AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Groupe Hogh - cours n°3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes


Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Jeu 29 Nov 2012, 13:55

- Au contraire, c'est limpide. Et ça me va. C'est ton chemin, tu dois le suivre avec ta propre conviction, tes propres émotions, ton propre jugement.

[Sourire sarcastique]

J'imagine que tu te demandes souvent ce qui me pousse à enseigner, moi qui suis tout, sauf un maître - du moins, en apparence. Je vais te le dire. C'est une force, bien plus grande et bien plus puissante que le Chaos dont je me méfie en permanence au moins autant qu'il se méfie de moi. Pour moi le Chaos n'est rien. Rien de plus qu'une erreur, et rien de moins. Je parle de l'Ordre, bien sûr. Le véritable chaos, c'est cette part d'ombre que nous avons tous quelque part en nous, noirceur inexpugnable qui établit l'équilibre de ce monde. Je le nie moins que la lumière, crois-moi !

[Soupir]

Et ta vision de l'Envoleur ? Quelle est-elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 975
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Jeu 29 Nov 2012, 14:46

- Jusqu'à il y a peu, pour moi l'Envoleur parfait était comme ma mère. Libre, heureux, puissant. Tout est à sa portée, même le bonheur, même la vie de famille. Cela ne l'empêche pas de savoir se détacher de ses émotions pour suivre sa voie...

[ ouvre les yeux, en poussant un soupir ]

- J'ai cru comprendre que l''Ordre semblait croire que tout le monde peut devenir Envoleur. Parce que cela ne demande pas de don particulier - en tout cas, pas d'histoire de dessin, d'Imagination et tous ces trucs-là - et que sans doute ils jugeaient qu'avec du travail, tout le monde pouvait y arriver, mais chacun n'a pas la force de caractère requise pour supporter trois ans d'enseignement...

[ sourire en coin ]

- Alors je dois avouer que ma définition de l'Envoleur se met à jour. Je ne pense pas que tout le monde peut devenir Envoleur. Un Envoleur peut être un lâche, un menteur, un voleur ou même un tueur, un Envoleur a avant tout cette étincelle en lui, cette étoile de Chaos. Après, je ne suis pas capable de la voir... pas encore, je crois.


__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Jeu 29 Nov 2012, 21:52

- L'Ordre croit beaucoup de choses et c'est peut-être son plus grand défaut. Si j'ai un seul conseil à te donner à son sujet, il se résume en un mot : méfiance. Ne baisse jamais ta garde, Kaünis, ni avec le Conseil, ni avec quiconque te donne l'impression de n'avoir que de bonnes intentions. N'oublie jamais qu'un Envoleur est toujours prompt à servir ses propres intérêts.

[Il plante son regard dans celui de la jeune fille]

Ne doute pas de toi. Cette étincelle dont tu parles brille dans tes yeux, gamine. Voilà pourquoi tu ne la verras jamais. Avec le temps cependant, tu apprendras à la percevoir, à la ressentir, ici.

[Il pose la main sur la poitrine de Kaünis, là où se trouve son coeur]

Et du temps, il nous reste encore beaucoup ! Allez, on repart. Sois prudente.


__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 975
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mer 12 Déc 2012, 10:55

- Ne faire confiance à personne hein ? Ma mère ne cessait de me le répéter. Mais j'ai peur de ne pas en être forcément capable...

[ Silence, puis dans un murmure ]

- Même les amis d'enfance peuvent devenir des ennemis...

Mais au fait, on va jusqu'où comme ça ?







[ Punaise, quel retard pour si peu x) ]

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Ven 14 Déc 2012, 12:00

Jugeant inutile de répondre à cette question, Gil crocheta une prise audacieuse et s’éleva rapidement, évoluant contre la roche avec l’aisance d’un lézard. Il s’arrêta néanmoins en constatant que Kaünis progressait moins vite et attendit qu’elle soit parvenue à la hauteur de son épaule pour reprendre son ascension. Où allaient-ils comme ça ? Jusqu’au bout des limites de la jeune fille, non, plus loin encore. Plus haut. Malgré cette dernière halte, Kaünis devait avoir les muscles en feu et une certaine fatigue devait s’être installée en elle. Voilà pourquoi Gil avait calqué son rythme sur le sien en dépit des mille projets sadiques qui fourmillaient dans son esprit ; fatigue et concentration faisaient rarement bon ménage, or à cette hauteur, il était vain de croire que l’on puisse avoir la moindre chance de survivre à une chute. Et encore, s’il n’y avait que la fatigue…

Plus les deux compagnons grimpaient, plus il faisait froid. Un froid intense, pénétrant et qui pesait lourd sur les poumons. Un froid qui rendait les arêtes rocheuses plus coupantes que l’acier et qui figeait leurs expressions faciales. Un froid qui n’était strictement rien comparé à celui qui glaçait les sommets des Dentelles Vives. Pour les atteindre, il fallait être bien mieux équipé qu’ils ne l’étaient et selon Gil, il fallait surtout ignorer la peur, se jouer d’elle jusqu’à lui rire au nez. Mais une telle prise le risque valait le coup, ajoutait-il toujours, parce qu’une fois arrivé là-haut, on avait l’impression de se trouver sur le toit du monde. Un monde de nuages à travers lesquels on discernait parfois un peu de vert ou de brun – le plancher des vaches, si loin qu’on ne parvenait plus à y penser. A cette hauteur, il on croyait toucher un rêve du bout des doigts – et pour s’y être retrouvé plusieurs fois, Gil confirmait que la sensation était saisissante. Toucher un rêve. Il avait depuis lors eu l’occasion de renouveler l’expérience, mais au fond d’un lit et dans les bras d’une marchombre…

Combien de temps passèrent-ils accrochés à la paroi rocheuse, suspendus au-dessus d’un gouffre vertigineux et menacé par ce vide immense ? Gil avait perdu toute notion du temps. En fait, on aurait dit que le temps s’était arrêté, figé par le froid qui s’intensifiait à chaque seconde. Eux seuls étaient encore en mouvement, malmenés par un vent traître et puissant. Gil s’était rapproché de Kaünis. De temps à autre, il l’encourageait par un regard ou une parole. Il avait conscience de placer la barre très haut en lui faisait prendre autant de risques mais dans les yeux intensément noirs de son élève, il ne lisait rien d’autre qu’une fatigue immense, une excitation démesurée… et une confiance absolue. Gil souriait. Il était certain, à présent, que les trois autres élèves, ceux qui avaient abandonné avant même d’avoir commencé, n’auraient pas été à la hauteur de cet exercice. Au début, c’est vrai, il avait regretté que la seule rescapée à sa première leçon soit la seule et unique fille du groupe. Maintenant, il était plus fier que jamais, ravi qu’elle lui prouve son erreur avec autant de volonté. Petite, mais courageuse…

Avisant une ouverture, un peu plus haut sur la droite, il guida Kaünis vers des prises abordables et se hissa le premier sur le palier pour l’empoigner par le col de sa tunique et l’asseoir près de lui. Quelques flocons légers flottaient doucement dans l’air tandis que le jour déclinait. Ignorant les tremblements de froid et de fatigue de son apprentie, Gil lui intima de se lever. Ensemble, ils effectuèrent une série d’étirements et d’assouplissements nécessaires pour éviter le plus gros des courbatures et surtout, la tétanie des muscles des bras. Ceci fait, il glissa la main dans la doublure de son tabard et en sortit une pâte informe et incroyablement sucrée, emballée dans du papier.

- C’est conçu à partir d’un fruit qui ne pousse que dans certaines oasis du Désert des Murmures, expliqua Gil en découpant un morceau qu’il tendit à la jeune fille. C’est bourré de vitamines et si tu es dans les vapes, ça te remet sur pieds en moins de deux. Mange…

Il avala un morceau de pâte et abandonna le reste entre les mains de Kaünis. Puis il se mit à longer le mur de la profonde entaille qui barrait le flanc rocheux, glissant le cuir de ses gants le long de la paroi. Un pli de concentration barrait son front tandis qu’il essayait de rassembler ses souvenirs. Enfer, si je me suis planté, on est bons pour passer la nuit dans le froid… Ah ! Son visage s’éclaira et il se tourna vers son élève.

- Viens par ici. Tu vois l’ouverture, dans le mur ? C’est une faille très mince mais tu ne devrais avoir aucun mal à t’y glisser. Suis-moi !

Précédant la jeune fille, Gil se faufila dans l’ouverture. Il y faisait plus noir que dans un four mais le conduit était tellement étroit qu’il suffisait d’avancer en laissant courir ses mains sur les parois rocheuses. Gil jura néanmoins lorsque son front heurta une stalactite et rentra la tête dans les épaules. Il pouvait entendre le souffle de Kaünis dans son dos. Epuisée, elle le suivait sans discuter. La pâte de fruit lui avait redonné un coup de fouet mais il était impératif qu’elle dorme pour récupérer des forces.

- Il va falloir avancer à genoux, maintenant. Attention à ces fichus stalactites…

Ils avancèrent à genoux. Puis ils rampèrent. Gil lui-même commençait à en avoir marre de progresser dans le noir lorsqu’enfin, il déboucha dans la grotte. Se redresser après avoir grimpé puis marché à genoux était un luxe qu’il apprécia à sa juste valeur. Puis il fit quelques pas, tâtonnant le sol du pied à la recherche d’un ballot de brindilles et d’herbes sèches qu’il avait laissé là en prévision d’une prochaine visite.

- J’ai découvert cet endroit tout à fait par hasard, dit-il alors qu’une flamme jaillissait de son briquet et enflammait la tourbe. Ça m’a plu, alors j’ai décidé de « meubler » l’endroit pour y revenir avec toi.

Meubler était un bien grand mot. Avec le ballot, Gil avait laissé deux sacs, l’un contenant des couvertures chaudes, l’autre des aliments pratiquement congelés. N’empêche qu’après un tel effort, manger un repas chaud dans une grotte à peine éclairée par un minuscule feu de camp avait de quoi rivaliser avec une soirée et une nuit passées dans une auberge ! Ils étaient à l’abri du vent et protégés du froid par leurs couvertures. Son estomac rempli, Kaünis reprit des couleurs, et Gil décida que pour une fois, le repas allait se solder par un sommeil bien mérité.

- Tu t’es assez bien débrouillée, aujourd’hui, lança-t-il en s’adossant confortablement contre un rocher plat qui jaillissait du sol. Mieux qu’à notre première rencontre, en tous cas !

Le compliment était sous-entendu mais Gil n’avait pas envie de se montrer plus explicite, d’autant que la jeune fille ne songeait probablement à rien d’autre qu’à dormir. Plissant les yeux à demi, il la regarda plonger dans un profond sommeil. Il ne lui fallu pas plus de dix minutes pour l’imiter.



*



- Debout ! On a une montagne à descendre !

Au cri joyeux répondit un grommellement ensommeillé qui tira un sourire moqueur à Gil. La grotte était toujours aussi sombre mais il était sans aucun doute près de midi. Il était temps de se remettre en route. Laissant la jeune fille se réveiller, Gil confectionna une torche et attendit que son élève le rejoigne pour lui annoncer le programme.

- On ne va pas emprunter le même chemin qu’à l’aller. Pour regagner la terre ferme, on va suivre les entrailles des Dentelles. Tu vas voir, c’est très amusant. Evite simplement de t’éloigner de moi parce que si tu te souviens bien, c’est un véritable labyrinthe, ici !

Pour avoir déjà suivi ce chemin-là, Gil savait qu’ils ne risquaient pas de rencontrer d’obstacles gênants. A moins que la créature qui vivait à l’intérieur des montagnes ait décidé de déménager plus au nord, aucun danger ne les guettait non plus. Ils partirent donc d’un bon pas, Gil en tête, et suivirent un dédale de boyaux durant une bonne heure avant de déboucher dans une voute étroite au centre de laquelle se tenait un bassin. Gil s’arrêta au bord et se tourna vers Kaünis.

- Il va falloir continuer à la nage… et dans le noir. Le passage qui mène à la grotte voisine n’est pas long et il est impossible de s’y perdre. Tu vas quand même passer devant, je serai juste derrière toi.

Prévoyant, Gil avait laissé à leur intention une calebasse dans laquelle ils placèrent leurs vêtements. Puis l’envoleur tint la torche tandis que Kaünis s’immergeait dans l’eau étonnamment tiède. Lorsqu’elle disparut, il plongea la torche dans l’eau pour l’étreindre et s’enfonça à son tour dans le bassin. Trente seconde plus tard, il gagnait la surface du bassin suivant et effleura l’épaule de Kaünis pour lui signifier sa présence.

- Très bien ! On continue.

Ils traversèrent ainsi trois grottes en suivant le réseau des bassins. L’exercice n’était pas difficile, le plus compliqué étant de suivre les conduits sans s’arracher la peau sur la roche au passage. Lorsqu’ils atteignirent la dernière salle, le courant était nettement plus fort et ils fallu qu’ils s’accrochent au bord pour ne pas être emportés. Ici, les ténèbres étaient tranchées par les drôles de champignons phosphorescents qui constellaient les murs, le sol et le plafond.

- Kaünis, on va prendre un peu de vitesse maintenant. Dis-toi qu’il s’agit simplement d’un toboggan géant et tout ira bien. Ce conduit, là, descend sur plusieurs kilomètres et débouche directement dans le lac Chen sous forme de cascade. Dès que tu vois de la lumière, ramène tes bras le long de ton corps et rentre la tête dans les épaules. Prête ?

Sans attendre de réponse, il se laissa emporter par le courant. Les premiers mètres furent tranquilles. Les suivants un peu moins. Les virages étaient plus secs, le courant plus fort et il fallait sans cesse tendre les bras pour ne pas se recevoir un rocher de plein fouet. Le trajet se faisait néanmoins sans qu’il n’y ait à nager sous l’eau et Gil pouvait prévenir Kaünis lorsqu’un rocher risquait de gêner sa progression. Très vite, le grondement de l’eau s’intensifia et lorsque la lumière apparut enfin au bout du tunnel, Gil resserra les doigts autour de la calebasse. Son cœur s’emballa. Il avait déjà emprunté ce passage plusieurs fois et en était toujours sorti indemne, un grand sourire aux lèvres. Mais il était maître envoleur et complètement fou ; Kaünis allait-elle survivre à cette chute dans le lac ? Il commençait à douter de son idée géniale lorsqu’il atteignit la cascade. Et cessa de réfléchir. Entraîné par la force et la vitesse du courant, il jaillit du passage et tomba à toute allure pour disparaître dans le lac.

L’eau était nettement plus froide et profonde. D’un coup de reins, il se propulsa à la surface et, en quelques brasses, s’éloigna de la cascade, sans cesser de la scruter des yeux. Une minute s’écoula. Puis deux, plus longues que jamais. Lorsqu’enfin Gil aperçu la silhouette emportée par le courant, il retint son souffle et tenta de ne pas la perdre du regard, mais c’était peine perdue ; elle disparut dans l’immense gerbe de la cascade. Gil compta jusqu’à cent puis, ne voyant pas son élève réapparaître, il abandonna la calebasse et plongea. Bon sang, gamine, où es-tu ?

[Un sacré voyage ! Mais tu l'as amplement mérité, face de Raï ! Bon courage - et à la moindre question, tu me sonnes...^^]

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 975
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Ven 14 Déc 2012, 13:33

Malgré elle, les pensées de Kaünis s’envolèrent vers Nana. Elle s’était lancée à l’assaut de la montagne derrière Gil, mais sa tête était pleine de celle qu’elle jugeait sa meilleure amie. Peut-être sa seule amie, en fait. Mais cela, elle s’en fichait ; tout ce qu’elle savait, c’était que Nana avait été prise en tant qu’espionne pour l’Empereur, et que donc elle était devenue une ennemie pour elle et un obstacle à ses projets.
Et elle s’en voulait. Elle ne pouvait pas en vouloir à Léna, son innocence et sa fraicheur de vivre étaient trop extravagantes pour cela, mais elle savait aussi qu’elle-même n’hésiterait pas en cas de nécessité à oublier qui était Nana, pour elle. Et cela lui faisait peur. Etait-elle sans cœur à ce point ?

Mais au moins, elle était libre de ses sentiments. Détachée de ses émotions.
C’était peut-être cela, la vraie liberté ? Elle avait pourtant l’impression que cette liberté encore toute relative n’offrait que l’aliénation de soi-même par soi-même. Empêchait de nouer des liens. Bon, elle n’était pas très sociable de nature, certes, mais le peu de personnes qu’elle appréciait, elle n’avait pas envie de les perdre. Cependant, elle savait qu’elle pouvait être aussi la cause de cette perte.

Les questions tourbillonnait dans son esprit, et elle continuait de monter, presque machinalement. Elle essayait de ne pas trop penser consciemment à ses gestes, de se laisser porter par la volonté et la montagne, car si elle commençait à réfléchir à son ascension, elle allait se déconcentrer. Elle appréciait cependant les gants qui entouraient ses doigts et les protégeaient à peu près des blessures et du froid glacial qui s’immisçait en elle lentement mais sûrement. Le vent n’était plus un ami, même lui pouvait devenir traitre. Ne se fier à personne, et à rien. La terre pouvait s’ouvrir, le vent changer de sens, l’eau emporter, le feu brûler… Tout n’était qu’une question de dosage, d’équilibre, et l’apprentie Envoleuse commençait à percevoir comment jauger et utiliser cet équilibre.
Commençait juste.
Elle ne savait pas depuis combien de temps elle montait. Elle était certaine d’une chose, par contre : elle avait froid. Elle avait froid, faim, soif, et était épuisée. Combien de temps encore allaient-ils monter ? Quand Gil la guida légèrement sur un pan de la montagne, elle soupira malgré elle, comprenant qu’elle pourrait reposer ses bras et ses jambes. Alors, quand ils arrivèrent sur la saillie, elle secoua les avant-bras et s’étira à grands renforts de grimaces.

Elle mordit dans la pâte bizarre que Gil lui présenta, et le suivit dans un boyau de la montagne. Cela lui rappelait des souvenirs très fugaces, mais bien réels, alors qu’elle était en compagnie d’Elya – et de Gil. Elles avaient été bien imprudentes et s’étaient surestimées, cette fois-là. Mais elles étaient toutes les deux encore en vie – même si Kaünis n’avait pas revu Elya depuis très longtemps désormais – et étaient sorties plus fortes de leurs vacances dans le cœur des Dentelles Vives…


* * *


Quand ils arrivèrent devant le lac, après une nuit de sommeil, Kaünis poussa un long soupir de résignation.
Elle allait devoir enlever ses vêtements, et détestait cette idée. Elle s’était toujours débrouillée pour garder quelque chose sur elle lors de leurs précédents essais dans l’eau, mais avec le froid glacial extérieur, c’était le meilleur moyen de geler sur place. Lançant un coup d’œil sur Gil qui était en train de se déshabiller, elle détourna rapidement le regard en se sentant légèrement rougir.
Sans plus de manière, elle ôta donc tous ses vêtements, découvrant pour la première fois entièrement le tatouage entre ses seins. Mais elle ne laissa pas le temps à Gil de le détailler, et rentra très rapidement dans l’eau du lac – tiens, elle était étrangement tiède.

Nageant tranquillement, elle atteignit rapidement l’autre rive, et l’effleurement de Gil sur son épaule lui tira un étrange frisson. Encore un frisson qui la fit rougir elle-même. Heureusement que l’on ne voyait rien, et que le noir était complet, d’ailleurs…

Elle avançait donc à l’aveuglette, les mains devant pour ne pas se prendre de mur, en tout cas un bras devant et un effleurant les murs des boyaux qu’elle traversait. Elle entendait distinctement la respiration de Gil dans son dos, mais ne s’arrêta pas jusqu’à ce qu’ils arrivent dans une grotte où des champignons phosphorescents semblèrent la narguer de leur lueur fantomatique…

- Kaünis, on va prendre un peu de vitesse maintenant. Dis-toi qu’il s’agit simplement d’un toboggan géant et tout ira bien. Ce conduit, là, descend sur plusieurs kilomètres et débouche directement dans le lac Chen sous forme de cascade. Dès que tu vois de la lumière, ramène tes bras le long de ton corps et rentre la tête dans les épaules. Prête ?

Il n’attendit pas sa réponse, et se lança dans le courant sans demander son reste.
Kaünis l’observa quelques secondes se faire emporter, et prit une grande inspiration. Puis, elle se laissa aller à son tour. Le courant était puissant, saturé de remous écumeux, et elle manqua une ou deux fois de boire la tasse. Néanmoins, elle ne se débrouillait pas trop mal, glissant avec l’eau, devenant aussi liquide qu’elle. Parfois, des rochers affleuraient à la surface et sur leur passage, et Gil la prévenait, mais globalement elle les évita facilement les uns comme les autres. Le courant ne venait pas s’éclater contre les rochers, car sa puissance lui permettait de les contourner, et elle se glissait dans ce courant euphorique.

Et puis…
Et puis, la lumière arriva.
Elle ne s’était pas posée de question quand à la cascade, quand Gil en avait parlé. Mais arrivée devant, elle sentit quelque chose dans son ventre se tordre, alors qu’elle attendait, attendait… Quand elle fut à quelques mètres de la saillie qui envoyait l’eau des dizaines de mètres plus bas, elle réussit tant bien que mal à se ramasser sur elle-même et à pousser sur un rocher affleurant la surface pour se donner de l’élan et ne pas atterrir sous les trombes d’eau de la cascade.

Bien lui en prit.
Elle en oublia presque de ramener ses bras contre son corps, et percuta la surface de l’eau avec une telle vitesse et une telle violence qu’elle se sentit assommée quelques secondes, sous l’eau. En fait, elle était consciente de ce qu’il se passait, avait même les yeux ouverts ; mais elle ne ressentait pas la nécessité de remonter crever la surface. De l’oxygène ? Oh, mais elle n’en avait pas besoin, si ?
Dans un état second, elle observait quelques poissons qui lui passèrent sous les jambes, se dirigeant vers elle ne savait où. Les bruits marins étaient recouverts par les remous de la cascade, et pourtant tout était étrangement calme, là-dessous.
Soudain, elle sentit son corps se contracter, et son premier réflexe fut d’agiter les bras et les jambes pour remonter. Sauf que ni ses bras ni ses jambes ne voulurent bouger. En manque d’elle, incapable de se mouvoir comme elle le souhaitait, elle commença à paniquer…

Jusqu’à voir une silhouette humaine juste à côté d’elle, qui l’attrapa avec force sous les bras pour la faire remonter à la surface. Avalant une grande goulée d’air, Kaünis réussit enfin à bouger ses membres, et sentit une main effleurer son sein. Fronçant les sourcils, elle se tourna vivement vers…
Yan ?
Mais qu’est-ce qu’il faisait là ?
Ouvrant la bouche pour proférer quelque chose, elle fut prise de court par le doigt de l’Envoleur sur ses lèvres.

- On va sur la rive, on verra après.

Se contentant de serrer les dents, Kaünis se rendit compte qu’elle n’arriverait pas à récolter assez de force pour nager jusqu’au bord de Chen, aussi Yan joua-t-il le rôle de monture pour la jeune fille, qui le haïssait profondément en cet instant.

- J’ai un Maître tu sais, il est là pour ça…
- Ouais… Un Maître qui finira par tuer ton propre père, si ça continue.
- Mais qu’est-ce que tu racontes ?
- C’est à lui de te dire. Mais il n’est pas du tout en bon termes avec les Mentaïs…


Kaünis fronça les sourcils, mais se rendit compte qu’elle avait pied et se redressa pour finir de franchir la dernière distance d’elle-même. Ses longs cheveux gouttaient contre sa peau, mais en fait, elle l’avait oublié.
Gil était là, et apparemment il l’attendait, les sourcils froncés. Il avait l’air d’être surpris et en colère.

- Salut Gil, moi c’est Yan…

L’Envoleur avait lancé les présentations avant même que le Maître Envoleur posât une question, ce qui agaça Kaünis au plus haut point.
Elle lança un regard à la fois supplicatif et méfiant à Gil.
Qu’il la débarrasse de Yan, et qu’il lui explique ses paroles au passage…








[ Je me suis un peu emballée, dis-moi si ça te va pas x) ]

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mar 18 Déc 2012, 15:48

Ce que Gil vit en sortant la tête de l’eau, juste sous les premières éclaboussures de la cascade, lui décrocha littéralement la mâchoire. Tant et si bien qu’il lui fallu une bonne poignée de secondes pour cligner des yeux – et fermer la bouche. Il n’en restait pas moins stupéfait mais très vite, la surprise qui brillait dans ses yeux vairons laissa place à un éclat de colère pure tandis qu’un grondement sourd montait dans sa poitrine, plus bestial qu’humain. Immobile, l’eau ruisselant sur son corps finement musclé, il regarda Kaünis prendre pied sur la berge, aidée par un jeune inconnu. Inconnu, vraiment ? Plissant les yeux, Gil les regarda discuter comme si de rien n’était. Et plus le temps passait, plus la colère grandissait en lui. En fait, il était dans une fureur telle que c’était un véritable miracle si l’eau du lac ne s’évaporait pas alors qu’il avait la nette impression de sentir son sang bouillir dans ses veines.

Sans bruit, il nagea pour gagner la rive, à quelques pas des deux jeunes gens. Kaünis lui tournait le dos et ne perçut pas sa présence, pendue qu’elle était aux lèvres de ce bellâtre. Lui, en revanche, avait vu Gil se hisser sur la berge rocailleuse et avancer dans leur direction. Il n’avait pas l’air effrayé ni ennuyé par la situation et poursuivait sa conversation, l’air tranquille et le regard moqueur. Un regard que Gil n’appréciait pas du tout. Les poings serrés pour contenir la rage qui mordait violemment ses tripes, il se planta derrière Kaünis et l’effort qu’il fit pour ne pas lui décocher un formidable coup de pied aux fesses était mémorable. Patiemment, il attendit que l’interlocuteur de son élève daigne enfin remarquer officiellement sa présence. Lorsqu’il se décala pour l’aborder avec une franchise frôlant l’insolence, Gil s’imagina un bref instant en train de lui arracher la tête. La tentation était séduisante… Mais l’envoleur avait d’autres soucis en tête et l’expression de Kaünis, mi-inquiète, mi-perplexe, lui disait qu’il n’était pas arrivé au bout de ses peines. Tu ne perds rien pour attendre, gamine…

- Toi, dit-il en la désignant du doigt, récupère la calebasse et enfile tes vêtements. Toi, ajouta-t-il en pointant son index vers l’inconnu, suis-moi.

Et il tourna les talons, sans vérifier qu’il était obéi. Remontant la berge, il dirigea ses pas vers les chevaux qui les avaient patiemment attendus. Sans un mot, Gil fouilla dans ses affaires et en sortit un pantalon et une chemise, qu’il enfila rapidement sous le regard du jeune crétin qui avait le culot de se croire le bienvenu ici.

- C’est le Conseil qui t’envoie ? demanda-t-il en se redressant pour se planter devant Yan.
- Pourquoi, tu as quelque chose à te reprocher ?
- Pas encore, mais ça peut très vite arriver…


La menace était claire et le regard de Gil plus évident encore. Sans cesser de sourire, Yan se campa plus solidement sur ses deux jambes.

- C’est moche de mentir à son élève.
- Ce que je dis à Kaünis ne te regarde pas. Et si tu n’es pas envoyé par le Conseil, qu’est-ce que tu fiches ici ?
- Je me promène. Et Kaünis a eu de la chance que je me sois trouvé dans les parages alors qu’elle était en train de se noyer.


Le regard de Gil s’assombrit et il fit un pas en avant.

- Ne t’avise plus jamais d’intervenir dans mes leçons.

Puis, percevant un bruit de pas, il se détourna et ajouta dans un grognement désabusé :

- Tu as cinq minutes pour lui parler. Si tu es encore dans les parages à la sixième, je te tue.

Pieds nus, la chemise ouverte et les cheveux mouillés, Gil s’éloigna du campement pour s’enfoncer dans le sous-bois. Son cœur cognait fort dans sa poitrine, mais c’était moins les paroles de Yan que sa présence qui dérangeait l’envoleur. En le devançant pour secourir Kaünis, ce dernier avait prouvé deux choses : qu’il avait failli en tant que maître, et que si l’assassin lancé à ses trousses décidait d’agir, il le pouvait sans le moindre mal. Yan n’était pas cet homme, heureusement – mais Gil n’était pas rassuré pour autant. La façon dont il regardait Kaünis avait jeté de l’huile sur le feu de sa colère et, rien que pour le désir qu’il avait vu briller dans les prunelles de cet homme, il lui aurait démoli le portrait. Pourquoi le simple fait d’imaginer la jeune fille au bras de cet homme l’étouffait autant de rage ? Elle vivait sa vie et lui, la sienne. Là-haut, sur le flanc des Dentelles, ils avaient chacun ouvert un petit peu leur cœur ; c’était nouveau et c’était bien.

Perdu dans ses mornes pensées, Gil dépassa une rangée de bouleaux puis contourna un chêne. Certains endroits ombragés étaient encore gelés. L’hiver qui s’installait était rude. Insensible aux toiles d’araignées constellées de petits diamants de glace qui lui barraient la route, Gil avançait. Il ne pouvait pas s’empêcher de redouter les questions qu’il avait vu scintiller dans le regard noir de Kaünis. Mais il ne pouvait pas non plus empêcher Yan et elle de se parler. Yan… sourcils froncés, Gil essaya de se souvenir de ce nom, qu’il avait déjà entendu prononcer au Domaine. Il n’avait jamais vu ce crétin avant qu’il ne s’incruste dans son cours, mais il en avait déjà entendu parler. Quand ? Où ? Rageur, Gil envoya son poing dans le tronc qui se trouvait à côté de lui. Il se sentait terriblement impuissant et sa frustration était à son comble. Ce coup de poing eut pourtant une certaine efficacité : soudain vidé de ses forces, Gil s’assit entre les grosses racines qui jaillissent du sol et appuya son dos contre le tronc rugueux pour fermer les yeux. Petit à petit, sa colère reflua. Et lorsque la présence de Kaünis lui fit ouvrir un œil bleu, il avait retrouvé son calme. Et son ironie.

- Déjà fini, les galipettes avec le beau Yan ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 975
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mar 18 Déc 2012, 20:59

Oui, Gil avait l’air très énervé, aussi Kaünis ne releva-t-elle pas son ton autoritaire ni l’ordre qui lui était adressé, et ramassa rapidement sa calebasse pour aller s’habiller. S’habiller ! Elle avait complètement oublié qu’elle était nue, dans tout ça, et malgré elle, un léger fard s’empara de ses joues tandis qu’elle s’éloignait des deux hommes.
Pour l’instant, son cœur était embrasé de haine pour Yan, et elle se demandait comment Gil allait réussir à l’en débarrasser. Elle essayait d’entendre ce qu’ils se racontaient, mais impossible : ils murmuraient, et elle ne parvenait à saisir qu’un léger chuchotis émanant d’eux.

Et les paroles de Yan tournaient en boucle sous son crâne.
« Un Maître qui finira par tuer ton propre père, si ça continue. »
Serrant les dents, elle finit d’enfiler son pantalon avant de se diriger vers les deux Envoleurs et de leur adresser un regard interrogateur.

- Tu as cinq minutes pour lui parler. Si tu es encore dans les parages à la sixième, je te tue.

Un léger soupir de soulagement – et de satisfaction – passa les lèvres de Kaünis, tandis que Gil s’éloignait à grands pas rageurs dans la forêt alentours. Elle ne le quitta pas du regard, même quand les doigts de Yan vinrent effleurer doucement sa joue.

- Kaünis ?

Etait-il obligé de dire son prénom sur un tel ton ?
Papillonnant des paupières, Kaünis se sentit soudain très mal. Plus aucune trace de colère ou de haine n’envahissait son esprit, et elle se demandait comment cela allait finir toutes ces histoires.

- Il ne plaisante pas tu sais…
- Je sais.
- C’est quoi ces histoires de Mentaïs ?
- C’est à lui qu’il faut demander…
- Yan ?
- Oui ?
- Pourquoi tu étais là ? Tu nous surveillais ? Tu me surveillais ? Tu le surveillais ?
- Je ne surveille personne.
- Alors ?
- Alors quoi ?
- Qu’est-ce que tu foutais là, bon sang ?!


Yan prit une inspiration, et haussa les épaules.

- Ne pas surveiller ne signifie pas ne pas suivre…
- Pourquoi nous suivre si ce n’est pas pour nous surveiller ?
- Je ne vous suivais pas.
- Arrête de te foutre de moi maintenant ! Soit tu donnes une vraie réponse, soit tu te barres, tout de suite ! Tu es insupportable !
- C’est comme ça que tu me remercies de t’avoir sauvé la vie ?
- On n’avait pas besoin de toi, face de Raï ! Gil se serait débrouillé, et moi aussi. Arrête de te prendre pour le roi du monde, tu n’es largement pas indispensable !!


Kaünis avait crié, méchamment, mais cela ne sembla pas perturber le jeune homme plus que cela. Pourtant, de nouveau, elle sentait son sang rentrer en fusion dans ses veines, et avait une terrible envie de l’étrangler.

- Tu es sûre ?

Il se pencha vers elle, mais avant qu’elle n’eût eu le temps de faire un mouvement de recul, Yan disparut dans la forêt, et son rire léger résonnait encore.
Grinçant des dents, la jeune fille se maudit intérieurement : son cœur s’était emballé par la proximité du visage de l’Envoleur, et elle sentait encore son ventre l’appeler. Reprenant contenance en clignant plusieurs fois des paupières, elle fit rapidement volte-face pour retrouver Gil. Il ne devait pas être très loin, et peut-être même qu’il avait entendu leur conversation….

- Déjà fini, les galipettes avec le beau Yan ?

Elle eut une phénoménale envie de gifler le Maître Envoleur, et se retint de justesse.
Se raidissant perceptiblement, elle ne put cependant pas s’empêcher de cracher :

- Ta gueule.

C’était peut-être un peu fort, et quand elle le réalisa, elle se reprit presque immédiatement.

- Ouais, bon, ça va. Et pas de galipettes, non.

Malgré elle, des images remontèrent à sa mémoire, et elle se sentit s’empourprer légèrement.

- Et puis, on s’en fiche comme du premier pou de Merwyn !

Reprenant contenance, elle finit par poser son regard sombre dans celui dépareillé de Gil, et la question suivant coula de source.

- Il paraît que tu es en mauvais terme avec les Mentaïs. Qu’est-ce que tu as fait ?

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mar 18 Déc 2012, 23:56

- Ta gueule.

Gil ouvrit son deuxième œil, un creux de sourire dans la joue. La fureur de Kaünis, alors que la sienne venait tout juste de s’éteindre, avait quelque chose d’amusant. Et curieusement, il n’était pas mécontent que Yan et elle se soient disputés. Parce qu’ils s’étaient évidemment disputés.

- Ouais, bon, ça va. Et pas de galipettes, non.

Qu’est-ce que je disais…

- Et puis, on s’en fiche comme du premier pou de Merwyn !

Vrai aussi.

- Il paraît que tu es en mauvais terme avec les Mentaïs. Qu’est-ce que tu as fais ?

Ah. Nous y voilà.
Gil ne répondit pas immédiatement, préférant observer le visage de son apprentie. Ses longs cheveux humides lui donnaient un air étrangement vulnérable, à moins que ce ne soit l’incertitude brillant dans ses grands yeux noirs… Etait-elle prête à tout savoir ? Mieux, était-il prêt, lui, à tout lui dire ? Il n’en était pas sûr. Peut-être que, s’il avait joué la carte de la transparence dès le début avec Kaünis, les choses auraient paru plus simples. Mais voilà, elles ne l’étaient pas, et il était clair que la jeune fille n’allait pas les lui faciliter. Plantée devant lui, elle s’appuyait sur cette domination apparente pour ne pas ciller ni le laisser échapper à la conversation. Décidant qu’il était tant de mettre un terme à cet abus de pouvoir, Gil posa les mains sur ses genoux et se leva dans un soupir résigné.

- En route, dit-il avant d’ajouter en croisant son regard foudroyant : je vais répondre à ta question, juré, promis ! Mais devant un bon feu et un bon repas. La nuit tombe et la journée a été longue…

Longue, pas vraiment puisqu’ils s’étaient levés vers midi. Mais riche en émotions, en revanche, c’était le cas, et Gil refusait de passer aux aveux alors qu’il n’était qu’à moitié sec et que le vent se faisait plus froid. Ils regagnèrent donc le campement et Gil nota avec satisfaction que Yan avait vidé les lieux. Tant mieux. Son intrusion avait réellement déplu à l’envoleur. Alors que, quelques mois plus tôt, l’intervention d’Erhuin ne l’avait pas dérangé outre mesure, celle du jeune homme était venue troubler un équilibre enfin trouvé entre le maître et son apprentie, une harmonie qui se fondait sur la relation de l’un avec l’autre et uniquement entre eux deux. Yan avait été un intrus. Et à en juger par l’expression de Kaünis, le problème était plus épineux qu’il ne l’était déjà à ses yeux. Mais ce n’était pas le sujet de cette veillée. Alors qu’ils achevaient leur repas, dévoré en quelques minutes à peine par leurs estomacs affamés, Gil s’adossa contre la selle d’Océan et, croisant les bras sur sa poitrine, chercha ses mots. Le regard de Kaûnis était désormais fixé sur lui, son attention braquée comme une lampe d’interrogatoire. Et cette fois, il n’était pas question de se dérober. Alors Gil prit une profonde inspiration, puis il se lança.

- Ce jour-là, commença-t-il, lorsque j’ai prétendu ne pas connaître de Gil’Ohz… j’ai menti. Je sais qui est ton père. Parce que je lui dois ceci.

Tout en parlant, il avait tendu son bras droit, et l’aiguille qui jaillit de son poignet fila dans la nuit, traversant les flammes du feu de camp pour aller se planter dans le tronc d’un arbre.

- Les Marchombres se voient accorder ou non leur greffe par le Rentaï, une étrange montagne qui se trouve au cœur du Désert des Murmures. Les Mercenaires, eux, la sollicitent auprès des Mentaïs, qui décident de son attribution. Etant fille de Mentaï, tu dois déjà être au courant de ce passage dans le parcours d’un Envoleur

Ce n’était pas une question et Gil n’attendit pas de remarque de la part de la jeune fille. Il voyait à son regard qu’il avait capté son attention et c’est plus détendu qu’il poursuivit :

- Je ne pourrais jamais oublier le jour où j’ai moi-même sollicité la greffe. Ton père, Voïkamas Gil’Ohz, a longuement tergiversé avant de me l’accorder – non pas parce que je ne la méritais pas, m’a-t-il expliqué, mais parce que je ne correspondais pas au modèle type du parfait Envoleur. A l’époque, déjà, j’étais connu pour mes affronts vis-à-vis du Conseil et celui-ci m’avait dans le collimateur…

Un fantôme de sourire traversa brièvement les lèvres de Gil. Parfois, il se demandait pourquoi le Conseil avait validé la moindre de ses évolutions alors qu’il s’était toujours douté des dangers du résultat.

- Ce que je faisais alors n’est rien comparé à ce que j’ai fait il y a quelques temps déjà. Mais il ne s’agit pas d’une erreur, Kaünis, ni même d’un accident, et si je ne regrette rien, c’est uniquement parce qu’il s’agit d’un choix. Un choix que j’ai longuement pesé, autant la cause que les conséquences.

Gil planta son regard dans celui de Kaünis et ne le lâcha plus.

- J’ai tué un Mentaï.

Le vent, se grand mélodramatique, décida de ponctuer sa phrase d’une brève et violente bourrasque qui fit vaciller les flammes de leur petite flambée. Gil et Kaünis se regardaient toujours.

- Il n’est pas utile que je te révèle des motivations qui ne regardent que moi. Toutefois, sache que depuis j’ai eu l’occasion de me frotter à d’autres Mentaïs, et que je n’ai fait que me défendre. Le Conseil n’est pas blanc dans cette histoire, et je ne dis pas ça pour me dédommager ; quoi qu’ai pu dire ton copain, je ne suis coupable d’aucune infamie. Et ton père n’est pas ma prochaine cible.

Il avait prononcé ces derniers mots en souriant à demi et il lui sembla que le silence qui s’abattit sur eux n’était pas si glacial. Armé d’un bâton, il agita un petit moment les braises rougeoyantes, désireux de laisser à Kaünis le temps d’intégrer son discours. Il devinait qu’une foule de questions lui brûlaient les lèvres et pour une fois, il était disposé à les écouter. Peut-être pas à y répondre, du moins pas à chacune d’entre elles, mais lorsqu’il leva à nouveau les yeux vers la jeune fille, Gil l’invita d’un clignement de paupières à l’interroger.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 975
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mer 19 Déc 2012, 09:20

- Ouais, je sais que tu m'as menti...

Yan est l'ancien élève de ma mère...


[ Silence ]

- Gil ? Même si ce n'est pas mes affaires, j'aimerais savoir pourquoi tu as fait ça. De toutes manières, maintenant c'est fait... Mais ça veut dire qu'un Envloleur peut dominer un Mentaï ? Toi, tu peux le faire, alors d'autres aussi...

[ Plisse les yeux, pleine de réflexions ]

- Je... Hum... Mais quel est le but d'un Envoleur, au final ? Le but ultime ? S'améliorer sans cesse, toujours avancer, filer sur sa propre Voie... Mais matériellement ? Y a-t-il besoin d'un but matériel ?

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Ven 21 Déc 2012, 09:18

- Dominer un... Non, Kaünis, ce n'est pas de ça qu'il s'agit. Les Mentaïs font partie de l'Ordre du Chaos au même titre que les Envoleurs. Leur rôle est simplement différent et ils... je les ai toujours trouvés d'une prétention étouffante, mais ça, c'est un jugement personnel.

Je n'ai jamais souhaité la mort de l'un d'entre eux. La première fois, c'est vrai, j'ai agi en toute connaissance de cause ; pour moi, lorsqu'on s'en prend à un enfant, on ne vaut pas mieux qu'une bouse de Raï, et c'est ce que j'ai signifié à ce Mentaï, en gros. Le reste n'a été que pure défense. Quelqu'un en veut à ta vie et toi, tu te bats pour la préserver. La nature est ainsi faite, les combats aussi : il y a un gagnant et un perdant.

Tant qu'à faire, autant être le gagnant, n'est-ce pas ? D'accord, d'accord, ça ressemble beaucoup à un rapport de domination, mon histoire. Mais peut-être que c'est ça, au fond : celui qui vit domine, d'une certaine façon, et pour protéger sa vie, ou son territoire, il se bat à mort. Est-ce que c'est plus clair, de cette façon ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 975
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Ven 21 Déc 2012, 09:25

- Pour ton rapport avec le Mentaï, oui. Pour le reste... non.

De toutes façons, partout c'est comme ça, la loi du plus fort. Mais ce que je vois, c'est qu'en se défendant pour sa vie, un Envoleur peut réussir à éliminer un Mentaï. Ca ne court peut-être pas les rues mais... Je crois que ça change beaucoup de choses pour moi.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Sam 22 Déc 2012, 00:17

- C'est ce que tu te donnes pour objectif ? Tuer un Mentaï ?

[Court silence]

Pourquoi pas. Laisse-moi cependant te dire deux choses, gamine. D'un, si tuer un Mentaï ne court pas les rues, il te suffit pourtant d'avoir un Gommeur sous le coude et alors, tu n'as plus qu'à laisser ton imagination - la tienne - faire le reste... De deux, avoir un but, un seul et unique but, c'est pas bon. Parce qu'une fois ce but atteint - et si tu te donnes les moyens, je suis convaincu que tu peux y arriver - qu'y a-t-il ? Qu'y aurait-il d'autre, ensuite ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 975
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Ven 18 Jan 2013, 13:44

Tuer un Mentaï ?
Non, ce n’était pas son but, loin de là.
Ce qu’elle voulait, c’était le pouvoir absolu, qui donnait lieu à une liberté absolue… Non ?
En fait, en y réfléchissant, maintenant qu’elle avait de nouveaux éléments par rapport à cela, Kaünis doutait de plus en plus qu’être à la tête de l’Empire permettait d’être libre. Elle pourrait imposer sa volonté aux autres, leur faucher leur propre liberté, mais au final, elle serait cloîtrée dans un château, même avec les plus belles parures du monde.
Une cage dorée, au final…
Voulait-elle vraiment cela, au fond ?
Elle n’y avait plus réfléchi depuis longtemps. Elle avait voulu ce pouvoir, cette chance de ne pas avoir à rendre de comptes à quiconque, et cette chance de pouvoir faire ce qu’elle souhaitait quand elle le voulait. Mais cela, elle pouvait l’avoir sans donner d’ordres. En donnant des ordres, sa conscience se réveillait, et lui disait qu’elle devait alors être garante des actes des sujets… Ce qui limitait complètement sa vision des choses.

Se mordant la lèvre, la jeune fille ferma les yeux quelques secondes, laissant les pensées défiler sans tenter de les attraper au vol.

Et puis, quand elle parlait de but matériel, cela n’avait pas de rapport avec ce que disait Gil.
Non, elle savait bien qu’elle ne devait pas s’arrêter à un but matériel, elle l’avait même dit : s’améliorer sans cesse, c’était un but idyllique ! Quelque chose que l’on recherche toute sa vie, qui ne s’arrête jamais, qui donne l’envie de se lever le matin pour continuer. Mais, les buts matériels, c’était plutôt trouver un endroit où se poser, peut-être une famille…
Tout s’embrouillait dans sa tête, et elle avait vraiment besoin de réfléchir posément à tout ça.
A moins que…

- Non. Mon objectif est… était de dominer tout Gwendalavir. Mais ça risque de me prendre ma liberté. En même temps, s’améliorer, aller toujours plus loin, sans se mesurer aux autres, ça donne réellement envie de se lever tous les jours pour le faire. Sauf que c’est terriblement répétitif !
Enchaîner les missions, courir, s’entraîner, avancer… J’ai l’impression que ça m’agacera au bout d’un moment. Peut-on réellement faire cela toute sa vie ? Sans jamais se poser, sans jamais changer de chemin, ou faire un détour ?
Peut-être même que les détours forgent aussi les choses. Peut-être qu’un jour, je voudrai d’une famille, d’un enfant, je ne sais pas… Mais ça sera aussi des entraves à ma liberté, non ? Ça sera une régression en soi, puisqu’il y aura perte de l’état physique… Mais en même temps, ne jamais se poser, avoir une vie de vagabond, ça va bien quelques années, mais pas toute une vie…


Après un court silence, la jeune fille poussa un léger soupir.

- En même temps, c’est peut-être que j’ai pas assez d’imagination. Je ne suis pas sûre de ne pas me lasser de suivre mes envies. Parce qu’avoir des contraintes, ça permet aussi de bander sa volonté, ça rend intéressant le travail, et ça demande de se connaître en profondeur ; je n’aime pas l’idée que je pourrais vivre au grès de mes caprices…

Pouvait-on appeler cela des caprices ?
Pour certaines choses, oui, Kaünis en était persuadée. Mais d’un autre côté, certaines choses n’étaient pas des caprices, mais bien des besoins, des envies profondes qui correspondaient parfaitement à elle, dans toute sa plénitude.
A force d’être trop libre, et trop sûr de soi, on peut ne plus arriver à faire la différence entre caprices et besoins, non ? Cela lui semblait être une évidence, après ce qu'elle venait de réalise sur la domination, et sur son "envie" - caprice - de dominer Gwendalavir... et elle ne voulait pas tomber dans cet excès-là…
Alors, comment faire ?









[ Olala, ça fait beaucoup de retard tout ça ! Mais c'est étonnant comme ce post me semble profond, d'un coup xD ]

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Dim 20 Jan 2013, 22:30

Armé d’une branche, Gil jouait distraitement avec les braises de leur feu. Une fois n’est pas coutume ; il avait décidé de laisser Kaünis aller jusqu’au bout de son explication sans l’interrompre, devinant au ton grave qu’elle avait employé qu’il s’agissait bien plus que d’une simple discussion. Lorsqu’il leva les yeux pour la regarder, l’éclat de son regard et sa moue pensive lui en donnèrent la confirmation : le sujet était sérieux. Et c’était à lui de répondre. Mais que veux-tu que je te dise, gamine ? Elle avait des rêves de grandeur – tout le monde en a, il était l’exception qui confirmait la règle… Mais que pouvait-il vraiment répondre à cela, lui qui n’avait aucune attache ? Etait-il seulement en mesure de dire quoi que ce soit ? Kaünis se préoccupait de son avenir, soit ; lui n’était là que pour lui ouvrir une porte. Il lui montrait un chemin, elle le suivait ou ne le suivait pas, point final.

- Je suis un vagabond, dit-il en jetant sa branche dans le feu. Toujours sur les routes, à l’affût d’une mission, d’un contrat, d’un nouveau défi à relever… Je suis mon propre maître : j’obéis à mes caprices, et seulement à eux. Est-ce que c’est lassant ? Parfois, il m’arrive de penser à m’établir dans une région calme et tranquille… Si, je t’assure ! Mais en général, il suffit que je m’allonge un peu pour que ça passe…

Il lui décocha un clin d’œil, sa façon à lui de prouver qu’en dépit de son ton léger, la conversation lui tenait à cœur aussi.

- Je ne suis pas là pour te dire quoi faire de ta vie. Uniquement pour t’y préparer. Mais je crois que ça te laisse le temps de creuser la question.

Il s’allongea, la tête posée sur un sac et les mains croisés derrière la nuque. C’était une nuit sans étoiles. Alors pourquoi en voyait-il pourtant briller une ?

- Tu veux vraiment que je te dise ? Ne te fie pas trop à tes rêves. La vie n’est rien d’autre qu’un grand hasard, et le hasard est joueur. Profite de l’instant présent, demain arrivera bien assez tôt…

S’il s’était fié à son rêve, Gil serait musicien. Il serait célèbre et partout l’on jouerait ses morceaux. Le hasard en avait voulu autrement mais, ironique comme jamais, il lui avait accordé une drôle de faveur en faisant de lui le vagabond le plus recherché de tout l’Empire : aujourd’hui, il était célèbre pour avoir tué deux Mentaïs. Et sa tête était mise à prix. Décalage de perspectives, mon vieux… Les yeux clos, il entendit Kaünis s’installer. Entre eux, le feu crépitait doucement. Quelque part, une chouette hulula. Et dans l’onde endormie, un poisson sauta. Un fin sourire étira les lèvres de Gil.

- Dominer Gwendalavir, marmonna-t-il, un brin moqueur. Rien que ça…




*



Trois jours s’étaient écoulés depuis cette conversation lorsqu’enfin, Gil discerna à travers la brume les hautes tours d’Al-Jeit. S’ils avaient été pressés, ils auraient pu couvrir cette distance en deux fois moins de temps mais durant ces trois jours, Gil avait imposé à Kaünis bien des exercices. Si courir au réveil faisait désormais partie intégrante de leur quotidien, il y avait ajouté la course dans les arbres ; sauter de branche en branche sans perdre le rythme ni l’équilibre demandait un entraînement rigoureux. Et chaque soir avant de dormir, maître et apprenti s’armaient de leur bâton pour échanger quelques parades, coups et techniques. Gil ne fichait la paix à Kaünis que lorsque celle-ci vacillait sur ses jambes et peinait à tenir son arme entre ses mains. Avare en compliments, il taisait sa fierté au mieux, incapable cependant d’admirer les progrès que son élève avait réalisés depuis le début de sa formation. Il la voyait évoluer de jour en jour. Il était temps pour elle de faire ses preuves dans la capitale.

Maintenant, s’il fallait vraiment être honnête, il reconnaissait (intérieurement) avoir longuement hésité durant ces trois jours. L’intervention de ce crétin de Yan y était pour beaucoup. Se rendre à Al-Jeit alors qu’on avait augmenté le prix de sa tête tenait de la folie pure… Et en même temps, il ne connaissait pas meilleure stratégie que celle de se placer en pleine lumière pour éviter d’être vu. Il avait conscience d’aller au-devant des ennuis et d’entraîner Kaünis avec lui, mais leur discussion lui avait donné matière à réfléchir. De toute évidence, son élève avait besoin d’un panneau indicateur pour s’orienter. Or, il était facile d’en trouver, à Al-Jeit…

- Kaünis, dit-il néanmoins alors qu’ils franchissaient les murs de la ville. Si jamais tu te retrouves dans une situation qui t’en demande trop, je veux que tu coures – que tu coures vite et loin. Le meilleur moyen de savoir ce que l’avenir te réserve, c’est de rester en vie…

Ils s’arrêtèrent dans une écurie pour laisser leurs chevaux puis Gil entraîna la jeune fille à travers la ville. Il faisait un temps de chien et les rues s’étaient transformées en patinoires : les passants évoluaient comme des ivrognes, s’aidant de tout ce qui était à leur portée pour ne pas perdre l’équilibre. Gil conservait sa démarche souple et assurée mais, en voyant que des regards curieux et admiratifs convergeaient vers lui, il adopta aussitôt la même allure que ceux qui l’observaient. Se fondre dans la masse. Eviter d’attirer l’attention. Mon Gilou, si tu réussis, tu es vraiment le type le plus chanceux de l’Empire… Sans s’occuper de savoir si Kaünis parvenait à le suivre, il contourna les endroits fréquentés par les forces de l’ordre et gagna petit à petit les quartiers sombres de la cité. Là vivaient des gens peu recommandables ou bien dans la misère ; le froid n’épargnait personne, surtout pas les plus démunis…

Gil ne ralentit pas l’allure pour autant. Il n’était pas du genre à se laisser aller à des élans de pitié, sachant très bien qu’un seul homme ne pouvait rien y changer et qu’en cette saison, la plupart de ceux qui n’avaient rien étaient condamnés. C’était la vie, aussi cruelle soit-elle, et il l’acceptait. Même s’il n’attardait jamais son regard sur l’enfant roulé en boule dans la neige ou bien le vieillard au corps décharné et bleui par le froid. Sa cape volant au rythme de ses pas, il avait reprit sa démarche tranquille et se jouait des plaques de verglas qui s’accrochaient aux pavés. Il ne s’arrêta qu’une fois arrivé devant une tour vertigineuse, du haut de laquelle s’élançait un pont. Le givre faisait scintiller la pierre à la lumière du soleil timide qui, enfin, osait sortir le bout de ses pâles rayons. Gil se tourna vers Kaünis.

- De l’escalade, encore. Mais une fois là-haut, on va s’occuper autrement. Et cette ascension n’a rien à voir avec les Dentelles : si le vent est moindre, tu vas devoir te méfier d’une paroi plus glissante que le verre et de prises difficiles d’accès. C’est à ta portée. On se retrouve au sommet.

C’était à sa portée, certes, mais fichtrement périlleux ; et lorsque Gil se lança à l’assaut de la tour, il se surprit à jeter un coup d’œil par-dessus son épaule pour suivre l’évolution de Kaünis.


[Et la profondeur met toujours Gil dans des cas de conscience particuliers et bien prenants ^^ Encore un peu d'escalade, pour marquer la transition - et pi d'abord, c'est moi le patron. Namého !]

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 975
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Dim 03 Fév 2013, 19:12

Al-Jeit.
Elle était en train d’apparaître, à l’horizon, et Kaünis ne pouvait s’empêcher d’en frissonner. Elle n’était jamais allée dans la capitale, et elle se rendait bien compte que c’était complètement en décalage avec son caprice de base. Si elle avait vraiment voulu dominer Gwendalavir, cela aurait dû être le premier endroit dans lequel elle se serait rendue, non ? Enfin… La cité offrait ses myriades de couleurs opalescentes à quiconque levait les yeux vers ses constructions ; et même où il n’y avait pas de construction, pas de tour aérienne, pas de pont cristallin, pas de fontaine luxuriante, il y avait toujours quelque chose de magnifique à voir.

- Kaünis, si jamais tu te retrouves dans une situation qui t’en demande trop, je veux que tu coures – que tu coures vite et loin. Le meilleur moyen de savoir ce que l’avenir te réserve, c’est de rester en vie…

La jeune fille haussa un sourcil devant l’air soudain très sérieux de Gil.
Mais de quoi parlait-il ? Pourquoi se retrouverait-elle dans une telle situation ? Et puis, pourquoi fuir ? Certes, parfois c’était plus sage, quand on tenait à la vie mais… Mais rien. Si elle tombait sur plus fort qu’elle sans être sous les ordres de Gil, elle devait courir, voilà tout. Pour une fois, c’était limpide, comme consigne !

Ils laissèrent les chevaux dans une écurie de la capitale, et commencèrent à arpenter les rues. Malgré elle, Kaünis ne pouvait pas s’empêcher d’avoir le nez en l’air pour admirer l’architecture si particulière d’Al-Jeit. Mais apparemment Gil n’était pas là pour lui montrer les merveilles de la première ville, mais pour autre chose – son apprentissage, évidemment. Mais si elle s’attendait à gravir des tours de verre, elle allait être déçue, car apparemment ils se dirigeaient tout droit vers les quartiers les plus sombres et les moins recommandables de la capitale. Mais où se fourraient-ils encore ? C’étiat pour cela que Gil lui avait demandé de courir ? La question était : était-elle capable de s’orienter avec suffisamment de précision dans ces ruelles étriquées pour échapper à de potentiels poursuivants ?

Surtout vu ces… personnes ? Choses ? Créatures ? Ces trucs immondes, qui n’avaient plus grand-chose d’humain à part la silhouette, et encore. Certains ressemblaient à des tas d’ordures, les gamins à des morts-vivants dont on voyait chaque côte mais tout cela, plutôt que d’attendrir Kaünis, la dégoûtait. Elle n’aurait approché ces ‘choses’ pour rien au monde, alors les toucher pour leur venir en aide ? Aucune chance ! Vu l’état pitoyable dans lequel elles étaient, de toutes façons, elles n’allaient plus durer longtemps, et même la compassion ne pourrait pas les aider. C’était juste dégoûtant, et elle fronça plusieurs fois le nez, sentant des frissons de répulsion monter le long de sa peau.

Gil s’arrêta soudain, et Kaünis leva le nez.
Devant eux, s’élevait une tour à la hauteur vertigineuse, et un éclat de plaisir explosa dans le regard de l’apprentie Envoleuse. De l’escalade, quand même !

- De l’escalade, encore. Mais une fois là-haut, on va s’occuper autrement. Et cette ascension n’a rien à voir avec les Dentelles : si le vent est moindre, tu vas devoir te méfier d’une paroi plus glissante que le verre et de prises difficiles d’accès. C’est à ta portée. On se retrouve au sommet.

Un léger sourire étira les lèvres de Kaünis, qui regarda Gil commencer l’ascension.
Fermant les yeux quelques secondes, elle posa ses doigts sur la roche, et laissa ses cheveux flotter dans la légère brise qui soufflait. Et puis, elle ouvrit les yeux, un sourire tranquille étirant sa bouche, et elle grimpa.
Les blocs n’étaient pas parfaitement ajustés, et la seule réelle difficulté de l’ascension était sa hauteur, et un peu le verglas qui parfois jouait des tours. Kaünis glissa plusieurs fois, mais se rattrapa toujours, le cœur battant. Elle ne doutait pas. Elle avait de quoi y arriver. Et si elle tombait, elle l’aurait bien mérité !




[ Pardon pour le temps de réponse ! ]

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mar 05 Fév 2013, 00:58

Gil se hissa sur l’avant-toit pour être rejoint seulement quelques minutes plus tard par Kaünis. Il salua son arrivée d’un hochement de tête approbateur. A croire qu’il allait finalement parvenir à faire rentrer quelque chose dans sa grosse caboche pleine de vide… Lorsqu’elle se redressa devant lui, le soleil joua dans les reflets de ses longs cheveux noirs et Gil fut un court instant décontenancé par la lumière qui semblait émaner de la jeune fille. Puis il se reprit d’un battement de cils et se détourna, invitant son élève à le suivre. Ce n’était pas le moment de lambiner. Il ignorait combien de temps ils pourraient rester entre ces murs et ils avaient encore à faire. Le vent cingla son visage et fit claquer sa cape, plus vif que jamais à cette hauteur pour le moins vertigineuse. Gil ne prit pas la peine d’avertir son apprenti des bourrasques traîtresses qui menaçaient à chaque instant de les précipiter dans le vide : elle avait appris l’équilibre et il savait qu’elle ne se laisserait pas surprendre.

Un pont s’élançait depuis la pente du toit, arc irisé qui captait les rayons du soleil et les difractaient en un faisceau arc-en-ciel tout autour de lui. Les Dessinateurs et leur folie des grandeurs… Aucun homme ne pouvait se vanter de n’être pas sensible à une création telle que la cité d’Al-Jeit, et Gil ne faisait pas exception à la règle ; il se lassait toutefois assez vite des couleurs trop vives et des formes trop épurées des tours, des colonnes et des dômes, préférant la beauté naturelle et enneigée du sommet des Dentelles. Force était cependant de constater que la capitale constituait un jalon à part entière dans la voie que Kaünis s’était choisie et il aurait été dommage qu’elle ne s’y confronte pas au cours de sa formation. Son apprentie sur les talons, Gil contourna donc le toit pour gagner le pont ; mais au lieu de l’emprunter de façon ordinaire, il choisit de se suspendre dans le vide et de le traverser à la force des bras. Un exercice très simple dans sa consigne mais difficile dans sa réalisation : il fallait parcourir une bonne centaine de mètres sans faiblir et, à cet endroit, le vent était particulièrement violent.

Gil ne s’arrêta pas pour vérifier si Kaünis le suivait toujours mais il l’encouragea à plusieurs reprises. Une fois parvenu de l’autre côté, il fallait fournir un dernier effort en bandant ses muscles abdominaux pour crocheter le parapet de ses genoux et ainsi, se hisser le long de la coursive de la tour dont le pont servait à communiquer avec la précédente. Intransigeant, Gil accorda une minute de pause à son élève avant de lui lancer une pâte de fruit. Puis il se remit en route. Une heure durant, il entraîna la jeune fille de tour en tour et de toit en toit, traversant la cité sans passer par les rues bondées de monde et ne côtoyant ainsi que le vent et quelques oiseaux qui n’avaient pas encore migré vers le sud ; au passage, il lui fit déverrouiller des serrures, de la plus simple à la plus complexe, parfois en la laissant agir à son gré, souvent en lui imposant un temps limité qui devenait de plus en plus court, jusqu’à ce que les doigts de la jeune fille soient gourds à force de manipuler ses outils et ses muscles de supporter son poids le temps de traverser un pont ou encore d’escalader un mur.

- Un Envoleur va partout, et surtout là où nul ne peut aller. Parce qu’il emprunte des voies qui lui sont à la fois multiples et uniques, parce qu’il ouvre une porte même si celle-ci est verrouillée et parce qu’il est toujours plus discret qu’une ombre, il possède les clés de la ville. De n’importe quelle ville.

Ils étaient assis sur le pan incliné d’une passerelle étrangement torsadée et regardaient le soleil se coucher sur la cité tout en mangeant un morceau de pâte de fruit. Ils la surplombaient, s’offrant les meilleures places qui soient pour assister au spectacle. Peu de gens avaient la chance d’assister au coucher du soleil depuis une telle position. Ça aussi, c’était avoir les clés de la ville…

- La discrétion est le propre de l’Envoleur, reprit Gil. Remarquable dans la lumière, invisible dans l’ombre, il passe inaperçu en toutes circonstances… voilà pourquoi je peux me permettre de me balader dans les rues d’Al-Jeit, dont les murs sont placardés d’avis de recherche qui représentent mon visage.

Il porta une pâte de fruit à ses lèvres et en savoura lentement la saveur sucrée, le regard perdu dans les couleurs vives du couchant. Son moment préféré.

- Y a-t-il un moment de la journée que tu aimes tout particulièrement ?


[Pas de souci !]

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 975
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mar 05 Fév 2013, 12:38

- J'aime la nuit.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mar 05 Fév 2013, 18:34

- Tant mieux ! Parce que nous n'allons pas beaucoup dormir, cette nuit. Se reposer est presque un sacrilège ici : il y a trop de choses à voir, à faire, à ne surtout pas rater. A commencer par cette vue...

Kaünis, nous avons parlé de la greffe, mais j'aimerai que tu l'oublies pour l'instant et que tu te concentres sur un autre objectif, différent mais non moins important et surtout, bien plus proche. As-tu déjà entendu parler de l'Env-Kil ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 975
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mar 05 Fév 2013, 19:28

- Ah ! J'ai cru que tu n'allais jamais m'en parler...

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mar 05 Fév 2013, 21:45

- Enfer ! Tu appelles ça une réponse, toi ? Il n'y a que moi qui ai le droit de répondre à côté de la plaque !

(Léger rire)

Considère l'Env-Kil comme un jalon de plus sur le chemin que tu suis depuis le début de ta formation. C'est un examen qui ressemble à ceux que tu as déjà passés, à ceci près que cette fois, je n'ai aucun jugement à porter sur tes compétences : d'autres maîtres s'en chargeront à ma place. Trois Envoleurs pour trois épreuves différentes.

Tu dois toujours garder à l'esprit que, si l'Env-Kil ne fait pas de toi une Envoleuse, il est une porte à demi ouverte sur ton avenir en tant que tel ; l'Env-Kil donne accès à la greffe, et il te permet également de devenir maître. Tu me suis ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 975
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mer 06 Fév 2013, 09:09

- Jusque là, ça va.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Mer 06 Fév 2013, 17:05

- Tu dois également savoir que certains élèves ont perdu la vie au cours de ces épreuves.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 975
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Jeu 07 Fév 2013, 09:27

- Oui....

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Jeu 07 Fév 2013, 20:31

- C'est tout ce que ça t'inspire ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 975
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Groupe Hogh - cours n°3   Ven 08 Fév 2013, 13:14

- Bah si je crève, je l'aurai bien mérité quoi ! C'est une épreuve hyper importante, à mon avis, parce que c'est là que l'on voit ceux qui sont de vrais Envoleurs ou pas. Ce n'est pas une histoire de greffe, c'est autre chose ; les Envoleurs avec des responsabilités, les vrais Envoleurs, ceux qui auront le droit d'enseigner, doivent réussir ce truc.

Alors oui, c'est tout l'effet que ça me fait, parce que j'estime que seuls les meilleurs doivent pouvoir parvenir à réussir l'épreuve. J'estime que tous les autres ne sont pas des Envoleurs ; c'est quand même des rangs d'élite dont on parle, et il faut avoir l'esprit élitiste quand on fait passer des "examens" pareils.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Groupe Hogh - cours n°3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Groupe Leenio - Cours n°5
» Groupe Humo - Cours n°3
» Groupe Bizya - Cours n°2
» cours de latin
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Jeit-
Sauter vers: