AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Point Final [PV Dolce] - TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Syndrell Ellasian
Admin


Nombre de messages : 4361
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Dim 29 Jan 2012, 14:32

La fermeture éclair de la tente glissa et le cœur de Ciel rata un battement.
Bon sang ! Il avait eu une de ces frousses… Le sommeil était en train de l’assommer petit à petit, sans parvenir à lui tomber dessus véritablement, et il n’avait pas entendu les deux jeunes gens approcher. Mais même parfaitement éveillé il n’aurait pas pu les entendre, de toute façon, alors… Alors il écouta Dolce entrer dans la tente et prendre place sur le matelas voisin. Pas besoin de se retourner pour deviner qu’il ne s’agissait pas de Syndrell ; elle lui aurait murmuré quelque chose, qu’il dorme ou non, pour ne pas l’effrayer.

Dolce remua un petit moment sur son matelas. La tente n’était pas bien grande et le vent l’avait longtemps malmenée, lui donnant une forme tout à fait étonnante ; bâti comme il l’était, le compagnon de Syndrell ne devait pas être à son aise, au contraire de Ciel. Il n’avait même plus froid mais il resserra quand même les couvertures sur lui pour se protéger du silence glacial qui régnait dans la petite tente. Il l’écouta un moment. Qu’était-il censé faire, exactement ? Parler, se taire ? Cet homme s’imaginait visiblement des tas de choses – fausses – sur sa relation avec Syndrell. Normal, en fait, mais pas franchement agréable. Fallait-il qu’il aime sa petite marchombre pour endurer tout ça… !


- Où est Syndrell ?
- Je suis là.


Une bouffée de l’air frais et piquant de la nuit précéda la jeune femme alors qu’elle se glissait à son tour dans la tente et Ciel soupira de soulagement. Il se redressa sur un coude et tenta de la dévisager dans la pénombre, sans succès.

- Tout va bien ?

Il y avait une nonchalance dans sa voix qui ne lui allait pas du tout et Syndrell sourit dans le noir. Devinant qu’il ne dormait toujours pas, elle avait laissé Dolce rentrer seul et leur avait accordé quelques minutes, le temps de câliner Singa qui n’avait pas tellement apprécié un tel remue-ménage. Elle s’était dit que les deux hommes avaient peut-être besoin de parler, mais elle doutait qu’ils aient seulement lâché un seul mot pendant son absence…

- Bien sûr ! Excuse-moi de te réveiller.
- Je ne dormais pas.
- Il faudrait, pourtant.


A genoux, Syndrell se contorsionna pour débarrasser son dos et ses fesses de la terre et des brindilles qui s’étaient accrochées à ses vêtements. Il y en avait plein ses cheveux.

- L’aube est proche, dit-elle en se tortillant pour ôter ses bottes. Je suggère que nous dormions quelques heures, le temps de… récupérer. Ensuite, on entamera la première phase de la mission.

Mais pas avant d’avoir avalé quelque chose, songea-t-elle tandis que son ventre laissait échapper un petit grognement de protestation. Elle avait faim, mais plus encore, elle avait sommeil, et une terrible envie de retrouver la chaleur des bras de Dolce. Elle s’y glissa avec bonheur, non sans avoir ébouriffé la tignasse de Ciel au passage, calant son dos contre la poitrine de l’Envoleur et entremêlant ses doigts aux siens.

- ’Nuit…

Elle s’endormit aussitôt.



* * *


Ciel parvint à s’extirper de la tente sans faire trop de bruit. Et toc, songea-t-il fièrement en se redressant lentement. Ses yeux s’agrandirent de surprise lorsqu’il découvrit une nature entièrement figée par le givre : on aurait dit qu’un léger voile s’était déposé sur les arbres et le sol pendant la nuit, tout scintillant au gré des premiers rayons du soleil. Il avait oublié à quel point ils étaient proche des montagnes ! Mais c’était normal, après tout, à la même heure la veille il se trouvait à Al-Chen, bien plus au sud… Il avait encore du mal à se faire à l’idée que côtoyer Syndrell revenait à vivre à cent à l’heure. En permanence. Un sourire fugace passa sur ses lèvres. C’était une drôle de vie mais il prenait goût, c’était évident. Même le danger, qui du coup n’était jamais bien loin, ne l’impressionnait pas autant qu’avant ! C’était dire s’il avait changé, depuis que la petite marchombre était entrée dans sa vie…

Il avait d’abord pensé qu’elle était déjà levée, ne la trouvant pas sur son matelas – et puis il avait aperçu une masse de cheveux bleus entre les bras musclés de Dolce, et il s’était décidé à leur laisser un peu de tranquillité. Sa présence gênait immanquablement le jeune homme… et puisque c’était réciproque, il avait préféré prendre l’air. Un air fichtrement glacial ! Une inspiration et il sentit presque ses poumons geler à l’intérieur de sa poitrine. Ciel soupira. Il aurait volontiers allumé un feu pour manger quelque chose de chaud, mais Syndrell ne tenait pas à ce que la fumée dévoile leur présence, alors…

Un souffle puissant le fit sursauter. Posant une main sur son cœur affolé, Ciel regarda le cheval de Dolce agiter les oreilles, fier de sa plaisanterie, et secoua la tête.


- C’est malin…

Quelques semaines passées en compagnie d’Eli avaient entraîné son jugement à s’affiner, en matière de chevaux, et il admira un instant les fines attaches de l’animal qui reniflait la toile de la tente avec curiosité. Il devait sentir l’odeur de son cavalier. Ciel s’approcha doucement, paumes ouvertes, et laissa le cheval chatouiller ses mains de ses naseaux avant de lui caresser la tête.

- T’es beau, toi ! Comment tu t’appelles ?

Voilà, il se mettait à parler aux animaux, à présent. Un léger gloussement lui échappa à la pensée que Syndrell puisse à se point déteindre sur lui. Ses mains glissaient dans folle crinière et sur le doux chanfrein. C’est à peine s’il entendit la tente s’ouvrir à nouveau…


* * *


Une main chaude frôla sa joue et Syndrell légèrement dans son sommeil.
Elle n’avait pas dormi sur ses deux oreilles depuis si longtemps qu’un troupeau de coureurs passant près de la tente n’aurait su la réveiller. Alors forcément, une simple caresse…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Dim 29 Jan 2012, 21:14

Dolce écoutait les deux amis qui murmuraient dans l’air de la tente. Il ne faisait pas froid, ici, Ciel semblait avoir chauffé la pièce – d’une manière ou d’une autre. Il ne put s’empêcher de lâcher un léger soupir alors que Syndrell venait se coucher contre lui, son dos au contact de sa peau. Il entendit son souffle qui s’approfondit brusquement : elle s’était déjà endormie. Il distingua le souffle de Ciel, avant de fermer à son tour les paupières.
Et de s’endormir.


§§


Un souffle lui chatouilla la joue.
Il ne put s’empêcher de sourire, et ouvrit délicatement les yeux… pour voir que c’était Ciel qui se glissait hors de la tente. Son sourire s’effaça immédiatement de ses lèvres, et il lâcha un léger soupir. Les lèvres pincées. Il ne prit conscience qu’à ce moment-là de la chaleur dans ses bras, et baissa les yeux sur la chevelure bleue de la jeune femme, dans ses bras. S’emplissant les poumons de son odeur, il glissa ses doigts sur sa joue. Elle ne fit que remuer, sans se réveiller, ce qui lui tira un sourire charmé.

La déposant délicatement sur le matelas, il l’effleura d’un baiser en la couvrant de plusieurs couvertures – pour compenser la chaleur qui lui manquerait. Puis, un sourire sur les lèvres, il sortit sans un bruit de l’étroitesse de la toile fermée. L’air glacial lui piqua le nez, mais il inspira profondément, sentant ses poumons protester. Il aimait cette sensation prenante. Clignant plusieurs fois des yeux pour s’habituer à la luminosité.

Tout autour de lui, l’herbe était recouverte d’une délicate couche de gel scintillant. Il ne faisait pas beau, mais il ne pleuvait pas, ce qui était une petite victoire en soi. Cela serait plus simple ainsi, pour le repérage. Son regard glissa sur la nature glacée, pour rencontrer la silhouette de Ciel qui était tout près de Singa… Et l’étalon ne semblait pas plus mécontent que cela. Au contraire, il pointait ses naseaux, curieux, vers le Dessinateur, lequel lui parlait doucement. Et malgré lui, Dolce esquissa un sourire, s’avançant d’un pas vers les deux éveillés.

Singa leva légèrement la tête, et hennit doucement en l’apercevant, pointant ses oreilles dans sa direction sans bouger pourtant. Il vint déposer une caresse sur son chanfrein, sortit un morceau de pain sec de sa poche pour l’offrir à l’étalon, et sourit légèrement à Ciel.

- Il s’appelle Singa.

Flattant l’encolure du cheval, Dolce s’éloigna sensiblement de Ciel. Il était presque détendu. Il avait l’impression que quelque chose était suspendu dans les airs, une impression poignante dans son ventre. Il avait aussi faim. Vivement, il se tourna pour aller chercher de la nourriture salée dans les sacoches de Singa – à l’extérieur, dans le froid, elle ne s’abîmerait pas – et vint les déposer sur une large pierre plate, près de la tente. Se tournant vers le Dessinateur, il le fixa quelques secondes, indécis. Avant de prendre sur lui.

- J’ai ce qu’il faut à manger, mais chaud, ça sera meilleur. Tu veux bien faire chauffer la pierre ? Il ne vaut mieux pas faire de feu…

C’était une simple demande, peut-être aussi pour briser la glace – au sens littéral autant que figuré. Il ne savait pas trop comment aborder Ciel, et finit par s’asseoir sur le sol après avoir gratté du pied un endroit pour en ôter la glace. Les mains entre les cuisses pour se réchauffer les doigts, il lâcha un long soupir.

- Dis-moi, Ciel… Je suis curieux, et un peu bizarre aussi. Mais… comment as-tu rencontré Syndrell ?

Un sourire étira ses lèvres, et à peine le contour de ses yeux. Il se demandait si cela suffirait… Mais au moins, il avait fait un effort !

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Dim 29 Jan 2012, 22:56

Singa.
Oui, ça sonnait plutôt bien, comme nom. Singa. Ciel aurait voulu continuer à « discuter » avec le cheval, mais son cavalier l’entraîna jalousement à l’écart et le Dessinateur fronça les sourcils. Il avait fait exactement la même chose avec Syndrell, la veille. On aurait dit un chien marquant son territoire… Ciel se renfrogna. Il savait bien qu’il devrait en profiter pour engager la conversation ou quelque chose du genre, d’autant que parler c’était son rayon, mais il préférait encore discuter avec un cheval ! Même un mur lui paraissait plus caustique que cet ours mal léché de Dolce. Non, vraiment, il ne voyait pas du tout ce que Syndrell pouvait lui trouver. De l’esprit ? Cette brute en avait-elle seulement ? De l’humour ? Bien noir, alors, au moins autant que les regards qu’il n’arrêtait pas de lui lancer depuis le début…

Désespéré, il le regarda farfouiller dans ses sacoches. Et dire qu’ils devaient faire « équipe » ! Au train où allaient les choses, il valait mieux se dépêcher de régler cette histoire, avant que l’un ou l’autre ne finisse par craquer. Ciel avait l’Imagination qui le démangeait. Mais il y avait Syndrell… et elle tenait à cet homme. Alors il n’allait pas lui faire de mal, non – il allait tout faire pour le protéger, lui aussi, parce que si jamais il lui arrivait une broutille, sa petite marchombre ne s’en remettrait pas, cette fois ! Il en était certain. Quand Syndrell était dans un sale état, il avait été là pour elle, mais il fallait bien qu’il se rende à l’évidence : il ne suffisait plus. Dolce était là, à présent. Et c’est bien ce qui le faisait grincer des dents ! Il n’était pas amoureux de Syn, lui ! Juste complètement conquis par sa lumière. Il n’avait pas de quoi être jaloux, si ce n’est que parce qu’il devait partager son rôle de protecteur, désormais, avec un type qui était tout à fait capable de prendre soin de son amie. Voilà pourquoi il ne pouvait pas se jeter dans les Spires, comme il mourrait d’envie de le faire. Au lieu de ça, il baissa la tête et se retourna pour retourner dans la tête, cédant le « dehors » à Dolce, lorsque la voix de ce dernier interrompit le fil de ses pensées.


- Heu…

Ciel cligna des yeux. Quoi ? Chauffer la pierre. Pour manger. Des termes simples mais qui le prenaient totalement de cours, pour la simple et bonne raison qu’il ne s’y était pas attendu. Le regard perplexe que lui lança le jeune homme parvint toutefois à la sortir de sa brève léthargie, et il s’approcha de lui avec cette impression de s’approcher d’un pourprier en position d’attaque. Pourtant l’attitude de Dolce n’avait rien de menaçante. Il s’était assis et il le regardait d’un air songeur. Et puis il lui posa cette question à laquelle il s’était préparé toute la nuit. Sa rencontre avec Syn. Ah ! Une aventure, la première d’une longue série… Peut-être la plus jolie. Ciel s’assit lentement et à une distance raisonnable de Dolce. Mieux valait peut-être éviter les qualificatifs de ce genre, en fait. Mais puisqu’il voulait en savoir plus sur leur relation – Ciel sourit à cette pensée – il allait en avoir pour son argent !

- C’est assez compliqué… pas très simple, en fait. Rien n’est jamais simple, avec Syn… drell.

Ciel jeta un bref coup d’œil à Dolce. Il avait remarqué que le jeune homme n’appréciait pas particulièrement cette manière de l’appeler et il était prêt à faire un effort tant qu’il était avec lui. Mais dès lorsque que Syndrell serait avec eux, il pouvait se brosser !

- Je vais te donner la version courte. Si tu veux plus de détails, tu lui demanderas… Je l’ai attaquée.

Nouveau coup d’œil. Dolce ne parut pas extrêmement surpris mais tout comme Syn, il savait très bien cacher ses émotions, alors…

- Ma sœur avait disparu. Enlevée par Vanora… enfin, je ne savais pas qui c’était, à l’époque, hein ! Et ça remonte à… quoi, deux ans ? J’ai donc suivi Syn…drell en haut d’un toit et je l’ai attaquée, pensant qu’il s’agissait du ravisseur de Zéphyr, mais elle m’a maîtrisé en moins de temps qu’il ne le faut pour le dire. Je lui ai dessiné un bouquet de fleurs pour faire la paix et... voilà. Enfin là, je te passe les détails, hein, parce qu’après ça toute ma famille à débarqué – j’ai une grande, une très grande famille – au moment où Vanora commençait à s’énerver, et on lui a réglé son compte. Enfin, on a cru le lui régler…

Une légère brume voila le regard de Ciel. Tout s’était joué cette nuit-là, finalement… Si seulement ils avaient été plus prudents ! Nuance serait toujours en vie, et Syndrell ne serait pas tombée dans cette embuscade qui avait bien failli lui coûter la vie ! Le Dessinateur serra les poings, impuissant. Impuissant, oui ! C’est ce qu’il avait toujours l’impression d’être, à côté de sa petite marchombre qui avait vécu plus de choses en dix-neuf ans qu’il en avait vécues en trente-sept ! Mais cette fois, il allait lui être utile. Vraiment. Il savait de quoi il était capable, à présent. Il avait tué un homme, un Mentaï. Comme Dolce… sauf que lui n’était pas un guerrier.

- Et toi ? Comment tu l’as rencontrée ?



__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Dim 29 Jan 2012, 23:24

La première fois, Dolce ne put retenir un sourire en coin.
La manière dont il avait de dire Syndrell montrait bien qu’il avait l’habitude – depuis deux ans quand même ! – de l’appeler Syn. Il l’avait attaquée. Elle l’avait maîtrisé… Un sourire étira ses lèvres. Ca ne l’étonnait pas d’elle.

Et puis, forcément, la réciproque arriva.
Sa réponse à lui était banale. Beaucoup trop. Tant pis, il l’appréciait à sa juste valeur.

- En courant. Au détour d’un chemin, dans les plateaux d’Astariul, et je l’ai rattrapée. Ca doit faire un an et demi…

Soupirant légèrement, Dolce baissa la tête vers la pierre. Elle chauffait doucement, et il se surprit à soupirer de soulagement. Peut-être un peu trop tôt.

- Et puis, la fois d’après, complètement au hasard, à Al-Jeit…

Il sourit en repensant à cette rencontre-là, qui lui avait laissé une douloureuse trace au ventre. De la lame de Syndrell. De sa Greffe. Ciel en connaissait-il l’existence ? Savait-il que les Mentaïs implantaient des armes dans les corps d’autres hommes – les Envoleurs ? Savait-il que l’Imagination était capable de faire ce genre de choses ?

- Elle s’est enfuie. Je l’ai retrouvée.

Il n’avait pas envie d’en dire plus.
Il en avait dit plus qu’assez.
Il espérait juste qu’elle se réveillerait bientôt…
D’autant que la viande commençait à cuire doucement, dégageant un fumet plus qu’appétissant…

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Dim 29 Jan 2012, 23:29

- "Enfuie" ?! C'est pas tellement dans ses habitudes...

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Dim 29 Jan 2012, 23:30

- Mmm... Je crois qu'elle avait peur...

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Dim 29 Jan 2012, 23:31

- De toi ?

(Il se mord la lèvre et rougit légèrement)

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Dim 29 Jan 2012, 23:33

- Peut-être... Je me demande, des fois...

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Dim 29 Jan 2012, 23:38

(Soupir)

- C'est comme ça, avec Syndrell. Tu crois savoir ce qu'elle a en tête et puis, d'un seul coup, elle te surprends... Et heu... Vanora ? Je veux dire, je croyais que les mercenaires bossaient pour elle... tu es bien un mercenaire, pas vrai ? Tu n'es pas un marchombre, en tout cas.

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Dim 29 Jan 2012, 23:40

- Oui... Comme disait si bien ma mère, les grands esprits errent, et on ne peut que profiter d'être à leur côté...

(léger soupir de mélancolie)

- Non, je ne suis pas mercenaire. Je ne travaille pas pour Vanora. Ce qui ne veut pas dire que je ne connais pas certains de ses acolytes...

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Dim 29 Jan 2012, 23:46

- Si tu travaillais pour Vanora, Syndrell ne t'aurai pas amené ici...

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Dim 29 Jan 2012, 23:48

- Oh, non. Je serai mort de fièvre, avec un bras en moins, plutôt...

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Lun 30 Jan 2012, 11:33

Un bras en moins ! Ciel siffla doucement. Et ben… Syndrell avait peut-être réussi à trouver un aimant à catastrophes qui lui ressemble, après tout. Et puisqu’elle ne l’avait pas laissé mourir de fièvre, il fallait en conclure qu’elle lui faisait bel et bien confiance. Il soupira et détacha un morceau de viande qui lui brûla les doigts – et la langue. Ne lui en déplaise, il était parti pour faire équipe, alors. Dolce ne lui disait pas tout, mais c’était un début… Début de quoi ? D’une collaboration parfaitement neutre… D’un simple travail de coordination… Il ne savait pas trop, en fait. C’était trop étrange, comme situation.

Ciel se tortilla sur ses fesses, mal à l’aise. Il était plus détendu que la veille mais Dolce n’était pas le plus grand des bavards et son silence lui donnait l’impression que c’était à lui d’ajouter quelque chose. Sauf qu’il ne voyait pas ce qu’il y avait à dire de plus. Il n’avait pas envie de partager ses moindres souvenirs de Syndrell avec cet homme, et visiblement, c’était réciproque. Alors… alors il se racla la gorge et ouvrit la bouche, prêt à faire un commentaire parfaitement inintéressant sur la viande qu’il réchauffait doucement, lorsqu’une voix joyeuse et providentielle s’éleva soudain dans son dos pour le sortir de l’embarras :


- Salut !



* * *



Ce sont des bruits de voix qui tirèrent finalement Syndrell du sommeil. Papillonnant des paupières auxquelles s’accrochaient encore les toutes dernières poussières de son rêve, elle s’accorda une poignée de secondes pour reprendre pied avec la réalité. Dans celle-ci, elle se trouvait dans une tente, sous une montagne de couvertures qui portaient l’odeur de Ciel… et de Dolce. La jeune femme fronça les sourcils et tourna la tête vers le matelas voisin – vide. Les deux hommes n’étaient plus là.

Normal, puisque c’était eux qu’elle entendait discuter dehors. Elle tendit l’oreille, mais ne percevant aucun ton furieux ou menaçant, elle soupira et repoussa les couvertures. Sa chemise était froissée et son corset à moitié délacé. Quant à ses cheveux… Syndrell les noua sommairement en une queue de cheval. Un bain… son royaume pour un bain ! Enfilant ses bottes à la hâte, elle ouvrit la tente et glissa la tête dehors.


- Salut !

Ciel sursauta, surpris, et fit tomber un morceau de viande dans l’herbe gelée. Dolce n’eut même pas un frémissement. Elle le soupçonnait de l’avoir entendue s’éveiller et de n’en avoir soufflé mot au Dessinateur. La marchombre se coula hors de la tente pour s’étirer comme un chat. Nom d’une chiure de mouche ! Elle avait mal partout… surprenant le regard amusé de Dolce, elle lui tira la langue et s’installa à côté de Ciel.
Pour la peine.


- Vous avez une de ces têtes, remarqua-t-elle en chipant un morceau de viande des mains de Ciel. Je tombe mal, peut-être ?


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Lun 30 Jan 2012, 21:12

Le sifflement de Ciel fit doucement sourire Dolce. Dans son regard, il voyait clairement que ce dernier pensait qu’il s’était mis dans les dangers tout seul, évidemment. C’était vrai, en grande partie ; et pourtant, généralement, il avait une sorte de don pour s’en dépêtrer, assez rare. Peut-être était-ce sa carrure, ou plutôt sa manière d’être qui l’empêchait de se battre pour des futilités – et encore, ça dépendait pour quoi ; dans tous les cas, les ennuis avaient plutôt tendance à s’égrainer devant lui. Normalement.

C’était évidemment sans compter sur Syndrell, qui, elle, semblait les attirer comme un aimant. Alors forcément, quand il était à ses côtés, il ne pouvait s’empêcher de se dire que tout pouvait arriver. Surtout des trucs pas très sympathiques – une rencontre avec un Mentaï, puis avec un Dessinateur-meilleur-ami… Mais après tout, si c’était le prix à payer… c’était bien peu. Un sourire serein sur les lèvres, le jeune homme récupéra un morceau de viande pour le mastiquer doucement. Il sentait que Ciel était gêné par le silence, mais il ne savait pas quoi faire d’autre. Parler pour ne rien dire ? Cela lui arrivait, mais souvent, c’était plutôt des discussions animées, et engager une conversation alors qu’il n’était pas vraiment intéressé… très peu pour lui. Il n’était pas spécialement bavard, mais ne redoutait pas le silence, bien au contraire. Le silence avait tellement de significations…

Un léger bruit dans la tente attira rapidement l’attention de Dolce. Il avait envie de se retourner, de dévorer la jeune femme qui allait en sortir des yeux, mais s’efforça de ne pas bouger, pour ne pas mettre Ciel dans l’embarras – c’était qu’il devenait prévoyant ! Au lieu de cela, quand Syndrell ouvrit brusquement la fermeture, ce dernier sursauta tellement vivement qu’il en fit tomber sa viande…
Et évidemment, Dolce ne put s’empêcher de lâcher un petit rire.

Il détailla, presque malgré lui, la jeune femme qui s’étirait. Quelques courbatures ? Vu sa réaction – elle lui tira tout simplement la langue – c’était sans aucun doute le cas. Finalement, il ne s’en tirait pas plus mal – un peu mal en bas du dos, mais c’était tout. Un sourire en coin sur les lèvres, il ne tiqua même pas quand elle s’assit à côté du Dessinateur. Jusqu’à ce qu’elle prît un extrait du morceau de Ciel.

Ne pouvant s’empêcher de froncer les sourcils, il détourna la tête vivement sur le côté, faisant croire qu’il s’intéressait brusquement à Singa. Ce dernier releva la tête vers lui, mâchant son herbe gelée, avant de souffler à nouveau sur la neige pour la débarrasser de la couche scintillante.

- Vous avez une de ces têtes. Je tombe mal, peut-être ?

Au contraire !
Lui adressant un sourire équivoque, Dolce mordit dans sa viande avec détermination. S’efforçant de prendre son temps, il tourna et retourna la pièce dans sa bouche, avant de l’avaler lentement.

- Du tout.

Il lui adressa un sourire, avant d’enchaîner.

- Alors, tu comptes quadriller comment le terrain ?

Il prit une grande inspiration, tournant la tête pour regarder alentours. Pour l’instant, il ne voyait que des arbres, mais il ne doutait pas de ce qu’avait dit la jeune femme la veille : il devait y avoir une fermette, peut-être une forteresse. Il ne fallait pas qu’ils se fissent repérer en rôdant, sinon c’en était cuit de leur plan. Surveiller les rondes, mémoriser les faiblesses du rempart, les possibles voies de passage – en entrée ou sortie – retenir les visages des postés, leur relayement…

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Mar 31 Jan 2012, 14:17

Syndrell réprima un sourire moqueur lorsque Dolce détourna les yeux, mais Ciel lui adressa alors un regard noir qui lui fit rentrer la tête dans les épaules. Prélevant un morceau de viande qui réchauffait doucement sur la pierre, il le lui fourra d’autorité entre les mains. Non, mais elle le faisait exprès ou quoi ? L’atmosphère était déjà suffisamment tendue entre Dolce et lui pour qu’elle en rajoute une couche ! Le Dessinateur était exaspéré, mais il n’en dit rien, évidemment, il se contenta de la fixer en silence, dans l’attente d’une parole ou d’un geste qu’il espérait raisonnable, cette fois.

Rien ne s’était vraiment arrangé entre les deux hommes, comprit Syndrell. Mais au moins, ils étaient capable de se parler sans en venir aux mains, et puis elle estimait avoir déjà largement prouvé à Dolce qu’elle savait très bien faire la différence entre un amant et un ami. Même si elle ne voyait pas en quoi il y avait matière à s’y attarder…

La question de l’Envoleur l’incita néanmoins à se concentrer sur la situation. Vanora, la ferme, la mission… Et une première phase : l’observation. Sa première exploration lui avait permis de se faire une idée sur la configuration des lieux et c’est ainsi qu’elle avait bâti son plan, mais il était nécessaire de maîtriser chaque élément, chaque détail s’ils voulaient que leur machination fonctionne. La ruse devait être parfaitement huilée de manière à n’éveiller aucun soupçon avant la quatrième phase de la mission.


- Je pensais procéder par roulements, dit-elle entre deux bouchées. Nous sommes trois, si nous repérons chacun notre tour les lieux, on devrait être en mesure de définir leur organisation ce soir, ou demain matin, au plus tard.

Le temps se prêtait justement à l’opération. Il n’y avait pas un souffle de vent, ce qui empêcherait les mercenaires en avant-poste de les repérer à l’odeur, et le sol gelé ne pourrait pas les trahir en conservant une empreinte de pas, dont la découverte serait alors fatale… Une chance dont ils devaient profiter avant que le temps, instable en ce début d’hiver, ne change soudain ses plans.

- Tu n’auras sans doute aucun mal à trouver la ferme, poursuivit-elle à l’attention de Dolce. Elle est un peu plus loin, au nord-est, à quelques pas seulement de la lisière du bois. Mais on va d’abord s’y rendre ensemble ; Ciel doit pouvoir se souvenir du chemin et trouver un endroit où il pourra voir sans être vu. Ensuite, on se relayera. Tu prendras le premier tour, Ciel le second et moi le dernier.

Syndrell se resservit de la viande. Elle était affamée et à peu près certaine que cette nuit particulièrement agitée en était la cause…

- Il faudra noter chaque détail : la disposition des lieux, le nombre d’entrées et de sorties visibles, la ronde des toutous de garde de Vanora… ils sont armés et dangereux, parce qu’ils sont sur le qui-vive ; inutile de leur donner l’occasion de se défouler en nous faisant bêtement repérer ! Mais ne vous attendez pas à pouvoir retracer leur ronde au détail et à la minute près : ils ne seront jamais deux fois au même endroit ni ne feront jamais la même chose. C’est une règle d’or, chez les espions.

C’était la première fois qu’elle faisait allusion à son passé d’espionne, et la marchombre ne s’y arrêta pas. Elle avait promis à Dolce de lui raconter son histoire, mais s’ils s’égaraient maintenant, ils risquaient de perdre de vue leur objectif – et alors, il n’y aurait plus d’histoire à raconter du tout.

Cette première phase du plan n’était simple qu’en apparence, songea-t-elle en se léchant les doigts. Le bois leur offrait le moyen de passer inaperçus mais la ferme était bien gardée ; si Vanora se trouvait sûrement à l’intérieur, Blanche, elle, devait probablement patrouiller. C’était la personne que Syndrell redoutait le plus, et elle tenait à ce que les deux hommes partagent cette même crainte :


- Méfiez-vous de Blanche. Etant donné qu’aucun des hommes de Vanora ne semble s’éloigner de la ferme, je parie qu’elle surveille attentivement les environs ; elle est probablement armée d’un arc. Nous sommes suffisamment loin de la ferme pour qu’elle vienne traîner jusqu’ici mais si jamais elle vous tombe dessus, il faudra passer au plan B.

Le plan B.
Elle ne leur en avait pas encore parlé, préférant garder le plus dur pour la fin. C’était un morceau coriace qu’il leur faudrait cependant bien digérer, mais Syndrell allait avoir du mal à le défendre, entre un Envoleur jaloux et un Dessinateur têtu qui se souciaient particulièrement de sa propre sécurité ! Croisant les bras sur la poitrine, elle redressa le menton et attendit la question qui n’allait pas manquer d’être posée par l’un ou l’autre de ses deux compagnons.


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Mar 31 Jan 2012, 21:23

- Mmm. Question de bon sens. Généralement, les "espions" n'en sont pas dépourvus...

( Regard lourd de sens, attente d'une réponse... )

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Mar 31 Jan 2012, 23:17

- J'apprécie le compliment !

(Sourire énigmatique)

[Tu te fiches de moi ou quoi xD tu te venges, c'est ça ?]

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Mer 01 Fév 2012, 07:24

[ Oui, je me venge d'abord ! Razz ]

- Bon, et ton plan de rechange, c'est quoi ? Parce qu'à t'entendre, c'est un rassemblement de loups affamés...

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Jeu 02 Fév 2012, 16:29

- Et bien...

- ... Syn ? Ce plan B, c'est quoi exactement ?

- C'est pour ça qu'il va te falloir enregistrer l'endroit au mieux, Ciel. Si jamais tout ne se déroule pas comme prévu, tu vas devoir dessiner un pas-sur-le-côté là-bas, dans la cour. Le temps de me déposer et de repartir. Dolce me rejoindra comme il le pourra et on fera ça... comment dire... à la barbare. Blanche voudra probablement mettre Vanora à l'abri ; il faudra que je l'en empêche, sinon, tout sera fichu...



__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Jeu 02 Fév 2012, 16:49

Dolce ne put s’empêcher de lâcher un léger soupir.

Evidemment, il s’y attendait. Il avait vu la lueur farouche et déterminée, dans le regard de Syndrell. Mais se l’entendre dire, ce n’était plus tout à fait la même chose. S’ils en venaient à arriver là, il ne pourrait pas la laisser sciemment s’élancer dans la gueule du loup toute seule… il la suivrait. Et il se fichait à vrai dire vraiment beaucoup de ce qu’il adviendrait à Ciel.

D’ailleurs, il évita soigneusement le regard de ce dernier.
Il aiderait évidemment Syndrell à venir à bout de Vanora. Et de Blanche. Qu’elle fût Dessinatrice n’avait aucune espèce d’importance. Elle aurait pu être le Dragon lui-même, il n’en aurait pas eu beaucoup plus à s’inquiéter : il était déterminé à garder Syndrell avec lui. Dans toutes les circonstances, possibles, imaginables, ou non.
C’était tout ce qui comptait.

Son regard passa finalement sur Ciel, parce qu’il ne pouvait s’empêche de « prendre la température » de ce dernier… Qui ne semblait pas du tout emballé par ce plan B. Un sourire en coin franchit les lèvres de Dolce.

- Une excellente raison pour ne pas se faire avoir…

Un regard.

- N’est-ce pas Ciel ?

Il le fixa quelques secondes, avant de reporter son attention sur la jeune Marchombre. Son regard glissa sur sa chevelure d’un bleu profond, et il se mordit la lèvre pour résister à l’envie de s’approcher d’elle – mais cela aurait été se rapprocher de Ciel aussi, chose qu’il n’avait pas envie de faire… du tout !

Il finit sa viande plutôt rapidement, finalement. Il n’avait plus envie de prendre le temps de manger. Il n’avait plus envie de prendre le temps. Plus vite ce serait fini, et plus vite il serait avec Syndrell, tranquille, sans le Dessinateur – et sans la menace de l’espionne et des Mentaïs à ses trousses à elle.
Lui, il ne craignait pas grand-chose : personne ne savait qu’il avait tué Razel ; et puis il pourrait sans doute compter sur l’effet de surprise s’il croisait quelqu’un qu’il connaissait – après tout, si Vanora avait réussi à avoir la collaboration et l’aide de Mentaïs, elle pouvait tout autant être efflanquée de Maîtres Envoleurs de toutes sortes…

Il lâcha un léger soupir, se lécha les doigts, avant de lancer un dernier regard aux deux… amis.
Inspirant profondément, il rentra dans la tente pour récupérer son paquetage, et y resta quelques secondes, avant d’en ressortir. Un regard vers Ciel et Syndrell – il adressa un clin d’œil à cette dernière, il siffla Singa qui vint le rejoindre un peu plus loin, à la lisière des buissons. Il se changea derrière l’étalon, qui s’était remis à brouter tranquillement à côté de son cavalier. Quand il eut fini de se rhabiller, il claquait des dents, mais s’en fichait. Prenant une large peau de bête – un tigre des prairies qu’il avait tué plusieurs années auparavant – il s’en recouvrit pour avoir plus chaud, avant de revenir vers la pierre chaude.

- Prêts à se lancer ?

Il prit une profonde inspiration.

- Je commence, alors, si j’ai bien compris ?

Bombant légèrement le torse, il redressa le menton et planta son regard dans celui de Syndrell.
Déterminé à en finir avec tout ça…

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Jeu 02 Fév 2012, 23:31

Syndrell n’avait pas encore terminé sa phrase qu’elle vit le regard de Dolce changer ; il avait compris. Sans doute avait-il deviné son idée bien avant qu’elle ne l’expose. L’éclat de résignation qu’elle vit briller dans ses yeux verts se transforma en une petite étoile de fierté et il l’observa pensivement, une expression mi-amusée mi-sérieuse sur le visage. La jeune femme réprima un sourire et se mordit la lèvre. Bon sang, avait-il seulement conscience du charme fou que lui donnait cette simple expression ?

- Une excellente raison pour ne pas se faire avoir…

Elle acquiesça en silence, la bouche pleine, mais reconnaissante qu’il ne soulève pas devant Ciel toutes les failles qui fissuraient son plan B. Ce n’était pas une mission de secours mais une mission suicide, une ultime tentative, un coup désespéré qu’elle espérait ne pas avoir à porter ; le véritable succès de cette opération allait reposer sur la ruse, non sur la force. Syndrell devait approcher Vanora d’assez près pour l’empêcher de fuir à nouveau ou de convoquer un moyen déloyal pour se tirer d’affaire. Débarquer dans la ferme après que l’alerte ait été donnée, même par un pas-sur-le-côté, reviendrait à s’offrir en pâture aux sbires de l’espionne, ainsi – et surtout – qu’à Blanche.

Bien évidemment, Ciel ne tarda pas à en arriver à cette même conclusion. Elle le sentit se tendre brusquement, comme sous l’effet d’un ressort, et la marchombre grimaça en attendant la pluie de protestations balbutiantes qui n’allait pas manquer de s’abattre sur elle… Il n’en fut rien. Avant même que le Dessinateur n’ait eu le temps d’ouvrir la bouche, Dolce s’était déjà interposé avec une effronterie à peine dissimulée.


- N’est-ce pas Ciel ?

Ce dernier était bien trop scandalisé pour se rendre compte que les réflexes de Syndrell lui évitèrent bien des ennuis. Elle avait réagi avant même que Dolce n’ait fini de lancer sa provocation, posant sa main sur le bras de son ami comme un bâillon sur sa colère, et il se contenta de redresser le menton avec une assurance qu’elle ne lui avait encore jamais vue auparavant :

- T’es sacrément gonflé de croire que je suis le seul, ici, qui soit capable de faire capoter la mission !
- Du calme,
intervint Syndrell avant que la situation dégénère.

Elle trouvait amusant que Dolce soit jaloux d’un homme qui n’aime pas les femmes, mais elle ne tenait pas à ce qu’ils en viennent aux mains uniquement parce qu’ils ne pouvaient pas se supporter. Ils n’en sortiraient d’ailleurs pas indemnes si l’un comme l’autre mettait tout son talent dans la bagarre. Dolce était peut-être une fine lame, Ciel n’en était pas moins vif et déterminé ; un Envoleur n’avait pas la moindre chance face à l’imagination débordante d’un Dessinateur aussi doué que son meilleur ami !

- Personne ne va faire capoter quoi que ce soit, d’accord ? Dolce essaie juste de dédramatiser la situation, c’est tout. Dites, ça ne vous ennuie pas de vous concentrer sur Vanora et ses petits camarades ? Une fois leur compte définitivement réglé, vous pourrez vous tirer dans les pattes autant que vous voulez, mais pour l’heure, concentration oblige !

Impassible, Dolce termina son repas et s’éclipsa, comme si de rien n’était. Syndrell plissa les yeux et le suivit du regard alors qu’il disparaissait dans la tente. Il n’était pas tombé loin, la veille, lorsqu’il avait reconnu agir comme un gamin, et elle comptait bien le lui remettre en mémoire, mais à peine esquissa-t-elle le geste de se lever que Ciel l’en empêcha en agrippant son bras.

- Syn ! Attends…
- Oui ?


Il ne dit rien mais quelque chose, dans son regard, capta l’attention de la jeune femme. Elle se rassit.

- Qu’y a-t-il ?
- C’est… Il me déteste, pas vrai ?
- Dolce ? Il a un sale caractère, mais il est surtout jaloux ; tu l’as dis toi-même…
- Je sais, mais… Tu es certaine que ça va marcher ? Je veux dire, tout ça, le plan, la comédie, le feu à la ferme, le plan B… Je suis partant pour régler son compte à Vanora, tu sais ! Je le suis depuis que cette affreuse bonne femme s’en est pris à toi, et à Nuance…


Une ombre traversa le regard de Ciel, et Syndrell réalisa que la vaillante petite jument lui manquait tout autant…

- Je suis prêt à donner le meilleur de moi-même pour t’aider, hein, je ne suis pas en train de dire que j’ai la trouille, mais… mais je suis mort de trouille, Syndrell, et pas seulement parce que de sacrés pointures nous attendent, là-bas, ni même parce que ton plan B, c’est une vraie passoire…

Un sourire, fugace, glissa sur ses lèvres, puis son visage redevint grave et il soupira.

- Je n’ai rien à voir avec Dolce et toi, dit-il finalement. Avec mon Don, je sais que je suis capable de te donner l’allure d’une fille qui s’est fait massacrer à coups de poings de gros dur qui se la ramène (il avait sensiblement haussé le ton sur ces dernières paroles et Syndrell jeta un coup d’œil en direction de la tente, convaincue que l’homme qui se trouvait encore à l’intérieur avait parfaitement entendu – entendait parfaitement – chaque mot de cette conversation…), mais je… je peux la faire capoter à tout moment, cette fichue mission, alors je… J’essaie seulement de comprendre ce que je fais ici, avec vous deux, même si face à Blanche vous n’avez aucune chance, et même si tu…
- Minute, Prof !
coupa vivement Syndrell en appuyant un doigt sur les lèvres de Ciel pour le faire taire. Bon sang, ce que tu peux être bavard, toi…

D’un geste, elle tira le poignard glissé en travers de sa ceinture – le poignard de Miss.

- La personne qui m’a légué cette lame n’a jamais cessé de croire en moi, pas même alors que j’étais persuadée de ne pas être à la hauteur de ses attentes. Tu connais mon secret, Ciel, celui qui se cache dans mes bras ; pourquoi crois-tu que je garde cette arme en permanence avec moi, dans ce cas ?

Le Dessinateur fronça les sourcils, perplexe, et puis son visage s’éclaira soudain ; il avait compris. Le regard flamboyant, Syndrell poursuivit :

- Je te dois la vie. Bon, je la dois à pas mal de monde, c’est vrai, mais… J’ai confiance en toi, Ciel Kern, en toi et en ton Don ; c’est pour ça que tu es ici, avec moi – avec nous ; parce que tu n’es pas un Envoleur, ni même un marchombre, mais parce que tu es mon ami.

Dans un clin d’œil, elle fit tournoyer le poignard avant de le glisser à nouveau à sa ceinture.

- Avec ta présence, cette lame et le fichu caractère de Dolce, crois-moi, je ne peux pas échouer !

« Fichu caractère » dût agacer l’ouïe fine de l’Envoleur, car il sortit à cet instant précis de la tente pour s’éloigner du camp avec Singa. Ciel haussa un sourcil, perxplexe.

- Où est-ce qu’il…
- Changer de vêtements.
- Oh !


Amusée, Syndrell se glissa à son tour dans la tente. Contrairement à Dolce, elle n’avait pas prévu de vêtements de rechange et sa propre tenue laissait à désirer, mais cela ferait partie de son costume. Il en allait de même avec ses cheveux, quelle préféra conserver noués le temps de cette phase de reconnaissance. Elle se contenta d’enfiler sa vieille cape de voyage avant de sortir ; Dolce revenait déjà avec son cheval. Il portait une pelure sombre et rayée qui le camouflerait à la perfection dans les couleurs du bois, en plus de lui tenir chaud le temps de sa garde.

- Prêts à se lancer ?
- Prête !
- Prêt !


Syndrell sourit. Rien n’était joué, rien n’était certain, hormis le fait qu’ils formaient une bien drôle d’équipe, tous les trois…

- Je commence, alors, si j’ai bien compris ?
- C’est toi qui ouvre le bal, oui, mais on va faire cette première balade tous ensemble. Allez, en selle, Prof !
- Quoi ?!



* * *


Accroupie au milieu des buissons, Syndrell écarta doucement une branche épineuse et balaya les environs du regard. La ferme semblait étonnamment calme ; de simples passants auraient pu la croire inhabitée s’ils n’avaient eu les sens aussi aiguisés que la marchombre. De la fumée s’échappait de la cheminée de la longère en mince filet qui tira une grimace d’envie à la jeune femme ; pourquoi les méchants avaient-ils le droit de se chauffer auprès d’un bon feu et pas eux ?

L’air était glacial et la nature ne dégelait pas, mais alors qu’elle observait silencieusement le site, Syndrell n’avait plus si froid. Dolce et elle étaient venus en courant, laissant Ciel chevaucher Singa ; ils avaient laissé le cheval à bonne distance de la lisière et fait le reste du chemin à pied. Le Dessinateur avait très vite compris comment se calquer sur leurs mouvements et s’il était bien moins silencieux qu’un apprenti marchombre qui n’en est qu’à sa toute première leçon, il n’aurait pas réveillé un chat endormi et Syndrell l’avait gratifié d’une bise de papillon sur la joue – geste qui n’avait pas échappé à Dolce.

Se tournant vers son amant, elle lui fit comprendre du regarde que Ciel et elle rentraient en camp, le laissant prendre le premier quart de l’opération. Une simple formalité pour l’Envoleur, mais avant de s’éclipser dans les ombres du sous-bois, Syndrell se pencha vers lui et déposa une bise de papillon… sur ses lèvres.


- A tout à l’heure, murmura-t-elle.

Elle ne lui laissa pas le temps de la retenir et fila avec Ciel et Singa.
Le jeu avait commencé.



[23h30 : on est encore "ce soir" xD Pfiouu, je pensais pas écrire autant mais je me suis laissée emportée par l'inspiration... A toi de jouer, donc <3]

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Ven 03 Fév 2012, 00:18

Evidemment, le petit échange entre Syndrell et Ciel n’avait pas échappé à l’Envoleur.
Evidemment.
Ce n’était pas pour autant qu’il allait le montrer, bien au contraire. Même s’il était persuadé que Syndrell savait parfaitement ce qu’il avait entendu.

- C’est toi qui ouvre le bal, oui, mais on va faire cette première balade tous ensemble.

Ils s’étaient donc dirigés vers la ferme en question. Dolce avait vraiment eu du mal à laisser le Dessinateur monter sur Singa, et ce dernier sentant sa réticence, était devenu plus compliqué à contrôler. Déjà qu’à la base, il n’était pas facile à garder en main – et Dolce, en plus de cela, le montait sans mors, ce qui faisait que les non-initiés pouvaient être un peu perdus.

Ils avaient donc couru, peut-être pendant un bon quart d’heure, peut-être pendant vingt minutes. Laissant Singa et quelques affaires à la lisière du bois, ils avaient continué leur route tous à pieds, et Dolce dut reconnaître que le Dessinateur ne se débrouillait pas trop mal en matière de discrétion. D’ailleurs, il se reprit bien vite en voyant que Syndrell avait trop tendance aux contacts avec lui – et ce baiser sur la joue, hein ?!

Mais bon. Ils devaient se concentrer sur la mission, comme elle l’avait dit, évidemment.
Parce que si Dolce n’avait rien répliqué à la remarque de Ciel, ce n’était pas pour autant qu’il ne l’avait pas en travers de la gorge. Oui, il ne lui faisait pas confiance : après tout, il ne le connaissait pas et ne savait rien de lui, à par son Don. Et sa relation avec Syndrell. Il n’avait pas dit explicitement qu’il n’y avait que lui pour faire capoter la mission, et ne le pensait pas. Mais c’était quand même lui qui avait potentiellement le plus de chance de la faire rater.

Effaçant ces pensées d’un baiser, la jeune Marchombre se coula contre lui pour déposer un léger baiser sur ses lèvres. Un baiser trop léger. Il aurait voulu l’attraper, la plaquer contre lui… Elle était déjà hors de portée.

- A tout à l’heure

Déjà partie.

Prenant une grande inspiration, Dolce ne put s’empêcher de jeter un coup d’œil du côté de la forêt pour apercevoir une dernière fois Syndrell et Ciel. Quand ils ne furent plus visibles dans les ramures, il se décida donc à s’avancer vers la ferme.

De l’extérieur, sans un œil et une oreille aiguisés, on aurait facilement pu croire qu’elle était abandonnée, ou en tout cas que c’étaient de simples fermiers qui y habitaient. Mais en regardant de plus près, les hautes murailles avaient été modifiées en de certains endroits, raccord de roche qui dénotait légèrement, montrant qu’il y avait eu des réparations plutôt importantes récemment. Et puis, il y avait cette légère fumée qui s’évaporait de la cheminée, mais aussi dans la cours, un peu plus au nord.

Aussi silencieux d’une ombre, Dolce se glissa hors des ramures des arbres pour s’aventurer plus près de l’habitation. Il y avait un vieux chêne à une dizaine de mètres de la muraille, et il comptait bien s’y couler alors qu’il ne percevait rien alentours. Se dissimulant encore dans les quelques fourrés qui parsemaient son chemin, il fila d’un côté d’un bosquet, avant de s’arrêter brusquement. Des voix.

- Faites la cinquième ronde. On enchaînera en impairs.

- Ok. Mais… on doit se débrouiller tous seuls ?

- Non, Gazia est pas loin. Elle supervise, et elle surveille autant que nous.


Ce n’étaient que de faibles murmures qui étaient parvenus jusqu’aux oreilles attentives de Dolce, mais des murmures parsemés d’indices. Notamment sur les rondes, qui étaient numérotées pour ne pas perdre les mercenaires mais aussi… Il n’avait pas pu s’empêcher de sursauter en entendant le prénom de Gazia. Qu’est-ce qu’elle venait faire là ?
Et puis…
Et puis il se souvint de ce qu’elle lui avait dit, quand elle avait réussi à avoir Noah, le frère d’Elya, son apprentie.

- Je ne peux pas tout te dire, Dolce. Mais actuellement, on m’a engagée pour faire un certain travail. On doit dégager la zone de tous conflits éventuels, et ces pillards ne s’en tireront pas à si bon compte. Je dois tous les éliminer.

Dégager toute la zone de conflits éventuels…
Gazia… et Vanora.
Impensable !
Quoique…

Mais dans tous les cas, il gardait un avantage certain, et encore plus maintenant : il aurait été aussi surpris que Gazia de se trouver en face d’elle, dans le moment tant attendu. Cela l’aurait désavantagé. Mais dans ce cas… cela perdrait un peu de crédibilité, pour lui. Quinze jours avant, il avait rencontré Gazia à la Citadelle des Frontaliers, et Syndrell n’était pas avec lui. Pas de prisonnier, ni rien.
Il pouvait trouver une excuse. Qu’il l’avait assommée, droguée, attachée dans une grotte le temps de trouver la ferme. Oui, cela pouvait être un bon compromis… Mais il allait devoir la mettre au courant. Et Ciel…
Il n’avait aucune envie que Ciel comprît ce qu’il était vraiment. Il ne savait pas qu’il était Mercenaire du Chaos, et encore moins Envoleur. La plus grande discrétion était de mise, et il n’avait pas envie de confier un tel secret à cet homme…

Haussant les épaules tout seul, il attendit que les deux vigiles disparussent pour s’élancer le long de la lisière. Il n’allait pas prendre le risque de s’approcher trop près de l’enceinte, ni de se faire repérer.

Il mémorisa les visages, les endroits de passage ; Il nota les traces de pas dans la neige, et où cette dernière était plus compactée, pour repérer les chemins de ronde les plus récents, et les plus anciens. Il y avait une certaine répétition que la neige effaçait au fil des jours, et qui ne lui permettaient pas d’en apprendre plus.
Combien de temps resta-t-il noter, mémoriser, épier ?
Essayer de comprendre les rondes. Les numéros. La logique dans tout ça…

Lorsqu’il estima qu’il avait vu tout ce qu’il pouvait, il fit directement demi-tour dans la forêt pour échapper à la vigilance des postés. Se coulant entre les arbres avec facilité, il attendit d’être à plusieurs minutes de la lisière avant de se mettre à courir pour rejoindre Syndrell, et le camp qu’ils avaient monté.


§§


- Les vigies sont contrôlées par une Envoleuse qui s’appelle Gazia…

Il lança un coup d’œil vers Ciel.
Il ne voulait pas dire de choses sur lui-même devant lui.

- Ils ont parlé de rondes impaires, mais je m’y connais trop rien pour en tirer des conclusions. J’ai fait plusieurs observations, et noté qu’il y a une partie du bâtiment qui est moins bien protégé que les autres, mais les murs sont bien plus épais à cet endroit. Peut-être y a-t-il quelque chose de spécial à l’intérieur.

Ceux qui faisaient la ronde ce matin : une jeune fille d’environs seize ans, avec des cheveux blonds ; un garçon d’une vingtaine d’année aux yeux très clairs et aux cheveux bruns ; et puis après, ils avaient tendance à tous se ressembler… On aurait dit des frères, tous. Que des hommes…


Soupirant doucement, il posa son regard sur Syndrell.

- Tu…

Il se racla la gorge, avant de se reprendre.

- Vous en pensez quoi ?

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Ven 03 Fév 2012, 11:18

Syndrell retomba sur le matelas, essoufflée comme jamais.

- Hmmrrr…

Un ronronnement de plaisir, c’est tout ce qu’elle fut capable d’émettre. Son cœur battait si fort dans sa poitrine qu’elle n’en serait pas étonnée si Ciel était capable de l’entendre depuis la lisière du bois ! Même Vanora, du fin fond de sa ferme, devait percevoir sa respiration saccadée comme après deux heures de course ininterrompue. C’était presque le cas, réalisa-t-elle alors que ses pensées commençaient tout juste à s’éclaircir ; voilà bientôt deux heures que Ciel était parti prendre son tour. A peine le Dessinateur avait-il disparu sous le front des arbres que Dolce l’avait emportée dans la tente avec une détermination si puissante qu’elle n’avait pas pu lui échapper…

Un sourire glissa sur ses lèvres. Elle avait trouvé le moyen de rivaliser autrement que par la force, et à en croire l’épuisement qui laissait l’Envoleur tout aussi pantelant, elle s’était plutôt bien défendue ! Syndrell inspira profondément pour tenter de retrouver son souffle. Nom d’une chiure de mouche, quelle énergie ! Cet homme allait finir par la briser avant même qu’elle n’affronte son ennemie jurée… C’était un moindre mal. Pour l’heure, elle se sentait complètement vidée, incapable ne serait-ce que de se traîner jusqu’à l’outre d’eau posée près de la tente, alors que sa gorge et ses lèvres étaient sèches. Mais qu’on la place en face de Vanora et elle retrouverait instantanément ses moyens, animée par sa soif d’en découdre et galvanisée par la formidable dose d’amour dont son amant la gavait !

Roulant sur le côté, la marchombre se lova contre le flanc du jeune homme. Un petit feu de joie dansait au fond de ses prunelles et au creux de son ventre, mais dehors il faisait si froid que la toile de la tente avait gelé, or il émanait une agréable chaleur du corps de Dolce. En outre, elle était en train de devenir dépendant du contact de sa peau contre la sienne… La tête calée dans le creux de son épaule, elle leva la main – un geste d’une simplicité confondante qui lui coûta un effort monumental, tant son bras était lourd – et, du bout des doigts, suivi la ligne de sa mâchoire. Une barbe de quelques jours lui mangeait le visage et lui donnait un air patibulaire. Pas étonnant que Ciel se sente intimidé !


- Ils ont peut-être du feu, murmura-t-elle, mais moi j’ai beaucoup mieux !

Son souffle s’était calmé, celui de Dolce aussi. Comme ils étaient l’un et l’autre trempés de sueur, Syndrell rabattit les couvertures sur eux. Elle sentait poindre un rhume, conséquence de sa nuit passée dans le froid ; il serait bien dommage qu’un éternuement non désiré fasse « capoter » leur plan !

- Dis-moi…

Ils étaient bien. Serrés l’un contre l’autre sous une montagne de couvertures et de vêtements éparpillés, ils se remettaient tranquillement de leurs émotions. Que pouvaient-ils faire d’autre ? Ciel poursuivait la première phase de l’opération, puis à la nuit tombée, ce serait le tour de la jeune femme ; à son retour, ils établiraient leur organisation, endosseraient leurs costumes, et avant l’aube, s’inviteraient dans la gueule du loup… Syndrell soupira. Plus que quelques heures, et elle serait libre.
Libre…


- Qui est Gazia ?


* * *


Ciel souffla sur ses mains jointes et les frotta l’une contre l’autre.
Il était transi. Le plus rageant, c’était qu’il aurait pu se réchauffer très facilement, avec son Don… Bon sang, ce qu’il pouvait être tenté de le faire ! Une heure qu’il ne sentait plus ses doigts. Deux qu’il avait oublié l’existence de ses orteils. Mais il avait bien trop peur d’investir les Spires alors qu’à quelques pas de là se trouvait une autre Dessinatrice… Il savait qu’elle était à l’intérieur de la ferme, parce qu’il l’avait sentie dessiner, quelques minutes plus tôt. Un léger fourmillement, sensation qu’il aurait été bien en peine de mettre en mots mais qu’il connaissait par cœur et qui ne laissait aucun doute quant à son origine.

Blanche.
Sa véritable cible, même s’il donnerait cher, à cet instant précis, pour pouvoir régler son compte à cette vipère de malheur ! Tant de mal… elle avait généré tant de mal et depuis si longtemps… C’était un fantôme surgit du sombre passé de Syndrell, et rien que pour cela, il lui en voulait. Mince ! Sa petite marchombre commençait justement à tourner la page avec Avant, avec la malédiction attribuée à son physique, et cette femme avait trouvé tout à fait normal de débarquer, comme ça, dans sa vie – dans leurs vies… Nuance était morte. Un jeune rêveur était mort. Un Mentaï, aussi. Celui-là, personne ne le regretterait, surtout pas lui ! Mais Ciel n’était pas un mauvais bougre. Il n’oubliait pas que cet homme, s’il avait été capable de tuer des innocents sans défense, avait peut-être eu une famille – une femme, des enfants… C’était peu probable, mais c’était possible.

Ciel serra les dents. Pas de quartier ! Entre Blanche et lui, ça ne pouvait se terminer que d’une seule façon. Serait-il seulement capable de tuer à nouveau ? De tuer par l’Imagination ? Le professeur de Dessin, non. Lui, il était trop pacifique : il enseignait toutes les subtilités des Spires à ses élèves et mangeait des canes à sucres entre les cours. Incapable de tuer une mouche. Mais l’autre… l’ami de Syndrell, celui qui donnerait sa vie pour elle… lui, il en était parfaitement capable. C’est ce qu’il avait compris en discutant avec la marchombre, quelques heures plus tôt. Il repensa au petit chat de verre qu’elle lui avait offert lors de leur première rencontre. Il avait pensé que c’était sur un coup de tête – comme ça, sans raison, mais… En fait, c’était la même chose qu’avec ce poignard qu’elle trimballait partout, tout le temps. Bien sûr qu’elle n’en avait pas besoin ! Il avait vu, à Fériane… il avait vu les lames, métal pur, courbe parfaite, jaillir directement de ses bras. Secret marchombre. Secret Syndrell. Alors, un vulgaire poignard… Non. Le Poignard, celui qui symbolisait sa force, son équilibre et ses convictions. Le petit chat de verre aussi, alors. Il veillait sur sa famille, et même s’il ne s’agissait que d’une babiole, Ciel était rassuré. Parce que ce n’était pas qu’une vulgaire babiole, c’était… c’était son Poignard, voilà.



* * *

- Blanche est dans la ferme. Elle n’est pas sortie de tout l’après-midi et je ne pense pas qu’elle le fasse de la nuit. Je crois que c’est la première protection de Vanora, son premier garde du corps, si vous voulez.
- Il faudra qu’elle sorte.
- Je sais. J’ai deux, trois idées à ce sujet, t’en fais pas. Au moins, on ne risque pas de tomber sur elle dans le bois… Bon… les murailles ne sont pas d’origine. C’est un Dessin. Je pourrais m’en servir pour attirer l’attention de Blanche, par exemple. Mais Dolce a raison, il y a une partie de l’enceinte qui est moins surveillée… c’est la gamine aux cheveux blonds qui patrouille juste à côté. Faut se méfier d’elle. Un de ses copains a tenté de la prendre par surprise pour la taquiner ; si elle ne lui a pas arraché le bras, c’est simplement parce qu’une femme est arrivée à ce moment-là. Une certaine Gazia.
- Et Vanora ?
- Pas vue. Elle reste à l’intérieur, comme Blanche. Par contre, deux hommes sont arrivés en milieu d’après-midi. L’un d’eux est un gros balèze…
- Zut ! Tant pis, ça ajoutera du piment à la dernière opération. Bien joué, Prof ! A mon tour, maintenant… Je ne vous laisse pas longtemps, essayer de ne pas vous entre-tuer en attendant, d’accord ?



[Chose promise, chose due ! Hmmrrr... <3]

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Ven 03 Fév 2012, 12:45

[ Mmmmgrrr ! Razz ]






Un long soupir franchit les lèvres de Dolce.
Un long soupir de récupération d’effort, un soupir de profonde satisfaction…
Un soupir-tendresse, aussi.

Tout son corps n’était plus qu’un amas de muscles brûlants, d’épuisement profond. Il ne savait plus où il en était vraiment, il n’y avait plus que Syndrell. Syndrell dans son esprit, Syndrell dans ses mains, Syndrell sous lui, sur lui… Syndrell, toute entière, qui envahissait ses pensées, qui le possédait tout entier…

Ciel était parti depuis près de deux heures. Deux heures, qu’ils étaient là, dans cette tente. Deux heures… Un sourire étira les lèvres de l’homme, qui les sentit se craqueler légèrement. Soif. Mais il ne bougea pas, alors qu’il sentait la jeune femme venir se blottir tout contre lui, encore une fois. Il apprécia son contact, sa peau de pêche contre la sienne, son corps contre le sien. Ses doigts, malgré la fatigue qui l’endiguait tout entier, se glissèrent dans le creux de ses reins, caressant le bas de son dos, l’effleurant doucement.

Un sourire étira les lèvres de Dolce quand la voix de Syndrell s’éleva dans l’air tiède de la tente.

- Dis-moi… Qui est Gazia ?

Dolce sentit sa respiration se bloquer légèrement. Il en avait parlé très succinctement en arrivant, après sa propre ronde, et comptait le faire plus longuement quand Ciel serait parti… Mais il avait eu d’autres préoccupations en tête, jusqu’alors ! Prenant une longue inspiration, il se tourna sur le côté, pour sentir toujours la jeune Marchombre blottie contre son torse. Déposant un léger baiser sur ses cheveux, il relâcha son souffle.

- Et bien…

Se mordant la langue, il se décida enfin à se lancer.

- J’aimerais que cela reste entre nous, d’accord ? Tu en sais déjà beaucoup trop pour que je puisse te cacher quoi que ce soit d’autre, mais il serait malvenu de mettre Ciel au courant, aussi muet soit-il…

Prenant une inspiration, il se lança donc.

- Gazia… C’est la camarade que j’ai eu tout le long de mon apprentissage. On était tous les deux à suivre l’enseignement de mon Maître…
On… On se connaît parfaitement.


Il ferma les yeux, ayant peur d’aller trop loin. Il n’était jamais évident de dire à la personne que l’on… aime – parce que oui, il réalisa qu’il aimait Syndrell, de toute son âme – qu’on avait eu des aventures avec des personnes qu’elle pouvait rencontrer. Un soupir franchit ses lèvres.

- Dans tous les cas, je l’ai croisée il y a une semaine, peut-être deux, à la Citadelle. Je n’étais pas avec toi, donc cela pourrait éveiller des soupçons. J’ai pensé trouver une excuse comme quoi je t’aurais droguée, assommée, et tout le toutim, pour pouvoir faire… tirer d’affaires mon apprentie.

C’était dur de briser des secrets, ainsi, devant elle. Il en avait les mots qui se battaient dans la bouche – ceux qui diraient tout, et ceux qui voulaient tout garder. Sa voix n’était pas très sûre, et la Marchombre ne pouvait manquer de s’en apercevoir. Et surtout, son cœur n’avait pas ralenti…

- En un sens, c’est à notre avantage. Mais il va falloir que tu sois une bonne actrice. Cela éteindra plus sa méfiance que cela ne l’attisera. On aura une meilleure chance d’approcher de près Vanora. Après, je ne sais pas trop comment elle va réagir, Vanora, mais je sais que je pourrais influencer Gazia. Si on se débrouille bien.


§§


Je ne vous laisse pas longtemps, essayer de ne pas vous entre-tuer en attendant, d’accord ?

Dolce lâcha un petit soupir, attrapant Syndrell par le poignet alors qu’elle comptait filer sans demander son reste. Il planta son regard dans le sien, quelques secondes, avant de déposer un baiser-papillon sur ses lèvres, un sourire sur étira sa bouche, et il la laissa filer…


§§


La nuit était tombée depuis deux longues heures quand Syndrell revint vers le camp. Dolce n’avait pas adressé un mot à Ciel, sauf peut-être un vague merci pour avoir fait chauffer la viande. Il avait mangé, puis s’était écarté un peu de la tente pour faire quelques exercices physiques.

Assouplissements, échauffements.
Puis, il ne tenait pas en place. Savoir que Syndrell était partie était une chose, mais rester avec Ciel en était une autre. Il avait besoin de s’occuper. Et loin de lui. Sinon, cela serait Ciel qui finirait en chair à pâtée.

Non pas qu’il doutât encore de ce qu’il se passait entre lui et Syndrell, non. Même pas.
C’était juste que… en un sens, il aurait voulu avoir la jeune femme pour lui tout seul. C’était bien égoïste de sa part, il s’en rendait compte, mais qu’importait la raison, quand le cœur parlait à ce point. Et puis… Et puis, l’évidence qui s’était imposé à lui, dans la tente, après leurs étreintes, quand il avait parlé de Gazia.
Il faisait plus que tenir à elle.

Un soupir franchit ses lèvres, alors que le souffle régulier de Singa se transformât en petit renâclement de bienvenue.
Syndrell était rentrée.

- Alors ?

Se redressant de sa cent-deuxième pompe – il comptait aller jusqu’à cent-cinquante – il s’approcha de la jeune femme, un éclat dans le regard.
L’énergie, pour lui, était bel et bien revenue. Et il avait eu besoin de faire quelque chose, ne serait-ce que pour s’occuper l’esprit.
Il sourit.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Sam 04 Fév 2012, 12:51

A plat ventre sur le sol gelé, Syndrell se fit la promesse de s’acheter une nouvelle cape sitôt cette affaire terminée. Celle-ci avait fait son temps et sa valeur était désormais purement sentimentale ; elle ne protégeait même plus la jeune femme de la bise glaciale qui mordait sa peau. Le reste de sa tenue n’avait pas meilleure allure…elle portait toujours la chemise de l’épouse de Torn, la sienne ayant été brûlée par l’acide secret de Trompe-l’œil, et une nuit mouvementée passée au cœur d’une forêt ne lui avait pas réussi. Quant à ses bottes… Un sourire. Depuis qu’elle avait rencontré Dolce, Syndrell se souciait beaucoup trop de son apparence !

En vérité, cette allure de vagabonde tombait bien. Puisqu’elle devait donner l’impression d’avoir été séquestrée plusieurs jours par Dolce, mieux valait ne pas lésiner sur les détails. La jeune femme était néanmoins confiante : dans cet état, et grâce aux talents de Ciel, elle allait tromper tout ce petit monde !

Son ami s’était déjà mis à la tâche lorsqu’elle avait quitté le camp. Il travaillait sur son maquillage ; selon lui, il était impossible qu’il intervienne directement sur le corps de la marchombre, ainsi qu’elle l’avait cru. « L’Imagination a ses propres limites », avait-il murmuré avant de s’enfermer dans la tente. Mieux valait que Dolce n’y mette pas les pieds avant qu’il n’ait terminé mais au moins, l’Envoleur disposait de tout le bois à sa guise…

Un léger bruissement attira l’attention de Syndrell et elle braqua aussitôt ses yeux dorés vers le mur. Il n’était pas là la première fois qu’elle s’était approchée de la ferme, ce qui confirmait les dires de Ciel ; Blanche avait bien travaillé. Mais c’était une précaution parfaitement inutile, et Vanora devait pourtant bien le savoir : le marchombre n’a que faire du mur qui se dresse devant lui. S’il ne peut pas le franchir, et bien, il le franchit tout de même !

Syndrell plissa les yeux et retint son souffle. Quelqu’un se rapprochait. Profitant des ombres de la nuit, elle s’était faufilée jusqu’aux abords du mur, à l’endroit où seulement deux mercenaires étaient censés patrouiller – la gamine et le jeune homme aux cheveux sombres. Mais c’est une troisième personne qui fit son apparition, souffle de vent à peine perceptible dans l’obscurité nocturne. Une femme, haute et noble, drapée dans un manteau de silence et de puissance. Tant de puissance que la marchombre, tapie à quelques pas seulement de l’inconnue, ne put s’empêcher de frissonner.
Envoleuse.

Elle s’arrêta soudain et balaya les alentours du regard ; Syndrell se tendit légèrement, prête à réagir en un minimum de temps pour sauver sa peau, mais bientôt une autre silhouette se détacha du mur, rejoignant l’inconnue d’un pas alerte. Elle reconnut le jeune homme aux cheveux sombres. Il s’arrêta devant elle, de sorte qu’elle n’avait qu’à lever les yeux pour le voir. Une chance qu’aucun souffle de vent ne trahisse son odeur, inextricablement mêlée à celle de Dolce…


- Tu rentres bien tard. Un souci ?
- Aucun qui ne te concerne, jeune apprenti.


Le ton de la femme était assez explicite pour que son interlocuteur y reconnaisse celui d’un maître à qui il devait le respect. Baissant la tête, il attendit la suite – tout comme Syndrell.

- Blanche est à l’intérieur ?
- Elle n’est pas sortie, sauf pour renforcer le mur. Il lui donne du fil à retordre, apparemment…
- Je vais faire mon rapport et je reviens ; ta sœur et toi pourrez rentrer manger un morceau.
- Merci, Gazia.

Aplatie sur le sol, Syndrell leva les yeux vers l’inconnue. Alors, c’était elle… En dépit de sa situation pour le moins précaire, la marchombre détailla la femme dont Dolce lui avait parlé. Impossible de distinguer parfaitement ses traits dans la nuit, mais Gazia était aussi grande qu’elle était petite, et sa tenue ne cachait strictement rien des courbes féminines qui devaient rendre idiots la moitié des mâles de l’Empire.

Syndrell réprima un grognement de frustration. Dolce semblait tenir à cette femme, mais ce n’était pas son cas ; les amis de ennemis étaient ses ennemis ! Si jamais Gazia se trouvait sur son chemin, c'est-à-dire entre Vanora et elle, la marchombre se ferait un plaisir de lui enfoncer ses lames en travers de la gorge. Il lui était déjà très difficile de se contenir, alors que l’Envoleuse passait devant elle pour entrer dans la ferme. Mais ce serait agir bêtement que d’attaquer l’ennemi seule et sans autre plan que celui d’éliminer une rivale, aussi Syndrell attendit-elle que Gazia et le jeune mercenaire aient disparu pour filer à son tour.



* * *


- Alors ?

Syndrell s’arrêta près d’un arbre et s’adossa contre le tronc gelé, bras croisés sur la poitrine. Il faisait nuit depuis longtemps mais apparemment, cela n’empêchait pas Dolce de s’adonner à quelques exercices de musculation, en dépit du froid mordant qui s’intensifiait pourtant. Ni de percevoir sa présence alors qu’elle s’était faite aussi silencieuse qu’un chat depuis qu’elle avait quitté la ferme.

Elle le regarda se redresser souplement, à peine essoufflé par l’effort, et s’approcher doucement, avec cette force tranquille qu’elle lui avait toujours connue. Une force qu’il enseignait. Syndrell n’avait pas envisagé cet aspect de lui, et cela la laissait pensive ; elle-même n’était plus l’élève de Miss depuis bientôt deux ans, mais d’un seul coup, l’expérience de son amant lui sautait aux yeux. Une expérience partagée par Gazia…


- Alors, je suis en train de me transformer en glaçon vivant.

Pour le lui prouver, la jeune femme se coula contre lui et glissa ses mains froides sous sa chemise. Le léger frisson qu’elle en tira la fit sourire.

- Rentrons dans la tente, proposa-t-elle. Ce que j’ai pu observer concerne Ciel aussi.

Elle se hissa sur la pointe des pieds pour déposer une bise glacée sur ses lèvres, amusée par sa moue résignée.

Ciel leva à peine les yeux de son travail lorsqu’ils entrèrent dans la tente, Syndrell ayant pris soin de signaler leur arrivée en se faisant moins discrète que Dolce. Les traits figés par la concentration, il tenait quelque chose entre les mains – quelque chose de flasque, comme un morceau de chair sanguinolent.


- C’est affreux, remarqua Syndrell en s’asseyant en face de lui. Qu’est-ce que c’est ?
- Ta nouvelle peau.
- Oh…


Dégoûtée, la marchombre regarda Ciel poser délicatement son ouvrage sur ses genoux. On aurait réellement dit qu’il s’agissait d’une peau, transparente, élastique et blessée. Et dire qu’elle allait devoir porter cette… chose ! Pour le coup, elle aurait presque préféré passer l’épreuve des poings de Dolce…

- Alors ?

La question – de Ciel, cette fois-ci – sortit Syndrell de ses pensées.

- Rien de bien nouveau depuis ta garde, commença-t-elle en retirant sa cape raidie par le froid. Pas de nouvel arrivage de mercenaires, en tout cas. Nous en sommes donc à huit hommes de main : le gros balèze, qui répond au doux nom de Sküd, son compagnon, un certain Tellig, Gazia, la blondinette et son frère ; Azfaran, qui est armé de deux fouets, et son jumeau Cilelfer, qui porte une épée longue à la ceinture et deux lames courtes dans le dos ; le dernier m’a tout l’air d’être un vrai singe. Je l’ai vu escalader le mur aussi facilement qu’un escalier. Il est armé d’un arc et je suis persuadée qu’il s’en sert à merveille. Voilà pour les petits soldats de Vanora.

Capter les conversations en lisant sur leurs lèvres avaient été pour elle un jeu d’enfant – jusqu’à la tombée de la nuit. L’obscurité lui avait alors servi de camouflage supplémentaire pour se rapprocher du mur jusqu’à le toucher… chose qu’elle n’avait pas fait. Ciel l’avait mise en garde contre le dessin de Blanche, soupçonnant la Dessinatrice d’avoir mêlé sa sensibilité à celle de l’édifice pour pouvoir « sentir » le moindre contact étranger.

- Avec Blanche et Vanora, on arrive à dix. Dix personnes dont il va falloir se méfier jusqu’au bout – et se débarrasser en un temps record… même si nous ne sommes que trois.
- Une marchombre, un Dessinateur et un guerrier au caractère de Raï mal léché…C’est déjà pas si mal !
- C’est même suffisant pour réussir,
affirma Syndrell, une lueur farouche dans le regard. Prof, tu vas donc te concentrer sur le mur. Blanche est sortie, deux minutes à peine, pour renforcer son dessin.
- Il doit lui coûter un sacré effort de concentration...
- C’est ton avantage. Dolce, il va falloir choisir tes adversaires ; une fois là-bas, il ne sera plus possible de réfléchir. Le frère et la sœur ne sont qu’apprentis, ils vont probablement rester dehors – Ciel devra s’en occuper. Je me réserve Vanora. Tu as une préférence, peut-être ?


Sourire mutin.
Et un tout petit espoir ridicule.
Elle ne voulait pas qu’il choisisse Gazia…



__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Point Final [PV Dolce] - TERMINE   Sam 04 Fév 2012, 13:33

- Je prendrai Gazia en priorité. Dans le pire des cas, je la mettrai hors d'état de nuire, et dans le meilleur, je pourrais la convaincre de nous aider.

Ensuite, ça dépendra comment se comporte les autres. Elle est sûrement à leur tête, telle que je la connais. Si on l'influence, cela déstabilisera tout le monde, et cela sera largement à notre avantage.


( Plante son regard dans celui de Syndrell )

- Pur choix stratégique...

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Point Final [PV Dolce] - TERMINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Gil et point d'amis !!
» Autre point de vue de John Maxwell pour la defense d'Haiti
» Les broderies au point compté de la souris
» valeur en point
» liste d armee a 1000 point pour un tournoit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Nord :: Citadelle des Frontaliers-
Sauter vers: