AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Groupe Er'Lyn - cours n°2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Lun 03 Déc 2012, 17:59

Ce matin, je me suis réveillée avec un objectif en tête. Je sais bien que c’est une erreur qui peut me coûter – leur coûter – cher, mais j’ai décidé que je vivrais assez longtemps pour offrir à mes trois derniers élèves leur liberté de marchombre. Je veux les voir s’envoler.
Ce n’est pas un objectif…

… c’est un rêve.







Comme tous les matins depuis quinze ans, Zoanne s’éveilla sous les coups de langue de Farandole. Elle sourit avant d’ouvrir les yeux et tendit la main pour gratter la petite tête velue. Devinant sa sortie pour bientôt, la chienne fila vers la porte d’entrée, laissant sa maîtresse émerger d’un lourd sommeil peuplé de murmures étoilés. Mais avant de se lever, Zoanne se tourna vers son époux.

Il dormait du sommeil des justes et, comme chaque fois qu’elle prenait le large, elle n’avait pas le cœur à le réveiller pour lui dire au revoir. Elle déposa un baiser de papillon sur sa joue chaude, attarda ses doigts dans ses cheveux blancs et son regard sur son visage paisible, puis se coula hors des draps.

Dix minutes plus tard, Farandole gambadait sur la plage, les oreilles au vent, heureuse. Zoanne marchait tranquillement derrière elle. Détachés, ses longs cheveux tombaient en cascade dans son dos et dansaient sous les caresses de la brise salée. Elle s’était enveloppée dans une cape de laine dont elle avait remonté le col jusqu’au menton et affrontait sans rechigner la fraîcheur matinale et saisonnière.

L’hiver était là. S’il ne neigeait pas au bord de la Mer des Brumes, il ne faisait aucun doute que les plaines alaviriennes étaient désormais couvertes de neige. A cette pensée, un sourire se dessina sur les lèvres de la marchombre. Elle partirait avant la prochaine marée et rien que d’imaginer l’Académie sous son manteau blanc, elle frémissait d’impatience. Une impatience qui s’accroissait dès lorsqu’elle pensait au groupe Er’Lyn.

Depuis leur premier examen, Zoanne n’avait pas revu ses élèves. Yosh, Elya et Ney attendaient sans doute leur prochain cours avec une excitation équivoque ; qu’avaient-ils fait au cours de ces deux derniers mois ? Pour avoir la réponse, il suffisait de leur poser la question…



~ * ~




- Alors, jeunes gens ? Quelles merveilleuses aventures avez-vous à me raconter sur ces deux mois d’interruption de cours ?

La main sur l’encolure de Grésille, sa jument alezane, Zoanne écouta la réponse de ses élèves, attentive. Elle sourit devant des changements qui ne se percevaient peut-être pas explicitement mais qu’elle devinait à travers leurs paroles et leur attitude. Les filles grandissaient. Elles n’atteindraient certes jamais la taille de Yosh, mais si une innocence typiquement enfantine s’accrochait encore à leurs traits, leurs corps se paraient de formes nouvelles qui devaient attirer des regards neufs ; Yosh, quant à lui, semblait avoir acquis une certaine confiance qui brillait dans ses yeux aussi noirs que des puits sans fond.

- Les miennes m’ont entraînée au-delà des Frontières de Glace, dit-elle lorsque ce fut son tour. C’est un endroit fabuleux, propice aux rencontres et d’une beauté à couper le souffle. Un jour, je vous emmènerai là-bas…

Elle n’envisageait pas qu’il en soit autrement. Ce rêve était au moins aussi important à leurs yeux qu’aux siens ; un maître les avait déjà abandonnés, il était hors de question qu’elle en fasse de même. Le groupe Er’Lyn était désormais au complet et c’est au complet qu’il verrait la formation des trois jeunes gens s’achever.

- Mais cette fois, nous allons diriger nos pas vers l’Ouest. Le chemin est long jusqu’à la grande forêt de Barail. Nous allons donc voyager à cheval. Voici Grésille, ma fidèle compagne ; je la cède à qui n’a jamais monté de sa vie, ou est intimidé par les chevaux. Ceux d’entre vous qui possèdent une monture où des notions d’équitation, je vous laisse en préparer une. Nous allons commencer par quelques bases, ici, dans la cour.

Quelques flaques avaient gelé au cours de la nuit mais le terrain était plat et suffisamment spacieux pour quelques tours de piste. Zoanne sourit. Sur le billet épinglé au panneau d’affichage, elle avait prévenu ses élèves de prévoir des vêtements chauds, une couverture de voyage et les affaires personnelles qu’ils souhaitaient emporter avec eux. Elle pensait notamment au sabre de Yosh. Le sien était solidement fixé dans son dos, sur la cape de voyage qu’elle avait revêtu par-dessus une tunique et une chemise aux manches longues ; son pantalon était rentré dans ses bottes et ses cheveux tressés, comme de coutume.

Grésille fourra ses naseaux blancs dans son cou, lui tirant un rire amusé. Elle avait pris soin de laisser la selle de la jument libre et entreposé ses sacs aux portes de l’écurie, au cas où l’un de ses élèves aurait besoin de la douceur de sa monture pour prendre confiance en lui. Elle les interrogeait justement du regard lorsqu’une boule de poils se frotta contre ses jambes. Shaé !

- Salut, toi ! dit-elle en se penchant pour caresser le chat, lequel arrondit aussitôt le dos d’extase.

La mascotte du groupe étant arrivée, une étoile s’alluma dans les yeux de Zoanne.
Une aventure était sur le point de commencer.
Et un rêve était en train de naître.


__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Lun 03 Déc 2012, 21:38

J'ouvris les yeux de bonne mais parfaitement réveillée ce matin là. J'étais impatiente de retrouver Zoanne et les autres, qui, il faut le dire m'avaient bien manqués. Le temps avait changé depuis le dernière fois que nous nous étions vus et la douceur de l'automne naissant avait cédé la place à la rigueur de l'hiver.

Le dortoir de l'Académie était encore endormi quand je m'esquivais sans bruit. Les lourdes portes ne grincèrent même pas sur leurs gonds tandis que je m'échappais. J'étais revenu à l'Académie quelques jours auparavant et je devait bien avouer que cette ambiance chaleureuse, bonne enfant et surtout très vive m'avait manquée. Pour autant, je ne regrettais ce que j'avais fait pendant les deux mois de liberté que nous avait accordé Zoanne.

La marchombre... J'avais hâte de la retrouver. Quand nous nous étions séparés, selon elle, le groupe Er'Lyn venait de naître. Elle avait raison. Je n'aurais jamais pensé que le groupe puisse me manquer autant !

Je sorti et me glissai dans la neige, alors que le soleil commençait seulement à émerger de l'horizon. Il ne chauffait pas, mais même en pleine journée, ses rayons resteraient presque froids. La neige ne fondrait pas avant longtemps et c'était tant mieux ! Ce n'était pas la saison que je préférais à cause de la pluie, de la nuit, mais la neige était le plus bel aspect de l'hiver.

~ * ~


- Alors, jeunes gens ? Quelles merveilleuses aventures avez-vous à me raconter sur ces deux mois d’interruption de cours ?

Je pris une grande inspiration. Cela faisait plaisir d'entendre le son de sa voix. Je souris.

- J'ai d'abord découvert la beauté des tigres des prairies dans les collines de Taj. Ce qui m'a occupé un bon moment sur les deux mois !

Je souris franchement à ce souvenir en lançant un clin d’œil complice à Ney.

- Puis le suis descendue plus au Sud et j'ai passé le reste du temps à Al-Vor. Là bas, j'ai acheté une magnifique petite jument qu'un commerçant ne pouvait garder. Elle s'appelle Lumière. Nous avons donc fait de longues randonnées pendant des journées complètes. J'ai aussi effectue une ou deux mission pour le seigneur d'Al-Vor. Voilà !

Je leur fit à tous un grand sourire. Ces moments de solitude m'avait fait un bien fou mais j'étais ravie de me trouver là où j'étais à l'instant. Le groupe Er'Lyn était reparti !

- Les miennes m’ont entraînée au-delà des Frontières de Glace. C’est un endroit fabuleux, propice aux rencontres et d’une beauté à couper le souffle. Un jour, je vous emmènerai là-bas… Mais cette fois, nous allons diriger nos pas vers l’Ouest. Le chemin est long jusqu’à la grande forêt de Barail. Nous allons donc voyager à cheval. Voici Grésille, ma fidèle compagne ; je la cède à qui n’a jamais monté de sa vie, ou est intimidé par les chevaux. Ceux d’entre vous qui possèdent une monture où des notions d’équitation, je vous laisse en préparer une. Nous allons commencer par quelques bases, ici, dans la cour.

Je souris. Que de belles perspectives, j'avais hâte. Avec mon plus beau sourire je lançais :

- On commence quand ?
Revenir en haut Aller en bas
Ney Nirina
Groupe Er'Lyn
avatar

Nombre de messages : 254
Date d'inscription : 15/02/2012

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Brûlures sur le dos des avant-bras, Sae, un chat, la suis presque partout

MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Dim 09 Déc 2012, 21:30

    - Alors, jeunes gens ? Quelles merveilleuses aventures avez-vous à me raconter sur ces deux mois d’interruption de cours ?

    Ney sourit en y repensant. Elle avait été un peu partout, gagnant un peu d'argent, apprivoisant ses nouvelles capacités et tentant de son mieux de continuer à les développer, rencontrant des gens, découvrant de nouvelles choses, apprenant, bref, elle n'avait pas perdu son temps! Ces deux derniers mois avaient passé très rapidement mais n'avaient pas manqués d'être intéressants! Cependant, elle était quand même très heureuse de reprendre les cours et de retrouver Elya et Yoshi.

    - J'ai d'abord découvert la beauté des tigres des prairies dans les collines de Taj. Ce qui m'a occupé un bon moment sur les deux mois !

    Ney rendit son clin d'oeil à Elya. Oui, elle aussi elle se souvenait de ce passage... Elle s'entendait mieux avec Elya maintenant. Sae s'agita sur ses épaules, comme s'il avait compris et se souvenait du tigre des prairies leur courant après! Il avait eu sacrément peur lui aussi, et l'avait par la suite déjà avertie par son comportement de la présence d'un tigre dans le coin, ce qui était quand même drôlement pratique quand on se balade seule sur les routes!

    - Puis le suis descendue plus au Sud et j'ai passé le reste du temps à Al-Vor. Là bas, j'ai acheté une magnifique petite jument qu'un commerçant ne pouvait garder. Elle s'appelle Lumière. Nous avons donc fait de longues randonnées pendant des journées complètes. J'ai aussi effectue une ou deux mission pour le seigneur d'Al-Vor. Voilà !

    Ney ouvrit de grands yeux. Chanceuse! En ce qui la concernait, un cheval coûtait encore beaucoup trop cher pour elle! C'était déjà pas évident d'avoir assez d'avance pour pouvoir se débrouiller pour un moment sans boulot! Enfin, de toute façon, elle ne savait pas monter et ne connaissait pas les chevaux, elle doutait qu'elle aurait décidé d'en prendre un même si on le lui donnait vu qu'elle ne savait pas s'en occuper. Quoique.. Va savoir! De toute façon, ça ne lui était pas arrivé.

    - Moi, j'ai traîné un peu partout, j'ai aussi fait quelques boulots, rencontré des gens, bref, j'ai pas vu ces deux derniers mois passer! J'vais me contenter de ça, se serait trop long sinon de vous raconter deux mois entiers.

    Après que Yoshi ai parlé à son tour, Zoanne repris :

    - Les miennes m’ont entraînée au-delà des Frontières de Glace. C’est un endroit fabuleux, propice aux rencontres et d’une beauté à couper le souffle. Un jour, je vous emmènerai là-bas…

    Les yeux de Ney brillèrent. Elle avait hâte! Bon, c'était un endroit assez spécial et dangereux d'après ce qu'elle avait entendu, mais avec Zoanne, elle ne craignait pas grand chose! Et si c'était beau...

    Mais cette fois, nous allons diriger nos pas vers l’Ouest. Le chemin est long jusqu’à la grande forêt de Barail. Nous allons donc voyager à cheval. Voici Grésille, ma fidèle compagne ; je la cède à qui n’a jamais monté de sa vie, ou est intimidé par les chevaux. Ceux d’entre vous qui possèdent une monture où des notions d’équitation, je vous laisse en préparer une. Nous allons commencer par quelques bases, ici, dans la cour.

    La forêt de Barail? A côté du Pays Faël? Intéressant! Elle espérait qu'elle en rencontrerait, elle n'avait fait qu'en entendre parler jusqu'à maintenant et ce qu'elle avait entendu était intriguant. Par contre, elle se sentie un peu gênée lorsque Zoanne parla de monture et d'équitation. Elle était une parfaite néophyte! Elle avisa Grésille. Elle n'avait pas l'air méchante comme jument, mais elle n'osa même pas approcher. Ils étaient un peu trop grands ces animaux, et ils avaient la réputation d'être parfois peureux.

    - On commence quand ?

    Ney leva timidement le doigt.

    - En ce qui me concerne, tout de suite se serait bien. J'ai jamais monté et, pour être parfaitement honnête, j'ai pas trop l'habitude des chevaux non plus...

    Elle avait l'air maligne tiens! Et sûrement que Yoshi, lui, était plus à l'aise! Enfin comme Sae non plus n'était pas fana de chevaux, car pour eux ils étaient énormes, elle ne s'en était pas souvent approchée...

__________________________________________

Lettres ~ Fiche ~ RPs ~ Liens ~ 2ème cours



Merci beaucoup à Ange Shar pour ce kit! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Ven 25 Jan 2013, 09:15

La réponse d’Elya lui plut ; en évoquant ses souvenirs, la jeune fille avait les yeux brillant, preuve que l’étincelle qui brûlait en elle ne demandait qu’à devenir une véritable flamme. Elle n’était pas du genre à rester inactive et sa soif d’aventures était une vraie force que Zoanne avait bien l’intention d’entretenir.

Ney répondit immédiatement après Elya. Brève, concise, sa réponse représentait tellement la vivacité de son caractère que Zoanne ne put s’empêcher de sourire. Elle non plus n’avait pas froid aux yeux et, si elle ne souhaitait pas s’attarder sur le passé, c’était pour se lancer plus vite dans un nouveau périple.

- On commence quand ?
- Et bien…
- En ce qui me concerne, tout de suite ce serait bien. J’ai jamais monté et, pour être parfaitement honnête, j’ai pas trop l’habitude des chevaux non plus…


Ça, Zoanne l’avait compris. Il suffisait pour cela de noter la posture de la jeune fille, qui avait pris soin de placer Elya entre Grésille et elle ; Shaé n’était pas spécialement à son aise non plus.

- Il y a un début à tout ! lança joyeusement la marchombre en faisant avancer sa monture jusqu’à Ney. Elya, va préparer Lumière et rejoins-nous. On va commencer tranquillement.

Comme son élève s’exécutait, Zoanne entreprit de faire les présentations.

- Grésille, voici Ney, mon apprentie. C’est elle qui va voyager sur ton dos. Ney, je te présente ma fidèle compagne. C’est une perle, tu vas très vite t’en rendre compte… Pose ta main sur son encolure. Grésille ne se lasse jamais des caresses alors tu peux y aller !

En écho à ses paroles, la jument agita sa belle crinière et fourra sa tête contre Ney. Un peu plus loin, Shaé secouait nerveusement la queue, jaloux. Tandis que son élève caressait Grésille, Zoanne lui expliqua comment réagir en présence d’un cheval. Quels étaient les risques possibles, pour le cavalier tant que pour l’animal ; où et comment le caresser ; quelles gâteries Grésille aimait savourer…

Une fois Elya de retour, Zoanne laissa Ney se familiariser avec la jument pour s’approcher de Lumière. Une autre douceur, quoi qu’au caractère plus trempé que Grésille, mais qui séduisit la marchombre au premier regard.

- Que tu es belle… murmura-t-elle en tendant une main, paume tournée vers le ciel.

En présence de sa cavalière, Lumière ne fut pas méfiante très longtemps. Et lorsqu’elle fourra ses naseaux dans la paume de Zoanne, celle-ci hocha la tête, satisfaite.

- Prête à faire tes débuts, Ney ? lança-t-elle en se tournant vers la jeune fille.

Puisqu’Elya avait déjà une certaine expérience, elle la laissa faire un petit tour d’échauffe pour s’occuper de Ney. Elle l’aida à se mettre en selle, ajusta les étriers, lui expliqua comment se tenir et comment diriger sa monture. Elle la regarda partir au pas, l’encourageant d’une voix douce, puis se baissa pour gratter Shaé entre les oreilles, histoire de lui signifier qu’on ne l’oubliait pas, et fila chercher une monture.

Elle choisit Brume, qu’elle connaissait déjà et qui lui plaisait énormément. La jument l’accueillit d’ailleurs avec un hennissement joyeux auquel elle répondit par un éclat de rire, et toutes deux rejoignirent les deux cavalières qui progressaient tranquillement dans la ronde. Zoanne se mit souplement en selle et vint se placer à côté de Ney.

Durant une heure, elle lui donna des conseils, rectifia sa position, encouragea ses progrès et apaisa ses appréhensions. Il était nécessaire que Ney se sente à son aise si elle voulait pouvoir voyager à travers l’Empire sur le dos d’un cheval. Mais Zoanne ne délaissait pas Elya pour autant ; si la jeune fille évoluait avec aisance et confiance, son maître se chargea de pointer quelques défauts qu’il lui fallait corriger.

Au terme de cette introduction, Zoanne proposa aux filles de faire une courte pause, le temps de savourer une galette de niam et d’échanger quelques paroles au sujet des chevaux ; la marchombre raconta sa première rencontre avec Grésille, très anecdotique en ce que la jument, effrayée par un élégant pourprier qui se faisait dorer au soleil sur un rocher, l’avait éjectée de sa selle avant de s’enfuir. Il avait fallu toute une journée à Zoanne pour la retrouver et le voyage s’était ensuite ponctué de nombreux arrêts pour soulager son postérieur rendu sensible à cause de la chute…

- Bien ! dit-elle en voyant le soleil dépasser la cime des arbres. Il est temps de nous mettre en route.

Elle aida Elya et Ney à harnacher leurs montures, puis elle prit la tête de leur petit convoi et ensemble, elles quittèrent l’Académie. Tranquillement, elles suivirent une route qui serpentait à travers les champs enneigés, Zoanne s’extasiant fréquemment devant la beauté du paysage qui scintillait sous les timides rayons du soleil.

L’hiver était bel et bien sa saison favorite. Mais comment rester insensible aux myriades de stalactites accrochées aux branches nues des arbres, et qui brillaient à leur passage ? Comment résister à l’envie de faire des boules de neige ? Pourquoi donc pester contre le froid alors que celui-ci dessinait de jolis nuages de condensations devant les lèvres, gelait les poumons et donnait l’impression de respirer un air plus pur que jamais ?

Le ciel était d’un bleu très vif, le soleil faisait étinceler la neige et une nouvelle aventure commençait pour le groupe Er’Lyn ; Zoanne était comblée. Alors qu’elle chevauchait tranquillement entre ses élèves, elle se dit qu’elle avait beaucoup de chance qu’un imprévu ait contraint à Notok de lui céder sa place.

Vers midi, elles s’arrêtèrent aux abords d’une ferme. Le froid avait aussi cette qualité de donner un appétit féroce et le déjeuner fut rapidement expédié. A son terme, Zoanne décida qu’il était temps d’entamer un premier exercice. Détachant sa besace de la selle de Brume, elle sortit trois couteaux de lancer qu’elle présenta à ses apprenties.

- Voici comment il faut le tenir, dit-elle en leur montrant comment positionner les doigts de la lame. De cette façon, vous ne risquez pas de vous blesser sur le tranchant. Pour lancer un couteau, il faut se placer légèrement de côté face à la cible – comme ceci. Détendez vos épaules, vos muscles, et faites pivoter vos hanches – vous voyez ? La rotation est infime, elle ne modifie pas la position de mes jambes mais elle va offrir l’élan nécessaire à mon lancer. Armer son bras n’est pas le plus difficile, encore faut-il savoir le détendre en utilisant la rotation des hanches et surtout, ouvrir les doigts au bon moment. Pour ça, il faut de l’entraînement et une bonne dose de volonté alors ne vous attendez pas à des miracles !

Zoanne exécuta plusieurs fois les mouvements qu’elle venait d’expliquer à ses élèves, puis elle lança son couteau. Celui-ci se planta dans l’écorce d’un bouleau et le choc fit tomber un peu de neige de ses branches.

- A vous, maintenant ! Prenez le tronc pour cible, mais ayez moins pour objectif de la toucher que de travailler votre position et votre lancer. Un seul couteau chacune, ce qui veut dire que vous devez aller le chercher une fois le lancer effectué. Au pas de course, s’il vous plait, histoire de rester mobile et de se réchauffer ! C’est parti !

Parce qu’elle n’envisageait pas un seul instant de se planter à côté d’elles pour les regarder s’entraîner sans bouger, Zoanne s’élança vers son arbre dans une petite foulée pour récupérer son arme. Son couteau dans la main, elle retourna se positionner près des filles et se mit à faire quelques lancers tout en les observant du coin de l’œil.


__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Dim 27 Jan 2013, 14:32

- Eh bien...

Mais Ney ne lui laissa même pas le temps de finir. Je souris. J'étais ravie de la retrouver. Après avoir passé un peu de temps ensemble, nous nous étions séparées pour nous retrouver plus tard et je devais bien avouer que j'étais heureuse de me retrouver à nouveau là, à l'Académie.

- En ce qui me concerne, tout de suite ce serait bien. J’ai jamais monté et, pour être parfaitement honnête, j’ai pas trop l’habitude des chevaux non plus…

Cela m'étonna d'abord, puis, avec un peu de recul je réalisai que je n'étais pas du tout surprise. En plus, Sae, sauvage comme il était qui nous tolérait simplement, je le voyait mal accepter un autre animal auquel Net devrait en plus porter de l'attention. Je souris, la matinée promettait d'être très intéressante.

- Il y a un début à tout ! Elya, va préparer Lumière et rejoins-nous. On va commencer tranquillement.

Je tournais les talons et rejoignis en courant les écuries où je retrouvais la petite jument. Elle était de taille moyenne mais était très bien proportionnée, ces allures étaient tout en courbes et sa robe blanche brillait au soleil. Elle avait par ailleurs un signe très caractéristique, une tache noire en forme de cœur sur la croupe. Je commençais à le caresser pour la saluer. Elle vient rapidement coller son museau dans le creux de mon cou.

- Les affaires reprennent ma belle...
murmurai-je.

Lumière renâcla un peu à cette idée, elle avait hâte. J'étais aussi très excitée à l'idée de repartir. J'allai vite chercher une étrille et brossait soigneusement la petite jument qui se laissait faire, appréciant le massage. Je lui posai la selle sur le dos mais attachai lâchement la sangle pour pas qu'elle ne soit trop serrée avant qu'on parte. Je pris ensuite les rennes dans la main et je sortis à pieds, Lumière derrière moi pour rejoindre le reste du groupe.

De loin, je vis que Zoanne était entre Ney et Grésille et tentai de mettre Ney en confiance. Sae se tenait un peu à l'écart et tournait de façon nerveuse.

Quand je me fus rapprochée de deux, Zoanne laissa Ney et s'approcha de nous. Elle commença à caresser Lumière sur la tête. En mon absence de réaction, elle se laissa vite aller pour profiter pleinement des grattouilles de la maître marchombre.

- Que tu es belle...


Ces mots avaient été murmurés à tel point que je n'étais même pas sûre de les avoir vraiment entendue. Je jetai un sourire radieux à Zoanne.

- J'ai eu de la chance de tomber par hasard sur elle. Nous avons passé beaucoup de temps ensemble dernièrement.

- Prête à faire tes débuts, Ney ?

Zoanne me laissa libre pour m'échauffer. Je me hissai en selle. Je commençai d'abord par un pas assez soutenu puis, sentant l'impatience de ma jument, je partis en petit trop. Ses crins volaient légèrement et venaient caresser mes doigts. C'était si bon de reprendre !

Pendant une bonne partie de la matinée, elle donnait de précieux et nombreux conseils à Ney pour débuter tandis qu'elle rectifiait toutes mes mauvaises habitudes. J'avais l'impression que rien ne lui empêchait et qu'elle me voyait y compris quand j'étais derrière elle. Elle ne laissait s'échapper aucun détail et, aux nombres de conseils qu'elle me lança, je me rendis compte qu'il me restait encore beaucoup à apprendre.

Je caressais Lumière en me penchant sur son encolure.

Quand Zoanne donna le signal du départ, j'avais plus que hâte de partir. Nous chevauchâmes pendant un bon moment au pas, profitant du paysage magnifique. De la neige était tombée dans la nuit recouvrant le monde d'un tapis blanc. Partout, des gouttes d'eau avaient été gelées, interrompant leur route entre la branche sur laquelle elle se trouvait et le sol. L'air était vivifiant, sec et le froid était mordant mais il faisait du bien.

Plus tard, nous nous arrêtâmes dans une ferme pour un bref repas. Alors que je me levai pour me hisser de nouveau en selle, Zoanne sortit trois couteaux qui semblaient assez légers. Elle nous les tendit et prit la parole.

- Voici comment il faut le tenir. De cette façon, vous ne risquez pas de vous blesser sur le tranchant. Pour lancer un couteau, il faut se placer légèrement de côté face à la cible – comme ceci. Détendez vos épaules, vos muscles, et faites pivoter vos hanches – vous voyez ? La rotation est infime, elle ne modifie pas la position de mes jambes mais elle va offrir l’élan nécessaire à mon lancer. Armer son bras n’est pas le plus difficile, encore faut-il savoir le détendre en utilisant la rotation des hanches et surtout, ouvrir les doigts au bon moment. Pour ça, il faut de l’entraînement et une bonne dose de volonté alors ne vous attendez pas à des miracles !

Elle nous montra ensuite plusieurs fois. Elle exécutait le mouvement avec aisance mais je savais aussi que les nôtres seraient beaucoup moins harmonieux. Lors de son dernier mouvement, elle ouvrit les doigts et le poignard alla se planter dans l'arbre un peu plus loin. Sous le choc, des tas de neige dégringolèrent de leur branche.

- A vous, maintenant ! Prenez le tronc pour cible, mais ayez moins pour objectif de la toucher que de travailler votre position et votre lancer. Un seul couteau chacune, ce qui veut dire que vous devez aller le chercher une fois le lancer effectué. Au pas de course, s’il vous plait, histoire de rester mobile et de se réchauffer ! C’est parti !

Avant même qu'on ait le temps de réagir, elle partit en courant récupérer son arme. Je soupesais pendant un moment le mienne et me plaçai face à l'arbre, en essayant de trouver l'angle de profil que Zoanne avait montrer. Je tentai de tourner plusieurs fois les hanches comme elle l'avait montré. Ce mouvement me permettait de me retrouver face à l'arbre mais sans bouger les pieds comme le maître marchombre l'avait montré. Je fis alors une tentative mais je n'ouvris pas les doigts au bon moment et mon poignard tomba platement à la moitié de la distance qui lui fallait parcourir.

Je me lançai à petite foulée pour aller la chercher et me remis en place. Je me concentrai et fixai longtemps l'arbre avant de faire mon mouvement. Il était apparemment bon mais il lui manquait de la force, le couteau partit en direction de l'arbre mais rebondit sur l'écorce et tomba au sol.

Je soupirai et repartit en direction de l'arbre pour chercher l'arme.
Revenir en haut Aller en bas
Ney Nirina
Groupe Er'Lyn
avatar

Nombre de messages : 254
Date d'inscription : 15/02/2012

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Brûlures sur le dos des avant-bras, Sae, un chat, la suis presque partout

MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Mar 12 Mar 2013, 15:56

    L'annonce de l'incompétence de Ney en la matière ne surpris pas Zoanne le moins du monde, en revanche, Elya ne semblait pas l'avoir deviné. C'était normal au fond, elle n'avait jamais vu comment Ney se comportait près d'un cheval, sans parler de Sae, mais va savoir pourquoi, cela étonnait Ney qu'elle ne s'en soit pas doutée.

    - Il y a un début à tout ! Elya, va préparer Lumière et rejoins-nous. On va commencer tranquillement.

    En voyant l'imposant animal approcher, Sae s'empressa de déserter les épaules de Ney pour aller en retrait. Ney n'avait pas exactement peur des chevaux, elle n'avait donc pas envie de détaler comme le félin, mais il fallait bien avouer que ces grands animaux l'intimidaient elle aussi, et surtout, elle ne les connaissait que très peu, et c'était ça aussi qui l'inquiétait. Elle avait déjà vu un cavalier se faire éjecter de sa selle parce que son cheval avait eu peur, ça ne donnait pas vraiment envie de l'imiter...

    - Grésille, voici Ney, mon apprentie. C’est elle qui va voyager sur ton dos. Ney, je te présente ma fidèle compagne. C’est une perle, tu vas très vite t’en rendre compte… Pose ta main sur son encolure. Grésille ne se lasse jamais des caresses alors tu peux y aller !

    Quoi, un si grand animal, fana de caresses comme Sae l'était à ses heures? L'idée était pour le moins étrange, pourtant, la tête de Grésille venant taper contre Ney semblait en demander, et la jeune fille s'exécuta, d'abord doucement, puis avec plus d'assurance. Elle continua pendant tout le temps où Zoanne lui expliquait le comportement des chevaux et comment se comporter avec eux. C'était exactement les informations dont Ney avait besoin et elle écouta avec attention tandis que Sae observait le grand animal avec méfiance, l'air nerveux comme s'il avait peur pour Ney.

    Elya revint ensuite avec Lumière. Ney sourit en songeant que c'était un beau nom, elle n'avait pas pensé à le dire tout à l'heure. Est-ce que c'était Elya qui lui avait donné ou elle s'appelait déjà ainsi avant? Va savoir, en tout cas elle profita qu'elle était seul pour expérimenter des caresses ailleurs que sur la zone qu'elle grattouillait depuis tout à l'heure, bien que Grésille ne paraisse toujours pas s'en lasser. Ney fit signe à Sae d'avancer mais le félin semblait toujours trop intimidé. La jeune fille décida de le laisser faire, il finirait par s'habituer, il fallait juste lui laisser du temps.

    - Prête à faire tes débuts, Ney ?

    C'est pas comme si j'avais le choix, songea l'intéressée, mais elle n'en dit rien. Faire ses premiers pas sur le dos d'un cheval lui semblait beaucoup moins effrayant qu'il y a quelques minutes, elle avait même hâte, même si elle appréhendait toujours un peu.

    Elle n'aurait pas du s'inquiéter.

    Bien sûr, elle devait tout le temps faire attention, corriger sa position, mais voyager sur le dos d'un cheval, c'était génial! Et reposant. Bien sûr, elle aimait marcher, mais là, elle avait un point de vue en hauteur, ce qui lui plaisait aussi. Et puis Zoanne avait raison, Grésille était une perle! Ney se sentit rapidement à l'aise et prit un peu d'assurance, et si elle avait tendance à se raidir pour un rien au début, elle était maintenant un peu plus sûre d'elle, sa confiance en sa monture se développant. Ceci dit, elle se doutait bien qu'elle serait beaucoup moins à l'aise si Zoanne décidait de la laisser ici rentrer seule à l'Académie!

    Néanmoins, malgré cette expérience intéressante et enrichissante, Ney ne fut pas mécontente de descendre se dégourdir les jambes. Elle aurait tout son temps de continuer à progresser pendant le voyage! Elle apprécia donc la pause et rit à l'histoire de Zoanne. Pendant qu'elle mangeait, Ney aperçut Sae qui daignait enfin revenir vers elle. Elle avait bien essayé de lui montrer qu'il n'y avait pas de danger et qu'il pouvait venir, malgré tout il n'avait pas voulu s'approcher et n'était pas venu avec elle sur Grésille. Ney ne l'avait pas vu de la promenade, va savoir s'il les avait suivies ou s'il était allé chassé, probablement un peu des deux, mais elle était contente qu'il revienne, parce que cette fois, ils allaient partir pour de bon, ce que Zoanne confirma à la fin du 'repas'.

    - Bien ! Il est temps de nous mettre en route.

    Ney tapota ses épaules en regardant Sae pour l'inciter à y monter, ce qu'il ne tarda pas à faire. Les choses se compliquèrent en s'approchant des chevaux, Ney sentit le félin se tendre. Fort heureusement, il ne descendit pas, même alors que la jeune fille se hissait sur le dos de la jument, et si Sae resta prudemment sur ses épaules au début du voyage, il fini par prendre confiance et descendit s'étaler de tout son long devant Ney. L'adolescente sourit, presque impressionnée de la désinvolture que mettait désormais le félin à s'allonger sur le dos d'un cheval. Que les mouvements ne le gênent pas le moins du monde, ça, par contre, ça n'avait rien de surprenant étant donné qu'il faisait la même chose sur les épaules de Ney quand elle marchait!

    En tout cas, Ney ne c'était pas ennuyée, quand elle n'était pas occupée à rectifier sa position, elle dévorait constamment le paysage des yeux avec un grand sourire. Elle adorait la neige et elle adorait voir des paysages recouverts de neige, c'était juste magnifique. Bon, il faisait un peu frisquet mais ça donnait un côté pur à l'air qu'elle respirait, et visiblement, Zoanne était de cet avis d'après les quelques remarques qu'elle fit pendant le voyage, remarques que Ney approuva vivement quand elle n'y rajoutait pas sa touche personnelle.

    Enfin, c'était bien de voyager à cheval mais ça donnait quand même un peu mal aux fesses, et ça donnait envie au bout d'un moment de descendre se dégourdir les jambes. Heureusement, elles ne tardèrent pas à s'arrêter manger, ce qui fut l'occasion pour Ney de se rendre compte que ses fesses ne paraissaient pas apprécier de rester trop longtemps collés à une selle! Elle englouti rapidement son repas - de nouvelles sensations comme celle qu'on a quand on monte plus le froid, ça donne faim - et marcha un peu dans la neige en résistant très fort à l'envie de lancer une boule de neige à Elya lorsqu'elle vit Zoanne sortir trois couteaux qu'elle leur présenta. Intriguée et devinant là un nouvel exercice, Ney se hâta d'approcher pour ne rien perdre des consignes.

    - Voici comment il faut le tenir. De cette façon, vous ne risquez pas de vous blesser sur le tranchant. Pour lancer un couteau, il faut se placer légèrement de côté face à la cible – comme ceci. Détendez vos épaules, vos muscles, et faites pivoter vos hanches – vous voyez ? La rotation est infime, elle ne modifie pas la position de mes jambes mais elle va offrir l’élan nécessaire à mon lancer. Armer son bras n’est pas le plus difficile, encore faut-il savoir le détendre en utilisant la rotation des hanches et surtout, ouvrir les doigts au bon moment. Pour ça, il faut de l’entraînement et une bonne dose de volonté alors ne vous attendez pas à des miracles !

    D'accord, donc il ne fallait pas s'attendre à réussir du premier coup c'est ça? Malgré tout, Ney tenta d'imiter la position de Zoanne et l'observa avec attention répéter le mouvement tout en tendant de l'imiter à la fin. Elle lança ensuite son couteau et Ney le vit se planter dans le tronc d'un arbre, faisant tomber un peu de neige au passage. Et le tronc en question n'était pas très épais (sinon l'impact du couteau n'aurait pas fait tomber de neige). Waouh! Ney décida sagement qu'elle commencerait par un arbre un peu plus épais que ça.

    - A vous, maintenant ! Prenez le tronc pour cible, mais ayez moins pour objectif de la toucher que de travailler votre position et votre lancer. Un seul couteau chacune, ce qui veut dire que vous devez aller le chercher une fois le lancer effectué. Au pas de course, s’il vous plait, histoire de rester mobile et de se réchauffer ! C’est parti !

    Quoi, "le tronc", elles devaient toutes viser le même tronc? Et aller chercher le couteau après en plus? Zoanne s'élança pour récupérer le sien, et elle se prépara à lancer une fois revenue. Ney sourit. Elle aimait bien ça, que Zoanne ne reste pas bêtement à côté d'elles à les regarder. Elya se mit en position mais son couteau tomba entre elle et la cible. Ney attendit qu'elle l'ai ramassé - autant de pas prendre de risque - pour se mettre à son tour en position. Elle jeta un coup d'oeil à Sae, toujours sur ses épaules, et sourit. Bah, elle n'avait pas envie de le virer, elle avait l'habitude de faire des choses que la plupart ne pensaient pas possible avec un chat sur les épaules, et son ronronnement semblait l'encourager. Elle fit une fois le mouvement puis lança le couteau la seconde.

    Elle avait visiblement mis trop de force dans son mouvement, sans parler de lancer droit. Ce qui était dommage parce qu'il était arrivé lame en premier mais de travers si bien qu'il avait rebondit contre le tronc. Ney poussa un soupir déçu même si elle se doutait qu'elle raterait elle aussi et se hâta d'aller le récupérer. Bon, au moins il avait touché le tronc! Un peu trop bas mais bon, il l'avait touché! Ney laissa Elya faire son second essai, qui ressemblait assez au sien. Ney se concentra et retenta sa chance. Elle lança moins fort cette fois, ce qui fit que son couteau se planta parfaitement... au bas de l'arbre. Bon, raté. Elle retourna encore le chercher, prête à recommencer. Décidément, c'était vraiment plus compliqué que ça n'en avait l'air!

__________________________________________

Lettres ~ Fiche ~ RPs ~ Liens ~ 2ème cours



Merci beaucoup à Ange Shar pour ce kit! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Mer 20 Mar 2013, 22:44

La première fois que Zoanne avait lancé un couteau, elle avait failli tuer quelqu’un. Lui crever un œil, en tout cas. C’était dans une taverne lotie dans un quartier mal famé d’Al-Far ; un véritable coupe-gorge qui empestait le tabac, l’alcool et la sueur, mais qui voyait passer bien des personnes intéressantes – pour la jeune apprentie qu’elle était alors.

Observer, écouter, apprendre, tel était déjà son passe-temps favori : Zoanne pouvait rester des heures à un endroit précis – une place, un banc, une auberge – et ce, juste pour regarder ce qui lui passait sous le nez. Les yeux grand ouverts, elle ne perdait pas une miette des innombrables petites scènes de la vie quotidienne ; ici, une mère sermonnant son petit garçon pour avoir laissé tomber son gâteau à terre, au grand plaisir des oiseaux ; là, un vieil homme lisant un petit livre tout racorni…

Le comportement, l’attitude des gens qu’elle croisait lui apprenait toujours quelque chose qu’elle jugeait fondamental. Le lieu en lui-même importait peu, raison pour laquelle elle s’était retrouvée dans cette taverne aux allures de vieille bicoque peu recommandable s’en vraiment s’en apercevoir.

Bien sûr, elle avait remarqué que chaque client attablé, ou presque, possédait une arme. Légère, pour la plupart, et sans aucun intérêt – au contraire des armes de jet qu’utilisaient trois hommes, dans le fond de la pièce principale. Debout et bien campés sur leurs deux jambes, ils lançaient des couteaux sur une cible accrochée au mur, à dix pas d’eux environ ; le sifflement des lames, suivi du bruit sourd qui ponctuait leur arrivée dans la cible, passait presque inaperçu dans le brouhaha ambiant.

Presque.

Curieuse, Zoanne s’était approchée des lanceurs. Elle observait la façon dont ils se positionnaient face au mur, les regardait armer leur bras – droit ou gauche – et cherchait à comprendre par quel miracle leurs couteaux se plantaient toujours lame la première, alors qu’ils les envoyaient manche en premier.

L’un d’eux l’avait interpelée. Il avait remarqué l’attention qu’elle portait à leur jeu et, sans s’étonner qu’une gamine – avec ses tresses blondes et son air candide, elle donnait l’impression d’avoir dans les douze ou treize ans – se trouve dans les parages, il lui avait collé son couteau dans les mains. Lorsqu’elle lui avait demandé ce qu’elle devait en faire, il lui avait simplement répondu « vise le milieu et lance ». Puis il avait reculé d’un pas, bras croisés sur la poitrine, lui volant son rôle de spectatrice.

Zoanne avait soupesé l’arme et l’avait observé sous tous les angles, jusqu’à ce que des encouragements, certains sincères, d’autres courroucés, ne lui enjoignent de passer à l’action. Ce qu’elle avait fait. Imitant la franche assurance des lanceurs, elle avait tiré ; son couteau avait sifflé mais, au lieu de s’en aller droit vers la cible, il avait dévié de sa trajectoire, probablement à cause d’un défaut de position.

Il avait heurté le front du serveur – par le manche, heureusement, sans quoi il serait mort. Loin d’envisager cette probabilité, le public s’était répandu en rires, tandis que Zoanne s’éclipsait prestement. A l’époque, la peur de blesser son entourage par maladresse s’était formée en elle, et Réma avait eu toutes les peines du monde à la transformer en confiance.

Poc !

Le couteau lancé par Elya venait de heurter le tronc.

Poc !

Celui de Ney aussi.

Tchac !

Zoanne adressa un clin d’œil à ses apprenties et trottina jusqu’à l’arbre pour récupérer le couteau planté dans l’écorce jusqu’à la garde.

- Ce qu’il y a de bien avec les arbres, dit-elle en se replaçant entre les deux jeunes filles, c’est qu’ils ne se plaignent jamais !

Consciente des regards attentifs posés sur elle, la marchombre prit le temps d’armer son bras avant de lancer le couteau. A moins d’un coup de chance, ni Ney ni Elya n’allait réussir à planter son arme dans le tronc ; il leur faudrait répéter ces mouvements et enchaîner les lancers des heures et des heures, des jours et des jours, jusqu’à ce qu’un déclic se produise enfin. Mais c’est bien par l’observation que débutait cet apprentissage.

- Rappelez-vous ceci : un marchombre ne jette pas son arme. Il l’accompagne. Et son lancer ne prend fin que lorsque la lame s’est fichée à l’endroit voulu. La nuance est simple dans les mots et complexe dans la réalité ; c’est à vous de trouver la clé de ce nouveau mystère. Et pour la trouver, il faut s’entraîner…

Ne jamais renoncer.



__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Mer 01 Mai 2013, 13:13

Les lancers de Ney ne furent pas plus convaincants que les miens, ce qui me rasséréna un peu. Je retournai chercher mon arme en trottant, essayant de visualiser dans ma tête le mouvement essentiel pour toucher le tronc. Même si les gestes de Zoanne semblaient harmonieux, précis et simples, je me doutais qu'il nous faudrait beaucoup de temps avant de pouvoir atteindre la cible. Je soupirai. Mais en même temps, c'était de belles éxpériences que nous offrait Zoanne et je n'avais aucune envie d'arrêter. Je me saisis de mon arme par terre et retournai à l'endroit de tir.

J'attendis mon tour et me positionnai. Une fois encore, je refis le mouvement de rotation deux fois avant de lâcher mon couteau. La direction semblait bonne mais la force un peu faible. Et de toute façon, le couteau percuta le tronc, certes, mais par le manche. Nouvel échec. Nouvelle envie de recommencer, encore plus, pour réussir. J'allai chercher mon arme un fois encore.

Zoanne lança à son tour l'arme. Son geste était fluide, léger et... harmonieux. L'arme voltigea dans l'air. Mes yeux étaient rivés sur elle et sur sa destination. Évidemment, je n'envisageai pas une seule seconde que Zoanne rate son tir. Effectivement, le couteau se planta jusqu'à la garde dans le tronc d'arbre. J'en fus soufflée. Zoanne nous regarda et alla chercher joyeusement le couteau. Quand elle revient, elle se mit entre nous deux, en face du milieu de la cible.

- Ce qu’il y a de bien avec les arbres, c’est qu’ils ne se plaignent jamais !

Heureusement ! De toute façon, ce n'était pas Ney et moi qui allions lui faire grand mal aujourd'hui. Cette réflexion me tira un sourire. Ne sait-on jamais.

Zoanna refit encore un lancer. Ce coup-ci, plutôt que de me focaliser sur le mouvement de l'arme, je me centrai sur les gestes de la marchombre. La rotation de ses hanches étaient infimes mais suffisantes pour que son poignet se trouve exactement entre la cible et le reste de son corps. Au moment où la puissance de son geste va exploser, elle ouvre les doigts et lâche son arme. Qui une fois de plus va se planter en plein dans le mille.

- Rappelez-vous ceci : un marchombre ne jette pas son arme. Il l’accompagne. Et son lancer ne prend fin que lorsque la lame s’est fichée à l’endroit voulu. La nuance est simple dans les mots et complexe dans la réalité ; c’est à vous de trouver la clé de ce nouveau mystère. Et pour la trouver, il faut s’entraîner…

C'est exactement l'impression qu'elle donne ! D'accompagner son arme ! On dirait que le mouvement de son lancer ne s'arrête, non pas quand elle lâche son couteau mais quand celle-ci se plante dans l'arbre.

Vibrant d'excitation, j'attendis que Zoanne se pousse de la ligne de tir pour tirer, encore et encore. Mes tirs furent nombreux, tous, tentant de prendre en compte les conseils de la marchombre.

Tir. Échec.

Tir. Échec.

Cela se continua encore longtemps. Ney et moi alternions nos lancers, chacune attendant que l'autre s'écarte pour lancer, pour ne pas prendre de risque. Les lancers s'accumulèrent, les échecs aussi.

Enfin, mon couteau se planta de trois centimètres dans l'écorce de l'arbre. Je le regardai, pas sûre que ce lancer étaient vraiment le mien. Puis un grand sourire fendait mon visage pendant que je retournai le chercher pour recommencer.
Revenir en haut Aller en bas
Ney Nirina
Groupe Er'Lyn
avatar

Nombre de messages : 254
Date d'inscription : 15/02/2012

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Brûlures sur le dos des avant-bras, Sae, un chat, la suis presque partout

MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Mar 07 Mai 2013, 15:38

    Si Ney était encore trop excitée par ce nouvel exercice et trop impatiente de recommencer pour se montrer réellement frustrée par ses échecs, le clin d’œil de Zoanne lui fit malgré tout du bien. Être trop excitée ne l'aiderait pas à se concentrer et à bien exécuter le mouvement, au contraire! Il fallait qu'elle se calme un peu plus, mais elle avait généralement du mal.

    - Ce qu’il y a de bien avec les arbres, c’est qu’ils ne se plaignent jamais !

    Ney tressaillit en entendant cela. Zoanne ne les avait absolument pas critiquée mais soudain, en se rappelant l'expérience d'ouverture menée avec Notok dans un immense arbre, elle se sentie un peu coupable et hésitante. Oui, les arbres ne se plaignaient pas, mais était-ce pour cela qu'ils n'avaient pas mal? Ney tenta de s'ouvrir à l'arbre, mais bien sûr, elle ne ressentait aucune douleur, elle arrivait à peine à 'toucher' l'arbre. Elle regarda alors Zoanne et se rassura. Si lancer des poignards dans un arbre était similaire à faire la même chose sur un animal, alors la Maître marchombre aurait sûrement choisi une autre cible.

    Zoanne arma son bras à nouveau. Ney la regarda avec sérieux, reconnaissante à la femme de ralentir son mouvement. Puis elle le lâcha, et plutôt que de suivre l'arme des yeux, Ney continua cette fois de regarder Zoanne, et elle remarqua alors le regard de la marchombre et son attention, toujours portée sur le poignards, et elle n'en détourna les yeux que lorsqu'il fut planté.

    - Rappelez-vous ceci : un marchombre ne jette pas son arme. Il l’accompagne. Et son lancer ne prend fin que lorsque la lame s’est fichée à l’endroit voulu. La nuance est simple dans les mots et complexe dans la réalité ; c’est à vous de trouver la clé de ce nouveau mystère. Et pour la trouver, il faut s’entraîner…

    Ce que Ney venait de voir, expliqué en mots. Excitée de ce nouveau savoir, Ney recommença avec impatience, mais du rapidement se tempérer. D'abord parce qu'elle devait laisser Elya tenter sa chance une fois sur deux, ensuite parce que excitation de réussir ou frustration à force d'échec ne l'aidaient pas. Mais voir Elya échouer aussi mais continuer à s'appliquer avec le même entrain, sans avoir l'air de vouloir abandonner alors que Ney serait bien passée à autre chose, ainsi que les ronronnements de Sae, réussirent à la calmer et à lui redonner envie d'essayer.

    S'ouvrir. A ce qui l'entourait, mais surtout à elle, à son arme, à sa cible, à son trajet. Mais accompagner son arme, comme Zoanne disait, après l'avoir lancée et jusqu'à ce qu'elle se plante était difficile. Tantôt Ney travaillait ce point, ayant au début l'impression de ne rien accompagner du tout dès qu'elle lâchait le poignards, tantôt elle travaillait sa précision, tantôt son mouvement... Elle commençait à peine à améliorer ces trois choses, et tant d'autres encore, lorsque soudain le poignard d'Elya se planta de trois centimètres dans l'arbre. Ney fixa l'arme, bouche bée, et s'empressa de féliciter la lanceuse lorsque celle ci fut revenue à côté d'elle après avoir récupéré son arme.

    - Eh bah dis donc, chapeau!

    Avoir vu Elya réussir redonna espoir à Ney et lui donna une nouvelle énergie. Elle se concentra, prépara son lancer, cherchant à vérifier tous les paramètres, lança...

    Son poignards toucha l'endroit exact qu'elle avait choisit. Jamais elle n'avait fait de lancé aussi précis.

    Sauf qu'il était arrivé pommeau en premier.

    Alors que cela aurait du provoquer des ronchonnements de la part de Ney, ronchonnements qui auraient en fait du apparaître bien avant vu son impatience, elle s'étonna à peine de son échec et se réjouit au contraire de la précision dont elle venait de faire preuve. Elle retourna chercher son poignards mais, en revenant, elle se sentit quand même un peu jalouse d'Elya. Et puis même si c'était une activité intéressante et qu'elle avait déjà hâte de recommencer, c'était quand même répétitif et elle commençait à en avoir un peu marre. Sae choisit ce moment pour lui donner une léchouille sur la joue qui la fit rire, et elle retrouva aussitôt le sourire. Le félin était à un moment descendu pour aller faire un tour puis revenu, ces allers et retours ayant permis de changer les conditions de lancer de Ney, ce qui lui avait également permis de ce lasser moins vite. Mais là, elle commençait vraiment à en avoir un peu marre, d'autant que le lancer qu'elle fit ensuite n'était pas terrible.

__________________________________________

Lettres ~ Fiche ~ RPs ~ Liens ~ 2ème cours



Merci beaucoup à Ange Shar pour ce kit! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Jeu 30 Mai 2013, 17:20

Les filles ne renoncèrent pas. Pas même lorsque Zoanne devina, à leurs gestes raides, que les muscles de leurs bras, de leurs épaules et de leur dos commençaient à se faire douloureux ; du temps et de la persévérance seraient nécessaires pour les tonifier et les habituer à ce genre d’exercice mais, elle en était certaine, ni l’une ni l’autre allait abandonner en cours de route !

Un sourire se dessina sur ses lèvres lorsque le poignard d’Elya fit mouche. Il s’élargit lorsque Ney la dépassa en bougonnant. On ne pouvait trouver un duo plus disparate que celui-là : d’un côté, la discrète Elya aux longs cheveux noirs, de l’autre l’intrépide Ney et ses courts cheveux violets ; pourtant, elles se complétaient comme les faces opposées d’une pièce.

Un vent frais se leva. Il était temps de se remettre en route. Debout près de l’arbre pris pour cible par les filles, Zoanne regarda ces dernières exécuter un dernier lancer. Celui d’Elya se planta entre les racines noueuses qui dépassaient du sol, témoignant de la fatigue ressentie par la jeune fille.

Celui de Ney fila droit vers Zoanne. Il ne s’agissait bien évidemment pas d’un acte délibéré, à en juger par l’expression de l’apprentie, mais si quelqu’un d’autre s’était tenu à la place de la marchombre, il se serait pris l’arme en plein ventre ! Ce ne fut pas le cas : vive comme l’éclair, Zoanne tendit la main devant elle et attrapa l’arme au vol, pivotant sur elle-même pour canaliser la puissance du jet.

- Il va falloir travailler ta visée, jeune fille, dit-elle en rejoignant Elya et Ney. Et apprendre à placer toute ta confiance dans tes lancers : si tu ne croies pas réellement que ta lame puisse aller où tu voudrais qu’elle aille, elle n’ira pas. Quant à toi, Elya, tu vas t’employer à me muscler un peu ces épaules ; il te manque un brin de force et un soupçon de sérénité pour réussir cet exercice.

Elle gratifia ses élèves d’un sourire encourageant.

- Pour un début, c’était on ne peut plus correct ! Peu d’apprentis peuvent se targuer d’avoir presque failli réussir à toucher un maître…

Un clin d’œil à l’attention de Ney, puis Zoanne fit danser les poignards entre ses doigts afin de les leur présenter pommeau en avant.

- Tenez, ils sont à vous ! A partir de maintenant, je veux que vous profitiez de chaque instant de répit qui vous sera offert pour vous entraîner au lancer. Il suffit d’une cible, d’une distance que vous mesurerez en fonction de vos objectifs, et de votre poignard ! Allez, on se remet en selle et on repart !

Ce retour à la monte, après une pause qui ne les avait pas franchement reposées, fut une épreuve pour les deux apprenties ; de nouvelles courbatures apparurent et la fatigue s’installa, remarquable dans le silence qui accompagna le trio pendant trajet. Loin d’être dotée d’un tempérament sadique, Zoanne ne fit aucune halte avant la tombée de la nuit. A l’aube de leur apprentissage, il était impératif que Ney et Elya renforce leur endurance et leur capacité à supporter les aléas d’un voyage, fussent-ils pénibles.

Choisissant son itinéraire pas à pas, Zoanne leur fit décrire un détour par le sud, décidant de passer par les collines de Taj plutôt que d’atteindre l’immense forêt de Baraïl directement par l’ouest. Elle en profita pour faire alterner les allures à ses élèves : pas, trop, galop, elles étaient passées par tous les stades lorsqu’enfin la marchombre s’arrêta aux abords d’un bosquet.

Sans laisser le temps aux filles de se reposer, elle leur montra comment allumer un feu à l’aide d’un simple briquet, puis elle les laissa s’occuper de leurs montures, passant derrière elles pour leur offrir quelques conseils et, lorsque c’était nécessaire, son aide. Ensuite, elle leur fit dresser la tente, cuire la viande et puiser de l’eau dans le minuscule ruisseau gelé qui serpentait à travers le bosquet, et dont il fallut au préalable briser la glace.

- Mangez, reprenez des forces, conseilla-t-elle en s’asseyant près du feu qui crépitait joyeusement. La journée n’est pas encore terminée !

Elle rit de les voir grimacer à cette idée, mordit dans son pain de viande et leva les yeux vers le ciel étoilé. La lune, mince croissant orangé, était entourée d’un halo de lumière. La nuit allait être froide.

- La nuit est le toit du marchombre, dit-elle d’un ton rêveur. Les étoiles sont pour lui un guide et la lune, une confidente…

Elle laissa filer quelques secondes de silence, puis son regard ambré vint se poser sur ses élèves.

- Dites-moi, quels sont les trois premiers mots qui vous viennent à l’esprit lorsque je vous dis « marchombre » ?



__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Ven 31 Mai 2013, 17:20

Toute fière de mon premier jet fructueux, je voulus continuer mais je commençais sérieusement à fatiguer. Je sentais une certainement pression dans mes épaules et mes doigts ne m'obéissaient presque plus. Comme si mon corps voulait me confirmer cette sensation, le jet suivant envoya mon couteau se planter piteusement entre les racines au pied de la cible. Raté. L'excitation retombée, la fatigue commençait à prendre le pas mais nous continuons Ney et moi à alterner nos lancers.

Depuis nos récentes aventures, une certaine complicité s'était installée entre elle et moi et même si nous ne parlions pas souvent entre nous, la plupart du temps, un regard suffisait pour nous comprendre. Je commençais vraiment à l'apprécier. Je me surpris à fixer Zoanne. Elle ne faisait pas du tout son âge que certains n'auraient pas hésité à qualifier de mûr mais il suffisait de la regarder se déplacer pour la faire mentir. Et elle était une excellente marchombre.

Je fus tirée de ma rêverie par un petit hoquetement de Ney. En l'espace d'une fraction de seconde je deviens blême. Le couteau de Ney filai droit sur Zoanne ! Le temps sembla suspendu le temps que le couteau termine sa trajectoire pour arriver... dans la main de la marchombre. Elle s'était déplacée à une vitesse hallucinante. L'arme qui arrivait à toute vitesse se trouvait dans la main de Zoanne. J'étais ébahie. Pour encaisser l'énergie, elle avait pivoté sur elle même en un mouvement rapide et gracieux à la fois. C'était stupéfiant. La peur de la seconde précédente avait cédé la place à l'admiration.

- Il va falloir travailler ta visée, jeune fille. Et apprendre à placer toute ta confiance dans tes lancers : si tu ne croies pas réellement que ta lame puisse aller où tu voudrais qu’elle aille, elle n’ira pas. Quant à toi, Elya, tu vas t’employer à me muscler un peu ces épaules ; il te manque un brin de force et un soupçon de sérénité pour réussir cet exercice.

Effectivement, mes muscles se rappelaient à mon bon souvenir. Je hochai la tête.

- Pour un début, c’était on ne peut plus correct ! Peu d’apprentis peuvent se targuer d’avoir presque failli réussir à toucher un maître… Tenez, ils sont à vous ! A partir de maintenant, je veux que vous profitiez de chaque instant de répit qui vous sera offert pour vous entraîner au lancer. Il suffit d’une cible, d’une distance que vous mesurerez en fonction de vos objectifs, et de votre poignard ! Allez, on se remet en selle et on repart !

Elle nous tendit les armes. Le manche n'était pas ouvragé, simplement recouvert d'une bande de cuir qui s'enroulait autour. Il n'était pas fait pour être beau mais pour être efficace. Rapidement, je l'attachai à ma ceinture avant de me retourner vers Lumière.

Je m'étais réjouie un peu rapidement de continuer notre chemin à cheval. Mes épaules me faisant de plus en plus souffrir et je commençais à fatiguer sur ma selle. Pour garder les yeux ouverts je me forçais à regarder le paysage et ces contrées que je ne connaissais pas. Nous ignorions encore notre destination mais je n'avais pas envie de demander. La fatigue m’alanguissait.

Une fois descendue de cheval, Zoanne ne nous laissa pas une minute. Faire du feu, entretient des chevaux, cuire la viande, elle nous appris toutes sortes de choses utiles aux voyageurs que nous étions en passe de devenir.

S'asseoir pour le repas fut une bénédiction mais Zoanne brisa tous mes espoirs lorsqu'elle lâcha d'un ton désinvolte et souriant :

- Mangez, reprenez des forces. La journée n’est pas encore terminée !


- Quoi ? Encore ?!

L'exclamation était sortie toute seule, témoignant de ma fatigue. Je ne voulais plus que me rouler en boule sous ma couverture. Sans faire attention à moi, Zoanne poursuivit :

- La nuit est le toit du marchombre. Les étoiles sont pour lui un guide et la lune, une confidente…

Je laissais les mots qu'elle venait de prononcer pénétrer dans mon corps en profondeur. La nuit qui commençait à tomber allait sûrement être claire et belle, la lune lumineuse.

- Dites-moi, quels sont les trois premiers mots qui vous viennent à l’esprit lorsque je vous dis « marchombre » ?

Je réfléchis intensément à ce qu'elle venait de demander. Depuis ce marchombre que j'avais aperçus il y avait des années de cela, je n'avais de cesse de mieux les connaître et de pouvoir devenir comme eux. C'était un choix que j'avais fait et il m'avait fallu chercher longtemps avant de trouver comment les rejoindre. Je jetai un discret coup d'oeil à Ney pour m'assurer que je n'allai pas la couper. Alors que le feu crépitait et craquait devant nous, le regard perdu dans les flammes, je pris alors la parole :

- Liberté, joie et, je dirai avenir. La liberté d'être indépendante et de n'avoir besoin de personne, la joie de faire ce dont j'ai toujours rêvé et avenir, parce que quoi que tu nous feras subir pendant cet apprentissage, je veux continuer.


Je ponctuai ma phrase d'un sourire complice en regardant Zoanne et me tournai vers Ney, pressée d'entendre ses mots.
Revenir en haut Aller en bas
Ney Nirina
Groupe Er'Lyn
avatar

Nombre de messages : 254
Date d'inscription : 15/02/2012

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Brûlures sur le dos des avant-bras, Sae, un chat, la suis presque partout

MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Sam 01 Juin 2013, 19:41

    Lassée par l'exercice, d'autant que la douleur commençait à se faire sentir dans le bras de Ney - heureusement qu'elle avait déjà les bras un peu musclés grâce à ses entraînements avec Beld - Ney fit son dernier lancer l'air peu convaincue et sans beaucoup s'appliquer, impatiente de changer. Mais au lieu d'atteindre au moins les environs proches du tronc, son poignard dériva totalement de la trajectoire prévue pour foncer vers Zoanne. Ney eu un sursaut, voulut crier un avertissement sans voir que la maître marchombre avait de toute façon vers yeux tournées vers elle... Cette dernière c'était levée et, avec une précision et une vitesse ahurissantes, avait saisit l'arme et avait accompagné son mouvement pour l'arrêter.

    - Waouh! Fit Ney.

    Elle voulait apprendre à faire ça! Trop cool!

    - Il va falloir travailler ta visée, jeune fille. Et apprendre à placer toute ta confiance dans tes lancers : si tu ne croies pas réellement que ta lame puisse aller où tu voudrais qu’elle aille, elle n’ira pas. Quant à toi, Elya, tu vas t’employer à me muscler un peu ces épaules ; il te manque un brin de force et un soupçon de sérénité pour réussir cet exercice.

    Ney grommela un peu dans sa barbe. Elle y croyait avant, là elle en avait marre, c'est tout.

    - Pour un début, c’était on ne peut plus correct ! Peu d’apprentis peuvent se targuer d’avoir presque failli réussir à toucher un maître…

    Là, Ney devint carrément rouge pivoine. Bien qu'il était évident que Zoanne savait qu'elle en l'avait pas fait exprès, elle ne put s'empêcher de s'excuser :

    - Pardon, j'ai pas fais attention, j'voulais pas l'envoyer là...

    Ney était vraiment gênée. Elle ferait attention la prochaine fois! Manquer de toucher Zoanne quand même, quelle conne... Heureusement, le clin d'oeil que lui adressa la maître marchombre la rassura. Elle leur tendit ensuite les poignards, pommeau en avant, sous le regard interrogateur de Ney.

    - Tenez, ils sont à vous ! A partir de maintenant, je veux que vous profitiez de chaque instant de répit qui vous sera offert pour vous entraîner au lancer. Il suffit d’une cible, d’une distance que vous mesurerez en fonction de vos objectifs, et de votre poignard ! Allez, on se remet en selle et on repart !

    Ney prit le sien en remerciant Zoanne. A vrai dire, elle en avait acquis un récemment, piqué à des brigands qui l'avaient attaqué elle, Khamill et Kaünis, mais un deuxième, pourquoi pas! Celui-ci était simple, efficace, et Ney le trouvait plus joli que bien des poignards plus chers et surtout plus décorés!

    Elle soupira de soulagement en remontant en selle. Enfin, un peu de repos! Sae, qui était sur ses épaules, s'installa rapidement devant elle comme tout à l'heure, et Ney en profita pour étirer et échauffer ses épaules, ça ne pourrait pas lui faire de mal, au contraire! Ne pas faire de pause la gêna un peu, mais elle était habituée aux conditions désagréables, elle n'avait pas vécu dans le luxe jusqu'à maintenant, ni aujourd'hui d'ailleurs! Même si l'argent qu'elle avait piqué aux brigands l'avaient un peu renflouées. Elle fut assez contente d'apprendre à mettre son cheval au trop puis au galop, même si c'était moins reposant que le pas!

    Enfin, elles s'arrêtèrent à nouveau! Ney sourit en voyant Zoanne leur montrer comment allumer un feu avec un briquet. Ca, elle savait faire depuis un moment, elle était même capable de se passer de briquer! Sans ça, elle ne serait plus de ce monde... Elle et Elya s'occupèrent ensuite de leurs montures à l'aide des conseils avisés de Zoanne, Ney étant toujours un peu timide même si elle se sentait beaucoup plus à l'aise, mais le changement le plus spectaculaire était sans doute Sae, qui en plus de rester sur ses épaules pendant qu'elle s'occupait de Grésille, tendait parfois le nez pour renifler l'animal et lui fit même un petit câlin façon chat. Bon, de ce côté là, au moins, elle n'avait plus à s'inquiéter!

    Elles s'occupèrent encore de plusieurs choses, monter les tentes, cuire la viande, prendre de l'eau malgré la glace qui empêchait l'accès au ruisseau, et enfin, elles purent manger.

    - Mangez, reprenez des forces. La journée n’est pas encore terminée !

    - Quoi ? Encore ?!

    Ney, qui avait alors la bouche pleine, approuvait bien Elya, même si elle était aussi curieuse de voir ce que la marchombre leur avait réservé pour clore la journée. Et pas la peine de lui dire de manger, elle avait la dalle!

    - La nuit est le toit du marchombre. Les étoiles sont pour lui un guide et la lune, une confidente…

    Ney suivit le regard de Zoanne et sourit. Elle aussi, elle aimait bien la nuit, même si elle avait sérieusement flippé quand elle avait passé ses premières nuits à la belle étoile!

    - Dites-moi, quels sont les trois premiers mots qui vous viennent à l’esprit lorsque je vous dis « marchombre » ?

    Grimace. Les questions de ce type n'étaient pas inintéressantes, mais Ney n'aimait pas y répondre. Enfin, elle se rendit compte que cela permettait de clarifier ses pensées, et sourit. Voyant qu'Elya hésitait à parler, Ney lui fit signe qu'elle la laissait parler en première.

    - Liberté, joie et, je dirai avenir. La liberté d'être indépendante et de n'avoir besoin de personne, la joie de faire ce dont j'ai toujours rêvé et avenir, parce que quoi que tu nous feras subir pendant cet apprentissage, je veux continuer.

    Ney sourit. Pas mal, pas mal! En caressant Sae qui était installé sur ses genoux, le ventre à l'air quémandant qu'elle lui fasse des grattouilles, elle prit le temps de réfléchir un minimum à sa réponse.

    - Perso, je dirais liberté, avec l'indépendance que cela inclut, découverte, parce que je vois et j'apprend plein de nouvelles choses, et harmonie, parce que cette voie est en accord avec moi et que j'ai hâte de continuer à découvrir cette voie.

__________________________________________

Lettres ~ Fiche ~ RPs ~ Liens ~ 2ème cours



Merci beaucoup à Ange Shar pour ce kit! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Jeu 04 Juil 2013, 11:42

- La liberté appartient à ceux qui l'ont conquise. Tant que vous êtes avec moi, jeunes filles, j'en définirai les limites. Mais c'est également moi qui vous pousserai à les franchir.

Tout le reste n'est que perceptions. Joie, avenir, indépendance, harmonie ; envies, besoins, la Voie des Marchombres ne les offre qu'à celui qui sait voir, entendre, dire, goûter, toucher et faire. Non pas avec ses sens mais avec son coeur et son âme.

Subir ? Pour l'instant, vous n'avez rien subi du tout ! Loin de moi l'idée de vous terroriser mais, si vous avez mal aux bras, au dos, aux fesses et aux cuisses, estimez-vous heureuses de les sentir encore !

A présent, j'aimerai savoir quelle est votre plus grande crainte. Un élément, une limite que vous ressentez ou avez déjà ressenti... Y a-t-il quelque chose qui vous fasse peur ?

__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ney Nirina
Groupe Er'Lyn
avatar

Nombre de messages : 254
Date d'inscription : 15/02/2012

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Brûlures sur le dos des avant-bras, Sae, un chat, la suis presque partout

MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Jeu 04 Juil 2013, 13:22

    (Hésitation)

    - Si j'ai peur de quelque chose? Je ne sais pas... Peut-être de tomber sur une limite, un jour, que je n'arriverais pas à franchir, parce que je ne saurais pas comment faire. M'éloigner de la Voie... Je ne sais pas trop. J'avoue que je ne m'étais encore jamais trop posé la question.

__________________________________________

Lettres ~ Fiche ~ RPs ~ Liens ~ 2ème cours



Merci beaucoup à Ange Shar pour ce kit! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Jeu 04 Juil 2013, 13:36

- Le Feu. Il est tellement incontrôlable... On ne peut pas lutter contre lui. Il emporte tout et se montre destructeur. Il provoque des dommages considérables auprès de tout de qu'il touche. Nature... Ou humains. On ne peut s'en approcher, ni le dompter. Il est juste dangereux. Évidemment cela ne concerne pas les flambées que nous allumons le soir pour se réchauffer. Mais la facette plus sombre du feu. Celle des immenses flammes qui lèchent tout ce qui se trouve à leur portée.
Revenir en haut Aller en bas
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Lun 22 Juil 2013, 23:50

- Mon maître me disait toujours : "Voyons Sauterelle, les limites sont faites pour être testées, éprouvées et dépassées !"... Pour ne pas les craindre, Ney, il faut apprendre à les connaître. Se connaître soi-même est un bon début ; ceux qui ont quitté la Voie - cela s'est déjà produit - ne sont perdus, car ils croyaient se connaître. Croire n'est pas suffisant. Mais à votre niveau, avoir des doutes est parfaitement logique. Le doute est une force, jeunes filles. Une vraie et belle force. Veillez toujours à ce qu'il vous pousse en avant.

Elya, tu nous parles là d'un élément très puissant et, il est vrai, parfois dangereux. J'ai connu une famille de fermiers dont l'habitation s'est embrasée par une chaude nuit d'été. Lorsqu'il a le champ libre, le feu est un ravageur qui ne connaît pas de concurrence. Moi, je me dis que c'est une force de la nature, tout comme la pluie et le vent ; si je ne peux pas lutter contre elle, j'observe, j'apprends et je m'adapte. Nous trouverons l'occasion d'approfondir cette notion.

J'ai une dernière question à vous poser avant que nous passions à la suite. Avez-vous déjà entendu parler du Chaos ?

__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ney Nirina
Groupe Er'Lyn
avatar

Nombre de messages : 254
Date d'inscription : 15/02/2012

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Brûlures sur le dos des avant-bras, Sae, un chat, la suis presque partout

MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Mer 24 Juil 2013, 23:20

    - Le Chaos? Ouais, j'en ai entendu parlé vite fait, à cause des mercenaires du Chaos qui ont assez mauvaise réputation. Et depuis que j'suis à l'Académie, on m'a dit de me méfier aussi, de ne pas dire trop vite que j'étais apprentie marchombre parce que si l'un d'eux venait à l'apprendre ça pourrait être dangereux parce qu'ils prônent un idéal à l'opposé du nôtre.

__________________________________________

Lettres ~ Fiche ~ RPs ~ Liens ~ 2ème cours



Merci beaucoup à Ange Shar pour ce kit! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Mer 28 Aoû 2013, 19:39

- J'ai entendu plus ou moins la même chose que Ney. Que c'est une puissance plutôt malfaisante qui s'oppose au but recherché par les Marchombres et qu'ils cherchent plus ou moins à dominer le monde au détriment des autres Guildes. Mais je n'en sais pas vraiment plus. Et pour moi il ne s'agit que de légende, je ne sais même pas si cette notion existe vraiment ou si c'est une rumeur effrayante qui coure...
Revenir en haut Aller en bas
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Sam 31 Aoû 2013, 21:11

Une mauvaise réputation, une légende. Zoanne hocha la tête, pensive, et contempla un moment ses deux élèves.  Elles étaient jeunes, certes, et l’insouciance marquait encore leurs traits mais, quoi qu’on en pense, Elya et Ney étaient des guerrières prometteuses. Aux yeux de la marchombre, il ne faisait aucun doute qu’elles fouleraient la Voie aussi loin que possible. Mais elle savait que ce ne serait pas sans risque.

- Parfois, il faut savoir faire la différence entre la légende et la réalité. Je suppose que, comme bien des Alaviriens, vous êtes plus enclines à croire ce que vous pouvez voir, n’est-ce pas ? Dites-moi, depuis combien de temps croyez-vous en l’existence des Marchombres ?

Question rhétorique à laquelle Zoanne n’attendait aucune réponse. Elle se lisait dans les yeux de deux jeunes filles, petite flamme secrète qui scintillait avec force. La vieille femme sourit.

- Le Chaos n’est pas une légende. Il est constitué de ceux qui ont un jour tourné le dos à certaine valeurs que les Marchombres maintiennent solides grâce au Pacte. Ces hommes et ces femmes sont exactement comme nous. Ils apprennent, ils évoluent dans leur propre Guilde mais leurs motivations sont radicalement différentes des nôtres. Ce sont les Mercenaires du Chaos. Leur mauvaise réputation leur vient de cette volonté inexpugnable de nous éradiquer et si l’on doit leur prêter une légende, c’est peut-être celle d’une inimitié sans pareille…

Décidant qu’il n’était plus temps de discuter, Zoanne se leva sans paraître souffrir de la moindre courbature. En réalité, elle était rompue depuis bien longtemps aux voyages passés sur le dos d’un cheval et émaillés d’exercices divers et variés ; ses muscles étaient désormais moins douloureux que ses articulations.

Contournant le feu, elle tira de son sac trois bâtons. Longs d’un mètre environ, ils avaient l’épaisseur d’un bras et la solidité du chêne dans lequel ils avaient été taillés. Aucune pointe, aucune forme particulière, il ne s’agissait là que de bâtons d’entraînement ; un pour Ney, un pour Elya, le dernier pour Zoanne.

Attrapant le sien à deux mains, la marchombre adopta une garde de combat et invita ses élèves à en faire de même. Elle s’était placée devant elles pour leur servir à la fois de modèle et de cible, et s’appliqua à détailler chaque mouvement, chaque technique et chaque position avec un soin tout particulier.

- Ne pensez pas au bâton comme une arme. Concentre-vous sur vos positions. Celles de vos épaules, par exemple : elles sont de face lors d’une attaque, de profil lors d’un blocage. N’oubliez pas la rotation des hanches. On ne bouge pas les genoux, on les fléchit mais ils restent solides et tournés dans la direction choisie. Ney, détends-toi, tes muscles sont trop raides. Regarde devant toi, Elya.

Zoanne parlait d’une voix douce et jamais ses paroles ne heurtaient les jeunes filles. Il s’agissait de conseils précieux et qui devaient se graver dans leur mémoire pour qu’elles s’en souviennent. Toujours.

- Bien. Fléchissez davantage votre jambe avant. Ne remontez pas, même si vous avez mal ! C’est normal que votre muscle proteste, il n’est pas habitué à ce genre de travail. Mais si vous lui cédez, il ne comprendra jamais le message… Allez, on fléchit la jambe !

Elle leur fit tenir leurs positions jusqu’à ce que leurs jambes se mettent à trembler. Alors, Zoanne recula pour se placer entre Elya et Ney, posa son bâton à terre et se mit à enchaîner des mouvements plus lents. La gestuelle marchombre.

Très vite, la sérénité prit le pas sur l’épuisement. Lorsqu’un sourire remplaça les grimaces sur le visage de ses apprenties, Zoanne les laissa se coucher ; cinq minutes plus tard, elle couvrait l’une et l’autre d’une couverture pour les protéger du froid nocturne et les regardait dormir du sommeil des justes. Satisfaite, elle s’installa près du feu et, enroulée dans sa propre cape, regarda les étoiles briller.

Elle fut la première à s’éveiller. Le jour pointait à l’horizon et il faisait un froid de canard, mais il ne neigeait pas et le ciel était parfaitement dégagé, annonçant une belle journée. Il n’en fallait guère plus pour égayer le cœur de Zoanne. Elle éveilla ses élèves et les entraîna dans une course matinale « pour se mettre en jambes ».

- L’endurance n’est pas innée, dit-elle au bout d’une heure de course à travers la campagne. Elle se travaille comme on travaille un muscle. Je suis sûre que vos cuisses et vos bras chauffent moins aujourd’hui. Ce sera la même chose avec votre souffle, petit à petit il va se ralentir et vous permettre d’aller plus vite, plus loin, plus longtemps.

C’était vrai. A ce rythme, Elya et Ney allaient prendre du muscle et devenir plus endurante, et d’une heure de course le matin elles passeraient à deux, puis trois. Zoanne courrait depuis ses douze ans. Mais ces derniers temps, une certaine fatigue l’empêchait de dépasser ses limites comme autrefois. Elle préférait se dire qu’il s’agissait de l’âge et non de la maladie, et faisait contre mauvaise fortune bon cœur…


Après quelques assouplissement, une toilette et un bon petit-déjeuner, Er’Lyn reprit sa route vers le sud. Zoanne n’imposa aucun rythme particulier et laissa les filles tracer leur propre chemin à travers les prés couverts de givre. Les quelques sentiers qu’elles suivaient étaient tortueux et rocailleux. De la neige s’entassait encore dans les ornières mais plus elles descendaient à travers les collines, moins le froid avait d’emprise sur la nature. Ici l’hiver était plus clément qu’à l’Académie.

La matinée était bien avancée lorsqu’elles s’arrêtèrent devant un fleuve. Large et sinueux, il prenait sa source en pays Faël et terminait sa course dans un lac à l’est d’Ondiane. Un pincement de nostalgie au cœur, Zoanne se remémora son tout premier plongeon dans les eaux tumultueuses du fleuve, et soudain son regard s’éclaira : elle avait une idée.

- Elya, occupe-toi des chevaux, demanda-t-elle en mettant pied à terre. Installe-les et desselles-les puis rejoins-nous ici. Ney, suis-moi.

La jeune fille sur les talons, Zoanne remonta de quelques pas en longeant le fleuve. Un pont permettait sa traversée quelques lieues plus bas mais elle n’avait pas envie de perdre davantage de temps en l’empruntant pour atteindre l’autre rive. Après tout, le plus court chemin d’un point à un autre n’était-il pas la ligne droite ?

- Tiens-moi ça, veux-tu ?

Ça, c’était une corde, et Zoanne tendait une extrémité à Ney. Et pendant que son élève se creusait la cervelle en essayant de deviner ce qu’elle allait bien pouvoir en faire, la marchombre entreprit de se dévêtir. Elle plia soigneusement ses vêtements, se retourna et croisa deux regards surpris.

- Ne soyez pas gênées, jeunes filles ; je ne suis plus toute jeune mais, si je n’éprouve aucun plaisir particulier à m’exhiber de la sorte, je n’ai absolument pas honte de mon anatomie ! Et puis je ne veux surtout pas mouiller mes vêtements.

Zoanne s’avança vers le fleuve. Elle tenait l’autre extrémité de la corde entre ses mains. Lentement, elle s’immergea dans l’eau, serrant tout juste les dents en sentant sa froideur contre sa peau. Elle avait choisi un endroit où le courant n’était pas déchaîné mais joueur tout de même, et chaque force qui se pressait contre elle menaçait de la faire basculer.

Elle ne bascula pas.
Elle avançait, tout simplement. Comme si l’eau ne pesait plus rien, comme si le froid n’était plus froid, comme si elle se frayait un chemin dans les herbes de la plaine. Le fleuve tenta de la déséquilibrer, elle dansa. Il voulu la précipiter sur les rochers acérés, elle les contourna. Il essaya de la noyer, elle s’offrit à lui en plongeant tête la première dans l’eau claire et ressortit de l’autre côté, rayonnante.

Grimpant sur la berge opposée, elle attacha solidement la corde au tronc noueux d’un saule et intima à Ney et Elya d’en faire de même.

- Tendez bien la corde ! Encore ! Voilà. Et maintenant, venez me rejoindre de ce côté du fleuve. Allez, un peu de courage ! L’eau est froide mais vivifiante ; c’est le moment de vous mesurer à une force de la nature, et non des moindres.

Mains sur les hanches, Zoanne encouragea ses élèves d’un sourire.

- Aidez-vous de la corde pour trouver votre équilibre. N’essayez pas de lutter contre le courant ; dans ce combat, vous serez immanquablement perdantes. C’est un jeu dont il faut d’abord comprendre les règles, et pour comprendre les règles il faut… se lancer à l’eau !

Ce qu’elle leur demandait là n’était pas simple, c’est vrai. Mais quoi qu’un peu délurée, Zoanne était loin d’être folle ; cet exercice était très important à ses yeux, et il était fondamental que son enseignement, sa leçon soit tirée par ses élèves elles-mêmes. Elya et Ney allaient devoir en baver pour apprendre.

La marchombre ouvrit la bouche pour ajouter un encouragement, la referma et resta silencieuse. A elles de jouer, à présent. Elles en étaient capables.

__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ney Nirina
Groupe Er'Lyn
avatar

Nombre de messages : 254
Date d'inscription : 15/02/2012

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Brûlures sur le dos des avant-bras, Sae, un chat, la suis presque partout

MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Dim 01 Sep 2013, 02:03



      ( C'est pas bien le PG sensei Razz *okjesors* )




    Zoanne hocha la tête et les fixa un moment, l'air plongée dans ses pensées. Ney faillit l'interrompre mais se retient de justesse. Bah voilà, elle commençait à y arriver!

    - Parfois, il faut savoir faire la différence entre la légende et la réalité. Je suppose que, comme bien des Alaviriens, vous êtes plus enclines à croire ce que vous pouvez voir, n’est-ce pas ? Dites-moi, depuis combien de temps croyez-vous en l’existence des Marchombres ?

    Aussitôt, un sentiment de gêne envahit Ney. Un sentiment qui s'apaisa dès qu'elle comprit que Zoanne n'attendait pas de réponse. Parce qu'offrir une réponse, s'était repenser à son amnésie. Est-ce qu'elle connaissait l'existence des marchombres avant? Aucune idée! Avec son amnésie, elle avait semblé oublier aussi une bonne partie du fonctionnement de l'Empire!

    - Le Chaos n’est pas une légende. Il est constitué de ceux qui ont un jour tourné le dos à certaine valeurs que les Marchombres maintiennent solides grâce au Pacte. Ces hommes et ces femmes sont exactement comme nous. Ils apprennent, ils évoluent dans leur propre Guilde mais leurs motivations sont radicalement différentes des nôtres. Ce sont les Mercenaires du Chaos. Leur mauvaise réputation leur vient de cette volonté inexpugnable de nous éradiquer et si l’on doit leur prêter une légende, c’est peut-être celle d’une inimitié sans pareille…

    Oui, ça, elle savait! Elle avait rencontré une maître marchombre entre ses deux cours qui avait fait la tronche en voyant Ney annoncer si facilement qu'elle était marchombre, parce qu'il fallait être prudent, tout ça. Et elle ne voyait pas les marchombres avoir peur de quelque chose qui n'existait pas.

    Sans plus insister sur le sujet, Zoanne se leva pour aller chercher trois bâtons. Ney soupira. Et voilà un nouvel exercice! Bon, le maniement du bâton ça l'intéressait - quoi que, apprendre à se défendre à mains nues c'est déjà un bon début - mais la fatigue avait tendance à éclipser la curiosité de Ney.

    En tout cas, cette dernière fut surprise de constater, alors qu'elle se mettait en garde en suivant l'exemple de Zoanne, que son corps connaissait cette posture. Elle le sentait, naturellement, ses jambes, ses bras, ses épaules, étaient allés se placés, mais pas tout à fait de la même façon que Zoanne : la garde que son corps connaissait était différente, plus adaptée au combat à mains nues justement. En fait, cela ne surprenait Ney qu'à moitié, elle avait déjà remarqué que son corps avait conservé le souvenir de mouvements de défense et d'attaque, comme si elle pratiquait un art du combat avant. Mais lequel, mystère...

    Sauf qu'avoir un bâton dans les mains, ça, elle n'y était pas habituée, elle n'était pas très douée avec ce genre de chose en général et vu ce qui s'était passé tout  l'heure avec le poignard, Ney préférait bien le tenir! Mais visiblement, c'était un peu trop même.

    - Ne pensez pas au bâton comme une arme. Concentre-vous sur vos positions. Celles de vos épaules, par exemple : elles sont de face lors d’une attaque, de profil lors d’un blocage. N’oubliez pas la rotation des hanches. On ne bouge pas les genoux, on les fléchit mais ils restent solides et tournés dans la direction choisie. Ney, détends-toi, tes muscles sont trop raides. Regarde devant toi, Elya.

    Ney se força à avoir une prise plus souple sur le bâton. Quant au reste de ce que disait Zoanne, cela sonnait de façon très familière à ses oreilles. Elle s'était naturellement placée les épaules de profil, ce qui réduisait la zone qu'un agresseur pouvait attaquer.

    - Bien. Fléchissez davantage votre jambe avant. Ne remontez pas, même si vous avez mal ! C’est normal que votre muscle proteste, il n’est pas habitué à ce genre de travail. Mais si vous lui cédez, il ne comprendra jamais le message… Allez, on fléchit la jambe !

    Ney s'exécuta, et fut très heureuse de voir que sa jambe ne tremblait pas et ne protestait pas. Comme elle le pensait, son corps était déjà un peu entraîné à ce genre d'exercice. Enfin elle trouvait que Zoanne leur demandait de fléchir un peu trop la jambe quand même! Cependant, pour une fois, elle ne pipa mot, se concentrant sur sa posture.

    Et en effet, la douleur fini par venir, obligeant Ney à faire plus d'efforts pour rester ainsi. Sa jambe commençait tout juste à trembler que Zoanne leur permettait enfin d'arrêter!

    Ney laissa échapper un soupir de soulagement dès qu'elles entamèrent la gestuelle marchombre. Sa jambe lui faisait parfois un peu mal, ses épaules aussi d'ailleurs à cause de ses essais pour lancer un poignard, et ses fesses aussi, à cause du voyage à cheval, mais tout semblait disparaître alors qu'elle suivait les lents mouvements harmonieux de Zoanne jusqu'à ce que, bonheur ultime, elle les autorise à aller se coucher.

    Ney était apaisée par la gestuelle, et elle s'endormit en un temps record, Sae ronronnant dans son cou.

    Et puis il fallut que le jour suivant arrivât! Ney se réveilla en grognant et jura intérieurement lorsque Zoanne les entraîna dans une course matinale. Pitié, déjà qu'elle détestait ça, pas en plus le matin, juste après s'être levé!

    - L’endurance n’est pas innée. Elle se travaille comme on travaille un muscle. Je suis sûre que vos cuisses et vos bras chauffent moins aujourd’hui. Ce sera la même chose avec votre souffle, petit à petit il va se ralentir et vous permettre d’aller plus vite, plus loin, plus longtemps.

    Et c'était vrai. Normalement, Ney courait un peu avec Beld, mais jamais aussi longtemps, et la première fois que Notok l'avait ainsi traînée sur une longue distance, elle avait détesté ça. Et on ne pouvait pas dire qu'elle ai adoré les fois suivantes non plus! Néanmoins, elle devait bien reconnaître qu'elle faisait des progrès. Elle se fatiguait moins vite, gérait mieux son souffle, avait moins de points de côté, et surtout, elle appréciait de plus en plus cela, si si! Enfin peut-être pas non plus au point d'en raffoler, faut pas rêver.

    ~ ¤ ~

    Ney fit une grimace au moment de remonter Grésille. Non pas que sa peur des chevaux l'ai reprise, au contraire, elle était même heureuse de la retrouver et n'était plus anxieuse comme avant, et Sae s'était déjà installé.

    Non, le problème, c'étaient ses fesses!

    Ney avait commencé à le sentir la veille, mais maintenant, c'était pire encore! Elle se força cependant à monter et serra les dents pendant le voyage. Autant dire qu'elle le trouva très long! Sae, sentant son malaise, la réconfortait heureusement de son ronronnement, et Ney fut surprise de constater à quel point cela la soulageait.

    Et enfin, moment béni, elles s'arrêtèrent!

    - Elya, occupe-toi des chevaux. Installe-les et desselles-les puis rejoins-nous ici. Ney, suis-moi.

    Trop heureuse de descendre enfin, Ney se hâta de suivre Zoanne, à peine intriguée par ce qu'elle voulait faire. Elle commença à se poser des questions quand elles arrivèrent devant le fleuve, assez loin du pont.

    - Tiens-moi ça, veux-tu ?

    - Euh... D'accord.

    Ney prit la corde sans poser plus de questions, cette fois franchement curieuse de voir ce que Zoanne allait faire avec. Autant dire que quand elle la vit se déshabiller, elle fut pour le moins surprise. Elle ne s'attendait pas vraiment à ça! Un coup d'oeil sur le côté vers Elya qui les avait rejoint lui appris qu'elle n'était pas la seule.

    - Ne soyez pas gênées, jeunes filles ; je ne suis plus toute jeune mais, si je n’éprouve aucun plaisir particulier à m’exhiber de la sorte, je n’ai absolument pas honte de mon anatomie ! Et puis je ne veux surtout pas mouiller mes vêtements.

    Euh... Mouiller ses... Comment ça?

    Ney regarda avec de grands yeux rond Zoanne aller vers le fleuve. Elle ne posa aucune question, sachant que les réponses viendraient sans doute bientôt. Mais bon sang, ce qu'elle avait envie de dire à Zoanne de ne pas entrer là dedans! Ainsi dénudée, elle semblait vraiment fragile, l'eau devait être vraiment gelée en plus, et...

    La bouche de l'adolescente s'entrouvrit.

    Zoanne traversa le fleuve comme s'il n'y avait pas de courant, se jouant de sa force comme elle se jouerait d'un vent qui la taquinerait sur un chemin. Une fois de l'autre côté, elles attachèrent chacune de leur côté la corde à un appui solide. Ney avait peur de comprendre pourquoi...

    - Tendez bien la corde ! Encore ! Voilà. Et maintenant, venez me rejoindre de ce côté du fleuve. Allez, un peu de courage ! L’eau est froide mais vivifiante ; c’est le moment de vous mesurer à une force de la nature, et non des moindres.

    Ney fit la grimace. Elle préférait encore essayer de passer en marchant en équilibre sur la corde! Bon, peut-être pas à ce point. Quoique, elle s'était déjà entraînée à ce genre de chose, qui sait... Sauf qu'elle sentait que ce n'était pas ce que son maître attendait.

    - Aidez-vous de la corde pour trouver votre équilibre. N’essayez pas de lutter contre le courant ; dans ce combat, vous serez immanquablement perdantes. C’est un jeu dont il faut d’abord comprendre les règles, et pour comprendre les règles il faut… se lancer à l’eau !

    Mais bien sûr, et elles allaient comprendre le truc comme ça, d'un coup, en entrant dans l'eau gelée! Elles allaient se noyer oui! Enfin Elya, va savoir, mais Ney oui! Et pourtant elle adorait l'eau, mais là...

    A son tour, la jeune fille commença à se déshabiller. Sae, qui était revenu sur ses épaules dès qu'elle était descendue de Grésille, s'assit à côté d'elle et la regarda faire, intrigué.

    Quitte à se mouiller, Ney n'avait pas plus envie que Zoanne de mouiller ses vêtements. Elle se dénuda donc, sans vraie pudeur mais surtout par crainte du froid! Bien qu'elle soit aussi un peu gênée de découvrir les cicatrices sur ses avant bras, jusqu'ici cachées par ses manches. Enfin Zoanne et Elya les avaient déjà vues et n'avaient encore posé aucune question dessus, donc... Elle s'approcha ensuite de l'eau, passant donc en première, et jeta un coup d'oeil à Sae, qui avait l'air de lui dire "T'es cinglée, tu fais ce que tu veux mais moi j'entre pas là dedans". Sae aimait bien l'eau, et ça en surprenait beaucoup qui croyaient que tous les chats détestait l'eau, mais quand l'eau en question est à une température pareille, ça donne pas envie de se baigner, qu'on soit chat, humain ou va savoir quoi d'autre!

    Ney posa quand même un pied dans l'eau et serra les dents. Brrr, que c'était froid! Elle aimait l'eau, vraiment, elle aimait nager, vraiment, mais pas dans ces conditions! Que l'eau soit un peu froide, passe encore, mais là, ça dépassait sa tolérance!

    Afin de s'épargner d'avoir trop à se forcer pour aller dans l'eau, une fois que celle-ci lui arriva au niveau du nombril, Ney s'immergea totalement sans lâcher la corde.

    Bon sang, mais que c'était froid!

    Le temps qu'elle arrive au nombril - et ça n'avait pas été très rapide - ses pieds n'étaient toujours pas habitués à la température de l'eau, preuve que c'était vraiment, vraiment froid!

    Et très vite, le courant s'était fait sentir. Au début, Ney avait bien essayé de ne pas lutter contre le courant, comme le lui avait conseillé Zoanne. Elle avait cherché à s'ouvrir, mais c'était juste impossible, surtout avec ce froid qui la déconcentrait totalement! Et une fois immergée totalement, s'était pire! Ney se retint de lâcher la corde pour chercher des prises avec ses mains plus en profondeur, sachant qu'au milieu de l'eau, le niveau serait trop élevé pour qu'elle fasse cela. Et elle n'avait aucune envie que le courant ne l'emporte...

    Petit à petit, sous l'eau, son corps se dépliait, et elle devait forcer de plus en plus pour lutter contre le courant - et le froid! - plaçant ses pieds de façon à avoir des appuis stable.

    Une fois arrivée vers le milieu, Ney, qui avait vaguement cherché à s'ouvrir quand elle n'était pas occupée à lutter contre le courant, le froid et toute la rivière qui voulait la noyer, voulu essayer à nouveau de s'accorder au courant comme l'avait fait Zoanne, de l'épouser, de le tutoyer.

    Et vous savez quoi?

    Ca ne marcha pas! Mais alors pas du tout!

    Ney continua pourtant d'essayer alors qu'elle continuait d'approcher de la rive sur laquelle se trouvait Zoanne. Elle cru saisir quelque chose à un moment, un élément de réponse, mais il parti presque aussitôt, si bien qu'elle cru à une illusion. Elle n'en pouvait plus et fut très heureuse de sortir de l'eau, même s'il faisait à peu près aussi froid à l'air libre que dans l'eau maintenant qu'elle était mouillée! Heureusement Ney avait une technique pour sécher rapidement, elle passa sa main sur ses membres pour en expulser l'eau, c'était déjà mieux après même si elle se caillait toujours! Elle se tourna ensuite pour voir comment Elya allait se débrouiller.

__________________________________________

Lettres ~ Fiche ~ RPs ~ Liens ~ 2ème cours



Merci beaucoup à Ange Shar pour ce kit! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Jeu 17 Oct 2013, 15:30

Debout sur la berge humide, Zoanne ne quittait pas Ney des yeux. Son visage conservait peut-être une expression sereine, et ses yeux avaient beau scintiller d’une joie qui lui emplissait le cœur, elle n’en était pas moins prête à réagir au moindre problème. Elle avait la prétention de croire qu’elle était capable, même, de devancer tout incident qui surviendrait pendant la traversée de la rivière.

Cette responsabilité pesait sur ses épaules mais, au fil du temps, elle s’était habituée à son poids. Il ne s’était pas allégé, c’était elle qui s’était assouplie. Plus son imagination l’entraînait de l’avant, plus ses élèves prenaient des risques ; jamais, cependant, ils n’en courraient un qui mérite inquiétude. Pas tant qu’elle veillait au grain !

Solidement campée sur ses jambes, les mains sur les hanches, Zoanne observait donc la lente progression de la jeune fille, s’amusant de la voir serrer les dents au contact de l’eau froide, s’émerveillant de constater le fin dessin des muscles roulant sous sa peau foncée. Si Ney vacillait, donnant l’impression de n’être qu’une petite chose fragile et malmenée par le courant, elle offrait néanmoins une sacrée résistance et sa volonté était d’acier.

Il fallut plus d’une demi-heure à son élève pour atteindre la berge, et quelques minutes supplémentaires pour se remettre de ses émotions. On aurait pu s’attendre, après un tel exercice, à de la frustration, de l’incompréhension et même de la colère de la part de Ney ; Zoanne eut le plaisir de lire tout le contraire dans ses yeux.

- Et bien, jeune fille, on dirait que tu as commencé à dialoguer avec l’un des éléments les plus redoutables !

Zoanne s’approcha de sa démarche légère et silencieuse. La veille, sans que nul n’en sache rien, elle avait fêté ses soixante printemps ; pour beaucoup, cet âge définissait un pas de plus vers la fin mais, pour elle, c’était une formidable victoire sur le temps qui lui était compté.

Le temps, d’ailleurs, se faisait étrangement paradoxal, puisqu’il n’avait rien ôté de sa jeune beauté. Les pattes d’oie qui soulignaient ses yeux lui prêtaient un regard rieur et non point fatigué ; son visage avait conservé des traits fins et délicats, et son corps sa tonicité ; ses articulation étaient certes plus raides désormais, et pourtant elle faisait preuve d’une souplesse et d’une force étonnantes. Comme si la flamme qui brûlait au fond de son cœur était intemporelle.

Seuls ses cheveux semblaient avoir accepté son âge. Autrefois blonds comme les blés, ils avaient revêtu une magnifique teinte argentée. Chevelure étoilée, disait son époux en se plaisant à y perdre ses doigts.

- Etends-toi au soleil pour te réchauffer, conseilla-t-elle à Ney. Laisse tes muscles se détendre complètement, et profite de cet instant de tranquillité pour réfléchir à cette expérience. Qu’en est-il ressorti de cette traversée ? Non, ne réponds pas tout de suite. Allonge-toi et réfléchis. Je reviens avec nos montures, nos affaires, et peut-être Shae…

Zoanne se jeta presque dans l’eau. C’était son élément, depuis toujours et à jamais ; les rares fois où son esprit s’était égarées dans les contrées imaginaires d’une autre vie que celle-ci, elle s’était inventée en poisson.

Consciente du regard de Ney sur elle, la marchombre accepta de jouer avec le courant, lui cédant presque pour aussitôt redevenir maître. Elle ne cessait pas de l’être. Lorsqu’elle sortit de l’autre côté, elle s’ébroua puis se sécha sous le regard hautain du chat de son élève. Il avait sans doute deviné ce qu’elle avait en tête et ne semblait pas vraiment apprécier l’idée.

- Allez, mon bonhomme, fit Zoanne, habillée et prête à se mettre en route. C’est le moment ou jamais de me faire confiance !

Il la considéra un moment avec circonspection, pour finalement bondir sur la selle de Grésille. Zoanne s’installa derrière lui, prit les rênes de Brume dans sa main et mena les deux montures le long de l’eau qui scintillait sous la lumière du soleil.

Dix minutes plus tard, elle trouvait un gué qui leur permettrait de traverser sans danger. Shae se cramponna au cuir de la selle mais, rassuré par la présence de Zoanne contre lui, ne bougea pas d’un poil. Il sauta à terre sitôt les chevaux arrivés sur la berge, et les suivit en se coulant souplement parmi les herbes et les broussailles.

- Finie, la bronzette ! s’exclama joyeusement Zoanne en lançant à Ney ses vêtements.

Laissant son apprentie s’habiller, elle mit pied à terre et entreprit de détresser ses cheveux afin qu’ils sèchent convenablement.

- Alors ? demanda-t-elle en essorant ses longues mèches d’argent. As-tu réfléchi ?




[Un peu court, mais il faut bien rebondir ! Et puis c'est un instant un peu particulier ; trop de blabla le rendrait bien moins joli qu'il est déjà ! Pour l'instant, on va continuer sans faire référence à Elya. On verra si elle nous rejoins en route ou pas.]

__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ney Nirina
Groupe Er'Lyn
avatar

Nombre de messages : 254
Date d'inscription : 15/02/2012

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Brûlures sur le dos des avant-bras, Sae, un chat, la suis presque partout

MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Lun 28 Oct 2013, 21:38

    Zoanne avait l'air contente en la voyant arriver, mais Ney ne savait pas si c'était parce qu'elle avait réussit à traverser sans lâcher la corde ou si c'était pour une autre raison. A priori, elle se serait plutôt attendue à un air encourageant ou un peu déçu devant son échec complet de dialogue avec le courant, aussi était elle assez surprise, mais après tout, mieux valait que se soit dans ce sens là que dans l'autre!

    - Et bien, jeune fille, on dirait que tu as commencé à dialoguer avec l’un des éléments les plus redoutables !

    Ney fit la moue. Elle n'appelait pas ça du dialogue, elle appelait ça "réchapper de justesse à une noyade"! Elle jeta un coup d'oeil vers la rivière et soupira. Bon, au moins, elle en était sortie! Mais vraiment, non, elle n'avait pas eu la sensation de faire un début de dialogue avec le courant, elle avait juste eu l'air d'une pauvre fille qui cherchait à ne pas se noyer!

    - Etends-toi au soleil pour te réchauffer. Laisse tes muscles se détendre complètement, et profite de cet instant de tranquillité pour réfléchir à cette expérience. Qu’en est-il ressorti de cette traversée ? Non, ne réponds pas tout de suite. Allonge-toi et réfléchis. Je reviens avec nos montures, nos affaires, et peut-être Shae…

    Ney haussa un sourcil. C'était elle ou elle avait entendu Zoanne dire "Shae" au lieu de "Sae"? Elle haussa les épaules et se dit que ça devait être le froid, et elle fixa d'ailleurs Zoanne avec une surprise encore plus grande suite au conseil de s'allonger pour se détendre. Elle était en train de lui conseiller de s'allonger dans la neige? Elle allait pas bien non? Elle voulait sa mort?!

    Mais avant qu'elle n'ai pu lui demander vérification, Ney vit Zoanne retourner dans l'eau et elle devint aussitôt muette, observant son maître avec intensité dans l'espoir que la voir faire puisse lui fournir des idées sur la façon de procéder, ou quelque chose du style, mais non, ce n'était qu'impressionnant et Ney ne savait pas plus comment elle était sensée parler avec le courant.

    Laissant Zoanne se débrouiller avec Sae et son caractère particulier, Ney décida de faire ce que son maître lui avait conseillé. Après tout, Sae réagissait mieux à la présence de la maître marchombre qu'à bien des gens, elle ne devrait pas avoir trop de mal.

    Elle eu beaucoup plus de problèmes à s'allonger dans la neige. C'était froid bon sang! Comment était-elle sensée se détendre là dedans? Elle allait chopper un rhume ou pire! Elle se redressa et opta plutôt pour la gestuelle marchombre.

    C'était assez étrange de la faire sans Zoanne, mais Ney l'avait pratiquée assez longtemps pour en connaître parfaitement les gestes et pouvoir l'exécuter seule, et elle fini par ressentir le calme qu'il lui apportait ordinairement. Néanmoins, le temps qu'elle s’immerge dans la gestuelle, Zoanne était déjà de retour.

    - Finie, la bronzette !

    Ney réussit à attraper ses vêtements au vol et elle s'habilla à la hâte, bien contente de les retrouver même s'ils étaient tout froid suite à plusieurs minutes dans la neige. Heureusement, Sae se hâta de retrouver sa place sur ses épaules dès qu'elle eu enfilé son haut, et sa présence la réchauffa rapidement.

    - Alors ? As-tu réfléchi ?

    Ney fit la moue en se grattant la joue. Elle n'en avait pas vraiment eu le temps, entre le spectacle de Zoanne se jouant du courant, sa tentative de s'allonger dans la neige et la gestuelle.

    - A vrai dire, pas trop non, mais je pense que temps de réflexion ou pas, mon avis resterait le même : j'ai surtout essayé de ne pas me noyer, j'ai pas franchement eu l'impression de lui parler, même pas un début de balbutiement!

__________________________________________

Lettres ~ Fiche ~ RPs ~ Liens ~ 2ème cours



Merci beaucoup à Ange Shar pour ce kit! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Mer 06 Nov 2013, 13:14

La réponse de Ney tira un sourire à Zoanne. Elle comprenait parfaitement la frustration de son élève, ce sentiment d’échec, cette sensation de défi imposé par les eaux tourbillonnantes du fleuve. Comprendre les forces de cet élément et se jouer de ses facéties demandait en outre une sacrée volonté ! Pourtant, en croisant le regard brillant de la jeune fille, Zoanne comprit que la volonté n’était pas ce qui manquait à Ney. Tout ce qu’il lui fallait, c’était un peu de temps…

- Et l’enfant qui balbutie ses premiers mots ne peut-il devenir plus tard un excellent orateur ? s’enquit-elle innocemment. Ne va pas trop vite en besogne. Il s’agissait-là d’une introduction : d’ici à la fin de ton apprentissage, tu auras largement de quoi te plonger à nouveau dans des eaux impétueuses. L’Empire ne manque pas de rivières ni de fleuves !

Sur ces paroles joyeuses, Zoanne remonta en selle et fit signe à Ney d’en faire de même. Elles se mirent tranquillement en route, longeant le fleuve en direction de l’ouest, bavardant gaiement tandis que les pâles rayons du soleil faisaient fondre le givre sous les sabots de leurs montures.

Zoanne montra à Ney comment rassurer son cheval pour traverser un gué et lui expliqua, alors qu’elles profitaient d’un déjeuner frugal, assises sur les pierres plates qui bordaient l’eau, quelles variétés de poissons étaient comestibles et lesquelles ne l’étaient pas. Enfin, alors que l’après-midi battait son plein, elles aperçurent devant elles une masse sombre et allongée qui s’étendait sur tout l’horizon.

- La forêt de Barail, annonça Zoanne d’un ton léger. Frontière immense et végétale, elle court depuis le Grand Océan jusqu’à la Chaîne du Poll et sépare Gwendalavir du pays des Faëls.

Une heure plus tard, elles atteignaient les premiers arbres.




*



- Bien.

Zoanne descendit de cheval et balaya les lieux du regard. Elles s’étaient arrêtées quelques minutes après avoir dépassé la lisière ; frais et ombragé, le sous-bois était calme et paisible, silencieux pour qui ne sait pas tendre l’oreille, fourmillant de vie pour celui qui sait déployer ses sens. L’air sentait bon la sève, le bois et la terre, mélange parfait dont la marchombre s’emplit les poumons avec délice. Elle se tourna vers Ney.

- Nous allons suivre le sentier en remontant vers le nord. Dans une semaine, nous bifurquerons à l’est, en direction d’Al-Far, pour contourner Ombreuse et rejoindre l’Académie.

Un vent frais dansa dans les hautes branches, murmure joyeux qui illumina le regard de Zoanne. Elle sourit.

- Profite de ce périple pour t’imprégner de cet endroit. N’impose aucune limite à ta curiosité : observe, écoute, ressens. Ouvre-toi à la forêt comme tu t’es ouverte à l’eau du fleuve. Mobilise tes sens. Imagine-les comme des fenêtres qui s’ouvrent sur le monde ; avancer sur la Voie, c’est agrandir ces fenêtres pour appréhender le monde différemment. Cinq sens, cinq fenêtres que le Marchombre utilise pour percevoir ce qui l’entoure. Tout ce qui l’entoure.

Elles cheminèrent quelques instants sur le sentier forestier, tenant chacune leur cheval par la bride, puis, alors que la lumière du jour déclinait, elles découvrirent une petite clairière qu’un minuscule ruisseau traversait. Zoanne décida de s’y arrêter pour la nuit. Elles entravèrent puis s’occupèrent des chevaux et dressèrent le camp ; la marchombre nota avec satisfaction les gestes désormais sûrs et efficaces de Ney.

- Ce soir, nous allons chasser pour manger ! lança-t-elle joyeusement tout en sortant d’un sac les parties détachées de son arc.

Sous le regard curieux de son élève, elle les assembla et testa la solidité de la corde en la tendant plusieurs fois. Son arc était petit et étrangement courbé aux extrémités ; son allonge était maniable et sa solidité prouvée par le nombre d’années passé entre les mains de Zoanne. Celle-ci attacha le mince carquois en peau de lapin à la ceinture de Ney, puis elle lui plaça l’arc entre les mains et lui envoya un clin d’œil complice.

- En avant jeune fille !

Elles s’enfoncèrent dans le bois, délaissant le sentier pour se glisser entre les troncs épais des arbres. Il faisait encore suffisamment jour pour discerner les racines qui dépassaient du sol ; malgré tout, Zoanne se prit les pieds dans une courbure maligne et, sans la vivacité de Ney, elle se serait étalée de tout son long.

Elles étaient parties en chasse depuis moins d’une demi-heure lorsque Zoanne arrêta Ney en posant la main sur son épaule. Elle se pencha à son oreille.

- Droit devant toi, murmura-t-elle. Relâche tes épaules, vise les flancs et tire.

Zoanne recula d’un pas pour permettre à Ney d’effectuer son tir en toute liberté. Vingt mètres plus loin, en contrebas d’une pente douce, le petit chevreuil inconscient du danger broutait dans un buisson.

__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ney Nirina
Groupe Er'Lyn
avatar

Nombre de messages : 254
Date d'inscription : 15/02/2012

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Brûlures sur le dos des avant-bras, Sae, un chat, la suis presque partout

MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Mer 04 Déc 2013, 10:14


    - Et l’enfant qui balbutie ses premiers mots ne peut-il devenir plus tard un excellent orateur ? Ne va pas trop vite en besogne. Il s’agissait-là d’une introduction : d’ici à la fin de ton apprentissage, tu auras largement de quoi te plonger à nouveau dans des eaux impétueuses. L’Empire ne manque pas de rivières ni de fleuves !

    Génial! Songea ironiquement Ney. Elle n'était pas pressée de recommencer ça, surtout en cette saison! Mais avec un peu de chance, la prochaine fois qu'elle aurait à faire cette exercice, le temps serait plus clément.

    Elles se remirent en routent et Ney oublia vite l'expérience de la rivière, d'abord parce qu'elle s'était engagée dans une discussion intéressante avec son maître, ensuite parce que cette dernière lui montra tout un tas de choses intéressantes, comme comment rassurer un cheval pour passer à gué et quelles espèces de poissons étaient comestibles ou non. Ney fut particulièrement attentive à cela en tentant de se remémorer si elle avait déjà mangé des poissons non comestibles. Apparemment oui car elle s'en souvenait d'un qui ressemblait à la description de Zoanne, et elle se souvenait bien avoir été sacrément malade après! Mais c'était normal, c'était pendant l'époque où elle devait se débrouiller seule pour survivre et ça n'avait vraiment pas été la joie, heureusement qu'elle avait trouvé les villes après. Voler, c'est mal, mais c'est quand même beaucoup plus simple que de trouver sa nourriture quand on ne sait ni comment faire ni comment la préparer ensuite!

    Elles s'arrêtèrent soudain de discuter, un bon moment après s'être arrêtées pour manger, en apercevant une masse verte à l'horizon. Ney, qui jusqu'ici caressait Sae pendant qu'elle discutait, s'arrêta soudain pour observer ce qui s'étendait devant elle. Zoanne l'éclaira avant qu'elle n'ai pu poser la moindre question où émettre la moindre suggestion.

    - La forêt de Barail. Frontière immense et végétale, elle court depuis le Grand Océan jusqu’à la Chaîne du Poll et sépare Gwendalavir du pays des Faëls.

    - Ah, oui, j'y ai pensé, mais j'étais pas sûr. Punaise, on va vite! S'exclama Ney en souriant alors qu'elles s'approchaient des premiers arbres.

    ~ # ~

    - Bien.

    Zoanne descendit de cheval, et Ney l'imita, curieuse. Elles étaient entrées dans la forêt et les senteurs et les bruits l'intriguaient, tout comme Sae qui avait l'air d'humeur à aller chasser, même si Ney lui avait donné un peu de sa part pendant le déjeuné. Ney aimait bien les forêts, c'était un refuge qu'elle avait beaucoup recherché et apprécié au début.

    - Nous allons suivre le sentier en remontant vers le nord. Dans une semaine, nous bifurquerons à l’est, en direction d’Al-Far, pour contourner Ombreuse et rejoindre l’Académie.

    Ney haussa un sourcil devant cet itinéraire, mi surprise, mi curieuse. Surprise que Zoanne leur fasse éviter la forêt d'Ombreuse, elle avait certes une sinistre réputation mais va savoir pourquoi, Ney ne voyait pas les marchombres l'éviter pour autant, au contraire! Sans doute n'était-elle pas encore assez avancée sur la voie pour que son maître risque de l'y faire s'y aventurer.

    Et la curiosité était due à l'idée de visiter Al Far, la ville la plus réputée pour sa criminalité. Bon, Zoanne avait parlé de s'en approcher, pas forcément d'y entrer donc, malgré tout Ney savait qu'il y avait des brigands dans la région et d'autres dangers, et elle se demandait au final ce qui était le plus dangereux, la région d'Al Far ou bien la forêt d'Ombreuse! Enfin, elle faisait confiance à son maître, avec elle elle ne pensait pas craindre trop de choses.

    - Profite de ce périple pour t’imprégner de cet endroit. N’impose aucune limite à ta curiosité : observe, écoute, ressens. Ouvre-toi à la forêt comme tu t’es ouverte à l’eau du fleuve. Mobilise tes sens. Imagine-les comme des fenêtres qui s’ouvrent sur le monde ; avancer sur la Voie, c’est agrandir ces fenêtres pour appréhender le monde différemment. Cinq sens, cinq fenêtres que le Marchombre utilise pour percevoir ce qui l’entoure. Tout ce qui l’entoure.

    Ney ne put retenir une grimace en suivant Zoanne en entendant la comparaison avec le fleuve. Elle préférait largement s'ouvrir à la forêt qu'aux eaux glacées, ici au moins elle n'avait pas besoin de lutter à chaque seconde pour ne pas se noyer! Il ne faisait pas chaud chaud, certes, mais elle avait de bons vêtements, ça allait, et puis elle n'était pas immobile.

    La jeune fille s'exécuta néanmoins, cherchant à s'ouvrir à la forêt, à écouter ce qui s'y passait. Elle était familière à utiliser ses sens dans ce type de milieu, quand elle était seule, elle devait être attentive aux possibles prédateurs mais aussi pouvoir repérer de quoi manger, des lieux propices à tendre des pièges ou bien des fruits sauvages comestibles. Ceci dit, il fallait bien avouer qu'en ce qui concernait les prédateurs, Sae avait toujours un train d'avance sur elle, et elle ne savait pas si elle aurait survécu longtemps seule en pleine nature sans lui, d'autant qu'il avait aussi pris l'habitude de lui ramener des souris et autres petits rongeurs quand il le pouvait et qu'il savait qu'elle n'avait rien trouvé à manger, chose qu'elle lui rendait bien dès qu'elle le pouvait.

    Ney chercha à s'ouvrir, donc, et à percevoir, d'abord avec ses yeux et ses oreilles, puis elle chercha à le faire avec ses autres sens, l'odorat principalement et parfois le toucher, mais peu le goût, qui n'avait pas vraiment d'utilité à ses yeux tant qu'il n'y avait rien dans sa bouche!

    Elles tenaient leur monture par la bride et cela ne gêna pas Ney, bien qu'au début cela lui fit un peu bizarre, d'habitude elle était dessus, pas à côté, mais Grésille, bien que grande, était calme alors cela allait. Sae avait eu l'air de vouloir explorer la forêt mais il ne paraissait pas d'humeur, affalé sur la selle qu'avait délaissée Ney, en revanche il observait ce qui l'entourait avec attention et la jeune fille ne doutait pas qu'il finirait par leur fausser compagnie.

    Enfin, elles atteignirent une clairière propice à monter un camp, ce qu'elles s'empressèrent de faire, et Ney fut heureuse de voir que ses gestes étaient devenus plus sûrs, sans remarquer que Zoanne paraissait partager son avis. Bien sûr, elle avait déjà l'habitude de voyager avant, mais pas dans ces conditions, pas en groupe, et pas avec ce matériel!

    Alors qu'elles commençaient à monter le camp, Ney aperçut sans surprise Sae s'éclipser, sans doute pour chasser. Elle sourit et lui souhaita mentalement bonne chance, nullement inquiète pour le félin qui savait parfaitement bien se débrouiller dans un tel milieu. Il savait que quand Ney s'arrêtait de la sorte, cela signifiait qu'elle allait rester un moment, il savait donc où revenir pour la retrouver et pouvait partir sans s'inquiéter de la perdre, et Ney pouvait le laisser s'éloigner sans crainte également. Elle avait déjà faillit perdre Sae une fois, pas deux...

    - Ce soir, nous allons chasser pour manger !

    L'attention de Ney fut reportée sur son maître qui avait sortit des pièces de bois étranges de son sac qu'elle reconnu rapidement, surtout en les voyant s'assembler sous les mains de Zoanne : un arc. Comme ceux que Notok avait assemblé pour elle la 1ère fois qu'il lui avait fait en utiliser un. C'était à la fin de cet exercice qu'il était parti et que Zoanne était apparue d'ailleurs. Autant sur le coup, Ney n'en avait pas été très heureuse, déstabilisée même si elle ne l'avait pas vraiment réalisé par ce changement, mais maintenant, elle l'avait parfaitement accepté, car elle avait parfaitement accepté la présence de Zoanne et l'appréciait maintenant beaucoup. Plus que Notok.

    Ceci dit, va savoir pourquoi, Ney ne put masquer sa surprise alors que Zoanne lui mettait le carquois et l'arc dans les mains. Quoi, elle allait s'y coller? Alors que Zoanne avait dit "nous"? Héla, c'était pas très équitable tout ça! Songea-t-elle avec un sourire, mais sans rien en dire. Même si Zoanne ne faisait pas le travail, elle ne doutait pas que la présence de son maître l'aidera, voir même lui serait indispensable pour réussir à attraper quelque chose...

    - En avant jeune fille !

    Elles quittèrent aussitôt les sentiers pour s'enfoncer dans la forêt. Il faisait encore jour, néanmoins la luminosité avait baissé. Ney n'en était pas vraiment gênée cependant, ses yeux s'habituèrent rapidement, et elle avait l'habitude de la forêt dans l'obscurité, même si elle devait quand même se montrer particulièrement prudente. Un coup d’œil vers son maître lui appris que ce n'était pas mieux de son côté. C'est d'ailleurs pile au moment où Ney regardait Zoanne qu'elle vit que son maître allait se prendre les pieds dans une racine et, avant qu'elle n'ai pu l'avertir, Zoanne tombait déjà. Prête, Ney réagit avec vivacité pour l'empêcher de tomber, ne sachant pas cependant si Zoanne aurait conservé son équilibre sans son aide ou pas, elle était intervenue trop vite pour le savoir.

    Elles étaient parties depuis un moment maintenant et même si Ney essayait de se faire discrète tout en s'ouvrant à ce qui l'entourait, elle n'arrivait pas à repéré le moindre gibier, ou alors ce n'était que des oiseaux qu'elle entendait s'envoler, sans les voir ou trop loin ou trop mouvants pour qu'elle ai la moindre chance. C'est alors que Zoanne posa la main sur son épaule pour lui chuchoter à l'oreille :

    - Droit devant toi. Relâche tes épaules, vise les flancs et tire.

    Le regard de Ney suivit la direction indiquée par son maître et elle se donna aussitôt une claque mentale pour ne pas avoir repéré le chevreuil qui broutait un peu plus bas. Certes, elle en avait vu des plus gros mais quand même, comparé au gibier qu'elle guettait d'habitude!

    Zoanne s'éloigna un peu pour laisser Ney faire. Cette dernière vérifia d'abord, par réflexe, dans quelle direction soufflait le vent. C'était un réflexe acquis en voyant Sae chasser que de vérifier qu'il ne risquait pas de la trahir et, ici, à moins de changer brusquement de direction, il ne devrait pas pouvoir porter son odeur jusqu'à l'animal. Elle arma donc l'arc en douceur, cherchant à être la plus silencieuse possible tout en cherchant à retrouver la bonne façon de faire et à ne pas être trop lente, car plus le temps passait plus le chevreuil risquait de les repérer et partir.

    Elle visa ensuite l'animal, tentant de s'ouvrir à l'arc, à la flèche et à sa cible, mais ce n'était pas évident. D'abord, cela faisait bizarre à Ney de viser un animal aussi gros, d'habitude c'était du gibier plus petit qu'elle tuait, et surtout, il était quand même loin! Elle se concentra néanmoins, visa de son mieux les flancs comme lui avait conseillé Zoanne et lâcha son trait.

    Cette fois, Ney cru sentir quelque chose au niveau de la flèche alors que celle-ci filait vers sa cible. Elle la vit alors transpercer l'épaule du chevreuil qui émit un gémissement de douleur en trébuchant, voulant reculer, puis il s'écroula.

    Ney se mordit la lèvre et jura puis se précipita vers l'animal en essayant de ne pas faire trop de bruit pour ne pas l'effrayer d'avantage. La pauvre bête avait l'air de souffrir en plus d'être affolée et cela la gênait. Arrivée près d'elle, elle s'arrêta à une distance raisonnable car l'animal ne paraissait pas désireux de la laisser s'approcher de trop près même s'il ne pouvait plus se déplacer. La jeune fille jeta un regard interrogatif et presque désespéré à Zoanne, ne sachant pas quoi faire.

__________________________________________

Lettres ~ Fiche ~ RPs ~ Liens ~ 2ème cours



Merci beaucoup à Ange Shar pour ce kit! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   Mer 08 Jan 2014, 17:26

Relâche les épaules.
Vise les flancs et tire.
Droit devant toi.


Une flèche siffle dans la nuit.

Zoanne sourit.



*



-       Comme ça. Tu vois ? Le geste doit être franc, sans aucune hésitation.

Joignant le geste à la parole, Zoanne trancha d’un coup sec la carotide du chevreuil. Le sang éclaboussa le pelage clair de l’animal qui, dans un dernier sursaut brutal, rendit enfin l’âme et ne bougea plus.

- Si ta flèche ne tue pas ta proie, ta lame doit le faire ; plus qu’une question de devoir, il s’agit d’un principe fondamental : on ne laisse jamais un être vivant souffrir.

Elle ficha son regard dans celui de son élève et ajouta :

- Qu’il s’agisse d’un ennemi ou non.

La mort était un sujet complexe, trop peut-être pour que Zoanne estime cette leçon à la portée de son élève. Ney était encore jeune et plein d’innocence ; en abattant un animal plus gros qu’un lapin, elle avait frôlé ce que certains sèmes quand d’autres la redoutent toute leur vie.

La mort.
Ni l’ennemi ni le compagnon du marchombre, mais une réalité qui suivait sa voie propre et qui de temps en temps se mêlait d’une histoire pour en moduler l’issue. Zoanne la sentait rôder près d’elle et s’approcher un peu plus chaque jour, promesse murmurée qui n’était cependant pas effrayante.

- C’était un joli tir, dit-elle en essuyant sa lame sur la fourrure du chevreuil avant de la glisser dans son fourreau. Nos estomacs vont être comblés un bon moment !

Elle souriait, son regard mordoré éclatant de bienveillance et de fierté. Elle souriait encore lorsque Ney et elle regagnèrent leur campement, emportant la viande nécessaire et laissant le reste aux charognards de la forêt. Elle souriait toujours quand elles partagèrent un excellent repas, émaillé d’une foule d’anecdotes amusantes, de rires et vibrant d’une complicité sans bornes.

Elle souriait mais, au fond, elle était un peu triste. Un jour, bientôt, elle allait côtoyer la mort.

Et la suivre.



*



- Allez, debout petite marmotte !

Ignorant les grognements de protestation qui émergèrent des couvertures, Zoanne s’évertua à secouer Ney. Elle l’avait laissée dormir plus longtemps que d’habitude, consciente que pour être au meilleur de sa forme son élève devait récupérer ses forces, mais la journée s’annonçait remplie. Il était temps de partir en exploration !

Une fois Ney debout, Zoanne l’entraîna dans une course au rythme soutenu à travers la forêt. Sa longue tresse argentée volait don son dos tandis qu’elle louvoyait souplement entre les énormes troncs. Courir au saut du lit était une expérience hors du commun ; courir dans une forêt était une expérience au-delà des mots. Tout était sensations, émotions, odeurs portées par le vent ou encore pépiements d’oiseaux soigneusement cachés dans les épais feuillages.

Ouverte à cet incroyable panel d’informations, Zoanne n’en restait pas moins concentrée sur la progression de son apprentie. Plus endurante, moins pataude, Ney évoluait de jour en jour et c’était une vraie et belle chance que d’assister à cette fabuleuse métamorphose…

L’exercice se poursuivit par une série d’étirements avant d’être récompensé par un solide petit-déjeuner. Il y avait au moins un avantage à suivre l’enseignement de Zoanne : grâce à l’appétit de la marchombre, il était impossible de mourir de faim ! Un avantage que Sae tenait à profit en s’installant non loin d’elle, certain d’obtenir une ou deux friandise qui ravissait ses papilles et faisait naître quelques ronronnements de plaisir.

Puis Zoanne se leva et son regard étincela, captant instantanément l’attention de son élève.

- La forêt de Barail est vaste. Pour qui n’est pas familier de cet endroit, elle est même un labyrinthe auquel il est difficile d’échapper ! Saurais-tu t’orienter dans un univers aussi particulier ?

La question n’en était pas une, bien sûr. Une consigne était sous-entendue et des prouesses attendues ; un sourire aux lèvres, Zoanne décida cependant que Ney avait droit à quelques indications supplémentaires.

- Pendant que tu dormais, j’ai disposé des balises un peu partout dans les environs. Ce sont des plumes. Il ne sera donc pas facile de les repérer. Finesse, observation et détermination seront indispensables. Tu as jusqu’à midi !

Zoanne ponctua sa diatribe d’un clin d’œil amusé puis, sans laisser le temps à Ney de poser la moindre question, elle emprunta un des innombrables sentiers qui s’élançaient à travers les arbres. Et disparut.

__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Groupe Er'Lyn - cours n°2   

Revenir en haut Aller en bas
 
Groupe Er'Lyn - cours n°2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Groupe 8 - En cours
» cours de latin
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» Cours informatique
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Forêt de Barail-
Sauter vers: