AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Groupe Fyrh - Cours n°3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Lun 03 Sep 2012, 17:26

Je n'aurais peut-être pas dû essayer d'aider Shalie, la pousser à se renfermer alors qu'elle vient se libérer. Pia à raison.. je suis le dernier qui puisse donner des conseils ici et je ne devrais pas m'imposer à son cours de la sorte. J'ai besoin de ses conseils à elle, justement parce que je ne sais pas m'ouvrir, je ne sais pas ressentir. Elle n'est pas venue juste pour que Shalie nage, elle est venue pour que chacun de nous arrive à plonger comme elle, pour faire de nous des marchombres. Ce que je suis venu chercher.

Je laisse mon amie aux bons soins de mon maître et m'en vais rejoindre les deux autres, au pied de l'arbre choisis pour devenir notre plongeoir, enlevant;es vêtements superflus et essayant de me faire à l'idée que les jeunes femmes autour de moi ne seront pas beaucoup plus habillées. Je me demande combien d'homme envient ma place... Il est haut, c'est un fait indéniable. Il est robuste aussi. Grimper aux arbres n'est plus si difficile depuis qu'Aïwen s'est occupé de nous. Bon, je ne rattraperais jamais Shalie en haut d'un arbre, mais maintenant je peux y grimper, c'est un sacré progrès vis à vis de mon arrivé à l'Académie.

Ange ne semble pas aussi enthousiaste que moi à l'idée de sauter du haut d'une branche dans ce lac, c'est sans doute compréhensible, d'une telle hauteur tout le monde pourrait craindre de se blesser, ou que l'eau ne soit pas assez profonde ou même, tout simplement, avoir peur de faire un plat.. Mais vu le plongeon de Pia, on peut écarter les deux premières idées. Pour la dernière, c'est une toute autre affaire. En fait, ça ne dépend que du plongeur, s'il se lance sans crainte, s'il se donne les moyens de pénétrer l'eau, alors il peut s'en prévenir. Mais arriver au niveau de Pia semble une toute autre affaire.. je ne crois pas avoir déjà percé l'eau avec si peu d'éclaboussure.. Même pas ma fine petite sœur ne peut faire ça ! Encore que je ne sais pas trop de quoi elle est capable aujourd'hui.


- On va commencer doucement. Je vais vous demander de vous lancer dans le lac. Faites comme vous le sentez, je ne veux pas vous restreindre ou vous faire peur avec des choses que vous ne connaissez pas. Commencez avec ce qui vous met le plus à l’aise, car en plus cela me permettra de voir un peu votre niveau, à chacun.
- Ah oui, et une fois en bas, n’oubliez pas de remonter !

Pleine d'humour, alors que le vent nous ballottait sur l'arbre. Il ne doit pas y avoir grand chose dont elle ait peur. Dont elle ait encore peur, puisque qu'elle avait peur de l'eau avant. Je me demande combien de phobie il peut exister.. sans doute trop. On peut perdre beaucoup de bons moment à cause d'une phobie, c'est triste quand on y pense.
Plutôt que d'être en haut d'une branche avec un grand sourire, Shalie est en bas au bord du lac à essayer d'apprivoiser l'eau. C'est bête, elle qui adore grimper. Eole sauta, simplement mais efficacement. Elle se laissait aller, se laisser prendre par l'air et presque droite fendit l'eau sans encombres. Je frémit d'impatience, mais Ange passe devant moi elle n'a pas l'air sûr d'elle et le regard qu'elle m'élance m'étonne. J'hésite à l'encourager.. mais je me contente de sourire. Ce n'est qu'un saut, elle peut y aller comme elle veut. Et elle se jette à son tour.

Deux petites têtes au milieu de l'étendue d'eau. Amusant à voir d'ici.

Je laisse le tronc qui me servait d'appui et m'avance maladroitement sur ma branche. Il serait bête que je tombe là, aussi je m'accroche à la même branche que les précédentes plongeuses. Je ne suis pas forcément à l'aise dans un arbre agressé par les vents, mais la promesse de pouvoir nager paisiblement me donne la force d'approcher du bout de la branche.

Et puis là..
Je me penche en avant, préparant mon arrivée, malgré la distance qui me sépare de l'eau, je n'ai pas envie de me rater.. surtout vu la distance qui me sépare de l'eau en fait. Et puis, puisant dans la branche qui s'était affaissé sous mon poids, je saute, directement vers le lac et lorsque la chute vibra en moi, j'étais prêt à trouver les gouttes. Pas besoin d'en choisir une, pas besoin de choisir un courant ou un chemin. Juste pénétrer l'eau apprécier son froid qui me fait trembler, sa force qui me presse ses profondeurs fantastiques.

On pourrait vivre là pour l'éternité..

Et puis j'émerge. Il faut bien le faire un jour, ne serait ce que pour obéir à mon maître.


[padon du retard! ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Jeu 13 Sep 2012, 14:13

Pia observait Shalie du haut de la branche, notant tous les probables et potentiels changements qui l’animeraient. Mais pour l’instant, elle était à cet endroit pour voir les trois autres apprentis plonger, en tout cas s’élancer dans l’eau, comme ils l’entendaient. Oui, c’était bien ce qu’elle leur avait dit, et elle n’avait pas changé d’avis, loin de là. Elle était curieuse de voir comment tous étaient différents, avaient eu leurs expériences et aborderaient cette première épreuve qu’elle leur imposait, en quelques sortes.

D’abord, il y avait Eole, qui semblait assez à l’aise avec l’arbre et avec le saut. Elle avait sans doute déjà sauté, et dans son impulsion Pia sentit clairement la touche d’une autre personne, son ancien Maître probablement. Mais le plongeon lui-même était plutôt bien exécuté, et la petite marchombre suivit des yeux assidument son apprentie qui parvenait à créer un amalgame entre vent et courant, air et eau. Ce n’était pas parfait, mais c’était un bon début.

Puis, ce fut Ange qui s’avança. Pia ressentait quelque chose de fort quand elle posait son regard sur cette jeune femme. Quelque chose de puissant. Mais Ange semblait assez hésitante en voyant la surface du lac. Avait-elle peur du vide ? Le vertige était-il un obstacle pour elle ? Cependant, la jeune femme finit par s’avancer sur la branche et prit une inspiration avant de sauter. Pas de plonger, non, mais de sauter.
Un léger sourire étira les lèvres de Pia, qui hocha vivement la tête : après tout, c’était ce qu’elle avait demandé !

Enfin, Aaron s’avança enfin, la branche cillant quelques secondes sous son poids, et il s’élança à son tour. Son plongeon à lui fut efficace, et Pia vit clairement son expérience et sa vision de l’eau dans son attitude, tendue entière vers l’eau. Peu gracieux, mais le but n’était pas d’être gracieux, mais d’accueillir l’eau, de se fondre en elle, de la saisir, d’être liant, de fondre les éléments les uns dans les autres.

Hochant la tête, toute contente, Pia porta son regard sur le bord du Lac, et vit que Shalie s’était relevée et observait ses camarades qui sortaient de l’eau. Un sourire en coin étira les lèvres de la petite femme, et elle s’élança à son tour dans un plongeon efficace, qui ne généra aucun remous.
Remontant à la surface d’un battement de pieds, elle se retrouva bientôt sur la plage à son tour, et s’adressant joyeusement à ses apprentis.

- J’aime comme tu sautes, Ange !

Lui adressant un clin d’œil, elle se tourna vers les trois autres personnes, et leur sourit tranquillement.

- Shalie… Comment tu te sens ? Je ne vais pas te faire plonger, je ne veux pas griller les étapes. Cependant, dis-moi si tu trouves que je suis trop molle avec toi ! Enfin, pour l’instant, je vais juste te demander de t’alléger un peu, et de rentrer dans la petite « mare » que tu vois là-bas.

Tendant le bras dans la direction, on voyait en effet une sorte de lagon miniature qui se trouvait sous les ramures d’arbres et de buissons. Un endroit particulier, où même les enfants auraient pu se baigner sans aucun soucis : il y avait à peine cinquante centimètres d’eau de profondeur. Et Pia voulait commencer par le commencement.

- Tu ne m’as pas dit sur tu savais nager…. En théorie, en pratique… ?

Elle attendit quelques secondes la réponse de Shalie avant de lui répondre en conséquence.
Puis, elle se tourna vers les autres apprentis en souriant.

- Et alors, qu’est-ce que vous faites encore là ? Je vous avais bien dit de remonter !

Eclatant de rire, Pia secoua sa chevelure avant de continuer.

- Continuez de plonger. Je vous ai montré – deux fois – comment vous y prendre : essayez d’arriver le plus à la verticale possible, la tête en avant mais précédée par vos mains. Pour l’instant, c’est tout ce que je te demande, Ange. Aaron et Eole, comme vous savez plutôt bien vous y prendre, je vous demande de faire du mieux que vous pouvez pour exécuter un salto et atterrir à la verticale – tête en bas – dans l’eau.





[ Désolée pour ce retard ! J’ai été un peu surprise par la tonne de devoirs que j’avais… j’espère que ça ne se reproduira pas ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Éole Létoile
Groupe Fyrh
Modératrice & Reine de la Torture
avatar

Nombre de messages : 2130
Citation : Les écrivains dansent sur leur plume, leurs mots sont des ballets qu'ils offrent à leurs lecteurs - Pierre Bottero -
Date d'inscription : 04/03/2011

Feuille de personnage
Age: 27
Greffe: Réduction de son poids pendant un court laps de temps
Signe particulier: Éole=Ombe, voir Biographie

MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Mer 19 Sep 2012, 10:52

Ange fut la première à la rejoindre dans l’eau.

- J'ai eu l'impression de voler…

Éole hocha la tête en signe d’approbation. Voler... oui, c’était le mot. Elle sourit à la jeune fille qui était dans l’eau à ses côtés.
Ce fut au tour du jeune homme de plonger. Aaron effectua un plongeon qui témoignait de son expérience. Il avait l’air tellement à l’aise dans l’eau. Éole ne connaissait pas son histoire, mais elle se doutait qu’il ait baigné dans l’eau depuis tout petit.
Enfin, Pia plongea. A l’image d’Aléa, son arrivée dans l’eau ne fit aucun remous. Pas une onde à la surface. La jeune fille trouva cela tout simplement extra-ordinaire. Et magnifique.

Elle complimenta Ange sur son saut, avant de se tourner vers ses trois autres apprenties en leur souriant. Elle parla avec Shalie avant d’adresser la parole à Ange, Aaron et Éole.

- Et alors, qu’est-ce que vous faites encore là ? Je vous avais bien dit de remonter !

Elle éclata de rire, ce qui fit rire la jeune fille.

- Continuez de plonger. Je vous ai montré – deux fois – comment vous y prendre : essayez d’arriver le plus à la verticale possible, la tête en avant mais précédée par vos mains. Pour l’instant, c’est tout ce que je te demande, Ange. Aaron et Eole, comme vous savez plutôt bien vous y prendre, je vous demande de faire du mieux que vous pouvez pour exécuter un salto et atterrir à la verticale – tête en bas – dans l’eau.

Les yeux d’Éole s’agrandirent... un salto ? Bon... puisque Pia le demandait... Éole remonta donc à l’abre, en compagnie d’Aaron et d’Ange, en se remémorant le salto de son Maître, au début de ce cours. Cela ressemblait à une roulade en l’air, et, si elle ne voulait pas se raboter la tête contre la branche de l’arbre, il lui faudrait se propulser assez haut, et assez loin. Bien. Cela ne devait pas être si compliqué.

La jeune fille arriva à la branche d’où elle avait plongé et s’avança au dessus du lac.

Ouverture.

Ce mot, elle le savait, l’aiderait à ne pas se fracasser contre l’arbre ou faire un superbe plat. Elle se concentra. Elle ferma les yeux et chercha le contact de chacune des Forces qui l’entouraient.
A commencer par celle qui coulait dans les veines de l’arbre. Elle s’ouvrit, cherchant à sentir dans ses mains, dans ses pieds, cette infime pulsation qui battait au creux de l’arbre. La sève reliait sa main à la Terre.
Elle s’ouvrit au Vent, qui caressait son visage, et faisait bruisser les feuilles. Son souffle doux et rassurant l’enveloppait. Elle sentait presque des ailes dans son dos. Elle sourit.
Enfin, elle s’ouvrit au murmure de l’eau en contrebas. Quelques mini-vagues venaient se briser au pied de l’arbre. Elle se concentra sur ce bruit, cherchant le lien avec la puissance de l’eau.

Éole ouvrit les yeux, gardant le contact avec toutes ces Forces autour d’elle. Elle se redressa et se propulsa en avant, amenant la tête à ses genoux pour faire une boule et tourner sur elle-même pour pouvoir atterrir la tête la première.

Elle perdit un instant le fil qui la liait aux éléments, trop concentrée sur son salto. Elle sentit tout de même une branche fine lui effleurer les cheveux.
La voix d’Aléa résonna dans sa tête.

“Pense Ouverture, Ombe. Toujours.”

L’eau approchait. La jeune fille s’efforça de s’ouvrir à elle. Ce ne sont pas ses mains, mais ses pieds que l’eau accueillit en premier. La jeune fille se laissa glisser dans l’eau, se fondant dans le courant. Elle resta un moment sous l’eau, enveloppée de petites bulles qui la chatouillaient. Elle était bien. L’eau était fraiche et cette sensation d’être en apesanteur l’apaisait. Elle remonta à la surface en souriant.
Une fois à la surface, elle réfléchit à son saut. Déjà, elle n’était pas arrivée du bon sens. Ensuite, elle ne s’était certainement pas assez propulsée puisqu’elle avait frôlé la branche. Et surtout, elle avait perdu l’ouverture. Enfin, il y avait certainement des tas d’autres choses à dire sur son salto, elle en était consciente, mais elle ne pouvait pas le juger elle-même. C’est pourquoi elle se laissa doucement glisser vers le rivage et attendit les remarques et les conseils de son Maître.

__________________________________________



"C'est donc bien que la danseuse est dans un autre monde, qui n'est plus celui qui se peint de nos regards, mais celui qu'elle tisse de ses pas et construit de ses gestes"
- Paul Valéry -

~ disponible pour RP le week-end uniquement ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Jeu 20 Sep 2012, 21:49

Bercé par le vague courant qui agite l'eau du lac, entourée par ces camarades aussi enthousiastes que sympathiques, je me sens bien comme je me suis rarement sentie. Je n'envie personne d'autre que moi, même pas Pia. Ses capacités physiques ne sont rien comparées à ces liens qui nous unissent tous. Je ne supporterais pas de passer ma vie à leurs côtés, mais sentir leur présence aujourd'hui me donne des ailes. Nous savons tous que nous finirons par nous quitter, pourtant leur souvenir restera toujours dans mon esprit pour me soutenir. Tout comme j'espère rester dans le leur.

Aaron s'approche à son tour du bout de la branche. Un bond. Un saut. Une chute. Un souffle qui dure jusque sous l'eau. Je reste ébahi devant l'habileté du jeune homme. A-t-il fait ça toute sa vie ? A mes yeux il est aussi fort qu'Eole ou même Pia. Leurs sauts étaient beaux … légers, harmonieux, clairs. Rien à voir avec mon petit saut d'enfant débutante. Je rougie en comparant ma prestation avec la leur. Je ne sais pas si j'arriverais un jour à leur cheville … au moins cela me donnera une bonne raison de continuer à plonger !

Ronron sort la tête de l'eau et se glisse à nos côtés, aussi à l'aise qu'un poisson. Je lui adresse un sourire accompagné d'un pouce en l'air, peu rancunière de l'humiliation dont je viens d'avoir été victime. On ne peut pas lutter contre de tels adversaires. Ou alors avec un style totalement différent.

- J’aime comme tu sautes, Ange !


Les premiers mots de Pia après un nouveau plongeon parfait, sont pour moi. Elle qui sait grimper, voler et nager comme s'il s'agissait du même geste, elle qui plonge sans créer de remous, elle qui nous guide … elle a apprécié mon saut qui a fait jaillir une montagne d'éclaboussures ? Sans blagues ? A moitié incrédule, je ne peux m'empêcher de rire légèrement à sa remarque. Je réalise à quelle difficulté elle doit faire face en donnant un cours à quatre personnes aussi différentes que le sont le feu, la terre, l'eau et l'air. Nous donner confiance en nos capacités et nous pousser toujours plus loin, malgré la présence intimidante des autres. Et en juste cinq mots, elle vient de réussir cette épreuve. Il y a aussi le ton qu'elle emploie qui la dessert plutôt bien. Elle ne félicite pas Shalie, pourtant derrière ses mots je n'arrive pas à sentir autre chose que de chauds encouragements. A la place de ma camarade, je serais bien incapable d'abandonner ma tâche.

- Et alors, qu’est-ce que vous faites encore là ? Je vous avais bien dit de remonter ! Continuez de plonger. Je vous ai montré – deux fois – comment vous y prendre : essayez d’arriver le plus à la verticale possible, la tête en avant mais précédée par vos mains. Pour l’instant, c’est tout ce que je te demande, Ange. Aaron et Eole, comme vous savez plutôt bien vous y prendre, je vous demande de faire du mieux que vous pouvez pour exécuter un salto et atterrir à la verticale – tête en bas – dans l’eau.


Je hoche la tête machinalement, faisant voleter au passage quelques gouttelettes autour de moi. Nous passons tous les quatre à la vitesse supérieure. Je peine à m'imaginer plonger, et n'ose même pas rêver de pouvoir exécuter un jour un salto. Pauvres Aaron et Eole … ils ont plus de chances de prendre un plat douloureux que moi. Si je me contente de rentrer "le plus à la verticale possible" évidemment.

Je laisse mes deux camarades retourner vers notre plongeoir, en choisissant un plus bas pour moi. Une solide branche de hêtre tendue au dessus du lac semble être une meilleure option pour la débutante que je suis. Contrairement aux autres, je n'ai pas besoin d'une bonne hauteur pour exécuter un salto c'est pourquoi sauter d'environ un mètre me parait suffisant, au moins pour mes premiers essais.
Je me hisse sur la branche sans peine, n'ayant pas à escalader beaucoup. Là, sans la pression d'Aaron derrière moi, je reste un instant à contempler l'eau. Proche mais loin. Je n'ai pas à avoir peur, eux ne l'étaient pas et puis j'ai survécu à mon premier saut ! Il est temps de regoûter au plaisir de l'eau glissant sur la peau.

Ecoute.
Tout est calme autour de moi, alors comment ne pas l'être ? Les feuilles de la forêt proche bruissent à peine, leur bruit se joignant à la paix qui émane de l'eau et de l'écorce sous mes pieds. Un plouf retentissant vient briser cette harmonie, accueillant le premier essai d'Eole. Sa tête met un long moment avant d'émerger, et l'espace d'un instant je crois qu'une mauvaise réception a pu l'assommer et la noyer. Mais enfin elle refait surface, aussi vivante qu'une minute avant. Je devrais plus me soucier de mon saut que de sa vie, qui d'ailleurs ne risque rien.

Je tends mes mains derrière moi, à la façon des autres, pour me donner la puissance nécessaire à mon saut. Avec mes bras, elles doivent m'entrainer et ouvrir le chemin dans l'eau pour que mon corps puisse le suivre. Si je n'y arrive pas, je sais que le lac me punira plus efficacement que Pia.

D'une poussée des jambes accompagnant le balancement de mes bras, je m'élance dans un souffle.
Un claquement sec et une douleur sourde dans mon ventre. Quelques précieuses bulles d'airs s'échappent de mes poumons sous le choc. Dans un enchainement malheureux, je tente de reprendre ma respiration et m'étrangle en avalant de l'eau. C'est toussotant que je refais surface, à moitié étranglée. En quelques brasses je suis allongée sur la berge au pied du tronc, encore sous le choc mais capable de respirer sans plus cracher mes poumons. Je termine de reprendre mes esprits en observant Aaron faire son premier saut. J'espère qu'il n'aura pas pris le temps avant d'admirer mon superbe plongeon de poisson mort. Ou de rocher. Vu la façon dont mon ventre a tapé la surface du lac, j'ai du arriver trop horizontalement … il va falloir pousser plus sur mes jambes et arquer plus mon corps … tendre plus mes jambes aussi, pour ne pas être déséquilibrée en plein saut … Il faut que j'apprenne à contrôler chaque petit morceau de moi.

Je me hisse à nouveau sur mon plongeoir et me remet en position, tentant de me remémorer tous mes conseils. Je dois me faire poisson. Ne pas forcément mettre beaucoup d'énergie dans cet essai, plutôt de la douceur et de la maîtrise.
Bras tendus, jambes tendus, corps arqués. Je contracte machinalement mes abdominaux pour assurer la tonicité et le maintien de mon corps, puis je plonge. L'eau glisse sur mes bras. Glisse sur ma tête. Glisse sur mon ventre. Glisse sur mes jambes. Je la sens accueillir mon corps dans son entier avec la douceur d'une mère, et comme un bébé, je rechigne à la quitter et bats des jambes pour me maintenir sous la surface. Les yeux ouverts, je vois la lumière diffuse au dessus de ma tête qui m'appelle et m'enjoint de ne pas me noyer sous prétexte qu'il fait meilleur ici. Je me laisse encore porter un peu par mon élan puis émerge, ravie de cette expérience.
Revenir en haut Aller en bas
Shalie Altan
Groupe Fyrh
Modérateur Hors-Jeu
avatar

Nombre de messages : 671
Citation : La première partie de la vie se passe à désirer la seconde ; la seconde à regretter la première
Date d'inscription : 28/05/2011

Feuille de personnage
Age: 22 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très agile, Assez reconnaissable à cause de ses grandes oreilles pointues

MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Mar 25 Sep 2012, 10:38

Alors que Shalie revenait vers ses camarades, Pia qui était perchée sur une branche s'élança une nouvelle fois dans un plongeon parfait ne faisant aucun remous dans le lac. Poussant un petit soupir dépité, elle la regarda alors revenir et féliciter Ange dans sa manière de plonger. La jeune femme n'avait pas eu l'occasion de voir ses camarades faire leurs sauts, mais elle se serait attendue à ce que cela soit Aaron qui soit félicité. Elle ne savait pas ce que valait Eole, mais c'était le jeune homme qui se débrouillait le mieux dans l'eau entre Ange et Shalie. Enfin s'il fallait il n'était bon que quand il était dedans. Après tout plonger ne représentait pas la même chose, il fallait avoir une certaine souplesse et calculer l'impact d'attérissage, après bien sur il fallait pouvoir remonter, mais bon. Au vu de la masse corporelle d'Aaron, ça ne devait pas être simple de mouvoir tout ses muscles.

- Shalie… Comment tu te sens ? Je ne vais pas te faire plonger, je ne veux pas griller les étapes. Cependant, dis-moi si tu trouves que je suis trop molle avec toi ! Enfin, pour l’instant, je vais juste te demander de t’alléger un peu, et de rentrer dans la petite « mare » que tu vois là-bas.

Revenant sur terre, Shalie se tourna vers la petite femme avant de se tourner vers la mare qu'on lui désignait. A vu de nez elle pouvait dire que l'eau n'était pas trop profonde aussi cela ne devrait pas être trop dur à surmonter.

- Tu ne m’as pas dit sur tu savais nager…. En théorie, en pratique… ?
- Euh je barbotte, enfin je sais tenir ma tête hors de l'eau et avancer.

Hochant la tête son maître l'envoya alors à la mare alors que Pia s'adressa à ses autres apprentis. Se rendant donc devant l'eau, Shalie l'observa pendant quelques secondes avant de pousser un soupir et d'enlever son t shirt et son pantalon, ne restant qu'en brassière et short. Elle n'avait pas vraiment envie d'avoir ses habits mouillées, poursuivant dans la foulée, elle enleva aussi ses chaussures. S'ils devaient escaladés après, chose qu'elle espérait fortement et d'expérience, grimper avec des chaussures humides étaient la meilleure façon de rater une prise.

Enfin prête, la jeune femme entra dans l'eau, du fait qu'elle avait pied, elle arrivait à se sentir plus où moins bien à l'aise. S'immergeant lentement elle se mit alors à avancer maladroitement et lentement tout en gardant bien sa tête hors de l'eau.

__________________________________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Mar 25 Sep 2012, 23:58

A la surface, je suis accueilli par les félicitation d'Ange. Elle semble avoir beaucoup apprécié mon saut, il n'avait pourtant pas la grâce de celui de Pia, pas plus que de celui de notre nouvelle amie, Eole. Mais Ange ne doit pas avoir souvent plongé auparavant, voir pas du tout. A mon goût, elle n'a pas cherché plus que le courage de sauter et, au souvenir de ma jeunesse, c'est une immense étape que de s'élancer dans le vide, croire en l'eau et surtout s'y abandonner. Je lui rend un sourire encourageant ainsi qu'un clin d’œil.
Pia nous rejoint peu après, nous éblouissant de son saut parfait et sans éclaboussure. Encore une fois, je suis admiratif devant sa prestation, d'autant plus que j'en viens à me demander si je connais vraiment l'eau.

Questions, toujours. Et si Pia en a les réponses, je n'ai qu'à écouter ses conseils et me laisser guider. Ça commence par regrimper sur cet arbre et accomplir un salto ! Je m'y étais déjà essayé avant, c'est sûr. Une sorte de défi que l'on s'était donné avec Celsio, mais ce n'était pas vraiment abouti. Nous n'avions ni la souplesse ni l'ambition d'approcher le saut de Pia. Nous voulions juste parvenir à effectuer un tour, juste un tour sur nous même et atterrir les pieds les premiers.. un peu comme ce que fais Eole. A ceci près que nous finissions plus souvent sur le dos. Sur le coup, ça ressemble plus au saut d'Ange.

Curieuse idée que celle de la jeune femme. Peut-être a-t-elle moins peur de s'élancer de si bas.. mais elle aurait bien plus de temps pour se préoccuper de son angle de chute en sautant de plus haut.. Mais c'est bien facile pour moi de dire ça ! Je n'ai pas commencé plus haut qu'elle, peut-être même moins ! Travailler la volonté ou le geste avant ? Apprivoiser l'eau avant ou après se confier à elle.. Si elle avait accomplis un tel plongeon de si haut, elle se serait sans doute fait très mal. Son choix n'est peut-être pas si mauvais après tout..

Il ne me reste plus qu'à sauter.. Shalie doit se sentir bien seule dans son exercice personnalisé, mais il faut bien qu'elle y passe un jour. Ainsi donc, il ne me reste plus qu'à sauter..

Un salto.. Cette branche ne m'inspire pas confiance. J'aurais voulu pouvoir m'élancer sans crainte, prendre quelque pas de course. Sur une branche déjà bien malmenée par mon poids ? Quelle affreuse idée... Prendre de l'élan, puis un appui imposant pour se propulser.. risque plutôt de me projeter directement vers le sol.. sans atteindre l'eau qui sait.

Il faudra une impulsion sec. Je me penche sur le bord de la branche.. le démarrage est le même, intimer la direction au corps.

Inspiration, longue et profonde.
Le courage est une flamme qu'il faut allimenter, parce qu'elle est source de puissance.
Qu'elle drôle d'idée de penser à une flamme quand on aime tant l'eau.. Deux éléments qui ne se mélangent pas.

Je pousse sur mes jambes, sur la branche qui ploient dangereusement avant de me repousser dans un craquement de soulagement.. Je ne suis pas fait pour les arbres, trop lourd pour eux évidemment, mais grâce à l'enseignement d'Aïwen, leur hauteur me sont devenues parfaitement accessible et même m'y déplacer n'est pas une grande difficulté. C'est juste que je ne m'y sentirais jamais dans mon élément.

Alors que ce vent qui me fouette, cette pesanteur qui m'attrape et m'atire vers l'eau. Tout cela m'est grisant.
Et quand je rencontre l'eau, les jambes les premières mais trop incliné, c'est le plaisir de la sentir autour de moi qui l'emporte sur l'échec. Éole était plus proche de la réussite que moi, ayant retrouvé un bon axe sur la fin de son saut, même si un demi-tour de plus l'attendais.. je n'ai même pas finit un tour. La force, le mouvement ou la volonté.. je ne sais vraiment pas ce qui a flanché, pas plus que je ne vois comment remédier à ce soucis.. Ce n'est pas bon, pas efficace et pas ce que Pia attend de moi, mais je ne me vois pas remonter sans cerner le problème, l’entraînement ne fait pas tout.. il faut aussi comprendre l'erreur pour ne pas la reproduire.

C'est pensif que je sors de l'eau, quêtant au sommet de l'arbre une possible réponse... mais peut-être que rien n'était bon et que tout est à améliorer. Il suffit sans doute de réessayer jusqu'à comprendre. Aïwen ne nous a pas dit pourquoi courir, il nous a dit de courir et il nous a dit pourquoi nous arrêter. Pia nous a demander de sauter, je ne la ferais pas se répéter une nouvelle fois. Si elle pense devoir intervenir, elle me le fera savoir.

Je me lance à l'assaut de l'arbre, pour replonger une fois et comme ce ne sera pas parfait, je replongerais une autre, jusqu'à ce que chaque problème se montre et cède devant une solution, jusqu'à ce que mon corps n'obéisse qu'à moi et non plus à l'environnement autour de lui.. et si pour ça je dois prendre de l'élan sur la branche, ben elle aura qu'à tenir !

Et puis c'est tout !


[Et voilà, pardon du retard. Et oui, j'ai posté en semaine parce que j'ai enfin internet à l'interna, avec un peu de chance, je ne freinerais plus trop!]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Jeu 27 Sep 2012, 17:23

La petite marchombre n’avait pas jugé nécessaire de remonter sur l’arbre pour aller gêner ses apprentis lorsqu’ils atteindraient la branche qu’ils souhaitaient. Ainsi, elle était tout simplement restée sur le sol, à les observer grimper et plonger.

Shalie était partie, plutôt hésitante, vers la mare d’eau, et Pia avait hoché la tête : au moins, la jeune fille faisait des efforts, c’était certain, et partie ainsi, elle pourrait sans doute rentrer dans le lac dans peu de temps. Mais d’un côté, Pia n’osait pas la pousser trop loin, cela aurait été abuser de sa confiance et donc casser tout ce qui avait pu s’instaurer entre elles – même si cela faisait peu de temps qu’elles se connaissaient.
La jeune apprentie aux oreilles de chat se déshabilla pour entrer dans le trou d’eau. Si Pia était nue, ce n’était pas le cas de tous les apprentis, mais elle ne leur avait rien dit de spécifique : après tout, à eux de se rendre compte qu’ils étaient plus à l’aise sans vêtement, dans l’eau. Shalie garda le strict minimum et s’immergea doucement. La tension dans ses épaules était palpable, mais il n’était pas temps d’intervenir… surtout qu’elle parvenait à entrer dans l’eau, lentement certes, mais sûrement.

Pendant ce temps, les autres apprentis ne chômaient pas. En effet, Eole s’était élancée la première, montant dans une branche – pas tout à fait la même que précédemment – pour s’élancer et faire la roulade en l’air que la marchombre lui avait demandée. On pouvait voir dans son attitude entière qu’elle tentait de saisir tout ce qu’il se passait autour d’elle, sans y parvenir tout à fait, surtout alors qu’elle était dans les airs en train d’effectuer son saut… Pia nota le manque d’impulsion – trop raide dans les genoux et dans le bas du dos – et le fait qu’il manquait un demi-tour dans les airs, puisqu’elle était arrivée pieds en premiers dans l’eau.

Eole n’était pas arrivée sur le rivage que déjà Ange s’élançait à son tour, d’une branche plus basse. Pia hocha la tête à cette prise de décision : après tout, c’était la jeune femme qui sentait ce qu’elle devait faire, et elle savait s’écouter. Mais son premier plongeon fut littéralement désastreux : non pas un plongeon, en réalité, mais simplement un monumental plat ! Pia se retint de lâcher un petit rire, et laissa Ange se reprendre, tandis que Aaron s’élançait à son tour.

Tout, dans sa tenue, indiquait à Pia qu’il avait l’habitude de l’eau. Qu’il adorait cette dernière, qu’elle était bien plus naturelle que les arbres ou autre chose, sans aucun doute. Pourtant, cet exercice qu’elle pensait être simple pour lui – un simple salto – n’est pas réalisé à la perfection comme elle le pensait. Mais, en observant ses mouvements, elle a bien vu son hésitation, parce qu’il aurait aimé prendre un peu d’élan. Sauf qu’elle ne demandait pas de course d’élan. Tout devait être fait dans l’élégance et l’efficacité.

Un petit soupir franchit les lèvres de Pia, et quand elle s’avança vers les deux jeunes gens aux saltos, Ange enchaîna un second saut… Bien réussi ! Souriant, la marchombre accueillie la troisième apprentie d’un hochement de tête, avant de donner quelques conseils.

- Eole, attention à ta prise d’énergie : tu dois la prendre dans l’arbre, et dans sa souplesse et son élasticité. Tu as repoussé la branche plutôt que de te servir de cette énergie ; et donc tu n’as pas été assez loin. Attention à tes genoux, tu as tendance à trop les garder tendus, il faut être plus souple et plus tonique.

Adressant un sourire à la jeune fille, Pia hocha la tête avant de se tourner vers Aaron.

- Même chose pour toi, Aaron. La course d’élan dont tu as l’impression de manquer peut monter en toi si tu laisses l’énergie de la branche passer dans tes pieds. Par contre, attention, tu ne t’enroules pas assez. Une fois au plus haut point, il faut que tu te mettes en boule – avec les bras tendus horizontalement, cela sera plus facile de sentir le bon mouvement – et que tu laisses l’impulsion te faire tourner… en oubliant pas de te déplier avant d’atterrir dans l’eau.

Ange… Et bien, je suis agréablement surprise de voir que tu as compris tes erreurs et as réussi à les rattraper pour ton second saut ! Maintenant, essaye d’arriver plus à la verticale : lors de ton premier saut, tu as fait un plat parce que tu t’es lancée à l’horizontale. Une impulsion vers le haut, puis tu laisses ta tête devenir lourde, faire basculer l’axe de ton corps, tout en gardant les bras devant cette dernière… essaye encore.


Leur souriant allègrement, la petite marchombre les laissa quelques instants pour retrouver leurs perchoirs, et se dirigea vers Shalie tranquillement. La jeune fille tentait de pseudo-nager en levant les pieds du sol, mais sa technique n’était pas très au point. Laissant les autres apprentis se débrouiller seuls pendant un certain temps – le temps qu’elle montre à Shalie comment se tenir efficacement hors de l’eau en nageant – elle se dit qu’ils continueraient jusqu’à être satisfaits d’eux-mêmes, et viendrait alors la trouver. Dans tous les cas, pour le moment elle les sortit de sa tête pour se concentrer sur la jeune femme aux oreilles de chat.

S’immergeant lentement dans l’eau tiède de la mare, Pia respira un grand coup et vint se poster à côté de Shalie, un léger sourire sur les lèvres.

- Doucement, ne t’emballe pas, et continue de bien respirer. Je vais t’aider. Regarde, pose ton ventre sur mes mains.

Pia leva ses deux paumes vers le haut, à dix centimètres sous la surface de l’eau, et invita Shalie à s’y poser d’un petit mouvement du menton, avant de lui expliquer comment utiliser ses bras et ses jambes pour nager. Elle commença par expliquer pour les bras, fit faire les mouvements à la jeune fille, puis les jambes seules, encore des exercices, et enfin les deux, et petit à petit elle enleva ses mains de sous le ventre de la jeune apprentie.

- Essaye de garder contact avec l’énergie de l’eau que tu ressens, car cela te permettra de ne pas te perdre et de ne pas te laisser aller à des émotions trop puissantes. Il faut que tu apprivoises autant l’eau que toi-même…


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Dim 14 Oct 2012, 22:49

Battant des pieds, je maintiens ma tête à la surface du lac pour écouter Pia distribuer de nouveaux conseils. Je ne suis pas sure de saisir tout ce qu'elle me dit, surtout cette histoire de pivoter légèrement dans les airs pour atterrir à la verticale. Je vois bien dans le saut qu'elle a exécuté ce qu'elle attend de moi, mais de là à le ressentir et l'appliquer, il y a un fossé. Que dis-je : un ravin. Je hoche la tête pour signifier que j'ai bien entendu ce qu'elle avait à me dire, à défaut d'avoir bien assimilé, puis retourne à mon petit plongeoir.

Debout sur la branche, je ferme les yeux et cherche à assurer ma prise sur l'écorce ainsi que mon équilibre. Ne pas réussir être stable pourrait entrainer un faux départ et donc un nouveau plat monumental. Il faut aussi compter sur le bois mouillé qui commence à se faire glissant. Il sera bientôt temps de bouger vers un nouveau plongeoir plus sec.
En attendant j’arrive encore à tenir debout sans me tenir à d'autres branches. Je peux donc me répéter les différentes étapes de mon saut, en essayant de visionner le mouvement global. Le mouvement des bras. La poussée des jambes vers le haut. Le pivot en l'air. La tête lourde. Le corps dans un axe le plus penché possible.

La caresse du vent sur mon corps me fait frissonner. Je crois qu'il a raison : il est temps de retourner dans l'eau.
Inspire. Expire.
J'ai à peine le temps de sentir la branche se plier sous ma poussée que déjà l'eau m'accueille, claquant désagréablement sur mes cuisses. Cette fois-ci le plat n'était pas placé sur mon ventre. Ca aura fait un buvage de tasse en moins !
Je remonte sur la branche, tentant de réfléchir à ce que j'ai fait de travers. Difficile à dire lorsqu'on a pas d'expérience dans le domaine … si seulement je pouvais me voir sauter, je saurais quoi corriger. Il faudrait suggérer aux dessinateurs de créer un objet capable d'enregistrer puis de projeter des scènes … peut-être qu'un jour un génie naitra parmi eux pour réaliser une telle merveille. Pour le moment ce n'est qu'un rêve.

Pia étant bien occupée avec Shalie, je me décide à retenter plusieurs plongeons, seule méthode valable à mon avis pour intégrer le mouvement. Une fois. Deux fois. Six fois. Presqu'autant de plat plus ou moins importants. Pourtant je n'arrive pas à désespérer sur mon cas. Comme pour l'escalade, l'efficacité viendra avec le temps et la répétition.

Il y a quelque chose qui me rend mal à l'aise dans mes plongeons : ma chemise est collée à ma peau, la tiraillant à chaque mouvement que je fais. L'entrainement serait plus facile si je la retirais, mais ça signifierait exposer mon dos brûlé à la vue du quatuor. Il faudrait supporter leurs regards, leurs questions silencieuses. Rien qui me fasse envie. Pourtant cela simplifierait ma vie … Assise sur ma branche pour profiter d'une courte pause, je regarde Aaron et Eole enchainer des saltos qui prennent en fluidité. Une ombre de sourire plane sur mes lèvres. Comme toujours ce spectacle plein d'une certaine grâce me ravie. Je passerais bien ma journée à les admirer … et si je me concentrais un peu ? Eux là-bas n'en ont rien à faire de mes essais. N'en ont rien à faire de mon dos … De là où je suis, le feuillage des arbres me cache presqu'à leur vue et l'eau n'est pas assez claire pour leur permettre de m'observer quand je serais dedans.

Soupir.
D'un geste pas très décidé, je retire ma chemise et mon pantalon, exposant ma peau nue à l'air frais. Comme Shalie, il ne me reste plus que mes sous-vêtements sur moi. Je me sens légère tout à coup, à croire que je viens de retirer quinze kilos de tissus. Ou quinze kilos d'eau … Je passe ma main dans mon dos, grimaçant en sentant les plissures de cette peau qui ne sera plus jamais comme avant. Je préfère ne pas imaginer l'horrible vue que ce dos offre à la vue des gens. Heureusement il y a longtemps que je ne souffre plus de cette brûlure, témoin de ce jour où j'ai perdu ma famille. Parfois, avec le froid, elle se réveille et me rappelle que je suis bien vivante et capable de sentir la douleur. C'est vrai qu'il me faut bien ça dans les jours où je regrette de ne pas avoir suivi les autres là-haut …

Enfin désentravée, je me lance dans une nouvelle série de plongeons. Cette soudaine sensation de liberté prend un air de miracle quand je glisse sous l'eau sans un claquement. Ai-je enfin réussi ? Y croyant à peine, je me hâte de réessayer, constatant qu'il est bien plus agréable de plonger sans habits sur soi. Plus rien ne me sépare de l'air. Plus rien ne me sépare de l'eau. Je peux m'ouvrir encore plus à ces éléments qui m'entourent.
Revenir en haut Aller en bas
Éole Létoile
Groupe Fyrh
Modératrice & Reine de la Torture
avatar

Nombre de messages : 2130
Citation : Les écrivains dansent sur leur plume, leurs mots sont des ballets qu'ils offrent à leurs lecteurs - Pierre Bottero -
Date d'inscription : 04/03/2011

Feuille de personnage
Age: 27
Greffe: Réduction de son poids pendant un court laps de temps
Signe particulier: Éole=Ombe, voir Biographie

MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Jeu 18 Oct 2012, 15:21

À peine arrivée dans l’eau, la jeune fille sentit Ange plonger à son tour, puis Aaron. Shalie quand à elle tentait d’apprivoiser l’eau dans la petite mare à côté du lac.
La Marchombre s’approcha de ses apprentis.

- Eole, attention à ta prise d’énergie : tu dois la prendre dans l’arbre, et dans sa souplesse et son élasticité. Tu as repoussé la branche plutôt que de te servir de cette énergie ; et donc tu n’as pas été assez loin. Attention à tes genoux, tu as tendance à trop les garder tendus, il faut être plus souple et plus tonique.

Pia continua en donnant des conseils aux autres élèves. La jeune fille prit soin de noter dans sa tête ce que lui avait dit son Maître. C’était toujours la même chose, elle devait se servir de l’énergie, de la force de l’arbre, et non le repousser... elle devait s’ouvrir. Cette pensée lui tira un sourire.
Ange remonta à l’arbre pour continuer de s’entraîner à plonger et Éole la suivit.

La jeune fille se replaça debout sur la branche, tenue d’une main à la branche au dessus d’elle, le regard balayant l’horizon. Elle sauta, tentant de mettre en pratique les conseils de son Maître, pliant plus les genoux, essayant de s’imprégner de la souplesse et de l’élasticité de la branche. Après une ou deux tentatives de saltos ratés, elle réussit enfin à arriver les mains d’abord dans l’eau, mais elle ne parvenait toujours pas, elle le sentait, à lier l’eau et l’air, comme elle commençait à le faire en plongeant. Et elle était très loin de l’harmonie qui se dégageait des saltos de Pia... Cette vision de la petite femme qui plongeait, si parfaitement, si joliment, la faisait rêver...

Du coin de l’œil elle vit Ange enlever sa chemise et ne garder que ses sous-vêtements... Elle n’avait pas l’air gênée par Aaron... Éole secoua la tête, pff, c’était elle qui avait raison ! Les habits, aussi moulants soient ils, gênaient les mouvements dans l’eau. Éole s’empressa d’enlever son débardeur, ne gardant que sa culotte, comme avec Aléa. Elle sourit à Ange en déposant son débardeur près de l’endroit où sa camarade avait posé sa chemise, et lui adressa un clin d’œil, puis, pour la ènième fois, elle grimpa de nouveau à l’arbre.

Elle se mit debout sur la branche, agrippa celle du haut pour se stabiliser, ferma les yeux et prit une bonne bouffée d’air.
Elle se sentait comme un oiseau là haut sur son arbre, avec l’eau étendue à ses pieds, comme un miroir géant. Le Vent chantait dans les feuilles de l’arbre, et sa douce mélodie s’infiltrait dans tout son corps, la remplissant de bien être. Elle ouvrit les yeux, contemplant l’immensité du paysage qui s’offrait à elle. Elle aurait presque pu s’envoler...

Liberté, Harmonie, Envol.

Elle sourit.
Elle sentit dans ses doigts et sous ses pieds le cœur de l’arbre battre. Pulsation lente, infime, mais puissante. Elle plia les genoux faisant jouer la souplesse de la branche. Elle cala sa respiration sur ce doux balancement qu’elle avait créé. Elle se redressa et lâcha doucement sa main. Elle plaça ses bras en croix à l’horizontal pour se maintenir en équilibre, tout en suivant les mouvements de l’arbre, ancrant ses pieds dans l’écorce. Au rythme de la branche elle plia un peu plus les genoux et les détendit avec le mouvement de l’arbre, puisant force et énergie dans sa souplesse, le laissant la propulser vers le haut, dans les airs. Aussitôt que ses pieds eussent quitté la branche elle se mit en boule, rentrant la tête dans ses épaules, collant les genoux sur sa poitrine.
Après un tour en l’air elle se déplia, tendit les mains vers l’eau, prête à l’accueillir. L’eau glissa sur ses bras, sur ses épaules, sur son buste, sur ses jambes. Elle se laissa envelopper par sa douce fraicheur, se laissa couler sur son courant.
Elle remonta enfin à la surface et nagea vers la berge.
C’est un sourire sur les lèvres qu’elle remonta à l’arbre et recommença, encore et encore, pour améliorer toujours un peu plus sa technique et ses gestes... et puis elle aimait tellement cette sensation de glisser sur l’eau !

__________________________________________



"C'est donc bien que la danseuse est dans un autre monde, qui n'est plus celui qui se peint de nos regards, mais celui qu'elle tisse de ses pas et construit de ses gestes"
- Paul Valéry -

~ disponible pour RP le week-end uniquement ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shalie Altan
Groupe Fyrh
Modérateur Hors-Jeu
avatar

Nombre de messages : 671
Citation : La première partie de la vie se passe à désirer la seconde ; la seconde à regretter la première
Date d'inscription : 28/05/2011

Feuille de personnage
Age: 22 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très agile, Assez reconnaissable à cause de ses grandes oreilles pointues

MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Dim 21 Oct 2012, 17:29

Rester hors de l'eau, ne pas se laisser entraîner par un courant invisible, oublier sa crainte. C'était à ce qu'occuper Shalie, barbotant dans sa mare. Le fait d'avoir pied lui permettait de se contrôler. En cas de panique, elle n'avait cas à se redresser et hop elle était à nouveau contact avec la terre. Néanmoins, la jeune femme aurait bien aimé mettre la main sur l'idiot qui avait décider un jour de faire trempette ... Expirant, elle avançait en se dandinant de gauche à droite. Le spectacle devait être assez comique à voir .... Encore heureux qu'aucun ennemi ne traînait dans le coin, sinon ils auraient mille fois le temps de tuer Shalie avant qu'elle ne sorte de l'eau ... Morte dans une mare ... Non ça ne le faisait vraiment pas.

Avançant lentement le faisait des petits ronds entendant de temps en temps des ploufs plus où moins harmonieux, Shalie se prenait pour un canard. En beaucoup moins harmonieux par contre, mais on ne pouvait pas non plus tout avoir. De toutes les manières, il fallait qu'elle fasse des efforts pour réussir à surmonter sa peur et son malaise. Qui sait peut être qu'un jour cette eau lui sauverais la vie ! Elle ne savait pas encore comment, mais bon on ne savait jamais ce que nous réservait le futur.

Alors que le canard écloper barbotait dans sa mare, il fut très vite rejoint par un cygne majestueux. Pia. Rejoignant tranquillement la jeune femme, elle lui offrit un sourire avant de prendre la parole.

- Doucement, ne t’emballe pas, et continue de bien respirer. Je vais t’aider. Regarde, pose ton ventre sur mes mains.

Faisant un petit mouvement du menton, elle invita alors Shalie à s'approcher afin de placer son ventre sur ses mains qui se trouvaient immerger dans l'eau. Docile, la jeune femme barbota alors vers son maître avant de faire comme elle le voulait. Pendant de longues minutes Pia fit faire des exercices de mouvements à Shalie. Elle travailla ainsi les bras, puis les jambes avant de faire tout en même temps. En fait c'était un coup à prendre, il fallait se coordonné, tout en laissant son menton bien hors de l'eau pour ne pas boire la tasse.

Du fait qu'elle était soutenue, Shalie était plus assurée dans ses gestes et il ne lui fallut que quelques minutes pour comprendre à peu près ce qu'elle devait faire quand elle était dans l'eau. Pourtant elle se rendit compte que petit à petit que Pia la retenant de moins en moins. Comprenant ce qu'elle allait faire, Shalie se concentra pour faire bien tout les mouvements, pour rester concentrer et ne surtout pas penser qu'elle était en train de perdre son appuis.

- Essaye de garder contact avec l’énergie de l’eau que tu ressens, car cela te permettra de ne pas te perdre et de ne pas te laisser aller à des émotions trop puissantes. Il faut que tu apprivoises autant l’eau que toi-même…

Plus facile à dire qu'à faire, pourtant Shalie le fit quand même. Il fallait qu'elle se laisse porter par l'eau. Cette dernière n'était pas son ennemi, mais son allier. Il fallait qu'elle se laisse porter et qu'elle avance en coordination. Sans plus se rendre compte de si Pia la soutenait encore où pas, Shalie se lança avançant dans une brasse un peu mieux maîtriser qu'auparavant.

__________________________________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Dim 28 Oct 2012, 09:36

De nouvelles indications et de nouveaux conseils. Le cycle se met doucement en place et la voix de Pia, bien que différente, remplace bien tôt celle d'Aïwen dans mon tête. Ses méthodes ne sont pas différentes, montrer, pousser à découvrir et guider.
Les Marchombres se ressemblent tous, pourtant Pia n'a rien du vieux marchombre si calme et serein qu'était mon ancien maître. Je n'ai pas à me plaindre du changement ! Elle en sait bien plus que moi sur bien des choses, et me promet d'en découvrir toujours plus. Comment ne pas s'en sentir heureux ?

La suite est plus gênante cependant. Ignorer que son maître ne possède pas la moindre feuille de vigne pour se couvrir n'est pas le plus difficile, étant donné les allez retour qu'elle fait entre nous et Shalie. Ignorer que ses amies de plongée s'effeuillent devant soi est une toute autre affaire. Mis à part l'intérêt que pourrait le procurer ces nouvelles parcelles de peau qui se dévoilent à moi, j'ai surtout l'impression d'être de trop. C'est bien à cause de moi si elles n'ont pu se mettre à l'aise plus tôt et même si elles s'y résolvent finalement, il n'en reste pas moins que mes regards n'ont rien à faire sur elles.

Dans l'idée d'épargner Eole de mes coups d'oeils déplacés, je commence à laisser un plus grand écart entre nous, attendant qu'elle ait finit de grimper pour commencer et ainsi la gardant hors de mon champs de vision. Pour Ange c'est plus le fruit du hasard qui m'évite de la croiser la plupart du temps, mais elle reste encore.. assez vêtue. J'espère au moins que Shalie ne va pas suivre leur exemple quand elle essaiera de plonger..

Plonger, ça c'est plus intéressant et plus drôle ! Pas de soucis, l'eau est claire et m'attend les bas ouvert ! Il me suffit me laisser tomber à elle pour m'en imprégner, m'y noyer. Y rester éternellement.
Mais on me demande de jouer avec le vent avant, et de m'exercer surtout.
Pas besoin d'élan ! On me l'a dit, il faut croire son maître, suivre ses conseils et se les approprier. Si je n'arrive pas à plonger selon ses souhaits, c'est que je ne suis qu'un stupide gamin qui ne connaît pas la mer !
Plutôt mourir que de laisser cela se croire ! La Mer est mienne ! L'eau n'a plus rien à me cacher !

Alors je plonge, encore une fois.
Je n’hésite plus à me fier à cette branche, puisant dans toutes l'amplitude qu'elle m'offre pour bondir et non plus m'élancer. Je m'élève juste et rassemble mon corps en boule.
Je tourne.. mon cœur tambourine dans ma poitrine, comme lorsque j'ai sauté à l'eau pour la première fois.
Et si j’atterrissais mal ? Et si je ne remontais pas ? Et si j'oubliais de remonter ? Et si je n'y arrive juste pas ?

J'en oublie où j'en suis, tout ce que je sais, c'est que je vois la surface qui, sous moi, se rapproche à toute vitesse. Qu'importe les tours, je dois me déplier maintenant !

Et je traverse l'eau. Comme je le toujours fait auparavant.
Et je jette un œil à la branche au-dessus de moi. Eole y est presque, je vais pouvoir grimper pour plonger à nouveau.

Encore et encore.
Et améliorer ce salto que j'ai le sentiment de saisir du bout des doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Mar 30 Oct 2012, 13:28

Un sourire tendre étira les lèvres de la petite marchombre.
Shalie se débrouillait mieux que ce qu’elle semblait croire. Elle était courageuse, et déterminée. L’essentiel était dans ces deux facettes de sa personnalité, et elle pourrait ainsi aller très loin.
Mais ils n’allaient pas se contenter de plonger et de remonter dans les arbres pendant des jours et des jours, cela faisait déjà plusieurs heures qu’ils y étaient, et Pia décida que c’en était terminé pour aujourd’hui. Ils auraient maintes et maintes occasions de s’y remettre. Passer à autre chose serait plaisant pour tout le monde.

S’extirpant de l’eau tranquillement, elle fit un clin d’œil à Shalie pour lui montrer que c’était bon.

- C’est bien Shalie. Ça commence à rentrer. Maintenant, on va te laisser digérer tout ça, et on va faire autre chose qui risque de plus te plaire !

Avisant un large sourire rehaussant ses pommettes rondes, Pia fit quelques pas de danse sur le sol, pour rejoindre les autres apprentis qui continuaient de plonger tour à tour. Elle nota que les deux jeunes filles avaient enfin osé enlever leurs vêtements pour plus de fluidité, tandis que le seul jeune homme du groupe s’était éloigné, comme pour signifier son respect pour ces demoiselles, ce qui fit doucement sourire Pia.
Voilà un garçon bien élevé.

- Vous venez ?

Invitation à ce que tous s’avancent vers elle, Pia arborait toujours un sourire flamboyant, qui faisait briller ses prunelles. Lorsque tout le monde fut à portée de voix, la marchombre se mordit la lèvre supérieure un instant, cherchant les mots qui pourraient atteindre ces jeunes gens.

- J’ai vu de belles améliorations. Mais je crois bien que mes conseils, vous les avez déjà entendus. A vous de les ressasser, donc ! On va laisser ça se faire inconsciemment en changeant d’exercice. Vous pouvez vous rhabiller, on va partir.

Pas vraiment de précisions sur le lieu pour l’instant, mais cela ne dura pas longtemps : en effet, quand les apprentis furent prêts, et Pia aussi, cette dernière leur exposa la suite des réjouissances :

- Je compte vous amener traverser les Dentelles Vives en long et en large. Il y a des tonnes de choses à y faire et à y apprendre, vous verrez. De l’escalade, certes, mais pas que !

Enfin, pour l’instant, on va courir un peu pour se réchauffer.


Un sourire sur les lèvres, Pia s’élança donc dans la direction de la chaîne de montagnes qui semblaient s’étirer à l’infini vers le sud.



- On mange, et après on monte, ça nous fera digérer.

Toute contente, Tilip’ observait ses apprentis. Elle leur donna donc un morceau de viande avec une galette de niam chacun, et pour le désert elle avait prévu quelques baies au fond de son sac. Ainsi, quand ils eurent terminé de se goinfrer, elle se redressa sur ses deux pieds avec un grand sourire, heureuse de pouvoir se dégourdir les bras.
Elle adorait l’escalade, avait appris autant dans les arbres sur les falaises Faëlles !
Cela se voyait. Elle trépignait littéralement sur place. Cependant, elle n’oubliait pas qu’elle était bien là pour ses apprenties, même si l’envie féroce de s’élancer vers le haut lui taraudait le ventre et lui donnait des fourmis dans les doigts.


- Vous avez déjà escaladé des falaises ? N’essayez pas de tirer avec les bras, vous allez avoir du mal à faire plus de dix mètres sinon, il faut bien pousser avec les jambes. Je passe derrière.

Les pieds nus de Pia montraient ses orteils qui se recroquevillaient sur le sol, impatients de tâter de la roche. Mais elle se contenait, quand même : Shalie avait l’air ravie, Ange contente, et Aaron déterminé.
Tout ce qui fallait !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Jeu 01 Nov 2012, 22:37

Souffle de terre
Esprit de feu
Qui unit


Si je devais expliquer ce que je ressens en plongeant, je resterai muette. Ce n'est pas faute de ne pas connaitre les mots nécessaire pour l'exprimer, non, c'est plutôt que les prononcer les videraient de leur sens. De toute façon qui pourrait bien me demander de m'expliquer ? Qui se soucie de ce qui agite mon cœur à l'instant où je transperce la surface de l'eau ? Pas Eole ni Aaron c'est sûr. A voir leurs visages quand la concentration fait face à l'oubli et au bonheur, nul doute qu'ils ressentent quelque chose d'aussi puissant que moi. Alors voilà, je vais garder comme un précieux trésor cette sensation d'être le lien entre l'air et l'eau, moi fille de la terre et du feu.
Marchombre.

- Vous venez ?

J'obéis immédiatement, m'arrangeant pour être face à mes trois camarades et mon professeur. Il est toujours hors de question qu'ils voient mon dos, même si Eole a failli avoir un aperçu en venant poser ses habits avec les miens. Il m'a fallu beaucoup de maitrise pour lui sourire et cacher mon malaise. Heureusement l'appel du plongeon était trop fort pour qu'elle s'accorde un peu de temps à mes côtés.

- J’ai vu de belles améliorations. Mais je crois bien que mes conseils, vous les avez déjà entendus. A vous de les ressasser, donc ! On va laisser ça se faire inconsciemment en changeant d’exercice. Vous pouvez vous rhabiller, on va partir.


Partir ? Déjà ? Je passerais bien ma vie ici … je n'arrive pas à me lasser de cet exercice. Ce sont des jours comme ça qui me font regretter de ne pas être née à Al-Chen ou en tout cas à côté d'un lac qui fait partie de la vie. Qui est la vie. J'imagine que là-bas quelqu'un qui ne passe pas son temps libre dans l'eau n'est pas quelqu'un de normal.

Bien décidée à profiter au maximum du lac, je rejoins mon perchoir non pas par la terre mais par les eaux, m'immergeant en son sein par une longue brasse coulée. Et dire qu'il faut partir … j'espère que nous croiserons d'autres lacs en chemin, ou à défaut des cascades aux bassins profonds.

Cachée par l'ombre de mon arbre-plongeoir, j'attrape ma chemise encore trempée et l'enfile. La sensation de seconde peau procurée par le contact de la toile humide est encore plus désagréable qu'avant. Maintenant que j'ai goûté à l'air frais sur ma peau nue j'ai du mal à supporter ce poids sur mon dos. Il en va de même pour mon pantalon qui colle à mes jambes comme si on y avait glissé de la glue en mon absence. J'espère que mes vêtements vont vite sécher sinon je risque d'attraper froid, et puis j'ai du mal à imaginer une course avec ces entraves. Pia pourrait nous rajouter des chaines aux mains et aux pieds que je me sentirais aussi à l'aise.

C'est donc grimaçant et maugréant que je rejoins mon Maitre, toujours souriante. Est-elle ravie de nos progrès ou est-ce simplement la vie qui la fait sourire autant ? A la voir ainsi j'ai vraiment l'impression d'avoir une gamine insouciante sous les yeux … et si ses conseils n'avaient pas été aussi avisé ce ne serait pas resté qu'une impression.

- Je compte vous amener traverser les Dentelles Vives en long et en large. Il y a des tonnes de choses à y faire et à y apprendre, vous verrez. De l’escalade, certes, mais pas que ! Enfin, pour l’instant, on va courir un peu pour se réchauffer.



******

Comme prévu la course fut désagréable. Certes j'aurais pu enfiler mes habits de rechange qui eux étaient secs. Sauf que ma peau mouillée les aurait vite trempés eux aussi. J'ai donc préféré les garder pliés dans mon sac, même si l'eau de ma chemise a dû transpercer la toile et les mouiller eux aussi. Ce sera la surprise pour ce soir.

Pour l'instant nous finissons de sécher au soleil, posés sur des rochers au pied d'une falaise. Pia ne nous laisse pas douter un seul instant que ce n'est pas ce tas de pierres qui va stopper notre voyage. Il ne nous reste plus qu'à manger très lentement la viande et la galette qu'elle nous offre. C'est le meilleur moyen de repousser l'ascension.
Repousser l'ascension ? Aurais-je peur ? Serais-je devenue feignante depuis mon derniers cours ? Je ne peux retenir un demi-sourire en y pensant. Non je ne suis pas devenue feignante. A dire vrai j'ai hâte de me frotter à cette falaise. Le souvenir de mon dernier cours avec Aïwen est encore vif dans mon esprit tout comme ses conseils. Avant de nous abandonner à nos propres Voies, il nous a enseigné les bases de l'escalade et j'aimerais voir si je n'ai pas oublié ses mots.
Mais si je ne suis pas feignante alors où est donc mon problème ? Il faut croire que j'aime juste râler pour le plaisir de râler.

La dernière baie glisse le long de mon gosier signalant la faim de mon repas. Cette note sucrée pour terminer pourrait passer pour un signe de raffinement de la part de la Marchombre. En tout cas j'apprécie sa prévoyance et sa prévenance. Aïwen et Sanja ne s'embarrassaient pas avec des desserts, à moins qu'un buisson ait été à porté de main.

- Vous avez déjà escaladé des falaises ? N’essayez pas de tirer avec les bras, vous allez avoir du mal à faire plus de dix mètres sinon, il faut bien pousser avec les jambes. Je passe derrière.


J'acquiesce en silence et lui renvois son sourire. Sa bonne humeur est décidément contagieuse ! A la voir trépigner d'impatience je me sens aussi excitée. Pourtant c'est avec calme que je pose ma main sur la pierre tiède. Sous mes doigts je la sens qui pulse doucement, assoupie par sa sieste au soleil. Je n'ai pas de mal à imaginer ce qu'elle a dû vivre ces dernières heures, orientée comme elle l'est. Je suis sûre qu'une lézard des montagnes est venu lui tenir compagnie avant notre arrivée.
De ce qu'Aïwen nous a appris, j'ai retenu que l'attention aux détails est la meilleure aide avec la concentration. Et l'écoute. Sentir la pierre. S'ouvrir à elle pour sentir sa force, sa faiblesse. Une leçon qui se résume en bien peu de mots. Comme pour le plongeon, il s'agit de communiquer avec les éléments, de s'immerger dans leur contact.

Mon regard parcourt les quelques mètres que nous allons devoir parcourir, tentant d'évaluer quel sera le chemin le plus simple. Les prises sont nombreuses sur ce premier "mur", ce qui ne doit pas être du au hasard. Pia n'a pas l'air du genre à vouloir éliminer les candidats au titre de Marchombre de façon si basse. Je peux lui faire confiance. Je suis sûre qu'avec elle à nos côtés, nous ne tomberons pas.

J'agrippe une première prise, puis une deuxième et glisse mes pieds dans des anfractuosités proches du sol. Etre simplement collée ainsi contre la paroi, même à deux centimètres du sol, rend la débutante que je suis mal à l'aise. Et si je glissais ? Je croise les yeux pétillants de Pia et à nouveau j'ai confiance. Je ne serais pas là si je ne pouvais pas le faire.

D'une main douce, je vais tâter la falaise un peu plus haut, au niveau d'une faille saillante. Certaine que ma prise ne cèdera pas, je lance mon autre main vers une autre prise. Mon corps suit l'effort alors que je le pousse avec mes jambes, appliquant le conseil de la Marchombre. Et ainsi de suite, un geste après l'autre sans jamais saccader mon mouvement. Un seul souffle m'avait dit Aïwen. Si au sol il nous a fait travailler notre souplesse et le contrôle de nos corps, c'est en partie pour nous aider à venir à bout d'obstacles semblables à cette falaise. Sous ma peau je sens mes muscles qui s'échauffent sous l'effort. Il y a un an ils auraient été raides et m'auraient déjà fait abandonner. Aujourd'hui ils ont pris en force et en souplesse et le travail que je leur demande ne me tire pas – pour l'instant – de grimaces de douleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Éole Létoile
Groupe Fyrh
Modératrice & Reine de la Torture
avatar

Nombre de messages : 2130
Citation : Les écrivains dansent sur leur plume, leurs mots sont des ballets qu'ils offrent à leurs lecteurs - Pierre Bottero -
Date d'inscription : 04/03/2011

Feuille de personnage
Age: 27
Greffe: Réduction de son poids pendant un court laps de temps
Signe particulier: Éole=Ombe, voir Biographie

MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Ven 02 Nov 2012, 10:26

- Vous venez ?

La voix de Pia retentit tandis que la jeune fille émergeait. Elle tourna son visage vers son Maître et nagea vers la plage. Une fois que tout le monde fut là, la Marchombre reprit la parole.

- J’ai vu de belles améliorations. Mais je crois bien que mes conseils, vous les avez déjà entendus. A vous de les ressasser, donc ! On va laisser ça se faire inconsciemment en changeant d’exercice. Vous pouvez vous rhabiller, on va partir.

Éole hocha la tête et alla remettre ses vêtements, encore mouillés, qui lui collaient à la peau, tandis que Pia leur annonçait qu’ils allaient traverser les Dentelles Vives «en long et en large».

- Enfin, pour l’instant, on va courir un peu pour se réchauffer.

Courir... elle aimait bien courir et c’était un exercice qui lui faisait penser au jour où elle avait mit un pied à l’Académie et où toute sa vie avant définitivement changée. Courir... c’était le premier exercice qu’Aléa, lors de son premier cours, leur avait fait faire. Son premier pas sur la Voie, éprouvant certes, mais un premier pas quand même. Et courir lui faisait un bien fou... malgré ses vêtements trempés, au contraire, cela les ferait sécher.

C’est donc le sourire aux lèvres qu’elle s’élança derrière son Maître, aux côtés des autres apprentis.
Le Vent faisait voler ses cheveux noirs encore mouillés autour de son visage, caressant sa nuque au passage. Elle appréciait ce contact de l’air sur sa peau.
La jeune fille en profita aussi pour parfaire son Ouverture au monde. Elle étendit son esprit à la nature qui l’entourait, sentant le sol sous ses pieds, le chant des oiseaux marquant le rythme de sa course. Elle avait gagné en endurance, elle tenait donc plus longtemps sans être essoufflée, ce qui augmentait sa satisfaction de courir.

~~~


Pia leur demanda enfin de s’arrêter et leur tendit un morceau de viande et une galette de niam à chacun ainsi que quelques baies qu’ils mangèrent tranquillement au pied des Dentelles.

Après le repas, Pia se releva, un immense sourire sur le visage, visiblement impatiente de monter.

- Vous avez déjà escaladé des falaises ? N’essayez pas de tirer avec les bras, vous allez avoir du mal à faire plus de dix mètres sinon, il faut bien pousser avec les jambes. Je passe derrière.

La réponse à la question était non, elle n’avait jamais escaladé des falaises. Tout ce qu’elle avait escaladé était un arbre, duquel elle avait failli tomber si Aléa ne l’avait pas rattraper, et le rocher du camp d’entraînement lors de son premier examen. Jamais une falaise... si haute... Le regard d’Éole parcouru du regard la paroi immense des Dentelles... C’était haut. Très haut.

Elle vit Ange s’élancer sur la paroi et commencer à escalader, visiblement plus à l’aise qu’elle face à cette montagne.
La jeune fille s’approcha à son tour de la paroi vertigineuse, encore plus impressionnée par sa hauteur maintenant qu’elle était tout près... Elle prit une bonne inspiration et ferma les yeux en plaçant ses deux mains à plats sur la roche pour faire le vide en elle et se remplir de calme.

Ouverture.
Son esprit s’ouvrit, tentant de capter tout ce qui l’entourait. Elle sentait la puissance de la terre sous sa voute plantaire qui se propageait de ses pieds jusqu’à ses mains. Celles-ci étaient en contact avec la pierre.
S’ouvrir à la falaise et se laisser guider par elle.
Éole ouvrit les yeux et crocheta sa première prise. Elle commença son ascension, le Vent soufflant dans ses cheveux et l’enveloppant d’une douceur réconfortante. Elle leva la tête vers le ciel bleu parsemé de nuages blancs. Elle s’élevait vers le ciel, et cette perspective lui plaisait. N’était-ce pas merveilleux de se dire que l’on s’envole vers les nuages ?

Elle avait tout de même un peu peur, il faut bien l’avouer... certes elle ne referait pas la même erreur qu’avec Aléa mais elle ne se sentait pas très rassurée. Elle se répéta les conseil de Pia : ne pas essayer de tirer sur les bras et pousser sur ses jambes. C’est ce qu’elle s’efforça de faire. Elle ancrait ses pieds dans des failles et repoussait sur ses jambes pour trouver des prises pour ses mains. Elle progressait ainsi, lentement, calmement, mais surement. Toujours en ouverture avec la roche. Elle essayait de faire corps avec elle de sentir en elle le chemin le meilleur, le plus sûr pour grimper ce petit bout de falaise.

Elle se sentait bien malgré sa peur, mais ne faut-il pas toujours avoir un petit peur afin d’être toujours attentif à ne pas tomber ?
Elle n’était peut-être pas très rassurée, mais elle était heureuse. Elle continuait d’apprendre de nouvelles choses et elle faisait un pas de plus sur la Voie des Marchombre. Cela, la remplissait de bonheur.

__________________________________________



"C'est donc bien que la danseuse est dans un autre monde, qui n'est plus celui qui se peint de nos regards, mais celui qu'elle tisse de ses pas et construit de ses gestes"
- Paul Valéry -

~ disponible pour RP le week-end uniquement ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Lun 05 Nov 2012, 23:01

Au bout de nombreux autres sauts, alors que le salto m'imprégnais d'un plaisir nouveau, d'un défi amusant et qu'il ne restait pour l'atteindre qu'à comprendre comme Pia parvient à fendre l'eau sans la troubler du moindre remous, notre maître nous convie sur la terre. Hors de mon brave élément, les frissons viennent m'agresser et je me sens soudain bien pateau. TOute cette féminité qui me gênait un peu plus tôt me rend admiratif. Leurs gestes semblent tellement plus gracieux que les miens, de leur façon de marcher jusqu'aux moindre mouvement de Pia! Je dois faire tâche ici, pourtant Aïwen parvenait à être aussi léger qu'un murmure tout en étant un homme vieux que le temps aurait du user. J'ai bon espoir que je puisse, un jour, me glisser comme lui sur le monde. Devenir aussi léger qu'un souffle de vent.
Ca me serait bien utile pour la suite des réjouissance! Moi, gravir une montagne? Non, parcourir une chaîne de montagne avec de fortes probabilité que la plupart du parcours se fasse sur des falaise abruptes? Je me vois déjà m'écraser quelque part dans les Dentelles Vives. Puis-je seulement appercevoir le sommet d'un pic ici? En verrais-je seulement un avant de tomber et de mourir bêtement? Je ne suis pas très motivé par l'idée d'escalader. Elever mon gros corps est bien la dernière chose intelligente à faire! Mais bon, ça fait sûrement parti de la tradition marchombre que de savoir gravir n'importe quel mur aussi lisse que du verre. Il faut bien commencer par quelque chose qui a des prises et ici je devrais pouvoir en trouver pas mal.

Le temps de s'habiller et nous partons pour une longue course fort bienvenue. Bien que j'ai l'estomacs particulièrement vide. L'eau ça creuse, c'est bien connu! Mais Pia avait raison, rien de tel qu'agiter ses membres pour se réchauffer! Et le repas qu'elle nous offre est aussi simple que succulent! J'aurais bien apprécié une petite chasse dans les montagnes pour m'amuser et aussi pour retarder l'heure de la montée. Mais faute de raison de me défiler, nous en arrivons à ce moment des plus inquiétant.


- Vous avez déjà escaladé des falaises ? N’essayez pas de tirer avec les bras, vous allez avoir du mal à faire plus de dix mètres sinon, il faut bien pousser avec les jambes. Je passe derrière.

Bien sûr, j'ai répondu par la négative. Je n'ai jamais essayé de gravir une falaise, pas plus que grand choses d'autres. Aïwen m'a bien sûr appris à monter aux arbres, mais les branches sont tout de même bien autre chose que des saillies. Pourtant, je n'ai pas l'intention de me défiler. Bien au contraire, je suis prêt à faire de mon mieux pour apprendre à escalader! Pas question que je me laisse décourager trop facilement!
C'est à la suite des trois autres membres du groupe que je commence mon ascenssion. Je crois que Pia se doute que je ne suis pas très à l'aise sur l'escalade mais quoi qu'il en soit je préfère ne pas rester trop loin d'elle. Heureusement, la nature est bien faite! Les prises ne manquent pas vraiment pour peu qu'on n'hésite pas à prendre des chemins tortueux. Comme l'a si bien conseillé Pilla, je ne pousse qu'avec les jambes ou du moins essaie. Il est bien souvent tentant de se tirer à l'aide des bras.. ils ont l'air bien mieux placés et bien assez costauds.. Mais j'aime à croire que mon maître ne parle pas sans raison. Sans doute est-ce là que j'ai raison moi-même. Je n'ose regarder en bas, peu inquiet de la distance que j'ai déjà parcouru. Je préfère me désespérer en découvrant le sommet toujours bien trop loin.
Sous moi, la terre est dure, fermée. Absoluement pas invitante. Je me demande si elle ne m'en veut pas de lui marcher dessus.. Et plus je grimpe, plus j'ai peur du vent, peur qu'une rafale ne se lève soudain pour me destabiliser, m'emporter dans le vide. QUi sait ce que dame nature nous prépare? En mer, les tempêtes les plus terribles sont les plus difficile à prévenir!

J'ai sans doute peur.. Mais j'avance. Il le faut bien.
Revenir en haut Aller en bas
Shalie Altan
Groupe Fyrh
Modérateur Hors-Jeu
avatar

Nombre de messages : 671
Citation : La première partie de la vie se passe à désirer la seconde ; la seconde à regretter la première
Date d'inscription : 28/05/2011

Feuille de personnage
Age: 22 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très agile, Assez reconnaissable à cause de ses grandes oreilles pointues

MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Mer 07 Nov 2012, 20:46

Intérieurement Shalie avait l'impression d'être une grenouille. Ses petits batraciens étaient rares dans les parages, mais la jeune femme était depuis toute petite fascinée par leur manière de nager. En vérité elle était fascinée par tous les animaux marins. Le fait de voir une personne où un animal se débrouiller avec brio dans l'eau pouvait l'occuper pendant des heures et des heures. Oui il lui arrivait d'être bizarre par moment, mais bon. Shalie se sentait donc comme une grenouille intérieurement à cause des mouvements que faisait ses jambes. À vrai dire elle s'en inspiré un peu et ça marchait plutôt bien. Après extérieurement, elle était presque sûre d'être tout sauf gracieuse, là n'était bien sûr pas la question, mais quand même. Il fallait avoir un juste milieu, par exemple Pia nageait avec grâce tout comme Aaron. Enfin soufflant lentement, elle refit un petit tour quand la voix de Pia se fit entendre.

- C’est bien Shalie. Ça commence à rentrer. Maintenant, on va te laisser digérer tout ça, et on va faire autre chose qui risque de plus te plaire !

Souriant à ne plus en pouvoir, la marchombre partit alors en dansant vers ses autres élèves. Fronçant les sourcils, intriguer, Shalie de son coter décida de sortir de l'eau. Poussant un petit soupir de soulagement quand ses pieds retrouvèrent le contact avec la terre ferme, elle frissonna lorsqu'un courant d'air vint caresser sa peau presque entièrement nue. Reniflant légèrement, la jeune femme regretta de ne pas avoir prit une serviette dans ses affaires. Se baffant mentalement, elle décida de rester comme ça pour le moment. Elle sécherait avec le vent au risque d'attraper froid, ça serait en effet pire si elle se rhabillait de suite, car ses habits seraient trempés en quelques secondes. Poussant un autre soupir, elle rejoignit alors son maître et ses camarades afin de connaitre la suite du programme.

- J'ai vu de belles améliorations. Mais je crois bien que mes conseils, vous les avez déjà entendus. À vous de les ressasser, donc ! On va laisser ça se faire inconsciemment en changeant d'exercice. Vous pouvez vous rhabiller, on va partir.

Et slurk. Bon ben elle allait devoir remettre ses habits, grimaçant un peu Shalie se rhabilla avec quelques difficultés avant de s'étirer légèrement pour vérifier que le tissu mouiller coller à sa peau ne la gênait pas. C'était désagréable, mais elle pouvait quand même se mouvoir. Lorsque tout le monde fut prêt, Pia reprit la parole.

- Je compte vous amener traverser les Dentelles Vives en long et en large. Il y a des tonnes de choses à y faire et à y apprendre, vous verrez. De l’escalade, certes, mais pas que ! Enfin, pour l’instant, on va courir un peu pour se réchauffer.

Escalade. Courir. Les deux mots que Shalie aimaient les plus au monde ! Retrouvant d'un coup la joie de vivre, elle se lança avec ses camarades. Alors qu'elle aurait pu les distancer (sauf Pia bien sûr), la jeune femme préféra rester avec le petit groupe. Des fois ça faisait du bien de faire des choses en groupe, de plus cela lui permettait de profiter au maximum de la sensation de la course, malgré ses vêtements qui lui collaient de plus en plus la peau.

- On mange, et après on monte, ça nous fera digérer. Déclara Pia après la petite course.

S'installant sur le sol, Shalie mangea la nourriture avec bonheur. Cela faisait du bien d'avoir le ventre plein ! D'ailleurs, elle n'aurait pas dit non de faire une petite sieste, le cadre était en effet idéal pour cela. Malheureusement, Pia en avait décidé autrement, la déception ne dura qu'un quart de seconde lorsque Shalie apprit ce qui les attendaient.

- Vous avez déjà escaladé des falaises ? N'essayez pas de tirer avec les bras, vous allez avoir du mal à faire plus de dix mètres sinon, il faut bien pousser avec les jambes. Je passe derrière.

Shalie avait déjà escaladé des falaises, ça n'était pas pareil que quand on escaladait un arbre, néanmoins la sensation était tout aussi grisante. Se levant, elle se rendit donc au pied de la falaise et après quelques secondes d'observations qu'elle mit à profit afin de repérer quelques prises. Durant ce labs de temps, Ange, Aaron et Eole s'élancèrent chacun grimpant à leur manière. Souriant légèrement, elle se craqua les doigts

Comme l'avait si bien dit Pia, il fallait bien pousser avec les jambes au risque de s'épuiser rapidement et de se retrouver bloqué ce qui était fâcheux. Concentrer sur sa tâche, Shalie ne regardait même pas la progression des autres, elle était dans son monde, dans son élément. Elle avançait à son rythme, ses doigts trouvant rapidement des prises pour qu'elle puisse équilibrer le point de son corps avant qu'une de ses jambes ne se place dans une fissure et qu'elle s’élève.

Elle était bien.
Elle était entière.
Elle était vivante.
Elle était elle.

__________________________________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Jeu 08 Nov 2012, 13:49

Tantôt le vent montait, gonflant les habits et les décollant de leur peau.
Tantôt il descendait, les plaquant contre la paroi, leur demandant de ne faire qu’un avec elle.
L’escalade était pleine de paradoxe, et c’était sans doute pour cela que Pia l’appréciait tant. Elle ne rêvait que d’escalader, toute sa vie, ou de bondir de roches en roches, d’arbres en arbres. Courir, ce n’était pas fait pour ses petites jambes, même si heureusement elle se débrouillait désormais très bien dans ce domaine aussi. Mais l’escalade ! Ces sensations qui accouraient dans les membres, des fourmis de bonheur qui se hissaient dans les muscles, et le vent, chatoyant et encourageant…

Envol du bout du monde
Au-delà des gouffres
Avec le vent

Fermant les paupières, Pia laissa passer les quatre apprentis devant elle, et observait leurs mouvements malgré son envie croissante de s’élancer vers le haut, toujours plus haut, de caresser la pierre rapidement, douceur éphémère, pour atteindre leur premier palier.
Le palier n’était pas très haut, à peine une vingtaine de mètres, mais cela était sans doute déjà beaucoup pour les jeunes gens, qui ne semblaient pas habitués à monter sur des falaises de roche. Shalie semblait à l’aise, pas de doute là-dessus. Avec la hauteur, les trois autres perdent en assurance, mais continuent de monter, sans jamais essayer de regarder le sol. Ils ne semblent pas se rendre compte qu’ils n’iront évidemment pas jusqu’en haut, parce que de toutes façons, Pia ne les sentait pas encore prêts – sauf peut-être Shalie – pour prendre le passage à dévers.

Le pallier arriva bientôt, et Pia bondit sans hésitation.
A ce endroit précis, on avait cette impression prenante qu’un sentier avait été creusé sur le flanc de la montagne, s’étirant sur sa longueur, à ce que l’on pouvait en voir. Mais la petite Marchombre avait une autre idée derrière la tête.
Levant un doigt, elle attira l’attention des apprentis et s’assit sur le rebord, les pieds dans le vide. Le vent venait se glisser entre ses orteils, qu’elle bougeait allègrement.

- Le vent est là pour vous aider. Vous avez fait attention à lui, pour les plongeons, faites encore attention à lui. La pierre vous parle autant que l’air, simplement son langage n’est pas le même. Ce n’est pas la même pulsation, ni les mêmes sensations.

Faisant une petite pause, Pia tendit ses bras devant elle, et ses doigts dansèrent avec le vent quelques secondes.

- Prenez cela comme un jeu. Le vent, la pierre, l’eau ou même le bois et le feu ont des langages que l’on ne peut pas comprendre si on ne les cotoye pas régulièrement. Ce sont comme des enfants, comme des vieillards sans dent, il faut que l’on se mette à leur niveau pour les comprendre, parce que eux nous comprennent déjà. Le tout est de trouver la bonne porte…

Restant ainsi quelques secondes de plus, Pia finit par pousser un léger soupir, et se redressa tranquillement sur le surplomb où ils se trouvaient. Désignant le plafond qui les dominait, elle sourit avant d’expliquer qu’ils n’étaient pas encore prêts à faire de l’escalade à l’envers, et que donc ils allaient s’enfoncer dans la montagne.
Ainsi, ils suivirent le sentier du flanc des Dentelles pendant une dizaine de minutes – minutes sans doute longues pour les apprentis, qui longeaient directement la vingtaine de mètres de vide à quelques centimètres de leurs pieds – et finirent par suivre une sorte de trouée entre deux rochers jaillissant de la falaise. Deux mètres plus loin, l’entrée d’une grotte se présenta à eux, et la petite Marchombre la montra du doigt.

- On va entrer là-dedans. Vous pouvez tous y passer largement, mon Maître le faisait alors qu’il était plus grand que toi, Aaron. Tu as donc la place, si tu t’y prends correctement.

Elle ne se leurrait pas en effet : étant bien plus petite que ses apprenties, elle avait encore moins de difficultés qu’eux à passer dans des passages étroits. Ils commencèrent donc à s’enfoncer dans le noir. Le boyaux était à peine éclairé par la lumière extérieure, mais à l’instant précis où le noir aurait dû prendre tous ses droits, la lumière jaillit devant eux, porteuse d’un espoir tangible : ils ressortaient déjà.

Mais avant la sortie, le boyaux rétrécissait, et plus personne ne pouvait se tenir debout. Il fallait ramper dans la fange sèche pour atteindre l’autre côté, et Pia attendit que les trois apprentis passent devant elle, au cas où l’un d’eux ferait un blocage au milieu. Elle pourrait ainsi plus facilement intervenir. Ils passèrent donc les uns après les autres…

Revenir en haut Aller en bas
Éole Létoile
Groupe Fyrh
Modératrice & Reine de la Torture
avatar

Nombre de messages : 2130
Citation : Les écrivains dansent sur leur plume, leurs mots sont des ballets qu'ils offrent à leurs lecteurs - Pierre Bottero -
Date d'inscription : 04/03/2011

Feuille de personnage
Age: 27
Greffe: Réduction de son poids pendant un court laps de temps
Signe particulier: Éole=Ombe, voir Biographie

MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Mar 13 Nov 2012, 13:44

Elle grimpait. Toujours plus haut. Elle s’élevait vers les nuages, et elle aimait cela. Au début, la jeune fille n’avait pas été très à l’aise à l’idée de se retrouver si loin du sol...elle avait eu un peu peur et la hauteur lui faisait perdre de l’assurance... et puis, au bout de quelques minutes, elle avait commencé à vraiment apprécier l’escalade et son assurance est peu à peu revenue.
Le Vent soufflait doucement autour d’elle, rassurant. Elle avait presque l’impression de voler.
Ses gestes, elle le sentait, se faisaient plus précis, elle mettait de moins en moins de temps à trouver des prises. Elle faisait confiance à la falaise. Et elle continuait, vers le haut, toujours en ouvrant son esprit à la roche froide sous ses doigts, puisant dans sa force, dans sa puissance, elle se laissait guider.

Elle continua encore quelques minutes comme cela avant de ressentir les premiers signes de fatigue. Elle commençait à avoir des crampes dans les pieds, des courbatures dans les bras et dans les jambes. Elle se sentait faiblir, mais elle tenait bon. Heureusement, le pallier arriva enfin et c’est avec soulagement qu’elle se remit sur ses pieds. Elle l’avouait, elle n’aurait pas tenu encore longtemps...

Éole prit le temps de détailler les lieux alors que Pia les rejoignit d’un bond par dessus le rebord du pallier, impressionnant au passage la jeune fille qui se demandait d’où son Maître tirait toute cette énergie. Le pallier où ils étaient ressemblait à un sentier creusé dans le flanc de la falaise et la vue qui s’étendait sous leurs pieds la laissa bouche bée... Elle avait l’impression qu’elle pouvait voir tout Gwendalavir... Un paysage magnifique s’étendait à l’infini. Éole apercevait au loin des collines qu’elle identifia comme étant les collines de Taj, bien qu’elle ne les ait jamais vues, elle se référait aux cartes qu’elle avait pu étudier. Plus près d’eux se tenaient deux lacs, dont celui dans lequel ils avaient plongé. Du plus grand des deux partait une rivière qui séparait le paysage en deux, brillant sous les rayons du soleils.
De là haut, Éole se sentait grande et puissante et en même si petite et si insignifiante face à l’immensité du monde...

Pia attira l’attention du groupe et s’assit sur le rebord du pallier mettant fin à la contemplation de la jeune fille qui s’assit à ses côtés.

- Le vent est là pour vous aider. Vous avez fait attention à lui, pour les plongeons, faites encore attention à lui. La pierre vous parle autant que l’air, simplement son langage n’est pas le même. Ce n’est pas la même pulsation, ni les mêmes sensations.

Éole hocha la tête. Elle ne pouvait être plus d’accord avec les paroles de la marchombre. Le Vent était là pour les aider... elle sourit. Oui, le Vent était toujours là pour l’aider. Comme en réponse à cette pensée, le Vent souffla un peu plus fort faisait voler ses cheveux autour de son visage.
Pia tendit les bras devant elle, laissant ses doigts bouger suivant les courants du Vent.

- Prenez cela comme un jeu. Le vent, la pierre, l’eau ou même le bois et le feu ont des langages que l’on ne peut pas comprendre si on ne les cotoye pas régulièrement. Ce sont comme des enfants, comme des vieillards sans dent, il faut que l’on se mette à leur niveau pour les comprendre, parce que eux nous comprennent déjà. Le tout est de trouver la bonne porte…

Éole ferma les yeux, essayant d’écouter et de comprendre le Vent. Elle entendait son murmure, elle le sentait confiant, doux et rassurant. Elle ouvrit les yeux et son Maître se releva et expliqua qu’ils ne feraient pas la désescalade et que, par ce fait, ils devraient s’enfoncer un peu plus dans la montagne.
Ils suivirent donc le sentier pendant une dizaine de minutes, vingt mètre de vide sous leurs pieds, et arrivèrent à une trouée entre deux rochers, au bout de laquelle se trouvait l’entrée d’une grotte que la marchombre désigna du doigt.

- On va entrer là-dedans. Vous pouvez tous y passer largement, mon Maître le faisait alors qu’il était plus grand que toi, Aaron. Tu as donc la place, si tu t’y prends correctement.

Éole hocha la tête et suivit son Maître qui semblait quand même avoir plus de facilité à passer certain passage où eux devaient se baisser. Pratique d’être petit ! Ils s’enfonçaient dans le noir depuis quelques minutes à peine, sembla-t-il à la jeune fille, que la lumière jaillit devant eux annonçant la sortie. À cet endroit, le tunnel rétrécissait et ils durent ramper passant l’un après l’autre en file indienne, Pia derrière eux.

La jeune fille trouva cela juste trop drôle de ramper sur la pierre comme un vers de terre, elle avait l’impression d’être redevenue une petite fille joueuse. Et dans ce petit tunnel, elle se sentait protégée. La roche l’entourait, tellement proche que rien ne pouvait lui arriver. Un immense sourire se peignit sur son visage.

__________________________________________



"C'est donc bien que la danseuse est dans un autre monde, qui n'est plus celui qui se peint de nos regards, mais celui qu'elle tisse de ses pas et construit de ses gestes"
- Paul Valéry -

~ disponible pour RP le week-end uniquement ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Mar 13 Nov 2012, 22:42

Le vent chante à mes oreilles, incessant. Sa présence me fait l'effet d'un gamin qui cherche à attirer l'attention d'un adulte déjà fort occupé pour jouer avec lui. J'ai presqu'envie de lui hurler de me laisser tranquille. J'ai bien assez de mal à grimper sans avoir en plus à l'écouter. Pourtant il est bien là, me narguant par sa légèreté et sa capacité à monter vers les cieux plus vite que je ne pourrais jamais le faire. Il glisse sur mon corps, s'amusant à le déstabiliser de milles façons. Je ne me laisse pas faire : bon gré mal gré, je gravis mètre par mètre et finit par arriver sur une plate-forme peu large. Nous y avons à peine posé le pied que Pia surgit à nos côtés pour nous faire signe de nous arrêter. J'apprécie l'attention, les muscles de mes bras étant déjà fatigués. Une petite pause ne nous fera pas de mal au milieu de cette longue escalade.
Je lève les yeux et suit la paroi du regard. Nous ne sommes pas au bout de nos peines … en plus j'aperçois des passages qui promettent d'être ardus. Je ne suis pas sure d'être prête pour une telle épreuve. Si Pia nous ordonne de continuer, alors je continuerais. Je ne sais pas si elle pourra nous empêcher de chuter, mais je lui fais confiance, autant que pour la première partie.

Le petit bout de femme se pose au bord du pallier, imitée par Eole et bientôt par moi. Les yeux rivés vers mon Maître, je la regarde jouer avec le vent, donnant l'impression qu'il est vraiment là sous une forme tangible. C'est comme si elle plongeait sa main dans de l'eau … après tout les deux sont des éléments de base. Ce n'est pas si différent.
Mes paupières se ferment doucement sur mes yeux. En coupant ma vue, je laisse mes autres sens s'épanouir. Les mots de la Marchombre se glissent dans mes oreilles, accompagnant la mélodie du vent. Leurs deux voix sonnent à la façon d'une chanson, sans fausse note entre elles. C'est agréable … à tel point que je rate presque le sens des mots de Pia.

Elle nous parle d'ouverture, encore et toujours même si elle n'utilise pas ce mot. Il faut écouter l'air, la pierre, l'eau, tout ce qui nous entoure, pour les comprendre et s'accorder à eux. J'aime cette idée. D'ailleurs j'ai tenté de l'appliquer aujourd'hui, même si j'ai fait abstraction du vent lors de l'escalade. Je tâcherai de faire un peu plus d'effort quand nous repartirons.

Les pieds ballants dans le vide, je n'ai pas peur. Pourquoi aurais-je peur d'ailleurs ? Je risque ma vie ? Ah ? Oui mais en attendant je vis, et je souris. Qu'on est bien ici, avec le calme battement de la pierre sous mes doigts, le souffle apaisant du vent et la pureté de l'air qui entre dans mes poumons. Je pourrais passer des heures à rester ici à ne rien faire. Pia de son côté pense qu'une minute suffit largement : elle nous explique rapidement que nous allons continuer notre route sous la montagne et non plus par la paroi rocheuse. Dit comme cela, on pourrait croire qu'elle veut nous simplifier la vie, et bien non ! Nous n'allons peut-être pas faire de l'escalade, mais nous allons quand même nous balader avec le vide à nos pieds : le "chemin" que nous empruntons a la largeur de la paume de ma main. C'est plutôt un passage pour chèvre des montagnes, dommage que je n'ai pas leur pied sûr.

Collés contre la falaise, nous avançons à la queueleuleu. C'est une occasion en or d'appliquer les idées de Pia concernant notre ouverture au monde. Le vent est toujours là, poussant nos dos vers l'avant. A sa façon il nous encourage à ne pas regarder vers le bas mais bien à fixer nos regards sur notre Maitre qui nous guide. Il a raison, à tel point que lorsque nous atteignons une grotte, je ne suis pas étonnée d'être en vie et de ne pas avoir eu peur. D'accord l'adrénaline ne s'est pas gênée pour faire battre mon cœur à cent à l'heure, mais ce n'était pas de la crainte. Non c'était juste de l'excitation. Je suis vraiment une gamine inconsciente qui ne chercher qu'à découvrir de nouvelles choses. Ce doit être Pia qui déteint sur moi …

- On va entrer là-dedans. Vous pouvez tous y passer largement, mon Maître le faisait alors qu’il était plus grand que toi, Aaron. Tu as donc la place, si tu t’y prends correctement.

Je jette un coup d'œil vers l'intérieur de la grotte et hausse un sourcil en me demandant si elle n'a pas menti à Aaron pour le convaincre de nous suivre. La lumière du jour n'entre pas bien loin, mais la partie du boyau qu'elle éclaire ne me parait pas bien large pour moi, ni encore moins pour mon cher camarade. Je lui lance un regard d'encouragement pas très sûr, une façon de lui dire "bon courage même si ça ne t'aidera pas à maigrir et à nous suivre". Puis je pénètre dans les ténèbres à la suite de la Marchombre et d'Eole.

Nous n'avançons pas très vite, chose fort pratique pour mes yeux qui ont le temps de s'habituer à la pénombre qui ne fait qu'empirer. Ce n'est pas très agréable d'avancer à l'aveugle. Il y a heureusement la jeune apprentie devant moi qui me guide, ses mouvements me prévenant par avancer des obstacles sur mon chemin.
Nous avons commencé la marche debout.
Nous finissons en rampant.
S'il n'y avait pas cette lumière diffuse loin devant nous et si j'avais été seule ici, j'aurais déjà fait demi-tour. Je me sens oppressée dans ce boyau rocailleux, un affreux sentiment d'emprisonnement tordant mon vent. J'ai beau voir de la lumière, je me sens incapable de prédire si je finirais par sortir un jour ou l'autre. J'ai besoin d'air. Dommage qu'Eole ne soit pas aussi pressée que moi d'aller respirer dehors.
Revenir en haut Aller en bas
Shalie Altan
Groupe Fyrh
Modérateur Hors-Jeu
avatar

Nombre de messages : 671
Citation : La première partie de la vie se passe à désirer la seconde ; la seconde à regretter la première
Date d'inscription : 28/05/2011

Feuille de personnage
Age: 22 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très agile, Assez reconnaissable à cause de ses grandes oreilles pointues

MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Mer 14 Nov 2012, 10:01

Shalie s'amusait dans cet exercice, enfin non, elle prenait plutôt vraiment du plaisir et elle s'amusait à choisir des prises petites où bien un peu loin histoire de se mettre des bâtons dans les roues. Déjà il fallait faire attention au vent qui ignorant la présence de gens escaladant soufflait à son aise. Tant mieux si personne ne tombait tant pis s'il y avait des victimes. On pouvait être amie avec la nature, mais cette dernière ne pouvait pas l'être avec vous, à la limite elle permettait tout juste que vous puisses interprété les signes, comme les murmures du vent apportant des nouvelles aux plus expérimenter.

Attrapant une nouvelle prise, Shalie plaça son pied dans une autre avant de se hisser. Elle n'avait pas besoin de jeter un coup d'oeil vers le bas pour savoir que le sol était à présent plutôt loin et qu'ils n'avaient pas finit de s'en éloigner. Plus ils montaient plus les chances de survies en cas de chute diminuer. Cela ne mettait qu'un peu plus de piment dans l'exercice, de plus la jeune femme avait confiance. Elle ne tomberait pas et si cela devait arrivé, elle savait que Pia serait là. Même si elle ne la connaissait pas encore, Shalie lui faisait déjà confiance. C'était marrant du fait qu'en temps normal elle avait justement du mal à accorder sa confiance.

Soufflant sur une de ses mèches s'étant collée contre son front, l'apprentie arriva au premier palier suivant de près Eole et Ange qui était déjà présente. Lorsque Aaron arriva, Pia fit son apparition même pas fatiguer et s'installa sur le rebord balançant ses pieds dans le vide. De dos au vu de la taille et de l'énergie on aurait pu penser que c'était une petite fille imprudente qui se tenait à sa place et pourtant ça n'était pas du tout le cas.

- Le vent est là pour vous aider. Vous avez fait attention à lui, pour les plongeons, faites encore attention à lui. La pierre vous parle autant que l’air, simplement son langage n’est pas le même. Ce n’est pas la même pulsation, ni les mêmes sensations. - Prenez cela comme un jeu. Le vent, la pierre, l’eau ou même le bois et le feu ont des langages que l’on ne peut pas comprendre si on ne les côtoie pas régulièrement. Ce sont comme des enfants, comme des vieillards sans dent, il faut que l’on se mette à leur niveau pour les comprendre, parce que eux nous comprennent déjà. Le tout est de trouver la bonne porte…

Se balançant légèrement d'avant en arrière, Shalie médita les paroles de la marchombre. Jetant un petit coup d'oeil sur ses camarades, elle constata qu'Eole avait fermé les yeux comme si elle tentait d'entendre le murmure du vent. De son côté la jeune femme ne s'y tenta pas, préférant laisser son regard dévier sur le paysage s'étendant devant elle. C'était vraiment magnifique et cela devait l'être encore plus lorsque la neige avait tout recouvert. Songeuse, elle se promit de revenir à ce moment quand elle aurait un moment de libre.

Entendant le soupir de Pia, la jeune femme revint sur terre et tourna la tête regarda son maitre se lever. Cette dernière leur expliqua alors qu'ils n'aillaient pas poursuivre leur escalade, car là ils auraient du être à l'envers et ils n'étaient pas encore prêt pour cela. Dommage pour Shalie qui aurait bien aimé tenter l'expérience, cela serait pour une prochaine fois. Se craquant les jointures, elle suivit alors ses camarades sur le sentier étroit. La petite balade dura dans les dix minutes. Dix minutes où Shalie avait bien prit garde de ne pas marcher sur un cailloux pouvant la déséquilibrer. Au bout du chemin se trouver une grotte que Pia leur désigna avant de reprendre la parole.

- On va entrer là-dedans. Vous pouvez tous y passer largement, mon Maître le faisait alors qu’il était plus grand que toi, Aaron. Tu as donc la place, si tu t’y prends correctement.

Hochant la tête, Shalie entra dans la grotte sans avoir besoin de se baisser où de rentrer le ventre. C'était pratique des fois d'être petite et mince, on pouvait passer sans problème dans des endroits endroits. Néanmoins, à la fin du parcours, elle du quand même se mettre à ramper afin de pouvoir sortir de la grotte. Pas des plus ravit, elle se força à avancer ignorant la roche qui lui râpait la peau avec un malin plaisir. Pressée de sortir, elle du prendre son mal en patience vu que devant elle se trouvait Eole et Ange. Inspirant profondément, Shalie se focalisa alors sur la lumière extérieure se motivant en se disant que chaque centimètre la rapprochait un peu plus de la sortie.

__________________________________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Ven 16 Nov 2012, 20:20

L’ascension est éprouvante, pourtant elle n'est pas aussi longue que je le pensais. Pia n'a pas eut la folie de nous, enfin de me, croire capable de gravir toute la falaise jusqu'au sommet de la montagne. C'est bien avant de pouvoir l'envisager que l'on trouve un endroit où se poser, faute de pouvoir se reposer. Pia est pleine de surprise et d'enthousiasme, a-t-elle déjà décidé de tout le trajet que nous allons suivre a travers toute les Dentelles Vives? Sans doute, à la regarder elle doit mourir d'envie de monter tout en haut de la montagne et de s'y jeter pour s'envoler. Hors de question que l'on fasse ça! Je ne sais pas pour les autres mais je ne sais pas voler! Apparemment, nous trouverons la suite de notre route à travers la montagne plutôt que par dessus, quelle joie!

Comment fait-elle pour marcher pied nue? j'ai l'impression que chaque bout de montagne pourrait m'écorcher la plante des pieds alors que j'ai mes bottes. Ce qu'elle fait est surhumain et aussi fou. Pourtant je la suis sur le long de la parois rocheuse, désespérément admiratif. Même ce qu'elle dit sur le vent et la pierre me parvient avec un accent de vérité. Pourtant, je les crains l'un comme l'autre en ce moment précis. Je ne devrais pas être capable de la croire mais je le fais. Est-ce un don qu'elle possède? Ou juste mon envie de découvrir la Voie qui la fait voltiger si loin du sol.

- On va entrer là-dedans. Vous pouvez tous y passer largement, mon Maître le faisait alors qu’il était plus grand que toi, Aaron. Tu as donc la place, si tu t’y prends correctement.

J'en avais un doute en apercevant le passage de loin.. mais de prêt, il s'avère qu'elle avait bien raison. Je pouvais passer sans trop difficultés, même si j'avais l'impression d'être bien à l'étroit, ça allait encore. Les souffles et les pas semble lourd au milieu de ces parois où leurs échos s'entrechoquent, reviennent à nos oreilles avec un soupçon qu'on ne leur connaissait pas en les laissant s'échapper. Un brin de doute qui pourrait devenir de la panique. Un tout petit soupçon un peu inquiétant alors que le passage est plus bas encore, plus étroits.. toujours. Je me retrouve à ramper, à chercher la petite lumière qui semble si loin.. à espérer que le boyaux ne se réduisent pas plus.

Et finalement je suis passé. J'ai quelques égratignures sur les bras et sans doute plusieurs trou dans ma tunique. En gros lourdaud, j'ai pas mal frôlé la roche, c'est loin d'être aussi confortable que le lac ici, mais au final ce n'était qu'une expérience un peu étrange. Je doute que je serais allé bien loin s'il n'y avait pas eut la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Lun 19 Nov 2012, 11:52

Les quatre apprentis n’avaient pas trop hésité avant de la suivre dans la grotte, et elle s’en félicita : il n’y avait pas de as de claustrophobie aigu dans le groupe, et c’était toujours ça de gagner ! Mais il ne fallait pas trop en demander non plus, et c’était aussi tout à fait normal : le premier boyau, large, ne posa aucun soucis, mais lorsqu’ils arrivèrent devant le passage dans lequel ils devaient ramper, Pia distingua deux respirations en particulier qui s’accélérèrent : celle de Ange et celle de Shalie. Les deux jeunes filles n’étaient pas très à l’aise avec ce qui était étroit, mais elles commencèrent néanmoins à se mettre à quatre pattes pour entamer la traversée.

Pia les regarda avancer les uns après les autres, avant de se lance à leur suite.
Grâce à sa petite taille, elle était plus à l’aise que les apprentis, et un peu plus libre de ses mouvements. Néanmoins, elle devait ramper elle aussi !
Il ne fallut pas très longtemps – peut-être une dizaine de minutes – à Eole pour ressortir de l’autre côté, suivie de près par Shalie et Ange, qui purent enfin respirer à pleins poumons, tout comme Aaron. Se dressant sur ses jambes, la petite Marchombre leur adressa un large sourire.

Ils étaient au cœur des Dentelles Vives.
Les montagnes et les pics jaillissaient partout dans leur champ de vision. Elèvements chaotiques dans un monde de pierres, où la roche aux teintes ocres oscillait entre le friable et le résistant. Un paysage magnifique, aussi désordonné qu’empli d’Harmonie, cette harmonie que l’on trouve dans les constructions naturelles, mêlée tellement intimement au chaos que les deux en devenaient indiscernables.

Un petit soupir satisfait franchit les lèvres de Pia. Clignant des yeux, un sourire aux lèvres, elle se tourna vers les quatre apprentis pour leur parler quelques secondes.

- Qu’est-ce que vous voyez ?

Une question, presque anodine, qui pourrait pourtant lui permettre de mieux comprendre les quatre jeunes gens. Après tout, elle ne les connaissait pas, depuis quelques heures à peine, et elle n’avait qu’une envie : en apprendre plus sur eux. C’était essentiel pour qu’elle puisse orienter correctement les idées qui bouillonnaient dans sa tête, et les leur inculquer. Les leçons et l’apprentissage qu’elle avait reçus étaient tout aussi importants, et elle avait conscience de s’en inspirer fortement.



Pia et les quatre apprentis passaient leurs journées dans les Dentelles Vives.
Ils descendaient incontestablement vers le sud, les longeant depuis leurs hauteurs vertigineuses. Ils couraient dans les rochers, le matin, suivant des pistes de bouquetins qu’ils chassaient parfois pour manger. Il y avait peu de végétation à une telle hauteur, mais assez cependant pour que les animaux y vivent encore, et que donc ils puissent faire des feux tous les soirs.

Tilip les défiait souvent de monter en haut d’un à-pic, ou de descendre le long d’un décaissement. L’escalade était importante, mais tout autant que l’équilibre et le bon sens, dans de telles situations. Il fallait acquérir les bons réflexes, savoir bondir au bon moment, au bon endroit, pour ne pas se retrouver ensevelis sous un éboulement de roches friables.
Ils étudiaient les parois à cinq, Pia leur faisait part de son expérience, et chacun contribuant à sa manière à leurs observations.



Chasser les petits animaux était plutôt facile, d’autant que la plupart du temps ils empênaient les lézards qui doraient au soleil. Leur viande était juteuse et délicieuse, et Pia aurait pu s’en faire péter la panse si on lui en avait donné l’occasion. Mais tirer sur des animaux ou des objets immobiles, ce n’était pas compliqué. Certes, le vent venait parfois rendre la partie plus difficile, tout comme la pluie ou même les odeurs que charriait l’air ; mais Pia attendait un peu plus que cela, niveau technicité.

Ainsi, un jour, elle réveilla ses apprentis, bien décidée à leur apprendre à anticiper et à s’ouvrir à toutes les possibilités. Leur indiquant de prendre un arc chacun, elle présenta le sien – un petit arc Faël en bois. Elle l’avait taillé et chanté elle-même, et il était parfaitement adapté à elle seule. Passant ses doigts sur la courbe de l’arme, elle empêna sa flèche sur cette dernière et lança du bout du pied une pierre dans un arc de cercle. Une seconde plus tard, tout au plus, sa flèche fila et on entendit clairement sa pointe claquer contre le petit caillou.

Un sourire sur le visage, elle baissa son arc et se tourna vers les quatre jeunes gens.

- Atteindre une cible immobile, c’est bien. Vous savez maintenant le faire en composant avec les conditions extérieures – le vent, la pluie… – mais maintenant, on va passer au niveau au-dessus : atteindre une cible mobile.

Son regard les balaya quelques secondes, avant qu’elle ne reprenne toujours en souriant.

- Bon, je ne vais pas vous demander tout de suite de taper dans un caillou comme je viens de le faire. On va prendre quelque chose de moins lourd, dont la vitesse est moindre, pour commencer.

Pia s’approcha d’un petit bosquet qui se trouvait non loin d’eux. Ils étaient descendus dans une sorte de trouée à une altitude moindre la veille au soir, et ici il y avait plusieurs arbres qui avaient réussi à pousser indolemment. Et sur le sol, leurs feuilles dorées se pâmaient.
En saisissant une poignée, Pia les montra aux apprentis, qui avaient sûrement déjà compris.

- Je vais commencer par en lancer quatre par quatre, pour que vous puissiez en avoir une chacune. Mais après, j’en lancerai plus pour que vous preniez le réflexe d’encocher et de tirer vite, si cela avaient été des ennemis par exemple. Allez, on commence !

Se campant sur ses petites jambes, Pia bondit finalement vers les arbres, et en escalada un rapidement pour se tenir sur une branche qui s’étirait loin du tronc.
Et elle commença à lancer ses feuilles.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Dim 02 Déc 2012, 18:15

De l'air !
Si frais et pur que ma première bouffée me donne l'impression de reprendre vie. Le malaise qui m'étreignait dans le boyau a disparu, balayé par les vents qui soufflent dehors.
Où sommes nous arrivés ? Mes yeux font le tour de l'horizon, balayant les pics rocheux qui nous entourent. Whoah ! Et voilà, je viens à peine de retrouver une respiration normale que mon souffle est déjà coupé ! Le spectacle que la nature nous offre n'a pas de noms ni de mots qui pourraient le décrire. Epoustouflant ? Trop faible. Ebahissant ? Beaucoup trop faible. Décoiffant ? Ca c'est le moins qu'on puisse dire avec les bourrasques qui se promènent autour de nous.
Tout n'est qu'enchevêtrement de pics escarpés couverts parfois d'arbres, parfois de neige, parfois de rien, laissant paraitre la beauté épurée des lieux. C'est donc ça les Dentelles Vives. Un mélange de finesse et d'élan vers le ciel. Et dire que ce coin de paradis est à moins d'une journée à cheval de l'académie … une véritable montagne au milieu de Gwendalavir, escarpement perdu là, sans raison apparente.


- Qu’est-ce que vous voyez ?

- Un terrain de jeu.


Un léger sourire rêveur vient ponctuer mes mots. J'ai envie d'aller jouer avec le Chaos qui a formé cet endroit, voir si je peux me montrer plus forte que toutes les promesses de mort que renferment ces falaises escarpées. Nul doute que c'est le but de Pia.
Bouillante d'impatience, j'attends les réponses des trois autres apprentis et les nouveaux défis de notre Maitre.


*******


Des jours d'une intensité comparables à ceux vécus aux côtés d'Aïwen. Notre temps s'écoule, aussi rapide que l'eau dans un torrent, aussi insaisissable. Je ne peux pas l'arrêter alors je tâche de profiter de chaque seconde.

Les Dentelles Vives se révèlent comme promis un terrain de jeu périlleux où mes sens s'aiguisent rapidement au contact du danger. Il est toujours là, à nous guetter sous une pierre, une crevasse ou une simple ronce, prêt à se jeter sur nous et nous engloutir au moindre geste de travers. Difficile dans cet environnement de ne pas se tordre un pied ou de ne pas finir enseveli sous une montagne de rochers. Et pourtant il le faut bien. A quatre apprentis et un Maitre expérimenté, la mission de survie prend le goût du partage, chaque obstacle étant l'occasion de discuter de la façon de l'aborder. Il n'y a pas que des remarques terre à terre qui s'échangent entre nous ; il y a aussi tous ces ressentis qui nous entrainent plus loin sur la Voie. Peu à peu, j'ai l'impression que les Maîtres-mots des autres apprentis se mêlent aux miens et les font briller plus fort devant moi.

Nos provisions diminuant à vue d'œil, la chasse se glisse très vite dans le programme de nos journées, au même titre que l'escalade et la course. Du plus petit au plus grand, chaque animal se transforme en une proie pour les prédateurs affamés que nous sommes. Il faut dire que le gros bêta mange beaucoup et que les lézards dont Pia raffole – idée saugrenue au départ mais bigrement délicieuse – ne suffisent pas toujours à remplir son estomac de géant. Dur pour lui d'être un homme au milieu de femmes fluettes. Heureusement que quelques bouquetins et petits gibiers divers viennent donner un peu de consistance à nos repas.

Un matin, après une nuit aussi inconfortable que toutes les précédentes, Pia nous réveille non pas pour nous faire courir comme d'habitude, mais nous faire découvrir un nouvel exercice : le tir à l'arc. Comment ça "nouveau" ? Sans ça nous mangerions de l'herbe, des cailloux et des lézards. Il faut juste croire qu'elle n'a pas eu assez de preuves de notre habileté les jours passés. Soit, si elle veut juste nous maintenir en forme.

Imitant le petit bout de femme, je saisis mon arc en bois d'if qui trainait aux côtés de mon paquetage. La poignée commence à être polie, usée par les multiples chasses et entrainements que je lui ai fait subir depuis que je me le suis approprié à l'académie.

Pia nous regarde avec un sourire, une pointe de défi dans les yeux, puis elle jette un caillou dans les airs, bande son arc et tire. Ce gravillon qu'elle a lancé, mes yeux n'ont pas réussi à le suivre. Mes oreilles elles par contre perçoivent le son que fait la pointe en métal contre la pierre. Facile ? J'ai tout à coup un énorme doute sur mes capacités en matière d'archerie …


- Atteindre une cible immobile, c’est bien. Vous savez maintenant le faire en composant avec les conditions extérieures – le vent, la pluie… – mais maintenant, on va passer au niveau au-dessus : atteindre une cible mobile. Bon, je ne vais pas vous demander tout de suite de taper dans un caillou comme je viens de le faire. On va prendre quelque chose de moins lourd, dont la vitesse est moindre, pour commencer.


De son petit pas léger, Pia s'approche d'un amas d'arbres, enlacés comme si cela pouvait les aider à survivre en haute altitude. Va-t-elle jeter un arbre et nous demander de le toucher ? Pas vraiment. Elle a beau avoir des idées saugrenues, cette fois-ci elle se contente de saisir une poignée de feuille. Son regard croise le notre, et même si j'ai déjà saisi ce qui nous attend, elle nous explique ce qui va se passer.


- Je vais commencer par en lancer quatre par quatre, pour que vous puissiez en avoir une chacune. Mais après, j’en lancerai plus pour que vous preniez le réflexe d’encocher et de tirer vite, si cela avaient été des ennemis par exemple. Allez, on commence !


En un bond elle est sur une branche, prête à lâcher nos cibles. Sa main s'ouvre et les quatre feuilles s'élancent vers le sol, indolentes comme des lézards au soleil. C'est joli … elles ne sont pas beaucoup mais cette pluie dorée offre un spectacle presqu'aussi beau que celui du soleil qui se lève dans notre dos.

Et si je me concentrais ? Ma feuille se rapproche dangereusement du sol et je n'ai toujours pas encoché de flèche. Dans un geste maintes fois exécuté, je glisse l'encoche dans la corde, tire, vise et puis lâche. Le trait fend les airs et heurte durement le sol pierreux, sans éclat doré piqué au bout. La feuille repose sous Pia, intacte. Qu'à cela ne tienne, il me reste encore quelques essais pour saisir à quel moment tirer pour toucher ma cible.

Mes yeux s'adaptent au mouvement incertain de la feuille dans les airs, ballotée d'un côté puis de l'autre, tentant de saisir sa direction. Bon sang ce n'est pas plus dur que tirer sur un lapin qui s'échappe ! Se concentrer. Respirer. Toujours penser fluidité et anticipation. Etre dans le temps. Encore et encore les mêmes conseils, mais il n'y a que ça de vrai.
La flèche finit par transpercer la mince feuille, l'emportant avec elle vers le tronc de l'arbre où elle se fiche avec un son mat. Je n'ai même pas le temps de laisser s'échapper un sourire de joie que Pia a déjà lâché une nouvelle cible. Motivée par ma réussite je me plonge enfin complètement dans l'exercice. Mes flèchent virevoltent sans pause, se glissant dans le chant de l'automne et le ballet des feuilles dorées, de plus en plus vite.



Dernière édition par Ange Shar le Dim 10 Fév 2013, 12:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shalie Altan
Groupe Fyrh
Modérateur Hors-Jeu
avatar

Nombre de messages : 671
Citation : La première partie de la vie se passe à désirer la seconde ; la seconde à regretter la première
Date d'inscription : 28/05/2011

Feuille de personnage
Age: 22 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très agile, Assez reconnaissable à cause de ses grandes oreilles pointues

MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Mer 05 Déc 2012, 17:59

L'air libre. La progression n'avait pas duré bien longtemps et pourtant Shalie était ravie de retrouver la lumière du soleil ainsi qu'un espace où elle n'avait pas l'impression d'être coincé, sans échappatoire. La jeune femme avait déjà entamé l'ascension des dentelles vives, mais il ne lui serait jamais venu à l'idée de rentrer dans cette grotte. De toutes les manières, il aurait fallu qu'elle la trouve devant. Les coins sombres ne la dérangeait pas, mais quand elle venait ici c'était pour faire de l'escalade, pas pour jouer au vers de terre à crapahuter sans savoir ce qui l'attendait de l'autre coté. Pourtant si on lui avait dit ce qu'elle aurait pu découvrir en franchissant cette grotte elle aurait foncé.

Le groupe se trouvait dans les dentelles vives, mais à l'air libre. C'était bizarre à dire comme ça, mais Shalie se comprenait. Se passant la main sur le front, elle détailla les pics qui l'entourait un peu comme une cage. Pourtant à cet instant, elle se sentait tout sauf enfermée où dans une cage. Elle se sentait elle tout simplement et elle adorait cela. Même si ça n'était pas rose tous les jours, elle prenait conscience de plus en plus du monde qui l'entourait. Comparer à d'autres personnes, elle était sur la bonne voie, mais le chemin était encore long. Toutes ses années, Shalie avait été à moitié aveuglé et les maîtres qu'elle avait eu été sa la lumière la guidant dans les ténèbres afin de lui permettre de Voir ce qui l'entourait. Souriant, elle prit alors une grande bouffée quand Pia reprit la parole.

- Qu’est-ce que vous voyez ?

Presque de suite, Ange répondit dans un sourire qu'elle voyait un terrain de jeu. Shalie était d'accord avec elle, c'était un grand terrain de jeu, mortel certes mais terriblement excitant. Un terrain de jeu que leur avait offert la nature pour profiter pleinement de la vie, mais aussi pour montrer qu'elle était là présente et que bien que certains hommes s'obstinaient à la dégrader, elle était encore présente. Se remettant à sourire, Shalie répondit alors à son tour.

- Un cadeau de la nature.

Sa réponse était un peu bizarre, mais bon. Comme la jeune femme aimait à se le dire, elle se comprenait elle-même et c'était en soit le principal non ?

---

Les jours qui s'écoulèrent furent magiques, mais éprouvants. Sous la directive de Pia, les apprentis durent se dépasser et enchaîner des exercices de plus en plus ardu. Shalie se sentait complètement dans son élément, même si elle ne réussissait pas toujours ce qu'on lui demandait. Elle recommençait alors tout simplement jusqu'à atteindre son but.

Monter, descendre, trouver un bon équilibre, repérer les meilleurs prises, faire attention à ne pas finir ensevelit, chasser (car oui même dans les montagnes des animaux y vivaient tels que des bouquetins sacrement douer pour échapper aux jeunes gens). C'était ainsi qu'étaient rythmées leurs journées. C'était le paradis pour Shalie, même si elle savait que tôt où tard ils devraient rejoindre la civilisation.

---

Un matin, les apprenties furent réveiller de bonne heure (comme d'habitude) par Pia qui les mit de suite au travail. Pas d'escalade de prévu, mais du tir. La marchombre demanda à son groupe que chacun prenne son arc, lorsque ce fut chose faite, elle sortit le sien qui était étrange et à sa taille. Shalie n'en avait jamais vu des comme ça, ça n'était pas un arc standard qu'on achetait au premier coin de rue dans un marché. La jeune femme ne pu pas plus se poser des questions sur cet objet que aussi vive qu'à son habitude Pia fit une petite démonstration de son talent. Lançant avec le bout du pied une pierre, elle l'atteignit avec une flèche à peine une seconde plus tard. Respect. Souriante, la petite femme se tourna alors vers ses apprentis avant de prendre la parole.

- Atteindre une cible immobile, c’est bien. Vous savez maintenant le faire en composant avec les conditions extérieures – le vent, la pluie… – mais maintenant, on va passer au niveau au-dessus : atteindre une cible mobile.

Atteindre une cible mobile ... La seule fois où Shalie s'était tenté à cette expérience c'était en présence d’Éloïse une jeune femme énigmatique. Alors qu'elles étaient en plein discussion, un énorme monstre avait surgit afin de les manger. Par réflexe, elle avait lancé un couteau et avait atteint sa cible bien que la peau du ver avait stopper l'arme elle avait été contente. Shalie se doutait un peu que cette fois-ci la cible serait beaucoup plus petite et beaucoup plus dure à atteindre.

- Bon, je ne vais pas vous demander tout de suite de taper dans un caillou comme je viens de le faire. On va prendre quelque chose de moins lourd, dont la vitesse est moindre, pour commencer.

Ouf, un point positif, même si ça ne risquait toujours pas d'être de la même taille qu'un vers géant. Curieuse, elle regarda alors Pia s'approchait d'un bosquet pour saisir une poignée de feuilles dorées.

- Je vais commencer par en lancer quatre par quatre, pour que vous puissiez en avoir une chacune. Mais après, j’en lancerai plus pour que vous preniez le réflexe d’encocher et de tirer vite, si cela avaient été des ennemis par exemple. Allez, on commence !

Hahaha des feuilles .... Un peu septique, Shalie jeta un coup d'oeil à ses camarades alors que Pia dans un bond rejoignit un arbre afin d'être d'exécuter l'exercice. Arrivant en haut, elle lâcha alors sans plus de cérémonie sa poignée. Ne s'y attendant pas, elle rata sans vraiment de surprise tout de même son premier tir. Jurant entre ses dents, elle encocha alors rapidement sa seconde flèche avant de tenter de suivre la trajectoire avec son arc.

Slurk, c'était compliqué du fait que non seulement une feuille ça n'était pas bien grand, mais qu'en plus on ne pouvait pas anticiper les mouvements du vent. Si Shalie n'avait pas vu la démonstration de Pia, elle aurait pensé que c'était impossible à exécuter.

La jeune femme du s'y reprendre plusieurs fois et utiliser différentes techniques pour atteindre sa première feuille. D'ailleurs si elle se serait écouté, elle aurait sauté de partout en voyant le résultat, mais c'était maîtrisé et avait juste sourit avant de se remettre au travail. Shalie avait compris le truc, mais elle rata quand même deux autres fois avant de réussir. Seul l'entrainement lui permettrait de réussir à chaque coup l'exercice.

__________________________________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Éole Létoile
Groupe Fyrh
Modératrice & Reine de la Torture
avatar

Nombre de messages : 2130
Citation : Les écrivains dansent sur leur plume, leurs mots sont des ballets qu'ils offrent à leurs lecteurs - Pierre Bottero -
Date d'inscription : 04/03/2011

Feuille de personnage
Age: 27
Greffe: Réduction de son poids pendant un court laps de temps
Signe particulier: Éole=Ombe, voir Biographie

MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Jeu 06 Déc 2012, 13:18

Un doux rayon de soleil vint lécher le visage d’Éole qui sourit au contact de la lumière enfin retrouvée. Elle prit une bonne bouffée d’air frais, heureuse de se revoir le ciel bleu au dessus de sa tête. Elle avait beau avoir trouvé la petite traversée dans les entrailles des Dentelles très amusante, elle n’était pas mécontente de sentir à nouveau la caresse du Vent sur sa peau.
À côté d’elle, ses camarades émergèrent à leur tour du boyau, savourant aux aussi le retour de l’air et de la lumière.
Le petit groupe était arrivé au cœur de la montagne. La noblesse du lieu laissa Éole sans voix... la beauté de l’endroit était indescriptible. Des pics rocheux s’élevaient droits vers le ciel menaçant les nuages, défiant le soleil. Ils étaient si hauts que la jeune fille se sentit soudainement aussi insignifiante que le plus petit des insectes. Pourtant, elle ne se sentait pas écrasée par la montagne... au contraire, elle se sentait rassurée, protégée. L’endroit dégageait une onde bienveillante et pleine de royauté. La montagne était une reine et elle dominait la terre comme le ciel.

Dentelles Vives.

Éole fut prise par l’envie soudaine de danser... Offrir une danse à la montagne, caler ses mouvements sur les courbes de la roche et se laisser porter par le Vent... Elle regardait la montagne avec une lueur d’envie au fond de ses prunelles noires... elle éprouvait le plus grand mal de se retenir... Heureusement, la voix de son Maître la ramena à la réalité de son cours.

- Qu’est-ce que vous voyez ?

À son habitude, Pia ponctua sa question d’un sourire, débordante de joie et d’énergie. Le sourire d’Éole s’agrandit et ses yeux s’illuminèrent... la bonne humeur de son Maître était contagieuse !
Qu’est-ce qu’elle voyait ?

C’est Ange qui répondit la première.

- Un terrain de jeu.

Éole jeta un regard circulaire autour d’elle. Ange avait raison, les roches appelaient à jouer avec elles... elle même n’avait-elle pas envie de danser avec elles ?
Son regard balaya de nouveau l’endroit.
Qu’est-ce qu’elle voyait ?

Shalie prit la parole.

- Un cadeau de la nature.

Un sourire étira les lèvres d’Éole. Shalie aussi avait raison : c’était un cadeau que la nature les laissait apprécier en les accueillant dans cette endroit... le cœur des Dentelles Vives.
Elle ferma les yeux, s’imprégnant du bon air, de la merveille qui l’entourait.
Qu’est-ce qu’elle voyait ?

Elle ouvrit les yeux et posa son regard sur son Maître. La réponse sortit toute seule, les mots coulèrent avec fluidité.

- Sécurité, Harmonie et Noblesse.

~ * ~


Grimper, courir, chasser... descendre, réfléchir, étudier... c’est ce à quoi le petit groupe s’astreignit chaque jour passé dans les falaises, sous l’œil attentif de Pasitilipia.

Monter, descendre... Éole progressait en escalade. Ses gestes devenaient plus précis, plus sûrs et elle parvenait de mieux en mieux à laisser son esprit s’ouvrir à la pierre tout en se concentrant sur ses mains et ses pieds pour ne pas tomber.

Courir... Tous les matins, Pia les levait à l’aube et ils s’en allaient courir entourés par les rochers. Éole aimait bien ces petites séances matinales, l’air était encore frais, le soleil à peine levé et tout était encore calme. La jeune fille prenait de plus en plus de plaisir à la course et, bientôt, elle en arriva à attendre avec impatience leur petit jogging du matin.

Chasser... Très vite, les provisions de Pia s’épuisèrent et les lézards qu’ils attrapaient ne suffirent plus à remplir leurs estomacs. Et puis, si ces petites bêtes se révélaient délicieuses, en manger tous les jours devint vite lassant. Aussi les quatre apprentis durent apprendre à chasser pour pouvoir assouvir leur faim. Leurs premières tentatives ne rapportèrent pas grand chose, mais bientôt les quatre camarades réussir à rapporter du gibier de plus en plus gros.

La jeune fille progressa ainsi aussi bien en escalade, qu’en endurance ou qu’au tir à l’arc. Son corps se musclait et s’endurcissait. Elle était aux anges. Le soulagement qui parcourait son corps soir quand elle s’allongeait pour dormir était une sensation merveilleuse. Elle adorait sentir ainsi ses muscles endoloris par l’effort de la journée, cette sensation d’avoir bougé, de s’être donnée à fond... C’est dans ces moments où elle avait conscience de chacun de ses muscles de son corps qu’elle se sentait plus vivante que jamais.

~ * ~


Un matin Pia les réveilla en leur demandant de prendre leurs arcs, ce que tous s’empressèrent de faire.
La Marchombre jeta un caillou en l’air et tira une flèche de son petit et étrange arc. Le tintement qui s’en suit laissa Éole perplexe : Pia venait de tirer dans le caillou qu’elle avait lancé ! Mais... il n’était pas plus gros qu’une noisette ! C’est sur cette petite démonstration qu’elle leur présenta un nouvel exercice, le sourire aux lèvres et une étincelle malicieuse dans les yeux.

- Atteindre une cible immobile, c’est bien. Vous savez maintenant le faire en composant avec les conditions extérieures – le vent, la pluie… – mais maintenant, on va passer au niveau au-dessus : atteindre une cible mobile.

La petite Marchombre marqua une pause avant de reprendre.

- Bon, je ne vais pas vous demander tout de suite de taper dans un caillou comme je viens de le faire. On va prendre quelque chose de moins lourd, dont la vitesse est moindre, pour commencer.

Éole regarda, intriguée, son Maître se diriger vers un petit bosquet et ramasser une poignée de feuilles. Une lueur s’alluma dans le regard de la jeune apprentie... elle avait comme une impression de déjà vu...

- Je vais commencer par en lancer quatre par quatre, pour que vous puissiez en avoir une chacune. Mais après, j’en lancerai plus pour que vous preniez le réflexe d’encocher et de tirer vite, si cela avaient été des ennemis par exemple. Allez, on commence !

Un sourire se peignit sur le visage de la jeune fille... un nouvel exercice dites-vous ? Pour les autres peut-être, mais pas pour elle. En effet, ce fut l’un des quelques exercices que Notok lui avait fait faire avant de partir... Comme Pia, il avait commencé avec des feuilles, puis il avait continué avec des pommes de pin. Éole avait eu du mal à transpercer sa première feuille et elle en eût beaucoup plus avec les pommes de pin, mais finalement, à force d’essayer et de réessayer, guidée par l’Ouverture et par les conseils de Notok, elle était y parvenu. Allait-elle réussir de nouveau ce jour-là avec Pia ?
Elle encocha une flèche et se positionna en se concentrant, répétant les gestes qu’elle avait effectué quelques temps plus tôt... au pied de ces mêmes montagnes... Ses deux premières flèches ratèrent leur cible. Éole ne se découragea pas et se remit en place.
Elle respirait profondément, calant les battements de son cœur sur le souffle du Vent.

Ouverture.

À l’arc et à la flèche. À la montagne et au Vent. À la feuille qui virevoltait au dessus d’elle.

Ouverture.

Au monde.
Éole inspira, remplissant ses poumons d’air pur, oxygénant son corps. Elle s’ouvrait aux Forces qui l’entouraient et s’imprégnait de leur puissance.
Elle expira et, dans le même temps, ouvrit les doigts. Sa flèche fila droit devant elle, fendant les airs. Elle transperça la feuille et alla se ficher dans le sol quelques mètres plus loin. Un sourire illumina le visage de l’apprentie tandis qu’elle encochait une nouvelle flèche.

Pia lançait de plus en plus de feuille, obligeant les quatre apprentis à garder un rythme soutenu. Éole atteignait les feuilles de plus en plus souvent et celle que ses flèches ne transperçaient pas se faisait rares.
Les feuilles que lançait la Marchombre volaient dans les airs, dansant avec le Vent dans un ballet de rouge et d’or, troublé par les flèches qui le traversait dans un éclat de brun. C’était beau... c’était irréel.
Éole continuait de lancer ses flèches, encore et encore, un sourire radieux éclairant son visage.

__________________________________________



"C'est donc bien que la danseuse est dans un autre monde, qui n'est plus celui qui se peint de nos regards, mais celui qu'elle tisse de ses pas et construit de ses gestes"
- Paul Valéry -

~ disponible pour RP le week-end uniquement ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°3   Mer 23 Jan 2013, 15:17

Les premiers tirs des jeunes gens étaient assez approximatifs, en tout cas n’atteignaient pas forcément leur cible. Des feuilles, des feuilles qui voletaient, évidemment, des feuilles qui dansaient dans le vent, tombant en poudre dorée sur le sol d’un vert flamboyant. Mais les gestes s’assurèrent, devinrent plus précis, plus fermes, et bientôt chaque flèche venait transpercer une feuille qui rougeoyait dans l’ambiance chaleureuse de cette matinée.

Une ambiance chaleureuse, qui fut néanmoins rapidement désuette…
Quand Aaron baissa son arc. Pia fronça les sourcils, attendant quelques secondes une explication rationnelle, quelque chose de plus explicite que cette attitude froide et distante. Pourtant, dans le regard du jeune homme, la décision était inébranlable ; plus rien ne l’atteindrait désormais.
Tilip crut lire sur ses lèvres des excuses silencieuses, mais peut-être avait-elle rêvé…
Dans tous les cas, le jeune homme sembla les saluer une dernière fois, et se dirigea d’un pas décidé vers les crêtes qu’ils avaient franchies dans le sens inverse depuis quelques jours. Par où allait-il passer ?

Pia ne savait pas comment réagir.
Accroupie sur la branche de l’arbre, encore quelques feuilles à la main, son regard bleu était lointain ; elle sentait cette pointe de tristesse venir s’emparer de son cœur et de ses membres. Elle perdait un apprenti, certes, mais surtout un jeune homme exceptionnel. Peut-être venait-il de comprendre que la Voie n’était pas faite pour lui, ou qu’il n’était pas fait pour elle. Dans tous les cas, cela revenait au même, le chemin s’effaçait devant soi, impossible à retrouver ou presque. Avancer à l’aveuglette n’était jamais vraiment agréable.
Quelque part, Pia eut envie de lui courir après, de le retenir, l’attraper par la manche et le garder avec elle. Mais elle se rendait bien compte que cela n’aurait servi à rien. Cela ne l’aurait pas fait changer d’avis…

Elle sauta soudain de sa branche, se réceptionna sur ses deux pieds, et poussa un long soupir.

Son regard balaya l’horizon, et tomba sur leur feu de camp. Fronçant les sourcils, la petite Marchombre s’approcha de ce dernier, et poussa du pied les cailloux rassemblés en cercle pour contenir les flammes durant la nuit. Se redressant vivement, elle lança :

- On bouge d’ici.

C’était la première fois qu’elle parlait ainsi, et qu’un creux de sourire ne venait pas faire remonter ses petites joues rondes. Mais elle se sentait préoccupée.

Aaron, Eole, Ange et Shalie étaient ses premiers apprentis. Ses tout premiers. Elle aurait aimé pouvoir les emmener tous les quatre aussi loin que possible, les voir s’envoler, heureux et équilibrés, sains et sereins. Mais Aaron avait décidé qu’il n’en serait pas ainsi pour lui.
Qu’avait-elle fait de mal ? Aurait-elle dû faire plus attention ? Elle aurait quand même pu sentir quelque chose, le prévoir ! Mais dans ce cas, qu’aurait-elle fait ? Elle lui aurait sans doute laissé le choix ; elle n’allait rien imposer ou presque à ses apprentis, si cela allait contre leurs convictions et leur bonheur.

Pia s’était mise à courir sans s’en rendre compte, et s’arrêta soudain pour attendre les trois jeunes filles qui peinaient à la suivre. Elle n’avait pas été consciente de ses gestes, et avait couru si vite pour mettre de l’ordre dans ses idées ; mais cela n’avait pas encore eu le temps de fonctionner.

- Excusez-moi les filles, je suis un peu perturbée…

Elles comprendraient, n’est-ce pas ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Groupe Fyrh - Cours n°3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Groupe Leenio - Cours n°5
» Groupe Humo - Cours n°3
» Groupe Bizya - Cours n°2
» [NOV] Premier cours de vol : Travail de Groupe
» cours de latin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Dentelles Vives-
Sauter vers: