AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Loup, y es-tu ? [PV Nuha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 952
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Loup, y es-tu ? [PV Nuha]   Sam 13 Juil 2013, 11:59

Son carquois sur l'épaule et son arc à la main, Gil avançait dans l'herbe sèche. Les hauts brins jaunis par le soleil fouettaient ses mollets à son passage. Le tissus de son pantalon était toutefois assez épais pour lui éviter piqûres et griffure en tout genre. Mais, comme il avait abandonné sa chemise - elle était roulée en boule dans un de ses sacs - pour ne plus se balader que torse nu, sa peau était la proie des insectes et de la végétation. Ronces, orties, moustiques, à croire que tout Gwendalavir s'était ligué contre lui ! Cabochard jusqu'au bout des ongles, il ignorait ces quelques désagréments avec superbe, préférant rouler des muscles sous le soleil plutôt que de remettre sa chemise. Un bronzage pas piqué des hannetons colorait sa peau et accentuait les traits de son visages en les durcissant. Avec ses cheveux en pagaille qui retombait sur ses yeux vairons et la barbe de quelques jours qui noircissait ses joues, il avait tout du parfait sauvageon ! La crissane dorée qui se balançait à sa ceinture confirmait d'ailleurs cette impression. Néanmoins, ce qui caractérisait le plus son côté vagabond se résumait à l'étrange vie qu'il menait depuis bientôt deux mois : fuyant les villes et le Domaine, il avait dressé un camp sommaire près d'un étang, tout à fait au sud des collines de Taj. Il lui avait suffi pour cela d'une tente, d'un feu de camp sur lequel cuisait tout au long de la journée le fruit de sa chasse ou de sa pêche, et d'un arbre, un solide noyer aux branches duquel il suspendait ses vivres pour ne pas avoir à les partager avec les bestioles qui pullulaient dans la région.

Voilà qui constituait son quotidien depuis huit semaines. Peu loquace et solitaire dans l'âme, Gil appréciait assez cette vie d'hermite. Tranquillité, sérénité, ciel bleu, soleil et eau fraîche à volonté - que demander de mieux ? Liberté, répondait-il instinctivement à cette question. Il ne manquait plus que sa petite marchombre pour compléter un tableau qui lui plaisait vraiment. Mais ce n'était pas pour le plaisir de voir s'écouler les beaux jours qu'il était venu s'installer ici. Son cours avec Kaünis avait beau s'être terminé neuf semaines plus tôt, Gil ne s'estimait pas en vacances pour un sou. Cette vie excentrée n'était qu'un leurre, une façon de disparaître aux yeux de ceux qui en voulaient à sa jolie tête. Une mise à prix telle que la sienne impliquait qu'il se fasse oublier pendant un certain temps. Invisible, il était en mesure de continuer ses recherches sans craindre d'aller au-devant du danger - si l'on considérait que traquer un type complètement fou était une promenade de santé... Ce qui était curieux dans cette histoire, c'est que le responsable de son exil n'avait pas donné signe de vie depuis qu'il s'était frotté d'un peu trop près à Samoan et sa clique. A croire qu'il appréciait de le voir patauger en cherchant des indices qui, bien souvent, le conduisaient dans une impasse.

Creuse, se répétait-il sans cesse. La réponse à tout ce bazar se trouve forcément quelque part. Il était impératif qu'il s'accroche à cette certitude, sinon, comment avancer ? Celui qui avait des griefs contre lui était responsable de sa situation actuelle - du moins, en grande partie. Il ne pouvait certes pas impliquer son ennemi fantôme dans ce qui se passait entre Naïs et lui. Tout juste serrer les poings de colère en songeant à la souffrance de la jeune femme alors que Samoan s'était amusé à la torturer. Ce fils de Raï avait deviné qu'une vie s'épanouissait en elle. A cause de son sadisme sans limites, il avait failli perdre pour la seconde fois son enfant !

Mon enfant. S'arrêtant brusquement, Gil soupira et se passa une main sur le visage. Son entrevue avec Libertée l'avait conforté dans l'idée qu'il était de son devoir de faire face. Tôt ou tard, il devrait affronter Naïs, il le savait ; le plus tôt serait le mieux, c'était évident. Sinon, sa princesse risquait de faire de nouvelles bêtises. Tu m'énerves, Naïs ! Tout serait plus simple si seulement je ne tenais pas autant à toi ! C'était rageant, désespérement rageant, et pourtant aussi limpide que l'eau dont le court minuscule serpentait entre les hautes herbes de la plaine. Il aimait Naïs autant qu'il aimait Libertée, même si dans son esprit ce n'était pas du tout la même chose. Tout séparait la Marchombre et l'Envoleuse, pourtant : la nature, le caractère, les motivations, le physique... Mais, telles les deux faces opposées d'une pièce, elles trouvaient une unité dans la personne de Gil : il serait prêt à mourir pour ces deux bouts de femme. Un fait qui n'était plus à prouver depuis longtemps.

Plus tard, alors qu'il se faufilait comme un voleur dans les rues d'Al-Vor, Gil songea au pied de nez que lui adressait le destin. Lui qui était écartelé entre deux mondes depuis sa naissance se voyait de nouveau déchiré. Coincé entre une Marchombre aux yeux roses et une Envoleuse qui voyait sans voir. Pour la première fois de sa vie, il envisagea ses yeux vairons comme le symbole d'une existence passée à se retrouver entre deux feux. Pathétique, se dit-il néanmoins en remontant une rue peu fréquentée, son sac de provisions vide sur l'épaule. Tu dérailles, mon vieux Gil. Voilà l'inconvénient d'une vie de solitaire : on finit par devenir sentimentaliste ! Moins pour pallier à un besoin que pour s'occuper l'esrit, Gil avait décidé de faire une excursion à Al-Vor. Risqué mais pas impossible. Ici, son visage ne recouvrait pas tous les murs et les précautions qu'il prenait depuis deux mois le protégeaient au moins aussi efficacement que son allure patibulaire. Même la gente féminine ne succombait pas à son passage. Il n'avait pas perdu son charme, simplement celui-ci était celui du prédateur qui rôde et guette sa proie : un charme dangereux. Gil eut un rictus à cette pensée. Sûr qu'avec une tête pareille, Kaünis allait apprécier de le voir débarquer pour sa présentation à l'Env-Kil !


Avisant deux gardes en faction au bout de la rue, Gil emprunta un chemin moins direct et moins exposé. Se méfier était devenu une seconde nature et il n'avait pour ainsi dire pas ouvert la conversation avec qui que ce soit depuis deux mois. Souvent, les soirées étaient longues. L'entre chien et loup qu'il aimait tant s'était transformé en monotonie ; dans ces moments-là, il regrettait la présence de son élève, ses questions formulées avec précision, ses regards noirs. Cette sale gosse lui manquait. Il était en train de réfléchir à la manière de s'approcher du Domaine sans se faire écharper au premier tournant, lorsqu'il repéra un endroit où s'approvisionner discrètement. C'était une taverne rencognée dans un quartier sombre, une gargotte tout juste assez grande pour accueillir dix personnes, peut-être douze en les tassant bien. A midi, il y avait encore assez de place pour qu'il s'installe à une table branlante et commande une bière. Le nez dans sa chope, Gil se plongea dans ses pensées. Nul ne lui prêtait aucune attention. A force de jouer les invisibles, on finit par le devenir vraiment...

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Loup, y es-tu ? [PV Nuha]   Dim 28 Juil 2013, 15:40

De toutes les cités de l'Empire, Nuhadu a toujours pensé qu'Al-Vor était la plus sécurisée, même avant Al-Jeit. Les gardes y sont des montagnes, parés de belles armures et présents. Le simple fait d'en croiser un pousse le marchombre à se tenir à carreau. Non pas qu'il ait l'habitude de mettre les villes à feu et à sang, non ça c'est plutôt le boulot de Roy, mais il se souvient qu'il n'a pas toujours été sage dans sa jeunesse. Combien de fois a-t-il été grondé par l'une de ses montagnes quand il courrait entre les pattes de tous ou essayait d'attraper des chats ? Y repenser lui tire un sourire, d'autant qu'il fut un temps où ces petites péripéties étaient des secrets très importants. Son père l'aurait tué s'il avait appris son comportement lors de ses sorties.
Aussi incroyable que cela puisse paraître, Nuhadu n'est pas pressé de retrouver la maison familiale. Il n'est pas sûr d'y retrouver son ancienne nourrisse, par contre son père y sera certainement, raison de plus pour s'en tenir éloigné. Depuis qu'il a annoncé son intention d'errer sur les routes, ses relations avec ce dernier se sont véritablement durcies. Ce qui se comprend. Avec son départ, Nuhadu a renié son nom, son héritage et piétiné toutes les attentes qui s'étaient construites sur lui. Remettre les pieds là bas ne serait qu'un risque de semer toujours plus de zizanie.
Et puis, les chances d'y retrouver sa mère sont quasi nulles. Cela enlève tout attrait à la situation.

La raison pour laquelle le jeune homme s'est aventuré dans cette cité est bien moins sentimentale. Sa bourse s'est terriblement vidée pour faire forger les petites lames qu'il a offert à Lacrya. Et cette fois, les emplois ne tomberont pas du ciel. La chance et Roy l'ont beaucoup aidé lorsqu'il s'agissait de reconquérir Lacrya, mais maintenant qu'il ne courre plus après une envoleuse vexée, il n'a plus aucune envie de se démener à trouver de l'argent.
Eh oui, qu'en ferait-il de cet argent durement gagné ? Libertée a veillé à ce qu'il puisse vivre sa vie sans dépendre de quiconque. Du moins, physiquement parlant. Peut-il se cacher son besoin éternel de trouver les bras de Lacrya ? C'est stupide et niais, mais c'est ainsi. Quand il ne la sent plus près de lui, il se sent délaissé.

Mais il faudrait être stupide et borné pour ne pas percevoir la vie dont déborde Al-Vor. Même alors que la grande foire n'a pas débuté, ses commerces sont multitudes dans les ruelles. Faute de guérir son cœur, il n'est pas impossible à Nuhadu de se remplir la panse, c'est en tout cas ce qu'il pense quand un fin fumet vient l'allécher. Ne suivant que l'envie grondante dans son ventre, les tresses du jeune homme, et surtout son museau, s'en vont fureter du côté d'un comptoir où trône de bon gros morceaux de jambons assaisonnés à souhait. Il suffit de les voir pour les vouloir, et déjà Nuhadu veut s'en faire son repas. Encore faudrait-il qu'il en ait les moyens. Le soucis n'est pas tant d'acheter une tranche ou deux, mais de prendre en compte les dépenses et les profits de son séjour ici.
Déjà, il a promis à Kishi de le gâter avec moult friandises. Il faut bien qu'il se fasse pardonné de l'avoir abandonné près de Hulm pendant plusieurs jours. Aussi paresseux soit-il, son canasson s'est montré assez capricieux. Et puis, il avait envisagé d'offrir un cheval à l'Académie pour compenser l'odieux vol qu'il a fait de son compagnon de route. Dure dure d'être marchombre.

Bon, chaque chose en son temps. Il a faim et ce n'est pas une tranche qui le mettra sur les rails.. Du moins le pensait-il avant d'en voir le prix. Par la pipe de Merwyn, d'où peuvent venir de tels jambonneaux pour qu'ils aient tant de valeur ? Peut-être que Nuhadu a trop bon goût pour son bien, mais dire adieu à ce repas si alléchant lui semble soudain impossible. Il doit sûrement pouvoir négocier le prix, le rendre plus raisonnable.


-Ah non, non mon bon monsieur, je peux pas baisser le prix de mon jambon ! Savez, se sont des sangliers spécialement chassés dans la forêt de Faël. Sont pas facile à débusquer, alors vous comprenez qu'ils coûtent facilement un bras.
-Sont-ils si différents des autres sangliers?
-Sentez et dîtes le moi.


Talent du cuisinier ou viande exceptionnelle, Nuhadu ne saurait pas dire pourquoi, mais ce pauvre jambon lui semble bel et bien unique et plus qu’appétissant. Mais il faudrait goûter pour s'en assurer ! Ah, ça lui ferait si mal au cœur de partir sans avoir planté ses crocs dans cette chair à tout les coups juteuse.

-Alors ? Je vous en... Ah non ! Pas encore toi sac à puce ! Revient ici!

Trop concentrés sur la viande et le marchandage, ni Nuhadu ni le marchand n'avait aperçut le chapardeur avant qu'il ne s'empare d'un des trésors d'Al-Vor. Déjà sa queue grise disparaît derrière un mur quand le marchombre réagit. Passer de l'estomacs au cerveau n'est pas chose aisée pour Nuhadu, aussi ne lui en voulons pas trop de son manque de réflexe.

-Qu'était-ce?
-Un fichu chien qui revient faire son affaire chez moi depuis une semaine ! Les gardes ne veulent rien entendre ! Mais il va finir par me couler ce clébard.
-Sa capture vous serait donc profitable?


Nul n'aurait pu ignorer l'éclat soudain qui se mit à briller dans les yeux de Nuhadu, alors un homme d'affaire ne pouvait qu'en deviner les pensées.


-Ça pourrait valoir quelques tranches.
-Un jambon entier!
-Mais que ferez vous de tout un jambon?
-Eh bien ! Le manger!


Poussant un soupir, le pauvre homme se gratte la nuque dans une intense réflexion. Un jambon c'est cher, mas en donner un vaut mieux qu'en perdre plusieurs par semaine. Finalement il tend sa grosse main au marchombre qui la serre avec force. Marcher conclu, le marchombre se met en traque. Il n'a qu'un début de piste pour retrouver la bête, mais la fréquentation des rues semble la pousser à raser les murs, de plus le poids de son larcin rend les empreintes de ses pattes avant bien profondes et facile à retrouver. Facile, facile, c'est tout de même relatif. Les villes conservent moins bien les marques que la nature, ou plutôt en reçoit trop. Identifier celles de l'animal n'est possible que parce qu'il ne sait pas écoulé une minute avant qu'il ne se lance à sa poursuite.

C'est au pas de course que le marchombre remonte la trace du chapardeur gris. Il en faut de quelques déambulations dans la ville avant, qu'enfin, il ne se retrouve dans une impasse encombrée de débris de toute sorte. Il faut croire que la bête y a élu son domicile puisqu'une odeur familière se mêle à d'autres senteurs moins invitantes.
Il n'y a plus qu'à attraper ce cabot et .. et en faire quoi après ?
Mince, il n'y avait pas réfléchi. Faut-il qu'il le tue ? Ce serait bien sévère, surtout que le chien ne semble que vouloir se nourrir. Le jeter hors de la ville n'assurera en aucun cas son retour.. Bref.. les options valables ne sont pas nombreuses..

Comme si le chien avait perçut l'hésitation de l'homme, la bête saute de sa cachette et prend la fuite sans se faire prier. Pendant un quart de seconde, le marchombre parvient à détailler la bête, fine mais de belle taille, avec un jolie museau pointu qui rappelle l'ancêtre des canins. Une brave bête qui se fait la malle.
Nuhadu pousse un juron furieux et lui courre après. Plus question de se laisser détourner de son but, gagner un bon gros jambon. Hey, lui aussi il a faim, c'est donc une concurrence qui se créé entre eux deux.

Tiens d'ailleurs, qu'est-il advenu du jambon du chien ? A-t-il déjà eut le temps de le manger ? Ce serait sacrément impressionnant. Ah ! Encore des pensées parasites. Il aurait fallu que Libertée lui apprenne à se concentrer. Mais, en y réfléchissant, elle a peut-être aggravé sa nature lunaire plus qu'autre chose. Tant pis, on fait avec ses défauts, et il serait temps qu'il use de l'un des plus importants. Agir !

Comment ça pas un défaut ? Et bien figurez vous que c'est peut-être le pire, puisque c'est celui qui le pousse à suivre le loup dans une petit établissement tranquille, semant le chaos lorsqu'il saute par dessus une table pour atterrir à plat sur le sol, coinçant sa cible sous son poids.


-Aha ! Je te tiens salop.. Aïe ! Mais de quel droit tu me mords toi!

Nuhadu passe son bras sous la gueule du monstre et le maintien contre son torse dans un grognement de rage qui fait écho à ceux de la pauvre bête. Une bonne chose de faite, pensa-t-il. Avant de se rendre compte que plusieurs regards sont braqués sur lui.. étonnés, pour le mieux, furieux pour le pire. Est-il la cause de cette cape imbibée de bière ?

Est-il encore temps de s'excuser?


-Euh.. bonjour?

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 952
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Loup, y es-tu ? [PV Nuha]   Ven 09 Aoû 2013, 23:07

Depuis un certain temps, Gil avait changé. Evolué, aurait préféré Liberté. Mûri, aurait nuancé Kaünis. Quoi qu’il en soit, il avait changé : plus posé qu’avant, moins brutal aussi, il avait retrouvé un semblant de sociabilité, même si sourire tenait encore pour lui de l’inhabituel. L’âge était peut-être en cause, mais ce n’était rien en comparaison avec le reste. Non, ce qui était à l’origine de ces changements, c’était la présence de Libertée. Elle avait un pouvoir sur lui qui le fascinait et l’effrayait tout à la fois. C’était aussi les responsabilités qui pesaient sur ses épaules. Une élève, un couple, un enfant, un assassin qui restait dans l’ombre et un tortionnaire capable de dessiner les pires choses qui soient. Par leurs interactions avec lui, tous ces gens avaient contribué à rendre Gil peut-être pas plus sérieux, mais assurément moins instable. Il n’était plus cet homme qui déclenchait des bagarres et cherchait inconsciemment le coup qui mettrait fin à son existence. Il était téméraire et non plus suicidaire.

Mais Gil restait ce Cabochard plein de colère que Seren avait un jour décidé de prendre sous son aile. Il était plus têtu qu’une mule et son humeur variait comme le vent, passant aisément de la lassitude à la colère la plus noire. Il était lunatique et il se fichait bien de ce que l’on pouvait en penser. A part Libertée, tout le monde faisait les frais de son caractère d’ours mal léché. Parfois, ça ajoutait à ce charme qui venait de son côté mystérieux et un peu dangereux, mais la plupart des gens qui assistaient à ses accès de fureur avaient tendance à ne plus oser poser le regard sur lui lorsqu’ils le croisaient à nouveau dans la rue. Ces temps-ci, Gil usait même de ce défaut comme d’un atout pour qu’on lui fiche la paix. Jusque là, ça avait marché à merveille. Et puis le chien était arrivé.

Gil portait sa chope à ses lèvres quand l’animal avait franchi la porte de la taverne. En fait, il avait entendu son remue-ménage bien avant cela, lorsque le clébard avait affolé les passants dans la rue en galopant comme un dératé. Qu’est-ce qui l’avait poussé à entrer ici ? Sûrement pas ce pipi de rat tiède qu’on avait servi à Gil. Celui-ci n’avait pas eu le temps de poser sa boisson sur la table. La boule de poils avait bondi par-dessus la table. Plus agile qu’il ne le laissait croire, il n’avait aucun dégât. Son poursuivant, en revanche, n’eût pas la même adresse. Il embarqua table, chope, bière et chien dans son élan formidable. Gil avait simplement cligné des paupières. Lorsqu’il réalisa ce qu’il venait de se produire, une dizaine de regards étaient posés sur les deux formes qui luttaient à ses pieds. Lui aussi finit par baisser les yeux. Le marron et le bleu de ses iris se teintèrent d’un éclat de colère.

Un gamin était en train de batailler avec le chien. Il pesait de tout son poids sur l’animal qui agitait les pattes comme un forcené. Sa peau d’ébène tranchait avec les nuances claires de ses vêtements, mais elle trahissait le métissage du gosse. Il avait calé la tête du chien dans le creux de son bras pour l’empêcher de mordre. Epuisée par la course et sans doute aussi par la faim, la bête se débattait déjà beaucoup moins. Un morceau de jambon gisait près de la table renversée. Probablement le larcin du chien, et la propriété du gamin qui lui avait couru après. On pouvait lui reconnaître une certaine bravoure, du moins une solide détermination. Gil ne ressentait qu’une sourde colère. Elle lui donnait l’impression que le sang qui coulait dans ses veines était en ébullition. Une bien étrange sensation.

- Heu… bonjour ?
- Je ne crois pas, non.


Grondement sauvage. Déjà, Gil avait empoigné l’intrus par le col de sa tunique. Il fut surpris de sentir son poids, absolument pas mis en valeur par une morphologie assez fine et élancée. Et lorsqu’il le souleva pour approcher son visage du sien, Gil découvrit des traits qui n’avaient plus rien d’enfantins, ou presque. Il y avait bien cette lueur malicieuse au fond des yeux, puits noirs et profonds dans lesquels il était facile de se perdre. Mais quelque chose d’indéchiffrable, comme une tristesse mystérieuse, animait ce regard qui exprimait tout sauf de la peur alors que la poigne de Gil ne faiblissait pas. Un visage fin, des pommettes saillantes, un menton volontaire, un nez qui avait visiblement amorti quelques coups de poings par le passé ; ce gamin-là n’était pas plus vieux que Kaünis et il avait l’air d’être de la trempe de la jeune fille. Sauf qu’il avait fichu en l’air sa bière.

-  Donne-moi une bonne raison de ne pas vous filer une raclée, menaça Gil en serrant le poing.

Il avait de l’énergie à revendre, et une sacrée envie de se défouler sur ce type. A moins que celui-ci ne se montre convainquant…

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Loup, y es-tu ? [PV Nuha]   Mar 10 Sep 2013, 20:33

Tendue.

Ce n'est décidément pas une atmosphère qu'il apprécie. S'il n'avait pas eut à traîné ce chien avec lui, il aurait sans douté préférer s'esquiver tout de suite que s'attarder. Mais un chien ne se dresse pas en un placage, donc impossible d'espérer prendre la porte la plus préférable. Et au ton de l'homme, terriblement inquiétant avec ses yeux totalement différents ( encore que les deux parvenaient à lancer des éclairs de haine, ce qui fait bien un point commun.). S'il n'avait pas semblé prompt à s'offusquer du malheureux passage, bien qu'un peu perturbateur, de Nuhadu, celui-ci l'aurait pris pour un vieux et gentil monsieur. Non pas qu'il soit vieux, mais son allure laissait penser à un homme qui n'a plus tant à faire des ennuyeuses coutumes de la société... oui, cette définition aurait convenu à un marginal fièrement décidé à ne plus se laver. Mais encore une fois, l'homme n'était pas spécialement sale. Juste.. peu humain ?
Allons allons, ce n'est pas une bête qui lui fait face ! Enfin, aurait-il été plus simple de le penser si sa poigne d'ours n'avait pas soulevé de terre  un grand dadet de pas loin de deux mètres (pas loin, pas loin). Dire qu'il n'a pas l'habitude d'être ainsi dominé.. pas plus que d'être si méchamment malmené, faut dire qu'habituellement son insolence tire des menaces ou des sourires (parfois les deux) avant tout autre actes. Et pour une fois, il n'a pas voulu être insolent. Si ce n'est pas de la déveine !
Bon bon.. va falloir la jouer si finaude pour pouvoir s'enfuir avec le.. Le chien ? Cet homme l'a soulevé avec le chien ?

Petit coup d'oeil en bas.
Pas de chien.
Petit coup d'oeil en haut avec un sourire tout ce qu'il y a de plus faussement désolé.

Le monsieur est bien gentil de le relever, mais il lui a fait perdre son clébard. Faut qu'il se dépêche de se dégager avant que la bête ne se trouve une nouvelle cache. C'est pas qu'il est chiant à débusquer, mais maintenant qu'il est sur ses gardes il risque de le fuir à l'odeur, sinon par finir son jambon et essayer de le bouffer par la suite. Enfin, avant de se faire manger par un chien errant, il y a quand même le risque de se faire ''filer une raclée'' par le gentil monsieur mal rasé.

Allez. Oublions la finesse, le temps presse.

-Une seule vous êtes sûr ? J'en ai au moins vingt à vous proposer ! La toute première..

Soudain le poings gauche du marchombre, mu par une soudaine impulsion, s'écrase généreusement dans le foie de son interlocuteur, point intéressant pour couper le souffle dit-on.

-C'est que j'ai pas le temps!
Pas le temps de s'interroger sur l'impact de son coup, Nuhadu a d'autres chats à fouetter, notamment un chien. Il attrape sans il pousse violemment l'homme dont la poigne c'est gentiment relâchée, sous la surprise ou sous l'attaque, et se rue vers la sortie, bousculant sans ménagement les quelques hommes qui se sont mis en tête d'essayer de lui barrer la route.

Eh bien eh bien.. en effet, ce n'était pas finot du tout. Où a bien pu passer se lâche de toutou.. Les tresses du marchombres ne peuvent pas se permettre de traîner pour essayer de retrouver sa trace, il a un homme pas content qui pourrait se jeter à ses trousses, s'il ne le suit pas déjà. Allons donc, il va falloir qu'il se fasse oublier tout en traquant.. S'il grimpe sur les toits, il y a des chances pour qu'il arrive à apercevoir la bête tout en échappant à l'homme mal léché (ou mal rasé selon les versions).
Feu de l'action, idée, action !
Une petite course contre un mur lui permet de se pendre au rebord d'une fenêtre. Une deux, le voilà qui s'y loge et bondit pour se saisir d'une généreuse prise formée par quelques fissures. Quelques ho-hisses plus tard, il peut afficher un grand sourire goguenard et jeter un regard curieux derrière lui. Va-t-on venir le chercher si haut?

Si seulement il avait un peu plus prit son temps dans la taverne, il se serait peut-être aperçu que le chien était parti se cacher sous un meuble et non pas s'enfuir à l'extérieur. Pour le coup, il peut toujours attendre pour l’apercevoir du haut de ses toits.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 952
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Loup, y es-tu ? [PV Nuha]   Sam 14 Sep 2013, 19:19

Avec le temps, Gil avait pris l’habitude de passer pour quelqu’un d’intimidant. Sa carrure, son amabilité au moins aussi froide que les sommets enneigés des Dentelles imposaient si souvent le respect, voire la crainte, qu’il avait oublié ce que ça fait de ne pas être pris au sérieux. Il fallait croire qu’il était tombé sur une exception. Car, malgré sa situation qui n’avait rien d’enviable, le gamin-qui-n’en-était-presque-plus-un prit le temps de jauger son interlocuteur, et son regard sonda Gil jusqu’à mettre celui-ci mal à l’aise. Il ne s’arrêta pas là. Un éclat traversa ses prunelles sombres. Et l’Envoleur ne reconnut pas cette étincelle d’ironie qui animait si souvent les siennes.

- Une seule vous êtes sûr ? lança son prisonnier d’un ton qui ne correspondait pas du tout à celui d’un prisonnier. J’en ai au moins vingt à vous proposer ! La toute première…

Elle se passait de mots, et voilà pourquoi : sans crier gare, l’impudent lui enfonça son poing dans le ventre. Tout y était : la puissance, la précision, la détermination. Gil se plia en deux et le gamin en profita pour filer. Furieux, Gil inspira vivement par le nez et expira par la bouche afin de retrouver son souffle ; il avait encore une main plaquée sur l’abdomen lorsqu’il jaillit hors de l’auberge. Les soudards qui avaient tenté d’arrêter le gamin s’écartèrent prudemment. Eux étaient impressionnés par cet homme qui, s’il venait de se faire avoir par un jeune loup, avait des airs de dangereux sauvageon en colère… En réalité, Gil bouillait, mais moins de curiosité que de fureur pure. Il ne s’était pas attendu à trouver son mystérieux avorton dans la rue et l’espace d’un instant, il songea à s’arrêter là. Il avait des choses plus importantes à faire que de courir derrière un sale gosse. Mais la douleur dans son ventre était encore vive, et l’affront avait trouvé en lui l’écho d’un défi ; il y avait bien longtemps qu’il ne s’était pas lancé dans pareille aventure. Gil se mit en chasse.

Il ne connaissait pas aussi bien Al-Vor qu’Al-Jeit et, s’il partait du principe que sa proie était du coin, les chances de lui mettre la main dessus étaient infimes. C’était sans compter le chien. Bien qu’il en ignore la raison, le gamin avait l’air de se vouer corps et âme dans la capture de l’animal. Le jambon lui appartenait peut-être, après tout. Haussant les épaules, Gil se mit donc à la recherche du clébard. Il n’eut pour cela qu’à suivre les passants ou les marchands en colère : certains ramassaient leurs paniers tombés à terre, d’autres pestaient encore, un balai à la main, rageant contre cette fichue sale bête qui avait le diable à ses trousses. Gil était prêt à parier que son fichu sale gosse était lui aussi sur ses traces. Quelle ne fut donc pas sa surprise lorsqu’il finit par trouver le chien dans une impasse. L’Envoleur s’arrêta à quelques pas de lui et balaya les lieux d’un coup d’œil suspicieux. Ben alors quoi ? Sa première proie ne s’était pas dégonflée en route, si ?

- Te bile pas, dit-il en croisant le regard inquiet du chien. Si tu lui as piqué son jambon, je t’en dois une, mon vieux…

Il hésita. Si l’autre avait abandonné la partie, il n’avait plus rien à faire ici. Pourtant, un curieux sentiment de déception piqua Gil, qui considéra le chien en silence. Celui-ci tenait le jambon dans sa gueule. Il restait sur ses gardes, attendant probablement que l’intrus s’en aille avant de dévorer son larcin. C’était visiblement un bâtard, mais il était sacrément grand, très haut sur patte et élancé ; qu’il ait du loup dans le mélange qui le constituait ne serait pas surprenant. Gil jeta un nouveau coup d’œil à la ronde, comme pour s’assurer qu’ils étaient bel et bien seuls, puis il s’accroupit devant le chien et tendit la main pour lui caresser la tête. Il se mit à lui parler, lui qui se rengorgeait toujours de ne pas aimer les bêtes. En fait, il se retrouvait un peu dans ce chien qui ne ressemblait à rien malgré ses ancêtres. Le chien remua la queue et Gil se redressa, prêt à tourner les talons. C’est alors qu’il la sentit. L’odeur de sa bière. Il leva les yeux.

- Alors c’est là que tu te caches… Je suppose que ce jambon est à toi ? Dans ce cas, ça ne t’ennuie pas que je l’emporte, puisque j’ai perdu mon repas à cause de toi ?

Il avait voulu mettre plus d’animosité dans sa voix mais son ton était plus amusé que dangereux. Tout juste un peu grognon. Et Gil ne mit pas ses belles paroles à l’œuvre. Il resta debout, les mains dans les poches de son pantalon et le regard levé vers la silhouette qu’il devinait sur le toi. Après tout, on ne croise pas une exception tous les jours…

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Loup, y es-tu ? [PV Nuha]   Mer 12 Fév 2014, 22:19

- N'y a-t-il donc pas assez de tresses à tirer dans ce bas monde?

Il retrouvait enfin le fameux voleur de jambon, et c'était pour l'y trouver sa mauvaise rencontre de tout à l'heure. Déjà qu'il s'en voulait un peu de l'avoir recouvert d'une bière qui devait sûrement être bonne, il allait avoir du mal à sympathiser avec la malheureuse dérobade de tout à l'heure. N'empêche, il était tenace le bonhomme. Et sans doute fin pisteur avec ça. Peut-être n'avait-il pas seulement l'allure d'un sauvage tout juste sorti de sa  forêt, mais aussi les qualités. Ce qui rendait les circonstances d'autant plus regrettables, puisqu'ils auraient sûrement pu bien s'entendre.. A vrai dire, qu'est-ce qui l'empêchait de remonter la pente ? Il n'est jamais trop tard pour s'excuser.. Et en venir à se battre avec l'homme ne pouvait que permettre à sa proie de s'échapper encore.


-Peut-être pourrions nous épargner mon crâne et tes côtes avec quelques excuses ? A vrai dire, je ne voulais pas vraiment te frapper.. ni même gâcher ta boisson.. et encore moins me moquer de ta barbe.. ah mais je ne l'avais peut être pas fait ça en fait.. Enfin, la question n'est pas là, hein?

Puisqu'il n'était ni question de se cacher, ni même de fuir.. il n'était pas une proie, il en avait une. La nuance est si flagrante qu'il aurait honte d'envisager une course pour s'éloigner. Pourtant, il n'avait pas non plus envie de se battre avec l'homme. Encore une fois, pas de peur dans tout ça.. juste une légère pointe de raison qui lui rappelait sa première impression. Un genre de type qui doit savoir filer des raclés, au moins aussi bien qu'il les proposait.
Et puisqu'il semblait bien s'entendre avec la bête, il y avait sans doute là moyen de faire d'un marchandages deux succès !


-Écoute. Tu m'es sympathique ! Jouons donc ensemble sur ce coup là. On ramène le chien au gars à qui il a volé le jambon, il m'en donne un tout beau tout neuf, de jambon entendons nous et on va se le partager ! Après tout, je doute de pouvoir en manger un tout entier tout seul. Ça te tente ?

Bon, il n'était peut-être un peu optimiste de penser enterrer la hache de guerre ainsi. D'autant que rien n'empêcherait le bonhomme de le devancer, ou même de refuser par amitié avec le chien. M'enfin, la deuxième possibilité n'était pas bien plausible, qui pouvait s'attacher si vite à un animal errant ?
Peut-être le même genre d'hommes qui tombent amoureux d'une jeune femme les ayant surpris lors d'une baignade..
Ce n'était sans doute pas le bon moment de s'empêtrer dans de telles réflexions.

Et la tête du marchombre se penchait dans son habituel expression de curiosité. Le regards brillant rien qu'à l'idée de ce bon jambon.. Roy avait-il tant déteint sur lui finalement ?

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 952
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Loup, y es-tu ? [PV Nuha]   Jeu 13 Fév 2014, 20:13

Etait-ce normal que la jeune serveuse ressemble à ce point à Naïs ? Grandement perturbé, Gil s’efforça de ne pas trop loucher sur la jeune femme au teint mat et aux yeux couleur chocolat qui virevoltait de table en table, mais c’était presque impossible. Elle était plus grande que l’envoleuse et ses cheveux étaient moins longs, mais elle aurait très bien pu passer pour sa sœur ou sa cousine. Devinant un regard fixé sur elle, l’exotique beauté se tourna vers Gil et lui adressa un sourire des plus ravageurs. Immanquablement, il sentit son estomac se tordre, et c’est tout juste s’il ne rougit pas en baissant les yeux sur son verre. La vue de la bière le ramena instantanément à la raison. D’abord parce que c’était sa deuxième chopine de la journée, même s’il n’en avait pas encore avalé une seule gorgée. Ensuite, parce que le garçon assis en face de lui le dévisageait avec ses grands yeux brillants de l’insatiable curiosité qu’ont souvent les gamins. Le plus drôle étant que ce garçon-là avait précisément renversé le contenu de sa première chopine.

- Très bien, commença Gil, avant de s’arrêter net.

Par où commencer ? Etrangement, il n’avait rien de spécial à dire, aucune question à poser alors qu’une curiosité similaire à celle du garçon à la peau sombre le rongeait doucement de l’intérieur. Stupéfait, Gil comprit qu’il n’avait plus l’habitude de faire la conversation et cette évidence le laissa muet comme une carpe. Un véritable fiasco. Mais la rencontre avec ce jeune homme avait pourtant débuté bien mieux que cela…



*



- N’y a-t-il donc pas assez de tresses à tirer dans ce bas monde ?

Gil haussa un sourcil surpris mais déjà son jeune interlocuteur reprenait, de son ton où pointait une touche d’ironie :

- Peut-être pourrions-nous épargner mon crâne et tes côtes avec quelques excuses ? A vrai dire, je ne voulais pas vraiment te frapper… ni même gâcher ta boisson… encore moins me moquer de ta barbe… ah mais je ne l’avais peut-être pas fait ça en fait… mais la question n’est pas là, hein ?

Trop surpris pour interrompre la joyeuse diatribe, Gil se contenta de caresser pensivement le chaume qui assombrissait ses joues. T’en ficherai, moi, des excuses pareilles…

- Ecoute, poursuivit la voix comme si de rien n’était, tu m’es sympathique ! Jouons donc ensemble sur ce coup-là. On ramène le chien au gars à qui il a volé le jambon, il m’en donne un tout beau tout neuf, de jambon entendons nous et on va se le partager ! Après tout, je doute de pouvoir en manger un tout entier tout seul. Ça te tente ?

Cette fois, Gil leva les yeux au ciel et réprima un juron. C’était insolent, audacieux et si peu sérieux qu’il fut sur le point d’en rester là. Mais au lieu de tourner les talons, l’envoleur se surprit à considérer l’offre avec une attention nouvelle. Aussi surprenant soit-elle, elle avait le mérite d’attiser davantage sa curiosité : qui donc était ce gosse ? Au premier abord, c’était un insupportable fanfaron mais Gil, en sa qualité de Cabochard, n’avait rien oublié de l’horrible tête brûlée qu’il avait été par le passé. Une tête brûlée qui semblait avoir trouvé son double. Décidant finalement que le jeu en valait peut-être la chandelle, il sortit ses mains de ses poches et les tendit vers le chien. Celui-ci sembla comprendre son intention et Gil le vit se ramasser sur lui-même, prêt à bondir pour s’échapper avec son précieux jambon. Il se figea. Comment Libertée faisait-elle, déjà ? Un jour, il l’avait vue faire ce truc, là, avec le murmure chanté qui le paralysait tout entier sans qu’il ne sache comment un tel phénomène était possible. Secret marchombre, se bornait à lui servir la jeune femme en guise de réponse. Un secret que son propre père avait peut-être utilisé…

Haussant les épaules pour chasser de son esprit cette pensée, Gil observa plus attentivement le larcin du chien et soupira. Personne ne voudrait plus de ce jambon, maintenant que l’animal y avait planté ses crocs et éparpillé sa bave de clébard des rues.

- Ton projet tombe à l’eau, dit-il à voix haute. M’étonnerait que ton gars veuille récupérer sa viande dans un tel état. Mais j’ai une idée qui devrait faire l’affaire…

Voler n’était pas spécialement son passe-temps préféré, mais après tout, il s’agissait d’une promesse que le charcutier n’allait évidemment pas tenir. Abandonnant là le chien et sa prise toute méritée, Gil s’éloigna en direction de l’artère principale de la ville. Il ne tarda pas à être rejoint par son jeune compagnon et laissa ce dernier le guider dans le dédale des ruelles et des étals, vers celui qui les intéressait tout particulièrement. Au premier coup d’œil, Gil reconnut le sourire charmeur et l’œil vif du marchand qui sait exactement comment appâter son client. Pas forcément un mauvais bougre mais pas un honnête homme non plus. Celui-ci sembla reconnaître le garçon à la peau sombre et se mit à lui parler ; Gil les laissa discuter et ce faisant, s’approcha discrètement de l’étal à viande. Saucisses, pieds de porc, cuisse de coureur, lamelles de crissane… Il n’y avait là que des morceaux de choix. Pas étonnant que le chien ce soit laissé tenter ! Avisant un beau morceau de jambon, Gil le détacha de son crochet et, d’un geste, le fit disparaître. L’instant suivant, il s’éloignait tranquillement, aussitôt rattrapé par son jeune partenaire. Lequel restait sur la défensive, visiblement prêt à en découdre si toutefois Gil ne respectait pas sa part du marché.

- Et si on prenait un verre d’abord, histoire de conclure cette petite affaire comme il convient ?

En vérité, Gil avait surtout envie d’en savoir plus au sujet de cet étrange bonhomme dont le sourire était aussi éclatant qu’un rayon de soleil. Ils n’eurent aucun mal à se dégotter une table à l’ombre d’une terrasse, et ils étaient en train de se détailler l’un l’autre en silence lorsque la jolie serveuse avait surgit tout à coup pour prendre leur commande…


*

- Très bien, répéta Gil, cherchant désespérément ses mots.

Il était sur le point d’abandonner lorsque quelque chose, dans la mine joyeuse du garçon, lui donna le courage de s’acharner.

- T’as un nom ?

D’accord, c’était la moins bonne question qu’il aurait pu poser, et Gil se renfrogna aussitôt. Mais la bouille en face de lui n’en sembla que plus réjouie, et ça l’intrigua davantage encore ; visiblement, il était tombé sur la perle rare…

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Loup, y es-tu ? [PV Nuha]   Mer 19 Fév 2014, 17:28

Peut-être que Nuhadu s'était montré un peu abrupt sur point ci, toutefois, ce qui était dit était dit. Après tout, c'était ce petit air de rigolade qu'il aimait beaucoup chez son maître. Il pouvait bien espérer que son interlocuteur s'attache aussi à la nature légère et moqueuse qu'il s'était si volontiers appropriée. Le risque de le voir s'énerver n'était pas à écarter, mais qu'allait-il bien pouvoir faire au jeune tressé alors même que la hauteur d'un mur les séparait ? Se serait-il osé à provoqué Libertée avec une si maigre sécurité ? Certainement pas ! A vrai dire, il savait que le meilleur moyen de bien s'en tirer avec elle était encore de sacrifier ses pauvres tresses à la cause. Personne au monde n'avait autant tiré sur ses cheveux emmêlé que cette folle au yeux improbables.

Alors bien sûr, il pouvait espérer que l'homme décide de partir plutôt que de s'attarder avec un clown impoli et puéril,bien que Nuha avait trop d'orgueil pour accepter ces qualificatifs, et c'était ce qui semblait devoir se produire, puisque l'homme semblait sur le point de l'ignorer simplement. Pourtant, que put-il bien passer pas sa tête ? Venait-il d'envisager le délicat fumé du jambon ? Il était certain, dans sa façon de regarder le chien, qu'il envisageait réellement la collaboration.

Un nouvel ami d'heureuse infortune ? Le marchombre ne pouvait s'empêcher de se réjouir à cette idée. Qu'y a-t-il de plus heureux que de se faire un ami ? D'autant que présenter de vrais excuses n'était pas impossible, du moins la morale du jeune homme l'y poussait fortement.

- Ton projet tombe à l’eau. M’étonnerait que ton gars veuille récupérer sa viande dans un tel état. Mais j’ai une idée qui devrait faire l’affaire…

De quoi, de quoi, de quoi ? Son marché comprenait-il de ramener aussi le jambon ? Maintenant qu'il y pense.. se contenter d'attraper le chien n'aurait pas d'intérêt pour le marchand.. Fichtre, c'est sûr qu'il ne va rien tirer de son travaille prit à la volé. Il aurait peut-être du passer plus de temps à négocier avant de s'élancer comme une tête brûlée. Que lui restait-il comme options alors ? Écouter l'homme ? L'avait-il vraiment pardonné de leur accidentelle rencontre ? Après tout, que risquait-il de plus qu'un coup de poing ?

Voler du jambon.. Il pourchassait un voleur un peu plus tôt, et voilà qu'il en devenait un. Non pas qu'il n'ait jamais volé.. il avait bien du emprunter deux trois choses auparavant.. Par exemple Kishi, il ne s'est toujours pas inquiété de savoir si il manquait à quelqu'un à l'Académie.. Mais il a si peu envie de se débarrasser de ce splendide flemmard.
M'enfin, voler juste par gourmandise devait-être une première. Heureusement, il pouvait se consoler en se disant que l'homme ne semblait manquer ni de marchandise, ni d'argent. Il ne sentirait peut-être pas la différence ! L'estomac de Nuhadu, lui, la voyait déjà cette succulente différence.
Toutefois, le plan lui paraissait presque trop simple pour fonctionner. Il lui suffisait de parler et l'homme s'occuperait du larcin ? Il avait presque était tenté de lui dire que son pas était sans doute plus silencieux que le sien.. mais pourquoi pas lui dire tout de suite qu'il est un marchombre ? Ce n'est pas comme si la plupart des gens se faisaient de fausses idées sur les amoureux de la liberté. On disait par ci que c'était des voleurs, par là des assassins, globalement des hors la lois et des fauteurs de troubles.. Et vu ce qu'il allait faire, ça ne démentirait pas tant la chose. Pourtant.. combien peuvent réellement appréhender ce qu'est un marchombre ? Bien trop peu.

Toutefois, le plan de l'homme n'était sans doute pas si mauvais.. Y avait-il plus bavards et baratineur que Nuhadu ? Sinon peut-être Roy, mais celui-ci on aurait manqué de le détail le plus important de la mission et aurait marchandé une histoire contre une belle pièce de choix. Ce qu'aucun marchand n'aurait accepté de faire ! Et avant même que .. il faudra songer à demander son nom au voleur .. son ami n'ait pu se saisir d'un bout de viande, une violente dispute aurait mis tout le marché sur ses gardes. Enfin bref, il devait essayer de focaliser l'attention de l'homme.

Et c'est ce qu'il fit avec force de talent. Tout d'abord, il fallait une accroche, elle était aisée à trouver. Un chien voleur de jambon qui détalait dans la ville. Bien sûr, le marchand était devenu suspicieux de le voir revenir sans lui. Eh bien...


-Croyez le, croyez le pas, ce fichu chien m'a fait courir sur une bonne partie de la ville. Et vous savez ce que c'est, avec tout ce monde qui circule par ci par là, ça n'a pas été facile de le poursuivre. Oui oui, j'y arrive ! J'ai tout de même fini par le coincer dans une impasse, mais là les choses ont tourné au jus d'enjoleuse. Ce n'était pas un grognement qui m'a accueilli, mais quatre ! Pas moins de quatre de ces bêtes qui avaient élu domicile dans le coin, et une sacré bande de chapardeurs qui plus est. Je sais pas ce que font les gardes, mais à ce rythmes  c'est une meute de chiens errants qui s'en prendra à votre étalage.
-Tu te ficherais pas de moi gamin?

Fallait-il déjà le confesser ? Pas sûr que le bonhomme en eut fini avec l'affaire, autant broder encore un peu, non ? L'air le plus innocent du monde s'emparait donc de Nuhadu tandis qu'il ajoutait d'une voix légèrement offusquée.

-Je l'avais bien dit que vous alliez pas le croire, faut dire que derrière votre jolie place toute faite sur le marché, vous n'avez plus conscience de ce qui se passe dans les bas quartiers ! Eh bien fiez vous à vos illusions ou écoutez ceux qui y sont passés, à vous de voir! Dans le pire des cas, vous ne perdez que vos jambons à me traiter de menteur.
-Allons, ne nous emballons pas. Je ne voulais pas remettre votre parole en doute, c'est juste que.. c'est une étonnante histoire.
-Cette broutille ? Vous n'avez encore rien entendu ! Figurez-vous qu'un jour ..

Par quel miracle s'était-il laissé embobiné ? Voilà que le marchombre pouvait lui raconter n'importe quelle aventure sans queue ni tête, et l'homme ne s'osait plus à le contredire. A vrai dire, le flot continu d'informations inutiles l'en empêcher merveilleusement. C'est toutefois quand il en vint à une histoire d'Ours élastique, aussi cuisante dans son esprit que vrai.. malheureusement, qu'il aperçu son nouvel ami.. qui s'en allait le plus naturellement du monde. Déjà fini ? Que voulez-vous,  le jeu de conteur plaît particulièrement à Nuhadu.
Étrangement, son interlocuteur ne le retint pas quand il lui fit ses adieux à la va-vite. Au contraire, sans doute ne voulait-il plus entendre parler de lui ou de ses histoires. Ce que les gens pouvaient manquer de curiosité parfois, c'était navrant.
L'air de rien, mais tout de même un peu pressé (qui aimerait se faire voler le jambon sous le museau, hum?), le marchombre suivi son ami et remonta à ses côtés au détour de la première ruelle venue. Cela aurait été bête d'attirer l'attention du marchand sur ce joli jambon que tenait le mal-rasé. Diable, il lui fallait son nom ! Non pas que ça le gênait de lui trouver des qualificatifs, mais surtout que ça enlevait à toute la crédibilité qu'il voulait bien lui donner. Eh bien oui, cet homme qui semble bon pisteur et habile voleur (et sans doute redoutable bagarreur) méritait qu'on pense de lui décemment. Toutefois, sa mise n'était pas pour aider Nuhadu, dont l'esprit moqueur avait été exercé par son maître vénéré.


-Et si on prenait un verre d'abord, histoire de conclure cette petite affaire comme il convient?

Un bon verre ? Après tout, tout avait commencé autour d'un verre renversé, ce serait bien la moindre des choses qu'il lui en paie un.. Peut-être même deux, au vu de ce qu'il lui avait fait par la suite.

-C'est moi qui invite. A la condition toutefois que tu arrives à boire ton verre cette fois!

Peut-être cet homme avait-il le sens de l'humour, peut-être était-il patient, peut-être autre chose. Dans tout les cas, son sourire n'en perdit pas de sa superbe. N'oublions toutefois pas que les sourire sont interprétables de bien des manières.. Et cachent bien des pensées aussi.

-Très bien...

L'homme cherchait-il ses mots ? Étrangement, il n'en avait pas l'air. Peut-être était-il juste un peu perturbé par les événements. Ou bien Nuhadu avait une tresse de travers ? Un léger mouvement du crâne lui appris que, si tresse de travers il était, elle devait pas l'être tant que ça. Ça pendouillait gentiment comme il fallait, le problème était sans doute ailleurs.

-Très bien...

Juste très bien ? Il avait pourtant l'air d'avoir quelque chose à dire au début.. n'était-ce là que façades ? Oh, bien sûr, Nuha aurait pu intervenir pour couper à ce micro-silence pesant, mais sur le coup il n'en avait pas plus à dire. Ben oui, c'est l'homme de la broussaille qui commençait une phrase, il s’apprêtait à devoir juste répliquer.

-T'as un nom ?

-Ouaip.

Le silence revenait et Nuhadu sirotait son verre. C'était une bière sympathique mais sans plus. En même temps, la bière c'était pas tant pour le goût que pour se l'enfiler direct dans le gosier. Toutefois, une petite pensée dans la tête du marchombre lui dit qu'il avait sans doute assez jouer avec les nerfs du monsieur. Il ferait bien de se montrer un peu sociable non?

-Je m'appelle Nuhadu. Et toi ?

Diable, que c'était dur. Ce n'étaient pas les affreuses répliques qui manquaient. Il avait bien failli lui proposer un nom au hasard ou ajouter quelques balivernes. Ne devrait-il pas éteindre son cerveau un moment et laisser les choses se dérouler normalement? Ça pourrait lui éviter de se prendre ce fameux poing dans la face.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 952
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Loup, y es-tu ? [PV Nuha]   Lun 03 Mar 2014, 18:28

- Gil.

Dis-moi, ça t'arrive souvent de traquer les chiens paumés de la ville ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Loup, y es-tu ? [PV Nuha]   Mar 04 Mar 2014, 08:51

-C'est drôle, je me demandais si ça t'arrive souvent de te montrer rancunier. Mais puisque je suis un jeune homme bien élevé, je me contenterais de te demander si on va bientôt partager ce jambon. Je ne sais pas pour toi, mais ces histoires m'ont donné grande faim!

[J'ai pas pu m'en empêcher *-*]

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 952
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Loup, y es-tu ? [PV Nuha]   Mar 04 Mar 2014, 17:27

- Rancunier ?

(Un rictus se dessine sur les lèvres de Gil)

Tu n'as pas idée... En fait, je ne sais pas ce qui me retient de t'étouffer avec ce jambon. Trop d'audace tue l'audace. Et puis d'un autre côté, si je commets un meurtre en plein jour et dans un lieu public, je vais encore avoir des ennuis...

(Fait mine de réfléchir intensément puis repose son regard vairon sur son interlocuteur)

Vas-y alors, entame donc ce jambon puisque tu as l'air d'y tenir.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Loup, y es-tu ? [PV Nuha]   Lun 10 Mar 2014, 08:41

Il était inquiétant ce Gil et ce n'était pas seulement à cause de sa manière brute d'accueillir les accidents tressés ou son air de sauvageon civilisé. C'était un homme qui semblait comprendre l'humour et l'utiliser soigneusement et finement, du moins c'était ce qu'espéré un peu Nuhadu en voyant ce sourire qui ne devait pas faire partie de ses plus beaux. Et puis, il semblait avoir des idées plutôt curieuses, tant et si bien qu'il n'était pas difficile de l'imaginer dans ces fameux ennuis. Et puis, s'il était moitié aussi bon voleur que Nuhadu ne le pensait, il y avait des chances pour qu'il s'y soit beaucoup exercé. Ça ne devait pas l'aider à éviter les ennuis.
Au moins, il eut la bonne volonté de ne pas l'étouffer avec le jambon et même la gentillesse de lancer les festivités. Il fallait bien peu pour rendre un jeune homme heureux, de la bonne nourriture et de la boisson, ou une Lacrya dans les bras. Bon, cela ne devait pas être exactement la même définition pour tout les jeunes hommes, mais l'estomac était une certitude universelle.

Le couteau du marchombre fait un travail rapide en coupant de belles tranches du jambon si fastidieusement gagné. Il note tout de même le regard pincé de la serveuse quand elle passa à côté de leur table, mais ils avaient déjà commandé à boire, elle ne pouvait les forcer à manger les produits de la taverne tout de même. Aurait-elle essayé qu'il aurait été difficile de convaincre Nuhadu de se retenir plus longtemps. Voilà des heures qu'il bavait de goûter cette merveille.
Dès la première bouchée, il fond de joie. Ce que ça pouvait être bon tout ça !

-Rien n'a plus de goût que la nourriture durement et honn.. hum, bref, c'est bon.

Il avait en effet des doutes sur la partie honnête de cette acquisition, mais il n'en montrait pas plus de remords que celui de ne pas pouvoir sortir cette phrase fétiche de son bon vieil ami Roy. Mais ça ne suffisait pas à nuire au goût. Cette merveille aurait bien mérité d'être achetée, mais par les temps qui courent Nuhadu n'était pas très bien munis en argent.

-Au fait, tu m'avais l'air d'aimer les bêtes. Au premier coup d'oeil, on se douterait pas que tu puisses te montrer indulgent et chaleureux ! Sans vouloir te vexer bien sûr.

Ce qu'il oubliait de souligner, c'était les circonstances dans lesquelles il avait donné son premier coup d’œil. N'importe qui pourrait paraître effrayant dans ce genre de situation, encore que peut-être pas autant. Ce Gil avait tout de même l'art de menacer les gens, à croire qu'on lui renversait souvent des bières. Pourtant, lorsqu'il était avec le chien, il avait une toute autre allure. C'était un peu vexant parce que c'était cette bête qui les avait menés menés là dedans après tout !
L'important, au fond, c'est que le personnage ne soit pas comme les autres.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 952
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Loup, y es-tu ? [PV Nuha]   Mar 11 Mar 2014, 17:40

Nuhadu ne se fit pas prier. Il sortit un couteau ouvragé et se mit à découper quelques tranches avec application sous le regard mi-amusé, mi-agacé de Gil. Qui ne pouvait s’empêcher de comparer ce garçon à une autre tête brûlée. S’il était peu probable que Kaünis passe son temps libre à poursuivre des chiens, il l’imaginait bien tenir tête à plus grand et plus méchant qu’elle. Comme ça, sans raison particulière. Juste parce qu’elle en avait envie. Ça y est, songea Gil en caressant distraitement ses poignets à l’endroit où jaillissaient ses aiguilles. Je recommence à divaguer. Ça lui arrivait souvent ces derniers temps et il était clair que la solitude profonde dans laquelle il s’était enlisé y était pour beaucoup.

Voilà pourquoi il se retrouvait assis dans une taverne, en train de partager un jambon volé avec un gamin qui portait des tresses et doté d’un sens de l’humour particulièrement développé. Pas du tout au programme, ça, et pourtant Gil devait reconnaitre que ce répit était plutôt agréable. Rien à voir avec la compagnie de Libertée, mais celle de Nuhadu avait quelque chose de… rafraîchissant. Ou bien alors c’est lui qui vieillissait. Repoussant énergiquement cette idée, l’Envoleur regarda son compagnon de table avaler une énorme bouchée avec cet air extatique que les gamins de cet âge ont lorsqu’ils grignotent quelque chose.

- Rien n’a plus de goût que la nourriture durement et honn… hum, bref, c’est bon.

Gil coupa un morceau de jambon et savoura une première bouchée en hochant la tête. C’est bon.

- Au fait, tu m’avais l’air d’aimer les bêtes. Au premier coup d’œil, on se douterait pas que tu puisses te montrer indulgent et chaleureux ! Sans vouloir te vexer bien sûr.

Tu parles trop, gamin…

- Je ne suis pas indulgent et chaleureux, répondit Gil en attaquant une seconde tranche.

Sinon, pourquoi est-ce que j’aurais fait tant de mal à Naïs ? songea-t-il tristement en coulant un nouveau regard vers la jolie serveuse. Il avait beau savoir qu’il avait pris la bonne décision, il ne pouvait s’empêcher de regretter le vide béant qui était apparu dans son cœur. Naïs n’était pas facile à oublier.

- Les bêtes ne m’intéressent pas, poursuivit-il, encouragé par un regard de Nuhadu. Simplement, elles ne sont pas difficiles à comprendre…

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Loup, y es-tu ? [PV Nuha]   Jeu 13 Mar 2014, 08:51

Les paroles de ce Gil, bien que peu abondantes, avaient tout de même le mérite d'en dire long sur sa personne. Bien plus long que ce qu'il en disait car, qu'il le veuille ou non, il était au moins assez indulgent pour oublier le malencontreux accident qui avait conclu leur rencontre. Après, de là à le dire chaleureux, s'il ne l'avait pas vu avec ce chien, l'idée ne lui serait jamais venue. Alors, y avait-il un monde entre comprendre les bête et les aimer ?
Oh mais, peut-être que ce n'était pas là le fond de l'affaire. Rien que d'y penser, Nuhadu en relevait le regard avec un large sourire. Que voulait-il dire par « elles ne sont pas difficiles à comprendre » ? Il y avait là comme l'ombre d'un regret ou peut-être d'un reproche. Ce grand et mystérieux Gil pouvait-il avoir rencontré des soucis de compréhension avec l'homme ? Cela pourrait expliquer sa morgue, non ? Et, à l'en voir reluquer la serveuse avec insistance, serait pas étonnant qu'il soit un coureur de jupon celui là.
Ou bien.. Nuhadu se faisait des idées ? Mais c'était déjà trop tard, il était parti dedans.

-J'ai comme l'impression que t'en as à me raconter toi ! Qu'est-ce qui différencie les hommes des bêtes, hum ? Je suis sûr qu'y a au moins une femme derrière tout ça ! Rien ne vaut un joli minois pour nous faire perdre le nord, c'est Roy qui le dit donc c'est pas forcément faux. Après, de là à dire si c'est vrai, ça ne dépend plus que toi, pas vrai ?

Le regard du marchombre se fige soudain dans un air de pur étonnement. Sa main glisse sur la peau de son menton d'où naissent de rares et minuscules poils qu'il ne pouvait qu'appeler duvet sans  pouvoir lui accorder plus d'intérêt.

-Mais.. ça veut dire que les femmes aiment les hommes poilus?

Aurait-il plus de succès auprès de Lacrya s'il venait à avoir plus de barbe ? C'était mal parti, il n'était pas réputé pour sa barbe touffue et pour cause, cela ne semblait pas vouloir se développer. D'un autre côté.. il s'aimait bien comme ça.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 952
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Loup, y es-tu ? [PV Nuha]   Mer 02 Avr 2014, 22:08

- Qu'est-ce que tu connais des femmes, minus ?

(Ton légèrement railleur)



[Rooh, toute cette attente pour ça, j'ai honte... Et en même temps, Gil n'est pas réputé pour être loquace. Héhé, ça me sauve >.<"]

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Loup, y es-tu ? [PV Nuha]   Mer 23 Avr 2014, 17:34

-Eh bien.. Je sais que se sont des tricheuses qui trouvent toujours d'avoir le dernier mot ou de tirer sur une tresse. Bien sûr, on peut toujours essayer de lutter, mais j'ai l'impression qu'il vaut mieux pas, tu ne pense pas? Après, j'ai peut-être la mauvaise habitude de croiser des femmes de caractère. Ou bien c'est moi qui n'arrive pas à les suivre. Mais pour en revenir à nos moutons, tu comptes faire attendre cette pauvre fille encore longtemps? Des regards comme ça ne trompent personne tu sais!

(Un petit coups de menton vers la serveuse et un sourire carnassier sur les lèvres.)

[Désolé pour l'attente!]

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 952
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Loup, y es-tu ? [PV Nuha]   Sam 03 Mai 2014, 16:17

Cette fois, Gil jeta un coup d’œil perplexe à son jeune interlocuteur. Tricheuses ? Quel genre de femme côtoyait donc cet énergumène ? Non, ce n’était pas de cette façon qu’il les voyait. Iselle, Naïs, Libertée, chacune avait un caractère radicalement différent – à se demander s’il avait réellement une préférence pour un type en particulier ! – mais aucune n’avait jamais triché. Anee était peut-être la seule qui n’avait pas été tout à fait honnête avec lui ; d’ailleurs, la blessure ne s’était jamais complètement refermée… et pourtant, il n’était pas certain de vouloir lui attribuer ce qualificatif. Pas alors que dans toutes ces situations, c’est lui qui avait trouvé le moyen de tout ruiner ! Voleur, tricheur, roublard… Cabochard !

Nuhadu se perdit alors dans ses déblatérations sans queue ni tête – il semblait réellement obsédé par les tresses, au point que ç’en devenait légèrement effrayant – et Gil se dit qu’il n’était peut-être pas le seul cabochard de la planète. Le genre de prise de conscience à la fois grisante et terrifiante, qui le laissa étrangement songeur.

- … tu comptes faire attendre cette pauvre fille encore longtemps ?
- Hein ? sursauta Gil.
- Des regards comme ça ne trompent personne tu sais !

Gil regarda la serveuse, qui disparaissait derrière le comptoir, puis Nuhadu, puis de nouveau la serveuse. Qui ressemblait à Naïs. Vraiment beaucoup. Enfer… Désemparé, l’envoleur se passa une main sur le visage. Il était épuisé, voilà tout. Des semaines de galère et de franche solitude, de recherches qui restaient au point mort, et une monstrueuse culpabilité qui n’arrangeait certainement pas son affaire : résultat, il se retrouver à faire – et à penser – n’importe quoi. Pourquoi serait-il en train de partager un jambon avec un gamin déluré et bavard comme une pie, sinon ?

- Ce n’est pas ce que tu crois, commença-t-il avant de jeter un regard piteux à sa chope.

Il avait besoin d’une bonne dose d’alcool…

- Cette fille ressemble juste à une autre, que je connais… heu, très bien. La mère de mon fils.

Et voilà, il l’avait dit.
Du coup, la serveuse lui paraissait bien pâle en comparaison de « la mère de son fils », et il se mordit la lèvre pour refouler la brusque vague de colère qui menaçait de le submerger. Non, Naïs n’avait pas triché, c’est lui qui avait préféré la fuite – encore une fois… Et il accusait le coup. Quel enfant pourrait bien vouloir d’un père comme lui ? Agacé – et bien plus triste qu’il ne le pensait –, Gil se leva soudain. Son regard croisa celui, plein de malice et de curiosité, de Nuhadu. Celui-là, c’était une tête brûlée, une vraie, celles qui méritent d’aller loin ; il espérait juste que le hasard lui avait donné de meilleures cartes que celles qu’il possédait.

- Désolé, marmonna-t-il, je dois y aller.

Il allait tourner les talons et disparaître comme il savait si bien le faire, mais une impulsion le força à rester immobile, quelques secondes encore ; le temps de graver dans sa mémoire ce visage avenant, cette peau foncée, ces drôles de tresses et ce feu qu’il voyait briller au fond des yeux du garçon. Il ne voulait pas l’oublier. Cette conversation n’était pas terminée ! Il lui devait toujours une bonne raclée… Mais ce n’était ni le lieu, ni le moment, et Gil n’était décidément pas au mieux de sa forme pour ce genre de combat de coq aussi puéril qu’inutile. Alors il quitta l’auberge, laissant là le voleur de jambon et son larcin.

Et il s’enfonça de nouveau dans sa bulle de solitude.



[Réponse incroyablement médiocre - et encore, je suis loin du compte... ! Je n'ai tout simplement pas réussi à rebondir comme je le souhaitais, va savoir pourquoi. Si tu as une illumination, peut-être que ce Rp peut continuer encore un peu, ma foi... Mais là, je reconnais être à court d'imagination ! Fichtre ! Tu ne m'en veux pas trop ?]

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Loup, y es-tu ? [PV Nuha]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Loup, y es-tu ? [PV Nuha]
» Un simple POEME qui dit tant de notre SORT :Le loup et le chien
» On ne change pas un loup solitaire...[Lorelai & Linfa]
» Le loup de la gloire[PV la reine^^]
» Kit de loup

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Vor-
Sauter vers: