AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Be yourself [PV Elya Vowel ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Be yourself [PV Elya Vowel ]   Mar 23 Oct 2012, 13:44

L’air était glacé lorsque Phis sortit de l’auberge dans laquelle il avait passé la nuit. Petite taverne d’un village tranquille, elle avait été particulièrement confortable, et il s’était régalé du menu de la chef cuisinière. Un endroit qu’il recommanderait.

A vrai dire, Phis se demandait vraiment ce qu’il en était pour lui.
Cela faisait des années qu’il voyageait dans l’Empire entier, même parfois allant au-delà des frontières de ce dernier – il s’était aventuré en Pays Faël, mais avait aussi vogué jusqu’aux Archipels Alines – et il se rendait compte qu’un brin de lassitude s’était infiltré en lui.
Sans aucun doute que l’engagement dont il s’était porté volontaire à l’Académie des marchombres y était-il pour quelque chose, car il préférait ne pas trop s’en éloigner non plus. Pourtant, cela n’aurait absolument rien changé, c’est un fait : il n’aurait pas appris plus vite si de nouveaux apprentis s’étaient présentés devant la bâtisse et s’il devait s’en occuper en les prenant en charge. Une histoire de conscience, sûrement.

S’étirant longuement les bras, les jambes et la nuque, le jeune homme poussa un long soupir d’aise. Puis, décidant qu’il en était ainsi, il s’élança dans une course matinale. Il aimait ce rituel qui s’imposait à lui à chaque réveil : petit-déjeuner rapide, course matinale pour dérouiller les muscles et ôter les courbatures de la nuit, et enfin un déjeuner de meilleure augure. Généralement, il courrait en effet jusqu’à ce que son estomac l’enjoigne de son vide prenant. Parfois cependant, il s’arrêtait, souvent curieux de découvrir de nouvelles choses qui se mettaient en travers de son chemin.

Sortant de son pas rythmé du village, il prit la route qui faisait le tour de Chen par l’Ouest, désirant s’approcher d’un peu plus près de la forêt Ombreuse. Il ne l’avait pas explorée, et ne se sentait pas encore d’humeur à le faire. Peut-être quand il aurait plus de temps pour lui. Quoi que la lisière de cette jungle n’avait rien d’effrayant, car la dernière fois qu’il l’avait longée rien n’avait été notable – pas même un cri d’animal étrange. Il croisa quelques baigneurs sur la plage, malgré la température glaciale de l’eau, et même un pêcheur. Les saluant d’un signe de tête, Phis continua néanmoins à courir tranquillement.

Ses foulées étaient amples, sa respiration régulière et profonde. Il s’astreignait à redresser à chaque fois d’avantage son torse pour avoir un plus grand volume thoracique, ce qui permettait à son souffle de se développer davantage. Et alors que ses orteils s’enfonçaient et s’ôtaient du sable de la rive du Lac Chen, il perdit comme chaque matin la notion du temps, se concentrant sur son souffle, sa foulée, et son environnement sans faire pour autant le calcul du mouvement du soleil au dessus de lui.
Et puis, de petites silhouettes se découpèrent sur la rive, et il ralentit sa course pour un peu les observer. Il y avait une fillette et deux garçons qui jouaient tranquillement, même si pour l’instant ils avaient plus l’air de se chamailler.

- T’es qu’une tricheuse !
- Même pas vrai ! Toi t’es un menteur !
- Ha ouais, et pourquoi il mentirait, Gordon ? Moi je le connais, c’est mon meilleur ami, et il ne me ment jamais !
- Peut-être, mais c’est pas à toi qu’il a dit que j’étais une tricheuse ! Je suis pas une tricheuse !
- Et comment t’as fait alors pour gagner ? Moi je suis le plus fort de mon village, personne arrive à me battre, même mon père !
- J’y suis pour rien s’ils sont tous nuls !
- Tu traites mon père de nul ?!
- Ouais ! Vous êtes tous nuls d’abord !!


Sur ces mots, la gamine – qui devait avoir une douzaine d’années – s’élança sur la plage à toutes jambes, et les deux garçons – sensiblement du même âge – ne mirent que quelques secondes à se lancer sa poursuite… Et ils la rattrapèrent bien trop rapidement à son goût, apparemment.

- Tu vas voir ! Personne ne traite mon père de nul !

Alors que le premier garçon levait son poing pour frapper la petite, Phis poussa un léger soupir en accélérant. Il entendit clairement l’impact de la main de l’agresseur, ce qui lui tira un frémissement. Avant qu’il n’eût pu préparer un autre coup, le marchombre lui attrapa le bras et le bloqua dans son dos en une clef douloureuse.

- Vous n’avez pas honte de vous en prendre à une fille à deux ?

Un rictus passa sur le visage de l’autre adolescent, et la fille tenta de se dégager de son étreinte. En vain, apparemment, et ses petits cris de protestation montraient de la vigueur qu’elle mettait dans ses mouvements.

- Lâche-la, et je ne casse pas le bras de ton copain.
- Pas cap !
- Haaaaa !


Le cri qui sortit du gosier du premier garçon sembla convaincre le second, puisqu’il lâcha alors presque instantanément la fille en reculant précipitamment. Phis tourna légèrement ses doigts sur le poignet emprisonné de l’agresseur, et le poussa en avant d’une petite impulsion. Il s’étala sur le sol en grognant, et se releva.
Son regard passa de Phis à la fille, et de la fille à Phis.
Il dut finalement décider que cela n’en valait pas la peine – ou bien que c’était trop risqué – et se contenta de cracher sur le sol pour marquer son mécontentement, avant de filer avec son comparse dans des grognements primitifs.

- Tu vas bien ?

La jeune fille redressa le menton pour observer Phis. Elle eut l’air de s’en méfier très fortement quelques secondes, le temps de le détailler, et finalement son visage se détendit perceptiblement.

- J’ai juste un peu mal…

Elle se massa la joue en haussant les épaules.

- Merci.
- Mais de rien. Comment t’appelles-tu ?
- Marianne.
- Moi c’est Phis.
- Qu’est-ce que tu faisais ?
- Je courrai. C’est bon, tu vas t’en sortir seule ?
- Vous ne voulez pas m’accompagner jusqu’à mon village ? Il est à cinq minutes d’ici…


Phis redressa la tête, et son regard passa sur l’horizon. Mais après tout, il n’avait rien de mieux à faire, il pouvait bien accompagner cette jeune fille jusque chez elle.

- Bien sûr, si tu veux.

Lui adressant un sourire, le marchombre répondit au clin d’œil de la gamine d’un clignement de paupières. Ils se mirent donc en marche.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Be yourself [PV Elya Vowel ]   Jeu 13 Déc 2012, 16:11

Elya avait réussi son Ahn-Ku. Elle l’avait réussi et elle ne parvenait toujours pas à y croire. Pourtant, désormais, elle savait parfaitement que le moment où Dolce finirait par la libérer, en même temps que Papillon, de son apprentissage, viendrait rapidement – peut-être un peu trop à son goût d’ailleurs. Profitant de quelques jours de répit en plus avant ses prochaines aventures en compagnie de Dolce et Papillon, la jeune femme décida de s’éloigner un peu du Domaine car voilà trop de temps qu’elle n’avait quitté les environs ténébreux d’Ombreuse. Elle avait besoin de changer un peu d’air, aussi trouva-t-elle un Feu surexcité dans son box. L’étalon avait un don tout particulier pour sentir un départ tout proche et la rouquine éclata de rire lorsqu’il ne fit qu’une bouchée de la pomme qu’elle lui tendait. Secouant la tête non sans un certain amusement, Elya, avec des gestes devenus normaux – presque machinaux – bouchonna, brossa et scella le magnifique frison qui piaffait d’impatience. Oh, elle n’avait pas l’intention d’aller bien loin, prête à revenir en quatrième vitesse vers le Domaine et faire de nouveau un sacré bout de chemin en compagnie de Dolce et Papillon pour un dernier voyage tous les trois. Mais à peine eut elle enfourchée Feu qu’une simple pression des genoux suffit pour le faire s’élancer au galop. La rouquine apprécia, pour la première fois de longues semaines, le vent frais qui jouait malicieusement dans ses cheveux de feu.

Presque inconsciemment, elle pris la route de l’est, vers Al-Chen et son frère aîné qu’elle n’avait pas vu depuis qu’elle lui avait annoncé la mort de Noah plusieurs semaines auparavant. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle avait l’intuition qu’elle pourrait le trouver là-bas. Elle avait des millions de choses à lui raconter…

♠♠♠

Pas là. Elle était arrivée un poil trop tard puisque la tenancière d’une petite auberge du coin qui connaissait bien Nath avait affirmé qu’il était parti la veille. Évidemment, il ne lui avait pas dit où il allait. Mais cela n’empêcha pas Elya de réserver une chambre pour les trois prochains jours. Après tout, ce n’était pas parce que Nath avait mis les voiles qu’elle ne pouvait pas profiter d’un peu de bon temps. Ainsi, le soir même, elle pu profiter d’une joyeuse petite soirée bien arrosée sans avoir à payer un seul de ses verres. Un homme, sûrement un jeune pêcheur du coin, fut assez entreprenant et audacieux pour oser s’approcher de la rouquine et de ses grands yeux émeraudes. Il eut finalement ce qu’il voulait : une nuit en compagnie d’une jeune femme peu ordinaire, rompant ainsi la monotonie de son quotidien.

À l’aube, alors que les premiers rayons du soleil éclairaient à peine timidement la pièce, Elya se glissa hors du lit, parfaitement silencieuse. Son amant d’une nuit ronflait bruyamment, même le coq qui chantait à tue-tête dans une rue voisine, même le bruit d’une lourde chute juste au rez-de-chaussée et même le grincement sinistre de la porte de la chambre qui se refermait sur la jeune femme ne surent le réveiller. Elle qui s’était toujours vanté d’avoir le sommeil plutôt lourd, celui-là, en revanche battait tous les records – mais peut-être que l’alcool de la veille y était un peu pour quelque chose.

Inspirant l’air froid du matin, Elya s’élança à petite foulée vers les rives du lac Chen. Cette petite course matinale était devenue une véritable habitude chez elle. Cela lui faisait un bien fou : elle se sentait si légère et elle oubliait un temps tous ses soucis, ses ennuis, ses peurs, ses angoisses. Elle oubliait la maladie et se sentait presque comme une personne normale – enfin presque normale. Si les rues de la ville étaient complètement désertes à cette heure matinale, les rives du lac l’étaient tout autant.

Au bout de deux bonnes heures, alors que le soleil montait déjà bien haut dans le ciel d’automne, la rouquine finit par interrompre sa course et contemplant la surface lisse et miroitante de l’immensité aqueuse, elle ne pu résister bien longtemps à son appel. Abandonnant ses vêtements sur le bord de l’eau calme, comme elle l’avait souvent fait en compagnie de Dolce et Papillon pour traverser des rivières en furie, elle trempa d’abord ses pieds dans l’eau, observant les réactions successives de son corps. L’eau devait être littéralement glacée car, même si elle ne le ressentait pas le moins du monde, presque immédiatement ses orteils perdirent leurs couleurs pour tirer légèrement sur le bleu. Ne se décourageant pas pour autant, la jeune femme s’immergea complètement et fit quelques brasses pour s’éloigner de la rive. Rapidement, elle n’eut plus pied du tout et expirant plusieurs fois longuement – très longuement – elle pris une dernière inspiration avant de plonger vers le fond. L’eau était étonnement claire et lorsqu’elle toucha le fond à une dizaine de mètres, elle constata que ses membres s’engourdissaient légèrement en raison du froid. Ses doigts prenaient une teinte bleue claire désormais. Pourtant, loin de s’alarmer, Elya s’allongea sur le fond et se concentra sur les battements lents de son cœur. Elle se savait parfaitement capable de rester là, sous l’eau, durant deux ou trois minutes à regarder les bulles d’air qu’elle parvenait à créer avec sa bouche remonter à la surface en grossissant progressivement. Elle était juste bien là et malgré sa peau qui bleuissait à vue d’œil, elle pourrait bien rester indéfiniment…

… Si seulement elle pouvait se douter, qu’à la surface, un petit groupe de bandits de grand chemin l’attendait fermement. Ils avaient dû remarquer le corset de cuir et devaient sûrement espérer pouvoir profiter d’une jeune fille complètement inconsciente de s’éloigner aussi loin de la ville, seule. Seulement, voilà, Elya n’était pas une jeune femme comme les autres et ces cinq gaillards allaient avoir une drôle de surprise. La rouquine venait de réussir son Ahn-Ku et elle se sentait plus forte que jamais. Même à moitié bleue à cause du froid, dix mètres sous l’eau !




[Tu as le droit de me taper autant que tu veux pour ce retard monstrueux, mais voilà, je préférais finir l'Ahn-Ku pour pouvoir rester cohérente dans ma chrono... Quoiqu'il en soit, promis, la prochaine fois je serais plus rapide, plus d'excuses !]
Revenir en haut Aller en bas
 
Be yourself [PV Elya Vowel ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elya pour le renom, et les primes
» Arrivée ďElya
» Je suis ton maître [PV Elya] [TERMINE]
» Euh... Une chasseuse de prime se présente, Elya Tose.[Terminée !!!]
» Bonjour, serais-tu un Iréel ? [Eskä Vowel, Eztia Naradkova, Rodageit Durden.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Lac Chen-
Sauter vers: