AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 L'envie d'une tannière... [PV Miss]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3451
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 35 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: L'envie d'une tannière... [PV Miss]   Mer 12 Oct 2011, 21:02

Erwan soupira doucement, avant de se tourner sur sa selle pour se tourner vers Miss. La jeune femme était là, avec lui, chevauchant sa propre jument, Nyu. La chance leur avait souri, étant donné que les deux juments s’entendaient plutôt bien… et même vraiment bien : elles ne se lâchaient plus désormais, toujours l’une à la hauteur de l’autre. Ou bien, selon les passages, l’une passait devant, ou l’autre, selon la difficulté.

Cela faisait trois jours qu’ils étaient partis à cheval de l’Académie, en direction du Sud-Ouest. Ils avaient longé l’immensité magnifique des Dentelles Vives en se promettant d’y grimper tous les deux, quand Ylléna serait plus grande ; puis, ils étaient passés au travers des collines de Taj, à côté d’Ondiane et d’Al-Vor ; ils avaient récupéré de la poudre de lait dans la grande ville, et continué leur voyage toujours vers le Sud-Ouest. En direction de l’Océan, et de la pointe du Pays Faël.

Pourquoi cette direction ?
A dire vrai, Erwan ne faisait que suivre les intuitions de Miss. C’était elle qui avait désigné cette direction, comme une évidence. Que cherchaient-ils de ce côté ? Bonne question ; peut-être simplement un endroit où être seuls tous les deux. Même si à l’Académie ils étaient souvent tous les deux, ce n’était pas la même chose, évidemment.

Erwan avait un besoin féroce, depuis quelques semaines, d’un nid douillet où il aurait pu se poser avec sa bien-aimée. Un lieu qui aurait été construit de leur sérénité et de leur amour, qui aurait reflété leur bonheur et dont les murs auraient été enduits de leurs rires respectifs. Oui, il avait besoin d’un chez-lui, comme l’avait été la Citadelle. Et il avait envie qu’Ylléna pût avoir un chez-elle.

Il en avait parlé à Miss.
Réalisé que c’était aussi son souhait.
Réalisé que décidément, ils étaient sur la même longueur d’onde.

Harmonie aux notes pures
Accords d’un arpège parfait
Beauté d’instants


C’était un poème qu’il avait écrit dans le vent, Miss le regardant, le premier jour de leur voyage.
A chevaucher côte à côté, ils n’avaient cessés de parler.
De s’écouter.
De s’entendre.

C’était comme une intuition immense, comme un instinct primaire. Miss avait ce besoin, cette évidence, en elle, d’avancer dans cette direction, et Erwan la suivait pour le plaisir d’être avec elle. D’être avec elles. Ylléna semblait apprécier ce voyage, tantôt avec sa mère, tantôt avec sa mère. Dès qu’elle posait un pied à terre elle marchait dans tous les sens et essayait de prononcer tous les mots possibles. Ils avaient pris l’habitude de rire de ses essais infructueux, et loin de s’en offenser, la petite riait à son tour.


- Ppaa ? Schaaa ?

Erwan revint à l’instant présent, un sourire sur les lèvres. Se penchant un peu en avant, sa grande main toujours sur le torse de sa fille, fièrement assise sur le devant de sa selle, son regard fila vers ce que montrait la petite. C’était un tronc d’arbre allongé sur le sol, déraciné, qui s’imposa d’abord à lui, avant qu’il ne vît la forme rouge qui filait en dessous.

- C’est un écureuil ma chérie.

- ‘Cureul !

- E – cu – reu – i – yeu

- Eu – cu – rille !

- Presque !


Déposant un baiser sur le haut du crâne de sa fille, Erwan inspira son odeur, avant de tourner le visage vers Miss. Cette dernière chevauchait tranquille sur le dos de Nyu, les yeux dans le vague, et il se demanda à quoi elle pouvait bien penser.

Ses doigts filèrent vers son cou. Vers sa peau. Pour l’effleurer, dans une caresse douce.


- Mon amour ? Tu penses à quoi ?

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'envie d'une tannière... [PV Miss]   Ven 14 Oct 2011, 13:29

    Oui, Miss avait cette nécessité dans le ventre. Une nécessité qu’elle ne comprenait pas, et qu’elle n’avait jamais appréhendée sous cette forme particulière. Bien souvent, c’était son instinct qui la guidait, et elle ne réfléchissait pas réellement, laissant ses pieds ou sa monture la porter. Là, c’était différent. Elle savait où elle allait, sans le savoir. Elle était certaine de la direction à prendre, comme si quelque chose l’appelait ; mais elle était bien incapable de dire où se trouvait cette chose, c’était comme si elle n’entendait que des échos d’une voix lointaine. Difficile d’exprimer réellement ce qu’elle ressentait, depuis quelques jours, depuis qu’ils étaient sortis. Elle n’avait ressenti qu’une seule fois cela, et c’était lorsqu’elle gravissait le Rentaï pour demander sa Greffe… cette certitude de savoir où aller sans en avoir aucune idée physique. Un léger soupir se glissa hors de ses lèvres, alors que la voix d’Erwan la tirait de ses pensées. Elle sourit à son compagnon, posa son regard sur leur fille, devant lui, avant de répondre dans un sourire :

    - A rien de particulier… A cette sensation qui me pousse en avant. Je trouve ça étrange. Je n’ai ressenti cela qu’une seule fois, et c’était au Rentaï…

    La jeune maman fit une petite pause, ses yeux d’une immensité violette parcourant l’horizon. Elle avait la certitude qu’ils seraient bientôt arrivés. Bientôt, mais pas tout de suite. Et cette chose, dans son ventre, qui la poussait vers l’avant, dans cette direction… C’était étrange. Elle se sentait parfois comme dans un état second, comme si quelque chose l’appelait, au plus profond d’elle-même… Se secouant doucement, elle se redressa sur le dos de Nyu, et lui flatta l’encolure. La petite jument souffla de contentement, avant d’accélérer légèrement son pas. Miss aurait mis sa main à couper que la petite jument ressentait le même appel qu’elle : après tout, leurs auras se mélangeaient même quand la Marchombre gardait la sienne pour elle. Elles communiquaient de manière totalement intuitive, c’était étonnant mais enrichissant, indéniablement. Puis, se tournant vers Erwan, elle lui adressa un large sourire. Quelque chose la mettait sur la voie. Elle sentait un nouveau pic dans son ventre, une nouvelle direction, une nouvelle envie. Et cette sensation d’arriver. Ils marchaient le long de la plage, longeant la côte en direction de l’Ouest ; la mer étant magnifique et douce, en ce jour, même si les embruns marins étaient très froids. Ils marchaient au pas sur leur monture, le sable s’enfonçant à chacune de leurs foulées, et un pic rocheux attira l’attention de la jeune femme.

    Il n’avait pourtant rien de spécial. Sa silhouette se découpait sur la mer grise et légèrement agitée, devant un ciel clair mais nuageux. De l’endroit où elle se trouvait, elle pouvait voir les feuilles des buissons qui s’y dressaient se balancer au grès du vent. Se passant la langue sur les lèvres, elle sourit.


    - Je crois que c’est là.

    Adressant un sourire flamboyant à Erwan, elle n’eut même pas à demander à Nyu de passer au galop : la petite jument sentit son excitation, et était elle aussi soudain fébrile. Elle s’élança. N’attendit même pas Joya, avec laquelle elle s’était découvert une connivence étonnante. Nyu galopait, les crins dans le vent, les cheveux de Miss qui claquait derrière elles, les oreilles rabattues contre son crâne pour ne pas prendre le vent de pleine face, et ne cessait d’accélérer. La petite jument ne s’arrêta que lorsqu’elle eut atteint le sommet du monticule, à une dizaine de mètres du gouffre qu’i s’ouvrait sur la mer. Elle s’arrêta… net. Miss bougea à peine dans sa selle, répondant parfaitement aux sollicitations de sa monture. Les yeux rivés sur la silhouette qui se découpait devant l’océan. Un long frisson parcourut la Marchombre. Une boule se format dans sa gorge, et elle ne sut plus que faire… Descendre de cheval, d’abord. Puis, s’avancer. Les yeux toujours rivés sur la silhouette féminine assise au bord du précipice. Nyu s’agitta, avant de renâcler bruyamment, tirant Miss de sa contemplation. Une seconde silhouette immergea des buissons, plus loin.

    Fluidité, légèreté, sérénité.

    Le cœur de Miss s’emballa. Il y avait quelque chose, une certitude, mais elle était incapable de dire laquelle. Elle savait qui était ces gens, sans le savoir. Elle savait ce qu’ils étaient. Ni Marchombre, ni Mercenaires, ils étaient avant tout eux-mêmes, et après le reste. La seconde silhouette était celle d’un homme, et il lui adressa un sourire, avant de poser sa main sur l’épaule de la femme assise. Cette dernière leva le visage vers lui, avant de se tourner doucement dans la direction de Miss.


    - Ecya…

    Miss n’avait pas vu ses lèvres bouger, mais elle était certaine que c’était la femme qui venait de parler. Et qui la fixait sans ciller, une once de sourire dans le regard, les lèvres à moitié tordues entre le rire et le pincement qui signifiait des larmes refoulées. La Marchombre ne comprenait pas. Ne voulait pas comprendre. Et d’un coup, elle n’eut plus du tout envie d’être ici ! Posant doucement sa main sur l’épaule de Nyu, elle bouillait de l’intérieur. Sauter en selle, et repartir. Immédiatement. Sans un regard en arrière. Nyu frémit à son contact, mais le message était passé. Elle était prête à s’élancer dans une voix s’éleva plus loin, douce et trille.

    - Maamaaa ?

Revenir en haut Aller en bas
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3451
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 35 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: L'envie d'une tannière... [PV Miss]   Mar 18 Oct 2011, 22:01

Il comprenait très bien ce qu’elle voulait dire, quand elle parlait du Rentaï. De cette sensation de savoir où l’on va sans en avoir réellement conscience. Il l’avait, comme elle, ressentie dans son ventre ; mais cela ne se cantonnait pas seulement à cet instant magique dans le désert des murmures : en effet, avec le jaguar, bien souvent il sentait une évidence sans savoir ce qu’elle était, au travers de l’animal qui vivait en lui.

Le visage de Miss se modifia légèrement, comme si elle se concentrait avant de se relâcher immédiatement. Erwan connaissait par cœur les traits de la jeune femme, chacune de ses grimaces avait une signification, bien souvent évidente car elle n’était pas du genre à rester mystérieuse et impassible, loin de là. Cela n’aurait pas été Miss sinon. Un léger sourire flotta sur les lèvres du jeune homme, alors que la jeune femme désignait un pan de roche qui surplombait l’Océan torturé.

Le Marchombre ne fit aucun commentaire, se contentant de fixer le lieu qu’avait désigné Miss. C’était un large surplomb au-dessus de l’Océan, défiant la gravité, puissant et fort, semblant pourtant sous le vent et les poupes mousseuses des vagues d’une fragilité extrême… Erwan retint son souffle. Il y avait en effet quelque chose, dans cette pointe, qui inspirait au respect ; et qui remettait l’homme à sa place, comme le faisait si bien la nature : insignifiant. Serrant un peu plus sa fille contre lui, le jeune homme vit Miss s’élancer dans un galop infernal sur le dos de Nyu, et un sourire étira ses lèvres.

Décidément, Miss restait imprévisible.
Alors qu’elle parlait calmement, qu’il avait l’impression qu’elle prenait son temps, elle n’avait même pas à bouger sur le dos de sa monture que cette dernière répondait à une sollicitation silencieuse. Et il fallait bien avouer que Nyu n’y était pas allée contre son grès, vu la vitesse à laquelle elle s’était élancée. Il poussa un léger soupir, alors que Joya s’agitait sous sa selle, impatiente de rejoindre la petite jument alezane cuivrée. Cependant, Erwan ne lui en laissa pas la possibilité, en tout cas pas celle dont elle voulait – partir dans un galop effréné pour rattraper Nyu – mais dans un trot souple, la tête en bas, pour ne pas trop déstabiliser Ylléna devant lui.

La petite jument renâcla, mais ne fit pas de caprice et avança donc dans un petit trot dans la même direction qu’avait prise Nyu quelques secondes plus tôt, vers l’immense pic vertigineux, au-dessus des vagues déchaînées. Plus ils montaient, et plus le vent forcissait ; cependant, l’air était agréable quoique piquant car plutôt frais. Erwan souriait, et Ylléna se blottissait tout contre lui, ses petits poings serrés sur son manteau et dans la fourrure de ce dernier. Ils n’allaient pas spécialement vite, pourtant l’air emmena très rapidement l’odeur de Miss jusqu’à Erwan, ainsi que deux autres odeurs… humaines. Son estomac bondit dans son ventre, et il ne put s’empêcher de presser légèrement Joya, qui accéléra avec joie : le jaguar indiqua à Erwan que les deux autres personnes ne semblaient pas avoir d’intentions belliqueuses, mais une odeur charriée par le vent peut avoir perdu de sa teneur, et Erwan n’avait pas envie d’arriver trop tard.

Les silhouettes de Miss et de Nyu se découpèrent sur le sol verdoyant qui continuait de monter, la Marchombre étant à côté de sa jument. Les deux silhouettes étaient postées plus loin, l’une féminine assise sur le sol, face à l’océan, et l’autre, masculine, à ses côtés. Dans l’attitude de la jeune femme, tout poussait à croire qu’elle n’avait plus qu’une envie : partir. Pourtant, elle avait été poussée jusque là par un instinct bien trop puissant pour qu’Erwan ne le comprît réellement, malgré sa connaissance en la matière – grâce au Jaguar. Et d’un coup, elle changeait d’avis ? Etait-ce son instinct qui la poussait à repartir désormais ? Remettant Joya au pas, le Marchombre se redressa sur sa selle, gardant le silence ; mais Ylléna ne semblait pas de cet avis, et n’eut qu’une envie : appeler sa mère, lui montrer qu’elle était là, elle aussi.


- Maamaaa ?

Erwan la plaqua un peu plus contre son torse, mais c’était peine perdue : la petite voulait désormais rejoindre les bras de sa mère. Il ne comprenait pas réellement ce qu’il se passait ; il y avait une drôle d’ambiance dans l’air, un drôle de ton. Une tension palpable. Le Marchombre fronça les sourcils, observant les deux silhouettes plus loin, avant de descendre de Joya pour laisser Ylléna à Miss. C’est quand il la lui tendit que son regard croisa celui de la femme.

Violet.
Indigo.
Le jeune homme cligna des yeux.
C’était évident. Juste naturel.
La même courbe du menton, la même couleur d’iris…

Il observa l’homme.
Le même nez, la même immensité d’yeux ;
Le même air perplexe.

Erwan tourna le visage vers Miss.
Interrogateur.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'envie d'une tannière... [PV Miss]   Lun 24 Oct 2011, 20:22

    Une seule envie : s’échapper, s’éloigner le plus possible de cet endroit. Ne pas savoir, ne pas comprendre. Miss repoussa chacune de ses pensées qui avait pour cible ces deux personnes, plantées là, à la regarder. Non ! Les doigts à peine posés sur l’épaule de Nyu, elle allait se mettre en selle quand la voix de sa fille retentit dans les airs. Alors, elle sentit un énorme poids dans son ventre, dans son estomac, comme si elle avait pris un puissant coup de poing. Sa gorge se liquéfia, et elle prit doucement sa fille dans ses bras, alors qu’Erwan était aussi descendu de sa jument pour la lui tendre. Ses yeux interrogateurs se plantèrent dans ceux de Miss, qui frissonna doucement face à l’évidence qu’elle lisait à l’intérieur. Plaquant Ylléna contre son torse, elle tint la petite dans ses bras, le souffle court, déposant seulement un rapide baiser sur son front. La petite sembla s’en offusquer un instant, râlant, mais à son tour elle découvrit les deux personnes qui étaient là, et partit dans un rire trille qui fit doucement frissonner Miss. Gigotant dans tous les sens, la petite fille voulait descendre, et Miss la posa sur le sol, dans une sorte d’état second. Elle ne voulait pas s’approcher. Elle ne voulait pas savoir…

    - Oh, qu’elle est magnifique !

    La voix de la femme retentit, tirant Miss de sa léthargie. Ylléna s’était précipitée dans un pas mal assuré dans les bras de la femme, inconnue, sans aucune hésitation. La jeune maman hésita un instant, avant de lancer un long regard à Erwan. Il vit sûrement qu’elle ne voulait pas savoir, pas comprendre, même si quelque part, elle avait conscience d’absolument tout ce que cette rencontre impliquait. Serrant les dents, fermant les poings, la Marchombre se planta devant la femme, devant l’homme. Tous les deux se tournèrent lentement vers elle, l’observant, la dévorant des yeux. Mais les yeux de Miss lançaient des éclairs noirs. Et sa voix, quand elle s’éleva, était tout sauf aimable. Même acerbe. Elle ne se connaissait pas comme ça, c’était certain. Comme elle en avait fait la remarque quelques semaines plus tôt à son apprentie, elle ne cherchait pas son passé, n’avait aucune chance de le découvrir, et surtout elle avait désormais sa famille bien à elle. Ylléna et Erwan. Peut-être d’autres viendraient, aussi. Elle ne voulait pas d’ascendance. Elle avait Lilita, et la Petite était sa vraie mère, celle qui l’avait élevée, et qui ne l’avait jamais abandonnée. C’était elle qui était partie – sans le faire exprès, certes – mais en aucun cas elle ne l’avait voulu, et Lilita non plus. Fermant les yeux, la jeune femme essaya de modeler ses émotions, ses mots. Peine perdue. Sa voix claqua, sèche, irritée.

    - Oui, elle est magnifique. Et je ne l’abandonnerai jamais, moi !

    Se baissant, elle tendit ses mains vers Ylléna, qui hésita un instant, avant de s’y précipiter. La soulevant rapidement, elle la blottit contre elle, et sans un regard en arrière fit quelques pas dans la direction de Nyu et d’Erwan, implorant ce dernier du regard : elle voulait partir. Ne pas connaître leur nom. Oublier leur visage…

    - Ecya…

    La voix était plaignante, et cela agaça Miss au plus au point. Elle fit une volte-face tellement rapide qu’Ylléna en hoqueta de surprise – pourtant, elle était habituée maintenant – et planta son regard dans celui de la femme.

    - Mon nom est Miss ! Je ne veux rien entendre de vous ! Je m’en vais, et vous ne me reverrez plus jamais, est-ce bien clair ?

    Serrant les dents, Miss jugula l’excès de larme qui menaçait de passer ses yeux. Redressant le menton, elle resta là un instant, avant de vouloir se remettre en mouvement.

    - Miss…

    C’était la voix de l’homme qui venait de résonner dans l’air. Miss retint son souffle. Cette voix était forte, puissante, basse. Troublante. Elle ne douta alors pas un instant que c’était lui qui l’avait amenée jusqu’ici, qui l’avait manipulée, quelque part, pour qu’elle se jetât dans la gueule du loup.

    - Tais-toi.

    Un nouveau regard noir. Miss ne se connaissait pas comme ça. Ne pensait pas qu’elle pouvait être d’humeur si sombre, si colérique… Enfin, si, mais cela faisait une dizaine d’années que cela ne lui était plus arrivé. Depuis la fin de son apprentissage d’Envoleuse. Elle serra les dents, avant de s’approcher de Nyu, qui renâcla doucement.

    - Viens Erwan. Ce n’était pas ici. Nous n’avons rien à faire là.

    Prenant Nyu par la bride, elle commença à s’éloigner…

Revenir en haut Aller en bas
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3451
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 35 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: L'envie d'une tannière... [PV Miss]   Dim 06 Nov 2011, 22:00

Erwan ne bougeait pas.
Observait juste.
N’osait presque pas respirer.

Il y avait quelque chose dans l’attitude de Miss qui lui disait méfiance. Une posture, un regard dur et colérique, et son sourire éternel transformé en une bouche tordue par l’agacement et sans doute d’autres sentiments qu’il était bien incapables de décrypter. Mais pourquoi se mettait-elle dans un tel état ? N’était-elle pas heureuse de les retrouver ?

La suite lui donna la réponse.

Alors que la femme d’un âge plutôt avancé s’exclamait sur la beauté d’Ylléna et que cette dernière allait la voir, curieuse, il détailla un peu plus sa compagne et sa jument. Toutes les deux étaient dans un étant de nerf étonnant, à fleur de peau, c’était le cas de le dire. Pourtant, c’est avec un certain contrôle sur elle-même que Miss invita leur fille à la rejoindre, et la prit dans ses bras dans un geste protecteur.

Il n’avait jamais entendu ce ton dans la voix de Miss.
C’est à ce moment-là qu’il saisir la profondeur de l’émotion, du sentiment qui hantait la jeune Marchombre et qu’il n’avait pas compris plus tôt. La rancœur. Une rancœur qu’il n’aurait jamais pu entrevoir, deviner, autrement. A dire vrai, il ne pensait pas du tout que Miss pouvait être rancunière. Elle était tellement spontanée, tellement fraîche, tellement franche, qu’elle ne pouvait pas garder ces sentiments pour elle.

Pourtant, à ce moment précis, il comprit cette ampleur étrange.
Miss n’avait jamais parlé à quiconque de ses parents, et s’en fichait royalement, il en était certain. Les discours qu’elle tenait quand ils étaient encore à la Citadelle montrait qu’elle avait sa mère, Lilita apparemment, et que même si cela avait été sa mère adoptive, elle la considérait comme telle car sa vraie mère, comme son vrai père, ne méritaient pas cette appellation.

Miss avait des idées arrêtées, certes.
Miss était imprévisible, c’était un fait.
Miss était fière et libre, évidemment.
Libre de choisir qui étaient ses parents.

Un léger sourire étira les lèvres d’Erwan.
Il pouvait comprendre la réaction de Miss indéniablement. Il la comprenait, même. Mais pour lui, sa réaction restait bien trop inadaptée et considérable, peut-être même enfantine. Spontanée, certes, mais disproportionnée.

La femme venait de la nommer Ecya. Encore une fois, Miss réagit violemment. Enfin, ce n’était pas réellement violent, mais par rapport à ce qu’Erwan connaissait d’elle, c’était plutôt brutal, vraiment.
Un ton cuisant.
Frappant.

Erwan croisa les bras sur sa poitrine, fixant Miss de son regard cobalt.
Il ne dit rien. Il n’y avait rien à dire.
Elle comprendrait.







[Désolé, très court, mais tu m'as donné du fil à retordre ! x) ]

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'envie d'une tannière... [PV Miss]   Lun 14 Nov 2011, 19:26

    Elle n’entendit pas le souffle d’Erwan dans son dos. Elle ne perçut pas son mouvement. Alors, irrémédiablement, elle se tourna pour chercher son regard. Le trouva. Inflexible. Profond. Malgré elle, Miss sentit le rouge lui monter aux joues. Ne comprenait-il donc pas ? Ne pouvait-il pas saisir qu’elle n’avait aucune envie de les voir ? Qu’elle ne voulait pas savoir ? Ne détournant pas le regard, elle trouva la réponse à chaque de ses questions : si, bien sûr, il comprenait. En tout cas à sa façon. Et ce n’était pas pour cela qu’il restait ainsi, immobile, à attendre une réaction de sa part. C’était parce que selon lui, elle était allée trop loin. Mais elle n’avait aucune envie de revenir sur ses paroles, sur ce qu’elle avait dit. Une vague de colère et de rancune la traversa, et elle se rendit compte pour la première fois de sa vie que ces sentiments avaient toujours été enfouis au fond d’elle, et que jamais elle ne leur avait permis d’en ressortir. Mais voilà, étant donné que le sujet-même de ces émotions était devant ses yeux, elles ne pouvaient que se déclamer. Serrant les dents, Miss ne repoussa pas ces sentiments. Ils étaient trop puissants, au final, pour qu’elle voulût les arrêter. Elle n’avait par contre aucune envie de les potasser. Lâchant un long soupir, elle lança un long regard à Erwan. Très bien. Sa décision, dans ce cas, était prise. Elle donna Ylléna à son père, et cette dernière râla un instant. La Marchombre fit une dizaine de pas vers les deux silhouettes qui continuaient à la dévisager. Des visages qui n’étaient pas sereins, mais emprunts de douleur et de colère, à leur tour. De regrets, aussi.

    - Très bien. Je vais la jouer franco. Ne venez pas vous plaindre de ce que j’aurais dit, car chaque mot que je vais prononcer, je le pense très fort et depuis très longtemps.

    C’est à cause de vous que je suis allée chez les Mercenaires du Chaos. C’est à cause de vous que j’ai dévié et perdu du temps par rapport à ma Voie. Parce que je ne savais pas vraiment qui j’étais, et que je me suis toujours cherchée. Être la fille d’imbéciles facétieux et de fantômes mourrants, ce n’est pas facile ! Et même si j’ai toujours tout refoulé, même si j’ai repoussé tout cela pour trouver mon équilibre et mon Harmonie, ces derniers n’ont jamais été entiers. Je m’en rends compte maintenant, parce qu’évidemment sur le coup, je me suis toujours sentie la plus heureuse du monde.

    Sans vous.

    Alors n’allez pas croire que parce que soudain vous apparaissez je vais vous sauter dans les bras ! J’ai votre sang et votre chair, oui, mais je suis moi avant tout. Je ne regrette rien de mon parcours, parce que si cela s’était déroulé autrement, je ne serais pas celle que je suis aujourd’hui. J’ai ma famille, je suis heureuse, et vous venez tout foutre en l’air !


    Elle se tourna, furieuse, vers l’homme.

    - Tu te prends pour qui, à m’attirer comme ça ici ?! Parce que je sais que c’est toi. Ca ne peut qu’être toi ! Tu n’as aucun droit sur moi ! Vous n’avez aucun droit sur moi !

    Mais maintenant que vous êtes là, vraiment, j’en profite pour cracher ce venin, ce venin qui a macéré au fond de moi sans que je m’en rende compte. Alors vous allez enfin servir à quelque chose : je suis libre. Libre de vous. Ce que je suis, je ne le dois à personne d’autre qu’à moi-même.

    C’est clair ?


    Son regard violet flamboya de défi, et pourtant elle se calma alors instantanément. Elle était ainsi, depuis toujours : une fois qu’elle avait dit ce qu’elle avait à dire, tout se remettait en place chez elle. Pas de rancune, pas de faux-semblants. Un léger sourire s’esquissa sur ses lèvres.

    - C’est vraiment ton portrait craché, Lykia…

    Une lueur de fierté passa dans le regard de la vieille femme.

    - Il y a tellement de toi dans son discours…

    Miss haussa un sourcil, avant de soupirer. Elle tourna le regard vers Erwan, le suppliant par cet intermédiaire de venir la rejoindre. Nyu l’observait, aussi, et semblait s’être calmée à son tour. Lorsque la main chaude de son compagnon entoura la sienne, Miss se sentit immédiatement mieux.

    - Tu te fais appeler donc Miss…

    - C’est original, au moins.

    - Tu es perspicace, ma chérie. Tu as su que c’était ton père qui t’avait appelée. Mais sais-tu comment il l’a fait ?

    - l’Imagination recèle bien des surprises…


    Miss planta son regard dans celui de l’homme. L’Imagination ?

Revenir en haut Aller en bas
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3451
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 35 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: L'envie d'une tannière... [PV Miss]   Ven 18 Nov 2011, 15:57

Erwan enveloppa la main de Miss de la sienne.
La serra.
Fort.

Un sourire sur les lèvres, tenant sa fille de l’autre bras, il déposa un léger baiser sur le haut de la mâchoire de sa compagne, avant de laisser son regard glisser vers ces deux personnes. Ses parents, évidemment. Cela ne pouvait qu’être cela, et ce qu’ils répondirent à la Marchombre montraient plus que tout que c’était le cas.

Il n’y avait aucune rancœur dans leur regard, dans leur sourire. Pas de colère. Juste une prise de conscience, juste une fierté indicible.
N’était-ce pas le rôle des parents de ne pas en vouloir à leur enfant ?
De pouvoir faire la part de chaque chose ? De comprendre le mal qu’ils avaient pu leur faire ? De comprendre que c’était de leur responsabilité de parent de s’occuper toujours, et de conseiller toujours ?
Un sourire étira les lèvres du Marchombre.

Il se souvenait comme si cela s’était passé la veille de son apprentissage avec sa mère, son Maître. Tous les conseils, toutes les choses qui les lui avaient ouvert les yeux, toujours plus grand. Même de son père ; et la perte de ce dernier avait eu des répercussions sur toute sa vie : le jaguar l’accompagnait désormais à chaque pas, était en lui. Et même s’il l’avait détesté, même s’il avait stagné à cause de lui, il avait aussi continué à avancer inexorablement. Désormais, il s’entendait parfaitement avec le jaguar, même si ils restaient tous les deux imprévisibles à leur manière.

Comme Miss.
Miss l’imprévisible, l’impulsive.
Un sourire tendre envahit ses sens, alors qu’il la regardait…

Attrapant Miss par la taille, au niveau des reins, il la blottit contre lui, avant de la faire avancer d’un pas.
Le dialogue avait commencé. Pas forcément comme il l’avait espéré, pas forcément de la bonne manière, mais c’était désormais engagé, et il ne comptait pas laisser les choses dans cet état. Pour lui, Miss devait connaître un peu plus ses parents. Même si pour elle, ils ne l’étaient pas sentimentalement, dans l’esprit du jeune homme, c’était nécessaire ; c’était dans la continuité des choses.


- Retournons donc aux bonnes manières…

Le regard rieur, une ombre de sourire malicieux sur les lèvres, il s’avança encore d’un pas vers les deux personnes.

- Je m’appelle Erwan, et voici donc Ylléna. Notre fille… Votre petite fille.

Se baissant, il déposa la petite sur le sol, et cette dernière l’interrogea du regard, hésitante. Lui souriant, il lui adressa un léger signe du menton en direction de Lykia et son compagnon. Ylléna fronça les sourcils, hoquetant, et porta son attention sur sa mère. Ses grands yeux entre le bleu et le violine croisèrent ceux de sa mère, et elle finit par se décider. Hésitante, l’éclat de son regard pervenche brillant doucement, elle finit par esquisser un premier pas vers eux, puis deux… Finit dans une course quelque peu incontrôlée dans les bras de la dénommée Lykia.

- Ylléna… C’est un magnifique nom. Ravie de te connaître, Erwan. Je suis donc Lykia.

- Je m’appelle Nornan.


Erwan hocha la tête doucement.
Son regard revint sur Miss.
Il sourit.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'envie d'une tannière... [PV Miss]   Ven 06 Jan 2012, 09:59

    Il la fixait, tranquillement. Il ne semblait pas se rendre compte de l’émoi qu’il venait de causer à la jeune femme, c’était un fait. Mais en même temps, elle était juste curieuse, au fond. Pourquoi l’Imagination ? Son père était Dessinateur ? Autre chose ? Parce que c’était vrai qu’il n’y avait pas que des Dessinateurs qui utilisaient cette dimension : les Rêveurs, comme les Nautoniers, utilisaient des pans différents de cette dernière. Enfin, pour avoir de telles capacités, et réussir à faire un truc pareil, elle ne voyait tout simplement pas comment c’était possible, même en étant Dessinateur… Enfin, de toute façon, elle le saurait, il allait le lui dire… tenter de lui expliquer ?!

    Erwan la prenant par la taille, elle se laissa emporter contre son torse et posa son visage contre ce dernier. Effleurant la main d’Ylléna, elle sourit tendrement à sa fille, alors qu’Erwan continuait la conversation. Elle avait dit ce qu’elle avait à dire, certes, mais cela ne signifiait pas qu’elle avait envie de rester ici à papoter avec ces… gens. Pourtant, le Marchombre ne semblait pas de cet avis, et loin de là. Il se présenta, ainsi que leur fille, avant de la poser par terre. Miss soupira : et quand Ylléna posa son grand regard pervenche dans le sien, elle ne put s’empêcher de sourire. Comme si elle attendait cela, et qu’elle le prenait pour un consentement, la petite rejoignit Lykia et Noran – puisque c’était bien leur prénom. Miss lâcha un soupir, encore une fois. Mélange de frustration et de résignation.

    Son regard fila dans celui d’Erwan, et elle l’observa quelques secondes, plusieurs minutes peut-être. Elle ne savait plus. Parce que quand elle trouvait son regard cobalt, elle s’y perdait littéralement. Et encore plus quand tant de choses s’y mêlaient. Le jeune homme n’était pas du genre démonstratif, et pourtant elle avait appris à reconnaître ses attentions ; et la plupart se trouvaient dans ses yeux. Il n’était pas comme elle, on ne pouvait pas suivre le fil de ses pensées juste en cherchant son regard ou en détaillant son visage ; ce n’était pas qu’il se cachait non plus, elle en avait parfaitement conscience. Simplement, il exprimait moins les choses. Mais – preuve en était avec cette scène – quand il avait quelque chose à faire passer, il le faisait très clairement. Plongée dans son regard, elle se dressa sur la pointe des pieds pour chercher ses lèvres un instant, et dans ce baiser s’abandonna enfin. Sereine.

    Ce fut Nornan qui la tira des bras d’Erwan, en faisant un pas en avant, dans leur direction. Un léger sourire sur les lèvres, il planta son regard dans celui de Miss.


    - L’Imagination. Non pas que le maîtrise cette forme d’esprit totalement, mais avec un esprit tourné d’une certaine manière, on peut en tirer des choses stupéfiantes. Mais je ne pense pas que tu puisses comprendre, sache simplement que je ne me moque pas de toi…

    Hochant la tête, Miss lâcha un léger soupir, avant de se détacher d’Erwan.

    - Moais, on va dire ça. Enfin… Et pourquoi maintenant ? Pourquoi ici ?

    Un éclat passa sur le visage et dans les yeux de l’homme, qui réussit à se contrôler malgré tout. Voyant son mari – ou juste compagnon – en difficulté, Nornan s’avança jusqu’à sa hauteur, Ylléna dans les bras.

    - Tu peux la laisser marcher, elle sait se débrouiller et faire sa vie…

    - Oui, oui, mais j’aime la tenir dans mes bras… Nornan, ça va ?

    - Je… Oui, je crois. Enfin…

    Miss. Je t’ai appelée maintenant et pas avant pour plusieurs raisons : d’abord, on ne savait pas trop quoi penser avec ta mère. Ni si tu étais encore en vie. Ensuite, je n’ai trouvé cette idée pour te contacter que très récemment, après avoir rendu visite aux Faëls. Nous n’avions aucun moyen de te trouver avant, et pourtant nous avons fouillé Gwendalavir de fond en comble…


    - Ha…


    Elle avait tout simplement du mal à y croire. Après tout, au final, en enfouissant cela au plus profond d’elle-même, elle n’en avait plus souffert consciemment depuis des lustres, c’était le cas de le dire. Et jamais elle n’avait pensé que ses parents pouvaient être encore en vie, ou qu’ils la cherchaient. Pour elle, elle était seule, et elle n’avait jamais cherché plus loin. Elle n’avait pas eu envie de savoir…

Revenir en haut Aller en bas
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3451
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 35 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: L'envie d'une tannière... [PV Miss]   Lun 09 Jan 2012, 16:11

- Et comment avez-vous su qu’elle était encore en vie ? Et que c’était bien votre fille ?

Je ne doute pas de vos paroles. J’aimerais juste comprendre…

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'envie d'une tannière... [PV Miss]   Lun 09 Jan 2012, 16:32

    Nornan soupira, cherchant le regard de Lykia.

    - Je ne le savais pas. Nous ne le savions pas. C'était notre dernier recours, notre dernière chance... Pour avoir un espoir de la retrouver. Je l'avais tenue dans mes bras, je l'aimais de tout mon coeur, et je pourrais la distinguer entre mille. Il y a des choses qui nous échappent, et dans le monde réel, et dans l'Imagination. J'ai réussi à aller plus loin, mais je ne saurais l'expliquer rationnellement. Je ne me l'explique pas à moi-même. C'était plus une impulsion, un désir vif, une rage intérieure...

    - Je ne comprends pas. Pourquoi vous me cherchiez alors que vous m'avez abandonnée ?!
    C'est Lilitia qui m'a trouvée, et m'a éduquée et aimée comme sa propre fille. Elle m'a dit que j'étais parfaitement seule, et qu'il n'y avait pas la présence de quelconque autre humain à proximité... Comment tu.. vous allez expliquer ça maintenant ?
    " Oh, mais c'était une erreur, on t'a arrachée à nous ! "
    Mon oeil, ouais. Quand on aime, on ne compte pas, et on se donne à corps perdu ! On ne laisse pas partir les gens comme ça ! Vous vous trouviez forcément pas très loin à un moment donné !


    - Ec... Miss, calme-toi.

    - Non ! Je veux des réponses !

    - Tu vas les avoir...

    - Tu étais notre fille, Miss. Tu t'appelais Ecya, et nous t'aimions plus que tout. Mais voilà, ton père a été traqué, dès ta naissance. Un Mentaï décidé à l'éliminer, parce qu'il avait réussi à lui soutirer des informations. Nous avons fui, mais il nous a retrouvés. Il a réussi à te prendre, et nous a menacés de te tuer si on ne capitulait pas. Mais avant qu'on ai réagi, autant l'un que l'autre, il avait fait un pas sur le côté...

    Quand il est réapparu, tu n'étais plus dans ses bras, et cela nous a révoltés. Ton père, de colère, a voulu l'attaquer, mais il a riposté avec démesure...


    - Il a brisé, fêlé, quelque chose en moi, m'empêchant de me servir "normalement" de l'Imagination, et m'a juré qu'on ne te reverrai plus... avant de nouveau de disparaître. Nous ne savions rien, et il était bien trop puissant pour moi...


    Miss resta éberluée quelques secondes. C'était juste... impensable ! Juste complètement irrationnel, impossible ! Pourquoi ? De quelles informations disposait cet homme sur les Mentaïs pour que ces derniers se missent à le traquer ? Improbable. Ils ne traquaient déjà pas avec entrain les Marchombres qui savaient où se trouvaient le Domaine – bon, certes, en l’occurrence, elle était la seule à le savoir, avec Syndrell – et ils auraient suivi un Dessinateur ? Ou alors il savait faire des choses que les Menaïs eux-mêmes ne savaient pas, et ils voulaient ce savoir ? Mais non. Elle ne voulait plus d’explications. Elle en savait déjà trop. Prenant une grande inspiration, elle se détacha d’Erwan et s’avança, parfaitement droite, la tête haute dans une attitude princière, vers les deux personnages. Les fixant dans les yeux, elle articula lentement :

    - Très bien. Je ne vous crois qu’à moitié, à vrai dire. Mais cela me suffit amplement. Alors maintenant, est-ce que vous pouvez nous laisser ?

    Un air peiné se peignit sur le visage du couple plus âgé, mais Lykia hocha lentement la tête, déposant Ylléna sur le sol. La petite babouilla, avant de retrouver les jambes de sa mère, s’accrochant à ses bottes de cuir.


    - Bien sûr. Merci, Miss.

    - Une dernière chose. La cabane abandonée, un peu plus loin… est désormais la tienne. La vôtre. Tous les vœux de bonheur à tous les trois…


    Miss pinça les lèvres, et hocha la tête, soupirant doucement. Elle attendit que les deux silhouettes eussent disparu de son champ de vision, avant de revenir vers le Marchombre, qui n’avait pas bougé non plus. Levant son regard dans celui du jeune homme, la jeune Marchombre soupira, avant de hausser les épaules et d’aller chercher Nyu. D’un accord silencieux, ils se dirigèrent encore vers la pointe dominant l’Océan, main dans la main, Ylléna dans les bras de son père. Et quand ils passèrent la colline, une petite maison de bois se présenta à eux.

    Se découpant sur l’horizon agité et diligent de l’Océan langoureux.

Revenir en haut Aller en bas
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3451
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 35 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: L'envie d'une tannière... [PV Miss]   Jeu 19 Jan 2012, 13:22

La main de Miss dans la sienne ; Ylléna contre lui ; et cette maison qui bravait l’infini des Océans…
Erwan sentit quelque chose se mettre en place. En lui. En eux.
C’était ici. Ici, et pas ailleurs. C’était le lieu où il avait sa place. Auprès de Miss, auprès d’Ylléna.

Inconsciemment, il s’était arrêté, contemplant la silhouette de la cabane qui se découpait sur le ciel épuré. Une cabane qui reflétait leur futur ; tout était à faire. Avec un sourire, immense, sur le visage, il déposa un baiser sur le front de sa fille, et en serrant un peu plus la main de Miss, il se laissa emporter par le torrent d’émotions qui l’assaillait.

***

Il y avait beaucoup de choses à faire.
Dans la maisonnette, ne se trouvait qu’un lit, au matelas rongé et pouilleux. A peine des lambeaux de cheminée, et une table fendue sur toute sa longueur.

Ce n’était pas grave.
Le futur était à bâtir.

***

S’essuyant le front d’un revers de bras, Erwan se redressa tout à fait. Le soleil était froid, l’air glacial, pourtant il suait à grosses gouttes. Mais devant lui, devant ses yeux ébahis, devant ceux de Miss fiers, devant ceux d’Ylléna émerveillés, la cabane était devenue une maison.

Le dernier tronc coupé entre les mains, le Marchombre commença à fixer les derniers effets pour une cheminée terminée. Un sourire sur les lèvres, il recula d’un pas pour contempler son œuvre.

Si un jour on lui avait dit qu’il construirait ainsi son propre nid d’amour, il n’y aurait sûrement pas cru. Et pourtant… déposant un baiser sur les cheveux de Miss qui venait de se blottir contre lui, il tourna le regard vers l’intérieur de la salle. Une table réparée, quatre chaises autour d’elle, des étagères neuves déjà remplies, un coin où on pouvait faire la cuisine… et le coin auprès du feu, qu’il terminait. Dans l’aile qu’ils avaient complètement construite, se trouvaient deux pièces : leur chambre, et celle d’Ylléna.

Ils avaient fait pas mal d’aller-retour jusqu’à Al-Vor, avec les chevaux, pour ramener tous les effets. Ils avaient loué une carriole pour les plus gros, comme les fauteuils, la table et les matelas correctement rembourés. Miss s’était mise à faire un peu de déco…
Une déco aussi déjantée qu’elle.

Mais cela lui plaisait.
Toute de bois, cette maison était la leur.

Refermant ses bras autour de Miss, il rit quand elle protesta parce qu’il était encore humide. Embrassant Ylléna du regard, il laissa la Marchombre dans un baiser, pour sortir de là.

Avancer vers la mer déchaînée.
Regarder l’Océan infini. Puissant.

Humain et Jaguar étaient en paix.
Dans un souffle, sa silhouette se brouilla, et bientôt, ce furent quatre pattes qui l’emmenèrent dans la forêt de pins, un peu plus au Nord, pour chasser. Serein.

La vie défilait.
La vie s’émerveillait.

Puits de beauté
Joie de langueur
Bonheur

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'envie d'une tannière... [PV Miss]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» miss petite bergere pot de colle ( evreux 27)
» Haïti Couronne une Nouvelle Miss
» Anastagia Pierre Américaine d’origine haïtienne couronnée Miss Florida USA 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Les grands Océans-
Sauter vers: