AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Groupe Kofu - Cours n°1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Groupe Kofu - Cours n°1   Jeu 15 Sep 2011, 11:17

« Apprentis et Maîtres.
Quelle différence, au fond ? Tous deux sont là pour apprendre. Pour continuer à apprendre. Pour apprendre à apprendre. Les mots sont bien faux de donner plusieurs noms à deux personnes ayant globalement les mêmes objectifs. Mais qu’est-ce qu’un vrai Maître dans ce cas ? Quels buts peut-il poursuivre ?
Apprendre à apprendre. Apprendre à ses élèves à apprendre. Et donner tout ce dont il est capable pour leur permettre de le dépasser. C’est cela un vrai maître, selon moi ; un vrai Maître garde toujours son humilité. Son objectif est que chacun de ses apprentis pût se développer complètement dans son propre personnage, et non de le faire tendre vers son idéal, non d’en faire une reproduction de lui-même. Quel intérêt, sinon ? Cela ne serait plus de l’enseignement, mais du bourrage de crâne.
Et le bourrage de crâne est tout sauf une voie vers l’envol et le développement personnel. »


£&£

Anee pensait à son maître, justement. A leur rencontre. A leurs rencontres.

La première fois, elle était assise sur un banc à regarder les gens passer. A se demander quelles étaient leurs vies, s’ils pouvaient en avoir plusieurs, à laisser son regard traîner sur leurs habits, sur leurs mouvements, sur leur manière de se tenir. Elle observait, et son cerveau imprimait chacune de ses observations, conscientes ou inconscientes. Avide de connaissances, et de savoirs sur les hommes en général, les humains dans leur globalité. La psychologie l’avait toujours intéressée, sans aucun doute, et c’était pour cela qu’elle aimait parler avec n’importe qui, juste pour continuer à apprendre, pour s’exercer à percer les autres à jour. Et rester indéchiffrable elle-même.

La seconde, cela avait été dans cette ruelle sombre ; alors que des hommes venaient de l’y acculer. Elle n’était pas particulièrement terrifiée, mais pas réellement à l’aise. Elle savait parfaitement ce qu’ils comptaient faire avec elle ; après tout, elle n’était pas innocente, et connaissait la pensée humaine. Peut-être aurait-elle pu se débrouiller en parlant, ou bien en les tournant en dérision. Elle se savait alors incapable de fuir : la seule voie de sortie aurait été les murs et les toits, et si elle savait à peu près escalader, elle ne serait jamais assez rapide pour échapper à leurs mains tendues et avides. Mais rien de tout cela n’avait pu se confirmer, car il était arrivé, et avait mis hors de combat les quatre hommes. Très élégamment.

C’était cette fois-là qu’il avait proposé à Nee de le suivre sur la Voie du Chaos.
D’apprendre à manipuler les gens, à approfondir ce qu’elle était vraiment, de gagner en pouvoir et en puissance.
De devenir elle-même.

Et elle avait accepté, son regard électrique vrillé dans celui, marron, de l’homme qui devint alors son guide. Son Maître, selon les termes du Domaine. Mais elle se fichait de cette administration pathétique. Les hommes vivaient, et suivaient leurs idéaux ; les personnes de l’administration n’en avaient peut-être pas conscience, ou trop conscience, pour tenter d’interférer trop dans les projets des Maîtres. Sans doute ne faisaient-ils de toute façon pas le poids, en cas d’affrontement. Sans aucun doute, même.

Les Maîtres allaient et venaient, enseignaient.
Les apprentis venaient, et suivaient, apprenaient. Pour rester eux-mêmes.

Serait-elle à la hauteur ? Elle avait des valeurs bien à elle ; en s’engageant auprès du Domaine en tant que Maître, elle avait su à quoi s’attendre. Son but, désormais, serait de montrer leur propre Voie aux apprentis qui lui avaient été attribué. De les pousser à se trouver eux-mêmes, à se comprendre et à s’apprendre. Comment s’y prendre ? Elle n’avait pas la même personnalité que son propre Maître, c’était certain, et parfois, lorsqu’elle songeait à certaines notions qu’elle voulait que ses apprentis saisissent, elle se demandait comment le leur faire comprendre.

Pour l’heure, elle leur avait donné rendez-vous à l’entrée du Domaine, devant la grande porte du hall. C’était simple, pas réellement original comme point d’accueil, mais au moins cela avait le mérite d’être connu de tous. Sinon, certains auraient pu se perdre. Il lui semblait qu’elle avait pour l’instant deux apprenties attribuées à son groupe, mais un dernier membre pouvait tout à fait les rejoindre à la dernière minute. Elle ne posa pas un seul regard sur le panneau d’affichage pour vérifier cela : elle se faufila entre les deux immenses portes de bois et se posta à la sortie, contre le mur.

Les bras le long de ses hanches, la nuque haute, le menton légèrement relevé, Nee avait son attitude naturelle en les attendant. Mais toujours cette prestance, cette sérénité, cette aura princière, ou peut-être royale, qui se dégageait d’elle.
Délicate.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Jeu 15 Sep 2011, 22:41

Un nom, calligraphié avec grâce sur un morceau de parchemin.
Anee Gil'Morayan.

J'espère que la main qui a posé ces mots là est celle de mon Maitre. Une belle écriture est signe d'éducation. J'ai supporté des rustres pendant près de quatre ans, alors quoi de mieux pour moi que de me retrouver avec quelqu'un capable de m'apporter un enseignement propre à ma valeur. Une noble. Gil'Morayan. Peut-être ai-je déjà entendu ce nom quelque part, mais pas à la cour en tout cas. Quel que soit son rang, il n'est pas aussi élevé que l'est mien. Que l'était le mien.

Un rictus et un souffle méprisant.
Je ne suis plus rien qu'une fuyarde déchue. Une voleuse. Une de ces personnes que je méprisais quand j'étais jeune. Ce n'est donc pas un Maitre Envoleur, aussi noble ait-il été, qui me sortira de ce trou où je suis tombée. Puis-je encore croire en un avenir ? Une voie neuve se déroule devant mes pas, riche de promesses, mais je ne sais bizarrement plus si elle m'intéresse.
Vide.
Je me sens étrangement vide. Pas neuve, juste vide, sans autre but qu'une vengeance qui alimente mes cauchemars.
Pouvoir.
Puissance.
Pourquoi ces mots n'éveillent-ils pas en moi de la joie comme d'habitude ? Je me sens attaquée par la fatigue accumulée depuis un an. Il fallait que mon moral rechute le jour de mon premier cours !

Inspire.
Expire.
Ma main effleure le papier. Effleure ce nom que je vais restaurer. Til'Ziaind. D'abord je tue ce traitre. Ensuite je réhabilite mon frère. Et puis … et puis je me crée une légende, dans les lumières de la cour ou dans le sang du Chaos.
Je ne prends pas la peine de regarder les autres noms sur le parchemin, examinant juste le lieu de rendez-vous calligraphié à côté du nom de mon groupe. Kofu. C'est moche. Mais qui s'en soucie, car je doute qu'on m'appelle jamais par ce nom.

La porte d'entrée du Domaine. Cela présage une petite balade en dehors de l'école. J'espère juste que nous ne passerons pas trop de temps dans la nature. Je déteste ce milieu ! L'atmosphère urbaine me manque depuis que j'ai débarqué ici … Marcher sur des toits me manque étrangement … mes balades nocturnes étaient si apaisantes … si irréelles … Sensation que je n'ai que partiellement ressentie en visitant le toit du Domaine.

Guidant mes pas hors du hall, je remets mon masque sur mon visage. Quels que soient mes doutes, mes peurs, mes sentiments, je dois rester moi-même. Une hypocrite calme et insensible. Je vais bientôt me retrouver au sein d'un groupe. D'une troupe. Je vais enfin pouvoir évoluer dans le théâtre de la vie. Ce n'est pas ce menu fretin croisé depuis mon arrivée qui m'a permis de nager dans mon élément.
Reste à savoir qu'elle masque je vais choisir devant mon Maitre et devant mes chers futurs petits camarades. Admiration pour l'une, gentillesse pour les autres ? Respect, dédain ? Arrogance pour les deux … Je crois qu'il est trop tôt pour se décider. J'improviserai sur le tas, ce qui l'autre jour dans les plaines du Taj a été plutôt amusant.

Je pousse les épais battants de la porte d'entrée et me retrouve aveuglée par un soleil lumineux. Ce contraste nuit/jour me perturbera toujours …
Clignant des yeux, je fais quelques pas en avant, laissant la lourde porte se refermer dans mon dos. Peu à peu, en même temps que les contours du décor, se dessine les contours d'une jeune femme. Quand mon regard est de nouveau net, je peux voir une très belle créature qui se tient là, avec le maintien d'une reine.

Elle a mon âge.

Ca ne peut pas … ça ne peut pas être mon Maitre. Et pourtant … elle me ressemble sans me ressembler. Une aura de noblesse flotte autour d'elle, mais une aura de puissance féline vient la renforcer. Une assurance qu'aucun élève ne peut posséder.

*****

Viens gouverner des guerriers.

*****

Il ne m'avait donc pas promis la lune … Si cette femme était bien celle qui avait laissée la note dans le hall, alors cela signifie que moi aussi j'ai une chance de devenir forte.
Rêve.
Je ne sais pas dans quoi je m'embarque, mais si c'est pour devenir une guerrière accomplie en quelques années, alors je suis pour.
Que ces cauchemars cessent enfin …

Elle semble m'avoir remarquée. Ses yeux se lèvent. Croisent les miens brièvement.
Mon cœur s'arrête, électrifié par ce bleu intense qui brille dans ses prunelles. Ce regard, c'est un condensé pur de ce que son corps clame.
La sérénité qu'offre la force.
Je suis captivée … envoutée comme doivent l'être les hommes qui la croise.

Je me ressaisi soudain. Cette fille n'est peut-être pas mon Maitre, et je ne dois pas permettre à mon masque de se fissurer ainsi !
Trop tard.
J'ai beau me recomposer une allure maitrisée et un visage serein, elle a vu à travers moi. Pour la première fois. Pour la dernière. Vivre face à elle pendant des années semble promettre d'être un sacré défi. Je sais quel rôle je vais jouer: celui de l'élève mielleuse et obéissante qu'elle sera forcée d'aimer et d'haïr sans avoir de vraie raison de tuer. Et comme pour toutes les autres personnes qui m'ont offert leur savoir, elle finira mal. Un est emprisonné, l'autre est mort. Que lui arrivera-t-il une fois ma formation terminée ? Sera-t-elle assez chanceuse pour échapper à ce début de malédiction que j'ai l'impression de porter.

Je suis désormais à deux pas d'elle. Comme avec la fille aux cheveux argentés de l'autre soir, je souris calmement, prenant moi aussi le port altier que j'utilisai il y a quatre ans.
Un jour je serai son égal, alors autant essayer de commencer à l'être dès maintenant.

-Bonjour … Anee ?

Ma tête s'incline légèrement, accentuant la question sous-jacente que contient ce nom. Est-elle vraiment mon futur Maitre, ou juste une élève follement prometteuse ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Sam 17 Sep 2011, 15:51

Je me trouve devant le panneau d'affichage. Mon premier cours va avoir lieu. Enfin ! Je commençais à m'impatienter. Mon maître a choisi comme point de rendez-vous, la porte du hall. Pas très original, me dit-je. Pas très original mais facile à trouver. J'ai le temps d'aller me changer. Je me dirige vers les escaliers qui mènent au premier étage. C'est là que se trouve le dortoir. J'entre et je le trouve vide. Tant mieux. J'attrape mes habits habituels et je les enfile. La fille que j'ai rencontrée sur les toits la nuit dernière, je ne l'ai pas revus depuis. Mes pensées reviennent vers mon premier cours. Je me demande ce que nous allons faire. Le seul moyen de le savoir, c'est d'y aller. Je me dirige vers la porte du dortoir et descends les escaliers.

Dans le hall, j'aperçois la fille que j'ai rencontrée la veille au soir, Mai. Je le reconnais à ses longs cheveux blonds qui encadrent son visage. J'aurais aimé avoir des cheveux comme les siens. Longs, lisses. Malheureusement, les miens sont impossible à coiffer. J'ai déjà essayé de les avoir longs, mais le résultat était catastrophique. Il faut que j'arrête de me plaindre, après tout ce ne sont que des cheveux. Je les ai cours, pratiquement jamais coiffer et gris ternes, mais je m'en moque un peu. Pour moi, des détails comme celui-ci ne sont pas important. Il y a par contre une chose que je n'avais pas remarquée hier. Ses yeux, ils sont violets, ou plutôt, mauve. Il feusait nuit quand je l'ai vu et je n'ai pas forcément fait attention. Je me dit que je dois avoir l'air bête planter au milieu du hall, seule. Je me dirige donc vers la porte d'entrée. La fille a disparu. Chose étrange, elle se tenait devant un mot, de Anee Gil'Moyaran, mon maître. Je l'ai vu caresser ce mot et le lire. Au dernière nouvelle, une fille du nom de Mai ne fait pas partie du groupe dans lequel j'ai était placée. Le groupe kofu. Bizarre comme nom. Et si elle m'avait menti au sujet de son prénom.

Je suis dehors. Il y a un vent frais qui me caresse le visage. Cela feusait longtemps que je n'était pas allée faire un tour dehors. J'aperçois la fille qui dit se nommait Mai. Elle s'avance vers une femme appuyée contre un mur. Cette femme à l'air d'être un maître vu son attitude. Droite et la tête légèrement relevée. La fille se dirige vers elle. Elle est à deux pas d'elle. Elle lui dit :

-Bonjour ... Anee.
Anee, c'est le nom de mon maître. Si cette fille fait partie du groupe, elle ne s'appelle pas Mai. Elle m'a mentie. A l'avenir, il faut que je me méfie d'elle. Je m'approche à mon tour. Je salue la femme qui se tient contre le mur.

-Bonjour.

J'ai dit ce mot en la regardant dans les yeux. Et si cette femme ne s'appelait pas Anee, si ce n'était pas mon maître ? Tant pis, il est trop tard pour reculer.


Dernière édition par Siobane Mival le Jeu 22 Sep 2011, 14:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Sil'Afian
Groupe Vegna
avatar

Nombre de messages : 91
Citation : Il n'y a pas de bien ou de mal, juste le pouvoir, et ceux qui sont assez forts pour le prendre.
Date d'inscription : 11/09/2011

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Non
Signe particulier: second fils de l'empereur

MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Dim 18 Sep 2011, 19:05

Une cascade.

Nous étions arrivés hier au soir au domaine, le temps de nous faire attribuer à un groupe et nous voilà. Nous faisions légèrement semblant d'approuver ce système de groupes et de maîtres, alors qu'il ne nous convenait qu'à moitié. Nous voulions le pouvoir, pas faire connaissance avec nos petits camarades.

La cascade nous frappe de tout son poids lorsque nous passons dessous.

De toute façons, cela ne nous fera ni chaud ni froid de rencontrer nos "camarades" ou de rentrer dans ce "système" tout ce que nous voulons c'est savoir car le savoir mène au pouvoir et que le pouvoir nous aidera dans notre vengeance. Non c'est plus simple que cela, nous voulons les deux.
Pouvoir et Vengeance. Puissance et Destruction.

Nous sortons de l'eau.

La cascade était vraiment froide, mais elle nous a revigorée, et elle a purifié notre esprit des pensées parasites. Il ne reste plus que la volonté. Notre volonté.

Le sol est rêche et le vent est froid.
Nous résistons à l'envie de retourner dans la douceur de l'eau et traversons les hautes herbes, nu dans le vent insidieux.

Tout ce que nous voulions, c'était du respect. Le respect que nous devait notre frère.
Arutha... maudit sois-tu, toi qui nous a privé de la vie qui nous revenait de droit. Un soupire nous échappe, nous n'allons pas passer notre vie à nous morfondre sur nos erreurs passées... Jackan ne l'aurait sûrement pas souhaité. Peut être. À moins qu'il n'aurait été dégoûté par ce que nous étions devenu.

Nous reprenons nos habits et les passons sur notre corps déjà presque sec grâce au vent.
Nous arrivons à l'académie, montons dans le sapin près de notre fenêtre et passons par la fenêtre. Nous avons encore les cheveux mouillés et voulons améliorer cela avant d'aller en cour.

Nous haussons les épaules.
Peu importait ce qu'aurait pensé Jackan finalement. Les mercenaires nous aideront à reconquérir le pouvoir qui nous revient de droit. Nous aurons notre revanche et notre vengeance. Pour cela, nous leur offrons trois ans de notre vie.
Va falloir faire bien !

Nous séchons à moitié nos cheveux à l'aide d'une serviette qui trainait, attrapons des vêtements propres et essayons d'arranger notre tenue. Sans grand résultat. Nous glissons nos saïs à notre taille et passons la porte. Nous étions prêts.
Notre premier cour. Enfin.

Peu importe le temps, peu importe la douleur, nous deviendrons envoleur, puis mentaï, et nous renverserons l'empire pour prendre sa place. Nous tuerons Arutha, nous tuerons père, et nous deviendrons empereur.
C'est la place qui nous revient de droit.

Arrogance.
Nous nous étirons et dans un sursaut de volonté, arrivons à paraître serein, sûr de nous et parfaitement calme. Nous nous glissons alors dans le couloir, puis descendons les escaliers et arrivons dans le hall. Le panneau d'affichage est là, ainsi qu'une poignée de personnes. Nous nous dirigeons vers l'un en nous fichant des autres.

Hier, on nous avait attribué au groupe Kofu.
Cela nous avait fait penser à du tofu, mais c'était totalement hors sujet alors nous n'y avions plus pensé. Nous dûmes contrôler un ricanement nerveux lorsque le nom apparu de nouveau sous nos yeux. Si notre maître était dans cette salle, il ne fallait pas que...

Le panneau indiquait que le maître de ce groupe était une certaine Anee Gil'Moyaran. Et qu'elle avait donné rendez-vous à ses élèves (c'est à dire aussi à nous) ici-même.
Raté.

Nous nous retournâmes.
Une poignée de personnes, dont trois qui sont regroupées, (ou plutôt deux qui sont devant une troisième) se tiennent à l'opposé du panneau d'affichage. Nous imaginons que c'est notre groupe. Ne sachant pas vraiment comment nous y prendre, nous approchons des deux jeunes filles et de la femme à qui elles s'adressaient une seconde plus tôt et inclinons légèrement la tête dans leur direction. Charmant,
altier, nous tenions à faire bonne impression.
Pour cette fois.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Lun 19 Sep 2011, 16:25

Nee attendait patiemment que ses apprentis arrivassent au lieu de rendez-vous.
C’était le matin, alors que le soleil se levait doucement et que ses premiers rayons dardaient délicatement l’horizon et le sol qui s’éveillait. Une odeur charmante de rosée montait jusqu’aux narines, pleine de sérénité et de calme, de beauté d’un instant. Tout n’était qu’éphémère, après tout.

Elle entendit des premiers pas qui se dirigeaient vers elle ; la porte du hall avait été ouverte, et entre ses deux battants s’était découverte une jeune fille à l’aura changeante. Oui, changeante, c’était le mot parfait. Comme si elle se cherchait, comme si elle ne savait pas ce qu’elle était, ce qu’elle pouvait être. Un léger sourire étira les commissures des lèvres de Nee, qui croisa son regard. Elle n’était pas spécialement grande, ni petite non plus ; son visage était encadré de mèches blondes un peu folles, qui faisaient élégamment ressortir le mauve clair de ses yeux. Elle la salua, et Nee lui répondit d’un léger hochement de tête, n’écartant pas les lèvres ; elle attendait les potentiels autres apprentis.

A la suite de cette première apprentie, en vint une seconde. De taille moyenne, elle a une démarche comme étonnée ; dans le marron de ses yeux, on peut voir qu’elle réfléchit intensément en regardant la première jeune femme. Un nouveau sourire étire les lèvres de Nee, qui répondit encore une fois à la salutation par un léger hochement de tête. Juste derrière elle arrive un jeune homme aux traits nobles, aux manières distinguées et au regard calculateur. Nee planta son regard électrique dans celui du dernier arrivant quelques secondes.

Ils seraient donc trois apprentis.
Quatre dans cette troupe qu’elle formait par ses compétences.

Serait-elle à la hauteur ?
Un sourire serein, tranquille et calme envahit son visage, tandis qu’elle se tournait vers les trois apprentis. Elle planta d’abord son regard dans celui de la première arrivée. Celle-là avait quelque chose à trouver. Puis, vint le tour de la seconde. Celle-là venait chercher des réponses. Et enfin, le dernier arrivé, le seul être masculin du groupe… Celui-là un désir de vengeance, de pouvoir.
Le sourire de Nee s’élargit encore.


- Bonjour à toutes et à tous.

Elle se tourna vers la première arrivée, son regard se plantant dans celui de cette dernière.

- En effet, je suis Anee Gil’Moyaran, votre Maître.

Faisant une petite pause, un sourire se dessina sur son visage, électrisant ses yeux.

- Je vous guiderai vers la puissance et le pouvoir durant un à trois ans, selon mon bon vouloir.

Une nouvelle pause, pour redresser un peu plus le menton. Elle planta plusieurs secondes son regard dans celui de ses apprentis. Des apprentis qui pensent pouvoir lui mentir, jouer un rôle, lui faire croire qu’ils n’étaient pas ce que leur âme clamait déjà tout haut… Cela promettait d’être intéressant. Surtout si elle mettait les points sur les i immédiatement.

- Un à trois ans, c’est long, ne vous y méprenez pas. Il faudra tout donner de vous-même pendant cette formation.
Je tiens à préciser qu’il ne sert à rien de vouloir me cacher des choses. Je sais tout. Je vois tout. Vous êtes au plus bas de l’échelle, de simples apprentis ; vous êtes aussi limpides que de l’eau de roche, ne vous y méprenez pas.


Un sourire tranquille sur les lèvres, sans doute aussi un peu provocateur, avec une lueur amusée dans les yeux, Nee observa en particulier le jeune homme et la première jeune femme. Pour continuer de sa voix douce.

- J’aimerais entendre votre nom, prénom ainsi que votre âge. Le reste m’importe peu.

Faire au plus court, donner les règles dès à présent.
Nee sourit toujours.
Elle sent un calme impérial descendre sur elle, dans son esprit, sur son corps.
Comme si quelque chose trouvait enfin sa place en elle.
Enfin.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Mar 20 Sep 2011, 19:48

Pas de réponse.
Je serre légèrement les dents, n'appréciant pas qu'on s'abstienne de me répondre. Ceci est soit la preuve qu'elle n'est pas mon futur Maitre, ou que justement, elle s'estime trop supérieure à moi pour me répondre. Dans les deux cas, je n'aime pas ce silence. Elle a beau m'avoir rendu mon salut, elle n'en a pas moins oublié la partie la plus importante.

Qu'importe.
Je me tais et attend, les yeux fixés sur cette femme, pour que le poids qu'ils portent sur elle la force à enfin me répondre. Rien n'y fait, et un bruit de pas dans mon dos me donne la parfaite excuse pour lâcher cette fixation. Je me retourne et m'aperçoit avec une certaine surprise que je connais ce visage.

La fille d'hier soir.

Ses cheveux n'ont plus l'éclat argenté que la lune leur offrait, et ont enfin l'air normal. Cette fois-ci, ce sont les miens qui ressortent avec l'astre diurne. La lune lui faisait don de ses rai, moi, c'est le soleil.
Mon sourire que j'ai à peine quitté après avoir salué la jeune femme, se soulève légèrement. J'ai beau être maitresse de moi-même, je ne peux jamais m'empêcher de laisser transparaitre un peu de mes sentiments. En l'occurrence, c'est la pensée du petit mensonge que j'ai glissé à Siobane au sujet de mon nom qui me fait rire. Quand elle va s'apercevoir que je ne m'appelle pas Mai … enfin je pourrais toujours l'accuser de s'être trompée, d'avoir mal entendue … Je n'ai jamais tort. Surtout avec les êtres inférieurs, ce que mes camarades de cours sont.
Siobane salut à son tour l'inconnue, qui répond une fois de plus par un hochement de tête. Un cours avec une muette ! Génial ! C'est vrai qu'au Domaine on apprend plus par les coups, mais j'espérais un peu mieux pour moi.
Je vais devoir me résigner.

De nouveaux pas nous indiquent qu'un nouvel élève se présente à nous. Je me retourne donc et … perd mon sourire.
Un être altier s'avance vers nous et nous salut avec l'élégance d'un prince.
Un prince … ses vêtements sont loin de lui donner le faste d'un tel être, mais pourtant … pourtant il en est bien un.


****


-Tu vois Laï, le trio là-bas ?

La gamine hoche la tête en silence, prenant soin de rester cachée derrière
leur poteau-cachette pour pouvoir espionner trois garçons.

-Ce sont les princes impériaux. A droite, c'est Arutha, l'héritier impérial.
A ses côtés se tient Jackan son petit frère. Et à gauche c'est …


****

Ethan Sil'Lifen.
Pas de doute. Ce visage. Ces cheveux. Cette allure qui clame son haut rang. Je ne l'ai pas vu depuis quatre ans, mais il n'a pas beaucoup changé physiquement depuis … il a juste pris deux bonnes têtes.
Et des cernes.

Lui ne semble pas se souvenir de moi, car il me regarde comme une vulgaire étrangère. Oui évidemment, c'était son frère que j'essayai de charmer. Je visais le sceptre impérial, pas le rôle de femme du Maitre d'armes.

Nos yeux se croisent un bref instant.
Il a muri.
Il a terni.
Quel évènement à bien put pousser le fils de l'empereur à se retrouver au milieu de la forêt d'Ombreuse ? Quel ragot délicieux ai-je raté en quittant la cour ? Je brule de l'envie de le questionner, mais je me doute que révéler son identité à l'inconnue et à Siobane serait plus que malvenu.
Alors je baisse mon regard, mais ne parvient pas à remettre autre chose qu'un masque neutre sur mon visage. Sourire n'est plus dans mon humeur.

La voix de l'inconnue résonne dans l'air matinal, répondant enfin à ma salutation. Elle aime se faire attendre …
J'oublie Ethan et sa présence au Domaine. Cette femme qui parle à plus d'importance que le troisième fils de l'empereur. J'aurais d'autres occasions de le rallier à ma cause. Je n'ai pas encore oublié mon envie de devenir impératrice, et assassiner Arutha pourrait être une bonne idée si j'arrivais à épouser Ethan …

- En effet, je suis Anee Gil’Moyaran, votre Maître.

Ouf. Je n'aurais pas commis d'impair sur son identité.
Elle nous laisse digérer cette information avant de poursuivre sur la condition de notre apprentissage. Un à trois ans. Selon son bon vouloir. Autant dire qu'elle ne nous guidera pendant trois ans que si nous y survivons…

Son regard qui se plante dans chacun des nôtres appuie ses mots dans un silence de plomb. Elle signifie silencieusement qu'obéissance va être un maitre mot au cours de notre formation, sans lequel nous allons vite dégager.
Mais oui, mais oui. Evidemment que je vais lui obéir. Cela ne signifie pas pour autant que je lui ouvrirai mon cœur.

Une des phrases qui suit devrait me faire déchanter.

Je tiens à préciser qu’il ne sert à rien de vouloir me cacher des choses. Je sais tout. Je vois tout. Vous êtes au plus bas de l’échelle, de simples apprentis ; vous êtes aussi limpides que de l’eau de roche, ne vous y méprenez pas.

Je reste de marbre. On verra bien.
Elle fixe ses yeux bleus dans les miens, plus longtemps que dans ceux des autres. Ce dernier message semble m'être adressée en particulier. Normal vu qu'elle a vu mon changement d'attitude quand je suis sortie du bâtiment. Maintenant elle connait un bout de ma vraie nature.
Elle va vite l'oublier.
Un défi à ma hauteur.
Voilà de quoi me faire oublier momentanément mes envies vengeresses. Je vais me surpasser. Lui montrer le plus bel art. La pièce que nous allons jouer ne fait que commencer, et je ne vais pas lui laisser le rôle principal.

Répondant du tac au tac à son ordre, je décline d'une voix posée mon identité.

-Je me nomme Laïar Til'Ziaind et j'ai vingt ans.

Mon regard reste figé sur les yeux d'Anee.
Ne pas glisser sur ceux d'Ethan.
Se souviendra-t-il de moi ?
Je brule d'envie de le savoir, de le voir.
Mais Anee doit rester la seule personne qui compte pendant ce cours.
Alors je ne bouge pas d'un poil.


Dernière édition par Laïar Til'Ziaind le Mer 21 Sep 2011, 17:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Mer 21 Sep 2011, 15:34

Une fois que je l'ai salué elle me répond par un signe de tête. Un signe de tête. C'est tout ce qu'elle sais faire ? Elle n'a pas de langue ? Si je me retrouve dans un cours avec un maître muet ça ne vas pas être facile. Je suis la devenir une mercenaire, par pour apprendre le langage des signes. Je regarde la fille qui se tient en façe de moi. Elle fixe la femme. Elle ne la quitte des yeux que lorsque qu'elle entend des bruits de pas. Je tourne la tête vers l'entrée et j'aperçois un garçon au cheveux blonds mi-longs et au yeux bleus. Ses yeux sont marqués par des cernes. Il s'approche vers le petit groupe que nous formons. Il salue notre maître, si c'est bien elle d'un mouvement de tête. Un apprenti qui est arrivé il n'y a pas très longtemps et qui a du être ajouter au groupe.

- Bonjour à toutes et à tous.


Elle s'est enfin mis à parler. A toutes et à tous. Nous ne sommes que trois mais bon.

- En effet, je suis Anee Gil'Moyaran, votre maître.


C'est elle ! Vu qu'elle ne répondais pas est qu'elle ne disait rien, je commencais à avoir des doutes.
Elle va nous guider pendant un à trois ans selon son bon vouloir. Selon son bon vouloir. Elle voulait dire que si elle avait envie, elle pouvait arrêter ? Je n'en ai aucune idée. Mais bon, ce n'est pas important. J'écoute la suite attentivement. D'après elle, nous sommes tous les trois au plus bas de l'echelle, mais selon moi, il doit y avoir encore plus bas que nous.

- J’aimerais entendre votre nom, prénom ainsi que votre âge. Le reste m’importe peu.

Juste notre nom, prénom et âge. Elle sais ce qu'elle veut. Elle fait simple.

-Je me nomme Laïar Til'Ziaind et j'ai vingt ans.


C'est la fille qui disait s'appelait Mai qui vient de parler. Mes doutes sont confirmés, elle m'a belle et bien mentie. Elle s'appelle Laïar et non pas Mai. A l'avenir, je me méfirais. Elle a vingt-et-un ans. Je me lance.

- Mon nom est Siobane Mival et j'ai dix sept ans.


J'ai parlé d'une voix claire et forte de façon à bien me faire comprendre. Laïar a vingt-et-un ans, j'en ai dix sept. La difference d'âge et de trois ans. Ce qui n'est pas rien. Je me tourne vers le dernier venu afin d'entendre son nom et son âge.

Revenir en haut Aller en bas
Ethan Sil'Afian
Groupe Vegna
avatar

Nombre de messages : 91
Citation : Il n'y a pas de bien ou de mal, juste le pouvoir, et ceux qui sont assez forts pour le prendre.
Date d'inscription : 11/09/2011

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Non
Signe particulier: second fils de l'empereur

MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Ven 23 Sep 2011, 22:41

-Bonjour à toutes et à tous. En effet, je suis Anee Gil’Moyaran, votre Maître.
Je vous guiderai vers la puissance et le pouvoir durant un à trois ans, selon mon bon vouloir. Un à trois ans, c’est long, ne vous y méprenez pas. Il faudra tout donner de vous-même pendant cette formation.

Un sourire se mit à flotter sur les lèvres de notre maître, avant de s'y fixer.
Elle nous observait. Mais pas comme un être normal l'aurait fait. Un humain banal aurait observé le dessin de nos yeux et celui de notre notre nez, la courbe de nos sourcils et celle de notre bouche. Pas cette Anee, car elle était tout sauf banale.

Elle, elle semblait lire en nous comme en un livre ouvert.
Nous observâmes à notre tour

La première sur laquelle s'attarda notre regard était évidemment notre maître.
Comment dire ? Elle était tout simplement magnifique. Cheveux blonds, silhouette courbe, yeux comme nous n'en avons jamais vu... Allure angélique.

La seconde qui captive notre attention est une jeune femme.
Cheveux (d'une couleur grise indéfinissable) en bataille, allure svelte et musclée, bouche charnue, yeux mystérieux. Cette jeune femme semblait brillante, sauvage.
Inaltérable.

Mais c'est sur la troisième que nos yeux se fixent.
Notre bouche s'assèche et notre cœur rate un battement. Elle est encore plus belle que tout ce que nous avons jamais vu ou rêvé... Les traits bien dessinés, les yeux profonds et proches à la fois, les courbes envoûtantes. Celle-ci est indéniablement belle et manifestement fière.

Notre maître continua donc sa tirade en plantant ses yeux d'un bleu électrique dans les notre, attentifs.
- Je tiens à préciser qu’il ne sert à rien de vouloir me cacher des choses. Je sais tout. Je vois tout. Vous êtes au plus bas de l’échelle, de simples apprentis ; vous êtes aussi limpides que de l’eau de roche, ne vous y méprenez pas.J’aimerais entendre votre nom, prénom ainsi que votre âge. Le reste m’importe peu.

La première, la jeune femme blonde pris la parole d'une voix calme :
-Je me nomme Laïar Til'Ziaind et j'ai vingt ans.

Puis, presque immédiatement après, la seconde apprentie répondit :
- Mon nom est Siobane Mival et j'ai dix sept ans.

Trois paires d'yeux se tournèrent vers nous et nous dévisagèrent.
Nous esquissâmes un sourire, car ce n'est jamais désagréable d'être regardé par trois belles jeunes femmes. Nous avons toujours eut un faible pour les belles, et notre "apprentissage" de monarque nous en a évidemment fait découvrir certaines. Aucune cependant n'égalait ne serait-ce qu'un des regards qui nous fixent.

Évidemment.
Les femmes que nous avons connu ne voyaient que le titre, celles-ci doivent voir... un jeune homme ? Un homme ? Un paysan ? Nous frémissons de dégoût à cette idée. Non, elles voient juste un homme blond aux yeux bleus, mais voient-elles la tourmente ? Voient-elles le vide, la vengeance et les souffrances ? Pour les deux apprenties, nous ne savons pas, mais notre maître, elle, a l'air de tout voir, de tout lire comme elle le dit si bien.

-Ethan, 17 ans, répondîmes-nous.

[Je m'excuse, c'est un peu brouillon]

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Sam 24 Sep 2011, 11:03

Nee continue de regarder ses apprentis. De les observer.
Entre le jeune homme et la première arrivée, cela risque d’être un grand défi que de les mener eux, et non pas des fantômes qu’ils s’inventeraient, sur la Voie du Chaos. En tout cas, leur enseigner à eux les choses, et non pas aux mensonges qu’ils se servent à longueur de journée. La dernière semble véritablement plus vraie. Moins fausse. Elle ne joue pas de rôle, et n’en a pas besoin.

Mais de quoi se cachent-ils ?

L’Envoleuse ne peut pas répondre encore à cette question. Mais le temps viendra. Elle est là pour connaître ses apprentis, les décrypter dans leur âme, et elle ne se privera pas de ce que son propre enseignement lui a prodigué pour les percer à jour. Tout voir et ne rien voir. Ne percevoir que le global pour que les détails en surgissent. Les années qu’elle a passées aussi à étudier la nature humaine et la pensée humaine sont des piliers sur lesquels elle s’appuierait avec force.
Tout n’est qu’une question de temps.

Mais elle ne se laissera pas berner.

La première, la jeune femme blonde, se dénomme Laïar, et sa collègue aux cheveux gris Siobane. Le garçon Ethan, mais il n’a pas donné son nom de famille. Anee sourit devant cette première dérogation à ses ordres.
Elle l’observe quelques secondes. Elle a déjà vu ce visage, elle a déjà vu ce regard. Ce sont de lointains souvenirs, des souvenirs d’avant son apprentissage. Quel âge avait-elle alors ? Vingt ans ? Cela faisait donc cinq ans qu’elle n’avait pas revus des traits ainsi… L’ovale du visage de l’empereur, aucun doute. Et les yeux de sa femme. Elle avait souvent croisé la famille royale aux détours des ruelles avec sa mère adoptive. Ethan… c’était le nom du garçon du milieu, sur les trois enfants de l’empereur.
La décision d’Anee était prise.


- Ethan Sil’Lifen, j’ai demandé nom et prénom.

Son regard électrique dans celui du garçon, elle posait encore une fois son autorité. Montrait que si elle demandait quelque chose, ils n’auraient pas le choix, ils devaient obéir.
A dire vrai, elle se fichait d’avoir un fils d’empereur dans ses apprentis. S’il était ici, il avait quitté la cours, il avait fui la famille royale. Anee avait eu vent de mort des fils royaux, parce qu’elle avait toujours une relation forte avec sa mère adoptive, mais elle ne s’était pas plus penchée que cela sur le problème. Et bien, apparemment, le fil intermédiaire était toujours vivant. Et criait vengeance.

Un léger soupir franchit les lèvres de Nee, qui hocha la tête doucement. Puis, revenant vers ses apprentis, elle vit le regard de Laïar posé sur elle.


£&£


J’ai toujours aimé manipuler les gens. Leur montrer que j’en sais plus qu’ils ne le pensent, et qu’ils sont parfaitement transparents. Cela me permet de fixer mon autorité sur eux. Qu’ils comprennent qu’ils n’ont pas le choix, qu’ils ne peuvent que m’écouter, que me suivre, quand je suis là. Je me fais respecter. Peut-être me fais-je haïr, mais je m’en fiche : après tout, le pouvoir attire forcément les foudres des autres.
Manipuler, c’est montrer que l’on compose avec son environnement, avec ce qui nous entoure. C’est montrer que l’on contrôle notre vie, et qu’on l’emmène où l’on souhaite. Si d’autres sont assez faibles pour croire que c’est contre eux que je me bats, ils font fausse route.

Tout ce que je veux, c’est le pouvoir. Être Envoleuse permet d’accéder à un pouvoir, même s’il est moindre. Je veux contrôler ma propre vie, et je ne veux pas que les autres la contrôlent. C’est tout. Contrôler le monde ne m’intéresse pas, mais contrôler ma liberté si. C’est le seul but, et la seule raison qui me poussent en avant. Et être moi…


£&£


Anee sourit tranquillement, son regard toujours posé sur la jeune fille blonde. Cette dernière mourrait d’envie de se tourner vers Ethan, peut-être par attirance, peut-être parce qu’elle avait compris dès le début qui il était, et qu’elle l’avait connu.

- Laïar, tu veux peut-être que j’échange ma place avec Ethan ?

Un sourire alambiqué sur le visage, Nee se tourna et fit quelques pas, de dos, en s’éloignant de ses apprentis. Avant de faire volte-face avec légèreté et rapidité. De leur sourire.

- Bien, mais l’heure n’est pas encore aux bavardages. Pour commencer, je vais vous faire vous échauffer, étant donné qu’aucun d’entre vous n’en a eu l’idée avant de me rejoindre.

Il va falloir commencer à réfléchir et à penser par vous-mêmes, vous savez…


Un petit signe de la tête, et Nee ouvre la voie d’un signe de la main, vers la forêt Ombreuse. Elle désigne un petit sentier que l’on voit partir de la lisière pour s’enfoncer dans la jungle. Ils courront sur ce sentier pour un temps. Pas trop vite.

- Nous allons donc courir, pour commencer. Pas trop vite, mais pas trop lentement. Essayez de vous calquer sur mon rythme.

Leur ouvrant la voie, la jeune femme avait un sourire aux lèvres.
Et des yeux derrière la tête.

Revenir en haut Aller en bas
Ethan Sil'Afian
Groupe Vegna
avatar

Nombre de messages : 91
Citation : Il n'y a pas de bien ou de mal, juste le pouvoir, et ceux qui sont assez forts pour le prendre.
Date d'inscription : 11/09/2011

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Non
Signe particulier: second fils de l'empereur

MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Sam 24 Sep 2011, 19:43

- Ethan Sil’Lifen, j’ai demandé nom et prénom.

Nous soutînmes le regard bleu électrique d'Anee.
Visage fermé, poings serrés.

-En effet.

Haine.
Nos dents se serrent à nous faire mal, mais nous n'avons mal qu'à un seul endroit, là où une flambée de haine vient de s'embraser. Dans notre cœur. Nous la haïssons, oh oui nous la haïssons, mais dans le même temps nous l'estimons.
Démesurément.

Cette femme possède toutes les seules qualités que nous respectons à un degré prodigieux. Ne serait-ce que l'art de la manipulation.

Notre maître sourit tranquillement.
Comme pour dire :
« Oui je sais qui tu es. Je lis en toi, tu te rappelle ? » Notre cœur s'embrase d'une nouvelle flambée de haine. Que ce soit pour notre nouveau "maître" ne change rien. Nous haïssons cette femme.

- Laïar, tu veux peut-être que j’échange ma place avec Ethan ?

Nous haussâmes un sourcil.
Qu'est ce qu'elle a ? Elle a mangé un truc pas frais ce matin ?
Elle ne continue pourtant pas sur sa lancée, et, un sourire alambiqué sur le visage, se tourne et esquisse quelques pas, de dos, en s’éloignant de nous avant de faire volte-face avec fluidité.

Nous levâmes les yeux au ciel. Elle se prend pour une danseuse ?
Quoi qu'il en soit, elle ouvrit une porte et nous dit q
ue nous allions nous échauffer et... réfléchir et penser par vous-mêmes. Quelque chose dont nous sommes capables au moins.
À n'en pas douter.

- Nous allons donc courir, pour commencer. Pas trop vite, mais pas trop lentement. Essayez de vous calquer sur mon rythme.

Et sans tergiverser d'avantage, elle partit devant.
Nous laissâmes couler un peu de temps avant de nous demander... pourquoi ?

Pourquoi la haïssons-nous soudain ?
Parce qu'elle sait qui nous sommes ?

Non, ce n'est qu'en surface cela. Il y a autre chose...

Nous nous tournons vers la sortie et croisons le regard de la dénommée Laïar. Un ange passe alors, en un instant aussi suspendu que les plus hautes tours d'Al-Jeit.
Nous détournons le regard et nous engageons sur les traces d'Anee.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Lun 26 Sep 2011, 22:27

Siobane.
Ethan.

Des voix parviennent à mes oreilles. Des noms résonnent dans mon cerveau.
Je les connais déjà, alors quelle importance si je ne focalise mes sens que sur cette jeune femme. Le fils de l'empereur passe au second plan alors que je l'observe un peu plus. Son regard pétillant aimante le mien avec force, malgré le fait qu'ils soient fixés sur mes deux camarades. Dans ses yeux se cachent ceux d'un lynx ou d'un oiseau de proie. Elle est terrifiante, et ce sourire qui ne la quitte pas la rend presque plus terrible. Au vue de ce que je sens au fond d'elle, je ne peine pas à imaginer les crocs derrière cette bouche bien dessinée.

- Ethan Sil’Lifen, j’ai demandé nom et prénom.

Je réprime une envie de ricaner. Elle a beau être à peine plus agée que moi, elle resserre déjà la vis sur les élèves que nous sommes. Peu importe le temps qu'elle a vécu, aussi court soit il; ce qui compte par-dessus tout est l'expérience qu'elle a acquise. Et par cette expérience, elle va nous montrer qui est le chef.
Je voudrais juste qu'elle soit le guide… sauf qu'elle m'énerve déjà et ne me donne pas envie de lui obéir. Sa voix m'irrite, ses remarques me font gronder intérieurement, son mépris sous-jacent tend mes nerfs.

Son regard se pose sur moi, semblant lire dans mon esprit comme dans un livre pour enfant. Sans protection. Simple.
Je souris, égale à sa personne. Lui faire croire que je suis naïve et que son regard perçant ne changera rien en moi.

Sa remarque me tire un léger rire un peu forcé qui n'est qu'à moitié feint. Sa façon de me prouver que je ne peux rien lui cacher est assez fine pour me donner envie de rire, mais je ne peux m'empêcher de la haïr pour cela. D'où le léger forçage dans mon souffle.
J'hésite à répliquer en acquiesçant. Peut-être en rajoutant un clin d'œil à Ethan, voir si un fils d'empereur est aussi à l'aise devant une roturière que devant une damoiselle de la cour.
Je ne fais rien et laisse Anee se mouvoir avec grâce, enfonçant ainsi dans nos têtes que nous sommes loin d'être à son niveau, ne serait-ce que par l'aisance dans les mouvements.

Je la déteste encore un peu plus.
Je souris toujours de la même façon.
Surtout, ne pas devenir comme ces Mercenaires aigris qui tirent une tronche de dépressif devant chaque personne haïe.

Elle se retourne, un rien de danseuse dans son pas. Elle aurait pu intégrer le ballet impérial avec cette aisance … quel gâchis … A moins que la Voie du Chaos offre un telle sentiment d'accomplissement qu'elle n'ait point besoin de rechercher les lumières et la reconnaissance des riches de l'Empire. En un sens je l'espère. J'ai toujours rêvée de pouvoir danser comme ces Etoiles, mais plus encore j'ai toujours rêvée de vivre en harmonie avec le Chaos qui agite mon cœur.

Les mots qui sortent de sa bouche sont une première leçon qui sonne comme du venin.
Yeux de lynx. Voix de mésange. Corps de sirène. Langue de serpent.
J'ai en face de moi un pur être de Chaos. Gorgone ou chimère, elle n'a rien pour rassurer.

Je la regarde s'élancer, l'envie de sembler si efficace dans ses mouvements.
La déteste un peu plus.

Je m'élance à mon tour, accélère pour arriver à sa suite, me calquant ensuite sur sa foulée qui est parfaite pour un échauffement. Cet exercice, à moins qu'il s'acharne dans le temps, est de ceux que je connais et affectionne le plus, pour avoir couru pour occuper mes nuits blanches.

Un seul point vient entacher ma course : ce sol mou entrave mes mouvements, leur enlevant la souplesse qu'ils témoignaient d'habitude sur les pavés d'Al-Chen.
Je déteste Anee.
Ce n'est rien comparé à ma haine pour la forêt dont j'ignore les secrets. La Terre devrait être notre mère nourricière, celle qui nous offre son énergie pour nous pousser vers l'avant. Et bien non. Peut-être l'offrait-elle à mon Maitre, mais elle me le refusait, et j'ignorais où trouver les clés pour la convaincre du contraire.

J'essaye d'oublie ce léger détail et me concentre sur cette femme devant moi. Pourquoi ne semble-t-elle pas gênée par ce sol mal pratique ?
Je la déteste.
Je la déteste.



Est-il possible d'admirer un sujet de haine ?



Je souris un instant, pense à contrôler mon souffle, à détendre mes muscles pour leur offrir la souplesse nécessaire à une bonne foulée.
Mais par-dessus tout, je l'observe.
Je veux comprendre.
Apprendre de cet être pour qui j'éprouve des sentiments plus forts que ceux que j'éprouvais pour Liam. Après tout, pourquoi ne pourrait-elle pas me guider elle aussi ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Mar 27 Sep 2011, 16:28

- Ethan Sil’Lifen, j’ai demandé nom et prénom.


Il veut sûrement s'attirer des ennuis pour ne pas répondre à la question correctement. En plus, ça n'a servit a rien puisqu'elle connaît son identité. Si elle le savait déjà ou si elle l'a deviner, je n'en ai aucune idée. Elle soupira. Surtout, cache ta joie d'être là, pensait-je.

- Laïar, tu veux peut-être que j’échange ma place avec Ethan ?


A part des réflexions concernant notre attitude, je me demande ce qu'elle sait faire. Elle s'éloigna de quelques pas en nous tournant le dos et se retourna avec rapidité et légèreté. On aurait dit qu'elle volait.

- Bien, mais l’heure n’est pas encore aux bavardages. Pour commencer, je vais vous faire vous échauffer, étant donné qu’aucun d’entre vous n’en a eu l’idée avant de me rejoindre.


Nous échauffer. Je crois que on sais aperçu que les cours allais commencer, la première a laquelle nous avons pensé n'était sûrement pas de s'échauffer. Elle se tourne vers la forêt d'Ombreuse et nous désigne un petit chemin qui s'enfonce dans la forêt. Elle nous annonce que nous allons devoir courir.

Ca va, je suis assez endurante et pour un premier exercice il faut mieux donner bonne impression. Le dénommé Ethan se dirige vers la forêt suivie de Laïar. Je me dirige a leurs suite en me demandant combien de temps nous allons courir. Pas trop longtemps j’espère.

[Désolé, ce n'est pas très longs et la qualité n'est pas très bonne.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Mar 27 Sep 2011, 20:44

Un léger sourire étira les lèvres d’Anee quand elle vit, et perçut, la réaction de ses différents apprentis. Ce genre de test montrait une partie de la personnalité qu’elle ne pouvait réellement deviner autrement, et elle aimait voir à quel point les gens y tombaient dedans avec une redoutable efficacité.

Ainsi, Ethan n’était pas de ceux qui ne se formalisaient pas pour rien. En effet, il avait très mal prit l’intervention de son Maître, poings et mâchoire serrés, le regard haineux, mais dans ce fond de ce dernier, une lueur s’était éclairée. Tirant un sourire dans l’esprit de l’Envoleuse. Laïar détestait être mise à jour, et dans le fond de son regard, la même lueur que dans celui d’Ethan était apparue. Par contre, Siobane semblait dubitative devant l’attitude d’Anee… Des apprentis différents et en même temps qui pouvaient tout à fait se comprendre mutuellement, c’était très intéressant pour elle.

Jetant de fréquents coups d’œil derrière elle, elle nota les mines surprises des apprentis lorsqu’elle leur demanda de courir pour s’échauffer. Et aucun d’entre eux ne sembla concerné par sa remarque… C’était si peu évident que cela qu’ils devaient s’échauffer ? Ne savaient-ils donc pas dans quoi ils s’engageaient ? Et bien, dans ce cas, il valait mieux qu’ils l’apprissent vite. Elle soupira légèrement, avant de se caler à une distance mesurée entre ses trois apprentis pour qu’ils pussent tous l’entendre sans effort.


- La course permet d’échauffer votre cœur et vos poumons principalement. C’est la base de l’échauffement.

Elle les laissa donc se diriger sur le sentier d’Ombreuse durant dix bonnes minutes, avant de leur faire signe de s’arrêter : ils étaient déjà légèrement essoufflés, même s’ils ne le percevaient pas correctement. Leur passant devant, l’Envoleuse leur expliqua :

- Nous allons continuer l’échauffement…

Elle franchit un dernier buisson, et le sentier s’étira dans une clairière pas très grande, mais assez bien illuminée pour une matinée.

- Ici.

S’arrêtant au milieu de la clairière en question, elle se tourna vers ses apprentis et planta son regard bleu électrique dans les leur. Un sourire fantôme flotta un instant sur ses lèvres, avant qu’elle ne continuât sur sa lancée, par rapport aux échauffements.

- L’échauffement permet de préparer votre corps à un effort puissant et indéterminé. Si vous vous lancez dans un tel effort sans avoir échauffé votre corps, vous risquez de l’endommager. Parfois temporairement, parfois à vie. Par la suite, vous arriverez échauffés au cours.

Prenant une première posture, Anee leur fit donc échauffer tous leurs muscles, et les étirer aussi un peu. Elle leur donnait des conseils d’une voix claire et douce, chantante, qui était en réalité sa voix naturelle lorsqu’elle ne tentait pas de la modeler pour arriver à ses fins. Chacun de ses gestes était mesuré pour ne pas énervé ses apprentis : légers, doux, ou bien trop vifs pour être perçus, elle les redressa, les étira, leur montra les postures saines à effectuer. Lorsqu’elle s’estima satisfaite de ce que ses apprentis avaient pu faire, elle leur ouvrit les bras un instant, pour donner le ton du premier exercice :

- Maintenant que vous êtes échauffés, on va courir. Pas une course comme tout à l’heure. On va aller un peu plus vite, mais surtout cela va durer plus longtemps. On ne s’arrêtera que lorsque nous serons sortis d’Ombreuse. Je vous fais courir, car cela me permet de voir votre condition physique. Si on ne peut pas courir longtemps, c’est que l’on a un mauvais souffle, une mauvaise cadence, un cœur trop peu musclé, et cela permet de savoir ce qu’il y aura à travailler en particulier par la suite.

Ne vous remplissez pas d’illusions : vous êtes ici pour gagner de la puissance. On n’augmente pas sa propre puissance en restant cloitré et sans bouger. Il faut de la condition physique. De toute façon, vous ne monterez pas les échelons des Envoleurs et du Chaos sans donner de vous. Il va falloir faire preuve de volonté.


Sur ce, elle leur adressa un sourire tranquille. Aucun mépris, aucune menace sous-jacente, rien que de la douceur. Elle pensait tout ce qu’elle disait, certes, et même s’ils la haïssaient, elle avait déjà de l’affection pour eux. Après tout, elle avait beau être Envoleuse, elle restait humaine. Et elle s’attachait.

D’un petit signe de la main, elle les fit prendre un nouveau sentier, direction le sud d’Ombreuse. Pour sortir de cette jungle par les collines de Taj, et rejoindre Al-Vor.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Mar 27 Sep 2011, 22:16

Echauffer cœur et poumons. Anee a les mots juste pour exprimer ce que je ressent à l'instant. Ces deux muscles semblent s'être éveillés en moi, tout comme ceux de mes jambes, diffusant de la chaleur dans tout mon corps. Celui qui a trouvé le mot "échauffement" n'aurait pas pu mieux l'imager.

Avant d'avoir pu m'accorder avec le sol de terre sous mes pieds, je dois déjà m'arrêter, Anee ayant décidé que cette petite course suffisait. Si ce n'était que cela qu'elle voulait avant chaque cours, alors ce serait simple.
Je peux espérer. Suis-je assez bête pour avoir oublié mon passé ? Quatre ans n'est pas assez long pour effacer d'une mémoire les différents exercices qui empêchent un corps de finir tout courbatu. Tous ces mouvements que la belle brune nous fait exécuter au milieu d'une clairière, je les connais et ces sensations me ramènent en arrière.

******

-Fais tourner ta tête Laïar ! N'oublie pas d'étirer tes jambes !


-Expire en te baissant ! Inspire en montant ! Rend sa force à la terre et vole celle du ciel !

-Tes poignets ! Ou tu va encore te faire briser ta garde au premier coup !
-Tu dois pouvoir sentir jusqu'au muscle de ton petit doigt de pied !
-Tu es pire qu'une carne qui aurait rouillé pendant une année dans son étable ! Allez échauffe moi tout ça.


******

Des ordres scandés dans ma tête, tellement vivant dans mon esprit que j'ignore si ils proviennent d'Anee ou des fantômes de mon passé. Liam … La fiente de Ts'liche … ou encore le Maitre d'armes ou son trouffion de sous-fifre. Des sourires, des gueules de brutes, des airs moqueurs. Tant de façon d'enseigner différentes.
J'essaie de me concentrer sur Anee plutôt que sur mes souvenirs. Ce modèle bien vivant doit être le symbole de mon présent, pilier de mon futur. Je dois oublier ces personnes qu'un moi ancien a connu.
Mon mentor a plus de féminité que l'ensemble de mes anciens tuteurs réunis. Sa voix n'est pas rauque et sévère, mais douce et calme. Ses indications sont précises et nous guide exactement vers un échauffement réussi. Combien de fois ai-je souffert de courbatures à cause d'un étirement trop baclé ?Peut-être était-ce en partie ma faute, mais c'était aussi celle de mes professeurs incompétents, dont la majorité était des rustres habitués à parler à des guerriers et non pas à la fine fleur des demoiselles de ce monde. Donc peu habitués à me parler.

- Maintenant que vous êtes échauffés, on va courir. Pas une course comme tout à l’heure. On va aller un peu plus vite, mais surtout cela va durer plus longtemps. On ne s’arrêtera que lorsque nous serons sortis d’Ombreuse.


Les règles ont au moins l'avantage d'être clair dès le départ : la course s'étendra sur la longueur et il sera donc de notre devoir de veiller à s'économiser tout en gardant une bonne vitesse. Il y aura aussi ce Maitre-mot qui entrera en jeu.
Volonté.
Ce n'est pas ce qui me manque. Sans lui, je me serais évanouie de fatigue depuis longtemps et qui sais, peut-être serais-je déjà morte. La mienne est en fer, solide tige qui maintient mon corps debout depuis un an. Je la sens qui menace parfois de céder mais tient bon. Je ne me fais pas d'illusions sur mon compte : cette tige, aussi solide soit-elle, est déjà craquelée, et j'ai hâte d'assouvir ma vengeance pour pouvoir enfin dormir. Enfin récupérer mon énergie d'antan.

Anee s'élance, et nous à ses basques comme au début du cours.
La différence entre maintenant et la petite course d'échauffement est éberluante. J'avais oublié à quel point des muscles échauffés procurent une sensation de facilité dans les mouvements. Tout du moins au début.
Les illusions sont bonnes pour ceux qui n'ont pas vécu, et je sais qu'avant la fin d'Ombreuse, mon corps sera revenu à l'état d'un outil rouillé.
Pour l'instant, je suis en forme et courre sans plus me poser de question.


Courir. En quoi cela se résume-t-il ? Masochisme profond aurais-je été tentée de répondre si j'avais été une fille normale. Sauf que je ne le suis pas. J'ai été éduquée par un frère qui me liait à ses entrainements martiaux. Ensuite, j'ai vécu comme une vulgaire fille des rues, dont une partie de la survie ne dépendait que de sa vitesse et de son endurance. Enfin, j'ai du occuper une année de nuits sans sommeil, et courir était tout de même plus accessible qu'étriper les passants dans la rue.
Symbole de masochisme.
Symbole de survie.
Symbole de sérénité.
Symbole de plénitude ?

J'ai beau ne pas aimer la nature, mes pensées se perdent dans les ramures des arbres, et toute envie meurtrière ou vengeresse me quitte. Il ne reste plus que nos souffles cadencés au rythme de nos pas. Que le son des brindilles qui craquent. Que quatre humains transpirant. Que nous et cette forêt où peinent à passer les rayons naissant du soleil.
Où allons-nous ? Je l'ignore et répugne à le demander à Anee, qui me répondra surement d'attendre pour comprendre. Si j'avais ses yeux, serais-je capable de lire en elle ce but vers lequel se déroulent nos pas ?

Mes yeux pour l'instant sont bien incompétents et se contentent donc d'essayer de déchiffrer les clés d'une course efficace dans la démarche de mon mentor.
Souplesse.
Grace.
Efficacité.
Cela se voit, cela s'entend. Pas de souffle rauque. Pas de brindilles qui craquent. Pas de terre qui tremble. Rien qu'un corps qui se meut dans un seul mouvement. Nous courons depuis un moment mais elle n'a pas changé sa façon de courir d'un poil.
Un mouvement.
Un souffle.

A son image, j’essaie de me détendre, de relaxer mes muscles pour les utiliser à leur maximum, en particulier ceux de mes poumons. Ne pas casser mes gestes. Ne pas frapper le sol mais simplement y poser mes pieds. Inspirer et expirer dans la continuité.
Beaucoup de belles envies.
Beaucoup de beaux progrès aussi dans mon allure, même si je commence à sentir les effets de cette longue course.
Souffle qui devient rauque malgré mes efforts. Muscles qui se tétanisent peu à peu. Sueur qui ruisselle dans mon dos.

Et Ombreuse qui refuse de nous laisser la quitter.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Jeu 29 Sep 2011, 15:50

Nous ne courrons pas depuis très longtemps et pourtant je suis déjà fatiguée. Il faut dire que le décors n'aide pas vraiment. Malgré le sentier assez large, il arrive qu'une branche ai la mauvaise idée de s'avancer sur le chemin ou nous courrons.

Ma respiration s’accélère et devient rauque. Je suis épuiser. Si je n'étais pas en cours, je me serais écroulée, mais la présence d'Anee et des autres élèves m'en empêche. Je ne voudrais pas avoir l'air ridicule des le début. En plus, je pense qu'elle ne fait pas ça que pour nous échauffer, mais aussi pour évaluer nos conditions physiques.
Elle s'est arrêté. Enfin ! J'ai l'impression que ça fait un éternité que nous sommes entrés dans cette forêt. Je sais que l'échauffement n'est pas fini. Elle nous ouvre la voie sur une clairière et nous la suivons. Elle se tourne ensuite vers nous et plante son regard dans les nôtres.

- L’échauffement permet de préparer votre corps à un effort puissant et indéterminé. Si vous vous lancez dans un tel effort sans avoir échauffé votre corps, vous risquez de l’endommager. Parfois temporairement, parfois à vie. Par la suite, vous arriverez échauffés au cours.


Arriver échauffés au cours. C'est une des choses qu'il faut retenir. Je le grave dans ma mémoire. Elle prend ensuite une première posture que nous devons imiter. Elle nous fait échauffer tous nos muscles ainsi que les étirer un petit peu tous en nous donnant des conseils. Sa voie avait changé, elle était plus douce.

- Maintenant que vous êtes échauffés, on va courir. Pas une course comme tout à l’heure. On va aller un peu plus vite, mais surtout cela va durer plus longtemps. On ne s’arrêtera que lorsque nous serons sortis d’Ombreuse. Je vous fais courir, car cela me permet de voir votre condition physique. Si on ne peut pas courir longtemps, c’est que l’on a un mauvais souffle, une mauvaise cadence, un cœur trop peu musclé, et cela permet de savoir ce qu’il y aura à travailler en particulier par la suite.


On ne s’arrêtera pas tant que nous ne serons pas sortie d'Ombreuse. Elle veut nous tuer ou quoi ?

-Ne vous remplissez pas d’illusions : vous êtes ici pour gagner de la puissance. On n’augmente pas sa propre puissance en restant cloîtré et sans bouger. Il faut de la condition physique. De toute façon, vous ne monterez pas les échelons des Envoleurs et du Chaos sans donner de vous. Il va falloir faire preuve de volonté.


Faire preuve de volonté. Ça je peux le faire sans problème quand je suis en forme. Ce qui n'est vraiment pas le cas.

Nous nous trouvons dans une clairière assez éclairée contrairement aux autres endroits de la forêt. La nature. Cet endroit que j'ai appris à apprivoiser quand je vivais encore chez mes parents. Je passais beaucoup de temps dans les bois en compagnie de mon frère avant qu'il ne se fasse tué. Il m'a appris à monter aux arbres et à me débrouiller en pleine nature.

Je me demande quelle taille fait cette maudite forêt. Je l'ignore, mais elle ne doit pas être petite. Je me demande aussi où elle nous emmène. J’espère juste que une fois sortie de cette forêt nous ne referons pas le même chemin, mais cette fois-ci en sens inverse. Ça m'étonnerais.

Elle nous désigne d'un geste de la main un nouveau sentier identique à celui que nous avons emprunter pour arriver jusqu'ici. Je me sens déjà mieux que tout à l'heure. Les battements de mon cœur se sont calmés ainsi que ma respiration qui était devenue rauque. Je m'élance sur les traces d'Anee tout en sachant que dans pas longtemps, je serais de nouveau épuiser.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Sil'Afian
Groupe Vegna
avatar

Nombre de messages : 91
Citation : Il n'y a pas de bien ou de mal, juste le pouvoir, et ceux qui sont assez forts pour le prendre.
Date d'inscription : 11/09/2011

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Non
Signe particulier: second fils de l'empereur

MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Mar 04 Oct 2011, 10:11

Notre maître nous jeta un regard amusé, comme étonnée de nous voir nous vexer pour si peu.
Sauf que ce n'était pas rien, sauf qu'elle ne savait pas tout et surtout qu'elle ne savait pas pour notre petit frère. Mais qu'importe, elle découvrira bien ce qui se trame. Ou pas.

- La course permet d’échauffer votre cœur et vos poumons principalement. C’est la base de l’échauffement.

La course.
Pourquoi pas...

Nous nous élançâmes sur les traces d'Anee, lançant quelques coups d’œil vers les autres derrière nous. Elle nous laissa nous diriger sur le sentier d’Ombreuse durant dix bonnes minutes, avant de nous faire signe de s’arrêter : nous étaient légèrement essoufflés, mais pas assez pour entamer notre volonté ou changer quoi que ce soit à notre rythme.

Dix minutes ce n'était pas trop long, et notre maximum était certes plus loin, mais un échauffement était un échauffement : il y aura mieux après... Nous nous arrêtâmes dans une clairière ombragée, petite mais assez grande pour continuer le travail.

Cela nous savions le faire.
Notre professeur, le maître d'arme de la cour, nous avait bien conseillé plus d'une fois, sur ce point.
Anee nous demanda d'échauffer nos muscles de manière plus approfondie, et nous commençâmes à peu près en même temps que les deux autres.

Les avants-bras : sur les genoux, les coudes vers l'avant, le dos plat, et nous tirons vers l'arrière.
Les épaules : sans quitter notre position précédente, nous plions un coude et tirons sur le côté avant de le faire avec l'autre coude.
Les chevilles : assis sur l'herbe, nous tourons longuement celles-ci dans nos mains.
Les muscles fessiers: toujours assis, un bras posé derrière, un genou relevé, le coude sur le genou et la main de l'autre côté de la jambe. Nous tirons.
Les quadriceps (muscles situés devant les jambes) : assis sur ses talons, mains posées derrière, dos cambré, nous nous laissons glisser sur le dos.
Les jambiers (muscles situés derrière les jambes) : premier jambe pliée, pied posé sur le genoux de l'autre, dos courbé, corps penchée sur la jambe tendue et mains sur sa cheville.
Les adducteurs (muscles situés entre les jambes) et le bas des mollets : position accroupie, mains devant nous, puis, un genou au sol, nous tirons vers l'avant...
Les jambiers et quadriceps : ...pour finir en grand écart.
Le dos et les épaules : nous nous relevons, posons une mains sur notre omoplate et tirons avec notre autre mains posé sur le coude opposé avant d'inverser.
Le dos et les épaules : joignant les mains, nous nous tirons vers le haut puis joignons les mains derrière le dos pour tirer vers l'arrière.
Et pour finir nous tournons la tête d'un côté et de l'autre pour étirer notre cou.

. Nos geste sont lents et calmes, maîtrisé depuis longtemps.
Nous savons qu'il ne faut jamais tirer plus de dix ou vingt secondes pour l'échauffement puisqu'on prépare le corps à un effort et pas à un temps de récupération comme il aurait pu s'y attendre après cette petite course.

Pour finir, notre maître nous ouvrit les bras et nous donna le fil du prochain exercice :

- Maintenant que vous êtes échauffés, on va courir. Pas une course comme tout à l’heure. On va aller un peu plus vite, mais surtout cela va durer plus longtemps. On ne s’arrêtera que lorsque nous serons sortis d’Ombreuse. Je vous fais courir, car cela me permet de voir votre condition physique. Si on ne peut pas courir longtemps, c’est que l’on a un mauvais souffle, une mauvaise cadence, un cœur trop peu musclé, et cela permet de savoir ce qu’il y aura à travailler en particulier par la suite.

Ne vous remplissez pas d’illusions : vous êtes ici pour gagner de la puissance. On n’augmente pas sa propre puissance en restant cloitré et sans bouger. Il faut de la condition physique. De toute façon, vous ne monterez pas les échelons des Envoleurs et du Chaos sans donner de vous. Il va falloir faire preuve de volonté.


Volonté...
Si la haine était toujours présente, nous commencions à apprécier ce cour, disons... édifiant.
C'est avec les paroles d'Anee en tête que nous nous redressâmes ainsi que sonnait la fin de l'échauffement. Un sourire désaxé mais ravi trancha notre visage tandis que les deux autres s'élançaient sur les traces de notre maître.

Nous n'avions plus à réfléchir à rien quand nous courrions.
Cela était un peu en contradiction avec nos ordre, mais nous nous y fîmes et bientôt nous nous élançâmes à notre tour.

La forêt...
Ombreuse est magnifique.
La forêt est très dense, et, à part aux alentours de midi, on y voit à peine le chemin à suivre, mais on y entend beaucoup de choses. Les cris sauvages des prédateurs et ceux, plus stridents, de leurs proies... mais surtout les pépiement des oiseaux installés dans les branches qui se donnent l'air de démons prêts à vous tomber dessus, ou les proies furetant dans les buissons qui vous donnent l'impression de courir dans une jungle avec un tas de nuisibles prêts à vous sauter dans les pattes, vous faire tomber puis se repaître de vos chairs...

Obscure Ombreuse.
Cruelle Ombreuse.
Puissante Ombreuse...

...attachante Ombreuse.

La course approchait de sa fin, et nous voyions bien que nous étions fatigué.
Fatigué, pas épuisé. Nous pouvions encore tenir ainsi jusqu'au bout d'ombreuse, et au delà.
Nous ne croyions pas si bien dire puisque, quelques minutes plus tard, nous sortions de cette jungle et arrivions sur des collines.
Les collines de Taj.

Nous nous demandions pourquoi cette direction lorsque tout s'éclaira :
Anee voulait nous faire rallier Al-Vor.

Nous nous arrêtâmes de courir.
Nous stoppâmes au milieu du chemin. Serrâmes les poings.
Notre cœur battait à toute allure mais nous essayions de n'en rien laisser paraître.
Al-Vor. Une grande ville parmi d'autres.
Al-Vor. Une ville où notre portait était affiché à chaque coin de mur.
Al-Vor. La ville où résidait notre oncle, le seigneur de la cité.

Al-Vor.
Anee n'aurait pas choisit pire endroit... à part peut être Al-Jeit.

Nous regardâmes les autres au loin qui continuaient leur course.
Serrâmes de nouveau les poings... et nous remîmes à courir.
Nous aurions suivit Anee, Siobane et... Laïar jusqu'aux enfers.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Jeu 06 Oct 2011, 13:34

Les trois apprentis s’étaient donc mis à courir après les consignes qu’Anee leur avait prodiguées. Cette dernière était agréablement surprise de constater que ni Laïar ni Ethan n’avait tenté de protester, et même si Siobane avait eu l’air très rapidement fatiguée durant l’échauffement, elle se débrouillerait elle aussi.

En quelques sortes, elle n’avait pas vraiment le choix.
Après tout, volonté était ici un mot d’une importance cruciale. Volonté, parce que le mental peut toujours aller plus loin que le corps, chez un Envoleur. Chez une personne puissante, avec du pouvoir. Bien des situations démontrent de cela, après tout : Parfois le corps cède, mais cela n’empêche pas d’être puissant. Tout est une question de perception de la réalité, et de ce que les autres voient de nous. Si tout un chacun est persuadé que vous allez bien parce que vous faites comme si vous allez bien, tout sera fait de mensonge, mais cela tiendra debout. Sans doute Ethan savait déjà cela…
Un léger sourire étira les lèvres de la jeune femme.

Ils coururent donc dans Ombreuse durant une bonne heure, au moins. De ce côté-ci, la lisière de la forêt était proche – une heure, ce n’était pas long du tout – elle allait déjà voir ce dont ils étaient capables, comment ils courraient, comment ils respiraient, comment ils se portaient. Tout était une source d’informations quand on savait entendre, observer.

Les apprentis avaient du mal, mais surtout les deux jeunes femmes. Elles avaient une condition physique plutôt déplorable, surtout Siobane, en tout cas en course. Ethan, quand à lui, en tant que jeune homme anciennement fortuné, avait sûrement été formé assidument aux pratiques du sport, et donc arborait une meilleure santé physique. Nee continua d’observer ainsi comment se mouvaient ses apprentis, comment ils regardaient autour d’eux, comment ils respiraient… Ce qu’ils faisaient, en somme.

La lisière d’Ombreuse approchait réellement, désormais. Après plus d’une demi-heure de course, Anee sentait que Siobane en particulier avait du mal, mais la laissa encore courir : elle devait continuer, se surpasser, toujours. La jeune Envoleuse percevait un liserai de limites chez la jeune fille, mais il lui restait encore un peu de forces. Et puis, les arbres s’égrainèrent devant eux, et bientôt seules les Collines de Taj furent le long de l’horizon.

Nee perçut la vague de panique qui émanait du jeune homme avant que ce dernier ne s’arrêtât sans prévenir. Elle ne fit que lui jeter un coup d’œil, sans porter son attention plus longtemps sur lui, en apparence. En réalité, elle s’était immédiatement focalisée dessus, pour comprendre d’où venait cet élan d’appréhension. Sans doute avait-il compris qu’elle les emmenait en ville. Et peut-être bien qu’il était recherché, en ville…

Tant pis pour lui, eût-elle envie de dire.
Sauf qu’elle ne le pensait même pas. Certes, il s’était engagé dans le Domaine, et il devait assumer son futur statut d’Envoleur, et de Mercenaire avant tout. Qui déploie le Chaos. Mais elle pouvait tout à fait comprendre qu’il n’eût pas envie d’y aller. Elle ne changerait pas ses plans pour autant, mais elle compatissait intérieurement.

Quand ils furent éloignés d’une centaine de mètres de la lisière de la forêt, Nee fit signe à la petite troupe de s’arrêter pour marcher, et donc reprendre leur souffle. Elle souriait légèrement, et attendit que toutes les respirations se fussent apaisées pour leur exposer ce qu’elle avait pu observer et remarquer dans leur manière de courir, et d’aller de l’avant.


- Siobane, tu as du mal avec la course. Je ne pense pas que cela soit une question de souffle, mais plutôt de cœur et de mouvements. Tu as des gestes trop hachés, tu te laisses trop porter par la pesanteur. Il ne faut pas courir comme un taureau, mais plutôt tenter de s’envoler à chaque pas, avoir des mouvements déliés, faire jouer ses articulations. Cela fatigue bien moins, et en prime est bien plus efficace, car cela te fera indéniablement accélérer.

Elle adressa un sourire à la jeune femme aux cheveux gris, tranquille et doux, le regard serein. Puis, elle tourna le visage vers Ethan.

- Tu es assez bien entraîné de ce côté-là, Ethan. Encore quelques efforts à fournir avec ta foulée, et l’amplitude de ta respiration. Regarde bien devant toi, le menton levé, et non pas par terre. Cela t’avachit et raccourcit ton pas.

Un sourire, un autre, et Nee fit finalement face à Laïar.

- Belle volonté, Laïar. Par contre, tu as trop tendance à laisser aller ton souffle. Contrôle-le plus, cela te permettra de mieux gérer ton apport d’oxygène, et donc le rendement de ta course par rapport aux battements de ton cœur. Tes muscles s’habitueront ainsi plus facilement à l’effort s’ils sont bien oxygénés.

Nee n’avait pas cessé de marcher, pour éviter que les apprentis ne s’effondrassent sur le sol. Il n’aurait manqué plus que ça ! Elle-même n’était pas essoufflée : après tout, cela ne faisait pas tout à fait une heure qu’ils couraient, et surtout ils n’étaient pas allés très vite.
Il était impensable qu’elle ne fût que fatiguée.

Continuant d’avancer vers le Sud, Nee prit un sentier qui passait dans les hautes herbes des collines de Taj. Les herbes étaient déjà couchées sur le sol, marquant par là le passage régulier d’animaux, petits ou grands. L’Envoleuse restait très méfiante en observant et écoutant tous les bruits des collines : en effet, aucun voyageur passant par ici n’était à l’abri d’un tigre des prairies ou d’un Brûleur.
Les brigands, à la rigueur, cela n’avait pas beaucoup d’importance, et c’était plus facile de s’en débarrasser.
Il faut bien avouer que Nee n’avait jamais eu de relations transcendantes avec les animaux, au contraire.
Tous avaient tendance à la fuir, ou à devenir agressif avec elle, en sa présence. Elle ne savait pas trop pourquoi, et s’en moquait un peu. Elle savait monter à cheval, cela lui suffisait, même si elle préférait faire ses voyages à pieds.

Nee n’était pas du genre à parler pour ne rien dire. Si ses apprentis avaient des questions, elle y répondrait, ou bien si elle voyait l’opportunité de faire passer un message, elle le ferait, mais pas de manière inutile. Toute en subtilité, elle se taisait parfois pour mieux parler, ou mieux se faire comprendre.
Dans tous les cas, elle ne les fit arrêter que lorsque le soleil fut au plus haut de sa course, pour leur distribuer un morceau de viande de siffleur séchée chacun.


- Nous allons continuer vers le Sud. Je reste ici le temps que vous vous mettiez hors de ma vue. Le but est de le rester, tout en restant à portée de voix, sans que je ne vous voie pour autant. Travaillons donc la discrétion.

Elle planta son regard bleu dans celui de ses apprentis, et leur fit un petit signe de la main.

- Allez-y. N’oubliez pas : à portée de voix, mais invisible. Si je vous voie, je vous donne des conseils à voix haute, évidemment. Et le jeu continue.

Même si cela pouvait sembler être un jeu, comme elle venait de le dire, elle savait que ses apprentis auraient du mal, au début, à se cacher. C’était toujours ainsi : on ne se rendait pas forcément compte de sa carrure, des couleurs que l’on portait, de notre souffle qui est trop fort…
Invisible.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Dim 16 Oct 2011, 11:58

Ombreuse qui refuse de nous laisser partir. Ombreuse qui pourtant finit par s'éclaircir, redonnant de l'espoir à nos esprits, donc un sursaut de volonté et d'énergie. Les arbres s'espacent, la forêt s'estompe, et les collines du Taj pointent le bout de leur nez à l'horizon. La fin est proche, il ne faut pas flancher.

Je sens Siobane à mes côtés qui peine plus que moi, mais elle aussi sait que la course arrive à son terme. Unies par la volonté de ne pas perdre face face à Anee, nous continuons côte à côte.
Ethan quand à lui … a momentanément disparue. Je me retourne et le voit, planté plus loin, immobile. Pourtant, il semblait loin d'avoir utilisé toutes ses ressources. Petite nature ? Ca ne m'étonnerait pas d'un fils d'empereur archi-gâté … j'en avais vu d'autres comme lui, nés avec une cuillère en argent dans la bouche et bien incapables de survivre plus de cinq minutes par eux-mêmes. Qu'il ait tenu jusqu'à maintenant devait relever du miracle.
La pensée qu'il soit un être aussi misérable me tira une grimace intérieure de dégout. Pourtant je lui souris, tapotant ma cuisse dans un signe d'encouragement à nous rejoindre.
Je ne sais pas si c'est moi ou sa volonté qui le pousse à reprendre la course, mais toujours est-il qu'il ne tarde pas à nous rejoindre, me montrant qu'il n'est pas une chochotte sans volonté. Son mentor au palais a du bien le former … après tout, ne dit-on pas que le cadet de la famille impériale est destiné au poste de Maitre d'arme ? Alors il a du recevoir une éducation digne de ce destin.

Quel est donc son problème ? Quel démon a agité son esprit pour réussir à bloquer sa course ? J'aimerais le savoir, sauf que je suis trop absorbée par mon souffle qui a tendance à s'emballer. Je ne peux pas me préoccuper de deux choses à la fois, et Ethan passe après Anee. Réussir l'exercice imposé par cette dernière compte bien plus que comprendre les aléas du cœur d'un homme. Je suis de toute façon bien trop immature pour lire dans les yeux de quelqu'un. La preuve en est la dernière fois que j'ai rallié les collines du Taj et croisé ces deux jeunes filles étranges. Avec le recul, j'ai l'impression qu'elles y arrivaient mieux que moi et que les rares sentiments de victoire que j'avais eu avaient été des preuves d'orgueil mal placé … Peu importe. Je suis sortie vivante de cet épisode, et je doute que nos routes se croisent à nouveau, ou tout du moins je l'espère. Cet acte que j'ai joué dans ce sous-bois serait inconfortable à refaire.

Le soleil qui a rejoints nos pas depuis un moment ne fait plus qu'un avec le paysage lorsque nous dépassons enfin le dernier arbre d'Ombreuse.
J'ai survécu !
J'étouffe de chaud et par manque d'air, mais j'ai survécu. Je brûle de m'écrouler au pied de cette ombre que nous laissons derrière, mais Anee continue sa route tranquillement, semblant oublier qu'elle a promis de s'arrêter une fois sortie des bois.
Règle numéro 1: ne jamais croire un Maitre Envoleur.
Règle numéro 2: garder un doute, car il ne ment pas toujours.
Anee ralentit avant de s'arrêter totalement, imitée par nous trois, pauvres apprentis essoufflés. Gentiment (?!), elle ne nous promet pas de nouvel exercice, gardant le silence en nous laissant reprendre notre respiration. A mesure que mon corps se calme, je me rends compte qu'elle n'a pas besoin de pause: elle semble aussi fraiche que lors de notre départ. Serais-je dans son état si j'avais pris soin de mon physique et avais persisté dans un entrainement régulier à Al-Chen ? Sa présence est une insulte. Je me sens tellement jalouse … par sa simple présence, mon mentor me renvoie mon impuissance et ces quatre ans que j'ai perdu en me reposant sur mes apparences. Je me dois de la renverser, de la dépasser, et pourquoi pas … de la tuer. Je suis certaine de dans trois ans, elle m'en aura tant fait baver que ce sera ma seule idée.

Je l'écoute malgré tout de mes deux oreilles. Quel que soit mon but, je me dois de saisir ces bouts d'expérience qu'elle nous envoie, car c'est le chemin vers sa puissance qu'elle nous montre.
Le sourire qu'elle nous montre à chacun de nous ne m'apparait pas comme un encouragement à faire mieux, mais plus comme une moquerie face à notre fatigue évidente. Je suis sure qu'elle aussi porte un masque, et en lui opposant le mien je finirais par le faire céder.
Je n'écoute pas son compliment dont je n'ai que faire, vu que je sais déjà que ma volonté est presqu'illimité. Seul le reste trouve grâce à mes oreilles. Gérer mon souffle ? C'est déjà ce que j'ai tenté de faire pendant tout le trajet ! Il semble que ce n'était pas assez bien à ses yeux … et aux yeux de mes poumons qui continuent de me brûler.


Son petit discours terminé, nous reprenons la route en silence. Aurais-je eu des questions, je ne les lui aurais pas posées. Par fierté d'une part, car il est hors de question que je m'abaisse à lui montrer une fois de plus mon absence de savoir. Par prudence ensuite. Nous nous trouvons dans les collines du Taj, lieu recelant de tigres des prairies, ogres et autres petites bébètes du genre. Je réalise maintenant ma folie de la semaine dernière, quand j'avais traversé les collines à cheval. C'était un moyen de voyager bruyant, et malgré la vitesse d'Hurcul, un tigre n'aurait pas eu de mal à me rattraper et à mettre un terme à ma piètre existence.
Même en se taisant, Anee m'apprend de nouvelles leçons sans mettre ma vie en péril, ce que je fais assez bien par moi-même en général. Je suit son regard lorsque nous croisons des herbes tassées ou des excréments, cherchant à dater leur présence, donc à prévoir une éventuelle bifurcation sur notre route.
Mon mentor est heureusement assez efficace et nous ne croisons pas de bestiole douteuse et féroce lors de notre marche.

C'est en vie que nous prenons notre premier déjeuner de la journée. Leçon suivante : arriver en cours échauffé ET avec des stocks à emmener pour le voyage. C'est toujours mieux d'avoir quelque chose de comestible avec soi, plutôt que de devoir se réduite à de la viande de siffleur séché dont le goût est une atteinte à mes papilles raffinées. Entre mon ancienne vie de noble et celle d'ancienne voleuse, je n'ai jamais eu à m'infliger pareille torture. J'ai toujours eu de quoi me nourrir, et même une simple pomme était mieux que ça.
Je mâchouille et déglutit avec peine cette infamie, consciente que je n'aurais rien d'autre avant ce soir et qu'aucun restaurant n'est au programme de la journée. Anee me laissera mourir de faim sans ciller si je refuse la nourriture qu'elle nous donne.
Vivement la prochaine ville.

Le repas fut rapide et mon mentor déjà nous donne de nouvelles consignes. Finit la marche pépère, maintenant, il va falloir rester hors de sa vue.
Plusieurs questions se posent: comment réussir à évaluer la distance qui me séparera d'Anee si je ne dois pas la voir ? Comment lui cacher ma présence efficacement ? Quels sont les points clés de cet exercice ?

Je vois déjà Siobane et Ethan qui s'élance, alors je fais comme eux et disparait dans les hautes herbes. Un regard en arrière m'apprend que je les ai tassées sur mon passage. Un troupeau de vaches … avec une telle discrétion, Anee ne va pas avoir de mal à nous retrouver.

Un brin de finesse, un rien de silence, une touche de légèreté.
Un peu du vent.
Un peu de moi qui se glisse dans les herbes.

Je ne dois pas être la proie qui se dissimule, mais le prédateur qui attend. Je me refuse à rester devant, il faut donc que je trouve un moyen de passer derrière Anee. Elle semble par moment avoir des yeux derrière la tête, mais dans ma théorie, ils se doivent d'être moins efficace que ceux de devant.

Sur la pointe des pieds pour écraser le moins d'herbe possible, j'avance en silence. Un chemin d'animal à ma droite m'offre le refuge parfait pour cacher ma présence. Il est déjà tout marqué et empêchera Anee de suivre ma trace qui va être invisible au milieu des autres.
Prions désormais pour qu'aucun tigre des prairies ne m'attende au milieu de ma route. De toute façon, je m'arrête bien vite, bifurque légèrement sur la gauche et m'accoupie, écoutant les environs pour guetter le passage d'Anee. Une fois qu'elle sera passée, j'essaierai de la suivre.

Peu de chance que ma méthode fonctionne face à un Maitre Envoleur, mais je ne peux m'empêcher de sourire en me sentant l'espace d'un instant comme le chat jouant avec la souris.


[Encore désolée du retard >< ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Mar 25 Oct 2011, 13:09

[Désolé du retard]

Courir. Une chose que je suis en train de faire depuis une éternité. Du moins, j'en ai l'impression. Je cours à côté de Laïar. Elle est moins fatiguée que moi, mais Ethan semble être celui qui à le plus d'endurance parmi nous trois. Il ne faut pas que je m'arrête, il faut que je continue, il faut que je respire. Je suis épuisé, mais je sais que nous allons bientôt sortir de cette forêt. En tout cas, je l’espère. Comme pour confirmer mes attentes, le décor change. Après les arbres et les feuilles viennent les Collines du Taj et ses grandes étendues d'herbes. Ethan s'arrête soudain sans prévenir. Il fixe les collines avec un regard inquiet. Nous passons devant lui et il se remet en route.

Devant nous, Anee nous fait signe de ralentir pour finalement se mettre à marcher. Enfin, j’ai cru que ça n'allait jamais s’arrêter. J'en profite pour reprendre mon souffle. Chose assez difficile quand vous venez de courir pendant presque une heure et demie. Au bout d'un moment, j'arrive à calmer ma respiration.

- Siobane, tu as du mal avec la course. Je ne pense pas que cela soit une question de souffle, mais plutôt de cœur et de mouvements. Tu as des gestes trop hachés, tu te laisses trop porter par la pesanteur. Il ne faut pas courir comme un taureau, mais plutôt tenter de s’envoler à chaque pas, avoir des mouvements déliés, faire jouer ses articulations. Cela fatigue bien moins, et en prime est bien plus efficace, car cela te fera indéniablement accélérer.

Bon, chose que je dois retenir, ne pas courir comme un taureau, mais plutôt tentait de m'envoler. Elle m'adresse un sourire et se tourne ensuite vers Ethan et Laïar pour leurs expliquer ce qu'il faudrait améliorer. Elle a dit tout cela sans s’arrêter de marcher. Elle avait l'air en pleine forme. Comme-ci elle venait de se lever et non pas de courir pendant une heure. Je suit Anee sur un sentier qui se trouve au milieu des collines.

- Nous allons continuer vers le Sud. Je reste ici le temps que vous vous mettiez hors de ma vue. Le but est de le rester, tout en restant à portée de voix, sans que je ne vous voie pour autant. Travaillons donc la discrétion.

La discrétion. Je sais que je suis déjà meilleurs pour ça que pour l'endurance. Le problème c'est qu'il y a pour seul décors des étendues d'herbes hautes. Déjà Laïar et Ethan s'élance. Je n'ai aucune idée de comment je vais procéder, mais au lieu d'aller vers l'avant, je me dirige vers la forêt par le même chemin que nous avons emprunter pour arriver jusqu'ici. Je marche tout de fois un peu en diagonale de façon a ne pas rester juste derrière elle. Je sais qu'elle ne métras pas longtemps à me trouver ainsi que les autres. Le but, rester cachée. Ca vaut le coup d'essayer. Je m'abaisse donc de façon à être cachée par la végétation et j’attends le signal qui me diras qu'elle m'a repérer.


Revenir en haut Aller en bas
Ethan Sil'Afian
Groupe Vegna
avatar

Nombre de messages : 91
Citation : Il n'y a pas de bien ou de mal, juste le pouvoir, et ceux qui sont assez forts pour le prendre.
Date d'inscription : 11/09/2011

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Non
Signe particulier: second fils de l'empereur

MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Mer 26 Oct 2011, 20:18

Anee nous arrête au milieu du chemin et nous donne le fil de prochain exercice.

Rester discret... impossible !
Nous ne sommes pas faits pour cela. Nous nous fichons des bêtes sûrement dangereuses qui peuplent les environs, mais nous rendre invisible, même pendant nos années passées en tant que coupe-jarret, cela nous prenait un temps incroyable !

Cela dit, pas question de tergiverser d'avantage.
Les filles se sont déjà élancées, et, tandis que Siobane part vers les hautes herbes, Laïar s'élance... derrière Anee. Je lance un regard vers cette dernière qui m'observe avec attention.
Je n'ai jamais aimé les êtres plus forts que moi.

Voyons voir...
Être original. Surprendre. Se défaire d'un système, quel qu'il soit, pour le voir de haut, mieux le comprendre et pouvoir le dominer. Toujours.

Les arbres.
Nous nous élançons dans la direction qu'ont pris les deux autres mais, une fois hors de vue, nous précipitons vers la forêt, vers les arbres, et une fois à l'intérieur de la futaie grimpons dans l'un d'eux. Sans compter que rares sont ceux qui lève la tête – même si nous étions absolument sûr que notre maître en faisait partie.

[retard et nullité... je cumule Rolling Eyes]

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Mer 26 Oct 2011, 21:50

- Ethan, Siobane, j'ai dit à portée de voix. Je continue à avancer. Vous feriez mieux de passer devant, et plus vite que ça... La forêt, on la laisse loin derrière.

Vue, Laïar. Tu respires aussi fort qu'un boeuf enragé...






[Un léger sourire sur les lèvres]

[ Vous pouvez continuer encore sur un post, puis on changera d'exercice ! Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Jeu 27 Oct 2011, 23:06

Je reste là, plantée entre les herbes, pendant un court moment. Immobile, incapable d'osciller à leur rythme et de me fondre dans leur mouvement. Qu'importe, le tout est de ne pas faire de bruit.
Et tout d'un coup, Anee est là. A quelques pas je peux voir l'ombre floue de son corps qui se déplace comme un vrai prédateur. Silencieuse et presqu'invisible.
Je retiens ma respiration.
Elle dépasse ma position.
Continue alors que je me relâche. Ouf, elle est passée, il ne me reste plus qu'à la suivre.

Vue, Laïar.


Raté. Anee m'a repérée.
Cette pensée n'assombrit pas mon esprit, en qui cette phrase ramène de vieux souvenirs.

On se croirait dans un jeu pour enfant. Pour un peu, je pourrais fermer mes yeux et me transporter dix ans en arrière, à une époque où j'avais déjà le goût amer de la vie hypocrite de noble. Pourtant, malgré les efforts que je mettais déjà à soigner mes airs et mon double-jeu, je restais une gamine ayant besoin de participer à des activités de son âge. J'avais donc joué à cache-cache avec mon frère et mes cousins, ce qui servait à la fois mon apparence de gentille noble et mon équilibre mental.
L'apprentissage par le jeu. Nous n'avons plus dix ans, mais ce sentiment de petite fille prise en plein dans sa partie est bien là, au fond de mon cœur. Me cacher m'amuse plus que je ne pourrai l'avouer. Aujourd'hui plus que jamais car je ne suis plus en territoire connu et pouffer de rire n'est plus LE détail qui révèlera ma présence. Non, aujourd'hui, ce sont de vrais détails qui peuvent me trahir, comme une respiration trop forte.

Tu respires aussi fort qu'un boeuf enragé...


Sympa. Anee aurait pu trouver pire, je ne lui en veux donc pas. Qu'elle me traite de Raï bruyant m'aurai semblé plus approprié dans la bouche d'un Mercenaire. Par contre j'en serais sortie vexée et déconcentrée, toute à ma nouvelle raison d'abhorrer mon mentor. Je pourrais presque lui dire merci …

Automatiquement je tente de contrôler mon souffle, le ralentissant et manquant de m'étouffer. Ce n'était pas la bonne méthode il faut croire. Dur d'être silencieuse tout en garantissant une respiration régulière et suffisante.
Quand je juge que j'arrive à doser suffisamment mon souffle pour qu'il ne ressemble pas à celui d'un "bœuf enragé", je me décide à bouger. Anee m'a vue, je dois donc me déplacer pour tenter une nouvelle fois de la surprendre.

Elle est désormais devant moi et je dois la suivre. Je recule sans quitter son ombre des yeux, priant pour que le bruit d'Ethan et Siobane en train de revenir vers nous couvre le son de mes gestes.
Je tourne le dos au danger qui pourrait provenir de la végétation derrière moi, mais guetter le mouvement d'Anee me semble plus important qu'un éventuel tigre des prairies.
Je m'enfonce donc de plusieurs pas avant de pivoter en douceur pour repartir en parallèle au chemin prit par mon mentor. Nous n'allons pas passer notre journée ici et il faut donc continuer à avancer. De plus, une cible immobile est trop facile pour un prédateur. Mieux vaux bouger.

Un seul geste. Un seul souffle. Celui de mon être qui se lie aux herbes.

Cette idée est ridicule! Je n'ai aucune envie de devenir de l'herbe ! Et pourtant … au fond j'ai le sentiment que c'est ce qu'il faudrait pour que je surpasse Anee.
J'avance encore un peu, tentant de saisir le mouvement et la pulsation de cette végétation pour me l'approprier.
Non, vraiment non. C'est trop compliqué pour moi. Je ne peux pas essayer de comprendre de la nourriture pour vache ! Je préfère le modèle du chat, il est plus instinctif, plus proche de moi.
Ma main cours sur ma cheville, effleurant ce petit tatouage qui me rappelle ce que je me dois d'être. Alors comment agirais cet animal ? De la douceur, de la sournoiserie, de la patience, de la concentration, de la souplesse. Tout ce que j'aime…

Chat.
Toujours accroupie, j'avance sur la pointe des pieds.
Chat.
J'effleure les herbes et les écarte pour laisser passer mon corps.
Chat.
Tout doucement, j'avance, sans me presser.
Chat.
Je m'applique.

Anee, elle ne dois pas le savoir mais je n'ai qu'une hâte: arrêter cet exercice pour entendre ses conseils. Je me sens quelque peu ridicule avec mes envies d'imiter ce que je ne suis pas. Je veux apprendre et construire mon propre modèle, mais pour cela je sais que sa voix sera plus avisée que celle au fond de moi.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Jeu 03 Nov 2011, 17:20


    Je suis cachée parmi les hautes herbes qui bordent la forêt. Je pourrais faire une mauvaise rencontre à tout moment. Un tigre de prairies ou autre chose de pas très accueillant.

    - Ethan, Siobane, j'ai dit à portée de voix. Je continue à avancer. Vous feriez mieux de passer devant, et plus vite que ça... La forêt, on la laisse loin derrière.


    Je sors de mes pensées en entendant la voix d'Anee. je dois passer devant. Ca veux donc dire qu'elle sais ou je suis. Ethan a sûrement du pénétrer dans la forêt puisqu'il à eu droit lui aussi à la remarque. Je m'avance tout en restant cachée. Comment repasser devant sans me faire remarquer et en restant à porter de voix ? Il n'y a pas trente-six solutions. Avancer en m'abaissant et ne pas passer trop d'Anee. En silence bien sur. Bon, je me lance. Je m'accroupis et m'avance en direction d'Anee. Je me redresse de temps en temps pour voir si je vais dans la même direction qu'elle.

    Une fois arrivée à peu près à son niveau en faisant sûrement pas mal de bruit, je me met à réfléchir. Comment me déplacer sans faire de bruit ? Bonne question. Cet exercice ressemble assez à une partie de cache-cache. J'en faisait souvent avec mon frère, mais dans les arbres. Sur une étendue d'herbe, difficile de passez inaperçu. Anee, qui est debout peut apercevoir à tout moment les herbes bouger et donc, nous repérer. Je ne sais pas vraiment comment faire, alors je m'avance accroupie et sur la pointe des pieds vers Anee. Il faut que je reste derrière elle pour rester cachée, même si je ne le resterais sans doute pas longtemps.

    Je me doute que Laïar et Ethan on sans doute eu la même idée qui est de rester derrière. A moins que l'un des deux sache se déplacer sans faire bouger aucune brindille d'herbe. Ce qui m'étonnerait. Ce serait comme marcher sur des galets sans faire aucun bruit. Le bruit. Il faut être silencieux. Quelques minutes avant, Anee a donnait un conseil à Laïar. Contrôler sa respiration. C'est déjà un point auquel il faut que je fasse attention. Ensuite je n'ai plus qu'a faire le moins de bruit de possible. Ne pas faire craquer d’éventuelles branches en marchant dessus, ne pas me déplacer à pas lourds, ne pas faire trop bouger les herbes et j'en passe sûrement beaucoup. Je me met à l’œuvre en suivant le plus discrètement Anee et en mettant un peu sur sa gauche en espérant que l'exercice s'arrête, histoire qu'elle nous dises ce qu'il faut améliorer.



Dernière édition par Siobane Mival le Mer 23 Nov 2011, 12:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Sil'Afian
Groupe Vegna
avatar

Nombre de messages : 91
Citation : Il n'y a pas de bien ou de mal, juste le pouvoir, et ceux qui sont assez forts pour le prendre.
Date d'inscription : 11/09/2011

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Non
Signe particulier: second fils de l'empereur

MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Dim 06 Nov 2011, 16:09

Une fois dans un arbre, nous comptions passer de branche en branche pour rejoindre les autres... Mauvaise surprise. Anee ne longeait pas la forêt. Elle s'en éloignait.

Ce qu'elle nous fit remarquer.
Souplement mais avec une grimace de contrariété, nous descendîmes vite de la branche où nous nous étions arrêtés. Contrarié. C'est cela. Mais pas mauvais joueur ! Nous vîmes à quelques mètres devant nous un éclair de cuir noir qui semblait désigner Siobane, dans les hautes herbes. Ainsi, elle aussi s'était écarté du chemin et y revenait. Par contre, aucune trace de Laïar, et nous eûmes un sourire en songeant à quel point elle promettait d'avancer loin sur la Voie.

Nous-même nous glissâmes silencieusement dans les hautes herbes.
Les collines regorgeaient de plaques d'herbe moins drues, plus drues, d'autres couleurs, avec des rochers par endroit et des mottes de terre. Rien de tel pour être visible. Notre carrure –même si nous n'étions pas très imposant– était un sacré inconvénient, et nous nous plaquâmes le mieux possible contre l'herbe rêche de cette lande.

Cette herbe, avec des touffes de menthe poivrée qui disséminaient une odeur à nulle autre pareille, commençait cependant à nous agacer au plus haut point. Non seulement cela nous grattait horriblement, mais avancer sans faire bouger les herbes était presque impossible, et nous étions presque sûrs d'être repéré.

Avec une grimace, nous prîmes refuge derrière un rocher.
Prenant une grande inspiration, nous nous astreignîmes au calme, sachant que tant que nous ne bougerions plus de là elle ne nous trouverait plus. Le tout était de comprendre comment devenir invisible et insonore tout en restant devant elle.

Nous vîmes un endroit où l'herbe semblait plus haute et, avec une dernière inspiration, plongeons dedans en faisant remuer le moins de brins d'herbe possible. Une fois à l'intérieur, nous ne vîmes plus du tout notre maître, et en déduisons qu'elle ne nous voit peut être pas non plus. Peut être.

Nous contrôlons notre souffle pour le rendre inaudible.
Nous rampons le plus souplement possible à travers les tiges végétales, n'essayant plus de leur imposer nos mouvements mais plutôt de les laisser gouverner les nôtres, même si cela nous dévalorise légèrement. Et nous gêne. Un peu.

Mais cela n'a pas grande importance.
Nous réussirons. Coûte que coûte, vaille que vaille. Et nous les surpasserons tous. Tous autant qu'ils sont. Et puis nous prendrons le pouvoir grâce à la puissance des mercenaires. Oui, c'est cela que nous ferons... quand nous aurons fini notre apprentissage. Mais là, présentement, alors que nous nous cachons pour échapper aux sens hyper-développés de notre maître, cela n'a pas grande importance.

À présent nous n'attendons plus qu'une injonction nous révélant nos erreurs.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Kofu - Cours n°1   Mar 08 Nov 2011, 23:09

Anee observait les alentours, et indéniablement, tombait sur les traces de ses apprentis. Certes, elle ne les voyait pas forcément, mais reconnaître des traces sur le sol, ce n’était pas non plus très discret… Les herbes qui se couchent sur un passage, un cheveu qui danse follement au bout d’une herbe, des craquements, des souffles, respirations, des bruits de pas, des bruits de tissu froissé…

L’Envoleuse soupira.
Jeta un coup d’œil rapide et circulaire.

Laïar est juste derrière elle, à quelques pas, vers la droite.
Siobane derrière Laïar, mais plus dans le dos de son Maître.
Ethan s’était précipité dans un trou, derrière un rocher, et suivait aussi, légèrement en décalé sur la gauche.

Anee sourit.


- Laïar, derrière à droite.
Siobane, dans mon dos.
Ethan, à gauche, un peu plus loin.


-Elle ferma les paupières une seconde.

- Venez par ici.

Attendant qu’ils vinssent tous à ses côtés, elle regarda l’horizon et ouvrit ses sens. Il n’y avait toujours pas de danger, pour l’instant. Alors elle continua à marcher, pour expliquer leurs erreurs aux apprentis.

- Pensez à tout le bruit que vous pouvez faire. Votre respiration, d’une part, est très importante. Plus vous l’aurez ample et profonde, moins vous serez repérables. Ensuite, les bruits de votre corps. Quand vous bougez, vous bougez l’air autour de vous, vos vêtements se froissent, le tissu fait du bruit, et sur votre corps, et sur l’environnement – ici les herbes. La prochaine fois, équipez-vous d’une tenue appropriée, soit moins ample, soit de cuir.

Oui, elle n’avait pas grand-chose à dire de ce côté-là, étant donné que la plupart du temps elle était habillée d’une simple robe d’un cyan pâle ajustée par une ceinture à la taille. Mais au moins, elle ne faisait pas de bruit.

- Le tout n’est pas de se représenter quelque chose qui atteigne ces objectifs. C’est d’être ces objectifs. De continuer à tout percevoir autour de soi, mais à continuer à contrôler parfaitement son corps tout en était focalisé sur autre chose. C’est la clé de bien des choses, et notamment de la discrétion.

Hochant toute seule la tête, elle désigna le sentier devant eux, et expliqua qu’ils allaient continuer à marcher encore un peu, avant de courir à nouveau avant la fin de la journée. Mais qu’ils n’allaient pas marcher pour marcher. Elle leur donna donc un nouvel exercice sur le déplacement. Marcher, mais sans bloquer jamais aucune articulation. Tout en fluidité, rien ne doit jamais s’arrêter. La marche n’est pas l’association de plusieurs mouvements, mais un mouvement à lui tout seul. La marche n’est pas un pas après l’autre, c’est un mouvement de pas qui ne s’arrête jamais. Jouer dans les genoux, dans les chevilles, dans le bassin, c’était compliqué, et les premières fois que l’on s’y adonnait, il était très difficile de rester concentré plus de dix pas. Mais Anee insista pendant une bonne heure pour que ses apprentis sentissent la différence, et la ressentissent aussi, dans leur fluidité, et dans leur discrétion : ils faisaient beaucoup moins de bruit ainsi !

Elle insista, jusqu’à percevoir quelque chose.
Un sourire se dessina sur ses lèvres, et elle arrêta immédiatement ses apprentis dans leur exercice.
Elle avait déjà repéré que les uns et les autres avaient au moins une arme sur eux.


- Apparemment, on a une petite visite.

Le brigand transperça soudain les quelques buissons qui parsemaient la route pour se jeter sur eux. Nee passa devant ses apprentis, se glissa le long du corps de l’assaillant avec une fluidité déconcertante, et pressa un point à la base de sa nuque. Il s’effondra.
Se tournant vers ses apprentis, elle sourit.


- Il en reste un autre. A vous de jouer.

Ces brigands étaient un minimum entraînés, et se débrouillaient pas trop mal en escrime, elle en était certaine. Sinon, ils n’auraient pas été que deux à tenir une embuscade. Mais trois apprentis devraient pouvoir s’en débarrasser, surtout à trois…
Non ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Groupe Kofu - Cours n°1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Groupe Leenio - Cours n°5
» Groupe Humo - Cours n°3
» Groupe Bizya - Cours n°2
» cours de latin
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Vor-
Sauter vers: