AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Mon amour subsistera [Pv Syndrell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Lun 04 Juil 2011, 05:03

    Un petit garçon était dans sa chambre, dans une belle petite maison sur le bord de l'océan. Si ses parents pensaient qu'il dormait, il n'y avait rien de plus faux. L'oreille collée sur la porte de bois, il écoutait ses parents parler de quelque chose qui mettait son père en colère. Très en colère.

    - Je l'ignorais, je l'ignorais complètement ! Je te le jure, je n'aurais jamais voulu ça, qu'ils l'enlèvent...

    - Tu ne te souviens donc pas comment cela s'est passé pour toi ?

    - Non ! Non je ne m'en souviens pas, je te l'ai dit mille fois ! Et il ne se souviendra pas non plus ! Il changera de nom, de vie, de personnalité, il sera élevé par d'autres que nous et il nous oubliera ! Ne te souviens-tu pas de moi quand je t'ai rencontré ? De la femme cruelle et sans merci que j'étais devenue ? Nous avons cela en nous, les Morgue nous l'inculte et nous aimons sa ! Tuer, faire souffrir, torturer, c'est notre vie !

    - Mais, tu es heureuse...

    - Tu n'as pas idée combien tout ça me manque. Mais je reste, je reste parce que je t'aime et parce que je ne voudrais pas que notre fils unique sache que sa mère est une meurtrière. Je ne voulais pas qu'il vive avec ce besoin, comprend-moi !

    - Ils vont vraiment venir le chercher ?

    - Je crois que oui... tu sais, je ne sais absolument rien de tout ça. Les Morgue, c'est ma famille et je les aime. Je sais que notre fils sera heureux parmi eux, même s'il se nomme Mahal plutôt que Morgue, car dans tous ses mouvements, dans tous ses gestes et dans toutes ses paroles, il est un Morgue. Je n'avais jamais compris pourquoi nous étions tous si uni et pourtant comment aucun d'entre nous n'avais jamais fini ensemble. Une famille unie par le sang et l'âme. Je sais qu'il existe quelques intrus, mais ce n'est que pour grossir nos rangs.

    - Plein de choses que tu ne m'avais jamais dite... Je croyais que tu me faisais confiance, Kala, je le croyais réellement et je découvre pourtant que tu m'as caché ce que tu étais. Nous allons nous cacher, trouver un dessinateur capable de faire le grand pas et aller dans l'autre monde, peu importe, nous devons partir !

    - Comme si cela suffisait... Tu n'as pas idée de notre puissance. Des dessinateurs que nous avons, des créatures qui nous aident. Cette famille existe depuis que Merwin nous a défait des ts'liches, depuis plus de deux cents ans !

    - Et alors ? J'ai entendu dire que l'autre monde est beaucoup plus vaste que le nôtre !

    - Le temps de nous adapter, ils nous trouveront. N'essaie pas de nous échapper !

    - Tu me fais peur Kala ! Je n'aime pas cette lueur dans ton regard...


    L'homme paniquait. Sa femme voyait rouge, de nouveau complètement attachée à sa famille, à celle qui l'avait élevée. Cette discussion avait éveillé en elle son instinct de tueur qui s'était endormi avec le temps, ce besoin de sang et de barbarie dans lequel tout Morgue digne de ce nom vivait constamment. Kala s'était débarrassée de toutes ses armes pour ne pas que son fil tombe sur elle par hasard. Sauf d'une arme. Un poignard, en fait. Le poignard Kala, arme dont elle avait été incapable de se séparer, probablement de par sa solidité et de par son appartenance au Morgue. Kala avait repris cet air nonchalant qui m'habite désormais, moi, Owen. Elle n'avait pas peur de cet homme qui semblait ne pas pouvoir faire de mal à une mouche. Elle s'accroupit et tira sur une trappe sur le sol. Après quelques minutes d'acharnement, la trappe s'ouvrit, découvrant une boite de carton toute simple. Elle l'ouvrit et saisi l'arme en parfait état qui se trouvait à l'intérieur. Elle se redressa au ralentit, ne ressemblant plus du tout à la mère douce et gentille qu'elle avait été ses dernières années. Moi, j'avais entre-ouvert ma porte, regardant le spectacle de ma mère déchirée par la rage.

    Elle se jette sur lui, déchirant sous les cris de souffrance de l'homme la peau et les muscles jusqu'à ce que la douleur lui fasse perdre connaissance. Alors seulement, elle l'acheva et lança un regard machiavélique à son fils qui la regardait avec de grands yeux étonnés, sans vraiment avoir peur ou être près de fondre en larme. Au contraire, quelque chose bat en lui. Il veut tuer, détruire, se joindre à cette mère qu'il ne connaissait pas jusqu'alors. Alors, ils se rendirent ensemble jusqu'au désert des Murmures. J'assistai à des massacres causés par une mère et son garçon de cinq ans. J'étais un tueur de naissance. Je suis un Morgue. Un vrai.


    Sursaut. J'essaie d'ouvrir mes yeux, mais la lumière aveuglante du soleil est incroyable. Je n'entends autour de moi que le chant des oiseaux et le bruit de l'océan. Doucement, mes yeux s'adaptent à la lumière du jour. Près de moi, les cendres de mon feu de la veille rougeoies encore et autour, les restes de mon dîné subsistent. M'étirant lentement, je me lève et regarde autour de moi. Je sais dorénavant que les restes de la maison qui est à quelques mètres à mon droit est la maison de mon enfance. Je soupire, mettant mes mains entre mes doigts. La dernière fois qu'un souvenir m'est ainsi remonté, Syndrell était avec moi, dans mes bras. Une boule se forme dans ma gorge. Elle me manque. J'ai l'impression que mon coeur s'arrache à force d'être loin d'elle. Mais je sais, je sais qu'elle ne sera plus jamais à moi. Elle doit avoir vieilli, cette année, être devenu forte, puissante. Elle doit me détester de l'avoir laissé tomber.

    Elle a dix-huit ans, maintenant. Si jeune... Elle a encore tant à vivre, tant à comprendre, tant à aimer et à détester. Elle est jeune, contrairement à moi. Milieu trentaine, je ne devrais pas être ainsi accroché à une jeune femme, presque encore une adolescente malgré les millions de difficulté qu'elle a affronté, malgré sa liberté grandissante. Je voudrais m'envoler avec elle, mais nous sommes tellement différents. Le Chaos et l'Harmonie, rien de moins. Mercenaire et Marchombre. Je m'envolerais à ma façon, un jour. Comme elle doit s'être envolée. Soupirant doucement, je retire mon chandail, descendant la plage qui me mène jusqu'à l'eau. J'en suis à la taille, maintenant. Je soupire. Elle me manque tellement, tellement que j'ai l'impression qu'elle est là, juste derrière moi et qu'elle me regarde d'un air dur de la plage. Si seulement elle était la !

    - Syndrell… Comme tu me manques…
Revenir en haut Aller en bas
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Jeu 07 Juil 2011, 22:12

- Et puis d’abord, gamine, qu’est-ce que tu fabriques ici ? Tu n’es pas en train de mourir, que je sache !
- Je suis venue pour répondre à ta question.
- Quelle question ?
- Celle que tu me poses chaque fois que je viens ici.
- Que je te fais venir ici, tu veux dire… et alors ? Quelle est cette réponse ?
- Je vais bien.
- Tsa ! Ce serait bien la première fois que nous partageons le même rêve et que tu n’es pas dans le coma…
- Je vais bien, c’est vrai ; je suis apaisée, désormais. Ma vie a retrouvé un sens. Une direction.
- Il n’y a plus d’obstacle ?
- Il n’y en a jamais eu.
- Mais alors…
- Il y a longtemps, un vieil homme m’a dit ceci : hier est derrière, demain est mystère mais aujourd’hui est un cadeau, et c’est pour cela qu’on l’appelle le présent. Je vis dans le présent, vieil homme. Et ce présent, il se trouve que je l’aime.
- Il ne ressemble pas à un jeune homme des îles, ton présent ?


Syndrell ouvre les yeux.
Elle a un sourire jusqu’aux oreilles.


* * *


Même si la perspicacité du vieux souffleur de verre n’étonnait plus Syndrell depuis longtemps, elle ne pouvait s’empêcher de songer à lui. Tandis qu’elle courait à bonne foulée sur le front de mer, ses pensées vagabondaient, revenant sans cesse vers ce rêve dont elle n’avait retenu qu’un morceau de conversation échangée avec son vieil ami. Il était une partie d’elle-même, qu’il la connaisse mieux que quiconque n’avait rien de surprenant. C’était même rassurant. Mais la jeune femme se demandait si cette « relation » onirique qu’elle vivait avec le montagnard n’était pas sans conséquence pour sa propre réalité. Et ce tout nouveau doute lui venait du fait qu’elle arrivait désormais à voir le souffleur de verre sans avoir besoin de se faire passer à tabac au préalable.

Ce n’était pourtant pas une mauvaise chose, loin de là ! Une grimace ironique tordit les traits de la marchombre alors qu’elle luttait contre un embryon de point-de-côté. Elle estimait avoir eu son lot de blessures pour les dix ans à venir, au moins ; et s’il n’était plus nécessaire qu’elle soit à deux doigts de perdre la vie pour croiser son ami en songe, elle préférait encore prendre le risque de passer pour folle que de refuser cette nouvelle faculté.

Et puis, elle l’avait dit au vieil homme de son rêve : elle se sentait désormais en paix. Plus de cauchemars, plus de terreur cachée sous l’apparence d’une femme aux yeux noirs et à la langue de vipère ; plus de doute. Syndrell savait, à présent. Etre marchombre, ce n’est pas porter simplement un nom. Plus que l’identité, c’est son existence qui lui donne une place dans ce monde, et sur la Voie. Durant plusieurs semaines, elle avait tout simplement cessé d’exister. Pas physiquement, non – quoi que, son état n’était pas plus reluisant que celui d’un squelette – mais en perdant Nuance, et en ayant à ce point risqué de perdre la vie, elle avait fini par oublier qu’au contraire de sa jument, elle n’était pas morte éventrée.

Sans cesser de courir, Syndrell frissonna. Il faisait frais dans les premières lueurs du jour, et la brise marine qui venait fouetter son visage et ses bras nus était comme une joviale étreinte glacée. Mais Syndrell l’appréciait. C’était ça, son ancrage dans le présent : la sensation du vent sur sa peau blanche, sous laquelle on devinait encore les os – Erwan, puis Tanank, puis Ciel s’étaient relayés pour la remplumer, et au bout de presque trois mois, l’on commençait enfin à voir un léger résultat -, le goût des embruns sur ses lèvres, la douleur des muscles de ses jambes. Les traces du drame qu’elle avait vécu s’estompaient comme les dernières ombres de la nuit dans son dos. Un souvenir qui revient toujours et qu’on n’oublie jamais.

Bifurquant sur la droite, Syndrell s’engagea dans la pente douce qui menait à une grande plage léchée par les vagues ; ses pieds s’enfoncèrent dans le sable fin et elle sentit le sol se dérober sous ses pas. Elle perdit l’équilibre, vacille, se rétablit de justesse, et repartit. Petit à petit, ses réflexes lui revenaient, plus rapidement encore que tout le reste. Les entraînements intensifs qu’elle s’imposait lui redessinaient une silhouette musclée, mais il faudrait sans doute encore laisser passer un ou deux mois avant qu’elle n’ait retrouvé la moitié des kilos qu’elle avait perdu. Elle nageait dans toutes ses combinaisons. Alors, pour courir, elle s’était contentée d’un haut moulant qui s’arrêtait au-dessus du nombril et d’un pantalon court.

Au rythme de sa foulée, les courtes mèches bleues de ses cheveux dansaient autour de son visage et sur sa nuque. Elle les avait coupés juste après avoir tué Vanora – et avec la lame de cette dernière, afin de marquer symboliquement une page importante de leurs vies qui se tournaient enfin. Le vent les ébouriffait joyeusement et cette nouvelle coupe lui donnait un air encore plus malicieux ; il fallait dire, aussi, que ses yeux d’or pétillaient à nouveau, après avoir été vides durant si longtemps.

Une mouette cria. Syndrell ralentit l’allure. Devant-elle, à contre-jour, une silhouette marche près de l’eau. Un autre « lève-tôt », songea Syndrell avec amusement. Car hormis eux, il n’y avait personne alentour, pas âme qui vive. Cette plage, pourtant, est parfois plus animée qu’un jour de marché sur la place d’Al-Jeit ; elle se souvenait sans mal du départ de la caravane de Naagrarh, cette fois où Miss l’avait laissée aux bons soins de l’itinérant. L’endroit était alors incroyablement vivant, résonnant de cris, de rires, du bruit des caisses qui se heurtent des chariots qui se mettent en branle. Promenant son regard sur l’océan, la jeune marchombre se demanda où ses amis pouvaient bien se trouver, à l’heure où elle cavalait sur « leur » plage. L’été était là, la caravane devait s’être établie quelque part dans les confins de la plaine de Shaal, entre Al-Poll et Al-Far. Et, frôlement léger de papillon, l’envie de les rejoindre effleura sa conscience.

Remonter vers le nord. Vers ses montagnes. Faire une halte, enfin, à l’Académie, et peut-être y retrouver Miss, Yléna, Erwan ; continuer par Astariul, là où son chemin avait croisé celui d’un homme peu ordinaire, un guerrier aux cheveux verts et à l’humour tendre – et se remémorer ce jeu, maître d’un avenir étonnant, traître aux yeux de qui ne se sent pas l’âme d’un enfant ; et, enfin, les apercevoir. Les chariots bringuebalant, le bétail mené par le fantôme d’un jeune bouvier qui l’avait aimée, le rire tonitruant d’Enna, les délicieux potages de Gildas…


* * *


Perdue dans les rêves d’aventure qui lui ont tant manqué, Syndrell dépasse la silhouette sans s’arrêter, et continue encore sur quelques foulées. Et puis…

… et puis, elle fronce les sourcils. Et puis elle tourne la tête, vers cet homme qui s’est immergé dans la mer jusqu’à la taille. Et puis elle s’arrête, parce que ces cheveux-là, cette stature-là, ce maintien-là lui rappellent quelqu’un.
Et puis elle réalise.


- O…

Un gargouillis rauque, de ceux qui lui ont sauvé la vie lorsqu’elle a prononcé le nom du Jaguar qui l’a trouvée baignant dans son sang.

- Owen.

Un murmure, de ceux qu’elle a prononcé en rêve, encore longtemps après que le mercenaire est disparu de son univers.

Et un coup au cœur. Parce que finalement, il restait quand même un peu d’Owen Morgue dans cet univers.


- Owen !

Un cri.
Parce que dans son présent, il y avait une rencontre. Mieux encore, des retrouvailles. Avec tout ce qu’elles impliquent, avec tout ce qu’elles révèlent et tout ce qu’elle brisent ; avec toute leur magie.
Un petit cadeau de la vie.


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Lun 15 Aoû 2011, 04:19

    Je me figeai. Il ne pouvait pas avoir d'erreur. Immergé jusqu'à la taille, regardant l'immensité de l'océan, j'avais entendu des pas derrière moi. Les pas d'une personne légère, courant sur la plage avec aisance, s'occupant de moi que pour me reluquer sans insistance. Je restai les yeux rivés sur l'horizon, laissant l'inconnu passer. Mais, elle ne passa pas. Elle s'arrêta et un faible son vibra dans l'air, sortant de la bouche de cette femme. Elle avait dit quelque chose qui ressemblait à mon prénom. Cette voix qui, bien que faible, m'étais extrêmement familière. Une voix que j'aurais reconnue entre mille, une voix que je reconnue sans difficulté quand elle s'exprima plus fortement, une voix qui me semblait tout droit sorti d'un rêve, articulant mon prénom d'un ton libérateur. Je me retournai vivement, un sourire ému sur les lèvres.

    - Syndrell !

    Je courus vers elle tant et bien que mal, bravant les courants qui m'empêchaient de voir ce petit bout de femme de plus près. Dès que les flots me lâchèrent, mes bras s'enroulèrent autour d'elle et je la fis tournoyer, riant, pleurant de joie. Quand je la reposai sur le sol, je la contemplai. Elle avait changé. Vraiment. Elle resplendissait. Elle était heureuse, en parfaite harmonie avec elle-même, en parfaite harmonie avec ce qui l'entourait. Elle était marchombre. Voilà le changement. Dans ses yeux d'or brillaient une flamme nouvelle et sur son corps s'étendait de nouvelles égratignures. Elle était presque maigre, comme si elle avait perdu beaucoup de poids en très peu de temps. Que lui était-il arrivé ? Ses cheveux, autrefois beaucoup plus long, volaient maintenant de chaque côté de sa tête, la rendant encore plus belle, si cela pouvait seulement être possible. Son odeur m'emplis les narines, le corps et l'esprit. Je ne me laissai pas de la regarder sous toutes les coutures, m'assurant qu'il ne lui était rien arrivé, que les Morgue n'aurait pas envoyé quelqu'un à ses trousses.

    - Tu m'as manqué, si tu savais…

    Je portai à nouveau un regard amoureux sur elle, sachant très bien que si elle était heureuse de me revoir, l'amour qu'elle m'avait porté autrefois n'était plus là. Un sourire nostalgique s'étira sur mes lèvres. Elle n'était pas, ou plus probablement plus en colère contre moi. Ça me soulageait. Qui aurait cru que je l'aurais rencontré tout à fait par hasard ? Pas moi, certainement pas moi. Mais, en ce moment, j'étais certainement le plus heureux des hommes.

    - J'ai tant de choses à te dire, tant d'explication à te donner, mais je vais commencer par te dire que je suis désolé, Syndrell. Désolé de t'avoir laissé seule, sans aucune explication, désolé de ne pas avoir pu te dire que je partais, non, de ne pas avoir pensé à te le dire, car j'aurais pu, j'aurais pu te le dire. T'envoyer un message...

    Je soupire. Oui, j'aurais pu. J'aurais du... Envoyer un message par l'un de ses oiseaux au domaine, prendre cinq minutes pour lui dire que je l'aime, une dernière fois...

    - J'ai eu peur, je suis parti et j'en suis sincèrement désolé. Je ne m'excuserais jamais assez, parce que je ne peux que me douter a quel point mon absence a dû te peser. Je suis peut-être prétentieux de croire que tu as pensé à moi, mais je veux que tu saches que chaque seconde depuis cette nuit la dans le désert, plus jamais je n'ai arrêté de penser à toi. Et je te vois aujourd'hui, tout à fait resplendissante et je ne peux m'empêcher d'être heureux.

    Je lui fis un faible sourire, me retenant sans vraiment de difficulté contre mon corps et mon coeur qui me criait de la prendre à nouveau dans mes bras. Ma raison était là, bien présente et beaucoup plus sage à écouter. Syndrell n'était plus amoureuse de moi et étrangement, cela ne me faisait aucun mal. Peut-être parce que je m'étais fait a l'idée depuis un moment qu'elle ne serait plus a moi. Peut-être le savais-je... Peut-être aussi avais-je compri que mon vieillissement, intérieur surtout, serais un obstacle a notre amour. À dix-huit ans, elle n'avait pas mon vécu, ma mémoire. Dans ses cheveux d'azur ne se dessinera pas avant longtemps les fines lignes de gris que l'on peu désormais distinguer dans les miens. Je soupire, lui jetant un autre regard, souriant à nouveau. Nos mondes n'étaient pas compatibles, de par mon ascendance chaotique. Je soupirai, puis je remarquai que quelque chose clochait. Il manquait un éclat dans les yeux de la jeune femme. Et il manquait une présence que je me souvenais avoir ressenti presque constamment dans le désert. Une présence qui ne me revenait pas... pour l'instant.

Revenir en haut Aller en bas
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Mar 16 Aoû 2011, 10:40

Une minuscule pointe de douleur se ficha dans sa poitrine lorsqu’Owen la serra dans ses bras et Syndrell ferma brièvement les yeux. Cette étreinte, elle en avait rêvé des jours et des nuits, espoir jeune et fou. Puis elle avait appris à l’oublier, à ne plus espérer. Jusqu’à ce jour…

Il la lâcha et tous les deux s’observèrent dans la lumière du soleil. Syndrell prit alors vraiment conscience du temps qui les avait séparé en redécouvrant un visage que, tout comme l’espoir de retrouvailles, elle avait commencé à effacer. Ils brillaient toujours autant, ses grands yeux noirs, et ils la dévoraient du regard avec une telle intensité qu’elle baissa la tête pour suivre la course scintillante des gouttelettes d’eau de mer sur le relief de ses muscles.

De sa voix grave et chaude, il lui offrit ses excuses, des excuses sincères et justes. Elle le laissa faire, soulagée qu’il assume sa part d’erreurs. De cette façon, il lui serait plus facile d’assumer les siennes…

Ses derniers mots, toutefois, lui firent relever la tête. Indécise, elle scruta un moment son visage et sonda son regard. Resplendissante ? Alors qu’elle remontait tout juste des enfers ? Il était bien la première personne qui lui trouve un quelconque charme quand elle venait de « presque mourir » encore une fois... Non.
La deuxième.


- Ce n’est pas entièrement de ta faute.

Egoïstement, c’est pourtant ce qu’elle avait pensé lorsqu’elle était revenue du Rentaï, puis lorsque Miss l’avait libérée de son enseignement ; ces deux moments importants, comme chaque moment important, avaient été empreints d’un doute énorme. Elle s’en était remise seule. S’en serait-elle remise différemment si Owen avait été à ses côtés pour la soutenir ?

- Moi aussi, j’aurai dû te faire signe… J’imagine qu’a force d’attendre ce signe de la part de l’autre, on a fini par ne plus savoir quoi dire.

Glissant une main dans ses courts cheveux bleus, elle esquissa un sourire. Sourire désolé, sourire sincère. Sourire-tendresse.

- Je suis contente de te revoir.

Après la disparition de Blood, celle d’Owen l’avait terrifiée. Elle avait eu peur qu’il ne lui soit arrivé quelque chose et c’est pour cette raison, précisément, qu’elle s’était empressée de l’oublier. Il y avait beaucoup trop de morts dans sa vie pour qu’elle puisse supporter la sienne.

Mais il était vivant. Il était vivant et de retour dans sa vie, même si ce n’était plus exactement à la même place. Elle aurait pu lui accorder une seconde chance – leur accorder cette chance à tous les deux – s’il n’y avait eu cette incroyable rencontre en Astariul. Une rencontre qui changeait tout…


- Et si tu me racontais tout ce que tu as fait depuis tout ce temps ?

Elle lui avait saisit le bras et l’entraînait déjà dans une promenade sur le sable blanc de la plage. Qu’il soit infiniment plus pâle que celui du désert des Murmures ne changeait rien au fait que ces millions de petits grains soit le symbole d’une nuit d’amour à jamais gravée dans leur cœur.

De l’autre main, Syndrell tenait les guides d’Esbroufe. Le pangaré ne broncha pas lorsqu’ils se mirent en route, au contraire d’une petite jument baie qui n’avait jamais vraiment apprécié Owen, et qui aurait sans doute piaffé d’exaspération.




__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Sam 03 Sep 2011, 16:37

    - J'imagine, oui. Mais tout de même... Je n'attendais rien de toi, Syndrell. Ni une lettre, ni autre chose. Pas parce que je croyais que tu m'oublierais, loin de là, mais parce que je ne te voyais pas me parler par une simple lettre après l'intensité de ce que nous avons vécu. Mais quand je suis parti, j'aurais pu te laisser un mot, sachant que je ne reviendrais sûrement pas...

    Je lui jetai un regard avant de lui faire un petit sourire. Ce que j'ai fait ? Je me laissai entrainer avec plaisir dans cette promenade sur le sable avec plaisir, remarquant toutefois avec un froncement de sourcil le cheval qui accompagnait Syndrell. Un cheval qui ne lui convenait pas du tout. Mais ou était Nuance ? Cette jument pleine de vie et avec un caractère intraitable, la meilleure amie de la marchombre ? Je soupirai. Je lui poserais la question plus tard. Pour l'instant...

    - Malheureusement, je n'ai rien fait d'intéressent. J'ai quitté le domaine par peur de ma propre famille. Tu n'aimeras sans doute pas cet aspect des choses, mais je suis allé là-bas pour te protéger.

    Je lui jetai un regard, guettant sa réaction.

    - La première chose que j'ai vu en arrivant là-bas, c'est cinq personnes, dont j'ai appris plus tard qu'ils se nommaient l'Élite, une classe extrêmement bien cacher de ma famille dont je ne connaissais pas l'existence. Fonctionnant en groupe de cinq, ils assassinent, torture et sont d'une très grande puissance. Les avoirenvoyés sur toi au moment où j'ai quitté le domaine, tu serais morte. Sachant cela, je leur ai obéis. Pendant un an, j'ai resté prisonnier là-bas, avant qu'ils ne me libèrent. Je n'ai aucune idée pourquoi je ne suis plus là-bas, Syn, mais fait attention a toi, je ne supporterais pas que ma propre famille te fasse du mal.

    Je jetai un regard sur le cheval derrière la marchombre aux cheveux d'azur. Il semblait calme et soumis tout en étant tout le contraire. Je sentais que Syndrell n'avais ce cheval que par obligation.

    - Et toi, que c'est-il passé dans ta vie cette année ?

    Jetant encore une fois un regard au cheval qui nous suivait, je laissai enfin échapper la question qui me taraudait depuis le début de notre conversation.

    - Syndrell, où est Nuance ?


[J'ai hésité à faire un long texte ou un dialogue, j'ai choisi de faire entre les deux. Désolé pour le temps de réponse !]
Revenir en haut Aller en bas
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Ven 09 Sep 2011, 20:02

- Nuance est morte. Et j'ai bien failli y passer aussi... Ma vie, tu vois, a récemment pris un sérieux virage, mais avant que tu ne me noies de questions à ce sujet, laisse-moi simplement te dire que j'en suis sortie grandie. Que ce fut difficile, parfois infernal ; que quelque chose à changé en moi. Je ne suis plus tout à fait la même personne que tu as connu au Domaine et aimé dans le Désert...

(J'opte pour le dialogue, moi, parce que Syndrell est assez pragmatique et aussi parce que ça n'aurait pas aussi bien rendu que ton propre poste ^^)

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Lun 14 Nov 2011, 00:10

    - Je ne te noierais pas de question à ce sujet, Syndrell. Je vais plutôt te laisser raconter. Si tu veux bien, évidement...
Revenir en haut Aller en bas
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Lun 14 Nov 2011, 10:44

- C'est une longue histoire... est-ce que tu as du temps devant toi ? Beaucoup de temps ?

(S'assied sur le sable et entoure ses genoux repliés de ses bras)

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Lun 14 Nov 2011, 14:23

    - J'ai tout mon temps.


(S'assied aussi, les yeux rivés sur toi)
Revenir en haut Aller en bas
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Mar 15 Nov 2011, 11:28

- Oh ! Alors dans ce cas…

Et Syndrell raconta.

Comment une nuit ordinaire s’était transformée en cauchemar.
Comment elle s’était battue pour sauver sa peau.
Comment Nuance était morte.
Comment un marchombre, un éleveur de siffleur et un Dessinateur l’avaient secourue.
Comment elle avait tué un Mentaï.
Comment un Mentaï avait tué un jeune rêveur.
Comment elle vivait à présent, traquée par une femme complètement folle…

A peine plus forte qu’un murmure, sa voix se mêlait au souffle du vent et au chant des vagues qui venaient rouler sur le sable. Une ombre ternissait l’or des yeux de la marchombre lorsque les dernières paroles de son histoire moururent sur ses lèvres. C’était la première fois qu’elle s’exprimait à ce sujet. Ni Erwan, ni Tanank, ni même Ciel ne savaient… Erwan l’avait raccommodée, il avait vu les corps et avait enterré Nuance mais il ne savait rien. Tanank avait changé ses bandages et veillé sur ses nuits dévorées par les cauchemars, mais il ne savait rien.
Ciel avait combattu à ses côtés, se frottant à son ennemie et frôlant lui aussi la mort de près.
Il ne savait rien.

Le seul à savoir, a présent, était un fils du Chaos. Un homme qu’elle avait aimé le temps d’un souffle, une étincelle qui jamais ne s’était éteinte au fond de son cœur malgré la distance et puis… le temps… Curieux ? Peut-être que non. Owen semblait se contenter d’apparitions brèves dans sa vie mais celle-ci était tombée à pic ; ils s’étaient retrouvés au bon moment.

Trop tard pour achever un fabuleux voyage dans les étoiles.
A temps pour commencer une nouvelle histoire…

Syndrell posa le menton sur ses genoux et laissa son regard se perdre dans les brumes lointaines et secrètes de l’horizon. Elle avait toujours trouvé cet endroit profondément mystérieux – cet espace cotonneux qui n’appartient ni à la mer, ni au ciel mais qui pourtant s’ancre forcément dans ce monde. Elle se souvenait d’un vieux loup de mer rencontré dans une taverne de l’un des nombreux ports du sud. Sa théorie à lui était aussi simple qu’insensée mais Syndrell l’avait justement appréciée pour poésie.


C’te ligne blanche, nous autres on l’appelle la Ceinture de l’Ange, lui avait-il expliqué entre deux pintes de tord-boyau infâme. Les marins passent leur chienne de vie à essayer de l’atteindre, mais les seuls diables qu’ont la chance de la franchir n’en reviennent jamais. La Ceinture de l’Ange, gamine, c’est l’paradis des hommes de la mer…

[i]La Ceinture de l’Ange.
Un éclat soudain traversa le regard de la marchombre tandis qu’une esquisse de sourire étirait ses lèvres. Là-bas, droit devant eux, cachées dans cette incroyable lumière blanche, il y avait les îles dont Dolce lui avait parlé. Ces îles où les gens ont tous des cheveux colorés.


[b]Je connais un coin d’escalade magnifique, mais plus dans le sud encore. Dans les Archipels Alines. Cet endroit, toutes les couleurs s’y mélangent. Ocre, vert, bleu, magenta, fushia, perle, violine… Je t’y emmènerai un jour.


Nouvel éclat dans les prunelles d’or au souvenir d’un sourire de l’Envoleur.
Elle n’en avait pas parlé à Owen.
N’en parlerait pas.
Il avait sans doute déjà compris…


- Je dois retourner à l’Académie. Brouiller les traces de Ciel et de sa famille. Empêcher Vanora de faire du mal aux gens que j’aime… la traquer comme elle m’a traqué. Et mettre fin à toute cette histoire…

Des résolutions franches ; Syndrell ne s’accordait qu’une pause en compagnie d’un ami au regard d’encre et à l’âme noble. Il l’avait écoutée sans jamais interrompre son récit et elle lui en savait gré. Mais, à présent, c’était à lui de lui raconter…

- A toi, compagnon. Dis-moi ce que tu as fait ces dernières semaines. Et si tu ne souhaites pas trahir un secret des Morgue ou du Chaos, parle-moi de ce que tu comptes faire demain.

Elle accompagna sa demande d’un léger coup d’épaule à son attention, malicieuse.
Pas autant qu’autrefois, mais presque.


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Sam 19 Nov 2011, 20:03

    Je l'écoutai. Longtemps, sans qu'une seule fois mes yeux ne la quitte. Sans qu'une seule fois je ne fasse le moindre geste vers elle, même lorsque sa peine évidente de transperça le coeur. Ce qu'elle avait vécu était digne de dix vies différentes. Je restai un moment immobile après ce coup d'épaule qu'elle m'avait donné.

    - Je crains que la seule chose que je n'ai pu faire depuis que nous nous sommes séparés, ce matin-là dans le désert, c'est ce que je t'ai raconté un peu plus tôt...

      ***

      - Je peux t'embrasser ?

      - Non.


      Non. Clair et net. Je me reculai. Je n'allais pas la forcer. Elle avait le droit de décider seule. Mais ça faisait mal. Plus que ce que j'aurais cru. Je soupirai. Me figeai.

      - C'est moi qui vais t'embrasser.

      Elle allait m'embrasser. Je ne bougeai plus, me contentant de sourire et de fermer les yeux. Alors que m'attendait à ce qu'elle cueille doucement mes lèvres, je fus surpris quand elle prit mon col et me tira sauvagement vers elle. Je ne résistai pas, au contraire. Sa façon, plutôt entreprenante, ne me déplaisait pas du tout. Je tremblais. De désir, de passion, d'amour. Oui, d'amour.

      ***

      - Au revoir, Nochalant. Un jour, je reviendrai chercher ma cape...


      ***


    À ces souvenirs, C'est une vague d'émotion qui me submergea. Elle avait changé au plus profond, autant physiquement que mentalement. Elle était une femme mature et qui avait été détruite par le mal que la guilde dont je voulais faire partie avait créé. Voulais-je encore être mercenaire ? Quand je voyais Syndrell, son harmonie, sa beauté et sa liberté, j'en frissonnais. Elle était incroyable et je n'étais qu'un minable.

    Je me levai d'un bond. Je venais de me souvenir de quelque chose. Jetant un regard de l'endroit d'où nous étions partie, je décidai d'y aller.

    - Attend-moi, ça ne prendra que deux minutes.

    Courant rapidement vers l'endroit où j'avais laissé mon chandail et mon sac, je revins vers Syndrell. Un sourire sur les lèvres, je me laissai tomber près d'elle, sortant un morceau de tissus de mon sac. Je lui tendis, souriant doucement.

    - Je crois que tu avais promis de venir la récupérer, je me trompe ?

    Cette cape représentait pour moi plus qu'elle n'aurait dû. Cette année, sans ça, j'aurais probablement perdu tout contact avec la réalité. Cette cape appartenais a Syndrell. Elle pouvait désormais la récupérer.


[Désolé, c'est très court :/]
Revenir en haut Aller en bas
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Dim 20 Nov 2011, 21:03

- Ma cape !

(Rire plein d'émotion)

Tu l'avais gardée, alors...

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Dim 20 Nov 2011, 23:24

    - Bien sur que je l'avais gardé ! Elle a été un précieux contact avec la réalité.


(Sourire en coin)
Revenir en haut Aller en bas
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Lun 21 Nov 2011, 08:33

- Si je la reprends alors, elle risque de te manquer...

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Lun 21 Nov 2011, 22:51

    - Peut-être bien, mais cette cape me retiens au passé. J'ai l'impression que toi, sa signification te poussera plutôt vers l'avant...
Revenir en haut Aller en bas
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Mar 06 Déc 2011, 19:16

- Sa signification ? Je ne comprends pas...

[En fait si, mais c'est pour te faire parler, gniéhéhé...]

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Mar 06 Déc 2011, 22:46

- Ce qu'elle représente... Cette nuit dans le désert, l'amour que nous avons ressenti l'un envers l'autre. Quand je la vois, c'est toi que je vois, et cette nuit que je revis. Je ne peux pas pas la garder. Elle me retient au passé.

(Petit sourire en coin^^)
Revenir en haut Aller en bas
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Mer 07 Déc 2011, 14:12

- Oh ! Oui, c'est... Mais je ne suis pas certaine qu'oublier tout ça soit une bonne idée. Ni même que ce soit possible. Je veux dire, cette nuit-là fait partie de moi, maintenant. Je n'ai aucun regret. Je n'ai pas envie d'oublier. Avancer, oui. Et me souvenir de cette escale dans les étoiles...

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Lun 12 Déc 2011, 23:51

- Moi non plus, je ne veux pas oublier, je veux simplement me remettre a avancer. Parce que pour le moment, c'est plutôt difficile...
Revenir en haut Aller en bas
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Mar 13 Déc 2011, 23:53

Syndrell tourna la tête vers Owen. Pour la première fois depuis qu’ils s’étaient retrouvés, elle le regarda vraiment, remarquant enfin la crispation de sa mâchoire, la tension de ses muscles et le brouillard qui voilait son regard sombre.
Un regard un peu triste.


- Oh…

Incapable d’ajouter quoi que ce soit, la marchombre se contenta de serrer la cape contre elle. Etrange, comme d’infimes détails peuvent parfois surprendre… Tout à sa peine, le cœur encore meurtri par la mort de Nuance mais battant plus vite au souvenir de Dolce, elle n’avait pas imaginé une seule seconde qu’Owen soit lui aussi en équilibre au bord du vide.
Elle avait déballé sa vie, ses malheurs, croyant égoïstement qu’il ne pouvait pas connaître pires tourments que ceux qu’elle avait traversés.

Mais son mercenaire ployait le dos face au vent marin, abattu par un poids dont elle ignorait la charge et qui, pourtant, se trouvait très exactement entre ses bras. Une cape élimée, déchirée à l’endroit où les lames d’Ironie s’étaient glissées, froissée depuis leur première nuit d’amour… Une cape qu’il lui rendait parce qu’elle lui rappelait un passé pas si lointain que ça, mais qui semblait se trouver à des années lumières de Syndrell. Le drame de la clairière avait creusé un fossé entre ce qu’il s’était passé avant – Miss, la Voie, le Rentaï, Nuance, Owen – et ce qu’il s’était passé après – la « presque mort », le Jaguar, le cauchemar, Ciel, Vanora… et Dolce.

Il avait compris, bien sûr. Owen Morgue n’était pas né de la dernière pluie, il avait bien plus d’intuition qu’elle n’en aurait jamais. En outre, elle ne parvenait plus à rester aussi impassible qu’avant ; même Ciel parvenait à lire en elle, désormais. Il n’avait sans doute suffit que d’un regard pour qu’Owen devine « l’autre » en elle. Un autre incroyablement vague et incertain. Un autre qui n’en était même pas un.
Mais qui se trouvait entre eux.

Syndrell tendit une main. Glissa ses doigts dans les cheveux d’Owen. Ramena une mèche indomptable derrière son oreille, geste empreint d’une tendresse infinie qui n’avait d’égal que la manière dont elle lui sourit.


- Tu te souviens de ce que je t’ai dis, ce soir-là, dans le désert ? J’étais en colère parce que malgré tous mes efforts pour t’échapper, je n’avais pas réussi à me soustraire à ce rendez-vous complètement insensé.

Je t’ai dis que nos deux univers étaient bien trop différents pour pouvoir se comprendre. L’Harmonie, le Chaos… Réunis par mes convictions de jeune et insouciante apprentie, mais séparés par une réalité que je feignais de ne pas percevoir. Il s’en est passé des choses, depuis. J’ai grandi. J’ai changé. Toi aussi…

Il avait gagné en muscle et en finesse autant qu’elle avait perdu en poids et en sérénité. Mais le changement le plus important demeurait dans son regard. Opaque, impénétrable.
Même pour elle.


- J’avais tort, Owen… Il n’y a qu’un seul monde et c’est justement pour ça que tout est plus difficile. Un seul monde pour trop de chemins différents. Les nôtres se sont croisés, maintenant ils filent chacun dans une direction opposée. Ils ne se suivent plus…

Syndrell laissa descendre sa main le long de la joue d’Owen, sa paume effleurant sa barbe de quelques jours. Doucement, elle l’incita à tourner la tête, à la regarder dans les yeux. Les puits sans fond de ses yeux étaient insondables, mais au moment où elle allait s’avouer vaincue et baisser les bras, elle la retrouva enfin.

Enfin ! Cette petite étoile, scintillement d’un feu allumé par une nuit sans lune, dernier éclat d’une passion trop vive, sans limite, mais jamais complètement éteinte…


- Ils n’en ont pas besoin. Ils peuvent très bien se longer sans jamais plus se recroiser, qu’importe ! Derrière, il y a des souvenirs, devant il y a notre avenir et puis maintenant…

Elle inclina la tête, l’appuya contre l’épaule du mercenaire.

- … maintenant, il y a le sable, la mer, et nous. C’est tout ce qui compte. Ce qui comptera toujours pour moi. Savoir que quelque part, il y a un Morgue qui vit sa vie de… Morgue… et qui, de temps en temps, pense à moi. Comme ça, sans raison particulière. C’est ce que je vais faire. Tout à l’heure, je vais partir de mon côté. On ne se reverra peut-être plus jamais…

Syndrell ferma les yeux. Elle avait l’air d’une petite fille dans les bras d’un géant. Une petite fille qui venait de faire un grand pas en avant.

- N’empêche que je penserais à toi, de temps en temps. Il y aura toujours une étoile, un grain de sable pour me rappeler ta nonchalance.

Un murmure, entremêlé à celui du vent et des vagues.
Une promesse.



[Ouch... beaucoup de parlote et de mélancolie ! Mais je voulais faire honneur au titre que tu as donné à ce rp et puis, il faut dire que le décor s'y prête un peu, aussi ! Enfin, si quelque chose te déplaît ,tu me fais signe... ]

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Ven 16 Déc 2011, 04:22

    - J'avais tort, Owen... Il n'y a qu'un seul monde et c'est justement pour ça que tout est plus difficile. Un seul monde pour trop de chemins différents. Les nôtres se sont croisés, maintenant ils filent chacun dans une direction opposée. Ils ne se suivent plus...

    Un doux sourire s'étira sur mon visage. Les paroles de Syndrell, alors qu'ils auraient provoqué, un an auparavant, une véritable tornade d'émotion, m'apaisèrent plutôt. Sa main dans mes cheveux, sur ma joue et sa tête sur mon épaule. Un rêve précieux, un amour mélancolique. Je savais que ça me prendrait du temps avant de redevenir celui que j'ai été. Celui avec plein d'entrain et une indifférence constante. Sans doute ne le redeviendrais-je jamais. Avec cet amour perdu, s'était la jeunesse qui m'habitait qui s'étaient évanouis. Pas complètement, certes. Mais passé un an isolé, à repasser dans sa tête les souvenirs éphémères d'un amour vacillant, puis réalisé que le monde a changé, évolué alors que tu es resté au même niveau, ça change un homme. Et ça m'a changé.

    - Ils n'en ont pas besoin. Ils peuvent très bien se longer sans jamais plus se recroiser, qu'importe ! Derrière, il y a des souvenirs, devant il y a notre avenir et puis maintenant...

    La vie sans Syndrell, c'est un ciel de nuit sans étoile et sans lune, c'est une pluie sans nuage, c'est la terre sans flore. Et pourtant, le fond de vérité est là, a porté de main... Passant mon bras autour de ses épaules, soupirant doucement, je contemplai avec mélancolie la plage et l'océan s'étirant sous mes yeux. Je devais me faire à l'idée. Et pourtant...

    - N’empêche que je penserais à toi, de temps en temps. Il y aura toujours une étoile, un grain de sable pour me rappeler ta nonchalance.

    Et moi, toujours un paysage me rappelant son visage, toujours un coup de vent me rappelant la douceur de sa peau, toujours une lueur me rappelant l'éclat de ses yeux. Toujours. Ce petit quelque chose, cette flamme. Et cette voix, chargée de promesse et de souvenir. Et surtout, un apprentissage. Une compréhension. Simplement. Doucement, sans le moindre choc. "Derrière, il y a des souvenirs, devant il y a notre avenir..." Il ne servait a rien de revenir dans le passé, de souffrir, de remuer l'inchangeable. Il faut plutôt regarder vers l'avant, arrêter de culpabilisé pour se servir des souvenirs comme des voiles se servent du vent. Pour avancer. Un sourire, sans doute le premier véritable depuis le début de cette rencontre s'étira sur mes lèvres. Sincère.

    - Alors, ainsi ira la vie. Je suis heureux, profondément heureux que tu aies croisé ma route. Et tu occuperas toujours un coin tout spécial dans mon coeur. Mais aujourd'hui, je crois que je comprends et surtout, que je suis prêt à avancer. Tu as raison, tu as ta vie, j'ai la mienne, et si nous ne sommes plus destiné à être ensemble aujourd'hui, c'est sans doute parce qu'autre chose nous attend, chacun de notre côté.

    Un regard vers la mer.
    Un regard vers les nuages.
    Un regard vers l'union de la nature.
    Un regard vers Syndrell.

    Je passai un long moment immobile, Louve dans mes bras, à faire la paix avec moi-même, avec l'Owen que j'étais et celui que je devenais. Le temps me semblait soudainement inexistant alors que le soleil parcourait lentement sa course dans le ciel. Silencieux. Au bout de quelques heures, alors que je sentais mes muscles me rappeler douloureusement leur présence, je commençais à bouger. Syndrell semblait presque assoupi tant elle était calme et un instant, je crains de la réveiller. Je sentais toutefois que maintenant, il était temps. Cette séparation n'était ni triste ni douloureuse, elle était et s'était tout.

    Me levant lentement, le regard vers l'horizon, je ressentis pour la première fois depuis une éternité la sensation d'être en paix avec moi-même, avec mon corps et mon âme. Désignant la mer d'un geste du bras, je souris à Syndrell qui était derrière moi sans pour autant me retourner.

    - C'est magnifique, n'est-ce pas ?

    Un sourire.
    Complice.
Revenir en haut Aller en bas
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Mon amour subsistera [Pv Syndrell]   Sam 17 Déc 2011, 14:39

Syndrell se le va à son tour, épousseta le sable qui collait à ses vêtements et enfila sa cape avec émotion. Puis elle s’arrêta à la hauteur d’Owen pour embrasser du regard le même horizon que lui.

- Magnifique, oui…

Au-dessus d’eux, les mouettes tournoyaient en criant, attendant qu’ils se rasseyent pour réinvestir leur plage ou qu’ils leur jettent quelques miettes. Mais ni le mercenaire ni la marchombre n’avait envie de bouger. Immobiles face au vent, ils regardaient les vagues mourir à leurs pieds avec cette expression sur le visage de plénitude totale.

- Tu vois cette ligne blanche, là-bas ? murmura Syndrell en désignant l’horizon du doigt. C’est la Ceinture de l’Ange. On dit que seuls les marins cherchent à l’atteindre toute leur vie.

Le même sourire complice ourlait ses lèvres. Au loin, elle distinguait tout juste la silhouette de ces îles dont Dolce lui avait parlé. Les Alines… Syndrell redressa le menton tandis qu’une sensation bien connue la faisait soudain frissonner. Voilà près de deux mois qu’elle ne l’avait pas ressenti, mais à présent qu’elle se tenait aux portes d’une toute nouvelle piste, elle le percevait à nouveau.

L’appel de l’aventure.
Celui qui avait guidé ses pas sur bien des chemins, celui qu’elle avait perdu lorsque son univers avait basculé. Improbable écho, hurlement murmuré par le vent, insondable instinct, elle ne saurait dire de quoi était fait cet appel mais il résonnait dans tout son corps, jusqu’à son âme, et faisait flamboyer ses yeux d’or. Les archipels Alines.
Bientôt…


- On dit aussi que ceux qui finissent enfin par la trouver ne reviennent jamais à terre.

Syndrell siffla doucement et pour une fois, Esbroufe ne fit pas la sourde oreille. Il la rejoignit de son éternel pas tranquille et lorsqu’il arriva à sa hauteur, elle lui gratta l’encolure. C’était un cheval incroyablement têtu mais qui avait quelques bons côtés et qui paraissait très intrigué par la cape qu’elle portait sur ses épaules ; s’abandonnant à une familiarité qui ne lui ressemblait pas, il renifla le vêtement avec intensité en lui donnant de grands coups de tête, tirant un éclat de rire à la marchombre.

Celle-ci se haussa sur la pointe des pieds et déposa une bise de papillon au coin de la mâchoire d’Owen. Vive comme le vent qui jouait dans ses cheveux bleus, elle se coula hors de son étreinte avant qu’il ne la serre contre lui et se hissa sur le dos d’Esbroufe en prenant seulement appui sur ses mains.


- Je ne me suis encore jamais risquée à prendre le large, dit-elle dans un clin d’œil doré, mais c’est un défi que j’ai bien envie de relever !

Elle rit à nouveau, sans se rendre compte qu’elle n’avait pas autant ri depuis qu’elle avait failli perdre la vie. Puis elle rassembla les rênes et posa sur Owen un regard tendre et intense. Il était temps de partir, elle le savait, tout comme elle savait que c’était peut-être la dernière fois qu’ils se voyaient. Ni l’un ni l’autre n’avait d’attache particulière, ils se laissaient porter au gré du vent et l’Empire était immense…

Mais lorsqu’elle ouvrit la bouche pour lui dire adieu, les mots moururent sur ses lèvres. C’était trop dur. Alors elle rabattit sur sa tête le capuchon qui portait l’odeur du mercenaire et le sourire qu’elle offrit à Owen valait toutes les paroles du monde. Puis elle fit volter Esbroufe et s’éloigner au grand galop, les sabots du pangaré soulevant des gerbes d’eau et de sable.

Leur empreinte disparut presque aussitôt, effacée par les vagues qui continuaient inlassablement de lécher le rivage. Et bientôt, c’est le cheval et sa cavalière qui s’évanouirent à leur tour, mais le vent portait encore l’écho d’un éclat de rire frondeur, et pour le mercenaire resté seul, un message d’amour.

Eternel.


[C'est un peu trop fade, un peu trop court, un peu trop triste aussi... Mais je n'avais pas d'idées pour rebondir sur un dialogue et j'ai la conviction que retarder davantage leur séparation aurait rendu la chose moins belle. J'espère que ça te convient ! Moi, j'ai beaucoup aimé ce Rp. Merci, Nonchalant... merci !]





__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mon amour subsistera [Pv Syndrell]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» la faim plus fort que l'amour
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» L'amour dans Bilbon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Les grands Océans-
Sauter vers: