AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Une majorité de membres prennent un an !

En ce début d'année, merci de consulter ce sujet !

Si d'ici deux semaines, vous n'avez pas ajouté l'année à votre personnage,
vous serez sorti de votre groupe.
Si d'ici un mois cela n'est toujours pas fait, cela sera un avertissement !


Seuls les derniers inscrits (depuis Septembre 2017) ne sont pas concernés,
donc n'oubliez pas de poster pour nous notifier de vos modifications !



Partagez | 
 

 La déprime, une rencontre et le chaos... (RP Papi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 781
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 24
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: La déprime, une rencontre et le chaos... (RP Papi)   Mar 25 Fév 2014, 16:13

Syles regarda son faucon se posé et mordillé sa dernière proie avec appétit. Lui, il n'avait pas faim. Il avait eu une enfance d'enfer dans le bon sens... Les frontaliers était de dur professeurs mais ils respectais les bons élèves. Son adolescence par contre avait été un désastre... Sa mère était morte alors qu'il n'avait que quinze ans et si les autres frontaliers avait été prévoyants et avait même pourchasser les brigands responsables de ce crime, son père, lui, été entré dans une bouteille de whiskey et n'en était jamais ressortit. Le fière et fort frontalier était devenu plus mou qu'une vieille pièce de tissus. Déshonorer, il avait quitté la citadelle pour Al-Far, pire ville de l'empire, puis c'était installé dans une maison décrépit au fond d'une allée pour cuver son alcool. Syles avait vécu 2 ans d'enfer, puis avait finalement trouver sa liberté auprès de Jace, son vieil ami. Maintenant que Jace était surement mort, Syles ne savait plus quoi faire de lui même. Il but une rasade d'eau et continua de manger le peu de pain sec qu'il lui restait, il devrait bientôt chasser...

Après son repas, petit mais plus que suffisant, il se cala sur une racine de l'arbre auquel il était adossé, plaçant sa main sur la garde de son épée par la même occasion. Bien sûr, son faucon le préviendrais d'un danger, mais il préférais rester prudent... Il ne savait pas pourquoi, mais il avait l'impression d'être au bord d'un gouffre et il ne pourrait jamais y jeté un pont tout seul. Il espérait seulement ne pas déjà être tombé dedans.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Papillon Til'Maavon
Groupe Heyz
avatar

Nombre de messages : 863
Citation : La véritable Liberté ne peut être offerte que par le Chaos.
Date d'inscription : 06/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Peut transformer ses poils en écailles
Signe particulier: est accompagnée d'un écureuil roux, Fileaps

MessageSujet: Re: La déprime, une rencontre et le chaos... (RP Papi)   Ven 28 Fév 2014, 00:21

Cela faisait quelques jours que j'étais en route.
En route vers le Domaine. Oui, je m'étais finalement résolue à reprendre, plus d'un mois après la fin de mon apprentissage, le chemin qui menait au centre des envoleurs. Entre temps, je m'étais élancée hors de la jungle pour réfléchir, longuement, sur la fin de ce cycle et le début d'un nouveau, et sur la direction que je voudrais lui donner. J'avais en outre sauvé un homme de la noyade quand il était tombé de l'Arche, sur le Pollimage, puis l'avais accompagné chez les rêveurs pour qu'il puisse se remettre de ses blessures.

Ce changement d'attitude, à savoir altruiste, quoiqu'éphémère, m'avait permit de méditer sur ce que je voulais, mes choix, ma vie, et m'avait fait me rendre compte de l'importance de la nuance. Je pouvais être parfois sadique et parfois douce, parfois serviable et parfois criminelle. Le tout était de savoir ce que je voulais, et de ne rien regretter. Puis, après moult péripéties, j'avais laissé l'amnésique et repris le chemin du Domaine.

Il y a une heure que j'étais enfin entrée dans Ombreuse.
Et par les raïs, qu'est-ce que ça faisait du bien ! J'avais la satisfaisante impression de retrouver mon chez-moi après de longs mois d'absence –ce qui était le cas, en un sens ! Tout à coup, une boule de fourrure rousse déboula des fourrés. Sans m'arrêter de courir, je chopai l'écureuil au vol en riant, et en profitai pour lui voler un câlin. Il se laissa faire un instant, puis bondit sur mon épaule pour venir se planquer dans mon cou. Quel chenapan, celui-là.

Arrivée au Domaine, je filai par les cuisines pour prendre une galette de niam.
Ensuite, je passai rapidement par ma chambre pour y déposer mon lourd sac, puis je courus retrouver Myran, ma nouvelle monture, un étalon doté d'une robe pie overo café au lait absolument magnifique. Il resplendissait, comme à son habitude, et fut plus qu'heureux de me voir, ne m'ayant pas vu depuis presque deux mois ! Ses grands yeux aux nuances bleutés rayonnants d'intelligence me fixaient avec attention, attendant avec impatience l'heure de la balade. Je lui souris, incapable de lui résister...

Quand soudain, une chose me frappa.
Mais au fait... il n'est pas overo, il est tobiano... pie, quoi !
J'avais déjà eut un doute, mais à présent que sa croissance était terminée, c'était évident. Le blanc n'atteignait pas sa tête tandis que l'une des tâches blanches passait sur son dos... Bref, le vendeur s'était fichu de moi, mais comme il est mort, cela n'a plus grande importance. De toutes façons, je n'ai pas eut à payer pour ce cheval... le vendeur me l'a "légué", si l'on peut dire.

Et il est très bien comme ça, ce cheval.
À la rigueur, pie overo ou pie tobiano, peu importait.
Il était génial, il était magnifique et il était à moi, cela me suffisait.
Je partis chercher brosse, peigne, selle et mord, le nettoyait de fond en comble, enlevant paille et terre, puis le harnachai rapidement mais efficacement, avant de le mener dehors par la bride, et de l'enfourcher.

Je commençai par quelques mètres de pas.
Autant ne pas lui froisser un muscle, même si je suis sûre que les palefreniers l'ont fait sortir régulièrement. Puis, impatiente, je le mis au trot. Et c'est au galop qu'il se mit lui-même pour sortir du cratère de volcan au fond duquel le Domaine était logé. Cependant, je fus bien obligée de le faire passer de nouveau au trot pour entrer sous le couvert des arbres, sur un étroit sentir que je connaissais par cœur –comme presque tous les sentiers de cette forêt qui était, somme toute, ma demeure, ma maison, mon sanctuaire.

Fil', qui ne m'avait lâché à aucun moment, se posa alors sur la croupe de Myran.
Le cheval hennit légèrement, mais sembla finalement choisir de ne pas s'en formaliser. Quelques minutes de course de plus à travers les arbres en suivant le sentier minuscule me remirent plus droite dans mes bottes encore, que n'avait pu le faire ce mois de méditation passé à l'est de l'empire. J'étais enfin totalement à ma place.

Je fermai à-demi les yeux, et m'allongeai sur l'encolure de Myran.
Infiniment heureuse de retrouver toutes ces sensations trop longtemps oubliées.
L'odeur d'Ombreuse, de mon cheval, la sensation de ses muscles puissants qui nous propulsaient en avant, les bruits des oiseaux, celui du vent dans les hautes et sombres frondaisons. Tout naturellement, l'étalon passa au galop, et je choisis de surveiller la direction de sa course, au cas où. Soudain, je me redressai. Un silence tendu chez les gazouillis des oiseaux me persuada de faire passer Myran au pas.

Non loin devant, une silhouette, de dos.
Un homme, assit le dos contre la racine noueuse d'un arbre.
En train de manger. Un autre envoleur ? C'était plus que probable, cette forêt étant véritablement leur terrain de jeu. Je m'approchai en menant ma monture par la bride, sans chercher à cacher ma présence –pas avec ce balourd qui m'accompagnait ! Pour intelligent et fin qu'il soit, un cheval restait un cheval, autrement dit, pas discret.

À mesure que je m'approchais cependant, un doute germa en moi.
Le doute que la personne en question ne soit pas un envoleur, mais un banal habitant de l'empire. Ses mouvements... sa nonchalance affichée mais le fait qu'il ne m'ait pas encore vue ni entendue... et le fait qu'il n'ait pas le genre d'habit qu'on portait ici, surtout quand on était apprenti. Cela dit, il pouvait n'être apprenti depuis quelques jours, c'était même probable.

Dans le doute, garder une certaine distance.
Ce qui était parfois profitable, même en présence d'un véritable envoleur, d'ailleurs !
Surtout en présence d'un véritable envoleur. Je m'avançai vers lui, hésitante, un peu méfiante mais plutôt nonchalante, car je savais qu'il n'y avait pas de danger tangible ici, quand il se tourna vers moi. Il restait cinq mètres entre nous. Je m'arrêtai. Le regardai dans les yeux.

– Qu'est-ce que tu fais là ?

Ou, sous-entendu...
Qu'est-ce que tu fous là, "si près du Domaine" ?
Si jamais il tombait dessus par hasard, il se ferait découper en rondelles avant d'avoir comprit ce qu'il lui arrivait... à part si il était chanceux et qu'on le prenait pour un apprenti, mais l'illusion ne durerait qu'un temps. Car j'avais vraiment un doute sur le fait qu'il vienne du Domaine.

__________________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 781
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 24
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: La déprime, une rencontre et le chaos... (RP Papi)   Ven 28 Fév 2014, 02:47

Un bruit totalement normal pour Ombreuse. Le cris d'un faucon. Le cris de son faucon. Il le reconnaissais toujours. Syles fronça un sourcil. Quelque chose clochait. Il avait fait le cris d'avertissement pour un danger proche. Qui, ou quoi, pouvait échapper à la vigilance d'un faucon volant dans le ciel? Syles se retourna vers le cris pour tomber face à face avec une jeune femme d'environ son age.

– Qu'est-ce que tu fais là ?

Une question directe, mais avec une pointe de points de suspensions à la fin. Et puis quoi, encore? Cette clairière était la leur, à lui et à Jace, depuis deux ans... Leur repère secret, en quelque sorte. Syles tendit sa gourde à l'inconnue... La courtoisie demandais un verre et une bouteille d'où il ne buvait pas au goulot, mais il n'avais que sa gourde alors... Il attendit d'avoir ranger sa gourde après coup pour répondre d'un ton nonchalant.

- Bonne question, que je peux d'ailleurs te retourner. Encore que cette clairière est autant mienne que tienne, à moins que notre cher empereur ais décider de vendre Ombreuse et que tu sois l'heureuse propriétaire, au quel cas je m'excuse, les écureuils de gardes devait dormir sur les heures de travail. Sinon, je mange, je bois et je répond à une étrangère.

Courtoisie. Il aurait pu en mettre un peu plus dans ses phrases... Syles se releva avec une pirouette et une torsion des bras pour lui donné l'élan requis. Il se rappela soudain son faucon, surement pas loin d'attaquer l'étrangère trop proche de son maître. Il siffla trois fois et tendit le bras alors que le rapace arrivait en coup de vent pour se poser sur son vêtement qui le protégeais des serres de l'oiseaux. Il siffla pour lui signaler de se calmer en restant sur ses gardes et le flatta de la main gauche, sa droite étant prise comme perchoir. Il pris la parole de nouveaux en observant la bête qui semblait défier l'inconnue du regard. Il tendu sa main à celle-ci d'un geste maladroit, signe qu'il ne se présentait pas souvent.

- Désoler, je ne suis pas habituer au présentations. Mon nom est Syles et j'occupe régulièrement cette forêt depuis deux ans. Serais-je sur un terrain privé d'une façon quelconque?

Sa main droite, prise par le faucon, paraissais un handicap, mais à la vue des armes de l'inconnue, son entrainement partiel de frontalier lui était revenu en mémoire. Il avait finit la partie mains nues, c'était donc son meilleur point. Ses appuis changèrent imperceptiblement, une garde de combat presque indétectable pour qui ne la cherchais pas se mit en place et son faucon était près à s'envoler pour surprendre et tenter d'aveugler l’ennemie si un geste hostile se produisait. La jeune femme qui lui faisait face était dangereuse. Elle n'en avait pas l'air, mais tout les instincts de Syles le criait. Et il écoutait toujours ses instincts. Il attendit cependant de voir la réaction de la jeune femme, et de voir si elle avait remarqué sa garde. Il espérait juste qu'elle ne crois pas qu'il voulait attaquer.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Papillon Til'Maavon
Groupe Heyz
avatar

Nombre de messages : 863
Citation : La véritable Liberté ne peut être offerte que par le Chaos.
Date d'inscription : 06/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Peut transformer ses poils en écailles
Signe particulier: est accompagnée d'un écureuil roux, Fileaps

MessageSujet: Re: La déprime, une rencontre et le chaos... (RP Papi)   Mar 22 Avr 2014, 14:52

Je refusai gentiment la gourde qu'il me présentait d'un geste et d'un sourire.
Je ne le connaissais pas, et même s'il n'avait pas l'air très dangereux, je ne préférais pas boire dans une gourde sans savoir ce qu'il y avait dedans. Certains poisons étaient inodore et sans saveur, donc indécelables sur le moment.

Je haussai un sourcil.
Pourquoi se mettait-il en garde ? Il me rappelait moi, dans les premiers temps de mon apprentissage, toujours à chercher la bagarre. Enfin, je la cherchais toujours... mais pas contre quelqu'un contre qui j'étais sûre de mourir. Quel mauvais et bon instinct à la fois ! Bon parce qu'il parvenait à percevoir que j'étais dangereuse, et qu'il agissait en conséquence, mauvais parce que la majorité des envoleurs, voyant cette garde, l'attaquerait.

Mais moi, j'avais envie de jouer.
J'avais eut la confirmation que cet homme n'était qu'une proie de plus dans la froide et mortelle Ombreuse. Qu'aucun maître n'allait me reprocher de lui avoir cassé son apprenti, parce qu'il n'était pas apprenti. Et ça, c'était une bonne nouvelle. Les jouets sont toujours plus drôles une fois cassés...

Qu'est-ce qu'il était drôle, à parler en croyant que je l'écoutais !
Il parlait de forêt qui était à tout le monde, de sa légitimité à l'occuper, en ne sachant pas que nous étions l'illégalité même ! Le chaos contre l'ordre. Les mercenaires contre l'empire et ses soldats. Les mentaïs contre les dessinateurs, les sentinelles... Et les envoleurs contre les marchombres.

Et que nous éliminions tous ceux qui auraient pu témoigner de la présence de guerriers, de simili-marchombres ou d'un bâtiment inconnu à l'intérieur d'Ombreuse.

– Pauvre hère, seul dans cette forêt si pleine de dangers qu'il n'imagine même pas, qu'il a dû frôler encore et encore jusqu'à enfin tomber sur l'un d'entre eux... Tu ne sais vraiment rien de ce à quoi tu as "échappé" pendant deux ans ? Pauvre garçon... tout ce que tu trouveras ici, c'est la mort... ou la puissance... si tu es assez malin. Mais, au vu de ta façon de me parler, je doute que cette dernière option soit pour toi.

J'eus un sourire.
Je croisai tranquillement les bras.
Je n'avais aucune raison d'avoir peur de ce jeune homme.
J'étais sur mon territoire, je savais parfaitement comment faire jouer le terrain en ma faveur, j'avais toutes mes armes et étais en pleine possession de mes moyens.
Et puis... il n'avait pas l'air très dangereux.

– Et laisse-moi te prévenir... cette garde n'a pas beaucoup de chance de fonctionner. Tu es sur un tapis de feuilles détrempées, au premier coup que tu tenteras de me porter, tu glisseras dessus.

Je penchai la tête sur le côté.
Très amusée.

– Tu comptes rester dans cette position encore longtemps ? Si j'avais voulu te tuer, tu serais déjà mort, fis-je d'un ton guilleret.

__________________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 781
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 24
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: La déprime, une rencontre et le chaos... (RP Papi)   Mar 03 Juin 2014, 17:28

Syles savait, au fond de son esprit, que ce que la jeune femme disait était vraie... Après tout, il ne l'avait pas entendue approchée... Il haussa donc les épaules et s'écrasa de nouveau sur sa racine en croisant le jambes avant de répondre.

Et bien, pour quelqu'un qui ne semblait pas intéresser par mon discours, tu parle beaucoup... Remarque, moi, je m'en fiche, hein, mais si ce que tu dit est vrai, et que tu est la ''prédatrice'' alors, tu ne me laisseras pas partir en vie, encore que, comme tu l'as si gentiment stipuler, tu aurais pu me tuer avant ce qui veux dire que tu me garde en vie pour une raison... Et je n'en connais que deux qui expliquent un tel comportement. Sois tu crois que je pourrais t'être utile à quelque chose, ce qui n'est pas probable puisque je ne te connais pas, sois tu veux faire mumuse avec la ''proie'' en question avant de me tuer, ce qui expliquerait pourquoi tu as fait ton petit discours, c'était simplement destiné à faire peur, pour voir la terreur m'envaillir et, qui sais, peut-être même m'entendre te supplier? Mais bon, désoler de décevoir, je n'ai pas vraiment l'intention d'être une proie, encore moins de supplier et surement pas de mourir.

Syles ne pouvait pas se permettre de mourir, pas avant de s'être débarrasser de son père. Et donc, aussi suicidaire que c'était, il prépara dans sa tête des pleins d'attaque et de défenses au cas ou la jeune femme l'attaquait. Quant-à la douleur... Il n'avait pas peur de la douleur. Et puis, avec énormément de chance, la femme qui lui faisait face ne s'était peut-être jamais battue contre un adversaire utilisant une épée droite, ce qui lui donnerait l'avantage de la surprise... Après tout, le Sabre à lame légèrement courbé était beaucoup plus courant et se maniait bien différemment... Et il avait toujours son atout le plus secret: Son faucon. Le rapace ne prendrait pas longtemps à se lancer dans la bagarre si elle éclatait et très peu de gens pouvait se battre à la fois contre un homme et un oiseau... Il n'était cependant pas très étonner qu'il y ais d'autres personnes dans ombreuse... À près tout, Jace et lui y était venu pour sa réputation qui gardait l'empire loin... D'autres hors la loi pouvait avoir eu la même idée. Syles garda cependant son idée de départ: Il ne courrait pas et ne supplierais pas... Il ne lui donnerait pas ce plaisir. Tout sa haine pour son père remonta en lui, faisant briller ses yeux. Il ne supplierais pas, mais il ne se laisserais pas faire non plus. Si il devait mourir en proie, il le ferais en maudissant son père et, surtout, il ne mourrait pas sans se battre.

Hors RP:
 

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La déprime, une rencontre et le chaos... (RP Papi)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La déprime, une rencontre et le chaos... (RP Papi)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Alona] Le Début de la fin... (Arrivée du Chaos)
» Mercenaires du chaos vs gamines
» Prime et renom de l'homme au boomerang
» Haiti: Un chaos interminable (pour mieux comprendre)
» Ork vs chaos khorne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Forêt Ombreuse-
Sauter vers: