AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Et s'ils fêtaient Noël ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4386
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Et s'ils fêtaient Noël ?   Dim 22 Déc 2013, 19:52

Une fois n’est pas coutume : cette année, j’ai décidé de demander à mes chers protégés ce qu’ils pensent de Noël. Et surtout, je veux savoir ce qu’ils comptent commander au Père Noël ! De quoi une marchombre curieuse et pleine de vie peut-elle avoir besoin ? Qu’est-ce qu’un Envoleur mal luné et allergique au mot « bonheur » peut-il bien penser de cette fête qui conjugue à la perfection l’amour, l’amitié et la magie ? Comment une marchombre qui parcourt la Voie depuis longtemps envisage-t-elle de passer Noël ?

Ils sont têtus, harassés de fatigue en cette fin d’année ou bien alors fort occupés mais à eux trois, ils ne font néanmoins pas le poids face à ma curiosité légendaire. Et parce que des anecdotes aussi belles sont faites pour être partagées, je vous en propose la lecture, chers membres du fo’, en guise de petite friandise d’avant les fêtes. Une friandise qui se découvre, se savoure et fait plaisir mais qui n’a aucune prise sur la ligne alors… profitez-en !


Syn



santa


Contrairement à ce que j’avais imaginé, le premier de mes trois loustics à répondre à mon interview est Zoanne. Elle se présente à moi avec sa légèreté coutumière, sa douceur extraordinaire et son humour légendaire. Elle a bien sûr remarqué le panier de papillotes que j’ai posé sur la petite table qui nous sépare et, avant même que je la salue avec cette émotion qui m’étreint chaque fois que je rencontre l’un de mes personnages, elle a croqué dans un chocolat. Et en a dissimulé un deuxième dans sa manche.

Moi : Bonjour, Zoanne. Sont-ils bons ?
Zoanne : Salut ma toute belle. Tes friandises ? C’est un régal ! Je me demande pourquoi il n’y en a pas en Gwendalavir…
Moi : Ça s’appelle des papillotes, et si tu veux en importer chez toi, ne te gênes pas…
Zoanne : Avec joie ! Mais je crois que je vais éviter de les agiter sous le nez de mes compatriotes, comme je l’ai fait avec le 3MP…
Moi : MP3.
Zoanne : … que tu m’as donné. Le Thül à qui j’ai présenté ce petit bijou n’a pas apprécié l’effet produit par le son dans ses oreilles. J’ai eu un mal fou à l’empêcher de faire taire cet appareil avec sa hache !
Moi : Tu ne risques pas grand-chose à offrir une papillote à un Thül ! Zoanne, j’aimerai bien savoir ce que tu penses de Noël. Cette fête a-t-elle lieu chez toi ?
Zoanne : Noël ? Bien sûr ! Toutefois, ce n’est pas une tradition très ancienne. Je ne sais plus exactement quand a eu lieu le premier réveillon alavirien mais une chose est sûre, c’était juste après qu’un certain Pyer Til’Bottero a débarqué dans notre monde. La première fois que j’ai eu affaire à un sapin, j’admets avoir été perplexe. Et puis j’ai vu les guirlandes, les boules et les étoiles, et j’ai brusquement cessé de me poser des questions.
Moi : Pourquoi ?
Zoanne : Parce que c’était un instant merveilleux. Ce genre d’instant qui rend le silence magistral et plus magique qu’une parole. Parce que j’étais redevenue une enfant. Parce qu’un enfant, quand il voit quelque chose de merveilleux, il se contente d’absorber avec ses yeux, son cœur et son âme…
Moi : Et ton premier Noël ?
Zoanne : Je l’ai passé avec mon époux et Farandole, ma chienne, dans notre maison. Il ne neigeait pas – c’est si rare au bord de la mer ! – mais il faisait un froid polaire. Cela ne nous a pas empêché de nous asseoir dans le jardin, devant notre sapin illuminé par nos soins ! Je crois bien que ce soir là, mon mari et moi, nous sommes redevenus des enfants. Nous riions à en perdre notre voix, et ce n’était pas entièrement la faute de ce vin de noix que mon époux avait dégoté de sous les fagots de la cave… Même Farandole caracolait comme une folle. Jamais je n’oublierai ce premier Noël.
Moi : Crois-tu en l’existence du Père Noël ?
Zoanne : Pourquoi n’existerait-il pas ?
Moi : Et bien, pour commencer personne ne l’a jamais vu.
Zoanne : Dis-moi, as-tu déjà rencontré mon mari ?
Moi : Heu… non.
Zoanne : Peux-tu prétendre, alors, qu’il n’existe pas ?
Moi : Non.
Zoanne : Alors pourquoi le Père Noël n’existerait-il pas ?
Moi : Parce que c’est une légende ?
Zoanne : Dans ce cas, Elundril Chariakin non plus n’existe pas, et c’est dommage…
Moi : D’accord, j’ai compris : je fais fausse route. Je rectifie donc ma question : si tu rencontrais le Père Noël, que lui demanderais-tu ?
Zoanne : La permission de faire un tour dans son traîneau !
Moi : Vraiment ? Je veux dire… si tu pouvais lui demander n’importe quoi, ne lui demanderais-tu pas de soigner ta maladie ?
Zoanne : Si le Père Noël pouvait offrir n’importe quoi, il ne serait pas Père Noël, il serait un génie. Comme dans Aladdin (fais-moi penser à te rendre ton DVD !). Et même s’il était un petit peu un génie, jamais je ne lui demanderai de faire une chose pareille. Soigner ma maladie ? Alors que grâce à elle, je vis les plus belles années de ma vie ? Je préfère mille fois une balade en traîneau !
Moi : Un cadeau original, mais qui te ressemble tellement… Merci Zoanne, pour ta franchise et le temps que tu as accordé à cet entretien particulier !
Zoanne : De rien ma belle ! Ce fut un plaisir, comme toujours. Dis-moi…
Moi : Oui ?
Zoanne : Puis-je emporter quelques papillotes ?


Elle est repartie dans son monde avec mon panier sous le bras. La gourmandise est sans aucun doute son plus gros défaut, mais peut-on le lui reprocher ? Moi non ! Le deuxième personnage à faire son entrée dans mon petit salon est Gil. Je le détaille un instant tandis qu’il s’installe sur le canapé, les chevilles croisées sur la table et les mains derrière la nuque. Il est emmitouflé dans une épaisse cape de voyage et son air détaché ne duperait personne : mon Envoleur est frileux !

Moi : Bonjour, Gil. Fait froid, hein ?
Gil : Salut gamine. Tu parles, j’me gèle les miches depuis que je suis arrivé ici !
Moi : Il fait plus chaud en Gwendalavir ?
Gil : Non.
Moi : Tiens, prends un peu de thé, ça te réchauffera. Alors Gil, que penses-tu de Noël ?
Gil : Qui ça ?
Moi : Ha, ha, ha. C’est hilarant.
Gil : J’ai failli répondre « rien », mais je me suis dit que tu préférerais encore une touche d’humour à une pincée de dédain.
Moi : Pourquoi dédaigner Noël ? C’est une jolie fête, non ?
Gil : C’est surtout un événement commercial. Les rues d’Al-Jeit sont remplies d’étals de pains d’épices, de porte-clés, de gants et de bonnets en laine ! Noël, c’est la fête des marchands.
Moi : Alors, tu n’aimes pas cette nuit ?
Gil : Pas plus que les autres nuits.
Moi : Et le réveillon ? Les retrouvailles entre amis ? Les cadeaux au pied du sapin ?
Gil : J’ai pas besoin d’une raison particulière pour passer du temps avec mes amis.
Moi : Rabat-joie…
Gil : Oui, c’est ce que Lib’ dit aussi.
Moi : Vous allez passer la soirée ensemble ?
Gil : Possible… Je ne sais pas.
Moi : Quel cadeau voudrais-tu avoir ?
Gil : Un caleçon avec des canards dessinés dessus.
Moi : Gil…
Gil : Ben quoi ?
Moi : Un caleçon ? Des canards ?
Gil : Chacun ses goûts.
Moi : Certes… Encore une question : que projettes-tu d’offrir à Liberté ?
Gil : Une nuit particulièrement torride avec des chaînes, des menottes et des…
Moi : Stop ! Je vais finir par regretter d’avoir imaginé cet entretien, moi…
Gil : Et toi, alors ?
Moi : Moi ?
Gil : Qu’est-ce que tu penses de Noël ?
Moi : Je rêve, où tu es en train de renverser la situation ?
Gil : Contente-toi de répondre à ma question.
Moi : Très bien : il y a deux réponses à cette question, comme à toutes les questions…
Gil : Enfer, pas ça…
Moi : … celle du savant et celle du poète. Laquelle veux-tu en premier ?
Gil : Celle du poète.
Moi : Noël, c’est magique.
Gil : Je l’aurai parié. Et celle du savant ?
Moi : Noël, c’est magique.
Gil : Ha, ha, ha. Hilarant.
Moi : J’ai failli répondre « c’est tout ce qu’il y a de plus important » mais tu ne m’aurais pas davantage prise au sérieux.
Gil : D’accord, message reçu. Moins d’ironie, plus de magie. Ça te va ?
Moi : Je vais faire avec… Merci !
Gil : Pas d’quoi.



Il s’est éclipsé à la vitesse de l’éclair, comme s’il craignait que cette interview s’éternise. Parfois, je me demande si j’ai vraiment une quelconque autorité sur mes personnages… Je n’ai pas eu besoin d’attendre le troisième. Syndrell m’a sauté dans les bras et nous sommes tombées à la renverse. Heureusement, le canapé a amorti la chute…


Syn : T’en as mis du temps ! Qu’est-ce qui t’a empêché de me donner des nouvelles depuis si longtemps ?
Moi : Le travail, les impératifs de la vie, les…
Syn : Piètres excuses ! Tu n’as besoin que d’une bonne dose d’imagination pour venir me trouver et tu le sais très bien… Alors, on commence ?
Moi : Quand tu veux !
Syn : Je suis prête ! Non, attends… est-ce qu’il te reste des chipsopoulègrié ?
Moi : Je refais mon stock chaque fois que tu viens !
Syn : Merveilleux ! Voilà, c’est bon, tu peux y aller.
Moi : Première question : que penses-tu de Noël ?
Syn : C’est absolument génial ! Un ballet de couleurs, de chants et de flocons de neige… Dommage que cette fête n’aie lieu qu’une seule fois par an…
Moi : Tu ne trouves pas que cette fête est un peu trop commerciale ?
Syn : Quelle drôle d’idée ! L’amour des traditions, l’éclat des légendes, les rêves des enfants sont bien plus grands que la volonté des marchands ! Pourquoi ?
Moi : Pour rien, pour rien. Dis-moi, quel est le plus beau Noël que tu as jamais fêté ?
Syn : C’était il y a deux ans, chez les Kern. La famille de Ciel était au grand complet – autant te dire que ça faisait de l’animation – et nous avons fait la fête jusqu’au matin ! Le sapin était somptueux. Ciel avait dessiné des guirlandes de nuages et larmes de diamant pour en orner les branches. Il avait même ajouté de la poussière d’étoiles en guise de paillettes pour la touche finale. Un rêve !
Moi : Je veux bien le croire ! Et cette année, avec qui vas-tu le passer ?
Syn : Avec Erwan et Ylléna. Je vais me déguiser en père Noël et passer par la cheminée !
Moi : Non, c’est vrai ?
Syn : Ciel m’a aidé à confectionner mon déguisement. Il a fallu nous y prendre à deux fois parce que le premier costume, je l’ai déchiré par mégarde avec mes lames…
Moi : Bigre ! Une mission périlleuse… Et le cadeau que tu souhaites avoir cette année, qu’est-ce que c’est ?
Syn : Une selle neuve pour monter Vagabond. Mais je crois en avoir aperçu une dans la cave d’Erwan, alors il est possible que mon souhait soit bientôt exaucé… !
Moi : Veinarde ! Dis, je peux te demander un service ?
Syn : Bien sûr ! Que puis-je faire pour toi ?
Moi : M’aider à emballer mes cadeaux ! Je les avais placés là, bien en évidence, et l’idée de cette interview me semblait judicieuse mais ni Zoanne, ni Gil ne sont tombés dans le panneau !
Syn : Nom d’une chiure de mouche, t’es gonflée quand même ! Allez, donne-moi du ruban et du papier, que je m’occupe de ces paquets…
Moi : Tu es géniale.
Syn : Je sais, je sais…



Voilà, mes cadeaux sont enfin emballés et Syndrell est repartie chez elle avec deux ou trois paquets de chips et quelques canettes de coca. Il est temps que je me replonge dans mon travail et que… Mais qu’est-ce que je raconte moi ? Travailler pendant les vacances ? Sûrement pas ! Je vais plutôt continuer d’écrire les aventures de Syn, Gil et Zoanne, et partager au gré de formidables rps des moments inoubliables avec vous tous. J’espère que ce petit délire vous aura plus ravi qu’ennuyé et je vous invite, si vous en avez le temps et surtout l’envie, à en faire de même avec vos personnages ! Cuisinez-les donc un peu sur Noël, vous allez découvrir de jolies surprises, ou bien donnez simplement votre avis sur la question : si vos personnages fêtaient Noël, ça donnerait quoi ?

Quant à moi, je vous souhaite à tous de bonnes vacances et de très belles fêtes de fin d’année ! Puissiez-vous ar… Oui ? Monsieur ? Vous cherchez quelque chose ? L’interview sur Noël ? Oui, c’est bien ici, mais j’ai terminé les… Attendez une minute… Pierre ? C’est vous ?

Oui. C’est bien lui.
Et il ne compte pas s’en aller d’ici avant d’avoir croqué dans une papillote, bu un thé, deviné ce qui ce cache dans l’emballage de mes paquets et donné son propre point de vu sur Noël.

Mais cet entretien, je vous laisse le soin de l’imaginer…



rendeer

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Et s'ils fêtaient Noël ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Revenant de promenade...
» Je ne partageais pas toujours leurs points de vue mais ils étaient des civilisés
» [Les loups se retirent...] Courtes Jambes contre Loups Gris [Prio : Aetius]
» Secret entre guerrier [ Rêve Sombre ]
» Quel est votre style de musique ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: Hors RPG :: Autres-
Sauter vers: