AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Il y a blizzard et bizarre... ( PV Elya Vowel )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Il y a blizzard et bizarre... ( PV Elya Vowel )   Jeu 02 Fév 2012, 16:03

La porte s’ouvrit brusquement, à la volée, laissant entrer une bourrasque puissante de vent et de neige.
On aurait pu croire à l’apocalypse, d’un coup, si le stentor qui venait de l’ouvrir ne l’avait pas refermée vivement. Mais le mal était fait, et quelques tables étaient déjà recouvertes d’une légère couche de flocons. Les personnes attablées voulurent râler, mais le regard du nouveau venu les fit taire mieux qu’une camisole.

Immense, les cheveux en bataille, saupoudrés de neige, une immense peau d’animal sur les épaules, il avait de quoi impressionner. Surtout avec son visage tendu par le froid et ses yeux cernés profondément.
Oui, cela faisait un moment qu’il n’avait pas dormi : il n’avait pu se résoudre à se coucher dans la neige, de peur de ne pas se relever – ni se réveiller – le lendemain matin. Ca faisait plus d’un jour et demi qu’il n’avait pas cessé de marcher pour se maintenir en vie, sans feu ni nourriture. Il avait avalé de la neige, mais c’était tout, et avait bigrement faim !

Son regard, d’un vert changeant, passa sur la salle, éteignant quelques conversations au passage, avant de trouver une table de libre, dans le fond. La dernière table. D’un côté, cela se comprenait : avec le temps qu’il faisait dehors – un vrai blizzard depuis deux jours ! - personne n’osait sortir, et tout le monde préférait rester bien au chaud dans une auberge, quitte à payer un peu plus cher pour le confort qu’elle offrait. Un confort même sommaire : simplement de la chaleur et de la nourriture. S’installant sur sa chaise, il se débarrassa de sa cape en peau d’animal pour la poser sur le dossier de sa chaise, détailla encore une fois la salle, avant de secouer la chaise – pas vraiment tendrement – et de s’asseoir une fois qu’il fut assuré qu’il n’y avait plus rien dessus.


- Je peux prendre votre commande, monsieur ?

Mo la détailla quelques secondes, silencieux, avant de se redresser dans sa chaise.

- Vous avez quoi à me proposer ?

- On fait du ragoût de Siffleur ce soir. Sinon, il y a aussi du sanglier en broche, de la dinde ou du brochet.

- Je vais prendre du sanglier. Avec une bonne portion de niam, s’vous plait.

- Autre chose ?

- Une bière.

- Je vous apporte cela.


Mo hocha la tête, et son regard suivit les mouvements de la serveuse alors que cette dernière s’éloignait de sa table en louvoyant entre les autres meubles, et évitant quelques mains qui se tendaient sur son passage. Un sourire sur les lèvres, il se laissa aller contre le dossier de sa chaise, portant son attention sur la salle en général, globalement. Il croisa les jambes et posa ses pieds sur le rebord de la table, dans une attitude posée et sereine. Peut-être un peu provocatrice.

Sondant chaque table, chaque personne, l’Envoleur s’amusait à créer des réactions chez les gens qu’il fixait. C’était tellement drôle de les voir s’arrêter de parler, manquer leur bouche avec leurs couverts, ou se ridiculiser en faisant tomber de la nourriture sur leur voisin… Quand la serveuse lui amena sa bière, il ne put s’empêcher, encore une fois, de la détailler.


- Merci bien mademoiselle. Vous êtes très jolie vous savez ?

Lui adressant un clin d’œil, il ricana tout seul quand il la vit partir presque en courant pour retourner en cuisine. Et puis, son regard tomba sur…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il y a blizzard et bizarre... ( PV Elya Vowel )   Ven 10 Fév 2012, 00:03

La douceur des quinze derniers jours avait été toute relative et alors qu’Elya venait de laisser son frère aîné quelque part au détour des Dentelles Vives, le froid avait amené neige et vent : tempête, complètement. Feu, que rien n’était parvenu à faire ralentir jusqu’à présent, peinait parfois à avancer avec ces vents surpuissants d’est en ouest qui leur arrivaient de pleine face. Et bien à tombé, ils étaient au milieu de nulle part. Elle ne pouvait donc pas se permettre de s’arrêter sous peine de finir littéralement congelée. Pour soulager l’étalon, elle mettait régulièrement pied à terre et parcourait ainsi un bout de chemin.

Cela faisait peut-être deux jours qu’elle avançait dans ce blizzard, sans y voir jamais à plus de dix mètres autour d’elle. Les quelques pommes qu’elle avait encore dans sa sacoche étaient plus dures que du bois, gelées, mais c’était déjà mieux que rien, quitte à s’abîmer un peu les dents. La rouquine avait quelques doutes sur la direction qu’elle suivait : en deux jours, elle n’avait pas vu une seule maison. Certes, l’endroit était vraiment un trou plus que paumé, mais quand même, pour ce qu’elle en savait, les collines de Taj n’étaient pas totalement désertes !

Ainsi, à la nuit tombée, quand les premières lumières se dessinèrent au loin, la jeune femme se demanda dans un premier temps si elle n’avait pas rêvé. Et puis, décidant de se fier à son instinct, elle se remit en scelle et fit bifurquer Feu. Ce dernier, quand il aperçut le scintillement des points lumineux un peu plus loin, trouva le courage de se lancer dans un galop absolument effréné. L’impression première d’Elya avait été la bonne, c’était un village qui se dressait devant eux. Non pas qu’elle ait particulièrement froid – en effet, elle était capable de supporter des climats caniculaires autant que sibériens – mais il serait sûrement plus sage de sa part d’attendre la fin de la tempête avant de reprendre la route.

Par chance, le seul palefrenier du bled était encore ouvert et Elya lui confia Feu pour la nuit. L’étalon semblait fin heureux de retrouver la chaleur d’une écurie, du foin à se mettre sous la dent et pour une fois il ne semblait pas détester l’idée de rentrer dans un box, ce qui amusa beaucoup sa cavalière. À vrai dire, elle non plus n’était pas mécontente de pouvoir profiter d’un vrai lit cette nuit. Depuis qu’elle avait revu Nath, elle avait gagné peut-être une heure de sommeil en plus, mais quatre heures d’affilées restaient un record. Parfois, la fatigue la rattrapait, et elle goûtait aux joies d’un sommeil un peu plus tranquille. Les yeux émeraudes de Noah, pareils aux siens, continueraient de la hanter encore longtemps. C’était une certitude en elle, d’autant qu’elle devait encore affronter ses parents et ses autres frères. Elle n’avait pas fini de raconter la même histoire et revivre le cauchemar.

En sortant, le palefrenier lui avait aimablement indiqué l’emplacement de l’auberge du village, et Elya n’avait pas plus attendu pour ressortir dans le froid mordant. Il avait dit deux rues plus loin. Il n’y avait pas âme qui vive dehors, ou du moins elle s’y attendait, et elle avait bien failli ne pas remarquer la silhouette qu’elle venait de dépasser. Une silhouette qui lui était étrangement familière. La jeune femme se retourna et reconnut aussitôt une tignasse blonde, légèrement ondulée, un regard entre la noisette et le kaki, de larges et puissantes épaules, des mains fines – les mêmes qui l’avaient relevée plus d’une fois lors de ses premières tentatives pour monter Feu.

- « Samaël ? »

L’homme tituba et releva gauchement la tête. Il mit un certain temps à la reconnaître. Elle n’avait plus de doutes, c’était bien lui. Elle haussa un sourcil lorsqu’il leva maladroitement un doigt. Le regard noisette de l’itinérant loucha un instant. Aussi certain qu’elle se dénommait Elya, le jeune homme était complètement ivre. Tant pis pour les questions qui la taraudaient, il allait falloir attendre un peu avant d’espérer une réponse.

- « A… Ad… Adèle ? »

La rouquine plissa le nez.

- « Raté… »

Samaël essaya tant bien que mal de rassembler ses idées en une phrase cohérente, en vain. Il avait dû ingurgiter tellement d’alcool qu’il n’arrivait même plus à aligner deux syllabes correctement. Et c’était à peine s’il tenait encore debout. La jeune femme soupira.

- «T’es complètement fait ! »

Elle fini par passer son bras autour du jeune homme, qui contre toute attente, se laissa faire sans protester. De toute façon, elle doutait franchement qu’il se rende bien compte de la situation car il semblait sérieusement piquer du nez dorénavant. Elle parvint à le traîner à l’auberge sans trop de mal. Une bourrasque s’engouffra dans l’établissement au moment où elle entra, mais elle referma vivement la porte car elle sentait déjà les regards mécontents se poser sur elle. Samaël sur une épaule, elle s’accouda un instant au bar et apostropha la petite serveuse qui afficha une moue amusée en la voyant.

- « Il ne vous resterait pas une chambre ? »
- « Si bien sûr »

Remerciant la fille d’un signe de tête, elle attrapa les clés qu’elle lui tendait. Comme elle le redoutait, le jeune homme roupillait à présent sur son épaule. Elle grimaça lorsqu’elle aperçut un filet de bave s’échapper des lèvres de l’itinérant. Arrivée au pied des escaliers, elle jugea un instant le nombre de marches à gravir avant de prendre la décision de pincer Samaël pour qu’il se réveilla – ou du moins pour qu’il tienne à peu près debout pendant qu’elle le ramènerait à la chambre. Fort, très fort. Cela eu l’effet escompté. Il se réveilla et gémit, voulu protester, mais ne parvint pas à prononcer la moindre syllabe cohérente.

La rouquine ne mit tellement longtemps à faire s’allonger son ami, peut-être même pas cinq minutes. En fait, il s’était effondré de lui-même, ronflant sonorement. Elle redescendit les marches deux à deux. Elle avait complètement oublié de prendre sa sacoche qui était restée sur la selle de Feu. Il fallait donc qu’elle ressorte dans la tempête. Haussant les épaules toute seule, elle s’avança de nouveau vers le bar.

- « Vous n’auriez pas une deuxième chambre à tout hasard ? »
- « Non, désolée, c’était la dernière… »
- « Tant pis pour moi alors ! »
- « Vous prendrez quelque chose ? »
- « Je ne serais pas contre une bonne soupe, vous avez ? »
- « Pas de soucis »

La gratifiant d’un sourire, Elya ressortit dans le froid pour rejoindre les écuries en moins de temps qu’il ne lui avait fallu pour venir. Elle s’en était douté, elle était arrivé juste avant qu’il ne ferme les portes pour la nuit, il lui fallait donc trouver une autre entrée. Elle entreprit aussitôt de faire le tour du bâtiment et ne tarda pas à trouver une petite fenêtre un peu en hauteur. La paroi du mur était complètement gelée mais ce n’était pas très haut : c’était jouable. Prenant le temps de repérer quelques prises, sa main crocheta une interstice, et elle s’étonna d’atteindre aussi rapidement la fenêtre. Feu piaffa lorsqu’il la vit. Elle sourit, récupérant sa sacoche. Elle flatta l’encolure de l’étalon un instant.

- « Tu sais quoi ? Je crois que je vais squatter ton box cette nuit… »


[Désolée du retard...]
Revenir en haut Aller en bas
 
Il y a blizzard et bizarre... ( PV Elya Vowel )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Armelle, la bizarre, timbrée, dégénérée et détraquée :D [Sd]
» tombe sur un livre bizarre...et se perd dans la biblio
» Effet bizarre
» Blizzard chie dans le paté, et tente de le filer à bouffer !
» La bazar du nain bizarre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Collines de Taj-
Sauter vers: