AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Enjoleuse, envoleuse et.. marchombres? [Pv Maëlle et Lacrya ? ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice


Nombre de messages : 1097
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Enjoleuse, envoleuse et.. marchombres? [Pv Maëlle et Lacrya ? ]   Jeu 03 Jan 2013, 12:16

    Surprise.
    Colère ?

    Je le regarde jeter sa tresse au feu, le visage fermé. A croire que ses cheveux sont d’une importance capitale. Est-ce pour autant que je regrette ce geste ?

    Non.

    Mon regard le suis tandis qu’il s’assied devant moi, sans un mot. Muet. Je ne l’avais encore jamais vu ainsi. Ses yeux me fuient. Son visage est de marbre. Comment une simple tresse peut-il le plonger dans un été pareil ? Malgré moi, je ne peux m’empêcher de l’observer avec curiosité, les sourcils froncés. Je remarque à peine que la colère qui m’animait quelques temps auparavant semble s’être volatilisée.

    Trois lames.

    Sans même porter son regard sur moi, il me tend les trois lames manquantes au bracelet. J’hésite un instant avant de m’en saisir en silence. Les observant avec attention, je les admire une dernière fois avant de les glisser dans leur emplacement et poser le bracelet de cuir à mes côtés. Puis je le regarde.

    Nuhadu glisse ses doigts dans ses cheveux en grimaçant. Il défait finalement le reste de ma victime et quelques-unes autour avant de chercher à les nouer d’une autre manière. Tout cela pour une tresse…


    -Vous avez choisi la cible la plus ennuyeuse que vous pouviez... J'aurais sans doute préféré que vous me rendiez vos blessures. N'est-ce pas trop douloureux?

    J’hausse légèrement les sourcils, surprise de cette soudaine douceur dans sa voix. Je note également le passage au vouvoiement que nous avions abandonné durant notre étrange combat. Poussant un petit soupir, je passe une main dans mes cheveux, les ramenant en arrière et me lève, me glissant dans son dos. L’obligeant avec quelques gestes doux à lâcher ses cheveux, je m’en saisis et les lisses.

    - Laissez, je vais vous arranger cela.


    Et, séparant la mèche en plusieurs petites, je commence à re-tresser ses cheveux dénoués, rassemblant un savoir que je pensais depuis longtemps disparue. Un flot de souvenir me revient. Ma mère me tressant tendrement les cheveux devant une immense glace. Moi tentant de faire de même avant qu’elle n’arrive pour me voir un sourire fier se dessiner sur ses lèvres à son arrivée.

    Je n’ai jamais été très douée pour tout cela. Mais à faire de répéter ce geste des dizaines et des dizaines de fois, il était devenu un automatisme. Jusqu’à ce que je me coupe les cheveux. Et voilà que mes doigts n’animent de nouveau comme avant. Précis et rapide. Cela m’en tire un léger frisson d’horreur.

    Une fois fini, je relâche ses cheveux et m’écarte, le regard triste. Puis, me redressant, je vais rejoindre ma place en face de lui.


    - Vous n’avez pas répondu à ma question…

    Faux reproches. Et pourtant, je veux savoir ce qui l’amène ici. Secouant légèrement la tête, je sens que mon ventre se creuse. Fouillant dans une petite besace que j’attache toujours à ma ceinture, j’en sors deux bâtons de viande de siffleur séché. Le gout à beau être infecte, je ne peux pas nier que c’est nourrissant. Lançant le premier à Nuhadu, je mordille le second sans grande conviction.


    - Et non, ce n’est pas trop douloureux… J’ai connu bien pire.


    Syndrell.
    Rubis.

    Autant d’ennemis et de cicatrice disparus. Quel gâchis.

    Un léger frisson me parcourt, le vent se faisant plus frais autour de nous. Je ramène mes jambes contre ma poitrine, me rapprochant du feu pour y chercher un peu de chaleur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Enjoleuse, envoleuse et.. marchombres? [Pv Maëlle et Lacrya ? ]   Ven 04 Jan 2013, 21:10

Nuhadu s'étonne de voir son hôte se lever. En fait, il craint surtout de la voir partir loin de lui et de ne pas réussir à la retrouver. C'est déjà un miracle que leurs routes se soient recroisées en ce lieu, il ne l'aurait jamais espéré. Ombreuse lui a toujours semblé la plus susceptible de répondre à sa quête, après tout c'est là bas qu'il a rencontré Anaëlle et c'est elle même qui lui a dit que le chaos y vivait. Même si dans toute ses escapades il n'a jamais compris à quel point. Sans doute était-ce une cache, abandonnée désormais. En effet, il n'y a plus croisé d'envoleurs depuis elle. Mais il a longuement espéré que Lacrya s'y trouve.
Chaque espoirs c'était soldé par un échec.. mais l'idée de lui envoyé une lettre lui semblait stupide.. trop peu chargé des émotions qu'il voulait lui transmettre. Émotions qui se sont emmêlées et perdues aujourd'hui..
Ses mains sont délicatement écartées de ses cheveux, tandis que la présence de Lacrya dans son dos le ramène à la réalité. Les doigts de Lacrya démêlent ses cheveux et sa douce voix le convaincs de la laisser faire. Il ne sait vraiment pas si elle sait faire des tresses, ni même si elle n'a pas décidé de couper tout ce qu'il lui passera sous la main. Pourtant, il se laisse faire, entourant ses genoux de ses bras.
Alors qu'elle noue ses cheveux, et le mouvements de ces derniers lui laissent penser qu'elle est douée, il se dit qu'elle est vraiment parfaite et qu'il ratera toute chance d'être heureux s'il ne retrouve pas sa confiance et son amour. Dans ses yeux, les flammes ne miment rien de plus que le ballet qui doit les réunir et il a le trac. Il ne sait pas s'il arrivera à la reconquérir sans encore faire un pas de travers.. Pourtant, elle est là, près de lui.
De nouvelles tresses tombent autour de sa tête et la jeune femme retourne s'asseoir en face de lui, de l'autre côté des flammes. A la fois si loin et pourtant assez proche pour qu'il puisse glisser ses yeux sur elle et percevoir la tristesse de son regard. N'importe qui aurait le cœur percé de voir son beau visage étiré par de telles humeurs et Nuhadu, plus que n'importe qui, se sent brisé de la voir ainsi et de ne pas trouver moyen de lui rendre le sourire.
Il devrait pouvoir pourtant, il n'aspire qu'à étirer les lèvres de la jeune femme par des sourires de joies et non des moues de nostalgie et de tristesse.

- Vous n’avez pas répondu à ma question…

Voilà que revient cette question, moins mordante que précédemment et tandis que les mains du jeune loup courent le long de ses tresses neuves pour en apprécier le travail, Nuhadu se la pose. Pourquoi donc était-il venu se perdre dans cette Jungle déjà. Était-ce juste pour l'aventure ? Non, impossible qu'il ait pu songer partir à l'aventure comme ça, non il était venu ici avec un but précis.
Il attrape pensivement le bâton de viande de siffleur, passant une main pensive sur son menton, le découvrant rongé par une barbe naissante. Il ne s'est pas occupé de ça depuis quelques jours maintenant. Il devra songé à se raser proprement.


- Et non, ce n’est pas trop douloureux… J’ai connu bien pire.


Son regard se redresse avec une pointe de curiosité mêlé d'inquiétude. Quelque chose dans le ton de la voix de Lacrya l'alarme véritablement. Quelque chose qu'il lui a semblé retrouvé quand elle s'était proposé de se laisser tuer plus tôt. Une note qu'il n'aime vraiment pas entendre et qui le secoue d'effroi.
A-t-elle sincèrement cherché la mort depuis qu'il ne l'a plus revue.


-Je t'ai longtemps cherchée, non pas pour te tuer, ni pour t'humilier, surtout pas pour te nuire. Je t'ai cherchée parce que j'avais besoin de toi, parce que j'en ai toujours eu besoin. Je t'ai offert des chaînes que je ne saurais rompre seul.. que je ne peux envisager de rompre en fait. Lorsque tu es partie, j'étais persuadé que je te reverrais. Je me trompais. Je t'ai cherchée et je ne t'ai pas retrouvée. Alors je suis venu ici, dans l'espoir de chasser mes peurs!

Se redresse avec un immense sourire sur les lèvres et brandit son bâton de siffleur vers la dame. Il n'est pas question qu'il laisse l'humeur basse et nostalgique, leurs retrouvailles devraient être saupoudré de plus de gaieté !

-Et c'est là que je vous trouve ! Quand je ne l'espère plus ! Je ne vous raconte pas tout ce que j'ai fait avant ! Ou plutôt si ! Je vous le raconte. Enfin un peu.. je vous passe les détails et les passages gênant. Et il y en eu plusieurs ! J'ai parcouru Ombreuse bien des fois dans l'espoir qu'elle m'offre votre présence. Ne me demandez pas pourquoi Ombreuse, je passerais encore pour un fou. En tout cas, je m'y suis rendu et j'ai eu droit a bien des rencontres, mais pas les bonnes. Je ne les dirais pas inintéressantes mais je les passerais. Je ne savais pas comment vous retrouver, mais l'attente à fait germer dans mon esprit dément quelques idées étonnantes.. notamment une. Ne pas revenir les mains vides.. En effet, mon père offrait des bijoux à ma mère lorsqu'ils s'énervaient. C'était rare d'ailleurs.. mais à dire vrai je me suis dit que je ne vous avais jamais rien offert et je m'en suis voulu. Vous dispenser mon mauvais caractère sans vous remercier de m'avoir si longtemps supporté.
Mais, quoi vous offrir. La question qui m'a torturé.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Enjoleuse, envoleuse et.. marchombres? [Pv Maëlle et Lacrya ? ]   Ven 04 Jan 2013, 21:18

*lui lance un regard curieux*

- Et ensuite ?

*plisse légèrement les paupières, une lueur amusée germant dans son regard face à cet orateur au bâton de siffleur*

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Enjoleuse, envoleuse et.. marchombres? [Pv Maëlle et Lacrya ? ]   Sam 05 Jan 2013, 08:29

*Mâchonne son bâton d'un air pensif avant de reprendre.*

-Ensuite ? C'est moult aventures où adresse, réflexion et compassion, trois belles vertus qui ne me touchent pourtant qu'en de rares occasions, du moins pour les deux dernières, qui me permirent de réunir une somme d'argent assez conséquente pour envisager de vous offrir un somptueux cadeau. Bien que je ne su quoi que bien tard, et encore ! Ce fut bien un coup de chance que cette idée trouva réponse dans une autre question bien éloignée. Je me suis en effet interrogé sur la provenance de mes belles épées. C'est un forgeron qui m'apprit que leur père était à Al-Far et que ses œuvres, car pour lui il s'agit bien d'un art, avaient toutes ce mérite d'être gracieuses, étincelantes et non moins efficaces. C'est sans flatteries, ô belle impératrice de mon cœur enflammé, que je vous avouerais avoir pensé à vous lorsque l'on m'associait ces adjectifs. Je n'arrivais à me voir vous offrir des bijoux.. Mais des lames, je ne pouvais que, déjà, vous admirer à les porter et à jouer avec dans une perfection à..
M'en faire tomber les tresses, faut-il croire!

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Enjoleuse, envoleuse et.. marchombres? [Pv Maëlle et Lacrya ? ]   Dim 13 Jan 2013, 16:30

    Plus ses paroles s’enchaine, et plus je sens, malgré moi, mon corps et les traits de mon visage se détendre. Une faible lueur amusée vient naitre au creux de mes pupilles. Cet homme est décidemment un mystère pour moi. Il y a tant de chose que je découvre encore. Et tant d’autre que je n’arrive pas à comprendre.

    Ne détachant pas mon regard de Nuhadu, je le suis attentivement dans son discours qui devient plus sûr et poignant au fil du temps. Sa langue se délie totalement. Je le savais grand parleur… Mais pas à ce point…

    Poète presque.

    M’appuyant tranquillement contre le tronc d’un arbre, mon regard fixe sur lui, je croise les bras et l’écoute attentivement, m’imprégnant inconsciemment de cette voix qui m’a tant manqué. Et que j’ai cherché pendant une longue année. Je laisse mes yeux glisser sur son corps qui a changé. Ses muscles se sont affermis. Il semble plus capable. Plus grand.

    Plus harmonieux.

    Libertée n’a pas menti… Il est devenu un véritable Marchombre. Alors pourquoi s’obstine-t-il à me chercher moi, son ennemie naturelle ? Je ferme les yeux, poussant un soupir silencieux, le laissant continuer son long monologue.


    - Je n'arrivais pas à me voir vous offrir des bijoux...

    Cette fois, je ne peux empêcher à mes lèvres de se courber légèrement dans un sourire presque invisible. Des bijoux… Non, décidemment les lames me vont mieux.

    N’entend soudain plus que le silence, j’ouvre un œil. Je dois avouer ne pas avoir été très attentive à la fin de son discours mais ses yeux brillants posés sur moi me suffisent. Silencieuse, je soutiens un instant son regard.

    Tout ça pour me retrouver.
    Tout ça pour me reconquérir…
    En avait-il vraiment besoin ?

    Lentement, je me saisis du bracelet de cuir et le glisse à mon poignet. Bougeant un peu la main, j’admire avec quelle souplesse il suit mes mouvements sans pour autant me gêner. Posant de nouveau mon regard dans celui du jeune homme, j’incline la tête.

    Reconnaissance.

    Puis, frissonnant légèrement sous les attaques du vent frai annonçant la nuit, je sens la fatigue s’abattre sur mes épaules. Etouffant un bâillement, je m’allonge à quelques centimètres des flammes, me nourrissant de leur chaleur, et ferme les yeux.


    - Bonne nuit jeune loup…

    Et je me laisse aller dans les bras de la nuit et du sommeil, le laissant maitre de ses agissements. Je n’ai qu’un souhait, me réveiller et voir de nouveau son visage.

    Notre discussion n’est pas finie…

    ~~~~~

    Lumière.

    Je me réveil lentement, quelques rayons éparses sur soleil caressant ma peau. Me redressant en grognant, je lance un regard vide au feu mort à côté de moi. Passant une main sur mon visage, je tente d’y chasser les brumes du sommeil, et me relève tranquillement. Un éclat sombre attire alors mon attention, et c’est avec un demi-sourire que je découvre Nuhadu étendu non loin de moi.

    Je le dévisage un instant avant de soupirer et m’enfoncer dans la forêt après avoir rapidement ravivé le feu. Je me glisse entre les branches et les troncs, pistant des traces fraîches d’un lièvre. Pus je m’immobilise, l’animal à plusieurs mètres de moi. Retirant lentement et sans bruit l’un des lames du cuir, je prends mon temps pour viser, peu habituée à ce genre d’arme.

    Et je lance.

    Après un court sifflement mortelle, l’éclat argenté vient se figer dans la gorge e ma proie. Le petit déjeuné est servi !

    Le ramassant et le glissant à ma ceinture, je retourne au camp, découvrant Nuhadu assit près du feu.


    - J’espère que tu as faim…

    Puis, décrochant ma prise, je lui envois avec un regard amusé.

    - Je chasse tu prépares le petit déjeuné, ça te vas ?

    Fausse question. M’asseyant en face de lui, je prends la courte lame avec laquelle je viens de tuer ma proie et commence à la nettoyer du sang vermeille la recouvrant.


[désolée, c'est médiocre --']

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Enjoleuse, envoleuse et.. marchombres? [Pv Maëlle et Lacrya ? ]   Dim 20 Jan 2013, 12:13

La bouche inlassable de Nuhadu finit par se fermer.
Il a beaucoup parlé. Beaucoup, beaucoup, presque autant que lorsqu'il n'était qu'un feu follet de petit garçon, posant des yeux curieux sur tout et surtout sur ce qu'il ne pouvait pas voir. Ce petit garçon qui rêvait de dragons et de chevaliers.
Chevalier. Pourquoi n'a-t-il jamais songé à embrasser une telle carrière ? Il aurait pu avoir tout l'argent qu'il faut pour ça ! Bon, il lui aurait peut-être manqué bien des choses tout de même. Le courage d'énoncer cette idée à son père par exemple. Pourtant, il en disait des choses à cette époque ! Plus à sa nounou sans doute, mais quand même !
Nuhadu a toute l'étoffe d'un bavard, il le sait parfaitement, s'en serait presque vanté plusieurs fois, d'ailleurs il du le faire. Mais quand il y repense, depuis que Roy lui a fracassé le crâne avec des bâtons pour lui apprendre la vie, il n'a presque plus ouvert sa bouche.

Il a aussi apprit que les mots doivent être retenus lorsque l'on a un secret, tel qu'un passé que l'on fuit. Que l'on a abandonné plutôt, son passé ne le recherche pas, il n'a pas à le fuir. Comme quoi, ils étaient tout les deux conscient que sa place était ailleurs.

Malgré toute les fois où il a voulu noyer Lacrya sous des raz-de-marée de compliments, de déclarations flamboyantes, d'histoires aussi folles qu'impossibles, de récits aussi vrai que fous, de banalités aussi inutiles qu'amusantes.. Il se rend compte qu'il n'en a jamais eut l'audace.
Les mots doivent être retenus. Pour fuir, pour oublier.. Mais aussi pour être apprécié ?

En dire d'autre est un risque. C'est bien connu. On n'en dit jamais trop peu, chaque mot est un indice, une voie offerte à celui qui la reçoit.
Mais il lui parle, à elle. Il y a longtemps qu'il n'avait pu parler autant. Depuis Al-Poll ? Il y a des choses que Lacrya sait, qu'il lui a dit sans se retenir, sans se cacher. Alors il n'a plus rien à lui cacher. Il n'a pas à se retenir devant elle.
C'est donc pour ça qu'il a tant parlé.

Et maintenant que le silence se pose entre eux, il se rend compte qu'il aurait envie de le rompre. Alors qu'il sait qu'il l'aime. Ce silence, qui faute d'être parfait, et d'un naturel calmant. Il veut le rompre encore, lancer un nouveau flot, une nouvelle histoire, un poème peut-être ? Il veut briser le silence, parce qu'il sait que sa voix la touchera, chassera tout ces autres sons pour prendre toute la place à ses oreilles.

C'est donc pour ça que hurle le loup.

Parce que c'est sa façon de posséder la lune un soir.
C'est pour ça qu'il a envie de hurler.

Il se retient pourtant de desceller ses lèvres. Le visage de la douce envoleuse est par trop serein. Il doute même, un moment, qu'elle ne fut endormie et c'est une occasion, devenue bien trop rare à son goût, de pouvoir caresser ses lèvres, son nez et ses joues d'un regard brûlant d'admiration et d'une envie rendue triste. Il n'osera pas caresser cette peau. Il n'a pas encore gagné ce droit, il n'a pas le sentiment qu'elle lui ait pardonné ces bêtises et sa folie.

Il attend, dans le silence d'une jungle plus vivante que jamais. Il mastique sans grande conviction son batônnet de siffleur, la contemplant et ravivant son image dans ses souvenirs.

Comment a-t-il pu oublier qu'elle était si belle ?

Un œil s'ouvre sur le monde.
Se perd dans le sombre d'une pupille attentive.

Le cœur du marchombre s'emballe. Il se revoit à Al-Poll avec la belle ange dans ses bras. Et cette pensée lui semble interdite. Il a peur qu'elle ne la lise dans ses yeux et ne prenne mouche.

Heureusement, elle reporte son magnifique regard sur le bracelet. Le soupir soulagé de Nuhadu reste derrière ses lèvres, il serait plus trompeur qu'autre chose et malgré qu'il ait l'impression de pouvoir tout dire à Lacrya, il a aussi conscience qu'il n'a pas le droit de la troubler. Et puis.. elle semble enfin porter un intérêt au cadeau qu'il lui a fait.. Il retient son souffle.
Est-ce qu'elle va l'accepter ?

Elle finit par l'essayer et le marchombre sourit en lisant dans ses yeux qu'il ne l'indiffère pas totalement. Il aimerait déjà la voir jouer à nouveau avec les lames, quitte à en perdre de nouvelles tresses. Il l'imagine déjà s'approprier parfaitement leur usage, bien mieux que lui sans doute, mais il n'a pas la joie de la voir faire. Elle repose son regard sur lui et il sent comme une onde chaleur le parcourir quand elle incline sa tête.

Son sourire s'accentue ridiculement, mais il ne peut rien y faire. Il ne peut véritablement rien faire contre les sensations et sentiments qu'elle fait naître en lui. C'est sans doute un sacré défaut, du genre de ceux qui poussent à faire des choses idiotes, comme de l'attaquer sur des idées aussi futiles qu'incertaines.. Mais même s'il avait le moyen d'échapper à ces effets, il ne le ferait pas.

- Bonne nuit jeune loup…

Il n'en croit pas ses yeux quand elle s'allonge près des flammes sans plus de réactions ou de questions. Alors c'est tout pour la journée et les retrouvailles ? Mais.. A-t-il le droit de venir se glisser contre elle maintenant ?
Encore une idée stupide.. mais il aimerait la savoir contre lui en fermant les yeux cette nuit.. comme chaque nuit de sa vie.
C'est une idée stupide, donc il ferait bien de ne pas la concrétiser. Et puis.. il y a tant de mots qui sont encore en train de danser sur sa langue, tant de choses qu'il aimerait faire. Comme une tension qui imprègne tout son corps et le pousse à être encore stupide, toujours plus.

-Bonne nuit..


Il souffle profondément.
La nuit l'imprègne tandis qu'il s'imprègne de la jungle, de ses sons, de ses vibrations.
Libertée est un vrai feu follet, mais s'il y a un moment où elle est calme, c'est sûrement quand elle effectue ces gestes, quand elle danse le temps d'une minuscule éternité.
Et lui aussi trouve le calme dans ces tendres instants.
Son esprit se vide, son instinct s'apaise et son cœur ralentit, se rythme.

Comme un tout petit tambour, profond, sage et lent. Imperturbable, il frappe.
Se retire.
Attend...
Et frappe.
Se retire.
Attend...
Et frappe.

Et le temps d'un petite éternité, Nuhadu est un Marchombre, pleinement, profondément. Et s'il sourit, c'est sans aucune raison, à part celle d'aimer la vie, tandis qu'il s'adonne à la gestuelle.




Il a dormi étrangement longtemps et profondément. Sans doute le doit-il au sol particulièrement peur dur d'Hulm. Herbeux et humide. Presque confortable ! Et puis, la douce chaleur qui provient des flammes semble lui suggérer de refermer les yeux et de s'y laisser aller.

Les flammes ? Il aurait pourtant juré avoir frissonné dans la nuit. Le feu n'était-il pas mourant quand il s'est étendu non loin de la jeune femme ? Il se souvient même de la lassitude totale qui l'a empêché de le raviver. Il était.. délicieusement vidé de ses forces, ou du moins de toute tension. Dans cet état, le froid n'est rien.

Et Lacrya justement, où est-elle passée ?
Le marchombre se redresse, son sombre regard s'éveillant pour fouiller les alentours. Mais nul part il ne la trouve. Elle s'est donc enfuie, malgré qu'il l'ait enfin retrouvée.
Quelle idée de se laisser aller à dormir, alors qu'elle était enfin là prêt de lui.

Il s’assoit lentement dans un long soupir et chasse les tresses qui se sont aventurées devant ses yeux. Où a-t-elle bien pu filer. Il a peut-être encore une chance de la rattraper.. Mais sans savoir où il faut courir, il serait bien mal partit de se lancer à sa recherche.
En parlant de ça, il a oublié Kishi. L'étalon doit-être en train de errer dans la jungle et de se goinfrer. S'il ne l'arrête pas, il en sera fini d'ombreuse et de ses Ours-élastiques. Mince, ne devait-il pas enfin prendre sa revanche sur eux ? Ces grosses peluches ne doivent pas être chanceuses d'être d'abord tombée sur l'Envoleuse.

Pour le moment, il ne désire ni sauver la forêt de l'appétit de son canasson, ni défier un ours-élastiques.
Il se demande plutôt quelle direction lui permettra de retrouver l'Envoleuse.
[/i]
- J’espère que tu as faim…

Incroyable ! Elle est encore là et elle lui apporte à manger ! Par tout les Tss'Lich qui se cachent dans l'univers, cette femme est juste parfaite ! Il ne faut pas qu'il la laisse lui filer entre les doigts.


- Je chasse tu prépares le petit déjeuné, ça te vas ?

Nuahdu attrape le lièvre avec un immense sourire, reflets de sa joie de revoir l'Envoleuse. Le marché est plutôt équitable et c'est l'occasion ou jamais de gagner l'estomac de la belle dame. Roy assure que l'estomac est le plus court chemin vers le cœur d'un homme. Nuhadu n'a qu'à vérifier ce qu'il en est pour les femmes.
Il ne doit pas y avoir tant de différence.

Le couteau de Raven travaille vite et bien, les gestes de Nuhadu se sont imprégnés d'un enseignement particulièrement complet. Libertée a beau ne pas être la femme parfaite pour tenir un ménage, elle semble avoir acquis toutes les armes pour tenir un homme, notamment un art de la cuisine plus qu'acceptable. On est loin de la fameuse omelette d'Al-Poll, diable s'il s'en souvient encore c'est qu'elle devait être délicieuse ! Mais il fera son possible pour que son lapin lui fasse ombrage !

Un bon ragoût de lièvre.. c'est toujours bon ça ! Mais faute de ne pas avoir les ustensiles nécessaire, il faudra oublier cette idée. Il vaut mieux qu'il se contente de le faire rôtir simplement. Il compensera le manque d'originalité avec quelques épices. Simple et loin d'être mauvais.

Et sacrément complet pour un petit déjeuner ! Est-elle au courant de la voracité du marchombre ?


-J'ai l'impression que tu les as adoptées.

Il désigne la lame que Lacrya nettoie avec un grand sourire amusé. Il semblerait que rien ne soi impossible à la belle Envoleuse.

-Je commence à croire que tu es parfaite en tout point. Y a-t-il seulement un domaine qui t'échappe?

Finalement, il découpe le lièvre pour en garder les meilleurs morceaux et les dépose sur une pierre qui a le mérite d'être plate, large et propre, une fois rincée à l'eau. Habilement placée au dessus du feu, la pierre n'a plus qu'à chauffer gentiment et ainsi cuire la viande justeuse que le marchombre envie déjà de ses yeux voraces.
Mais un peu de finesse que diable ! Les saveurs !

Un bon Alavirien qui fait sa propre cuisine doit toujours avoir sa petite bourse d'épice près de lui ! C'est le seul moyen de s'assurer d'en trouver, même si Gwendalavir regorge de ses plantes aromatiques. Enfin, Nuhadu ne sait pas vraiment si Hulm en possède, aussi est-il heureux de pouvoir compter sur cette bourse plus que sur un coup de chance après de nombreuses recherches.


-Lièvre du pied levé dans la plus pure tradition de Nuhadu. Vous m'en direz des nouvelles ! Il faut profiter que la tradition soi jeune pour la modifier.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Enjoleuse, envoleuse et.. marchombres? [Pv Maëlle et Lacrya ? ]   Lun 18 Fév 2013, 13:28

    Un petit chiffon taché de sang entre les mains, je le passe délicatement sur les bords effilés de la petite lame, l’essuyant du liquide poisseux qui la recouvre. Puis je l’admire de nouveau, la prenant entre deux pour la faire lentement tourner, faisant attention qu’elle ne transperce pas de nouveau ma peau. La levant au soleil, j’apprécie l’éclat de ses rayons sur l’acier parfaitement forgé. Nuhadu ne m’a pas menti. L’artisan qui a fabriqué ces petites merveilles est un vrai géni.

    Et un expert.


    -J'ai l'impression que tu les as adoptées.

    Je redresse la tête, plongeant un instant mon regard dans celui du jeune homme. Avant de détourner les yeux et de ranger la lame dans son emplacement de cuir en silence. Son petit sourire amusé ne m’échappe pas.

    Cet homme…

    Je secoue discrètement la tête. Il est la source de tous mes ennuies. Et pourtant…


    -Je commence à croire que tu es parfaite en tout point. Y a-t-il seulement un domaine qui t'échappe?

    Cette fois mon regard se pose dans le sien sans plus le lâcher. Est-il seulement sérieux en disant cela ? Ou alors aveugle pour voir ma sauvagerie. Mon esprit rustre et mauvais. Mes envies de meurtre. La bête qui sommeille en moi. Et cette soif de sang qui me dévore quand quelques gouttes s’écrasent au sol ? Décidemment, je n’arriverai jamais à le comprendre.

    Je m’étire en soupirant, exaspérée par ses quelques paroles. Un homme amoureux devient vraiment stupide. Tout comme l’est une femme également épris. La différence est que l’une se rend compte de ce qu’elle est contrairement à l’autre…

    Foutus sentiments.

    Toujours silencieuse, je le regarde avec amusement préparer le lapin. Les quelques rayons de soleil dansent avec ses muscles fins et souples en mouvements, le soulignant ainsi à quel point il a changé depuis notre dernière rencontre, il y a maintenant plus d’un an. Tout son corps s’emble s’être affirmé avec grace. Il n’a plus grand chose à voir avec le jeune homme que j’ai rencontré sous cette cascade. Il est devenu à présent le Marchombre que je redoutais de voir.

    Et admire à présent.


    -Lièvre du pied levé dans la plus pure tradition de Nuhadu. Vous m'en direz des nouvelles ! Il faut profiter que la tradition soi jeune pour la modifier.

    Je sors soudainement de mes pensées, me redressant dans une position assise. Lui offrant un léger sourire, j’attrape l’écuelle qu’il me tend et la porte à mon ne pour en sentir les effluves.

    Délicieuses.

    Fronçant les sourcils, je remarque plusieurs herbes et épices. Se promène-t-il toujours avec tout son attirail de cuisines ? Remarquez cela me changera de la viande de siffleur séchée ou de celle de lapin trop cuite. Y trempant mes lèvres, je ferme les yeux de bien-être en sentant la chaleur m’envahir ainsi que le gout succulent picoter mes papilles.


    - C’est délicieux, ne changez rien.

    Je laisse échapper un petit silence.

    - Et pour répondre à ta question, bien des choses m‘échappe. Comme la cuisine que tu sembles parfaitement maitriser, au contraire de ma personne. Comme les sentiments je ne comprends ni ne maîtrise pas. Mais ça je pense que tu t’en es également rendu compte. Ça me rend d’ailleurs complétement folle.

    Poussant un profond soupir, je ramène mes cheveux en arrière et avale le reste de mon lapin, jetant les os un peu plus loin.

    - D’ailleurs je ne te comprends pas non plus. Je n’arrive pas à savoir ce que tu veux. Ni même pourquoi tu t’accroche ainsi. Obstinément. Je ne t’apporterai que de la déception. Comme la dernière fois. J’ai été formé et éduqué pour vous tuer. Pas vous aimer.

    D’un mouvement lâche du bras, je montre le nord.

    - D’ailleurs le corps d’un des tien doit se faire dévorer par quelques charognards à quelques jours de marche d’ici. Te rends-tu seulement compte que les lames qui tu viens de m’offrir sont des armes contre les tiens ? As-tu seulement conscience de ce que je suis vraiment ?

    Sans que je ne m’en rende vraiment compte, j’ai commencé à élever ma voix contre lui. Un ton de reproche. Je cherche à tout prix à lui faire ouvrir les yeux. Je veux qu’il prenne conscience. Qu’il réalise sa stupidité.

    - Enlève tes foutues œillères et apprendre à regarder ! Tu as en face de toi une meurtrière qui se ferais une joie de tuer tous tes petits camarades. Pas une belle dame douce et douée dont tu rêves tant ! Réveil toi !


__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Enjoleuse, envoleuse et.. marchombres? [Pv Maëlle et Lacrya ? ]   Mar 26 Fév 2013, 03:11

Nuhadu mange sa part de lapin avec le plaisir de la trouver bonne et celui de voir Lacrya l'apprécier tout autant. Il n'y a rien de plus gratifiant que l'impression d'être utile, ou du moins apprécié. D'un côté, c'est un peu stupide de vouloir exister par l'impression que l'on donne aux autres, mais il n'y a que l'impression de Lacrya qui soit assez importante pour en jalouser une omelette rencontrée si longtemps auparavant. Une impression qui pourrait décider de tant de chose, de sa santé mentale peut-être aussi. Il le refoulait bien jusqu'à ce qu'il la revoit, mais tout les raïs de la terre font un festin dans sa tête alors qu'il est proche d'elle.
Il a envie de faire tant de choses à la fois que son corps pourrait s'en écarteler tout seul.
Manger et ne rien faire, attendre qu'elle agisse.
Poser se repas et lui sauter dessus, voler ses lèvres trop longtemps restées éloignées.
Parler, de tout, de rien, parler et attirer son attention.
Partir. Partir loin de la possibilité qu'elle se rende compte qu'il est si peu de choses, qu'il n'est qu'un abruti de marchombre parmi tant d'autre.

Mais il choisi la première, de loin la plus sensé et en même temps, ce lapin n'est pas mauvais ! Si seulement elle pouvait s'ouvrir à un peu à lui. Qu'il sache où elle en est, lui qui ne lui a pas caché qu'il voulait la garder pour lui.
Et pourtant, il se contient de ne pas le lui clamer, encore.
Les mots n'ont de la valeurs que parce qu'ils ne se disent pas facilement. Donc pas souvent. Il a pourtant peur qu'elle n'ait pas encore compris à quel point il a besoin d'elle pour exister pleinement, sans avoir à se percer de milles doutes.


- C’est délicieux, ne changez rien.

Un franc sourire étire ses lèvres et le jeune loup sent son cœur s’apaiser et s'alléger. C'est l'heure du repas, pas des questions. Profiter du goût et du silence n'est pas si terrible, au contraire, c'est même magique. Il faut savourer ce lapin avec l'instant. Ne pas se presser bêtement, ne pas se stresser bêtement, claquer la langue pour le goût, pas pour l'agacement. Il ne ferait que gâcher son travail et ses épices en dépréciant son lapin par simple dépression. De plus, est-il vraiment lieux de perdre tout espoir ? Alors qu'elle est là, encore. Elle ne s'est pas enfuie, pour pouvoir donner sa réponse ? Ou parce qu'elle en attend encore une ?
Se cherchent-ils l'un l'autre ?
Il aimerait, beaucoup.

- Et pour répondre à ta question, bien des choses m‘échappe. Comme la cuisine que tu sembles parfaitement maitriser, au contraire de ma personne. Comme les sentiments je ne comprends ni ne maîtrise pas. Mais ça je pense que tu t’en es également rendu compte. Ça me rend d’ailleurs complétement folle.

[i]Ah, il s'en serait senti bien inutile qu'elle sache cuisiner, lui qui espérait gagner un peu plus son cœur avec ce talent rare parmi les voyageurs. Cependant, il doit avouer que son attention s'est focalisée sur ce qui accompagne la réponse, cette autre chose qui lui échappe et qui lui fait tout autant défaut. Il perd la boule, il ne sait plus où il en est tant il la veut à ses côtés et tant il se voit incapable d'y arriver. Mais non, ce n'est pas la même chose. Le résultat pour eux est semblable, la perte totale de repère, de prises. Pourtant, l'origine n'est pas la même. Il a la crainte qu'elle ne puisse réponde à ses sentiments. Elle a le devoir de ne pas y répondre.

Certains disent que l'envoleur est plus libre que le marchombre. Pourtant, l'envoleur n'a-t-il pas le devoir de tuer le marchombre ? Alors que Nuhadu a renié toute questions, Lacrya reste rongée par des chaînes profondes, des chaînes qu'il ne comprend pas. Libertée l'a formé à son image. Libre d'aller où bon lui semble, de faire ce qu'il désire, de chercher ce qu'il désire.
Il ne peut plus les voir avant qu'on ne les lui montre et il ose croire qu'elle est dans la même situation que lui, qu'il lui suffit d'ouvrir la bouche, à nouveau, pour que tout s'éclaircisse.

Mais dans l'attitude de Lacrya, il devine qu'elle n'a pas fini, qu'elle n'a en rien ouvert son cœur et que d'autres paroles, encore, doivent être échangées. Qu'il y a des choses qu'il n'aimera pas qui doivent être dite.
Alors il attend, incapable de toucher plus à son assiette, incapable d'éprouver un tant soit peu plus de faim, de paix ou de patience.
Et cependant, il attend, patiemment, calme et affamé de connaissances.


- D’ailleurs je ne te comprends pas non plus. Je n’arrive pas à savoir ce que tu veux. Ni même pourquoi tu t’accroche ainsi. Obstinément. Je ne t’apporterai que de la déception. Comme la dernière fois. J’ai été formé et éduqué pour vous tuer. Pas vous aimer.

Bon sang ! Ne voit-elle pas que c'est-elle qu'il veut ? Rien d'autre qu'elle ! Sa présence, son rire, son sourire. N'importe quoi tant qu'elle est là ! Et en même temps, son cœur se serre de l'entendre en dire si long. Il a peur qu'elle ne dise vrai, que son désir de bonheur n’aboutisse jamais, ni avec elle, ni sans elle. Parce que le bonheur sans elle, il ne l'a pas trouvé et il ne le trouvera pas. Une part de lui sera toujours à craindre qu'elle le trouve avec un autre, tandis que lui sera incapable de l'abandonner, sans pouvoir non plus la saisir. Alors, si le bonheur avec elle lui est interdit.. Eh ! Qui sait s'il l'est ? Personne ! Qu'importe ce qu'on lui a dit, qu'importe ce qu'on lui a apprit. Ce qui compte, c'est ce qu'ils veulent. On ne lui a pas appris à aimer, mais si elle sait ce que c'est, c'est bien qu'elle aime !

Alors ?!

Sans qu'il ne s'en aperçoive lui même, il a posé son écuelle et serré les poings. Ce n'est pas assez, il lui en faut plus. Il faut qu'elle en dise plus. Où est la conclusion ? Où est le choix ? Elle énonce ses arguments, mais il n'entends pas ses envies, ni même ses réticences. Il retient sa langue pour les entendre, pour qu'elle lui dise enfin ce qu'il a tant espérer ou redouté.


- D’ailleurs le corps d’un des tien doit se faire dévorer par quelques charognards à quelques jours de marche d’ici. Te rends-tu seulement compte que les lames qui tu viens de m’offrir sont des armes contre les tiens ? As-tu seulement conscience de ce que je suis vraiment ?

Il s'en mord la langue. Elle fuit la conclusion, elle en rajoute, elle en dit plus.
Mais bon sang, qu'elle cesse de s'évader. Bien sûr qu'il ne sait pas qui elle est, elle ne montre jamais son visage, elle se masque devant lui ou cache ces parts d'elle qu'elle lui reproche de ne pas prendre en considération. Mais il le sait. Au fond de lui il le sait.


- Enlève tes foutues œillères et apprendre à regarder ! Tu as en face de toi une meurtrière qui se ferais une joie de tuer tous tes petits camarades. Pas une belle dame douce et douée dont tu rêves tant ! Réveil toi !

Elle crie presque et il meurt d'envie de hurler, ses yeux se sont baisser. Pas de honte, de fureur.
Elle se moque vraiment de lui.
Elle ne l'a pas vu ?
Elle ne le sait pas ?
Une belle dame douce et douée dont il rêve tant..
Il enrage.

Il a déjà sauté, les reste de son repas rejoignant le sol, le marchombre à sauté sur l'envoleuse. Son visage a rencontré celui de l'envoleuse, leur fronts se frappant assez durement pour qu'il en souffre légèrement. Mais il n'en peut plus. Elle se trompe, du début à la fin elle se trompe. Ce n'est pas lui qui a des œillères, c'est elle.


Ouvre-toi bon sang ! Tue ! Mords, déchire, arrache, étripe, étrangle tant que ça te chante ! Mais sois toi ! Laisse tes fichus envoleurs de côté, je me fiche de ce que tu fais, je me fiche de ce que tu dois ! Que veux-tu à la fin ? Je te veux toi, je te l'ai dit, te l'ai dit cent fois ! Qu'importe qui tu tues, tant que ces lames te sauvent, je serais heureux. Tant que tu vivras, je te chercherais. Alors agit ! Tue, aime, frappe, caresse, mords, embrasse.. Je m'en fous.. je veux savoir.. Est-ce que..

Il n'a plus de souffle pour dire la suite. Il a tant dit, si vite que ça a du s'embrouiller. Ses mains se sont saisies des épaules Lacrya pour qu'elle ne puisse fuir leur regards. Il n'en peut plus de son jeu de cache-cache.
Est-ce qu'il peut encore croire au bonheur ?
Est-ce qu'il peut encore croire en elle ?
Est-ce qu'elle croira en lui ?
Ah ! Il en aurait encore tant à dire, lui avouer qu'il tue aussi, qu'il aime faire couler le sang autant que le sentir le quitter. Lui a-t-il jamais avoué cet appel qui ne cesser de le tenter de frapper, toujours plus fort, toujours plus.
Lui a-t-il jamais dit les pulsions qu'il sentait naître en lui lorsqu'elle est là ? Juste à lui parler, juste à l'observer. Lui a-t-il dit qu'il désirait plus que son cœur ? Qu'il voulait la savoir toute entière à lui, que jamais il ne supporterait qu'un autre homme pusse poser ses mains sur elle ?
Qu'importe marchombre et envoleurs ? Il la veut elle. Ni douce, ni douée. Il veut cette aura si étrange qui lui a fait se sentir si faible et ridicule au bord d'une cascade. Il veut ce regard si brillant, si joyeux, si féroce qu'elle réserve à ses ennemis. Il veut cette par d'elle qui la défini entièrement.
Cette part qu'elle lui a refusé quoiqu'il fasse.

Voilà ce qu'il cherchait en voulant la tuer la veille.
Arracher le masque, arracher les limites.


-Sois-toi!

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Enjoleuse, envoleuse et.. marchombres? [Pv Maëlle et Lacrya ? ]   Mar 16 Avr 2013, 01:25

    Qu’est-ce qu’il cherche ?
    Par la Dame, mais qu’est-ce qu’il cherche ?

    Il me poursuit comme une ombre depuis ce jour sous la cascade. Il me hante jour et nuit. Son aura. Son visage. Son nom. Sa présence. Il n’était qu’un jouet. Un pantin avec lequel je me suis amusée dans cette eau. Puis il y a eu ce sentiment étang, pressant le cœur que je n’ouvrais plus depuis des années. Et cette mystérieuse essence qui s’en est échappée, avant de s’installer dans mon esprit.

    Amour.

    Il n’est qu’une marionnette qui a pris trop s’importance. Et pourtant je ne peux m’empêcher de savourer sa présence. Lui qui n’est qu’un vulgaire Marchombre. Un rejeton que je me suis promis d’exterminer. Pour le bien de ce monde.

    Et pourtant, je n’y arrive pas par les mots. Ni même par les gestes. Je n’en ai tout simplement pas la volonté. Car son existence a depuis longtemps emprisonné la mienne. Mon seul moyen est maintenant de la faire fuir. De lui faire prendre conscience.

    Et essayer d’oublier.

    Mais il s’accroche.
    Encore.
    Et moi aussi…

    Je pousse un léger soupir à la fin de ma tirade, comme exténuée par ces quelques paroles. Et alors que je le vois baisser les yeux, je crois enfin mon but atteint. Mais c’est sans compter la rage qui brûle dans son regard.

    Je pousse un léger hochet de surprise en le voyant bondir dans ma direction, à une vitesse que je ne le savais pas posséder. Et nos front se heurtent, violemment ; Avant même que mon corps fatigué ne puisse réagir.

    Ses paroles me déchirent alors que mon dos frappe le sol, mes épaules maintenues par une poigne de fer.


    Ouvre-toi bon sang ! Tue ! Mords, déchire, arrache, étripe, étrangle tant que ça te chante ! Mais sois-toi ! Laisse tes fichus envoleurs de côté, je me fiche de ce que tu fais, je me fiche de ce que tu dois ! Que veux-tu à la fin ? Je te veux toi, je te l'ai dit, te l'ai dit cent fois ! Qu'importe qui tu tues, tant que ces lames te sauvent, je serais heureux. Tant que tu vivras, je te chercherais. Alors agit ! Tue, aime, frappe, caresse, mords, embrasse.. Je m'en fous.. je veux savoir.. Est-ce que..

    Au creux de mes pupilles s’entremêlent incompréhension, surprise et incertitudes. Le souffle court, je tente d’échapper à ce regard qui me transperce et me brûle. Aucun son ne s’échappe de ma gorge. En réalité, je me sens complètement sonnée. Epuisée.

    Vidée.

    Ses mots résonnent dans mon crâne, ne formant qu’une suite de mot sans sens. Tout se mélange. S’embrouille. Si bien que je cesse le temps d’un instant d’en chercher le sens, restant là à le regarder fixement, ne lisant qu’en lui la colère.



    -Sois-toi!

    Deux mots. Deux mots qu’elle arrive enfin à saisir.

    Être-moi ?
    Mais qu’est-ce que « moi » ?

    Une bête féroce. Une lionne qui ne vit que pour le sang. Et l’honneur. Une envoleuse vouant sa vie au Chaos. Vivant dans le Chaos. Vivant pour le Chaos. Ce dernier même qui depuis ces dernières années semble l’abandonner. Et tout cela à cause de lui.

    Un vulgaire Marchombre.

    Laissant échapper un sourd grognement d’entre mes dents serrées, me le projette violemment sur le côté. Et attrapant l’une des lames à mon poignet, je me jette sur lui, un genou sur sa poitrine, l’autre bloquant son bras droit. Le tranchant du métal vient alors ordre la peau de son cou, faisant perler quelques gouttes de sang sur la pointe.

    Et je reste là, un long moment, mon regard fixé dans le sien, le souffle court.

    Moi…

    Avant, je l’aurai tué sans un seul reproche. Mais aujourd’hui, quelque chose retient mon bras. Une force que je ne soupçonnais pas avoir.

    Ou une faiblesse.

    Et elle vient de ce moi que je rejette depuis notre rencontre. Depuis que je me suis donnée à lui. Depuis qu’il s’est donné à moi.

    Car il est à présent une partie de moi.

    Lentement, la pression au niveau de sa gorge s’accentue. Le filet de sang se fait plus prononcé. Va-t-il vraiment se laisser ainsi égorgé ? Sans réagir ? Mais c’est moi qui flanche la première, retirant brusquement la petite lame de sa gorge avant de regarder ma paume d’où coule également un liquide rougeâtre.

    Baissant les yeux, je regarde nos sangs se mêler sans mal.

    Peu à peu, je sens la tension s’évaporer de mon corps. D’un petit coup de langue, je lèche ma plaie, fermant les yeux tout en savourant le gout du sang.


    - Tu n’es qu’un sale égoïste.

    Et je me lève.

    - Mais j’aime ça.

    Rangeant la petite lame dans son étui après l’avoir lavé, je lui lance ses flèches et son arc.

    - J’ai besoin d’un combat bien féroce et sanglant. Allons voir si un Brûleur ou autre abomination dans le genre ne traine pas dans les parages.

    Et je m’enfonce dans les bois, hurlant à plein poumons pour attirer les prédateurs à moi. Au fond de moi, je sais que je n’ai répondu à aucune de ses attentes. A aucune de ses interrogations. Mais il devra se contenter de cela pour le moment.

    Car je commence à peine à comprendre de mon côté.

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Enjoleuse, envoleuse et.. marchombres? [Pv Maëlle et Lacrya ? ]   Mer 17 Avr 2013, 01:18

Le monde se renverse avec lui.

Ses espoirs n'ont-ils de sens que pour lui ? A-t-il vraiment tord de croire encore et toujours en eux ?
Trop de question quand la réponse se pose sur sa gorge avec un froid mortel et mordant. Il n'en faut que d'un petit coup de pouce qu'il y perde la vie. Et pourtant il a l'impression que le problème est ailleurs. Dans les yeux de Lacrya.

La vérité, c'est qu'il ne sais pas si elle le hait ou si elle l'aime. Il a beau chercher une petite étincelle, un doute, du remords. Rien de tout ça n'y apparaît. Elle aime le chaos, elle le désire et le vie. Pourquoi l'abandonnerait-elle pour ce minuscule marchombre dont la flamme peut s'éteindre si facilement ?

En effet. Pourquoi s'embête-t-elle tant avec lui ? Ce sont les yeux du marchombre qui la questionne, qui tente de la percer. A quoi bon craindre une mort qui ne viendra pas ? Il l'a tant côtoyée, il sait quand elle est proche, il sait quand elle tend ses doigts pour l'attraper.
Pas maintenant. Il ne craint aucunement pour sa vie. Malgré tout ce qu'elle lui a dit, elle est bien incapable de lui montrer l'Envoleuse qu'elle prétend être. Le sang s'écoule, comme pour la tenter. Mais elle se retire, s'écarte encore.

Elle était pourtant si près de mettre un terme à tout ses tourments, à se débarrasser de ce qu'elle ne peut considérer que comme une faiblesse.


- Tu n’es qu’un sale égoïste.

Elle a bien de l'audace de lui reprocher cela. Elle a abandonné, comme si de rien n'était, le laissant avec une entaille qui le marquera sûrement un bon mois à la gorge. Lui faisant miroiter que ses espoirs ne sont pas vains tout en n'en exauçant aucun.


''Poursuis-moi encore, pourquoi pas toute une vie ?''

Et il ne peut qu'essayer encore, il est allé si loin ! Il n'abandonnera pas là, alors que le chemin paraît toucher à sa fin. Comme à chaque fois. Un pas de plus qui en fait découvrir deux autres. Il a beau tendre la main, voir le cou, il ne s'en saisit pas.


''Qu'est-ce que l'infini, quand on aime si fort ?''

Oh, ça il l'aime. Il donnera tout pour le prouver, tout pour la conquérir, tout pour la courtiser. Charmer une brise serait plus aisé.. l'attirer à lui pour danser avec elle. Se laisser porter par ses caresses, la laisser jouer avec ses tresses. Le vent serait une amante tellement plus tendre et présente, bien moins capricieuse, bien moins fugace, bien plus abordable.
Qu'allait-il porter son intérêt à cette indécise créature fantasque ?

L'homme qui se redresse n'a plus d'idée. Il ne sait plus comment la convaincre. Et elle ne fait rien pour lui en laisser l'occasion. Par où attaquer le problème ?

Sanglant. Comme s'ils ne s'étaient pas déjà assez blessés en moins de deux jours.
Mais elle a raison. Ils sont trop tendus, ils ont trop eut envie de s'entre-tuer pour qu'il n'en résulte pas un certain malaise. Si le corps réclame la violence, il faut bien l'expier.
Ne cherche-t-elle pas la mort en se mettant en quête d'un Brûleur ?

Un arc et des flèches.. Ce serait parfait pour veiller sur elle. Pour la couvrir. Mais absolument pas pour évacuer ce trop plein d'émotion qui l'étouffe. Il préfère les laisser là et se contenter des deux fidèles lames que Roy lui a offert.
Il préfère l'appel vibrant du sang.

Et sans daigner prononcer un mot, il suit la folle qui s'arrache la voix à travers Hulm.

Nuhadu avait toujours entendu dire que les bruits effrayaient le gibier. Fait vérifié. Cependant, les prédateurs sont-ils assez stupides pour prendre en chasse une chose qui avance sans peur ni crainte au cœur de la jungle, signalant sa présence avec véhémence.
En fait, la question est mal posée.
Quel prédateur laissera un nouveau venu empiéter sur son territoire en chassant ses proies et se promenant comme le maître des lieux ?

Il ne sait pas encore où ni quoi. Mais il ne doute pas que des créatures viendront réclamer le silence et la paix en leur territoire. Tôt ou tard.


-Et par la lance, ou par la hache
Il accompli sa tâche.
Frappant les Hommes
Sans prendre un somme.
Il en veut à la vie
Et il le lui crie.
Pas de paix, pas de répit
L'histoire n'est pas finie.

Les lunes pleurent du sang
Le long de son tourment.
L'amour peut attendre
Que celui-ci se fasse pourfendre.
Face à son tourment
Il se dit qu'il a le temps.
Pas de paix, ni d'envie,
L'histoire n'est pas finie.

Bien qu'il eut préféré le silence jusque là, les incessants appels de Lacrya ont fini par lui faire penser à cette chanson. Il serait bien en peine de remettre plus que ces deux couplets. Roy la lui a chanté une fois.. lointaine. De qui parle-t-elle ? Seul le rustre d'Al-Chen aurait pu répondre à cette question. Il faudra qu'il le lui demande un jour.
Mais pour passer le temps, elle s'avère fort bien choisie. Il pourrait presque croire qu'elle a été faite pour Lacrya. Cette idée est la source d'un sourire ironique, tandis qu'il se la murmure, encore et encore, cherchant à lui retrouver ce rythme unique que Roy lui avait donné.
En parlant de chanson...
L'appel des lames a prit une tournure bien étrange depuis qu'il a rencontré ce fameux forgeron.
Peut-être parce qu'il prend conscience que cet appel ne vient pas des lames.
La résonance d'une âme. L'écho de son âme.


Ondulation sous le regard argenté de la lune...

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 


Dernière édition par Nuhadu Darkmoon le Jeu 04 Juil 2013, 09:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Enjoleuse, envoleuse et.. marchombres? [Pv Maëlle et Lacrya ? ]   Lun 01 Juil 2013, 22:26


    Hurlement.
    Cri.
    Appel.

    Ma voix traverse férocement les bois, dérangeant sa pseudo tranquillité. Son harmonie. Brisant son équilibre. Et c’est exactement ce que je cherche. J’attends qu’il vienne se venger. Qu’il m’envoi l’un de se prédateur. Le plus grand. Le plus féroce. Pour pouvoir enfin déverser toute cette tension qui habite mon corps. Je veux me sentir fatiguée. Vidée.

    Pour enfin profiter.
    Sans penser.

    Prenant de grandes inspirations, je hurle à en perdre la voix. Mes pieds, toujours si silencieux fouillent la terre, frappent le sol. Je souhaite que chaque onde vienne se répercuter sur la forêt toute entière. Qu’elle se sente menacer. En danger.

    Vient me tuer !

    Je sens mon souffle s’accélérer, ma voix fatiguant légèrement. Alors un air discret parvient à mes oreilles. Surprise, je ferme mes lèvres, laissant cette douce mélodie m’envahir le temps d’un bref moment d’accalmie.

    Je ne comprends pas les paroles.
    Mais le ton de Nuhadu me plait.

    Alors qu’il laisse échapper les dernières notes, je me tourne vers lui, lui offrant un regard profond. Et sincère.

    Magique.

    Avant de me retourner et continuer mon vacarme, comme si cet instant n’avait était qu’un rêve.

    A jamais enfouie.
    Magnifique.

    Je ne sais combien de temps s’écoule tandis que je continue d’ébranler la forêt. Mais enfin, un cri me répond. Assourdissant. Montant lentement en crescendo avant de finir dans les aigues. Alors que mes tympans hurlent au martyr, je sens tout mon être s’illuminer, une violente bouffée d’adrénaline m’envahissant.


    - Tu voilà enfin.

    Sans plus réfléchir, je me lance à la rencontre de ma future proie. Mes poils se dressent légèrement sous l’excitation. Je sens un puissant frisson parcourir mon corps tandis que mes yeux s’agrandissent, ainsi que mon sourire.

    Sadique.
    Désireux.

    Je saute à pied joint dans une petite clairière, ma poitrine seulement recouverte d’un bout de tissus, mes hanches entouré d’un short à moitié déchiré. Et en face de moi, une magnifique créature.

    Colossale.
    Enragée.

    Un brûleur.

    L’air autour de moi se charge d’électricité tandis que ses flagelles fouettent l’air d’un air menaçant. Mais c’est sa gueule grande ouverte vers moi qui retiens mon attention. Trois rangées de dents coupantes comme des rasoirs. Et des mâchoires pouvant aisément couper un homme en deux.

    Magnifique.

    Mes yeux fous glissent sur sa fourrure claire. Ses lourdes pattes ornées de griffes raclent le sol. C’est au moment où il charge que Nuhadu débarque derrière moi dans la clairière, je saute sur lui. Nous roulons sur le côté, évitant la puissante mâchoire qui claque juste à notre droite. Offrant un sourire ravi à Nuhadu, j’effleure ses lèvres – geste réalisé dans le feu de l’action, ne contrôlant plus réellement mes pensées – et je relève.


    - Ensemble.

    Je l’aide rapidement à se relever et, me tournant vers le Brûleur qui se remet en position, je lui offre un clin d’œil.

    Avant de foncer.
    Droit devant.

    Dégainant une épée courte accrochée entre mes omoplates, je m’aplatie et, profitant de mon élan, je glisse sous lui, frappant au creux des articulations de ses membres.

    Trop court…

    Alors que je tente de me relever, encore à moitié sous lui, sa queue vient me percuter, me faisant rouler un peu plus loin. L’air de mes poumons s’échappe. Le traitre ! Je me relève sans trop de difficulté, l’excitation me faisant ignorer la douleur et profitant que ma petite merveille soit occupée par mon amant, je lui saute dessus, évitant ses flagelles.

    Mon épée s’enfonce dans sa chair alors que mes cheveux s’hérissent. C’est couverte de sang et sans arme que je retrouve de nouveau à terre, ma lame toujours plantée dans sa chair. Cela me tire un rire mauvais. Et c’est hurlant que je repars à l’assaut, sans prendre conscience que c’est avec ma vie que je joue ici…

    Et la sienne.

    La notre.


[Désolée pour la qualité... J'ai pris un tout petit peu de liberté avec Nuha, si il y a un problème, n'hasite pas à me le dire Wink]

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Enjoleuse, envoleuse et.. marchombres? [Pv Maëlle et Lacrya ? ]   Jeu 04 Juil 2013, 17:31

Il faut un certain temps au marchombre pour se rendre compte que l'envoleuse a cessé de crier et de malmener la jungle de son défi. Ce n'est certainement pas prudent de sa part de se laisser ainsi aller, après tout ils recherchent les pires créatures que l'on puisse trouver dans l'empire.

Curieux de ce soudain silence, il fige son chant. Il s'attendrait presque à voir Lacrya bondir soudainement dans un buisson et revenir en tirant un ours-élastique par le museau. Bien sûr, elle aurait une moue déçue, parce que ces boules de poils ne sont qu'une formalité pour elle.
Au lieu de quoi, il a le souffle coupé pendant un instant. Un de ces instants qui restent en suspends, comme pour tendre la main, inviter à agir, susurrer une certitude. Les magnifiques yeux de l'envoleuse se sont emparé de son souffle et de sa volonté. Et s'en sont allés. Les cris ont repris et le marchombre ne sent même plus l'âme de chanter.

Était-ce un regard de reproche ? Il ne l'a pas senti ainsi, mais il doute de plus en plus de sa faculté à la comprendre.
Et il devrait avoir une autre préoccupation.

Pour lui, les brûleurs sont des bêtes monstrueuses, très grandes, capables de gober les petits enfant pas sage et même de les cuir à la flagelle. Même avec beaucoup d'optimisme, il a du mal à n'y voir que des points positifs.
Alors, oui c'est sûr, il doit y avoir matière à s'épuiser. Mais pour le côté sanglant, il craint un peu que ce soient eux qui se répandent sur le sol de la jungle.

Peut-être, mais la chance voudrait quand même qu'une autre créature se présente à eux avant, et apaise peut-être les pulsions de Lacrya. Celle de Nuhadu aussi par la même occasion, mais tant que son âme-soeur refusera d'aborder le sujet, il risque d'être très tendu.

D'ailleurs, l'a-t-il lui même abordé le sujet ? Il lui a dit ce qu'il voulait, du moins il lui semble l'avoir dit clairement. Et elle ? Ne devrait-il pas avoir le courage d'affronter les envies de Lacrya ? Même si ceux-ci ne se tournent pas vers lui ?

Concentration Nuha, concentration.

Un conseil dur à suivre quand sa seule envie est de s'arracher les oreilles. La voix de Lacrya était bien plus agréable, même alors qu'elle l'utilisait à se la briser. Ce son assourdissant n'est pourtant pas arrivé d'un coup. S'il y avait prêté un peu plus d'attentions, il l'aurait entendu s'élever et s'envoler jusqu'à l'insupportable.
Manque de bol, il ne contrôle plus ses pensées.

Qu'est-ce qui peut chanter aussi mal dans le monde ?
A en voir l'empressement soudain de Lacrya, c'est soit un brûleur, soit une créature tout aussi dangereuse, sinon plus .
Que la chasse commence.

Les tresses du marchombre se faufilent à la suite de la blanche envoleuse, bien décidé à ne pas la perdre de vue. Heureusement, elle ne s'enfuit pas bien loin, juste dans une jolie petite clairière tout ce qu'il y a de plus charmant.

Hey ! Il suffirait de l'inviter à un pique-nique. Tout le monde aime les pique-niques !
Enfin, peut-être pas avec cette désagréable sensation plus que piquante dans l'air.

Les yeux ronds du marchombre restent planté sur la bête, si un tel monstre mérite encore ce nom, qui leur saute dessus. A en voir la gueule béante, il ne serait pas si difficile de se laisser engloutir tout entier. Le seul hic c'est un peu toutes ses dents qui ne visent qu'à broyer et déchiqueter.
Pas beaucoup d'issues plaisantes.

Lacrya en choisit une autre, le classique saut sur le côté. Le plus choquant, c'est qu'elle prenne la peine d'entraîner son marchombre empoté. Encore une fois, elle s'acharne à s'accrocher à lui quand elle ne cesse de lui faire comprendre qu'il est de trop.
Et encore une fois, il se sent perdre la tête quand cette ravissante créature se tient si près de lui. Plus encore quand elle fait mine de lui offrir ses lèvres.

Pas de bêtises les enfants. Vous avez cherché les ennuis, il faudra donc ce charger de ce Brûleur.
Nuhadu saisit le bras de Lacrya, déjà familié avec la force dont peut faire preuve cette petite femme, et saute sur ses pieds.
Elle n'a pas besoin de le lui dire, il sait déjà que cette danse ne se fera pas en solitaire.

Jamais il n'aurait affronté ce genre de créature seul.

La fourrure du brûleur semble parcourue de frissons, comme pour marquer sa vive colère de n'avoir rien mordu de plus qu'un buisson. Comme si ses nombreuses griffes ne suffisaient pas, il faut aussi que des étincelles et de fugaces arc électrique crépitent autour de la bête.

Rien de bien attirant, c'est au moins mille fois plus effrayant qu'un ours-élastique.
Donc au moins mille fois plus gratifiant à battre.

La lourde tête surchargée de crocs se tourne grondante vers eux et le corps de la créature s'agite, prêt à rebondir. Lacrya est plus rapide. Elle disparaît en un rien de temps sous la créature qui s'agite en tout sens pour essayer de la retrouver.

Les lames de Nuhadu chantent le long de leur fourreau. Il va bien falloir qu'il entre dans la danse. Malgré sa fougue et sa vitesse, il doute que l'envoleuse soit en sécurité sous ce corps massif, qui sait quand les pattes griffues l'atteindront ?

Les éclats du soleil, se font capter par les lames tandis que leurs tranchants caresse vivement la fourrure de la bête, et en dessous sa peau. Rien de bien profond, Nuhadu serait bien en peine de s'y oser car, déjà, une flagelle crépitante darde vers lui, le forçant s'esquiver et se reculer.

Il serait bien stupide de penser que l'attaque et la fuite sont incompatibles.

Avec une bête si immense, Nuhadu ne peut que se réjouir. Ses lames ne cessent de voler et tournoyer, traçant sillons, balafres et estafilades le long de ce corps trop massif, bien que rapide doit-il reconnaître.
Peu profondes, les blessures semblent assez douloureuses pour que la gueule infernale s'abatte sur lui. Un premier coup de lame dans la gencive de la créature la rend plus hésitante quant à l'idée de l'avaler tout rond.

Tout sourire, le marchombre fait tournoyer les lames éclatantes, s'amusant de voir la créature s'en méfier désormais.

De griffes en flagelles, les pas de Nuhadu vont d'un danger à l'autre, s'en tirant tout aussi vite. A chaque tressaillement ou hurlement de la bête, qu'il sait provenir de sa merveilleuse partenaire de danse, il ajoute des tracés sanglant sous la fourrure de la bête, l'empêchant de prêter son attention ailleurs.
Avec un corps aussi dangereux que celui-ci, on aurait pu croire que deux adversaires ne sont pas de trop. Ce serait oublier que le cerveau est unique. Le brûleur ne peut pas se préoccuper de ses arrières, mais dès qu'il tente de s'en prendre au jeune homme, les lames ou une violente douleur provenu de l'autre proie ne cessent de le prendre en défaut.

D'un autre côté.. les pauvres blessures que lui inflige Nuhadu ne viendront jamais à bout de cette créature et il a déjà trop de mal à la tenir en respect. Au fond de lui, il espère profondément que Lacrya fait mieux que lui. Soyons honnête. Il fatigue déjà de l'exercice, ô combien physique et prenant.

Finalement, les exercices de Libertée étaient pas si méchants.

Et toujours ce chant qui fouette l'air et vole le sang..


[ Wink elle est très bien cette réponse.]

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Enjoleuse, envoleuse et.. marchombres? [Pv Maëlle et Lacrya ? ]   Dim 04 Aoû 2013, 00:22


    Folie pure.
    Profonde.
    Délicieuse.

    Mes yeux se teintent de rouge. Un rouge sanglant et puissant qui n’appel que la violence.

    Et la mort.

    Il me semble qu’une éternité s’est écoulée depuis le moment où j’ai ressenti cette envie de sang pour la dernière fois. Est-ce un bien ? Un mal ? Pour moi il signifie juste un retour à mon véritable caractère. Ma véritable nature. Liée au sang. A la mort. A la puissance.

    Et au Chaos.

    Avec un sourire amusé et mauvais, je regarde la danse du jeune homme combattant à mes côtés. Fluide. Douce. Il me rappel mon maître. Mon ancien maître. Un jour, une personne m’a dit que les Marchombres et les Mercenaires se ressemblaient énormément dans leur façon de se mouvoir.

    Terrible erreur.

    Il suffit de le regarder. En parfait harmonie avec ce qui l’entoure. Il coule comme l’eau. En douceur. Même s’il peut devenir très violent, il n’arrêtera jamais de se couler dans ce qui est son environnement.

    Nous, nous sommes plus comme le feu. Nous consumons ce qui nous entoure, lui volant sa force pour la faire notre. Nous sommes brutaux. Puissant. Loin, très loin de l’harmonie. Nous dominons notre environnement au lieu de nous y accorder.

    Cette petite réflexion me fait doucement sourire.

    Un flagelle frôlant mon visage me fait revenir à la réalité. Effectuant un bond en arrière, je vois l’énorme créature se retourner vers moi, abandonnant un instant Nuhadu. Levant la main, je me rappelle que ma lame est toujours plantée dans sa peau, tel le dard d’un petit insecte…

    Aïe.

    Un poids au niveau de mon poignet gauche me fait cependant revenir en mémoire le cadeau du jeune homme. Un sourire ravi étire mes lèvres tandis que je me saisis d’une des petites lames et, d’une façon encore un peu maladroite, la lance. Elle vient se figer au centre d’un des deux yeux de la créature.

    Rire mauvais.

    Son deuxième œil ne vit pas plus longtemps. A présent aveugle, le brûleur se met à ruer dans tous les sens, faisant claquer violement sa mâchoire dans l’espoir de la sentir se refermer sur quelque chose.

    Il ne rencontre que de l’air.

    Dégainant un poignard à la lame aussi noir que la nuit, je m’avance doucement vers lui, évitant ses coups de tête puissants et chaotique. Une de ses pattes lancée vers moi me force à reculer. Lançant un regard à Nuhadu, je penche la tête sur le côté, comme l’interrogeant du regard.

    Sur quoi ?

    Aucune idée.

    Je pose finalement un doigt sur mes lèvres, lui intimant de ne plus faire de bruit. Lentement, le brûleur se calme, sans doute rassuré par ce nouveau silence. Il s’ébroue, basculant sa tête d’un côté puis de l’autre, comme s’il sondait les parages. Puis il soupir.

    Soulagé ?

    C’est ce moment que je choisi pour me jeter sous sa gorge et la tranché, enfonçant de es deux mains la mince lame de mon poignard. J’ai à peine de temps de rouler sur moi-même que la créature s’effondre déjà à l’endroit om je me trouvais.

    Et je reste allongée là, mon poignard toujours serré dans ma main droite.

    Nous avons vaincu un brûleur.

    Je ferme les yeux, poussant un long soupir.

    Nous…

    Etrangement, je ne me sens pas plus calme que tout à l’heure. Juste exténuée. Vidée…

    Physiquement.
    Moralement.

    Merde.

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Enjoleuse, envoleuse et.. marchombres? [Pv Maëlle et Lacrya ? ]   Mar 06 Aoû 2013, 12:24

La danse s'est trop longtemps éternisée. Le marchombre fatigue mais ne cède rien à la bête. Le Brûleur n'a pas sa persévérance, c'est sûr. Il en assez de défier les lames étincelantes, assez de l 'échec et surtout assez de souffrir. Si la créature de devant est trop épicée pour lui, alors il ne lui reste plus qu'à manger l'autre. Cette petite tête blanche qui se montre enfin.

Appétissante à souhait, Nuhadu en conviendra.

Le brûleur tourne ses dents aiguisées vers Lacrya, si fragile d'apparence. Même le marchombre doute de la voir échapper au courroux du monstre quand elle semble ainsi désarmée. Pourtant, il la sait capable de se sortir de situations qu'il ne peut pas imaginer. Mais là, comment ?

Les lames s'abaissent en attente de la réponse. Tout semble retenir son souffle pour découvrir l'issue de cet étrange duel. L'envoleuse elle même ne semble pas en mener large alors qu'elle s'écarte d'un flagelle grésillant. Et puis.. C'est une envoleuse.
Un fin éclat s'échappe de ses doigts et le monstre pousse un cri encore plus perçant et dérangeant que le précédent. Quand on en voit l'état de son œil, on ne peut que comprendre. Le marchombre en ressent presque un élan de pitié, largement atténué par la répulsion que le monstre fait naître en lui depuis le début. Un autre éclat et le brûleur perdit la vue. La bête entre alors en rage, ou peut-être est-ce la peur qui la fasse réagir ainsi. Elle frappe en tout sens, s'agite de tout côté, claque sa mâchoire par fait crépiter ses flagelles par là. Le marchombre s'écarte prudemment, il n'a que trop conscience du danger d'une bête acculée défendant sa vie. Et une créature aussi grosse, même aveugle, ne peut faire que du grabuge.

En revanche, l'Envoleuse elle s'avance. Hésitante, prudente, mais avance tout de même au cœur de ce chaos de coups. Et puis, elle porte son regard vers le marchombre, comme pour lui demander s'il veut achever la bête lui même. Il secoue la tête. Ce n'est pas sa soif de sang qui les a mené ici, c'est elle qui voulait se soulager. Qu'elle profite pleinement de sa proie.

Un doigt sur les lèvres, l'envoleuse intime le silence. Il s'y tient sagement et autour du brûleur tout s'immobilise. Petit à petit, la créature se calme. Elle semble d'abord chercher prudemment la présence d'ennemis dans les parages et puis s’apaise finalement. Cette rencontre lui a coûté véritablement cher. Il faudrait juste un peut de repos pour ce brûleur.

Et l'envoleuse frappe.

Un coup rapide, brutal mais soudain. Le brûleur rend vite l'âme.

Le marchombre souffle et se détend enfin. Quel carnage ont-ils fait dans cette clairière ! Le pire, c'est qu'à en croire ce que Roy lui racontait, ce brûleur n'était pas particulièrement gros. Mais connaissant Roy, il se peut que ce soit exagéré.

Lacrya ne se relève pas. Se serait-elle blessée dans sa dernière action ? Il la voit mal faire quelque chose d'aussi ridicule, mais dans le doute il se rapproche d'elle.


-Tu es effrayante une lame à la main.

Avec un immense sourire, il lui tend la main pour l'aider à se relever.

-Tu as eu un brûleur, satisfaite ou on se met en quête d'une goule?

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Enjoleuse, envoleuse et.. marchombres? [Pv Maëlle et Lacrya ? ]   Ven 09 Aoû 2013, 20:00


    - Tu t'en rends enfin compte...

    *Attrape sa main, lui fauche les jambes et le fait tomber à côté d'elle.*

    - Une goule... Pourquoi pas. Tu vas la chercher ?

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Enjoleuse, envoleuse et.. marchombres? [Pv Maëlle et Lacrya ? ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Mercenaires
» La quête d'Ewilan - Le monde d'Ewilan - Le pacr des Marchombres
» Envol [Pv Ange]
» Le Pacte VS l'Ordre - partenariat
» RE bonjour tout le monde ! (finie!)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Jungle d'Hulm-
Sauter vers: