AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Sam 10 Mar 2012, 18:36

De toute les citées de l'Empire, il n'y en a qu'une qui ait jamais rivalisé avec Al-Jeit.

Al-Poll est splendide. Il ne comprend rien à cette magnifique citée éclairée de toute part et pourtant privée à jamais de soleil. Il faut bien que les Dessinateurs d'antan eut été de grands joueurs pour s'amuser à dresser de tels bâtiments en tout point différent aux autres citées de l'Empire ! Pas de tours qui s'élancent à l'infini ici ! Oh, il serait bien vite atteint avec les parois rocheuses qui cernent la belle perle du Poll. Ce sont des constructions massives et néanmoins sublimes, travaillées au détail avec un soin affolant. Ne nous attardons pas trop sur ses ponts radieux qui s'élancent élégamment d'un bout à l'autre d'un immense gouffre, se serait prendre le risque de s'évader dans des pensées sans fin sur ces puissants personnages d'une époque bien lointaine.

Personnages qui ont pourtant un échos profond dans le cœur d'un jeune marchombre. Son cœur et ses souvenirs. Il n'éprouve que de l'émerveillement pour ces gens qui ont un don du Dessin et savent ainsi faire vivre leur créations, ne serait-ce que quelques instants. Mais quand il tourne ses pensées vers les Sentinelles, les plus puissant d'entre eux et les gardiens de l'Empire, l'air prend un goût amer. Il ne faut pas oublier que les destins ne peuvent pas êtres réécrit. Juste légèrement influencés.

Il se garde bien de s'approcher de l'académie des Dessinanteurs d'All-Poll. Premièrement parce qu'il n'y trouvera rien d'intéressant pour lui, il n'y a là bas que des étudiant d'un art qui lui échappe et qui se révèlent trop souvent bien arrogant et membre d'une famille riche ou noble ou même les deux. Le genre de personnages qui arrivent facilement à lui marcher sur les pieds et qu'il a prit l'habitude d'éviter de croiser. Un coup de colère et si vite regrettable avec ces gens là ? Et pour peu qu'il en connaisse un de son ancienne vie, ça pourrait être source d'ennui. Encore que les chances de trouver un ami d'enfance à Al-Poll sont bien mince. Al-Vor n'est après tout qu'à l'exacte opposée de l'Empire ! Rien à craindre pour lui.

Il serait bien en peine de craindre quoi que ce soit, perché sur des toits plats de la grande cité, il observe la plus belle merveille de ce lieu. Les Dessinateurs sont bien plus doués pour jouer avec la nature, quand il essaie de la reproduire. Le magnifique Jardin d'Al-Poll n'a aucunement besoin d'être éclairé par quelque lueur sortit de nulle part car se sont les pétales de ses nombreuses fleurs qui brillent de couleurs chatoyantes, repoussant les ombres sur de grandes allées, dallées d'un marbre sombre accentuant férocement sur la luminosité du lieux. Aucune de ces variétés ne trouve de semblable dans le monde, mue qu'elles ont été par la créativité de certains. En allant se renseigner un peu au passant, Nuhadu a comprit que l'on a créé ce jardin pour rivaliser avec ceux d'Al-Jeit et qu'aujourd'hui encore les Dessinateurs de l'Académie d'Al-Poll poussent leur art pour créer de nouvelles merveilles à y exposer. Bien sûr, ces fleurs sont éternelles, mais elles sont aussi stériles. C'est l'une des conditions nécessaires pour qu'elle ne nuisent pas aux autres espèces. Il ne doit pas être donné à tout le monde de pouvoir exposer ici.. Il faut sûrement un talent fou.

Un talent qu'il ne possède pas, mais qui est donné à tout le monde d'en profiter un peu. Prendre connaissance de ce jardin magnifique lui a tout de suite fait penser à la belle envoleuse dont il s'est épris. Le souvenir des rayons de la lune sur sa peau d'un pâle sans pareil et ses cheveux blancs le laissent encore sans voix. Il ne doute pas qu'au milieu de toutes ses lueurs, elle resplendisse comme jamais il ne l'aura vu encore. Pour peu qu'elle accepte de venir à lui, dans cette région éloignée. Il n'a pas le pouvoir de l'attraper, mais il espère qu'elle ait la fantaisie de l'apprécier. Suffisamment pour ne pas oublier ces mots qu'ils se sont échangés sur les toits d'Al-Jeit.

Il rêve déjà que chaque capitale du monde porte trace de leurs promesses.
Un petit rêveur solitaire dans les rares zones d'ombre d'Al-Poll.

Ombres et lumières,
Harmonie et Chaos.
Univers.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Dim 11 Mar 2012, 10:09

    Le vent fouette mon visage ? Une pluie violente martèle ma peau rendue blafarde par la fatigue. Mon corps est couvert de sueur, se mêlant à celle de ma monture ?

    Cela fait trois jours que je galop sans relâche vers le nord.

    Vers Al Poll.
    Vers Lui.


    ~~~~

    Je me réveil à l’aube avec la mauvaise impression de n’avoir pas dormit de la nuit. Une fatigue toujours écrasante pèse sur mes épaules, m’obligeant à rester allongée.

    Immobile.

    Mes yeux se perdent dans le vide et mes pensés s’évadent. Vite rattrapée par le couinement d’un animal juste à côté de mon oreille. Je me relève vivement, prise par surprise.

    Chuchoteur.

    Ses grands yeux de rongeur me fixent avec intensité. Sur son dos est accroché un petit cylindre. Je pousse un grognement étouffé et récupère le message avec humeur.

    Je déteste être surprise.

    Je déplie finalement le mot d’un geste brusque, manquant de le déchirer. L’écriture est soignée, irréprochable. Je n’ai aucun mal à le déchiffrer.

    Je le lis une fois.
    Une seconde fois.
    Une troisième fois.

    Et me fige, les yeux fixés sur le nom tracé en bas du petit mot.

    Nuhadu.

    Je m’assoie lourdement sur mon lit, ne pouvant détacher mon regard de ces quelques lettres.

    Comment ?

    Plusieurs secondes s’écoulent avant que je ne me ressaisisse, mon cœur tambourinant dans ma poitrine. D’un geste rageur, je ferme le poing, comprimant le petit message entres mes doigts. Puis je le déplie lentement. Le relis.

    Et le froisse de nouveau avant de le jeter au loin, m’affalant sur mon lit.

    Je n’aime pas ses manières. Ses mots de miel. Son affection. Son romantisme.

    L’idée de refuser me traverse l’esprit. S’y encre.

    Puis se disloque.

    Je ferme les yeux, me calmant peu à peu.

    Une semaine…

    C’est à peine suffisant pour aller jusqu’à Al-Poll presque impossible.

    Je renonce.

    ~~~~

    Je sens mon cheval ralentir et trébucher. Il st exténué.

    Tout comme moi.

    Si je continue à cette allure, je vais finie par le tuer. Poussant un profond soupir, je le fais revenir au pas. Une auberge se dresse à quelques kilomètres d’ici. Avec un peu de chance, nous pourrons l’atteindre avant la nuit et ce foutu canasson pourra repartir en meilleure forme demain.

    Ce n’est que deux heures plus tard que les lumières de la taverne nous parviennent à travers le rideau de ténèbres nocturnes. Je pousse un soupir de soulagement et dirige ma monture vers le refuge. La laissant à l’entrée, je pénètre dans l’auberge d’un pas mal assuré.


    - Bonjour madame ! Je peux vous aider ?

    Je jette un coup d’œil au tenancier, un homme de fort carrure et au visage rond, avant de lui répondre d’une voix lasse.

    - Ma monture est dehors et à besoin de repose. Tout comme moi, bous n’auriez pas une chambre ? J’ai de quoi payer.

    A ma dernière phrase, l’homme redresse légèrement la tête, intéressé.

    - Mais bien sûr ! Je vais m’occuper de ce pas de votre cheval. Installez-vous, je vous apporte de quoi vous restaurer.

    - Je vous remercie mais la clé de la chambre me suffira.

    L’aubergiste me regarde avec une lueur de méfiance dans le regard. D’hésitation. File moi cette foutue clé ! J’avais envie de lui hurler ça au visage, l’irritation et la fatigue grandissant en moi.

    - Heu… Et bien voici, me dit-il après s’être saisit d’une petite clé usée sous le comptoir, c’est la première à gauche, à l’étage.

    Je le remercie d’un signe de tête et disparait sans un mot dans l’escalier. Une fois enfermée dans la petite pièce, je me laisse choir sur un matelas mou e épais. Sortant le message d’une de mes poches intérieures, je le déplie et le lis une énième fois. Avant de la froisser de nouveau et de la faire disparaitre.

    Cette nuit encore je ne trouve pas le sommeil.

    ~~~~

    Al-Poll

    Après six jours de chevauché presque ininterrompue, j’arrive enfin aux portes de la cité souterraine. Un immense soulagement emplit mon cœur, très vite remplacé par une nouvelle angoisse.

    M’a-t-il attendu ?

    C’est au pas que je m’enfonce dans ce qu’est la deuxième capitale de Gwendalavir. C’est la seconde fois que j’y pénètre. La première étant plusieurs années auparavant, avec Trein, mon ancien maître. Je me demande d’ailleurs s’il ne se terre pas ici. J’ai beau avoir traversé presque tout le continent ces dernières années, je ne l’ai jamais revu.

    Je chasse cependant rapidement cette pensé
    Ce n’est pas lui que je suis venue retrouver.

    Derrière moi s’évanouissent les rayons du soleil, vite remplacés par la douce lueur d’une multitude de globes lumineux. Et la cité s’offre à moi.

    Immense.

    Elle s’étend avec majesté sous son dôme de terre, les tours les plus hautes frôlant cette voûte irréaliste. Les dessinateurs font des merveilles…

    Je m’enfonce un peu plus entres ses murs, mon regard fatigué parcourant les grandes façades à la recherche d’une écurie où y laisser ma monture.

    A droite !

    Après avoir cédé mes rennes et quelques pièces à un garçon aussi sale que les bêtes qu’il garde, je me faufile dans la foule.

    Cela fait maintenant prés d’une semaine que je n’ai pas dormi. Ou très peu. Mes muscles me font mal et de lourds cernes se dessinent sous mes yeux fatigués. Et c’est un nouveau problème que se pose sur moi.

    Comment le trouver là-dedans ?

    Il ne m’a donné aucun point de repère. Aucun nom. Aucune adresse. Il s’est juste répandu en flatterie.

    J’étouffe ma colère avant qu’elle n’explose et me glisse dans une ruelle isolée avant de me saisir d’une gouttière et de rejoindre les toits ;

    C’est dans les airs que je continue mon chemin, légère et silencieuse. Je sais que je devrais aller me reposer mais le sommeil me fuit toujours. Alors autant commencer maintenant les recherches… Une silhouette solitaire attire soudain mon attention.

    Mon cœur manque un battement.

    Elle me tourne le dos mais reste reconnaissable entre toute. Lentement, je m’en approche, sans un bruit. Puis je m’accroupis à quelques mètres de lui, ne voulant pas lui signaler ma présence maintenant.

    Le regard fixé sur son dos, je reste parfaitement immobile.

    Juste à le regarder.


__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Dim 11 Mar 2012, 13:30

Six jours se sont déjà écoulés.
Aucun signe de sa présence.
Et tant de doutes qui s'agitent.

-Elle viendra n'est-ce pas ?

Question murmurée au vent une millième fois. Elle viendra pour sûr, ce sont les caresses des brises qui le lui assurent, elles et la certitude que si elle ne l'aimait pas elle l'aurait tué dès la rencontre avec la marchombre Syndrell. Ils se sont trop promis pour qu'il doute d'elle, mais rien ne l'empêche encore de douter de lui même.
Et s'il s'était montré trop prétentieux ? Ou pas assez réfléchit ? Si cela se trouve, elle est trop loin ou trop occupée pour venir à lui. Et si elle essayait quand même mais qu'elle ne parvenait pas à le retrouver avant la fin du délais ? Passer une semaine dans cette ville lui était déjà beaucoup, il ne pouvait pas savoir quand son maître le réclamerait de nouveau et il faudra qu'il est accomplit les progrès qu'elle attend de lui d'ici là aussi.
Mais s'il le faut, il attendra quatre jours de plus. Il s'en voudrait trop de la rater alors qu'elle a fait l'effort de le rejoindre. Oh oui elle le fera ! Ça fait bien trop longtemps qu'il n'a pas vu son visage.. depuis cette heureuse rencontre au tournois d'Al-Jeit pour être précis. Mais il y avait alors trop de monde ! La foule nuit incroyablement à l'intimité et sa belle lui a semblé ne pas apprécier cette intrusion dans la leur. Sans oublier tout ces gens qu'ils n'ont pas manqués de reconnaître et de redouter.

Un autre soupir au vent, destinée au coups que le destin donne dans leur relation bien fragile. Marchombre et Envoleuse.. Apprentie Marchombre en réalité. C'est peut-être pire. Il n'a pas les moyens de défendre ses sentiments, que ce soit contre les siens ou ses ennemis. Qu'en penserait Libertée si elle apprenait que son élève s'est épris d'une tueuse de marchombre ? Tient, ça peut être un moyen de lui enlever son sourire pour au moins une bonne seconde ! Mais la réaction qui suivrait ? Il est bien fou de poursuivre ainsi sa formation malgré tout ça.
Mais hors de question de l'abandonner !
Hors de question de les abandonner.

Son regard s'en retourne une nouvelle fois sur les brillants jardins d'Al-Poll et ses pensées s'en retournent à son mot décidément bien mauvais et évasif. Ah ! Il aurait du préciser plus ! Stupides élans du cœur qui refusent de se montrer clairs.. mais pour peu qu'elle en saisisse l'allusion, elle ne manquera pas de le retrouver à l'endroit le plus magnifique d'Al-Poll, ce jardin lui même. Il guête chaque passant depuis son perchoir mais inutile de perdre son temps.. Aucun d'eux n'a les cheveux blanc de sa reine, ni sa grâce, ni son apparence fragile, ni son assurance, ni.. rien d'elle. Rien digne d'intérêt. Rien.

A ce rythmes, il va finir par ne plus rien devenir à son tour, délaissé qu'il est par la lumière. Pas de Lacrya ni de lune, pas même de pluie dans ce gouffre maudit. Ah ! Al-Poll ressemble plus à la nuit éternel que la lumière dont elle se vante ! Il prie pour que la belle dame ne perde plus un instant pour le retrouver.. et qu'elle apparaisse du ciel s'il le faut ! Il se jetterait dans le vide sans hésiter pour la rattraper.

Si seulement le futur marchombre avait l'intuition de regarder derrière lui...

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Dim 11 Mar 2012, 15:42

    Mon regard glisse sur le dos du jeune homme. Son haut moulant son torse laisse visible ses muscles parfaitement dessiné sous sa peau. Je les suis chacun des yeux, appréciant ces courbes gracieuse qu’ils forment. Ils se sont encore développés durant les six mois de séparations. S’affinant et gagnant en précision.

    Marchombre.

    Je lâche un soupir silencieux, restant toujours parfaitement invisible à ses sens. Sa peau sombre légèrement luisante reflète la douce lumière dégagée par les petits globes lumineux. Elle semble briller, comme recouverte de mille étoiles.

    Un léger frisson parcourt ma colonne vertébrale. Songeuse, je glisse mon menton entre mes bras croisé sur mes genoux. Immobile telle une gargouille gardant un bâtiment. Mon regard n’arrive pas à se détacher de cet homme. Ce Marchombre qui a fait naître haine et amour dans mon cœur. Je ferme les yeux avec douceur, profitant de la caresse du vent sur mon visage.


    « Elle viendra n’est-ce pas ? »

    Murmure intemporel.
    Message soufflé par le vent à mon oreille.

    J’ouvre brusquement les yeux, mon cœur manquant un nouveau battement. Sa voix résonne dans mon crâne, trop longtemps oublié. Douce et profonde à la fois, elle me traverse de part en part, faisant renaitre en moi ce sentiment de manque qui trouble mes nuits.

    Puis un soupir. De dépit.
    De tristesse ?

    Je ferme de nouveau les yeux, mêlant le mien au sien puis je me relève avec lenteur.

    Et détermination.

    Aussi silencieuse qu’une écharpe de brume, je parcours la distance qui nous sépare et m’arrête à quelques centimètres de lui, toujours dans son dos. L’hésitation envahis mon cœur. Je pourrais encore partir, il ne s’en rendrais même pas compte. Mon regard se perd dans ses nattes qui dansent doucement au rythme des caresses du vent.

    Et je cède.

    Sans plus cacher ma présence, je m’avance vers lui et m’assieds à ses côtés, en prenant bien soin de ne pas le toucher ni même de le regarder dans les yeux. Je reste là, mon regard fixé sur l’horizon.


    - Je crois que ceci est à vous.

    D’un geste distrait, je sors son message le lui tends. Le papier si beau au début n’est maintenant qu’un tas de lambeau presque illisible et à moitié déchiré. Moi voix quand à elle tremble légèrement. Sous l’effet de sentiments contradictoire.

    Mais surtout de la fatigue.

    Je dois ressembler à un cadavre vivant…

    Soudain, je découvre ce qui s’offre devant moi. Des jardins. Magnifique. Sublime. Puis une phrase éclate dans mon esprit.

    « Je vous attendrais ma dame à Al-Poll, là où il existe des choses pour vous rendre hommage »

    Mon cœur se gonfle. Devant s’étend un petit paradis souterrain. Des centaines et des centaines de fleurs s’épanouissent à l’abri du temps.

    Bulle de merveille et éternelle.

    Je reste immobile pendant plusieurs secondes, contemplant le souffle coupé ces majestueux jardins. Puis lentement, je me tourne vers Nuhadu, plongeant pour la première fois mon regard dans le sien.


    - Désolée de cette attente tout autant que de cette tenue. Une semaine pour vous rejoindre fut un peu court pour que je puisse trouver le repos…

    Je lui offre un faible sourire d’excuse, la fatigue s’écrasant de nouveau sur mes épaules maintenant libérées d’un autre fardeau.


__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Dim 11 Mar 2012, 17:18

Un pas résonne.
Si près.
Comme s'il avait toujours été là.

Son imagination, rien de plus. Il s'est habitué à entendre ce qu'il souhaite, à le penser près de lui. Mais à chaque fois qu'il se retourne, pour s'assurer de sa présence, ce n'est que le vide qui l'accueil. Le vide et un souvenir aussi plaisant qu'éphémère, qui le laisse agonisant et vide comme jamais. Le souvenir de Lacrya.
Il faut néanmoins qu'il se retourne ! Pour vérifier certes, mais aussi parce qu'entendre un bruit derrière soit, sur un toit qui plus est, n'est jamais un bon signe. Sa main, quant à elle, à déjà trouvé le pommeau d'une de ses épées, il n'a plus qu'à tourner la tête pour avoir une idée de la conduite à tenir.. Une élégante jambe passe devant son regard.
Il y avait donc vraiment quelqu'un.. mais si proche qu'il s'en étonne. La personne prend place à côté de lui sans le fixer, gardant une légère distance entre eux. Pour tout autre visage, il s'en serait même écarté ! Mais celle qui présente son profile n'est autre que le rendez-vous qu'il attendait.

Son visage est encore plus pâle que dans son souvenir, plus émacié aussi. Elle semble sortir d'une bien pénible période et il ne se retient qu'à grande peine de ne pas porter sa main à la joue de la jeune femme. Il sait qu'il ne lui apportera aucun réconfort, peut-être même risque-t-il de la pousser à le fuir. Il ne peut décemment pas réagir avant qu'elle ne pose les yeux sur lui.

- Je crois que ceci est à vous.

Elle tend la main, un petit bout de papier méconnaissable entre les doigts. Il hésite, un moment, espérant que ce n'est pas ce qu'il croit, puis s'en saisit doucement. Si, il s'agit bien du mot qu'il lui a envoyé ! Le recevoir dans cet état n'a pas du lui plaire, maudit chuchoteur qui a du trouver le moyen de jouer avec ! Il pensait pourtant le système pratique.. l'homme qui lui en a proposé le service lui a semblé sûr. Un moyen efficace de transmettre un message sans connaître la position exacte du destinataire.
Il ouvre la bouche pour s'en excuser, mais le visage de la jeune femme semble s'illuminer. Ravalant la piètre excuse, il suit son regard pour tomber sur l'incroyable jardin d'Al-Poll. Un petit sourire timide s'installe sur ses lèvres, devinant qu'elle est en train de faire le lien avec son mot. Même dans son état actuelle, les lumières d'Al-Poll jouent à merveille sur sa peau de nacre. Il n'a qu'une envie, c'est la traîner au milieu des jardins pour la voir briller de milles feux ! Mais sa voix, précédemment tremblante, le modère. Elle semble bien épuisée et il ne voudrait pas qu'elle s'effondre sous trop d'efforts..

Son souffle et ses pensées se coupent quand, enfin, elle tourne ses yeux vers lui. Comment peut-il être autant attiré par la femme qui lui ressemble le moins au monde ? Il n'en plonge pas moins dans les pupilles de la délicieuse jeune femme. S'il pouvait bouger, il rapprocherait son visage du sien pour y voir plus profondément. Heureusement, il est figé sous ses beaux yeux, attendant qu'elle se prononce sur la merveille qu'il tenait à lui présenter.


- Désolée de cette attente tout autant que de cette tenue. Une semaine pour vous rejoindre fut un peu court pour que je puisse trouver le repos…

Il s'en montre d'abord décontenancé. Il ne s'attendait certes pas à des excuses, mais surtout il n'avait pas réellement pris compte du temps qu'il faudrait à la jeune femme pour le rejoindre.. Il imagine seulement maintenant qu'elle aurait très bien pu se trouver dans les îles Allines quand il lui a envoyé son message. Il s'en mord la lèvre, honteux de son manque de considération qui est la cause de l'épreuve dont elle sort.

-Je suis navré ! Je n'ai absolument pas pensé à la position d'Al-Poll en vous appelant ainsi.. Oh, vous auriez du refuser, ou du moins prendre votre temps.. j'aurais bien attendu encore si vous n'étiez pas arrivée à temps... je.. j'aurais..

Trop de supposition, trop de regrets. Il s'emmêle dans des idées sans queues ni têtes. La raison est simple, il se lance dans une entreprise inutile. Ce qui est fait est fait, et ce qui est est.
Il inspire un bon coup pour chasser tout ça. Il ne faut pas qu'il s'embarque la dedans, il l'a enfin pour lui, autant qu'il en profite pour laisser à Lacrya d'heureux souvenirs cette fois. Pas de marchombres, pas d'envoleurs. Juste lui et elle, comme au temps de la cascade. Sauf que cette fois il n'y aura pas de pluie, ni de fuite. Il prend un sourire désolé et se lève, lui tendant la main pour l'aider à le faire à son tour.


-Je suis désolé de vous avoir privé de repos dans mon égoïsme, laissez moi me racheter en vous emmenant manger quelque part. Ça ne vaudra pas une nuit de sommeil, mais ça nous évitera de mauvaises surprises, ne pensez-vous pas ?

Il lui offre un clin d'oeil en recevant sa main, son sourire se muant en un étirement de lèvres moqueur.

-Je profite de votre fatigue pour prendre quelques décisions, mais je ne doute pas que vous me revaudrez ça dès que vous irez mieux!

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Ven 16 Mar 2012, 22:17

    Gène

    Je retiens un petit sourire devant la mine presque honteuse du jeune homme. Ses beaux yeux sombres plongé dans les miens, il se triture la lèvre inférieure, comme un tic d’anxiété. Sauf que ce n’est pas ce sentiment qui s’imprime sur son visage.

    Mais de la culpabilité.

    Mon sourire grandit un peu, étirant ma peau trop pâle, presque maladive. Je tente d’y introduire un peu de joie, chassant la fatigue qui se lit sur tout son visage. Elle ne lui reproche rien. Tout cela n’est que taquinerie.

    Et bonheur.

    Cela fait six mois que le visage de cet homme hante ses rêves. Depuis leur dernière rencontre à Al-Jeit.

    Lors du tournoi.

    Mais cela n’avait était qu’une suite d’événements chaotiques et incompréhensibles. Leur intimité avait été bafouée. Leur secret dévoilé. Et je m’étais emportée.

    Inutilement.

    Je lâche un léger soupir à ce souvenir presque déshonorant, souhaitant de tout cœur que cette soirée soir plus favorable à notre relation. Cependant, je ne sais si je resterais jusqu’au bout. Peut-être vais-je encore fuir, comme à chaque fois que nous nous croisons.

    Je me si fragile avec lui…


    -Je suis navré ! Je n'ai absolument pas pensé à la position d'Al-Poll en vous appelant ainsi... Oh, vous auriez du refuser, ou du moins prendre votre temps... j'aurais bien attendu encore si vous n'étiez pas arrivée à temps... je... j'aurais...

    Un rire léger s’échappe de ma gorge. Je le sens s’emmêler, se perdre dans d’incompréhensibles pensés. Inutiles également. Mais c’est cela qui fait son charme.

    L’art de son langage.

    Maniant avec simplicité mais ingéniosités les mots, il arrive toujours à me tirer un sourire, un rire, un frisson. C’est d’ailleurs ce qui m’a attiré chez lui.

    En premier.

    Je lui jette un petit regard amusé, comme attendant la suite de ses paroles, sachant pertinemment qu’il n’en dira pas plus pour le moment, perdu dans ses sentiments.

    Autant que moi.

    Mais ce qui m’amuse le plus, c’est son air désolé. N’est-ce pas à moi de m’excuser pour la charpie que je viens de lui redonner ? Ou même de ne pas l’avoir contacté pendant ces six derniers mois ? Nous sommes tous deux coupables.

    C’est ce qui fait de nous des innocents.

    Il fini par se lever avec une grâce toute nouvelle. C’est alors que je constat à quel point il a changé. Les traits d’adolescent qui composaient son visage s’effacent peu à peu, laissant place à ceux plus dur d’adulte.

    Mais également plus harmonieux.

    Ses gestes ont gagné en précision, ainsi qu’en souplesse. Mains surtout en grâce. De lui commence à se dégager une certaine aura de sérénité.

    D’Harmonie.

    Encore chevrotante, elle me met toujours légèrement mal à l’aise. Ses paroles me chasse de ma r »flexion et font éclater ce sentiment.


    -Je suis désolé de vous avoir privé de repos dans mon égoïsme, laissez moi me racheter en vous emmenant manger quelque part. Ça ne vaudra pas une nuit de sommeil, mais ça nous évitera de mauvaises surprises, ne pensez-vous pas ?

    Une lueur amusée dans le regard, je prends sa main, m’appuyant un peu trop dessus à mon gout. Puis me relève, légèrement chancelante.

    Je ne suis décidément bonne à rien ce soir…

    Posant une main sur mon ventre, je le sens gronder. La faim qui m’avait fuit pendant ces six jours de chevauchée revient finalement au galop. Un repas ne sera pas de trop en effet. Je lui offre un léger sourire en guise de réponse et me redresse totalement, étirant un moment mes muscles endolories.


    -Je profite de votre fatigue pour prendre quelques décisions, mais je ne doute pas que vous me revaudrez ça dès que vous irez mieux!

    Cette fois, c’est un rire franc qui s’échappe de mes lèvres.

    Il est délicieux…


    - Vous pouvez en effet comptez là-dessus mon cher.

    Répondant à son clin d’œil, je me saisis à nouveau de sa main, comme pour ne pas tomber et me laisse entrainer vers un repas chaud.

    Vers un moment de repos.
    Vers un instant de bonheur.

    Marchombre et Envoleur disparaissent.
    Harmonie et Chaos s’effacent.
    Il ne reste que nous.

    Ensemble.


__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Lun 19 Mar 2012, 01:20

Il la tire à lui, se délectant de la sentir si proche, pas encore contre lui mais il pourrait se saisir de ses belles lèvres s'il se penchait légèrement en avant. Il n'en fait rien, préférant goûter à son rire frais.

Elle l'ensorcelle...

- Vous pouvez en effet comptez là-dessus mon cher.

Le sourire plus large que jamais, il s'écarte d'elle, tirant légèrement sur sa main pour la guider dans cette immense ville. Il n'a pas prit le temps d'en faire tout le tour, mais il en sait assez pour leur trouver un petit chemin reposant sur les toits. Que ce soit un détour rallongeant leur route n'est pas un soucis, au contraire ! Il n'est en rien pressé de la voir partir ! Il n'entame pas la conversation durant cette petite traversée des sommets d'All-Poll. Il ne sait pas par quoi commencer et il est trop occupé à la couvrir de regards, prévenant et inquiets pour certains, de passion et de bonheur pour d'autres. Ce n'est que lorsqu'ils retrouve les routes soigneusement pavées, ou peut-être dessinées, qu'il se secoue un peu. C'est qu'il s'en trouve presque stupide de se sentir à ce point faible et timide devant elle. Comme si le moindre mot qu'il lui offrait était mettre en jeux sa vie.

Absurde..Craindre
Et pourtant..Douter
Si Vrai.Réaliser
Se secouer un peu, c'est tout ce qu'il lui faut. Alors enfin sa langue se délie et lui permet de s'intéresser. Bien sûr il évite volontairement toutes les questions risquant de ramener sa vie d'envoleuse sur la table. Ils savent tout deux ce qu'ils sont et, même s'ils ont été choqués (pour ne pas dire à la limite de se briser) en l'apprenant, ils ont déjà dépassé cette différence qui aurait du les opposer. L'aborder, reste toujours délicat. Pas réellement pour Nuhadu, cette idée de Chaos s'opposant à l'Harmonie lui sont de plus en plus lointaines au fur et à mesure qu'il rencontre des envoleurs. Sa faiblesse et les circonstances l'ont toujours mené à tisser avec eux des liens qui n'étaient plus les résultats d'une guerre.
Il ne veut pas troubler sa dame avec des pensées parasites, aussi la pousse-t-elle doucement sur le sujet de l'art, prenant pour exemple les différents bâtiments autour de lui. Lui même n'est en rien spécialisé dans le sujet. Ses remarques sont plus des suppositions qui le traversent, sans aucunes références, sinon quelques noms de Dessinateurs qui ont marqués le passé. Se faisant, il se risque assez souvent dans des monologues qui se peuvent ennuyeux tandis qu'il marche aux côtés de la jeune femme. Finalement s'étant épuisé sur le sujet, il interroge la belle plus personnellement.


-Je suppose que vous êtes déjà venue dans cette belle cité avant, je dois vous ennuyer avec mes découvertes de touriste.

Question indirecte. Il ne se fera jamais de ce langage précieux qui l'enrobe si souvent. Le ton léger qui l'entoure, la façon auto-flageolante de poser la question, toute la phrase est une arme faites pour s'attirer la négation. Mais étrangement, il n'attend aucun mensonge de la part de la délicieuse dame au cheveux de neige. La fatigue qui pèse sur elle n'y est pour rien, c'est cette sensation de franchise qui le rassure. Oh, oui elle lui a déjà mentit sur son nom, et toute son identité, mais elle a depuis longtemps rattrapé cela. Et jamais elle ne lui avait caché ses pensées. Presque toutes les idées qui circulent dans la tête de cette magnifique créature peuvent se lire sur ses lèvres.

Nuhadu ne la guide pas au hasard des ruelles. Il connaît presque la moitié de la cité comme sa poche maintenant. La parcourir depuis les toits lui avait permit d'y développer un sens presque inné de l'orientation dans ce secteur de la cité. En un rien de temps il parvient à retrouver la position des jardins et du modeste établissement où il s'est installé. La deuxième place est sa direction depuis le début et, malgré leur marche peu pressée, ils finissent par en atteindre la terrasse presque déserte.


-Vous allez vous régaler. Le patron, Gilrow, est un excellent cuisinier, du moins tant que vous ne vous essayez pas à son poisson.. Je dois vous avouer que j'ai quelque doute quant à sa fraîcheur. C'est l'un des seuls établissement de cette taille qui ait un réel menu à proposer. Bien sûr, si vous le souhaitez nous pouvons chercher un lieu plus luxueux mais j'ai pensé que le calme du lieux vous conviendrais mieux.

Tout sourire, il attend son avis.
Leurs mains toujours unies.


__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Dim 01 Avr 2012, 11:29

    Il me guide.

    A travers la ville.
    A travers l’obscurité.
    A travers mes sentiments.

    Et je le suis. Confiante. Je me laisse entrainer. Je ne sais pas si c’est la fatigue qui me rend si passive. Si inactive. En tout cas je ne proteste pas. Ne résiste pas. Les toits défilent tranquillement sous nos pieds. Ses pas, plus maladroits que les miens, fond tomber la mousse. Glisser les pierres. Je vois certaine tête se lever vers le ciel.

    Un léger sourire se dessine sur mon visage tandis que je ressers ma prise sur la main de mon amant. La fatigue accumulée pendant le voyage s’évapore lentement. Rendant mes épaules légèrement plus légères. Une bulle de silence nous entour. Sereine et pas le moins du monde gênante. Je m’en délecte presque, profitant de ce moment de tranquillité.

    Je peux enfin souffler.
    Entres ses bras.

    Puis Nuhadu se met à parler. D’abord avec hésitation. Ensuite avec douceur. Sur la ville. L’art. L’architecture.

    Il parle.
    J’écoute.

    Du doigt, il me désigne certains bâtiments. M’explique leur utilité. Il semble connaitre la ville comme sa poche.

    Il me guide.
    Je suis.


    -Je suppose que vous êtes déjà venue dans cette belle cité avant, je dois vous ennuyer avec mes découvertes de touriste.

    Mon sourire s’élargie légèrement. Question indirecte mais bien réelle.

    Trein.

    Il refait un moment surface dans mon esprit. Maître qui m’a pendant trois années guidé sur la voie. Homme a qui je dois ce que je suis.

    Tout.

    Je secoue légèrement la tête, mon regard vagabondant sur les toits desserts d’Al-Poll. Magnifique cité. Connue.


    - M’ennuyer ? Jamais !

    Mon ton est léger et joyeux. Presque rieur.

    - En réalité, vous me rappelait l’un de mes anciens professeurs d’Art que j’avais quand j’étais jeune. Les seuls cours que je suivais sans me plaindre…

    Je lui lance un petit clin d’œil amusé avant de reporter mon regard sur l’horizon. Vivre dans une famille d’aristocrate permet beaucoup de chose, et en particulier de recevoir un savoir que beaucoup ignore. Je m’étonne d’ailleurs que Nuhadu en sache autant à ce sujet. Peut-être une passion…

    Je mets cette question de côté. Je sais que le jeune homme n’aime pas parler de son passé. Et je ne compte pas l’y mener ce soir.

    Nous nous arrêtons finalement sur une petite terrasse déserte. Une rambarde bordée de fleur est illuminé par de multitude de petite lumière bleutée. Un coin magnifique.

    Calme.


    -Vous allez vous régaler. Le patron, Gilrow, est un excellent cuisinier, du moins tant que vous ne vous essayez pas à son poisson... Je dois vous avouer que j'ai quelque doute quant à sa fraîcheur. C'est l'un des seuls établissements de cette taille qui ait un réel menu à proposer. Bien sûr, si vous le souhaitez nous pouvons chercher un lieu plus luxueux mais j'ai pensé que le calme du lieu vous conviendrait mieux.

    Délicate attention qui me fait doucement sourire. Il me connait trop bien.

    Lâchant doucement sa main, je m’avance vers la rambarde et m’y appuie, mon regard dérivant sur un immense jardin. Magnifique…


    - Ce lieu est absolument parfait. Je vois que vous avez vite réussi à me cerner...

    Je me retourne vers lui, lui offrant un grand sourire.

    - Combien de temps m’avez-vous attendu pour connaitre aussi bien cette ville ?

    Je redoute la réponse tout autant que je l'espère.


__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Lun 09 Avr 2012, 16:34

Le sourire qui étire les lèvres de Lacrya en ce moment vaut tout l'or du monde. L'or du monde ? Non, c'est plus encore ! Toutes les sphères graphes de l'empire, toutes les créations de Merwyn même ! L'Arche ne l'émerveille pas autant que la courbe de ces lèvres. Même les fleurs d'All-Poll n'ont pas l'éclat de ses yeux.
Il le lui hurle du regard, mais il ne s'osera jamais à prononcer ces pensées.
Ne jamais croire qu'un jamais cache un toujours.

Il laisse la main de la délicieuse dame lui échapper, savourant sa démarche gracieuse et fluide. Quelle magnifique Marchombre elle aurait faite.. Quelle fantastique Envoleuse elle fait ! Il grimace à l'idée qu'elle aurait pu être son maître si le destin l'avait voulut autrement. Aurait-il supporté d'avoir près de lui ce qu'il désire le plus sans pouvoir lui témoigner toute son affection ? On ne peut pas aimer son maître comme il aime Lacrya.. Ces réflexions sont stupides de toute façon, il a déjà un maître formidable et aucune entité ne pourra les priver de cette journée de rêve.

- Ce lieu est absolument parfait. Je vois que vous avez vite réussi à me cerner...

Il ne peut que retourner un sourire ravit à la délicieuse dame. Il est bien loin de tout savoir d'elle, mais certaines choses ne trompent pas. Le tournois d'Al-Jeit lui a clairement montré qu'elle n'appréciait pas la foule.. et puis, il aime ces moments en tête à tête avec elle.
Il aime le silence qui les enveloppent quand ils se murmure leurs vœux à l'oreille. Il aime quand leurs regards se croisent pour ne plus se quitter et il aime quand Lacrya est pleinement elle.
Autant de raisons de choisir ce petit établissement.

- Combien de temps m’avez-vous attendu pour connaître aussi bien cette ville ?
-Une semaine, disons même trois jours, je ne pensais pas vous voir arriver directement après mon invitation. Mais je vous rassure, j'ai eut le temps de me promener quelques jours avant d'envoyer ce chuchoteur.

Tout sourire, il lève un bras vers l'entrée de l'établissement en s'inclinant légèrement, un sourire presque ironique sur les lèvres.

-Si vous voulez vous donner la peine, ma dame.

Il pose ses yeux brillants sur elle, attendant qu'elle réponde à son invitation pour se redresser et l'accompagner dans le bâtiment. Peut-être en fait-il trop, mais sans qu'il ne sache pourquoi, la présence de cette délicieuse personne le pousse à retrouver des habitudes qu'il pensait avoir perdu au contact de son ami et mentor Roy. Même s'il accompagne ses gestes d'un humour léger, il ne peut nier qu'il en est imprégné jusqu'à la moelle.
Cette femme a sur lui un effet incompréhensible.

A l'intérieur, il la laisse leur choisir une table pour aller s'adresser au patron. Un rapide échange de mot et de pièces conclut leur discussion et le jeune homme s'en revient a sa belle avec un grand sourire.


-Le patron prétend qu'il a un excellent ragoût qui mijote, je ne suis pas sûr de la composition mais il était question de coureur, d'épices et de baies.. Il en a l'air assez fier si vous voulez. Sinon, il y a la ''carte de la maison''.

Il désigne en parlant une ardoise fixé au dessus du comptoir de l'homme grassouillet, mais sympathique, qui tient l'établissement.


-Il m'a aussi fait un prix pour votre chambre, soit disant que je serais son meilleur client.. j'ai plutôt l'impression que vous lui avez tapé dans l’œil.

Un énorme sourire barre les lèvres du jeune homme. Il n'a pas mentit, le patron est étonnamment souriant depuis l'entrée de l'Envoleuse et même si la salle est peu occupée, l'homme semble porter beaucoup de regards à leur table. Pourtant, Nuhadu trouve cela amusant, l'idée qu'on puisse convoiter la dame qui détient son cœur.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Dim 22 Avr 2012, 19:09

    Derrière moi, un magnifique jardin de fleur s’étend. Coloré. Lumineux dans cette nuit naissante. Et pourtant si fade à mes yeux. Appuyée sur la rambarde, je plonge mon regard dans celui de Nuhadu.

    Ses pupilles sombres brillent d’une lueur que je n’arrive pas à percer. Trop vive. Trop présente.

    Gênante presque.

    Elle me fait détourner le regard. Je n’ai jamais aimé ces démonstrations de sentiments. Mais au fond de moi, je sens un petit brasier s’allumer.

    De plaisir.


    -Une semaine, disons même trois jours, je ne pensais pas vous voir arriver directement après mon invitation. Mais je vous rassure, j'ai eut le temps de me promener quelques jours avant d'envoyer ce chuchoteur.

    Je reporte brusquement mon regard sur lui, légèrement étonnée. Presque deux semaines ? Je n’arrive pas à comprendre.

    Pourquoi si longtemps.

    D’un côté je suis flattée. De l’autre gênée.

    Je n’avais pas imaginais qu’il puisse ainsi m’attendre prés de deux semaines. Sans avoir même l’espoir de me voir arriver. Mes sourcils se froncent tandis que je l’observe de nouveau. Penchant légèrement la tête sur le côté, je laisse mes yeux dériver sur les traits fins de son visage. Il a changé. Il est plus mature. Plus mûre.

    Mais pourtant toujours aussi jeune.

    En réalité, j’ignore son âge. Je le redoute presque. A mes yeux, il parait presque adulte. Mais sa jeunesse et pourtant bien réelle.

    Poussant un léger soupir, je détourne les yeux du jeune homme et les reporte sur la terrasse vide du petit établissement. Quelques pots de fleurs pendent ici et là à une petite structure.

    Charmant.


    -Si vous voulez vous donner la peine, ma dame.

    Je reporte mon attention sur mon amant et ne peux retenir un léger rire devant la mini courbette. Toujours aussi galant. Presque trop. Mais étrangement j’aime cela.

    En privé.

    Inclinant légèrement la tête, je passe devant lui et pénètre dans la petite auberge. Très rapidement une douce chaleur m’englobe. Mon sourire s’épanouit sur mes lèvres jusqu’à ce que mes yeux se posent sur les autres clients de l’auberge. Tout de suite mon visage se durcie. Mon regard également.

    Plus froid. Plus distant de tous ces êtres. Je ne suis joyeuse qu’avec une personne.

    Celui qui passe la porte derrière moi.

    Sans me retourner, je vais dans un coin de la salle, éloigné des autres clients et tire une chaise ou je m’affale à moitié, trop contente de pouvoir enfin m’assoir pour faire preuve d’élégance. Un long soupir s’échappe de mes lèvres tandis que je passe une main lasse dans mes cheveux blancs. Une seule chose m’obstine à présent.

    Le repos.


    -Le patron prétend qu'il a un excellent ragoût qui mijote, je ne suis pas sûr de la composition mais il était question de coureur, d'épices et de baies.. Il en a l'air assez fier si vous voulez. Sinon, il y a la ''carte de la maison''.

    Je lève les yeux vers lui, un léger sourire fatiguée sur les lèvres.

    Non deux.
    Lui.


    -Il m'a aussi fait un prix pour votre chambre, soit disant que je serais son meilleur client.. j'ai plutôt l'impression que vous lui avez tapé dans l’œil.

    Mes sourcils se haussent sous la surprise.

    Taper dans l’œil ?!

    Vivement, je me retourne sur ma chaise et plante mon regard dans celui du tenancier, les sourcils à présent froncés. Ce dernier baisse rapidement les yeux et se replonge dans l’essuyage de ses verres, ses joues se teintant légèrement de rouge. Je l’observe quelques instant, tentant de deviner ses pensées. Puis soupir tout en me retournant vers Nuhadu. Le poids de la fatigue sur mon dos semble avoir encore augmentée.

    Dissipant mon appétit.

    Passant une main lasse sur mon visage, je reporte mon regard sur mon amant. Une phrase me vient en tête, un sourire moqueur prêt à franchir mes lèvres. Mais c’est la fatigue qui l’emporte une fois de plus.


    - Je ne pense finalement pas avoir le force d’avaler un véritable repas ce soir.

    Ma voix est faible. Presque minable. Je pensais pouvoir encore passer un repas en sa douce compagnie avant de littéralement m’écrouler mais là je pense avoir atteins mes limites. Cette petite balade sur les toits, si courte fut-elle, a épuisé le peu d’énergie qui me restait.

    Je ne pense plus convenablement.
    Je ne bouge plus convenablement.
    Je ne parle plus convenablement

    Me levant avec un brin de difficulté, je m’approche de lui, posant une main sur son bras. Un sourire parvient finalement à franchir mes lèvres

    Faible
    Mais sincère.


    - Acceptez vous de me conduire jusqu’à ma chambre ?

    Ma chambre. Me retrouver un instant seule. Pour me remettre. Me reposer. Réfléchir.

    J’ai besoin d’assimiler certaines choses…


__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Mar 24 Avr 2012, 14:04

C'est étrange, mais il sent la vie. Oui la vie ne commence que maintenant, quand il peut sentir son parfum et prendre sa main. Il ne vivait pas alors, il survivait à son absence en se faisant croire qu'il était quelqu'un, mais il n'est rien si elle n'est pas là pour le voir. Il a besoin d'elle, pour se sentir lui.
Et c'est effrayant. Il aimerait croire qu'il pourra rester tel quel quand il la quittera, mais il redeviendra celui qui attend son retour tel une âme en peine. Il vit chacune de leur séparation comme un déchirement, comme si on lui arrachait le cœur (n'en déplaise à Adam mais les côtes ne valent rien) pour qu'elle le garde jusqu'à leur prochaine rencontre. Il a conscience que c'est dangereux pour lui d'être à ce point dépendant d'elle, mais il ne peut s'empêcher de trouver cela magnifique et d'y consentir pleinement.

N'est-ce pas un peu stupide au fond ? Elle n'a rien fait de particulier, sinon d'exister, et voilà qu'il se déclare son prisonnier à vie ! A moins que l'amour ne soit ça finalement, se sentir possédé par une autre. Et aussi de sentir que celle qui nous a choisit n'est pas n'importe qui, puisqu'elle fait frémir notre cœur au moindre sourire ! Comme le jeune loup trouve fantastique sa façon de foudroyer le pauvre aubergiste qui la fixait avec admiration. Il ne peut que se réjouir, parce qu'elle ne se jouera pas de son cœur il le sait.

Et puis, il est complet. Elle lui rend son passé doux et appréciable, quand il ne le pensais que futile et mauvais, sans pour autant le priver de son présent.. et de cette part presque bestiale qu'il ne cotoie que rarement. Cette part de lui qui au delà des regard admiratif, est assujettie par le désir de rêves fous et inavouables. Une part dangereuse qui s'insinue dans ces instincts, appelant le corps de l'envoleuse avec de puissant hurlement qui font frémir son corps et son âme. Et pourtant, il la contient cette envie grandissante, il la contient parce que le rire des yeux de l'envoleuse suffit à l'attendrir et le remplir de joie. Il peut vivre dans sa seule présence, malgré les douloureuses attentes qu'elle créé en lui.

Mais pour le moment, il se veut protecteur envers elle. Elle n'est pas aussi vive que d'habitude et sa fatigue s'affiche sur son visage, la rendant par trop fragile. Il comprend tout de suite que leur tête à tête sera écourté à la façon dont elle passe une main sur son visage. Sans doute ne l'aura-t-il pour lui que lors d'un repas aujourd'hui, mais il lui doit bien plus qu'un simple repos pour les efforts qu'elle a fait afin de le rejoindre, ici, dans son trop court délais.

- Je ne pense finalement pas avoir le force d’avaler un véritable repas ce soir.

Il aurait pu en montrer sa déception de la perdre pour cette soirée entière, mais loin de là, c'est un sourire compréhensif qui barre ses lèvres. Le bien de sa dame est important pour son propre bien, et il ne la retiendra pas plus longtemps si elle a besoin de se reposer. Il y a aussi de la faiblesse qui transperce sa voix. Et il y a aussi juste que c'est sa voix, et qu'il ne la contredira pas quoi qu'elle demande.
Nuhadu se lève à la suite de la merveilleuse dame qui requiert son bras et sa compagnie, lui provoquant une immense bouffée de joie qui manque de le faire exploser de bonheur quand le sourire de la dame accroche ses yeux.
Bien sûr qu'il accepte ! Même s'il fallait la porter sur son dos ou, mieux dans ses bras ! Il l'emmènerait volontiers jusqu'au fin fond du monde pour pouvoir passer ne serait-ce qu'une mili-centième de nanoseconde avec elle ! Parce qu'il la veut toujours plus près de lui ! Toujours près de lui. Simplement toujours.

De trop grand mots pense-t-il.


-Je vous accompagnerez où bon vous semblera.

Il se défait pourtant de la main de la dame pour passer un bras autour de sa taille. Certes, le rapprochement de leurs corps est loin de lui déplaire, mais ce geste se veut plus préventif qu'imposé. Il ne voudrait pas la voir tomber, même s'il a l'intime conviction en lui qu'elle serait incapable de le faire, car trop forte et parfaite. On ne refait pas le désir de protéger celle qu'on aime, même si cette dernière est bien plus loin que nous d'être en danger. Il lui offre juste un grand sourire, et l'accompagne à l'étage, jusqu'à la porte que l'Aubergiste lui avait laissé, ce dernier ayant eut la bonne idée de la jouxter à celle du marchombre.

-Voici votre clé, je suis juste là si vous voulez. Prenez votre temps pour vous reposer, car je vous en demanderais beaucoup par la suite.

Il ponctue sa phrase par un clin d’œil, prêt à la laisser partir, mais l'un de ses désirs se voit bien en mal d'attendre, alors il se penche sur elle pour retrouver le contact de ses lèvres contre les siennes, fugacement. Le temps d'un battement de cil. Et s'en retourne le cœur gonflé, murmurant un ''bonne nuit'' aux ombres du couloir.
Il serait bien incapable de s'en vouloir. Ça lui avait trop manqué.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Mar 24 Avr 2012, 18:36

    Sourire
    Et soulagement.

    Quand je vois les lèvres sombres de Nuhadu s’étirer en un doux sourire, je sens un poids quitter mes épaules. S’envoler et me laisser plus légère. Plus libre. Un petit brassier enflamme mon cœur. Le réchauffant.

    Ce sourire m’a manqué.
    Tellement manqué.

    Le rayonnement, même faible, qui s’échappe de ce simple geste me redonne un peu de force. De confiance. De chaleur. C’est fou comme un seul être peu tout changer. Juste une présence. Un soutient. Et je me retrouve aussi rayonnante qu’une gamine.

    Niaise presque.

    Et pourtant, cela ne me dérange pas. Pas ici. Pas seuls. J’ai envie de laisser libre court à ce que je ressens. Seule avec lui, je me sens plus en sécurité, comme si l’intimité me permet de baisser ce voile de méfiance permanente qui m’entour. De fierté aussi.

    Je ne me sens vraiment libre qu’avec lui.
    Seulement lui.

    Nuhadu fini par se lever, ses yeux pétillant de joie. Mon sourire s’agrandit légèrement à cette image. Il est tel un enfant tout excité. Si attendrissant. Et pourtant si mature dans certaines situations. Son âme d’enfant reste intacte mais il sait quand l’utiliser ou quand la laisser de côté. Je crois que c’est cette innocence que j’envie. Que j’aime également.

    Car je l’ai depuis longtemps perdu.

    -Je vous accompagnerez où bon vous semblera.

    Une simple phrase. Cette dernière me traverse cependant d’une douce chaleur, nourrissant le brasier naissant dans mon cœur. Cet homme est une perle.

    Que je ne veux pas perdre.

    Dans mon regard s’allume une vive lueur. Celle de la joie. Du bonheur et du bien-être. De l’Amour. Chassant presque la fatigue.

    Presque.

    C’est un sourire amusé qui se dessine sur mes lèvres en sentant le bras puissant du jeune homme se refermer sur ma taille, me portant presque. Me croit-il sur le point de tomber ? Il n’a pas vraiment tord. Mais je ne suis pas encore exténuée à ce point. Pas physique en tout cas. C’est la combinaison de deux états qui me rend si faible.

    Fragile.

    Le sentir si prés de moi me rassure. Et c’est non sans plaisir que je me laisse entrainer pour Nuhadu, tout entière dévouée à ses bras. Nous arrivons rapidement devant une petite porte de bois standard.

    -Voici votre clé, je suis juste là si vous voulez. Prenez votre temps pour vous reposer, car je vous en demanderais beaucoup par la suite.

    Déception.

    Le temps passé en sa compagnie aujourd’hui a été trop court. Trop bref. Pourtant je sais que je pourrais tenir plus longtemps.

    Léger soulagement.

    Prenant la petite clé dans ma main, je l’insère dans l’insère dans la serrure et déverrouille la porte, prête à y pénétrer. Puis me retourne, plantant mon regard dans le sien.


    -Prenez votre temps pour vous reposer, car je vous en demanderais beaucoup par la suite.

    Intriguée, je fronce les sourcils. M’en demander beaucoup ? Lui lançant un petit regard moqueur, je m’apprête à répliquer quand ses lèvres viennent effleurer les miennes, me faisant oublier tout semblant de réponse.

    Ce contact. Chaud. Doux sucré. Combien de fois l’ai-je revis en rêve ? Combien de fois l’ai-je espéré ? Trop souvent pour ne pas le savourer. Me penchant à mon tour, je cherche à garder ses lèvres plus longtemps. Mais il s’éloigne déjà, lâchant un petit « bonne nuit » avant de disparaitre de nouveau dans les escaliers.

    Sonné, je le regarde s’effacer, ne sachant trop quoi faire. Puis, passant une main dans mes cheveux, je lâche un petit rire et ferme un instant les yeux. Moi qui pensais avoir pris le contrôle de cette relation…

    C’est le sourire aux lèvres que je pénètre dans ma chambre, lâchant un petit soupir. Sans prendre même le temps de me dévêtir, je m’écroule sur le matelas moelleux de mon lit et m’endors presque aussitôt.

    Sereine.
    Heureuse.
    Comblée.


    Sur mes lèvres flotte encore son baiser.

    ~~~~

    - Hum…

    Un rayon de soleil vient caresser mon visage, le réchauffant doucement. Lentement, j’émerge des brumes du sommeil.

    Satané volet pas fermés !

    M’étirant avec un grognement, je me réveille totalement, la lumière matinale se déversant dans ma chambre. Passant une main sur mon visage pour y chasser les dernières traces de fatigues, je me redresse dans mon lit et constate avec un petit soupir que je n’ai même pas pris le temps de défaire les couvertures, dormant entièrement habillée dessus.

    Pathétique.

    Un frisson me parcourt quand les événements de la veille déferlent dans mon esprit. Un seul retient mon attention.

    Nuhadu.

    Me relevant d’un bond, je regarde autour de moi.

    Seule.
    Poussant un nouveau soupir, je me déshabille et enfile une tunique large et, sans prendre la peine de l’ajuster, je sors sur le pallié, le tissus pendant autour de moi. Hésitante, je me dirige vers la chambre de mon amant et m’apprête à frapper.

    Puis renonce.

    Avec douceur, je me saisis de la poignée et entrouvre le battant. Nuhadu est étendu dans le noir, endormit.

    Sans bruit, je me glisse dans l’obscurité de sa chambre et m’approche du lit. Le jeune homme est sur le dos, le visage serein. Je l’observe un instant, appréciant la calme de son visage endormit. Puis, désireuse de ne pas le réveiller, je tourne les talons et me dirige vers la porte.

    Pour m’arrêter de nouveau.

    Une soudaine envie de traverse. Ambitieuse pour ma part. Mais irrésistible. Après tout…

    Me tournant de nouveau vers lui, je m’approche. Presque avec hésitation. Puis, avec des gestes lent et doux, je soulève les couvertures et me glisse contre mon amant.

    Blottit contre lui, je ferme les yeux. Son corps me réchauffe. Sa respiration m’apaise.

    Heureuse.
    Sereine.
    Libre.


__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Jeu 26 Avr 2012, 21:36

Et si la vie était un enchaînement de thèmes ? Comme si tout pouvait se classer en divers chapitre ? Qu'en penses-tu Nuha ?

Quand j'ai laissé ce baiser sur le palier, le thème est devenu Solitude :

Seul.
Le jeune marchombre abandonne un vœux de bonheur derrière lui, le souvenir d'un fugace baiser sur les lèvres, le cœur se serrant à chaque marche de l'escalier un peu plus. Comment dormir maintenant ? Il est tiraillé par ses envies, ses souvenirs et les besoins de sa dames. Mélange étonnant de déception, de joie, d'amour et de vide. Le vide, l'émotion qui dévore les autres petit à petit, grandissant sans cesses au creux de son ventre. Manger n'y changera rien, ce vide n'est pas physique, il est bien plus profond que ça.
Il est humain, il a besoin de combler ce vide que lui laisse la dame de ses rêves, et celui-ci, nulle nourriture ne le comblera. Il traverse la salle à manger, sans un mots, ni un signe à qui que ce soit. Lorsque le patron lève la tête de ces verres ce n'est que pour voir la porte de son auberge se refermer dans un grincement.
Le Marchombre réclame à la nuit la présence qui lui manque terriblement. Si proche.. il ne s'attendait pas que de l'avoir tout près de lui serait pire encore que d'ignorer où elle peut se trouver. Cruelle brûlure que celle de l'envie.
Le Marchombre est seul, offert à la nuit.
Le Marchombre lève les yeux vers la Lune argentée.

Quand j'ai croisé le regard de l'amante des loups, le thème est devenu Souvenir :

Nord.
Nord glacé de l'Empire. Univers impitoyable ! Tu emportes les naïfs dans les crocs de tes enfants. Les loups. Et pourtant, tu as épargné le plus fou des voyageurs. Téméraire gamin, qui affrontait le danger le sourire aux lèvres, comme le lui ont appris les plus insupportables casse-cous de tout les temps ! Le sourire ironique de celui qui affronte la vie sur les lèvres, la stupide volonté de celui qui ne connaît pas la peur brillant dans les yeux. L'homme s'est aventuré dans les plaines du nord, décidé à couvrir le monde entier de son regard, persuadé que rien ne pouvait l'arrêter depuis qu'il a survécut à la vie auprès de Roy et de ses confrères. Jeune, naïf, mais heureux.
Et chanceux.
Il a pu plonger ses yeux dans les leurs et les observer en détail. Leurs fourrures sont encore gravées dans sa mémoire. Créature de la nuit, qui chantent à la Lune. Il a aimé leurs hurlements et s'est empli de leur passion. Comment avoir peur, quand les bêtes que l'ont fuis nous berce de leurs clameurs ? La vérité, c'est que s'il n'est pas loup physiquement, son esprit s'est joint à la meute cette nuit là. C'est sans doute la raison pour laquelle les loups l'ont abandonné au petit matin.
Les loups ne se mangent pas entre eux.

Plus rien d'autre que le Rire. La nuit est mon Rire maintenant que la lune m'enveloppe de nouveau :

Joie.
Joie d'une ombre qui danse sur les toits, d'une danse éternelle et fluide dédiée à la Lune, et aux rêves de Lacrya. Il ne peut hurler sans troubler les hommes, mais danser est à sa porté et cette nuit il en meurt d'envie. Plus qu'une danse, c'est une série de mouvements se bouclant en cycles d'ondes. Comme si les mouvements de son corps n'étaient rien de plus qu'une perturbation du monde, qu'un souffle du vent sur la terre, qu'une vague traversant les océans. Il ne trouble pas la nuit, ni le silence. Il est la nuit, il est le silence.
Et il est cette ombre qui appartient à la Lune. Il est cette lune qui ne brille pas ici bas, s'offrant corps et âme à cette lune qui étincelle tout là haut dans le ciel.
Darkmoon.
Son nom, sa vie, son être, ses choix.

Et enfin la Quiétude. La Paix de la savoir là, non loin:

Il tombe.
Il se laisse tomber du haut de ce toit qui l'a porté. Goûtant l'air qui bat ses oreille.. et l’apesanteur. Il est aussi léger qu'un rêve. Ange sombre à qui l'on a arraché les ailes, qui tombe le sourire aux lèvres. Sourire d'avoir goûter au plus extrême des plaisir de son monde.
Sa langue glisse sur ses lèvres.
Déguste le goût des Siennes.
Et le monde le happe à nouveau. Les bras aqueux du profond bassin, Dessiné contre le bâtiment qu'il vient d'abandonner, l'entoure et le saisisse, amortissant sa chute et le berçant tendrement. L'attirant vers le fond et le repos infini des ondes sur sa peau. Silence et ombre. Il se sent plein et parfait ici.

Jusqu'à ce que l'air me manque. Je ne suis pas un poisson et je commence à me sentir.. Fatigué.

Fatigué..
Les yeux sombre reprennent possession du monde, et le jeune marchombre rattrape la surface dans de puissant coup de bras. Se tirant hors du bassin, étonnant le regard de quelques passant, il se redresse tranquillement essorant ses longues tresses imbibées d'eau.
Ses yeux brillent de l'éclat amusé de celui qui se moque de lui même, accompagnés du sourire carnassier de celui qui aime la vie.
Et sans un mot, il disparaît dans les ombres.
Courre à nouveau sur les toits, observée sans relâche par son amante céleste, guidé sans détour par son amour terrestre.
Son corps est lourd de fatigue, l'eau pesant plus encore sur ses vêtements.
Mais son âmes vole de bonheur et c'est pour Elle que bat si fort son cœur.
Il saute... peut-être vers la gueule du loup, mais si c'est-elle la louve alors il n'a pas d'hésitation.
Et s'agrippe au mur de son auberge. Au rebord de sa fenêtre.
Un éclat d'acier agite les ombres et le loquet, pourtant fermé de l'autre côté, saute sans plus d'un tintement. Tellement plus simple que les serrures de Libertée !
Il est épuisé, mais par soucis de ne pas perturber le sommeil de sa belle, il se fait glisser doucement sur le sol et referme les battants derrière lui. Se plongeant dans le noir absolu.
Au souvenir, il retrouve une serviette l'attendant patiemment sur une chaise, et l'échange de place avec ses vêtements humides.
Le coton aspire, chaque perle d'eau qui serpente sur sa peau frissonnante. Il s'est montré bien audacieux en jouant avec l'eau dans la fraîcheur de cette nuit. Mais son contact a finit de l’apaiser. Il n'a plus qu'à chasser la fatigue de son corps. Dans son repère d'ombre où nulle lumière ne s'infiltre. Plus qu'à s'étendre sous les couvertures..
Mais l'habitude de cette semaine passée ici l'encourage à donner un coup de clé dans la porte. Quelle soit déjà verrouillée ne lui traverse pas l'esprit, lorsqu'il tourne la clé dans le sens qui veut bien céder.
A bout de force, il se glisse sous les chaude couvertures dans un soupir d'aise, presque nu.

Pour Rêver.
Rêver qu'on l’enlace et le serre. Rêver d'un bonheur si intense que son inconscient le traduit par une immense bouffée de chaleur qui irradie son corps.
Rêver le contact d'une femme.. Un contact comme il ne l'a jamais connu, peau contre peau et brûlant, fiévreux. Un contact qu'il ne connaît que dans ce monde. Un contact qu'il aspire un jour de connaître dans le monde réel. Et il y a Ses lèvres. Son visage, Son souffle, Son odeur..
Un rêve fou.. un rêve à mourir de bonheur..
Mais un rêve qu'il quitte petit à petit..

Pour m'enivrer du véritable Bonheur.

Il ouvre ses yeux sur les pures ténèbres. Non, pas pures.
Quelques lueurs matinales parviennent à filtrer son monde ténébreux, à éclairer légèrement la pièce nimbée d'ombres, à briller sur les mèches blanches d'une splendide créature.
Une reine, aussi pâle que la lune. Sa joue repose sur son torse.. contre sa peau.
Elle est toute entière contre lui, habillée contrairement à son rêve, mais contre lui. Jamais encore elle ne s'était abandonnée ainsi à son étreinte.
Un regard attendrit glisse sur le visage tant aimé.
Il refermer doucement ses bras autour d'elle, n'osant pas trop bouger, ni la serrer. De peur de rompre.. la magnifique Réalité.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Ven 27 Avr 2012, 12:17

    Sa poitrine se soulève doucement, au rythme de sa respiration. Lente et régulière.

    Il dort toujours.

    J’ouvre lentement les yeux et redresser légèrement la tête, posant mon regard sur son visage endormi.

    Serein.
    Heureux ?

    Sous ses paupières semblent bouger ses yeux. Il rêve. De quoi ? Je n’en ai aucune idée. Mais le léger sourire qui flotte sur son visage laisse penser qu’il s’agit de quelque chose d’agréable. Je laisse échapper un petit soupir silencieux tandis que mon regard glisse sur sa mâchoire totalement détendu, remonte le long de son nez parfaitement dessiné pour se poser sur ses tresses qui forme comme une auréole au dessus de sa tête.

    Un ange ?

    Un faible sourire se dessine sur mes lèvres à cette pensé. Peut-être après tout… Secouant doucement la tête devant cette idée des plus niaises, je redépose ma joue contre sa poitrine, la chaleur de sa peau me pénétrant.

    Un léger frisson me parcourt.
    Bienfaisant.
    Chaleureux.

    Mon regard se glisse sur son torse. Ses muscles sont maintenant mieux dessinés. Plus présent. Sa peau chocolat brille légèrement sous les premiers rayons de soleil, lui donnant un aspect presque luisant. Du bout des doigts, je suis le contour d’un de ses pectoraux, l’effleurant à peine pour ne pas le réveiller.

    Caresse furtive.
    Inconsciente presque.
    Geste inutile.
    Mais désiré.

    Je ne me reconnais plus dans cette attitude. Trois ans auparavant, je n’aurais même pas osé m’approcher ainsi d’un homme. Encore moins me glisser dans sa couche. Mais son contact me manque. Plus que je ne le souhaite. Cela ressemble presque à une entrave. Une sensation indésirable.

    Mais tellement agréable quand elle comblée.

    Refermant les yeux, je laisse échapper un nouveau soupir qui glisse sur la peau de mon amant. Puis, lentement, je sens chacun de mes muscles se détendre. Je chasse toutes pensées indésirables de mon esprit et me laisse bercer par le doux soulèvement de la poitrine du jeune homme, la chaleur de sa peau m’englobant.

    Délicieuse.

    Alors que je me sens de nouveau basculer dans les bras de Morphée, je sens la respiration de Nuhadu perdre son rythme lent et régulier pour devenir plus puissante. Plus présente.

    Réveil.

    Mon cœur s’accélère brusquement. Etre ainsi prés de lui quand il est endormi est une chose. Mon acte passe inaperçu. Mais le sentir se réveiller contre moi…

    C’est à la fois merveilleux et dérangeant.

    En r »alité j’ai peur. De sa réaction. De ce qui peut arriver par la suite.

    Stupide.

    Je n’ose même pas ouvrir les yeux quand je le sens bouger légèrement. Encore moins quand son regard se pose sur moi. Puis la libération arrive. Un simple geste. Une étreinte volatile.

    Mais bien présente.

    Il m’accepte, m’entourant de ses bras puissants. Là deux dilemme s’offre à moi. M’endormir contre lui. Ou parler. C’est la seconde solution que je choisie. Plus sûre.

    Remuant légèrement, j’ouvre de nouveau les yeux et me redresse légèrement. Plongeant son regard dans le sien, je lui offre un petit sourire gêné.

    Désolée.


    - Je vous ai réveillé…

    Cela n’était pas une question. Juste une constatation. Une excuse presque. Baissant les yeux, je les laisse un moment parcourir les murs nus de la chambre. Une partie de moi me pousse à la quitter. A le laisser se préparer. A fuir cette situation qui a maintenant de grande chance de dégénérer.

    Mais n’est-ce pas au fond ce que je souhaite ?

    Peut-être une partie de moi. Celle qui me dit de rester. De commencer même. Mais je m’y refuse. Totalement. Trop timide. Trop gênée.

    Je préfère une solution adjacente. Me redressant sur un coude, je m’écarte légèrement, sans pour autant quitter ses bras et m’empare de nouveau de son regard, une flamme de curiosité et de malice brillant dans le mien.


    - De quoi avez-vous rêvé ? Pas de ce que vous allez me demander aujourd’hui j’espère. Car cela semblait vous rendre particulièrement heureux. Dois-je avoir peur ? Ou être impatiente ?

    Lui offrant un petit sourire amusé, je penche légèrement ma tête sur le côté. Combattre l’embarrât par les mots. Cela peut donner de bien mauvaises choses…


__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Sam 28 Avr 2012, 19:02

BOUM !
Battement.
BOUM BOUM.
Cœur..

Le cœur s'emballe. Le loup se réveille enfin.
Juste au bon moment puisque la reine-lune s'agite doucement contre lui. La peau de sa joue qui frotte tout contre lui l'excite. L'embrase.
BON SANG !
Elle ! Là contre lui !.. C'est fou, foudroyant ! Comme un coup de fouet en ce tout nouveau jour.
Oh ciel ! Il a faim !
Il a faim de chair et d'action. S'il n'y avait pas ce regard de brume pour venir l'hypnotiser à ce moment, il la presserait tout contre lui, plus violent, plus sauvage.. Vorace. Mais elle le tient dans ses yeux de brume, et il y plonge dans une longue contemplation, presque fanatique.

-Je vous ai reveillé...

Il penche la tête sur le côté, un immense sourire barrant ses lèvres. Il ne saurait même pas dire si c'est elle qui l'a réveillé, mais il sait que ça ne le dérangerait en rien ! Au contraire, c'est qu'elle commence déjà à se séparer petit à petit de son corps qui le trouble.

Reste, reste pour toujours mon unique vision.
Il a envie de le lui murmurer, dans l'espoir de la retenir à lui pour toujours, mais déjà elle s'écarte.
Quelle est cette pression qui lui enserre terriblement la poitrine. Rah, ça le torture ! Comme s'il fallait qu'il se l'arrache du corps ! Ça prend son cœur avec une violence inconnue, c'est .. affreux.. comme.. Des chaînes. C'est ça ! Des chaînes ! Il a l'impression d'être retenu, retenu de quoi ? Par quoi ? Bon sang c'est horrible..

Et pourtant, extérieurement.. Il est le même ? Toujours souriant, il ne montre aucun trouble. Ce n'est tout simplement pas physique, c'est autre chose en lui vient le presser comme ça.. Ses envies refoulées. Il a besoin d'activités physique, c'est clair. Sa course d'hier soir n'a plus d'effet, pas plus que sa baignade. Il a le feu au corps.
Faute à Libertée ?
Ce trop plein d'énergie peut-être du au manque des exercices insoutenables auxquels elle l'avait soumis.. Et puis, aussi se désir de saisir Lacrya contre lui et de la sentir nue contre lui. Son rêves le trouble encore.. imaginer ce corps ferme se plaquant contre lui l'a remplie du vide de ne pas en sentir la sensation.. réellement la sentir ! Pressante et passionnée comme son rêve.

Folie.
Elle n'est pas prête.. il suffit de voir comme elle s'est écartée de lui à son éveil.. Ce genre de contact semble lui être réservé pour les rêves exclusivement et c'est une torture. Il veut lui sauter dessus et lui arracher cette tunique sans attendre, la sentir répondre à ses baisers et son désir.. Mais il n'osera pas tant qu'elle ne lui signifiera pas son accord..
Il risque malheureusement d'attendre longtemps, le cœur enserré de cette furieuse douleur..

Le prendrait-elle pour un fou s'il se frapper violemment la poitrine dans le but d'expulser le mal ? Sans doute.. Souffre en silence pauvre homme.

- De quoi avez-vous rêvé ? Pas de ce que vous allez me demander aujourd’hui j’espère. Car cela semblait vous rendre particulièrement heureux. Dois-je avoir peur ? Ou être impatiente ?

Frisson.. Repenser encore à ce rêve le rend toujours plus fou d'envie et de douleur. Lui en parler ne servirait pourtant qu'à la faire fuir au loin. Un risque qu'il n'aimerait prendre pour rien au monde ! Quitte à finir par se lacérer le ventre pour échapper à ces chaînes qui lui arrache la tranquilité intérieure.
Oh et puis.. si elle veut savoir..

Il n'en peut plus d'attendre souffrant qu'elle se décide à quitter ses peurs d'elle même. Il a besoin d'elle là.. plutôt que de fuir et chercher un autre moyen de se libérer, il faut qu'ils se libèrent tout deux de ces entraves.. Il faut qu'elle ait conscience de cette douleur avant qu'elle n'entache leur relation.

Son sourire disparaît. Il est conscient qu'il prend des risques, qu'il va sans doute la brusquer et on peut lire dans son regard qu'il n'est pas du tout sûr de lui. Pourtant, lève doucement la main vers le visage de sa dame, rapprochant par la même le sien.

-Je peux... vous en montrer un peu?

Les chaînes se tendent.. Le verdict semble tout proche de tomber, et il a l'impression qu'un refus le tuerait sur le coup. Il est n'attend qu'une seconde, lisant le doute des yeux de Lacrya.. mais ne pouvant se résoudre à la laisser répondre, il glisse ses doigts sur son visage, emplit sa paume de sa joue et approche à nouveau son visage.
Leur nez se frôle, et il trouve ce contact furtif fantastique. Les chaînes se desserrent encore un peu, son cœur s'emballe. Il ferme les yeux pour profiter pleinement de cette légère caresse et s'imprégner de chaque sensations. Et puis, il glisse le bout de son visage ailleurs, promenant aussi son souffle brûlant et profond le long de la joue de la belle.
C'est si peu comparé au contact auquel il aspire, mais il sait aussi que c'est déjà beaucoup pour elle. Il dépose alors ses lèvres sur sa joue, légères, et les ramènes à ses lèvres qu'il n'ose pas prendre.. Les yeux toujours fermés de peur de la découvrir horrifiée.

-..Si tu ne veux pas en voir la suite, dis le moi maintenant.. sinon je..je ne..

Sa voix tremble.
Il regrette déjà de s'être arrêté, les chaînes lui broient la poitrine.. Mais si elle ne l'arrête pas, il n'est pas sûr de pouvoir se stopper lui même. Tout tout est désirable en elle !
Le souvenir de corps ruisselant au bord de la cascade, celui de ses baisers à Al-Jeit, l'odeur de sa peau, ou juste son contact..

Il la veut.. Mais pas de force. Il s'écarte et se force à sourire malgré les tourments de ses chaînes.


-Je ne pourrais pas vous cacher les grognements de mon ventre ! Je crois que je suis mort de faim.. et cela fait un moment que je n'ai pas courut.. Je vais finir par me ramollir.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Dim 29 Avr 2012, 10:56

    Désir.
    Plaisir.
    Bonheur.

    Autant de sentiments qui déferlent en moi pas le seul fait de me trouver au creux de ses bras. C’est comme si une bulle s’est formée. Protectrice et chaleureuse. Un micro monde ne contenant que deux êtres.

    Lui
    Moi

    Ici je me sens bien. A l’écart de tout. Mes pensées peuvent s’arrêter. Ma méfiance se dissoudre. Aucun danger ne peut plus m’atteindre. C’est tel un jardin secret où je sais pouvoir venir me refugier à tous moment. Du moins quand il se trouve à mes côtés

    Cependant, il y a aussi autre chose.

    De la peur.
    De l’incertitude.

    Des sentiments contradictoires qui se heurtent aux premiers. Me déchirant.

    Une partie souhaite rester.
    Une partie souhaite fuir.
    Et moi au milieu, je ne sais pas.

    Redressant légèrement la tête, je plante de nouveau mon regard dans celui du jeune homme, dans l’attente d’une réponse. Ce que j’y lis me fait peut. Autant que plaisir.

    Désir profond.
    Amour dévouée.

    Reculant légèrement, je ne sais trop comment réagir face à cela. Y répondre ou le laisser avancer. Plus loin.


    -Je peux... vous en montrer un peu?

    Me montrer ? Sa réponse fait naitre une certaine surprise en moi. De la curiosité également. Fronçant légèrement les sourcils, je penche la tète sur le côté, attendant la suite.
    Sa main se lève alors, effleurant mon cou. Remontant vers ma joue, la calant au creux de sa paume. N’osant faire le moindre geste, je reste là, pétrifiée.

    Hypnotisée par cette douce caresse.

    Son visage s’approche, presque hésitant, son regard cherchant le mien. Je lui offre, un peu incertaine également. Mais pas hostile. Ni repoussante.

    Nos nez s’effleurent.

    Il ferme les yeux. Moi, j’en suis incapable, ne pouvant détacher mon regard de son visage. Un long frisson me parcourt quand son souffle glisse sur ma peau. Son odeur imprègne mes narines, m’enivrant. Puis ce sont ses lèvres qui rencontrent ma joue. Douces. Légères.

    Et tout s’arrête.


    -..Si tu ne veux pas en voir la suite, dis le moi maintenant. Sinon je...je ne...

    Sa voix tremble. Il est gêné. Bouleversé. Cela s’entend. Rien qu’à l’utilisation du tutoiement. Cela fait maintenant prés de trois années que nous nous côtoyons et nous ne l’utilisons que lors de nos moments les plus intimes.

    Les plus secrets.
    Les plus intenses.

    Je le sens qui s’écarte. Encore légèrement abasourdie, je prends un moment pour reprendre mon souffle. Je n’avais même pas remarqué que ma respiration s’était arrêtée. Baissant les yeux, je ne lui réponds pas.

    Déchirée. De nouveau.

    J’ai besoin de réfléchir. Encore. Après tout, n’était-ce pas ce que j’attendais en venant me glisser prés de lui ? Qu’est-ce que je cherche au juste ?

    Lui sans doute…

    Secouant légèrement la tête, je finie par entrouvrir les lèvres. Pour dire quoi au juste ? Je ne sais pas vraiment mais j’ai besoin de parler.

    Il ne m’en laisse pas l’occasion.


    -Je ne pourrais pas vous cacher les grognements de mon ventre ! Je crois que je suis mort de faim... et cela fait un moment que je n'ai pas courut... Je vais finir par me ramollir.

    Le faible sourire qui accompagne sa phrase sonne faux. Presque forcé.

    Une échappatoire.
    Pour moi.

    Je lui lance un petit regard étonné. Ce peut-il qu’il soit si prévenant que cela ? Ma certitude se raffermie.

    Je suis tombée sur une perle.
    Rare.

    Maintenant deux choix s’offrent à moi.
    Encore.

    Lui offrant un petit sourire d’excuse, je me penche vers lui, mon visage frôlant le sien.


    - Votre rêve m’intéresse. Et il me tarde de découvrir la suite. Mais…

    Reculant légèrement, je laisse un instant mon regard dériver sur son ventre, une flamme amusée brûlant au creux de mes pupilles.

    - Je doute que votre estomac accepte d’attendre plus longtemps. Et si votre volonté est de vous raffermir… Je vous propose une petite course sur les toits pour nous dérouiller un peu les articulations. Après…

    Je lui lance un petit regard taquin.

    - Nous verrons…

    Puis, je me penche de nouveau au dessus de lui pour m’emparer de ses lèvres. Un long baiser.

    Une promesse.

    Et je m’éclipse avant qu’il n’est put me retenir, me glissant hors de sa chambre. Une fois que j’ai regagné la mienne, je m’adosse à la porte et ferme un instant les yeux, essayant de calmer les battements désordonnés de mon cœur. Ai-je bien fait de refuser maintenant ? Cela ne fait que repousser l’échéance. Mais cela me permet de me préparer.

    Un peu plus.

    Passant une main lasse dans mes cheveux, je lâche un long soupir avant de me diriger vers mes affaires, sortant une petite ceinture de cuir. Rajustant ma tenue, je la noue autour de la taille et glisse plusieurs petits poignards à ma taille, les dissimulant sous le tissu relativement large.

    Je ne veux pas que Nuhadu sache que je suis armée même avec lui. Pas maintenant. Puis, prenant mon courage à deux mains, je sors et descends la volée de marche qui mène à la salle commune. Offrant un petit sourire au tenancier, je rejoins le jeune Marchombre qui est déjà assis à une table.

    Me glissant dans son dos, je le tire par le bras pour le forcer à se relever, un sourire moqueur accroché aux lèvres.


    - Non très cher, il est très mauvais de manger juste avant un exercice. Ce déjeuné sera votre récompense si vous arrivez à me battre à la course.

    Lui lançant un petit clin d’œil, je le guide jusqu’à la porte et le force à sortir.

    - La règle est simple. Interdiction de toucher le sol. Après, tous les coups sont permis. Le point d’arrivée se situe au niveau des jardins de la veille.

    Puis, sans attendre son approbation, j’attrape une prise juste au dessus de la porte de l’auberge et me hisse sur le mur avec souplesse, ne faisant qu’effleurer la pierre.

    Puis je m’élance, mon rire disparaissant dans mon sillon.

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Dim 29 Avr 2012, 13:29

Le doute est là, plus violent que jamais.. poignant. Ne l'appelle-t-on pas suspens à ce moment ?
Horrible cette attente.

Le fin visage de la la reine-lune a sombré dans ses réflexions. Ses pupilles d'aciers délaissent le regard de son adorateur, lui même secoué par son audace et englouti par l'espoir qu'il ne fut pas trop troublant pour elle.

Et cette petite voix qui l'incite à plus.
Ressaisis toi d'elle, ne la laisse pas t'échapper.
L'étincelle brille, embrase la.

Si seulement il n'y avait qu'une chaîne..
Celle qui enserre son cœur le pousse à réclamer son corps. C'est celle de son désir qui n'en peut plus de le voir attendre et voguer paisiblement auprès d'elle, se contentant de contacts trop infimes, trop faibles.. trop froids.
Et il y a celle qui l'a retenu quand enfin il s'était lancé. Cette chaîne sans laquelle il aurait attrapé ses lèvres, glissé ses mains sur sa peau.. Une chaîne qu'il ne comprend pas, mais qui l'imprègne au plus profond de son être. Romantisme ?

Il s'en mord la lèvre inférieur.
Bien sûr qu'il aspire à plus que du sexe avec elle ! Mais plus ils se voient, plus ils s'offrent à l'esprit de l'autre, plus il a l'impression qu'ils traînent sur le plan physique.. La preuve est là qu'il a de plus en plus de mal à regarder les femmes comme des personnes, ses rêves sont parés d'une Lacrya semblable à un brasier..
L'équilibre n'est pas respecté..

Le cœur est comblé,
Le corps est en manque,
L'esprit est troublé.

Chaos. Echos incertains des idées qui ricochent s'accrochent, s'écorchent et s'effilochent, dans cette chose chargée de chuchotement, cette chose qui souff..

Son visage.
Quand le geste vient d'elle.. c'est comme si une lueur toute nouvelle venait étinceler dans son corps, chasser les ténèbres, les doutes et les chaînes. Son visage contre le sien et le calme en lui.

- Votre rêve m’intéresse. Et il me tarde de découvrir la suite. Mais…

Le marchombre se crispe. Il pensait que le moment était enfin venu.. Pourtant, lorsque le visage de la magnifique créature le quitte, aucune chaîne ne revient se saisir de lui. Ses mots ont su l'en libérer pour le moment. Elle ne se donne pas, pas encore. Mais elle le fera, il l'a perçu dans sa voix.
Il l'attendra le temps qu'il faudra.

- Je doute que votre estomac accepte d’attendre plus longtemps. Et si votre volonté est de vous raffermir… Je vous propose une petite course sur les toits pour nous dérouiller un peu les articulations. Après…

Il lui jette un regard incrédule, ayant déjà oublié sa piètre excuse qu'il lui avait offerte pour lui permettre d'échapper à son désir, mais sitôt qu'il perçoit l'éclat dans les yeux de la déesse, il comprend. Et lui offre son plus large sourire.
Une bonne idée ! Il faut qu'il dépense se trop plein d'énergie, surtout si ce suspends dans ça phrase lui annonce ce qu'il espère entendre.. Il ne veut pas se montrer trop brutal avec elle, il vaut sûrement mieux qu'il laisse la fatigue le gagner un peu avant qu'ils ne se lancent dans cette entreprise..
Il n'es sait fichtrement rien en réalité ! Oh bien sûr il a une idée de la pratique, guidé qu'il est par son instinct (et on peut dire sans métaphore qu'il est bas) et informé par les diverses allusions absolument pas cachée de Roy et de sa compagnie de bourrin.
Pourtant, plus il en entend.. plus il a peur de ne pas être à la hauteur au moment venu.

- Nous verrons…

Ce sourire est ensorceleur !
Il en fond d'autant plus d'amour quand elle s'empare de ses lèvres, comme pour ne jamais les lâcher. Elle se moque de lui là ! A quoi bon attendre ? Il suffit qu'il referme ses bras sur elle, et ils ne sortiront jamais de cette étreinte.. il ne sortiront pas de son rêve.

Mais elle est déjà ailleurs..
Laissant au Marchombre un sourire de bonheur.

Rhabillé, le jeune homme attend à une table. Sereinement.
Son estomacs a reprit le dessus depuis que sa déesse s'en est allée. Il a maintenant l'impression de pouvoir manger un brûleur entier ! Ou plus ! Même si la taille réelle d'un brûleur lui échappe. L'important c'est qu'il est affamé ! Mais il attend que la belle vienne le rejoindre, ne serait-ce que par politesse. Il fait bien d'ailleurs puisqu'à son arrivé elle s'empresse de le réprimander gentiment. Elle ressemble vraiment à un maître Marchombre dans ces moments là, mais il n'oserait lui dire ça pour rien au monde ! Non, il préfère la suivre un sourire amusé sur les lèvres.

Elle a très vite récupéré, la fatigue de la veille s'est totalement effacée de son visage et de ses geste. Plus rapide et souple que jamais, plus belle et attirante que jamais auparavant ! Qu'elle le tire jusqu'au Domaine si elle le souhaite ! Pour l'avoir près de lui, il irait jusqu'à couper du mercenaire en deux !

Rah, elle l'envoûte cette femme ! Cette déesse.

- La règle est simple. Interdiction de toucher le sol. Après, tous les coups sont permis. Le point d’arrivée se situe au niveau des jardins de la veille.

Il acquiesce, déjà tout excité à l'idée de la poursuivre dans toute la ville, et se rend compte qu'elle est déjà partie... AH ! La tricheuse !
Un doute.. ne devait-il pas considérer son petit déjeuner comme une récompense ? A la victoire d'une course contre elle ? Non ! Il s'est fait avoir comme les derniers des abrutit.. elle est trop rapide.
Mais il connaît la destination d'instinct.. et il n'a pas peur de tomber.
Il n'aura jamais la peur de tomber !

Bondissant contre la façade de l'auberge, il grimpe à toute vitesse, comme si sa vie en dépendait. Son repas en dépend en tout cas ! Il ne se laissera pas battre si facilement.
Se hissant sur le toit, il aperçoit la belle qui courre avec un cran d'avance devant lui.
Mais les détours dans la ville, dans son état de fatigue ne lui ont pas indiqué le meilleur chemin. Une place va s'étendre devant elle si elle passe par là, il le sait parce qu'elle possède une magnifique statue d'un Dessinateur réputé pour avoir dressé l'imposante Académie d'Al-Poll. Ça risque de lui compliquer la vie.
Le marchombre s'élance. Un poil plus à l'est que sa dame, pour profiter d'un quartier aux ruelles plus serrées, bien que les toits des bâtiments y possèdent des niveaux variables, il sait qu'il n'y manquera pas de prise pour tailler sa route. Et peut-être la dépasser.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Dim 29 Avr 2012, 16:56

    Maître contre apprenti.
    Envoleuse contre Marchombre.

    Tout cela n’a rien d’équitable. Si ce n’est une chose.

    L’un connait la ville.
    L’autre non.

    Courant sur les toits, je jette un coup d’œil circulaire, essayant tant bien que mal de me repérer. Je me suis élancée sans trop réfléchir, laissant mon instinct me guider. Sous l’impulsion d’un vague souvenir. La fatigue ayant obstruée mes sens, je n’arrive pas à me rappeler le chemin exact de ces magnifiques jardins.

    Je ne possède qu’une vague direction.

    Mais cela est loin de me décourager. Au contraire. Cela rajoute un peu de piquant à ce défi qui aurait été bien trop simple si j’avais tous les avantages. Tandis qu’un grand sourire se dessine sur mes lèvres, j’aperçois Nuhadu partir plus à droite. Mais je me refuse de le suivre. Cela serait tricher. Tous les coups ont beau être permis, je ne souhaite pas lui voler toutes ses chances.

    Je continue donc à courir dans la même direction, le vent sifflant à mes oreilles et caressant ma peau. Me ramassant, je bondis par-dessus une crevasse abritant une petite ruelle et continue ma route, sans m’arrêter. Cela fait plusieurs mois que je ne l’étais pas abandonné à un exercice de la sorte.

    Un bonheur intense me traverse.
    Aux couleurs de Liberté.

    Grimpant sur une cheminée, je saute d’une merveilleuse détente et me laisse aller un moment en chute libre.

    Avant de crocheter une gouttière et de me hisser à nouveau sur un toit un peu plus bas, reprenant ma course effrénée. C’est alors que les maisons commencent à s’écarter. Que les ruelles son font plus large.

    Pour déboucher sur une place.

    Freinant brusquement, je m’arrête à l’extrême bord du dernier toit, le vide s’étendant sous mes pieds. Poussant un petit juron, je fais le tour de la place du regard.

    Immense.

    Au centre se dresse une statue. Incroyablement grande. Mais également incroyablement loin… Lâchant un juron, je cherche rapidement une solution. Faire le tour prendrais trop de temps. Après tout, peut-être que j’ai pris la mauvaise direction. Je suis pourtant intimement convaincue que les jardins se trouvent en face. Une idée s’allume soudain dans mon esprit.

    Le marché !

    Des centaines d’étales qui s’élèvent sur presque toute la place. Observant attentivement les constructions, j’en repère quelques une en bois capable de supporter mon poids.

    Parfait.

    Prenant une grande inspiration, je m’élance. Si jamais je rate mon coup, je m’écrase lamentablement sur le sol, le tissu des autres étales ne pouvant supporter mon poids.

    Me ramassant, je me tourne vers ma première cible et bondit. A peine ai-je effleuré la plaque de bois qui sert de toit que je saute de nouveau, essayant de mettre le moins de poids possible dans mes jambes pour minimiser l’impact. Je sais que si je reste trop longtemps immobile, tout risque de s’écrouler.

    Je saute ainsi d’étales en étales sous les yeux ébahis de certains clients qui ont la présence d’esprit de lever les yeux. Je pousse un léger soupir de soulagement en atteignant la statue où je prends le temps de me reposer. Puis je repars, consciente de perdre un temps précieux.

    Il me faut plusieurs minutes pour atteindre l’autre côté de la place, les étales de bois se faisant plus rare, ce qui m’oblige à prendre plus de risque. Mais, non contente d’avoir enfin réussie à me défaire de ce passage, je reprends ma course sur les toits.

    Et j’accélère.

    Derrière moi, certains essaient de me suivre. Mais trop rapide, je les sème facilement.

    Les yeux balayant l’horizon, j’essai de retrouver les jardins, jouant de toute ma souplesse pour prendre de la vitesse et devancer Nuhadu. Et enfin ils se dessinent au loin.

    Merveilleux.
    Immense.

    Un grand sourire étire mes lèvres tandis que je m’y précipite. Du coin de l’œil, j’aperçois la silhouette du jeune homme qui arrive à grande vitesse.

    Mais pas assez vite.

    Radieuse, je pose la première le pied à coté d’un parterre de rose aussi rouge que le sang. Et je le laisse venir à moi, ma respiration reprenant lentement son rythme normal. Sur mon visage perlent quelques gouttes de sueur.

    Quand Nuhadu me rejoins, je me glisse dans son dos, effleurant son épaule du bout des doigts, mon souffle caressant son oreille.


    - Perdu… Je crois que votre repas vient de partir en fumée.

    Puis, amusée, je dépose un baiser au creux de sa joue avant de m’écarter, lui lançant un sourire taquin.

    - Mais bon… Comme je suis de bonne humeur, je vais plutôt vous permettre de manger mais vous me devez une faveur en l’honneur de votre défaite.

    Lui offrant un petit clin d’œil, je commence à me diriger de nouveau vers l’auberge.

    - J’ai une faim de loup. Vous m’accompagnez ?

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Dim 29 Avr 2012, 21:34

Courre.

Ses bottes frappent la pierre dans un tintement qu'il ne peut s'empêcher de trouver joli. C'est comme si sa course était rythmée par une musique entraînante, totalement folle et pourtant aux accents légers. Il est l'auteur de cette divine mélodie qui s'enchaîne sans fin.

Tape tape, les pieds sur le sol
Sol au dessus du monde, sol qui semble un ciel blanc. Est-ce du marbre cette pierre qui le porte et couvre d'autres ? En quoi les dessinateurs ont-ils fait toutes ses maisons ? Ça ne peut pas être du marbre qui rend ce tintement grandiose. Cette pierre rendra-t-elle jamais l'âme ? Question stupide les pierre n'ont pas d'âmes. Elles sont force pur et immuable. Condensé de puissance offerte aux êtres lourds et puissants, comme aux être légers qui savent la puiser.

Immobilité.
Marchombre qui sourit, accroupit au rebord d'un toit, ses tresses encore dans le vent.
L'espace d'un instant fugace, pour croiser le regard d'un enfant.

Saute !

L'envol est une merveille. Ils sont deux à le penser à cet instant, dans deux mondes différents, mais chacun pense à autre chose.. Mais tout deux envoient leurs pensées au ciel !
Il y a tant de gens qui peuvent voler.. grâce au rêve marchombre.

Nuhadu tombe presque à l'horizontal vers un toit plus bas que celui qu'il a quitté. Un plat sur de la pierre ? Mauvaise idée ! Ses mains rencontrent la pierre, et déjà le propulse en avant alors que ses jambes passent sous lui pour le redresser.
Pas le temps à perdre, il doit courir, comme une bête s'il le faut... pourquoi pas d'ailleurs ? Il vise à être au moins aussi agile qu'un loup ! Il vise à être marchombre !

Il courre toujours. Elle a tout pour elle, la vitesse, la force, l'avance.. mais il a le chemin le plus simple, il ne ratera pas !

Nouvel envol, jusqu'à une fenêtre, il grimpe alors au relief d'une colonne gravée sur le mur, jusqu'à une légère corniche qui fait le tour du bâtiment. Pas besoin d'aller jusque là, il faut juste qu'il puisse atteindre cette corde étendu entre ce bâtiment et l'autre qu'il vise. Après ça, se sera une ligne droite, droit vers le jardin, son repas et sa délicieuse dame ! Il se jette au filin, profitant de l'élan pour se tirer au dessus et se retrouve à jouer les équilibriste au dessus du vide.. Sans doute pas la route la plus simple en fait, mais dans une profonde inspiration il s'élance.

Soupir de soulagement de trouver l'autre bout. Il aurait été stupide de se casser le cou maintenant ! Ah ! Mais comment a-t-elle pu traverser la place si vite ? Il aurait du la voir perdre une bonne minutes au moins pour la contourner ! Mais elle le devance toujours.. si belle avec ses mèches blanches qui brillent au soleil..

Son repas !
Ah non, non non ! Il ne peut pas laisser faire ça !
Il courre, comme jamais il n'aura pu courir, il ne la rattrapera pas, mais il n'abandonnera pas non plus. Parce que même sans repas, il reste elle.. Et que ça vaut toute les courses du monde !

Il arrive bien après elle, épuisé au possible. Il s'approche le souffle court, la peau brûlante et luisante des efforts qu'il a du fournir. Pourtant, le souffle de la jeune dame le fait frémir. Ce souffle sur son oreille et ce corps qui contre son dos emballe son cœur.

- Perdu… Je crois que votre repas vient de partir en fumée.

Protestation de son ventre affamé qui lui attire un petit moment gêné. Il aurait voulu lui dire qu'elle valait tout les repas du monde, mais c'est futile maintenant qu'il s'est fait trahir par son propre corps. Le sourire amusé de la dame finit pourtant de le rassurer bien avant ses mots. Ils mangeront ensemble, ce pari n'était qu'un appât et un jeux.
Il jette un regard au parterre de rose qui a marqué la fin de leur course. Il faudra qu'il la ramène ici ce soir, pour enfin la faire se promener au cœur du jardin lumineux quand les sphères dessinées diffuseront une lumière moins importantes pour simuler la nuit sous le volcan.. Elle brillerait de milles feux parmi ces fleurs..

- J’ai une faim de loup. Vous m’accompagnez ?
-Comment faites-vous pour déborder autant d'énergie?

Il s'empresse de lui offrir son bras en lançant sa question.
Elle est si surprenante, il la pensais mourante il y a peu pourtant. Une femme extraordinaire qu'il espère pouvoir garder éternellement contre lui.

Il la raccompagne, joyeusement jusqu'à l'auberge. Il ne peut s'empêcher de témoigner sa bonne humeur de plusieurs compliments admiratifs. Il l'adule peut-être trop d'ailleurs, ce qui le force à souligner dans un clin d’œil moqueur qu'elle a triché en partant sans lui. Comme quoi elle n'est pas parfaite ! Mais ça et sa façon de le taquiner la rendent infiniment plus séduisante encore..
Un cycle sans fin !

Gilrow leur fait un bel accueil, sans doute heureux de voir qu'ils mangeront quand même un petit déjeuner, contrairement à l'impression qu'il en avait eut plus tôt. Son regard est devenu légèrement fuyant envers l'Envoleuse depuis la veille. Un peu comme si le regard qu'elle lui avait jeté était porteur d'un message suffisamment dissuasif. Nuhadu ne pouvait retenir un petit sourire moqueur à cette vue. C'est méchant, il a conscience qu'a sa place il serait affreusement gêné et mal à l'aise, mais même malgré ça, il s'en amuse.
Sadique.

Malgré les souvenirs de la veille, Gilrow ne se fait pas avare en leur servant de délicieux œufs de coureur brouillés ! Le tout était assaisonné de délicieuses épices qui promettaient de ravir les papilles de Nuhadu encore longtemps dans la journée ! Comme prédit, le brave homme se révèle excellent cuisinier ! Il est d'ailleurs étonnant que ce petit établissement ne se soit pas fait meilleur nom dans la citée ! L'homme à la peau sombre peut même profiter de la plus charmante compagnie dont-il aurait pu rêver pour savourer ce splendide petit déjeuner.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Lun 30 Avr 2012, 18:11

    -Comment faites-vous pour déborder autant d'énergie?

    Question murmuré, un brin d’admiration pointant dans sa voix. Je ne peux retenir un petit sourire amusé face à sa surprise de me voir si débordante d’énergie. Il est vrai qu’une bonne nuit de sommeil fait toujours beaucoup de bien.

    Mais rarement des miracles.

    La veille, j’étais autant fatiguée physiquement que psychologiquement. La première est partie avec le sommeil. L’autre avec sa présence.

    Apaisante.

    Le fait de l’avoir enfin à mes côté, de plus me poser de questions à son sujet. Sur ses réactions. Sur son attente. Tout cela a libérer mon esprit autant que mes épaules. Et maintenant je me sens rayonner. De bonne humeur.

    D’excellente humeur.

    Lui offrant un clin d’œil complice pour toute réponse, je me saisis de son bras avec un grand sourire et me laisse de nouveau guider à travers la ville.

    Comme la veille.

    Un rire fraie s’échappe de mes lèvres quand il commence à me complimenter. Audacieux le jeune homme… Je ne réponds rien, préférant savourer en silence ce qu’il m’offre, essayant cependant de ne pas lui montrer le plaisir que cela me procure. Quand il en vient à me reprocher mon départ trop précipité, je ne peux retenir mon rire de s’amplifier.

    Lui lançant un regard moqueur, je lui réplique que c’est lui qui manque de réflexe et qu’il n’a pas à reporter son manque de talent sur moi. Tout cela est cependant dis d’un ton tellement léger que je sais qu’il ne le prendra pas mal. Au contraire, il semble apprécier.

    Tant mieux.

    Par la route, nous mettons un peu plus de temps à rejoindre l’auberge où nous avons passés la nuit. Pendue à son bras, je sens plusieurs regards glissés sur nous. Tout de suite, une sorte de malaise s’empare de moi.

    Sans vraiment y faire attention, je presse le pas.

    Quand nous arrivons à l’établissement, c’est un soupir silencieux qui s’échappe de mes lèvres

    De soulagement.


    Le patron lève la tête à notre entrée, le regard légèrement fuyant mais toujours accueillant. Je lui offre un petit sourire, mon humeur me faisant perdre toute rigidité dans ce cadre plus intime. Prenant place à une table, je me laisse aller contre le dossier, mes membres encore légèrement tendu par l’exercice.

    Lorsque qu’un magnifique repas se matérialise devant moi, je ne peux retenir un large sourire. Remerciant chaleureusement m’aubergiste, je me plonge dans mon repas sans attendre, sentant avec plaisir le gout des épices emplir mon palet.

    Un vrai délice.

    Levant les yeux vers Nuhadu, je lui offre un sourire épanoui


    - Comment avez-vous débusqué un roi pareil ?

    Ma voix n’est qu’un murmure, je ne voudrais pas que le roi en question se prenne la grosse tête. Je me promets cependant d’aller personnellement le féliciter à la fin de ce séjour.

    S’il se termine un jour…

    Une brusque envie me traverse. Celle der ester ici. De m’installer. De commencer une nouvelle vie.

    Avec lui.

    Ais j’y renonce bien vite. Il est trop jeune. Il a encore du chemin à parcourir. Sans moi. Et j’ai également encore beaucoup à faire. Des élèves à guider. Un monde à découvrir.

    Seule.

    Je soupir intérieurement. Laissant filer ce doux rêve entre mes doigts ouverts.

    Replongeant mon attention sur mon repas, je laisse mes yeux dériver vers ceux de mon amant, essayant de trouver son regard.


__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Mar 01 Mai 2012, 03:40

Ce petit déjeuner à une saveur unique.
Pas seulement l'omelette ! Il y a aussi cette tension qui a fuie ses muscles, le laissant plus léger et serein. La fatigue le quitte lentement, promettant que la journée n'a pas pu finir si tôt, et son regard ne quitte la magnifique dame qu'à de rares instants, pour s'assurer que l'omelette tombe bien dans sa bouche par exemple. Il s'en voudrait énormément de lui paraître ridicule en ce moment ! Alors que tout est merveilleux en ce jour et qu'il peu profiter d'une si charmante compagnie !

Le bonheur peut-il être absolu ?
C'est ce qu'il pense en ce moment. Rien ne peut venir troubler ce calme. Pas de pluies, pas de Marchombres aux cheveux bleu, pas d'Envoleurs, pas d'ennuis. Juste eux deux qui peuvent profiter de ces instants rares dans leurs vies absolument pas tranquilles et instables.

- Comment avez-vous débusqué un roi pareil ?

Une boule se forme dans son estomacs.
Le ton enjoué de la jeune femme, même malgré le murmure, allié à ce compliment majestueux ont comme le mérite de le perturber. Il y a peut-être aussi du fait qu'il soit en extase devant le talent du cuisinier.. Le fait est qu'il plonge ses yeux dans le regard de la belle et n'y trouve qu'émerveillement et joie. Ça lui tire un sourit ravie.
Et ça fait gronder son cœur.

Un roi pareil ? Cet homme qu'il sous-estimait jusqu'à présent ? Han ! La cuisine fait-elle partit des talents qui font fondre sa reine ? Sa main se crispe à cette idée. Lui même est loin d'être un bon cuisinier, s'il sait ce qu'il faut faire, il est loin de pouvoir le faire à la perfection. Et il est encore plus loin de faire un petit déjeuner aussi délicieux et somptueux.
Une idée qui lui reste en travers de la gorge. Pourtant, il fait bonne figure à la dame qui lui semble si joyeuse. A vrai dire, il ne l'a jamais vu aussi sereine. Il ne viendrait gâcher son moment pour rien au monde, surtout pas pour ce vil aubergiste qui possède trop de talents ! Ah ça non !

-Je dois dire que l'on entend pas beaucoup parler de cette auberge, c'est donc par chance que son tenancier s'est révélé aussi talentueux.

Il parle à voix basse, autant pour ne pas trahir une pensée que l'Envoleuse semble vouloir garder entre eux, autant parce qu'il a trop peur que l'homme ne comprenne son talent capable de toucher le cœur de sa dame.. Ah ! La cuisine hein ? Ben il va faire des progrès en cuisine, a tel point qu'elle ne pensera plus à voyager sans lui pour lui mitonner un bon petit plat ! Personne n'a le droit de le surpasser dans les matières que Lacrya apprécie, c'est tout !
Son cœur tambourine dans sa poitrine pour approuver le discours, certes muet, mais enflammé de l'homme à la peau sombre. Trop jaloux ? Certes oui, mais peut-être pas si trop que ça ! Peut-être que tout ces sourires qu'il pensait enfin lui avoir tiré ne sont en fait que les victoires d'un autre homme.
Irritant. Tout juste irritant de penser à ça.

La boule dans sa gorge le décourage d'en avaler plus, aussi bon soit-il.. mais d'un autre côté, son ventre lui hurle qu'il doit manger, qu'il l'a assez fait attendre et son cerveau lui susurre que ce serait stupide de tomber dans les pommes pour une petite jalousie stupide comme tout. En plus, il aligne un corps bien plus attirant que cet homme..
AH ! Qu'est-ce que ce narcissisme ! Depuis quand se compare-t-il aux autres en plus ? Non non non non non.. il ne doit pas penser à ça, c'est clairement impossible ! Il est lui. Juste lui.
Et elle est sa Nymphe. C'est lui qui l'a découverte sous une cascade, aussi il n'a pas l'intention de la laisser lui échapper.

Et les yeux de la jeune femme dans les siens, lui assurent qu'il n'a rien à chercher chez les autres.
Sa paix est dans cet univers gris.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Ven 04 Mai 2012, 17:01

    Regard.

    La façon dont Nuhadu relève subitement la tête et la regarde suite à sa question me tire un sourire amusé. Qu’ai-je donc dit pour le faire réagie ainsi ? Penchant légèrement la tête sur le côté je vois une flamme s’allumer dans son regard. Une flamme que je n’arrive pas à identifier.

    Légère.
    Dissimulée.

    Mes yeux se plissent légèrement. Puis e fini par hausser les épaules, reportant mon attention sur mon repas.

    Sublime.

    Cela faisait un long moment que je n’avais pas mangé aussi bien. Etant presque constamment en mouvement, je me contente bien souvent de viande séché ou du fruit de ma chasse. Mais ce n’est jamais très élaboré. Bien au contraire. En réalité, je déteste faire le cuisine. Et je dois avouer que je n’ai également aucun talent dans ce domaine.

    Glissant une nouvelle fois ma fourchette entre les lèvres, je savoure le gout des œufs, relevé par les épices.

    Sublime.


    -Je dois dire que l'on entend pas beaucoup parler de cette auberge, c'est donc par chance que son tenancier s'est révélé aussi talentueux.

    Relevant la tête vers le jeune homme, je lui offre un sourire.

    De la chance donc ?

    A vrai dire, j’ai un peu du mal à le croire. Lui qui s’est révélé si prévenant depuis notre rencontre aurait donc laissé la qualité des repas aux mains du hasard ?

    Doute.

    Mais cela ne fait qu’agrandir mon sourire amusé. Finissant mon assiette, une lueur de plaisir dans le regard, je jette de petits coup d’œil à Nuhadu qui semble lui avoir perdu tout appétit. Relevant la tête et attrapant un bout de pain, je penche légèrement la tête sur le côté, sourcils froncés.

    Quelque chose semble le perturber.

    Ce qui me rassure est ce petit sourire qui flotte sur ses lèvres. La flamme de joie qui illumine son regard. Rien de grave apparemment. Quand nos regards se trouvent, je me plonge dans le monde de ténèbres que m’ouvrent ses pupilles.

    Profond.

    Je m’y perds un instant. Univers parfait. Obscure et pourtant tellement lumineux. Un grand sourire illumine mon visage.

    Sincère.
    Serein.

    Cela faisait des mois que je ne mettais pas sentie aussi calme. Tranquille. Secouant légèrement la tête, je détourne le regard, amusée. Puis, sauçant mon assiette avec attention, je déguste les dernières miettes de mon repas avant de me lever.


    Lançant un petit clin d’œil à mon amant, je me vers le comptoir, un sourire tranquille au coin des lèvres. M’accoudant légèrement sur le bar, je fais signe au tenancier.

    - Deux choses. Déjà félicitation pour ce bref repas, cela faisait un moment que je n’avais pas aussi bien mangé.

    Ma voix n’est que murmure. Je ne souhaite pas que Nuhadu entende cette petite conversation.

    - Ensuite, je voulais savoir s’il tait possible d’occuper ma chambre une nuit de plus.

    Tout en parlant, je glisse un peu d’argent sur le comptoir, rémunération oblige. Et un sourire. L’homme évite un moment mon regard avant de me rendre un sourire timide. Presque gêné.

    - Je… Bien sûr. Il n’y a aucun problème. Restez autant de temps que vous le souhaitez.

    Lui offrant un sourire de remerciement, je retourne auprès de Nuhadu. Passant derrière lui, je me penche et renifle son cou. Avant de m’écarter, riant.

    - Je ne veux pas vous vexer mon cher mais… vous puez. Si vous connaissez un coin où vous assez laver… Courez-y. Et s’il est tranquille…

    Je rapproche mes lèvres de son oreille, joueuse.

    - Peut-être ferais-je l’effort de vous rejoindre… En souvenir d’une rencontre…

    Un grand sourire nait sur mes lèvres. Mystérieux. Joueur. Joyeux.

    Promesse.

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Dim 24 Juin 2012, 21:13

Les belles prunelles finissent de l’apaiser.
Il sourit tranquillement à la dame et pioche timidement dans son assiette. S'il n'éprouve plus de rancœur pour le repas, son cœur n'a plus d'appétit que pour la dame. Une douce envie de la prendre dans ses bras et d'y trouver le seul sommeil digne de devenir éternel au monde. Un doux désir, si différent de celui qui l'embrasait ce matin. Encore une autre façon d'envisager leur amour, une autre manière pour lui de le rêver.. Et pourtant, elle serait sans doute réticente à cette idée. Il a déjà attesté que les contacts prolongés l'effraient, ou l'incommodent. Même ce matin, alors qu'ils étaient seuls, elle a voulu le fuir, il l'a bien vu, bien sentit, bien souffert.

Il replonge les yeux dans son assiette, peu désireux que ce genre de pensées apparaissent au regard de la jeune femme. Il n'est pas nécessaire que de fugaces instants troublent leurs moments plus qu'un instant. Ils ont encore tant à découvrir l'un de l'autre, l'un avec l'autre. Il a l'éternité pour vivre sa tendre Lacrya, cela vaut bien de savourer le temps en sa compagnie, même si cela signifie étouffer ses désirs.

La délicieuse dame se lève alors, lui laissant un clin d'oeil qui le touche comme un bouffée de chaleur. Il ne pouvait pas prévoir qu'il serait glacé jusqu'au sang l'instant d'après, quand la belle créature s'accoude au comptoir pour entamer une discutions avec le tenancier.
Il serait si facile de le tuer, si facile de réduire à néant cette sensation qui broie son estomacs. Il pourrait aussi se lever, les interrompre. Il pourrait tout aussi bien se mettre à danser sur cette table si le cœur lui en dit ! Mais à quoi bon ? À quoi bon imaginer tout ça, tout ce qu'il a à faire, c'est mangé son assiette et attendre. C'est indigne de son lui de montrer sa jalousie si ouvertement. C'est indigne d'elle, il lui a donné son cœur et sa confiance, pourquoi trahir ces vœux maintenant ?

Il exagère. C'est sûr, il y a quelque chose qui ne va pas dans sa façon de penser. Pourquoi Lacrya n'aurait-elle pas le droit de parler à cet homme ? La seule vérité, c'est qu'il aimerait se croire au centre de son existence, il voudrait être le seul destinataire de chacun de ses regards, simplement parce qu'il ne peut pas envisager de prêter de l'attention à qui que ce sois d'autre quelle. La sentir se séparer si aisément de sa présence pour en côtoyer une autre semble une trahison à l'attention absolue qu'il veut lui offrir, comme s'il espérait en recevoir autant qu'il en donne, comme s'il y avait un équilibre à tenir.. et qu'elle laissait tout voler en éclat...
Mais bien sûr qu'elle le fait ! Elle ne lui doit rien. Il est le premier à l'affirmer et, pourtant, le dernier à le comprendre. Il lui faut une preuve qu'elle est à lui, et c'est de cette façon qu'il veut lui prouver qu'il n'est qu'à elle.

Stupide doute.

Il a confiance en elle. C'est sûr, il ne peut pas envisager de douter de ses sentiments à chaque instants ! Il a seulement peur. Peur de la voir partir.
Après tout, leur amour ne tient qu'à leur mots doux et leurs défis.. rien qu'elle ne puisse faire avec d'autres.

Un frisson courre le long de son dos.
Il le doit au léger souffle qui chatouille sa nuque. Il s'étonne du geste clairement affectueux qu'elle lui offre. Il la pensait plus réservé que cela, mais il apprécie cet élan de tendresse avec un sourire..
Mué en expression de surprise lorsqu'elle s'exclame sur son odeur.

Ce n'est pas très aimable de lui reprocher ce qu'il tient de leur course au dessus des toits d'Al-Poll. Elle même ne doit pas être en meilleure état ! Il se retourne pour le lui faire remarquer, avec une phrase sans doute mieux tournée mais qu'importe, le fait est qu'il n'en a pas le temps. Elle se penche déjà, amenant ses lèvres au plus près de son oreille pour lui abandonner un léger murmure.

- Peut-être ferais-je l’effort de vous rejoindre… En souvenir d’une rencontre…

Il ne sait plus quoi dire, ni quoi penser. Essaie-t-elle de rattraper leur matinée ? Il serait bien dur de ne pas soulever la situation qu'elle lui suggère. Encore plus dur pour lui de ne pas en imaginer le plus beau des enchaînement possible..
Il déglutit difficilement tandis qu'elle s'éloigne de lui avec ce grand sourire.

Doucement Nuha, doucement, il faut se recadrer dans le temps..
Avant d'imaginer, avant de te baigner avec elle, avant de te laver.. il te faut ce coin tranquille.. Dans une aussi grande citée qu'Al-Poll.. et suffisamment grand pour une baignade.. Ce n'est pas une promesse qu'elle lui fait là, c'est un défi qu'elle lui lance. Et le jeu en vaut toutes les chandelles du monde !
Un coin tranquille.. pour trouver de l'eau, chaude en plus, dans les Frontières de glace, il faut forcément rester à Al-Poll, mais il n'y a pas un endroit qu'il puisse considérer de tranquille dans toute cette immense citée. Du moins, suffisamment tranquille pour cela.. A moins de tenter le diable.

Al-Poll s'est non seulement installé sous les montagnes, mais elle y possède aussi un certains nombres de sous-terrains, certains taillés par l'homme et les Dessinateurs, d'autres par la nature elle même. La boisson délie beaucoup de langues et offre nombres d'informations intéressantes, aussi Nuhadu a-t-il déjà entendu parler d'une de ses ouvertures vers le dessous de la ville souterraine. S'il en connaît l'entrée, il n'en a jamais vérifié la contenance. A en croire son informateur, il suffit de descendre plusieurs mètres de parois pour tomber sur des cavernes clairement Dessinées, mais inachevées, sans doute un projet d'approfondissement qui n'a pas abouti. Le fait est que la caverne serait bercé d'une douce chaleur et de la lumière propre à Al-Poll. Il n'avait pas questionné l'homme sur la teneur de la caverne, puisque celui-ci, ayant un peu forcé sur la boisson avait enchaîné par une folle histoire de créatures inhumaines se promenant dans les cavernes.

Quel dommage qu'il ne se soit pas renseigné sur les aménagements de la caverne..
Mais peut-il réellement espérer un bassin dans ces sous-sols inachevés ? Aucune chance ! Non, la réalité c'est qu'il ne peut pas relever un tel défi. Si seulement il était Dessinateur.. ça ne lui aurait pris qu'un moment !
Mais il ne compte pas baisser les bras pour autant ! Pas alors que sa douce dame n'attend que lui.

Le brave jeune homme se lève de la table et tourne ses yeux brillant vers l'envoleuse qui ne cesse de chambouler son cœur et d'aggraver le chaos de ses pensées. Elle lui est si indispensable. Il trouve en elle un écho que ni Libertée, ni aucune de ses autres rencontres, ne peuvent obtenir.

-Je n'ai malheureusement pas ce lieu en tête, mais sans doute pourrions nous le chercher ensemble ?

Ce faisant, il se rapproche d'elle et lui propose son bras. Il lui est bien impossible de se défaire de cette galanterie en sa compagnie et malgré son odeur importune pour la délicieuse dame, il aime la sentir près de lui. Aussi léger que soit leur contact, cela reste pour lui un délice et une torture.
Au fond, tapie dans le jeune homme, Désir ne s'est pas éteint. Comment pourrait-il ? Elle est là ! Si belle avec ses yeux rieurs, ses cheveux blanc, sa peau si pâle et sa fragile stature ! Elle est si forte pourtant ! Elle le surpasse, quel que soit le domaine, elle file loin devant lui. Sa Voie est-elle si différente que celle du jeune homme ? Il lui envie ses geste, gracieux et souples, il aime sa force.

Il serait si facile à cette envoleuse de le briser. Cette pleine confiance, qui met sa vie et son cœur dans les mains de la jeune femme, le réchauffe. Un brasier qui alimente son courage et sa volonté ! Tant qu'elle sera là, il n'y a aucune chance qui tombe.

Le Marchombre et l'Envoleuse, La bête et la belle. Lequel est le plus dangereux pour l'autre en réalité ?

Sans destination précise, il entraîne la jeune femme aux aléas des ruelles. Il paraît presque avoir oublié le but de leur sortie quand il s'adresse à elle, joyeux à en exploser. Pourtant, il cherche.. il n'a pas idée d'où il pourrait trouver son affaire. Calme, c'est le premier point qu'il recherche et qu'il le pousse près du quartier des nobles. Oubliée la caverne, elle n'a que trop peu de chance de répondre à leur désir ! Mais les quartiers les moins peuplés de la ville sont ces grandes villa, qui sous terres dressent leurs murs de pierres ouvragées.

Non seulement, le lieu est calme, mais il sait aussi que seul les personnes les plus riches s'embêtent à obtenir des bassins, ou même des piscines! Ben oui, quand il suffit de demander à un dessinateur de sculpter la pierre, guider l'eau jusqu'à un bassin n'est plus qu'une formalité! Mais pour obtenir de tels services, il faut généralement beaucoup d'argent, ou être le dessinateur! Et pour une raison qui n'appartient qu'à lui, le jeune homme savait pouvoir trouver l'habitat d'une sentinelle ici. Ca remonte un peu, beaucoup même! Sans doute les choses ont-elles changées.. Mais il se rappelait encore de la voix de sa mère, qui lui confiait que ce vieil homme avait pris soin de façonner sa maison, la rendant plus luxueuse et confortable que toutes celles d'Al-Poll! Seulement voilà, son pouvoir immense l'empêchait de profiter pleinement de sa demeure, puisque ses devoirs de Sentinelle l'amenait toujours au loin. Le plus drôle cependant, lui avait confiait sa mère, c'est que jamais il n'était venu à l'esprit de l'homme de protéger sa demeure.

-En même temps, son nom à lui tout seul entoure la demeure d'une protection suffisante!

Elle en avait ensuite rit, étonnée que les hommes s'arrêtent à ce genre de détails, mais c'était plutôt efficace! Sauf si on en connaissait le secret. Et voilà que deux personnes en quête de solitude et de confort dans cette grande ville, s'avance inéluctablement vers la villa de cette Sentinelle surchargée. Il ne reste plus qu'à vérifier que cette Sentinelle ne soit pas là exceptionnellement.. ou qu'elle n'est pas pris sa retraite. Ce serait un manque de bol immense!
Le jeune homme arrive donc au bord d'un beau mur avec sa compagne. Peut-être devrait-il lui confier son savoir.. peut-être pas. Elle en aura bien la surprise, surtout si la sentinelle s'est offert le luxe d'un beau bassin!


-Attendez moi là un moment.. Je m'assure que nous ne serons pas dérangé et je reviens vous chercher!


A croire qu'il a complètement oublié qu'elle peut se déplacer bien plus silencieusement que lui, qu'elle peut disparaître à sa vue en un clignement de paupière.. Qu'elle est tout ce à quoi il aspire tant. Peut-être même qu'elle est à ses côtés, tandis qu'il se laisse tomber de l'autre côté du mur, au milieu de buissons.. au milieu du jardin le plus immense qu'il ai pu voir. C'est un fait, ce Dessinateur voyait grand. Et le bruissement qu'il entend soudain n'est pas pour le déplaire. Une cascade miniature déverse une eau clair dans un grand bassin aux bords sculptés. La mise en scène relève tout bonnement du grandiose.. Mais la maison quant à elle semble encore plus extraordinaire. Pourvu que leur propriétaire (et créateur?) ne soit pas là.. l'occasion est trop belle!

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Jeu 12 Juil 2012, 08:05

    Il hésite. Réfléchit. Cherche. Toujours collée contre son dos, je ris avec douceur avec de m’en détacher. Un grand sourire joueur attaché aux lèvres, je gravite autour de notre petite table pour retrouver ma place avec souplesse. Du coin de l’œil, j’aperçois le chef de la maison nous observer.

    Cependant, aujourd’hui, ce regard ne me gène pas.
    M’amuse plutôt.

    Il fini par se lever, le regard désolé. Plissant les paupières, je reste un moment assise, attendant ses paroles. Qui ne tardèrent guère.

    Décevante.


    -Je n'ai malheureusement pas ce lieu en tête, mais sans doute pourrions-nous le chercher ensemble ?

    Je laisse échapper un soupir silencieux, m’aidant de son bras tendu pour me relever à mon tour. Encore une ballade dans la ville ? Voila bien une chose dont je me serais volontiers passé. Cependant, c’est le petit quelque chose qui brille dans son regard qui me fait céder.

    Une légère lueur mystérieuse.

    Peut-être a-t-il finalement une idée en tête. Ce jeune homme s’est montré, depuis hier soir, plein de surprises. Pourquoi cela s’arrêterait-il ici ? Un petit sourire nait sur mes lèvres. Après tout, autant se laisser guider.

    Se laisser guider…

    Cela doit être la première fois que je me soumets totalement à quelqu’un. Le laisse choisir notre destination. Notre programme. Je ne suis aujourd’hui que victime de cet amour pour lui. Et pour une fois, cela me plait de ne rien avoir à faire.

    A part profiter.
    Et m’étonner.

    Nous marchons un long moment dans la cité souterraine, Nuhadu entretenant la conversation, moi, laissant balader mon regard sur les extraordinaires constructions. Je ne lâche que quelques mots durant le trajet, un bras discrètement enroulé autour du sien. Lentement, l’environnement commence à se muer autour de nous. Le petit quartier modeste où nous logeons et ses basses maisons laissent place à des structures plus grandes, imposante. Les rues s’élargissent, s’ornant de pavé.

    Puis d’immenses villas apparaissent. Grandioses et puissantes. Le quartier riche ? Pourquoi m’amener ici ? Je tourne un regard interrogateur à Nuhadu qui ne me répond que d’un mystérieux sourire. A quoi bon chercher avec lui ? Quand il détient quelque chose, il le laisse rarement filer aussi facilement. Je me résigne donc à le suivre jusqu’à un mur d’enceinte.

    Gigantesque.


    - Attendez-moi là un moment... Je m'assure que nous ne serons pas dérangés et je reviens vous chercher!

    Mes yeux s’ouvrent cette fois en grand. Déranger ? Attendre ici ? Alors ça, il en est hors de question. Je déteste poiroter ainsi. J’ouvre la bouche pour protester mais il a déjà commencé l’escalade de la paroi légèrement rugueuse.

    Laissant échapper un long soupir, je le regarde grimper avec souplesse bien qu’une pointe de maladresse habite encore ses mouvements. Quand il disparait enfin de l’autre coté, je me mets en mouvement, escaladant à mon tour l’immense paroi. Sautant avec souplesse et silence sur le sol, je me faufile dans son dos sans qu’il ne me voie et entreprends de faire le tour de l’immense demeure.

    En réalité, elle me rappel la maison de mes parents. Démesurée. Riche. Le contact du marbre sous mes doigts me tire un léger frisson, mes souvenirs remontant avec force. Tout cela est si loin… 11 ans. Onze longues années.

    Marchant avec lenteur, je parcoure l’immense bâtisse avec lenteur, me perdant un moment dans les méandres de ma mémoire avant qu’un bruit n’attire mon attention, un bruit de pas. Léger.

    Me glissant dans un coin, je vois une personne débouler dans la salle.

    Avant de m’apercevoir qu’il ne s’agit que de Nuhadu inspectant les lieux. Un léger rire s’échappe de ma gorge tandis que je disparais dans une autre pièce, silencieuse comme une ombre.

    Après quelques minutes, je débouche sur un magnifique jardin. Au centre se trouve une magnifique cascade artificielle s’écoulant dans un bassin des plus raffiné.

    Sublime.

    Sans même attendre mon compagnon, je me déshabille entièrement et plonge avec souplesse dans l’eau. Quand je crève de nouveau la surface, Nuhadu se trouve au bord.


    - Belle trouvaille.

    Mes paroles sont légèrement moqueuses. Amusées. Puis, lui offrant un sourire plein de défi, je plonge de nouveau, nageant avec souplesse jusqu’à la cascade.

    Souvenirs.
    Encore.


[Désolée cette longue attente et la qualitée miteuse de ce Rp...]

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]   Sam 14 Juil 2012, 09:49

Son cœur bat à la chamade tant ce qu'il entreprend est bien plus audacieux que de coutume. Jusqu'à présent, il ne s'était jamais moqué si ouvertement des lois et surtout pas de la propriété des gens, mais ce qui faisait s'agiter son cœur et poindre en lui un peu d'inquiétude, c'est qu'il s'agisse de la demeure d'une Sentinelle ! Non mais il faut déjà être fou pour braver la colère de ces gens, mais qu'est-on quand on se prélasse dans leurs demeures à leur insu ? Surtout que fouiller la maison ne lui apportera aucune certitude absolue.. Le pas sur le côté est d'une traîtrise !
Allons, il y a fort à parier que la Sentinelle ne remettra pas les pieds ici avant un certain temps.. pour la seule raison qu'il en fait la prière muette aux vents. Mais avant de se reposer sur la coopération du vent, il faut qu'il s'assure que la Sentinelle ne profite pas d'un bon congé dans sa magnifique demeure ! Sans même se rendre compte qu'une autre présence rôde dans la villa, le jeune marchombre approche la maison en se coulant d'ombre en ombre, évitant de se montrer devant une fenêtre.

Le résultat n'est pas fameux, car par soucis de ne pas faire attendre sa dame il se presse. Heureusement, il découvre la demeure vide de toute vie en plus de toute protection élémentaire.. Les noms garantissent vraiment une telle sécurité ? En fait, maintenant qu'il y pense, jamais il n'a connu le mot cambriolage quand il était petit, pas plus qu'on ait déjà pénétré sa demeure de force. Elle était loin, bien loin d'afficher un tel luxe cependant. Mais son ancien nom était source de protection et de respect. C'est fou, l'empire entier fonctionne sur des images et des impressions ! L'empereur pourrait avoir un visage de paysan potelé qu'il n'en resterait pas moins le maître de tout les autres paysans.. Fou.

Pourtant, en parcourant la demeure, Nuhadu a la désagréable impression d'avoir loupé quelque chose, même d'entendre des choses qui ne sont pas, notamment un rire légers qui un instant après s'être élevé disparaissait dans le néant, ne restant qu'un souvenir incertain.. Une maison riche, délaissée par son propriétaire et hantée ? Avec un sourire, le Marchombre se dit que l'esprit de cette demeure doit être la jolie dame qui n'a pas su attendre à l'extérieur. Il ne la cherche pas, puisqu'il la sait capable de se masquer à sa vue, même ici. Après tout, il est venu pour un bain avec elle et tout ce dont ils ont besoin pour cela se trouve dans le jardin. Suivant les clapotis de l'eau, Nuhadu s'en retourne dans le magnifique jardin et découvre une silhouette qui sous l'eau évolue telle un poisson (en l’occurrence, telle une sirène Wink ). Avec un grand sourire, il s’accroupit au bord de l'eau pour contempler ce qui lui semble être la créature la plus merveilleuse qu'il n'ait jamais vu.

Lacrya émerge alors dans une gerbe d'éclaboussure, joyeuse et rayonnante, belle et sans autours. Nue, devant lui, pour la première fois. Les yeux du jeune homme brillent de grands éclats émerveillés et il ne lui en faut pas plus que ce sourire pour se décider à la rejoindre. Les habits du marchombre rejoignent le sol et ceux de la belle et leur propriétaire se laisse glisser dans les remous d'une eau fraîche qui lui tire quelques frissons de bien être. Étrange qu'on puisse tant apprécier la douceur de l'eau quand le soleil ne tape pas sur notre peau. Cependant, plus que les bienfait des gouttes, il recherche les bras de la belle et ce sourire qui lui valut milles frémissements quelques secondes plus tôt. Toutes ces merveilles qu'elle garde malicieusement près de la petite cascade, hors de sa portée. Pour le moment.

Le jeune homme plonge à son tour dans le monde des bulles où tout est bleuté. Ici pas, pas de courants à contrer. En réalité, voici longtemps qu'on ne lui a pas demandé de jouer avec des cours d'eau, plus depuis Raven. Mais il sait bien que Libertée s'en chargera, elle ne lui laisse jamais aucun répit tant qu'elle le tient ! Ce sera sûrement une phase du prochain cours. En attendant, il sait évoluer dans l'eau, même s'il manque de grâce et peut-être d'efficacité, il sait comment ça marche, il a déjà eut l'occasion de se prélasser dans des lacs.. sous des cascades aussi.
Pouvait-il rêver mieux ?
Son cœur tambourine plus fort encore, lui ravageant la poitrine. Lacrya semble apprécier le lieux. Il ne reste plus qu'à cueillir la jeune femme pour être comblé. Et lorsqu'il sort de l'eau devant elle, même s'il se doute qu'elle s'échappera de ses bras, même s'il sait qu'elle se jouera de lui un certain moment, il a la joie de la voir pleine de joie et défaite de sa gêne devant lui.

Par tout les poils de la divine barbe de Merwyn ! Faîtes que cette Sentinelle ne vienne pas surprendre ces deux jeunes gens nus dans son bassin!

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un rp aux chandelles. [PV Lacrya]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Diner aux chandelles [PV Ion]
» INTRIGUE - "à la lueur des chandelles."
» LA COLOC AUX CHANDELLES
» [TUTO] Faire des bougies
» Le Bon, la Brute et la Truante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Nord :: Al-Poll-
Sauter vers: