AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Groupe Hogh - cours n°3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 1010
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Groupe Hogh - cours n°3   Sam 03 Nov 2012, 12:53

Il avait changé.
C’était le constat du jour, de la semaine peut-être, et il lui venait alors qu’il était en train de s’observer en chien de faïence dans la vitre de sa chambre. Physiquement, il était toujours le même : un œil bleu, un œil marron, une barbe de quelques jours et des cheveux éternellement en pagaille. Il avait un peu maigri. Son récent périple dans le sud avait laissé quelques traces que le temps effacerait petit à petit – un hématome ici, une cicatrice là… La routine. Rien de bien nouveau ni d’alarmant. Mais voilà, il avait changé. A l’intérieur. Ce que la vitre renvoyait n’était qu’un reflet déformé et pourtant, Gil avait l’impression que ce changement éclatait comme une bombe de lumière. Eclat improbable dans le fond de ses yeux. léger sourire au coin des lèvres. Il s’était produit quelque chose depuis son dernier cours avec Kaünis. Il était tombé amoureux.

Clignant des yeux, Gil se redressa et reprit sa tête « normale » - un visage impassible, une moue boudeuse, un regard frondeur et le menton relevé en signe de défi ; la jeune fille ne devait pas savoir. Il se donnait déjà un mal de chien pour se rendre crédible à ses yeux, pas question qu’elle devine son maître capable de s’adoucir pour les formes – incroyables, est-il besoin de le rappeler ? – d’une femme. En outre, Libertée n’avait rien à faire dans ce cours. Quant à Naïs… *Baf*. Claque mentale. Il perdait complètement les pédales et ce n’était pas sans la faute de l’Envoleuse, qui avait le don de surgir aux endroits et aux moments où il ne s’y attendait vraiment pas. D’abord l’examen de Papillon, ensuite le Désert des Murmures… Gil était perdu. Ce qu’il ressentait pour l’une n’était pas applicable pour l’autre, mais il y avait un hic : il ne savait pas qui était l’une, qui était l’autre. Libertée et Naïs évoluaient sur le même plan et sans le savoir. Et lui, et bien, il était coincé. Fait comme un rat.
Un rat…

Abandonnant son reflet, Gil glissa son arc sur son épaule, fixa son carquois à sa ceinture et attrapa son sac. Puis il quitta la pièce, sans un regard en arrière ; contrairement à la plupart des maîtres qui gravitaient dans le Domaine, lui ne s’y sentait pas chez lui et c’était toujours avec une pointe de soulagement qu’il quittait les lieux. Il fit un détour par les cuisines, chipa un bout de pain et un morceau de pâté de thermites qu’il engloutit sur le chemin des écuries. Comme de coutume, il y avait donné rendez-vous à Kaünis, mais contrairement à son habitude, il était largement en avance. Très largement.
Il avait changé.

Kaünis avait-elle changé, elle aussi ? Il ne l’avait pas revue depuis qu’il l’avait testée lors de son Alow-Til. Voilà un examen qui en valait la peine, d’ailleurs : une série d’épreuves imaginées, réalisées et supervisées par lui, et lui seul ; il avait pu mesurer la progression de son élève et apprécier sa volonté, pièce maîtresse de cet apprentissage. Kaünis était une battante. Elle était bornée et agaçante, mais battante. Et capable de progresser davantage. Pour ce troisième cours, il avait prévu de repousser encore plus loin ses limites, de lui enseigner l’endurance et la pugnacité – bref, il allait l’épuiser. Et il avait hâte de commencer. Mais il était en avance ! Nul, songea-t-il en sellant Océan. S’approprier l’étalon de Naïs était sans doute une erreur, d’autant que cela n’allait pas l’aider à résoudre ses affaires de cœur, mais c’était la seule monture qui lui convienne pour un tel voyage. Seren avait reprit Pic en main, fermement décidé à lui faire perdre les mauvaises habitudes que l’animal « aurait » acquises en sa présence. Pour avoir voyagé plus d’une fois avec lui, Gil connaissait bien Océan et savait ce dont l’étalon était capable.

Fureur était là elle aussi. Décidant qu’il avait suffisamment vérifié les aptitudes de Kaünis en ce qui concernait la préparation d’une monture, il la sella également, désireux de ne pas perdre de temps. Un programme chargé attendait l’apprentie Envoleuse et son maître… Les guides des deux montures dans chaque main, Gil sortait de l’écurie au moment où un bruit de pas se fit entendre. Il sourit – il aurait reconnu ce pas entre mille – et se façonna rapidement un masque impénétrable, dénué de toute expression particulière. Nul n’aurait pu deviner que son cœur battait à toute vitesse, et sûrement pas la jeune fille qui arrivait. Il avait changé mais il savait rester maître de lui-même…

- Salut, gamine.

Il le savait, elle n’appréciait pas ce surnom. Elle, elle savait qu’il n’en changerait pas pour autant. En deux mots, Gil venait de relancer le jeu du chat et de la souris, du maître et de l’apprenti – de l’agaçant et de l’agacé. C’était un jeu permanent mais les rôles étaient mouvants. Restait à savoir, là, maintenant, qui était le chat et qui était la souris…

- Prête à me suivre encore une fois ?

La question pouvait paraître idiote, puisque Kaünis avait accepté de lui donner trois années de sa vie. Une était déjà passée. Mais Gil était loin d’être idiot. Et la réponse qu’il attendait pouvait très bien se contenter d’être un regard des plus noirs ; il s’en moquait.
Ce regard lui avait manqué.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 20/10 au 03/11]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 991
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Dim 04 Nov 2012, 13:51

En laçant son corset rouge, Kaünis jeta un coup d’œil dans le miroir commun des dortoirs des filles. Elle ne savait pas si c’était vraiment la bonne tenue pour partir en cours, mais elle savait aussi que Fried l’attendait dehors, et n’avait aucune envie de remettre sa vieille chemise blanche alors qu’il préférait la voir ainsi. Un peu de manipulation de faisait jamais de mal, et puis, comme ça, elle pourrait être désirable en toutes circonstances ! Elle veilla cependant à ne pas trop serrer la taille, pour pouvoir respirer librement.

Remontant ses longs cheveux en un chignon haut, duquel s’échappaient quelques mèches rebelles, elle se mordit la lèvre et prit son poignard qu’elle passa à sa ceinture. Un dernier coup d’œil dans le miroir – elle en deviendrait coquette – et enfin elle sortit des dortoirs. Son regard balaya le couloir, et en effet, ce qu’elle pensait se confirma : Fried était là. Et il était en train de discuter avec… Yan !
Jugulant la surprise et l’émotion qui lui tordirent le ventre, la jeune femme s’avança vers les deux hommes le menton haut, et les yeux légèrement plissés malgré elle.

- Salut Kaünis.
- Salut…


Evitant consciencieusement le regard de Fried, et ne s’approchant pas de lui pour plus d’effusions, Kaünis se tourna vers Yan.

- Qu’est-ce que tu fous là ?
- Bonjour Kaünis !
- Ouais… J’sais pas ce que vous voulez, mais moi j’ai cours.


Elle planta son regard sombre dans celui des deux jeunes hommes, et se détourna d’eux pour s’éloigner dans les couloirs, et prendre la direction des écuries, dans lesquelles Gil devait l’attendre, s’il n’était pas encore en retard. Dévalant rapidement les escaliers pour ne pas qu’ils la poursuivissent dans les couloirs, Kaünis s’engouffra dans le réfectoire, attrapa une pomme et sortit presque en trombe du Domaine.

Soupirant légèrement une fois dehors, elle s’arrêta quelques secondes, jetant un coup d’œil dans son dos. Personne. Soulagée, elle prit donc la direction des écuries avec des tonnes de questions sous le crâne.

- C’est quoi cet accoutrement ?

Sursautant légèrement – décidément, elle n’était pas encore prête d’arriver au niveau de Yan, ni de Gil… - Kaünis se tourna vers le jeune homme et planta son regard dans le sien. Elle se sentit rougir, mais garda le menton levé.

- En quoi ça te regarde ? Je porte ce que je veux.
- Dis plutôt que tu portes ce que Fried aime.
- Et si c’est lui que je veux ? Ca revient au même.


Sa réplique sembla surprendre Yan autant qu’il n’arriva pas à parler immédiatement, la bouche en O. Mais le jeune homme se reprit bien vite, et un sourire moqueur prit place sur son visage.

- Hin hin… Me semblait bien aussi.

Kaünis le foudroya du regard, mais il se contenta de sourire, et il se pencha légèrement vers elle. Elle sentit son souffle accélérer et son cœur bondir dans sa poitrine, espérant de toutes ses pensées que Fried n’était pas dans le coin. Mais Yan se contenta de passer l’une de ses mèches rebelles derrière son oreille, tout en la fixant dans ses yeux.
Comment aurait-il pu ne pas remarquer qu’elle frémissait à ce contact ? Que son cœur cognait si fort dans sa poitrine ?

Mais Kaünis était bien décidée à ne pas se laisser intimider de trop avec Yan. Aussi, elle ne baissa ni le regard, ni le menton, et le regarda s’en aller… avant de voir la silhouette de Fried un peu plus loin, même si le Mentaï ne devait pas se douter qu’elle pouvait le voir.
Serrant les dents, elle laissa Yan s’éloigner d’elle. Il avait toujours son sourire, qui l’agaçait au plus haut point. Un long soupir franchit les lèvres de Kaünis, alors que son cœur reprenait une course plus rythmée dans son torse.

Le cours.
Elle devait rejoindre Gil.
Elle était déjà en retard, d’ailleurs. Elle se demandait juste si elle l’était plus ou moins que son Maître…

Alors, quand elle arriva dans les écuries et vit Gil avec deux chevaux prêts – tiens, il lui avait préparé le sien – elle s’arrêta quelques secondes, surprise.

- Salut, gamine.

Kaünis prit une grande inspiration, mais ne releva pas le surnom.

- Prête à me suivre encore une fois ?

Haussant la tête, Kaünis ne prononça pas un mot. Elle devait d’abord réussir à liquéfier cette boule dans sa gorge, marque tangible de sa frustration d’avoir rencontré Yan, que Fried l’ai vu ne pas réagir à ses avances, même s’il n’avait pas été jusqu’à l’embrasser…

En fait, elle n’était juste pas du tout là.
Elle prit la bride de sa monture, Fureur, et se hissa dessus en silence.

En plus, Yan avait sûrement senti ou vu l’hésitation qu’elle avait marquée quand elle était sortie des dortoirs, vis-à-vis de Fried. Et le Mentaï avait d’ailleurs dû mal le prendre, puisque jusqu’alors il était toujours à vouloir trouver le contact avec elle. Elle ne voulait pas que Fried la prît à part, parce qu’elle ne voulait pas perdre cet espoir que son futur n’était pas tant futur que cela.
Mais elle venait de voir que lorsqu’ils étaient tous les deux ensemble, elle ne savait juste pas quoi faire. Comme si sa raison s’en était allée sans autre forme de procès. Comme si… tout s’emmêlait.

Non.
Tout s’emmêlait.
En fait, savait-elle vraiment ce qu’elle voulait ?

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 1010
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Lun 05 Nov 2012, 19:03

Kaünis se dirigea sans répondre vers sa monture et Gil haussa un sourcil perplexe. Ben quoi, alors ? Est-ce qu’elle avait remarqué qu’il était à l’heure, cette fois ? Est-ce qu’elle l’avait remarqué, lui, Giliwyn SangreLune, son guide, son mentor – son maître ? Et bien non. Enfin, ça en avait tout l’air, même si l’Envoleur n’était idiot au point de se croire réellement invisible. Mais il s’était attendu à tout, sauf à ça – un silence plus glacial que le vent qui soufflait par intermittences… La dernière fois, ils s’étaient criés dessus. Ou plutôt, elle avait crié, lui s’était contenté d’écouter sans rien dire, ou presque. Kaünis avait beau être moins bavarde que lui, Gil n’était pas dupe ; cette attitude était à cent mille lieues de celle qu’il connaissait bien. Bah, songea-t-il en se hissant sur Océan, on a tous le droit d’être de mauvaise humeur...

Espérant que ce troisième cours n’était pas cause d’une telle morosité, il fit avancer sa monture et franchit les portes du Domaine, suivit par son élève. Au moment de s’engager sur la piste, un mouvement capta son attention sur la gauche et il tourna la tête juste à temps pour voir une silhouette disparaître dans les ombres jetées sur le sol par le haut mur. Sentant les poils de sa nuque se hérisser, il se força à se détendre ; il avait beau être recherché par un tueur qui semblait lui en vouloir personnellement, il ne fallait pas voir le mal partout, et surtout pas ici, où bien il risquait de ne plus jamais y mettre les pieds de sa vie… Une jolie occasion de se défaire du Conseil, mais qui risquait également de le priver de Kaünis. Ce qui n’était pas envisageable – du moins, pas tant qu’elle n’était pas arrivée au bout de son apprentissage.

Bien sûr, Gil n’avait aucun moyen de savoir que cette silhouette, qu’il oublia sitôt qu’ils eurent franchi la limite des premiers arbres du bois jouxtant le Domaine, était celle d’un Mentaï qui jouait un rôle principal dans la vie de son élève. Bien loin des tourments qui déchiraient la jeune fille, Gil mit le cap vers le lac Chen, lançant Océan dans un galop soutenu que Fureur n’eut aucun mal à suivre. Pas besoin de se retourner pour savoir que Kaünis maîtrisait sa monture comme il le fallait ; il s’en était assuré lors de son dernier examen. D’autres étapes attendaient désormais l’apprentie, foultitude de jalons plus difficiles à atteindre les uns que les autres et qu’il avait hâte de franchir à ses côtés. Son récent périple dans le Désert des Murmures, la mort d’Iselle, l’amour de Libertée décuplaient ses émotions et lui donnaient envie de se déchaîner.
Maintenant.

- Tu vois cet arbre, là-bas ? dit-il alors qu’ils quittaient le bois pour emprunter une piste sillonnant entre une série de champs cultivés. Le dernier à l’atteindre est une crotte de ts’liche !

Il talonna sa monture avant même de voir l’effet que produisirent ses paroles sur le visage impassible de Kaünis, poussant Océan dans une course folle. Couché sur l’encolure de l’étalon, il écouta le vent siffler à ses oreilles, filant comme une flèche dans les jeux de lumière crées par le soleil qui jouait à cache-cache derrière d’épais nuages cotonneux. La foulée d’Océan était longue et puissante et il ne faisait aucun doute qu’il surpassait Fureur en vitesse ; Gil ne comptait pas laisser Kaünis gagner. Il voulait juste qu’elle se prenne au jeu. Lui-même avait l’impression que le poids qui pesait sur ses épaules depuis la mort d’Iselle s’allégeait sensiblement, alors qu’il galopait à bride abattue sur le sentier qui se perdait à présent entre deux collines. Hautes et fières, les Dentelles Vives se dressaient devant eux, colonne vertébrale de cette partie de l’Empire, élément indissociable du paysage. Encourageant Océan par la voix, comme Naïs avait l’habitude de le faire, Gil gagna encore en vitesse et atteignit bientôt l’arbre qui symbolisait le terme de cette course. Il le dépassa, se redressa sur sa selle et laissa l’étalon ralentir jusqu’à reprendre un trot léger. Alors, il fit demi-tour et regagna l’énorme chêne dont le tronc, probablement frappé par la foudre, était fendu.

- Alors, crotte de ts’liche, on fatigue déjà ? Et dire que ce n’est que le préambule !

Il avait emprunté un ton ironique, presque provocant, dans le but de sortir la jeune fille de son mutisme. Il était temps pour elle de se réveiller, ce qui l’attendait allait plus d’une fois mettre sa vie en danger. Or, un Envoleur reste toujours sur le qui-vive. Il était bien placé pour le savoir… Arrêtant sa monture près de celle de Kaünis, Gil mit pied à terre, lui indiquant d’un geste du menton d’en faire autant. Fureur et Océan avaient besoin de récupérer après une telle performance ; débarrassés du poids de leurs cavaliers, ils allaient se remettre plus vite. Mais il ne s’agissait pas de faire une halte pour autant : l’automne était déjà bien avancé et les journées raccourcissaient à vue d’œil, en même temps que l’air fraîchissait et le vent devenait plus incisif. Ils pouvaient toutefois s’estimer heureux que la pluie ne soit pas de la partie en cette première journée de cours, et si le soleil se faisait de plus en plus timide, le temps restait au beau.

- J’ai une question, fit soudain Gil, alors que tous deux cheminaient dans un silence rythmé par le bruit des sabots de leurs montures sur le sentier rocailleux. Que t’a inspiré ton dernier examen ? J’aimerai que tu résumes tes sensations, si sensations il y a eu, en trois maîtres-mots que tu développeras ensuite.

D’ordinaire, Gil n’était pas pour ce genre de « leçon de morale » que Seren lui avait souvent imposé au cours de son apprentissage. Mais Kaünis avait besoin de parler, de s’ouvrir, et il ne connaissait que deux manières pour y parvenir : la manière douce, et la manière forte.
Inutile de préciser quelle était sa préférée.


__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 20/10 au 03/11]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 991
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Lun 05 Nov 2012, 20:11

Kaünis fut reconnaissante à Gil de ne pas relever son attitude. Cela aurait été pire que tout, et elle était certaine qu’elle aurait éclaté, d’une façon ou d’une autre – soit en hurlant, soit en pleurant – et ne voulait surtout pas que cela arrivât. Elle tentait donc tant bien que mal de garder toutes ces émotions dans son crâne, mais il était légitime qu’elles ne voulussent pas y rester…

Un mouvement fugitif attira son attention, mais elle tenta de ne pas relever le regard : elle savait très bien qui c’était, parce qu’elle l’avait entendu la suivre. Mentaï, mais pas Envoleur, Fried n’avait pas la démarche légère et silencieuse de Yan, et il ne la surprendrait pas en arrivant par derrière – contrairement à l’Envoleur.
Raaah !
Elle devait arrêter de penser à eux. Mais c’était plus fort qu’elle, ses pensées ne cessaient de revenir à la charge. Elle qui avait attendu ce cours pour pouvoir se les sortir de la tête, elle se demandait quand est-ce que cela allait vraiment commencer. Et alors qu’elle s’apprêtait à ouvrir la bouche, son Maître la devança.

- Tu vois cet arbre, là-bas ? Le dernier à l’atteindre est une crotte de ts’liche !

Heureuse de cette répartie, la jeune fille talonna sa monture qui s’élança rapidement sur le chemin en terre, louvoyant entre les troncs à une vitesse phénoménale… Pas assez phénoménale pour réussir à rattraper le cheval de Gil, qui avait une foulée bien plus longue que Fureur, mais la jument tentait de compenser cette longueur d’avance par une hargne et une cadence redoublée… Peine perdue, la croupe du cheval de Gil restait hors de portée, et donc le bout de son nez encore plus…
Et ce furent eux qui arrivèrent les premiers à l’arbre.
Ruminant toute seule, Kaünis redressa enfin légèrement le menton, contente des sensations que ce galop avait éveillées en elle. Cela faisait du bien, une course effrénée comme celle-ci, et elle aurait préféré qu’elle fût plus longue d’ailleurs !

- Alors, crotte de ts’liche, on fatigue déjà ? Et dire que ce n’est que le préambule !

Kaünis tiqua au nouveau surnom qu’il venait de lui attitrer, et elle ne put s’empêcher de répliquer.

- Je me disais aussi, je trouvais ça trop facile, tête de Raï. C’est quand qu’on commence pour de vrai ? Je m’ennuie déjà…

Il ne sembla pas d’humeur à lui répondre, et préféra apparemment descendre de cheval pour continuer la route. Hein, déjà ? Déçue, Kaünis suivit son Maître dans son mouvement et mit pied à terre à son tour. Ils commencèrent à marcher doucement à travers les troncs, le long d’un sentier d’animal sauvage. Serpentant entre les troncs, les pensées de Kaünis parvenaient à se tenir assez loin des deux garçons qui avaient tendance à l’omnibuler, et elle se surprit à sourire légèrement à cette promenade de santé.
C’était qu’elle s’ennuyait déjà, en effet ! Enfin, presque…

Lorsque la voix de Gil retentit, elle n’en fut même pas surprise. Il en deviendrait presque bavard, en fait ! Cela lui rappela Nana et ses histoires à dormir debout. Elle avait toujours beaucoup à raconter, et cela ne la dérangeait pas de faire de longs monologues, ce qui arrangeait Kaünis, évidemment.

Le dernier examen ?
Mais il était loin ! Prenant une inspiration, Kaünis tenta de trouver le souvenir dans son esprit, au milieu de la cacophonie qui y régnait. Quelques mots se formèrent dans son esprit, et elle les garda quelques instants, tentant de les modeler et d’en extorquer le sens profond, pour pouvoir le résumer au mieux. Finalement, elle tourna son visage vers Gil et répondit d’un ton ferme.

- Equilibre, maîtrise… et volonté.

Voilà, c’étaient ses trois mots, mais elle n’allait pas se contenter de cela.
Parce que là, immédiatement, elle avait envie de dire beaucoup trop de choses.

- Les examens ne sont en fait que des défis que tu lances à qui mieux-mieux. Mais j’aime ce principe, ça me permet de relativiser…

Elle se retint de parler. Pour poser son regard dans celui, bicolore, de l’homme.

- D’ailleurs, j’aimerais savoir ta conclusion sur mon examen… Je me suis améliorée au moins ?

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 1010
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mar 06 Nov 2012, 12:29

La réponse de Kaünis plut à Gil. Il l’avait vue réfléchir mais pas trop, et ses mots résonnaient avec la justesse de la sincérité. Mais plus encore, c’est la suite qui alluma dans ses yeux vairons une petite étincelle de fierté. C’était probablement le premier compliment – car il décidait d’y voir un compliment – qu’elle faisait à son égard et parce que c’était aussi sa toute première élève, il comptait bien le garder soigneusement dans un recoin de sa mémoire, ne serait-ce que pour crâner devant Seren. Il ne se souvenait pas avoir approuvé une seule fois les méthodes de ce dernier. Peut-être parce qu’il n’avait jamais pu voir l’éclat d’admiration qui brillait aujourd’hui encore dans le regard qu’il posait sur l’Envoleur… Puis vint la question, celle que Gil attendait, et il s’octroya à son tour quelques secondes de réflexion avant de répondre :

- Tu as appris l’équilibre, tu as la maîtrise et tu possèdes une volonté de fer. Oui, Kaünis, tu as progressé. Tu n’es même pas tombée dans l’eau ! Mais tu veux que je te dise ? Je n’avais pas prévu de serviette parce que je savais que tu n’allais pas tomber.

Un compliment pour un compliment ; ceux de Gil étaient tout aussi rares que ceux de Kaünis, or cela ne faisait aucun doute : pour progresser, la jeune fille avait besoin de son soutien plus que de son dédain. Toutefois l’un n’empêchait pas l’autre, et Gil décida de la prendre au mot et s’arrêta brusquement.

- Bien ! Puisque tu t’ennuies, je vais te lancer un nouveau défi. Approche.

Il défit le bandana de tissu qu’il avait noué autour de son cou pour se protéger du vent et le noua autour de la tête de Kaünis, lui bandant ainsi les yeux. Puis il la planta là, le temps d’attacher les guides de leurs montures à un arbre, et revint vers elle d’un pas tranquille. Plongeant la main dans sa poche, il en sortit une petite clochette qu’il secoua doucement à son oreille.

- Tu te souviens de ça ?

Un creux de sourire dans la joue, Gil fixa la clochette à sa ceinture et recula d’un pas.

- Les règles sont les mêmes que la dernière fois : tout ce que tu dois faire, c’est me subtiliser la clochette. Je me contente de bouger et de me défendre, à toi de trouver une ouverture pour t’y engouffrer.

Il s’immobilisa, plongeant son apprentie dans le silence, en plus de l’obscurité.

- Sauf que cette fois, tu vas devoir réussir sans tes yeux. Un handicap qui peut devenir un atout si tu parviens à trouver comment… Mais comme j’ai pitié de toi, crotte de ts’liche, je vais te donner un indice : vivacité dans le calme. Débrouille-toi avec ça !

A peine avait-il terminé sa phrase qu’il se mit à bouger. Doucement. La clochette se mit à tinter. Le jeu venait de commencer.
A toi de jouer !

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 20/10 au 03/11]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 991
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mer 07 Nov 2012, 16:05

« Tu as progressé »
C'était peut-être la seule chose qu'elle avait vraiment entendue dans le discours de Gil, et cela lui convenait. A vrai dire, plus que lui convenir, cela lui faisait gonfler le cœur et bomber la poitrine. Elle avait eu l'impression de s'améliorer, oui, mais en avoir la confirmation était toujours quelque chose de plaisant.

Tournant la tête vers son Maître, la jeune fille se demanda ce qu'allaient être la suite des réjouissances. Oui, elle s'ennuyait, et surtout voulait garder à distance de son esprit les deux jeunes hommes qui tentaient d'y prendre toute la place possible et imaginable.
Quand il referma le bandana sur ses yeux, Kaünis eut un instant de panique, avant de se calmer presque instantanément. Elle ne bougea pas, préférant écouter ce qu'il se passait autour d'elle. Son oreille n'était pas très exercée à ce genre de prouesses, et elle ne put que deviner que l'Envoleur prenait les chevaux pour les attacher à un arbre proche. Et après ? Il s'approcha peut-être d'elle, et elle ne sut que sa supposition était vraie que lorsqu'il parla enfin, pas si loin qu'elle l'aurait imaginé.

- Tu te souviens de ça ?

Un tintement retentit, et une vague de frisson remonta dans le corps de la jeune fille.
Si elle se souvenait de cette clochette ? Evidemment ! Elle avait réussi à la prendre sur Gil, et cela n'avait pas été une mince affaire, c'était certain. Elle l'avait même baladée accrochée à sa ceinture quelques jours, histoire de bien ancrer dans son crâne que lorsqu'elle voulait, elle pouvait. Et elle y arrivait !

Mais les règles avaient changé.
Elle avait à saisir cette clochette, sauf qu'elle n'avait pas ses yeux. Gil venait de dire qu'il n'attaquerait pas, et encore heureux, sinon elle n'aurait pas tenu plus de trois secondes ! Mais elle allait y arriver. Elle allait y arriver !

La clochette tinta.
Le son aigu était difficile à situer. Les sons aigus, en général, étaient plus difficiles à interpréter en position par l'oreille, et c'était la même chose chez les humains ou chez les animaux : quand on sifflait, les chevaux avaient parfois du mal à savoir d'où venait le son, et seul leur odorat les guidait mieux. Sauf que Kaünis n'avait pas un odorat assez développé, aussi devait-elle se contenter de parvenir à interpréter la modulation des sons et leur intensité pour parvenir à s'approcher.

Gil bougeait.
Il n'allait pas spécialement vite, au moins les dix premières secondes, le temps que la jeune fille se fasse plus ou moins à la nouvelle répartition de l'importance de ses sens. Complexe adaptation, mais c'était comme ça. Ne plus penser. Agir.
Elle bondit en avant, presque certaine que Gil était à sa portée si elle faisait un long bond, ou deux petits. Mais le sol, inégal, la rappela à l'ordre, et elle s'échoua lamentablement dans la poussière.
Se relevant en grognant, elle secoua la tête, et sa haute queue de cheval repassa dans son dos. Bon, ne pas bondir. Il fallait qu'elle tâtât un minimum le sol avant d'attaquer, sous peine de se retrouver à terre en moins de deux. Ils étaient dans Ombreuse, il ne fallait pas l'oublier, et les feuilles pouvaient cacher des trous, et les racines étaient vicieuses.

Tout mesurer.
Tout interpréter.
Ce n'était pas facile. C'était même difficile, d'ailleurs.
Mais son esprit était totalement tourné pour atteindre son but : la clochette. Cette clochette qui tintait presque douloureusement à ses tympans. Elle devait l'attraper, au moins pour la faire cesser de produire ce son trop aigu à son goût. Serrant les dents, elle s'approcha doucement, ou presque, de l'endroit où la petite sphère de métal trillait, et elle ferma les yeux sous son bandana.
Ne pas oublier le sol, ne poser que la pointe des pieds pour moins de chance de se casser la figure.
Ne pas oublier de bouger, pour attirer l'attention des bras de Gil, et éviter qu'il se protège trop efficacement.
Ne pas oublier de jaillir, pour avoir une chance, même infime, de se saisir de la clochette.

Cela ne suffisait pas.
Cela ne suffisait pas, et cela l'agaçait.
Mais elle devait garder son calme. Réussir à trouver l'atout.

Qu'est-ce que cela pouvait être ?
Anticipation.
Mais comment s'y prendre ?

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 1010
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Lun 19 Nov 2012, 16:05

Gil attendit que Kaünis jaillisse vers elle pour s’effacer souplement sur le côté. Comme ça, hop ! Plus de Gil. Plus de clochette. Mais cette gamine était du genre obstiné. Une vraie machine : une fois lancée, elle ne s’arrêtait plus. L’idée n’était pas mauvaise, toutefois elle était insuffisante pour être totalement efficace ; à ce train là, elle allait se fatiguer avant même d’avoir appris sa nouvelle leçon ! Nouvelle attaque, fulgurante. Gil recula de trois pas et s’immobilisa pour faire taire les clochettes. Il était certain d’être hors d’atteinte pour l’instant mais il était forcé d’admettre que son élève avait fait d’étonnants progrès depuis leur dernier voyage au cœur d’Ombreuse.

Plusieurs mois s’étaient écoulés, soit un long laps de temps pendant lequel il s’était passé des tas de choses dans la vie de Gil. Libertée, l’assassinat de Driss, la mort d’Iselle, le Désert des Murmures, les épreuves d’Elya et de Papillon… Libertée. Le point central de toutes ses emmerdes. Mais pas seulement, et c’est là que la chose coinçait réellement ; en dépit des apparences, Gil était obligé de reconnaître qu’il tenait à cette femme qui était capable de le réduire au silence d’un simple regard rose et brillant. Toutefois, la marchombre ne parvenait pas à lui occuper l’esprit au point de lui faire manquer les progrès de Kaünis. Chaque fois qu’elle se fendait, il observait avec attention le tressaillement de ses muscles qui se dessinaient de plus en plus nettement sous sa peau opaline, approuvant sa fluidité et sa souplesse. La gamine qu’il avait sous les yeux n’avait déjà plus rien à voir avec celle qui avait traversé Ombreuse en faisait un bruit de pachyderme !

Elle avait un bandeau sur les yeux, donc il pouvait la détailler sans gêne, et le premier détail qui frappa Gil fut sa taille. Plus mince, sans doute à cause du corset de feutrine pourpre, mais pas seulement : en quelques mois, Kaünis avait développé des rondeurs, courbes indéniablement féminines et naturelles, qui attiraient le regard et forçait l’admiration. Ce n’était plus une gamine, même s’il continuait à l’appeler ainsi. En réalité, la jeune fille ne s’était pas plus transformée que cela, mais Gil ne l’avait peut-être encore jamais vraiment regardée avec les yeux d’un homme, et c’était… étrange. A tel point qu’il s’empourpra et faillit la laisser le surprendre. Les doigts de Kaünis ratèrent la clochette d’un millimètre.

- Tu n’écoutes pas ce que je te dis, lâcha-t-il néanmoins en s’éloignant de quelques pas. Vivacité dans le calme. Pour l’instant je ne vois que de la vivacité.

Vive et agile. Profitant de ce que son élève reprenait son souffle, Gil réfléchit à la manière dont il pourrait lui faire comprendre ce qu’il attendait d’elle. En général, il préférait la laisser mijoter, quitte à ne lui donner un fragment de réponse qu’au bout de plusieurs heures, voire plusieurs jours ; cette fois, il sentait qu’elle était suffisamment proche et en même temps beaucoup trop loin de ce qu’il voulait lui apprendre pour la laisser tâtonner plus longtemps.

- Attends, dit-il alors qu’elle esquissait un mouvement. On va modifier les règles du jeu.

Ce n’était pas dans ses habitudes et grimaça en détachant la clochette. La doublure de son tabard était pleine d’outils dont la valeur sentimentale ne le cédait que de peu à la nécessité ; il lui fallu quelques secondes pour mettre la main sur ce qu’il cherchait. Un élastique, long de trente centimètres environ, auquel il fixa la clochette. Puis il se campa à quelques pas de Kaünis et testa la solidité de son élastique en le faisant tournoyer à gauche, puis à droite ; celui-ci se tendit alors, agitant la clochette dans son mouvement souple et ample. Satisfait, Gil hocha la tête.

- Il ne s’agit plus de m’atteindre moi mais d’atteindre la clochette. Tu vas rester exactement où tu te trouves. Détend tes épaules. Voilà. Respire. Attend le bon moment pour agir mais n’oublie pas que, quoi que tu fasses, l’un de tes pieds, au moins, doit rester au sol et à l’endroit précis où tu te tiens. Compris ?

Gil n’attendait pas de réponse particulière. La seule façon de vérifier que la consigne était bien perçue, c’était de se lancer. La clochette tournoya dans les airs pendant quelques instants puis, sans prévenir, frôla Kaûnis. Au même instant, une étincelle d’intérêt traversa le regard bicolore de Gil.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 20/10 au 03/11]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 991
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Lun 19 Nov 2012, 16:59

Un millimètre.
C’était si peu, et tant à la fois ! Elle avait senti le métal de la clochette tinter contre ses ongles, mais déjà elle lui échappait. Fronçant les sourcils sous le bandeau, Kaünis prit une inspiration pour mieux écouter Gil.

Vivacité dans le calme.
Oui, c’était bien gentil, mais elle avait l’air de s’énerver, là ? Hum. Peut-être que oui en fait. Mais sans l’intervention de l’homme, elle n’aurait pas laissé la bouffée de colère l’envahir, car elle était parfaitement concentrée sur son but. Alors, quand il lui demanda d’attendre pour changer quelque chose, elle se tint parfaitement immobile, les sens aux aguets. Que faisait-il exactement ? Elle entendait la clochette tinter doucement, étouffée sans doute par la paume de l’Envoleur.

- Il ne s’agit plus de m’atteindre moi mais d’atteindre la clochette. Tu vas rester exactement où tu te trouves. Détend tes épaules. Voilà. Respire. Attend le bon moment pour agir mais n’oublie pas que, quoi que tu fasses, l’un de tes pieds, au moins, doit rester au sol et à l’endroit précis où tu te tiens. Compris ?

Elle essayait de faire ce qu’il disait, san parvenir toutefois à se détendre complètement. Après tout, elle devait jaillir, donc se tenir prête, non ? Mais est-ce que la détente favorise plus le jaillissement, ou bien la tension ? Si on tend trop, on ne peut pas le faire plus vite, et donc on perd de l’impulsion et de l’amplitude… Alors que la détente favorise un plus grand mouvement, il suffit de contracter brièvement ses muscles.
C’est peut-être cela, le vrai jaillissement…

Songeant à cela, Kaünis se mordit la lèvre.
Une évidence ! Tellement évidente qu’elle n’y avait jamais prêté attention. C’était cela, la vivacité dans le calme ? Le calme était la détente, complète. La vivacité était la vitesse des mouvements, et leur précision. Prenant une grande inspiration, la jeune fille planta ses deux pieds dans le sol en faisant rouler ses épaules.
Bon, se détendre, déjà.
Les pieds légèrement écartés, elle relâcha ses épaules, se mit droite pour laisser la pesanteur prendre ses droits sur sa colonne vertébrale. Lorsqu’elle sentit que tous ses muscles étaient détendus et qu’elle ne tenait debout que grâce à la gravité, elle ferma à nouveau les yeux sous son bandeau.

Attraper la clochette, qui était attachée à Gil sans être tout à fait solidaire de lui.
D’ailleurs, il la narguait. Il la narguait en faisant passer la clochette tout près d’elle, alors qu’elle aurait pu à peine tendre les doigts pour l’attraper. Mais se contenter de jaillir ne suffisait et ne suffirait pas, elle venait de l’expérimenter. Elle ne devait pas se tendre, car alors elle donnait des indices inconscients à l’Envoleur sur ses intentions.
La clochette était là. Si près…

Kaünis ne bougeait toujours pas. Elle laissait la force terrestre la planter dans le sol, ses appuis enfoncés dans la terre et l’humus d’Ombreuse. Les bras ballant le long de son corps, la tête droite, la respiration qui était redevenue régulière. Ne pas la laisser accélérer, penser au calme, s’imprégner de la sérénité environnante. Après tout, si Ombreuse était une jungle dans laquelle le soleil ne perçait presque jamais, si elle était dangereuse et mystérieuse, cela restait une forêt, avec le chant de la vie que l’on pouvait entendre, si on tendait l’oreille. Si on savait écouter.
La mélodie des feuilles sur les branches ballotées par le vent lui parvint, tout comme quelques craquements dans les buissons environnants. Le cri d’un écureuil surpris, l’appel d’un oiseau, coassement presque sinistre… et puis, le tintement de la clochette.

Avec une vitesse dont elle ne se serait pas crue capable, Kaünis tendit la main et referma ses doigts.
Une boule de métal froid lui répondit, dans sa paume.

Et un sourire sur son visage…

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 1010
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Ven 23 Nov 2012, 10:01

Le ciel se parait de mille couleurs chatoyantes et Gil soupira d’aise. Ami du crépuscule, il aimait depuis toujours assister à la chute inéluctable du soleil derrière la ligne de l’horizon, qui s’enflammait alors et qui, chaque fois, allumait une nouvelle étoile dans ses yeux vairons. Peu de personnes connaissaient cette particularité, qu’il taisait comme un secret ; ces instants-là étaient peut-être les seuls pendant lesquels l’envoleur baissait imperceptiblement sa garde, or ces derniers temps, trop de monde s’intéressait à lui… Changeant de position sur sa selle, Gil jeta un coup d’œil à Kaünis. Il était conscient des risques qu’il faisait prendre à son élève en l’entraînant dans ce voyage alors que la moitié de l’Empire, au moins, était à sa recherche. Rien cependant n’aurait pu l’empêcher de poursuivre la formation de la jeune fille. Il était fermement décidé à la guider sur la voie qu’elle s’était choisie. Par ailleurs, il se demandait si elle était au courant de ses… démêlées… récentes avec l’Ordre. Un seul regard était toutefois insuffisant pour lui donner une réponse satisfaisante et, si Kaünis s’ouvrait chaque jour un peu plus à lui, il était certain qu’elle n’aborderait ce sujet de son plein gré.

Gil estima qu’il y avait d’autres priorités et ce magnifique coucher de soleil en faisait partie. Calé contre les sacs accrochés à la selle d’Océan, il regarda le ciel s’embraser tandis que, dans leur dos, le soleil plongeait à toute allure. Ils faisaient route vers l’est, vers la nuit qui s’étendait tout aussi rapidement sur les Dentelles Vives. La chaîne de montagnes n’était plus qu’à quelques lieues et si ses calculs étaient bons, ils atteindraient le lac Chen d’ici deux heures. L’arrêt que Gil prévoyait avait pour position l’endroit précis où les Dentelles plongent dans le lac ; c’était un véritable havre de paix qu’il se plaisait à visiter de temps à autre. Sans doute Kaünis le connaissait-elle déjà. Le lac Chen n’était pas loin du Domaine et il se doutait qu’elle avait déjà voyagé bien plus loin que ça. Jusqu’où es-tu capable d’aller, gamine ? La question brillait dans les yeux de Gil mais restait silencieuse. Il savait qu’il était seul en mesure de trouver la réponse. A lui de deviner comment faire… Coulant un nouveau regard vers la jeune fille, il se remémora la façon dont elle avait attrapé la clochette et sourit. En dépit de son aversion pour l’Ordre et les leçons préconisées pour les jeunes recrues, il était fier de chevaucher aux côtés d’une élève aussi talentueuse.
Et prometteuse.



*




Vivacité dans le calme.
Concept fondamental qui prenait son sens dans l’action et non dans le verbe. Voilà pourquoi Gil faisait tournoyer la clochette autour de Kaünis, tout en restant parfaitement silencieux. Vivacité dans le calme. Faire silence pour mieux entendre. Faire le vide pour mieux comprendre. Et, immobile, jaillir comme un éclat de lumière. La clé se trouvait précisément dans ce paradoxe qui proposait l’immobilité comme écrin du mouvement et les mots seuls n’étaient pas en mesure de le dessiner fidèlement. Gil avait beau parfois – souvent – se comporter comme un enfant, c’était un maître. Qui n’avait qu’un seul élève, certes, et qui avait réussi à mettre le feu à la salle d’armes dès son premier cours, mais si le Conseil, qui n’hésitait pas à envoyer des mercenaires pour se débarrasser de lui, avait accepté son évolution, c’était pour de bonnes raisons. Des raisons qui prenaient tout leur sens dans ce cours.

Fin observateur, Gil avait passé de longs instants à regarder Naïs bouger, que ce soit pour se battre ou simplement pour s’occuper de son cheval. Il n’avait pas oublié la façon dont, par deux fois, elle lui avait sauvé la vie en interceptant un pieu ou une lame qui auraient dû le tuer. Et il en avait tiré quelques conclusions dont la principale se résumait en deux mots : vivacité, calme. Il avait une théorie selon laquelle certains sens étaient exacerbés par la réduction d’autres. En fermant les yeux de Kaünis, il ouvrait ses oreilles, mieux, il ouvrait son âme à tout ce qui l’entourait – dont la clochette qui, rapide et mélodieuse, dansait tout autour d’elle. Si Naïs était capable de voir sans ses yeux, alors Kaünis aussi. Preuve en était sa dernière tentative qui se serait soldée par un succès si la jeune fille avait su conjuguer les termes vivacité et calme dans la seule et même phrase.
Un seul et même mouvement.
Jaillissement.

Kaünis jaillit.
Force pure et vive, elle effectua un geste d’une rapidité confondante et l’éclat de la clochette disparut dans sa main. Gil hocha la tête. Il n’avait jamais douté de ses capacités mais envisagé un ou deux échecs avant… Tu parles ! Cette fille a mangé du lion, ce matin ! Son sourire s’élargit. Le bandeau dissimulait le regard noir qu’elle avait pour habitude de lui lancer mais il devinait, à la tension de sa mâchoire, qu’elle était en colère. Après qui ? Lui ? Possible, mais peu probable ; Kaünis avait largement prouvé que lorsqu’elle avait quelque chose à dire, elle le disait, et sans tourner autour du pot. Non, elle n’était pas furieuse après lui mais après quelqu’un d’autre. Il se souvint de la silhouette qu’il avait aperçue du coin de l’œil en quittant le Domaine. Une silhouette connue de son élève ? Après tout, elle vivait sa vie et il devait reconnaître qu’il n’en connaissait qu’une maigre partie…

- Vivacité dans le calme, dit-il alors que le fil attaché à la clochette reliait toujours le maître et l’apprentie. Un Envoleur sait faire la différence entre immobilité et mouvement et surtout, il sait les conjuguer au mieux. Ce paradoxe est intéressant. Lui seul permet de décupler la puissance et la vitesse et, de la même façon qu’un muscle se travaille, ce paradoxe se travaille : à partir de maintenant, tu vas assurer la maîtrise de chacun de tes mouvements. Gomme les gestes parasites et fie-toi à tes sens – à ton instinct.

Nouvel éclat dans le regard de Gil. Il tira sur l’élastique et la clochette se remit à danser autour de Kaünis en chantant.

- Recommence.


*



Il faisait nuit depuis un peu moins de deux heures lorsque Gil mit pied à terre. Tenant Océan par la bride, il s’avança sur la berge vers l’immensité miroitante qui s’étendait devant eux : le lac Chen. Fier et majestueux, il reflétait comme un miroir le ciel constellé d’étoiles et, un peu sur la gauche, le cercle argenté de la lune. Une pure merveille… qui laissait Gil de marbre. Il n’avait jamais été particulièrement sensible aux phénomènes du paysage, les levers et couchers de soleil étant une exception qui confirmait cette sorte de règle. Il laissait cette mièvrerie aux marchombres. L’obscurité ne permettait pas, en outre, de distinguer nettement les roches ciselées des Dentelles s’enfonçant dans les eaux calmes du lac ; dans le noir, on discernait tout juste une ombre gigantesque et massive au pied de laquelle Gil décida de monter le camp. Les chevaux furent pansés et bouchonnés, le feu allumé, le repas préparé, les couvertures dépliées. Si la fraîcheur montagneuse et nocturne était pour l’heure agréable, elle se renforcerait au cours de la nuit, obligeant les deux compagnons à s’enrouler dans d’épaisses couvertures de grosse laine.

Gil n’avait toutefois pas l’intention de se reposer tout de suite. Sous le regard curieux de son apprentie, il se leva, contourna le feu qui crépitait joyeusement et, parmi ses sacs, dénicha deux bâtons taillés et polis, longs de quatre-vingt dix centimètres environ et large de huit. Il en lança un à Kaünis et fit tournoyer le sien comme s’il ne pesait pas plus lourd qu’une plume. C’était faux. Loin d’être légers, les bâtons avait un poids qui s’approchait de celui d’un sabre relativement large et lourd, du type de ceux qu’utilisent les Thüls.

- Il est temps de mettre en pratique l’exercice de la clochette. Kaünis, je veux que tu te serves de ce que tu as appris aujourd’hui pour esquiver mes frappes et en tenter quelques-unes. Je sais que tu as déjà quelques notions de combat mais, ce soir, j’aimerai que tu les oublies. Toutes, sans aucune exception. Vide ton verre et remplis-le d’une eau nouvelle. Prête ?

Gil avait déjà bougé. Si vite qu’il se retrouva derrière Kaünis avant même que celle-ci ait le temps de cligner des yeux en signe d’assentiment.

- Touchée.

Sans attendre, Gil poursuivit sa danse. Parce que oui, c’était un peu comme une danse : il ne faisait pas un bruit, se contentant d’être un souffle, un rêve qui s’enroulait autour de la jeune fille. Le bois de son arme, en revanche, était parfaitement réel et l’envoleur ne retenait pas ses coups. A elle de contrer ses attaques et de lui rendre la pareille.


__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 20/10 au 03/11]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 991
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Ven 23 Nov 2012, 21:42

Le Lac Chen.
Y avait-il un quelconque destin, ou n’était-ce que le hasard qui l’avait menée ici tant de fois en si peu de temps ? En l’espace de deux mois, à peine, elle s’y était déjà rendue trois fois. Cela faisait quatre, avec Gil.
La première fois, elle avait fait la connaissance de Khamill et Ney, la fille au chat. Yan les avait sauvées d’un bien mauvais pas, d’ailleurs… Yan. Non ! Ne pas penser à lui. D’ailleurs, cette fois-là, il l’avait prodigieusement agacée…
La seconde, elle avait rencontré une fille rousse aussi teigneuse qu’elle ou presque, une apprentie Envoleuse elle aussi. La troisième fois, elle avait poussé le vice jusqu’à aller à l’embranchement du Pollimage pour retrouver Nana, et avait vu cette fille bizarre, Elya, avec laquelle elle avait parlé durant la nuit. Une nuit étrange d’ailleurs…. Tout comme la jeune fille en question.

Haussant les épaules, Kaünis choisit de mettre cela sur le compte du hasard. Elle ne voyait de toute façon pas ce que le destin aurait bien pu faire là.
C’est alors que Gil choisit de se lever, et de faire le tour du feu pour aller fouiller ses sacs de selle. Interrogative, la jeune fille ne bougea pas d’un pouce, se contentant d’abord de le regarder faire, en se demandant ce qu’il avait derrière la tête. Il finit par sortir deux bâtons du sac, pour lui en tendre un.
Dans un soupir, elle l’attrapa et se releva d’un même mouvement, à peine surprise par le poids de l’arme.

Faire des exercices après avoir mangé ne l’avait enchantée, à dire vrai. Elle détestait cela, tout simplement parce que ela pesait sur l’estomac et elle avait toujours un coup de barre lorsque sa digestion commençait. Mais elle avait commencé à s’habituer mentalement aux idées saugrenues de Gil, aussi même si son corps somnolait encore un peu, elle était parfaitement alerte.

- Je sais que tu as déjà quelques notions de combat mais, ce soir, j’aimerai que tu les oublies. Toutes, sans aucune exception. Vide ton verre et remplis-le d’une eau nouvelle. Prête ?

Hein ? Quoi ? Non elle n’était pas prête !
Le coup dans les côtes que lui asséna son maître la plia presque en deux, et elle n’eut que le pauvre réflexe de faire un pas en arrière pour se mettre hors de portée de l’arme qu’il détenait. Il fallait qu’elle oublie ses notions de combat ? Mais comment ? Et pourquoi ? Déjà, la plupart de ses « notions » étaient des réflexes qui s’étaient mis en place lors de son voyage de chez elle à Ombreuse. Ensuite, pourquoi tout oublier ? Ce n’était pas bien ce qu’elle faisait, ce qu’elle croyait savoir ?

Il fallait croire que non.
Surtout dans une douleur cuisante sur le bras vint la tirer de ses pensées.
Gil ne se gênait pas pour l’attaquer, alors qu’elle n’avait rien compris. Et le seul moyen de ne pas se retrouver avec des os cassés ou bien toute bleue et violette le lendemain matin était d’essayer d’esquiver ces coups… Facile à penser, facile à dire, mais difficile à mettre en application.

Gil était un Maître. Et même s’il était de base lâche, il avait un niveau largement supérieur au sien, quoi qu’elle en dît. Elle ne pourrait pas le surpasser, car il avançait lui aussi, et évoluait, comme elle. Il ne stagnait pas, ou elle ne pouvait pas physiquement progresser à la vitesse qui aurait pu lui permettre de le rattraper.

Kaünis fut rapidement submergée par les coups et la douleur qui fusait sur chaque centimètre carré de sa peau. L’homme ne retenait pas ses coups, et frappait fort. Elle parvenait parfois à esquiver une ou deux attaques, mais celle d’après venait toujours percuter ses os et résonner dans tout son squelette. Elle ne parvenait plus à réfléchir, ni à agir : en quoi cet exercice était-il lié à la clochette ? Immobilité et jaillissement ?
Mais en l’occurrence, ce n’était pas elle qui appliquait cela, mais bien Gil. Et bien plus rapidement qu’elle n’en était capable, elle en aurait mis sa main à couper au feu… Enfin presque.
Son épiderme protestait à chaque nouveau coup. Elle allait finir violette et jaune, en fait, c’était une évidence. Mais après tout, elle l’avait bien cherché : elle était presque inactive. Elle ne parvenait plus à trouver cette notion qu’elle avait effleuré des doigts le matin-même. Pourtant, elle l’avait attrapée deux fois, cette fichue clochette !


Elle essayait de se concentrer, mais l’Envoleur ne lui en laissait pas le temps.
D’un côté, c’était aussi normal : en combat réel, en situation, elle n’aurait pas le temps de se dire « qu’est-ce que je dois faire ? », elle devrait agir.
Donc, elle devait agir.
Fronçant légèrement les sourcils, Kaünis eut la vague impression que le geste de Gil, qui lui semblait diablement rapide jusqu’alors, était un peu plus lent. A peine, peut-être pas en fait, ce n’était peut-être qu’une impression mais… le bâton de l’homme rencontra le sien. Se concentrer.
Plus de contrepoids, il y a un léger mouvement vers la gauche. Aller vers la gauche avec lui.
S’accorder à sa chorégraphie…

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 1010
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mer 28 Nov 2012, 00:24

Kaünis ne s’en doutait peut-être pas mais Gil retenait ses coups. Il était parfaitement capable, s’il mettait toute sa force, toute son énergie, toute sa volonté dans ses frappes, de briser la jeune fille aussi facilement que si elle était en verre. Par flemme de ramasser les morceaux, il s’abstenait donc et se contentait de marquer suffisamment les coups pour laisser leur empreinte sur la peau, et surtout dans la mémoire de son élève. Chacun d’entre eux avait son utilité. Ils pointaient un défaut, soulignaient une erreur et formulaient le manque d’expérience ; c’est eux qui, au prix d’un effort constant, allaient forger cette gamine, de la même façon qu’ils l’avaient forgé, lui. Gil ne disait rien. S’il remarquait les défauts de position et les faiblesses des attaques, il se gardait de les commenter ; il voulait que Kaünis devine sans son aide ce qu’il attendait d’elle parce qu’il savait qu’elle en était capable.

Au bout d’une heure cependant, il commença à douter. Kaünis n’évitait plus ses coups que par chance et ceux qu’elle portait étaient ridicules et inutiles. L’épuisement la guettait, il le voyait à l’infime tressaillement de ses muscles et à son essoufflement. Après avoir abattu son arme sur sa cuisse, puis sa hanche sans qu’elle parvienne à l’en empêcher, Gil se demanda s’il n’avait pas été un peu trop exigeant. Cette gosse – qui n’en était plus vraiment une, clamaient ses formes et son regard frondeur – avait d’immenses capacités mais s’il présumait de ses forces, il était dans l’erreur ; or, Kaünis ne tenait plus debout que par l’incroyable volonté qui l’animait en permanence. Perplexe, Gil eut un instant d’hésitation.
Et Kaünis en profita.

Alors qu’une seconde plus tôt elle donnait l’impression de pouvoir s’écrouler à tout moment, son regard s’illumina soudain et elle jaillit, vive et légère, s’engouffrant dans la brèche infime qu’il avait créée malgré lui. Parce que les réflexes de l’Envoleur étaient plus aiguisés que la plus affûtée des lames, il bloqua sa frappe in extremis et les deux bâtons s’entrechoquèrent avec force. Il se dégagea par la gauche, elle le suivit. Il revint vers la droite, elle le suivit. Une étincelle traversa le regard de Gil, qui fit un nouveau pas vers la gauche, entraînant son apprentie dans la danse. Sauf qu’il n’était plus le seul à danser, à présent. Et son cœur bondit dans sa poitrine. Elle avait compris ! Tantôt calme, tantôt vive, elle s’accordait à ses gestes, calquait son rythme sur le sien et son souffle sur une cadence plus mesurée. Satisfait, Gil accéléra imperceptiblement ses mouvements, précisa davantage ses frappes, laissant la jeune fille suivre le mouvement avec bien plus d’aisance qu’au cours de l’heure précédente. La fierté brillait dans ses yeux mais il décida toutefois de terminer l’exercice sur un final digne de ce nom et, d’un simple geste du poignet, il désarma Kaünis. Son bâton s’envola pour retomber à quelques pas d’eux.

- Règle numéro un : toujours tenir solidement son arme. Même au bout d’une heure et demie de combat acharné.

Un creux de sourire se dessina dans la joue de Gil. Il avait anticipé le regard noir de son élève et deviné ses pensées aussi facilement que s’il avait le pouvoir de les lire. Parfois, c’était presque le cas.

- Règle numéro deux : cesser de trop penser pour agir plus vite et avec plus d’efficacité. Les rouages du petit pois qui te sert de cerveau n’ont pas cessé de tourner à toute allure pendant que tu te battais.

Le petit pois était certes exagéré mais Gil n’aimait pas faire dans la dentelle… elle le savait.

- Règle numéro trois…

Gil se glissa dans le dos de son apprentie et plaça ses mains sur ses poignets.

- Ne penche pas ton buste en avant lorsque tu de fends mais reste droite – comme ça. Si tu te penches, tu te mets en danger. Si tu te cambre, tu te mets en danger. Tu dois toujours garder l’avantage pour toi, ne pas offrir d’ouverture possible à ton adversaire. Reste droite. Solide, mais souple. Maintenant, tes jambes…

Longtemps, Gil expliqua à Kaünis comment porter un coup précis sans risquer de perdre sa tête ou un bras dans la manœuvre. Il lui enseigna quelques parades, lui apprit deux ou trois gardes de défense, quelques attaques et quelques bottes. Il lui montra tous les points vitaux du corps humains, tous les points névralgiques, toutes les terminaisons nerveuses et sensibles. Et, lorsqu’elle se mit à vaciller de fatigue sur ses jambes, il lui demanda de s’étirer soigneusement, l’entraînant dans cette fameuse danse qu’elle n’imitait pas mais reprenait à son image. Au terme de ce dernier exercice, Kaünis trouva encore la force d’aller se coucher mais pas de rabattre sur elle sa couverture. Passant près d’elle, Gil tira la couverture sur elle et ses doigts effleurèrent un bref instant les cheveux noirs qui retombaient sur son visage. Puis il secoua la tête, reprit du poil de la bête et contourna son élève pour aller s’allonger de l’autre côté du feu.



*




En dépit de l’heure tardive à laquelle ils s’étaient couchés, Gil réveilla son apprentie aux premières lueurs de l’aube pour l’entraîner dans une course matinale. Deux heures plus tard, ils étaient de retour au bord du lac, trempés de sueur et en pleine forme. Une fois lavés, habillés et restaurés, Gil leva les yeux vers la gigantesque muraille incarnée par les Dentelles. A cet endroit de la chaîne, la paroi rocheuse était cependant loin d’être aussi haute et accidentée qu’à flanc de montagne, mais c’était l’occasion de faire un peu d’escalade.

- Atteindre le premier palier sera un jeu d’enfant, dit-il à l’attention de Kaünis. Après ça, les prises seront plus rares et l’inclinaison de la paroi plus forte. Tu me suis ?

Bien sûr que oui. Mais Gil s’arrêta juste avant de se lancer dans l’ascension de la barrière rocheuse pour planter son regard dans celui de la jeune fille.

- Un Envoleur doit pouvoir faire face à toutes les situations et parfois, celles-ci ne lui laissent pas le temps de se préparer convenablement. Nous avons du temps devant nous alors…

Il plongea la main dans la doublure de son tabard, en tira une paire de gants qu’il lança à Kaünis. Ils étaient parfaitement à sa taille.

- Voyons si tu es capable de te débrouiller un peu mieux que la dernière fois que nous nous sommes retrouvés tous les deux dans les hauteurs de ces montagnes !

Gil enfila ses propres gants et commença à escalader la paroi. Ses mouvements étaient souples, précis, sa rapidité confondante et son aisance aux limites de l’indécence. En quelques minutes, il atteignit le premier palier sur lequel il se hissa sans difficulté pour attendre son apprentie.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 20/10 au 03/11]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 991
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mer 28 Nov 2012, 18:52

Kaünis n’en pouvait plus.
Ses poumons étaient en feu, ses jambes et ses bras moulus, son souffle à la limite du désordonné ; ses appuis, elle ne les sentait plus réellement et les devinait plus qu’en était certaine ; le bâton, dans ses paumes, lui semblait peser une tonne. Et pourtant, elle continuait, ne renonçant pour rien au monde. Elle savait pertinemment qu’il ne lui servait à rien de franchir ses propres limites, et elle avait conscience qu’elle s’en approchait dangereusement. Tout lui semblait désordonné, et puis…
Et puis, un déclic passa dans son attitude. Dans ses gestes.
Elle entra dans la chorégraphie que son Maître tentait de mettre en place. Un combat n’était pas réflexion, il était action. Réaction. Actions et réactions devenaient réflexes, et les réflexes devenaient soi. On devenait réflexe. Composant un ballet unique, entre les deux combattants, entre les deux jouteurs.
Un ballet de vie.
Un ballet de mort.

Pourtant, aussi soudainement qu’elle était entrée dans la danse, Kaünis en sortit, d’un élégant geste du poignet de Gil.
Mais étrangement, cela ne la mit pas en colère, ou dans tous ses états. Elle regarda simplement le bâton qui avait atterri à quelques pas d’eux seulement, le regard presque vide. Rempli pourtant d’une torpeur douce et sereine. Quelque chose s’était déplacé en elle, comme une pièce d’un puzzle qui prend enfin sa place parmi les autres, qui trouve l’endroit exact où elle doit se trouver pour que le tout fonctionne harmonieusement.
Un léger sourire sur les lèvres, elle écouta néanmoins attentivement ce qu’avait à dire Gil.

Il y avait toujours des choses à améliorer.
Mais améliorer, c’est mieux que devoir acquérir du début.
Une onde paisible se diffusa dans son ventre, évidence, goutte d’absolu, et son regard était redevenu de son vert marécageux paisible, presque enfantin.
Et elle avait un sourire irrépressible sur les lèvres.


* * *



Kaünis leva ses yeux sombres vers le haut des Dentelles Vives.
La dernière fois qu’elle s’y était risquée, elle avait trouvé Elya sur l’un des paliers, mais c’était bien plus vers le sud, et surtout de l’autre côté de la chaîne de montagne, sur le versant des Collines de Taj. Il y avait aussi eu Gil, d’ailleurs, qui n’était pas son Maître à ce moment-là – pas encore. Une légère grimace tordit ses traits, alors que ce dernier évoquait justement lui aussi ce souvenir.

- Voyons si tu es capable de te débrouiller un peu mieux que la dernière fois que nous nous sommes retrouvés tous les deux dans les hauteurs de ces montagnes !

Les gants qu’elle avait attrapés au vol avaient une texture fine et très agréable au toucher. Ils semblaient souples, mais surtout, ils lui allaient parfaitement aux mains. Fronçant légèrement les sourcils, elle se demanda comment Gil avait eu l’information de la grandeur de ses doigts par rapport à sa paume, avant de secouer rapidement la tête pour s’ôter cette question de la tête : l’homme s’était déjà élancé, et sa vitesse d’escalade frisait avec l’impossible !
Ecarquillant les yeux, Kaünis prit une grande inspiration, et ferma les yeux.

Bon, elle devrait grimper.
En soi, cela ne lui posait aucun problème, elle avait toujours adoré escalader. Mais elle savait pertinemment que Gil ne se contenterait pas de lui faire grimper un pan de montagne, et elle se préparait simplement pour la suite. Les mains, seconde peau de ses mains, la gênaient, mais elle décida de les garder pour cette première ascension.
Ouvrant les paupières, elle leva finalement les yeux vers le haut, pour s’apercevoir que Gil était déjà presque arrivé au premier palier, et cela la décida à se lancer.

Elle n’avait pas de difficulté, et ce flanc de montagne offrait des prises aisées et stables. Elle pensa à bien pousser avec ses jambes, car l’ascension risquait d’être longue, et qu’elle avait déjà fait l’erreur de vouloir se porter avec les bras, qui avait fini en catastrophe. En fait, elle ne réfléchissait pas plus que cela, se contentant – pour une fois, et enfin ! – d’agir simplement.
Une main au-dessus de l’autre. Un pied qui cherche une prise, l’autre qui propulse. Les doigts qui effleurent la paroi pour trouver des prises, et toujours on pousse.
Elle arriva peut-être une demi-douzaine de minutes plus tard aux côtés de Gil, qui semblait assez impatient qu’elle arrivât. Mais pour l’instant, elle n’avait aucune raison de se presser, si ?

- A quoi servent les gants ? J'ai plus l'impression qu'ils me gênent qu'autre chose...

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 1010
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mer 28 Nov 2012, 21:14

Les jambes dans le vide, Gil suivit des yeux un vol d’oies sauvages. Elles s’en allaient probablement vers le sud, rejoignant les archipels des Alines dont le climat était infiniment plus clément que celui du nord. L’hiver n’était plus très loin. Petit à petit, l’air se faisait plus vif et les journées plus courtes ; le gibier se raréfiait, les voyageurs également. Et les oies migraient. Autant de signes annonciateurs, que l’éclat du soleil jouant sur les jolies couleurs de l’automne démentait pourtant. Il s’en faudrait encore de quelques semaines pour que cette terre se pare d’un épais manteau blanc et que le lac, qui étincelait sous ses pieds, voit son eau prise par la glace. Un spectacle à couper le souffle, que l’on soit averti ou non. Voir le lac Chen sous l’aspect d’un gigantesque miroir avait de quoi faire rêver les plus taciturnes, et tout au long de l’hiver, les rires des enfants mesurant leurs talents dans des concours de glissades résonneraient joyeusement.

Où es-tu ?

Murmure infime dans son esprit, la question sortit Gil de ses pensées aussi brusquement que s’il venait de se cogner. Il le crut, l’espace d’un instant, mais la main qu’il passa dans ses cheveux ne décela ni douleur, ni blessure. Il avait tout simplement rêvé. Ce n’était pas la première fois. Depuis le départ soudain de Libertée, il lui arrivait fréquemment de songer à elle – pour ne pas dire qu’elle occupait continuellement ses pensées. Mais il avait la fugace impression que cet appel, qui le troublait de temps à autre et n’était, en somme, qu’un écho de ce message qu’il avait découvert juste avant de quitter le Domaine avec son élève – cet appel était de plus en plus réel. Et pressant. Misère de misère, je suis en train de devenir fou…

Kaünis se hissa enfin à ses côtés. Elle était très légèrement essoufflée mais, rompue à la course qu’il lui imposait chaque matin depuis le début de sa formation, elle était plus endurante qu’avant. Cette première partie d’escalade n’avait été qu’une simple formalité pour elle, et il lisait dans ses yeux brillants qu’elle en demandait encore. Gil la laissa toutefois récupérer – s’il voulait qu’elle le suive jusqu’où il avait décidé de l’emmener, il avait plutôt intérêt à la ménager… - et ses paroles, lorsqu’elle rompit le silence, ne fit naître aucune émotion particulière sur son visage. Il savait pourtant à quel point Kaünis était avare en questions et, parce que chacune d’entre elle était précieuse, il choisit de lui offrir une réponse.

- Sans gants, tu aurais grimpé jusqu’ici de la même manière, dit-il doucement. Mais au lieu de m’interroger, tu serais en train de souffler sur tes mains pour en calmer la brûlure.

Ses yeux vairons se posèrent sur les mains de la jeune fille. Il en prit une dans la sienne et la tourna, paume vers le ciel.

- Ils servent à protéger ta peau mais ils ne gênent pas ta progression. C’est une impression voulue par le manque d’habitude. Au terme de la prochaine étape, tu ne les sentiras déjà plus. N'oublie jamais, cependant, qu'il ne s'agit là que d'un outil. Un simple outil. En dépit des dégâts causés par la roche sur tes doigts, tu es capable de te débrouiller sans eux. Nous aurons l'occasion de nous entraîner à mains nues, si c'est ce qui t'inquiète.

Gil lâcha sa main. Son regard avait de nouveau glissé sur l’horizon. Voilà quelques minutes, déjà, qu’ils auraient dû poursuivre leur ascension mais la question posée par Kaünis était comme une vanne qui s’était ouverte, offrant le passage à d’autres questions, plus secrètes. Plus intimes. Gil posa la sienne une fois certain de pouvoir en assumer les conséquences. Toutes les conséquences.

- Ce jeune homme, qui nous observait lors de notre départ des écuries… c’est un ami ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 20/10 au 03/11]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 991
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mer 28 Nov 2012, 22:26

- Euh... Bah... Je...

[Prend une profonde inspiration]

- Ami, hein ?

[ Petit ricanement ]

- Si seulement c'était si simple...

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 1010
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mer 28 Nov 2012, 23:09

- Simple ? Mais pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué ? Entre les amis qui n'en sont pas et les amis qui sont plus que des amis, c'est toujours difficile d'y voir clair - et c'est le jeu. Un jeu auquel nous jouons tous...

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 20/10 au 03/11]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 991
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mer 28 Nov 2012, 23:39

- Oh, lui je sais ce qu'il est. Ce qu'il représente pour moi...

[ silence ]

- C'est pour un autre que c'est plus complexe.

[ soupir ]

- Je ne suis pas sûre d'appeler cela un jeu, personnellement...

[ regard intéressé ]

- Mais j'ai du mal à croire que ça t'arrive à toi aussi, ces affaires-là !

[ léger sourire moqueur ]

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 1010
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mer 28 Nov 2012, 23:51

- Dis-moi donc, si ce n'est pas un jeu, pourquoi est-ce que nos histoires se ressemblent à ce point ? Bah, ne dis rien. S'il existe une réponse à cette question, elle est pour l'instant hors de portée...

Et puis d'abord, pourquoi est-ce que ce genre de chose ne pourrait pas m'arriver ? Est-ce que j'ai une tête à éviter tous les ennuis, franchement ?


__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 20/10 au 03/11]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 991
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mer 28 Nov 2012, 23:55

[ sourit toujours avec un air moqueur ]

- Tu es du genre à t'attirer tous les ennuis de la terre, ouais. T'as bien la tête...

[ hésitation, puis regard scrutateur ]

- Mais j'ai du mal à t'imaginer avec des affaires de coeur, désolée !

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 1010
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Jeu 29 Nov 2012, 00:09

- Je te retourne le compliment, gamine. Tu es plutôt du genre à réduire les gens en poussière d'un seul regard alors t'imaginer au bras d'un homme... Enfer, ça me donne la nausée !

[Creux de sourire dans la joue - preuve infime d'un amusement certain !]

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 20/10 au 03/11]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 991
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Jeu 29 Nov 2012, 09:22

[hausse les épaules]

- Ca dépend quel homme...

[ détourne le regard ]

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 1010
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Jeu 29 Nov 2012, 12:16

Et ça dépend quelle femme.
Gil ferma les yeux un instant pour savourer la caresse du vent sur son visage. Le parfum qu’il apportait était celui des pins et des rougeoyeurs mais quelque part, dans son imagination et dans son cœur, il y avait une odeur sucrée qui ne le quittait jamais. Une odeur de pêche. Il rouvrit les yeux.

- Allez, il est temps de tester ces gants.

Le deuxième palier fut plus long à atteindre. Plus dur aussi. Comme il l’avait dit, les prises étaient plus espacées et la roche davantage inclinée ; cela impliquait une traction plus importante des muscles des bras et donc, une sacré dose d’énergie fournie. Pour lui autant que pour elle, à la différence près que Gil n’avait pas seulement l’impression d’avoir fait ça toute sa vie. Il avait fait ça toute sa vie. Rompu à l’escalade, il s’en faisait un véritable plaisir, un jeu. Alors qu’il s’arrêtait un instant – non pas pour attendre son élève mais pour admirer le paysage – une étincelle traversa son regard et il tourna la tête vers Kaünis.

- Je crois bien que j’ai trouvé une partie de la réponse à la question que j’ai posé tout à l’heure.

Il laissa filer quelques secondes mais la jeune fille, concentrée sur son ascension, ne prit pas la peine de le presser à dire la suite. Et lui, fou qu’il était, il n’avait pas conscience de l’étrangeté que pouvait avoir une conversation, à huit-cent mètres du sol !

- La vie est un jeu.

Et eux, tous autant qu’ils étaient, faisaient office de pions. Ce n’était pas l’image la plus réjouissante qui lui soit passée par la tête mais, par pion, Gil entendait personnage ; si la vie était un simple jeu, ils en étaient les acteurs. Ils avaient le pouvoir de changer les règles à leur convenance. Il suffisait de les comprendre et d’être particulièrement audacieux… Une esquisse de sourire sur les lèvres, Gil reprit son escalade. Il évoluait à quelques mètres de Kaünis et, s’il donnait l’impression de s’occuper uniquement de sa propre ascension, il ne perdait pas une miette des efforts de son apprentie. Aucune réelle difficulté ne s’était imposée à elle jusqu’à présent mais, pour quelqu’un qui avait peu dormi et dont les muscles devaient déjà souffrir de leur entraînement de la veille, elle se débrouillait bien. Très bien, même.

- Tu n’avances pas, gamine. Je commence à m’ennuyer.

Il avait remarqué qu’elle réagissait toujours de façon positive à la provocation. Sensible au défi qu’il ne cherchait jamais à dissimuler, elle repoussait ses limites un peu plus loin et c’est justement ce qu’il cherchait à faire. Repousser ses limites. Pour lui apprendre à les franchir et à les dépasser. Lorsqu’ils s’arrêtèrent au deuxième palier, ils avaient les joues rougies par le froid et un nuage de brume se formait devant leurs lèvres au rythme de leur respiration. Appuyé contre la roche, un genou replié contre la poitrine et l’autre se balançant dans le vide, Gil leur accorda quelques minutes de pause.
Et de discussion.

- Alors ? Qu’en penses-tu ?

Inutile de préciser davantage le sens de sa question ; Gil savait que, tout au long de cette ascension, elle avait réfléchi à ses paroles, triturant les mots, retournant la phrase, réunissant ses arguments. Qu’était la vie pour elle ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 20/10 au 03/11]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 991
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Jeu 29 Nov 2012, 12:48

- Je crois que plus qu'un jeu, la vie est une étoile. Une étoile filante. Qui avance toujours, dans un monde de ténèbres...

[ silence surpris ]


- Elle peut parfois rencontrer un ou deux astéroïdes, mais elle ne s'arrête que lorsqu'il est temps pour elle. Elle trace une voie qui lui est propre. Même si on la dévie de sa trajectoire...

[ lance un regard intéressé vers Gil ]

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 1010
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Jeu 29 Nov 2012, 13:03

[Silence]

- Moui, ça se tient... Un peu trop poétique à mon goût, mais je suis d'accord avec ton idée de trajectoire changeante. Et personnelle. Ne laisse jamais personne imprimer à ton voyage une direction autre que celle qui te tient à coeur. Croire que l'on n'est pas maître de ses propres choix est une erreur. Je l'ai commise il y a bien longtemps...

[Regard pensif, fantôme de sourire, et puis...]

- Depuis peu, tu files sur la voie du Chaos comme une étoile filante dans l'espace. Mais j'aimerai que tu m'explique ce que représente le Chaos à tes yeux. Et que tu sois honnête.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 20/10 au 03/11]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 991
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Jeu 29 Nov 2012, 13:14

- Ma vision du Chaos ?

[ Elle ferme les yeux ]

- Pouvoir, Liberté, Domination. Pour moi, ce sont les trois mots qui émanent du Chaos.
Le Chaos n'est ni un but, ni un moyen, ni un outil. Il existe, et bien stupide celui qui le refuse. On ne peut pas vivre sans Chaos, comme on ne peut pas vivre sans air non plus.

Et puis, je le sens pulser dans mes veines. Il fait partie de moi.
On ne peut pas l'utiliser comme excuse à ses agissements, à sa manière de penser. Celui qui tue en disant être au service du Chaos est un menteur, et un lâche. Il tue pour lui, pour de l'argent, ou autre, peu importe. Mais ce n'est pas à cause du Chaos qu'il le fait. Le Chaos se développe dans son geste, mais il n'est pas le point de départ.

Enfin, j'ai du mal à expliquer, je crois. Pourtant, dans ma tête, c'est clair...

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 1010
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Jeu 29 Nov 2012, 13:55

- Au contraire, c'est limpide. Et ça me va. C'est ton chemin, tu dois le suivre avec ta propre conviction, tes propres émotions, ton propre jugement.

[Sourire sarcastique]

J'imagine que tu te demandes souvent ce qui me pousse à enseigner, moi qui suis tout, sauf un maître - du moins, en apparence. Je vais te le dire. C'est une force, bien plus grande et bien plus puissante que le Chaos dont je me méfie en permanence au moins autant qu'il se méfie de moi. Pour moi le Chaos n'est rien. Rien de plus qu'une erreur, et rien de moins. Je parle de l'Ordre, bien sûr. Le véritable chaos, c'est cette part d'ombre que nous avons tous quelque part en nous, noirceur inexpugnable qui établit l'équilibre de ce monde. Je le nie moins que la lumière, crois-moi !

[Soupir]

Et ta vision de l'Envoleur ? Quelle est-elle ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 20/10 au 03/11]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Groupe Hogh - cours n°3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Groupe Leenio - Cours n°5
» Groupe Humo - Cours n°3
» Groupe Bizya - Cours n°2
» cours de latin
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Jeit-
Sauter vers: