AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Inwëlle Aïras
Membre V.I.P.


Nombre de messages : 1121
Date d'inscription : 19/10/2008

Feuille de personnage
Age: 26
Greffe: Vision à 360° et téléscopique 500%
Signe particulier: Cicatrices visibles sur le pied droit, évite de croiser les regards

MessageSujet: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Dim 10 Avr 2011, 23:17

    Elle était assise tout en haut et elle avait les pieds qui pendaient dans le vide. Tous les sens en alerte, la vue panoramique activée, cette fois-ci, elle savait qu'elle devait faire un effort. Penser et rester dans la réalité. Parce que là, n'importe quel voyageur nocturne, bandit ou malfrat pouvait la pousser. La chute serait mortelle. Elle guettait aussi le moindre sifflement de lame ou de flèche.
    Il n'y aurait pas de soucis, elle avait la capacité de prévenir un danger. Elle était très attentive. Et en même temps, elle arrivait un peu à penser.

    Elle ne distinguait pas nettement les rives du Pollimage, mais voyait ses flots, assez paisibles, refléter la Lune des milliers et des milliers de fois. Elle distinguait aussi les pieds de l'Arche, qui, elle aussi, renvoyait la lueur de la Lune presque ronde, et en devenait ainsi presque complètement illuminée. Et les étoiles, aussi, au dessus de sa tête. De là-haut, elles n'étaient pas occultées par toutes les lumières d'Al-Jeit. Le ciel semblait sans nuages, et l'infinité de petits points plus ou moins lumineux lui faisait tourner la tête. Elle distinguait bien Al-Jeit, évidemment; il y avait des lumières toute la nuit, dans la capitale, que ce soit dans les rues, aux abords du Palais Royal, sur les fines passerelles ou au sommet des plus hautes tours. Al-Jeit brillait, phare dressé dans la plaine. C'était presque comme une grosse étoile. Et autour d'elle, plus loin, des petites lumières; un petit bourg plutôt loin qui éclairait ses rues, le village au pied de l'Arche, toujours animé, quelques voyageurs sur les routes...

    Inwëlle observa avec méfiance une carriole passer dans son dos, bien au milieu de l'Arche. Un marchand noctambule, ou alors paraoïaque qui craignait les dangers du jour... Elle agrandit son visage, et malgré l'obscurité, aurait juré qu'il la regardait d'un air suspicieux. Il devait se dire qu'elle était complètement folle, cette fille, à se tenir ainsi tout au bord du vide au beau milieu de la nuit. Depuis seulement un quart d'heure d'elle était assise là, c'était déjà le quatrième qui passait, après le groupe d'amis un peu éméchés qui ne l'avait même pas remarquée, l'individu dans son manteau sombre qui avait l'air si pressé, et l'homme qui galopait à bribe abattue. Même à ces heures, entre la nuit très avancée et le petit matin pas tout-à-fait là, l'Arche n'était pas déserte.

    Mais de toute façon, elle avait toujours préféré la nuit. Elle trouvait les nuances de gris bien plus délicates que les couleurs, plus radicales. Elle aimait assez le mystère et l'inconnu qui se cachait derrière chaque pan d'ombre. Elle aimait à quel point l'obscurité sollicitait ses sens, son attention, et une mobilisation de toutes ses capacités.

    Elle avait attendu la nuit pour grimper sur l'Arche. Parce qu'en plein jour, déjà, cela lui semblait trop dangereux de s'asseoir au bord. Et parce qu'elle avait besoin de calme. D'un peu de solitude pour se préparer pleinement à ce qui allait suivre. A la rencontre à laquelle elle pensait depuis deux ans déjà. Papa et maman.
    La première fois qu'elle avait franchi cette Arche, c'était pour se rendre à Al-Jeit, avec Erwan. La nuit précédente, elle avait eu une discussion avec lui qui l'avait replongée au coeur de son passé. La rue, Lui, les garçons. La journée suivant le passage de l'Arche, elle avait revu Willy. Revu son passé en face. Mais ça ne s'arrêtait pas là: elle était allée, ce jour-là, faire un tour du côté de ses origines. Elle avait sérieusement songé à aller rendre visite à sa maman, et à son papa.

    Et puis il y avait eu l'accouchement de Miss. La naissance, symbole suprème de l'Origine de la vie. Elle avait donc repensé à ses racines à elle. Ses parents qu'elle avait, dès l'âge de six ans, reniés. Ses parents à qui elle n'avait jamais fait attention. Pardon papa, pardon maman. J'espère qu'il n'est pas trop tard... Je reviens, pardonnez-moi. Je vous aime.

    Elle voyageait lentement, depuis l'Académie. Elle avait un peu peur, peut-être, de se confronter à ses erreurs. Elle était toute seule, en plus. Elle voulait être seule. Seule avec elle-même. Elle n'avait même pas emmené Eclipse. Elle suivait le Pollimage, en marchant. Non, Inwëlle ne courait même pas tant que ça, pour ce voyage... Puisqu'elle avait un peu peur. Des fois quand même, quand l'émotion la submergeait, elle allongeait le pas, et se mettait à courir. Elle dormait des fois à la belle étoile, des fois dans des auberges -depuis qu'elle avait repris goût au douillet confort domestique, grâce à Miss-, c'était en fonction de son humeur. Elle nageait beaucoup, aussi, dans le Pollimage, et dans ses petits affluents de la rive est. Il y en avait encore quelques-uns dans lesquels elle ne s'était jamais baignée.

    L'Eau la lavait, l'Eau la purifiait, l'Eau la préparer à cette visite vers le passé. Vers le futur aussi. L'Eau du Pollimage était, par endroit, extrèmement agitée; et Inwëlle avait dû faire appel à toutes ses capacités, deux jours plus tôt, pour ne pas se retrouver écrasée contre un rocher. Depuis, elle faisait un peu plus attention. Mais cette nuit, le temps était calme. Elle se baignerait peut-être, en redescendant.

    Elle se raidit. Se maudit.
    Encore une fois, le flot de ses pensées l'avait emportée loin des sens. Vite, vite, elle ouvrit grand la fenêtre de son ouïe, celle de son odorat, balaya ses arrières du regard, tendit ses muscles prête à réagir.

    Trop tard?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Lun 11 Avr 2011, 16:15

Raven se secoua un peu sur sa selle, alors que sa jument s'arrêtait. Elle pressa ses mollets contre les flans de sa monture, qui hésita un instant, regardant en arrière, avant de partir dans un pas lent. La Marchombre soupira. Elle était impressionnante, cette Auréole ! Elle sentait que la jument était pleine d'énergie, ne demandait qu'à partir à fond le train sur la route, mais Halo était en retrait, s'arrêtant toutes les deux minutes pour arracher un brin d'herbe sur le bord du chemin, et cela ne lui convenait pas. Elle était stressée, ses flans se soulevaient rapidement, et elle ne cessait de faire des demi-arrêts pour jeter un coup d'oeil derrière elle. La cavalière soupira...

*
* *

- Mais t'vas où, grand dadet ? J'y comprends rien moi !

Halo s'ébroua, secouant la tête en tous sens. Raven en était certaine, il voulait lui faire passer un message. Oui, mais voilà, lequel ? Elle ne parlait pas tout à fait le cheval, même si elle côtoyait l'étalon depuis plus de vingt ans. C'était d'ailleurs pour ça qu'elle savait qu'il voulait lui faire passer quelque chose. Elle secoua la tête de gauche à droite, faisant comprendre au cheval qu'elle ne saisissait pas où il venait en venir. Renâclant un instant, l'étalon s'approcha d'elle d'un trot aérien, et s'arrêta à même pas cinquante centimètres de la petite femme.

Cet énorme cheval, d'un peu moins d'un mètre soixante, au poitrail tellement éclaté qu'il était presque deux fois plus large que Raven, à la croupe ronde et tendue sur des kilos de muscles puissants, qui faisait déjà plus de quinze centimètres de plus que sa propriétaire, au niveau du garrot...

Raven ne recula pas.

- D'accord, d'accord, j'te suis.

Soufflant brusquement par les naseaux, l'animal passa à quelques centimètres d'elle encore au trot, la bousculant presque. Raven ne bougea pas, non plus, ne recula pas. Halo, même après vingt ans, cherchait toujours à prendre le dessus sur la petite femme, et elle s'était habituée à ses sautes d'humeur. Il était assez lunatique, au fond, ce cheval... Comme elle.

Il continua à trotter droit vers un endroit, et Raven soupira, avant de se mettre à courir pour ne pas trop le perdre de vue. Elle courut pendant un petit quart d'heure, pour retrouver Halo, qui s'était arrêté contre une grande barrière en bois, derrière laquelle plusieurs chevaux étaient regroupés, curieux sans doute de savoir d'où il venait, complètement libre, ainsi. La Marchombre les observa en s'avançant lentement. Bon, Halo avait trouvé des chevaux, certes, mais il en voyait quand même pas mal, généralement. Elle fronça les sourcils. Déjà, l'étalon repartait dans son trot aérien, suivant la clôture tranquillement.

Un deuxième parc.
Une unique jument à l'intérieur

*
* *

Raven releva légèrement ses mains, et pressa encore une fois ses mollets contre les flans de la jument.

- Auréole, avance bon sang ! Il ne sera pas là tout le temps!

Lançant un regard noir en direction de Halo, qui s'était arrêté et les regardait en mâchant son herbe, elle soupira d'exaspération.

- Toi la prochaine fois, t'viens pas hein !

Tapotant doucement la croupe d'Auréole, Raven se redressa vivement alors que la jeune jument bondissait en avant sous la caresse insistante. Se calant dans un trot appuyé et vif, elle continua sous les encouragements de sa cavalière. La petite femme soupira de soulagement. Bon, il fallait juste un peu insister, mais la jument avait un bon fond, elle en était certaine. Même si elle avait une fâcheuse tendance à mordre et à botter pour rien.

Raven retournait vers Al-Jeit. Pour trouver sa mère. Cela faisait des années qu'elle n'y était pas allée, plus de cinq ans, et elle savait qu'il était temps. Elle se retrouvait, doucement mais sûrement, et voir sa mère était un pas de plus vers sa reconstruction totale.

Halo passa dans un galop très soutenu à côté d'Auréole, qui commença à piaffer sur place. Raven raccourcit légèrement ses rênes, les tenant fermement pour faire comprendre à la jument que c'était elle qui décidait, et que même si Halo faisait le con, elle ne devait pas bouger... Allez faire comprendre cela à un cheval qui s'était trop attaché à son compagnon ! Auréole commença à se traverser, à secouer fortement la tête, et même à se pointer. Raven, bien calée sur sa selle, décida qu'elle devait descendre. Mettant pied à terre alors que la jument passait sa tête entre ses antérieurs pour partir en sauts de moutons, elle secoua vivement et fermement la longe, ce qui eut pour effet de surprendre totalement l'équidé.

- Tu crois pas qu'ça suffit nan ?

Auréole ne s'arrêta pas pour autant. Elle tentait de partir brusquement au galop pour rejoindre Halo, qui n'était déjà plus dans le champ de vision de Raven. Elle n'avait aucun doute : il reviendrait. Il était comme ça, à péter des câbles régulièrement, mais il revenait toujours. C'était son ami, même lunatique, même agressif. Mais Auréole n'entendait pas cela de la même oreille ! Hennissant à pleins poumons, elle devait réveiller tous ceux qui dormaient alentours... Ne cessait de tirer sur la longe, de tenter de passer devant Raven, qui restait ferme. Proche de la terre. Ce n'était pas parce qu'elle était petite et fine qu'elle ne pouvait pas faire comprendre à un cheval qui décidait quoi...

Continuant son chemin, elle arriva bientôt au pied de l'Arche, où elle retrouva Halo, tout haletant, qui l'attendait, oreilles pointées dans sa direction. Riant toute seule, Raven donna deux petits à-cou dans la longe d'Auréole, qui céda immédiatement dans la nuque. La petite femme soupira. Bon, elle pourrait sans aucun doute en faire quelque chose, de cette jument. Mais elle devait la prendre dans une carrière close pour mettre les points sur les i.

Montant sur le pont de l'Arche, Raven était toujours aussi fascinée par cette dernière. Avec la presque pleine lune, elle prenait des allures mystiques et mystérieuses qui lui plaisaient beaucoup. S'arrêtant au sommet pour observer justement la lune et son reflet sur l'eau, elle découvrit une silhouette assise tout au bord de l'Arche, les pieds dans le vide.

Elle eut une envie folle de la pousser.
Mais Halo s'avança en premier, d'un pas hésitant, le bout du nez vers le sol et vers l'épaule de la silhouette, curieux comme tout.

- Halo ! Reviens ici, p'tit vieux !
Revenir en haut Aller en bas
Inwëlle Aïras
Membre V.I.P.


Nombre de messages : 1121
Date d'inscription : 19/10/2008

Feuille de personnage
Age: 26
Greffe: Vision à 360° et téléscopique 500%
Signe particulier: Cicatrices visibles sur le pied droit, évite de croiser les regards

MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Lun 11 Avr 2011, 22:21

    Non.

    Elle se détendit après un rapide tour d'horizon. De sensations. Rien en vu. Rien ne perturbait la quiétude des lieux. Quelques chiens aboyaient en choeur, dans le lointain. Son ouïe aiguisée perçu un rire strident qui s'éteignit dans l'obscurité. Décidémment, il fallait qu'elle fasse un peu plus attention. N'importe qui pouvait venir et la pousser. Non en fait. Un n'importe qui, elle aurait perçu sa présence avant qu'il ne soit trop tard. Mais un Mercenaire un brin expérimenté, un brigand habile, un truand de métier, ou même un autre Marchombre... Elle frissonna légèrement, réajusta son châle sur les épaules. Il faisait encore frais, en pleine nuit. Elle s'était toujours demandée comment son Maître faisait pour rester constamment torse nu, qu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il vente. Impressionnant, cet homme.

    Elle continuait de balayer inlassablement ses arrières, méfiantes. Elle entendait du bruit. Quelqu'un montait sur l'Arche. Il devait y avoir deux ou trois cheveaux. Pas de chariot. Une ou deux personnes, pas plus, d'après elle. Au furt et à mesure que la petite équipe se rapprochait, Inwëlle parvenait à préciser ses estimations. Deux chevaux, et un seul individu. A pieds.
    Les silouettes se précisèrent. L'une des deux montures était vraiment imposante. La personne était, à côté, toute frêle. Toute frêle? Elle était à une bonne dizaine de mètres, mais pourtant, Inwëlle ne pouvait ne pas remarquer sa démarche tonique, puissante, souple. C'était une femme. Une Marchombre, même. Elle n'aurait su dire si elle venait de l'Académie -elle ne distinguait pas ses traits, ni même sa couleur de cheveux ou la robe de ses deux montures-, encore moins si elle était Maître; mais ce maintient, et cette aura, n'étaient pas ceux d'une apprentie.

    Inwëlle tenta de s'imprégner de cette essence si étrange qui constituait l'Arche, cette chose que dégageaient tous les Dessins, et, qu'au début, elle trouvait absolument affreuse. Mais elle n'y connaissait rien dans le domaine, et lorsqu'elle sentit le regard de l'inconnue se poser sur elle, renonça. D'autant plus que le gros cheval s'approchait. Dangereusement.
    Elle ne se raidit pas; simplement, elle se tint prête à actionner tous ses muscles. Elle n'avait pas voulu se relever tout de suite. En fait, elle était un peu énervée, d'être dérangée déjà, et en plus, parce qu'elle ne savait pas comment agir.
    Wëlle ne connaissait pas bien les chevaux, et n'avait pas de grande affinité avec ces bêtes, hormis avec sa monture, Eclipse, et avec Pitbuis, la jument de l'Académie sur laquelle elle avait appris à monter et avec qui elle avait noué un certain lien. Toutefois, elle savait que si elle bougeait brusquement, sans que le cheval ne s'y attende, elle risquait de l'effrayer. Or, elle n'avait pas du tout envie qu'il s'emballe et se suicide. Et qu'il l'écrase au passage, en entraînant l'autre monture dans sa chute folle. Elle aurait pu se relever en douceur, mais craignait tout de même de l'effrayer, alors elle attendait. Et se disait qu'elle avait fait une erreur. Le cheval approchait de plus en plus. Elle savait qu'elle ne resterait pas assise impassiblement s'il commençait à la poussoter, même gentillement, dans le dos. Trop de risques. Elle n'était pas à l'aise, en plus.

    Il allait falloir bouger, à un moment ou à un autre. Pas brusquement. Tout en prenant garde à garder un oeil sur ses arrières, elle observa le côté, pour calculer sa trajectoire. Contracta un peu ses muscles, pour être sur qu'ils soient en état de marche. Vraiment, sur ce coup, il ne fallait pas se louper. Elle était prise en tenaille entre un cheval effrayant et un vide mortel. Un cheval qui devenait d'autant plus effrayant qu'il approchait dangereusement sa tête de son épaule. Elle pesta intérieurement contre sa maîtresse qui ne daignait pas empêcher l'animal de mettre une inconnue en danger de mort. Elle tâta encore une fois l'Arche. Ce n'était pas suffisamment glissant, mais il n'y avait absolument aucune aspérité. Rien du tout qui puisse lui permettre de se rattrapper en cas de chute. Elle prit une inspiration un peu plus profonde que les autres pour se lancer.
    Quand la Marchombre parla. Ou plutôt, appela son cheval. Inwëlle n'eut pas le temps de penser "Enfin!"; elle fut tellement surprise d'entendre cette voix claquer, franche, dans le silence, qu'elle faillit sursauter, et, en tout cas, se raidit de part et d'autre. Le cheval aussi; sans doute avait-il senti le changement dans le corps de Wëlle. Il fallait qu'elle agisse.

    Elle se coula sur le côté -l'opposé de celui où l'équidé avait avancé sa grosse tête- avec le plus de douceur possible, en anticipant un peu ses mouvements, et en prenant un bonne inspiration juste avant, pour ne pas trop surprendre le cheval. Elle s'était propulsée légèrement vers l'arrière d'un petit coup de reins, roula à plat ventre pour prendre encore un peu de distance, et se releva souplement.

    Inwëlle gardait toujours son masque, en présence d'inconnus; et même tentait de ne pas leur adresser de regard trop équivoque. Sauf lorsque ces inconnus l'horripilait particulièrement, ou l'énervait.
    C'est pourquoi elle foudroya la petite femme du regard. Marchombre ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Mar 12 Avr 2011, 11:48

La vue, de là-haut, était absolument magnifique. La lune dispensait sa lueur argentée sur le paysage, sur les eaux tumultueuses de l'immense Pollimage, et sur les diamants difractant la lumière de l'arche. On y voyait bien, en réalité, au milieu de la nuit, au sommet de l'Arche, surtout quand la lune était apparente, et même si elle n'était pas pleine : la construction savait capter n'importe quelle source de lumière et la modeler pour que cela devînt son propre éclairement...

Mais Halo était insensible à ce genre de choses.
Oreilles pointées en avant, il s'avançait vers la fille rousse, qui était assise sur le bord de l'Arche en question.

Quelque chose s'était modelé dans l'air lorsque Raven avait posé son regard sur cette femme, et elle n'avait aucun doute : c'était bien une Marchombre, elle aussi. Un sourire ironique passa sur son visage. Et bah ! Elle ne rencontrait que ça en ce moment, c'était pas possible ! Un soupir franchit ses lèvres, alors qu'elle détaillait plus précisément cette inconnue rousse.

Lorsqu'elle s'était adressée à Halo, ce dernier s'était raidi pour s'arrêter un instant et déplacer son attention sur Raven, une oreille dans sa direction. Sauf que... la fille aussi s'était raidie. Et ça, cela intrigua encore plus le cheval, qui fit un pas de plus dans sa direction. Et la Marchombre en question tenta de s'éloigner doucement de Halo.

Mm.
Raven eut une grimace.
Halo, dans ce genre de situations, était complètement imprévisible. Il pouvait tout à fait charger la fille, ou bien s'en désintéresser, même si cette deuxième option avait très peu de probabilité de se passer.

Contre toute attente, le cheval secoua fortement la tête dans tous les sens, soufflant fortement par les naseaux, piétinant sur place, avant de faire un demi-tour et de s'éloigner de la fille dans un grand trot, la queue levée en signe de défi.

Raven relâcha sa respiration.
Croisa le regard noir de la fille.

Un sourire moqueur s'installa sur son visage.
Qu'est-ce qu'elle avait celle-là ? Si elle voulait pas que Halo s'approchât trop, elle avait qu'à se lever avant qu'il arrivât ! Surtout qu'elle devait l'avoir, les avoir, repérés depuis un bout de temps : les sabots des chevaux, ça claque fort contre un revêtement comme celui de l'Arche, et depuis qu'ils avaient posé leur premier pied dessus elle avait dû les entendre.

Bon, ok.
Elle pouvait pas prévoir qu'il y aurait un cheval en liberté. Mais quand même ! L'autre, elle se croyait en possession de l'Arche ? C'était pour tout le monde ici, et aussi pour les gens qui aimaient faire tourner les autres en bourrique, et les pousser au bout du rouleau, à bout de nerfs.

- Qu'esse t'as, la gamine ?

Un sourire presque mauvais passa sur le visage de Raven, alors que Halo venait coller son chanfrein dans son dos. Auréole, pour une fois, était parfaitement calme, et la petite femme l'arrêta pour planter son regard entre deux teintes dans celui de la fille.

- Si t'veux t'en prendre à quelqu'un, c'est à toi. J'sais pas c'que c'est ton problème, mais en tout cas t'en a un sacré, à rester immobile au bord d'un truc immense alors qu'un cheval se dirige sur toi.

Raven la foudroya du regard.

- Surtout qu'il venait au pas, t'aurais large eu le temps de te relever.

Redressant le menton en signe de défi, Raven adressa un sourire moqueur à la fille.
Raven, dans toute sa splendeur.
Revenir en haut Aller en bas
Inwëlle Aïras
Membre V.I.P.


Nombre de messages : 1121
Date d'inscription : 19/10/2008

Feuille de personnage
Age: 26
Greffe: Vision à 360° et téléscopique 500%
Signe particulier: Cicatrices visibles sur le pied droit, évite de croiser les regards

MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Mar 12 Avr 2011, 22:21

    Inwëlle sursauta légèrement quand le cheval se mit à faire des trucs bizarres. Elle avait craint un instant qu'il ne la charge. Elle n'était vraiment pas très à l'aise, là. Et puis voilà que la petite Marchombre se mettait à l'agresser, en plus.
    Surprise, d'abord, parce qu'elle ne parlait vraiment pas comme une Marchombre. Beaucoup parlaient avec des mots sybillins, des phrases envolées, des double-sens cachés. Erwan, Kaelya, Bella... Syndrell aussi, qui, pourtant, finissait à peine son apprentissage. Certains étaient plus francs, plus directs, comme Miss, ou comme elle-même. Elle avait l'impression qu'ils étaient plus rares; en tout cas, elle avait moins eu l'occasion d'en croiser. Sans doute la plupart des Marchombres étaient-ils plus poètes. Elle ne maîtrisait pas les mots, et n'était pas trop sensible à cet art, mais elle le respectait d'autant plus: cela lui semblait vraiment compliqué... Mais en revanche, des Marchombres qui parlaient comme cette petite bonne femme, elle n'en avait jamais croisé. Pas de beaux mots magiques, pas d'intonation chantante, pas de lyrisme léger. Du terre-à-terre, du vrai, du comme elle en entendait à Al-Jeit, du comme elle parlait avant, quand elle prenait la parole.

    Là, elle était partagée, entre sa joie de découvrir un Marchombre qui parlait bien comme elle aimait, et son irritation. Inwëlle avait toujours été très fière. Ce fut donc l'irritation qui l'emporta.


    "J'me levais, et ton cheval i's'mettait à faire n'import' quoi? Et pis j'me met assise au bord si j'veux, d'abord!"

    Totalement grisée, la Wëlle. Wëlle... Jusqu'au bout des ongles.

    "C'est toi qu'a un problème! Ton cheval il peut tuer n'import' qui là! T'es pas toute seule hein, on est sur l'Arche là, j'te signale! Juste à côté d'Al-Jeit!"

    Elle ne put retenir de glisser une note de fierté en prononçant le nom de la capitale. La belle, la grande, la convoitée, la génialissime Al-Jeit, berceau de son enfance, cocon de son adolescence. Elle avait dix-sept ans, farouche et sauvage.

    Elle soutint son regard. Passé et présent se mélangeaient. Elle en était capable, maintenant.

    A l'intérieur, elle rayonnait, et fulminait à la fois. Parce que cette femme, elle la ramenait brutalement plusieurs années en arrière. Le temps où, de temps à autres, elle lestait un petit bout de masque, un petit bout de pudeur de l'âme pour répondre aux provocations. Pour se défendre, pour défendre son clan. Le temps où elle s'affirmait fièrement comme chef de sa bande, en tant qu'une des plus rapides coureuses des gosses d'Al-Jeit, avec Lui. Pour ne rien gâcher, elle avait retrouvé son bon vieux langage, bâclé, tout rapide, influencée certainement par la femme en face d'elle, de la même manière qu'elle parlait plus posément en surveillant son langage quand elle discutait avec Erwan, au débit maîtrisé et aux mots savants.
    Mais bordel, qu'est-ce que ça faisait du bien! Trop longtemps qu'elle n'avait plus vécu de bonne tension de ce genre, trop longtemps qu'elle n'avait plus croisé personne qui parlait de la sorte. S'énerver, se sentir titiller, tout comprendre d'un coup, sans avoir besoin de rien décortiquer...

    Passé et présent, tout se mélangeait. Ses vieilles intonations, sa vieille agressivité... Sa nouvelle assurance, son nouvel aplomb, son apprentissage du langage qui lui permettaient de parler sans buter, d'affronter un regard. Ce regard, c'était rien du tout, par rapport à celui tout près tout lumineux d'un Maître qui s'ouvre à vous. Ce regard, elle ne le voyait même pas. Il se résumait à un rapport de force, à un défi, à un combat. Un de ces regards qu'elle avait appris dans la rue, et qu'auparavant, elle fuyait comme tous les autres yeux-dans-les-yeux. Plus maintenant -et cette découverte la faisait se sentir encore plus forte. Wëlle a grandi, les cocos. Wëlle, elle va tous vous écraser.
    Elle se sentait toute chose. De nouveau, elle détestait son maudit prénom, elle détestait quiconque affirmait une domination sur elle, elle défendait sa ville, ses origines avec véhémence, elle ne songeait qu'à jouer, s'amuser et à se mesurer aux autres, qu'à leur montrer, à tous ces ploucs des autres bandes, que les meilleurs, c'étaient eux. Elle était une gamine effrontée qui ne se laisse pas faire. Et qui en plus, a plein d'expérience maintenant, et qui est bien plus forte qu'avant. Dans la tête, dans le corps, et dans les mots.
    Ca fait gonfler son coeur, ça fait gonfler son orgueil. Ca fait tout pétiller de l'intérieur, et même plus que ça.

    Wëlle a onze, douze, quatorze ou dix-sept ans. On s'en fout. Elle est Wëlle. Ou plutôt, Super-Wëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Mer 13 Avr 2011, 14:53

Raven nargua l'autre du regard. En plus, elle avait du répondant, et semblait pas de bonne humeur. C'était parfait ça, pour une nuit tranquille ! La petite femme rit méchamment.

- Un cheval, c'imprévisible, gamine. S't'es pas capable de prévoir ça...

Une forte ironie dans la voix, Raven s'avança d'un pas, Auréole la regardant passer devant elle sans bouger, tandis que Halo, dans son dos, secouait encore la tête dans tous les sens pour montrer son mécontentement : il était bien dans le dos de la petite Marchombre !

- Han. Ouais, mon cheval pourrait tuer n'importe qui. Donc t'es n'importe qui, c'ça ?

Pure provocation, le menton levé vers le visage de cette fille. Ouais, elle était encore bien plus grande qu'elle. Entre dix et quinze centimètres. Elle s'en fichait. Non mais l'autre ! Si elle était même pas capable de se sortir d'un faux pas avec un cheval qui s'intéressait à elle, qu'est-ce qu'elle faisait quand c'étaient d'autres dangers, bien plus réels, qui s'en prenaient à elle ? Elle avait beau être une Marchombre – ça, aucun doute là-dessus – Raven ne la ménagerait pas pour autant. Au contraire.

Et puis l'autre, avec son Al-Jeit ! Comme elle en parlait !
Un sourire moqueur et provocateur passa sur les lèvres de Raven. Ouais, Al-Jeit, elle savait ce qu'était cette ville. Ouais, elle était belle, magnifique, ensorcelante. Ouais, évidemment, c'était la capitale de l'Empire, où vivait l'Empereur, alors forcément ce dernier voulait vivre dans un truc un minimum joli. Mais ça avait beau l'air joli, quand on creusait un peu plus, c'était pas plus joli qu'autre part. Que du superficiel ! Ouais, parce que dans cette putain de capitale, Raven en avait vu de toutes les couleurs. Même pire.

Serrant les dents, soudain la Marchombre cracha aux pieds de l'autre.
En plus, elle était pieds nus. Bon, d'accord, Raven aussi. Le regard noir que cette dernière adressa à l'autre avait tout pour être effrayant, c'était le cas de le dire.

Raven détestait Al-Jeit.
Viscéralement. Physiquement. C'était épidermique.
Et c'était pas une gamine qui en parlait comme de sa première dent qui allait la faire changer d'avis ! C'est sûr, cette gamine, elle avait rien compris. Elle ne voyait pas plus loin que le bout de son nez. Al-Jeit, c'était une ville. Une saleté de ville, où les porcs ébréchés grouillaient comme des fourmis. L'autre hé ! Ouais, ça avait beau être joli, c'était pourtant aussi moche qu'Al-Far ou Al-Vor.

Oh, évidemment, Raven savait qu'elle pensait cela à cause de ce viol. Elle savait aussi que la fille ne devait pas avoir vu ou subi des trucs comme ça, c'était sans doute pour ça. Ou peut-être bien que si. Peut-être que... Nan. Sans doute son enseignement l'avait guerrie des trucs mauvais qu'elle avait subis quand elle était plus jeune, encore – parce qu'elle était pas vieille.
En fait, elle n'en avait rien à faire.

- Oh, excuse-moi, j'croyais qu'on était sur un pont en bois !

S'avançant encore d'un pas, menaçante, Raven continua.

- D'ailleurs, pourquoi t'es pas restée là-bas, toi, pisque t'y tiens tant à ta ville ? T'avais qu'à y rester, t'aurais pas eu de problème comme ça ! Au moins, là-bas, les chevaux sont tous barricadés !

Non mais l'autre!
Revenir en haut Aller en bas
Inwëlle Aïras
Membre V.I.P.


Nombre de messages : 1121
Date d'inscription : 19/10/2008

Feuille de personnage
Age: 26
Greffe: Vision à 360° et téléscopique 500%
Signe particulier: Cicatrices visibles sur le pied droit, évite de croiser les regards

MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Mer 13 Avr 2011, 22:59

    Wëlle fulminait, parce qu'elle ne trouvait rien à répondre dans l'immédiat. Jamais d'la vie elle avait dit qu'elle était n'importe qui! Elle parlait des autres, quand elle disait ça! Mais l'autre s'était engouffrée dans la brèche, et maintenant, elle ne savait plus quoi lui retourner. C'était malin, tiens! Elle aurait dû aller un peu plus souvent à l'école!
    Vite, vite...
    L'autre s'approchait dangereusement. Elle restait immobile. Or de question de reculer d'un cheveux! Plutôt... Voilà, elle s'était avancée d'un pas, elle aussi, et dominait l'autre Marchombre de sa taille -elle était vraiment petite- ce qui était déjà au moins une chose. Son coeur battait à toute allure, échauffé par l'échange assez peu sympathique, c'était le cas de le dire, entre la femme et elle. Toute émoustillée par cette montée d'adrénaline, elle goûtait au danger qu'elle courait: si la petite décidait de lui sauter au cou, elle ne donnait pas cher de sa peau, et surtout pas en étant aussi proche d'elle. Mais c'est pas grave, c'était marrant, et puis elle la tuerait pas, au pire, elle se ferait bien amocher, mais elle s'arrangerait pour lui envoyer un revers bien placé -elle savait mieux se battre, maintenant!- et Lehui viendrait lui fouttre une bonne raclée, parce qu'il était balèze, lui.

    Et puis, elle cracha à ses pieds.

    Wëlle sentit sa main la démanger, ses doigts se serrèrent dans son poing, elle banda ses muscles, plia un peu le coude. Non, non, fallait pas faire ça, elle allait s'en prendre plein la gueule, après. Déjà, l'autre allait esquiver, et en plus riposter, mais n'empêche que ça... Elle avait aussi les pieds nus, cette bonne femme. Ca donna encore plus envie à Wëlle de continuer cet échange.
    Et puis comme elle la foudroyait du regard, finalement, ça lui donnait moyennement envie de se battre. Pourquoi elle redoublait d'énervement, tout-à-coup? Elle voulait lui faire peur? Loupé -enfin, un peu réussi quand même, mais passons...- ! Testé sa compétitivité?! Alors là, elle allait déguster, tiens!

    Un bonhomme les contourna. Wëlle activa sa greffe pour le suivre du regard, et eu bien envie d'aller l'aggresser lui pour lui faire un peu peur, parce qu'il l'agaçait, à accélerer le pas et à les regarder de travers, comme ça. Oui mais d'abord, il y avait l'autre. Qui la regardait de sa taille minable. Et qui se remettait à parler. Une haine viscérale dans la voix.


    "Qu'est-ce t'as contre Al-Jeit toi?! Tu croyais c'était tout beau tout gentil et tu t'es faite aggresser par un vilain monsieur?! Moi j..."

    Pourquoi t'es pas resté là-bas toi, puisque t'y tiens tant à ta ville?

    "Je..."

    Pourquoi t'es partie, Wëlle?
    Pourquoi tu dis plus rien?
    Pourquoi t'écartes les yeux grands comme ça?
    Pourquoi tu fulmines plus?
    Pourquoi t'es en train de la laisser gagner?


    "Je... J'ai pas..."

    T'as pas quoi, Wëlle?
    Tu sais plus quoi, dire, hein?
    Ce truc qui t'aspire ma belle, on appelle ça le présent. La réalité. Tout-à-coup, tes traits se décomposent, tu combats plus du regard; il se perd, ton regard. Entre présent et passé, il sait plus trop où il en est. Mais ton cerveau, lui, il se débat comme un fou furieux. Eh, regard-moi! qu'il te dit, regarde! Oublie pas tout ça, bordel! T'es plus une fille des rues, je te signale! C'est fini, tout ça!
    Pourquoi t'es partie, Wëlle?
    Ca te revient?
    C'est parce que tu L'as tué. Tu-é. Il est mort. Il est mort, y a plus de clan, y a plus les garçons, les courses poursuites, les défis, les engeulades, les bagarres, les petits larçins. Y a plus l'insousciance, tout ça. Envolé. Tu n'habites plus à Al-Jeit.
    Fini, Al-Jeit, terminé. Tu es partie. Elle te l'as dit. Tu es partie, Inwëlle.
    Allez reprend-toi, tu penches là, met-toi bien sur tes deux pieds, marche pas dans le crachat, t'as pas l'air trop idiote, t'inquiète pas, mine de rien, t'es revenue bien vite à la réalité. Perd pas la face!


    "Bah... T'as gagné."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Ven 15 Avr 2011, 17:06

Une grimace passa sur le visage de Raven, lorsque l'autre fille parla d'Al-Jeit, et surtout lui balança les mots en pleine figure. Elle tressaillit. Non, elle n'avait jamais cru que c'était tout beau tout propre, loin de là. Elle avait vécu dans cette ville pendant deux années, avait adoré cela, savait que c'était moche, au fond, avec les ivrognes et tous les autres monstres, les mercenaires, les assassins, et tout le reste. Et si cela n'avait été qu'un «  vilain monsieur » comme elle l'avait dit, sans doute n'aurait-il pas osé s'approcher d'elle, ce soir-là.

Raven fronça les sourcils, se prépara à répliquer.
Les mots s'étranglaient déjà tous seuls dans la gorge de l'autre Marchombre, et la petite femme redressa le menton. Hé, oh ! Qu'est-ce qu'elle avait l'autre ? Pourquoi elle faisait cette tête, pourquoi elle tanguait comme ça ? Ha bah comme ça, elle avait eu une bonne raison de partir, sans doute. Ouais, une bonne raison de partir, comme Raven, qui s'était enfuie de cet endroit. C'était bizarre d'éprouver toujours de l'admiration pour un truc qu'on fuit, au fond. Bizarre, mais un peu logique, aussi.

Ce fut le «  t'as gagné » qui fit sursauter Raven.
Elle planta son regard sur l'autre quelques secondes.
Un sourire mauvais, ainsi qu'une grimace presque méchante passèrent sur son visage.

Gagné ? Mais quel intérêt hein ? Elle avait absolument rien compris cette gamine. Il n'y avait pas de «  t'as gagné » qui comptait ! On était dans la vie réelle, pas dans un jeu de mioches ! Il suffisait pas de se soumettre pour que ça marche, surtout pas avec Raven.

Raven ne cherchait pas à ce que les autres se soumettent à elle, loin de là. Elle n'en avait absolument rien à carrer. Et en l'occurrence, elle était tout simplement sidérée que cette Marchombre – Marchombre... mes fesses ?! - déclare comme ça qu'elle ne se battrait plus. Mais qu'elle était stupide !

- T'as rien compris à la vie hein ?

La voix de Raven avait claqué dans la nuit. Oui, elle avait vu le bonhomme qui avait fait un détour pour ne pas trop s'approcher d'elle, n'en avait rien à faire. De toute manière, elle savait que Halo réagirait au quart de tour s'il y avait un danger, le cheval détestait se soumettre, lui, et ne le faisait à dire vrai... jamais. Un leader dans l'âme.

- Comme si j'avais envie de « gagner » ! T'es lamentable.

S'approchant encore d'un pas de la fille, Raven appuya son doigt sur sa cage thoracique.

- Parce que t'penses que parce que tu veux plus te battre, les autres vont pas te réduire en bouillie ? T'crois franchement que ton innocence abjecte en attendrirait un ?

Relevant le menton pour planter son regard fixe dans celui de la fille. Marron. Raven plissa les paupières, se mordant la lèvre au passage. Cette fille était vraiment bizarre. Elle l'agressait la première, et au final ravalait sa colère et sa haine en un clin d'oeil, pour rien. Ou peut-être pour quelque chose. Ca n'avait pas d'importance. Ouais, mais voilà.

Elle avait piqué la curiosité de Raven.
Fronçant les sourcils, la Marchombre recula d'un pas, tournant le dos à la fille pour s'avancer vers Auréole, qui n'avait toujours pas bougé. Elle était bien tranquille, cette nuit... Qu'est-ce que cela cachait ? Peut-être rien. En réalité, c'était vrai que la jument était toujours bien plus tranquille quand elle était à pied, et qu'elle avait quelque chose autour de la tête, elle devenait alors sage comme une image. Enfin, fallait pas passer trop près derrière elle, au risque de se prendre un coup de fer.

- Redresse le menton, gamine.

Serrant les mâchoires et les lèvres, Raven lança à nouveau :

- T'dois pas abandonner. Jamais.

Qu'est-ce qu'il lui prenait ? Aucune idée. Mais apparemment, Raven avait décidé de ne pas plus torturer la fille. Enfin, c'était vite dit, ' torturer'. Parce qu'elle allait l'embêter, la chercher, la mettre sans doute à bout de nerfs.

Elle adorait ça.
Revenir en haut Aller en bas
Inwëlle Aïras
Membre V.I.P.


Nombre de messages : 1121
Date d'inscription : 19/10/2008

Feuille de personnage
Age: 26
Greffe: Vision à 360° et téléscopique 500%
Signe particulier: Cicatrices visibles sur le pied droit, évite de croiser les regards

MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Lun 18 Avr 2011, 21:25

    Les mots n'étaient plus ces flèches acérées qui volaient, et qu'elle paraît de son bouclier, en tentant de les dévier, de les renvoyer. Des flèches sans pointes qui ne pouvaient pas tuer.
    Non, maintenant, les mots martelaient. C'étaient des jets de pierres, bien réelles, et qui pouvaient cogner fort, très fort, et causer pas mal de dégât.
    Ebranlée, elle écarquilla un peu les yeux. Les pierres la heurtaient, mais, encore trop déboussolée, elle ne sentait pas vraiment la douleur. Elle sentait juste qu'il y avait un truc... Différent.

    Le niveau n'était plus le même. Le ton était plus lourd, plus brut. A vrai dire, c'était comme ça qu'elle le ressentait; et, lucide, elle savait que le ton n'avait pas du tout changé; que c'était juste elle qui était revenue à la réalité.
    Ce n'était pas un jeu.
    Elle eut presque envie de rire tellement cette situation était absurde. Depuis le début, elles étaient sur une longueur d'onde totalement différente. Elle, plongée dans son passée, dans sa peau d'enfant, ne faisait que jouer, s'amuser, derrière une semi-colère qui lui donnait envie de continuer. Plaisir et énervement malgré tout, elle s'était fixé le défi de ne pas lâcher, de ne pas être la perdante, elle voulait gagner, mais elle avait perdu.
    L'autre n'avait pas vu les choses comme ça. L'autre ne jouait pas du tout. L'autre était dans la vraie vie, l'autre attaquait pour de vrai. L'autre n'avait peut-être pas compris que Wëlle était ailleurs; en tout cas, elle trouvait ça absolument pathétique. Ca n'énervait pas Wëlle; pour le moment, elle n'était pas capable de réagir à grand-chose. Elle avait le regard un peu perdu, et terminer de réatterrir. Combien de fois avait-elle ainsi intéragi à des niveaux totalement différents? Combien de conversations décalées? Combien de joutes verbales avec des enfants profondément sérieux?

    Ca lui faisait un peu bizarre. Et elle se sentait un peu nulle aussi, face à cette Marchombre qui lui faisait la leçon.
    T'as rien compris à la vie...
    Ah bah pour le coup, oui. Mais en vrai, c'était pas pareil! Elle s'était évadée, là! Moment de laisser-aller, c'était pas ça, la vraie vie! Dans la vraie vie, elle jouait pas, Inwëlle! Ou plutôt, elle ne jouait plus. Fini ça, le temps de l'insousciance et des mignons petits défis pour dire c'est moi le plus fort. Fallait pas qu'elle se méprenne, l'autre!

    Elle ouvrit la bouche, un peu vexée, prête à répliquer, mais l'autre, qui s'était éloignée, lui vola la parole.

    Tiens? C'était quoi, ça? Elle l'agressait plus, tout-à-coup? Elle... Elle lui donnait des conseils?

    Inwëlle devait bien avouer qu'elle était franchement surprise. Elle ne comprenait pas trop bien ce changement de comportement soudain.
    Elle en tout cas, gardait un peu de ressentiment.
    Parce qu'elle avait beau dire, beau avoir changé de regard en cinq secondes à peine, se méprendre aussi profondément sur son identité, son époque, le contexte, ça ne s'efface pas comme ça en deux ou trois phrases chocs. Elle se sentait un peu infantilisée. "Gamine"... Elle en avait déjà vu des belles, la gamine!


    "Nan mais là, tu m'as... Comment dire... Fais revenir dans le passé, alors j'étais pas vraiment... La moi de maintenant. Gagner, perdu, ça c'était quand j'avais quatorze ans, hein!"

    Abandonne pas... Elle n'abandonnait jamais, elle! Elle se battait jusqu'au bout, toujours! Elle avait peut-être bien changer, mais sa férocité d'enfant de bande, elle l'avait conservée! Quand elle commençait quelque chose, elle ne le laissait jamais de côté parce qu'elle trouvait ça trop dur!
    ...
    Oui mais à vrai dire, elle avait rarement été confrontée à une situation qui lui demandait tant d'effort que ça... Sa lutte contre le Chaos... Certains entraînements avec Erwan... La lutte contre la jalousie, à l'accouchement de Miss... Elle n'avait pas abandonné dans ces circonstances là.
    Mais elle était alors épaulée par son Maître, par des souvenirs, par des certitudes profondes. Epaulée, voire même poussée, lors des entraînements par exemple... Et puis elle n'avait que vingt-et-un ans, comment pouvait-elle se targuer de ne jamais rien abandonner? Ne venait-elle pas de prouver que, gamine ou pas -elle restait elle-même- lorsque l'obstacle était trop immense, comme celui que cette Marchombre acide venait de lui confronter, elle lâchait prise? Sans même chercher à se battre?

    Si elle n'avait pas remis son masque, elle aurait tordu sa bouche.

    Au lieu de ça, elle garda le silence quelques secondes. Complètement neutre. D'apparence du moins. Sauf peut-être le regard pensif. Si elle répondait "ok", ce serait abandonner? Elle n'en savait trop rien, maintenant.
    Alors elle préféra se taire. Parce qu'avant, elle avait parlé pour abandonner, et puis même, elle était nulle en mot, alors dans ce cas, autant ne pas en prononcer.
    Elle resta immobile, campée sur ses pieds nus.
    Elle allait quand même faire attention à pas croiser son regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Jeu 21 Avr 2011, 13:17

Les diverses émotions qui passèrent sur le visage de l’autre fille tirèrent un sourire mauvais à Raven. Ouais, vraiment, elle n’avait rien compris à la vie, celle-là. Elle n’avait pas pensé un seul instant que les autres n’étaient pas comme elle, qu’ils ne résonnaient pas comme elle ! Elle pensait sans doute être le centre du monde, peut-être sans en avoir conscience, en plus ! Elle était soit idiote, soit complètement à l’ouest. Peut-être était-elle persuadée que Raven entrait dans le même jeu qu’elle, parce qu’elle était Marchombre et semblait avoir la même manière de parler… Mais y’avait qu’une seule personnalité disponible dans ce monde, non madame !

Foudroyant l’autre du regard quand cette dernière s’aventura à des explications, la petite femme partit dans un rire mauvais, un ricanement qui n’avait rien de rassurant. Et elle s’enfonçait en plus, la gamine ! Comme si on changeait vraiment en grandissant… Ouais, sans doute un peu. Mais au fond, si elle s’était si facilement glissée dans son ancienne existence, c’était bien parce qu’elle n’avait pas réellement changé de facette, de caractère depuis.

Oh, elle avait sans doute appris des choses, vécu des trucs… Mais apparemment, cela pouvait s’occulter tout d’un seul coup, juste avec un élément déclencheur.

Raven se rembrunit.

Après tout, son viol n’avait-il pas eu cet effet-là ?
En y réfléchissant bien, pas tant que cela. Au contraire, il avait accentué sa personnalité agressive et rentre-dedans, et si elle avait cru avoir perdu ce qui faisait d’elle une Marchombre, elle avait compris que cela n’avait jamais été le cas, en réalité.

La toisant d’un œil mauvais, la petite femme releva encore le menton.

- Genre. Vas m’faire croire qu’t’es pas encore comme ça au fond !

Se raclant la gorge ostentatoirement, Raven continua :

- Ca sert à rien de cacher sa personnalité, gamine. Elle est toujours au fond de nous. Faut pas l’occulter, ça ramène que des ennuis.

S’avançant d’un pas vif vers la fille, elle pointa encore son doigt vers son visage.

- P’t’être bien qu’ta formation a modelé un peu ta personnalité. P’t’être bien que tu as appris tes tas de trucs intéressants. P’t’être bien, ouais !

Brandissant un index accusateur vers le menton de la fille, Raven ramena ses deux jambes sous elle, fixant l’immense fleuve qu’était le Pollimage, derrière l’autre. Observant un instant les doux reflets que l’Arche créait sur sa surface, elle secoua la tête vivement.

- Mais ça ne change pas c’que tu es. Loin d’là.

Fixant son regard sur le visage de l’autre, qui était devenue impassible, Raven sourit. Presque gentiment. Avant qu’une moue désapprobatrice prît place sur ses lèvres.

- Quand on dit « t’as gagné », on abandonne. Quand on fait mine de se désintéresser, ou qu’on n’en a plus rien à glander, et qu’on se détourne… C’pas l’abandon ça.

Halo la poussa légèrement du bout des naseaux, et elle plaqua sa petite main sur le bout de son nez.

- C’est garder ses convictions. Ou pas. Ou reporter le défi à plus tard. Faire des priorités, en gros.

Elle chercha le regard de l’autre.

- T’crois pas toi ?

Revenir en haut Aller en bas
Inwëlle Aïras
Membre V.I.P.


Nombre de messages : 1121
Date d'inscription : 19/10/2008

Feuille de personnage
Age: 26
Greffe: Vision à 360° et téléscopique 500%
Signe particulier: Cicatrices visibles sur le pied droit, évite de croiser les regards

MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Mer 27 Avr 2011, 22:20

    "J'occulte que dalle! Et p't'être j'suis encore une gamine, mais moins! J'ai jamais dit qu'j'avais changé complètement de personnalité! T'vas pas m'dire que t'es toute pareille que quand t'étais jeune, si?!"

    Fallait pas abuser, non plus. Elle avait quand même évolué depuis ses quatorze ans, que l'autre vienne pas lui dire le contraire! Elle avait grandi, bordel, compris un certain nombre de choses, et compris que toutes les querelles n'étaient pas des jeux d'enfants. Que les querelles n'étaient plus des jeux. Que quand on se battait, ça s'arrêtait pas à une guerre des caillous entre bandes. Que tout autour, il y avait la mort. Et même à Al-Jeit.
    Au fond, elle restait elle. Elle restait la jeune farouche et associale, qui n'aime pas le genre humain et ses bassesses. Elle restait la Wëlle fière qui ne supporte pas de se soumettre... Sans raison particulière. Elle devait bien avouer que, maintenant plus posée et réfléchie, il lui arrivait de mettre sa hargne et sa fierté de côté. Avec Erwan. Avec Helyn. Quand elle avait pleuré devant l'Oiseau Blanc. A l'instant, en... "Abandonnant". Ouais mais quand même, elle ne vouvoyait personne et il était hors de question qu'elle se traîne aux pieds d'un inconnu quelconque. Hors de question de croiser un regard.
    Elle allait pas céder ses yeux à cette bonne femme!

    Elle esquiva son regard. L'autre le prendrait pour de la lâcheté, sans doute. Rien à foutre. Si elle lui offrait ce qu'elle avait depuis toujours refusé, ce serait un abandon. Elle n'abandonnerait pas.
    Fixant la bouche de son interlocutrice, s'étirant, se molissant, du rictus à la moue désapprobatrice, elle écoutait ses paroles. Ce devait être une Maître, pour faire spontannément une leçon, comme ça. Et si elle ne l'était pas... Et bien c'était une Marchombre qui bouclait la boucle. Celle de l'enseignement. La boucle qu'un jour elle bouclerait aussi. Erwan le lui avait dit, et elle avait confiance en Erwan.

    La question. Elle surprit Wëlle. Maintenant, elle passait de l'aggression verbale à la discussion? Sans compter les éclairs de presque-sympathie qu'elle avait déjà entrevus... Intriguante, cette bonne femme. Si ça se trouve, elle allait finir par l'embrasser.
    Quelle idée stupide. Elle était à peu près certaine plutôt que, quoi qu'elle réponde, l'autre allait encore finir par lui gueuler dessus.

    Si elle était Maître en tout cas, ses élèves devaient bouffer. Comparé à la douceur d'Erwan... Mais peut-être était-elle un peu plus tendre? Inwëlle avait plutôt l'impression que justement, elle leur criait encore plus dessus, parce qu'ils avaient peut-être encore plus à comprendre. A apprendre. Parce qu'après tout, elle ne faisait pas que la sermonner par pur plaisir, pour l'insulter, ou la rabaisser; non, elle tentait bien de lui faire comprendre des choses. Elle faisait sa leçon. Les élèves, tous jeunes un peu perdus, le comprenaient-ils directement, ça? Ou alors, découragés par un Maître aussi brusque et peu sympathique, étaient-ils vite dégoûtés de la Voie?
    Non. Cette femme était une bonne Maître; Inwëlle en était intimement persuadée, même si elle n'aurait su l'expliquer. Cette femme savait enseigner la Voie. Elle avait sans doute sa manière bien à elle, ses mots, ses méthodes, mais n'était-est-ce pas le cas de chaque Marchombre? Elle-même n'enseignerait pas comme l'avait fait Erwan; chacun était trop différent pour ça... Une personne en laquelle brillait la flamme de l'Harmonie pouvait apprendre sous la tutelle de n'importe quel Maître Marchombre, pourvu qu'il enseignât les choses correctement. Inwëlle en était persuadée.
    N'empêche que ses apprentis devaient en voir de toutes les couleurs.


    "Possible. Jamais trop réfléchi à ça. T'es Maître?"

    Elle était un peu calmée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Mar 17 Mai 2011, 12:22

( Désolée pour le temps de réponse, surtout pour ce que je vais répondre, mais je dois t'avouer que j'avais pas lu ton RP jusqu'à me dire que j'avais le temps de faire une bonne réponse xD )





- Ca dépend c'qu'on entend par "Maître" quoi...
Revenir en haut Aller en bas
Inwëlle Aïras
Membre V.I.P.


Nombre de messages : 1121
Date d'inscription : 19/10/2008

Feuille de personnage
Age: 26
Greffe: Vision à 360° et téléscopique 500%
Signe particulier: Cicatrices visibles sur le pied droit, évite de croiser les regards

MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Mar 17 Mai 2011, 19:18

    "Un Marchombre qu'a réussi l'Ahn-Ju et qui peut guider des gens sur la Voie."


[Pas grave! x) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Mar 17 Mai 2011, 20:14

- Bah... alors ouais.
Revenir en haut Aller en bas
Inwëlle Aïras
Membre V.I.P.


Nombre de messages : 1121
Date d'inscription : 19/10/2008

Feuille de personnage
Age: 26
Greffe: Vision à 360° et téléscopique 500%
Signe particulier: Cicatrices visibles sur le pied droit, évite de croiser les regards

MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Mer 18 Mai 2011, 22:04

    Derrière ses paroles de brute, il y avait au moins un truc typiquement Marchombre: le soucis du détail, de l'exactitude des mots. Maître pouvait effectivement avoir de nombreuses significations... Tout comme apprenti, apprendre (qui se comprenait dans deux sens différents) et tant d'autres. Il y avait des mots dangereux aussi, comme "terminer", notamment. On ne terminait jamais réellement rien. Un Marchombre ne terminait jamais d'apprendre. C'était son Maître qui le libérait, ses trois ans de formations en sa compagnie qui prenaient fin... Tout était subtil, tout pouvait enchaîner de nouvelles questions. C'était souvent ce qu'il se passait avec Erwan, si elle utiliser les mots au sens premier, sans approfondir, ou si elle parlait trop vite: il ne répondait pas, il lui faisait remarquer son erreur, sa méprise, sa confusion.
    Mais elle avait appris d'elle-même combien les mots étaient traîtres, combien ils étaient, quand on y réfléchissait profondément, difficiles à employer. Elle n'avait jamais aimé parler, de toute façon.

    Maître. Raven n'avait évidemment pas répondu de suite à sa question. On pouvait être Maître de plein, plein de choses en Gwendalavir. On pouvait être Maître sans avoir réussi son Ahn-Ju. A partir de quand pouvait-on se considérer comme tel? Avait-elle était Maître, lorsqu'elle avait appris quelques cabrioles à Helyn? Avait-elle été Maître, lorsqu'elle avait montré à Jayanna comment on grimpait à un mur? Il y avait aussi des Maîtres différents, ceux qui tenaient des gens sous leur coupe, qui les asservissaient, les soumettaient. Maître était un terme bien vague...

    Mais Inwëlle était fière d'elle. Raven n'avait rien trouvé à redire à sa définition. Aucune pique, aucune esquive, aucune nuance. Ou était-ce parce qu'elle était moins pointilleuse que d'autres Marchombres? Que lui aurait répondu Erwan, si elle ne le connaissait pas et qu'elle lui avait posé cette question? Probablement quelque chose du genre "Nous sommes tous Maîtres, Inwëlle..." sur un ton mystique et profond, avec un regard plein de sagesse. Et elle aurait médité ces propos. Comme elle venait de le faire, d'ailleurs. Cette femme, si elle l'énervait, avait au moins le mérite de dire les choses clairement -de ce qu'elle avait pu en observer du moins.
    Et puis elle ne semblait pas du genre à déblatérer pendant des heures sur elle-ne-savait quel sujet inintéressant, où à la bombarder de question sur son identité, son passé, le pourquoi du comment, sur ses goûts, sur ses relations. Elle l'agressait, elle lui criait dessus, elle la secouait, mais c'était moins pénible que d'avoir affaire à une pimbêche bavarde et mielleuse. Elle ne put s'empêcher de se rappeler Kaelya; cette jeune Maître, avenante, souriante, sympathique, qui parlait bien et poliment était à peu près l'inverse de la femme qui se tenait bien campée en face d'elle. Si Kaelya l'avait agacée un peu, elle n'en restait pas moins une Marchombre talentueuse qu'Inwëlle admirait. Sans plus.

    Elle avait beau être un peu satisfaite d'elle -en fait, elle ne pouvait être sure de rien et était dans l'expectative d'une bombe à retardement- elle n'oterait pas son masque. Hors de question de se laisser aller, de lui céder une parcelle de terrain, un bout de regard, un souffle d'émotion. Avait-elle des élèves en ce moment? Inwëlle ne posa pas la question. Ca lui était égal. Elle avait certainement déjà enseigné, et enseignerait encore. Elle se demandait, en revanche, s'il lui arrivait de se montrer douce et compatissante. L'imaginer en bonne maman attentionnée et prévenante, couvant ses apprentis d'un regard chaud et tendre était tout simplement absurde.


    "Et t'enseignes à l'Académie?"

    Qu'allait-elle trouver à redire? Qu'on enseignait partout? Qu'elle n'enseignait pas, qu'elle guidait? Que des Académies, yen avait des tas, de Dessin, de cuisines, de sciences, de biologie et tout ce qu'on voulait? Ou ces mots suffiraient-ils?
    Si Inwëlle posait cette question, c'était histoire de savoir si, à son retour là-bas, elle devrait se tenir prête à encaisser un flot d'invective... Elle espérait que si cette petite femme enseignait à l'Académie -elle ne se souvenait pas l'avoir croisée en tout cas- elle l'ignorerait plutôt que de l'interpeler devant plusieurs personnes... Elle détestait toujours autant être au centre de l'attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Mer 25 Mai 2011, 13:10

- J'ai dit que j'étais Maître parce que j'avais passé l'Ahn-Ju et que je pouvais enseigner... Pas que je le faisais !
Revenir en haut Aller en bas
Inwëlle Aïras
Membre V.I.P.


Nombre de messages : 1121
Date d'inscription : 19/10/2008

Feuille de personnage
Age: 26
Greffe: Vision à 360° et téléscopique 500%
Signe particulier: Cicatrices visibles sur le pied droit, évite de croiser les regards

MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Jeu 26 Mai 2011, 22:54

    "Est-ce que tu enseignes? A l'Académie?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Ven 27 Mai 2011, 09:38

- Je sais pas si j'enseigne, mais en tout cas j'essaye. A... l'Académie, ouais.

Mais t'tiens d'où tout ça ? T'arrives d'là bas ?
Revenir en haut Aller en bas
Inwëlle Aïras
Membre V.I.P.


Nombre de messages : 1121
Date d'inscription : 19/10/2008

Feuille de personnage
Age: 26
Greffe: Vision à 360° et téléscopique 500%
Signe particulier: Cicatrices visibles sur le pied droit, évite de croiser les regards

MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Ven 27 Mai 2011, 19:38

    "Ouais."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Ven 27 Mai 2011, 22:25

- Et toi, t'es apte à être Maître ?
Revenir en haut Aller en bas
Inwëlle Aïras
Membre V.I.P.


Nombre de messages : 1121
Date d'inscription : 19/10/2008

Feuille de personnage
Age: 26
Greffe: Vision à 360° et téléscopique 500%
Signe particulier: Cicatrices visibles sur le pied droit, évite de croiser les regards

MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Sam 28 Mai 2011, 00:20

    "J'ai réussi l'Ahn-Ju, de là à être apte... T'as commencé combien d'temps après la fin de ton apprentissage?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Sam 28 Mai 2011, 12:24

- Douze ans...
Revenir en haut Aller en bas
Inwëlle Aïras
Membre V.I.P.


Nombre de messages : 1121
Date d'inscription : 19/10/2008

Feuille de personnage
Age: 26
Greffe: Vision à 360° et téléscopique 500%
Signe particulier: Cicatrices visibles sur le pied droit, évite de croiser les regards

MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Sam 28 Mai 2011, 12:27

    "T'as d'jà terminé la formation d'un apprenti?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Sam 28 Mai 2011, 12:30

- Nan. J'ai eu mes premiers apprentis y'a une semaine.
Revenir en haut Aller en bas
Inwëlle Aïras
Membre V.I.P.


Nombre de messages : 1121
Date d'inscription : 19/10/2008

Feuille de personnage
Age: 26
Greffe: Vision à 360° et téléscopique 500%
Signe particulier: Cicatrices visibles sur le pied droit, évite de croiser les regards

MessageSujet: Re: Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]   Sam 28 Mai 2011, 12:46

    "Tu les emmène en voyage là?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Au sommet du monde, là où brillent les étoiles... [Raven]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Myria Flowers ♠ Dans les cieux brillent les étoiles
» « C'est au sommet de la montagne qu'on se sent le plus seul. »
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Lac Chen :: L'Arche-
Sauter vers: