AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Groupe Vifé - Cours n°3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Groupe Vifé - Cours n°3   Mer 25 Avr 2012, 19:01

Libertée essora ses longs cheveux blonds dans son dos, à pleines mains. La longueur de ces derniers faisait qu’elle avait du mal à les sécher, mais l’avantage qu’elle avait, c’était qu’elle pouvait aussi le faire sans les mains. Cependant, quand ils étaient mouillés, ils étaient un peu plus lourds, et donc un peu plus difficiles à contrôler. Jetant un coup d’œil alentours pour s’assurer qu’il n’y avait personne qui la regardait, elle laissa alors sa greffe se diffuser en elle et serra ses cheveux sur eux-mêmes aussi fort qu’elle le put, les essorant d’un sacré volume d’eau.
L’onde coula lentement sur son corps nu, et elle frissonna doucement. Son regard se perdit dans la contemplation de la lisière de la forêt, alors qu’elle tendait l’oreille. Se lavant tranquillement, elle ramena ses cheveux sur le sommet de sa tête dans un chignon négligé – et sans les mains – et frotta sa peau pour en enlever la crasse et la transpiration qui s’y étaient incrustés durant la journée de la veille.

Cela faisait quatre jours qu’elle avait quitté Nuhadu au camp d’entraînement, à la suite de ses deux petites épreuves pour son examen. La prochaine étape, pour lui, serait l’Oulan-Kil. Elle n’en revenait pas. D’un côté, bon, et bien elle ne l’avait pas eu au berceau, elle n’était pas son Maître depuis le début, donc cela changeait déjà pas mal de choses. Mais elle ne doutait pas une seule seconde qu’il parviendrait à surprendre tout le monde !

Dans un soupir, elle sortit de l’onde du lac, plus petit que celui de Chen, et s’allongea dans l’herbe tiède de ce début de matinée, se laissant réchauffer et sécher par le soleil qui se levait à l’horizon. Un monde de sérénité et de tranquillité se posa sur elle, et elle sourit tranquillement. Fermant les paupières, elle somnola quelques minutes, le temps que sa peau ne soit plus humide, avant d’enfiler ce qui lui servait de vêtements maintenant que le beau temps était revenu : un short court, un bandeau sur la poitrine, et elle se sentait libre de ses mouvements, parfaitement à l’aise sous les regards que pouvaient lui lancer les hommes dans une telle tenue. Elle les provoquait, d’un côté.
Non qu’elle veuille provoquer Nuhadu, loin de là. Mais elle avait détecté quelque chose, lors de l’examen, qui l’avait étonnée. Comme un écho dans le regard de l’apprenti, qu’elle n’avait pas eu le temps de saisir. Sans doute avait-il une Belle dans son esprit, une Lune, comme il l’avait suggéré…

Un sourire sur le visage, Libertée mit d’un geste de la main ses cheveux dans son dos, avant de les ramener dans une haute queue de cheval. Prête, elle se tourna vers la direction de l’Académie. Elle avait donné rendez-vous à Nuhadu dans les écuries deux heures après le lever du soleil, et c’était bientôt l’heure. A elle d’y aller aussi, maintenant !
Les écuries… Elle avait bien ce cheval, qu’elle avait récupéré pour rattraper Nuhadu et ses anciennes camarades, qui l’attendait dans les écuries. Mais elle ne pouvait pas le considérer comme le sien ; après tout, elle n’avait pas particulièrement d’affinités avec ce dernier, et elle n’en avait jamais vraiment eu avec un quelconque cheval.
Elle préférait courir.
Pourtant, il était indispensable que Nuhadu sache se débrouiller sur le dos d’un canasson, et donc ils partiraient à cheval, bien évidemment. Il avait encore des choses à voir sur sa monture, et elle avait des trucs à lui montrer qui l’enchanteraient sûrement. Son avidité d’apprendre et de connaissances était grandement appréciée par Libertée, qui ne cessait de lui en donner plus à ingérer.

Où allaient-ils partir cette fois-ci ?
Au Nord, toujours, mais bien plus haut. Elle avait pour projet de monter au moins jusqu’à la Citadelle, et peut-être même plus haut si c’était possible, et selon l’état de Nuhadu et du temps qu’ils mettraient à y aller. A dos de cheval, sans s’arrêter, il fallait bien une semaine pour s’y rendre, en longeant le Pollimage. Libertée n’avait pas l’intention de longer l’immense fleuve, et donc il leur faudrait sans doute un peu rallonger ce temps de référence. Et étant donné qu’ils ne feraient pas que chevaucher, ils pouvaient rajouter au moins trois jours de plus. Donc quinze jours pour y aller, grosso modo, quinze jours pour revenir… sans compter le temps qu’ils y passeraient, tout simplement. Et elle ne comptait pas juste s’y arrêter pour dire bonjour !

Arrivant devant les grandes portes des écuries, la jeune femme sourit à son apprenti qui l’y attendait.


- En route pour de nouvelles aventures ?! Allez, du nerf, on part à cheval !

Joignant le geste à la parole, elle s’engouffra elle-même rapidement dans le bâtiment, pour s’occuper de sa propre monture. Elle ne lui avait même pas donné de nom, depuis la dernière fois ! Le hongre l’attendait tranquillement, et passa même la tête par-dessus la porte de son box pour la saluer. Alezan tout ce qu’il y avait de plus banal, il n’inspira pas beaucoup Libertée, qui finit par lancer un « Roux, tu t’appelleras Roux » sans grande conviction. Elle le pansa tranquillement, le sella et le harnacha rapidement, pour sortir à l’extérieur avec Roux en main.
Elle n’eut pas à attendre Nuhadu très longtemps, et le garçon la rejoignit rapidement.

Ils grimpèrent donc en selle souplement, et Libertée mit Roux au pas, sans se presser. Un sourire sur les lèvres, elle fit passer une mèche de cheveux derrière son épaule, et lança un regard amusé à Nuhadu.


- Alors, tu as fait des rencontres intéressantes ?

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Jeu 26 Avr 2012, 09:26

Passé !

Que dire de plus ? RIEN !
Même mieux que rien ! Il est tellement heureux qu'il s'est donné deux jours de purs repos ! Deux jours à ne rien faire d'autre que contempler la lune et se promener avec Kishi aux alentours de l'Académie. Et puis à se promener dans l'Académie aussi ! A saluer les petits nouveaux qu'il n'a pas vu arriver du fait de ses absences, à chercher du regards des têtes connues qui devaient sans doute être de voyage, puisqu'il n'a reconnut personne. Il a aussi guetté le vif bleu des cheveux de la fameuse Syndrell. Heureusement, ou pas, il ne l'a pas rencontrée. Qu'aurait-il pu lui dire.. que lui aurait-elle dit ? Il vaut sans doute mieux qu'il ne croise pas une telle source d'ennuis !

Le fait est qu'il a pu se reposer et même envisager une grasse matinée ! Le calme de l'Académie à finit par le convaincre qu'il n'y avait aucune source d'inquiétude. Lacrya est à lui, et aucun Marchombre n'aura quoique ce soit à y redire, quand aux Envoleurs, il sait sa dame capable de leur clouer le bec. Ainsi, il n'a pas d'autres soucis que de finir sa formation, à part peut-être celui de retrouver Lacrya. Mais où et quand ? C'est une autre histoire ! Une histoire qui viendra en temps voulu ! Pour le moment, il est devant une écurie.
Appuyé nonchalamment contre un mur, la tête baissée pour que ses tresses lui masque le soleil, il attend que son maître passe et l'entraîne avec elle dans de nouvelles péripéties. Serein et paisible. Il sait que ça risque de changer dès qu'elle arrivera, elle est du genre à bouger dans tout les sens ! Mais au fond, c'est un peu ce qu'il apprécie chez elle, il n'y a plus besoin de se retenir quand on est avec une folle. On se lâche et on ne perd pas trop de temps avec les doutes. Une vie plus simple en somme.

- En route pour de nouvelles aventures ?! Allez, du nerf, on part à cheval !

L'apprenti lève les yeux vers la voix qu'il ne manque pas de reconnaître. Libertée semble déjà emballée par l'idée de partir, même si elle ne lui a pas encore précisé où. Que va-t-elle lui faire faire durant ce trajet ? Ah ! Peut-être qu'ils vont escalader un peu ! Ça fait un moment qu'on ne lui a pas opposé de parois affreusement abruptes à gravir ! Non mieux ! Elle va lui bander les yeux et lui demander de sauter d'arbres en arbres... euh non, la connaissant un peu, elle lui demanderait de l'attraper en en profitant pour tirer sur ses tresses de tout les côté.. mauvaise idée. Alors qu'est-ce qu'elle va bien pouvoir lui faire faire cette fois ?
Impossible de deviner. Il n'a plus qu'à la suivre pour le découvrir.

L'écoutant, il s'engouffre à sa suite pour retrouver Kishi. Le préparer n'est plus qu'une habitude pour lui, tant il s'est attaché à lui, tant il ne peut plus espérer voyager sans lui. Il faudra qu'il le rachète à l'Académie.. encore que le plus simple serait de leur offrir un autre cheval en échange. C'est bien beau de se le réserver comme ça, mais rien ne garantit qu'on ne viendra pas lui prendre son étalon dès qu'il aura le dos tourné. Il aime trop ce cheval pour vouloir le partager ainsi, raison pour laquelle il en deviendra le légitime propriétaire dès que possible.
Décidément, Adwyn avait milles fois raisons.

Il sort donc à la suite de Libertée et de Roux, bien que ce nom ne semblait pas devoir durer bien longtemps puisque Libertée ne s'était pas montrée bien joyeuse en l'annonçant. D'ailleurs, c'est peut-être la seule fois que Nuhadu ne voyait pas son maître folle de joie, si l'on oublie leur rencontre pour le moins abrupte. Il ne s'était pas montré fort sympathique avec elle, et il le regrette encore. Son maître est une personne formidable, bien que folle et épuisante à suivre. Il peut s'estimer chanceux de l'avoir pour maître alors que son niveau à leur rencontre n'était guère engageant. Elle aurait pu réclamer son propre élève et jeter l'éponge !
Mais elle est là, avec lui.

Reconnaissance.

Le départ est calme, posé. Pas à l'image de la jeune femme qui sur le dos de son cheval se tortille pour l'observer. Nuhadu lève les yeux au ciel, préférant contempler les nuages que de trop s'atarder sur la tenue un peu trop légère de son maître. Il devine déjà qu'il va lui falloir s'y habituer, puisqu'elle ne semble pas apprécier la chaleur, ou plutôt l’apprécier à sa manière.

- Alors, tu as fait des rencontres intéressantes ?

Question bien étrange dans la situation présente. S'intéresse-t-elle à son passé ? Quand il redescend les yeux sur elle, son regard brillant (comme toujours ?), presque moqueur, le titille. Elle ne pose pas cette question innocemment, mais il serait bien en peine de deviner ce qu'elle attend de lui.


-Je dois dire que je suis le roi des rencontres, inattendues plus qu'intéressantes. D'ailleurs, se sont souvent des bêtes qui font leur apparition là où je passe, juste quand je passe. Je dois être appétissant.. Tu me mangerais toi?

A lui de se moquer un peu, parce qu'il sait que son maître est une femme qui aime jouer avec les hommes. Il a eut le temps de la voir torturer ces pauvres Rêveurs qui n'aspiraient qu'à la paix avant de croiser son regard, et de se reprocher d'avoir dévié les leurs. Pas plus dangereux qu'une femme qui connaît son pouvoir sur les hommes. Sans doute que son statut d'apprenti lui vaut d'être épargné par les assauts charmeurs de son maître, mais les autres hommes n'ont sûrement aucune chance de se tirer de ses filets. Il y est des femmes qu'on ne repousse pas aisément, et des femmes qu'on ne repousse pas, tout simplement.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Ven 27 Avr 2012, 09:59

Tu me mangerais toi?

Libertée éclata de rire. Elle ne savait pas trop si Nuhadu avait capté le double-sens de sa question, mais elle décida de faire comme si : après tout, il n’était pas stupide, et savait très bien comment elle se comportait avec les hommes ! Il avait pu le voir, avec les Rêveurs, et puis, elle ne cachait pas vraiment sa lubricité, c’était un fait. Pour quoi faire ? Elle s’assumait entièrement, et n’avait pas honte de ce qu’elle faisait et était.

- Plutôt deux fois qu’une, si cela ne tenait qu’à moi !

Lui adressant un clin d’œil de connivence, enjôleur aussi, Libertée reprit cependant son sérieux – si on pouvait parle de sérieux, avec elle. Nuhadu était son apprenti, et si elle ne pouvait nier qu’il était plutôt bien foutu et attirant, elle ne pouvait pas se permettre de faire quoi que ce soit avec lui ; elle ne l’aurait pas toléré elle-même. Elle avait quand même des principes ; et son propre Maître n’avait-il pas attendu la fin de son apprentissage pour lui demander son avis ? Ils avaient finalement couché une seule fois ensemble, et cela avait été merveilleux. Mais une fois, cela suffisait pour Libertée : elle avait déjà été liée trois ans avec son Maître, être liée autrement ne lui aurait pas convenu. Elle avait juste profité de la bonne opportunité. Cela ne s’était plus reproduit, et son Maître l’avait compris.

Dans un soupir, la marchombre lança un nouveau clin d’œil à son apprenti, avant de serrer ses mollets autour des flancs de sa monture pour la faire passer dans un galop effréné. Lançant un cri au ciel, Libertée lâcha même ses rênes pour étirer ses bras de chaque côté de son corps, dressée sur ses étriers, avant de tourner le regard vers Nuhadu, qui suivait lui aussi sur Kishi. Ils galopèrent juste assez longtemps pour que cette sensation de liberté s’imprègne totalement de chaque muscle de la jeune femme, qu’elle sente le vent jouer dans ses cheveux sans plus s’arrêter ; sensation d’envol…

Se retrouvant au trot, finalement, Libertée lança un nouveau jeu : tenir le mieux possible en selle. Elle s’amusa donc à pousser Nuhadu, à le déséquilibrer d’une manière ou d’une autre. Prendre une branche pour le frapper avec ? Aucun problème. Il devait manier Kishi et faire attention à elle en même temps. Et ses assauts étaient virulents, elle s’amusait comme une petite folle elle-même : le hongre qu’elle montait semblait connaître ce type de combats, et réagissait de lui-même quand Nuhadu passait à l’attaque à son tour. Après, elle s’amusa à saisir des pommes de pin et à les lancer sur le jeune homme et sur la croupe de son cheval. Elle l’attaquait par devant, par derrière, sur le côté, vive comme un feu follet.

Quand apprenti comme maître furent en nage, elle arrêta donc momentanément l’exercice en riant aux éclats.


- C’est fatiguant hein ? Faire attention à soi, à son cheval, manier ce dernier en même temps, réussir à ne pas se faire avoir et à mieux attaquer pour mieux se défendre… Beaucoup de choses auxquelles il faut penser !
Faire attention à tous les détails… Les détails sont des raccourcis, toujours. Il faut les suivre pour avoir une longueur d’avance sur son adversaire… Un temps d’avance, basé sur l’instant présent ; en prenant en compte les instants précédent et en pensant au futur. Un équilibre précaire, mais qui permet d’avoir cette réactivité… Ces réflexes qui sont nous !


Olah, dans son enthousiaste, elle s’était peut-être un peu emballée. Mais au pire, Nuhadu poserait ses question, et au mieux, il avait peut-être compris en gros et saisirait les subtilités en pratiquant encore et encore. En montant vers le Nord, Libertée savait qu’ils allaient croiser un terrain d’entrainement de tir à l’arc, presque à l’abandon. Elle demanda donc à Nuhadu de prendre son arc et quelques flèches, car il allait tirer à cheval. En effet, ils traversèrent bientôt le camp en question, et la jeune femme arrêta sa monture.

- Commence avec l’arrêt. Quand tu plantes cinq flèches d’affilée où tu veux, tu passes au pas… et ainsi de suite. Le plus compliqué reste le galop, car le cheval a un réel mouvement de bascule. Je te demanderai de réussir juste deux tirs à la suite, au galop. Et évidemment, il va falloir que tu ailles chercher tes flèches entre temps !

Lui tirant la langue, Libertée descendit de cheval pour s’allonger dans l’herbe, sur le ventre, et regarder son apprenti se débrouiller, lui donnant des conseils au passage… Mieux accordé à son arc, à son cheval, équilibre, prendre en compte le vent, l’extérieur…

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Ven 27 Avr 2012, 15:53

Une question comme les autres, un peu plus osée que d'autres, mais une question amicale, légère et dénuée de tout autre but que l'humour. Une question qui fait mouche aussi, amusant son maître et la secouant d'un éclat de rire.
Voilà ! C'est ça ! On peut se permettre d'oser avec Libertée, pas seulement parce que c'est son maître, mais parce qu'elle ne s'offusque de rien. Les joueurs sont ainsi, ils savent gagner avec élégance, perdre avec le sourire victorieux et ne s'énervent pas. Ils savent retourner toutes les situations en leur faveur ! C'est ce qu'il a l'impression de trouver chez son maître et qu'il sent en lui même, un peu leur point commun. Mais était-il aussi joueur avant de la rencontrer ? Quand il était sous l'aile de Roy...
Roy..
Oh! Bon sang ! Il l'avait oublié celui-la ! Roy le mercenaire qui lui a offert ses lames jumelles et l'a entraîné sur les routes quand il n'était qu'un petit fugueur pleins de rêves et promit à mourir très vite ! Ah, mais c'est une honte qu'il n'y ait pas repensé plus tôt ! Il a quand même passé un temps fou à se chamailler avec lui où à se prendre des coups de bâtons, et plus tard d'épées, lors de leurs innombrables séances d'entraînement ! Cet homme est un virtuose des armes ! Pour un peu, on l'aurait dit Thül, mais sa carrure est nettement moins imposante et surtout il est moins grand que la moyenne des hommes roux. Tient, d'ailleurs il est brun. Et puis, son regard calculateur en combat lui a aussi valut d'être comparé aux Frontaliers, mais Nuhadu n'a jamais pu jaugé si ces rumeurs étaient fondées. Le fait est que cet homme, dépourvu d'origines guerrière apparemment, a prit en main la toute première formation de Nuhadu, en tant qu'homme libre du moins.
Mais ne nous méprenons pas. A côté d'un marchombre, même s'il reste incroyablement fort, il est rustre au possible ! C'est là que le doute s'insinue en le jeune marchombre, car il se prenait souvent en joutes verbales avec lui.. mais il fallait souvent oublier les sous-entendus pour courir sur de simples insultes, joliment formulées en général puisque Roy était homme de lettre aussi.

Pourquoi ses pensées sont-elles si chaotiques quand il repense à Roy ?
Non mais regardait plus haut ! J'ai beau essayer d'y mettre de l'ordre, c'est purement un tas illisibles de pensées qui s'enchaînent sans raisons !
Peut-être en partit parce que ce guerrier et toute sa troupe, sont les rois du bordel sous toute ses formes ! Le seul moment qui puisse devenir parfait avec eux, c'est le combat. C'est tout ce à quoi ils prêtent le sérieux.
Un joyeuse bande qui lui manque un peu. Comme une part de sa vie. Comme sa famille d'un côté.

- Plutôt deux fois qu’une, si cela ne tenait qu’à moi !

La réponse de son maître gagne les lèvres de l'apprenti d'un grand sourire ironique, prenant la réponse pour un simple retour de boutade. Il n'y a rien d'envisageable entre un maître et un élève pour lui, raison pour laquelle l'idée ne l'effleure pas et s'il lui en fallait une autre, ce serait simplement le clin d'oeil de son maître qui lui témoigne tout l'humour qui accompagne sa phrase.
Aurait-ce été le même effet si elle n'avait pas été son maître ? Malgré tout l'amour qu'il porte à Lacrya, il y a fort à croire que ce n'est que par respect pour ce lien qui l'unit à son mentor qu'il ne laisse pas son imagination dériver si facilement. Et encore, quand elle se présente sous une tenue si légère, il faut qu'il fasse appelle à toute sa volonté pour que son esprit ne dérive pas sur un sentier plus gênant qu'autre chose.
Les Dessinateur ont-ils tant de problèmes avec leur Imagination ? Leur arrive-t-il aussi de dériver sur une Spire qui les mène à une pensée trop audacieuse pour qu'ils osent la dessiner ? Il doit y en avoir qui osent. Encore heureux qu'ils ne puissent pas dessiner d'êtres humains ! Il y en a qui en profiterait pour se faire des harems !
C'est quand même la belle vie, Dessinateur...

Ne pas penser des âneries pareilles ! En plus, il y a sûrement des dessinateurs qui tueraient pour sa place ! Et pas seulement parce qu'il se balade avec une magnifique jeune femme absoluement pas prude ! Parce qu'il peut vivre son rêve en plus de l'imaginer.
Pleinement !

Comme pour répondre à cette pensée, Libertée les entraîne dans un puissant galop, fendant le vent avec extase. Loin d'exprimer son ravissement aussi ouvertement qu'elle, il se penche en avant pour épouser la forme de Kishi. Le vent qui fait virevolter ses tresses est bien sympathique.. mais la force et l'effort que le cheval développe pour lui sont des cadeaux qu'il apprécie mille fois plus ! Son compagnon lui donne de plus en plus de lui même, moins retissant qu'avant et même s'il garde ses instants paresseux, il quitte cet état plus facilement qu'auparavant.
Il est en train de devenir gaga.. ce n'est pas bon du tout ça ! .. Mais ce cheval est trop génial..
Passons..

Son maître est une folle qui ne tient pas en place. C'est déjà dit, mais on ne le dira jamais assez.
Elle ne trouve rien mieux que d'essayer de le jeter à bat de son cheval ! Gamine, pense-t-il.. deux secondes avant de contre-attaquer, un sourire carnassier aux lèvres. Ils se sont bien trouvés ces deux là ! Encore que Nuhadu en souffre le plus !
Elle ne fait preuve d'aucune pitié, allant jusqu'à se munir d'une branche pour gagner en allonge. Qu'elle folle idée d'essayer d'esquiver des assauts quand on est à cheval ? Surtout que Kishi interprète la moindre torsion du buste comme un ordre ! Il en arrive finalement à lâcher les reines pour tenter de tenir sur son cheval tout en le guidant à la seule pression de ses genoux.. le résultat n'est pas très concluant !
Au moins, il est plus libre d'éviter les attaques de Libertée qui virevolte avec son hongre comme s'il n'était que ses jambes ! .. Il lui reste vraiment encore beaucoup à apprendre. Et de coup à prendre aussi ! Mais ces coups, il les sent bien. Justement parce que cet enseignement ressemble à celui de Roy.
*Parce qu'il n'y a qu'en te frappant que je saurais que tu pourras frapper. Il n'y a qu'en versant ton sang que je saurais que tu n'as pas peur de le faire couler.*
Tous des fous. Formidables.
Quand la dernière pomme de pin lui tombe sur la tête..
Ah parce que oui, elle est assez tarée et dégourdie pour trouver des pommes de pins à lui jeter sur la tête. Pire ! A jeter sur son pauvre Kishi qui a rien demandé ! C'est limite s'il n'entraîne pas son cheval dans des fuites désordonnées pour essayer d'éviter les projectiles. Ils doivent bien drôles à observer tient !
Enfin bref, quand les dernières pomme de pin lui tombe sur la tête (c'est qu'elle vise bien en plus !), le marchombre est à bout de souffle. Même si c'est Kishi qui a couru en trimbalant un abrutit faisant des singeries, il s'est beaucoup dépensé pour ne pas se prendre trop de bleus. C'est à peine s'il parvient à respirer de manière régulière et la sueur perle sur ses vêtements. Ça promet d'être un voyage mortellement épuisant s'il commence comme ça !

- C’est fatiguant hein ? Faire attention à soi, à son cheval, manier ce dernier en même temps, réussir à ne pas se faire avoir et à mieux attaquer pour mieux se défendre… Beaucoup de choses auxquelles il faut penser !
Faire attention à tous les détails… Les détails sont des raccourcis, toujours. Il faut les suivre pour avoir une longueur d’avance sur son adversaire… Un temps d’avance, basé sur l’instant présent ; en prenant en compte les instants précédent et en pensant au futur. Un équilibre précaire, mais qui permet d’avoir cette réactivité… Ces réflexes qui sont nous !


Il approuve instinctivement d'un mouvement de tête, mais au fond il n'a pas tout compris. Il lui paraît presque normal de ne pas la comprendre au premier coup, mais c'est surtout qu'il est trop fatigué pour se casser la tête.. et qu'il n'a retenu que quelques mots : Détails égal raccourcis, Temps d'avance dans le présent, se basant sur le passé pour agir dans le futur. Tomber égal réagir vite... le tout réflexes.. Incompréhensible.


Bah ! Elle le forcera à mettre en pratique à un moment ou un autre, il n'a pas vraiment à se soucier de comprendre maintenant. Il a surtout besoin de souffler un peu, et Kishi aussi ! Ils profitent joyeusement de l'allure posée que leur laisse enfin le terrible maître.

Leur route ne dévie pas du nord. Il commence à en avoir une certaine notion vis à vis du déplacement du soleil, c'est bien plus pratique de pouvoir se repérer de n'importe où ! Apparemment, la journée n'est pas finie, puisqu'il va avoir à faire un peu de tir à l'arc. Rien de bien fâcheux ! Toutes les occasions sont bonnes pour prendre le magnifique présent Faël ! Maintenant qu'il peut bander aisément l'arc blanc, il ne compte pas se faire prier pour le faire ! Il n'a juste pas encore idée de ses cibles... et surtout pas de la raison pour laquelle il doit tenir un arc à cheval !


- Commence avec l’arrêt. Quand tu plantes cinq flèches d’affilée où tu veux, tu passes au pas… et ainsi de suite. Le plus compliqué reste le galop, car le cheval a un réel mouvement de bascule. Je te demanderai de réussir juste deux tirs à la suite, au galop. Et évidemment, il va falloir que tu ailles chercher tes flèches entre temps !

.. Bourreau !
Il aimerait le lui dire, conscient qu'il pourrait parfaitement passer des heures à s'exercer ainsi, avant d'arriver à quoi que ce soit, d'autant plus qu'il espérait fortement pouvoir se reposer sur le dos de Kishi..
Mais ce cheval ne trouve rien de mieux que de répondre à l'excitation qui enrobe la voix de Libertée par encore plus de bonne volonté.. Traître !
Il n'a plus le loisir de refuser maintenant.
Il se saisit donc de 5 flèches.
Il les plantera toutes dans le même essaie, et puis c'est tout !

Le terrain était visiblement fait pour ça à une époque, peut-être encore mais plus très bien entretenu. Le fait est qu'il reste trois cibles de belles taille, alignée devant une piste assez large pour qu'un cheval pu s'amuser et faire des allez-retours comme bon lui semble ! A croire que rien n'est dû au hasard avec la Marchombre qui s'installe dans l'herbe nonchalamment. Parce que forcément, pendant ce temps elle va se reposer.
Monde cruel ?

Sourire.
Il peut jouer avec son arc lui !

Il a mal au bras quand enfin il plante sa deuxième flèche dans la cible. Pas qu'aux bras d'ailleurs ! Il a passé tellement de temps à essayer de tenir au galop sans les mains que ses abdominaux sont en feux et ses cuisses sont peut-être en sang tient !
Il intime l'arrêt à Kishi en desserant les genou et posant une main sur son encolure. La brave bête ne se fait pas prier, son enthousiasme envolé au bout de l'heure et demi (au moins!) de travail acharné. Il n'est franchement pas fier du résultat, la première série était un vrai désastre, avec des fois le cinquième tir qu'il ratait bêtement ! Et le mouvement pas plus fameux du tout au contraire.
Il prend le temps d'attacher l'arc à Kishi, avant de se laisser purement et simplement tomber dans l'herbe grassouillette, réclamant le repos.

Rien de plus que le repos!

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Ven 27 Avr 2012, 17:35

Oui, Libertée était folle.
Et fière de l’être !
Qu’y avait-il de plus triste que de se contrôler sans cesse, sans laisser s’extérioser sa bonne humeur ? La bonne humeur et le sourire étaient contagieux, voilà le principe de base de la jeune femme, et elle aimait les distribuer autour d’elle. Généralement, cela fonctionnait bien, et dans le pire des cas, cela adoucissait quand même pas mal les personnages. Quand une jolie donzelle venait sourire à tout bout de champs, cela ne vous donnait pas envie de sourire à votre tour ? Et bien si !
Théorie vérifiée.

Et puis, elle voyait bien que Nuhadu s’amusait lui aussi, étant donné la virulence de ses ripostes. Cela lui apprenait à réagir, devenir réflexe, comme elle lui avait dit. Il s’efforçait de toujours donner le meilleur de lui-même, et c’était surtout cela qui faisait qu’il s’améliorait sans cesse : on ne peut pas progresser en se retenant et en ne voulant pas se dévoiler. C’était aussi pour cela qu’un Maître devait rester un Maître, tout simplement, et pas un amant. Cela pouvait trop freiner un apprentissage !

Un soupir franchit les lèvres de Libertée lorsqu’elle descendit de cheval pour regarder Nuhadu se débrouiller avec ses flèches, son arc et son cheval. Et bon, si ce n’était pas fameux au début, elle devait avouer qu’il avait tout de même une certaine technique ! Allongée sur le ventre, elle lui lançait de temps en temps des conseils sur sa position, sur son lancer, sur son ressenti ou sa manière de donner des ordres à Kishi. D’ailleurs, ils semblaient tous les deux s’être très bien faits l’un à l’autre, et s’apprécier de plus en plus, ce qui était forcément bénéfique pour l’équitation, étant donné qu’en connaissant mieux sa monture, Nuhadu pourrait mieux en garder le contrôle, même dans le cas d’ordres contraires. Si Roux était parfaitement bien dressé – elle avait pu le voir avec son petit jeu, à ne le diriger qu’avec son assiette – elle savait pertinemment que face à deux ordres opposés, il choisirait aléatoirement… Mais cela lui importait peu pour l’instant.

Alors, quand l’apprenti descendit de sa monture après avoir réussi les défis lancés par la jeune femme, elle lui sourit en se redressant un peu.


- Et bah alors ? Déjà fatigué ?

Devant la mine déconfite de son apprentie, elle ne put encore une fois s’empêcher d’éclater de rire. Une tape sur son épaule, montrant qu’elle blaguait, et elle sortit de la viande séchée de sa besace pour en offrir un généreux morceau à Nuhadu. Lorsqu’il eut terminé, elle rit toute seule en l’observant… et devant son regard interrogatif, elle sortit deux pommes de son sac !

- Aaha ! T’as vu ça, je m’améliore hein ?

Croquant dans son fruit avec entrain, la jeune femme riait encore. Lorsqu’ils furent enfin rassasiés, Libertée laissa une petite demi-heure de repos à son apprenti, le temps qu’il somnole un peu s’il le voulait, avant de le faire repartir… Mais en courant ! Et oui, hein, on ne pouvait pas se contenter de faire courir les chevaux, il fallait aussi y mettre un peu du sien ! Ils commencèrent évidemment doucement, le temps que leurs cuisses se mettent à agir normalement suite à leur chevauchée ardue du matin, puis Libertée augmentait graduellement la vitesse. Elle ne lâcha pas son apprenti avant qu’il eût couru deux heures pleines, même s’ils devaient parfois ralentir. Mais les trois semaines qu’ils avaient passées ensemble un mois auparavant avaient eu leur effet, et il en était désormais largement capable, surtout s’il avait continué à s’entraîner durant son absence.

Ainsi, le soleil avait bien avancé dans sa course quand Libertée reprit la marche active dont elle avait l’habitude et qu’elle affectionnait particulièrement. En nage sous l’astre diurne qui tapait plutôt fort – elle avait chaud ! – elle soupira en ramenant sa masse chevelure en chignon négligé sur le haut de sa tête : ils lui tenaient chaud, c’était impressionnant ! Même si elle n’aimait pas les avoir entravés, là ce n’était plus tenable.
Son regard glissa sur son apprenti, et elle se demanda soudain ce qu’il pourrait bien avoir comme greffe, si jamais le Rentaï la lui accordait. Pour elle aucun doute : il aurait son Ahn-Ju, ou Oulan-Kil comme ils l’appelaient à l’Académie. Pas besoin de s’attarder là-dessus, évidemment. Elle voyait bien un truc sombre, quelque chose dans son regard, ou alors ses mains… Non, en fait, elle n’en savait rien, mais s’amusait à laisser parler son imagination. Après tout, c’était fait pour ça non ?
D’ailleurs en pensant à cela… En fait, après ce cours il serait temps pour lui de passer à l’Oulan-Kil ! Libertée faillit bondir de joie, même si cela lui faisait un peu bizarre, en fait, cette histoire. Il fallait qu’elle informe les Maîtres de l’Académie, avec leur propre panneau d’affichage caché dans leurs bureaux…

Se mordant la lèvre inférieure, elle finit par hausser les épaules toute seule, tandis que Roux, à son côté, relevait la tête en observant un point devant eux précisément. Le tumulte qui avait attiré son attention fut bientôt visible par Libertée et Nuhadu : c’était un petit affluent tumultueux du Gour.
Un sourire se dessina sur les lèvres de Libertée.


- Le dernier arrivé sur la rive fera à manger ce soir !

Ne laissant pas l’occasion à Nuhadu de répliquer, elle bondit en avant et courut à toute allure pour parvenir jusqu’à la petite rivière aux remous impressionnants. Elle cria un « hourraaa ! » très convaincant, et sourit à Nuhadu qui arrivait juste après elle.

- On a encore quelques heures devant nous, je te propose de continuer de longer cette rivière en marchant !

Ils s’exécutèrent donc, jusqu’à ce que Libertée calcule qu’ils étaient à presque deux heures du coucher de soleil. Alors, elle s’arrêta et commença à faire leur camp pour la nuit, faisant flamber un magnifique feu. Lorsque les chevaux furent déharnachés et pansés, et leurs affaires tranquillement entreposées près du feu, la jeune femme se redressa sur ses deux pieds et entraîna Nuhadu plus loin.
Vers la rivière.

Son regard se posa sur son apprenti, empreint de rire, et elle faillit éclater de rire malgré elle.
Cependant, elle se contint et commença à se déshabiller entièrement pour entrer dans la rivière tranquillement.
Oh, cette dernière n’était pas très profonde – peut-être un mètre trente au plus profond – mais plutôt puissante, avec un débit non négligeable, et des remous forts.
Cela ne posa aucun problème à Libertée, qui s’y baigna comme si cela avait été l’eau tranquille d’un lac. Elle louvoyait entre la mousse excitée, les trous et les creux, les courants puissants, sous la surface et sur cette dernière. Parfaitement à l’aise dans l’eau, elle releva le menton vers Nuhadu, un sourire aux lèvres, et lança d’une voix un peu forte pour couvrir le tumulte de l’eau :


- Le monde est forces, tu le sais et as pu le voir. Un marchombre perçoit ces forces, les comprends, s’immerge en elles et peut les utiliser avec un immense respect. L’eau est impalpable, le courant est invisible, la force immatérielle… Pourtant, tu peux sentir l’eau, voir les courants, toucher la force du bout des doigts…
Viens jouer avec l’eau !


Elle aurait pu ajouter « et avec moi » mais ça, il devait s’en douter : et même s’il parvenait plus ou moins facilement à s’accorder à l’eau, elle lui rendrait l’exercice plus difficile en le déconcentrant… Et s’il n’y arrivait pas ou mal, elle le rattraperai et lui donnerait d’autres conseils…

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Ven 27 Avr 2012, 20:22

- Et bah alors ? Déjà fatigué ?

Fatigué.
De ce monde trop lumineux.
Monde desséché,
Par ce soleil furieux.

Lune, douce lune.
Cueille ton amant fiévreux.

Il divague le pauvre !
Exténué, il trouve la force de jeter le regard le plus désespéré de l'Empire à on maître. Oui il ne peut plus !! Comment ça déjà fatigué ! Elle est restée allongée toute la journée ! Elle espère quand même pas qu'il est la force pour un autre exercice ! Il a besoin de manger, peut-être même de dormir !
Mais qu'elle lui dise, ''lève toi fainéant !'', et il trouvera la force de tenir sur ses jambes pour affronter le prochain défi. Il en veut. Il en veut toujours plus.

Pour un jour cueillir lui même la lune !

Son maître est extra !
Son goût, délicieusement sucré, glisse sur sa langue. Quelle chaire extraordinaire ! A croquer ! Plus encore ! Il l'aime !
Cette pomme !
Elle y a pensé ! Elle s'est souvenu qu'il appréciait particulièrement goût sucré des fruits ! Quelle délicieuse personne elle fait elle aussi ! Il lui sauterait presque au cou pour lui témoigner sa gratitude ! Presque.
Il est homme, qu'il ne l'oublie pas. Même si Libertée est une femme extravagante, il n'en reste pas moins qu'il existe une certaine conduite à tenir entre deux individus. Une conduite qui se veut plus compliquée quand les sexes sont opposés. Stupide bonne éducation !
Il pense ça.. mais quand il est avec Lacrya il est pire encore. Il redevient gentilhomme, et se pare des milles arts de la langues et de la tenu pour lui offrir la présence la plus charmante possible. Il s'en trouve ridicule maintenant.. mais dès qu'il aperçoit le bout de ses mèches blanches, il succombe à nouveau dans ce jeu de charme.
Il frissonne.. parce qu'il se ferait penser à son père..

Il enfourne un important morceau de pomme dans sa bouche et manque de s'étouffer avec !
Il se secoue, haletant et recrachant le morceau dans l'herbe sous le rire amusé de Libertée qui se moque gentiment de sa voracité.
Sourire désolé.
Pensées oubliées.

Il profite de ce temps de repos que lui donne son maître pour se plonger dans une lente et délicieuse méditation. Fixant les nuages, il se demandent encore une fois si on peut y lire le futur.. Vu leur nombre, il n'y a pas grand chose à prévoir prochainement.

Ils courent.
Il a l'impression que Marchombre n'est pas le bon mot.
Ils auraient du appeler ça Courrombre.

Deux heures. Il a couru deux heures avec cette folle ! Non pas qu'il ne commençait pas à s'habituer, mais il faut dire qu'elle ne l'a pas ménagé sur la fin ! Pourtant, plus il se sent vide, plus il se sent heureux. Comme si avec son énergie, c'était ses pensées les plus lourde et sombres qui s'envolaient ! Maintenant, ils marchent. Sous le regard toujours plus pesant de son rival céleste. Comme si d'être si proche de la Lune ne lui suffisait pas, il couvre son regard ardent sur son maître, faisant luire sa peau encore brillante de la course précédente.
Nuhadu se mord les lèvres. Les cheveux relevés lui vont bien.. Une vue séduisante sur sa nuque..
Son esprit vagabonde trop facilement..
Ses propres tresses sont ramenées en queue de cheval, il vaut mieux pour courir, sinon quoi elles l'auraient gêné. Il passe une main épuisé sur son visage.
.. Peut-être qu'il devrait se laisser pousser la barbe..
Quand il fera moins chaud !
D'ailleurs, il ferait mieux de se mettre à son aise, ce n'est pas son maître qui lui reprochera d'être torse dénudé. Il a besoin de se sentir plus libre et de respirer. C'est le contre coup de la chaleur. Dire qu'à une époque.. il l'adorait. Il est vraiment trop lunatique.

Les hautes températures ont eut raison des discussions. Chacun se plonge dans ses pensées. A quoi peut bien penser Kishi ?
Sans doute qu'il aimerait s'arrêter pour brouter l'herbe à l'ombre de cet arbre là bas..
Et Roux ? Il n'a sans doute pas le même but.. peut-être que pour lui c'est le buisson qu'ils ont dépassés qu'il préfère.
Et Libertée ?
Faite que ce ne soit pas à un défi proche.

Un défi, forcément un défi !
Rien n'arrive par hasard avec elle et il ne doute pas qu'elle avait prévu le passage au bord de ce fleuve avant qu'ils l’aperçoivent ! Ben tient, l'inverse serait étonnant ! Pourtant, il donnerait beaucoup pour aller s'y baigner !

- Le dernier arrivé sur la rive fera à manger ce soir !
-Non merci, je sais comment …


Comment ça va finir ?
Bah elle est déjà partit sans lui laisser le temps de décliner. Elle va forcément prendre sa pour une victoire ! Hors de question de céder sans se battre !
Il courre à sa suite, Kishi ne traînant pas en chemin.
Il veut faire trempette lui aussi ?
Bien sûr, il ne la rattrape pas ! La rattrapera-t-il un jour ? Ils pourraient se toucher du bout du nez, qu'il la saurait infiniment loin devant lui.
Un peu comme avec Lacrya au fond.

Si loin..


- On a encore quelques heures devant nous, je te propose de continuer de longer cette rivière en marchant !

Il approuve, heureux de profiter de l'humidité et de la fraîcheur qui entoure la rive. Il n'y a pas mieux que ça pour finir une telle journée ! Juste quelques fine gouttelette qui s'envolent jusqu'à votre cou. Qui s'évaporent sur votre peau. Un pure délice !
Il a l'impression qu'on pourrait faire cuir un œuf sur lui tend il a chaud ! Pour un peu plus, il sauterait directement dans l'eau sans se poser de questions ! Mais ce n'est apparemment pas au programme de Libertée. Pas tout de suite du moins.
En bon élève, il la suit. Elle ne lui a pas encore donné de raison de se plaindre, juste des joie et de raisons de lui montre de la reconnaissance.. C'est marrant.. Avec ce short moulant, elle ressemble presque à Naïs..
Eh merde !... Il compare les femmes grâce à leurs fesses maintenant ! Ce maître n'a pas que de bonnes influences sur lui !

Enfin, il peuvent se poser ! Faire un feux et monter un camp qui tiendra pour la nuit. Le soleil n'est pourtant pas tant descendu que ça, il leur arrivait d'ailleurs d'avancer plus que cela en général. La raison de l'arrêt est donc une heureuse évidence ! Un défi !
Oh oui ! Elle l'entraîne sans attendre vers la rivière !
Il va pouvoir se rafraîchir.. mais pourquoi elle lui jette se regard moqueur ? Aurait-elle trouvé le moyen de rendre la baignade moins heureuse qu'il ne l'avait prévu ?
Quand elle se dévêtit, il ne saurait pas se décider. Heureuse baignade ? Ou non ? Il détourne les yeux pudiquement. Peut vêtue est une chose. Nue, c'est tout autre.
A quoi joue-t-elle ?

- Le monde est forces, tu le sais et as pu le voir. Un marchombre perçoit ces forces, les comprends, s’immerge en elles et peut les utiliser avec un immense respect. L’eau est impalpable, le courant est invisible, la force immatérielle… Pourtant, tu peux sentir l’eau, voir les courants, toucher la force du bout des doigts…
Viens jouer avec l’eau !


Jouer avec l'eau ? et.. elle alors ? Il ne peut pas décemment la regarder nue ! C'est son maître bon sang !.. Il y a une erreur dans son raisonnement, parce que c'est son maître, il se doit ne pas l'imaginer dans certaines situations, mais le problème ne vient pas d'elle. C'est lui qui veut l'imaginer quand il la voit nue, pas elle qui s'impose à lui.
Il hésite.

Est-il à ce point minable ?

Plus de doute ! Il doit jouer avec l'eau et selon les règles de son maître. Qu'elle soit nue n'y change rien ! Il sera nu et il gardera son esprit loin de ces pensés déplacées ! Il ne se cantonnera pas à être un minable chiot effrayé, ni un abrutit fini bavant devant une femme qui ne veut que le guider sur une Voie qui lui est destinée.

Il retire tout ses vêtements, et s'aventure dans l'eau sans un mot. Fixant le regard de son maître avec défi.
Il est loup bon sang ! Il sera Marchombre !
Il plonge son corps tout entier et nage jusqu'à elle. Le regard déterminé et dénué d'humour. Pour une fois, il ne lâchera rien. Il ne se laissera en rien déconcentrer de l'objectif qu'elle lui a fixé.
Sentir l'eau. Jouer avec l'eau.

-Quel est le premier jeu?

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Ven 27 Avr 2012, 20:51

    Je n’ai pas envie de rentrer.

    Pas maintenant.

    Alors que mes pas m’ont mené à la frontière d’Ombreuse, j’ai hésité. La franchir serait me résigner à rentrer au Domaine. A reprendre une activité normale. Quotidienne. Me replonger dans ses cours. Ses exercices.

    Et abandonner le voyage.

    Trois semaines auparavant, j’ai laissé ses élèves seuls. Les abandonnant presque pour répondre à un appel.

    Celui d’un être aimé.
    Urgent
    Irrésistible.

    Je l’ai ai laissé là, sans leur offrir une date de retour. Juste quelques exercices. Deux trois consignes. Et du vide. Au fond de moi, c’est une pointe de culpabilité qui me transperce le cœur. Mais tous les sentiments qui tournoient autour la rendent insignifiante.

    De l’Amour.
    De l’Envie.
    De la Joie.
    De la Déception.

    Tout se mélange et font naitre le doute et la flemme. J’ai donc lâché un soupir et rebroussé chemin.

    ~~~~~

    Une semaine que j’ai tournée le dos au Domaine. J’évolue maintenant totalement seule, ayant pour seule compagnie un canasson qui semple s’être pris d’affection pour moi. Pas moi en réalité. Je m’en occupe un peu contrainte. Mais il faut bien avouer qu’il est pratique… en tout cas je ne le comprends pas. Je l’ai presque tué il y a de cela un mois et ce bougre continue à mettre des plus fidèle.

    Ce cheval est masochiste…

    Un faible sourire se dessine sur mes lèvres à cette idée. Un bout de viande maso. Et puis quoi encore ? Amusée par ces pensées totalement loufoques, je secoue légèrement la tête, laissant échapper un petit gloussement.

    Et voila que je ris toute seule. Je deviens vraiment grave.

    Poussant un long soupir, je passe une main dans mes courts cheveux blancs et lève els yeux vers le ciel d’un bleu éclatant. Avant de les reporter sur l’horizon. Plate et lisse.

    Les plateaux de l’Est ?

    Grandes plaines saupoudré de quelques bosquets et où serpente le Gour, fleuve majestueux avec lequel j’ai souvent eut l’occasion de jouer. Derrière moi s’efface Al-Chen où j’ai fait escale une demi-journée, le temps de m’acheter quelques provisions pour le reste de mon voyage.

    Vers où d’ailleurs.
    Aucune idée.

    Je suis bien indécise ces derniers temps. Bien plus rêveuse également. A cause de lui. Encore et toujours. Dois-je le remercier ou le haïr ? A vrai dire j’aurai plus tendance à le détester pour ce qu’il a fait de moi. Un être plus faible à mes yeux. Mais il m’offre tellement plus qu’au fond, je ne peux que l’aimer.

    Toujours.

    Fermant un instant, les yeux, je laisse ma monture avancer tranquillement dans l’herbe grasse. Je me laisse un instant bercer, appréciant le plaisir simple de ne penser à rien. De me libérer de ce tourbillon de sentiments qui fait rage en moi depuis maintenant prés de deux années.

    Depuis une rencontre prés d’une cascade.

    Je ne sais pas combien de temps je reste dans cet état presque second, les caresses et la force du vent glissant sur mon corps. Quand j’ouvre finalement les paupières, le paysage é légèrement changé. Au loin se dessine le parcourt d’une rivière et quelques bosquets semblent être sortis du sol, comme par magie. Mais quelque chose de particulier attire mon attention. Plissant légèrement les yeux, je me penche en avant.

    De la fumée.

    Un léger sourire se dessine sur mes lèvres. Cela va faire un moment que je ne me suis plus amusé avec d’autres humains. Et qui sait ce que je réserve ce petit camp. Les yeux brillant d’une lueur nouvelle, je talonne ma monture en direction du feu.

    Que les gens peuvent être imprudents.

    ~~~~~

    Excitée.

    C’est un grand sourire aux lèvres que j’arrive à proximité du camp, impatiente de voir qui s’y trouve.

    Ce qui s’y trouve.

    Sans prendre la peine de cacher mon arrivée, je fais ralentir ma monture et m’approche au pas, mon regard scrutant les alentours à la recherche d’un signe de vie. Deux tas de vêtements m’indique que les inconnus se trouvent au niveau de la rivière. Sans doute un couple.

    Cette idée me fait l’effet d’une douche froide et je m’apprête à faire demi-tour, légèrement déçue. Découvrir un couple en pleine ébat n’est pas vraiment une de mes activités favorites.

    Je ne peux cependant me retenir de jeter un petit coup d’œil. Je découvre alors deux personnes, face à face au milieu du torrent. Rien de bien original.

    Si se ne sont les nattes du jeune homme qui flotte autour de lui.

    Un éclair traverse mon esprit. Mon cœur manque un battement. Ma respiration s’arrête.

    Nuhadu.
    Et une femme.
    Nue.

    Ma vision se teinte de rouge. Je sens une poussée de haine monter en moi. M’envahir. Un mot pulse dans mon esprit.

    Trahison.

    Ma monture s’avance vers le fleuve, sans doute dans l’otique de s’y désaltérer. Moi, paralysée. Détruite, je la laisse faire, mon regard fixé sur la scène improbable qui se déroule dans l’eau. Au fond de moi, je sais que je me trompe. Que cela est impossible. Mais mes yeux me crient le contraire

    Je ne comprends pas.
    Juste la colère qui grimpe en moi.

    Comme hypnotisé, je saisis un de mes poignards et m’apprête à tirer sur l’inconnue au côté du jeune homme. Mais quelque chose me retient.

    Le risque.

    Lentement, je le range et descends de ma monture. Puis m’approche, mon regard noir fixé sur Nuhadu, ignorant totalement celui qui est mon amant.

    Etait ?

    Au fond de moi, tout me cris de partir d’ici. Mais je ne peux m’y résigner. Pas après ce qui s’est passé à Al-Poll. Lentement, je m’approche de la rive et m’y plante, droite. Mon visage n’est qu’un masque de colère. De rage. Tournée vers deux personnes.


    - Magnifique couple… Je vois que vous avez enfin trouvé la nymphe que vous attendiez depuis longtemps…

    Ma voix n’est qu’un sifflement à l’attention de Nuhadu. Plein de menace. De reproche. Du bout des doigts, je dessine le contour du pommeau d’un de mes poignards. Un sourire mauvais étire mes lèvres.

    Déchirée.

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Sam 28 Avr 2012, 09:53

Bon, au moins, il ne semblait… pas trop pudique. Enfin, si, un peu, mais elle n’avait pas grand-chose à faire de cela : après tout, il n’y avait pas de raison d’avoir honte de son propre corps. On était comme on était, et puis si cela ne plaisait pas aux autres, tant pis pour eux. Il en fallait pour tous les goûts, et donc on ne pouvait que trouver quelqu’un, un jour, à qui l’on plairait.
Même si Libertée était plutôt du genre exhibitionniste, elle n’en demandait pas tant des autres, et comprenait – enfin, imaginait plutôt – pourquoi les autres pouvaient avoir « honte » de leur corps… Elle n’avait aucun complexe, alors elle ne pouvait que l’imaginer après tout !

Laissant donc Nuhadu se déshabiller alors qu’elle était elle-même dans le torrent, elle apprécia de voir que ses muscles s’étaient vraiment bien mieux développés et dessinés lors du dernier mois. Un entraînement quotidien aidait largement à cela, et il était loin d’être désagréable à regarder, c’était un fait. Libertée aimant à se laisser aller à la lubricité, ce n’était pas pour autant qu’elle allait le faire avec son apprenti : c’était son apprenti, et il était un homme. Oui. Et elle en avait déjà vu par dizaines, des pénis !

Quand il fut enfin dans la rivière, il tira un air surprise à la jeune femme, c’était un fait : les remous étaient puissants, et même si l’eau n’était pas très profonde, elle pensait qu’il aurait plus de mal que cela à s’y enfoncer et à y garder son équilibre. Elle venait de le sous-estimer ! Ou en tout cas de mal le juger… Et contre toute attente, un immense sourire étira ses lèvres, tandis qu’elle éclatait de rire.


- Et bien…

Libertée s’arrêta soudain en plein dans sa phrase : en effet, dans le dos de Nuhadu, un cavalier venait d’arriver près de leur camp, et les regardait de loin. Enfin, de loin… Le cheval s’approcha de la rivière – vu son pauvre état tout suant, pour boire – et Libertée détailla un peu plus la femme qu’il y avait dessus. Parce que c’était bien une femme.
Une femme, qui regardait Nuhadu avec de grands yeux ronds.
Et une colère et haine immenses dans le regard.
Qui était-elle ?
Penchant la tête sur le côté, Libertée ne put reconnaître que l’attitude d’une femme jalouse. Elle connaissait les femmes jalouses, elle en avait rencontré tout au long de sa vie. Des femmes prêtes à tuer pour retrouver leur amant ou leur mari. Pour le mari, elle comprenait ; pour l’amant un peu moins. Enfin… Dans tous les cas, cette femme semblait connaître Nuhadu… intimement, et sa pique brisa les tourments de l’eau pour se ficher dans les oreilles de la marchombre.


- Magnifique couple… Je vois que vous avez enfin trouvé la nymphe que vous attendiez depuis longtemps…

Situation improbable.
Libertée éclata de rire. Un rire haut, joyeux, peut-être un peu joueur, un peu moqueur, mais cristallin et d’une innocence toute étudiée. Mais vu l’état dans lequel se trouvait Nuhadu, cette femme risquait de très mal le prendre. Il faisait une de ces têtes !


- Je crois qu’il y a erreur, ma petite dame ! Si dès que vous voyez deux personnes nues vous pensez à un couple lié de façon intime, c’est que vous avez l’esprit drôlement mal tourné…

Le regard rose de Libertée trouva quelques secondes celui de la femme, gris, et elle lui sourit tranquillement.
Aucune tension n’émanait d’elle : à quoi bon ? Elle connaissait la vérité, et s’était interdit toute pensée lubrique et déplacée à l’égard de son apprenti. Elle était avec lui dans une rivière.. Oui, et ? Il y avait bien des gens qui se baignaient nu dans des lagons, et à plus de deux par-dessus le marché ! Cette femme n’avait jamais voyagé ?
Enfin, tout portait quand même à croire qu’ils se connaissaient bien tous les deux. Ou en tout cas, qu’ils se connaissaient assez pour penser que l’un pouvait appartenir à l’autre – mais quelle jalousie dis-donc !

Avenante, Libertée secoua légèrement la tête, ses cheveux toujours ramenés sur sa tête, et se coula entre deux courants avec grâce, avant de sortir sur la rive du torrent.


- Vous avez peut-être envie de vous laver ? Parce qu’excusez-moi, mais vous smouettez, quelque chose de bien. Ca fait combien de temps que vous n’avez pas vu d’eau ?

Mon apprenti et moi-même voulons bien partager un bout de rivière avec vous, si c’est ce que vous voulez !


Un sourire avenant, et Libertée était toujours Libertée.
Folle.


__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Sam 28 Avr 2012, 15:58

Tumulte.
Tourbillons, courants et torrents.
Paix.

Tout virevolte autour de lui, les vagues le fouettent et tentent de l'arracher à son maintient. Ses jambes sont prises d'assaut par flux de la rivière, agitée d'une fureur effrayante. Il n'est rien comparé à tout ça, il n'était pas plus quand il est entré, moins encore quand il a plongé. Il a d'ailleurs manqué de se laisser entraîner embêtement quand il est entré..
Mais son objectif le lui interdit.

Paix.
Dans le regard étonné de Libertée.
Raven lui a montré comment se couler dans l'eau. Il n'était pourtant pas au point. Il n'était pas non plus prêt quand la cascade l'a emporté, ce jour merveilleux où il a rencontré Lacrya. Mais pour le défi qui se pose à lui, il ne laisse rien l'emporter. Tant que la solution résidera dans ce regard. Il ne sait pas comment il faut faire, il se contente de prendre le secret à son maître et d'essayer de le percer.. Il la voit se couler entre les courants, mais loin de là, il s'emploie à éviter les plus puissants et à se montrer de pierre devant les plus faibles.
Quel jeu avait-il demandé ?

De la frime, rien de plus.
Il joue déjà à plein régime pour garder son contrôle sur son corps et son esprit. Il est déjà à son maximum, mais il s'emploie à ne rien laisser paraître. Elle veut jouer avec lui ? Il ne se défilera pas. C'est un peu le rôle de l'apprenti, ne pas laisser au maître le devoir de le tirer. Il doit montrer qu'il est prêt à avancer, de la même manière qu'il cache quand il est sur le point de s'effondrer.
Soit il passe, soit il tombe.
Un jour viendra, où tomber sera synonyme de mort.
Mais qu'importe ? Puisqu’il passera de toute façon.

Il ne tombera pas aujourd'hui, rien ne peut le déconcentrer.

- Magnifique couple… Je vois que vous avez enfin trouvé la nymphe que vous attendiez depuis longtemps…

Son cœur rate un battement en reconnaissant cette voix. Ses yeux s'écarquillent devant ceux de Libertée et le temps de se retourner, le voilà qui se fait percuter par une attaque sournoise de la rivière.

Nuhadu disparaît dans les éclaboussures.
Et se rattrape plus loin à la rive. Décontenancé, étonné.. Inquiet.

Envoleuse et Marchombre..
Pourquoi sa voix s'est-elle élevée ici ?
Pourquoi sa Voie doit-elle le compromettre...

Non, il ne laissera pas faire !

Ne pensant plus à rien, il monte sur la rive et courre, nu dans la nature, pour empêcher les jeux du sort d'envenimer plus encore la situation.. Surtout qu'il n'a jamais vu Lacrya énervée ainsi depuis Syndrell.. et qu'il n'a jamais vu Libertée sur la défensive.. ni sur l'attaque. Il ne peut absolument pas prévoir ce qu'il va se passer.
Il déboule rapidement de derrière un buisson d'où il entend la dernière phrase de Libertée..
Mon apprenti.

Il se fixe. Elle n'aurait pas dû.. a moins que..
Lacrya, la belle envoleuse au visage déformé par la colère qui se tient devant Libertée.
Elle comprendra forcément toute la portée de ce mot.. Il y a des chances pour qu'elle réinterprète la situation..
Mais est-ce que ça la gardera de tirer ses lames ?

-Pour une fois maître, j'aimerais me désister à ton exercice.. Je crois que le moment est mal venu.

Il parle fort pour couper court à toute contre-attaque de son amante. Il l'aime profondément, mais il ne veut pas lui laisser une chance de s'en prendre à son maître. C'est l'une des raisons pour laquelle il ne donne pas son nom non plus. Il ne voudrait pas qu'il se grave dans la mémoire de l'envoleuse, préférant du coup l'appellation maître qu'il n'utilise pas souvent.

Voilà qu'il joue contre son cœur maintenant.. Impensable. En plus de quoi il repousse son entraînement.. Tout se chamboule autour de lui.. C'est donc ça qu'il redoutait tant ? Se trouver à l'intersection.

Harmonie ?
Amour ?
...Fuite ?

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Sam 28 Avr 2012, 20:41

    Ce rire.
    Je sais que je le hais déjà.

    Serrant les poings, je porte mon attention sur l’inconnue au côté de Nuhadu. Cette femme dégage une certaine aura de confiance. D’insolence presque. D’une rare beauté, elle arbore une chevelure Blonde, presque rousse sous les rayons du soleil. Sa peau légèrement brunie brille à cause de l’eau qui la recouvre ainsi que de la lumières jouant entres les gouttes. Mais je crois que c’est son regard que je déteste le plus.

    Rose.

    Comment pouvait-on avoir les iris roses ? Voila une bien étrange couleur. Mais le pire est la lueur qui brille au creux de ses pupilles.

    Moquerie.
    Amusement.

    Lentement, je laisse ma paume se refermer sur l’un des manches de mes poignards. Je déteste cette femme. Encore plus son rire.

    Cristallin.
    Provocateur.
    Un grognement sourd s’échappe de ma gorge. Absorbée par cette inconnue, je remarque à peine Nuhadu s’effondrer dans l’eau en essayant de ses retourner. L’idée qu’il puisse se noyer dans le courant ne me traverse même pas l’esprit. Et même si cela avait été le cas, j’aurai trouvé cette mort trop douce pour lui.


    - Je crois qu’il y a erreur, ma petite dame ! Si dès que vous voyez deux personnes nues vous pensez à un couple lié de façon intime, c’est que vous avez l’esprit drôlement mal tourné…


    Soulagement ?

    Non, cela pouvait être un mensonge. Un de plus. Lui lançant un regard noir, je sers les dents. Pas parce que je me sens insultée dans cette réplique.

    Mais parce que cette effrontée à raison sur un point.

    Je suis partie trop vite. Me laisser emporter par ma colère n’a jamais était une bonne solution. Je le sais. Mais je ne peux m’en empêcher. Surtout quand il s’agit de Nuhadu.

    Encore plus quand il s’agit de lui.

    Il pouvait s’agir d’une amie. D’une proche. Ou tout autre chose bien loin d’une amante. Mais non. L’idée de trahison s’était imposée d’elle-même. Comme s’il n’y avait que ça.

    Montrant les crocs, je me refuse de lui montrer que j’ai eut tord. Je me refuse de céder ainsi à la faiblesse. Après tout, je pouvais également avoir raison.

    La réplique suivante balaye toutes mes illusions. Reculant de plusieurs pas, je m’éloigne de la jeune femme sortant de l’eau, faisant de mon mieux pour que la surprise ne perce pas le masque de ma colère.

    Plusieurs mètres nous s’éparent encore.


    - Vous avez peut-être envie de vous laver ? Parce qu’excusez-moi, mais vous smouettez, quelque chose de bien. Ca fait combien de temps que vous n’avez pas vu d’eau ?

    Mon apprenti et moi-même voulons bien partager un bout de rivière avec vous, si c’est ce que vous voulez !

    Mon apprenti…

    Tout s’embrouille dans mon esprit.

    La colère.
    La rage.
    Le soulagement.
    L’Amour.
    Le Regret.
    La Surprise.

    Je vais un nouveau pas en arrière, ma main ne se desserrant pas du manche de mon poignard. Comment n’ai-je pas put remarquer ça. Sa façon de se s déplacer. De jouer avec les courants.

    Marchombre.
    Maître Marchombre.

    Je viens de débarquer en plein milieux de son cours.

    L’idée me frappe de plein fouet et pendant un instant, mon masque vacille. Avant de se percer. Un sourire ironique sur le visage.

    Cachant mon soulagement.

    Cette femme n’est pas une seconde amante. Même pas un jouet de passage. Il ne s’agit rien moins que de son maître.

    Quelle idiote.

    Penchant légèrement la tête sur le côté, je l’observe un moment, un sourire sadique se dessinant sur mes lèvres. Réponse à sa provocation. Alors que j’allais répliquer, une voix m’arrête.


    -Pour une fois maître, j'aimerais me désister à ton exercice... Je crois que le moment est mal venu.

    Nuhadu. Je l’avais presque oublié. Tournant mon regard dans sa direction, je l’observe avec intérêt.

    Et remord.

    Du fait d’avoir douté de lui.
    De l’avoir cru possible de trahison.

    C’est fou ce que l’Amour peut rendre idiot.

    Et là deux dilemme s’offre à moi. Comme ce fameux jour à Al-Jeit. Syndrell, Nuhadu et moi. Et également deux solutions.

    L’Amour.
    Ou la Haine.

    Mais cette fois c’est différent. Si je réponds à cet Amour maintenant, cela pourrait grandement compromettre son apprentissage. Mais si je me laisse aller dans la Haine, le résultat sera le même.

    Le mieux est de partir.

    Mais je ne m’y résous pas, mon regard revenant se fixé sur l’inconnue. D’un coup d’œil, j’évalue la distance qui nous sépare.

    Presque une dizaine de mètres.


    - Tien donc… Je ne pensais pas tomber sur quelqu’un à l’odorat si fin pour réussir à sentir mon odeur de si loin. Chienne ne serait-il pas votre second prénom ?

    Sourire mauvais.
    Voix ironique.

    Tout cela n’était que provocation. Pure. Simple. Une réponse en vérité.

    Finalement j’ai peut-être trouvé de quoi jouer…

    Mais la présence de Nuhadu me trouble. Je sais que je lui dois des excuses. Mais je ne peux tourner le dos à cette femme. Je ne peux lui céder le plaisir de me vaincre verbalement. La lueur de défi qui brille dans ses yeux me retient de partir. D’emmener mon amant à part pour une petite discussion.

    Non, je ne peux pas perdre.

    Fixant l’inconnue avec attention et cruauté, je pris silencieusement pour que Nuhadu n’intervienne pas.

    Pas maintenant.

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Sam 28 Avr 2012, 20:48

- Hihi ! Si, presque ! Enfin, c'est souvent comme ça que m'appellent les femmes jalouses !

( Elle sourit )

- Nuhadu ? Hum, tu baisses dans mon estime. Au contraire, je crois que justement le moment est très bien choisi...

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Sam 28 Avr 2012, 21:02

-Tu as visiblement la langue trop agitée et l'esprit trop occupé pour ça. S'il en est ainsi pour toi, je te laisse imaginer ce qu'il en est pour moi, qui ne suis que ton apprenti après tout. Et puis.. nous avons de la compagnie, maître. Les règles de la bienséances ne veulent-elles pas que nous l'accueillons plus chaleureusement? Dans une tenue plus adaptée si possible.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Dim 29 Avr 2012, 10:00

- Tssss...

*regard haineux à l'attention de Libertée. Puis étonné vers Nuhadu*

- Laissez, je doute que les putains est un quelconque sens de la bienséance...

[Désolée c'est nulle... Je me demande si j'aurai pas mieux fait de passer mon tour --' Bref. ]

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."


Dernière édition par Lacrya Sil' Morna le Dim 29 Avr 2012, 10:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Dim 29 Avr 2012, 10:12

- Hé Nuha, j'ai pas dit le contraire. Mais tu ne crois pas que c'est quand même aux invités de se montrer polis et courtois, en s'invitant comme ça au milieu de nulle part ? Désolée, mais là, je vois tout sauf de la politesse, et donc je ne vois pas pourquoi je devrais m'abaisser à déclamer des fadaises !

Tu... tu vouvoies Nuha ? Hahahaa ! Elle est bien bonne celle-là. Faut ouvrir les yeux les cocos, je vois bien que vous êtes amoureux hein, mais vous allez pas vous servir du "vous" et "ma dame" toute votre vie, non ? Ca en deviendrait presque pathétique...

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Dim 29 Avr 2012, 11:39

Impensable !
Tss..

Gamines.
Une paire de gamine se tient devant lui. Quelle meilleure description pour définir le rire joyeux, moqueur et volontairement blessant de l'une et le venin insultant et grossier de l'autre ? Le pire c'est sans doute qu'il ne pensait pas Lacrya ainsi.. Même quand elle se tenait devant Syndrell elle ne s'abaissait pas à jouer le jeux de la marchombre.
Il faut croire qu'il n'a pas finit de la découvrir.

Si ses lames pendaient à ses côtés, comme d'habitude, ça aurait été l'occasion de leur faire ravaler leurs langues en témoignant de sa désapprobation en même temps que de ses progrès. Il ne rivalise peut-être avec aucune des deux, mais s'il n'y a que dans l'agressivité qu'elles trouvent leurs mots, il aurait aimé leur apprendre le langage du fil, et l'écoute de la douleur.
Et c'est à son tour de s'étonner.
Il a des pulsions aussi agressives qu'elles, peut-être plus encore. Et surtout, il devient prétentieux. Lacrya aurait bien le temps de le contourner pour se jeter sur son maître. Quant à Libertée, s'approcher d'elle serait prendre le risque qu'elle tente de se servir de lui pour être encore plus blessante, ou même qu'elle le jette à l'eau pour qu'il reprenne l'exercice.. en fait, il ne sait pas du tout ce que Libertée est capable de faire..

Mais elle a raison sur un point. Lacrya ne fait rien pour calmer les choses. Au contraire, elle les aggraves, même si elle semble revenue sur sa première impression, elle reste désespérément.. Il a envie d'aller la cueillir dans ses bras pour qu'elle cesse. Mais il ne veut pas être sa muselière. Il l'a déjà perturbée dans son combat contre Syndrell..

Rivalité stupide, les femmes sont bien pire que les hommes. Et là.. il n'est qu'une brindille prise entre deux vent contraire, ballottée jusqu'à ce qu'il cède.. Il ne veut laisser un morceau à son maître et l'autre à Lacrya. Il veut suivre la première, encore, et appartenir à la deuxième, toujours...
Ne peut-on jamais obtenir un minimum de tranquillité et de quiétude ?

Et pourquoi faut-il que leurs attaques le blessent aussi ?
Que l'on dise de son maître qu'elle est une putain insinue la rage dans son sang, bouillonnant de fureur et de déception vis à vis de la personne qu'il pensait pouvoir aimer en toute circonstances. La formidable personne qui le guide sur la Voie n'a rien d'une putain ! Il s'est bien rendu compte qu'elle est joueuse avec les hommes, mais Libertée profite de sa vie et de sa liberté (ah ben justement..) comme bon lui semble, pas par nécessité ou misère et surtout pas pour de l'argent !.. N'est-ce pas ?
Inutile de poser la question. Ses convictions ne seront pas ébranlée par des insultes !
Et puis, Libertée se moque de ce ''vous'' qui enrobe leurs phrases. Ce vous qui réparait pour Lacrya principalement et presque exclusivement. Un jeu qui est né au bord d'une cascade et qui n'a jamais cessé de les alimenter depuis. Ce vous, qu'il a toujours entendu ses propres parents employer, et que pour futile que le prenne Libertée, reste à ses yeux la plus belle marque d'amour de tout les temps. Le respect mutuel, malgré une passion qui les unis dans un lien des plus intimes.
Un vous qu'il voudrait voir vivre toujours, malgré les paroles de Libertée.

Ainsi, elles veulent jouer avec les griffes ?
Eh bien il ne veut pas voir ça. Son maître voulait le voir jouer avec l'eau, il ne se fera pas prier plus longtemps.
Haussant les épaules, il les abandonne pour la rivière en ne laissant qu'une phrase.


-Appelez moi quand le temps des fadaises sera venu, mes dames.

Il ne lui a pas encore parlé directement..
Il n'ose pas regarder en face cette créature qui est purement envoleuse avant d'être Lacrya. Il a peur de trouver dans son regard le même poison qui suinte de sa langue. Il l'aime trop pour se permettre de la détester, pourtant c'est une part d'elle.. Et il veut tout d'elle.
Il fulmine.

Il pourrait balayer le torrent de sa fureur, si lui même était torrent.
Mauvaise idée.. Il est censé se fondre dans ce torrent, pas créer le sien.

Plongeant dans les eaux furieuses, il se débat contre les courants. Luttant pour ne pas se laisser emporter et luttant pour chasser ces deux gamines de son esprit. Il a d'autres chats à fouetter.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Dim 29 Avr 2012, 13:54

    Haine.
    Rage.
    Colère.

    Les poings serrés, le regard noir, je me laisse emporter par le fleuve rouge qui coule en moi, m’abandonnant totalement à ces sentiments futiles et pourtant trop présents pour que je puisse les éviter.

    Les yeux plantés dans ceux de l’inconnue, je tente de reprendre le contrôle de moi-même. Me laisser emporter par la rage ne m’a jamais rien apporté. Au contraire. Cela m’a fait perdre une fois la tête. Tellement que je ne me reconnaissais plus. Je n’avais plus qu’une envie.

    Tuer.

    Cela avait duré une année. Une année durant laquelle ma colère n’aurait dut se tourner que vers une unique personne. Mais cela avait dégénéré. Elle avait pris des proportions telles que je ne pouvais plus la contrôler. Juste la subir.

    Et cela recommençait.

    Pour quoi ? Une broutille. Un malentendu. De la jalousie. Je suis possessive. Je le sais. Et rien que d’en avoir conscience devrait m’aider à le combattre. Mais quand il s’agit de Nuhadu, toute notion de lucidité disparait. Il ne reste que cette envie folle de le posséder.

    Entièrement.

    Laissant échapper un léger grognement, je plisse les paupières sous l’effet de ma colère.

    Contre elle Autant que contre moi-même.


    - Hé Nuha, j'ai pas dit le contraire. Mais tu ne crois pas que c'est quand même aux invités de se montrer polis et courtois, en s'invitant comme ça au milieu de nulle part ? Désolée, mais là, je vois tout sauf de la politesse, et donc je ne vois pas pourquoi je devrais m'abaisser à déclamer des fadaises !

    Je lâche un léger soupir, résignée. Je sais que j’ai tord. La provoquer ainsi ne changera rien. Même voir aggrave le tout. Mais pourtant je n’arrive pas à céder. J’ai l’impression de me faire humilier encore plus. Comme si quelqu’un s’amusait à enfoncer le couteau un peu plus loin dans mon cœur.

    Encore et encore.

    Laissant échapper un sifflement entre mes dents, je me retiens de relever. Je n’ai certes pas était poli. Mais je peux dire la même chose de cette garce. Inviter quelqu’un à prendre un bain sous prétexte de son odeur trop forte n’a jamais était la base de la politesse. Je pense que c’est à cause de cette provocation déguisée que je me suis laissée emporter.

    Stupide.


    - Tu... tu vouvoies Nuha ? Hahahaa ! Elle est bien bonne celle-là. Faut ouvrir les yeux les cocos, je vois bien que vous êtes amoureux hein, mais vous allez pas vous servir du "vous" et "ma dame" toute votre vie, non ? Ca en deviendrait presque pathétique...

    Pathétique ?

    Relevant la tête, je plonge mon regard dans celui rose de la Marchombre. En quoi cela la regarde-t-elle ? Et je ne suis pas idiote, espérer cacher cet Amour aurait été inutile. En r »alité, j’aurai presque été déçu si elle ne l’avait pas remarqué. Même un aveugle peut s’en rendre compte.

    Et c’est ce qui me désespère.

    Moi qui voulais rester un minimum discrète dans cette relation, me voila bien avancé. Et maligne également. Serrant els dents de rage, j’entrouvre les lèvres pour répliquer, mes lames prêtes à sortir quand Nuhadu passe à côté de nous deux et s’enfonce de nouveau dans l’eau.


    - Appelez-moi quand le temps des fadaises sera venu, mes dames.

    J’abandonne ma posture de combat, le regardant disparaitre au creux du courant. C’est alors que je m’aperçois que depuis le début, il ne m’a même aps offert un regard. Pas une parole. Il semble m’éviter.

    En même temps qui n’en ferait pas autant ?

    Je ne suis plus qu’un animal. Peureux et donc féroce.

    Honte.

    Encore une fois j’ai commis une erreur. Celle de choisir la haine plutôt qu’autre chose. Et cela ne l’a fait que s’éloigner de moi.


    - Rah PUTAIN !

    Cris de rage mais aussi de résignation. Sortant un poignard, je l’envoi vaser vers un arbre où il se plante avec force et précision. Sans même prendre la peine de le regard, je m’approche de la rivière, passant à côté de l’inconnue sans lui accorder un regard et je m’assoie au bord de l’eau, jouant avec la lame d’un poignard. Les yeux rivés sur Nuhadu qui tente tant bien que mal de jouer avec le courant.

    Un souvenir remonte alors dans ma mémoire. La première fois que j’ai apprit à m’accorder à cet élément.

    En tant que Marchombre.

    Puis la seconde fois, où j’ai apprit à lui voler sa force.

    En tant que Mercenaire.

    C’est seulement maintenant que je rends véritablement compte du fossé qui nous sépare. Que je prends conscience de sa voie. Parallèle à la mienne.

    Mais également totalement opposée.

    Lâchant un soupir presque triste, je l’observe un moment. Essayant désespérément de me faire à l’idée qu’il a choisit la voie de L’Harmonie.


[Et encore un Rp pourri! C'est cadeau --' Non mais je crois que vous l'avez cassé...]

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Dim 29 Avr 2012, 15:26

- Appelez-moi quand le temps des fadaises sera venu, mesdames.

Libertée tourna son regard vers son apprenti, qui retournait dans la rivière.
Penchant légèrement la tête sur le côté, elle souriait. Qu’il soit retourné à l’exercice voulait dire beaucoup de choses pour elle, et elle soupira en haussant doucement les épaules.
Elle n’était même pas fâchée.

La rancune, elle ne connaissait pas ; cela ne faisait pas partie du panel de ses émotions. Elle vivait tout à la seconde près, et quand il y avait quelque chose qui ne lui plaisait pas, elle le disait, elle ne cachait rien, comme elle n’avait rien caché à cette femme dont elle ne connaissait absolument rien !
Mis à part cette lueur amoureuse et possessive dans son regard, vis-à-vis de son apprenti.
Bah ! Peut-être était-ce la passion des premières semaines, premiers mois… Mais à dire vrai, elle s’en fichait ; elle comprenait totalement qu’une passion pouvait ne pas être assouvie, jamais, ni se détériorer. N’était-elle pas passionnée par le Vent et la Liberté ? Est-ce qu’à un seul moment, elle en avait eu marre de leur caresse et de leurs décisions ?
Bien sûr que non. Et même si elle ne connaissait rien à l’amour véritable que l’on peut vouer à un être humain, tout simplement parce qu’elle n’était jamais tombée amoureuses à en pleurer ; elle pouvait se l’imaginer.


- Rah PUTAIN !

Un sourire étira les lèvres de Libertée, alors que la femme aux cheveux blancs s’éloignait d’elle pour se poser sur la rive du torrent et regarder Nuhadu. Il y avait quelque chose en elle qui intriguait Libertée, c’était un fait, mais elle ne parvenait pas à comprendre quoi. Cette femme était une guerrière, le poignard qu’elle avait lancé en était la parfaite illustration, terriblement puissant et précis.
Et alors que la Marchombre soupirait légèrement, elle s’avança vers la femme assise au bord de l’eau.

Elle savait parfaitement que cette femme l’avait entendue arriver.
Libertée était toujours parfaitement nue, et ne se cachait pas. Exhibitionniste, oui, et alors ? Au moins, elle n’avait honte de rien ! Dans un geste qui se voulut amicale, elle posa ses doigts sur l’épaule de la femme, quelques secondes.


- Je ne peux pas dire que je comprends ce que vous ressentez, tous les deux. Mais dans tous les cas, j’espère que tu as conscience que Nuhadu sera vraiment heureux seulement en pouvant allier les deux... Y’a qu’à lire le dilemme dans ses yeux.

Elle lui adressa un léger sourire, avant de s’avancer vers la rivière pour rejoindre son apprenti.
Se glissant dans les courants, elle remonta légèrement ses cheveux pour ne pas qu’ils prennent trop l’eau, et s’immergea tranquillement pour trouver le garçon.
Passant dans son dos, un murmure franchit ses lèvres.


- Peu importe les autres. Peu importe tout cela. Tu es Toi, Nuhadu, pas quelqu’un d’autre. Ne te perds pas en chemin…

Un soupir.
Devenant plus liquide que le courant, Libertée passa devant son apprenti, un léger sourire aux lèvres. L’une de ses mèches tomba dans la rivière, mais elle n’y prêta pas attention.


- Tu n’as pas à te battre. Juste à être toi-même. Ecoute la rivière…

Elle sourit.
Elle avait déjà presque oublié la femme sur le bord…






[ Un peu court ! Razz ]

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Dim 29 Avr 2012, 17:40

Ce n'est pas pareil..
Ce n'est pas du tout ainsi que ça se passait, et ce n'est pas non plus comme ça qu'il veut que ça se passe ! Il se frapper par un remous, bousculer par un courant, happer par le fond quand ses jambes ne supportent pas la force d'une rivière. C'est une rivière, unie et belliqueuse qui se tient contre lui.
La donne a été changée.
Il ne peut plus se faufiler où que ce soit, il passe son temps à se faire bloc pour tenter de résister à un courant qui le surpasse et le déstabilise quand même. Tout ce qu'il note, c'est qu'il recule. Il se fait emporter, petit à petit..
Il reste cette fichue brindille qui se déchirera tôt ou tard. Que ce soit par la fautes de femmes ou de rivières, il finira par se déchirer et tomber tout simplement. Il ne fait pas le poids entre elles, il ne le fera jamais parce qu'il n'est pas capable de se jouer de cette rivière, parce qu'il ne peut pas se calmer, parce qu'il boue d'être si faible.

Son maître, ou son cœur ?
Il a encore hésité. Quel abrutit il peut faire ! Son maître forcément ! Il doit finir sa formation coûte que coûte, pouvoir enfin se sentir vivre pleinement et se débarrasser de ses dernières chaînes. Toute sa vie l'a mené à ça.. Il serait bête qu'il en revienne bredouille et abandonne son sort au destin à nouveau. Non, il aurait du la choisir elle lancer ses reproches à Lacrya plutôt !

Faire un reproche à Lacrya ? A-t-il le droit de lui reprocher sa Voie ? Elle même l'encourage à avancer sur la sienne, elle aurait sans doute même pu l'attirer de son côté si elle le lui avait demandé sur les toits.. Il aurait accepté de la suivre partout. Pourtant, elle s'est contenté de son amour et l'a laissé poursuivre ses propres convictions. Il ne veut pas freiner son chemin. Elle a le droit d'être elle même et c'est justement elle qu'il aime.

Y a-t-il seulement quelqu'un à réprimander ici ?

Lui, de ne pas réussir à retrouver cet équilibre, pourtant déjà pas glorieux, qu'il possédait avant l'interruption de Lacrya. Il y a quelque chose qui cloche.. faut-il que son maître sois toujours à ses côtés pour qu'il se décide à réussir quelque chose ? Il n'a pas besoin de défier les prunelles roses pour tenir tête à une rivière quand même ! .. Il pensait pourtant s'être aventuré plus loin que ça. Même à l'époque de Raven, il faisait mieux. Bien mieux même.

- Peu importe les autres. Peu importe tout cela. Tu es Toi, Nuhadu, pas quelqu’un d’autre. Ne te perds pas en chemin…

Et si lui n'était personne ? Quel chemin lui reste-t-il à suivre ?
Non mais pensons-y. Un marchombre qui sauve des envoleur, tombe amoureux d'une envoleuse de talent, fait fuir tout ses maître et ne peut pas sortir le bout de ses lames sans qu'un chant sanglant ne lui monte à l'esprit.. C'est un marchombre ça ? Un apprenti qui n'apprend que lorsque son maître décide de lui venir en aide, c'est pas un abrutit ça ? Un homme qui s'enfuit quand deux personnes lui tenant à cœur entrent en conflit.. c'est quoi ?

Ce n'est pas lui. Tout simplement pas lui. Pas ce qu'il veut être en tout cas et donc pas ce qu'il se permettra d'être.
Ne pas se perdre en chemin..
Son Maître passe devant lui, toujours souriante malgré l'altercation. Comment ça a bien pu finir.. Il aperçoit Lacrya, loin d'être calme, mais loin de se montrer belliqueuse. Un serrement le prend au ventre à l'idée qu'elle attende gentiment qu'il se baigne nu avec une autre femme.

Qu'est-ce qu'une rivière comparée à son épreuve ?
Il replonge ses yeux dans les pupilles de son maître.

- Tu n’as pas à te battre. Juste à être toi-même. Ecoute la rivière…

Il faut qu'il se calme et qu'il inspire. Se poser toutes ces questions ne font que le tourmenter. Comment tendre l'oreille, lorsqu'on ne s'écoute que soit ? On n'arrive à rien, c'est tout !

Silence la dedans..
Silence..
Même la folle Libertée sait écouter.

Il n'y a pas plus immense, que l'univers derrière une pupille. Pas plus grande source de réconfort que l'échange d'un regard. Et une fois se réconfort happé, il n'a qu'à fermer les yeux pour le conserver.

Se laisser glisser dans la rivière. Et ne plus faire bloc. Il ne sont pas deux forces. Ils sont milles, un million, des milliards, une infinitée. Des courants qui le frôlent, qui le frappent, qui le transpercent, qui le caressent, qui l'emportent, qui le portent, qui le délaissent..
Et lui.
Lui qui a le pouvoir de les choisir, de les refuser, de les défier.
Lui qui peut enfin jouer, l'âme en paix.

Timidement, d'abord, il s'ouvre à ces courants, fait leurs connaissances.. Et puis, il les rejoint.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Dim 29 Avr 2012, 20:41

    Il se bat.
    Contre le courant
    Contre ses sentiments.

    Cela se voit. Se sent. Il est nerveux. Brutal. Au lieu d’essayer de se glisser dans le courant. De la comprendre. Il veut que ce soit lui qui se pli à lui. Bien belle entreprise.

    Dompter une rivière.

    Un léger sourire se dessine sur mes lèvres. Un souvenir fugace. Un ancien désir que je n’ai jamais put atteindre.

    Dompter un fleuve.

    Même en arrivant à puiser sa force. A le combattre. A le fendre. Mais jamais je n’ai réussie à lui imposer totalement ma volonté. Les éléments sont fait pour être comprit. Combattu. Mais en aucun cas dompté.

    Reposant mon regard sur le jeune homme, j’entrouvre la bouche pour lui lancer un conseil mais me retiens. Pour plusieurs raisons.

    La présence de son maître. Ce n’est pas à moi de lui faire son cours.
    Je suis une Envoleuse. Lui un Marchombre. Même si nos enseignements sont similaires sur le plan physique, nos voies sont totalement opposées. Notre conception du monde également.
    Et je me suis promis de ne jamais l’entrainer dans le Chaos. Cas ce n’est pas ce qu’il a choisit.

    Poussant un léger soupir, je fais tourner mon poignard entre mes doigts écartés. Tic nerveux. Presque déstressant.

    Calmant.

    Des pas dans mon dos attirent mon attention. Sans me retourner, je penche légèrement la tête sur le côté.


    - Je ne peux pas dire que je comprends ce que vous ressentez, tous les deux. Mais dans tous les cas, j’espère que tu as conscience que Nuhadu sera vraiment heureux seulement en pouvant allier les deux... Y’a qu’à lire le dilemme dans ses yeux.

    Ses doigts effleurent mon épaule. Geste amical. Presque tendre. Toujours immobile et silencieuse, je la regarde s’avancer de nouveau vers l’eau et rejoindre son élève. Ses paroles tournent un long moment dans mon esprit.

    Si seulement elle pouvait savoir combien elle a raison.

    Secouant légèrement la tête je lâche un nouveau soupir. Allier les deux. Cette inconnue ne voit que le côté jaloux de Lacrya. Elle ne semble pas avoir pris conscience de son rang. Ni même du fossé immense qui sépare. Chaos et Harmonie. Deux monde totalement à part.

    Passant une main dans mes cheveux blancs, je repose mon attention sur Nuhadu et son maître, tous deux jouant avec l’eau. Le jeune homme hésite. Ecoute les paroles de l’inconnue puis se lance. D’abord timide. Puis entièrement.

    Une lueur s’allume dans mon regard quand je le vois enfin comprendre le courant. Et se glisser en son sein.

    Un moment unique.
    Pur.

    Je crois que les meilleurs souvenirs que je garde de ma formation de Marchombre son ceux là. Le moment prévis où j’arrive à comprendre un élément et à me glisser en son sein.

    Un instant de plaisir intense.
    Que seuls deux personnes doivent partager.
    Maître et apprenti.

    Un léger sourire se dessine sur mon visage tandis que je me lève avec souplesse et m’éloigne sans un bruit, ne voulant perturber un moment aussi pur que celui-ci.

    Me dirigeant vers le petit bosquet, je passe à côté du feu allumé et une idée me vient. Arrachant mon poignard du bois, je m’enfonce entres les quelques arbres et me met en quête d’un animal.

    Je commence à avoir faim. Alors autant que cette inconnue ai servit à quelque chose en allumant ce feu. M’accroupissant dans les buissons, je me rends invisible, accordant ma respiration à la forêt et puisant dans sa force celle pour me dissimuler.

    Puis vient l’attente.

    Plusieurs minutes s’écoulent avant qu’un lapin ne pointe ses oreilles. Je réagis immédiatement, mes gestes flous sous l’effet de la vitesse. Mon poignard vient se planter en plein dans son œil droit, n’abimant ainsi pas sa fourrure.

    Un sourire satisfait étirant mes lèvres, je l’attrape par les oreilles et retourne vers le petit campement improvisé. Arrivée prés du feu, je jette un coup d’œil vers la rivière et constate que les deux semblent bientôt avoir terminé. M’asseyant, je commence à dépecer ma proie avant de le vider, retirant les organes non comestibles.

    Quand l’inconnue, suivit de Nuhadu, reviennent prés du feu, je leur lance un petit sourire presque mauvais, les mains trempées de sang.


    - Cela ne vous dérange pas si j’emprunte quelques instants votre feu ? Cela fait un moment que je ne me suis rien mis sous la dent. Et je dois avouer ne pas être d’humeur pour aller me chercher du bois…

    Sans ressentir le moindre gène de m’incruster ainsi, je continue mon travail.

    En réalité, je n’ai aucune envie de quitter Nuhadu. Surtout pour le laisser seul avec cette femme.

    Pas maintenant.

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Mar 01 Mai 2012, 11:12

La femme sur la rive, Libertée l’avait déjà oubliée.
Oubliée, parce qu’elle était totalement avec son apprenti, et avec la rivière. Il semblait mieux comprendre, l’écouter, et… et il avançait. C’était la plus belle chose au monde, crut-elle. Elle le pensait sincèrement : jusqu’alors, l’apprentissage qu’elle avait prodigué à Nuhadu avait eu pour principal objectif d’améliorer sa condition physique. Une fois la condition physique augmentée, la maîtrise acquise, on pouvait rentrer dans de nouveaux exercices, qui mettaient en application le physique autant que le mental, la physiologie autant que la psychologie.

Un soupir se coula entre ses lèvres, et elle s’immergea encore une fois entre les courants, suivant son apprenti. Nuhadu avait compris. La force qui se dégageait de la rivière, les courants qui jouaient ; il jouait lui aussi. Alors, elle allait jouer avec lui !
Dans un éclat de rire, elle plongea dans l’eau, complètement, détrempant ses cheveux. Cela importait peu maintenant ! Se glissant dans le courant, elle s’accorda à un mouvement de l’eau, se retrouva près de Nuhadu, tira légèrement sur sa jambe. Crevant la surface, elle passa derrière lui, l’éclaboussant au passage…
Encore des jeux.
Des jeux qui pouvaient sembler dangereux. Mais ils n’étaient pas encore dans une rivière trop profonde, en tout cas pour Nuhadu : l’eau lui arrivait à peine en haut des cuisses, même si les remous étaient forts et puissants. Imprévisibles. La marchombre espéra qu’en remontant jusqu’au Gour, la profondeur allait augmenter, pour vérifier tout cela.

Un souffle, un courant, Libertée s’amusait, encore et toujours.
Pour elle, on apprenait largement mieux en jouant, dans la bonne humeur. Son propre Maître avait essayé de lui enseigner les choses de manière plus conventionnelle ; de lui proposer simplement des leçons à mettre en application. Elle finissait par y arriver, oui, mais à chaque fois cela mettait un long moment avant qu’elle n’eût seulement le début, le commencement, le déclic pour continuer. Il l’avait même remerciée, à la fin, de lui avoir ouvert les yeux sur les méthodes qu’il pensait être bien parce que son propre Maître avait procédé ainsi.
Mais chaque être est différent. Chaque marchombre est différent, chaque apprenti, chaque Maître.

Pour l’instant, Libertée faisait les leçons d’une certaine manière, et cela semblait parfaitement convenir à Nuhadu, preuve en était son amélioration fulgurante et pourtant continue. Il comprenait, et parvenait à appliquer, c’était ce qui importait plus que toute autre chose.

Alors, elle jouait. A l’éclabousser, à le tirer, le pousser, le déséquilibrer… Tirer sur ses cheveux de temps en temps, le faire rompre d’un pas, se projeter dans les courants pour échapper à ses attaques à lui aussi… Mais pas trop longtemps, enfin, sans doute une bonne demi-heure, voire plus, mais pas autant qu’elle l’aurait voulu : ses cheveux la tiraillaient, et elle dût se résoudre à faire sortir son apprenti de l’eau, ainsi qu’elle-même.
Jetant néanmoins un coup d’œil alentours, elle ne vit pas la femme dans les parages – probablement partie chasser – et elle lança un long regard à Nuhadu. Un long regard, presque scrutateur.

Sa greffe.
Elle l’utilisait tout le temps, ou presque, quand elle était seule. C’était une partie d’elle, autant que ses jambes ou ses bras. Cependant, elle ne l’affichait pas auprès des gens, non. Cela ne lui était jamais arrivé. Et même avec son Maître, elle ne l’avait pas utilisée – surtout parce qu’elle ne savait pas ce qu’elle était !
Elle avait cru, pendant de longs mois, que le Rentaï ne lui avait pas accordé la Greffe. Oh, cela l’avait rendue un peu triste, mais elle avait continué à avancer, et à s’améliorer. A ne cesser d’être elle-même. Et puis, finalement, lors de la dernière escalade avec son Maître, elle s’était révélée…
Joie immense.
Bonheur intense.
Elle se demandait souvent si tout cela n’avait été qu’une coïncidence. Si elle ne l’avait découvert tout à la fin de son apprentissage juste pour ne pas qu’elle soit connue, ou que son Maître puisse en profiter. Elle avait donc toujours fait attention à ne pas la montrer, à se contrôler parfaitement même si parfois, cela aurait été tellement simple de l’utiliser…

Là, elle ne voyait pas comment faire autrement : elle avait besoin d’essorer ses cheveux. Et ses petites mains ne suffisaient pas à le faire correctement ; et si elle ne le faisait pas correctement, cela la démangerait encore plus, et cela ne serait pas du tout agréable. Déjà, elle sentait son cuir chevelu qui la tiraillait à cause de l’eau.

Hésitation.
Son regard se tourna vers la forêt, et elle ne vit absolument rien ; la femme devait être bien plus loin pour trouver à manger.
Ses yeux trouvèrent ceux de Nuhadu, et elle finit par hausser les épaules.
Ce fut donc tout naturellement que ses cheveux s’enroulèrent sur eux-mêmes plusieurs fois, avant de se resserrer brusquement ; l’eau dégoulina jusqu’à ses pieds, et les mèches se contractèrent encore plus jusqu’à ce que la dernière goutte tombe. Alors les mèches s’étirèrent en arrière, presque sèches.

Un sourire apparut sur les lèvres de Libertée, et elle vit du coin de l’œil quelque chose bouger dans la forêt. La femme revenait, avec un lapin dans les mains, et ne l’avait pas vue.
Elle en était soulagée.

Alors, ignorant le regard ahuri de Nuhadu, elle se plongea dans la Gestuelle Marchombre.
Nue.



♥ ♥ ♥



Lorsqu’ils revinrent au camp, la femme aux cheveux blancs avait fini de dépecer son animal, les mains pleines de sang.

- Cela ne vous dérange pas si j’emprunte quelques instants votre feu ? Cela fait un moment que je ne me suis rien mis sous la dent. Et je dois avouer ne pas être d’humeur pour aller me chercher du bois…

Haussant les épaules, signifiant par là le peu de cas qu’elle faisait de son feu, Libertée alla chercher ses vêtements pour s’habiller tranquillement, maintenant qu’elle était à peu près sèche.
Elle réfléchissait : elle avait envie de faire faire d’autres exercices à Nuhadu, mais en même temps, cette femme-là était parmi eux. Certes, cela relevait plus de l’incrustation qu’une invitation amicale, mais bon..


- Je propose un échange : peu de notre feu, contre un peu de ton lapin. T’en penses quoi ?

Souriant, Libertée allongea ses jambes sur le sol, près du feu.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Mer 02 Mai 2012, 04:09

Une expérience agréable..
Entraînante. Malgré tout, le courant l'entraîne bel et bien, à la différence qu'il en choisit la direction. Il ne contre pas la rivière, il se mêle à elle, réclame son droit d'être dans la multitude mais laisse leurs droits d'être aux courants. Il se contente dériver, contre l'un, puis se laisse dans un autre plus intéressant.. Il échappe à l'emportement d'un remous trop fort..
Il se sent libre. Libre de milles choix. Libre d'avancer comme bon lui semble !

Non mieux.
Il se sent intouchable !

Qu'est ce que cette minuscule rivière ? C'est le Polimage qu'il lui faut ! Il veut cette sensation, mais pas seulement sur ses jambes.. pas seulement jusqu'aux cuisses ! Il la veut sur son être tout entier, il veut se rire de la force brute d'un torrent immense et valser au cœur des remous les plus sauvages ! Qu'est-ce qui pourrait bien l'empêcher de le faire ? Ce n'est pas si dur au fond !
Il est bercé par les illusions d'une puissance qui le dépasse. Il commence tout juste à l’appréhender, il est bien loin d'en percevoir toutes les nuances.. mais le peu qui s'offre à lui l'enivre à tel point qu'il en perd la tête. Peut-être même pourrait-il jouer là toute la nuit ! Qui l'en empêcherait ?

Quelque chose s’agrippa à sa jambe et il manqua de tomber la tête première dans l'eau quand la rivière reprit ses droits sur lui. Mais quoique ce fut autour de sa jambe, ça le lâcha peu après et il put se reprendre.. se faisant tout de même copieusement éclabousser lorsque la jeune femme apparue derrière lui. Son Maître bien sûr.. Le jeu est loin d'être achevé pensa-t-il en souriant à pleine dent.

Oui, il aime jouer. Surtout avec Libertée. Elle n'est jamais à sa portée, mais jamais bien loin non plus, encourageante en un sens et suffisamment énervante pour qu'il veuille en donner plus. Encore plus ! Et il en veut aussi plus. Plus d'elle !
Lui qui était si gêné de la voir nue.. Le sourire qui étire les lèvres de la jeune femme suffisent pour qu'il ne fasse plus attention à cela. De même qu'ils se poussaient de cheval pour mieux y rester, il se tirer dans les courants pour mieux leurs échapper. C'est la façon d'enseigner de Libertée et d'une certaine façon elle est plus motivante que les calmes apprentissages de ses précédents maître, même si Raven avait une notion du calme qui frôlait le chaos.. mais rien comme ça. Rien qui soit aussi.. il ne sait pas trop quoi.
Il semble que plus Libertée joue avec lui, plus son affection pour elle grandie. Il en vient même à regretter de ne pas être tombé sur elle avant, pour qu'il n'y eut pas ces pensées pour ses anciens maître. Il a presque honte d'ailleurs de comparer son enseignement à d'autres. Ben oui ! C'est un peu comme si il faisait ses négociations entre tel ou tel épée.. Pourtant, il ne ferait même pas ça pour des épées. Les siennes ont leur défauts, leurs rares qualités. Pourtant il ne les échangerait pour rien au monde. Il fait avec elle, s'adaptant à ce qu'elles sont et elles se fondent si merveilleusement en lui qu'il a l'impression d'entendre leur chant chaque fois qu'il les caresses..
Libertée ne cesse de lui chanter et même lorsqu'il ne la comprend pas, il se sent en accord avec elle.. et se laisse entraîner dans ses jeux. Elle est son unique maître, un point c'est tout.

Se débattant dans les courants, agrippant ce qui veut l'aggriper ou s'en échappant, dans les rares moments où il ne se faisait pas simplement avoir et éclaboussé, il joue avec son maître sans se laisser atteindre par la conscience du temps ou de la fatigue. Juste amusement.

Jusqu'à ce qu'elle annonce la fin de l'entraînement.
A bout de souffle, il se traîne dans la tumultueuse rivière jusqu'à la rive où il grimpe avec une grimace. La nuit est fraîche, sa peau humide et il n'a rien pour s'essuyer là, sinon ses vêtements. Il devra d'abord quérir une couverture au campement.. Et mourir simplement de froid.
Il lance un regard moqueur à son maître, s’apprêtant à le lui faire remarquer.. mais referme la bouche en croisant le regard pensif qu'elle lui tourne.
Ce n'est pas chose courant de voir son maître prendre le temps de poser les choses. Il a plutôt l'habitude de lui courir après parce qu'elle fonce sans lui expliquer ou lui laisser le temps de réagir. Et là, elle se contente de le regarder, l'esprit visiblement occupé. Que va-t-elle lui dire ? Quelque chose en rapport avec Lacrya ?.. A-t-elle percé le secret de la jeune femme et par la même le sien ?
Le regard de Liberté se porte au dessus de lui désormais, avant de revenir encore.

Et puis, ses cheveux s'agitent d'eux même pour s'emmêler et s'essorer.. oui oui, tout seuls..
Nuhadu écarquille les yeux, s’apprêtant à prévenir Libertée qu'il y a un problème... Et se ravise en voyant son sourire. Elle le sait. Elle joue encore.

-Qu'est-ce que..

Elle ne le regarde plus. Elle fait fit de la questions qui lui brûle les lèvres et du froid qui caresse leurs peaux. Elle se lance plutôt dans un des mouvements lents et fluide.. elle s'abandonne entièrement à ces mouvements.
Il est son apprenti non ?
Poussant un soupir, le corps parcourut de frissons, il l'accompagne, cherchant à reproduire sans faille ses mouvements son rythmes.. et plus difficile encore, son immersion totale dans les geste qu'elle répète.
Le temps des questions viendra.. toutes chose à son temps, le tout est de le déceler et de le prendre.

C'est un jeune homme épuisé qui revient au campement. Épuisé et vidé. Agréablement fatigué et la tête encore pleine de questions. Il a n'a qu'une envie en trouvant Lacrya en train de cuire un lapin, c'est de se glisser dans ses bras, la saluer comme il se doit et lui voler ses lèvres. La remercier aussi.. c'était à lui de faire le repas ce soir. Grâce à elle, il y échappe, puisqu'il ne doute pas un instant qu'elle en partagera avec eux.
Mais pour le moment, il retrouve surtout sa pudeur. D'autant qu'il grelotte comme jamais dans cette nuit. Il a du attraper un rhume à suivre les mouvements de la folle dans un froid pareil ! Il ne se fait pas prier pour se rhabiller, tendant l'oreille à la conversation entre les deux femmes qui reprends. Pas spécialement houleuse, mais pas spécialement amicale non plus. Au moins plus d'insultes.. une bonne chose.

Son maître ne lui demandant plus rien, ni exercice, ni questions étranges, ni même de tirage de tresses intempestifs, Nuhadu ne lui prête pas grande attention et s'en va déposer un baiser sur la joue de la dame. Comme un petit garçon pense-t-il avec un sourire.. C'est bien que Libertée influe grandement sur lui. Mais les mots qui franchissent ses lèvres dans un murmure témoignent pour eux de l'influence de Lacrya.


-Vous retrouver est un plaisir sans fin, ma dame. Inattendu, cependant.. Mais ce ne sera pas la première fois que vous me surprenez à me baigner.. ni la dernière j'espère.

Il n'oublie pas que la belle dame n'aime pas montrer son affection en publique et même s'il ne demandait que ses bras pour se réchauffer en cet instant, il s'éloigne d'elle pour s'asseoir devant le feu et puiser un peu de sa chaleur.


-Dois-je vous présenter l'une à l'autre ? Ou aurais-je loupé vos premier pas dans la politesse ?

Il ne s'adresse à personne en particulier, mais la question est surtout pour déterminer ce que Lacrya veut dévoiler à son maître. Il espère aussi, au fond de lui, que Libertée le verra comme une requête à se plier à un minimum vital de fadaises. Bien sûr, elle fera comme elle voudra. Mais il sait son maître joyeux et plutôt source de bonne entente. Pas le genre à chercher une bagarre. Pas volontairement, pense-t-il.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Jeu 03 Mai 2012, 20:20

    Ce sourire.
    Toujours ce même sourire.

    Amical.
    Joueur. Provocateur.
    Heureux.

    Il était tout à la fois et c’est ce que je n’aime pas là dedans. Ce tout. Cette impossibilité que j’ai à le comprendre totalement. A le cerner.

    Geste banal ou menace.

    Je me sens sur les nerfs. Presque paranoïaque à côté de cette inconnue. Et la cause et simple. Nuhadu. Je sais qu’il est parfaitement en sécurité avec son maître. Mais ce n’est pas de cela dont j’ai peur.

    Stupide crainte.

    Lâchant un léger soupir, je commence à préparer mon lapin à la cuisson, me maudissant silencieusement.

    Stupide jalousie.


    - Je propose un échange : peu de notre feu, contre un peu de ton lapin. T’en penses quoi ?

    Levant les yeux vers la Marchombre, je lui offre un petit sourire. Un peu de mon repas contre un peu de feu pour m’éviter de le manger cru. Bon marché…

    - Moi qui voulais m’en garder un peu pour les jours à venir… Bah, ça me permettra de me défouler. Marché conclu.

    Retournant à ma préparation, je place ma viande au dessus du feu, la laissant cuir tranquillement. Puis, relevant la tête, je jette un regard aux alentours. La Marchombre est assise devant moi, un sourire collé à ses lèvres, les jambes étendues. Elle semble s’être enfin décidée à se rhabiller. Quand à Nuhadu…

    Je sens une présence se matérialisé à mes côtés. Je sens son souffle chaud contre ma joue. Son visage se rapproche du mieux. J’hésite un moment à m’écarter, peu désireuse d’ainsi m’exposer devant cette inconnue.

    Trop lente à me décider.

    Les lèvres délicieusement chaudes du jeune homme viennent se poser sur ma peau. Ce contact est doux. Furtif.

    Merveilleux.

    Je sens un léger frisson descendre le long de mon dos. Mon visage s’apaise légèrement. Mais trop peu pour que cela soit vraiment visible. Tournant légèrement la tête vers Nuhadu, je sens un léger murmure me pénétrer.


    -Vous retrouver est un plaisir sans fin, ma dame. Inattendu, cependant.. Mais ce ne sera pas la première fois que vous me surprenez à me baigner.. ni la dernière j'espère.

    Un léger sourire se serait dessiné sur mes lèvres si je ne l’avais pas retenue, me contentant de lui offrir un regard brillant. Réponse muette. Cette rencontre est en effet totalement inattendue. Surprenante également. Mais au fond je crois que j’aurai préféré l’éviter. Cela implique trop de chose. Trop de prises de consciences. Mais maintenant que je suis là, je n’arrive pas à partir.

    Etrange.
    Stupide.
    Pathétique

    Le laissant s’éloigner, je le suis un moment du regard avant de retourner mon lapin, toujours sur le feu. Puis, reportant son regard sur l’inconnue, je la détaille un instant. Ainsi voila celle qui guide Nuhadu sur la voie de L’Harmonie. Celle qui lui inculpe des valeurs totalement opposées aux siennes.

    Alors que ces pensées me traversent l’esprit. Je me rends compte à quel point j’ai changé. A quel point il m’a changé. Je pense que quelques années plus tôt, j’aurai tout fait pour le faire venir dans la voie du Chaos. Le convertir à mon idéal. Voir même par la force.

    Au lieu de cela, j’ai accepté ce qu’il était.

    Ouverture d’esprit ?

    Je pousse un soupir silencieux, chassant ces pensés inutiles et m’évitant ainsi de répondre à cette question.

    Stupide.

    Passant une main lasse dans mes cheveux, je retire la viande du feu et la fait tourner un moment, vérifiant qu’elle est cuite. Peu satisfaite, je la replace dans le feu.


    -Dois-je vous présenter l'une à l'autre ? Ou aurais-je loupé vos premier pas dans la politesse ?

    Tournant mon regard vers Nuhadu, je penche légèrement la tête sur le côté. Presque amusée. Ce jeune homme semble être un arbitre. Un pacifiste au milieu d’une guerre silencieuse qui tente de mettre fin au conflit et de créer une entente entre les deux camps.

    Cette idée me tire un léger sourire.

    Reportant finalement mon attention vers l’inconnue, je la regarde un moment avant de pousser un petit soupir de résignation. Lui offrant un regard dénué de toute hostilité, je me présente la première.

    Après tout, c’est à celle qui a ouvert la guerre de faire le premier pas.


    - Je m’appel Lacrya Sil’ Morna. Désolée pour tout à l’heure. Je ne pensais pas arriver en plein milieu du cours de notre ami ici présent…

    Lançant un regard oblique à Nuhadu, je laisse un sourire moqueur se dessiner sur mon visage. Peu à peu, je reprends contenance, la haine quittant mon cœur, remplacé par de l’amusement. Celui de découvrir une autre facette du personnage.

    Apprenti.


__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Lun 02 Juil 2012, 14:26

- Libertée Iuaskallaphun.
Pas de soucis, maintenant que l'on s'est compris, tous, ça vaut mieux ! C'est pas que j'aime pas les bains de sang mais... je peux aussi m'en sortir sans !


[ Clin d'oeil ]

- Alors alors ! Moi je suis curieuse, je veux savoir comment vous vous êtes rencontrés, tous les deux !

[ Grand sourire ]

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Mar 03 Juil 2012, 15:27

-Tu es peut-être un peu trop curieuse.

[Gros yeux chargés de reproche]

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   Mer 04 Juil 2012, 09:47

- Loin d'ici, il y a longtemps... Autre chose?

*réponse rapide, expédié, agrémenté d'un regard peu aimable.*

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Groupe Vifé - Cours n°3   

Revenir en haut Aller en bas
 
Groupe Vifé - Cours n°3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Groupe Leenio - Cours n°5
» Groupe Humo - Cours n°3
» Groupe Bizya - Cours n°2
» cours de latin
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Nord :: Citadelle des Frontaliers-
Sauter vers: