AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

  Il existe toujours des exceptions…(PV:Jennyssie et Ellenya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Il existe toujours des exceptions…(PV:Jennyssie et Ellenya)   Sam 15 Jan 2011, 12:46

Tu étais immobile.
Immobile entrain d'observer l'immensité du lac Chen....
Il étaitsi beau, et surtout si grand...
Presque infini, où en tout cas il paraissait infini:
Il était impossible de voir les autres rives.
Même toi tu te trouvais petite devant le Lac Chen.
Le lac Chen...
Qui avait donc osé appeler cela un lac?
C'était une mer plutôt....
Une immense mer.
Une bouffée de colère t'envahis : tu aurais beau aller à n'importe quel endroit, les humains te montreraient d'une manière ou d'une autre leur stupidité. Ils étaient si pitoyables qu'ils avaient surement crus qu'en refusant de le nommer "mer", ils pourraient le rendre moins puissant.
Pathétique.
C'était vraiment une bande de faible.
Et comme tous les faibles, ils tentaient de supprimer les forts au lieu d'essayer de les imiter.
Après tout, n'en était tu pas le meilleur exemple?
La haine se rajouta à ta colère.
Tu les haïssais vraiment.
Cette bande d'insectes putrides.
Tu ne regrettais pas et tu ne regretteras jamais d'avoir décidé de devenir Mercenaire du Chaos.
D’avoir décidé d’être plus puissante.

Mercenaire du Chaos...
Tu avais hâte que les cours commencent.
Il manquait apparemment un élève dans ton groupe pour qu'il puisse débuter. C’était en tout cas, ce que tu en avais conclu après avoir regarder le panneau d’affichage.
Et comme les aspirants ne devaient pas être nombreux tu t'étais accordée un voyage.
Et tu ne le regrettes pas.
Le Lac Chen était à la hauteur de tes espérances.
La seule chose qui te dérangeais, c'était les insectes qui habitaient et tournaient autour.
Mais apparemment, tu étais destinée à en voir toute ta vie.
Et à devenir leur cauchemar.
Leur mort.

Un sourire réapparut aux commissures de tes lèvres.
Après un ultime regard au lac et la promesse de revenir des que tu aurais trouvé une auberge pour te restaurer et laisser Ocre, tu pris le chemin de village qui se trouvait à environ un kilomètre de l'endroit ou te trouvais.

La petite ville était des plus coquettes, aucune saleté ne trainait par terre et tout était très bien entretenu, l’exact contraire d'Al-Far. Les auberges de qualité affluaient, le bourg vivait principalement de tourisme, et tu eus peu de mal à trouver un endroit ou laisser tes affaires. Tu finis par en choisir une face au lac.
Tu y laissas Ocre, après avoir fait promettre qu'on lui réserverait les meilleurs soins. Tout le monde avait cru que tu étais une cavalière qui prenait soin de sa monture, alors que cela ne faisait même pas deux semaines que tu savais monter et que tu n’avais aucune idée de comment on traiter un cheval. Tu laissais ça aux autres, pour toi ce n’était qu’un moyen de transport.
Tu sortis alors te promener mais cette côte était très fréquentée et tu ne trouvas pas un seul endroit inoccupé, partout les humains affluaient et te dévoraient des yeux.
Tu avais l'habitude de ces regards et tu n'y prêtais depuis longtemps plus attention, qui s'occupait d'une mouche quand elle vous tournait autour ? Néanmoins tu étais venue pour le Lac Chen et savoir que des Hommes étaient à tes cotés gâchait tout.
Tu pris donc l'initiative de t'éloigner, recherchant un endroit ou tu pourrais être seule.

Tu marchas longtemps, ton regard posé sur l'eau sombre du lac lorsque tu finis par t'éloigner suffisamment pour ne plus trouver personne.
Il était vrai que tu devais marcher depuis plusieurs heures et que devais avoir fait plus de six kilomètres.
Tu t'essayas donc sur une petite roche qui dominait d'à peine un mètre la minuscule grève caillouteuse et tu laissas tes pensées t'emportaient, loin, vers un monde ou n'existait que des forts, un monde ou tu serais mercenaire du Chaos.

Tu restas ainsi, en dehors du monde réel, lorsqu’un bruit tu sortis de tes pensées.
Tu n'étais plus seule.
Encore une fois.
Tu restas immobile, attendant, décidé à n'agir que si cela se révélait nécessaire.
Après tout, peut-être que ce n'était qu'un animal.
Pourtant quelque chose te poussait à croire le contraire...


(C'est un peu moyen, désolé)

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il existe toujours des exceptions…(PV:Jennyssie et Ellenya)   Sam 15 Jan 2011, 22:40

Le soleil déployait sa lumière et sa chaleur, imposant et sur de lui, dans un ciel sans nuage. Il faisait beau, enfin. La jeune femme n'avait jamais vraiment aimer l'hivers. Tout n'était que froid, neige, verglas... Mais une journée de soleil avait effacé chacune des traces de ce mois-ci. Jennyssie retrouvait peu à peu l'amour qu'elle portait au soleil, et surtout, elle se sentait moins seule. Elle savait qu'il veillait sur elle. Elle était comme son incarnation, sur terre. Elle avait le profil d'une déesse de la lumière et du soleil. Elle était tout simplement un océan de lumière, dans lequel il n'y avait que noirceur. Un océan. Comme le lac qui se déployait devant elle. Le soleil s'y reflétait, donnant l'impression que des milliers de pièces d'or avaient envahi l'eau...

Elle explosa de rire. Elle était seule, heureuse, devant la plus belle chose qu'elle n'avait jamais vu. Elle laissa sa robe tomber sur les galets chaud et s'avança vers la fine bande de sable qu'il y avait devant, juste devant les vagues qui venaient lécher les cailloux... L'eau, avide, vint se nicher entre ses orteils avant de s'en aller... Pour mieux revenir. Elle leva ses bras au dessus de sa tête, ferma les yeux. Le soleil lui faisait du bien. Elle plongea, perça la surface lisse et plane de l'eau, sans provoquer la moindre éclaboussure. Un plongeon parfait, aussi parfait que son humeur... Dans l'eau, elle se recroquevilla sur elle même, surprise par le froid qui engourdissait tous ses membres.

Elle dû se mettre à bouger beaucoup, pour ne pas finir comme un glaçon... Elle nagea longuement. Elle ne voulait plus s'arrêter. Elle voulait que ses membres chauffent au point de crier grâce, et qu'elle coule. Mais lorsqu'elle vit qu'elle était allée si loin, et lorsqu'une silhouette se dessina sur la berge, elle revint, en crawle. Elle ne récupéra pas sa robe. Elle voulait laisser au soleil le plaisir de faire disparaître chaque petites gouttelettes. Elle alla droit vers le rocher, s'y hissa. La fille semblait l'attendre.

Jennyssie, nue comme un ver et pas le moins du monde gênée, observait la jeune femme avec curiosité. Elle était fine, de taille moyenne, mais néanmoins plus grande que la mercenaire. Elle disposait de traits fins, de grands yeux noirs, menaçant, un petit nez fin. Elle était maquillée. Le contour de ses yeux étaient noirs et ses lèvres, pulpeuses, viraient entre le rouge et le rose. Que dire de plus ? Elle était belle, mais superficielle. Ses cheveux tombaient en cascades sur ses épaules, et ses sourcils, de cette même couleur brune fonçée, étaient parfaitement épilée. Oui, cette fille était un peu superficiel, mais sa beauté était sauvage, derrière son maquillage. Essayait-elle de cacher qui elle était ? Ce qu'elle était ?

La jeune mercenaire, à côté de cette fille, n'était que liberté, sauvagerie, et chaos. Elle était magnifique, à sa façon, imposante par ses manières, non pas par sa taille et sa carrure. Elle avait toujours su attirer les regards, et parfois même, quelques hommes un peu saoul, qui se jetaient, sans le savoir, dans la gueule du loup. Les autres s'étaient toujours méfiés. La plupart se demandaient comment Jennyssie faisait pour ne pas se faire chasser comme un animal... Mais ça lui était arrivé. La plupart de ses souvenirs n'étaient que souffrance. Peur. Désespoir. Mais jamais, ô grand jamais, la faiblesse n'avait été de la partie. Combien de fois avait-elle couru les rue afin d'échapper à de vrai chasseur de beauté ? Une seule. Mémorable. Elle n'avait surement jamais eu aussi peur, jusqu'à la mort de Liro...

Et maintenant ? Qu'est-ce qui pouvait bien lui faire peur ? La mort était la pire chose qui pouvait arriver. Et pourtant, elle n'en avait jamais eu peur. Elle croyait en la vie après la mort. Ces deux états n'était pour elle que des statuts. Des phases. Et même si elle préférait profiter de la première partie, elle n'avait pas peur. Elle n'était pas faible. Elle n'était pas lache. Elle était juste mercenaire.

- Qui es-tu ?

Cette question aurait pu être ridicule. Sauf que cette fois-ci, elle l'a posait pour une bonne raison. Cette jeune femme avait un regard d'assassin. Une façon mortelle de se mouver. Qui était-elle ? Non, elle n'était pas mercenaire et elle ne pouvait pas être marchombre. Apprentie ? Peut-être. Ou alors, Jennyssie avait bien l'intention de l'inciter à se rendre au domaine. Elle était le profil parfait de l'envoleur tueur de marchombre.

Elle lui offrit un sourire encourageant, aussi lumineux que ses yeux, que ses cheveux, que son être tout entier. Aussi lumineux que le soleil...

[ Pas super non plus =/]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il existe toujours des exceptions…(PV:Jennyssie et Ellenya)   Lun 17 Jan 2011, 20:04

Le soleil se levait peu à peu, laissant une vague trace orangée dans le ciel. Il faisait beau. Tout simplement beau. Un vent léger soufflait aux oreilles d'Ellenya, lui chuchotant une douce mélodie à l'oreille. La jeune fille avait beau aimer la neige, elle se sentait heureuse quand le beau temps venait. C'était au moins la deuxième fois qu'elle venait à cet endroit. Il l'avait tellement marqué, le moment et le lieu resterait à jamais gravé dans son esprit.

Elle marcha, humant l'air avec bonheur et contempla l'immensité et la beauté de ce que les humains appelait un lac. Pour Ellenya, c'était assez sous-estimé, mais le nom n'avait pas beaucoup d'importance. Elle ferma les yeux, se rappelant du souvenir qui resterait à jamais gravé dans son esprit. Elle aurait tant aimé replonger dans le Lac, renouveler l'expérience. Il était évident que cela ne lui aurait pas fait la même sensation que la première fois, mais elle aurait au moins le bonheur de plonger et de nager.

Elle s'assit, contemplant le plus merveilleux des lacs. Une mer intérieure, semblant se prolonger jusqu'à l'infini. Elle se leva, et décida finalement de plonger. Le contact de la surface de l'eau lui tira un sourire, qu'elle perdit quand elle se retrouva complètement mouillée. Un tourbillon d'émotions et de sentiments déferla sur elle. Une tornade de souvenirs. C'était plutôt positif qu'autre chose. Elle commença à nager vers le fond, chaque membre de son corps s'habituant peu à peu à la température de l'eau.

Elle nagea pendant quelque temps, remontant à la surface pour reprendre de l'air, effectuant des nages différentes et humant l'air frais, quelquefois. Enfin, la jeune marchombre sortit de l'eau. Elle essora ses vêtements, qui n'allaient pas tarder à sécher, et marcha un peu pour se dégourdir les jambes. Un détail reporta son attention. Deux silhouettes.

Ellenya s'avança, sur ses gardes, puis se décontracta et laissa l'ambition guider ses mouvements. Elle arriva, et quand elle fut près des silhouettes qui était des jeunes femmes. Elle se glissa derrière elles, gardant une distance nécessaire pour ne pas se faire remarquer. Les deux jeunes filles dégageait une aura étrange, presque inquiétante. La première, assise sur une roche, la silhouette fine et de taille moyenne, était maquillé et ses cheveux encadraient son visage par des boucles brunes. La deuxième, un peu moins grande, était totalement nue mais cela ne semblait pas la gêner. Ses longs cheveux blonds semblaient légèrement dorée au soleil.

- Qui es-tu ?

Serait-il possible que ce soit des mercenaires, ou des apprentis ? Si c'était le cas, elle était un peu dans le pétrin. Elle commença à s'inquiéter, d'abord, puis se rassura. Après tout, peut-être se faisait-elle des idées. Peut-être les deux jeunes filles était tout simplement... Simplement quoi ? Ellenya s'embrouillait, elle se demandait ce qu'elle devait faire, partir ou rester ? Elle devait peut-être partir, après tout ? Non, c'était trop lâche, Ellenya n'était pas de ce genre la, et quelque chose la forçait à rester, l'attirait comme un aimant.

Elle s'approcha, un peu, et marcha sur une branche qui craque au contact de son pied. Elle s'arrêta, se demandant quel serait la suite des évènements. Si c'était des mercenaires, comment allaient-elle réagir ? Un sourire passa sur le visage d'Ellenya. Elle était prête.

[C'est très court et pas super =/ désolé]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il existe toujours des exceptions…(PV:Jennyssie et Ellenya)   Mar 18 Jan 2011, 18:34

Quelqu'un venait effectivement.
Quelqu'un nageait vers toi.
Quelqu'un avait eu la stupidité de nager vers toi.

Tu observas la courte et rapide progression de la personne vers toi.
Personne n'était donc capable de te laisser tranquille?
Était-ce leur manière de se venger de ce que tu allais leur faire?
Un léger sourire apparut sur tes lèvres avant de disparaitre quand tu vis la personne prendre pied sur la rive.
C'était une jeune femme.
Une femme étrange.
Tu ne voulais pas en savoir plus, de toute façon elle allait partir.
Tu allais la faire partir.

Pourtant elle ne partit pas.
Elle monta même sur ton rocher.
Sans aucune gène apparente.
Qu'elle soit dévêtue ne semblait pas la gêner non plus.
Tes muscles se tendirent quand elle s'installe près de toi.
Tout ton être se tendit en même temps que tu imaginais mille et une façon de la tuer.
Tes deux mains glissa sur le manche de tes deux petits sabres
Comment oser t-elle rester ici?
Comment oser t-elle ainsi empiéter sur ton territoire?
Comment oser t-elle ainsi troubler sa solitude?
Elle allait payer pour ce qu'elle venait de faire!

Tu fis doucement glisser tes sabres or de leur fourreaux...
Et tu t'arrêtas.
Elle t'observais, tu le sentais.
Des milliers de personnes t'avaient déjà observé mais pas comme ça.
Quelque chose te poussait à l'observer toi aussi.
Tu tournas ta tête vers elle...

Elle était belle...
Pas autant que toi certes ais belle tout de même
Ces longs cheveux légèrement bouclés était tels que même le mot "doré" ne pouvait convenir,
Ces deux yeux pareils à l'or brillaient comme des milliards de pierreries,
Sa peau couleur chocolat mettait ses yeux et ses cheveux encore plus en valeur.
Elle était...lumineuse.
Elle était le soleil.

Tu ne pouvais pas dire le contraire, elle était magnifique mais ce n'était pas cela qui te stupéfia;
Non, loin de là, ce n'était qu'un détail, ce qui importait c'était autre chose
Elle était forte.
Elle était libre.
Elle était une partie de ce que tu voulais être.
Tu restas stupéfait quelque secondes.
Sans que tu ne tant rende compte, tu repoussas doucement tes sabres dans leur fourreaux.
Tu ne pouvais rien lui faire.
Elle était ce que tu serais.

Alors que tu restas immobile, incapable de parler.
Elle te dit doucement:

- Qui es-tu ?


Qui étais-tu?

Qui étais-tu?
Tu étais la force
Tu étais la puissance
Tu étais la beauté
Tu étais la trahison
Tu étais leur cauchemar
Tu étais la destruction
Tu la fierté après la honte
Tu étais celle qui crée
Tu étais Ombre
Tu étais Onde
Tu étais différente

Tu étais poussière

Et une poussière finit toujours par ce transformer

Tu étais apprentie mercenaire.

Tu ne répondit pas à ces questions.
Ce que tu étais ne l'intéressait pas.
Qui pourrais se confier à une inconnue
Qui en aurait le courage?
Ou la stupidité?
Pas toi, pas maintenant.

Un bruit derrière toi te ramena à la réalité.
Quelqu'un d'autre venait.
Lentement tu te retournas.
Pour toiser l'inconnue
Car c'était encore une fille.

Celle-ci était bien différente de la première.
Elle avait des cheveux mi-longs, un mélange de châtain et de brun plus pâle.
D'où tu étais, tu pouvais tout de même voir ces yeux bleus.
Pâle une nouvelle fois, comme celui de l'eau quand elle est exposée à la lumière.
Mais plus que tout cela, elle dégageait l'auto-certitude, la fierté, le courage des combattants.

Mais il y avait quelque chose d'autre,
Et tu ne savais pas ce que c'était.

Elle avait manifestement entendue la question que t'avait posé l'autre jeune fille.
Tu répondis donc, comme accueil et comme réponse:

-Et vous, qui êtes-vous? A part des gêneuses?


Politesse?
Prudence?
Tu ne connais pas, après tout la vie avait trop peu d'importance et était trop courte pour t'empêcher de faire ce que tu veux....



(Moi je les aimes bien vos réponses...)





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il existe toujours des exceptions…(PV:Jennyssie et Ellenya)   Mar 18 Jan 2011, 21:30

La fille était l'insolence même. L'incarnation de la méchante fille qui n'aime personne et qui tue tout le monde, pour avoir fait le crime de la déranger. Oui, c'était le genre de caractère qui intriguait Jennyssie, parce que c'était typiquement mercenaire, et parce que tous ceux-la étaient souvent ceux à avoir le plus souffert. La jeune mercenaire observa attentivement la réaction de la fille, curieuse et intrigué. A l'évidence, elle venait de comprendre qui Jennyssie était vraiment et que se mesurer à elle ne rimait à rien... Elles se sourirent un instant, l'une par amusement, l'autre par mégarde. Puis, il y eu un craquement. Faible, mais bel et bien la.

La jeune femme fit volte face, sautant sur ses pieds. A l'évidence, quelqu'un les avaient observé. Quelqu'un avait osé souiller leur rencontre. Jennyssie tressaillit. Ses cheveux étaient d'un bruns pales, contrastant parfaitement avec ses yeux aussi bleu que l'ocean, sous le soleil. Brulants et Brillants. Elle était l’essence pure de l'harmonie, c'était surement ce qui l'a rendait si spéciale, si belle... La voix de la première fille, s'éleva, dure et menaçante :

-Et vous, qui êtes-vous? A part des gêneuses?

Jennyssie explosa de rire. C'était la goutte d'eau en trop qui faisait déborder le verre. Elle avait beau avoir l'air d'une tueuse, sa prétention en devenait trop flagrante. Trop frappante. Trop impoli. Elle se désintéressa totalement de la seconde, qui semblait à la fois mal à l'aise et tout à fait dans son élément. Elle fit un pas en avant et souffla à son oreille, d'un fois tellement dure, tellement rauque, que ça aurait tout aussi bien pu être la fois d'un animal enragé :

- Je peu être bien plus que gênante si tu le souhaite. Tu veux essayer ?

Puis, elle riva ses yeux ambrés sur la nouvelle et sauta du rocher, pour s’avancer à pas sur et décidé, vers elle. Elle lui offrit un gigantesque sourire, avant de dire à son intention :

- Tu es la bienvenue, même si certains ne pensent pas la même chose... Il parait que les jeunes de nos jours oublient parfois la politesse. Je dois paraître un peu vieux jeu, alors...

Elle aurait pu réagir tout autrement. Elle aurait pu s'énerver. Partir, pour les ignorer. Mais ça ne lui paraissait pas logique. Pas convenable. Elle savait maintenant que la première fille était apprentie mercenaire. Elle devait lui apprendre, ce qu'elle avait apprit auparavant : que mal réagir n'amenait que des malheurs et qu'à son niveau, on ne pouvait se permettre d'attirer les ennemis. Mieux valait attendre qu'elle gagne en expérience. Jennyssie, elle-même se savait encore faible comparé à certains grands maître, même si elle était en passe à rentrer dans le livre des légendes, pour n'avoir passé que deux ans à apprendre, et à être à un niveau supérieur que certains vieux mercenaires ( comme son père décédé avait été ). Elle savait tout ça. Jamais, ô grand jamais elle ne s'en était vanté. Elle avait toujours gardé ses pensées pour elle. Mais elle avait bien vu dans les yeux de Rubis que celle-ci pensait la même chose, et qu'elle était fière.

Jennyssie passa sa main dans sa crinière dorée, parfaitement lissé. Elle offrit son visage au soleil afin qu'il rende à sa peau sa valeur, sa beauté. Elle jeta un regard à sa robe blanche, laissé sur la rive. Mais elle n'alla pas la chercher : elle préférait attendre que le tissus se réchauffe afin qu'elle prenne plaisir à se revêtir. Depuis combien de temps n'avait-elle plus été gêné pour rien ? Deux ans. Sa fierté, sa vie n'avait commencé que le jour ou elle s'était présenté au domaine. Et à présent, elle vivait. Mais plus que tout, elle était heureuse. Enfin.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il existe toujours des exceptions…(PV:Jennyssie et Ellenya)   Lun 24 Jan 2011, 16:52

Ellenya aurait très bien put partir, fuir tant qu'elle en était capable, mais non. Elle se trouvait maintenant devant deux mercenaires, ou peut-être une seule car la deuxième semblait plus avancé sur cette voix. Tant qu'elle n'était pas en danger, tout allait bien. C'était un peu juste à dire quand on se retrouvait devant deux mercenaires. Qui aurait su à quoi s'attendre ? Tant qu'elle était ici, elle ne pouvait pas se dire en sécurité. Loin de là. Pourtant son inquiétude s'était évaporée, comme le vent traverse les nuages, et à présent elle observait en détail ce qui se passait.

-Et vous, qui êtes-vous? A part des gêneuses?


A part des gêneuses ? Bien plus que ça. Ellenya pensait non seulement à elle, mais à la deuxième jeune fille. C'était peut-être une mercenaire, ennemi du marchombre, elle n'en restait pas moins une personne, et une personne assez spéciale, même. Oui, elles étaient bien plus que cela, et remettre en question leur être était assez impoli de sa part. Mais est-ce qu'un mercenaire est poli ? Non, sûrement, du moins pas la majorité.

La deuxième éclata d'un rire moqueur. Ce qui était sûr, c'est qu'elle ne supportait pas la provocation. Tout comme Ellenya, d'ailleurs. Mais celle-ci n'allait pas la menacer pour autant. Quoi que...
Elle s'approcha de celle qui les considéraient comme des gêneuses, d'un pas menaçant. Elle lui murmura quelques phrases à l'oreille, qu'Ellenya ne réussit qu'à entendre d'un gros effort.

- Je peu être bien plus que gênante si tu le souhaite. Tu veux essayer ?


Puis elle jeta son regard sur Ellenya, qui était un peu égarée, ne sachant pas quoi faire dans de pareilles circonstances.

- Tu es la bienvenue, même si certains ne pensent pas la même chose...


Si il y avait un prix de la chance, Ellenya l'aurait sûrement gagné. Une mercenaire, si c'en était une, venait de lui dire qu'elle était la bienvenue. Celle-ci soupira intérieurement de soulagement, se partageant entre le bonheur et la détresse.

- Il parait que les jeunes de nos jours oublient parfois la politesse. Je dois paraître un peu vieux jeu, alors...


Que voulait-elle dire par là ? Ce qui était sûr, c'était qu'Ellenya avait intérêt à ne pas la provoquer, sinon son maître se demanderait sûrement pourquoi elle revenait avec une jambe à moitié cassée. Elle s'avança, hésitant à s'approcher de celle qui les considéraient comme des gêneuses pour lui retoucher quelques mots. Mieux valait ne pas chercher les embrouilles. Quoi qu'elle n'avait pas l'air plus avancé sur sa Voie qu'Ellenya l'était sur la sienne. Mais la deuxième lui avait déjà fait la leçon, inutile d'en rajouter.

Ellenya passa instantanément de celle qui s'inquiète face à une mercenaire, ou deux peut-être, à celle qui déteste la provocation. Elle caressa la lame de ses couteaux affutés. Ce n'était pas en provocation à la deuxième, mais plutôt à la première, qui l'insinuait gêneuse. C'était un simple réflexe pour Ellenya, de passer ses doigts sur les lames de ses armes. Ou peut-être plus...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il existe toujours des exceptions…(PV:Jennyssie et Ellenya)   Mar 25 Jan 2011, 18:18

Tu n'eus pas à attendre longtemps avant qu'une des deux réagissent.
A peine quelques secondes.
Quelques secondes avant que tu comprennes...
Que tu comprennes...
Que tu comprennes qu'elles n'étaient pas comme les autres
Et surtout celle aux cheveux dorés....

Un éclat de rire...
Qu'elle est la meilleure manière de montrer que ce que dit quelqu'un est pitoyable?
Rire...
Tu l'avais fait tellement de fois que les compter devenaient impossible.
Mais cette fois ce n'était pas toi qui le faisait...
C'était quelqu'un d'autre,
Contre toi....
Les muscles de ton dos se raidirent
Presque personne n'avait oser te faire cela
Et parmi ces rares humains, seuls quelques uns pouvaient proclamer ne pas avoir subir de séquelles

Tu ne réagis pas.
Quelque chose te disait que ce n'était pas terminé...

- Je peu être bien plus que gênante si tu le souhaite. Tu veux essayer ?


Était-ce bien la même personne que tout à l'heure?
La voix n'était plus du tout la même
Elle était grave...
Rauque...
Acre...
Apparemment elle n'avait pas l'air contente que tu lui parles ainsi.
Un sourire éclatant s'afficha sur ton visage qui était devenue il y a à peine quelques secondes.
Qu'est-ce qu'elle croyait?
Que c'était en modifiant sa voix qu'elle allait te faire peur?
Mais tu n'avais peur de rien...
Tu étais juste scandalisée,
Personne n'avait le droit de te parler ainsi...
Ton sourire s'éteignit pour se transformer en rictus ironique.
Elle allait payer.
Forcément
Tu allais juste là laisser finir,
Qu'elle en profite encore un peu...

Pourtant, elle se désintéressait de toi pour observer l'Autre...
Qui d'ailleurs paressait un peu désorientée
Elle au moins n'étaient pas différentes des humains
Ou en tout cas pas énormément...

- Tu es la bienvenue, même si certains ne pensent pas la même chose...


Ce fut à toi de rire.
Avait-elle bien dit ce que tu avais entendue?
Pourtant ne s'était-elle pas elle aussi invitée?
Tu étais ici en première et c'est bien connue, tu ne partageais rien...
Pourtant elle ne te laissas pas commenter:

- Il parait que les jeunes de nos jours oublient parfois la politesse. Je dois paraître un peu vieux jeu, alors...


Tu faillis rire.
Tu ne le fit pas.
Tu le ferais plus tard...
Pourtant la blonde était drôle, vraiment..
La Brune aussi d'ailleurs, elle avait l'air perdue, rassurée et en même temps terrorisée...
Pourquoi?

Pourquoi?
Tu en étais sûre à présent,
Il y avait une chose que tu ne comprenais pas...
Ces deux là semblaient se connaître mais ne s'être jamais vues.
Elles semblaient savoir qui était l'autre.
Et toi tu ne te comprenais pas...
Il fallait que tu réfléchissent...
Que tu trouvent...
Le mot ridicule ne devait jamais suivre le tien et si tu ne comprenais pas, c'est ce qui se produirait...

Comprendre...
Commencer par la Blonde..
C'était celle qui t'avait le plus impressionnée..
Pourquoi?
Parce qu'elle était forte..
parce qu'elle ressemblaient au Mercenaire du Chaos que tu avais rencontré...
Stop!
C'était donc ça...
C'était surement ça...
La fille était une mercenaire du Chaos...
Un mince sourire glissa sur tes lèvres.

A l'autre...
Mais là tu ne comprenais pas...
Rien.
Pas le moindre indice,
A part qu'elle savait peut-être être entourée d'une mercenaire du Chaos et d'une Apprentie.
Et elle devait avoir compris avant toi.
C'était rageant,
Une simple humaine s'était montré plus réfléchie que toi!
Meilleure que toi!
N'en avais-tu pas honte!

Ta vengeance contre la Blonde était momentanément oublié,
Tu avais plus important à faire.
Il fallait juste réfléchir et comprendre...

-Vous n'avez pas répondues...


Puis en te tournant vers la Brune et Muette.

-Tu n'as pas répondue...


Un léger sourire se plaqua sur ton visage
Ironique bien-sûr.
Mais aussi avec une pointe de défit....











Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il existe toujours des exceptions…(PV:Jennyssie et Ellenya)   Jeu 27 Jan 2011, 21:06

L'une semblait perdue, l'autre savait tout. L'une comprenait, l'autre restait coite. Elles étaient si différentes qu'il en devenait presque impossible de les comparer. Leur physique, leur façon d'être, surement leur passé. Oui, les marchombres et les mercenaires étaient l'opposé. Mais derrière tout ça, il y avait l'histoire de chaque être. On ne pouvait pas parler d'un groupe, sans inclure des centaines de personnes différentes et ayant vécus et pensés différemment. La vie était faite de différence. Sans tout ça, il n'y aurait rien. C'était juste comme ça. Comme une loi. La loi de la vie.

La haine de la première fille semblait grandir au fur et à mesure que les paroles de Jennyssie s'échappait de sa bouche. Comme si parler devant elle, broyer son silence, tuer son temps, la mettait en colère. La jeune mercenaire ne pouvait s'empêcher de sourire. Il était trop facile de la provoquer. Au fond, elle devait être tellement susceptible. Elle n'avait pas l'intention de se laisser faire. Elle était trop prévisible. Trop différente et pourtant tellement lisible.

-Vous n'avez pas répondues...

Jennyssie l'a foudroya du regard. Ce ne fut qu'après un instant de réflexion qu'elle se rendit compte que la fille ne s'adressait qu'à elle, et qu'elle la vouvoyait. Elle retint un éclat de rire, mais au lieu de ça, un sourire coquin et sadique glissa sur ses lèvres alors qu'elle observait toujours le... "pot de peinture" qui se trouvait en face d'elle. Croyait-elle qu'en se maquillant, elle se créait une nouvelle personnalité ? Pourtant, malgré toute les questions qu'elle se posait, elle se garda de juger à l'apparence. Elle savait mieux que personne quel impact une histoire, un passé pouvait avoir sur tous ceux qui vivaient. Elle suivit du regard la fille qui se tournait vers la seconde, et cracha, plus méchamment :

-Tu n'as pas répondue...

C'est à cet instant qu'elle comprit. Elle comprit qui était le deuxième. Avec le même air imposteur et gentil que l'ange qu'elle avait rencontré dans cette auberge à Al-Jeit. Oh, oui, comment n'avait-elle pas deviné ? Tout était si logique. Cette fille avait comprit depuis longtemps qui Jennyssie était. C'était pour cette raison qu'elle avait cet air perplexe et inquiet. Depuis le début, elle n'avait fait que penser à s'éloigner. Depuis qu'elle s'était rendue compte de la bêtise qu'elle avait fait en s'invitant. Depuis qu'elle avait marché sur cette branche par mégarde.

Jennyssie, à bout de nerfs, lacha un rire très bref, avant de se tourner vers la première et de dire, les yeux pleins d'une colère sourde, envers elle et non envers la fille. Parce qu'elle n'avait pas su deviner assez vite. Elle était déçue d'elle même. Elle cracha, de sa voix rauque et douce :

- Jennyssie Yerann, envoleuse. Souviens toi de mon nom apprenti parce que quelque chose me dit que tu entendra parler de moi, et bientôt, si ce n'est pas déjà le cas.

Son nom était celui de son père. Et elle était l'apprentie, la seule à avoir foncé comme une flèche sur la voie. Il ne lui avait fallut que deux ans. Deux ans qui aurait du en être trois. Elle était l'apprentie accompli du moment, au domaine. Et elle n'avait pas l'intention d'abandonner. Elle allait s'activer à son travail, tuer des marchombres. Mettre fin à leur jour. Mais elle refusait de toucher aux apprenties. Elle se tourna vers la deuxième, et lui sourit, avant de parler :

- Quant à toi, tu peux partir, si tu le souhaite. Mais si tu ne pars pas, sache que je tirerais de toi l'endroit ou se cache ton maître et que je jure qu'il n'existera plus avant que tu n'es finie marchombre. Et... même si je ne te touche pas, je ne garantit pas que... Elle ne le fasse pas.

Elle désigna la deuxième jeune fille de la tête, avant de revenir s'assoir sur la pierre ou elle avait trouvé la fille. Toujours aussi belle, toujours aussi nue, toujours aussi sur d'elle. Elle savait qui elle était. Et elle était ce que personne d'autre n'était.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il existe toujours des exceptions…(PV:Jennyssie et Ellenya)   Dim 06 Mar 2011, 12:19

- Vous n'avez pas répondues...

Un sourire narquois franchit les lèvres d'Ellenya, tandis qu'elle relevait la tête, regardant le ciel, plongée dans ses pensées. Savoir qui elles étaient ne changerais pas grand chose. Tant qu'elle y était, elle pouvait aussi leur demander de raconter toute leur vie. Elle haussa les épaules. Elle n'avait en aucun cas envie de répondre, même si elle y était obligé. Elle était libre. Libre de ses mouvements. De ses émotions. De ses pensées.

-Tu n'as pas répondue...


Elle ne voyait toujours pas l'intérêt de se répéter, mais si ça l'amusait, après tout. Mais la brune commençait à l'énerver sérieusement. Elle semblait offensé. Comme si quelqu'un avait fait quelque chose, à sa place. La terre ne tournait pas autour d'elle. Mais ça, apparemment, elle ne l'avait pas compris...

- Jennyssie Yerann, envoleuse. Souviens toi de mon nom apprenti parce que quelque chose me dit que tu entendra parler de moi, et bientôt, si ce n'est pas déjà le cas.


Ellenya parut songeuse un moment, puis reprit ses esprits. C'était bien ce qu'elle pensait. Une envoleuse. Depuis sa plus jeune enfance, elle avait eu un don pour repérer et comprendre l'aura que dégageait certaines personnes. Ces ondes qu'elles dégageaient, elles les avaient reconnu. Naturellement. Il y avait aussi des inconvénients, bien sûr, mais pas que.

- Quant à toi, tu peux partir, si tu le souhaite. Mais si tu ne pars pas, sache que je tirerais de toi l'endroit ou se cache ton maître et que je jure qu'il n'existera plus avant que tu n'es finie marchombre. Et... même si je ne te touche pas, je ne garantit pas que... Elle ne le fasse pas.


Un sourire ironique passa sur les lèvres d'Ellenya. Elle n'était plus inquiète. Plus du tout. La gêne qu'elle avait ressentie face à deux mercenaires, ou du moins une envoleuse et une apprentie, était partie. C'est à ce moment qu'Ellenya comprit. Qu'est-ce qu'elle comprit ? Elle n'en avait pas la moindre idée. Encore une question sans réponse. Mais elle sourit à cette idée. Elle rit même, mais discrètement, afin que les autres ne l'entendent pas. Elle était sur d'elle maintenant. Cela ne durerais pas aussi longtemps qu'elle l'aurait espérée, certes, mais c'était déjà ça.

- Je peux contredire ce que tu viens de dire avec trois raisons. Une, je ne surveille pas les faits et gestes de mon maître, donc je serais incapable de te la situer. Deux, je ne crois pas qu'elle se laisse avoir si facilement, même par une... envoleuse, c'est ça ? Et trois, même sous la menace, je ne te livrerai jamais mon maître pour de mauvaise intentions. Même si je dois y laisser ma peau.


Elle se tourna vers la première, maintenant décidée à ne plus se laisser marcher sur les pieds :

- Quant à toi, je ne suis en aucun cas obligé de te donner mon identité, et il se trouve que là, c'est plutôt mal choisi.


Après ces mots, elle détourna la tête, caressant le ciel du regard. Les nuages s'écartait dans le cœur d'Ellenya. Un sourire passa sur son visage, et dans ses yeux, une étincelle jaillit. Pareil au soleil. Pareil à la liberté.


[Désoléééé du retard U.U". J'avais vraiment pas d'inspi. Un deuxième désolé parce que c'est court, et nul en plus. >.<]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il existe toujours des exceptions…(PV:Jennyssie et Ellenya)   Dim 13 Mar 2011, 17:07



Encore une fois, elles te surprirent.
Elles avaient commencé en restant près de toi.
Puis en ne manifestant aucune crainte.
Ensuite en répondant avec un calme impressionnant.
Tu étais à présent sûr qu'elles n'étaient pas comme les autres.
Toutes les deux.
La mercenaire comme l'Autre.
Et lorsqu'elles rirent en entendant ta question, même si tu eus envie de les étrangler tu ne pus t'empêcher d'avoir un léger "très léger" respect pour elles.
Tu devaient le reconnaître, elles te ressemblaient un peu.
Cette façon de se moquer des convenances.
Cette façon de rire aux remarques des autres.
Tu aurais fait pareil.
Tu feras pareil.

Pour la première fois ou presque tu rencontres deux personnes d'exception.

L'exception....
Ce que tu prétends être....
Ce que tu es.

Tu sais ce que tu dois faire.
Tu vas le faire des qu'elles auront répondues.

- Jennyssie Yerann, envoleuse. Souviens toi de mon nom apprenti parce que quelque chose me dit que tu entendra parler de moi, et bientôt, si ce n'est pas déjà le cas.


Mes bien-sûr pendant les quelques jours où tu étais resté au Domaine, tu avais écouté rapidement les rumeurs.
Et tu avais entendu parler d'elle.
La seul mercenaire qui avait fini son apprentissage.
Pour l'instant bien-sûr.
Tu contais bien le finir aussi.

En tout cas tu ne t'étais pas trompé.
C'était bien une mercenaire.
Un point pour toi.

- Quant à toi, tu peux partir, si tu le souhaite. Mais si tu ne pars pas, sache que je tirerais de toi l'endroit ou se cache ton maître et que je jure qu'il n'existera plus avant que tu n'es finie marchombre. Et... même si je ne te touche pas, je ne garantit pas que... Elle ne le fasse pas.

Quoi!
Un maître?
Marchombre?

Tu restas quelques secondes sans rien comprendre avant que ton cerveau trie les informations.
Marchombre déjà.
Tu en avais rencontré un lorsque tu t'étais enfuie du monde pour te terrer dans La Retraite.
Il était venue un jour du pluie, quelques mois avant que tu ne quittes définitivement l'endroit.
Il avait tout de suite fait grande impression à tous le monde, et les rares Frontaliers présent l'avaient traité avec un immense respect.
Ils l'avaient tous apprécié.
Pas toi.
Tu l'avais même haï.
Pourtant il aurait pu te plaire, il émanait de lui une force surprenante comme rare en possède.
Ce que tu veux obtenir.
Mais il y avait autre chose, quelque chose qui te dérangeait beaucoup plus.
Il respirait un calme impressionnant et l'harmonie.
Voila c'était ça, cette stupide harmonie.
Tu ne la supportais pas.

Il avait du aussi voir une sorte d'ennemie en toi.
Une allié du Chaos.
Il t'avait effectivement longtemps observé alors qu'il n'avait jamais fixé les autres.
Tu avais bien sûr soutenu son regard.
Au bout de quelques secondes un sourire triste avait fleuri sur son visage alors que le tien s'agrandissait sarcastiquement quand il avait détourné les yeux.
Il était parti dix minutes plus tard.
Tu avais gagné.

Cette fille était donc marchombre.
Ou plutôt apprentie marchombre.
Voila pourquoi elle était si "stressée".
Mais même si les mercenaires et les marchombres semblaient se haïr tu ne la détestait pas plus que les autres.
Tu ne pouvais pas.
Tu haïssais les autres si fort que c'était impossible de détester quelqu'un encore plus.

- Je peux contredire ce que tu viens de dire avec trois raisons. Une, je ne surveille pas les faits et gestes de mon maître, donc je serais incapable de te la situer. Deux, je ne crois pas qu'elle se laisse avoir si facilement, même par une... envoleuse, c'est ça ? Et trois, même sous la menace, je ne te livrerai jamais mon maître pour de mauvaise intentions. Même si je dois y laisser ma peau.


Tu ne pus t'empêcher de sourire.
Tu te tournas en riant sarcastiquement vers la Blonde, Jennyssie.
Finalement la Brune te plaisait bien, elle ne manquait pas de culot.
Avez telle conscience qu'elle s'adressait à manifestement plus fort qu'elle?
Surement et c'était ce qui te plaisait.
Mais pourquoi faisait-elle cela?
Pour protéger son maître?
Dans ce cas là elle était stupide.
Pour le plaisir de contester?
Dans ce cas tu ne la respectais pas mais presque.
Pour énerver Jennyssie et la combattre?
Dans ce cas là, vous seriez deux à avoir le même but.

Et oui tu voulais te battre.
Pourquoi?
Pourquoi alors que la mercenaire était apparemment plus forte que toi?
Mais pour une raison toute simple:
Tu voulais devenir plus forte.
Encore plus forte.
Et ce n'était pas en s'inclinant devant ce qui avait plus de puissance que toi que tu y arriverais.
Oui, c'était cette envie qui t'avais saisi depuis quelques minutes.

Tu aurais pu sortir tes armes et attaquer mais ça ne te plaisait pas.
Ce que tu voulais faire, c'était qu'une des deux filles engage le combat.
Tu voulais les énerver jusqu'à ce qu'elles perdent leur calme.
Ce serait ta première victoire.


- Quant à toi, je ne suis en aucun cas obligé de te donner mon identité, et il se trouve que là, c'est plutôt mal choisi.


Tu ne pus t'empêcher de rire légèrement.
C'était le moment.
Tu glissa du rocher sur lequel tu étais perché.
De ta démarche féline tu avança.
D'abord vers la mercenaire.

-Mais bien sûr, Nyssie. Nyssie le centre d'une grande partie des discussions du Domaine, celle qui a était la première à finir son apprentissage. Nyssie le prodige, l'élève où plutôt l'ex-élève de...De qui déjà? Émeraude, Opale...Ah non, c'est vrai de Rubis. Rubis le lézard. D'ailleurs je n'ai pas compris pourquoi on l'appelle comme ça. Tu m'éclaires?


Rire.
Tu t'éloignais déjà vers L'Autre.

-Pas le moment. Pourquoi? Tu m'en vois tellement déçue...


Moue ironique.

-Tu permets alors que je te donne un surnom. Oui? C'est tellement gentil de ta part. Voyons voir... Tu aimes Celle-qui -veut-être-discrète-mais-qui- n'arrives- pas- à- ne- pas- faire- craquer- les-branches- qui-sont-sous- ses-pieds? C'est vrai, c'est un peu long. Avec les initiales peut-être? CQV... Non trop dur. Ça serait plus facile que tu me dises ton nom, tant que je suis polie...

Menace...
Et rire.
Tu t'amuses.
Oh oui que tu t'amuses et te moquer d'elles.

Si elles attaquent et qu'elles te tuent, tu mourras le sourire au lèvres.
Lors de ta dernière heure tu te serais amusée...




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il existe toujours des exceptions…(PV:Jennyssie et Ellenya)   Lun 14 Mar 2011, 21:21

Spoiler:
 

Soupir. La jeune femme se frotta le front en se demandant ce qui lui avait prit d'engager la conversation avec les deux apprenties qui lui faisaient fasse. Elle jura intérieurement. Et lorsqu'elle eu finit de s'apitoyer sur son sort, elle leva les yeux vers le ciel et lacha un petit rire, en se posant une multitude de questions sur la réaction que pourrait avoir son père en l'a voyant fourré dans une telle situation. Elle se l'imagina, avec sa peau blanche, devenir aussi rouge que les lèvres d'Onde, et se mettre a hurler qu'elle était une bonne a rien. Sauf qu'il ne pouvait plus rien dire d'elle : elle l'avait dépassé. Et même s'il se revoyaient plus tard, même si, après la mort, il était fort probable qu'ils se croisent, elle savait qu'il ne s'en prendrait pas à elle, qu'il la laisserait vivre.

Parce que personne, même pas lui, ne devait la provoquer. Elle n'était plus vraiment la petite lionne qu'elle avait été, étant petite. A présent, elle était Jennyssie Yerann. La plupart des mercenaires connaissaient son nom. Plus sauvage et tout aussi redoutable que les tigres des prairies, elle était réputé pour parler avant d'agir. Mais si elle était comme cela, c'était uniquement parce qu'elle refusait de se remettre a tuer sans raison. Il lui fallait quelque chose de plus. Quelque chose d'important. Elle ne voulait pas être nommé tueuse. Elle voulait qu'on l'a surnomme "L'envoleuse".

Non ! En fait, elle voulait que son nom soit gravé a jamais dans la mémoire de tous ceux qui la redoutait et de tous ceux qui avaient croisés son chemin, un jour, et qui croiserait son chemin, plus tard. Et de celles qui se trouvait en sa présence maintenant. Elle écouta les paroles de la marchombre, mais renonça lorsque la fille aux lèvres roses et brillante ouvrit la bouche. Elle se contenta de regarder, du coin de l'oeil, l'oiseau qui avait eu la malchance de se poser sur la branche de l'arbre, tout près d'elle.

Dernière note dans la voix de l'apprentie mercenaire. Il ne fallut qu'une seconde à Jennyssie pour renoncer a parler. Pour renoncer à sa réputation de pipelette. Renoncer a se faire clacher par des apprenties qui pensaient pouvoir se mesurer à elle, alors qu'elles savaient pertinemment qu'elle aurait le dernier mot, le fin mot de l'histoire. Elle se sentait ridicule. Parce qu'elle était envoleuse et que son devoir était de tuer des marchombres. Par principe, elle ne toucherait pas à l'apprentie. Et uniquement par principe, elle se retiendrait d'égorger de ce pas, la jeune fille aux lèvres roses et brillante.

Elle avait mieux a faire.

Elle avait toujours mieux a faire. Elle pensa à Al-Chen, qui l'attendait peut-être. Elle pensa aux passants qu'elle allait dépouiller, aux marchands de poignards, à l'excitation qui monterait en elle lorsque la nuit tomberait et que la ville lui ouvrirait les bras pour l’accueillir en son sein, et ne faire qu'un avec elle. Pour gambader entre les tables des auberges en brisant les poignets et les bras de toutes les mains qui se tendraient vers son magnifique popotin.

Elle pensa à Ombreuse. A l'envie, irrésistible, de se mesurer aux loups, aux ours élastiques et à toutes les créatures qui hantaient ce bois, qui lui paraissait pourtant si accueillant. A l'ombre et à la nature qui reprenait ses droits par dessus sa propre peau.

Jennyssie esquissa un sourire avant de tirer son poignard, et de l'envoyer. Si rapidement, que le sifflement du vent la fit tressaillir. Si fort, que l'oiseau n'eut aucune chance. Il mourut au moment même ou la lame atteignit ses plumes colorées. Il fut emporté par l'élan du poignard et perforé à un tronc, un peu plus loin. Un clin d'oeil à l'apprentie envoleuse, avant de se couler entre les branches, de récupérer son arme, en laissant l'oiseau retomber, traçant un ligne rouge le long de l'arbre.

Elle s'éclipsa. Sans un mot. Laissant les deux jeunes filles débattre en paix de la meilleure voie a choisir. Aucunes d'elles n'admettraient l'évidence : Chacune des voies avait ses avantages et ses inconvénients, il était à nous de choisir laquelle nous correspondaient le mieux. Aucune ne dépassait l'autre. Au fond, elles étaient presque identique, même si le but était tourné vers deux choses totalement différentes.

Jennyssie laissa ses pas choisir de la piste a suivre : Al-Chen, ou Ombreuse ? Elle haussa les épaules : Le domaine, sa maison.
Revenir en haut Aller en bas
 
Il existe toujours des exceptions…(PV:Jennyssie et Ellenya)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» gda : sa existe toujours ?
» Est-ce que Haldir existe? O_o
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Lac Chen-
Sauter vers: