AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Pirouette et danse... [ Libre ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Pirouette et danse... [ Libre ]   Ven 03 Fév 2012, 22:43

Glacial. Froid. Gelé. Frigorifiant.
Aussi, vivifiant.
Le vent venait jouer avec Libertée, qui se tenait en haut d’une falaise. Observant le monde.
Un sourire sur ses lèvres fines, et elle inspirait profondément l’air qui montait jusqu’à ses poumons. Un air avec moins d’oxygène, certes, mais qui la pénétrait jusqu’aux tréfonds de son âme.

Une gifle.
Elle crut qu’elle allait perdre l’équilibre, tomber en arrière, s’étaler dans la neige. Mais non, déjà la bourrasque s’arrêtait, comme pour lui demander si elle allait toujours bien… Un sourire sur les lèvres, elle profita encore quelques instants de cette sensation apaisante.
Encore une seconde…



♥♥♥


Quand elle ouvrit la porte de l’auberge, toutes les conversations se turent un instant. Se sentant regardée – et aimant cela, évidemment – Libertée bomba légèrement la poitrine, relevant le menton, et louvoya entre les tables pour atteindre le comptoir de l’établissement. L’homme qui se trouvait là la fixait intensément, son geste suspendu – il était en train de sécher un verre avec un torchon à la propreté douteuse – et ce ne fut que lorsqu’elle s’accouda sur le bar qu’il reprit ses esprits en papillonnant quelques fois des paupières.

- Salut !

Elle lui adressa un sourire lumineux qui sembla lui faire perdre tous ses moyens un instant.
Il réussit néanmoins à revenir à l’instant présent plus rapidement que la première fois.


- Bonjour mademoiselle. Puis-je faire quelque chose pour vous ?

- A vrai dire… Oui !


Un clin d’œil aguicheur, et Libertée se pencha un peu plus sur le comptoir.

- Je cherche…

Il ouvrit dans les yeux, se penchant à son tour vers la jeune femme par-dessus la planche de bois.

- Une chambre pour dormir ce soir !

Libertée ne put s’empêcher d’éclater de rire devant l’air contrit de l’homme en face d’elle. Il marmonna une seconde dans sa barbe, avant de se tourner, bougonnant, et d’aller chercher le livre des registres des chambres. Elle prit ainsi soin de le détailler plus amplement, évidemment. Il n’était pas méchant, physiquement parlant. Mais pas assez ton type d’hommes, à ce qu’elle pouvait en juger.

- Voilà mademoiselle, vous êtes inscrite. C’est au premier étage, la troisième chambre à gauche en haut des escaliers.

La Marchombre le remercia d’un clin d’œil aguicheur, et se redressa sur ses deux pieds. Finalement, elle annonça qu’elle mangerait là également, et alla s’asseoir à une table un peu plus loin. Détaillant la pièce, elle ne trouva pas chaussure à son pied à cette heure plutôt précoce. Laissant tomber une proie pour ce soir en particulier, elle haussa les épaules et attendit que la serveuse passât pour prendre sa commande. Un bon steak de siffleur, c’était vraiment le pied !

Riant à couvert quand elle vit la jeune fille – elle devait avoir seize ans, peut-être dix-sept – se tourna avec le menton en l’air pour avoir l’air hautaine, Libertée l’oublia néanmoins instantanément quand la porte de l’auberge s’ouvrit à nouveau pour faire entre un groupe de jeunes hommes.

Entre vingt et trente ans, à ce qu’elle pouvait en apprécier, ils étaient déjà joyeux et firent comme elle quelques minutes auparavant : ils détaillèrent la pièce. D’un commun accord, ils prirent une table voisine à celle de Libertée, et cette dernière leur lança un clin d’œil provocateur ; d’ailleurs un en particulier en ricana doucement.


*Celui-là*

Un sourire sur les lèvres, Libertée termina sa bière, et entama le siffleur qui venait d’arriver.
Elle continuait de jeter de fréquents coups d’œil au groupe d’hommes, mais sans plus, les laissant passer leur soirée normalement – ou presque. Ils ne buvaient pas énormément, mais mangèrent par contre énormément. De vrais goinfres ! Aimant cette départie, elle profita elle aussi de sa soirée, jusqu’à ce qu’une petite troupe fît son apparition dans l’auberge, pour demander au tenancier si elle pouvait jouer.

Avec l’accord du gérant, les acrobates et artistes entrèrent bientôt tous dans l’auberge, des sourires jusqu’aux oreilles : en effet, pouvoir jouer ainsi dans un gîte, c’était bon signe : un bon public, et la certitude de dormir dans un endroit chaud pour la nuit.



♥♥♥


- Et alors là… J’ai levé mon épée bien haut ! Oui ! Le plus haut possible ! Ce n’était pas ce rejeton de Ts’Liche qui allait me dire quoi faire ! Et bah… Bah il a pris peur, ce lâche ! Il est parti dans l’autre sens, la queue entre les jambes, c’est le cas de le dire !

Libertée éclata de rire devant la chute vraiment bizarre de la petite histoire que lui racontait Hoik. Ce dernier sembla se régaler de la bonne humeur de la jeune femme, et la serra contre lui de manière plutôt possessive. La jeune Marchombre se laissa faire, riant toute seule devant les manières de ce jeune homme – il devait avoir un ou deux ans de plus qu’elle. Se blottissant dans ses bras, elle ramena ses jambes contre son torse – elle était assise sur ses cuisses.

Dans l’auberge, l’ambiance battait son plein grès.
Les musiciens jouaient des musiques entraînantes, et la plupart des invités et des mangeurs s’étaient retrouvés sur la piste en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire. C’était à cet instant précis que Libertée s’était rapprochée de Hoïk – l’homme qui avait ricané quand elle les avait détaillés.


- Ca ne te dirait pas d’avoir un peu plus… d’intimité ?


♥♥♥


Ce furent les premiers rayons du soleil qui éveillèrent Libertée, caressant sa peau.
Ouvrant un œil, puis l’autre, elle finit par se redresser lentement, détaillant la chambre dans laquelle elle se trouvait. Une chaleur, à son côté, attira son attention, et elle eut un petit sourire en découvrant le jeune homme qui dormait toujours.

Se levant, elle enfila rapidement ses vêtements, passa sa cape de fourrure. L’observant un instant, elle finit par déposer un léger baiser sur la pointe de son épaules. Avant de disparaître par la fenêtre.



♥♥♥


- Mademoiselle ! Mademoiselle, attendez !

Libertée s’arrêta pour se tourner, et voir qui l’appelait ainsi.
Un nouveau sourire étira ses lèvres quand elle vit un jeune homme d’un peu moins d’une vingtaine d’années en train de courir dans sa direction. Il n’était pas très grand, pas très baraqué, mais la lueur dans son regard, déterminée, attira son attention.


- Oui ?

- Et bien… J’ai vu que vous partiez et… et puis je vais dans la même direction que vous, alors…


Libertée éclata de rire.

- Je vois !

Un immense sourire étira les lèvres du garçon.

- Vous voulez bien ?

- Evidemment ! Mais au fait, comment t’appelles-tu ?

- Karako ! Mais la plupart des gens m’appellent Kara…

- Et bien, Kara, enchantée de faire ta connaissance !



♥♥♥


Karako l’avait laissée au détour d’Al-Chen.
Liberté courait tranquillement depuis, le long de la rive de l’immense lac du même nom.

Les pieds dans le sable, la tête dans les étoiles…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pirouette et danse... [ Libre ]   Mer 08 Fév 2012, 20:43

« Les Marchombres suivent leurs envies, leurs instincts. Libres comme l’air, leurs limites côtoient les étoiles. Ils savent respecter la liberté des autres et savent s’écouter, se respecter eux-mêmes, dans leur intégrité jusqu’au plus profond de leur âme. »

Les yeux levés vers le ciel, Bvan lâche un long soupir.
Ses pensées s’étaient envolées vers les dernières semaines qu’il venait de passer. Un mois auparavant, il avait réussi à convaincre Alexanor de quitter son auberge dans laquelle elle n’était pas heureuse pour rejoindre l’Académie, lieu d’enseignement Marchombre. Il pensait vraiment la revoir, peut-être même la guider. Il l’avait voulu… Mais au premier cours, alors qu’elle était bel et bien inscrite dans son cours, elle n’était pas venue. Ses apprentis étaient trois jeunes hommes, tous aux environs de la vingtaine d’années. Tous les trois bien différents, c’était un fait, et tout aussi intéressants, sans doute aucun. Ce premier cours lui avait donné le ton de l’apprentissage dans sa globalité, et il aimait cela.

Le soleil s’était couché depuis longtemps, maintenant. Peut-être une heure ou deux. Il n’avait pourtant pas bougé, allongé sur la plage de sable fin du Lac Chen, les yeux perdus dans les étoiles, dans la contemplation de l’univers vu de la terre. Quelle insignifiance avait l’homme, face à l’immensité de l’espace ! Un grain de poussière, voilà ce qu’il était, ni plus ni moins. Si. Peut-être moins. Et cette sensation, dans le creux de son ventre, le faisait frissonner à chaque fois : il avait beau sentir le vent s’engouffrer dans ses cheveux, parcourir parfois l’herbe de quelques centimètres, défiant l’apesanteur grâce à ses fouets ; il avait beau pouvoir escalader le plus haut pic des Dentelles Vives, se tenir en équilibre sans les mains sur un mât de trente mètres de haut ; il avait beaucoup réussir à se débarrasser de bien des combattants en quelques passes… Il était insignifiant. A peine un grain de poussière dans la roue du temps.

Un long soupir franchit ses lèvres, se transformant presque immédiatement en givre, léger nuage au-dessus de son visage presque frigorifié. Sentant ce tiraillement sur ses joues, signe d’un léger dessèchement – et d’un manque d’eau – Bvan finit par se redresser sur un coude en soufflant longuement. Il bougea doucement et avec attention ses doigts, y ramenant un peu de sang, ainsi que pour ses pieds. Rester des heures allongé dans le froid n’aidait pas à la circulation, c’était un fait. Et s’il avait eu le malheur de s’endormir, peut-être aurait-il eu vraiment du mal à se réveiller et pire, à se relever.
Il finit par se retrouver debout, et s’ébroua vivement sous la lune luisante.

S’étirant lentement, le jeune homme fit jouer les muscles de ses épaules et de ses jambes, avant de prendre la direction d’un point lumineux, un peu plus loin sur la berge. Une petite auberge, perdue au milieu des marécages qu’engendrait parfois le Lac Chen, dans laquelle il avait réservé une chambre pour la nuit. D’un pas félin, il la rejoignit donc en quelques minutes, faisant son entrée tranquillement dans la pièce tiède, presque chaude de chaleur humaine. Un doux fumet vint lui chatouiller les narines, et il sourit devant son ventre qui protestait : mais il avait déjà mangé, et se contenta de saluer rapidement l’aubergiste pour grimper les escaliers quatre par quatre et trouver la porte de la pièce qu’il occupait. Refermant le battant derrière lui, il fit cliqueter le verrou et s’étala de tout son long sur le matelas confortable du lit deux places qui trônait au milieu de la chambre. Dans un soupir, il se redressa à moitié, pour se déshabiller et se glisser dans les draps douillets desquels émanait une agréable odeur de jasmin.

£$£

Un rayon de soleil vint caresser sa peau, alors qu’un léger courant d’air faisait voleter ses cheveux d’un blond doré. Ouvrant un œil, puis un autre, il finit par se redresser en se frottant le visage des deux paumes de main. L’astre de feu était déjà haut dans le ciel, et il s’en voulu de ne pas s’être réveillé plus tôt. Dans un soupir, il se coula hors des draps pour faire un brin de toilette – se raser et se débarbouiller, notamment – et se rhabilla avant de descendre dans la pièce à manger. Prenant un bon petit déjeuner, il paya grassement l’aubergiste, qui le remercia chaleureusement. Dans un sourire, il sortit du gîte, frémissant au contact de l’air glacial de l’hiver.

S’avançant d’un pas sur la plage, il lâcha un soupir de contentement. Il réchauffa ses muscles, les étira quelques instants, avant de voir une silhouette, un peu plus loin dans le sable, qui courait. Une allure légère, haute, féline et dynamique ; qui attira l’œil avisé de Bvan. Dans un sourire, il s’élança à son tour, pour la rattraper, accélérant sa propre allure pour arriver à sa hauteur.

- Belle matinée pour courir, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Pirouette et danse... [ Libre ]   Jeu 09 Fév 2012, 15:42

La course lui avait toujours procuré un sentiment d’intense liberté. Comme si rien ne pouvait l’arrêter, même pas la fatigue qui s’instillait doucement, lentement, petit à petit dans chacun de ses membres, s’installait dans ses mouvements, les rendant plus lents et plus difficiles à exécuter. Elle se sentait toujours parfaitement bien, comme repoussant toujours plus les limites de son corps.
Et puis, cela devenait bien souvent jouissif, au bout d’un certain moment. Il n’y avait plus de douleur, plus de souffle saccadé, plus de jambes qui ne suivaient pas le rythme… Juste le paysage qui défilait, et ce sentiment de félicité dans la poitrine.

Néanmoins, Libertée n’en était pas encore là, même si une légère couche de sueur recouvrait sa peau halée. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle perçut ce mouvement, derrière elle, cette foulée qui accélérait légèrement comme pour la rattraper. Dans une envie de défi, la jeune femme accéléra un peu, sourit pour elle-même quand elle vit que la personne parvenait à la suivre… accéléra encore un peu, pour aller franchement vite.
Un coup d’œil en arrière lui appris qu’elle était toujours suivie de près.

Lâchant un soupir, elle se remit dans son rythme normal, reprenant un peu un certain souffle.
L’homme derrière elle – cela ne pouvait être qu’un homme, à la suivre comme ça, à la trace – finit par accélérer assez pour venir se mettre à sa hauteur, et lui lancer en guise de conversation :


- Belle matinée pour courir, n’est-ce pas ?

Lâchant un léger soupir, Libertée hocha la tête, avant de tourner le regard vers l’inconnu qui parvenait à la suivre alors qu’elle accélérait pour s’amuser. C’était un jeune homme, d’environs son âge peut-être – son visage faisait jeune, mais ce qui se dégageait de lui respirait une certaine sagesse… étrange – aux yeux pétillants et aux cheveux légèrement longs, d’un blond clair adorable.
Et surtout, il était vraiment bien foutu, d’après les critères assez sélectifs de la marchombre.

Elle lui adressa un sourire, ainsi qu’un clin d’œil.


- En effet ! Il fait pile la bonne température…

Pour elle, n’importe quelle température allait bien, mais en l’occurrence, elle trouvait vraiment que le temps était parfait. Elle pouvait courir en short sans se geler les jambes, et si elle arborait un débardeur, elle avait néanmoins un châle autour du cou pour éviter de prendre froid.

Un sourire sur les lèvres, elle détailla aussi la tenue vestimentaire du nouveau venu. Il était en pantalon et en polo, mais ne semblait pas indisposé par cela. Clignant plusieurs fois des paupières, Libertée ne s’arrêta pas de courir, même si la politesse l’aurait voulu : après tout, c’était lui qui l’avait abordée ainsi, alors s’il en voulait plus, il lui faudrait suivre !


- Qu’est-ce que fais ici, à courir dans ce trou perdu ?

Elle rit à sa propre répartie, même si cela était plus extravagant qu’autre chose. Tant pis, elle s’amusait elle-même, c’était déjà ça ! Un rire glissa le long de ses lèvres, alors qu’elle reportait son attention sur l’horizon, la plage, et l’étendue du Lac Chen, à sa droite. Le soleil avait franchi l’horizon, et les belles couleurs de l’aube faisaient place à des teintes plus prononcées et naturelles.

Libertée reposa son regard sur l’homme à côté d’elle.
Elle fit attention : il courait tranquillement, économisant chacun de ses gestes, léger et puissant à la fois. Il se mouvait avec délicatesse et précision à la fois, souplement… Un éclat d’intérêt s’alluma dans le regard roseté de la marchombre, et elle inclina légèrement la tête sur le côté, attendant une réponse de la part de l’homme.
Peut-être un Dom Juan ?
Il en avait de quoi, en tout cas !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pirouette et danse... [ Libre ]   Jeu 09 Fév 2012, 16:12

Lorsque Bvan s’approcha d’elle, en arrière car il la rattrapait, il la vit accélérer, et fronça tout d’abord les sourcils : elle fuyait ? Puis, accélérant à son tour, il se rendit compte qu’elle avait cessé, avant de recommencer. Un sourire étira ses joues enfantines, et il comprit qu’elle s’amusait simplement à voir ce dont il était capable – peut-être s’il méritait de s’intéresser à elle. Elle finit sans doute pas croire que lui, car elle cessa d’accélérer pour revenir dans un rythme tranquille, celui qu’elle avait eu au début, lorsqu’il avait voulu la rejoindre. Un léger soupir franchit ses lèvres, alors qu’il finissait d’accélérer pour enfin pouvoir se mettre à sa hauteur.
Il avait de la patience, pour ça…

Un sourire sur ses lèvres – éternel sourire creusant des fossettes dans le creux de ses joues – il la salua d’un léger hochement de tête, acquiesçant au passage : en effet, il faisait vraiment bon. Frais, certes, mais sans vent pour venir glacer encore plus l’air piquant.

Prenant une grande inspiration, il rit doucement quand elle demanda ce qu’il faisait ici… dans ce "trou perdu" – pour citer. Ce n’était pas tant un endroit paumé que cela, le long de la berge du Lac Chen. Et en l’occurrence, ils s’éloignaient tous les deux d’une auberge qui accueillait pas mal de voyageurs de tous temps, donc c’était tout de même un minimum habité. Mais la jeune femme ne semblait pas venir de cet endroit en particulier, ce qui attira son attention, alors qu’il répondait tranquillement – même pas essoufflé.

- Je vais rejoindre un lieu particulier.

Ce fut à son tour de la détailler.
Elle courrait efficacement, dans un enchaînement de mouvements légers et félins. Sans jamais rien bloquer, elle ne faisait en réalité qu’un seul mouvement, infini ; ce n’était pas une suite de foulées, mais une seule immense foulée qui n’en terminait jamais. Le regard anthracite de Bvan remonta le long de ses jambes fuselées, même pas protégées par un pantalon – seulement un short – apprécia le galbe de ses mollets et les muscles qu’il devinait aisément dans ses cuisses. Finement musclée, du bas du corps comme du haut du corps – il n’osa pas trop monter plus haut – elle se déplaçait avec quelque chose qu’il connaissait…
Soudain le tilt se fit dans son esprit.
Marchombre.

Un sourire sur les lèvres, il se rapprocha encore d’elle, sensiblement.

- L’Académie, cela doit te dire quelque chose…

Pinçant ses lèvres l’une contre l’autre, de peur d’en avoir trop dit, Bvan reporta son regard devant lui, pour voir où il mettait les pieds. Le sable, sous leurs pieds, était tout simplement glacé, gelé même. Il ne se déplaçait pas sous le poids de leur corps, se contentant de crisser de temps en temps, quand ils écrasaient une légère crête du plat du pied.
Il avait l’impression que les secondes s’écoulaient au ralenti, alors qu’ils courraient tous les deux côtes à côté…
Se serait-il trompé ?
Revenir en haut Aller en bas
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Pirouette et danse... [ Libre ]   Jeu 09 Fév 2012, 20:52

- Je vais rejoindre un lieu particulier.

Libertée jeta un coup d’œil intéressé en direction du jeune homme qui courait à côté d’elle.
Un lieu particulier ? Avait-il peur de dire ce qu’il en était ?
Parce qu’il fallait bien l’avouer, parler de « lieu particulier » devant Libertée, cela tournait rapidement autour de choses pas très nettes ou claires, ou même les deux à la fois : Boire ? Fumer ? Baiser ?
La jeune femme avait plutôt tendance à buter sur le dernier mot, et pour cause : elle ne pensait qu’à cela, ou presque, quand elle rencontrait un homme qui pouvait lui convenir d’une manière ou d’une autre. Pas d’attache, pas d’ancrage, juste un petit coup au lit, histoire de se détendre, et c’était reparti !
Alors forcément, quand on parlait de lieu particulier, elle voyait cela comme des avances !
D’autant que ce garçon-là avait une bonne condition physique, et des muscles fins, même s’il pouvait un brin sembler sec.

Il comprit peut-être son erreur – ou pas – car il finit par compléter d’un air presque innocent :


- L’Académie, cela doit te dire quelque chose…

De surprise, Libertée s’arrêta net. Brusquement.
Elle sentit le sable glacé protester, ainsi que ses propres pieds, devant ce réflexe.
L’Académie ? Mais c’était où elle allait ça !
« Lieu particulier » était égal à « Académie » ?!
Il était bizarre, celui-là… Plongeant son regard clair dans celui de l’homme, Libertée se rendit alors compte qu’elle avait beaucoup trop interprété ses paroles sans assez l’observer : oui, il était innocent. Aucune trace de perversité ou même d’avances dans son regard, juste de la curiosité – et un brin de perplexité, aussi, c’était vrai ! D’un côté, elle venait de s’arrêter comme si elle s’était pris un mur alors il avait de quoi se poser des questions, inévitablement…


- Qu… Quoi ?!

La Marchombre avait du mal à reprendre contenance, c’était un fait : elle était tellement loin de la réalité, dans ses affabulations… Elle se voyait déjà dans un lit avec ce bel inconnu, alors que lui n’avait fait qu’interpréter les signes qu’elle diffusait au vu et su de tous : elle était Marchombre. Jusqu’au bout de son âme. Un soupir franchit ses lèvres, quand elle se rendit compte qu’évidemment, lui aussi. Elle l’avait presque deviné, quand il avait couru juste derrière elle alors qu’elle s’amusait à accélérer ! Après tout, il ne semblait pas plus essoufflé que cela – mais il n’y avait pas que les marchombres qui courraient longtemps et bien. Et vite.

♥♥♥

Une main passa à quelques centimètres seulement de sa hanche, alors que Libertée se contorsionnait gracieusement, souriant de toutes ses dents. Lançant un clin d’œil à l’homme qui avait tenté de l’attraper, elle rit en voyant sa mine déconfite, avant de lancer d’un ton joyeux :

- Et voilà des bières pour ces messieurs ! Vous voulez autre chose ?

Le regard pétillant, la bouche en cœur, elle savait parfaitement ce qu’ils allaient répondre :

- C’est combien pour toi, ma poule ?

Et comme à son habitude, elle rit à gorge déployée, d’un rire cristallin.

- Beaucoup plus que tout ce que tu peux donner, mon beau !

Sur ce, elle se tourna vivement, en quelques pas de danse, le plateau sur son épaule pour louvoyer encore entre les tables de l’auberge dans laquelle elle servait depuis presque trois ans alors. Une fois encore la porte de la pièce s’ouvre sur l’extérieur, et un homme entre, silencieux comme une ombre. On aurait pu croire qu’il en était une, s’il ne dégageait pas cette aura si puissante tout autour de lui.

Haussant les épaules toute seule, Libertée prend un autre plateau, distribue les plats à une table, avant de venir vers lui.


- Bonsoir ! Que puis-je vous servir ?

La tête inclinée, un sourire sur les lèvres, les yeux pétillants comme à son habitude, Libertée détaille avec intérêt l’homme qui est assis, en équilibre sur un pied de sa chaise. Il est plutôt grand, mais pas trop, ses yeux sont aussi sombres que sa crinière, qui tombe sur sa nuque tout en dégageant son visage.
Il lui sourit.


- Une limonade, et du civet de sanglier s’il vous plait mademoiselle !

Surprise, Libertée le salua d’un hochement de tête, alors qu’elle allait chercher la commande. Quand elle revint avec ce que le client avait demandé, elle lui sourit en lui déposant le tout devant lui.

- Si vous avez besoin d’autre chose, n’hésitez pas !

- Juste une question…

- Oui ?

- La liberté vit-elle dans une taverne ?


♥♥♥

Libertée leva un regard interloqué vers le jeune homme, à côté d’elle.
Elle avait cessé de courir, pour le regarder, immobile.
Elle inclina doucement la tête sur le côté, le fixant encore quelques secondes ainsi.


- C’est quoi ton nom ?

Pas du tout classe, ni quoi que ce soit d’autre.
Juste Libertée…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pirouette et danse... [ Libre ]   Mar 13 Mar 2012, 08:45

Il en avait trop dit.
C’était certain, même : vu la manière dont elle s’était arrêtée, si brusquement, il semblait qu’il était allé trop loin. Il l’avait senti, rien qu’en prononçant le nom de l’Académie. Après tout, tout le monde ne connaissait pas son existence, et il pouvait tout à fait comprendre que certains Marchombres ne soutiennent pas cette cause étrange que d’avoir plusieurs apprentis en même temps – et même plusieurs groupes, d’après ce qu’il en savait.

- Qu… Quoi ?!

Bvan rougit jusqu’à la pointe des oreilles en la regardant quelques secondes, dans sa surprise absolue. Ce n’était pas dans ses habitudes de choquer les gens, ainsi, et d’attirer leur attention de cette manière. Et le regard flamboyant que lui envoyait la jeune fille avait tout pour le mettre mal à l’aise, par sa couleur ou sa brillance.
Son iris était d’une couleur rose pâle, mais brillant.

Tentant une percée d’un léger sourire, un peu forcé peut-être, mais un sourire. Un sourire pouvait créer des miracles, il le savait bien…Le jeune homme avala lentement sa salive.

- Euh… Ben…

Mais déjà, la jeune femme changeait de position, bougeait, semblait plus à l’aise.
Plus franche, d’un coup, aussi. Et la tête inclinée sur le côté, comme ça, c’était étonnant. Et cela donnait envie de sourire.
D’ailleurs, c’était à son tour d’être mal à l’aise, désormais : il ne savait pas trop quoi répondre. D’une part, parce que Libertée, cela ne ressemblait pas à un nom, ou un prénom ; et d’autre part parce qu’il n’avait pas forcément envie de donner son prénom à n’importe quelle inconnue.
Cependant, il fallait bien avouer que cette jeune femme, il risquait de la croiser à l’avenir. Alors, plutôt que de répondre directement, il évita la question en en posant une autre.

- Je… Tu connais l’Académie ?

Peut-être qu’elle laisserait tomber sa question, qui le tiraillait dans tous les sens…




[ Je suis désolé, c'est vraiment trop court, mais je n'arrive pas à faire plus... ]
Revenir en haut Aller en bas
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Pirouette et danse... [ Libre ]   Sam 24 Mar 2012, 19:23

- Si je connais l'Académie ? Oui ! C'est là où je vais !

T'y vas toi aussi ?

Mais tu vas y faire quoi, toi ? Tu veux aussi enseigner ?
Tu sais, on va sûrement s'y voir régulièrement, si on y va tous les deux, donc tu peux me donner un nom ! De toute façon, c'est qu'un nom...

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pirouette et danse... [ Libre ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pirouette et danse... [ Libre ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A quoi peut servir la danse ? ~Libre à tous.
» Un pas de danse et une pirouette [PV]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Lac Chen-
Sauter vers: