AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Quand la première couche s'enlève [ Libre ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Quand la première couche s'enlève [ Libre ]   Mer 05 Juin 2013, 10:22

- Rolala, mais c’est grand en fait cet endroit !

Saki n’en revenait pas.
Elle ne s’était jamais posé la question, avant d’être arrachée à sa famille, si les Collines de Taj étaient grandes. Elle connaissait le décor, les arbustes desséchés qui vaquaient avec le vent, la terre aride, les herbes jaunies par le soleil trop ardent ; et l’horizon des collines aussi, qui débouchait directement sur le ciel.
Mais elle n’avait jamais autant marché, c’était un fait !

Serrant les poings, elle râla encore à haute voix : après tout, elle ne craignait rien ici, c’était sa maison, son territoire. Cela avait été en fait, mais elle connaissait bien les créatures qui s’y logeaient et s’y abritaient, et savait aussi qu’elle était capable de les mettre plus ou moins en déroute – en tout cas de se faire comprendre. Elle savait juste une chose : si elle entendait un brûleur, c’était ventre à terre, et elle devait se recouvrir d’herbes et de terre pour ne pas être repérée.
Se frottant le nez de façon fort peu élégante, Sakinaïl déplia le bout de papier sur lequel Kiro avait vaguement esquissé une carte de Gwendalavir, et il y avait deux points dessus : là où ils étaient, et là où elle voulait aller.
Ca s’appelait les Collines de Taj, dans la langue des humains. Elle ne savait pas que tous les endroits devaient avoir un nom particulier : pour elle c’était par rapport à l’environnement que c’était censé se définir. La cascade au rocher blanc-bleu-vert ; ou la forêt à l’arbre rouge. C’était tellement plus simple !

- Pff, c’est bien beau un rond, mais c’est où dans le rond ?!

Tentant de se repérer, elle plissa les yeux en forçant dessus. Ca ne servait sûrement à rien, mais cela lui donnait cette impression qu’elle y voyait mieux. En tout cas qu’elle était plus concentrée, aussi.
Mais malgré ses efforts, elle n’arrivait pas à situer exactement où elle se trouvait.
C’était le paysage qu’elle connaissait, dans lequel elle avait grandi, mais ce n’était pas l’endroit exact. Et elle ne savait pas comment s’orienter plus spécifiquement.

Un long soupir d’exaspération passa ses lèvres.
Cela l’agaçait prodigieusement. Elle avait envie de retrouver sa famille d’ogres, certes, mais vaquer comme ça sans savoir exactement où aller cela l’énervait terriblement ! Elle avait bien envie de frapper quelque chose.

- GRAAAAA !

Son hurlement se répercuta au loin, résonnant dans l’air sec.
Ses épaules s’affaissèrent, et elle tapa dans un caillou de son pied nu, grognant toute seule. Grognant, jusqu’à ce que soudain, un autre hurlement lui répondît.

- GRAAAAAHH !

Elle reconnut immédiatement le cri de son frère. Mais pourtant, elle n’était pas du côté des territoires de chasse du groupe, sinon elle l’aurait reconnu !
En entendant ses pas courts et lourds, Saki ne put s’empêcher de pouffer.
Et quand enfin Gargano s’arrêta devant elle du haut de ses deux mètres cinquante – punaise, il avait bien pris vingt centimètres depuis qu’elle était partie – Sakinaïl releva la tête de façon innocente, mais les sourcils froncés.

- Qu’est-ce que tu fous là ? Je connais pas cet endroit… dit-elle dans le langage des ogres.

Mais alors que son frère allait répondre, une flèche se ficha dans son épaule, et il grogna en se retourna vers l’opportun qui venait de s’en prendre à lui.
Saki soupira.
Revenir en haut Aller en bas
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Quand la première couche s'enlève [ Libre ]   Dim 09 Juin 2013, 15:01

Parti à la recherche de Syndrell depuis quelques jours, Dolce remontait d’Al-Vor pour rejoindre le Lac Chen. Il ne savait pas encore trop par quel côté il comptait le contourner, mais avait très envie de passer à Al-Chen, où il pourrait peut-être trouver d’autres renseignement.
Car ses investigations dans la ville du Sud-Ouest n’avaient pas abouti à quelque chose de concret, c’était un fait. Il avait bien envie de faire toutes les grandes villes de l’Empire pour la retrouver : éplucher Gwendalavir pour elle était dans ses cordes, et il était prêt à le faire

Un sourire tendre étira ses lèvres. Il se demanda un instant ce qu’il aurait pu ne pas faire pour elle…

Secouant tranquillement la tête de droite à gauche, sans parvenir à se départir de son sourire, Dolce haussa finalement les épaules, se penchant sur son cheval pour lui flatter doucement l’encolure. Soudain, Singa souffla fort par les naseaux et s’arrêta un instant, hésitant. Fronçant les sourcils, l’Envoleur se redressa sur sa selle pour tenter de comprendre pourquoi sa monture s’était soudain arrêtée ainsi : ce n’était pas son genre.

- GRAAAAAHH !

Un ogre !
Il ne devait pas être seul, car les ogres se déplacent toujours en groupe d’au moins deux ou trois individus. Mais si celui-là hurlait ainsi, c’était qu’il avait trouvé quelque chose d’intéressant… comme des humains.
Fronçant les sourcils, l’Envoleur se demanda ce qu’il faisait : se contentait-il de rester loin et de passer quand les ogres auraient fini leur festin ou allait-il les aider ?

Obligeant son cheval à faire quelques pas en avant pour atteindre le sommet de la petite bute sur laquelle ils montaient, il en resta figé par la stupeur : l’ogre, immense, dominait d’un bon mètre une jeune fille.
Une jeune fille, seule !
Une jeune fille qui avait le nez levé vers l’ogre, sans avoir conscience du danger. De loin, il vit ses lèvres bouger, comme si elle essayait de le raisonner… de communiquer avec lui.

Haussant les sourcils, surpris, Dolce secoua rapidement la tête avant de dégainer son arc et de tirer une flèche dans le bras de l’ogre. Il savait pertinemment que cela ne lui ferait rien, à peine une petite piqûre peut-être, mais cela aurait au moins sans doute le mérite de détourner son attention de la jeune fille.

En effet, son plan fonctionna, et l’ogre se tourna vers lui.
Un sourire dur étira ses lèvres. Lançant Singa au galop d’une pression de mollets, il rangea son arc en avançant et arriva à quelques mètres de l’ogre, qui venait de se tourner vers lui, sans doute pour le charger – et en faire son repas. Etonnamment, il semblait seul, en tout cas Dolce ne voyait pas d’autres créatures de son espèce, et rien alentours ne permettaient de les cacher : ils étaient loin de tout bosquet.

Sortant son poignard de son fourreau, il fit se cabrer Singa devant l’ogre, histoire de garder un peu d’avance, et lança à la jeune fille :

- Dépêche-toi de filer ! Je le retiens.

Mais alors qu’il allait se lancer dans un assaut contre l’immense monstre, la voix de la jeune fille l’arrêta dans son élan…

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand la première couche s'enlève [ Libre ]   Lun 10 Juin 2013, 11:05

Saki soupira.
Elle soupira, parce que son bêta de frère allait probablement manger cet opportun qui se prenait pour un héro. La personne en question ne pouvait pas deviner qu’elle connaissait cet ogre, et qu’elle était complètement à même de communiquer avec lui, et de s’en sortir seule. Et surtout que elle, elle ne risquait absolument pas de se faire manger.

Gargano se tourna lentement en grognant méchamment vers l’individu qui venait de lui lancer cette flèche dans l’épaule. Bon, soit il ne savait pas viser – il aurait quand même pu lui faire ça dans la tête, c’était plus efficace – soit il y avait autre chose. Et quand Saki tourna enfin le regard vers la silhouette qui s’avançait : un cheval et un homme ; elle haussa les sourcils sur le coup de la surprise.
Le cheval ne semblait pas trop effrayé par l’ogre, c’était un fait. En réalité, il fonçait droit sur lui ! Elle avait toujours vu des chevaux effrayés par les ogres… à moins que… En y regardant de plus près, il n’était pas rassuré, mais les encouragements de son cavalier lui permettaient de ne pas s’arrêter.

L’animal aux sabots cabra devant l’ogre, mais pas de peur : encore une fois, c’était parce que son cavalier le lui avait demandé. Saki n’en revenait pas : il devait avoir vraiment confiance en lui ! Mais elle vit rapidement le poignard que l’homme dégaina et se mordit la lèvre.

- Dépêche-toi de filer ! Je le retiens.

Il croyait vraiment pouvoir faire face à un ogre de deux tonnes ?!
Mais devant sa tranquille assurance, Saki revit son jugement. En fait, finalement, elle n’était pas certaine que son frère survive à un combat contre cet homme. Il était sûr de lui, sans une once de peur, et s’apprêtait à combattre l’ogre sans hésiter, juste pour aider une jeune fille en détresse – enfin, qui semblait en détresse.

Un petit sourire éclaira le visage de la jeune fille, mais elle réagit au quart de tour : hors de question que ce bonhomme tue son frère !

- Non, stop !

Elle prit l’homme par surprise, et ce dernier arrêta son geste meurtrier. Par contre, pour son frère, c’était autre chose : il n’était pas très rapide, mais déterminé. Après tout, cet humain venait de lui faire un affront avec cette flèche, et il allait s’en faire un bon repas.

- Gargano, arrête !

L’ogre lui lança un regard mauvais, mais elle ne broncha pas, s’avançant même vers l’ogre.

- Arrête. Il a juste voulu m’aider.
- T’aider pour quoi ?
- Bah une petite humaine face à un ogre, si ce n’était pas moi, se serait faite manger tu crois pas ?
- Euh… Ouais, et alors ?
- Bah il ne voulait pas que je me fasse manger, bêta ! Donc il est intervenu. Tu devrais être content d’être encore vivant !
- N’importe quoi !
- Ne le mange pas, c’est tout. Et dis à maman que je vais bien.
- Grmmpff !


Soupirant de soulagement, Sakinaïl se tourna vers l’homme, le détailla un instant. Elle perçut le vert de ses yeux, si particulier, et aussi… Celui de ses cheveux. Kiro lui avait dit que les Alaviriens avaient que des couleurs de cheveux banales : noirs, châtains, blonds et roux. Les autres couleurs, comme le rose des siens ou le vert de ceux de cet homme, n’étaient pas commune, et c’était bien souvent des gens qui venaient de l’extérieur de Gwendalavir.

- Ne le tue pas s’teuplait, c’est mon frère.

Mais Gargano leur lança un mauvais regard, et se détourna en grognant.
Saki avait très envie de le suivre pour voir les autres membres de sa famille, et en même temps cet homme la fascinait. Des cheveux bizarres, cette confiance en lui, la certitude inébranlable qu’il aurait détruit Gargano en deux secondes…

- T’es qui ?!
Revenir en haut Aller en bas
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Quand la première couche s'enlève [ Libre ]   Mar 11 Juin 2013, 11:27

Le stop de la jeune fille arrêta Dolce en plein dans son élan, et il vit volter Singa pour se mettre face à l’ogre, un peu plus loin, s’éloignant par là de ses poings et de ses dents. Cependant, la jeune fille s’avança vers le monstre sans une once de peur, d’après ce qu’il pouvait en voir : mais comment pouvait-elle être aussi confiante ?
La suite lui donna la réponse : en effet, un concert de grognements gutturaux commença entre l’ogre et la fille, et Dolce haussa un sourcil : hein ? Elle était en train de… communiquer avec l’ogre ? (il ne pouvait pas décemment appeler cela parler, c’était un fait).

Le pire, c’est que ce dernier semblait intéressé et en même temps avoir très envie de se battre aussi contre lui. Il avait sans doute faim. Il avait faim, mais étrangement il ne semblait même pas envisager ou avoir une once d’idée de manger la gamine – alors que se repaître de Dolce ne semblait pas le déranger pour un sou.
Fronçant les sourcils, Dolce se posait des questions : comment cette jeune fille pouvait-elle en être arrivée à… apprendre le langage des ogres ? Surtout, avec ses cheveux d’un rose pâle d’une longueur renversante, elle n’était pas Alavirienne pure souche.
Malgré lui, ses pensées s’envolèrent vers Liscan, et il se maudit intérieurement.
Et si cette fille était une enfant volée de lEt si cette fille était une enfant volée des Clans ? Ils disaient avoir tué tous les parents… Non, ils disaient que tous les parents avaient été tués, nuance.

Les pensées s’entrechoquaient sous son crâne, mais la fille se tourna finalement vers lui, tandis que l’ogre s’éloignait enfin, en grognant – ce qui devait être, pour lui, un marmonnement.

- Ne le tue pas s’teuplait, c’est mon frère.

Son… frère ?!
Une gamine… recueillie par des ogres ? Elle était bien bonne celle-là ! On la lui aurait racontée, il n’y aurait pas cru, il le savait. Mais face à cette jeune fille qui grognait et communiquait avec un ogre, et que cet ogre, après lui avoir grogné après, faisait demi-tour sans essayer de tout massacrer… Si ce n’étaient pas des preuves…

Poussant un soupir, Dolce reporta son attention sur la jeune fille, qui venait de lui demander qui il était. Son élocution n’était pas des plus parfaites, encore une nouvelle preuve. Bon.
Détaillant son interlocutrice quelques secondes, l’Envoleur lui donna entre quinze et seize ans. Son visage rond, aux grands yeux d’un bleu profond, avait un teint de porcelaine. Elle n’était pas très grande, mais robuste. Et il émanait d’elle une confiance étonnante, et elle était campée fièrement sur ses pieds écartés – ce qui était loin d’être élégant.

Pourtant, ses yeux étaient clairs, même si cheveux étaient pastels et rosés. Pas d’iris dorées, argentées ou jaunes, ni de couleur foncée… De quel Clan pouvait-elle venir ? Et pourquoi viendrait-elle de l’Île des Femmes particulièrement ? Il ramenait toujours tout à son Île, encore plus depuis que Syndrell avait découvert qu’elle était native de cette dernière. Et puis, il y avait cette histoire de Lawëlle aussi…

Sautant à terre pour faire face à la jeune fille, Dolce inclina légèrement la tête, un petit sourire tranquille sur les lèvres. Pour l’instant, il ne pouvait rien faire de plus que de connaître cette jeune fille, et il avait en tête de le faire : elle l’intriguait.

- Et bien, jeune demoiselle… Je m’appelle Dolce.

Se redressant, il saisit une rêne de Singa et laissa le cheval brouter.

- C’était vraiment votre frère ?

Malgré lui, il retombait toujours dans ce jeu de la séduction avec les femmes, quel que soit leur âge – sauf en dessous de douze ans. Cela faisait aussi partie de son charme.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand la première couche s'enlève [ Libre ]   Mar 18 Juin 2013, 14:09

Sentant le regard de l’inconnu passer sur tout son corps, comme pour la jauger, Saki releva le menton en signe de défi. Elle attendait la réponse à sa question quoi ! C’était qui ce mec ? Et pourquoi avait-il pris le risque de la sauver au juste ? Enfin, pseudo-sauvée. Mais ça, il ne le savait pas avant qu’elle lui adresse la parole. Or, elle ne la lui avait pas adressée avant qu’il plante cette flèche dans le bras de son frère !
 
Etrangement, elle était à la fois en colère et à la fois fascinée par cet homme.
Elle avait cette envie lancinante de passer ses doigts sur son visage, et entrouvrir ses lèvres… Sentant son souffle s’accélérer, elle serra les poings sur ses hanches et poussa un long soupir. Enfin, la réponse arriva.
 
Jeune demoiselle ?
Dolce ?
Bon, au moins, il avait donné son nom. Même si un « t’es qui » demandait plus qu’un prénom, c’était déjà un bon début, elle se l’accordait.
 
- C’est quoi « demoiselle ? »
 
Elle n’avait jamais entendu ce mot, et elle buta sur le passage de la deuxième à la troisième syllabe. Grognant contre elle-même, elle se dit qu’elle avait encore énormément à apprendre… Beaucoup trop ? Ca, elle ne le savait pas, et elle n’était pas sûre de pouvoir juger d’une telle chose. Beaucoup, ça oui.
 
- C’était vraiment votre frère ?
 
Sakinaïl tiqua.
« Vous » ?
Elle se retourna, chercha du regard l’autre ou les autres personnes à qui ce personnage bizarre aurait pu parler. Et puis, Gargano n’était le frère que d’elle ! Fronçant les sourcils, Saki comprenait de moins en moins ce que racontait cet homme. Il s’était légèrement rapproché d’elle, et elle se sentit virer au pivoine.
 
Pour se défendre, elle attaqua.
 
- Je suis toute seule ! Et oui, c’était mon frère… ‘dopif… Euh… je ne connais pas le nom en Humain.
 
Se renfrognant toute seule, elle baissa son menton contre le haut de son torse.
Puis, prenant une inspiration, elle bougea les épaules quelques secondes, prit une autre inspiration plus courte, et chercha le regard de l’homme.
 
- Pourquoi tu parles bizarrement ? Et tes cheveux, ils sont verts ? T’as pas peur des ogres ? Pourquoi tu as voulu m’aider ? J’te connais pas ! 
 
Les questions avaient fusé, rapides et sur un rythme effréné, et pourtant Saki savait qu’elle pouvait tout assimiler. Mais s’il repartait à parler bizarrement, elle ne suivrait peut-être pas tout non plus.
Se reculant prudemment de l’homme d’un pas, elle ignora ce truc bizarre dans sa tête qui la poussait plutôt à se rapprocher et à chercher un contact physique avec l’homme.
 
Elle n’avait jamais eu envie de toucher qui que ce soit !
Revenir en haut Aller en bas
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Quand la première couche s'enlève [ Libre ]   Jeu 20 Juin 2013, 10:44

L’attitude de la gamine, provocatrice, tira un léger sourire à Dolce, qui attendait patiemment. Il notait toutes les expressions de la fille, se demandant comment cela se faisait qu’elle avait pu survivre au milieu des ogres. Et surtout, pourquoi des ogres se seraient encombrés d’une gamine humaine !
C’était surtout cela qui le dépassait.
Et le fait que cette fille parle aussi un peu sa langue. Elle avait semblé très à l’aise dans le langage de l’ogre, et hésitait presque à chaque mot quand elle s’adressait à elle : elle n’était pas arrivée dans la société humaine depuis très longtemps. Et sa première question en attestait, tirant un éclat de rire à Dolce.
 
- C’est quoi « demoiselle ? »
 
Par contre, la suite le laissa étourdit et ébahi. Elle ne connaissait pas le vouvoiement ?
 
- Je suis toute seule ! Et oui, c’était mon frère… ‘dopif… Euh… je ne connais pas le nom en Humain. Pourquoi tu parles bizarrement ? Et tes cheveux, ils sont verts ? T’as pas peur des ogres ? Pourquoi tu as voulu m’aider ? J’te connais pas !
 
Ses questions tirèrent un sourire indulgent à Dolce, qui avait soudain l’impression d’être devant un Lyke en plus grand, en fille, et avec des cheveux roses. Une gosse. Une gosse curieuse, intéressée et impertinente. Elle ne savait pas grand-chose des hommes, apparemment…
Et il avait envie de le lui apprendre. Il observa le fond de ses yeux un instant : elle ferait également une recrue de choix pour le Domaine, s’il réussissait à la convaincre de le suivre.
 
- Demoiselle, c’est un nom que l’on donne aux jeunes filles qui ne sont pas unies à quelqu’un. C’est un mot assez… noble. Quand je dis « vous », je m’adresse qu’à toi, c’est une formule de politesse.
 
Il eut un sourire indulgent, eut très envie de passer une mèche rebelle de la jeune fille derrière son oreille et alors que son bras remontait, il suspendit son geste. Son bras s’affaissa, et il haussa les épaules.
 
- Je ne parle pas bizarrement, je parle normalement. C’est juste que je n’ai pas un langage de ferme.
 
Il hésita un instant en se souvenant de la question suivante. Grimaçant, il passa une main dans sa chevelure qui avait poussé au point d’en découvrir sa couleur ; il allait devoir se les faire couper.
 
- Oui, mes cheveux sont verts, et non je n’ai pas peur des ogres. Je sais m’en débarrasser quand c’est nécessaire, c’est tout. Je ne te connais pas, mais quand je vois quelqu’un qui est en difficulté, je ne peux pas le laisser se débrouiller seul, je préfère aider.
 
Créant un petit temps de silence, un sourire étira ses lèvres alors qu’il se penchait légèrement en avant.
 
- On ne sait jamais quel genre de rencontre on peut faire !
 
Un sourire charmeur étira les lèvres de Dolce, alors qu’il attendait une réaction. Il n’avait aucune idée de la manière dont la jeune fille réagirait, car elle n’était pas du tout dans les standards de la société, c’était une certitude. Et elle pouvait tout aussi bien lui sauter dessus, car il ne connaissait rien aux ogres mis à part qu’ils étaient agressifs…

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand la première couche s'enlève [ Libre ]   Dim 23 Juin 2013, 11:27

Formule de politesse…
Hum. Kiro lui avait déjà parlé de la politesse, un concept qu’elle avait vraiment beaucoup de mal à comprendre et appréhender, alors l’appliquer ! C’était de l’ordre du fantasme.
Enfin, pour elle, cet homme parlait quand même vraiment bizarrement. Et elle ne s’offusqua même pas qu’il qualifie plus ou moins explicitement qu’elle parlait comme une fille de ferme : elle s’en fichait comme de sa première guenille.
 
Elle aurait peut-être dû se méfier de ce gars-là, mais à dire vrai la méfiance ne faisait partie ni de ses qualités, ni de ses défauts. Pour elle, cela n’existait pas, pour l’instant en tout cas, et cela allait sans aucun doute lui attirer bien des ennuis. Elle ne le savait pas, évidemment, et ne se projetait pas non plus. Elle était ancrée dans le présent, sans avoir d’attaches dans le passé ou presque, et sans jamais se poser la question du lendemain – et encore moins des jours d’après.
 
Il répondait pourtant à toutes ses questions, avec calme et sérénité.
Et cela particulièrement intriguait Saki. Il aidait les gens qu’il ne connaissait pas juste comme ça, parce qu’il ne pouvait pas ne rien faire. C’était bizarre comme manière de voir les choses : Saki préférait laisser les autres se dépatouiller avec ce qu’ils avaient récupéré. C’était qu’ils devaient l’avoir mérité, et puis se taper l’incruste comme ça ce n’était pas son délire. Qu’ils se débrouillent !
 
Quand il se pencha vers elle, Saki dut retenir un léger mouvement de recul.
Le regard d’un vert prenant du gars se fichait dans le sien, et elle se rendit compte au bout de plusieurs secondes qu’elle s’était arrêtée de respirer. Quelque chose était né dans son ventre, une douce chaleur qui s’emparait de ses muscles… Une ouverture. Fronçant les sourcils, elle se rendit compte de que cela voulait dire, et fit un pas en arrière.
 
- On ne sait jamais quel genre de rencontre on peut faire ! 
 
A nouveau, il y eut la jumba dans son ventre. Se mordant la lèvre, elle se rendit compte que soudain, son regard venait de changer : il était beau en fait, cet inconnu. Avec ces muscles saillants, son regard clair, ses cheveux bizarres et son sourire éclatant.
Saki a toujours été action plutôt que réflexion. Et elle écoutait son corps, car la plupart du temps c’était lui qui lui définissait des limites pour beaucoup de choses.
Là, tout de suite, si elle l’écoutait…
Bah, elle ferait ce qu’elle était en train de faire.
 
Bondissant en avant elle voulut attraper Dolce par la taille et se plaquer contre lui.
Levant le visage, elle sentit ses propres lèvres frémir, et son ventre être envahi d’une chaleur presque suffocante. Elle en tremblait presque, d’autant qu’elle sentait son souffle dans ses cheveux, ce qui la fit frémir d’expectative…
Elle essaya encore de se plaquer plus fort contre l’homme, et son corps demandait ce contact, plus encore.
Réfléchir ?
C’était pour les faibles !
Revenir en haut Aller en bas
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Quand la première couche s'enlève [ Libre ]   Lun 24 Juin 2013, 13:49

D’abord pris au dépourvu par la réaction de la jeune fille, Dolce se rendit compte qu’elle lui sautait dessus une seconde trop tard, et fut enlacé par cette dernière. Il sentit ses bras autour de sa taille, et ses jeunes seins contre son torse. Fronçant les sourcils, il se rendit compte qu’il s’attendait à beaucoup de choses, mais pas à cela.
Elle n’avait aucune inhibition.

Dolce voulut se dégager, ses pensées dérivèrent vers Syndrell, et il serra les dents.
La poigne de la jeune fille se relâcha une seconde, mais ce fut cependant assez pour qu’il se glisse hors de ses bras. Alors, il l’attrapa par les épaules et planta son regard dans celui de Sakinaïl.

- Je peux savoir ce que tu fais ?

Non, en fait, il le savait très bien, mais il n’était certainement pas habitué à cela !
Un tel déchaînement d’hormones…
Haussant mentalement les épaules, il garda la jeune fille éloignée de lui de sa propre longueur de bras. Elle ne pouvait pas s’en échapper, et il attendit qu’elle se calme sans bouger, juste en respirant doucement lui aussi.

Lorsqu’il la relâcha enfin, il la fixa plusieurs secondes.

- Il va falloir te contrôler jeune fille. Ce ne sont pas des choses qui se font… en société. Et puis, je ne suis pas intéressé.

Faux !
Enfin, presque.
Il ne pouvait pas dire qu’il était resté insensible à ce corps féminin contre lui, mais il se l’interdisait pourtant. Quelques mois plus tôt, cela ne l’avait pas dérangé de flirter avec Anee durant le tournoi d’Al-Jeit alors qu’il était déjà amoureux de Syndrell, mais désormais c’était bien plus que cela qui le liait à la Marchombre, et il l’aimait tellement qu’il lui était inenvisageable de céder à ses propres pulsions.
D’ailleurs, ces dernières avaient été si… ténues ! Comme si elles n’auraient pas voulu exister. Comme si même son inconscient se l’interdisait…

Repoussant ces pensées d’un revers de main mentale, l’Envoleur fixa la jeune fille.
Il était certain qu’elle serait une recrue de choix.

- Tu as déjà entendu parlé des Mercenaires du Chaos ?

Du coup, il était passé au tutoiement, étant donné que la jeune fille ne comprenait pas le vouvoiement. Elle ne connaissait pas grand-chose, il s’en doutait, mais il préférait poser la question avant tout…

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand la première couche s'enlève [ Libre ]   Mar 25 Juin 2013, 10:00

Ce qu’elle faisait ?
Ca ne se voyait pas assez ? Il fallait qu’elle se plaque un peu plus contre lui… comme ça ? Mmm, que c’était agréable. Une onde de chaleur la parcourut de la tête aux pieds. Elle avait envie de plus de contact, de plus d’intimité, de plus…
Plus.
 
Pourtant, il la repoussa doucement. Oh, elle avait déjà oublié qu’il lui avait posé une question. Tant pis. Mais il la repoussait ! Une flèche de colère la transperça, et son ventre aussi. C’était quoi ce sentiment, cette sensation ? C’était donc ça la frustration ? Grr, Saki n’aimait pas ça, c’était certain !
Relevant le menton, elle croisa le regard de l’homme et fronça les sourcils.
 
- Il va falloir te contrôler jeune fille. Ce ne sont pas des choses qui se font… en société. Et puis, je ne suis pas intéressé.
 
Le visage de Saki fut envahi par une énorme moue de déception. Mais avant qu’elle n’ai eu l’envie, le temps, de répliquer, il continua.
 
- Tu as déjà entendu parler des Mercenaires du Chaos ?
 
Alors que l’onde de chaleur refluait lentement, Sakinaïl ferma les yeux pour reprendre son souffle et calmer les battements de son cœur, qui étaient passé à l’effréné comme si elle avait couru un marathon pendant des heures. C’était quoi ça ?
Haussant les épaules toute seule, elle reporta son attention sur Dolce.
 
C’est marrant, parce qu’il ne lui a pas encore demandé son nom !
 
Un petit sourire étira les lèvres de la jeune fille, qui en avait déjà oublié la scène précédente. Passée du tout au tout, évidemment. Vivre dans l’instant, ni dans le passé de quelques secondes, ni dans le futur trop lointain.
 
- Euh… Ce sont pas des grands méchants pas beaux ? Comme les ogres ? Ils doivent être forts !
 
Magnifique.
Plus enfantin, tu meurs.
Mais ça, Saki n’en avait pas du tout conscience…
Revenir en haut Aller en bas
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Quand la première couche s'enlève [ Libre ]   Jeu 27 Juin 2013, 14:41

Des grands méchants pas beaux qui sont forts.
C’était un résumé assez complet, enfin, pour les méchants et les forts. Dolce espérait quand même être un peu plus… esthétique.. qu’un ogre !
Eclatant de rire, il se pencha vers la jeune fille en ayant la furieuse envie de lui secouer les cheveux du haut de sa tête. Cependant, il n’en fit rien, se contentant de passer une main sur son ventre en essayant de se calmer.

- Euh… On peut dire ça comme ça. Et ils sont plus forts que les ogres !

Reprenant son sérieux, une lueur espiègle dans le regard, l’Envoleur planta son regard dans celui de la jeune fille.

- Pourquoi tu trouves que je ne suis pas beau ?

Riant encore, Dolce se recula d’un pas malgré lui, au cas où la jeune fille eût décidé de lui sauter dessus encore une fois. Mais pour l’instant, elle lui semblait réceptive, alors il n’avait rien à perdre… et une apprentie à gagner !




[ Désolée, supra court, mais je ne voulais pas me contenter d'un dialogue ]

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand la première couche s'enlève [ Libre ]   Ven 28 Juin 2013, 10:46

Sakinaïl battit furieusement des paupières.
Elle sentit encore une fois son cœur s’emballer, une nouvelle chaleur l’envahir, et elle essaya de réfréner ces sensations qui se développaient dans son corps. Tout à l’heure, il n’avait pas apprécié, et cela avait été encore plus désagréable.
C’était une vraie question ou une fausse vraie question ?

Fronçant les sourcils, la jeune fille nota également le mouvement de recul de Dolce, et haussa un sourcil : il se doutait qu’il allait créer une telle réaction chez elle ? Mais comment le savait-il ? C’était parce qu’il était « fort » ? Non, ce n’était pas de la force, ça, c’était autre chose – quelque chose que chez les ogres, on ne connait pas vraiment  - l’intelligence.
Ah.
Mince alors. Elle n’était pas sûre d’avoir cette chose, elle-même.

- Euh… Je…

Prenant une inspiration, elle chercha le regard de l’homme.

- Bah… Beau je sais pas, mais t’as un truc… spécial.

Elle peinait à trouver ses mots, soudain. Que voulait-il qu’elle disait ? Et avait-elle envie de dire ce qu’il voulait qu’elle dise ? Se mordant la langue, Sakinaïl décida plutôt de se concentrer sur le reste. Parce qu’apparemment, elle était prévisible, et elle détestait cela.

- Pourquoi t’me parles de ça d’abord ?

Elle devait savoir, non ?
Mais surtout, elle voulait savoir ! Et puis, ce n’était pas très précis tout ça… Les Mercenaires du Chaos. Ca sonnait bien, mais elle ne comprenait pas trop ce que cela venait faire là. Qu’est-ce qu’ils avaient ces méchants-peut-être-beaux ?
Elle en avait oublié son clan d’ogres en fait !
Revenir en haut Aller en bas
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Quand la première couche s'enlève [ Libre ]   Mer 03 Juil 2013, 17:40

[ Eclat de rire ]

- Car je sens une grande volonté et une grande force en toi. Ton développement personnel pourra devenir tellement grand, tu pourrais être si puissante... Je sens l'écho du Chaos en toi. Comme chez une future Envoleuse.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand la première couche s'enlève [ Libre ]   Lun 08 Juil 2013, 11:36

- Car je sens une grande volonté et une grande force en toi. Ton développement personnel pourra devenir tellement grand, tu pourrais être si puissante... Je sens l'écho du Chaos en toi. Comme chez une future Envoleuse.

Saki ouvrit et ferma la bouche plusieurs fois, sans qu’aucun son ne sorte de ses lèvres.
Elle ne savait pas trop quoi répondre à cela, c’était certain. Que dire ? Elle, une grande volonté, une grande force ? Peut-être, elle n’en savait fichtrement rien. L’introspection n’était vraiment pas son truc, et jusque là, elle s’était simplement contentée de vivre – ou de survivre, selon les situations.

L’écho du Chaos ?
Chaos, elle savait ce que c’était – plus ou moins. Les concepts spirituels, ce n’était pas sa tasse de thé non plus. Non pas que cela ne l’intéresse pas, loin de là, mais c’était surtout qu’elle avait du mal à les assimiler et à se faire une opinion. En réalité, elle ne savait même pas ce qu’était une opinion, mais elle aimait avoir son avis sur tout.

Envoleuse.
Ca sonnait comme Voleuse, en vrai. Pourquoi « en » ? C’était bizarre, comme nom. Parce qu’elle pourrait s’envoler ? Cette perspective ne la réjouissait pas plus que ça. Mais quelque part, dans son ventre, son instinct se réveilla. Et cette pulsion, étonnamment bizarre, l’encourageait à écouter Dolce, à le suivre, surtout. Devenir ce truc… Envoleuse. Mais elle avait bien envie de comprendre ce que cela impliquait, ces trucs-là.

- C’est quoi une Envoleuse en fait ? Plus précisément ?






[ J'voulais pas faire de dialogue, j'ai donc fait court ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Quand la première couche s'enlève [ Libre ]   Mar 09 Juil 2013, 10:24

- Un Envoleur c'est... Une personne libre. Une personne puissance. Une personne qui a le Chaos en elle. Les Envoleurs sont bien plus que des Mercenaires, car c'est tout un idéal qu'ils transportent et pour lequel ils vivent.

Car la force qui nous porte tous, le Chaos, vit en nous et nous pousse en avant.
Nous aspirons plus que tout à la liberté et la puissance.

Plus précisément, si tu souhaites rejoindre nos rangs, tu auras au moins trois ans d'apprentissage auprès d'un Maître. Ca pourrait être moi, ou un autre. Cet apprentissage te permettra de mieux te connaître, toi et tes capacités, et de les développer au delà de ton imagination.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand la première couche s'enlève [ Libre ]   Mar 16 Juil 2013, 11:02

- Un Envoleur c'est... Une personne libre. Une personne puissance. Une personne qui a le Chaos en elle. Les Envoleurs sont bien plus que des Mercenaires, car c'est tout un idéal qu'ils transportent et pour lequel ils vivent.

Un long frisson monta le long de l’échine de Sakinaïl, qui ferma les yeux.
La voix de Dolce la portait, et plus encore, c’était la promesse qu’elle entendait derrière, elle qui n’avait jamais compris que l’on pouvait lire entre les lignes et comprendre sans entendre, qui la faisant frissonner autant.
Mais voulait-elle vivre pour un idéal ? En avait-elle un quelconque, d’ailleurs ? Elle se contentait d’apprécier et d’être pleinement dans l’instant présent, et cela avait toujours été comme ça. Incapable d’envisager le futur plus d’une demie-seconde, sans doute à cause de son éducation, elle n’avait pas tout à fait les mêmes notions de temps que les humains civilisés en général.

- Car la force qui nous porte tous, le Chaos, vit en nous et nous pousse en avant.
Nous aspirons plus que tout à la liberté et la puissance.


Liberté et puissance.
Sakinaïl se sentait libre, c’était un fait. Elle n’avait jamais été enfermée, ou presque. Elle avait été tenue loin de sa tribu, mais c’était un coup du sort, malheureusement, et non pas sa volonté ou la volonté d’un autre qui l’avait poussée dans ce sens. Mais était-elle réellement libre ? C’était trop abstrait pour elle, la liberté : elle n’était qu’elle-même, après tout, et ne se posait pas de questions.
Puissance, par contre, cela lui parlait beaucoup plus. Il lui avait suffi de voir que Dolce aurait été capable de tenir en respect son frère ogre pour comprendre ce que cela impliquait. Se faire respecter, c’était génial. Et il lui manquait cette aura dévastatrice, en tout cas cette puissance physique. Les ogres font tout dans l’agression et l’agressivité, et si elle avait la langue bien pendue, elle n’avait pas la force ou même l’habileté nécessaire pour rivaliser ouvertement et seule face à un ogre. Heureusement que la plupart du temps, cela suffisait.

- Plus précisément, si tu souhaites rejoindre nos rangs, tu auras au moins trois ans d'apprentissage auprès d'un Maître. Ca pourrait être moi, ou un autre. Cet apprentissage te permettra de mieux te connaître, toi et tes capacités, et de les développer au delà de ton imagination.

Sakinaïl n’avait aucune notion du temps, et elle ne savait pas ce que représentaient trois ans. Beaucoup de temps, oui, mais comme elle ne pouvait se projeter dans le futur ou l’envisager plus sérieusement, cela n’avait pas beaucoup de sens pour elle.
Le Maître pourrait être Dolce, ou un autre. Pourquoi un autre, alors que c’était lui qui était venu la chercher, hein ? Elle avait envie que ce soit lui qui la guide ! Elle adorait sa voix, et cette prestance qui se dégageait de lui. Complètement sous son charme, elle sentit encore une fois son ventre se réchauffer, et grogna légèrement.

- D’accord. J’ai envie de vous suivre. Je vous suis.

Elle avait encore du mal avec les différentes formulations, et du coup hésitait légèrement sur la manière dont dire ce qu’elle ressentait. Enfin, ce n’était pas non plus indispensable, si ? Elle avait envie de le suivre, et pas seulement pour cette histoire de ventre. Parce que ses paroles avaient un écho impressionnant en elle, et lui tiraient des frissons partout.

- On part quand ?
Revenir en haut Aller en bas
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Quand la première couche s'enlève [ Libre ]   Mer 17 Juil 2013, 11:42

- On part quand ?

Un sourire étira les lèvres de Dolce.
Elle s’était laissée facilement convaincre. Donner trois ans de sa vie n’avait pas l’air de la rebuter plus que cela, et il se demanda un instant si elle se rendait compte de ce que cela impliquait, et de la longueur de la formation. On peut dire que trois ans, ce n’est pas long dans une vie, mais quand on est jeune cela représente un pourcentage non négligeable de celle que l’on est en train de vivre.
Lui, c’était la durée de la formation qui l’avait fait hésiter, quand son Maître la lui avait proposée. Il était d’ailleurs déçu, en proposant à cette jeune fille de suivre la Voie du Chaos, parce que cela  ne serait pas lui qui la formerait : il avait déjà un groupe. Et surtout, il n’était pas franchement certain d’être dans les petits papiers des Mentaïs.

Il avait toujours tout fait pour ne pas se faire remarquer, c’était vrai. Il adorait former les jeunes apprentis, et n’avait pas eu de démêlés avec les Mentaïs jusqu’à très récemment… Jusqu’à rencontrer la Marchombre de sa vie, pour être très précis. Pour Syndrell, il avait déjà tué au moins deux Mentaïs, dont son ancienne camarade de formation. Sa Maître le savait, c’était sans doute le pire. Et elle n’avait pas l’intention de le lui pardonner facilement, il le savait parfaitement.

Reportant son attention sur la jeune fille devait lui qui frémissait, il sourit tranquillement.
Il pouvait percevoir son désir, mais étonnamment… Il n’y était pas sensible. C’était flatteur, et cela confortait son égo de mâle, mais il n’avait aucune envie d’y répondre. Peut-être parce qu’elle était jeune, mais lui-même n’était pas convaincu : après tout, il avait connu Syndrell elle n’était pas beaucoup plus âgée que la jeune fille.
Elle ne lui avait pas donné son prénom, d’ailleurs.

- Dès que tu m’as donné ton prénom !


§§


Dolce tenait Singa en bout de longe. L’étalon ne bougeait pas d’un poil, se contentant de suivre son cavalier qui ne lui montait plus sur le dos.
Les arbres d’Ombreuse les enveloppaient de leur ombre et de leurs ténèbres. Mais la piste qu’ils suivaient ne s’effaçait pas dans les buissons, et c’était vraiment le principal. L’Envoleur ne comptait pas perdre sa dernière recrue au passage !

Le Domaine n’était plus très loin.
Tournant son regard vers Sakinaïl, qui le suivait de près, Dolce se demanda quel Maître allait en hériter. Cette jeune fille ne serait sans doute pas facile à former, car elle ne connaissait vraiment pas grand-chose de la civilisation, et n’avait presque aucune notion de ce qu’elle pouvait faire, de ce qu’elle devait faire… ou pas.
Haussant les épaules, l’Envoleur poussa un dernier buisson, Singa s’engouffrant derrière lui en ronflant de contentement. Quelques juments lui répondirent, et il hennit avec enthousiasme, tirant un éclat de rire à Dolce. Cependant, s’il se dandinait sur place, il resta bien derrière son cavalier, qui fut très fier de lui.

Se tournant vers Sakinaïl, Dolce lui adressa un sourire.

- Et voilà, Sakinaïl. C’est le Domaine. Tu peux faire ce que tu veux, moi je vais aller m’occuper de Singa. Je te conseille d’aller voir à l’intérieur et de manger.

Le voyage s’arrêtait là.
Adressant un dernier sourire à Saki, Dolce se retint de lui lancer un clin d’œil, ayant un peu peur de l’interprétation de la jeune fille : elle pouvait encore lui sauter dessus, et il sentait parfois par vague ces bouffées qui l’envahissaient quand elle le fixait trop longtemps.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand la première couche s'enlève [ Libre ]   Jeu 18 Juil 2013, 12:19

Elle sourit en repensant que Dolce lui avait demandé son nom alors qu’elle était convaincue qu’elle avait envie de le suivre. Non, elle avait envie de le suivre, mais il ne connaissait pas son prénom avant ça. Si lui s’était présenté, elle devait avouer qu’elle ne le faisait pas naturellement. C’était quelque chose de trop bizarre de donner son prénom, sa dénomination… non ?

Enfin, chacun son truc après tout.
Saki était montée sur le cheval, lors du voyage. Elle n’en avait jamais vu de si près, et était encore moins monté dessus. C’était impressionnant, ces bêtes-là, beaucoup trop grandes et avec beaucoup de force. Pourquoi on y montait dessus ? Ils devaient être si bien sans humain sur le dos !
Mais en fait, cela ne semblait pas déranger l’étalon qu’elle lui monte sur le dos, ou que Dolce le fasse. Et même, elle en aurait mis sa main à couper, cela semblait lui faire drôlement plaisir lorsque l’homme se hissait sur sa selle, car il trépignait sur place et cela faisait rire Dolce.

Mais cela faisait maintenant plusieurs heures qu’ils étaient dans une forêt, et ce n’était pas franchement la tasse de thé de Sakinaïl. Elle préférait les buissons et les rochers aux arbres. Les arbres, ça faisait un peu peur quand même, non ? Elle ne se sentait pas du tout à l’aise en forêt, c’était un fait, et régulièrement les bruits qu’elle entendait lui tiraient des frissons très désagréables dans le dos. Bon, on peut se calmer oui ?

Soudain, les arbres s’arrêtèrent de se multiplier devant son nez, et ils tombèrent sur une bâtisse immense. Non, ce n’était pas vraiment une bâtisse, mais plutôt une sorte de forteresse toute grise et trop haute. Et puis, des bruits de sabots lui parvinrent. Tout comme les hennissements du cheval de Dolce, et d’autres encore. Sakinaïl écarquilla les yeux : mais ça faisait vraiment beaucoup de bruit ces animaux ! Ca explosait même les oreilles, quand ça criait comme ça !

- Et voilà, Sakinaïl. C’est le Domaine. Tu peux faire ce que tu veux, moi je vais aller m’occuper de Singa. Je te conseille d’aller voir à l’intérieur et de manger.

- D’accord…


Mais Sakinaïl ne bougea pas tout de suite, regardant d’abord Dolce rentrer son cheval dans un box pour s’en occuper. Quand il fut absorbé dans sa tâche, elle ne put s’empêcher de le dévorer des yeux. Mais il ne lui accordait déjà plus d’attention, mis à part peut-être ce petit sourire.

Bon.
Elle était au Domaine. Elle allait apprendre des trucs utiles, quand même. Et devenir plus forte.
Le tout, maintenant, c’était de se repérer dans ce labyrinthe…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand la première couche s'enlève [ Libre ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand la première couche s'enlève [ Libre ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand la musique est bonne.. (RP LIBRE)
» La Reine de l'hiver
» Première sortie en solitaire [Libre]
» Quand la femme prend la fuite....[Libre]
» Quand le sommeil ne vient pas ... LIBRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Collines de Taj-
Sauter vers: