AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Khamill Norwël
Groupe Wolld
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 516
Citation : Accorder sa confiance revient-il à offrir son dos au poignard ? (Le Pacte des Marchombres)
Date d'inscription : 09/04/2012

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une marque au fer rouge en forme d'étoile à trois branches entre son épaule et son sein droits ; et la moitié gauche du visage rougie par une large brûlure.

MessageSujet: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Lun 30 Avr 2012, 22:51

Elle avait marché trois jours pour se rendre au Lac Chen. Alors qu'elle venait d'arriver au Domaine, où elle avait fait la "connaissance" de Shan et Laïar, deux apprentis envoleurs, Khamill était tout de suite repartie. Trop de gens, trop de bruit. Trop de mots. La jeune femme se sentait décidément plus à sa place dans la nature qu'à proximité des autres. Elle avait bien essayé de supporter tout ce monde et toute cette agitation, en souvenir de Syndrell avec qui elle avait pu échanger plus de deux mots ; mais à quoi bon ? A quoi bon s'efforcer de combattre l'agressivité qui habitait chacun de ses membres ? A quoi bon tenter de noyer son dégout des autres ?

Non, ce n'était pas du dégout. Bien au contraire. Khamill aimait les gens. Elles les aimait, eux et leurs différences, eux et leurs similitudes, eux et leurs sentiments si compliqués ; elle les aimait, eux qui étaient si proches d'elle et en même temps si loin ; elle les aimait, mais ne pouvait s'empêcher de leur tourner le dos. C'était comme ça, et c'était tant pis pour elle... Elle avait refusé de se torturer plus longtemps sur ce sujet, et avait décidé de s'en aller, tout simplement. En attendant que son cours commence.

Sans monture, avec le minimum de provisions, Kham s'était donc rendue au Lac Chen. Elle avait besoin de nager. Elle avait besoin de toucher l'eau avec sa peau, elle avait besoin de sentir ses muscles s'échauffer, elle avait besoin de se remémorer les souvenirs de son frère et des Grands Océans. Certes, elle avait eu l'Ombre pour ça, mais ce n'était pas pareil. Trop tumultueuse, trop sombre, trop sauvage pour qu'elle puisse la dompter, la rivière ne l'avait pas vu s'avancer assez loin pour qu'elle puisse y nager convenablement. Et puis, même si l'eau qu'abritait Ombreuse était plus proche de l'océan que celle du Lac Chen, par sa sauvagerie, elle semblait en fait plus lointaine, par sa situation. Au beau milieu d'une sombre forêt, l'Ombre ressemblait plus à un rendez-vous de bêtes dangereuses qu'à une mer... Ce qui n'était pas le cas du Lac Chen, qui, de toutes façons, était bien plus vaste que la rivière.



***


Assise sur un rocher, Kham observait avec bonheur l'immense étendue d'eau qui se trouvait à une trentaine de mètres en dessous d'elle. Elle savourait d'abord le plaisir de se retrouver devant toute cette eau, et puis après... après elle irait y nager. Cette pensée la rendant brusquement impatiente, la jeune fille se leva soudain et dévala la petite colline qui surplombait le lac, tout en lâchant un long cri de bonheur. Elle avait bien retrouvé les falaises dans les Dentelles Vives ; la voila qui retrouvait maintenant l'eau dans le Lac Chen. Et dire que les Grands Océans faisaient tout en un...

Khamill enleva un à un tous ses vêtements, qu'elle jeta sur le sol de galets, après avoir vérifié que personne ne se pointait aux alentours – d'une part elle ne supporterait pas que quelqu'un d'autre encore puisse la voir nue, elle en avait eu son compte jusqu'alors ; d'autre part elle ne souhaitait pas, par dessus tout, que l'on aperçoive l’Étoile. C'était son secret, hormis elle seul Clarence avait eu le droit de savoir – en même temps il n'avait pas pu en être autrement – et bien sûr, il y avait eu aussi tous ceux qui n'avaient pas eu le droit mais qui l'avaient vu quand même. Quant à Cerman, il lui avait lui même infligée, alors pas la peine de le préciser. Et surtout pas l'envie ! Kham s'efforça d'oublier l'homme pour l'instant, pour réussir à profiter du moment présent.

Un pas, et ses pieds nus rencontrèrent la morsure glaciale de l'eau. Khamill avait deux ans, elle faisait ses premiers pas dans l'Océan.

Deux pas. Ses chevilles s'immergèrent à leur tour. Khamill avait cinq ans, elle savait déjà nager sur plusieurs mètres.

Six pas. L'eau atteignit le bas de ses cuisses, et la jeune femme s'arrêta un instant. Le temps de savourer ce contact apaisant, et de se rappeler les jeux avec Kio. Les collections de coquillages, les abordages pirates de navires imaginaires, le soleil toujours bienveillant, la glace gelant les vagues les hivers de grand froid, la saveur du poisson grillé sur sa langue, la douceur du sable entre ses orteils, la brûlure d'un crabe sur sa main trop curieuse... Khamill avait six, sept, huit, neuf, dix, onze ans.

Quinze pas. Le ventre de Kham accepte joyeusement les quelques remous du lac. Alors qu'elle a douze ans, une tempête survient, trop soudaine. Un rocher, trop prêt. Un petit garçon qui tente désespérément de rejoindre le rivage, trop loin... Une mort. Bien plus que trop brutale.

Trente pas. Les épaules blanches de la jeune fille sont submergées, et ses larmes se perdent dans l'immensité d'eau.

Elle ne veut pas aller plus loin.



***


Nager. Nager pour oublier, nager pour se rappeler. Nager pour se perdre, nager pour se retrouver. Nager, tout simplement. Pour le plaisir de nager...

***


Comme elle sentait ses muscles fins se fatiguer de plus en plus, Khamill décida de sortir de l'eau. De plus, le soleil commençait à descendre derrière l'horizon, et la jeune femme devait se dépêcher de dresser son campement et de faire un feu si elle ne voulait pas être surprise par la nuit. Elle ramassa donc du bois et prépara le feu avant de l'utiliser pour se sécher complètement. Puis, elle enfila ses vêtements, qu'elle avait auparavant lavés et fait sécher à leur tour. Après ça, elle saisit un pain aux herbes, un morceau de fromage, quatre lamelles de siffleurs épicées, et s'en alla cueillir quelques baies avant de tout avaler, en savourant la nourriture à la lumière des flammes. Nager, c'est bien beau mais ça creuse drôlement !

Et, alors que Khamill observait le feu, fascinée par sa lumière, sa chaleur et son mouvement, le visage éclairé de son rougeoiement intense, elle entendit un léger bruit. Un léger bruit qui ressemblait fort à un craquement de branche, mais qu'elle pensa confondre avec l'un du feu, puisqu'elle ne distinguait personne et qu'il ne faisait pourtant pas encore totalement nuit.

Cependant, la jeune femme avait été troublée dans sa contemplation silencieuse des flammes, et elle ne pouvait s'empêcher de douter. Et si quelqu'un était bien là ? Malgré elle, Kham sentit un long frisson lui parcourir la peau. Un voleur, un brigand ? Un voyageur ? Ou juste un animal ? Oui, mais dangereux ou pas ? Que devait-elle faire ? Elle possédait bien un poignard, et Clarence lui avait apprit comment s'en servir, toutefois elle ignorait si elle serait capable de l'utiliser...

Un deuxième craquement la fit se lever, inquiète. Cette fois, elle en était certaine, ce n'était pas le feu. Fouillant les alentours du regard, Khamill murmura d'une voix qui se voulait assurée :


- Qui êtes-vous ?

La même question posée à Syndrell quelques jours plus tôt, oui. Mais cette fois, elle ignorait vraiment qui elle avait en face d'elle. Et ce quelqu'un... était-il seulement un ?





Dernière édition par Khamill Norwël le Mer 19 Déc 2012, 17:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Mar 01 Mai 2012, 21:37

Un long soupir s’éleva dans les airs.
Kaünis grogna toute seule. Face à l’immensité du Lac Chen, elle se demandait ce qu’elle pouvait faire, maintenant. Elle n’avait pas envie de trop réfléchir, et avait fui toutes ses pensées depuis le Domaine en courant. Courir lui vidait la tête, et désormais elle le faisait assez bien et longtemps – en tout cas plus qu’avant, même si cela avait toujours été un domaine de prédilection pour elle.

Irrémédiablement, la scène qui l’avait tourmentée lui revint en mémoire.

* *

- Papa ?

Kaünis s’élança vers la silhouette qui se trouvait à quelques mètres d’elle. Aucun doute, c’était bien son père, et quand il se retourna elle se précipita dans ses bras. Cela faisait tellement longtemps qu’elle ne l’avait pas vu ! Depuis son premier cours, en fait… Soit quelques mois auparavant, sans aucun doute.
Un long soupir de contentement franchit ses lèvres, et elle se sortit de l’étreinte de son paternel pour le regarder un peu mieux.

- Ca fait longtemps !

Voimakas sourit à sa fille, et posa sa main sur son épaule. Geste empreint de tendresse et de réconfort.
Ils se trouvaient dans le hall du Domaine, au milieu de bien des gens, mais Kaünis n’avait plus de honte à se montrer avec sa famille ; elle en avait une, elle, et elle n’allait pas non plus les réfuter juste parce qu’ils étaient aussi des serviteurs du Chaos… Bien au contraire. Elle était réellement heureuse de trouver son père, et même si son Maître avait été dans les parages, elle ne se serait jamais retenue de lui sauter dans les bras.
Après tout, il savait maintenant.

- On se croirait en réunion de famille !

Le cœur de la jeune fille bondit dans sa poitrine. Tournant vivement la tête, son regard croisa celui de sa mère, qui venait à son tour d’arriver. Ses yeux brillèrent intensément, alors que la femme s’approchait un sourire aux lèvres. Kaünis en restait juste sans voix.

- Ma chérie ! Mais je croyais que tu devais partir dans le Nord… ?

- On est repassés par ici pour faire quelques provisions tranquillement… Kaünis, voici Yan.


L’apprentie tourna son regard vers le jeune homme qui venait de se placer à la droite de sa mère. Quelque chose se passa dans son ventre quand elle croisa ses yeux verts. Rougissant légèrement, Kaünis le salua d’un mouvement du menton, avant de le détailler : grand – il faisait presque deux têtes de plus qu’elle – sa peau dorée mettait en valeur le vert profond de ses yeux, ainsi que la couleur de ses cheveux : d’un châtain clair presque blond. Il était même agréable à regarder…

- Bonjour Yan.

- Enchanté, Kaünis !


Sa voix était chaude et basse, puissante et vibrante.
Quelque chose se tordit dans le ventre de la jeune fille.

* *

Depuis, elle ne cessait de repenser à cet apprenti. Yan. L’apprenti de sa mère, en fin de formation. Il était d’ailleurs sans doute enfin libre, et probablement ne le reverrait-elle jamais. C’était Hien qui le lui avait dit : elle comptait mettre fin à son apprentissage avant la fin de la lune au moment où elles en avaient parlé, et cette dernière s’était terminée depuis.
Il devait donc être libre…

Un soupir franchit encore une fois les lèvres de la jeune fille, alors qu’elle fixait son regard à l’horizon. Horizon, sur le miroir létal du Lac Chen. Un sourire étira ses traits, et elle s’avança vers l’eau qui semblait l’appeler.
Légèrement en nage, elle avait évidemment transpiré par cette course à laquelle elle s’était adonnée.

Yan…
Oui, elle ne cessait de penser à lui, et à chaque fois son ventre sursautait légèrement, irrémédiablement réactif à son souvenir. Elle ne pouvait cependant pas se permettre d’approfondir le sujet : ce jeune homme n’était qu’un Envoleur. Un Envoleur parmi tant d’autres ; il ne comptait pas assez. Même en passant Maître. Il n’était pas assez élevé dans la hiérarchie pour qu’elle pût lui accorder une réelle importance, et l’inclure dans ses projets, aussi fous fussent-ils.
Elle voulait un Mentaï. Rien d’autre.
Parce que c’était le seul statut qui lui permettrait d’être reconnue et de réaliser ce qu’elle avait toujours voulu.

Le clapotis des petites vagues vint lécher ses pieds nus, et elle baissa les yeux vers ces derniers. Remuant les orteils dans le sable, elle se demanda ce qu’elle faisait là, au final. Pourquoi était-elle venue au Lac Chen ?
Peut-être avait-elle envie de se baigner ; et Ombreuse ne se prêtait pas assez à la décontraction qu’elle attendait d’un bain. Même le Loutoubre, fleuve dans lequel elle avait passé son enfance, était bien plus indolent que cette rivière houleuse. Relevant ses cheveux au dessus de sa nuque, elle se débarrassa rapidement de ses vêtements pour se glisser dans l’onde fraîche.
Juste se rafraichir…

Quand elle en sortit, elle essora rapidement sa masse chevelue, avant de récupérer ses habits. Enfilant uniquement sa tunique trop large et trop longue – une ancienne chemise de son père – elle commença à flâner sur la rive du lac, alors que le soleil décroissait à l’horizon. En levant les yeux, elle détecta la fumée d’un feu et se dirigea machinalement vers ce dernier, sans chercher à se cacher le moins du monde.
Ses pieds remuaient légèrement le sable sous ses pas, et elle appréciait la souplesse du sol. Le feu n’était plus très loin, et un craquement attira son attention. Etait-ce un craquement lié au bois et aux flammes ?

- Qui êtes-vous ?

Kaünis fronça les sourcils.
Il y avait bien une fille près du feu, mais elle dirigeait sa voix vers la forêt alentours, et pas vers elle. Néanmoins, elle n’avait pas envie de se cacher, et fit donc quelques pas dans sa direction.

- Salut.

Une réponse à la question ?
Non, pas tout de suite..

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ney Nirina
Groupe Er'Lyn
avatar

Nombre de messages : 254
Date d'inscription : 15/02/2012

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Brûlures sur le dos des avant-bras, Sae, un chat, la suis presque partout

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Mer 02 Mai 2012, 03:34

    Le soleil tape fort, tape bien. L'air est doux, le vent frais se contente d'être une caresse tiède là où elle est, allongée au milieu des herbes et des buissons et de quelques arbres, elle sent la chaleur des rayons sur sa peau, elle se sent merveilleusement bien. Si bien qu'elle n'envisage pas de bouger tout de suite, elle qui est plutôt active et pleine d'énergie, au contraire. Elle a juste envie de profiter, de continuer à s'ouvrir. Elle se sent tellement bien...

    Va savoir ce qui avait conduit ses pas ici. Le hasard, sans doute. Elle fonctionnait beaucoup comme ça. Enfin, avant. Avant qu'elle ne commence son entraînement de marchombre. Mais cela n'avait pas changé. Une fois son premier cours fini, qu'est-ce qui l'empêchait d'aller découvrir ce qu'il lui restait à voir de Gwendalavir en attendant le second? Alors elle était partie, au hasard, heureuse de ses nouvelles capacités, de l'harmonie qu'elle commençait à toucher du doigt, de savoir tout ce qu'il lui restait à découvrir.

    Elle était heureuse et bien, là, allongée, à simplement sentir le vent qui caressait sa peau, l'herbe qui la chatouillait, le soleil qui la réchauffait, sentir les odeurs de la forêts, entendre ses bruits et...

    Sae, prit dans ses jeux, roula alors jusqu'à se "cogner" contre elle. Sae, un chat, tigré, yeux vert, tout ce qu'il y a de plus classique. Sae, un félin qui était sans doute l'être vivant qui lui était le plus cher actuellement sur cette terre. Stupide? Peut-être, mais normal. Elle avait besoin de quelqu'un, et elle voyageait. Et elle avait croisé la route de Sae, chaton. Ils ne c'étaient plus quittés. C'était comme ça, et elle aimait cela.

    Enfin, pas toujours. Parfois, elle se demandait ce qu'elle ferait sans lui, parfois aussi il l'amusait, et d'autres fois elle adorerait qu'il l'oublie un peu. Le contact de sa fourrure, sous ses aisselles à nue en plus, la chatouilla et la tira de son bien être. Elle c'était ouverte mais c'était comme rétractée à l'intérieur d'elle-même sous le coup de la surprise et elle se redressa brusquement.

    - Sae! Quel stupide félin tu fais! T'a pas vu que fallait pas me déranger?

    Le chat tourna la tête pour planter son regard vers dans le sien, et Sae sentit aussitôt partir son agacement. Elle râlait toujours pour la forme, et heureusement que Notok, le marchombre qui la formait elle et les deux autres novices, le prenait bien parce qu'elle n'était pas prête de changer!

    Elle n'était plus fâchée mais elle n'avait plus envie de rester assise là à profiter du beau temps et regarder l'herbe. Sae était attiré par le mouvement de cet océan de verdure qui offrait ses arabesques au gré du vent, mais elle n'était pas un chat et l'intérêt qu'elle portait à l'herbe était totalement différent. Et puis ça y est, elle en avait marre de rester assise. Elle se leva.

    Aussitôt, l'immensité du lac Chen happa son regard. L'envie déférla alors sur elle : elle voulait se baigner. Il ne faisait pas extraordinairement chaud mais la température s'y prêtait et elle aimait cela, elle n'allait pas s'en priver!

    Alors qu'elle courrait vers la berge, elle cru vaguement voir des formes éloignées dans l'eau. D'autres baigneurs? Elle les oublia presque aussitôt après les avoir vu et s'arrêta pour ôter ses vêtements. Techniquement, se baignée habillée de la gênait pas, mais après, c'était délicat de voyager avec des vêtements mouillés. Elle prit donc le temps de se dévêtir, temps que Sae mit à profit pour remarquer son départ à ses côtés et la rejoindre. On disait les chats indépendants, il n'empêche que lui la suivait comme un chien! Bon d'accord, pas toujours, mais souvent. Ney sourit, grimaça en voyait les brûlures qui barraient ses avant-bras, trop voyantes à son goût, puis ne réfléchit plus et plongea. Enfin, façon de parler, elle sauta dans l'eau mais elle ne lui arrivait qu'aux chevilles! Et il avait beau faire plutôt chaud, elle était froide! Mais Ney ne se laissait pas décourager comme ça, elle continua à s'enfoncer jusqu'à être immergée totalement. Alors elle nagea un peu à coup de brasse, crawl, apnée, puis revint vers la berge où Sae s'amusait toujours. Parfois, il venait se baigner avec elle - oui oui, certains chats aimaient l'eau, plus qu'on pouvait le croire, c'est comme leur réputation d'indépendants - mais ce coup-ci, il était à fond en mode jeux. Alors qu'elle était tout près de la rive, il finit cependant par s'arrêter pour la regarder sortir de l'eau. Ney songea qu'il devait s'être dépensé pour la journée et s'approcha pour le caresser mais Sae, pas fou, s'éloigna alors qu''elle était encore à deux mètres.

    - T'exagère Sae! J'suis pas si mouillée que ça!

    Devant l'absence de réponse de Sae mais devant l'expression de son regard, Ney éclata de rire puis se sécha comme elle pouvait, à savoir en attendant que le soleil la réchauffe tout en usant d'une technique personnelle. Ce fut heureusement assez rapide - sauf pour les cheveux, elle avait beau les porter courts, ça restait plus long à sécher que le reste - et elle enfila assez vite ses vêtements. Elle était loin d'être la fille la plus pudique de la terre, mais quand même.

    En parlait de ses cheveux tiens. Ney profita d'être près de l'eau pour observer son reflet. Sa peau était bronzée - pas étonnant vu le temps qu'elle passait dehors - et ses cheveux avaient une couleur étonnante : ils étaient violets. C'était pas commun mais elle aimait cette teinte de violet alors elle s'en fichait.

    Son regard quitta la surface de l'eau pour aller sur ses brûlures. Elles allaient du coude au dos de la mais, sur le dos des avant-bras. Et elle n'avait aucune idée de leur provenance. Etant amnésique, c'était un peu normal, mais c'était rageant de ne se souvenir de rien. A ce rythme, elle était condamnée à rester amnésique toute sa vie!

    Elle finit par se lever et fit demi-tour pour s'éloigner un peu de l'eau. Elle s'en félicita lorsque Sae, à son habitude, bondit sur ses épaules sans qu'elle l'ai vu venir. C'était super quand il était chaton, mais là il était plus lourd quand même! Heureusement elle commençait à avoir l'habitude, elle oscilla à peine et se contenta de lui souhaiter la bienvenue par une série de caresses et de grattouilles autour de la tête. Il les accueillies avec un ronronnement puis Ney se remit à marcher.

    Elle ne savait pas trop où aller. Elle avisa le bosquet où elle c'était reposée et les arbres qui s'y trouvait puis balayait le reste de la côte du regard. Il y avait de plus beaux arbres plus loin, si elle voulait grimper c'était mieux, aussi se dirigea-t-elle vers eux tout en grignotant du pain d'herbe.

    Le soleil se couchait et elle n'avait toujours pas trouvé d'arbre correspondant à ce qu'elle cherchait. Elle s'arrêta quelques secondes, consciente qu'elle avait peut-être des critères un peu sévères, puis son regard fut attiré par de la lumière. Dès qu'elle eu tourné la tête, elle en identifia l'origine : un feu. Curieuse de nature, elle ne réfléchit pas et s'en approcha. Elle arrivait en vue lorsqu'une seconde personne se présenta. Ney avait beau ne pas être très douée pour comprendre les choses, son premier cours avait améliorer les choses et son sens de l'observation, elle comprit que la seconde arrivante n'était pas avec la première au vu de leurs attitudes respectives. Elles échangèrent des phrases qui parvinrent à ses oreilles malgré la distance.

    - Qui êtes-vous ?

    Plutôt sommaire comme approche, mais au vu de l'âge des filles et de l'endroit où elles se trouvaient, c'était normal de faire preuve de la plus élémentaire prudence, c'était ce qui avait bien souvent sauvé les fesses de Ney malgré sa totale incompétence à se défendre : la paranoïa. Bon, n’exagérons rien, mais quand même.

    - Salut.

    Soit la seconde personne n'avait pas entendu ce qu'avait dit la première, ce qui paraissait vraiment improbable vu qu'elle était la plus près, soit, et c'était plus probable, elle avait choisit volontairement de ne pas répondre. Ney était désormais assez près pour bien les voir et pour être éclairée par les flammes, elle ne chercha pas à se faire discrète sans spécialement se faire bruyante non plus et s'arrêta à bonne distance des deux autres filles. Elle remarqua alors avec surprise la brûlure qui ornait la partie droite du visage de la fille qui avait allumé le feu. La brûlure était différente de celles qu'elle avait aux bras, elle la jugeait moins... belle, disons, les siennes n'étaient pas rouges mais présentaient simplement une différence de couleur avec son teint hâlé. Enfin, ça pouvait être pire quand même! Pour le reste, elle était assez jolie. Son regard passa sur la seconde fille, qui paraissait avoir le même âge que la première, soit plus que Ney. Yeux verts comme Sae, cheveux noirs.

    - Salut. Je m'appelle Ney.

__________________________________________

Lettres ~ Fiche ~ RPs ~ Liens ~ 2ème cours



Merci beaucoup à Ange Shar pour ce kit! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khamill Norwël
Groupe Wolld
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 516
Citation : Accorder sa confiance revient-il à offrir son dos au poignard ? (Le Pacte des Marchombres)
Date d'inscription : 09/04/2012

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une marque au fer rouge en forme d'étoile à trois branches entre son épaule et son sein droits ; et la moitié gauche du visage rougie par une large brûlure.

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Mar 08 Mai 2012, 14:48

Ils étaient donc bien deux... Ou plutôt, elles étaient donc bien deux.

Sauf qu'elles n'étaient pas arrivées en même temps, et ne semblaient visiblement pas se connaître, puisque la seconde s'était présentée aussi à l'intention de la première. Khamill fronça les sourcils. Que de monde attiré par son feu ! Elle qui était venue près du Lac Chen dans le but, entre autres, de passer un moment tranquille en solitaire, voilà que deux autres filles venaient troubler sa tranquillité. De mauvaise humeur, la jeune femme détailla d'un regard noir et méfiant les deux inconnues.

La première, d'une dizaine de centimètres de plus qu'elle, possédait des longs cheveux couleur de jais qui contrastaient joliment avec sa peau blanche. Ils encore mouillés par une baignade facile à deviner. Et puis, il y avait ces deux yeux d'un vert de forêt, un beau et mystérieux vert marécageux que Khamill n'avait auparavant jamais remarqué chez quelqu'un – Cerman avait les yeux verts, mais plutôt dans les tons émeraude. La jeune femme ne réussit cependant pas à distinguer d'émotion ni de sentiment spécial dans ce regard de jungle, qui lui demeurait neutre, ou bien impénétrable...

La seconde fille – Ney, donc – semblait d'un tout autre genre. La couleur mauve de ses cheveux surprit à peine Khamill, qui, malgré sa curiosité habituelle et son caractère facilement impressionnable, commençait à avoir l'habitude de croiser des gens aux chevelures étranges, depuis qu'elle s'était lancée au dehors d'Al-Jeit. Syndrell avait les cheveux bleus, Shan les possédait blancs malgré son jeune âge, alors violets...

Toutefois, une lueur de curiosité s'alluma dans le regard gris de Kham lorsqu'elle aperçut les brûlures sur les avants-bras de l'inconnue.
Elle aussi ? Et pourquoi ? Elle se promit de lui poser la question si les deux filles prévoyaient de rester. En effet, elle ne se sentait pas de les chasser. Et puis, elle doutait qu'elles apprécieraient, et encore plus qu'elles lui obéiraient. Elle-même ne le supporterait pas... Et elle ne désirait pas s'attirer d'ennuis.

Enfin, la jeune femme aux cheveux bouclés distingua le chat. Tigré, légèrement dissimulé dans les ombres des pins proches que le feu agrandissait. Elle pouvait voir ses deux yeux verts briller à la lueur des flammes. Il restait en retrait, comme méfiant ; Khamill sentait presque l'aura sauvage qui émanait de lui.

Ils n'étaient donc pas trois, mais quatre...

Comme l'animal se tenait non loin de Ney, Kham devina qu'il était avec elle. Elle grimaça à cette pensée. Elle ne détestait pas les animaux – les aimait plutôt, même – et c'était bien pour cette raison qu'elle ne comprenait pas pourquoi les humains s'évertuaient à en posséder. Les pauvres bêtes, selon elle, devaient rester à l'état sauvage. Elles n'étaient pas à l’abri des prédateurs, certes, mais c'était dans l'ordre normal de la vie ; elle estimait donc qu'en aucun cas, un humain n'avait le droit de s'approprier ainsi les animaux. Cependant, elle ignorait les raison qui avaient poussé le chat et la jeune femme à se retrouver ensemble, et elle n'aimait pas faire de jugement hâtif. Alors elle ne montra rien de son avis.

Reportant son regard sur les deux inconnues, Khamill se rassit en face du feu, avant de laisser échapper un soupir exaspéré mais assez discret. Bon, puisqu'il était question de se saluer...


- Bonsoir.

Elle choisit de ne pas se présenter non plus, suivant l'exemple de la première jeune femme. Elle trouvait qu'elle se présentait bien trop souvent, en ce moment ; ça ne lui plaisait pas du tout. Elle verrait donc comment se passeraient les choses avant de se lancer dans l'annonce de son identité – un simple prénom ne fait pas toute une identité, certes, mais elle avait toujours l'impression de se dévoiler trop en prononçant seulement son nom...

Laissant passer quelques silencieuses minutes, Khamill attendait de voir ce que les inconnues avaient l'intention de faire. Maintenant qu'elle les avaient vues, elles lui semblaient moins dangereuses ; cependant elle se méfiait un peu de celle aux cheveux noirs, car elle avait la nette impression de sentir la même aura émaner d'elle que celle qui planait souvent au Domaine – elle y était restée peu de temps, mais avait quand même pu la sentir, ou la ressentir, plutôt. La probabilité que la jeune femme fût une envoleuse, ou peut-être plus une apprentie envoleuse, restait assez forte pour que Kham puisse penser qu'elle soit vraie.

Et ce n'était pas forcément pour lui plaire.

Voyant qu'elles ne semblaient pas vouloir faire quelque chose, n'importe quoi, elle se résigna à les inviter à s'assoir à leur tour.


- Si vous voulez profiter de la chaleur des flammes, je ne vous empêche rien...

Inutile d'en dire plus. Elle n'avait pas envie de parler, comme à son habitude, et ne voyait pas pourquoi elle le ferait. Elle préférait toujours connaître les paroles des autres avant d'énoncer la sienne – quand elle le faisait.

Et ce n'était pas près de changer...

Tout en attendant une éventuelle réponse, Khamill réalisa une chose, à laquelle elle n'avait encore jamais pensé. Depuis qu'elle avait quitté Al-Jeit avec Clarence, elle ne rencontrait presque que des femmes. Syndrell, Laïar, et maintenant Ney et la jeune fille aux yeux verts. Or, durant toute sa vie, elle n'avait aimé ou détesté que des hommes – mis à part sa mère. C'était peut-être pour cette raison qu'elle était particulièrement méfiante avec les deux inconnues, et avec les femmes en général : elle les connaissait moins bien...

Amusée par cette pensée, Kham se mit à attiser doucement le feu.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Dim 20 Mai 2012, 22:21

Non, elle n’avait pas envie de donner une réponse à la fille. Surtout qu’elle ne s’était pas présentée en retour, donc elle ne voyait pas l’intérêt de se dévoiler… Même si un nom ne représentait presque rien. Elle aurait même pu donner un pseudonyme, un patronyme, peu importait ; mais elle ne se sentait pas de le faire : il fallait alors savoir jouer des rouages de la comédie, et réagir quand on prononçait un autre nom que le sien. Elle n’était pas assez exercée à ce genre de choses, et tenter de le faire ainsi relevait pour elle plus de la tromperie, voire de la mesquinerie qu’autre chose.
Et si elle n’avait aucune raison de se dévoiler à cette fille, elle n’en avait aucune non plus de se moquer d’elle.

Mais avant que la jeune fille ne cherche cependant à répondre d’avantage à son interlocutrice, un mouvement attira son œil. Une autre femme arrivait ; une autre jeune fille plutôt, même. Sûrement légèrement plus jeune qu’elle, elle avait les cheveux coupés à la garçonne, plutôt courts donc, et qui semblait cependant plus à l’aise et extravertie qu’elle-même.
Un léger soupir franchit les lèvres de Kaünis tandis que le nom de la dernière arrivée se faisait un chemin dans son cerveau. Ney. Elle essaya donc d’associer ce son – unique – sur le visage de la jeune fille ; une parfaite inconnue. Mais se souvenir des visages et des noms des gens qu’elle rencontrait était un réel avantage, surtout si par la suite elle pouvait devenir celle qu’elle souhaitait.

- Si vous voulez profiter de la chaleur des flammes, je ne vous empêche rien...

Clignant des paupières par approbation, Kaünis approuva la démarche de la jeune fille assise d’un hochement de tête. Néanmoins, elle ne put s’empêcher de lancer un regard circulaire tout autour d’elles – vers le lac immobile, miroitant, ainsi que vers les branches des arbres qui dansaient dans un vent léger – avant de s’approcher pour profiter du feu.
Après tout, si la fille leur avait proposé, c’était que cela ne la dérangeait pas, non ? Si elle avait eu envie d’être tranquille, elle les aurait soit faites partir en étant désagréable – ce qui n’était pas vraiment le cas selon la définition de « désagréable » de l’apprentie Envoleuse – soit elle aurait éteint le feu, et dans ce cas-là elles n’auraient pas pu en profiter.

A vrai dire, Kaünis avait beaucoup de mal avec la notion de partage. Etant fille unique, elle avait toujours eu ce qu’elle voulait, ou presque, en étant enfant. Elle gardait toujours ses affaires pour elle, et les seules personnes qui pouvaient y toucher avaient son entière confiance – Nana, sa mère et son père. Proposer un feu comme cela, avec des inconnus, c’était un concept qu’elle découvrait depuis qu’elle avait rejoint le Domaine. Il y avait d’abord eu Elya, la jeune fille avec laquelle elle s’était rapprochée du Domaine depuis la Forêt Ombreuse, et qu’elle avait retrouvée par hasard au pied des Dentelles Vives ; et puis il y avait son Maître, qu’elle avait d’abord dû partager avec d’autres apprentis – même si ce temps avait été relativement court – et avec lequel elle devait partager et donc rationner correctement sa nourriture, son temps… Elle aurait sans doute dû aussi partager sa vision des choses, même si ce n’était pas gagné…

Dans une expiration, Kaünis s’assit près du feu, et tendit ses deux mains encore légèrement humides. Ses pieds apprécièrent la chaleur du foyer, et elle ferma les paupières quelques secondes pour s’imprégner de la chaleur.
Lorsqu’elle les rouvrit, son regard se posa sur celle qui avait visiblement fait ce feu, et dont elle ne connaissait pas le nom. La première chose qui la frappa chez elle, ce fut la pâleur de son regard, comparé à l’obscurité ambiante. Dans les jeux d’ombre du feu, elle ne repéra pas immédiatement la brûlure sur le côté droit de son visage ; pourtant, les stigmates attirèrent rapidement son attention.
Fronçant les sourcils, elle se demanda quelle attitude adopter. Avant de balayer cette interrogation d’un revers de pensée – et d’un léger mouvement de la tête – en effet, elle pouvait agir comme avec une personne normale ! Les accidents, ça arrivait à tout le monde.

Un léger sourire se logea sur les lèvres de la jeune fille. Dans une grande inspiration, elle se laissa légèrement aller en arrière, basculant son centre de gravité pour prendre appuis sur ses bras.
Les yeux plongés dans les flammes.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ney Nirina
Groupe Er'Lyn
avatar

Nombre de messages : 254
Date d'inscription : 15/02/2012

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Brûlures sur le dos des avant-bras, Sae, un chat, la suis presque partout

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Mar 29 Mai 2012, 10:35

    Le premier réflexe de chacune fut assez amusant : se détailler les unes et les autres. Ney nota cependant que seule la propriétaire du feu remarqua la présence de Sae, qui avait quitté les épaules de Ney pour se tenir en retrait. Il fallait dire que Sae n'était pas le chat le plus sociable de la terre... Avec les marchombres (maître en tout cas), il avait un très bon feeling d'après ce qu'elle avait pu voir jusqu'à maintenant. Avec les apprentis, moins mais quand même (cette entente avec les marchombres ne devait donc pas être un hasard). Mais là, a priori, ces deux filles n'avaient rien à voir avec des marchombres et, toujours a priori vu que Sae se tenait à bonne distance, elles ne faisaient pas partie des exceptions.

    - Bonsoir.

    A force, les phrases des deux inconnus mises bout à bout, enfin les mots plutôt, allaient bien finir par atteindre la longueur de la seule réplique de Ney! Cette dernière afficha un sourire amusé devant l'attitude des deux inconnues. Vu comment elles étaient bavardes, la suite risquait d'être marrante... Façon de parler.

    - Si vous voulez profiter de la chaleur des flammes, je ne vous empêche rien...

    Aucune n'avait l'air enchantée, mais au moins ça ne partait pas direct en vrille et, si aucune à part Ney ne daignait donner son prénom pour l'instant, cette dernière s'en fichait un peu et se contenta d'accepter la proposition de la propriétaire du feu.

    - Merci!

    Il fallait dire que, la nuit tombant, il commençait à faire un peu froid et ses cheveux n'étaient pas encore totalement sec - on se demandait bien pourquoi d'ailleurs, ils étaient court pourtant. Elle s'assit donc près des flammes en gardant une distance minimum entre elle et les autres sans même réflechir, cette limite inconsciente qu'on dresse entre nous et des inconnus. Elle regarda autour d'elle et repéra aussitôt Sae. Le félin ne faisait pas mine de s'approcher. Bizarre, d'accord il y avait des gens qu'il refusait carrément d'approcher, même avec Ney, mais quand même! Ce genre d'extrême était aussi rare que l'extrême inverse.

    Ney sourit en voyant le chat finalement disparaître parmi les arbres. Il allait sans doute chasser - sa dernière chasse remontant à ce matin, il devait avoir faim et c'était le moment idéal.

    Elle se retourna ensuite vers les deux autres filles. Elles étaient toutes deux autour du feu, l'autre arrivante n'était pas repartie, sauf qu'aucune ne daignait ouvrir la bouche. Ca n'avait pas l'air d'être le fort de la première, la seconde n'avait rien à dire et Ney non plus, sinon des banalités stupides, donc rien puisqu'elle n'aimait pas dire de banalités. Son regard tomba alors à nouveau sur la brûlure sur le visage de la fille la plus près d'elle et, sans gêne, elle lui demanda :

    - Comment tu t'es fait ça?

    Oui, bon, elle avait quelques soucis avec la notion de question indiscrète, mais après tout, elle posait la question avec naturel, et si la fille prenait la mouche et ne répondait pas, elle ne la harcèlerait pas pour connaître la réponse, ça la regardait. Mais elle était curieuse et voulait savoir, pourquoi n'aurait-elle pas droit de poser la question?

__________________________________________

Lettres ~ Fiche ~ RPs ~ Liens ~ 2ème cours



Merci beaucoup à Ange Shar pour ce kit! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khamill Norwël
Groupe Wolld
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 516
Citation : Accorder sa confiance revient-il à offrir son dos au poignard ? (Le Pacte des Marchombres)
Date d'inscription : 09/04/2012

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une marque au fer rouge en forme d'étoile à trois branches entre son épaule et son sein droits ; et la moitié gauche du visage rougie par une large brûlure.

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Ven 15 Juin 2012, 13:22

(regard noir vrillé dans celui de Ney)

- En quoi ça te regardes ? Attends, si c'est pour dire ça, c'était même pas la peine de t'approcher !

(grincement de dents)

- Profitez du feu si vous voulez, mais posez pas de questions... C'est tout ce que je demande... Pas trop compliqué, non ?


















[Ambiance, ambiance .... ^^ Blague à part, vraiment désolée... Une grosse attente pour une si petite part de dialogue... Mais je ne pouvais pas vraiment faire autrement. J'essayerais de faire mieux la prochaine fois !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Mer 18 Juil 2012, 11:22

- En effet, c'est pas compliqué...
[ Œillade appuyée vers Ney ]






[ Je suis désolé à mon tour pour un tel temps de réponse pour si peu de dialogue... et une intervention ô combien indispensable ! ]

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ney Nirina
Groupe Er'Lyn
avatar

Nombre de messages : 254
Date d'inscription : 15/02/2012

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Brûlures sur le dos des avant-bras, Sae, un chat, la suis presque partout

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Sam 28 Juil 2012, 13:26

      ( Pardon, je suis en retard aussi, je n'avais pas vu la réponse de Kaünis ^^' Et en plus j'ai pas le sentiment d'avoir écris un super truc )




    Visiblement, elle aurait mieux fait de se taire. C'était même certain, vu le regard noir qu'elle lui lança.

    - En quoi ça te regardes ? Attends, si c'est pour dire ça, c'était même pas la peine de t'approcher !

    Ney comprenait parfaitement sa réaction, on lui aurait demandé la même chose au sujet de ses brûlures, elle aurait sûrement réagit pareil, voir en pire, mais tous le monde n'était pas comme elle. Cette fille là si, visiblement. Ney hocha les épaules. Dans d'autre circonstances une réponse sur un tel ton l'aurait énervée, mais elle comprenait très bien cette réaction. Tellement bien que cela la faisait se sentir plus proche de cette parfaite inconnue, et cela la fit sourire.

    - Ca ne me regarde pas, en effet, c'était juste pour savoir, mais si tu veux pas le dire, c'est pas grave.

    - Profitez du feu si vous voulez, mais posez pas de questions... C'est tout ce que je demande... Pas trop compliqué, non ?

    Ney hocha la tête.

    - Fallait le dire tout de suite.

    Elle ne c'était pas départie de son sourire, un sourire qui n'était pas moqueur, juste un sourire. Bizarrement, en compagnie de cette fille étrange qui, quelque part, lui ressemblait, elle se sentait plutôt bien. Son sourire disparut quand la troisième ouvrit la bouche. Elle l'avait oubliée celle-là tiens.

    - En effet, c'est pas compliqué...

    Ney la fusilla du regard. Si elle ouvrait la bouche que pour dire ce genre de connerie, autant ne rien dire! Pour une fois, elle décida cependant de se taire, par respect pour la propriétaire du feu, aussi bizarre que cela puisse paraître.

    Pour une mystérieuse raison, Sae choisit ce moment de tension pour revenir en courant vers Ney. La colère de cette dernière s'évanoui aussi sec en voyant le félin arriver. Preuve de la force de leur relation, plutôt que de fuir quand il sentait Ney énervée, il accourait, comme pour la calmer, et ça marchait, c'était le cas de le dire! Le chat se colla à elle, du côté qui l'éloignait le plus des deux autres filles, et se mit à ronronner doucement, assit contre elle, sa tête quémandant des caresses.

    Heureusement que le ronronnement avait un effet apaisant, il fallait bien ça pour calmer le tempérament de Ney! Mais aussi, elle n'avait pas envie de gaspiller sa salive pour cette fille, surtout que, fait très énervant, elle n'arrivait pas à formuler avec des mots le moindre reproche fondé. Quand on ne sait pas quoi dire, autant se taire. Elle préféra céder à Sae et commença à le caresser, sans totalement quitter les deux autres des yeux. Elle n'avait pas confiance, surtout en cette fille, pas la brûlée, l'autre. Enfin!

    Sae, lui, donnait l'impression de les ignorer royalement. Sa fourrure lui donnait un air sauvage, mais un voyait bien que ce n'était pas un chat sauvage. Pas assez massif, la queue pas assez touffue, surtout que le bout était plus fin alors que chez les chats sauvages c'était l'inverse. D'autant que Ney avait croisé sa route en ville. Sa mère avait un foyer, mais elle était sauvage au début de sa vie, et avait apprit à chasser à son chaton, ce qui convenait très bien à Ney, ainsi, il était indépendant. Et sa méfiance à l'égard de la plupart des gens lui plaisait également. Elle se savait possessive concernant Sae et était habituée à son manque de confiance envers les autres humains.

    Enfin, Sae restait un chat. Malgré le lien d'une intensité rare qu'ils avaient tissés, Ney savait qu'un jour, il pouvait très bien décider de changer de vie, ne plus revenir vers elle. Mais elle doutait que cela soit possible, elle savait que Sae aussi tenait à elle. Sinon, pourquoi la suivrait-il depuis tout ce temps, alors qu'il était capable de chasser seul?

    Enfin! Ney laissa sa main sur le félin puis releva la tête vers les deux autres filles. Elle commençait à avoir faim, elle utiliserait bien ce feu pour chauffer un peu la viande qu'elle avait en réserve dans son sac. En même temps, elle vérifia farouchement les réactions des filles à Sae. Pas question qu'il lui arrive quelque chose parce qu'elle avait décidé de s'approcher d'inconnues!

__________________________________________

Lettres ~ Fiche ~ RPs ~ Liens ~ 2ème cours



Merci beaucoup à Ange Shar pour ce kit! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khamill Norwël
Groupe Wolld
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 516
Citation : Accorder sa confiance revient-il à offrir son dos au poignard ? (Le Pacte des Marchombres)
Date d'inscription : 09/04/2012

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une marque au fer rouge en forme d'étoile à trois branches entre son épaule et son sein droits ; et la moitié gauche du visage rougie par une large brûlure.

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Lun 30 Juil 2012, 12:13

Au grand soulagement de Khamill, Ney ne prit pas trop mal la remarque que la jeune femme lui avait lancé. Non pas qu'elle eût voulu sympathiser avec la presque inconnue, mais Kham n'avait pas la moindre envie d'engager le combat, qu'il soit fait aux mains ou à l'aide de paroles. Elle était fatiguée, avait juste envie de dormir, cependant sa mauvaise humeur s'atténua lorsqu'elle perçut le sourire de Ney. Pas de moquerie, pas d'ironie, la jeune fille aux cheveux violets souhaitait juste, tout comme elle, passer un moment tranquille et sans histoires. Quant à l'autre, celle aux yeux verts, elle ne semblait pas non plus particulièrement agressive, même si quelque chose en elle ne plaisait pas trop à Khamill – et elle n'aurait su dire quoi. En tous cas, elle aussi avait compris qu'il ne fallait pas déranger plus que ça, et c'était le principal.

Consciente de l'effort minimum qu'elle devait tout de même fournir, Kham adressa un demi-sourire aux deux inconnues, histoire de ne pas ressembler à une statue de cire le reste de la soirée... surtout que Ney ne semblait pas vraiment apprécier la remarque de celle aux cheveux noirs, au vu du regard tout aussi noir qu'elle lui jeta. Bon, l'ambiance n'était pas vraiment au top, et Kham sentait bien que la tension commençait à monter sérieusement. Et pour une fois, ce n'était pas elle qui se tenait au centre de cette tension...

Elles en étaient là de leur échange lorsque le chat qui accompagnait Ney revint en galopant, rendant le sourire à sa maitresse ; d'autant plus qu'il vint immédiatement auprès d'elle, afin – c'est ce que Khamill comprit – de la réconforter. Bon d'accord, ce n'était pas vraiment naturel de la part d'un humain de "posséder" un animal, mais lorsque celui-ci s'est autant attaché à son maître, c'est plutôt attendrissant de les voir ensemble... Khamill ne put retenir un sourire en voyant ainsi la jeune fille et le chat. La première ronronnerait presque avec le second... La jeune femme au visage brûlé convint alors à se débarrasser un moment de son agressivité pour s'adresser à Ney :


- Cela fait longtemps que vous vous connaissez ?

Khamill n'eut pas le temps d'écouter la réponse. Soudain en alerte, la jeune femme avait aperçu des lumières se déplacer dans leur direction, des lumières qui devaient sûrement provenir de torches. Il y avait là des hommes, au moins deux selon le nombres de torches, mais peut-être plus ; Khamill en aurait mis sa main à couper. Simples pêcheurs ou brigands ? Elle l'ignorait mais préférait ne pas laisser la seconde possibilité de côté. Cependant, elle resta assise, afin de ne pas trop montrer sa méfiance. Elle guettait les réactions des deux autres filles, pour voir si elles aussi s'étaient rendues compte de l'approche du petit groupe.

Euh... Pas si petit que ça, le groupe, finalement ! Lorsque les fourrés se déchirèrent, les trois jeunes femmes purent voir arriver trois, non... cinq, six hommes ! Ils se placèrent aussitôt en cercle autour d'elles, et la jeune femme comprit – un peu tard – que la situation s'avérait être plus compliquée que prévue... Surtout que les flammes de leur foyer, en se reflétant sur quelque chose de métallique en haut de deux arbres, révélèrent la présence de deux autres hommes, accroupis sur des branches des pins. Des archers !


Et merde...

Un des hommes s'avança vers elles, un éclair menaçant dans le regard. Sûrement le chef...

- J'aime pas faire de longs discours, alors je vais juste vous demander de nous filer en vitesse vos bourses et objets de valeur, si vous voulez pouvoir vous réveiller encore demain.

Le ton n'était pas particulièrement menaçant, mais il ne laissait en aucun cas la possibilité de refuser "l'offre" du bandit. Sans répondre, Kham le détailla rapidement. Il était plutôt petit et ne semblait pas très musclé, mais ses deux yeux fins étaient d'un gris perçant qui incitait immédiatement à la méfiance. Et puis, deux de ses acolytes étaient de véritables armoires à glace, donc il n'avait pas besoin d'être trop imposant...

- Ouais, parce que vous avez aucune chance, ne put s'empêcher d'ajouter l'un d'eux. A en croire le regard noir que lui lança son chef, il aurait peut-être mieux fait de se taire... Il ravala difficilement sa salive et Khamill comprit pourquoi le premier homme n'avait aucun mal à se faire obéir malgré sa petite taille. Ceux qu'il commandait étaient certes costauds, mais semblaient dénués de cervelle au point de le craindre et de s'en remettre à lui seul pour vivre.

Pitoyable, vraiment.


- Huit hommes armés contre trois jeunes femmes... Je peux savoir pourquoi vous prenez autant de précautions ?

Dès qu'elle finit de parler, Khamill maudit son manque de réflexion. C'était complètement idiot de montrer qu'elle connaissait l'existence des deux archers ; ça aurait été un atout que les jeunes femmes auraient pu mettre facilement à profit, si jamais elles étaient amenées à se battre avec les brigands. Ce qui, au vu de l'attitude de ces derniers, semblait chose assez probable. Kham espéra que ses "compagnes de feu" ne lui en voudraient pas trop...

- On n'est jamais trop prudent, déclara le chef avec un fin sourire. Puis, retrouvant immédiatement son sérieux, il ajouta : Bon, on aimerait bien taper la causette avec vous, si vous voyez ce que je veux dire, mais c'est qu'on n'a pas vraiment le temps. Alors dépêchez-vous d'obéir, parce qu'on ne se retiendra pas...

- De nous tuer ? Faut pas trop rêver, non plus !

Khamill lui adressa un clin d'oeil avant de se lever et de saisir son poignard.
Après tout, c'était de la légitime défense, non ?
Par contre, il y avait un petit problème. Un gros, même.

Les archers.

Khamill regarda un instant Ney et l'autre fille. Si seulement elles pouvaient attaquer chacune un archer, le problème serait presque réglé...

Heureusement qu'elles étaient là, finalement.








[Vous pouvez bien sûr faire bouger et parler les bandits comme bon vous semble !]

__________________________________________


Flamme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Lun 30 Juil 2012, 14:07

Poser une question comme ça à une inconnue… Kaünis n'en revenait pas. Quel manque de recul, de "civisme", de politesse ! Oui, cette fille avait une énorme cicatrice sur le visage… et ? Elle en avait vu des vertes et des pas mûres, de sa courte existence, et cela ne changeait rien au fond. Surtout que la fille semblait avoir un sacré caractère, donc en plus c'était encore pire d'insister pour ça.
Enfin, c'était son avis. Elle était toujours plutôt réservée, et préférait observer plutôt que de parler, cela faisait partie de son caractère. Et cette fille aux cheveux violets était plutôt du genre franche et directe. Chacun son truc.

Le regard noir que cette Ney lui lança, plutôt que de l'effrayer, la fit sourire. Sans doute par pure provocation, mais aussi parce qu'elle n'avait pas peur d'une gamine comme ça. Son deuxième cours était terminé, et elle allait bientôt passer Alow-Til – enfin, elle l'espérait très fort – et si elle n'était pas une guerrière d'exception, elle savait se battre convenablement, et puis elle avait pris confiance en elle grâce à l'enseignement si particulier de Gil…

Cependant, l'attitude de Ney changea du tout au tout quand une boule de poils se précipita vers elle en miaulant. Kaünis observa le chat, qui venait se blottir contre la jeune fille. Ils semblaient heureux d'être ensemble, et malgré le caractère sauvage du félin, ce dernier semblait particulièrement attaché à la fille. En tout cas, il était tout mignon, elle ne pouvait pas le nier. Elle aimait bien les animaux en général, mais elle répugnait à en "emprisonner" un, ou en tout cas à s'en approprier un d'une manière ou d'une autre…

- Cela fait longtemps que vous vous connaissez ?

Kaünis tendit l'oreille à la réponse de Ney, quand un sixième sens ouvrit ses perceptions tout autour d'elle. Il se passait quelque chose.
Un groupe. Du coin de l'œil, elle repéra une lumière – plusieurs flammes en fait – qui lui permirent de pouvoir compter les personnes constituant le groupe… Mais évidemment, avec le feu, eux aussi les avaient repérées, et en moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire, elles étaient entourées par six hommes. Kaünis surprit le regard de la fille au visage brulé, vers le haut, et les reflets métalliques lui sautèrent aux yeux…
Huit hommes, dont deux archers sans aucun doute.

- J'aime pas faire de longs discours, alors je vais juste vous demander de nous filer en vitesse vos bourses et objets de valeur, si vous voulez pouvoir vous réveiller encore demain.
- Ouais, parce que vous avez aucune chance
- Huit hommes armés contre trois jeunes femmes... Je peux savoir pourquoi vous prenez autant de précautions ?
- On n'est jamais trop prudent… Bon, on aimerait bien taper la causette avec vous, si vous voyez ce que je veux dire, mais c'est qu'on n'a pas vraiment le temps. Alors dépêchez-vous d'obéir, parce qu'on ne se retiendra pas...
- De nous tuer ? Faut pas trop rêver, non plus !


Un soupir franchit les lèvres de Kaünis.
Quelle idée de dire qu'elle avait repéré les deux archers ! Et pourquoi se jetait-elle sur lui ? Pensait-elle réellement avoir une chance ?
Un second soupir s'échappa de sa bouche entrouverte, et elle se leva avec souplesse. Elle jeta un coup d'œil vers le haut, jugeant de la distance qui les séparait des archers. Ils avaient l'avantage d'être en hauteur, mais elle avait l'habitude de tirer à l'arc, et l'entraînement qu'elle avait eu quelques semaines plus tôt avec Gil. L'arc était dans son dos cependant, et elle ne pourrait pas dégainer assez vite pour réagir avant les archers...

- Fais ch…

Le bruit sourd d'un impact attira son attention en l'air. Elle vit un long trait noir saillir d'une poitrine, et un premier archer bascula dans le vide, attirant l'attention des six brigands, perçant une ouverture et pour la fille brûlée, et pour Kaünis. Elle entendit le second trait filer au travers des feuilles, et un hurlement bref… le second archer était au sol.
La jeune fille ne chercha pas plus loin. Dégainant son bâton à lame de son dos, elle bondit vers le plus grand des brigands – l'un des deux qui semblait bête comme leur pied – et d'un mouvement sec allongea son bras. La lame au bout de son bâton déchira la carotide de l'homme, qui voulut se dégager mais trop tard… tombant sur le côté, inerte, il se vidait de son sang, répandant le chaos dans le camp et dans le cercle.

Kaünis bondit.
Pour se protéger avant tout. Les brigands ne prirent même pas le temps de se concerter, un se précipita vers elle, tandis que le "chef" s'élançait vers Khamill, accompagné d'un de ses hommes, et que les deux derniers se précipitaient sur Ney.

Se mordant la langue, la jeune fille évita une première attaque. Mais l'homme ne semblait pas vouloir s'éloigner, et son bâton était totalement inutile au corps à corps… elle le lança le plus loin possible d'elle, avant de feinter sur le côté.
Tu ne dois pas penser au chemin à faire, mais plutôt au but à atteindre.

Ne pas penser, ou juste à ce qu'elle veut. Le mettre hors d'état de nuir... Se laisser porter par le combat. Par les mouvements.
Elle glissa sous un poing tendu qui lui aurait brisé trois côtes, fila dans le dos du brigand, frappa du tranchant de la main sur sa nuque. Mais l'homme était trop costaud, et surtout plus grand qu'elle, et son coup ne fit pas mouche du tout… Son adversaire fit une volte-face rapide, voulut la saisir pour l'étouffer, et elle esquiva en bondissant en arrière.
Se mordant la lèvre inférieure, elle se demanda comment elle allait s'en sortir. Cet homme était grand, costaud, et savait se battre. Il n'était pas un simple brigand, elle en aurait mis sa main à couper.

Le tintement de la clochette, au fond de sa poche, lui redonna courage.
Elle avait réussi à la saisir, cette clochette ! Elle l'avait prise à un Maître Envoleur ! Ce n'était pas un brigand des chemins, ou même un garde d'une quelconque ville, qui allait l'effrayer ! Même si c'était un guerrier, et qu'il saignerait beaucoup avant de mourir, elle pouvait l'envoyer dans les vapes. Elle n'était pas obligée de le tuer non plus…

Mais alors que sa réflexion ne prenait que deux secondes, l'homme en profita pour s'élancer vers elle, levant son sabre qu'il venait de dégainer : après tout, elle n'avait plus de bâton pour se défendre…
Un nouveau trait noir siffla, frappant l'assaillant sur le côté, entre la cinquième et la sixième cote, transperçant son foie. Le hurlement de douleur de l'homme frappa puissamment les tympans de Kaünis, qui recula de quelques pas.

Le tireur de flèches noires était là. Juste à côté d'elle.
Plissant les yeux, la jeune fille finit par le reconnaître : Yan !

- Mais qu'est-ce tu fous là ?!

Elle avait oublié les deux filles à côté, qui devaient sans aucun doute se battre encore…

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ney Nirina
Groupe Er'Lyn
avatar

Nombre de messages : 254
Date d'inscription : 15/02/2012

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Brûlures sur le dos des avant-bras, Sae, un chat, la suis presque partout

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Lun 30 Juil 2012, 16:03

    Aucune des deux filles ne semblait avoir de problème avec les chats. Tant mieux! La fille aux cheveux noirs avait sourit à son regard, mais Ney décida de l'ignorer. Cette fille avait l'air trop différente d'elle-même, pas besoin d'engager la conversation, elles risquaient fort de ne pas s'entendre. Leur personnalité était trop opposée, cette fille paraissait calme et plutôt réservée, pas bavarde en somme, alors que Ney disait ce qu'elle pensait, franche, ne voulant pas faire mal, mais tout simplement ne rien cacher. C'était sa façon de faire, et elle préférait être ainsi que ne pas dire ces choses importantes qui peuvent changer une vie ou, pire, mentir.

    L'arrivée de Sae l'avait distraite des deux filles cependant. Elle remarqua que toutes deux semblaient, en plus de n'avoir aucun soucis avec les chats - c'était rare ici les gens qui ne les aimaient pas tout de même - être presque attendries par ce spectacle. C'était ce qu'elle avait l'impression de lire chez elles et en tout cas, toutes deux la regardaient.

    - Cela fait longtemps que vous vous connaissez ?

    Ney se raidit à la question. Plusieurs choses se passèrent alors en même temps.

    D'abord, la question éveillait en elle le souvenir de son amnésie. Peu après ses premiers souvenirs, elle avait trouvé Sae. Ensuite, il y avait une sorte d'hésitation. Cette fille n'avait pas répondu à sa question, pourquoi répondrait-elle à la sienne? Mais Ney trouva vite l'idée stupide et décida de répondre. Ne pas le faire pour une telle raison lui paraissait le comble de la stupidité. Et il lui suffisait de dire qu'elle le connaissait depuis qu'il était chaton, ainsi, elle ne parlerait pas de son amnésie. Elle n'en avait parlé à personne.

    Cependant, avant qu'elle n'ait pu répondre, elle sentit Sae se tendre brusquement près d'elle. Etant donné qu'aucune des filles n'avait fait un mouvement brusque, qu'au contraire elles aussi étaient tendus, que Sae ne regardait pas vers elle mais vers des torches, il devint très vite évident que le danger venait d'ailleurs.

    Les buissons se déchirèrent et avant d'avoir pu penser à s'enfuir, Ney et les deux autres filles se retrouvèrent encercler par six hommes, rendant toute fuite impossible.

    - J'aime pas faire de longs discours, alors je vais juste vous demander de nous filer en vitesse vos bourses et objets de valeur, si vous voulez pouvoir vous réveiller encore demain.

    Aucune des trois filles ne répondit. Ney était occupée à détailler leurs assaillants, cherchant une faille où s'engouffrer tout en tendant de se calmer. C'était pas le moment de paniquer!

    - Ouais, parce que vous avez aucune chance

    La réflexion, qui reçu pour toute réaction un regard noir de la part de son chef, fit sourire Ney et la détendit un petit peu. Cela la rassurait, il y avait toujours au moins un idiot dans ce genre de groupe! C'était toujours bon à savoir! En détaillant les environs, elle se rendit compte, à son tour, de la présence des archers, juste avant que la fille brûlée se mette à parler.

    - Huit hommes armés contre trois jeunes femmes... Je peux savoir pourquoi vous prenez autant de précautions ?

    Ney retint une grimace. Il aurait peut-être été préférable de taire qu'elles avaient deviné la présence des archers! Cela l'étonna d'ailleurs, car elle s'aperçut grâce à sa tête que la fille aux cheveux noirs aussi les avait repérés. Et aucune des deux ne paraissait paniquée. Elles étaient plutôt atypiques ces filles tout de même! Enfin, pour voyager seul, c'était évident qu'elles étaient débrouillardes, ou alors totalement inconscientes.

    - On n'est jamais trop prudent… Bon, on aimerait bien taper la causette avec vous, si vous voyez ce que je veux dire, mais c'est qu'on n'a pas vraiment le temps. Alors dépêchez-vous d'obéir, parce qu'on ne se retiendra pas...

    Un soupir franchit les lèvres de la fille aux cheveux noirs, en même temps que Ney faisait de même, ce qui la fit sourire. Elle n'avait pas d'objets de valeur, juste de maigres possessions, et elle n'avait aucune envie de leur céder le peu d'argent qu'elle possédait!

    - De nous tuer ? Faut pas trop rêver, non plus ![/b]

    La fille brûlée lui fit un clin d'oeil avant de lever son poignard. Ney retint une grimace. C'était de la provocation, les brigands risquaient de mal le prendre. Et vu comme ça, ça allait partir en affrontement. Avec les archers, c'était une mauvaise idée, même si ils pouvaient craindre de touchers les leurs en cas de corps à corps. Il fallait les neutraliser en premiers, mais avec les six autres abrutis qui faisaient barrages, ça n'allait pas être évident. La fille aux cheveux noirs devait être parvenue aux même conclusions, d'autant que son arc, qu'elle aurait éventuellement pu utiliser plutôt que de se déplacer, était dans son dos et qu'elle ne pourrait sûrement pas le prendre et viser tranquillement.

    - Fais ch…

    Son juron fut interrompu. Quelqu'un tirait sur les archers! Le premier tomba, une flèche dans la poitrine, puis le second. Ce fut le début du combat. Deux personnes se précipitèrent vers Ney tandis que deux autres allaient vers la fille aux cheveux noirs et encore deux autres sur la fille brûlée, rompant ainsi le cercle, ce qui faisait tout l'affaire de Ney. De une, elle n'était pas armée, contrairement aux deux autres. De deux, elle ne savait pas se battre à main nues, enfin si, mais face à des adversaires qui, eux, étaient armés, le paris devenait risqués, surtout s'ils étaient deux. Et pour finir, il y avait Sae! Le félin se hérissa et feula en direction des deux brigands qui l'assaillaient, ce qui eu un inestimable avantage : les deux hommes le virent, s'arrêtèrent net et explosèrent de rire. Comme si un chat pouvait les effrayer!

    Ils ne rirent pas longtemps.

    Ney profita qu'ils étaient totalement distraits - elle avait du tomber sur les deux plus idiots - pour user d'une technique aussi simple qu'efficace : elle donna toute son énergie dans un coup de pieds... Entre les deux jambes du premier. Ce dernier cessa aussitôt de rire, porta ses mains à ses bijoux de famille en gémissant et tomba à genoux. Le second, en entendant son camarade se taire brusquement, ouvrit les ceux et cessa de rire à son tour. Avant qu'il ne comprenne ce qui c'était passé, il subit un sort identique. Ainsi immobilisés par la douleur, sur les genoux, muets, Ney frappa du dos du poing sur leur tempe, avant de vérifier qu'ils étaient dans les pommes. Elle ne se voyait pas les tuer, d'abord parce que les assommer suffisait, ensuite parce qu'elle était désarmée et qu'elle ne voyait donc pas trop comment faire. Et elle n'avait aucune envie de piquer leurs armes à eux pour accomplir cette besogne.

    Dès qu'elle fut sûre qu'ils étaient hors jeu, elle les détroussa sans se gêner, gardant l'argent qu'elle trouva sur eux, jetant leurs armes au loin afin qu'ils ne puisse les saisir s'ils se réveillaient, hésita à garder un sabre et un poignard qu'elle trouvait bien jolis et de bonne qualité pour des brigands, puis décida de les prendre ainsi que le fourreau, ce qui ne l'empêcherait pas de s'en débarrasser plus tard si elle changeait d'avis.

    Ney vérifia aussitôt que Sae n'était pas blessé. Bizarrement, le félin ne c'était pas enfui. Avec lui, dans ce genre de situation, Ney ne savait jamais à quoi s'attendre. Elle c'était déjà faite attaquer, et dans ces cas là, Sae avait parfois tendance à fuir et à l'attendre plus loin mais plus le temps passait, plus leur relation se consolidait et plus il restait à ses côté, particulièrement quand ils étaient encerclés, comme ici où le combat confus faisait hésité à s'enfuir n'importe comment. Ceci dit, s'il avait déjà feulé ainsi face à des adversaires et griffait quand on s'approchait trop près, Sae n'avait jamais attaqué pour sauver Ney, elle ne saurait donc jamais si leur lien le pousserait à faire une telle chose, parce qu'à chaque fois, en général, elle se contentait de se défendre au mieux, peut-être porter quelques coups, en mettre K.O un ou deux puis, dès que possible, s'enfuir face à ceux qui restaient. C'était la première fois qu'elle réussissait à mettre les deux K.O, et elle avait bien conscience d'avoir eu énormément de chance. Si ils n'avaient porté aucune attention à Sae, elle aurait été dans de beaux draps, étant donné ses capacités limitées pour se battre! Et elle n'aurait pas pu s'enfuir, déjà parce qu'ils étaient arrivés de façon à ce que les combats des deux autres lui coupent la retraite, et ensuite parce qu'elle se voyait mal s'en aller alors que les deux autres se battaient pour leur vie, surtout que les brigands ne seraient peut-être pas partis à sa poursuite mais auraient été aidés leur compères.

    Bref, pourquoi penser à tout cela. Pour Ney, tout c'était bien passé, elle avait eu droit à un superbe miracle, et tant mieux! Sae n'avait rien - il c'était réfugié sur ses épaules, toujours pas décidé à fuir, ce qui fit très plaisir à Ney. Elle se tourna ensuite vers le reste du combat et fut attirée par un éclat de voix.

    - Mais qu'est-ce tu fous là ?!

    Le mystérieux tireur venait d'apparaître et, au vu de la flèche qui dépassait d'un des assaillants de la fille aux cheveux noirs, il en avait profité pour lui venir à nouveau en aide, et elle le connaissait. Mais Ney ne le connaissait pas, et elle préféra s'inquiéter de savoir comment s'en sortait la dernière fille de leur "groupe".

__________________________________________

Lettres ~ Fiche ~ RPs ~ Liens ~ 2ème cours



Merci beaucoup à Ange Shar pour ce kit! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khamill Norwël
Groupe Wolld
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 516
Citation : Accorder sa confiance revient-il à offrir son dos au poignard ? (Le Pacte des Marchombres)
Date d'inscription : 09/04/2012

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une marque au fer rouge en forme d'étoile à trois branches entre son épaule et son sein droits ; et la moitié gauche du visage rougie par une large brûlure.

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Lun 30 Juil 2012, 19:43

Les deux filles avaient repéré les archers, Khamill avait pu le deviner à leurs regards ; mais ce n'était pas pour autant qu'elles allaient pouvoir les attaquer. En effet, elle ne voyait aucune faille dans la position en cercle des six hommes au sol, et les deux tireurs pouvaient jouer leur rôle n'importe quand, surtout qu'ils étaient sûrement plus entrainés que les trois filles réunies. Khamill ne voyait donc pas comment elles allaient pouvoir s'en sortir, à moins d'un miracle... La fille aux cheveux noirs avait dû en arriver à la même conclusion, si Kham devait en croire le juron qu'elle lâcha.

Qu'elle faillit lâcher.

Khamill vit, comme dans un rêve, un des archers tomber du pin sur lequel il était posté, puis s'écraser à terre, non loin du feu. Mort.
Par quel miracle ?... Elle aperçut alors la flèche noire, plantée dans le torse de l'homme, laissant se réprendre lentement une flaque de sang autour d'elle. La jeune femme n'eut pas le temps de s'étonner que le deuxième tireur s'écroula à son tour, une flèche en plein dans la gorge. Ahurie, Khamill jeta un coup d'oeil à Kaünis, la seule à posséder un arc. La jeune fille semblait aussi surprise qu'elle, et elle n'avait pas touché à son arc.

Alors, qui ?...

Ce n'était pas le temps de se poser des questions. La jeune femme aux yeux verts était passée à l'action sans plus attendre, profitant de la surprise des six hommes et de la panique qu'avaient crée les deux flèches pour se ruer vers l'un des brigands - celui qui avait osé parler après son chef. Toujours immobile, comme paralysée, Khamill la vit brandir son arme et tuer l'homme d'un seul coup. Mais qui était cette fille, bon sang ?

Bon, Kham, arrête de te poser des questions, maintenant, et bouge-toi !

- Je vais t'apprendre, gamine !

Le chef du groupe et la seconde armoire à glace se précipitaient vers elle, tandis qu'un troisième se ruait sur la jeune femme au regard de forêt et que les deux derniers se jetaient sur Ney. Khamill pria pour que ses deux compagnes s'en sortent saines et sauves, avant de se focaliser sur son propre combat. Et il était temps ! Le plus baraqué des deux hommes avait lancé son poing vers elle, poing qu'elle n'évita que de justesse. Pourvu qu'ils n'attaquent pas tous les deux ensembles, ou elle était définitivement foutue !

- Laissez-la moi, boss, je m'en charge.
- A ta guise, Högarn, mais fais en sorte que je puisse encore me venger moi-même après ton passage !
- Compris !


Ouf ! Khamill les aurait bien embrassé tous les deux, si l'armoire à glace n'avait pas été aussi laide et si son but à elle n'avait pas été, au contraire, de les combattre ! De les battre, même.

La jeune femme n'attendit pas une seconde attaque pour passer à l'action. Elle traça une ligne de feu en plein sur le torse du géant, qui partit d'un grand rire en voyant le peu de sang qui s'échappait de la blessure. Sans se démonter, la jeune femme se glissa entre les jambes du brigand et lui asséna un coup de poignard au bas de la colonne vertébrale. Un flot de sang lui tâcha la chemise et l'aveugla une seconde, temps que prit le géant pour se retourner et lui envoya un formidable coup de poing en plein dans le ventre, la faisait rouler à quelques centimètres du feu. Le souffle coupé, Kham n'eut pas le temps de se reprendre avant que son adversaire la saisisse par les cheveux et l'approche des flammes.


- Je crois qu'une seconde brûlure va s'ajouter à ton beau visage... tu vas pouvoir faire collection !

Le géant éclata d'un rire gras. Bête et sadique. C'était au dessus de ce qu'elle pouvait supporter. Khamill sentait la chaleur du feu devenir chaque instant plus proche, et se débattre ne pouvait servir qu'à risquer de tomber dans les flammes. Sauf qu'elle ne voulait pas mourir ! Plus depuis que Syndrell l'avait sauvée de sa chute, à moitié volontaire, dans les Dentelles Vives. Elle devait la vie à la jeune marchombre et il n'était pas question qu' elle la gaspille ! Cependant, elle voyait sa dernière heure - sa dernière seconde - arriver, lorsque, troisième miracle de la bataille, le chef s'interposa. Il avait tiré son poignard, qu'il lança en plein dans le cou de son acolyte. La lame traversa sa gorge, répandant une mare de sang autour, et Khamill se sentit tomber dans les flammes...

Une gerbe d'eau s'abattit sur elle et sur le feu par la même occasion, l'éteignant juste au moment où elle tombait lourdement au sol. Les deux torches que le groupe possédait s'étant éteintes lorsque Ney et l'autre fille avaient vaincu leurs possesseurs, les ténèbres s'abattirent brusquement sur le combat. Qu'est-ce que... Ouvrant les yeux, Khamill aperçut le chef des bandits écarter l'homme qu'il avait lui-même tué d'un coup de pied.


- Je t'avais pourtant dit de me la laisser, imbécile. Maintenant, c'est tant pis pour toi.

Khamill grinça des dents.

- Espèce d'ordure...

Le petit homme lui adressa un sourire moqueur. Elle allait se jeter sur lui lorsqu'une boule de feu apparut, fonçant sur la jeune femme. Encore ! C'était donc bien le chef qui avait éteint le feu l'instant d'avant, et voilà qu'il en créait ! Tout en évitant le projectile, Khamill comprit : un Dessinateur ! C'était donc pour cette raison que les autres le craignaient autant. Affolée, Khamill jeta un coup d'oeil vers Ney. La jeune fille était en train de détrousser les deux hommes qu'elle avait mis hors d'état de nuire - décidément Kham se sentait de loin la moins expérimentée des trois - avant de jeter leurs armes au loin puis de se saisir d'un poignard et d'un sabre. Quant à l'autre fille, elle se tenait toujours face à son second adversaire, qui semblait être le plus doué des six hommes - mis à part le Dessinateur. Tout cela ne se déroulait qu'à la lumière de la lune, toute autre source de lumière ayant disparu.

Une seconde boule de feu approchait, que Khamill évita plus facilement que la première. Lorsqu'une troisième arriva sur elle, la jeune femme comprit que son adversaire ne faisait que s'amuser en l'épuisant peu à peu, ou alors c'était un piètre Dessinateur ! Se jetant sur le côté, Kham effectua une roulade afin d'arriver jusqu'à lui, parvenant à atteindre sa cheville gauche de son poignard. L'homme poussa un cri, et elle en profita pour se lever afin de lui asséner un fantastique coup de boule, en plein milieu du front. Le petit homme roula en arrière, à demi-assomé. Au même moment, une troisième flèche vint transpercer la poitrine du brigand que combattait la jeune femme aux yeux verts, lui arrachant un terrible cri de douleur.


- Mais qu'est-ce que tu fous là ?!

Apparemment, la jeune femme connaissait le mystérieux tireur, ce qui arrangeait bien Khamill car elle ne se voyait pas faire une énième rencontre d'un total inconnu en si peu de temps. Comme le jeune homme - car c'était un jeune homme - ne semblait pas vouloir répondre tout de suite, et que le Dessinateur était en train de se relever - péniblement, certes, mais se relever, quand même - Khamill en profita pour crier, à l'attention de leur sauveur :

- J'aimerais bien un peu d'aide, là, s'il-te-plaît !

Heureusement pour elle, l'interpellé réagit au quart de tour, et une dernière flèche fila en direction du dernier brigand. Celui-ci voulu l'éviter et ne réussit donc qu'à la dévier ; elle se planta dans son épaule, n'affectant ainsi aucun point vital. S'apercevant alors - enfin - qu'il ne restait plus que lui-même de son côté, le petit homme paniqua. Il réussit cependant à jeter un regard chargé de haine sur ses quatre ennemis, particulièrement Khamill, et à leur cracher au visage.

- Vous... Je vous jure que je vous retrouverai, un jour ou l'autre, et alors je ne donne pas cher de votre peau !

Khamill lui jeta un regard moqueur, mais cependant immensément fatigué, avant qu'il ne disparaisse d'un seul coup. Un pas sur le côté... Finalement, ce devait être un bon Dessinateur, surtout avec ses blessures ! Khamill s'effondra sur le sol, et, tout en restant allongée, observa l'archer qui les avait aidées. Bien plus grand qu'elle - bon d'accord, ce n'était pas très difficile - châtain, la peau bronzée et les yeux verts - la jeune femme pouvait les voir briller à la lumière de la lune - elle avait l'impression de l'avoir déjà croisé quelque part. Une petite lumière ne tarda pas à se frayer un chemin dans son esprit fatigué.

Le Domaine !

Il était donc envoleur, et si elle le connaissait, la jeune femme à la chevelure noire devait sûrement en être une aussi, comme Kham avait pu le penser au tout début de leur rencontre. Quant à Ney, elle l'ignorait encore...


- Je crois que des présentations s'imposent, fit remarquer la jeune femme, tout en observant les trois autres. Pour commencer, je suis Khamill.

Un demi-sourire, puis :

- Au fait, je suis désolée pour tout à l'heure. J'ai bien conscience qu'avouer ma connaissance de l'existence des archers était complètement débile. Sans notre mystérieux tireur, je ne pense pas qu'on s'en seraient sorties vivantes... par ma faute.

Tout en disant cela, Khamill eut un pincement au cœur. C'était la seconde fois qu'elle mettait des gens en danger à cause de son manque de réflexion - la première ayant été avec Syndrell. Elle était décidément totalement idiote. Mais ce n'était pas le moment d'y penser, et la jeune femme se concentra sur ses trois "compagnons".

Cinq guerriers.
Deux archers.
Un Dessinateur.

Quand même, elles avaient eu beaucoup de chance...







[Kaünis, je me suis permise de faire bouger un peu Yan. Tu me dis si un truc te dérange ^^]

__________________________________________


Flamme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Lun 30 Juil 2012, 23:35

- Mais qu'est-ce tu fous là ?!

Oui, Kaünis avait oublié à cet instant l’existence-même des deux autres filles.
Yan, en face d’elle, avait occulté tout le reste. Dans son ventre, elle sentait une large tâche de chaleur se diffuser, et son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine.

- J'aimerais bien un peu d'aide, là, s'il-te-plaît !

Kaünis cligna plusieurs fois des paupières, pour tenter de se reprendre. Mais avant-même qu’elle n’eût pu réagir, Yan avait visé et mis hors de combat le dernier homme, le chef, et s’était tourné encore vers elle.
Elle sentait ses mains trembler. Ses doigts se crisper. Elle sentait ses paumes suer, son corps transpirer, et quelques palpitations lui faire monter le rouge aux joues.
Elle le fixait, et n’arrivait pas à arracher son regard à sa contemplation. Même s’il faisait noir.

Ce fut la voix de la fille à la brûlure qui réussit, par son insistance, à attirer l’attention de Kaünis. Elle se présenta en donnant son prénom : Khamill.

- Au fait, je suis désolée pour tout à l'heure. J'ai bien conscience qu'avouer ma connaissance de l'existence des archers était complètement débile. Sans notre mystérieux tireur, je ne pense pas qu'on s'en seraient sorties vivantes... par ma faute.

Immédiatement, le regard de Kaünis fut aimanté vers Yan, qui adressa un léger sourire à Khamill.
Le feu monta immédiatement aux joues de la jeune fille aux cheveux noirs, mais elle s’efforça de ne rien montrer des émotions qui explosaient dans sa tête et sa poitrine.

Le jeune homme lui lança un regard mi-curieux, mi…mystérieux, avant de se tourner vers les deux autres jeunes filles.

- Bonsoir mesdemoiselles ! Je m’appelle Yan.

Son regard brilla un instant, et il se fendit en une légère révérence vers Khamill, un sourire presque charmeur sur les lèvres.

- Heureux de vous avoir été utile.

Kaünis était juste ahurie. La bouche à moitié ouverte, elle avait du mal à se reprendre. Néanmoins, la dernière phrase de Yan la ramena à la réalité, et elle se secoua intérieurement. Oh, mais qu’est-ce qui lui arrivait ? Elle connaissait un peu Yan, c’était tout. Un Envoleur, comme ça, débarquant pour jouer les chevaliers servants ? Cela ne tenait pas debout, ou presque.
Mais ce qui lui hérissait le poil, c’était surtout la manière dont il avait salué Khamill. Comme s’il l’avait déjà vue elle aussi. Serrant les dents, Kaünis prit une inspiration rapide, tandis que le jeune homme se tournait vers elle. Elle voyait ses yeux briller légèrement dans le noir de la nuit…

- Et bien, Kaünis…Je ne suis pas sûre que ta mère apprécie que tu fricottes avec des brigands des grands chemins !

Même si elle le le voyait pas, elle devina aisément le clin d’œil qu’il lui adressa.
Une manière de la remettre à sa place ? De montrer qu’il la connaissait « bien » ?
Elle détestait l’idée qu’il pût parler à sa mère comme ça. Mais après tout, il avait terminé son apprentissage, pourquoi la reverrait-il rapidement ? Il n’en avait pas la nécessité… A part s’il était vraiment très proche d’elle. Se mordant la lèvre, elle sentit un effleurement près de sa main, mais se reprit très vite.

- Plutôt que de dire des conneries, tu devrais faire un feu. Ca serait plus utile.

Le rire de Yan retentit dans les airs, tandis qu’elle l’entendait plus ou moins répondre à sa demande qui n’en était pas vraiment une.
Kaünis ne savait pas trop comment réagir. D’un côté, elle avait sa tête et sa raison qui repoussaient Yan de toutes leurs forces… Et de l’autre, son ventre qui l’appelait.
Elle décida tout simplement d’oublier la sensation dans son ventre, et lorsque le feu flamba quelques secondes plus tard, elle s’assit contre, les yeux perdus dans les flammes.

- Mais dites-moi, comment trois jolies jeunes filles ont pu se retrouver là alors qu’elles ne se connaissent apparemment pas, et se faire avoir par des brigands ?! Ca fait quand même de sacrées coïncidences…

Kaünis voulut ouvrir la bouche, pour protester.
Mais en effet, cela faisait beaucoup trop de coïncidences. Même si sur la rive du Lac Chen, pas mal de gens circulaient. La jeune fille fronça les sourcils, fixant soudain Yan. Et s’il était à la racine de tout ça ? Mais non… Quelque chose lui disait que non. Néanmoins, sa méfiance ne s’éteignit pas comme ça, il ne fallait pas croire…


__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ney Nirina
Groupe Er'Lyn
avatar

Nombre de messages : 254
Date d'inscription : 15/02/2012

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Brûlures sur le dos des avant-bras, Sae, un chat, la suis presque partout

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Mar 31 Juil 2012, 00:15

    L'inconnu qui les avait aidé vint en aide à la fille brûlée. Leur chef fut simplement blessé et fut le seul à s'enfuir, mais au moins, il abandonnait également. Ney se détendit complètement et s'en voulu de ne pas s'être inquiétée de Sae et des autres avant de se rabaisser au même niveau que les brigands en profitant de leur inconscience pour les dépouiller.

    Le mystérieux tireur se présenta ensuite comme étant un certain Yan, qui avait plutôt de bonnes manières! Il connaissait visiblement la fille aux cheveux noirs, qu'il appela Kaünis, tandis que la fille brûlée se présentait comme étant Khamill. Ney eu aussi vaguement l'impression que Yan connaissait également Khamill. Mais tous le monde se connaissait soudain! Ney se sentit de trop et se demandait où se mettre lorsque Yan dit enfin quelque chose qui les concernait toutes les trois.

    - Mais dites-moi, comment trois jolies jeunes filles ont pu se retrouver là alors qu’elles ne se connaissent apparemment pas, et se faire avoir par des brigands ?! Ca fait quand même de sacrées coïncidences…

    Ney hocha les épaules.

    - De sacrés coïncidences, en effet, surtout quand un mystérieux tireur arrive pile au bon moment pour aider les dites trois jolies jeunes filles! Et ravie de faire ta connaissance et merci pour ton aide. Kaünis et Khamill le savent déjà, mais moi, c'est Ney, enchantée.

    C'est seulement à ce moment là que, le combat retombé, Ney réalisa vraiment qu'il n'y avait plus de lumière. De l'eau sortie de va savoir où avait éteins le feu et battre les deux porteurs de torches avaient éteintes ces dernières. Bon, vu comment l'ancien feu était mouillé, pas la peine d'essayer de le rallumer, il fallait en faire un nouveau... Elle se redressa puis suggéra :

    - Dites, je suis pas contre discuter ou faire connaissance si vous voulez, mais je pense que ça serait bien de changer d'endroit, quand ceux-là vont reprendre connaissance. Parce que je sais pas vous mais moi les miens ils sont juste dans les pommes...



      ( Désolée, énorme panne d'inspi, j'essayerais de faire mieux la prochaine fois ^^' )

__________________________________________

Lettres ~ Fiche ~ RPs ~ Liens ~ 2ème cours



Merci beaucoup à Ange Shar pour ce kit! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khamill Norwël
Groupe Wolld
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 516
Citation : Accorder sa confiance revient-il à offrir son dos au poignard ? (Le Pacte des Marchombres)
Date d'inscription : 09/04/2012

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une marque au fer rouge en forme d'étoile à trois branches entre son épaule et son sein droits ; et la moitié gauche du visage rougie par une large brûlure.

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Jeu 02 Aoû 2012, 11:15

- Bonsoir mesdemoiselles ! Je m’appelle Yan.

Khamill s'était relevée, restant tout de même assise, en tailleur, et répondit à la révérence du dénommé Yan par un demi-sourire, comme elle avait désormais pris l'habitude d'en faire. Un demi-sourire, c'était bien, ça n'engageait pas trop mais ça signifiait qu'on avait quand même pris en compte celui qui nous avait adressé la parole. Et ça convenait parfaitement à Khamill.

- Heureux de vous avoir été utile.

Khamill voyait bien l'état dans lequel la jeune femme aux yeux verts se trouvait, c'était évident comme le nez au milieu de la figure. Elle semblait comme aspirée par le regard de l'envoleur, et ne cessait de le fixer. Kham ne doutait pas du brin de jalousie qui devait palpiter dans son ventre, et elle se promit d'annoncer quelques précisions à la jeune femme en ce qui concernait sa connaissance de Yan. En effet, elle l'avait juste croisé en arrivant au Domaine, mais elle ne savait même pas son nom ni ne lui avait adressé la parole ; et lui aussi devait l'avoir aperçue. Après tout, une moitié du visage brûlé, ça se remarque et ça ne s'oublie pas... Et puis, asociale comme elle était, elle ne risquait pas d'avoir déjà fait connaissance ! Oui, elle se devrait de rassurer la jeune fille aux cheveux noirs... qui d'ailleurs se nommait Kaünis, puisque c'est ainsi que Yan l'appela. Joli nom, Kaünis, au passage. Mais Khamill n'apprécia pas tellement la façon dont Yan s'était adressé à elle, comme s'il se devait de la prendre en main, de lui dire ce qu'elle devait faire... devant deux inconnues, en plus ! Non, Kham se méfiait de l'envoleur. Par contre, elle avait cessé d’éprouver de l'antipathie envers Kaünis. C'était comme si le jeune homme avait pris le relais, comme s'il devait toujours y avoir quelqu'un dont elle devait se méfier. Étrange...

- Plutôt que de dire des conneries, tu devrais faire un feu. Ça serait plus utile.

Khamill ne put s'empêcher d'hocher la tête à la remarque de la jeune femme. Visiblement, elle non plus n'avait pas apprécié la "reproche" de Yan, ce qui était tout à fait compréhensible ! Que ça devait être dur d'en vouloir à celui qu'on aimait en silence... Kham ne sut d'ailleurs pas de quelle façon prendre le rire du jeune homme. Moquerie ou simplement joie de vivre ? Elle décida de laisser ses questions de côté et lorsque le feu fut prêt, elle s'assit en face, à côté de Kaünis. Elle profita du fait que Yan attisait encore le feu pour glisser à l'oreille de l'envoleuse :

- Tu n'as pas à t'inquiéter, je n'ai aucune raison de te le piquer, ton Yan... On s'est juste aperçu à mon arrivée au... Domaine, rien de plus - elle réalisa qu'elle venait d'avouer sa nature de "presque apprentie envoleuse", mais ne s'en formalisa pas - Il a dû me reconnaître parce qu'une brûlée, ça ne s'oublie pas si facilement !

Elle lui adressa un clin d'oeil joyeux, puis recommença à fixer les flammes, celles-ci produisant de drôles de jeux d'ombre et de lumière avec sa brûlure. Et inévitablement, Khamill pensa à Lehm. Voir ainsi Kaünis amoureuse ne put que lui rappeler la vie de voleurs heureux qu'elle avait menée avec le jeune homme, jusqu’à ce qu'il... Elle refusa d'y penser. Elle savait qu'elle se devait de passer au-dessus de ce qui s'était passé, surtout si elle voulait renouer avec un autre homme un jour ou l'autre. Même si elle ne parvenait pas encore à s'imaginer avec un autre... surtout après ce qu'elle avait vécu pendant les deux années enfermée chez Cerman.

- Mais dites-moi, comment trois jolies jeunes filles ont pu se retrouver là alors qu’elles ne se connaissent apparemment pas, et se faire avoir par des brigands ?! Ça fait quand même de sacrées coïncidences…

La remarque de Yan la tira instantanément de ses souvenirs, et elle remercia en pensée le jeune homme.

- De sacrés coïncidences, en effet, surtout quand un mystérieux tireur arrive pile au bon moment pour aider les dites trois jolies jeunes filles! Et ravie de faire ta connaissance et merci pour ton aide. Kaünis et Khamill le savent déjà, mais moi, c'est Ney, enchantée.

Khamill cligna des yeux. C'est vrai ça ! La coïncidence, c'était surtout le fait que le jeune homme soit arrivé au bon moment. Ce n'était pas si étrange que trois voyageuses se rencontrent autour d'un feu, et l'attaque de brigands n'était pas non plus quelque chose d'inhabituel... surtout pendant ces temps agités dans lesquels se trouvait l'Empire, avec les attaques de Raïs au Nord, et ces étranges trous noirs dont la jeune femme avait entendu parler. Elle s'apprêta à ouvrir la bouche lorsque Ney reprit :

- Dites, je suis pas contre discuter ou faire connaissance si vous voulez, mais je pense que ça serait bien de changer d'endroit, quand ceux-là vont reprendre connaissance. Parce que je sais pas vous mais moi les miens ils sont juste dans les pommes...

Khamill esquissa un sourire.

- Maintenant qu'un nouveau feu est allumé, ce serait du gâchis de changer d'endroit, non ?

Elle se leva et s'avança alors vers les deux bandits qu'avait assommé Ney,et les traîna chacun leur tour contre un arbre ; puis elle sortit un morceau de corde de son sac qu'elle coupa en deux à l'aide de son poignard, afin d'attacher les brigands contre les deux troncs. Quand ce fut fait, elle vint se rassoir entre les deux jeunes femmes.

- De toutes façons, je doute qu'ils se réveillent maintenant... Tu as dû leur infliger un sacré traitement !

Puis, curieuse, elle se tourna vers Yan, le regard interrogateur et légèrement méfiant.

- Quant à toi, je me demande surtout comment ça se fait que tu te soit trouvé là, au bon moment pour nous venir en aide...

Bien sûr, c'était une question. Et une question qui voulait impérativement une réponse, claire et précise. Parce que Khamill ne comptait pas accepter le jeune homme comme ça sans avoir d'explications, même après qu'il leur eut sauvé la vie...



__________________________________________


Flamme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Jeu 02 Aoû 2012, 15:18

- Tu n'as pas à t'inquiéter, je n'ai aucune raison de te le piquer, ton Yan... On s'est juste aperçu à mon arrivée au... Domaine, rien de plus. Il a dû me reconnaître parce qu'une brûlée, ça ne s'oublie pas si facilement !

La première chose que pensa Kaünis, ce fut " Une Envoleuse ", avant de se reprendre : non, pas une Envoleuse, mais certainement une apprentie. Parler d'un endroit qui s'appelle le Domaine et où elle aurait croisé Yan, cela ramenait nécessairement à cela, les coïncidences n'existant pas à ce point non plus…
Par contre, ce qui fit tilter Kaünis, ce fut sa première phrase… Aucune raison de te le piquer. Mais de quoi parlait-elle ? Secouant la tête vivement, la jeune fille fronça les sourcils pour répondre dans un murmure.

- Mais je m'en fous, tu fais ce que tu veux… Il m'intéresse pas !

Non, mais et puis quoi encore ? Elle avait d'autre chats à fouetter que de tomber amoureuse d'un Envoleur ! Cela n'avait pas de sens, surtout qu'elle avait rencontré Field la dernière fois dans les écuries, et que son parti était bien plus intéressant que Yan. D'autant que le jeune Envoleur était un peu trop… étrange à son goût, surtout en cet instant.
Parce que la question qu'il posa était tout sauf anodine, elle en avait conscience.

Fronçant les sourcils devant un tel manque de discrétion – elle était certaine qu'il avait tout comploté pour jouer le chevalier servant – Khamill et Ney la devancèrent cependant, et elle fixa son regard dans celui de Yan, qui souriait toujours, respirant la sérénité et le calme.

- De sacrés coïncidences, en effet, surtout quand un mystérieux tireur arrive pile au bon moment pour aider les dites trois jolies jeunes filles!

Une première phrase qui fit mouche dans l'esprit de l'apprentie Envoleuse, mais qui fut bientôt noyée parmi toutes les autres informations que Ney lança à tort et à cris. Kaünis en avait déjà mal à la tête… Quand à l'histoire du feu, Khamille se débrouilla très bien en emmenant les deux personnages capables de se réveiller plus loin, et en les saucissonnant à un arbre.
Yan ne bougeait toujours pas, les fixant tranquillement une à une, les bras croisés sur la poitrine. Une position qui faisait ressortir les muscles de ses bras, bien dessinés sous sa peau…
Kaünis se força à détourner le regard. Khamill se fourvoyait. Elle ne lui trouvait rien de probant, à Yan ! Et en plus, c'était l'ancien apprenti de sa mère, elle ne voyait pas l'intérêt. Même si elle ne pouvait le nier, elle était irrésistiblement attirée par son physique. Mais ce n'était rien. Et puis, elle n'avait rien à languir, puisqu'elle n'avait jamais rien découvert de ce côté-là !
Décidément, ses hormones travaillaient beaucoup trop, et cela l'énervait encore plus.

- Quant à toi, je me demande surtout comment ça se fait que tu te soit trouvé là, au bon moment pour nous venir en aide...

Un sourire en coin passa sur les lèvres de Kaünis, qui hocha imperceptiblement la tête en direction de l'autre apprentie Envoleuse. Et toc !
Elle-même n'avait pas osé le lui envoyé à la figure – pourquoi d'ailleurs ? – mais au moins, cela avait pour conséquences qu'il était obligé de répondre à Khamill, même si elle n'avait pas posé de réelle question.

Yan dut sentir tous les regards converger vers lui, et un petit sourire étira ses lèvres. Ce sourire n'avait l'air ni moqueur, ni supérieur, plutôt juste tranquille en fait… Ne pas se laisser avoir par les apparences. Et puis, avec la lueur des flammes, la vision était troublée, ce n'était peut-être qu'un effet d'optique !

- Je suivais Kaünis depuis plusieurs jours dans le but de l'aborder… Croyez ce que vous voulez, je ne trouvais cependant pas le courage. Quand vous vous êtes faites attaquer, je n'allais pas vous laisser mourir sous mes yeux ! Oui, j'étais là, je vous observais…

Son regard vert se planta quelques secondes dans celui de Kaünis, qui se sentit rougir comme une écrevisse. Ca ne se passerait pas comme ça ! Elle était sûre… presque… non, en fait, mais elle voulait qu'il soit à l'origine de tout ça ! Cela lui aurait fait une raison pour le détester, cela aurait été plus facile de s'en détacher…

- J'te crois pas une seule seconde.

Cherchant du réconfort auprès des deux filles, elle ne savait pas trop ce à quoi elle s'attendait, en fait…

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ney Nirina
Groupe Er'Lyn
avatar

Nombre de messages : 254
Date d'inscription : 15/02/2012

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Brûlures sur le dos des avant-bras, Sae, un chat, la suis presque partout

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Jeu 02 Aoû 2012, 19:17

    Yan s'attela à ranimer le feu. Pendant que les trois filles s'installaient près de cette source de chaleur et de lumière, particulièrement appréciée alors que le soir tombait - et que la nuit était presque là en fait - et le froid avec, Ney vit Khamill chuchoter quelque chose à l'oreille de Kaünis que l'adolescente aux cheveux violet, trop loin, ne put entendre. De toute façon, vu leur attitude, ce n'était pas quelque chose qui était destiné à être entendu par une autre personne qu'elles deux.

    Lorsque Ney attira leur attention sur le fait que ses adversaires étaient juste inconscients et pouvaient se réveiller à tout moment, Khamill esquissa un sourire.

    - Maintenant qu'un nouveau feu est allumé, ce serait du gâchis de changer d'endroit, non ?

    L'adolescente hocha la tête. En effet, comme d'habitude, elle avait parlé un peu vite, elle aurait mieux fait de dire ça avant que Yan ne rallume le feu! Khamill s'approcha des deux bandits dont c'était occupé Ney, les traîna autour d'un arbre et les attacha sous le regard reconnaissant de Ney. Elle n'avait en effet pas de corde pour les attacher, sinon elle s'en serait occupée elle-même.

    - De toutes façons, je doute qu'ils se réveillent maintenant... Tu as dû leur infliger un sacré traitement !

    Ney sourit. Hum, oui, sûr qu'elle n'avait pas trop intérêt à recroiser leur route, m'enfin de là à dire qu'ils ne se réveilleraient pas de sitôt... Elle se demandait sur quoi s'appuyait Khamill pour dire ça, néanmoins, elle la remercia d'un hochement de tête.

    - Quant à toi, je me demande surtout comment ça se fait que tu te soit trouvé là, au bon moment pour nous venir en aide...

    Fit Khamill en se tournant vers Yan. Ney se tourna à son tour vers lui, attendant sa réponse. Elle avait en effet sous entendu la même question tout à l'heure et n'était pas fâchée que la jeune fille le dise plus clairement. Kaünis aussi visiblement. Yan, sous le poids de trois regards, se décida à répondre.

    - Je suivais Kaünis depuis plusieurs jours dans le but de l'aborder… Croyez ce que vous voulez, je ne trouvais cependant pas le courage. Quand vous vous êtes faites attaquer, je n'allais pas vous laisser mourir sous mes yeux ! Oui, j'étais là, je vous observais…

    Ney haussa un sourcil. Ce n'était pas très crédible, possible certes, mais pas très crédible. Elle jeta un coup d'oeil aux autres filles pour voir leur avis et aperçut alors Kaünis, qui rougissait.

    - J'te crois pas une seule seconde.

    L'adolescente aux cheveux violets hocha la tête.

    - On t'a jamais dis que c'était pas poli d'espionner les gens? Et puis je suis d'accord avec Kaünis, c'est pas très crédible. Possible, certes, mais tout de même...

    L'autre raison, c'était Sae. Il avait l'air encore plus méfiant envers Yan que les filles, s'il avait déjà été présent, il aurait du le remarquer et fixer l'endroit où il se cachait. D'habitude, il se comportait ainsi en tout cas. Mais peut-être aussi que c'était pour cette raison qu'il avait hésité à la rejoindre, comment savoir... Dommage, dans ses situations, qu'il ne sache pas parler! Il n'empêche que le doute était permis, et plutôt en faveur d'un mensonge de la part de Yan que l'inverse. Ney se tourna vers Khamill, la seule à n'avoir rien dit pour l'instant, cherchant à savoir ce qu'elle en pensait.

__________________________________________

Lettres ~ Fiche ~ RPs ~ Liens ~ 2ème cours



Merci beaucoup à Ange Shar pour ce kit! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khamill Norwël
Groupe Wolld
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 516
Citation : Accorder sa confiance revient-il à offrir son dos au poignard ? (Le Pacte des Marchombres)
Date d'inscription : 09/04/2012

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une marque au fer rouge en forme d'étoile à trois branches entre son épaule et son sein droits ; et la moitié gauche du visage rougie par une large brûlure.

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Ven 03 Aoû 2012, 17:03

- Mais je m'en fous, tu fais ce que tu veux… Il m'intéresse pas !

Eh bien... ce n'est pourtant pas ce que l'on peut voir, pensa Khamill en voyant Kaünis s'emporter. Et puis, il n'y avait pas de raison de s'énerver pour si peu ! Mais elle comprenait l'envoleuse, et savait que certains sentiments sont presque impossibles à décrypter. Et cela met toujours beaucoup de temps. Néanmoins, la jeune femme se demanda si elle ne s'était pas réellement trompée en jugeant un peu trop vite Kaünis - peut-être celle-ci n'éprouvait qu'une attirance physique pour le jeune homme - et de toutes manières, ce n'était pas ces affaires. Ce fut à cette pensée que Kham finit par hausser les épaules, après avoir adressé un dernier sourire à l'attention de la jeune envoleuse.

Pour le moment, la discussion était close.

La discussion ? Avec étonnement, la jeune femme aux cheveux bouclés dut reconnaître que, depuis l'attaque des brigands, elle avait bel et bien engagé une réelle conversation avec les deux jeunes filles et Yan. Bien sûr, elle n'avait pas tant parlé que ça, et se contentait toujours du strict minimum, mais mis à part pour l'envoleur, sa méfiance avait presque totalement disparue ; d'ailleurs elle ne se sentait pas si mal, en compagnie des trois autres. Elle avait même voulu rassurer Kaünis, et avait plaisanté avec Ney sur l'état dans lequel se trouvaient les deux malheureux bandits qui avaient eu affaire à elle.
Étrange, vraiment... Étrange, et surtout inattendu. Mais pas si désagréable...

Lorsqu'elle demanda au jeune homme ce qu'il faisait là, il leur sourit d'abord, semblant très à l'aise, alors que Khamill avait pensé le désarmer un peu de son air tranquille en lui posant cette question. Elle avait voulu le déstabiliser, oui, et ce sourire serein ne lui plaisait pas du tout ! A vrai dire, ce Yan l'énervait un peu. Et elle n'était pas la seule, à en juger l'attitude changeante de Kaünis !


- Je suivais Kaünis depuis plusieurs jours dans le but de l'aborder… Croyez ce que vous voulez, je ne trouvais cependant pas le courage. Quand vous vous êtes faites attaquer, je n'allais pas vous laisser mourir sous mes yeux ! Oui, j'étais là, je vous observais…

Khamill écarquilla les yeux. Elle s'attendait à toute explication, sauf à ça ! Surtout que ça ne tenait pas vraiment debout. N'importe quel garçon n'oserait pas ainsi avouer ses sentiments pour une fille, surtout devant deux inconnues ! Et ça, Kham le savait bien. Dans ce domaine, les hommes osaient souvent encore moins que les femmes, surtout entre quinze et vingt ans. Elle ne connaissait pas l'âge de Yan, mais le situait plutôt vers la vingtaine d'années. Peut-être un peu moins, peut-être un peu plus... mais dans tous les cas, ça correspondait bien.

Et puis, l'avoir suivie pendant des jours, quand même ! Et avoir attendu cette attaque pour se montrer, alors que, justement, il y avait Kham et Ney à ses côtés ? Ce n'était pas très logique... Et si c'était vrai, que ferait l'envoleuse, puisqu'elle semblait tout de même - et malgré ses dires - attirée par le jeune homme ? Dans ce cas d'ailleurs, pourquoi avoir dit qu'il ne l'intéressait pas ? On n'était plus à l'âge des enfants, vers dix douze ans, où être amoureux est quelque chose dont on se moque facilement.

Non, là, Khamill ne comprenait décidément plus ni l'envoleuse, ni l'envoleur...


- J'te crois pas une seule seconde, lança Kaünis tout en rougissant. Visiblement, elle semblait assez troublée par les paroles du jeune homme. Croisant son regard, Kham comprit son hésitation et s'apprêta - de nouveau - à la réconforter un peu, à l'aider face à Yan. Même si elle savait que c'était plutôt face à elle-même, qu'elle devait être aidée. Sauf que ça, Khamill n'était pas en droit de le faire. Et elle n'avait d'ailleurs pas vraiment l'envie non plus...

- On t'a jamais dis que c'était pas poli d'espionner les gens? Et puis je suis d'accord avec Kaünis, c'est pas très crédible. Possible, certes, mais tout de même...

Ney aussi semblait hésiter, quant à croire ou pas le Mercenaire. Mais Khamill était d'accord avec elle, au moins sur le premier point : ce ne devait pas être très agréable pour Kaünis de savoir que Yan la suivait depuis des jours, espionnant ainsi tous ses faits et gestes ! Khamill elle-même n'appréciait pas le fait que l'envoleur les ai observées depuis le début de leur conversation. Et comment avait-il pu leur annoncer cela avec autant d'aplomb et de calme ?

A vrai dire, elle avait même très envie de lui en foutre une, bien au milieu de la figure !

Elle très envie, vraiment, mais elle se contint. Par respect pour Kaünis et Ney.
Surtout Kaünis.

Sentant que les deux filles attendaient qu'elle dise à son tour quelque chose, la jeune femme hésita. Elle ne voyait pas quoi dire d'autre qui ne fut déjà énoncé, et surtout elle commençait à en avoir sa claque de toute cette histoire, qui déjà n'avait pas vraiment bien débuté, avec ses deux filles qui avaient débarquées là, en même temps ! Bon, il y avait eu la bagarre - cela passait encore - mais maintenant qu'un Don Juan s'en mêlait, et les histoires de cœur par la même occasion, Kham se sentait perdre patience.

C'est qu'elle avait envie de dormir, elle !

Mais la conversation se devait d'avancer, au moins pour rendre service à Kaünis. Elle avait déjà fait bien des efforts au cours de la soirée, et maintenant qu'elle était lancée, pourquoi ne pas continuer ?


Parce que je suis fatiguée.

Certes. Mais... quand même.
Bon...

- Bien sûr, moi non plus je n'y crois pas trop, vous vous y attendez. Je n'y crois pas trop pour un tas de raisons, qui ne valent pas la peine d'être expliquées. Tout ce que je peux te dire, Yan, c'est que tu as tout intérêt à nous dire la vérité, parce que visiblement, aucune de nous n'a vraiment envie de s'éterniser sur le sujet. Moi en tous cas...

Elle se retint de lui dire qu'elle perdrait bientôt patience et qu'il risquait de recevoir son poing dans le nez s'il continuait à tourner autour du pot. Mais il y avait toujours cette foutue histoire de respect ; et puis, c'est vrai, Khamill ne savait pas si l'envoleur était encore apprenti ou non. Dans tous les cas, il était bien plus avancé qu'elle, et, logiquement, elle ne faisait pas le poids contre lui...

__________________________________________


Flamme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Mar 14 Aoû 2012, 19:38

Les pensées filaient, à toute vitesse, dans le crâne de Kaünis. Elle ne voulait pas croire Yan, pour rien au monde. Surtout que de son point de vue, cela ne tenait pas debout, une telle explication. A moins que…

A moins qu’il ne fît cela pour la manipuler. Pour l’empêcher de repousser ses avances, qu’il avait déjà introduites quand ils s’étaient croisés la dernière fois.
A moins que cela ne le dérange pas de le faire devant les deux filles, pour justement voir leur réaction, et voir s’il avait agi correctement. Avoir un avis extérieur.
A moins qu’il n’attendît qu’une occasion pour lui dévoiler cela. Pour en revenir au premier point, peut-être l’avait-il déjà cernée et avait-il compris qu’elle était du genre à fuir sans se retourner dans ce genre de situations. Peut-être même que c’était sa mère qui l’avait dépeinte comme ça à Yan.

Enfin, dans tous les cas, elle rageait, rageait de ne savoir comment réagir, rageait de ne savoir quoi dire, et de ne savoir quoi penser.


- On t'a jamais dis que c'était pas poli d'espionner les gens? Et puis je suis d'accord avec Kaünis, c'est pas très crédible. Possible, certes, mais tout de même...

Un sourire étira les lèvres de Yan.
Un sourire qui voulait bien dire ce qu’il montrait : il se fichait de la politesse, en tout cas telle que la définissait Ney. A quoi bon être poli, quand on était mort de couardise ? L’apprentie Envoleuse ne lâchait pas le garçon du regard, essayant de détecter un tic, quelque chose, qui montrait qu’il mentait, et qu’il voulait cacher la vraie vérité.
En vain.
Il était aussi lisse qu’une statue de marbre. Pire, même, un air moqueur devant leur incrédulité mettait à vif les nerfs de Kaünis.


- Bien sûr, moi non plus je n'y crois pas trop, vous vous y attendez. Je n'y crois pas trop pour un tas de raisons, qui ne valent pas la peine d'être expliquées. Tout ce que je peux te dire, Yan, c'est que tu as tout intérêt à nous dire la vérité, parce que visiblement, aucune de nous n'a vraiment envie de s'éterniser sur le sujet. Moi en tous cas...

Un soupir franchit les lèvres de la jeune fille : Khamill, aussi douée était-elle, ne ferait pas le poids contre Yan. Et elle non plus, d’ailleurs. Elles étaient apprenties Envoleuses, toutes les deux, et lui avait terminé sa formation. Il n’était pas à leur portée de lui mettre une raclée. Et Ney… Kaünis n’avait aucune espèce d’idée de son niveau de combat, mais si elle semblait agacée, elle n’avait pas une attitude trop agressive.

Le son d’un soupir attira à nouveau l’attention de Kaünis sur Yan, et le regard du garçon se ficha dans le sien quelques secondes. Le temps que son coeur s’emballât et que ses mains devinssent moites.
Serrant les dents, elle attendait la suite.
Mais elle avait terriblement envie de le gifler.


- Je conçois que vous ne me croyez pas… Enfin, vous deux…

Il désigna Khamill et Ney d’un léger mouvement de menton.

- Et puis, je me fiche que vous me croyez ou non. Je serai bien intéressé par ce que feras si je te dis que c'est la plus stricte vérité !

Il avait dit ça avec un sourire alambiqué qui fit passer un drôle de frisson dans le dos de Kaünis. Cette dernière lança cependant un regard rond à Khamill, lui déconseillant par là d’essayer d’intervenir : elle serait réduite à l’état d’incapable en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire…

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ney Nirina
Groupe Er'Lyn
avatar

Nombre de messages : 254
Date d'inscription : 15/02/2012

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Brûlures sur le dos des avant-bras, Sae, un chat, la suis presque partout

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Mar 11 Sep 2012, 15:40

      ( Pardon pour mon immense retard! Surtout que c'est pas terrible ^^' )




    Ni Khamill ni Kaünis ne paraissaient croire Yan. Certes, le doute flottait vaguement dans l'atmosphère, mais si faible que la méfiance l'emportait, du moins chez Ney. Et puis les manières de ce type l'agaçaient, son sourire après ses paroles, elle apprécierait de le voir s'en aller mais ne voyait pas de façon un minimum réfléchie d'amener la chose.

    - Bien sûr, moi non plus je n'y crois pas trop, vous vous y attendez. Je n'y crois pas trop pour un tas de raisons, qui ne valent pas la peine d'être expliquées. Tout ce que je peux te dire, Yan, c'est que tu as tout intérêt à nous dire la vérité, parce que visiblement, aucune de nous n'a vraiment envie de s'éterniser sur le sujet. Moi en tous cas...

    Le ton de la jeune fille contenait une certaine menace, et bien que Ney n'ai pas encore d'attitude agressive, la sienne marquait clairement son accord avec la position de Khamill. Oui, elle aussi elle en avait marre de cet invité surprise, et même si elle ne voyait pas l'utilité de lui mettre son poing dans sa figure même si ça ne lui déplairait pas, elle ne c'était pas encore décidée à exprimer clairement son désir de le voir décamper au plus vite. Kaünis aussi semblait éprouver des émotions plutôt négatives envers lui, et Ney trouva cela plutôt agréable d'être à côté de personnes partageant son avis, même si elle n'était pas la première concernée. Ça ne lui arrivait pas si souvent et, d'une certaine façon, c'était agréable.

    - Je conçois que vous ne me croyez pas… Enfin, vous deux…

    Yan désigna Khamill et Ney avant de reprendre :

    - Et puis, je me fiche que vous me croyez ou non. Je serai bien intéressé par ce que feras si je te dis que c'est la plus stricte vérité !

    Sans se départir de son hostilité, Ney haussa un sourcil. La phrase était dite sur un ton étrange et son contenu lui même était bizarre. Ney était peut-être un peu stupide, mais elle n'avait pas tout compris. Sans réfléchir, elle lui lança :

    - Articule, on comprend rien!

    Façon un peu particulière de lui dire de reformuler, et pas dite d'un ton très agréable, mais cela avait le mérite d'être clair. Alors qu'elle attendait une réponse, Ney aperçut du coin de l'oeil le regard d'avertissement de Kaünis à Khamill, comme si elle mettait en garde la jeune fille qu'attaquer son "prétendant" serait une mauvaise idée. Devant leur attitude commune, l'adolescente aux cheveux violets décida donc d'ajouter :

    - D'ailleurs, je crois que Kaünis n'est pas trop convaincue non plus. Pour finir, si tu t'en fiches de notre avis, je serais d'avis, moi, que tu vois ça plus tard si vous en avez envie, parce que bon, on va pas y passer la nuit. Il est tard, ça ne me concerne pas et je serais contente d'en finir au plus vite avec ma première rencontre avec toi!

    Ca y est, elle l'avait dit. Peut-être pas de la meilleure façon, mais au moins, elle avait sortit ce qu'elle pensait, et elle s'en sentit tout de suite un peu mieux. Maintenant, restait à espérer que Yan n'insisterait pas et débarrasserait le plancher, ou bien c'est elle qui s'en irait, même si elle n'avait pas envie de quitter les deux filles dans ces conditions.

__________________________________________

Lettres ~ Fiche ~ RPs ~ Liens ~ 2ème cours



Merci beaucoup à Ange Shar pour ce kit! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khamill Norwël
Groupe Wolld
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 516
Citation : Accorder sa confiance revient-il à offrir son dos au poignard ? (Le Pacte des Marchombres)
Date d'inscription : 09/04/2012

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une marque au fer rouge en forme d'étoile à trois branches entre son épaule et son sein droits ; et la moitié gauche du visage rougie par une large brûlure.

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Sam 06 Oct 2012, 18:44

- Je conçois que vous ne me croyez pas… Enfin, vous deux… Et puis, je me fiche que vous me croyiez ou non. Je serais bien intéressé par ce que tu feras si je te dis que c'est la plus stricte vérité !

Comprenant qu'il s'était adressé à elle lors de cette seconde phrase, Khamill serra les dents. L'envoleur avait bien perçu son attitude particulièrement agressive, mais il en profitait pour la narguer, la poussant hors des limites de sa patience. Car Khamill n'était pas très patiente, et surtout très fatiguée. Cependant, par le ton que Yan avait pris pour lui parler, un ton de mise en garde franchement moqueur ; et par son sourire étrange et son regard provocateur, tous deux appuyant encore plus sur cette impression qu'il se fichait totalement d'elle, Khamill comprit qu'elle n'aurait aucune chance face à l'envoleur.

Strictement aucune.

Elle n'avait de toutes façons aucune envie de le battre réellement ; elle voulait juste qu'il crache enfin le morceau - si toutefois morceau il y avait - et qu'il s'en aille, qu'il les laisse enfin tranquilles, et surtout qu'il la laisse enfin tranquille. Quelle erreur, d'avoir accepté les deux jeunes filles auprès de son feu ! Sans elles, il n'y aurait pas eu de Yan, et sans Yan, il n'y aurait pas eu d'ennui.

Oui, mais... sans elles, et surtout sans lui, elle ne serait jamais venue à bout des brigands. Elle réalisa soudain qu'elle l'avait échappé belle ; si elle avait choisi de rester asociale comme toutes les autres fois - excepté avec Syndrell - elle aurait à présent été dépouillée de tous ses biens, elle aurait peut-être même été tuée ! Prise de court par cette pensée alarmante, Kham fut obligé de reconnaître qu'elle leur devait une fière chandelle, à eux trois... Ce qui la fit rager encore plus. Yan en était conscient, elle le savait ; et elle détestait la manière qu'il avait de la provoquer tout en sachant qu'elle n’avait aucune chance face à lui.

Un court instant, elle fut tentée d'essayer quand même, juste pour voir, pour lui montrer ce qu'il méritait ; mais elle réalisa bien vite que c'était totalement absurde. Mieux valait paraître (presque) imperturbable, rester à sa place et ignorer le jeune homme. Ou du moins ignorer ses remarques pénibles... Le regard d'avertissement de Kaünis croisa le sien, la confortant dans l'idée de ne rien tenter. Alors elle ne bougea pas et ne dit rien. Le silence s'installa un moment entre eux, le regard tranquille de Yan les défiant de ne pas le croire, avant que Ney ne finisse par le briser - le silence. Khamill ne comprit pas vraiment pourquoi la jeune fille avait dit ça, mais lorsqu'elle l'entendit enchaîner, elle ne se posa pas plus de questions.


- D'ailleurs, je crois que Kaünis n'est pas trop convaincue non plus. Pour finir, si tu t'en fiches de notre avis, je serais d'avis, moi, que tu vois ça plus tard si vous en avez envie, parce que bon, on va pas y passer la nuit. Il est tard, ça ne me concerne pas et je serais contente d'en finir au plus vite avec ma première rencontre avec toi !

Un léger sourire flotta sur les lèvres de Khamill. Ney, à son tour, avait fini par avouer sa lassitude face à l’attitude du jeune homme. Cependant, son sourire s'effaça rapidement, laissant place à une grimace traduisant son accord. Et Khamill ajouta, d'une voix fatiguée mais autoritaire :

- Bon, écoutez-moi.

Elle vit aussitôt tous les regards converger vers elle. Celui de Ney, attentif et un brin pressé d'en avoir terminé. Celui de Yan, légèrement moqueur et un peu surpris. Et celui de Kaünis, irrité, brouillon, un peu perdu devant toute cette histoire dont elle ne savait sûrement pas trop quoi penser - comme tout le monde d'ailleurs. Un bref instant, Khamill ressentit une certaine pitié pour la jeune femme.

- Je crois qu'on ne va jamais se mettre d'accord, alors je propose qu'on termine cette charmante discussion demain. Pour le moment, je vous permets de rester dormir ici - toi aussi Yan - parce qu'il est tard et que je ne me vois pas vous envoyer paître ailleurs, maintenant que la conversation a été engagée et qu'un combat a eu lieu, auquel on a tous participé.

Elle prit une profonde inspiration, repensant encore une fois à sa chance de s'en être sortie durant le combat. Puis, sans un mot, elle se leva, se dirigea vers son sac et en sortit une couverture, qu'elle étala près du feu, un peu à l'écart des trois autres. Puis, le vent commençant à se lever, elle piétina les dernières petites flammes qui restaient pour éviter qu'elles ne mordent les bois alentour, sans demander leur avis aux autres ; quelques braises restèrent encore, faibles reflets rouges des étoiles de cette nuit dont la lune avait fini par disparaître derrière les nuages. Enfin, Khamill s'allongea, prenant son sac pour oreiller, ramenant sa couverture jusqu'en haut de son cou. Et elle ferma les yeux.

- Bonne nuit, conclut-elle dans un soupir, mettant définitivement un terme à la conversation.


***



Khamill se réveilla en sursaut. Elle avait encore rêvé, de ces rêves qu'elle faisait encore quelques semaines auparavant, et qui étaient venus lui rendre de nouveau visite lors de la nuit passée aux Dentelles. Mais les traits de Cerman étaient devenus flous, et si ses yeux étaient restés verts, ses cheveux avaient pris la couleur des blés. Comme ceux de Yan... Kham eut très peur soudain, n'expliquant pas ce rêve absurde. Fixant les étoiles durant de longues minutes, elle finit par calmer les battements affolés de son cœur, peu à peu, et réalisa que l'aube pointait faiblement à l'horizon. Cependant, la nuit était encore bien présente ; il devait être encore très tôt.

La jeune femme se leva de sa couche, et, jetant un coup d’œil aux dormeurs, elle ne prit pas garde au fait que l'un deux, ou l'une, était réveillé, tout comme elle. Elle s'éloigna du foyer sans un bruit, constatant que les dernières braises étaient définitivement mortes, et marcha quelques minutes en direction du Lac Chen. Là, elle s'assit contre un tronc d'arbre couché, fixant l'horizon de ses yeux vides, les souvenirs affluant dans sa mémoire.

Et elle contempla le lent lever du soleil dans l'eau.

Elle n'entendit pas les pas qui approchaient, derrière elle...






[Désolée du retard, j'ai toujours beaucoup de choses à faire ! Et puis, cette remise en route n'est pas vraiment terrible mais bon... j'essayerais de faire mieux la prochaine fois (c'est ce qu'on dit toujours, ha ha !) xD]


__________________________________________


Flamme:
 


Dernière édition par Khamill Norwël le Mer 19 Déc 2012, 16:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Lun 08 Oct 2012, 18:45

- Bonne nuit

Kaünis poussa un léger soupir, et finit par hocher la tête. A dire vrai, elle était reconnaissante à Khamill d’avoir réussi à esquiver la joute verbale, et à Ney d’avoir dit clairement ce qu’elle en pensait. Elle-même n’était pas vraiment comme cela, à dire les choses immédiatement, sans les réfléchir… C’était sans doute parfois une erreur de sa part, mais malheureusement pour ses interlocuteurs – ou heureusement – elle n’explosait que lorsqu’elle avait accumulé de la colère depuis trop longtemps pour la contenir quelques secondes de plus ; il n’y avait que dans ces moments-là qu’elle parlait franchement et sans réfléchir, le flot de paroles sortant de sa bouche sans qu’elle ne parvînt à le contrôler.

Haussant les épaules, l’apprentie jeta un coup d’œil à Yan, avant de l’ignorer royalement. Elle prit une petite couverture dans son sac, et s’enroula dedans avant de s’allonger sur le sol près du feu, profitant de sa chaleur. La jeune fille s’endormit si vite qu’elle ne vit même pas Yan qui se couchait.


* * *


Un léger contact sur sa joue réveilla Kaünis.
Fronçant les sourcils, elle releva légèrement la tête pour voir ce qu’il se passait : était-ce un insecte ?
Mais non. Elle vit clairement Yan qui la fixait plusieurs secondes, mais ne chercha pas son regard. Reposant la tête sur le sol, encore à moitié endormie, elle lâcha un long soupir avant de plonger à nouveau dans un sommeil lourd.

A côté d’elle, le garçon fila dans la nuit.


* * *


Il ne faisait pas encore jour lorsque l’apprentie Envoleuse s’éveilla d’elle-même. Enfin, elle pensait s’être réveillée d’elle-même. Se redressant sur les fesses, elle s’étira longuement en papillonnant des paupières sur les silhouettes endormies autour d’elle… sur la silhouette. Fronçant les sourcils, elle se demanda où étaient Khamill et Yan.
Un petit sursaut lui retourna l’estomac, avant qu’elle ne se souvînt du départ du jeune homme au milieu de la nuit.
Bon. Mais cela n’expliquait pas où était Khamill. Se levant complètement, elle rangea son paquetage, jeta son sac sur l’épaule et chercha sur le sol des traces de pas. Elle en trouva bientôt quelques-unes, qui s’éloignaient du campement, et décida de les suivre. Après tout, elle trouverait bien quelqu’un au bout, s’il y avait un bout.

Cela se dirigeait vers le Lac Chen. Ce dernier apparut d’ailleurs au détour d’un buisson, et Kaünis dût cligner plusieurs fois des paupières pour réussir à ne plus confondre ciel et eau. Dans un soupir détendu, elle s’avança vers la silhouette assise sur la rive de Chen et s’arrêta un pas derrière elle.
Pendant plusieurs minutes, elle ne dit rien, se contentant de contempler la surface du Lac. Mais bientôt, elle prit la parole sans être certaine de ce qu’elle allait dire.

- Merci pour hier soir.

Haussant les épaules à son propre égard, Kaünis inspira un grand coup.

- Je m’en vais. Alors bah… A la prochaine. On peut se recroiser, toi et moi.

Un aurevoir, oui.
Mais il faut avouer que la jeune Envoleuse ne le faisait jamais. Saluer les gens, dire bonjour ou aurevoir n’était pas dans ses habitudes de sauvage. Elle avait juste eu envie de le faire. Etrange comme le chaton sauvage peut devenir une jolie boule de poils, de temps en temps.

N’attendant aucune réponse de la jeune femme, Kaünis tourna rapidement les talons, et s’élança en courant le long de Chen, pour rejoindre Ombreuse. Et le Domaine.
Qui sait, peut-être que Gil serait de retour ?






[ Kaünis a décidé de vous laisser là, mais j'ai beaucoup aimé ce RP ! ^^ ]

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ney Nirina
Groupe Er'Lyn
avatar

Nombre de messages : 254
Date d'inscription : 15/02/2012

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Brûlures sur le dos des avant-bras, Sae, un chat, la suis presque partout

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Mar 18 Déc 2012, 14:40

    Une grimace de Khamill marqua son accord avec les paroles de Ney. Cette dernière pensait donc qu'elle allait en remettre une couche. Oui et non.

    - Bon, écoutez-moi.

    Ney fixa son regard sur Khamill, intriguée, pendant que Sae s'amusait avec un brin d'herbe, étalé de tout son long et collé contre sa cheville en train de gigoter. C'était l'idéal pour la distraire ça tiens, mais elle se força à ne pas détourner le regard. Il fallait qu'elle apprenne à ignorer Sae, parce que s'il la distrayait au mauvais moment...

    - Je crois qu'on ne va jamais se mettre d'accord, alors je propose qu'on termine cette charmante discussion demain. Pour le moment, je vous permets de rester dormir ici - toi aussi Yan - parce qu'il est tard et que je ne me vois pas vous envoyer paître ailleurs, maintenant que la conversation a été engagée et qu'un combat a eu lieu, auquel on a tous participé.

    Bingo, c'était bien ce qu'elle venait de dire. Enfin plus ou moins, elle disait surtout qu'il était temps de se coucher, ce avec quoi Ney était parfaitement d'accord! Voyant Khamill s'installer, l'adolescente se prépara à son tour en s'éloignant le plus possible de Yan sans trop cependant s'éloigner du feu.

    - Bonne nuit

    - Bonne nuit.

    ~ ¤ ~

    Ney fut longue à émerger. Elle se réveilla alors qu'elle sentait du mouvement autour d'elle, mais elle ne daigna même pas ouvrir les yeux pour voir ce qui se passait. Elle était encore fatiguée et se sentait très bien comme elle était, ouvrir les yeux la réveillerait.

    Plus tard, quelques heures, quelques minutes, quelques secondes, va savoir, elle se rappela où elle était et ce qui s'était passé la veille. Elle se redressa aussitôt en sursaut et se détendit en voyant qu'a priori personne n'était venu les attaquer pendant la nuit. Par contre, les affaires de Yan et de Kaünis avaient disparues. Ils étaient partis? Que Yan soit parti pendant qu'elle dormait ne la gênait pas, par contre elle se sentait un peu vexée à l'idée que la jeune fille soit partie sans lui dire au revoir. Bon, c'est vrai que ce n'était pas le combat de la veille qui les avait fait devenir super copines non plus, m'enfin quand même, dire au revoir, ça se faisait non?

    Par contre, les affaires de Khamill étaient toujours là, mais Khamill n'était pas en vue. Ney hésita sur la marche à suivre. D'un côté, elle doutait que la jeune fille au visage brûlé, vu son caractère, ne soit enchantée qu'elle l'attende, chacune voulait sans doute partir de son côté, mais Ney n'avait pas spécialement envie de quitter les deux filles comme ça. Enfin, elle du se faire à l'évidence, elle avait prit son temps pour rassembler et ranger ses affaires et Khamill n'était toujours pas revenue, et elle n'avait pas l'air dans les environs. Ney haussa donc les épaules, un peu déçue. Elle n'allait pas non plus attendre ici toute la journée, tant pis! Et puis peut-être que Khamill ne voulait pas la voir. Cette idée la vexa encore un peu, mais elle se fit une raison et parti enfin du camp.

    Alors qu'elle s'éloignait, elle finit par apercevoir, en se retournant à cause de Sae, une silhouette que, malgré la distance, elle identifia aussitôt. Elle agita le bras alors qu'elle pensait qu'elle regardait dans sa direction puis repris sa route.

    Aucune envie de faire demi tour. Et puis sa suffirait bien. Elle avait fait ce qu'elle voulait : dire au revoir.

__________________________________________

Lettres ~ Fiche ~ RPs ~ Liens ~ 2ème cours



Merci beaucoup à Ange Shar pour ce kit! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khamill Norwël
Groupe Wolld
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 516
Citation : Accorder sa confiance revient-il à offrir son dos au poignard ? (Le Pacte des Marchombres)
Date d'inscription : 09/04/2012

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une marque au fer rouge en forme d'étoile à trois branches entre son épaule et son sein droits ; et la moitié gauche du visage rougie par une large brûlure.

MessageSujet: Re: Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]   Mer 19 Déc 2012, 17:03

Elle n'entendit pas les pas qui approchaient, derrière elle... mais au bout de quelques secondes, elle fut tirée de sa rêverie par la sensation d'une présence à ses côtés. Elle tenta d'identifier la personne, qui, puisqu'elle ne disait rien et ne bougeait pas, était sans aucun doute soit Kaünis, soit Ney, soit - et c'était beaucoup moins probable - Yan. En tous cas, ce n'était sûrement un inconnu : on ne s'approche pas ainsi des gens que l'on a jamais vu sans même les saluer... Et puis, vu la manière dont les choses s'étaient terminées la veille, il était plutôt normal qu'aucun des trois ne sache quoi dire...

Khamill ne parla donc pas non plus, continuant d'observer la surface de l'immense Lac Chen se teinter de rose et de jaune pâle, les couleurs apparaissant ou disparaissant au gré des vaguelettes que formait un léger vent frais sur la surface de l'eau. Mais la jeune femme continuait de s'interroger sur l'identité de la personne à ses côtés ; et lorsque e vent souffla dans sa direction, elle sentit un léger parfum qui finit de la convaincre : ce n'était pas l'Envoleur qui se tenait là - cela l'aurait vraiment étonnée, à moins qu'il ne vienne s'excuser ? Mais s'il disait vrai, il n'avait pas vraiment de raison de s'excuser, surtout qu'il leur avait quand même peut-être sauvé la vie, à elles trois !

Après quelques secondes de réflexion, Kham réalisa que ce n'était sûrement pas Ney non plus. De ce qu'elle avait pu en voir la veille, la jeune fille aux cheveux violets était plus bavarde que ça - moins sauvage diraient certains. Elle l'aurait donc très certainement saluée en arrivant, cela lui ressemblait d'avantage. D'ailleurs, Kaünis lui avait semblé peut-être aussi asociale qu'elle-même, vu la façon dont leur conversation avait débuté et celle dont l'apprentie s'était adressée à Yan. Le silence qui planait tout autour lui ressemblait bien.


- Merci pour hier soir.

Bingo ! Khamill avait donc vu juste. Néanmoins, ce remerciement ressemblait moins à la jeune femme aux yeux verts... Et puis, pourquoi la remerciait-elle au fait ? Pour l'avoir "accueillit" auprès du feu ? Ou pour l'avoir aidée face à Yan, face à qui elle n'avait pas vraiment su quoi dire ? Imitant Kaünis sans le savoir, Kham haussa les épaules, un léger sourire sur les lèvres. Elle n'avait rien à répondre.

- Je m’en vais. Alors bah… A la prochaine. On peut se recroiser, toi et moi.

Khamill n'entendit pas de réelle sympathie dans cette dernière phrase, mais il lui sembla quand même que la jeune envoleuse, si elle prenait la peine de la saluer une dernière fois, se souciait un minimum d'elle... Hésitant un moment à répondre - répondre quoi ? - Kham entendit alors Kaünis s'éloigner. Eh bien ! Ça avait été rapide ! Mais cela ne la dérangeait pas, au contraire. Une question cependant lui vînt à l'esprit, mais il était désormais trop tard. Elle aurait voulu savoir si Yan était déjà parti lui aussi, afin de savoir à quoi s'attendre lorsqu'elle rejoindrait le camp. Elle se souvint alors que, lorsqu'elle s'était levée environ une demie-heure plus tôt, elle n'avait aperçu que deux silhouettes enroulées dans les couvertures. L'esprit encore embrouillé, elle n'y avait pas pris garde sur le moment... Quelqu'un était donc parti pendant la nuit, et ce quelqu'un ne pouvait pas être Ney, vu que cette dernière, Khamill le devinait, ne se serait pas éloignée sans un au revoir...

L'Envoleur n'était donc plus là, et c'était tant mieux. Lâchant un soupir, Khamill se leva, s'étirant un instant le dos et les bras, puis elle se dirigea vers le camp. Excepté ses propres affaires, tout avait disparu. Ney n'était plus là non plus, et cela étonna beaucoup Khamill. Jetant un coup d’œil aux alentours, elle aperçut alors une silhouette s'éloigner dans la direction opposée à celle qu'elle avait prise un moment plus tôt pour se rendre au Lac. Ney - car c'était elle, et Kham reconnut aussitôt le chat noir qui trottinait à ses côtés - agita le bras. Un sourire au coin des lèvres, la jeune femme aux cheveux bouclés répondit aussitôt au salut. Elle observa quelques secondes la jeune fille s'éloigner, songeant qu'elle n'avait pas eu le temps de la connaître plus, avec toute cette histoire, puis elle remballa rapidement sa couverture.

Lorsqu'elle s'éloigna enfin du camp, le soleil avait terminé de se lever, illuminant joyeusement cette fraîche journée d'automne. Kham reprit donc sa marche de la veille, mais dans le sens contraire, afin de rejoindre à son tour le Domaine. Elle avait terriblement envie de débuter son premier cours désormais, peut-être que ce Pan dont elle avait vu le nom sur le panneau d'affichage était enfin prêt à accueillir ses apprenties ?







[Tadaaam ! Merci beaucoup pour ce RP vous deux, c'était bien sympa ! Wink]


__________________________________________


Flamme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Pas le moyen d'être tranquille ! [PV Kaünis et Ney]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pas moyen d'être tranquille cinq minutes ! [Kathryn]
» Levis x caniche gris moyen (dept 42) ADOPTE
» La musique au Moyen Âge
» Caniche moyen et aveugle env. 8 ans ( frelinghien 59)
» L'habitat au haut Moyen-Age

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Lac Chen-
Sauter vers: