AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Groupe Fyrh - Cours n°1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Jeu 15 Déc 2011, 22:16

Malgré le bruissement des arbres et les chants nocturnes des oiseaux, la forêt me semble étrangement calme, à la manière d'un être qui s'endort et ronronne en rêvant. J'ai beau tendre l'oreille en quête d'une fausse note - en l'occurrence d'un craquement de feuille morte ou d'une brindille – mais aucun petit gibier ne semble disposé à se faire remarquer. Ils ont compris que ce soir, un prédateur a décidé de les mettre au menu. Heureusement pour eux, ledit prédateur, c'est moi: Ange, 21 ans, éléphant d'un mètre soixante qui fait craquer le sol à chacun de ses pas. Pourtant j'essaye de corriger ma démarche, de guetter les pièges qui se glissent devant moi. Impossible de faire plusieurs choses à la fois, et me concentrer sur ma marche me fait oublier ma traque et vis-versa. Alternant entre mes diverses préoccupations je continue de m'enfoncer plus profondément dans les bois, cherchant sans succès un lièvre à débusquer.

Le massacre s'arrête enfin lorsque je sens une présence atterrir en silence dans mon dos. Sans même me retourner, je sais que cette personne n'est autre que mon Maitre. En quelques mots, il m'informe qu'il est temps pour moi de retourner au campement, où mes deux camarades se trouvent déjà. Il ne précise pas si la cueillette a été bonne de leur côté, me laissant le suspense pendant tout le trajet qui nous ramène à la clairière. Là, je saisis au premier coup d'œil le lapin qui traine aux pieds de Shalie. Elle doit être ravie d'avoir mené à bien sa mission, ce qui serait tout naturel. Il faudra qu'elle nous explique la façon avec laquelle elle a procédé pour réussir à débusquer et tuer l'animal. Pour l'instant, il faut s'occuper de faire à manger.

Suivant l'ordre d'Aïwen, Aaron prépare un feu autour duquel je me presse, non pour l'aider, mais pour profiter de la chaleur dès que celle-ci commence à s'échapper du bois mort. La nuit a fini de tomber, et le froid n'en finit pas de s'immiscer en moi, aussi lentement que surement. La présence de ces flammes mordorées qui s'élèvent peu à peu au sein de notre camp est aussi bienvenue qu'hier. Béni soit le jour où l'homme découvrit le feu. Chaque soir ou nuit passé dehors est un hommage à cette découverte.

Aïwen me force à me détourner du feu lorsque qu'il exhibe le fruit de notre chasse. Un lièvre. Une perdrix. Deux corps inanimés pour trois apprentis. Il semblerait qu'Aaron ait été moins chanceux que nous … Un coup d'œil dans sa direction m'apprend qu'il n'en déprime pas pour autant. Ce n'est pas pour une chasse ratée qu'il va oublier que l'avenir est toujours grand ouvert devant lui.

Les conseils de notre Maitre s'offrent à nos oreilles, ponctués entre eux par les craquements des branches mortes qui se consument. Son commentaire à mon égard me tire un sourire penaud, alors que j'imagine ce qui se serait passé si un humain avait surgit du buisson. J'aurais tué … non. Mieux vaut se concentrer sur ce que je dois faire pour éviter une telle erreur plutôt que de penser à du sang ruisselant d'un cœur percé. On ne m'y reprendra plus ! Lors de ma prochaine chasse, je mettrai mes efforts à rester vigilante sans virer dans l'excès de nervosité. L'important, c'est d'y croire…

Aïwen nous explique ensuite les techniques de base de la conservation. Etant une ancienne habitante de la campagne, j'ai déjà préparé un animal pour conserver sa viande, ou simplement pour le manger. Vider un lapin ou de la volaille n'avait plus de secret pour moi alors que j'avais à peine douze ans. Certes je n'ai pas eu l'occasion de répéter ces gestes depuis quelques mois, c'est pourquoi je regarde avec attention la façon de faire de mon mentor. Il ne fait pas grand-chose différemment de ma mère, mais dans l'assaisonnement pour mieux conserver, je découvre de nouvelles plantes. Il sort de son sac quelques feuilles qui m'étaient jusque là inconnues. Une question posée pendant qu'il termine sa préparation me renseigne sur les endroits où poussent ces végétaux, chose que je note dans ma tête pour être capable de faire des stocks le jour où j'aurais à effectuer un long voyage.

Après s'être occupé du lapin, Aïwen passe à la volaille qu'il prépare de manière plus rapide avant de la poser sur le feu. Il nous reste donc un temps à occuper avant que le volatile soit cuit à point. J'ai à peine fait trois pas pour m'éloigner du feu que déjà un délicieux fumet s'élève dans la clairière, présage d'un repas bien meilleur que celui de la veille.
Je ne sais pas trop quoi faire dans ce temps libre accordé par mon Maitre. Tir à l'arc ? Balade en forêt ? Escalade dans un arbre ? Affrontement avec Aaron ? Rien de tout cela ne semble sensé dans la nuit qui nous enveloppe. Alors tout simplement, je m'étire avant d'aller m'assoir aux côtés d'Aïwen, goûtant au silence qui nous entoure.

Quand enfin la volaille est cuite, nous nous disposons en cercle autour du feu et entamons notre dîner. Le luxe d'un tel festin vaut bien la vie que j'ai prise. Je remercie silencieusement la perdrix que j'ai tuée pour son don bien invoulu, mais qui me redonne des forces rien qu'en sentant sa chair grillée. Je plonge les dents dans la patte qui est ma part, savourant le gout fumé de la viande. Certes c'est un peu sec et j'aimerais avoir de la sauce à portée de main, mais c'est mille fois mieux que du siffleur séché.

Lorsque notre repas est terminé, Aïwen nous donne notre ordre de passage pour les tours de gardes. Ayant eu la chance d'avoir le dernier hier soir, j'ai l'honneur de commencer la veille. C'est un peu injuste vu que je suis restée éveillée bien plus longtemps que mes camarades, mais je vais me forcer à garder les yeux éveillés encore un peu. J'aurais presque survécu à une journée entière sans dormir … je sens mes yeux qui me picotent et menacent de se fermer. Cette fois-ci par d'Aïwen pour le cas où je m'endormirai au milieu de mon tour de garde. Il va donc falloir que je prenne sur moi, encore un peu.
Volonté.
Endurance.
Envie …
Mes trois compagnons de voyages vont se rouler en boule sous leurs couvertures, me laissant seule avec mon sommeil. Le silence se fait très vite dans la clairière, alors que les souffles des trois dormeurs s'apaisent et se mêlent à la nuit. Je me sens seule … les discussions avec mon Maitre me manque déjà, alors que je viens à peine de veiller une minute. Il ne me reste plus qu'une chose à faire: écouter ce qui m'entoure. M'ouvrir pour mieux comprendre et anticiper.
La nuit passe, lente et fatigante malgré le fait que je sois immobile la plupart du temps. A croire que se forcer à garder les yeux ouverts et les sens actifs demande plus d'énergie que courir une matinée. Pourtant je tiens bon, jusqu'au moment où je juge qu'il est temps d'aller réveiller un de mes camarades. D'après la course des étoiles dans le ciel, je pense avoir fait ma part de la veillée, et j'espère que la lenteur avec laquelle s'écoule le temps ne m'aura pas fait faire une garde d'à peine une heure …

Sans bruit, je me glisse aux côtés d'un des deux apprentis et lui secoue l'épaule pour le réveiller. Puis je prends sa place et m'enroule dans ma couverture, sombrant dans un profond sommeil alors que j'ai à peine posé ma tête au sol. Dans mes rêves se mêlent encore les milles bruits de la forêt et l'éclat des étoiles, brouhaha de sensations qui ne m'empêche pourtant pas de dormir paisiblement. Un bout de cette nuit s'est glissé dans mes pensées, comme un doudou qui accompagne un enfant dans son repos.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Dim 08 Jan 2012, 00:18

Quel idiot je fais !

Courir après un lapin ne mènera à rien, mais je doute de réussir à en trouver un autre. Autant continuer jusqu'au bout. Avec un peu de chance je finirai bien par le rattrapper ! Mais je doute d'avoir autant de chance, il détalle à une vitesse ahurissante, si bien que je risque de bientôt le perdre des yeux, aussi vite que je pusse courir.

Il s'enfuit à travers des buissons que je saute, tourne après un arbre, comme suivant quelque invisible chemin. Je ne peux même pas essayer de bander l'arc en courant se serait stupide.. et ne pouvant le rattraper je n'ai en fait aucune chance de le tuer..

C'est bon j'abandonne ! File imbécile, cours te cacher j'en trouverais un plus sympathique que toi pour se laisser manger ! Je ne suis pas à un prêt après tout..

Le son devenue si particulier d'une corde se détendant retentit alors derrière moi, avec le sifflement que je peux que rapporter à une flèche. Focalisé sur ma course poursuite je n'avais pas vu Shalie. Elle venait d'avoir une bête. Combien de temps me reste-t-il pour en trouver une autre à rapporter ?
Aucun. Aïwen sort de nulle part pour nous demander de rentrer au camps. Comment fait-il pour se faufiler au milieu de nous sans qu'a aucun moment nous ne soyons alerté ?

Je ne saurait pas dire, mais à peine avons-nous répondu à son ordre qu'il a déjà disparut. Sans doute s'en va-t-il rappeler Ange. Espérons qu'elle ait mieux réussi que moi. Non pas que je sois fier de profiter du travail des autres, mais je ne sais pas si un lapin fera notre bonheur.. J'ai tout de même un certain appétit. Qui n'est en rien justifié puisque je n'ai pas réussi à attraper de quoi le satisfaire. Aurais-je été Aïwen, peut-être me serais-je privé de repas pour la soirée.. encore qu'en faisant ça il handicaperais sérieusement pour les longues courses dans la plaine... Il trouvera sans doute un autre moyen faire remarquer mon flagrant échec..

Quelque temps après notre arrivé au camps, alors que je ruminais toujours de sombre pensée sur le résultat peut fructueux de ma chasse, notre maître est de retour avec Ange. Il me demande de faire un feu. Chose que j'avais au moins bien acquis.

Je m'empresse d'en allumer un, comme si ça pouvait rattraper ma maladresse, sans compter la stupidité dont j'avais fait preuve. Une fois mon travail accomplit le vieux marchombre nous montre alors les prises, me tirant un pincement au cœur mais j'essaie de garder un air impassible. Il nous fait alors les reproches que nous méritons, mais je ne prête vraiment attention qu'à ceux qu'il m'adresse. La discrétion certes, elle n'est pas à pointer du doigts car je me suis toujours sentit lourd et maladroit. Et au contact des marchombres et des apprentis, mon corps me paraît affreusement large. Il m'arrive parfois de douter de mes compétences physiques pour devenir marchombre.. Mais la question ne s'étend pas là. Traquer ? Il n'a aucune notion sur la chasse sinon les quelques bribes qu'il ait entendu. Traquer les bêtes lui semble être un don à l'égal du dessin ! Pour lui un petit tas de terre reste cela sans rien de plus. Pourtant, qui sait ce qu'on peut en déduire ?

Une fois qu'il nous eut rappelé les astuces d'un bon tir à l'arc, il entrepris de nous détailler le procédé pour préparer la viande en écartant tout ce qui ne s’utilise pas, et ce qui peut servir. Il montra aussi les plante permettant une meilleur conservation.

La volaille ne se conservant pas bien longtemps, il fut décidé que nous mangerions la prise de Laïar. J'étais gêné d'avoir une vraie part malgré tout, et un peu soulagé. La suite du programme était repos, du moins pour les 2 tiers de la nuit. Je pu profiter du premier. Et rêver en paix.

Jusqu'à ce qu'Ange me réveille pour le deuxième tour. Encore ? Le deuxième tour n'est pas spécialement contraignant, mais j'aurais cru qu'il incomberait à un autre, en l'occurrence à Shalie, d'y procéder. Mais l'esprit encore embrumé je ne relève même pas la possible erreur. De toute façon que je fasse mon tour maintenant ou après, ce sera du pareil au même. Je la laisse gagner la chaleur de ses couvertures et m'étire en marchant autour du feu. Il faut bien que je me réveille et cette fois ci je n'aurais personne pour me tenir compagnie.

Je finis par m'asseoir, tendant tantôt l'oreille, fixant les flammes à d'autres moments. La forêt est pleine de bruits. D'une part c'est rassurant. D'entendre une vie animale qui normalement fuirait au moindre danger est très rassurant. D'autre part ça m'inquiète, il y a tant de choses qui pourraient passer inaperçus dans ce brouhaha ! Je ne sais pas si je peux me détendre.. Je ne sais même pas quels dangers peuvent nous menacer. Je sais juste que trois personnes endormies compte sur moi pour les en prévenir.

J'arrache bêtement les bruns d'herbes pour passer le temps, comptant des secondes sans aucunes logiques où le temps n'a plus de vie ni de réalité. J'attend sans réfléchir, perdu dans mes pensés et sursautant au moindre son qui me semble suspect. Mais je me rend vite compte que le moindre bruissement de feuille me paraît suspect. Autant dire que je sursaute souvent..

Et puis.. J'ai perdu toute notion du temps. Je lêve un regard vers le ciel pour observer l'avancé de la lune. Par à mon arrivée elle a fait une belle avancée, et pour tout dire il ne reste plus beaucoup d'heures avant sa disparition. J'ai dû accomplir au moins mon tiers et peut-être empiété légèrement sur le suivant. Je m'en vais donc secouer doucement Shalie pour l'inviter à prendre son tour.

Il est si dur de se réveiller.. et parfois tout autant de s'endormir. C'est les yeux perdu dans les étoiles que je passe une bonne partie de deuxième moitié de sommeil.

Faites que demain ne soit pas trop rude.
Revenir en haut Aller en bas
Shalie Altan
Groupe Fyrh
Modérateur Hors-Jeu
avatar

Nombre de messages : 671
Citation : La première partie de la vie se passe à désirer la seconde ; la seconde à regretter la première
Date d'inscription : 28/05/2011

Feuille de personnage
Age: 22 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très agile, Assez reconnaissable à cause de ses grandes oreilles pointues

MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Ven 13 Jan 2012, 19:01

Alors que Shalie allait voir Aaron, Aïwen apparut sans bruit leur disant :

- Aaron, Shalie, vous pouvez rentrer au camp. Je vous rejoins.

Obéissant, ils retournèrent au camp, Shalie pouvait sentir la déception de Aaron de ne pas lui aussi avoir ramené un gibier. De toute façon, sans lui, elle n'aurait probablement pas réussi à avoir sa proie. D'un coup, elle eue moins de mérite et continua son chemin en silence.

Lorsqu'Aïwen revint au camp avec Ange il demanda à Aaron de faire un feu, s'exécutant dans la seconde, ils prirent rapidement place et purent se réchauffer.

- Bien. Pour commencer, je vous reprocherai à tous une chose en particulier : la discrétion. Ce n'est pas encore cela ! On vous entend à des dizaines de mètres à la ronde, et les petits animaux ont l'habitude de ce genre de bruits. Il faut faire attention où vous marchez, mais aussi à votre respiration et votre manière de bouger.

Faire attention où on marche, la respiration et la manière de bouger, plus facile à dire qu'à faire. Ils n'avaient pas son niveau, il fallait non seulement regarder où ils marchent, mais en plus regarder les alentours. Shalie savait que d'instinct que leur maitre devait faire cela les yeux fermé. Il faudrait qu'ils redoublent d'effort la prochaine fois pour faire de leurs mieux.

Ceci dit, quelques petites précisions pour le reste : Ange, vérifie toujours sur quoi tu tires. Tu pourrais tout aussi bien lancer ta flèche dans un homme, une femme ou un enfant en tirant à tort et à travers ! Il faut toujours être sûr de ce que l'on vise. Aaron, je pense que courir derrière ce lièvre n'était pas une idée de génie en soi ! Tu n'aurais jamais pu le rattraper en courant. Peut-être en t'arrêtant, en observant ses traces, en le traquant... mais en courant, tu ne faisais que l'effrayer davantage et ces animaux vont très très vite. Enfin, Shalie, ce fut réellement un coup de chance pour toi d'avoir ce lapin, étant donné que des pièges ne sont effectifs et efficaces qu'au bout de minimum une demie-heure - et encore, quand on a de la chance, encore une fois.

Elle baissa la tête se mordant la lèvre inférieure, elle n'avait aucun mérites c'était juste un coup de chance pour elle d'avoir ce lapin comme l'avait si bien dit Aïwen.

N'oubliez pas que tous les éléments influent sur votre tir : votre respiration, votre position, le vent, la cible qui peut être ou non en mouvement... C'est pour cela que majoritairement, vous avez raté vos cibles, ce soir. Vous n'avez pas tenté de tout prendre en compte.
Ceci étant dit, on y travaillera demain. Pour l'instant, je vais vous montrer comment conserver la viande. Malheureusement, je n'aurais que le lapin de Shalie pour faire ma démonstration, car la viande blanche se conserve beaucoup moins bien, la volaille sera donc notre repas de ce soir...


Bon au moins bien qu'elle ait eue de la chance, son lapin servirait à quelque chose. Aïwen leurs montrât comment vider convenablement la carcasse, quelles parties étaient comestible et comment il fallait les conserver. Il fallait avoir le coeur bien accroché, car le spectacle était plutôt dégoutant, tout comme l'odeur nauséabonde qui sortait des entrailles. Shalie avait déjà vu son père vider des animaux, elle était donc habitué et un coup d'oeil vers Aaron et Ange lui appris qu'eux aussi avait déjà assisté à cela auparavant. Bien qu'Aïwen utilisait des plantes différentes, la marche à suivre restait la même. Lorsqu'il eut finit ils mangèrent la proie qu'Ange avait ramené, la chair était tendre à souhait. La nuit tombât Aïwen demanda à Ange de prendre le premier tour de garde tandis qu'ils s'enroulèrent dans leurs couvertures. Tout en s'installant du mieux qu'elle le pouvait Shalie espérait que cette nuit elle ne referait pas de cauchemar et elle ferma les yeux.

Elle dormait d'un sommeil sans rêve, lorsqu'une main lui secoua doucement l'épaule. Revenant sur terre, elle s'extirpât à moitié endormie des couvertures et s'éloignât du campement après avoir remercié Aaron. Pour achever de se réveiller elle s'étirât longuement tout en restant sur le qui-vive. En théorie il était peu probable qu'on les attaquent, mais on ne savait jamais, en évitant de faire du bruit elle déambulait autour du campement tentant de maitriser sa respiration tout en regardant autour d'elle. Le résultat n'était pas fameux c'est pourquoi elle abandonnât rapidement, avisant un arbre elle n'hésitât qu'une seconde avant d'agripper une branche et de se hisser à la force des bras. Oui, elle était censée monté la garde, mais cela ne l'empêchaitpas aussi d'escalader dans des arbres non ? Pour elle c'était une drogue tout comme le fait de courir ainsi elle passât les heures qui suivirent à monter et descendre des arbres de plus en plus vite. Un appui de rater et c'était la chute assurer, mais Shalie préférait ne pas y penser et continuât avec entrain. Lors de ses pauses régulières elle vérifiait que rien n'avait changé dans les alentours avant de reprendre.

__________________________________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Lun 23 Jan 2012, 14:31

Chacun eut donc son tour de garde, et Aïwen n’émit aucun commentaire de plus : après tout, il leur avait expliqué l’essentiel des choses la nuit précédente, et puis, il avait besoin de sommeil. Il n’était pas non plus de première jeunesse, et deux jours sans dormir, cela avait épuisé son corps, c’était évident.
Il profita donc pleinement de sa nuit, cette fois-ci.

Se réveillant au petit matin, il ouvrit lentement les yeux en entendant des bruissements dans les arbres. Fronçant seul les sourcils, il se redressa avec douceur, avant de jeter un œil alentours. Aaron et Ange dormaient à poings fermés, et le vieux Marchombre sourit en voyant leur visage parfaitement détendus. Le bruit dans les feuillages s’arrêta un instant, et cela attira son attention.

Un éclat passa dans son regard quand il comprit que c’était Shalie qui escaladait les vénérables végétaux. Un sourire sur les lèvres, il se leva rapidement, et aussi silencieux que le vent, se glissa à côté d’une Shalie qui rêvassait en fixant l’horizon. Tel un nuage, un souffle de vent, il s’assit sur la même branche qu’elle et entama la conversation :

- Et bien, le lever du soleil est bien plus vénérable vu d’ici.

Souriant à la surprise de son apprentie, Aïwen se pencha légèrement en avant.

- Fais quand même attention la prochaine fois, car tu fais beaucoup trop de bruit dans les arbres. Quitte à les escalader, autant tenter d’être discrète, pour ménager l’effet de surprise !

Lui adressant un léger clin d’œil, le vieux Marchombre se laissa choir de la branche pour se réceptionner parfaitement sur le sol inégal au pied de l’arbre. Il se dirigea alors vers le feu, qu’il raviva en remuant ses cendres, et commença à faire cuire un morceau de volaille de la veille. Le fumet de la nourriture était le meilleur réveil qui fût !

Les laissant donc s’éveiller, Aïwen ne les pressa pas spécialement. Après tout, ils étaient maintenant sur la route du retour, et plus vite ils rentreraient, plus vites ils se sépareraient. Ce n’était pas spécialement une excuse pour trop traîner, évidemment, et la course était un des exercices qui avait le plus besoin d’être exécuté, pour qu’ils pussent tous tenir au moins deux heures d’affilée, sans faiblir, à une allure correcte. C’était ce qu’il attendait d’eux, dans l’instant.

Lorsqu’ils furent tous rassasiés, ils rangèrent donc le camp, et Aïwen les mena vers le chemin du retour ; Ce n’était pas forcément évident, ce retour, mais dans tous les cas, cela l’était bien, même s’ils faisaient encore un détour. Il fit ainsi travailler le tir à l’arc et la course à ses apprentis toute la journée : tir à l’arc, d’abord immobile, puis en marchant. Ce fut déjà beaucoup d’efforts et de flèches perdues, et il fallait évidemment continuer à s’entraîner plus que régulièrement ; et puis la course, qu’ils commençaient par petites foulées avant d’accélérer légèrement. Aïwen les faisait courir une heure, puis ils faisaient du tir à l’arc, ou d’autres exercices de tir, pendant une heure, avant de courir à nouveau. Les efforts ainsi calculés obligeaient les apprentis et leur corps à s’adapter au mieux, et ils s’amélioraient grandement chaque nouveau jour.

Les jours se suivaient, ainsi. Alternant course, exercices physiques et débats entre les quatre humains qui continuaient leur voyage. Aïwen les fit passer plus par le Nord, traversant le Pollimage, remontant jusqu’à l’extrême Nord du Lac Chen. D’autres « amusements » et entrainement furent mis en place si proche de l’eau, avec des exercices de nage, des courses dans l’eau – cela ralentissait les chevilles et obligeait à utiliser la force de la face des cuisses et les fessiers – des courses dans le sable, des passes d’arme dans l’eau… L’ambiance était au beau fixe, et même si le temps se faisait de plus en plus froid, et qu’ils essuyèrent quatre jours de pluie battante, Aïwen se montra intraitable : ils continuaient de courir et de s’exercer. Et avec le sourire !

Ainsi, au bout du neuvième jour, ils pénétrèrent enfin dans les sous-bois proches de l’Académie. Le but de l’exercice, à cet instant, fut de monter dans un arbre et d’en redescendre le plus rapidement possible. Le vieux Marchombre montrait les arbres qui devaient subir ce triste sort, et les apprentis devaient laisser travailler leurs nouveaux réflexes. Au bout d’un certain temps, il les laissa à terre, enfin, et ils continuèrent à marcher en direction de l’immense porte d’entrée du bâtiment Marchombre.

- C’est ici que nous nous séparons donc pour la première fois, jeunes gens. Tâchez de vous souvenir. Vos corps se sont habitués à l’effort, ne les laissez pas se ramollir… n’est-ce pas ?

Il leur adressa un sourire chaleureux, avant de lancer, sur un ton presque badin :

- La prochaine fois, on va se voir très succintement, durant une heure ou deux. Ce temps sera optimisé pour que vous effectuiez quelques exercices de mon cru, c’est pour savoir comment vous vous débrouillez quand je ne suis pas à vos côtés constamment. Personne n’avance contraint sur la Voie des Marchombres…

Laissant ses paroles faire leur petit effet, Aïwen finit par leur adresser un sourire, et les salua.
Avant de disparaître. Purement et simplement.







[ Désolée pour le temps d'attente ! J'ai eu quelques soucis familiaux - encore.

Sinon, il vous reste donc à répondre une dernière fois à ce cours ! Je vais lancer " l'examen " d'ici la fin de la semaine, pour que vous puissiez y répondre durant le week-end (notamment pour Aaron). ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Mer 25 Jan 2012, 20:07

- Tu as faim ?
- Ecoute mon ventre si tu veux une réponse.
- J'aimerai que tu me le fasses écouter pour une autre raison …
- … Si tu apprends un jour à faire la cuisine, alors je trouverais peut-être une autre raison.

Les hommes qui veulent une descendance sont parfois prêts à faire n'importe quoi pour arriver à leurs fins. Y compris prendre place aux fourneaux. Ce n'est pas pour me déplaire, surtout quand cela signifie revenir des champs et se retrouver avec un délicieux fumet de viande marinée flottant dans la salle à manger. Après des journées comme les miennes, ne rien faire et se goinfrer est un délice !

Assise à table, je suit les mouvements de Lienor en souriant. Sa façon d'agir est tellement précautionneuse qu'elle en serait presque ridicule. A la façon d'un grand chef, il goûte son plat, hausse un sourcil, esquisse une grimace, rajoute une pincée de sel, regoûte, sourit et s'empare enfin d'une louche pour verser la nourriture dans une soupière. Avec une précaution exagérée, il amène le plat et le pose entre nos deux assiettes, verse une bonne portion dans chacune d'entre elles et s'assoit à son tour.
La bonne viande de lapin mariné aux herbes du Taj envahie mes narines avec encore plus de délice qu'avant. Les yeux fixés sur mon bien-aimé, je souris, d'un sourire qui lui indique qu'il a gagné d'avoir une autre raison.

*****

- Lapin … mmmm …. Faim …

Toujours perdue dans mon rêve, j'émerge à l'odeur du délicieux animal cuit à la broche, persuadée que je vais découvrir un Lienor attentionné aux fourneaux. Au lieu de ça, mes yeux découvrent les cheveux bruns d'un jeune homme. Qui ?! Quoi ?! Où ?! Il me faut un instant pour retrouver mes esprits et comprendre que Lienor ne sera plus jamais à mes côtés mais que par contre je me suis un peu trop rapprochée d'Aaron quand je rêvais. Gênée et encore sous le coup du stress occasionné par ce dur réveil, j'ai bougé brusquement et ait réveillé mon camarade au passage. Tant pis. Un coup d'œil un peu plus loin m'apprend que l'odeur du lapin n'était pas une illusion due à un rêve, mais bien notre petit-déjeuner en train de rôtir sous la surveillance de notre Maitre. Si Aïwen est levé, alors c'est qu'il est aussi temps pour nous de faire de même.

Je fais glisser ma couette au bout de mes pieds et goûte à la fraicheur matinale. Les premières neiges seront là d'ici quelques semaines, et mon souffle se transforme en buée à chaque fois qu'il s'échappe de ma bouche. Brrr ! Vite vite il faut rejoindre le feu ! Je me lève sans plus attendre et me dirige vers le foyer qui rougeoie grâce à de basses flammes. Il dispense une bien maigre chaleur, cependant je sais que des flammes plus ardentes ne m'offriraient que du charbon à manger. Un mal pour un bien …
Je salut Aïwen et Shalie d'un bref "Bonjour" avant de m'étirer afin de réveiller mon corps, et mon esprit par la même occasion.
Une fois Aaron levé, nous nous regroupons en cercle autour du feu pour partager le bout de lapin qui a finit de cuire. Je leur raconterai bien ma nuit, mais au fond ils ont aussi vécu une garde et donc à peu près la même chose. Alors je garde le silence et grignote mon repas sans dire mot.

Comme la veille, nous rangeons nos affaires et repartons en courant. Aïwen tient vraiment à nous faire prendre des bonnes résolutions… pas que courir me déplaise, mais ça ne me plait pas non plus. La journée se poursuit comme la veille, en alternant course et exercices divers de tir à l'arc. Etrangement j'ai l'impression que mon corps s'habitue peu à peu à ces efforts physiques. C'est autant dû à l'entrainement inlassable que nous suivons, mais c'est aussi dû aux conseils de mon Maitre. En effet, ces petits commentaires qu'il égrène au fil de la journée m'aident à mieux gérer mes actions pour ne pas m'épuiser inutilement.

Les jours se suivent sans se ressembler. Il y a bien la course qui reste une constante dans nos entrainements, mais il y a aussi les exercices divers et inventifs qui nous poussent sans cesse à découvrir de nouveaux muscles pour ensuite apprendre à les utiliser à bon escient.
Neuf jours. Seulement neufs jours. Pourtant lorsque l'académie se dessine à l'horizon, je ne me sens plus la même. J'ai plus appris en cette semaine et demi qu'en vingt ans de vie. Mon corps de campagnarde un peu rustre s'est affiné et les muscles se dessinent sous ma peau de façon plus nette qu'avant. Pour peu, j'aurais l'impression d'être une nouvelle-née, qui ne cesse de découvrir la vie. En l'occurrence c'est plutôt la Voie que j'ai découverte.

Aïwen … le cours n'est pas encore fini que déjà j'ai hâte d'être au suivant, de repasser une semaine, voir un mois ou une année en sa compagnie. Sa douceur pourtant intraitable est une qualité que j'admire chez lui. Et puis il y a aussi sa sagesse qui impose le respect. Et puis il y a sa force. Et puis son esprit vif. La vie qui l'habite. L'harmonie qui s'échappe à chacun de ses mouvements. Aïwen. Marchombre. Je ne veux pas être comme lui, mais je veux fouler la même Voie.

Après un dernier entraînement où nous nous glissons dans la peau d'écureuils grimpant en haut des arbres pour mieux en descendre, nous rentrons à l'académie. La lourde porte d'entrée me fait l'effet d'une porte de cage. L'idée de me retrouver à nouveau entre quatre murs m'étouffe déjà. Je fixe mes yeux dans ceux d'Aïwen, espérant qu'il va nous annoncer que nous prenons juste de la nourriture avant de repartir. Je refuse de croire qu'il va nous laisser là. Il ne peut pas … non … et pourtant

- C’est ici que nous nous séparons donc pour la première fois, jeunes gens. Tâchez de vous souvenir. Vos corps se sont habitués à l’effort, ne les laissez pas se ramollir… n’est-ce pas ?

Son sourire paternel est là pour nous soutenir, pourtant cette séparation me brise le cœur. Et s'il ne revenait pas comme Sanja ? Non. Il est différent. Il reviendra. Il doit revenir. Nous ne sommes pas ses premiers apprentis, et comme les anciens, il nous guidera jusqu'au bout.

- La prochaine fois, on va se voir très succintement, durant une heure ou deux. Ce temps sera optimisé pour que vous effectuiez quelques exercices de mon cru, c’est pour savoir comment vous vous débrouillez quand je ne suis pas à vos côtés constamment. Personne n’avance contraint sur la Voie des Marchombres…


Et Aïwen disparut, happé par les arbres de la forêt. L'écho de ses mots est toujours là, planant dans les airs. Nous ne sommes pas contraints. Nous serons là la prochaine fois, encore mieux entrainés qu'aujourd'hui.

- Ne vous ramollissez pas trop les enfants ou vous risquez de me ralentir au prochain cours.

Un sourire à moitié posé sur mon visage, je leur tire la langue dans une grimace moqueuse mais amicale avant de m'éloigner à mon tour de la porte, m'enfonçant des les bois. La journée n'est pas terminée et je ne voudrais pas être celle qui ralenti les autres au prochain cours.


[Aïwen !!! Merci de ne pas nous oublier Smile J'espère que tes soucis vont s'arranger ...]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Sam 28 Jan 2012, 21:27

Le sommeil avait finalement du me gagner.
Puisque je-ne-sais-quoi me tire de l'inconscience bien trop brusquement à mon goût. J'ouvre les yeux en quête de ce remue-ménage qui a déjà finit. Je ne vois pourtant qu'Ange, qui se lève.. Ce peut-il que ce soit elle qui m'ait bousculé ainsi ?A ce rythmes, elle me videra bientôt des sceaux d'eau sur le visage !

Je grommelle un peu, après tout j'ai connu de bien meilleures débuts de mâtiné ! Sans doute aurais-je été tenté de lui faire un reproche, mais les grognements de mon estomacs passent au dessus de tout. Je ne le comprend que trop bien, le fumet qui s'élève est des plus prometteurs ! Ainsi donc, ils allaient pouvoir manger encore un peu de cette volaille de la veille ? La prise d'Ange lui valait bien un pardon ! Tout soucis envolés, je rejoins la fauteuse de trouble matinale, le vieux sage qui a put dormir une bonne nuit et la fille aux grandes oreilles.

Comme hier, le repas se fait dans le calme relatif des esprit embrumés qui émergent du royaume de Morphée.. Et le reste de la journée est un enchaînement d'épreuves. Les mêmes qu'avant, travaillées en boucle mais s'entrelaçant dans les heures. A croire qu'Aïwen sait comment nous faire dépenser le maximum d'énergie en une journée. Aurais-je pu courir autant sans ses pseudo-pauses qu'il nous offre pour le tir à l'arc ? Non, pas de doute. Et pourtant, je n'ai pas l'impression de souffler vraiment.
Et ainsi jours après jours..

Je crois bien que l'on a traversé la moitié de l'Empire. Les exercices n'ont pas cessé de se compliquer ! D'autres sont venus s'y ajouter. Notamment au bord de l'eau, où Aïwen s'était révélé remplis d'idées d'entraînements qui pourraient relever du niveau de la torture. Et pourtant, en neuf jour, j'avais l'impression que quelque chose changeait. Premièrement, parler était devenu plus aisé avec les membres de ce groupe. En soit, c'est une chose assez rare, mais il y avait autre chose.. Je me sentait de plus en plus. Cette fatigue qui chaque soir m'envahissait, m'a sans doute permis de mieux ressentir ce corps que je traîne avec tant de lourdeur. Finalement, c'est avec joie que je me prête à ses entraînement, je n'ai jamais autant eut l'impression d'être à ma place en moi qu'aujourd'hui.. Compliqué non ?

Je ne sais pas exactement où nous sommes, mais je sais que l'on se rapproche de l'Académie. On a fait une halte pour un nouvel exercice, dans lequel je me révèle affreusement peu doué. Grimper aux arbres. Shalie semble flotter sur un nuage. A-t-elle fait ça toute sa vie ?
Même si je n'y arrive pas aujourd'hui.. je ne savais pas tirer à l'arc 10 jours plus tôt.
Quelles surprises nous réserve-t-il encore ?

La journée se termine devant l'Académie, et le marchombre nous a annoncé la fin du cours. Du premier car il y en aura d'autres. Et la prochaine fois promet d'être intense.

C'est impatient et joyeux que je me prend à espérer la suite. Alors que je viens juste de quitter ce maître épuisant.


[Pardon, c'est court et c'est pas beau.. consolation: la couleur d'Aaron est vraiment cro jolie ^^', Et merci Aïwen de penser à moi, même si je tarde vraiment à vous répondre durant les week end.]


Dernière édition par Aaron Til'Maavon le Dim 29 Jan 2012, 17:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shalie Altan
Groupe Fyrh
Modérateur Hors-Jeu
avatar

Nombre de messages : 671
Citation : La première partie de la vie se passe à désirer la seconde ; la seconde à regretter la première
Date d'inscription : 28/05/2011

Feuille de personnage
Age: 22 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très agile, Assez reconnaissable à cause de ses grandes oreilles pointues

MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Dim 29 Jan 2012, 13:58

- Et bien, le lever du soleil est bien plus vénérable vu d'ici.

De surprise, Shalie faillit tomber de sa branche et se tourna pour voir que c'était Aîwen qui se trouvait à ses côtés, elle ne l'avait pas entendue arriver !

- Fais quand même attention la prochaine fois, car tu fais beaucoup trop de bruit dans les arbres. Quitte à les escalader, autant tenter d'être discrète, pour ménager l'effet de surprise !

Perplexe, elle le regarda lui adressait un clin d'oeil avant de se laisser tomber avec souplesse sur le sol. Elle tenta de reproduire ce qu'il venait de faire, mais malgré le fait qu'elle est réussit à se réceptionner sur ses pieds, la branche avait craqué. Il faudrait qu'elle apprenne à doser son poids afin de trouver le juste équilibre lui permettant d'être aussi légère qu'une plume.

Pensive, elle rejoignit Aïwen en silence et le regarda ranimé les braises avant de faire cuire un morceau de volaille. Rapidement un doux fumet s'éleva se répandant dans le campement. Ange et Aaron dormait encore côte à côte, la première à les rejoindre fus Ange qui leur lança un bonjour avant de s'étirer. Lorsqu' Aaron les rejoignit ils mangèrent en silence avant de ranger le campement.

Lorsque ce fut chose faite, ils se mirent sur le chemin du retour, qui fut autant éprouvant qu'à l'aller voir plus. Tout en avançant, ils continuèrent à s'entrainer, courant et tirant à l'arc. Petit à petit le rythme s'accélérait, les pauses se faisant de plus en plus espacer, ils enchaînaient les exercices inlassablement courant, tirant avant de se remettre a courir. Cela fut éprouvant pour eux au début, ils finissaient dégoulinant de transpiration exténuer, mais avec le temps leurs corps finirent à s'habituer à ce traitement spartiate.

Et ainsi se déroulèrent les jours suivants, grâce aux exercices de plus en plus rudes, les élèves c'étaient rapprochés, la communication passée mieux dans le groupe. Ils passèrent par le Nord, traversant le Pollimage et remontant jusqu'à l'extrême Nord du Lac Chen . Etant proche de l'eau, les craintes de Shalie se confirmèrent et ils durent faire des exercices dans l'eau. Ce fut vraiment un mauvais moment à passer pour Shalie, elle était loin derrière ses camarades.

L'eau, s'il y avait bien un élément avec lequel elle se sentait moins bien c'était l'eau. Elle savait nager, mais chaque baignade était un calvaire, elle avait l'impression qu'on essayait de l'entrainer vers l'eau. Souvent son cauchemar lui revenait, elle étant en animal et l'eau tentant de la noyait. Aaron était de loin le plus doué, alors que sur la terre ferme sa démarche était un peu lourde, dans l'eau son corps n'était qu'harmonie. Il se déplaçait avec grâce et aisance alors que Shalie but la tasse un nombre incalculable de fois.

Ce fut une victoire pour elle, lorsqu'elle parvint à être au niveau d'Ange. Sa peur était toujours présente, mais en se concentrant, elle arrivait à faire abstraction. Si un jour quelqu'un lui avait dit qu'elle effectuerait des passes d'armes dans l'eau sans paniquer elle aurait rit au nez de la personne.

Aïwen était intraitable, quel que soit le temps qu'il fasse il les faisaient quand même s'entraînent même lorsqu'ils eurent quatre jours consécutif de pluie. L'eau collait à leurs vêtements, leurs mouvements étaient plus lents, mais par la suite ils trouvèrent plus facile de s'entrainer par temps sec.

Et enfin le neuvième jour, ils pénétrèrent dans les sous-bois se trouvant non loin de l'Académie, mais ça n'était pas pour autant que leur maitre les laissa en paix. Bien au contraire, ils durent monter et descendre dans les arbres le plus rapidement possibles. Un exercice vraiment grisant pour Shalie. Jusqu'à la dernière seconde il les entraîna, les obligeant à se surpasser jusqu'au moment ou ils arrivèrent devant l'immense porte d'entrée du bâtiment Marchombre.

- C'est ici que nous nous séparons donc pour la première fois, jeunes gens. Tâchez de vous souvenir. Vos corps se sont habitués à l'effort, ne les laissez pas se ramollir... n'est-ce pas ? La prochaine fois, on va se voir très succinctement, durant une heure ou deux. Ce temps sera optimisé pour que vous effectuiez quelques exercices de mon cru, c'est pour savoir comment vous vous débrouillez quand je ne suis pas à vos côtés constamment. Personne n'avance contraint sur la Voie des Marchombres...

Quelques secondes s'écoulèrent avant qu'Aïwen ne leur adresse un sourire avant de disparaître. Le coeur serrait Shalie regarda ses camarades, ils avaient tous changeés depuis le premier jour ou ils c'étaient rencontrés la première fois, tant physiquement que mentalement.

Ce fut Ange la première qui partit après leur avoir tiré la langue d'une manière moqueuse mais amicale et de leur avoir dit :

- Ne vous ramollissez pas trop les enfants ou vous risquez de me ralentir au prochain cours.

Souriant Shalie, la regarda partir en direction des bois d'une démarche sûre. Il ne restait plus que Aaron et elle, avec un petit sourire à son attention et lui dis :

-Bon tu as entendu Ange, il ne va pas falloir qu'on se repose sur nos lauriers.

Et après un petit salut de la main elle s'éloigna à son tour en quête d'une rivière, autant travailler ses lacunes des à présents !

[Merci Aïwen de ne nous pas avoir oublié et j'espère que tout s'arrangera pour toi !]

__________________________________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   

Revenir en haut Aller en bas
 
Groupe Fyrh - Cours n°1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Groupe Leenio - Cours n°5
» Groupe Humo - Cours n°3
» Groupe Bizya - Cours n°2
» cours de latin
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Plateaux et montagnes de l'est-
Sauter vers: