AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Game on ! [PV Dolce]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Game on ! [PV Dolce]   Jeu 31 Jan 2013, 18:03

Un vent violent balayait la plaine et il faisait un froid de canard mais, au moins, il avait cessé de pleuvoir. Une petite accalmie, au beau milieu d’un déluge, est ce qui se rapproche le plus de la notion de miracle… Un miracle dont il fallait profiter à juste titre. La terre était détrempée et le sentier qui filait entre les champs n’était plus qu’un amas de boue extrêmement glissante. Le ciel hésitait entre le jaune et le gris, menaçant la région d’une bonne averse de grêle qui pouvait arriver n’importe quand, sans prévenir ; il en résultait une luminosité particulière, bien trop chiche pour un après-midi déjà sérieusement entamé, mais par contraste, l’herbe en friche paraissait nettement plus verte que d’ordinaire. Les couleurs y étaient pour beaucoup, quoiqu’un mois complet de pluie ait contribué à lui donner une teinte aussi vive. Les bourrasques glacées qui venaient du nord créaient comme des vagues dans les prés et les champs. Ce n’était définitivement pas un temps à mettre le nez dehors, raison pour laquelle les rares fermes et petites bourgades qui bordaient la piste étaient désertes. Ou presque…

Un cavalier avançait au pas sur le sentier, son cheval pataugeant difficilement dans la boue. Les épaules voûtées, la tête baissée, l’homme laissant néanmoins sa monture le guider, trop occupé à lutter contre les assauts du vent qui cherchait à le jeter à bas de sa selle. Un large capuchon de cuir était baissé sur son visage et son manteau aux larges pans était encore trempé de la dernière averse qui l’avait surpris. Ceux qui l’aperçurent ou qui le croisèrent se gardèrent bien de l’interpeler, reconnaissant là un de ces vagabonds qui errent sans but à travers l’Empire. On les identifiait généralement à leur manteau de cuir sombre, leurs mitaines élimées et leurs flèches fabriquées à la main. Celui-ci correspondait parfaitement à cette description. Il ne restait qu’une seule flèche dans le carquois fixé à son dos. Insuffisant pour chasser et, à moins qu’il n’ait quelques pièges à poser dans le premier bois qu’il croiserait, cet homme-là allait mourir de faim. Il n’avait pas l’allure de celui qui possède une petite fortune et d’ailleurs, il ne s’arrêtait pas dans les villages qu’il traversait, se contentant de poursuivre sa route en menant sa monture au pas. Personne n’attardait donc son attention sur lui. C’est la raison pour laquelle ils ne remarquèrent pas le sang séché qui maculait l’arrière-train du cheval.





*





Al-Jeit – Auberge du Glouton
Trois jours plus tôt.


Soixante-trois… soixante-quatre… soixante-cinq…soixante-six… Torse nu, la peau luisante de sueur et les muscles saillants, Gil faisait des pompes pour s’occuper l’esprit. C’était le seul moyen qu’il avait trouvé pour ne pas penser sans arrêt à des « futilités » - du moins, des choses sans intérêt dans la conjecture actuelle. Parce qu’il ne pouvait pas tenir Libertée à l’écart, il ne tentait pas de repousser le souvenir de son sourire, mais c’était-là le seul écart qu’il se permettait. Il était parvenu à faire dégager Naïs, Kaünis, Iselle, Seren, Vil’Vishyard, Vanol, Aschen, Juhen, Seth, Driss, Nwëlla, Pan, Atal et Erhuin de son esprit mais cela lui avait pris du temps et il était hors de question, à présent qu’il était en mesure d’analyser plus clairement la situation, que quelque chose le déconcentre. Soixante-dix… soixante et onze… soixante-douze… soixante-treize… Trois hommes étaient dans sa ligne de mire. Le premier était un homme qui gardait son identité secrète au moyen d’un masque. Un mentaï puissant qui savait frapper là où ça fait mal. Le second ne montrait pas non plus son visage : c’était l’assassin d’Iselle, celui-là même qui lui avait tiré une flèche dans l’épaule à Al-Vor. Plus un fantôme qu’autre chose, mais un fantôme dangereux. Quant au troisième…

On frappa trois coups à la porte. Sans interrompre son entraînement, Gil invita son petit messager à entrer. C’était le garçon qui interceptait la correspondance qui lui était destinée. Il entra, déposa un papier sur la table de la chambre et prit les trois sous qui étaient à sa disposition, puis il s’éclipsa, empochant son dû en refermant la porte derrière lui. Un petit manège qui se déroulait de cette façon depuis huit jours maintenant, et qui pour l’heure ne lui avait rien apporté du tout. Refusant de songer à un échec supplémentaire, Gil compta jusqu’à cent-cinquante avant de se redresser en expirant longuement. Il prit le temps de se passer une serviette humide sur le visage et la nuque avant de rouler cette dernière sur ses épaules et de s’approcher de la table. Le mot était là, bien en évidence. Gil s’empara d’abord du broc rempli d’eau et se désaltéra, puis essuya son menton d’un revers du bras et, enfin, déplia le papier pour parcourir les quelques notes griffonnées dessus. Son visage s’éclaira. Une seconde, peut-être deux, le temps pour un éclat victorieux de briller dans ses yeux vairons, et Gil reprit son expression habituelle et morose, accentuée par une barbe de plusieurs jours et des cheveux en bataille.

Le troisième homme, il venait de le localiser.




*





Silk fit un écart et quitta la piste pour s’engager dans l’herbe. Le changement de rythme sortit brusquement Gil de sa léthargie. Il leva la tête et cligna des yeux, ébloui par l’étrange luminosité, avant de se passer une main sur le visage. Enfer… Il était épuisé. Toutefois, il trouva la force de ramener son cheval sur le sentier boueux et soupira. Il avait l’impression d’être de retour dans les marécages puants des Raïs. Il ne manquait plus que l’odeur fétide des guerriers cochons pour que le tableau soit parfait. Somme toute, il avait de la chance que tel ne soit pas le cas : dans l’état qui était le sien, il aurait été incapable d’en affronter un seul. Remuant sur sa selle pour trouver une position plus confortable, il serra les dents. Allez, mon vieux. C’est pas le moment de lâcher. Fixant son regard vers l’est, sa direction, il renonça à lancer Silk au trot par peur de ne pas supporter la douleur et laissa son cheval poursuivre son chemin d’un pas tranquille. Sur sa gauche, un voile gris attira son attention. La pluie n’était pas loin. Encore une bonne journée pour toi, Cabochard…





*





Al-Jeit – Auberge du Glouton
Trois jours plus tôt.


Gil froissa le papier dans sa main et le glissa dans une poche de son pantalon. Puis il retourna devant la bassine d’eau et y plongea sa serviette pour la passer sur sa tête et son visage. Le miroir craquelé qui lui faisait face lui renvoya l’image d’un homme hirsute, aux yeux soulignés de cernes bistre et à la mine patibulaire. Pourtant, avec une gueule pareille, il n’était même pas certain de ne pas faire envie à Libertée si jamais elle venait à le surprendre en cet instant. C’était très improbable, mais Gil avait cette femme dans la peau et il appréciait de moins en moins la solitude. Un changement de taille, surtout le concernant, et qui avait cessé de l’effrayer depuis un petit moment – depuis qu’il avait traversé la moitié de l’Empire pour arracher Libertée aux griffes de l’homme au masque. Depuis qu’elle avait perdu leur enfant. Depuis qu’il était tombé amoureux. Quelque chose était né en lui, un sentiment nouveau et parfois incompréhensible mais qui le motivait désormais, l’empêchant de tourner en rond et de faire la nique au Conseil pour passer le temps.

L’eau ruisselait sur son torse musclé et bardé de cicatrices. La plus récente était celle qui barrait son abdomen, là où le sabre qui l’avait surpris alors qu’il venait de retrouver Libertée avait traversé la chair. Une blessure mortelle à laquelle il n’aurait jamais survécu sans l’intervention d’un jeune Rêveur. La plus ancienne était pratiquement invisible : il fallait passer un doigt sous son menton pour la dénicher. C’était la seule qui ne soit pas le fait d’une arme, la seule qui n’ait pas manqué de lui coûter la vie – la seule qui ait récoltée de façon normale. Une chute idiote, un fil de fer mal placé… Il avait treize ans et il vivait avec ses parents, loin de la mort, des larmes et du sang. Tout en passant une chemise propre, Gil se demanda à quoi avait pu ressembler l’enfance de Libertée. Avait-elle toujours eu un pied dans l’eau et l’autre sur le sable, comme lui maintenant ? Ou bien avait-elle simplement goûté à l’insouciance à laquelle il avait été arraché trop brutalement ? Sans réponse, il enfila son tabard, puis le manteau de cuir qu’il avait… emprunté… à son propriétaire. Moins lourd qu’une cape et plus pratique qu’un simple coupe-vent, il était surmonté d’un large capuchon qui servait la discrétion de l’envoleur. Il s’apprêtait à le rabattre sur sa tête lorsque la porte se fracassa.

L’homme qui surgit dans la pièce était un véritable colosse. Crâne rasé, tatouages sur chaque centimètre carré de peau que les vêtements de cuir ne recouvraient pas, il semblait sortir tout droit des bas-fonds de la ville, et c’était sans doute le cas. Gil n’eut pas l’occasion de détailler davantage son visiteur. Celui-ci lui sauta dessus et referma les doigts sur sa gorge. Sa poigne était puissante maos Gil, s’il s’était laissé surprendre, n’était pas en reste pour autant ; son genou entra violemment en contact avec l’entrejambe de son agresseur et l’instant d’après, il lui fracassait le nez d’un brutal coup de tête en avant. Les doigts relâchèrent leur prise et la lutte s’engagea véritablement. Coups de poings, coups de coudes, coups de pieds ; les deux hommes ne se retenaient pas et rien autour d’eux ne fut épargné. La lampe de chevet se fracassa sur le parquet, la table se brisa en deux lorsque Crâne Rasé projeta Gil dessus, la bassine vola à travers la pièce et le vase vide qui constituait le seul ornement de la chambre termina en mille morceaux. Gil roula dessus et grogna de douleur en sentant les morceaux de verre s’enfoncer dans sa chair. Son adversaire ne le lâchait pas. Il était coriace pour un simple détrousseur de biens et sacrément entraîné pour un type venant des bas-fonds de la ville…Gil lui décocha un coup de poing en pleine mâchoire et se prit un retour en pleine figure qui lui fit perdre l’équilibre. Il trébucha sur une chaise renversée, bascula en arrière et hurla de douleur lorsqu’un fragment de lame, tout droit sortie du poignet de Crâne Rasé, s’enfonça entre ses côtes. Envoleur !





*






- Nom de… !!

La douleur fut vive et Gil réprima avec peine un cri, qui resta bloqué dans sa gorge. Il s’était de nouveau endormi sur sa selle et avait fini par tomber. Par chance, il avait évité de justesse une monumentale flaque de boue mais Silk, effrayé par le choc, s’était éloigné de quelques pas. Et là, Gil n’était pas en état de se lever – pas tout de suite, du moins.

- Cheval… marmonna-t-il.

C’était le nom qu’il se bornait à lui donner lorsqu’il l’appelait et Silk s’y était habitué : il agita une oreille et tourna la tête vers lui. Mais il ne bougea pas d’un poil et Gil bascula doucement sur le dos, démoralisé. Il faisait presque nuit. D’ici une demi-heure, il ne verrait plus rien du tout.

- Oh ! Viens par là, stupide canasson…

Le stupide canasson en question se contenta d’attendre que son cavalier ait terminé de débiter tous les jurons de son répertoire avant de ramper jusqu’à lui. Mais il se laissa faire lorsque Gil prit appui sur lui pour se relever et accepta de marcher jusqu’à l’énorme rocher qui reposait près du sentier, comme un gros caillou qu’on aurait posé dans l’herbe. Dix minutes plus tard, un petit feu brûlait sur quelques branches mortes, éclairant tout juste un Gil de fort méchante humeur et occupé à changer les pansements de ses blessures. Celle qui courait sur son flanc était la plus profonde mais le sang séché qui maculait sa tempe et sa joue gauche provenait d’un choc qui avait été violent. Il s’en sortait plutôt bien, pour un type qui avait eu une commotion… Un bandage entre ses dents, il étala un baume cicatrisant sur ses plaies tout en repensant à la façon dont il avait finalement eu raison de son agresseur. Trois aiguilles dans la gorge, trois autres en pleine poitrine, une dernière dans l’œil droit : il n’avait fallu rien de moins pour venir à bout de ce géant que le Conseil lui avait collé sur le dos. Et parce que le Conseil avait sans doute prévu que leur cible aurait le culot de s’en tirer, Gil avait choisi de ne pas passer par la porte d’entrée pour s’enfuir. Atteindre la fenêtre n’avait pas été très difficile. Se remettre de la chute avait été plus dur. Il avait atterri sur une pile de caisses vides et il lui avait fallu un moment pour émerger de l'inconscience, puis des caisses en question.

Une fois ses soins terminés, Gil appuya sa tête contre le rocher et ferma les yeux. Il allait avoir du mal à remettre les pieds à Al-Jeit, désormais ; qu’il ait pu s’en échapper était un petit miracle en soi. Du même genre que les quelques accalmies qui avaient espacées les averses tout au long de cette rude journée. Mon royaume pour un verre de vin ! Il n’avait que de l’eau avec lui et l’outre était vide aux deux-tiers. Soit il tombait sur un ruisseau à l’aube, soit il était bon pour s’arrêter dans le prochain village qu’il devait traverser. Si village il y avait. Peu familier de cette partie de l’Empire, Gil se contentait de suivre un itinéraire dont l’objectif était inscrit sur le papier froissé qui se trouvait toujours dans la poche de son pantalon. Il fallait être fou pour se contenter de si peu mais ça, ce n’était pas son plus gros problème… Son ventre émit un gargouillement affamé. Plus qu’une flèche. Pas la force de s’en servir. Il lui fallait attendre que la fièvre baisse et qu’il reprenne des forces – mais pour reprendre des forces, il fallait qu’il mange quelque chose ; c’était un cercle vicieux qui lui tira un léger rire. L’ironie étant qu’il n’allait pas mourir de ses blessures – elles étaient déjà en train de cicatriser – mais de l’erreur qu’il avait commise en ne s’étant pas préparé à cette attaque. Parce qu’il avait anticipé la prochaine, il se contenta de sourire.

- Avant de me tuer, tu me laisses boire un dernier coup ? lança-t-il, les yeux toujours clos.

Il y eut un léger bruit dans les ombres de la nuit et Silk renâcla, soudain nerveux. Gil ouvrit à demi ses yeux.

- On trinquera à la réussite de ta mission. Tu vas empocher un sacré pactole, mon vieux…

Il referma les paupières, fatigué.
Et retourna ses poignets, prêt à tirer ses aiguilles sur l’assassin qui s’apprêtait à se dévoiler.

Approche, mon mignon. Ça va être ta fête…


__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Jeu 31 Jan 2013, 19:15

Singa était au chaud.
C’était la pensée qui permettait à Dolce de continuer à marcher sous la pluie incessante qui tombait sur les plateaux de l’Est. Depuis qu’il avait laissé ses deux apprenties seules, qu’il les avait vues s’envoler, et même peut-être poussées un peu, il n’avait cessé de pleuvoir. A croire que la nature lui en voulait d’avoir terminé cet apprentissage !
Mais cela ne l’arrêtait pas. Oh, il aurait pu s’inviter dans une auberge croisée au détour de la grande piste principale, passant au travers de plusieurs villages ; mais il n’en avait pas envie.
S’arrêter pour dormir dans un lit sans Syndrell à ses côtés ne le tentait pas le moins du monde, il devait bien l’avouer. Quitte à dormir seul, autant ne pas prendre trop de temps dans une chambre ou un lit qui aurait pu ralentir son avancée. Parce que désormais qu’Elya et Papillon étaient libres, il était bien décidé à retrouver la Marchombre et à ne plus la quitter jusqu’à… jusqu’à ce qu’un message des Mentaïs lui parvienne pour lui demander de prendre de nouveaux apprentis sous son aile. Mais pour l’instant, ce n’était pas le cas, et il avait envie d’en profiter.

Depuis qu’il était parti d’Hulm, il hésitait à repasser par le Domaine pour récupérer Singa, ou pas.
Cette pluie diluvienne avait le don de l’énerver, c’était une chose. Et il avait très envie d’être à cheval, c’était aussi vrai. Alors, il allait le chercher ou pas ?

Relevant le regard, sous ses sourcils détrempés, il aperçut quelques lumières dansantes à l’horizon, sans doute un petit village…


§§


- … Une mission facile, en somme. Et qui monnaye bien.
- Et quand est-ce que j’aurai mon argent ?
- Quand tu rapporteras sa tête…
- Et tu veux me faire croire que c’est facile, alors que je n’ai pas le droit à un pourcentage en avance, et qu’en plus faut que je te rapporte sa tête ? Moi, j’ai plus l’impression que tu me parles d’une mission suicide…
- Plusieurs s’y sont cassé les dents, je ne te le cache pas.
- Par contre, tu me caches autre chose…
- …
- Je veux dix pour cent maintenant.



§§


Encore la pluie.
Mais cette fois, Dolce ne maugréait pas contre elle. La bourse qui pendait à sa ceinture, bien lourde et bien pleine, avait suffi à le mettre de bonne humeur. Maintenant, il fallait qu’il trouve ce gars, dont on ne lui avait donné que le surnom. Cabochard. Un homme miteux, au regard dépareillé, qui se dirigeait vers l’Est. En somme, qui venait se jeter dans la gueule du loup, ou presque !

Un soupir franchit les lèvres de l’Envoleur, qui roula des épaules quelques secondes.
Un éclat de voix atteignit soudain ses oreilles, et il tendit la tête dans la direction où il avait l’impression que cela venait.

- Oh ! Viens par là, stupide canasson…

Hum, aurait-il trouvé son homme ? C’était très probable…
Détrempé comme cela n’était pas permis, Dolce se sentait alourdi par ses vêtements gorgés d’eau. Pourtant, il s’avança sans un bruit des éclats de voix, se dissimulant derrière un buisson secoué par les rafales du vent glacé. S’approchant doucement de l’homme, il le vit ramper dans la fange, pour attraper son cheval et le tirer un peu plus loin. Dolce ne put s’empêcher de plaindre le « canasson » en personne, d’avoir hérité d’un cavalier aussi… mal en point ? Il semblait blessé, et avait tout à fait la tête d’ours mal léché dont lui avait parlé le gars de l’auberge. Il vit d’ailleurs son regard dépareillé, et soudain il en fut certain : sa cible était là. A portée de flèche.

Il n’avait qu’à bander son arc – et à chaque fois qu’il le prenait dans ses mains, il pensait à cette fois-là, quand lui était blessé et que Syndrell avait tenté de chasser, mais était revenue bredouille en disant qu’elle était incapable de le tendre – et à tirer une flèche ajustée, mortelle.
Pourtant, quelque chose l’intriguait. Il avait l’impression de connaître cet homme.


- Avant de me tuer, tu me laisses boire un dernier coup ? On trinquera à la réussite de ta mission. Tu vas empocher un sacré pactole, mon vieux…

L’Envoleur ne put s’empêcher de sourire.
Il l’avait entendu, remarqué, repéré. Pourtant, Dolce n’avait aucune crainte.
Ces quelques phrases avaient fait remonter un souvenir dans son esprit…
Cabochard. Gil !

- En effet, y’a une sacrée mise sur ta putain de tête, Giliwyn… Mais du coup, j’ai plus envie de te tuer. Même si ça me rapporterait gros…

Se redressant lentement, Dolce fit un pas en avant.
Prêt à esquiver – c’était un Envoleur, ce type, il n’allait pas se laisser tuer – mais pas dans l’optique de se battre.
Enfin, pour l’instant.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Jeu 31 Jan 2013, 21:56

- En effet, y’a une sacrée mise sur ta putain de tête, Giliwyn… Mais du coup, j’ai plus envie de te tuer. Même si ça rapporterait gros…

Ysil ?? Gil ouvrit les yeux dans un sursaut qui manqua de lui arracher un cri. Mais malgré la lumière de sa ridicule petite flambée, il ne put distinguer clairement le visage de l’Envoleur. Sa grimace de douleur se mua en un sourire désabusé. Tu parles d’une coïncidence… Il n’y en avait aucune. Le Conseil savait que Gil avait testé deux des apprenties de Dolce Ysil. C’était lui signifier très clairement que Crâne Rasé n’avait été qu’un avertissement et que, désormais, on n’hésiterait pas à lui envoyer des connaissances – des gens qu’il avait côtoyés au Domaine. A présent que les siens s’étaient mis en chasse, il ne pouvait plus compter y retourner. Quelle ironie ! Il y a six mois, si on m’avait dit que j’étais interdit de séjour là-bas, j’aurai sauté de joie. Enfer, j’ai juste envie de leur envoyer mes aiguilles en pleine tronche… Kaünis se trouvait là-bas. Il avait essayé de ne pas penser à elle depuis qu’il était retourné au Glouton, mais s’il avait fait fi de ses blessures pour atteindre sa destination, c’était pour elle ! Parce qu’un type, un assassin, avait menacé directement son élève… Il y avait toutefois plus urgent que sa sale gosse d’apprentie. Prenant appui sur ses mains, Gil serra les dents et se redressa légèrement contre le rocher.

- Pourquoi m’avoir trouvé, dans ce cas ? Attends, je sais : on t’a filé une avance sur le prix de ma caboche. Ça doit suffire à bien vivre six à huit mois, facile…

Un coup de vent failli éteindre son feu et le cœur de Gil cessa de battre. Une seconde. En dépit de sa taille dérisoire, ce feu était nécessaire à sa survie : il n’avait pas besoin de se déplacer pour éliminer Ysil mais sans lumière, c’était presque impossible. C’était une nuit sans lune et il n’avait pas Naïs et son sixième sens sous le coude… Combien de temps allait tenir sa flambée ? Une minute ? Deux ? Il n’avait besoin que d’une poignée de secondes pour trouer la peau de cet homme – peut-être moins. Tout ce qu’il avait à faire, c’était choisir. Il n’était pas naïf au point de croire qu’Ysil était désarmé. C’était un Envoleur. Montrer ses mains vides revenait à lui dévoiler implicitement qu’il était greffé. Or, Gil avait déjà eu un avant goût des dégâts que peut faire une greffe si l’on ne se méfie pas assez…

- Bien sûr que tu vas essayer de me tuer, poursuivit Gil. Si tu ne le fais pas, tu vas te retrouver comme moi : dos au mur, acculé comme un novice. Fait comme un rat. Le Conseil n’aime pas tellement qu’on aille à l’encontre de ses… propositions. Je leur ai fait la blague, ils n’ont aucun humour.

Un sens de l’humour différent, plutôt, songea-t-il amèrement. Gil se demanda comment réagirait Naïs lorsqu’on lui proposerait un contrat sur la tête de SangreLune junior. Il la voyait déjà se jeter au-devant des risques les plus grands pour le protéger et cette pensée le fit sourire : ces derniers temps, cette tête de mule semblait aimer se frotter au danger. Comme moi. Comme Dolce Ysil.

- Dis-moi…

Gil remua à nouveau et posa la main sur sa hanche. Il avait soif. Qu’attendait ce type pour lui filer son outre ?

- Qu’est-ce qu’on t’a dit de moi ? Il y a tellement de versions, tellement de rumeurs qui circulent à mon sujet que je suis curieux de savoir quelle a été la tienne… On t’a dit que j’ai tué deux Mentaïs ? Trois ou quatre Envoleurs ? Une poignée de mercenaires ? C’est vrai. Et lui aussi, je l’ai tué. Vil’Vishyard. Et tu sais quoi ? Je ne regrette rien de ce que j’ai fait. Mis à part le fait que je n’ai été payé pour aucun d’entre eux…

Il avait ajouté ces derniers mots d’un ton moqueur, non pas pour détendre l’atmosphère mais parce qu’il se rendait compte à quel point il avait changé. Six mois plus tôt, il aurait rêvé ne plus avoir à se rendre au Domaine. Il aurait continué à accomplir des contrats à droite et à gauche, gagnant juste ce qu’il lui fallait d’argent pour continuer à vagabonder au sein de l’Empire. Et, à la place d’Ysil, il aurait déjà fait son boulot depuis longtemps, sans se poser de questions. Parce qu’avant, il ne s’en posait jamais : il fuyait les choix, quels qu’ils soient, préférant éviter d’avoir à interroger sa conscience, même si cela faisait de lui un lâche. Il aurait continué à se réveiller aux côtés d’une femme dont il ne se souvenait pas du nom, à revoir la mort de son père en rêve, encore et encore, à se battre avec Seren avant d’aller boire un verre avec lui et à voir Iselle chaque fois qu’il en avait l’occasion. Voilà ce qu’aurait été sa vie si seulement il n’avait pas croisé le chemin de Naïs.

Mais voilà, il avait rencontré cette femme incroyable, et il avait suffit d’une promesse, la seule qu’il ait jamais tenue jusqu’alors, pour que sa vie change. Radicalement. Il haïssait toujours autant le Domaine mais désormais, il y avait là-bas quelqu’un qui comptait sur lui. Driss, Vanol, Vil’Vishyard étaient morts mais il n’avait touché aucun salaire depuis longtemps et il était à présent le dernier des fauchés. Il avait dans le cœur une femme auprès de qui il voulait se réveiller pour le restant de ses jours et Iselle était morte. Voilà des semaines qu’il n’avait pas rêvé de son père. Et là, maintenant, tout de suite, il était dans la même situation qu’Ysil, face à un choix, celui de la nature ; tuer ou être tuer. Tuer pour survivre, ou prendre le risque de finir la gorge tranchée contre ce rocher. Les dés étaient lancés. Gil aimait jouer. Depuis toujours, il avait cet attrait particulier pour les parades, les stratégies, le bluff des joueurs de cartes, mais les siennes ressemblaient à des aiguilles et son plus grand atout était la solitude. C’était devenu sa faiblesse. Désormais, il avait trop à perdre pour se permettre de prendre des décisions à la légère ; il avait déjà fait cette erreur en laissant Samoan s’échapper, la prochaine serait de laisser à Dolce Ysil le temps nécessaire pour le tuer…Il cligna des yeux et prit sa décision. A ce moment-là, le vent souffla son feu et plongea les deux hommes dans le noir complet.

Et merde…

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Jeu 31 Jan 2013, 23:58

Dolce était étonné.
Etonné de la tournure que prenaient les choses. En effet, il s’était plutôt attendu à une riposte immédiate, mais il fallait croie qu’il avait surpris l’Envoleur en face de lui. Il était toujours à moitié allongé contre son rocher, mais il parlait. Et quelques phrases en particulier se gravèrent dans sa mémoire.

- Qu’est-ce qu’on t’a dit de moi ? Il y a tellement de versions, tellement de rumeurs qui circulent à mon sujet que je suis curieux de savoir quelle a été la tienne… On t’a dit que j’ai tué deux Mentaïs ? Trois ou quatre Envoleurs ? Une poignée de mercenaires ? C’est vrai. Et lui aussi, je l’ai tué. Vil’Vishyard. Et tu sais quoi ? Je ne regrette rien de ce que j’ai fait. Mis à part le fait que je n’ai été payé pour aucun d’entre eux…

L’homme se contenta de sourire, sans quitter des yeux SangreLune.
Cet homme l’attaquerait au moindre faux pas, il le savait. Mais comme il s’en était rendu compte quelques secondes plus tôt, il n’avait plus envie de le tuer. Ni la nécessité, d’ailleurs. Peut-être bien que le Conseil se retournerait contre lui, mais à vrai dire il n’en avait pas grand-chose à faire. Tout ce qu’il voulait, c’était retrouver Syndrell. Et si on ne lui demandait plus jamais de retrouver le Domaine, cela ne le gênait pas en soi, même s’il aimait l’enseignement.

Il avait aussi tué un Mentaï.
Il avait aussi tué des Envoleurs. Il avait même tué sa camarade de cours, sa collègue, et son Maître avait fini par être au courant. Il aurait pu la tuer elle aussi si elle s’était énervée, d’ailleurs, et c’était certainement ce qui avait empêché le clash, à ce moment-là.

Un léger soupir franchit les lèvres de Dolce.
Le feu s’éteignit à cet instant précis. Et il sourit.

- Je ne te tuerai pas, SangreLune. Déjà, parce que comme tu l’as si bien dit, j’ai un bon petit pactole d’avance ; et ensuite parce que je suis dans ton cas, sauf que j’ai eu la chance d’être discret. Nous sommes deux – ou peut-être trois – à le savoir. Loin des rumeurs.

Prenant une inspiration, Dolce bougea légèrement, tandis qu’il parlait. Pour éviter de recevoir un poignard ou un autre objet tranchant et volant sans l’avoir entendu ; Gil était un Envoleur, il pouvait lancer dans le noir.

- Quand à toi, je ne savais rien de tout cela. On m’a juste donné… un surnom, une rapide description physique. Je ne savais même pas que c’était toi avant de te découvrir ici. On peut donc dire qu’on est quittes.

Dolce avait tourné, pour se rapprocher de Gil sans pour autant être trop près.
Aérien et méfiant, il faisait attention, évidemment, mais cela ne l’empêcherait pas de prendre une torgnole ou une lame dans le ventre s’il n’était pas assez aux aguets, et il le savait parfaitement.

- J’ai longtemps cru que j’étais le seul Chaos parmi le Chaos. Parce que justement, le Chaos règne derrière soi. On ne le provoque pas inopinément, il nous suit, même dans le camp du Chaos. Après tout, comme les multiplications, peut-être que Chaos dans Chaos donne l’inverse… Il prit une légère inspiration L’Harmonie.









[ Un peu court, mais après j'allais m'emballer et partir dans un délire pas possible, je préfère attendre de voir la réaction de Gil xD ]

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Ven 01 Fév 2013, 17:07

Comment diable faisait Naïs pour rester parfaitement calme ? Par quel miracle était-elle capable de voir sans voir ? Ce mystère-là, Gil gardait toujours l’espoir fou de le percer. Il n’y parvint pas dans la minute qui suivit l’extinction complètement de son feu et comme il était peu probable qu’il réussisse avant de mourir, mieux valait qu’il se concentre. Dire qu’il était totalement aveugle était faux : ses yeux s’habituèrent peu à peu à l’obscurité et il distinguait les contours de la silhouette de Dolce Ysil ; sa présence était, en outre, imperceptiblement palpable, comme si l’Envoleur dégageait une sorte d’aura que Gil pouvait percevoir. Il avait une opportunité. S’il décochait ses aiguilles à toute vitesse et en balayant la zone droit devant lui, il avait ses chances de faire mouche. Alors, pourquoi ne tira-t-il pas ? Pourquoi Dolce ne profita pas de sa propre ouverture pour tuer sa cible ?

La réponse ne tarda pas et Gil, qui s’était raidi contre son rocher, prêt à secouer sa pauvre carcasse mal en point pour se jeter sur le côté, écarquilla les yeux. Hein ?? L’espace d’un court instant, il se dit qu’il était peut-être en train de rêver. De délirer à cause de la fièvre et de s’inventer un interlocuteur – un homme qu’il n’avait pas croisé plus de quelques minutes dans toute sa vie. Il savait que la chose était tout à fait plausible, mais il savait aussi qu’il s’agissait d’une solution de facilité : croire aux illusions pour éviter d’affronter la réalité, quoi de plus séduisant ? Cette prote de sortie avait été la sienne un bon moment, voilà pourquoi il s’en méfia dès lors qu’elle lui traversa l’esprit. Il ne rêvait pas, Dolce Ysil était bel et bien en train de lui parler de… de quoi, au juste ? De Chaos et d’Harmonie ? Enfer, se prenait-il pour son maître ? Surpris et agacé, Gil s’empêcha de décocher ses aiguilles dans le but de le faire taire. Tout ce qu’il voulait, c’était boire un coup, rien d’autre…

Un détail le chiffonnait pourtant. Que cet homme se vante d’avoir éliminé des Mentaïs ne surprenait pas Gil ; lui-même avait été formé par l’Envoleur le plus culotté de tout l’Empire et il savait bien que Seren ne l’avait pas attendu pour jouer double-jeu. Mais il n’avait jamais affronté le Conseil directement, se bornant à suivre des ordres qui rendaient Gil allergique. Dolce semblait être de fait du même bois poli et travaillé que Seren. Il n’était pas homme à défier les plus grands pour son propre bien. Et Gil ne croyait pas un seul instant à sa clémence, pour la bonne raison qu’un pactole, c’est bien, mais une prime de l’importance de celle que valait sa caboche pleine de vide, c’était mieux. Il était blessé et épuisé ; si ce type s’en prenait à lui, Gil se défendrait jusqu’à son dernier souffle, mais il mourrait. Impossible de rater une occasion pareille. Dolce Ysil n’allait sûrement pas rater celle-ci ! Mais curieusement, ce n'était pas ce qui le dérangeait le plus : si le Conseil avait réellement conscience que ses membres dépassaient parfois - souvent - les limites, pourquoi le traquer, lui ? Parce qu'il se foutait des règles comme de sa première dent ? A d'autres ! Bien des personnes, parmi les dirigeants de l'Ordre, avaient envie de lui faire la peau, mais cette mascarade était en train de devenir bien plus sérieuse qu'il ne l'avait imaginée au début...

- Si tu es venu pour m’accabler de verbiage inutile, j’aime autant que tu m’achèves tout de suite, grogna Gil en tâtant ses poches à la recherche de son briquet. Sinon, je me contenterai de goûter à ce vin que tu transportes depuis Hulm…

Même dans le noir, Gil perçut la surprise de l’Envoleur et sourit. Il avait élucidé une infime partie du secret de Naïs et il ne se gênait pas pour l’agiter sous le nez de son interlocuteur. Chacun son tour, mon vieux ! Il ne connaissait pas bien la jungle de l’Est mais en revanche, il savait observer, et ce que la chiche lumière de son feu lui avait révélé avait été utile : des vêtements de voyage, près du corps pour des raisons pratique (entre autre, un passage dans la jungle d’Hulm) mais assez légers pour supporter un climat tropical, le bas de la manche droite déchirée par un coup de griffe – probablement celles d’un ours élastique – et enfin, cette « rencontre » ; désireux de ne pas perdre la trace de sa cible, le Conseil avait contacté les hommes qui étaient dans la région. Sans doute Ysil rentrait-il au Domaine lorsqu’on lui avait fait cadeau de l’une des missions les plus intéressantes de toute sa vie…Bon sang, où est passé ce fichu briquet ?! Gil le trouva finalement, à force de se contorsionner pour atteindre une poche à l’intérieur de son manteau.

- Tiens, attrape !

Sans crier gare, il lança le briquet et sourit à demi en ne l’entendant pas tomber. Réajustant sa position pour reposer ses muscles tendus et ses blessures, il laissa son « compagnon » rallumer la flambée et ferma à nouveau les yeux pour appuyer son crâne contre le rocher. Il était fier de son petit effet de surprise. D’accord, pour le vin, c’était du bluff ; au mieux, il ne s’était pas trompé en imaginant qu’un homme habitué à voyager ne se priverait pas d’une outre de vin, et au pire, il aurait droit à une portion de repas… Il n’en demandait pas plus. Pour l’instant.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Dim 03 Fév 2013, 12:33

- Si tu es venu pour m’accabler de verbiage inutile, j’aime autant que tu m’achèves tout de suite, sinon, je me contenterai de goûter à ce vin que tu transportes depuis Hulm…

Dolce poussa un soupir.
Il voulait se rendre intéressant ? Peut-être qu’il y était parvenu – en partie. Il n’avait pas de vin, évidemment, il ne transportait jamais d’alcool avec lui, et il avait encore moins de chance de le faire en partant avec ses apprenties. Même si elles n’étaient plus là, le début de son voyage avait été avec elles. Par contre, qu’il eût deviné d’où il arrivait, c’était autre chose, mais en l’observant cela ne devait pas être très compliqué de faire de telles déductions.

- Tiens, attrape !

Dans un réflexe, l’Envoleur attrapa le briquet au vol – et Gil avait plutôt bien visé.
Un léger sourire étira les lèvres de Dolce, tandis qu’il secouait légèrement la tête de droite à gauche : bon, ce Gil était en effet suffisamment expérimenté, il ne pouvait le nier. Mais de toute façon, il n’allait pas le tuer. Cela n’avait plus aucun intérêt, pour lui : il avait assez d’argent, et peut-être qu’en plus le Domaine croirait qu’il avait été tué par ce bonhomme et donc ne l’embêterait plus du tout. Il pourrait aller rejoindre Syndrell, et ne plus s’inquiéter de rentrer près des Mercenaires du Chaos.

Et c’était une perspective plus qu’alléchante.

Faisant tourner le briquet entre ses doigts, Dolce fixa quelques secondes le semblant de feu qui avait éclairé la nuit quelques instants plus tôt, et finit par prendre la décision de le relancer. Après tout, qu’avait-il à perdre ? A part peut-être se faire trouer la peau par l’homme, mais cela, il en avait conscience et avait l’intime conviction que ce n’était pas pour tout de suite. Peut-être se trompait-il, mais après tout… il avait envie d’en savoir un peu plus.
Quelques secondes plus tard, un haut feu repoussait les ombres et découvrait le visage de Gil comme de Dolce. Le regard vert de ce dernier ne quittait pas l’Envoleur, et puis finalement il poussa un soupir et ouvrit son sac.

- Je n’ai pas de vin, seulement de l’eau et un peu de viande de lièvre séchée.

Faisant cuire le lièvre au-dessus sur feu grâce à trois branches, il tendit son outre à Gil pour que ce dernier bût. Il semblait en mauvais point, c’était un fait. Mais il devait pouvoir s’en sortir seul, non ? Il n’allait pas non plus vider son pot de crème cicatrisante pour lui !

Quand le lièvre fut cuit, et qu’une délicieuse odeur flottait dans l’air, il tendit une part à l’Envoleur, et s’assit de l’autre côté du feu tranquillement, en tailleur. Mangeant lentement son morceau de viande, il finit par lever la tête quand il eut terminé le dernier morceau, et planta son regard dans celui, bicolore, de l’autre homme.

- Tu crois que si je te laisse en vie, on pensera que tu m’as tué ? Si on me croit mort, je pourrai… faire ma vie. Plus de Conseil sur le dos… Mon seul regret sera de ne plus avoir d’apprenties, je crois.

Mais après tout, il avait mené Elya et Papillon jusqu’au bout de leur formation. Ce que peu de Maître Envoleurs pouvaient se targuer, par les temps qui courraient. Il n’avait plus qu’à attendre un nouveau groupe… Ou pas. S’il s’enfuyait et décidait de ne plus s’approcher d’Ombreuse ? Est-ce qu’il pourrait commencer une nouvelle vie ? Eleveur de chevaux, en plus Singa serait son reproducteur principal. Et l’étalon de Syndrell était un beau spécimen aussi.
Mais Singa était encore au Domaine. Il pouvait s’introduire sans se faire voir et s’enfuir avec son cheval. Et si on se rendait compte de son ‘infraction’, on ne courserait jusqu’à jamais. Il ne serait plus tranquille. Il fallait donc qu’il y aille sans se faire repérer, par quiconque.

Les idées fusaient dans la tête de l’Envoleur.
Il voyait un nouveau futur, un avenir plus tranquille, avec Syndrell. Mais est-ce que cela lui conviendrait ?
Ca, il n’en était pas encore certain…

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Dim 03 Fév 2013, 21:25

Gil sursauta. Il s’était assoupi quelques minutes et n’avait pas entendu Dolce s’approcher de lui pour laisser tomber son outre d’eau à ses côtés. Crétin !! Tu as eu le temps de te faire égorger une bonne demi-douzaine de fois, au moins ! Si l’autre Envoleur avait décidé de terminer sa mission, il serait bel et bien mort. A cause d’une perte de connaissance aussi brève qu’inutile. Néanmoins, il était encore en vie, même si son allure devait approcher celle d’un mort-vivant vraiment, mais alors vraiment pas frais du tout. Dolce Ysil parlait peut-être sérieusement, en fin de compte, lorsqu’il disait n’avoir aucun projet de meurtre à court terme… Tout en se redressant légèrement contre son dossier rocheux, Gil regarda la viande qui grillait doucement sur le feu. Un feu bien plus conséquent que le précédent, et dont la lumière découvrait enfin complètement le visage de son interlocuteur.

Dolce s’était muré dans un silence pensif. Les yeux perdus dans le feu, il faisait tourner presque mécaniquement la viande, sans doute entraîné par quelque pensée lointaine dont il avait seul le secret. C’était un homme de haute stature et solidement bâti ; il ne rivalisait certes pas avec la carrure de Juhen et n’avait pas le prestige des cornes de Pan mais des muscles puissants roulaient sous sa peau tannée par le soleil du sud. Il avait beau être presque aussi mince que Gil, celui-ci se sentait l’air d’un gringalet aux côtés d’un guerrier pareil. Si un combat s’engageait, la lutte serait très vite réglée… parce qu’il n’était pas au mieux de sa forme. En temps normal, Gil n’aurait pas estimé son adversaire avec autant de soin : il se savait capable de lui rendre ses coups en centuple, et après tout, l’Empire avait quelques bonnes raisons d’avoir mis sa tête à prix…

Gil but quelques rasades d’eau et s’essuya le menton d’un revers du bras. Délicieux. Rien à voir avec le vin qu’il avait espéré trouver dans les affaires de Dolce – alors quoi, il n’est pas bon le vin d’Hulm ?? – mais fichtrement désaltérant, surtout alors qu’il était en proie à une gentille poussée de fièvre. Au moins était-il lucide, ce qui l’arrangeait même si son interlocuteur ne faisait pas mine de vouloir le tuer immédiatement. Non, apparemment il préférait savourer son repas avant. Pourquoi pas ? Chaque chose en son temps et puis, il fallait l’avouer, ce lièvre sentait rudement bon. Gil n’avait pas mangé depuis plus de deux jours. Ironie ou non, Dolce Ysil lui avait probablement sauvé la vie en surgissant de nulle part dans l’intention de « le tuer ». Visiblement, ce paradoxe induisait un certain malaise chez l’Envoleur – ou plutôt, une réflexion intense ; en proie à une lutte mentale, il trancha un morceau de viande, qu’il tendit à Gil. Celui-ci ne se fit pas prier pour s’en saisir, et une minute lui suffit à dévorer sa part tant il avait faim. Bon seigneur, Dolce lui céda un autre morceau, qui fut englouti tout aussi voracement que le premier.

- Tu crois que si je te laisse en vie, on pensera que tu m’as tué ? Si on me croit mort je pourrai… faire ma vie. Plus de Conseil sur le dos… Mon seul regret sera de ne plus avoir d’apprenties, je crois.

Gil haussa un sourcil. Tiens… voilà qui était intéressant ! Dolce Ysil, qui paraissait à ses yeux comme l’Envoleur modèle – maître de renom, pas de vagues au sein du Domaine, plusieurs apprenties talentueuses… Cet homme incarnait ce qu’il n’était pas, du moins le pensait-il jusqu’à ce qu’une question sème le doute en lui. En eux. A en juger par l’expression de Dolce, celui-ci était en proie à l’indécision la plus franche : il venait d’avoir une idée et il ignorait encore s’il était possible, voire nécessaire de la mener à bien. Passer pour mort ? Gil y avait déjà pensé, bien sûr, et plus d’une fois ; il avait cependant toujours préféré agir à l’inverse de ce que le Conseil attendait de lui, mû par cet esprit de contradiction fort qui le caractérisait si bien. Ses motivations à lui étaient purement et simplement égoïstes, mais Dolce ? Qu’est-ce qui poussait un homme de son genre à envisager de disparaître, de changer de vie ? Le Chaos était-il en train de perdre ses membres les plus importants ?

- Je ne crois que ce que je vois, répondit Gil en léchant le jus de la viande qui avait coulé sur ses doigts. Et je vois que tu es dans l’hésitation, mon vieux. Tu n’es pas sûr de ton coup. Tu te poses trop de questions.

Il était curieux que Gil reprenne les paroles de son ancien mentor et ce, à peine un mois après qu’elles lui avaient été offertes ; mais Gil n’était pas dans son assiette et surtout, il ne voulait pas se mêler des affaires des autres. Ce qu’il avait justement tendance à faire un petit peu trop, ces derniers temps. Désormais impliqué dans celles de Naïs et compagnie, il était prêt à foncer dans le tas, quoi qu’il arrive, pour répondre à l’appel de ses amis. Mais Dolce Ysil n’était ici qu’un concurrent, un ennemi si l’on partait du principe que le feu séparaient un chasseur de sa proie. Il n’avait quand même pas envisagé de se confier à l’homme dont il était censé rapporter la tête… si ?

- Tes apprenties ont été bien formées, dit-il, moins pour changer de sujet que pour réfléchir à la suite du programme.

Puisqu’il n’y avait pas d’alcool pour lui permettre d’anesthésier la douleur, Gil était contraint de se changer les idées. Quoi de mieux qu’une discussion autours du feu ? Pourvu que Dolce ne le prenait pas pour sa confidente, il était prêt à écouler cette soirée dans le calme et la tranquillité. Ensuite, il dormirait, reprendrait des forces et reprendrait la route. Tuer pour ne pas être tué. Dolce n’appliquait peut-être pas toujours ces principes, lui, si. Et l’homme qu’il traquait avait toutes les raisons du monde de continuer à se terrer…

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Lun 04 Fév 2013, 22:20

Dans l’hésitation, lui ?
Evidemment. Et il le savait, en fait. Le mieux, et il en avait conscience, était maintenant d’en parler avec la principale intéressée ; mais il savait également quelle réponse il aurait, ou du moins il s’en doutait. Syndrell était Marchombre, elle était libre et ne voulait sans doute pas s’embêter avec un quotidien qui puait le bouc. Même si les semaines qu’ils pouvaient tous les deux passer ensemble sans se quitter du matin au soir étaient merveilleuses, il avait bien conscience que la jeune femme avait besoin de solitude, tout comme lui ; mais il pouvait tout à fait envisager de ne plus la quitter quand même. C’était d’ailleurs ces longues périodes d’absence de l’autre, de voyages solitaires, qui faisaient sans doute que les retrouvailles étaient toujours si intenses ; l’auraient-elles été sinon ? Et leur amour aurait-il eu cette délicieuse saveur dès qu’ils y auraient remis les lèvres dedans ? Parce que l’on s’habitue au bon, et on ne se rend plus compte de l’émerveillement à la longue ; ce n’est que lorsque l’on finit par le perdre que l’on s’en rend compte. Alors, se perdre de vue quelques semaines, quelques mois, pour mieux se retrouver, était-ce plus fiable ? Rendait-ce l’amour plus fort ?

Un soupir franchit les lèvres de Dolce, tandis qu’il haussait les épaules. Oui, il se posait trop de questions, sans aucun doute. Le pire était sans doute qu’il en avait conscience, et qu’il tentait parfois de gommer ces réflexions de son esprit, sans toutefois y parvenir avec succès à chaque essai. Il se posait trop de questions, ou bien trop de questions se posaient à lui ? La différence pouvait paraître invisible, pourtant pour lui il y avait une claire frontière entre les deux formulations.

- Tes apprenties ont été bien formées,

Légèrement surpris par le nouveau sujet de conversation – et aussi par le fait que ce type lui fasse un compliment alors qu’il était presque allongé sur son lit de mort – Dolce fixa Gil pendant plusieurs secondes, pensif.
Elya et Papillon s’étaient envolées, c’était chose faite. Maintenant, elles devaient vivre leur vie, apprendre le reste par elles-mêmes ; mais il serait toujours là si elles avaient besoin de lui. Il espérait simplement qu’elles n’en viendraient pas à s’entretuer comme il avait dû le faire avec sa propre camarade. Normalement, il n’y avait pas de raison, mais enfin… On ne sait jamais ce que la vie nous réserve.

- J’espère. Il faut qu’elles survivent dans ce monde de brutes, maintenant !

Mâchant consciencieusement sa dernière bouchée de lièvre, Dolce bascula la tête en arrière une seconde, et son regard attrapa quelques étoiles qui scintillait dans le ciel nocturne.

- Et toi ? Le conseil veut ta tête, mais je suppose que tu as aussi un ou deux apprentis, je me trompe ? Pour faire double-jeu, ceux-là, je crois qu’il n’y a pas mieux. Remplis de contradictions… A moins que tu n’aies hérité des seuls apprentis qui ait des relations avec les Mentaïs ! Tiens, comme ça ne m’étonnerait pas d’eux, ça…

Un nouveau soupir franchit les lèvres de Dolce, et il raviva les flammes du bout d’un bâton. Attendant la réplique de Gil.




[ Un peu court ! ]

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Lun 04 Fév 2013, 22:29

- Une apprentie. Je dois bientôt la présenter à son Ahn-Ju mais étant donné la conjoncture actuelle, je ne suis pas certain qu'on me laisse faire... Comme tu as dit, le Conseil est bourré de contradictions !

[Passons à la discussion pure, dans ce cas !]

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Lun 04 Fév 2013, 22:36

- Ils ne se priveront pas d'une Envoleuse de plus, en tout cas...




[ mrred ]

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Lun 04 Fév 2013, 23:07

- Sans doute, mais ils ne se priveront pas non plus d'en profiter pour me mettre le grappin dessus !

(Gil soupire)

Je suis prêt à courir ce risque pour elle. Je vais la guider jusqu'au bout, quoi qu'il m'en coûte. Kaünis est ma première élève...

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Mar 05 Fév 2013, 12:28

- Tu lui as demandé son avis ?

(regard intéressé)

-Enfin, je veux dire, par rapport aux Mentaïs, aux risques que tu coures, tout ça...

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Mar 05 Fév 2013, 18:28

- Et puis quoi, encore ?! Kaünis sait que je suis recherché, elle a déjà couru des risques avec moi. Mais je lui apprends à devenir une Envoleuse alors, si je l'empêche de se faire des ennemis, à quoi bon ? Elle s'en fera très bien toute seule de tout façon. C'est une sale gosse de la pire espèce...

(léger sourire)

... et elle est largement capable de s'en sortir !

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Mer 13 Fév 2013, 15:29

- Je n'ai pas dit qu'elle ne s'en sortirait pas seule...

[ haussement d'épaules ]

- je parlais plutôt du fait que si vous vous retrouvez tous les deux près des Mentaïs, elle risque de ne plus avoir de Maître, ou d'être reléguée au rang de cendre si elle passe devant eux...







[ Toute cette attente pour si peu ! u_u
Désolée, j'étais complètement débordée, je cours de droite à gauche sans jamais m'arrêter xD ]

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Mar 26 Fév 2013, 17:06

Gil prit le temps de boire une nouvelle gorgée d’eau fraîche. Moins apaisant que le vin dont il avait rêvé mais il pouvait difficilement trouver matière à se plaindre ; si Dolce avait été fait d’un tout autre bois, il serait sans doute en train de lutter pour sauver sa peau au lieu de reprendre tranquillement des forces auprès d’un bon feu…

- Un risque… murmura-t-il, le regard perdu dans les flammes qui dansaient entre l’envoleur et lui. Oui, c’est un risque à prendre. Tant que je suis en vie, je considère qu’il est minime.

Avait-il le choix ? Que pouvait-il faire d’autre, à part se battre contre un fantôme qui menaçait tous les êtres qui lui étaient chers ? Libertée, Naïs, Kaünis, et cet enfant… Le jeune homme secoua la tête pour empêcher ses souvenirs de refaire surface. Ce n’était pas le moment. Pas tant qu’il n’avait pas une bonne bouteille à portée de main ! La main posée sur sa blessure, Gil laissa son regard glisser des flammes vers Dolce. Et il repensa alors à son « verbiage inutile ». Le Chaos, l’Harmonie… Il commençait à croire qu’il s’agissait-là de deux instances bien trop puissantes et supérieures à lui. A eux. Au-delà des institutions, des guildes et des grands penseurs, il y avait quelque chose, une chose dont il avait toujours pris soin de se méfier et qui semblait pourtant le suivre à la trace – comme cet assassin qui le traquait dans l’ombre.

- Tu ne ressembles pas aux Envoleurs que j’ai pu croiser jusqu’ici.

Une simple remarque qui avait pourtant son importance : si Dolce était différent des autres, alors ils avaient un point commun. Deux, si l’on en croyait l’esprit rebelle de cet homme. Gil ignorait ce qu’il pouvait en faire. Un allié ? Contre qui ? Contre quoi ? Il ne pouvait même pas parler de sa quête comme d’une cause à laquelle il était ingénieux de se rallier. Mais il traquait trop d’ennemis à la fois et s’il continuait seul, il risquait de ne pas survivre au prochain coup de lame…

- Ce n’est pas parce que tu ne m’a pas encore sauté à la gorge, ajouta-t-il en fronçant les sourcils. J’ai eu cette impression la première fois que je t’ai vu, lorsque tu as présenté Elya pour son Env-Kil.

Sitôt ces derniers mots prononcés, Gil se demanda si l’on se faisait la réflexion à son propre égard – si l’évidence qu’il constituait sautait aux yeux. Ce n’était pas le cas en ce qui concernait Dolce ; derrière son visage impassible se cachaient quelque chose, un élément qu’il souhaitait garder secret, et il en allait de même pour Gil. Peu de gens savaient qui il était vraiment. Aujourd’hui, il avait beau être recherché dans une bonne partie de l’Empire, nul ne connaissait réellement Giliwyn SangreLune. Lui-même avait fait un bout de chemin, ces derniers temps, pour apprendre à se connaître…


[Difficile de faire mieux, étant donné que nos deux loustics sont en pleine conversation ! Et puis, si ça peut te rassurer, je cours partout aussi, alors ne nous préoccupons pas de respecter un délai trop difficile à tenir, laissons les choses se faire, on fonctionne très bien comme ça - je me régale toujours autant, quoi ^^]

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Mer 20 Mar 2013, 14:44

- Ah ? Et en quoi... Je serais différent ?

[ léger sourire en coin ]

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Mer 20 Mar 2013, 16:05

(Railleur)

- Tu voyages sans une goutte de vin dans tes affaires !

(Puis, d'un ton plus grave)

Je ne sais pas trop, c'est juste une impression...

(Courte réflexion)

Tu veux que je te dise ? Tu es trop philosophe. Au fond, le Domaine forme des machines à tuer - des gens qui agissent sans poser de questions. Or, le seul fait que je sois encore en vie prouve que tu aurais plutôt tendance à réfléchir avant d'agir. Je me trompe ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Ven 22 Mar 2013, 15:54

- Dans la forme, non, pas trop. Et donc ? Tu trouves franchement que tous les Envoleurs sont des machines à tuer ? Dans ce cas-là, on parle de Mercenaires... Un Envoleur, c'est quand même bien plus subtil et fin qu'un tueur !

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Jeu 28 Mar 2013, 14:38

- C'est ce que je croyais, moi aussi - même si la subtilité n'a jamais été mon fort... Mais tu vois, ces derniers temps, j'ai eu matière à douter !

(Il désigne sa blessure)

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Mer 10 Avr 2013, 15:28

- C'est quand même humain d'avoir des réflexes de survie. Ces réflexes peuvent être aussi des réflexions, tu ne crois pas ?



[ Pouaaaah, désolée pour le retard, avec mes bugs d'ordi, j'ai pas pu revenir avant ! ]

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Mar 16 Avr 2013, 16:56

- Quel genre de réflexion ?





[Je sauve la mise avec le plus court post que j'ai jamais fait ! Quatre mots, quelle éloquence, ce Gil xD)

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Sam 25 Mai 2013, 20:05

[ Sourire rapide ]

- Des réflexions comme : autant ne pas tuer et soutirer des informations...








[ Beaucoup de retard, désolée !! ]

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Jeu 30 Mai 2013, 23:36

- Enfer, ne me dis pas que c'est ce que tu es en train de faire...

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Ven 31 Mai 2013, 10:00

[ Eclate de rire ]

- Non. Mais ça fait partie des choses qui font qu'un Envoleur n'est pas un simple tueur.
Pourquoi, tu pourrais livrer des informations déterminantes ?

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Game on ! [PV Dolce]   Mer 03 Juil 2013, 17:14

(Haussement de sourcil surpris, puis Gil lève les yeux au ciel)

- Tout ce que je sais, c'est que j'ai un mal de chien et une envie folle de boire un peu de vin. Mais que je n'ai que de l'eau à me mettre dans le gosier et pour toute infirmière, un Envoleur qui a une conscience... Pas franchement sûr que ces informations intéressent les grands patrons.

Tu es amoureux, Dolce ?



[Gil et ses brusques changements de direction... ^^ Pi fallait que je rebondisse alors tant qu'à faire, autant choisir un sujet digne d'intérêt, non ? ^^]

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Game on ! [PV Dolce]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» 01. Spy Game in McKinley High [CLOS]
» Eyeshield 21 saison 2 Sur Game One en mai
» Game of Thrones
» Segment Triple H , Undertaker , Dead Game !
» All Star Game Lineup

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Plateaux et montagnes de l'est-
Sauter vers: