle question s’élève dans les airs. Je ne peux m’empêcher de sourire. Observateur… Une nouvelle humeur taquine m’envahie. Un sourire malicieux sur le visage je réponds d’un ton mystérieux.


    - Je viens de loin. Mais disons que je sais me débrouiller sans trop m’encombrer. D’ailleurs, je peux en dire pareil pour toi. Tu habite non loin où tu as des talents cachés ?

    Riant presque, je lui lance un petit clin d’œil complice avant de me lever, un immense sourire illuminant mon visage.

    Heureuse ?

    Impossible. Juste un instant éphémère. Ca ne va pas durer alors autant en profiter non ?
    Je me retourne vers Nuhadu, un petit sourire malicieux aux lèvres.


    - Alors, tu viens d’où ? Et que fais-tu au bord de cette cascade en cette journée ? Envie de ballade ?

    Un petit rire ponctue ma phrase. Puis je disparais, engloutie par le feuillage d’un arbuste.


__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Ven 21 Jan 2011, 20:31

Il ne peut se lasser des magnifiques yeux de sa nouvelle amie. Aïnomora. Comme souvent avec les noms, celui ne semblait pas convenir parfaitement à la belle jeune femme qui se trouve près de lui. Il était certes magnifique à l'image de celle qui le porte, mais il manquait dans ce nom quelque chose. La grâce, la beauté y était, mais la force, le courage qu'il avait sentit en elle il ne l'y retrouvait pas. Mais qu'importe le nom, la personne était tout ce qui comptait. La personne et tout ce qui l'entourait, d'où sa question précédente. D'où pouvait bien venir cette personne si exquise, qu'il puisse un jour lui rendre visite... au passage, des fois qu'il passe à côté de chez elle un jour. Et cette fois elle lui fit la joie de ne pas faire trop attendre, lui répondant avec un sourire profondément troublant. Mais la réponse était si évasive qu'il ne put retenir une pointe de déception dans ses yeux, qui se transforma en sourire. Après tout c'était une question personnelle. Peut être qu'il finira par percer ce mystère dont elle se paraît. Un défi? Mieux, un but.

Ne se vexant pas, il prit soin de noter cette débrouillardise qu'il avait deviné et qu'elle lui avouait sans vraiment insister. Il aurait bien voulu le faire, mais elle lui retourna la question, et quelques instants auparavant il s'était montré près à répondre à toutes les questions qu'on lui posait, pourtant voilà qu'il se retrouvait incapable de tenir parole, l'Académie était un secret qu'il se devait de conserver, même pour les beaux yeux d'une dame. Encore que le lieux exact ne semblait pas l'intéresser, il pouvait se contenter de lui dire qu'il venait de loin tout comme elle.

Mais ses réflexions furent vite interrompues puisqu'elle se leva toujours armée de ce sourire. Nuhadu ne put s'empêcher de la contempler une nouvelle fois... Quel était donc cet horrible don qu'avaient les femmes d'être à ce point belles.. Mais il ne laissa pas ses yeux dérivés trop longtemps, conscient que cette fois-ci son regard serait surpris et gênant. Il ne voulait en aucun cas qu'elle se referme a cause de ses réflexes les plus grossiers. Elle semblait tout juste lui confier un peu d'elle même, et même alors il bataillait ferme pour obtenir si peu d'informations.. En faite il n'y en a qu'une qui soit précise. Son nom.

Il chercha a comprendre pourquoi Aïnomora se levait. Avait-elle l'intention de retourner dans l'eau? C'était peu probable vu l'ardeur dont elle avait fait preuve à se sécher, se plaçant au soleil et lissant les soyeuses mèches blanche avec soin pour les débarrasser des perles liquides... Peut être allait-elle tout bonnement se revêtir! Il n'y avait peut-être pas de vent, mais certains regards font courir bien plus de frissons que les brises, et ses regards à lui ne s'étaient pas vraiment fait discrets... Pourtant, alors qu'il ne faisait qu'envisager cette solution, il sentit comme une pointe de regret le saisir. Il la chassa vite fait. Cette exquise jeune femme le serait tout autant habillée! Il n'y avait aucune raison qu'elle reste en tenue si légère! Et il en eut confirmation en plantant son regard dans les siens, rien ne pourrait masquer ces incroyables yeux.

Elle repose sa question, la précise. Il n'hésite plus, veut répondre mais les mots ne franchissent pas ses lèvres qu'elle en jette une autre, plus compliquée puisqu'il n'en a pas la réponse, et enchaîne avec une troisième qui le laisse complétement bête... Et derrière ce rire, tout petit mais présent, qui répond sûrement à son air perdu. Attendait-elle des réponses à une de ses questions? Il comprit que seule la dernière l'intéressée pour l'instant quand elle s'en fut vivement derrière la végétation. Il aurait pu et aurait du s'interroger quand à sa vivacité, mais trop joueur, il se leva en vitesse pour la poursuivre dans les feuilles.

Depuis le début de leur rencontre il avait l'impression de rêver, et il n'avait pas envie de se réveiller. Il ne voulait pas la perdre de vue, cette douce apparition. Oubliant même les derniers trophées de sa volonté qui le faisaient encore souffrir un peu plus tôt, il se glissa avec douceur entre les arbres. Il fut d'abord surpris de ne pas la retrouver tout de suite, s'enfonça plus en tendant l'oreille pour percevoir un son révélateur, cherchant des yeux les mèches blanches qui trahiraient sa position. Jouait-elle à cache-cache? L'idée même lui plaisait car il estimait avoir une longueur d'avance sur elle et que l'idée de la surprendre lui était particulièrement plaisante!

Comme souvent il avait tort. Il s'était déjà bien enfoncé... et il doutait fortement qu'elle décide d'aller plus loin si elle voulait vraiment lui échapper. Elle n'avait pas semblé vouloir le fuir pourtant. Et elle ne l'aurait sans doute pas fait sans avoir récupéré tout ses biens. C'est donc qu'il l'avait raté... Il savait qu'il était loin de la perfection, mais là il se sentait vraiment plus bas que terre... Son dernier voyage l'avait-il à se point affaiblis qu'il ne savait plus traquer? Il revint lentement sur ses pas dans l'intention de reprendre la piste depuis le début. Ce coup-ci, plutôt que de faire confiance à son instinct, il suivrait les traces de pas! C'était quand même une méthode plus efficace.

Il sourit en pensant qu'il devait paraître bien balourd à son rêve en parcourant ainsi la forêt de fond en comble pour la trouver! C'était-elle donc envolée? Il espérait bien que non, il voulait encore profiter de sa présence, il voulait encore entendre sa voix, son rire, l'étudier du regard quand elle ne pouvait l'apercevoir.. En faite, il envisagea de lui proposer de la raccompagner par la suite. Certes elle avait dit venir de loin, mais tout d'un coup il ne se sentait plus si pressé de rentrer à l'académie. En faite, elle sortait de sa tête au fur et a mesure qu'il passer du temps avec cette mystérieuse personne.

Mais il fallait d'abord la retrouver! Et rien ne servait de revenir sur son point de départ pour cela. En se concentrant un peu et en évitant de se laisser distraire, il finirait bien par la retrouver! Elle ne pouvait pas être très loin. Elle avait l'air joueuse, et les gens qui aiment le jeu aiment par dessus tout les réactions des autres joueurs! Elle prendra donc soin de le voir, à un moment ou un autre, et donc par se déplacer.

Immobile, dressé au milieu des arbres, il tend l'oreille, écoute la respiration de la forêt, lui cherche un rythme. Et peut être qu'alors, il trouvera cette respiration qui ne lui appartient pas. Il trouvera Aïnomora.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Dim 23 Jan 2011, 16:35

    Le vent souffle doucement. A ma droite, un léger bruissement de feuille se fait entendre. Un oiseau aux couleurs flamboyants surgit soudain des feuillages et me frôle. Je reste immobile, le souffle d’air produit par cette brusque apparition me caressant la joue. Je ferme un instant les yeux et goutte à l’exquis silence qui m’entour à présent.

    Je n’ai eu aucune réponse.
    Mais lui ai-je seulement donné l’occasion de m’en offrir une ?

    Un sourire se dessine sur mes lèvres.

    Moqueur
    Narquois
    Amusé.

    Pourquoi suis-je d’une humeur aussi taquine ? Je cherche un moment mes anciens soucis. Volatilisés. N’est-ce pas ce que je souhaitais ? Une victoire enfin.

    Un léger soupir s’échappe de mes lèvres tandis que mes paupières s’entrouvrent. Un long frisson descend le long de ma colonne vertébrale. Le froid commence doucement à s’insinuer en moi. Je me maudis intérieurement d’avoir laissé mes affaires prés du lac. En sous-vêtements, je ne risque pas de tenir longtemps dans ce petit vent froid. Il faut que je bouge.

    Je reste immobile.

    Un bruit vient de s’élever dans le silence. Quelqu’un approche. Cela n’a ni l’aisance d’un animal, ni la brusquerie d’un homme moyen. Silencieuse telle une ombre, je me penche pour apercevoir l’intrus.

    Nuhadu.

    Comment ai-je put l’oublier ? Bien sur qu’il allait me suivre. Depuis que je me suis arrêtée devant lui, je sens en permanence son regard sur moi.

    Un regard insistant.
    Emprunt de mystère.
    Et de désir.

    Je le sais. Je le sens. Ce n’est pas la première fois que ma silhouette, bien que frêle, attire l’œil d’un homme. Mais celui de ce jeune à quelque chose en moins. La Vulgarité. Et quelque chose en plus. La Timidité. Et cela éveille aussi quelque chose en moi. Pas du Dégout. De la Gêne. C’est étrange. Et je n’aime pas ça. J’ai l’impression de me sentir faible face à cela. Pourtant, je n’arrive pas à lui en vouloir.

    Un nouveau soupir franchit mes lèvres. Silencieux.

    Je reste un long moment à contempler, plus que regarder, la silhouette du jeune homme. Ce dernier avance, tel un aveugle, dans les arbres. Moi, je le suis en silence, un sourire mi-moqueur mi-contrarié sur le visage. Je dois me montrer plus prudente avec lui. Aucune de mes capacités doivent être révélées au grand jour. Il doit tout ignorer de moi. Absolument tout.

    Nuhadu finit par s’arrêter. Je fais de même. Que fait-il ? Quelque chose dans sa posture me semble familière. Mes sourcils se froncent. C’est comme si une aura très faible émanait de lui. Non… Impossible. Je dois me faire des illusions. J’ai besoin de me vider l’esprit encore une fois.

    Oublier l’Harmonie.

    Il semble chercher. Il semble écouter. Je dois partir d’ici. Il n’y a aucune chance qu’il ne me perçoive et pourtant, une incertitude grandit au fond de mes entrailles. Telle une écharpe de brume, je me glisse dans les feuillages, silencieuse.

    Que faire maintenant ? Une partie de mon esprit me dicte de partir. De fuir. L’autre de rester. De le rejoindre.

    Mes jambes se mettent seules en marche. Ma démarche est saccadée, gauche à mes yeux. Mes oreilles saignent du bruit que je produis. Pourtant, je sais que c’est la seule façon de me rapprocher de lui. Mon silence pourrait l’effrayer. Ma rapidité le faire fuir. Mon agilité le remplir d’effroi. Non, il doit ignorer ce que je suis.

    Non, ce que j’étais.

    Je me rapproche doucement, essayant tout de même de ne pas passer pour une sans aisance. Je glisse lentement derrière lui, un grand sourire taquin sur les lèvres.


    - Sais-tu qu’il est mal vu de ne pas répondre à une question ? Cela pourrait frustrer. Voir même vexer.

    Ma voix est emprunte d’ironie. Je sais pertinemment que j’ai agit de la sorte quelque minutes plus tôt mais cela ne fait que renforcer mon coté joueur. Je vais essayer de m’amuser le plus possible avec cette charmante créature qui s’offre ainsi à moi. Qui sait, peut-être m’apportera-t-elle plus que je ne le soupçonne ?


__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Dim 30 Jan 2011, 17:14

Il cherchait en vain. Le vent dansait dans la forêt, entraînant les feuilles dans des bruissements infinis. Les oiseaux, profitant du calme, chantaient leur joie de vivre, quelques bêtes, minuscules, avançaient ''furtivement'' dans la forêt, conscient qu'un chasseur se tenait près d'eux. Mais aucune trace de sa proie. Il ne la sentait pas, sans doute était-elle plus loin. Mais la forêt était bien active. Soit elle était vraiment loin, soit elle n'était plus dans la forêt, soit elle savait s'y fondre. S'était un peu frustrant. Un peu étonnant aussi. Une fille de marchand qui se promenait seule, qui semblait pouvoir se fondre dans la nature sans problème. Il y avais quelque chose chez elle qui sortait de l'ordinaire. Il comprenait que ses membres dégagent une telle grâce, c'était souvent le propre de ses dames, mais pour son aisance dans l'eau, dans la forêt... ça ressemblait beaucoup trop a...

Un bruissement suspect. Il tendit l'oreille dans cette direction. Ce n'était pas une bête... il se rapprochait et il était trop bruyant pour être un prédateur. Mais il était proche... Trop proche. Pourquoi ne l'avait-il pas entendu avant? C'était bien trop soudain... il tressaillit d'étonnement. Se retourner? Vérifier? Il ne voyait pas qui d'autre qu'elle pouvait être là, mais s'appuyer sur l'ignorance était stupide. Le seul moyen d'être sûr était de se retourner. En même temps il s'inquiétait pour rien... Il n'avait rien a craindre de personne. Pourquoi ce soudain malaise? Des choses anormales? Si la normalité existait vraiment Gwendalavir ne serait pas. D'où ce sentiment perpétuel que tout pouvait lui arriver. L'imagination est un don bien traître.


- Sais-tu qu’il est mal vu de ne pas répondre à une question ? Cela pourrait frustrer. Voir même vexer.

Son cœur fit un bond dans sa poitrine. C'était-elle! Il en oublia toutes ses précédentes pensées pour se retourner vers cette douce voix. Quelle magnifique apparition se tenait devant lui! Au milieu de tout ces arbres, il n'existait plus que ce petit sourire. Il offrit le sien avant toute réponse. Elle était partit sans lui laisser le temps d'ouvrir la bouche, et voilà qu'elle lui reprochait, ou du moins le faisait croire, de n'avoir pas satisfait sa curiosité?

Satisfaire... Il se prit un instant à dériver. Il était parfois si dure de se rester concentré! D'autant plus quand une personne si mystérieuse se présentait à nous. Et sa tenue légère n'arrangeait rien. Mais il se secoua légèrement la tête. Il y avait deux questions qui attendaient des réponses, et après ce ''reproche'' il ne pouvait pas y échapper. Ne voulait pas y échapper. Ou en tout cas, avait une furieuse envie de répondre à cette provocation! D'ailleurs pourquoi s'en priverais-t-il?

Se rapprochant tranquillement la jeune femme il se pencha pour que ses yeux fussent à la hauteur des siens. Tout heureux de pouvoir contempler ces deux merveilles de si près il élargit encore son sourire. Il touchait presque de son nez celui d'Aïnomora. Se concentrant pour ne pas se perdre dans son esprit il finit par répondre.


-Peut être me serait-il profitable que tu m'apprennes la bienséance.

Il se retint de rire tandis qu'il perdait de nouveau son regard dans celui de la belle jeune femme. Pouvait-on vraiment trouver l'éternité dans ce monde? Il lui semblait que près d'Aïnomora le temps n'existait plus.

[Désolé c'est vachement court... U_U]

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Dim 06 Fév 2011, 18:17

Un immense sourire s’étendait tranquillement sur mon visage sans que j’arrive à le chasser. Et cela me frustrait. S’il y a bien une chose que je ne supporte pas en ce bas monde c’est de ne pas avoir le contrôle. Et mes émotions étaient en train de m’échapper.

D’un côté j’avais une envie folle de me rapprocher de cet homme dont je ne connaissais rien.
De l’autre, je voulais me replonger dans la solitude et continuer mon chemin.

Mais quelque chose m’en empêche. Le sourire qu’il m’offre en se retournant fit battre un peu plus mon cœur. Intérieurement, mon corps n’est plus qu’un vaste champ de bataille. Les insultes fusent. Je fais de mon mieux pour le calmer.

Pour me clamer.

Rien n’y fait. Je commence à me déchirer et le regard que me porte Nuhadu n’arrange pas les choses. Je soupir intérieurement tandis que mon visage continue à refléter une douce sérénité. Ce jeune homme ne doit pas savoir ce qui se passe en moi.

Jamais.

Taquine, je m’avance vers lui, essayant de mettre mes émotions de côté et de profiter pleinement de la compagnie qui s’offre ainsi à moi.

Je l’observe un long moment. Ce dernier semble préparer sa réponse. Cependant, le regard qui glisse sur moi me fait légèrement frissonner.

Du désir ?
De l’admiration ?
Du dégout ?

Je n’arrive pas à identifier vraiment ce qu’il reflète mais sa profondeur et son appui me mette mal à l’aise. Cachant mon trouble, je lui tourne le dos et m’autorise un moment de faiblesse. Mes yeux se ferment. Fort. J’ébouriffe vigoureusement mes cheveux courts avant de respirer lentement. Mon cœur se calme. Je reprends peu à peu le contrôle de moi-même.

Je peux de nouveau faire face à la source de mon agitation. Celui-ci n’a pas bougé. Il semble toujours plonger dans sa réflexion, son regard ne me quittant pourtant pas. Je me surprends à penser que, concentrer comme il donne l’air de l’air, ce jeune homme a un charme non négligeable. Je secoue doucement la tête pour chasser cette pensé.

Soudain, il se met en mouvement. Il s’approche doucement vers moi, une impressionnante tranquillité peint sur le visage. Visage qu’il rapproche soudain du mieux. Prés. Très prés.

Mes membres sont pierres. Mon cœur vient une nouvelle fois de s’emballer. Que fait-il donc ? Ses yeux se plantent dans les mieux et mon trouble grandit encore. Je n’arrive plus à bouger, sentant le souffle de sa respiration effleurer mes lèvres. Je m’insulte d’être aussi faible mais cela n’y fait rien. Je suis paralysé. Seule dans ces yeux profonds.

Seule dans cet univers inconnu et plus que troublant.

Sa voix s’élève alors et un sourire moqueur s’inscrit sur mon visage. Il veut jouer. Alors jouons. Ma mobilité retrouvé, je me penche un peu plus vers lui, mon nez frôlant le sien avant de continuer ma course jusqu’à ce que mes lèvres se trouvent juste à côté du creux de son oreille. Un petit rire cristallin effleura ses tympans.


- Tout d’abord, ne jamais frustrer une femme. Ensuite, toujours répondre à ses questions. Et pour finir, ne jamais la contredire. Je pense qu’avec ces trois règles là tu feras un homme parfait.

Mon sourire s’étend un peu plus tandis que je m’écarte un peu de lui. Puis, je m’avance de nouveau et frôle une fois de plus son nez du mieux, plantant mes yeux brumes dans les siens.

- Mais commençons donc les leçons puisque c’est ce que tu désires. Tout d’abord, réponds à mes questions, ce sera déjà un bon début. Alors, que fait donc une jeune homme prés d’une aussi belle cascade pendant cette journée magnifique ?

Je me recule finalement un peu, un sourire narquois sur les lèvres. Cet homme me plait bien. Un peu trop peut-être...

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Dim 13 Fév 2011, 17:37

Pendant un instant, il crut la troubler, prendre enfin le dessus dans leurs échanges. Mais elle gardait un calme désemparant, comme si rien ne pouvait l'atteindre, comme si ses mots ne faisaient que glisser sur elle. Non, pas que glisser. Elle répondait à la provocation, autant de ses gestes que de ses mots. Elle lui offrit un sourire qui se grava dans sa mémoire, et qui ne le quittera sûrement pas avant des siècles. Un sourire qui inspirait autant le défi que la joie, qui la rendait incroyablement belle, étonnement il semblerait qu'elle puisse l'être sans arrêt plus.

Était-ce les yeux de la belle jeune femme qui brillaient ou tout simplement l'imagination d'un pauvre Marchombre envoûté? Les deux pouvaient parfaitement coexister. Mais il qu'importe, leur proximité était une joie sans fin pour lui, et il espérait bien qu'elle dure. Peut être même qu'elle s'améliore.

Comme pour répondre à son souhait, le visage de sa compagne s'approcha. Lorsque leur nez se frôlèrent, il ne put que fermer les yeux, et prier légèrement. Mais lorsqu'il sentit le souffle de la jeune femme sur son oreille il sut que son vœu n'était pas exaucé... pas pour tout de suite en tout cas. Mais il n'eut pas le temps de s'en attrister car ce souffle qui l'avait tantôt déçut retenait toute son attention.

Le rire de la belle lui était déjà troublant en temps normal, mais sur le moment il n'était rien comparé celui-ci, plus doux mais tellement plus pénétrant. Il eut d'ailleurs beaucoup de mal à accepter qu'il s'arrête, mais le souffle le tenait toujours, d'autant plus qu'il était désormais porteur d'un message.

- Tout d’abord, ne jamais frustrer une femme. Ensuite, toujours répondre à ses questions. Et pour finir, ne jamais la contredire. Je pense qu’avec ces trois règles là tu feras un homme parfait.

Il sourit. Trois règles élémentaires qui, si elle n'était pas forcément nécessaire, était tout a fait acceptable pour lui. De toute façon, aurait-il pu refuser quelque chose dans cet état la? Il ne cherchait même pas à se nier qu'il était pieds et poings liés au vouloir de cette nymphe. Il n'avait aucunement l'envie de la contredire, d'échapper à ses questions, et encore moins de la frustrer.

Mais comme toujours, ses envies n'étaient pas les seuls vecteurs de ses décisions. Quelque chose au fond de lui n'aimait pas cette situation, et encore moins qu'il accepte cette infériorité. Il avait presque oublié qu'il n'aimait pas les règles et les ordres. Mais ce qu'il aimait beaucoup, c'était jouer avec les règles!

Mais à peine ces pensées naissaient qu'elles disparaissaient, submergées par une soudaine impression de vide. Aïnomora s'écartait avec un sourire charmant mais, même s'il y répondit volontiers, cet écart qui entre eux se formait était tout bonnement énervant! Il allait instinctivement se rapprocher quand elle revint vers lui. Leurs nez se frôla de nouveau, et il retint un ronronnement avec stupeur. Que lui arrivait-il? Depuis quand le contact des gens lui était-il si important? Pourquoi son contact lui plaisait tant. Il aurait voulut s'écarter, reprendre un peu le contrôle de tout ça. Mais il ne bougeait pas. Ne se décidait pas.


- Mais commençons donc les leçons puisque c’est ce que tu désires. Tout d’abord, réponds à mes questions, ce sera déjà un bon début. Alors, que fait donc une jeune homme prés d’une aussi belle cascade pendant cette journée magnifique ?

Et voilà qu'elle reculait à nouveau! Si elle n'avait pas eu ce sourire à limite provocateur il aurait cherché à la prendre dans ses bras. Mais elle avait réussi à réveiller son esprit de compétition. Hors de question qu'il se laisse mener par le bout du nez! Il avait quand même sa fierté.


-J'attendais une nymphe. J'ai tout de même une question à propos de ces règles. Est-ce vraiment tout ce qu'il me manque pour être l'homme parfait?

Souriant a pleine dent, il lui jeta un regard insolent. Il ne savait pas pourquoi elle le mettait dans des états aussi étranges, cependant il pouvait visiblement sortir de ces états. Il lui suffisait de trouver une raison de le faire. Et il aimait bien jouer avec elle. Une raison amplement suffisante.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Dim 20 Fév 2011, 19:29

    Lentement, je m’éloigne de jeune homme se tenant toujours devant moi. Je ne peux m’empêcher de le détailler, essayant perpétuellement d’y trouver de nouveau détails. De nouvelles facettes. Mon esprit veut tout savoir de lui, ses moindres pensées. Ses moindres humeurs. Ses moindres secrets.

    Je veux tout savoir de lui.

    Je fais un nouveau pas en arrière et je sens soudain dans mon dos l’écorce rugueuse d’un arbre. Je m’appuie doucement contre lui et mes bras se croisent au niveau de ma poitrine. Mon regard n’arrive pas à lâcher la silhouette du jeune homme.

    Je me sens soudain déchirée. Comme si un gouffre venait de s’ouvrir en moi.

    D’un côté l’effroi.
    L’autre l’envie.

    Je ne sais pas pourquoi mais je me sens bizarrement attiré par cette homme. Mes doigts son sans cesse en train de chercher sa peau. Pourtant je ne dois pas. Cette attirance m’effraies plus qu’autre chose. Je ne me suis jamais sentie aussi faible.

    Et je hais ça.
    Je hais ce sentiment de faiblesse.
    Je hais ce sentiment de désir.
    Et je ne peux rien faire.

    Un petit soupir s’échappe de mes lèvres. Mes paupières se ferment. Je contrôle parfaitement mes sentiments. Et aucun ne vont vers cette homme. J’aime jouer. Rien d’autre.

    C’est dur de se persuader…

    Mes yeux se rouvrent et tout vole en éclats. Je ne peux pas fuir alors jouons.

    Un petit sourire amusé se dessine sur mes lèvres tandis que mon regard acéré se pose sur Nuhadu en train de chercher sa réponse. Puis sa voix s’élève, m’offrant une réponse et une question. Mon sourire s’élargie un peu plus. Je n’arrive plus à cacher l’étincelle qui brille dans mes pupilles. Je pris seulement pour qu’il n’ait pas un bon sens de l’observation.

    Un petit sourire narquois sur le visage, je m’avance vers lui. Je me glisse silencieusement dans son dos et m’approche un fois de plus de son oreille. Ma voix n’est qu’un murmure mais elle ne transporte que mieux l’ironie qu’elle contient.


    - « Attendais » ? Ce pourrait-il que j’eusse malencontreusement dérangé un rendez-vous ou alors avez-vous trouvé ce que vous cherchiez ?

    Le vouvoiement… Il n’est là que pour accentuer la taquinerie dont je fais preuve. Après tout, je suis là pour jouer non ?

    Lentement, je me glisse à ses côtés, lui lançant un petit clin d’œil joueur. Après un court silence, je me penche une nouvelle fois vers lui. Il a posé une question non ?


    - Je ne sais pas… Après tout je ne peux juger que ce que j’ai vu de vous et je suis loin de vous connaitre parfaitement. A vous de faire en sorte de combler ce vide pour que je puisse véritablement répondre à votre question.

    Nouveau sourire moqueur. Mais cette fois, je ne m’éloigne pas. Je reste là, mon regard plongé dans le sien, une flamme de malice brûlant au creux de mes pupilles.

    Et cachant celle de mon désir…


__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Mar 22 Fév 2011, 13:16

Souffles, souffles vent. Libère ta hargne, fait trembler cette forêt trop paisible! Déchaînes-toi! Ramène donc les nuages les plus noirs pour qu'ils déversent toutes les larmes du ciel! Ici maintenant! Libère ta colère! Appel la foudre, fait rugir le tonnerre! Viens. Pour lui. Viens le secouer. Détaches donc ses yeux de cette mystérieuse créature! Sur quel démon a-t-il put tomber pour que son esprit lui soit à ce point consacré? Chacune de ses pensées sont tourné vers elle. Et pourtant, les questions qu'il aurait dû se poser, comme: D'où vient-elle? Comment se fait-il qu'elle passe autant de temps avec lui? Ces questions, ne le frôlaient pas. Il était comme envoûté. La seule étincelle de sa personnalité à ressortir était cette manie à vouloir poser des défis. Le reste s'était éteint, ou plutôt s'était plié sous la beauté d'Aïnomora. Il avait même l'impression que son corps entier avait sombré dans un état d'inconscience total. Il aurait voulu lui ordonner de bouger... pour voir si on lui obéirait, si son destin était toujours entre ses mains... si les yeux qui le fixaient, le détaillaient, l'avaient entièrement emprisonné.

Si seulement cet état d'inexistence existait vraiment. Bien sûr qu'il vivait. Mais dans un autre temps, un autre monde. Comment pouvait-on autant se sentir à l'étroit dans son propre corps? Il avait l'impression d'être si lourd et pataud. Et pourtant. Ce qu'il n'aurait pas donné s'en échapper, pour ne plus être qu'un nuage parmi tant d'autre.. un souffle de vent. Mais son cœur l'y retenait. Alors qu'il aurait cru devenir une statue, lui il battait sans fin. Un rythmes pesant dans sa lenteur. Une cadence qui le parcourait tout entier. Non, il n'était pas une statue... Il était plus vivant que jamais. Il ne se décidait juste pas à laisser la vie s'exprimer. Que dira-t-elle? Lui plaira-t-elle à lui? Et a elle?

Elle. Encore elle! Mais pourquoi son avis l'intéressait? Cette décision ne lui revenait pas! Et pourtant... chaque instant qu'il passait près d'elle.. Loin d'elle. Ne serait-ce que de quelques mètres comme maintenant. Il souffrait. Pas comme si des lames le transperçait... Plutôt comme si son corps se resserrait sur lui. C'est donc comme ça? De beaux yeux, un sourire taquin, des manières légèrement provocantes et un corps appétissant! Et voilà qu'il n'était plus qu'une bête affamé. C'était pourtant évident qu'il la désirait! Il sentait tout son corps brûlé sous le ce délicieux regard! Il sentait son cœur s'emballer rien qu'à penser à la douceur de sa peau! Mais étonnement, rien que sa proximité, même sans contact, juste ses mots. Rien que ça le soulageait déjà. Juste parler.

De toute façon, elle avait fini par s'appuyer contre un arbre. Elle ne pouvait pas vraiment reculer plus loin. Mais elle parvenait encore à se soustraire à lui. Voilà qu'elles lui voile ses magnifiques yeux maintenant! Il faillit faire un pas en avant. Se retint... Rester sur place, jusqu'à ce qu'il soit seul maître de ses mouvements. Il ne devait en aucun cas se permettre une erreur. Pourquoi?

Mais sa voix s'était déjà élevé, répondant à la belle. Ça eut au moins le mérite de la faire réagir! Un sourire éclatant avait percé les douces lèvres de la jeune femme. Si seulement ça ne le troublait pas encore plus! Il avait du mal déglutir maintenant, sa gorge lui semblait affreusement sêche. Et puis voilà que les yeux qu'il appréciait tant devenaient insupportables! Il détourna les yeux, comme pour s'intéresser à une branche. Il est tellement troublé qu'il ne la sent même pas bouger. Il tressaille un instant quand il la sent derrière lui. Se sent disparaître quand son souffle revint chatouiller son oreille.


- « Attendais » ? Ce pourrait-il que j’eusse malencontreusement dérangé un rendez-vous ou alors avez-vous trouvé ce que vous cherchiez ?

Vous? Se moquait-elle de lui? Le ton ne laissait pas le loisir de croire le contraire. Elle revint se placer à côté de lui pour lui lancer un clin d'œil. Fallait-il qu'il réponde de la même manière? Il reçut d'abord sa réponse. Et peut être bien une invitation. Comment pouvait-elle aussi ouvertement jouer avec lui? Elle le montrait clairement... et pourtant, il ne voulait aucunement sortir de ce jeu.

Elle était déjà près de lui, pourtant il avait envie de se rapprocher encore. Encore plus, toujours plus. Pourquoi ne se contentait-il pas de ce qui s'offrait? Parce qu'il n'aimait pas stagner. Combien de temps cela faisait-il qu'il faisait du sur place? Trop. Ce n'était pas sa nature.

Il était temps qu'il bouge, qu'il se réveille.


-Pour tout dire, j'ai l'impression que ce n'était pas une simple nymphe. Peut être pourrions nous nous découvrir en marchant? Ainsi, la forêt se présentera à nous en même temps.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Sam 26 Fév 2011, 16:56

    Silence.

    Profond.
    Lourd.
    Eternel.

    Une pointe d’énervement vient se nicher dans mon cœur. Le silence, encore. Pourquoi devait-il toujours mettre autant de temps à répondre à ses questions ? Pourquoi chaque réponse était-elle précédée par ces longues minutes d’attente ?

    Mais n’est-ce pas le temps qui s’est arrêté ? Ce pourrait-il qu’il ne se passe qu’une poignée de seconde tandis qu’autour de moi tout est éternel ?

    Colère.

    Je n’arrive plus a savoir ce qui se passe autour de moi. J’ai l’impression de ne plus rien contrôler.

    Mes yeux rencontrent soudain ceux de Nuhadu et tout chancelle.

    Rage.

    Mes paupières se ferment. Je veux échapper à la réalité. Un pas en arrière. Je sens mon cœur s’étirer un moment par des sentiments contradictoire. L’air me manque alors. Je ferme mes yeux, plus fort. Je veux fuir cette vérité.

    Impossible.

    Sa voix s’élève alors encore une fois. Mon trouble grandit tandis que le ton mélodieux de sa voix me pénètre. Un sourire se dessine sur mes lèvres, énigmatique. Je tente de le faire disparaitre. Sans succès. Tout m’échappe. Puis je cède.

    Rouvrant les yeux, je le regard d’un œil dubitatif. L’ironie s’installe dans ma voix qui s’élève à la suite de celle du jeune homme.


    - ‘Pas une simple nymphe’ ? Cela ne répond pas à ma question jeune homme. L’auriez vous donc trouvé ?

    Sourire narquois.

    Un jeu, rien de plus qu’un jeu. Et pourtant… D’une main tranquille, j’ébouriffe mes cheveux neigeux et je laisse un instant mon regard vagabonder sur le paysage forestier. Une promenade. Pourquoi pas… De toute façon, je n’ai plus grand-chose à perdre et ma soif de connaissance vis-à-vis de ce jeune homme pourra peut-être être étanchée qui sait ?


    - Ce n’est pas la forêt qui m’intéresse, loin de là mon cher. Je n’aurais pas la prétention de dire que je la connais mais en tout cas, bien plus qu’une certaine personne sur laquelle pèsent beaucoup de mystère. Mais avant tout ça, laissez-moi retourner à la cascade. Pas que cela me gêne d’être dans cette tenue mais plus que cela sera plus agréable si je n’ai pas froid. Attendez-moi ici…

    Mon ton est joyeux. J’en suis moi-même surprise. Mais enfin je peux m’enfuir. Tranquillement, je me glisse entre les arbres, oubliant toute prudence quand au fait que je dois cacher mon agilité. A quoi bon ? Je n’est rien a craindre. Les Marchombres ne court pas les rues et j’aurai reconnu son aura de Chaos s’il avait été mercenaire. Aura que je garde cependant toujours cachée. Ou du moins, autant que je le peux…

    Arrivant devant le bassin, je reste un moment accroupie, regardant ma silhouette onduler sur les fines vaguelettes s’écrasant contre la berge. D’une main, je récolte un peu d’eau que je fais ensuite glisser sur mon visage. La fraicheur m’envahie et je sens tout mon corps se détendre. Un long soupir s’échappe de mes lèvres.

    D’un geste rapide, j’enfile ma fine combinaison d’un noir d’encre, faisant bien attention à parfaitement dissimuler mes diverses armes blanches le long de mon corps.

    Parfaite accessible.
    Parfaitement invisible.

    Puis, je m’enfonce une nouvelle fois dans la forêt, essayant de faire un minimum de bruit pour qu’il puisse m’entendre arriver. Je le rejoint ensuite, un petit sourire au lèvres.


    - Prêt ?

    Sans attendre sa réponse, je commence à marcher d’un pas tranquille entre les arbres, laissant parfois mes doigts effleurer l’écorce rugueuse d’un arbre. A quand la première question ?


__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Mar 01 Mar 2011, 21:20

Elle semble de plus en plus réticente, il la voit sans cesse s'éloigner. Mais cette fois elle ne le fis que d'une pas. Elle semble de ne pas vouloir creuser l'écart entre eux. Sait-elle seulement ce qu'elle veut? Lui oui. Il a une certitude, c'est sa compagnie qu'il désire. Pour combien de temps? Aussi longtemps qu'ils existeront hurle son cœur, jusqu'à ce qu'ils reprennent leurs routes résonne son esprit. Voilà que son corps lui offre à nouveau plusieurs pensées. La raison, les sentiments. Que dit l'instinct?

Douce peau qu'il explore de ses doigts... lèvres qu'il dévore avidement... union sauvage et merveilleuse...

Oublier l'instinct, l'écarter. Il ne comprend pas pourquoi il s'emballe soudain, d'habitude il pouvait toujours compter sur lui! Lorsque les situations ne peuvent plus être départagés, qu'il ne parvient plus à faire du doute son moteur, l'instinct l'effaçait pour lui. Aujourd'hui il l'effrayait par sa nature. Nuhadu préféra se concentrer sur la voix d'Aïnomora, qui même emplit d'ironie restait envoutante. Peut-être même plus dans ces moments.

Mais pourquoi insistait-elle sur cette histoire de nymphe? Elle semblait tenir à ce qu'il prononce son noms. Était-elle à ce point joueuse qu'elle transformait ses compliments en en sujets légèrement gênant. Dans la métaphore, on échappe à la gêne. Elle voulait le ramener sur terre... peut-être bien à elle!

Il s'égarait. Encore et toujours. Elle pouvait n'être que joueuse. Lui même était un joueur après tout! Il n'y a aucune raison pour qu'il s'étale dans ses rêves ainsi! Il a tant de raisons de rester lucide, de ne pas quitter le présent, ne serait-ce que pour elle. En fait il n'y a qu'elle.. il y a déjà elle.

Elle sembla considérer sa proposition en laissant ses yeux explorer les arbres. Elle passa la main de ses magnifique cheveux aussi. C'était un geste simple, tout ce qu'il y a de plus habituel. Et pourtant, il trouva le moyen d'en admirer la grâce. Chacun de ses gestes, il les appréciait plus qu'il ne le devait et il s'en rendait compte. Mais il y avait quelque chose de particulier chez elle, quelque chose qu'il n'arrivait pas à reconnaître.


- Ce n’est pas la forêt qui m’intéresse, loin de là mon cher. Je n’aurais pas la prétention de dire que je la connais mais en tout cas, bien plus qu’une certaine personne sur laquelle pèsent beaucoup de mystère. Mais avant tout ça, laissez-moi retourner à la cascade. Pas que cela me gêne d’être dans cette tenue mais plus que cela sera plus agréable si je n’ai pas froid. Attendez-moi ici…

Flatté? Le mot était bien trop faible. Il était si heureux, qu'il n'essaya pas de la retenir. Gêné et étonné aussi. Il ne voyait pas comment une aussi magnifique personne pouvait s'intéresser à lui. Elle devait en avoir rencontré des gens en tant que fille de marchand, et ça ne l'étonnerait pas qu'elle soit déjà la cible de beaucoup de prétendants.

Il chassa ses pensées en secouant la tête. Il valait mieux la regarder partir de son pas si léger. Un instant il crut qu'elle n'était plus qu'un fantôme, passant sans causer de remous dans la forêt. Mais quand elle disparut derrière les arbres il se dit qu'à force de la dévorer des yeux et de la fantasmer il allait finir par la voir voler.

Tournant en rond pour rendre un semblant de vie à ses jambes, il se mit à regretter de l'avoir laissée partir. Il n'était pas spécialement d'une nature perverse, mais il aimait bien admirer les courbes de la jeune femme qui étaient plutôt mises en valeurs dans sa tenue actuelle. En y réfléchissant, il aurait peut être l'esprit plus claire si ses yeux se régalaient moins...

Il prit finalement appui sur un arbre pour réfléchir plus posément. Il se souvint qu'elle avait prit une position semblable il y a peu. Était-elle aussi emportée dans un flots de sentiments? Non, il était en train de s'emballer une fois de plus. Il se remit à bouger, pour chasser ses pensées. Il était tellement préoccupé qu'il n'entendit pas Aïnomora revenir avant qu'elle ne fut toute proche. Il se retourna alors vers elle avec un sourire qu'il ne parvenait pas à s'expliquer.

Il oublia bien vite ses précédents regrets. Même si la peau de sa ''nymphe'' était moins exposée dans sa tenue de cuir, elle gardait un charme qui suffisait à envoûter le pauvre homme. Et puis quoiqu'il fasse, il revenait souvent à ses yeux, comme si les siens y avaient trouvés la réponse à tout ses questions.


- Prêt ?

-Toujours.

Il la rattrapa au milieu des géants sylvestres pour parcourir en sa compagnie un invisible chemin qu'il appréciait déjà. Même si dans son esprit il se voyait lui tenant la main... une image particulièrement étrange... Elle n'était bonne que pour les rêves, le monde était loin d'être féérique. Et surtout, il se sentirait bien bête à lui tenir la main. Ils marchèrent donc un moment sous les belles feuilles. De marcher avait l'air de clarifier ses pensées. Même si certaines étaient toujours un peu farfelues, voir osées, elles restaient globalement ancrées sur le moment. Il finit par reprendre la parole, conscient qu'une question restait en suspens.

-Pour ce qui est de la nymphe, je l'ai bien rencontrée! Je dois dire que j'ai été un peu surpris par son apparition car elle est arrivée à un moment assez gênant, et elle resplendissait d'une beauté peu commune. Mais vous vous doutez bien que je n'ai pas été facile à intimider.

Lui tendant un grand sourire il se permit un petit clin d'œil. Il avait même repris son vouvoiement pour garder l'aspect respectueux, voir noble, du ton. Il aimé bien cette façon voilée de faire un compliment, elle était vraiment beaucoup plus pratique, moins gênante. Et ça semblait motivé Aïnomra qui plus est. Il y a des choses que l'ont vit a tout moment, et que pourtant on ne découvre que tard. L'art de la discussion notamment.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Sam 12 Mar 2011, 14:23

    Sérénité.

    Le soleil brille tranquillement dans le ciel d’azure. Quelques bancs de nuages avancent paresseusement poussé par un vent presque timide. Ce dernier est cependant assez présent pour faire danser les feuilles encore jeunes du feuillage des arbres.

    Un doux sentiment de tranquillité habite maintenant mon cœur. Je ne sens plus aucun poids sur mes épaules. Toute tension a enfin quitté mon corps. Pour la première fois depuis des semaines, je me sens sereine. Mes paupières se ferment doucement. Mes narines s’emplissent d’un air pur chargé de diverses senteurs forestières. Mes poumons se gonflent lentement et je me ressens revivre.

    Mes yeux glissent tranquillement sur ma droite. Nuhadu apparait alors à mes yeux. Une lueur reconnaissante enflamme pendant un instant mes pupilles. Je ne sais pas vraiment pourquoi mais j’ai l’intime conviction que tout cela vient de lui. Je ne le connais que depuis peu et pourtant, sa présence est comme rassurante. Un soupir s’échappe de mes lèvres. Je ne me comprends plus moi-même. Je ne sais plu ce que je veux. Ce que je suis.

    Instinctivement, je me rapproche de lui, le dos de ma main effleurant un instant le sien. Puis sa voix s’élève de nouveau. Si douce et si réconfortante à la fois. Un sourire amusé accroché à mes lèvres, je l’écoute tranquillement.

    Ironie. Toujours.

    Cela me plaît plus que tout. Le jeune homme entre dans mon jeu. Et je ne demande que ça.


    Un rire clair et frais s’échappe de ma gorge. Je penche doucement la tête sur le côté un le regarde, une lueur d’amusement dans les yeux.

    -« pas été facile à intimider » hein ? J’aurai volontiers été là pour voir cela. C’est vrai que lors de notre rencontre vous avez tout de suite pris les choses en mains en me posant une question tout à fait pertinente, parfait reflet de votre sérénité.

    Je tourne vers lui mes yeux de brumes, une lueur taquine dans le regard. Je fais bien sur référence à sa première intervention totalement maladroite.

    Cependant, outre la moquerie dont je fais part vis-à-vis de ses dernières paroles, je ne peux empêcher mes joues de rougirent légèrement face à son compliment.

    Rougir…
    Voila que je me mettais à rougir.

    Un excès de colère monta soudain en moi mais je ne mis pas longtemps à arrêter sa course.

    C’est un jeu.
    Rien qu’un jeu.

    Je ne cessais de me répéter cela. Mes sentiments n’existent pas. Mon cœur bat à cette vitesse car il est lui-même prit par le jeu.

    Alors pourquoi je me sens si sereine ?

    Un passe une main désespérée sur mon visage. Je m’arrête ensuite pour observer le paysage qui nous entour. A mes pieds coule maintenant un petit ruisseau. La source est évidente : la cascade. Je m’accroupie doucement et vient tremper le bout de mon doigt dans l’eau fraiche. Un doux frisson me parcourt alors. Lentement je me relève.

    Est-ce le jeu qui fait que je n’arrive plus à m’éloigner de cette personne ?
    Est-ce le jeu qui fait briller en lui une flamme de désir ?

    Le désir…

    Je suis presque sûre de le voir brûler au fond de ses yeux.

    Je ne peux résister à l’appel.

    Je m’approche une nouvelle fois de lui et viens planter mes yeux dans les siens. Ce que j’y lis me perturbe profondément.

    Désir ?
    Admiration ?
    Amour ?

    Ce dernier sentiment déferle en moi comme un ouragan. Je me sens alors chanceler.

    Je tiens bon.

    Après une bonne claque mentale, je décide de passer à l’action. Je ne peux rester comme ceci. Au fond de moi, je sens tout mon corps tendre vers le sien. Mon esprit veut connaitre son âme. Les doigts sa peau.

    Ce n’est qu’un jeu…
    Je crois…

    Je m’avance de nouveau vers lui, la mine légèrement boudeuse. Je veux jouer. Pourtant je sais que ce jeu ira bien plus loin.

    Beaucoup plus loin.

    Est-ce que je le veux vraiment ?

    Posant doucement ma main sir son torse, je le regarde, une mine désolée sur le visage.


    - En tout cas je suis désolée d’avoir écourté cette rencontre. C’est sans doute moi qui l’ai fait fuir. Si je peux faire quoique ce soit pour m’en faire excusé n’hésitez surtout pas.

    Je lui lance ensuite un petit clin d’œil amusé. Je sens naître en moi un esprit de désir complètement nouveau. Je le laisse me guider. Curieuse.

    Que le jeu commence.

    Sérieusement.


__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Sam 12 Mar 2011, 17:32

Il adorait l'entendre rire. Il adorait la faire rire. Plus qu'adorer, lui inspirer cette joie encore longtemps, dans l'espoir que ce soit signe qu'elle appréciait sa compagnie. C'était après tout un peu l'unique but ! Celui de devenir une source de gaieté à cette femme, de lui devenir le plus possible agréable. Il n'arrivait pas à s'en empêcher.. s'imaginer avec elle... plus que dans l'instant, plus que physiquement. Il voulait que ces sourires et ces rires que prodiguait les belles lèvres d'Aïnomora soit, pour la plupart, destiné à sa petite personne, que les mots chargés d'ironies, finissent par s'accompagner de petite promesses d'éternité et de doux rêves d'unités. Il s'imaginait déjà avoir trouver la femme de sa vie...

Trop vite. Son imagination allait toujours trop vite. Comment ça la femme de sa vie ? De rêver et de chanter à la Lune avait occasionné sur lui de sérieux soucis. A savoir qu'il était devenu incapable de rester sur Terre plus de quelques instants, qu'il lui arrivait souvent d'appréhender le monde de manière trop simpliste. Que son cœur avait trop facilement accès à son cerveau.

Sentiments.. C'est parfois si éphémère... trop rapide et si peu sûr ! Rien n'est garantie, rien n'est promis. Ils s'imposent en ultimes vérité sans qu'il puisse se désister. Il le sait, et il a appris à ne jamais se laisser diriger par eux. Jamais totalement... Pas toujours totalement.

Mais lorsqu'elle a effleuré sa main, il aurait bien aimé qu'un miracle le tire de cette spirale qui l'a envahi. Un contact si léger, qui n'a pas duré, mais il le désir à nouveau. Il le veut encore et encore, toujours plus... Il était affamé... La raison lui hurle de se tenir, de calmer ses ardeurs... que l'effrayer ne l'aidera pas et qu'il n'était pas comme ça. Il s'est donc tenu tout le long. Se mordillant parfois la lèvre, mais jamais longtemps... il ne voulait pas lui montrer qu'il était mal à l'aise.

Sa voix. Il aurait pu la trouver apaisante, autant qu'une source claire... Si elle ne prenait pas un malin plaisir à le provoquer à chaque fois. Si chacun de ses mots ne lui semblaient pas être un immense jeu qu'elle dressait entre eux. Il avait pourtant parlé avec beaucoup d'évidence, complimenté avec dévotion... peut être trop vite. Encore trop vite. Elle voulait sûrement le canaliser dans ce duel verbal. Il ferait donc mieux de s'en contenter.

Bien sûr qu'il ferait mieux. Mais il avait aussi la curieuse impression qu'elle ne désirait pas tant l'éloigner que ça. Ses regards, notamment, brillaient de milles et unes invitations et il doutait fortement de toutes les imaginer. Il en venait d'ailleurs à le chercher pour s'en assurer, lui qui d'habitude évite de fixer les gens dans les yeux.

Mais la marche c'est bien. Non seulement pour se concentrer, mais aussi parce qu'il devait sûrement ramener son regard sur la ''route''. L'arrivée soudaine de racines, ou les branches trop basses étaient d'excellentes raisons pour quitter des yeux la magnifique jeune dames. En effet, plus que de la voir, il ne voulait en aucun cas se ridiculiser devant elle.

En parcourant la jolie forêt, ils finirent par atteindre un petit ruisseau. Elle s'y arrêta et se pencha au dessus de lui pour y tremper un doigt.

N'était-ce pas ce geste qu'elle avait fait pour tester la température de l'eau lorsqu'ils étaient devant la cascade ? Comptait-elle nager ici aussi ? Non, sûrement non. Elle ne s'était pas rhabillée pour ça ! Mais il eut magnifique occasion de l'observée à son insu, de la détailler de la tête aux pieds, d'admirer son magnifique visage qu'un mince faisceau de lumière parvenait a atteindre à travers les feuilles. Le monde n'est pas féérique ? Le sien l'était...

Il fut tout de même légèrement rassuré de la voir se redresser. Ainsi pas de tours dans le ruisseaux. Leurs yeux se croisent de nouveaux... Il aimerait tant savoir y lire ce qu'elle pense, mais surtout il espère qu'elle n'a pas aperçut qu'il l'a dévorait des yeux. Il serait gêné si elle venait à prendre conscience de l'intense intérêt qu'il lui vouait.

Elle se rapprocha de lui, ses yeux toujours dans les siens. Ils ont changé... mais il ne parvient pas à savoir en quoi. L'avait-elle aperçut ? Comment l'avait-elle prit finalement ? Cette petite moue ne semblait pas très prometteuse... et pourtant elle se rapprochait encore. Il ne parvenait plus à détourner son regard de ses perles qui l'envoutaient. Encore une fois il ne parvenait plus à se décider à faire le moindre geste.

Elle finit par arriver jusqu'à lui, et à poser une main non loin de son cœur. Elle doit le ressentir battre, lui même à l'impression qu'il va finir par traverser sa poitrine. Pourquoi son regard semble-t-il si triste ?

- En tout cas je suis désolée d’avoir écourté cette rencontre. C’est sans doute moi qui l’ai fait fuir. Si je peux faire quoique ce soit pour m’en faire excusé n’hésitez surtout pas.

Un instant il reste dans l'absolue certitude qu'elle est habitée par une profonde tristesse.. mais il finit par comprendre les paroles, et a trouver le petit éclat amusé qui brillait dans les yeux de la jeune femme. Encore de l'ironie ! Si seulement ce contact ne le troublait pas tant...

Mais il n'arrive plus à penser avec cohérence, il ne voit que ces yeux, ne pense que ces lèvres, ne vit que son souffle. L'excuser ? D'être cette magnifique nymphe ? La belle apparition qui le hante depuis tout à l'heure ? Il n'y a rien à excuser... et pourtant, il voudrait oser réclamer... juste un.. un premier..

Il se penche sur elle et pose son front contre le siens, leurs nez se frottent et leurs yeux se noient. C'est le moment ou jamais d'essayer, de se lancer.. de faire ce pas qu'il désire tant, celui qui lui offrira enfin des réponses... De lui prendre ce baiser. Mais il n'ose pas. Rien a faire, il a besoin d'être sûr des sentiments d'Aïnomra avant de se lancer...


-Alors deviens cette nymphe...

Et puis à quoi bon attendre? Il ne voulait rien de plus qu'un baiser! Ramenant un main derrière la nuque de la belle jeune femme, il se penche doucement. Ses lèvres entre en contact avec celles d'Aïnomira. Il marque un instant d'hésitation, ne la sent pas se débattre. Il ferme alors les yeux et goûte enfin à ce fruit si tentant, à cette femme si troublante.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Mer 16 Mar 2011, 17:20

    Bulle.

    Tout autour de moi n’est que silence.

    Ni le doux bruit de l’eau coulant sur les rochers, ni le tendre chant des oiseaux ne m’atteint plus.

    Seul le souffle du jeune homme caressant ma peau existe.
    Seul son torse, se soulevant au rythme de sa respiration, sous mes doigts existe.
    Seul son odeur emplissant mes narines existe.

    Un jeu peut-il prendre une plus grande importance que la réalité ?
    Et dans ce cas là ne devient-il pas lui-même réalité ?

    Je n’ose soupirer face à ce constat. Je suis trop prés de lui. Bien trop prés.

    Mon corps est comme paralysé. Mon souffle se fait plus court. Mon esprit est perdu dans la mer de ténèbres de ses pupilles. Et une colère froide contre moi-même monte dans mon âme.

    Je ne contrôle plus les diverses sentiments qui montent en moi. Peu à peu, je sens l’envoleuse qui est en moi refluer pour laisser la femme qui est en moi prendre le dessus.

    Mon cœur s’emballe, la colère et le désir se percutant violement. Le second l’emporte.

    Mais mon cœur reste sans bouger.

    C’est à ce moment que Nuhadu se décide à réagir à ma proposition. Je le sens avancer vers moi.

    Son front vient toucher le mien.

    Son nez vient effleurer mon visage
    Et ses lèvres se rapprochent, inexorablement.

    Avant de s’arrêter. Nos deux soufflent se mêlent puis une paroles est prononcé. Brève et magnifique.

    Promesse d’un avenir proche.
    Très proche.

    Devenir sa nymphe… Ma réponse se bloque dans ma gorge trop sèche.

    Le jeu s’emballe.

    Il semble hésiter.
    Moi je suis paralysée. Par ce que je ressens. Par ce que je ne maîtrise plus.

    Puis tout s’accélère. Ses yeux brillent d’un éclat plus fort encore qu’avant. Puis il s’avance et, après un bref arrêt, vient déposer ses lèvres contre les miennes.

    Le temps s’arrête alors. Je sens vaguement une main passer derrière ma nuque pour m’amener un peu plus à lui. Je sens vaguement mon corps se presser instinctivement contre lui.

    Seule la douce chaleur de ses lèvres contre les miennes emplit mon esprit.
    Seule la tendre saveur qu’elles dégagent atteints mes sens.

    Je suis tout à ce baiser.

    Mes paupières se ferment .
    Et je m’abandonne à lui.

    Le jeu éclate et la réalité reprend ses droits.
    Différente.

    Je ne sais combien de temps nos lèvres restent unis. Quand nous nous séparons finalement, je mets un instant à retrouver mon souffle et mes repères.

    Qu’ai-je fais ?

    Mes bras tentent soudain de la repousser tandis que mes poings se referment autour de sa tunique comme s’y attachant à jamais.

    Mon esprit est partagé. Je reste un long moment à osciller entre l’envie de fuir et celle de me jeter dans ses bras.

    Tout en moi se mélange.
    Puis fusionne.

    Je relève la tête, un sourire amusé flottant sur mes lèvres. Je ne me reconnais plus moi-même mais je me laisse emporter par le courant de mes sentiments.


    - Avec plaisir.

    Et je m’empare une nouvelle fois de lui.

    Vivante.
    Aimante ?

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Dim 20 Mar 2011, 02:49

Quel merveilleux contact. Le rêve éclate enfin pour prendre vie !

Non. Impossible.
Il rêve encore... Tout ! Tout n'est qu'un rêve !
Il rêve ces lèvres qui se referment sur les siennes. Il rêve cette peau qui touche la sienne. Il rêve cette nuque qu'il caresse. Il rêve cette passion qu'elle donne a leur baiser. Il la rêve depuis le début.

Les Nymphes n'existent pas...
Sa nymphe n'existe pas.
Cette bouche ne s'offre pas à lui... Elle n'existe pas.

Il faudrait qu'il se secoue pour se réveiller, mais il ne le fait pas. Il ne veut pas.
Pourquoi quitter l'imaginaire qui s'offre à lui ? Il est si doux, si beau.. Semble si réelle qu'il en brule. Désir... et pourtant plus.
Son cœur bat. Comme toujours certes, mais plus fort. Trop fort. La passion n'est pas son unique source. En tout cas il n'en a pas l'impression.
C'est bien compliqué comme rêve !

De toute façon sa tête est ailleurs, complètement centrée sur ce baiser. Imaginaire ou pas, il l'embrasait, l'absorbait. Il ne pouvait plus dévier de cette sensation, ou juste assez pour douter de sa réalité. Il devait en avoir le cœur net, vérifier.. Espoir.

Mais déjà les lèvres le quittent. Normal, les rêves sont éphémères...
Et pourtant, il entend belle et bien un souffle différent du sien. Et ces mains.. ses mains. Il les sent contre lui.
Il ouvre les yeux, pour en avoir le cœur net.
Le rêve se poursuit.

Il se rend compte que son propre souffle s'est arrêté. Il inspire donc profondément.
Cette trace qui reste sur ses lèvres.. comme un abandon. Il en a besoin, encore.. un tout petit peu plus. Mais il sent les mains de la jeune femme se resserrer sur sa tunique. L'a-t-il froissée ?

Il a beau plonger ses yeux dans ceux de la sublime jeune femme, impossible d'en tirer quoi que ce soit. Elle même le sait-elle ? Il aimerait aiguiller son choix, mais préfère ne pas risquer de perdre sa chance, attendant qu'elle se décide. Redoutant qu'elle se décide.

Et la décision finit par tomber. Il savait qu'elle était détentrice de son bonheur, et il la craignait d'autant plus, tout comme il se languissait de la voir apparaître.
Un sourire. Une réponse ?
Des mots, une réponse.
Un baiser. Sa nymphe.

Elle s'empare de ses lèvres, et lui des siennes. A nouveau.
Désormais sûr du consentement de sa compagne, il retire sa main de sa nuque, lui caresse tendrement la joue. Son autre bras vient la prendre par la taille.
Pourquoi aime-t-il la sentir contre lui ? Est-ce juste ce corps qu'il recherche ? Ou bien l'union de leurs battements de cœur ?
Il le trouve ne tout cas, et ça l'affame.

La faim le tiraille.
Un appétit démesuré pour cette femme qu'il tient dans ses bras.
Trop tôt... C'est pourtant évident..
On ne saute pas ainsi sur les jolies demoiselles ! Obtenir d'elle un baiser était déjà une magnifique récompense !
Son être grogne, se secoue. Hors de question qu'il s'en contente. Il désire plus, toujours plus. Et il ne peut pas y résister.
Oh mais ce n'est pas sa faute ! Ah ça non ! C'est celle de cette sublime femme qui se jette ainsi dans ses bras ! Il n'est qu'un homme bon sang ! Déjà qu'elle l'avait gentiment torturé en se promenant à peine couverte sous ses yeux, voilà que maintenant elle presse contre lui ses formes qu'il avait tant observé...

N'y tenant plus, il cesse de caresser la joue d'Aïnomora, sa main descendant le long de sa gorge.
Il veut la découvrir plus.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Dim 03 Avr 2011, 14:45

Tourbillon de sensations.

Tout en moi se mêle. Je n’arrive plus à distinguer les diverses émotions qui me ravages, vagues après vagues. Tout en moi est balayé. Mes peurs resurgissent puis disparaisse dans la douceur de ce baiser.

Mon âme n’est plus qu’un vaste champ de guerre. Une partie de moi hurle de me séparer de cet inconnu. De m’enfuir. De le tuer. Quelque chose en lui me repousse farouchement. Quelque chose de très faible. D’impuissant.

Mais pourtant présent.

Cette sensation de malaise m’emplit lentement avant de disparaitre. Une autre force me pousse dans ses bras.

Une force si puissante qu’elle terrasse toute mes autres pensés. Je ne suis plus qu’à lui. Tout à lui.

Lentement, je me presse un peu plus contre lui. Je sens sa poitrine se gonfler régulièrement contre moi. Ses lèvres toujours contre les miennes réchauffent mon être tout entier.

Je m’embrasse.

Mon feu intérieur grandit. Sous mes paupières toujours closent je sens une lumière s’allumer dans mes minces pupilles. Un étrange sentiment vint s’emparer de mon cœur. Il s’infiltre, l’englobe et l’emporte.

Amour ?

Cette sensation met inconnu, comment pourrais-je la reconnaitre ?

Amour.

Ce mot éclate dans mon esprit. S’impose. J’essaie de la chasser mais notre baiser le retient.

Amour…

Je sens une main glisser sur ma joue. Je frissonne. Depuis combien de temps un homme ne m’a-t-il pas touché ? Je me sens soudain attirer contre lui. Un peu plus.

Une douce pression sur ma taille déclenche un nouveau frisson qui descend le long de ma colonne vertébrale. Je me laisse un instant aller.

Puis ses baisers deviennent plus pressants, plus profonds. Mon cœur s’emballe.

Est-ce de la peur ?

Tout va trop vite. Je ne sais plus quoi faire.

J’ai envie de rester là, dans ses bras, mes lèvres unis aux siennes. Mais ai-je envie de plus ?

Pas maintenant…

Je sens sa main sur ma joue descendre lentement. Explorer ma gorge, mon épaule…

Tout en moi explose. Je me recule brusquement, le rejetant en arrière.

Je tremble.
Mon corps semble si faible.
Ma respiration est haletante
Mes yeux voient flou.

Que m’arrive-t-il ? Troublée, je referme mes bras autour de mes épaules et ferme les yeux, comme pour essayer de retrouver la raison.

Mes paupières se rouvrent enfin après plusieurs secondes. Nuhadu se trouve toujours devant moi. Toujours aussi beau.

Et tant désiré.

Pourtant je ne fait que le regarder. Mon regard est minable, je le sais. Je n’arrive plus à savoir ce que je dois faire.

Je suis faible.
Je hais être ainsi impuissante.


- Je…

Ma voix se brise.

Je me hais. J’aimerais tant disparaitre. Une partie de moi le veut mais quelque chose me repousse. Toujours plus fort.

Je fuis son regard et me tourne vers le petit ruisseau coulant toujours tranquillement à mes pieds. Je m’accroupie, pitoyable.


-Excuse-moi…

Pourquoi ces paroles ? J’aimerais tant être avec lui. Pourquoi le fuir ?

Encore une fois je ne sais pas.

Impuissante.
Aimante.


désolée pour la qualité et pour le contenue... Je n'arrivais à écrire autre chose...]

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]   Sam 09 Avr 2011, 13:09

Explosion de sensation ?
Le monde n'a plus d’existence, plus de couleurs.
Il ne fait plus attention à ce qu'il se passe autour d'eux, il est entièrement concentré sur leur baiser, sur sa caresse.
Son audace l'a poussé à laisser glisser ses doigts sur la peau de cette magnifique jeune femme ! D'abord la joue. Ce n'était pas si terrible. Mais elle était si douce cette peau, qu'il n'avait pu s'arrêter là. Tout ce qui faisais sa réserves habituelle, sa timidité... tout disparaissait.

Une bête.
C'est parce qu'au fond de lui il se savait bestiale qu'il avait changé de vie.
Il ne l'avait plus sentit en lui de puis longtemps.. Cette sauvagerie. Il l'avait canalisée dans ses lames. Le sang avait ce don d'apaiser son cœur durant de longues périodes.
Mais il y avait d'autres faims pour le réveiller.
Cette jeune femme était un met de choix.. Cet avis il le partageai avec ce monstre devenu désir. Mais la façon de la déguster les départageaient.

Pourtant sa main glissa bel et bien sur le coup de sa nymphe, caressant sa gorge, glissant sur son épaule. Il était entièrement pris par la découverte tactile de ce corps...

Ce qu'elle fut grande sa surprise quand elle le rejeta soudain. Se séparant de lui, le privant de ce nouveau mets qui lui plaisait tant !
Oh oui, il fut surpris ! Un instant désemparé aussi ! Un instant en colère surtout. En colère car son désir se voyait freiné, car il se laissait posséder par cette sensation si ardente.
Mais un instant seulement.

Elle a l'air si choquée. Si gênée... Il l'a brusquée.
Tout s'éteint. Son esprit revoit clair. Presque. Il voit juste qu'il lui fait du mal. Il voit juste qu'elle est trop belle pour qu'il continue ainsi.

Elle a l'air si fragile quand elle se serre dans ses propres bras ainsi. Il voudrait la prendre dans les siens pour la rassurer, mais il n'ose plus la toucher. Il ne veut plus la blesser. Il a l'impression que toute les souffrances qu'il lui inflige sont autant de coups de couteaux qui lui transpercent le cœur.

Elle le regarde, mais ses yeux n'ont plus leur éclat. Ils n'ont plus cette lueur de moquerie. Ils sont effroyablement tristes. Beaucoup trop pour quiconque à gouté à leur beauté !

Et puis sa voix. Son rire. Tout cela aussi a disparut. En un baiser, il lui a volé tout son charme. Il a brisé le rêve et avec sa nymphe. Elle n'arrive plus à lui parler, elle fuis même son regard maintenant ! Il a même peur qu'elle ne décide de disparaître et de ne plus le revoir.. Et il sait parfaitement qu'il ne la retrouverait pas. Il n'est même pas parvenue à la sentir quand elle se cachait parmi les arbres.
Elle se détourne de lui.. Il lève son bras pour l'arrêter, mais c'est son geste qui finalement s’interrompt. Elle ne s'en va pas... Elle se ferme juste à lui. C'est déjà beaucoup trop, c'est déjà bien douloureux.


*Qu'ais-je fais ?
L'abrutit comme toujours..
J'ai suivi mon désir.
Je l'ai blessé.

Je suis un monstre. Une bête sans cœur..
C'est mon cœur qui me pousse a cela.
Un cœur n'est qu'un tas de chair.

Y a-t-il une chose de fixé en moi ?
Elle m'attire.
Je la désir.
Elle m'illumine.

Je l'aime ?

Trop tôt pour juger..
Trop tôt pour s'enchaîner.
Trop peur pour y penser..*

La vie est longue... faut-il qu'il sacrifie ce qu'il lui en reste ? L'amour ultime était-il là sous ses yeux ?

Un sacrifice ? Elle est accroupie devant le ruisseau.. ne bouge pas.. Mais toujours belle malgré l'aura de tristesse qu'elle dégage.
Belle, et peut-être encore plus désirable.

Il s'approche doucement et s’assoit prés d'elle. Il n'ose pas la toucher, il ne veut plus la brusquer. Il regarde le ruisseau.


*Il serait peut être temps de grandir Nuhadu. Temps de briser ton cocon. Temps de réclamer tes ailes. Oui je suis jeune, oui la vie s'étale à l'infini sous mes pas. Mais non. Je ne suis pas fait pour insouciance, je ne suis pas fait pour la naïveté. Je suis fait pour courir, pas pour marcher. Je t'abandonne jeunesse, désormais, je veux être homme*

Ses yeux de nuit s'étendent sur le calme ruisseau. Il quitte enfin le temps pour vivre son Temps, sa Voie.


-Excuse-moi aussi, mais je ne me souviens plus d'où tu viens. Pourrais-tu me rafraîchir la mémoire?

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sous le chant de la cascade. [PV Lacrya]
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» La diaspora veut retourner en Haïti sous condition
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Un sous-commissariat à Grand'Ravine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Plateaux et montagnes de l'est-
Sauter vers: