AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Au son rock des cymbales ! [ PV Gil ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice


Nombre de messages : 707
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Au son rock des cymbales ! [ PV Gil ]   Mer 24 Oct 2012, 21:30

- Mais qui est le plus borné des deux... je te le demande !

( petit froncement de sourcils )

- Mes cheveux ? Mais ils ont quoi mes cheveux ?


( moue innocente )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 931
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Au son rock des cymbales ! [ PV Gil ]   Lun 29 Oct 2012, 18:27

- Une fâcheuse tendance à s'animer dangereusement, voilà ce qu'ils ont !

(Un soupir, et puis...)

Ecoute, je n'ai rien contre le fait que tu m'accompagnes. Seulement, je n'ai aucune idée de l'endroit où je vais aller, ni combien de temps je vais devoir me faire discret ; est-ce que tu serais prête à abandonner ta vie ? l'Académie ? Je suis sûr que tu as des tas de choses à faire, là-bas. Des gens qui vous apprécie, ton sale caractère et toi. Tu es prête à laisser tomber tout ça ? Pour moi ?

[Oh oh, question piège... la réponse à intérêt à me plaire xD]

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."




[Absent du 13 au 18 mars]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 707
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Au son rock des cymbales ! [ PV Gil ]   Lun 29 Oct 2012, 18:33

- Taratata ! Non mais oh, tu penses mieux réfléchir que moi ? Si je te dis que je viens, je viens.

De toute façon, je viens de finir un apprentissage, je vois pas ce qui me retient à part moi-même. Ce ne sont pas les autres qui vont me dire ce qui est le mieux pour moi. Je suis Libertée !...


( petit sourire )

- Et au pire, si je m'embête, je m'en irai tu sais...

( regard moqueur )

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 931
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Au son rock des cymbales ! [ PV Gil ]   Lun 29 Oct 2012, 21:24

- Ton apprentissage ? Tu enseignes ?

(Surprise dans la voix)

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."




[Absent du 13 au 18 mars]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 707
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Au son rock des cymbales ! [ PV Gil ]   Mar 30 Oct 2012, 13:31

- Hum, c'est quoi le piège ? Je vais me sentir vexée là !

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 931
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Au son rock des cymbales ! [ PV Gil ]   Jeu 01 Nov 2012, 19:10

- Non, c'est juste que j'enseigne, moi aussi... enfin, je commence à peine mais, si à l'origine j'ai fait ça pour emmerder mon Ordre, je crois qu'en fait, ça me plaît. J'ai une élève du tonnerre.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."




[Absent du 13 au 18 mars]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 707
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Au son rock des cymbales ! [ PV Gil ]   Jeu 01 Nov 2012, 20:03

- Ah ! Bah moi, mon élève c'était la foudre-même. Un vrai loup... Enfin, il l'est toujours d'ailleurs. Je me demande s'il est encore ici, au fait...

( ferme les yeux )

- Gil ?

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 931
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Au son rock des cymbales ! [ PV Gil ]   Ven 02 Nov 2012, 23:05

- Mmh ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."




[Absent du 13 au 18 mars]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 707
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Au son rock des cymbales ! [ PV Gil ]   Sam 03 Nov 2012, 21:04

- Est-ce qu'il y a quelqu'un dans ta vie ? Je veux dire... une femme ou plusieurs que tu voies régulièrement ?

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 931
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Au son rock des cymbales ! [ PV Gil ]   Sam 03 Nov 2012, 23:43

Il ouvrit les yeux.
Alors on y est… Une nuit de bonheur intense – et encore, ils avaient été dérangés par un taré – puis un bain et voilà que les ennuis pointaient à nouveau. Gil commençait à croire qu’il n’avait pas le droit à un répit, quel qu’il soit. Etait-ce une façon de lui démontrer qu’il ne pourrait jamais être heureux ? Okay, Gil, réfléchis. Que pouvait-il bien répondre à Libertée ? Oui, je vois quelqu’un, elle habite tout près d’ici d’ailleurs, c’est drôle non ? Non. C’était tout sauf drôle. La relation qu’il vivait avec Iselle était bien trop particulière pour que Libertée puisse seulement en saisir une toute petite partie. Iselle ne connaissait rien aux Marchombres et aux Envoleurs. Elle se levait le matin pour faire du pain qu’elle vendait au marché d’Al-Jeit et elle donnait tout ce qui n’était pas vendu aux orphelins qui erraient dans les rues de la cité. Lui, il passait de temps en temps la voir, et pas uniquement pour dormir avec elle ; parfois, une simple bière suffisait…

Iselle était une amie. Dont il était peut-être un peu amoureux, mais avec qui il ne partagerait jamais ce qu’il était en train de partager avec Libertée. Peut-être… oui, peut-être qu’elle pourrait admettre qu’ils soient amis. D’accord, bons amis. Mais ce n’était pas tout. Il y avait aussi Naïs. Pour sa défense, il était prêt à argumenter que la dernière fois qu’il avait… été proche de l’Envoleuse, celle-ci venait d’échapper aux griffes de la mort. Il avait réellement cru la perdre, comment lui reprocher d’avoir laissé libre court à ses sentiments ? Gil soupira. Il n’avait pas tellement le choix, les cheveux de la marchombre étaient innocemment posés sur sa gorge et sa poitrine. Un mensonge, et ils pouvaient l’étrangler sans sommation. A la place de Libertée, c’est ce qu’il ferait.

- J’imagine que tu poses cette question tout en sachant déjà la réponse, pas vrai ? Enfer…

Il remua pour trouver une position plus confortable et se faisant, il posa son menton sur l’épaule gauche de la jeune femme. Ça lui permettait de la serrer plus fort contre lui et il aimait ça. Surtout maintenant…

- Il y en a trois, commença-t-il en baissant la voix, comme sur le ton de la confidence. La première est avant tout une amie. Je crois que c’est une des rares personnes qui me voit vraiment, je veux dire, elle ignore tout de ce que je fais, mieux, elle s’en doute mais elle s’en moque. C’est pour ça que je l’aime bien.

Il fit un instant jouer ses mains dans l’eau tiède. Il n’avait pas l’habitude de parler beaucoup mais Libertée restant parfaitement silencieuse, il n’avait pas vraiment le choix.

- La deuxième est une femme très étonnante. Je ne la connais pas depuis très longtemps mais les rares fois où nous nous croisons, elle parvient à me surprendre. Elle aussi, je l’aime bien. Quant à la troisième…

Gil déposa un baiser sur l’épaule nue de Libertée.

- Elle est fabuleuse. Je la soupçonne d’être nymphomane, il n’y a qu’à voir ses vêtements pour s’en assurer. Elle a réussi à forcer ma carapace, ce dont elle peut se vanter d’être la première en la matière. Elle…je l’aime.

Voilà. Pour une improvisation, c’était pas trop mal – en fait, il espérait que Libertée se contenterait de l’accent de sincérité qui vivrait dans sa voix. Il était moins doué pour dire la vérité que pour mentir, c’était un fait ! Mais il lui devait bien ça…

- Et toi ? murmura-t-il au creux de son oreille. Est-ce que tu caches d’autres énergumènes du genre de Manao dans ton incroyable chevelure ?

Il se fichait bien de sa réponse. Qu’elle fréquente d’autres hommes lui pinçait le cœur, là, mais il était bien trop obnubilé par la douceur sucré de sa peau sous sa langue pour ressentir autre chose que du désir.

[Court, mais un dialogue était insuffisant et trop de longueur détruit tout ! C'est court, donc, mais intense...^^]

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."




[Absent du 13 au 18 mars]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 707
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Au son rock des cymbales ! [ PV Gil ]   Dim 04 Nov 2012, 11:54

Evidemment qu’elle connaissait la réponse.
Evidemment qu’elle savait qu’il fréquentait d’autres femmes, c’était juste presque normal. Après tout, elle ne pouvait pas le lui reprocher ! Mais est-ce qu’il fréquentait des femmes régulièrement, c’était autre chose. Coucher par ci par là, cela ne la dérangeait pas, mais des relations plus… tissées ne lui plaisait pas spécialement.

Alors, elle l’écoutait, retenant presque sa respiration.
Elle n’avait pas envie de l’interrompre, ou de lui donner une raison de s’arrêter. Elle voulait savoir… et en même temps elle le redoutait. C’était donc cela, d’être amoureux ? D’avoir ce pincement dans le cœur et cette petite boule dans la gorge quand l’autre par de ses aventures en tant qu’ami ?

Amis…
Un petit sourire espiègle passa sur ses lèvres.
Après tout, ami était sans doute le mot juste. Amis de sexe, même, ça pouvait marcher, non ?


- La deuxième est une femme très étonnante. Je ne la connais pas depuis très longtemps mais les rares fois où nous nous croisons, elle parvient à me surprendre. Elle aussi, je l’aime bien.

Les rares fois où ils se croisent, elle la surprend ? Par des positions loufoques ou bien par sa personnalité et son caractère ? A vrai dire, Libertée aurait vraiment préféré que cela soit la première hypothèse qui soit vraie.
Le contact des lèvres chaudes sur son épaule la fit légèrement frissonner, et elle tourna à moitié la tête vers Gil.


- Quant à la troisième… Elle est fabuleuse. Je la soupçonne d’être nymphomane, il n’y a qu’à voir ses vêtements pour s’en assurer. Elle a réussi à forcer ma carapace, ce dont elle peut se vanter d’être la première en la matière. Elle…je l’aime.

Un petit soupir franchit les lèvres de Libertée.
Elle avait entendu la sincérité dans la voix de Gil, évidemment. Et puis ces petits mots, presque anodins, qui lui étaient destinés et pourtant à la troisième personne, elle les avait aussi remarqués. A vrai dire, cela l’effrayait autant que cela lui faisait plaisir.
Il n’y a rien de pire qu’un homme qui ne sait pas où il en est.
Mais devait-elle le lui reprocher ? Comment allait finir cette aventure, si tant est que cela n’était qu’une aventure ? Peut-être aurait-elle préféré que cela en soit une, mais elle avait un sacré doute. A cause de l’attachement qu’elle ressentait vis-à-vis de cet homme. Elle n’avait pas besoin de le conquérir, elle n’avait pas besoin de le gagner, elle ne le voulait en aucun cas pour elle toute seule. Cela aurait été lui infliger ce qu’elle redoutait plus que tout pour elle-même.


- Et toi ? Est-ce que tu caches d’autres énergumènes du genre de Manao dans ton incroyable chevelure ?

Un petit sourire étira les traits de la marchombre, qui se tourna avec souplesse sur le ventre, ses seins plaqués contre le torse de Gil, son menton posé sur sa peau, et ses lèvres contre le menton de l’homme.

- Oh, tu sais, partout dans l’Empire il y a des énergumènes de ce genre. Qui croient tomber amoureux, et peut-être qui le sont vraiment, mais qui n’ont en réalité rien fait de plus. Moi, généralement, je m’amuse. Je déteste le lier. J’ai des amis, que je garde même à longue distance, des hommes et… des femmes. Il y a peut-être juste Phel, auquel je me sens plutôt liée, et encore, ce n’est qu’un « ami de sexe », comme j’en parlerai. Sans plus…

Elle, par contre, parlait beaucoup.
Ou plutôt, réfléchissait à voix haute.


- Mais il y en a eu qui a percé ces barrières que j'érige entre les amis et moi...

Elle ne donna pas le temps à Gil de répliquer. Se blottissant tout contre lui, elle se releva un peu de son corps pour l’embrasser passionnément. Ses doigts glissèrent sur sa peau, caressèrent sa taille, et elle ferma les yeux en descendant son visage sur le torse de l’envoleur. Ses lèvres effleurèrent son épiderme, et elle finit par saisir entre elles le fruit du désir de Gil.
Et sa langue s’emballa.



♥ ♥ ♥


Allongée sur le lit, dans le creux des reins de Gil, sa tête posée sur son épaule, Libertée prit une profonde inspiration. L’odeur musquée de l’homme remplit ses narines, et elle s’en délecta quelques secondes.
Ses doigts exploraient encore la peau sculptée par les muscles de Gil, et elle appréciait vraiment ce qu’elle sentait. Un sourire sur le coin des lèvres, la jeune femme demanda, dans un souffle :


- Mais au fait, Gil… Tu dis que tu ne sais pas où tu vas, mais et ton apprentie ?







[ Intense, oui ! <3 ]

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 931
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Au son rock des cymbales ! [ PV Gil ]   Mar 06 Nov 2012, 21:51

Waow.
En cet instant précis, il valait mieux pour Gil que l’assassin lancé à ses trousses ne débarque pas à l’improviste : à demi- allongé de travers dans l’immense lit entièrement défait, Libertée confortablement installée contre sa poitrine, il flottait dans un étrange brouillard dont il ne parvenait pas à se défaire. Non. Il n’en ressentait juste pas l’envie. C’est donc ça, le vrai bonheur… Finalement, ce n’était pas très différent d’une cuite, sauf qu’il n’y avait que des avantages, aucun inconvénient. Il n’arrivait pas à se souvenir de la manière dont ils étaient passés du bain au lit et il était agréablement fourbu, comme après trois heures de course à un rythme soutenu. Epuisé mais fichtrement vivant ! D’une main distraite, il caressait les cheveux de Libertée, entortillant ses doigts dans les longues mèches blondes et soyeuses qui lui chatouillaient parfois – souvent – le ventre. Son autre main reposait sur la hanche de la jeune femme. Il était bien…

Il était bien et incapable de se raisonner. Il avait beau être discret, certaines personnes bien informées savaient peut-être qu’il se trouvait à Al-Jeit ; Si Manao n’avait pas mis longtemps à le reconnaître, d’autres pouvaient très bien en faire autant. Mais Gil était tout simplement incapable de bouger malgré le poids plume de la marchombre. C’était bien la première fois qu’une telle chose lui arrivait… Anee elle-même n’était pas parvenue à le retenir au lit si longtemps. Il n’avait aucune idée de l’heure qu’il pouvait être et il s’en moquait comme de sa première blessure. Son ventre n’était pas du même avis. Voilà plusieurs minutes qu’il grognait, tirant parfois un léger rire à Libertée. Qui a dit que l’exercice au lit ne vaut pas un « vrai sport » ? Voilà. Il décida qu’il allait militer pour que l’amour soit réhabilité en tant que sport de haut niveau et qui méritait bien la compétition.

Waow.

- Mais au fait, Gil… Tu dis que tu ne sais pas où tu vas, mais et ton apprentie ?
- Kaünis ?


Gil remua légèrement de façon à trouver une position plus confortable, sans pour autant émerger de son brouillard.

- Je viens de l’évaluer alors je lui accorde quelques jours de vacances. Elle les a bien mérités…

Bien sûr que Kaünis était un problème. Non pas en tant que personne mais en tant qu’élément évoluant dans une situation des plus complexes ; le Conseil avait désormais une dent contre Gil – quoi, alors on ne peut plus tuer un Mentaï tranquillement maintenant ? - et il était probable qu’on lui retire le droit d’enseigner. En le tuant, ce qui revenait à annuler tous ses privilèges au Domaine d’un seul coup et sans faire de remous. Poursuivre la formation de Kaünis allait s’avérer une tâche bien plus ardue qu’il ne l’avait imaginé au tout début de son apprentissage, mais en revenant du nord, il s’était fait la promesse de ne jamais l’abandonner. Il était prêt à enseigner au nez et à la barbe du Conseil s’il le fallait. Quelle ironie… lui qui avait accepté le poste de maître uniquement pour faire rager ses pairs et ses supérieurs, voilà qu’il était prêt à risque sa vie pour conserver ce statut et rester auprès de son élève. Vous parlez d’un revirement de situation ! Renversant la tête en arrière jusqu’à appuyé son crâne contre le montant du lit, Gil soupira d’aise et ferma les yeux. Puis les rouvrit. Quelques paroles de Libertée lui revenaient en mémoire, des termes en vrac ; quand les avait-elle prononcés ? Impossible de s’en souvenir avec exactitude, mais aucune importance, seule leur signification comptait.

- « Amis de sexe » ? C’est bien ce que tu as dis ?

Difficile de se concentrer alors que son esprit étant sans cesse distrait par une mèche de cheveux ou bien la courbe d’une hanche, mais Gil parvint à se fixer un instant. Il se doutait que Libertée, qui portait bien son nom, aimait tout autant que lui les plaisirs de la chair ; il n’y avait qu’à voir le rythme qu’ils menaient depuis plusieurs heures ! Un toit, un lit, une baignoire… Le lieu importait peu, seule la danse comptait. Et quelle danse… Il n’essayait pas d’imaginer la jeune femme dans les bras d’un autre homme que lui – pas agréable, ça pinçait le cœur, juste ici – et en même temps, savoir qu’ils partageaient cette fièvre pour le sexe lui plaisait. L’émoustillait, même. D’ailleurs, il l’aurait bien prise à nouveau, là, dans ce lit défait, si seulement il en avait encore la force.

- J’aime assez l’idée, dit-il avant de déposer un baiser sur le sommet de son crâne. Et nous, qu’est-ce qu’on est ? Des « bêtes de sexe » ? Des « tarés de sexe » ? Attends, j’ai trouvé : « drogués de sexe ». Tu es ma drogue et je suis en manque.

En manque, mais totalement vidé ; il n’avait même pas le courage de se lever pour aller remplir son estomac, lequel criait famine de plus en plus fort.

- Dis-moi, ça t’embête pas si je te mange ? J’ai un petit creux…

[Ah, bravo ! T'as fait de Gil un véritable légume ! C'est malin !]

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."




[Absent du 13 au 18 mars]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 707
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Au son rock des cymbales ! [ PV Gil ]   Mar 06 Nov 2012, 22:35

Libertée ne put retenir un petit gloussement à la question de Gil.
S’il pouvait la croquer ? Elle avait envie de lui dire « Vas-y bébé ! » mais se retint à temps. Elle avait une bien meilleure idée en tête. Lui tirant la langue, elle se redressa vivement et saisit un bout de drap pour le remonter jusque devant ses seins, et passa la tête de l’autre côté de la porte en bois qu’elle déverrouilla au passage.


- Hey ! Toi ! Tu veux pas nous amener deux grosses portions de ragoût de siffleur ? Avec des galettes de niam ! Merci !

Adressant un clin d’œil au garçon de chambre qui passait dans le couloir, elle rentra la tête avant qu’il n’eût fermé sa bouche ouverte en O. Gloussant toute seule – mais pourquoi est-ce qu’elle gloussait ? Que cela faisait niais ! – elle se retourna vers Gil et lâcha le drap, qui s’étala à ses pieds. Un sourire sur les lèvres, elle fit un bond en avant pour atterrir sur le lit tout en lançant d’un ton plus que joyeux :

- Moi aussi j’avais faim ! Mais on est bien dans cette chambre, pas vrai ?

Revenant se blottir tout contre lui, la marchombre poussa un soupir d’aise.
Elle était si bien, là, contre son torse, lovée dans son odeur et sa force, dans leur transpiration commune… Avait-elle déjà ressenti cela, ne serait-ce qu’une fois ? Elle n’eut pas besoin de réfléchir pour répondre à sa propre question : non.


- Non.

Son ton avait été abrupt, et à vrai dire elle n’avait pas vraiment l’intention de dire cela à voix haute.
Aussi, devant le regard étonné que lui lança Gil, elle ne put s’empêcher de compléter sa pensée, pour que ce soit plus clair.


- Non, pour moi on n’est pas des amis de sexe. Juste pour moi. Peut-être que pour toi c’est le cas, mais enfin…

Prenant une inspiration, elle contempla une fissure qui lézardait la poutre porteuse de la chambre quelques secondes. Et puis, elle fourra son nez dans le cou de Gil en gémissant légèrement.

- Drogué de sexe… Hum, oui, c’est assez vrai.

Tournant le visage vers Gil, Libertée poussa un long soupir.
Et maintenant ?


- Je vais sans doute me répéter, mais Gil… Il y avait quelques mots en trop dans ma phrase hier soir…

Plantant son regard rose dans celui, bleu et marron, de l’Envoleur, elle se retint de ne pas fermer les paupières.

- Je suis amoureuse de toi. Pas de en train, pas de tomber… Enfin, si de l’entrain ! Mais… voilà. Graa, ça m’énerve d’être comme ça. Il y a beaucoup trop de choses et de questions dans ma tête !

Prenant une grande inspiration, Libertée finit par fermer les yeux.
Par miracle, on frappa à la porte, et elle se leva brusquement pour aller ouvrir. Saisissant rapidement les deux plats que le garçon lui tendait, elle ne s’aperçut qu’elle ne s’était pas caché le corps que lorsqu’elle vit à quel point il rougissait. Lui adressant un clin d’œil aguicheur, elle se tourna vivement et une mèche de cheveux vint fermer et verrouiller la porte, tandis qu’elle amenait son plat et ses couverts à Gil.


- Dis moi, elle a un nom cette fille qui te surprend à chaque fois que tu la croises ?

Se mordant la lèvre, Libertée plongea le nez dans son plat pour ne pas montrer à quel point elle était mal à l’aise d’avoir posé cette question. Mais il n’y avait aucune agressivité, aucune jalousie dans sa voix, et elle n’avait pas du tout l’impression d’en avoir dans le cœur. Elle était juste curieuse, en fait, et voulait en apprendre plus sur Gil.
Oui, voilà.

Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirais qui tu es…












[ Warf ! C'est terrible comme j'attends impatiemment, en frétillant presque, toutes tes réponses !
Et je ne suis jamais déçue ! <3 ]

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 931
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Au son rock des cymbales ! [ PV Gil ]   Mer 07 Nov 2012, 11:38

La réaction de Libertée le surprit et le séduisit tout à la fois. Incrédule, il la regarda bondir, cacher sommairement son corps parfait, ouvrir la porte et apostropher quelqu’un qui devait halluciner au moins autant que lui. Quinze secondes à peine, et le tour fut joué ! Satisfaite, la marchombre revint joyeusement se blottir contre lui. Incapable de dire quoi que ce soit – il était bien trop fasciné par son incroyable pétillement – Gil referma les bras sur elle, tentant d’émerger de l’effet latent dans lequel leurs nombreux ébats l’avaient plongé. Bon sang, cette fille était stupéfiante. Elle devait être à peu près aussi lasse et détendue que lui mais rien ne l’empêchait de bondir à tout instant, et c’est en cela qu’il l’admirait : à jamais sauvage et indomptable, Libertée était libre. Ses parents avaient-ils eu tellement de flair qu’ils avaient été capable de deviner ce besoin impérieux, cet état d’envol permanent chez leur fille, lui donnant le seul prénom qui pouvait lui aller comme un gant ?


Libre.
Voilà un terme que Gil n’effleurait que du bout des lèvres. Il avait beau être son propre maître, il restait prisonnier d’un passé tragique et d’un caractère factice, né de la perte brutale d’un monde qui lui était cher ; il n’était qu’un paradoxe, un souffle de vent dans une pièce hermétiquement close. Quoi que… Libertée était parvenue à percer une ouverture, infime mais bien réelle, et chaque fois qu’elle s’y engouffrait, c’était pour lui démontrer ses erreurs. A commencer par celle de croire qu’il ne méritait pas d’être heureux. Troublé, l’Envoleur l’écouta lui parler de cette voix légère et moqueuse qu’elle employait souvent à son égard. Mais lorsque son ton devint soudain plus grave, il comprit que le sujet abordé était loin d’être banal.

- Je suis amoureuse de toi. Pas de en train, pas de tomber… Enfin, si de l’entrain ! Mais… voilà. Graa, ça m’énerve d’être comme ça. Il y a beaucoup trop de choses et de questions dans ma tête !

Comment ? Comment était-elle capable de préciser ses émotions, ses sentiments de manière aussi simple et franche ? Il en était pour l’instant tout à fait incapable. Impossible de lui répondre que lui aussi était dans la panade – la grosse panade. Impossible de lui faire part de ses peurs sans risquer de la blesser, de lui faire mal à nouveau… Gil préférait encore se taire et profiter de l’instant présent, chose qui était nouvelle pour lui et qui constituait un énorme pas en avant. Il avait besoin de temps pour apprendre à se faire confiance.

- Respire, dit-il dans un souffle. Ça va passer… enfin, je crois. Je n’en sais rien. Tu sais, pour moi aussi c’est étrange et… nouveau.

Voilà, c’était son maximum, il ne savait pas comment aller plus loin. Peut-être que les mots n’existaient tout simplement pas pour exprimer ce qu’il ressentait, là, maintenant, tout de suite, alors que les battements de son cœur s’emballaient comme s’il venait de piquer un sprint, alors que le souffle lui manquait comme s’il venait de se prendre un coup de poing dans le ventre. Ce n’était pas seulement mental, c’était physique, et jamais encore pareille combinaison ne lui était arrivée.
Jamais.

Ignorant probablement tout de l’admiration qu’elle suscitait en lui chaque fois qu’elle bougeait, Libertée se leva à nouveau pour aller ouvrir à ce type décidément bien chanceux : cette fois, elle avait complètement oublié – si l’on partait du principe qu’il s’agissait d’un bête oubli… - de cacher sa nudité et qui que ce puisse être derrière cette porte entrouverte, il devait avoir la bouche en O et des yeux ronds comme des billes. Au moins. Riant de sa joyeuse parade, Libertée déposa le plateau sur le lit et tendit son assiette et ses couverts à Gil. Il les prit sans rien dire, contrairement à son ventre qui explosa en gargouillements affamés. Manger manger manger !!!

- Dis moi, elle a un nom cette fille qui te surprend à chaque fois que tu la croises ?

Gil s’étrangla avec sa première bouchée de ragoût fumant. Il n’avait pas vu le coup venir et il regrettait presque d’avoir parlé de Naïs comme étant une femme surprenante. Celle qui ne manquait jamais de le surprendre, c’était bien la superbe fille aux formes étourdissantes et à la chevelure, heu… étonnante… qui dévorait son repas comme une louve affamée !

- Heu… commença-t-il avant d’être coupé par une quinte de toux.

Ah, bravo. Super, comme réponse maîtrisée, organisée et efficace. Super, Gil.
Enfer…


- Nos chemins ont tendance à se croiser dans toutes sortes de lieux improbables, expliqua-t-il enfin d’une voix rauque et les yeux brillants. Mais c’est parce que nous… enfin, elle aussi est une Envoleuse, donc…

Donc ? Est-ce que cette simple raison suffisait à démontrer que Naïs et lui se rencontraient de temps en temps ?

- Naïs, dit-il soudain. Elle s’appelle Naïs.

Voilà ! Il en avait mis, du temps, pour répondre à cette stupide question. Stupide, vraiment ? Observant Libertée du coin de l’œil, il la surprit en train de rougir légèrement, son visage à moitié dissimulé par une barrière de cheveux blonds.
Hé, une petite minute…

- Attends… tu es jalouse ?


[Pareil ! C'est fou non ?]

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."




[Absent du 13 au 18 mars]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 707
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Au son rock des cymbales ! [ PV Gil ]   Mer 07 Nov 2012, 13:05

Une moue moqueuse étira les lèvres de Libertée, alors que Gil s’étouffait à moitié avec son ragoût, et elle se sentit rosir légèrement. Quoi ? Ca ne lui plaisait pas qu’elle parle de ça ? Et si elle avait envie de savoir ? Et si ça l’intéressait, elle ? Elle avait bien le droit de demander, non ? Oui, mais cela devait sans doute impliquer plein d’autres choses dans l’esprit de l’Envoleur, et peut-être qu’il n’avait pas envie d’en parler, pas envie d’y penser, et peut-être qu’il avait l’esprit emmêlé, comme l’avaient démontré ses paroles précédentes…

Naïs.
Elle s’appelait Naïs, et c’était une Envoleuse. Est-ce que cela impliquait qu’il la voyait souvent ? Qu’il fréquentait son lit très régulièrement ? Qu’il passait des journées blotti contre elle comme ils étaient en train de faire ? A Libertée, ce n’était arrivé qu’une poignée de fois, et tout simplement par flegme, ou alors parce qu’elle n’avait rien de prévu d’autre que de s’éclater au lit. Mais voilà, avec Gil, elle parlait en plus de faire l’amour, et surtout… bah, surtout, elle était mal barré, parce qu’amoureuse !

Poussant un léger soupir, elle releva vivement la tête quand la question ultime passa les lèvres de son amant.


- Attends… Tu es jalouse

De rose, elle passa rouge pivoine, et baissa le nez dans son ragoût pour reprendre un peu contenance. Non, elle n’était pas jalouse ! Et surtout, elle ne voulait pas être possessive ! Se mordant l’intérieur de la joue, elle finit ce qu’elle avait dans la bouche en espérant ne pas s’étouffer comme l’avait fait Gil quelques secondes plus tôt.

- Moi ? Mais non !

Inspirant une petite goulée d’air, elle releva le menton de son assiette, qu’elle avait déjà presque terminée. Mâchant sa dernière bouchée, elle fixait Gil d’une manière un peu absente.

Elle ne voulait pas être jalouse.
Elle ne voulait pas être possessive.
C’était les dernières choses dont elle avait besoin, et surtout les seules choses qu’elle voulait éviter. Les autres n’avaient pas à l’être pour elle, elle vivait comme bon lui semblait, comme elle aimait, et elle ne prenait leur avis que si elle était d’accord, en composant toujours.
Pour elle, la jalousie était forcément maladive et aliénante.
C’était tout garder pour soi, ne pas vouloir partager, avoir cette boule dans le ventre dès que la personne parlait à quelqu’un d’autre, dès qu’elle sortait ; c’était à terme vouloir se débarrasser de cette boule en cloisonnant l’autre, voulant l’aimer seul. Sauf que personne n’était vraiment heureux sans un minimum de relations sociales, et si l’autre devenait malheureux, et ben les deux l’étaient, et ils ne pouvaient pas retrouver le bon chemin. Y’en avait toujours un qui étouffait, non ?
Elle faisait des hypothèses sur ce qu’elle avait pu voir, mais qu’elle n’avait absolument jamais expérimenté. Ses parents n’avaient jamais semblé être jaloux l’un de l’autre, juste soucieux.
D’un coup, elle eut très envie de les rejoindre, et se promit qu’elle le ferait dès qu’elle en aurait le temps.


- Je ne suis pas jalouse. Je ne veux pas être jalouse. Je ne veux pas prendre la liberté des autres alors que je n’ai qu’un mot d’ordre : qu’on ne me prenne pas la mienne.

* La mienne, je préfère l’offrir *

Glups.
Elle venait vraiment de penser ça ? Impossible !
Plissant les yeux, Libertée cligna plusieurs fois des paupières, et son regard se posa sur Gil.
Non ! Non, elle ne voulait pas en arriver là.

Se mordant la langue, elle ne se rendit pas compte du regard effrayé qu’elle lança à l’Envoleur. Mais immédiatement, ou presque, elle bondit sur ses pieds, ramassa ses vêtements sur le sol et sortit en trombe de l’auberge, encore à moitié nue. Filant comme le vent sur les toits, finissant de s’habiller dans sa course, elle sentit des larmes rouler sur ses joues.

Mais il était hors de question qu’elle en arrive là !

Bondissant dans une nouvelle ruelle, elle se coula dans la foule, avec une seule idée : sortir d’Al-Jeit. Aller le plus loin possible de cette ville, et Gil.
Elle était amoureuse…
Mais elle ne voulait pas l’être.









[ Warf, si je m'attendais à ça ! Je crois que Gil a fait très peur à Libertée ! xD
Je crois que pour elle, le RP finit là... Mais c'est pas juuuuuste ! bouuuh ]

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 931
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Au son rock des cymbales ! [ PV Gil ]   Mar 13 Nov 2012, 22:26

Un rai de lumière orangée filtrait à travers la fenêtre et éclairait la chambre de la chaude et douce lumière du couchant. Gil le remarqua à peine. Plongé dans ses (sombres) pensées, il chassa d’un revers de main le moustique – qu’est-ce qu’il fiche ici celui-là, c’est pas sa saison ! – qui l’agaçait depuis plusieurs secondes et, de l’autre, traça quelques lignes sur un bout de papier qu’il roula rapidement et fourra dans la doublure de son tabard. Puis il attrapa son sac, le jeta sur son épaule et quitta la pièce. Sans un regard en arrière. Dans l’escalier, il s’arrêta un bref instant, croyant reconnaître la voix de… Ce n’était pas Elle. D’ailleurs, il n’eut même pas un regard pour la femme qui s’adressait au tenancier de l’établissement et fila sans se laisser tenter par la corbeille de fruits juteux posée sur le comptoir.

Le jour déclinait rapidement. Lorsqu’il sortit dans la rue, les ombres que jetaient les hautes tours de la ville sur le sol tranchaient avec la luminosité presque irréelle du soleil, véritable boule de feu, qui plongeait à l’horizon. Levant les yeux, Gil observa un instant les nuages rose vif qui glissaient paresseusement au gré du vent. Difficile de croire qu’il avait plu à torrent la veille… haussant les épaules, l’Envoleur s’engagea dans la rue, franchit un premier croisement, puis un second, déboucha sur une grande artère, traversa une place et, enfin, trouva ce qu’il cherchait. Une volière. La tour était haute, longue et effilée et le mur recouvert d’un lierre épais et solide. S’il l’avait voulu, Gil aurait pu l’escalader et atteindre le sommet en quelques minutes. S’il l’avait voulu.

Mais, les lèvres serrées et le visage fermé, il gravit l’escalier en colimaçon d’un pas pesant ; à travers les meurtrières ouvertes dans le mur, il vit le soleil disparaître, laissant un ciel enflammé. En chemin, Gil croisa un homme qui descendait de la volière en se tenant fermement à la rampe. Il avait le teint pâle et les traits tirés mais l’Envoleur le dépassa sans le voir. Il franchit un à un tous les paliers qui constituaient la tour et atteignit enfin le dernier. Cette volière n’était pas très grande mais elle recelait une centaine d’oiseaux qui s’ébattaient joyeusement dans leurs cages. Les barreaux de celles-ci étaient suffisamment étroits pour protéger leurs habitants des gros rapaces qui, parfois, tentaient leur chance en s’introduisant dans la tour par l’une des ouvertures du toit, mais ils étaient assez espacés pour permettre aux oiseaux messages de se glisser entre eux et ainsi, d’aller et venir à leur guise.

Gil émit un drôle de sifflement et l’un d’eux, sensible à cet appel, vint se poser sur son bras. Il l’attrapa délicatement dans sa grande main, sortit le bout de papier de sa poche et le fixa à la patte de l’oiseau avant de lui murmurer quelque chose que seul l’animal pouvait comprendre. Il s’envola à tire d’ailes lorsque Gil le lâcha et disparut rapidement dans les nuages qui, de rose, étaient devenus indigo. Déjà, la nuit tombait. Déjà, Gil redescendait les marches de la tour. Il croisa à nouveau l’homme qui progressait toujours aussi lentement et, cette fois, posa brièvement une main sur son épaule. L’homme eut un pauvre sourire. Déjà, Gil était parti. Il retrouva Pic, accrocha son sac à la selle du cheval, enfila sa cape de voyage, enfourcha sa monture et quitta Al-Jeit alors que les premières maisons s’allumaient et, là-haut, les premières étoiles scintillaient.

Quiconque le croisa ce soir-là jurerait avoir vu un fantôme – pour ceux qui se souvenaient de l’avoir aperçu. Nul ne pourrait envisager que cet homme, qui semblait fuir la cité à toute allure, venait de quitter une chambre dans laquelle il était resté plus de quinze heures en compagnie d’une femme. Lui-même n’en revenait pas et d’ailleurs, c’est justement à l’ironie de la situation que Gil songeait en galopant vers le nord-ouest. La lueur chiche de la lune reflétait tout un monde d’incompréhension dans son regard. Il ne comprenait pas. Ne comprenait plus rien. Tout avait bien commencé, pourtant. Ils ne s’étaient même pas disputés. Liebrtée s’était contentée de parler.
Et lui, de l’aimer.

Oui, mais…



*




Mais Libertée était jalouse ! Stupéfait, Gil reposa sa fourchette pleine dans l’assiette qu’il tenait sur ses genoux et fixa un moment la jeune femme tandis qu’elle rougissait. Jalouse. Ben ça alors… Ce n’était pas la première femme jalouse qu’il rencontrait, loin de là. Mais imaginer que celle qui était assise en face de lui, ses cheveux lui retombant innocemment devant les yeux, ça, c’était surprenant. Libertée était ce qu’elle était : libre, indomptable et indomptée. Sauvage comme il ne le serait jamais. La jalousie aurait dû lui être un concept étranger et pourtant, à bien y regarder, c’était un fait, elle était jalouse… de Naïs ??

- Moi ? Mais non ! s’écria Libertée comme écho à ses pensées.

Gil se redressa légèrement et cligna des yeux, gardant un silence prudent. Il voyait bien que la jeune femme réfléchissait et il ne voulait surtout pas l’interrompre dans ce qu’il savait être une intense réflexion. Mais il avait besoin de comprendre. De savoir… Libertée envisageait-elle leur relation d’une manière différente ? Elle qui parlait presque sans état d’âme « d’amis de sexe » attendait-elle quelque chose de lui ? Comme… un gage de fidélité ? Oh, par le roi des Raïs… mais c’était génial ! Absolument génial ! Le cœur battant, Gil ouvrit la bouche pour le lui dire, mais elle le devança et ses paroles, tout comme son regard, le transpercèrent avec l’efficacité d’une lame chauffée à blanc.

- Je ne suis pas jalouse. Je ne veux pas être jalouse. Je ne veux pas prendre la liberté des autres alors que je n’ai qu’un mot d’ordre : qu’on ne me prenne pas la mienne.

- D’accord, répondit-il sans réfléchir. Heu… quoi ?

Trop tard. Avant de lui laisser le temps de comprendre, de parler, de la retenir, de réagir, Libertée lui échappa. Elle s’échappa. Complètement nue. Ses cheveux happèrent les vêtements négligemment abandonné sur le parquet de la chambre et la porte claqua. Sur le lit, Gil, sursauta mais ne bougea pas. Il était… bloqué. C’était la première fois qu’une chose pareille lui arrivait et lorsqu’il parvint enfin à se lever pour se précipiter dans ses vêtements, puis dans les escaliers, Libertée avait déjà filé depuis longtemps…

- Enfer ! jura-t-il en frappant le mur de son poing.

Il avait tout gâché. Il ne savait pas comment ni pourquoi exactement, mais ce qui venait de se passer était entièrement de sa faute ; il avait commis une erreur, une grossière erreur, et Libertée s’était envolée. Entre ses doigts. Indomptable et indomptée, hein… Rageur, il retourna dans la chambre et commença par passer ses nerfs sur ses bottes, qui volèrent à travers la pièce. Le plateau vide vola lui aussi, suivit par quelques babioles sans intérêt et qui, heureusement, ne se cassèrent pas en heurtant le mur et le sol. Ensuite, il prit un bain. Tout seul. S’habilla de nouveau. Enfila ses bottes. Prépara son sac. Arracha une feuille de papier et griffonna un mot rapide. Non. Trois mots rapides.

Excuse-moi.
Gil.

Puis il fourra le papier dans la doublure de son tabard et quitta la pièce.
Sans un regard en arrière.



*



- Iselle ?

Il hésite un instant mais la porte est légèrement ouverte, alors il prend cela comme une invitation. Et il entre. Ses yeux s’écarquillent devant le désordre qui règne dans la maison d’ordinaire si bien arrangée. Et il aurait pu croire à un simple ménage de saison si tout ceci n’avait senti aussi fort la violence. Ses traits se durcissent, ses poings se ferment ; il traverse le salon à grands pas, appelant son amie. Ne la trouvant pas, il monte à l’étage, grimpant les marches deux à deux. Au moment d’ouvrir la porte de sa chambre, il hésite encore, à cause d’un affreux pressentiment cette fois. Doucement, ses doigts effleurent le battant qui tourne lentement sur ses gonds. La chambre est dans le même état que les autres pièces de la demeure. Tout est renversé, tout est brisé. Et Iselle est là. Immobile, elle est allongée sur son lit et on pourrait croire qu’elle dort… mais l’horrible plaie qui ouvre sa gorge atteste le contraire.

Gil hurle de douleur.


[Finiiiii T_T Et les fuites se suivent, mais ne se ressemblent pas... au tour de Libertée de prendre la poudre d'escampette ! Pauvre Gil. Pour lui ça se termine mal. Pour moi en revanche, c'est que du bonheur ; vivement la suite !!! ]

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."




[Absent du 13 au 18 mars]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au son rock des cymbales ! [ PV Gil ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au son rock des cymbales ! [ PV Gil ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Jimmy Jaccobs Vs The Rock
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]
» Rock My World
» Hogan critique The Rock! Star Jersey Shore dans le ring ++
» La Reine du Rock se présente !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Jeit-
Sauter vers: