AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Mar 10 Juin 2014, 13:41

Partant au galop aux talons de la jeune Marchombre, Dolce ne put s’empêcher de sourire en secouant la tête de gauche à droite : Ylléna avait un drôle d’humour, ou bien peut-être était-il trop gâteux, il ne savait pas. Peut-être un peu des deux, après tout.

Singa hennit puissamment pour dire au revoir aux juments qui s’éloignaient, et trépigna sur place sous le coup de l’excitation. Puis, voyant que son cavalier lui désignait l’autre étalon, celui de Syndrell, à suivre, il s’élança de toute la longueur de ses jambes à ses trousses, pour le rattraper.
Il ne fit pas que le rattraper : il le dépassa.
Parce que Singa avait une morphologie de course et d’endurance, Vagabond, étalon frison, n’avait pas la conformation pour les pointes de vitesse et l’endurance au galop. Non, ses prédispositions étaient plus de l’ordre de la haute école, de l’attelage et d’une immense endurance au pas et au trot. Pas au galop.

Mais l’étalon pie-isabelle de l’Envoleur n’en avait pas fini, et il piqua une deuxième accélération alors qu’il était quelques mètres devant l’étalon noir. Dolce ne put s’empêcher de lancer un cri de satisfaction.


§§



Ils ne s’arrêtèrent que lorsque une petite rivière leur barra la route : les chevaux avaient besoin de boire et de faire une pause, aussi les humains en firent une également.

Dolce observait Syndrell.
Il se souvenait, la première fois où il l’avait rencontrée, petite Marchombre dans les immenses Plateaux d’Astariul. Puis, à Al-Jeit, émaciée et fatiguée. Pourtant, cette fois-là, elle l’avait blessé pour l’empêcher de la suivre… ce qui n’avait évidemment pas fonctionné. Etait-ce par pur esprit de contradiction qu’il avait suivi sa trace ? Non, évidemment. Mais à cette époque, si un flirt existait dans son cœur, cela n’avait rien eu à voir avec l’émotion si puissante qui l’étreignait désormais.

Lui n’avait pas peur de ses sentiments.
Leur voyage sur son Île lui avait ouvert les yeux, et montré à quel point la Marchombre comptait pour lui. Bien plus que tout le reste, bien plus que ce pour quoi il se battait auparavant, bien plus que lui-même. Pour éviter de la perdre, il devait rester lui-même, car c’était de lui qu’elle était tombée amoureuse. Sauf qu’il ne s’était pas rendu compte à quel point elle jonglait parmi ses émotions, à quel point ces sentiments devaient l’effrayer, au fond. Parce qu’elle ne l’avait jamais montré. Il n’avait jamais ressenti le moindre doute, mais elle… ? Sa crise de la veille faisait ressurgir des questions qu’il ne s’était pas posé depuis longtemps, qu’il avait préféré mettre dans un coin de sa tête pour essayer de les oublier, car en avoir les réponses ne changerait rien.

Les deux étalons s’étaient mis à brouter tranquillement, et l’Envoleur s’assit près de Syndrell. D’un geste tendre, il glissa l’une de ses mèches bleues derrière son oreille, et déposa un léger baiser sur ses cheveux. Inspirant son odeur, il se dit qu’il avait de la chance de l’avoir, finalement. Mais et elle, que pensait-elle ?

- Syndrell ? As-tu des doutes sur nous ? Sur moi ? Qu’est-ce qui te fait peur ? Pourquoi ne pas m’en avoir parlé avant ?

Il avait besoin d’en parler, simplement parce que si lui mesurait l’ampleur de ses sentiments et l’avait accepté depuis longtemps, il ne savait pas ce qu’il en était pour la Marchombre.

Peut-être était-ce à cause de leur différence d’âge ?
Elle avait peut-être besoin de voir du monde, un autre monde, peut-être qu’elle n’était pas prête à l’engagement. Peut-être qu’elle en avait peur, peur pour sa liberté si durement acquise, peur de l’avenir, peur de s’enfermer avec lui… Peut-être ne voulait-elle pas, tout simplement, aussi. Elle était jeune, plus que lui qui avait dépassé la trentaine et qui avait envie, et même sans doute besoin, d’engagement…

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4383
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Mer 11 Juin 2014, 12:29

[Youpi, c'est parti !!!  Very Happy ]




Lorsque Singa la dépassa à toute allure, Dolce sur son dos, Syndrell ne se fit aucune illusion : elle était incapable de rattraper une flèche pareille ! Mais se prendre au jeu, ça, c’était dans ses cordes. Piquant des talons les flancs de Vagabond pour le lancer au galop, elle se coucha sur son encolure et garda les yeux rivés sur l’arrière-train du cheval de tête. Son rire se mêla à celui de l’Envoleur, et son cri résonna longtemps dans les bois sauvages de la côte.

Syndrell souriait. Le jeu faisait battre son cœur à toute vitesse et la course lui donnait des ailes. Elle ne songeait plus qu’à rattraper Dolce – non, à essayer de le rattraper tandis qu’il chevauchait entre les arbres ; les sabots de Singa et de Vagabond soulevaient un nuage de poussière et de feuilles sur leur passage. Ils ne reculaient devant aucun obstacle, bondissant par-dessus les troncs couchés, virevoltant entre les rochers dans un rythme effréné. Les emportant toujours, toujours plus loin.





*



- Syndrell ?

Elle leva la tête et croisa le regard de Dolce, plus ténébreux que jamais. Ils étaient assis côte à côte dans l’herbe folle du sous-bois, à deux pas d’un court d’eau qui scintillait sous les éclats du soleil, multitudes de petites tâches de lumière dessinée par le couvert des arbres, au-dessus de leur tête. C’était un cadre idyllique, elle en avait bien conscience, et depuis quelques minutes son esprit s’égarait vers des pensées qui faisaient battre son cœur plus vite dans sa poitrine ; mais quelque chose, dans le ton de l’Envoleur, l’obligea à se concentrer uniquement sur ses paroles.

- As-tu des doutes sur nous ? Sur moi ? Qu’est-ce qui te fais peur ? Pourquoi ne pas m’en avoir parlé avant ?

Sa voix était grave et il conservait une expression impassible, probablement dans l’espoir de demeurer le plus neutre possible. Mais sa manière d’enchaîner les questions à toute vitesse trahissait son émotion. Syndrell non plus n’était pas très à l’aise. Jusqu’ici, leur relation s’était contenté d’être, sans limites ni contraintes, et sans point d’interrogation ; elle profitait du temps qu’ils passaient ensemble, se languissait lorsqu’il était absent et le laissait s’inviter dans ses rêves…

Une libellule aux reflets irisés virevolta au-dessus de l’eau, chassée par un coup de queue de Singa. Syndrell observa l’animal, distraite par un souvenir qui lui revenait brusquement en mémoire. Si tu prends un étalon, il risque d’être agressif en compagnie d’inconnus et d’inconnues, car tu seras son « harem »… Quand Dolce lui avait-il dit cela ? Aucune importance, seuls les mots comptaient vraiment. Le regard doré de la marchombre glissa à nouveau vers l’Envoleur, qui restait immobile, figé dans l’attente de sa réponse.

Etait-elle devenue son harem ? Indubitablement, leur relation avait pris un tour nouveau lorsqu’il l’avait emmenée sur son île, dans sa famille. Lorsqu’il avait entamé le rituel du Détenteur de son clan, elle avait compris, en sentant son cœur se serrer douloureusement, qu’elle était tombée amoureuse de lui. Selon toute logique, cela aurait dû l’effrayer, la faire fuir… mais elle s’était accrochée à lui comme si, désormais, sa vie dépendait de cet homme à l’humeur aussi changeante que le vert de ses yeux. En un sens, c’était le cas…


- Je n’ai jamais eu peur de toi, commença-t-elle après une profonde inspiration. Je ne sais pas si c’est normal, ni même si c’est une bonne chose, mais tu es la personne avec qui je me sens le plus en sécurité dans ce monde.

C’était vrai. Près de lui, Syndrell était parfaitement sereine. Elle savait qu’elle pouvait dormir des deux oreilles après une nuit d’amour parce que, tout épuisé qu’il était, Dolce veillait sur elle. Elle pouvait lui confier sa vie les yeux fermés.

- Je ne voulais pas m’énerver comme ça, hier. Vraiment pas. Et je crois pouvoir affirmer que la fatigue, l’inquiétude étaient en partie en cause. Mais, pour le reste… C’est de moi que j’ai peur, Dolce. Parce que je suis seule aux commandes, tu comprends ? Je dirige ma vie comme je l’entends depuis toute petite, et j’ai appris à ne plus accorder ma confiance à n’importe qui, sans doute parce que chaque fois que je l’ai fait, ça s’est mal terminé.

Elle ne rentra pas dans les détails, pas maintenant ; Dolce n’ignorait pas qu’il y en avait eu d’autres, avant lui. Ce qu’il ne savait peut-être pas, en revanche, c’est qu’elle ne parvenait pas à envisager ce qu’il pouvait advenir après.

- Et tu n’es pas n’importe qui. Tu te bats comme un lion pour me protéger, au péril de ta vie ; tu affrontes sans sourciller un marchombre parmi les plus grands de ce monde, parce que tu l’imagines être un rival ; tu prépare un chocolat chaud à une petite fille qui t’appelle « Maman-Dolce »… J’ai peur de moi parce que je suis incapable de te refuser ma confiance, incapable de t’envoyer balader alors que je ne supporte pas l’idée de te perdre…

Elle leva les yeux vers lui et planta son regard dans le sien.

- Est-ce que c’est mal, de douter de soi de la sorte ? Tu n’as pas peur, toi ?

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Jeu 12 Juin 2014, 09:23

Il attendait  la réponse de Syndrell avec tant d’émotions contenues qu’il se rendit compte à ce moment très précis à quel point il tenait à elle, et à quel point sans doute il ne pourrait plus continuer sa vie seul, sans elle. Impossible. Quelque chose dans sa poitrine se tordit, alors qu’il réalisait qu’il préférait mourir plutôt que de passer sa vie sans elle. Même si elle allait très bien. Ce qui était complètement différent de ce qu’il avait dit hier.
Parce qu’entre mourir pour quelqu’un et mourir à cause de son absence, il y a un monde entier. Un monde, qui s’était réduit à l’écart d’une pensée, à peine, et qu’il avait traversé en moins d’un dixième de seconde.

- Je n’ai jamais eu peur de toi. Je ne sais pas si c’est normal, ni même si c’est une bonne chose, mais tu es la personne avec qui je me sens le plus en sécurité dans ce monde.

Pourquoi n’aurait-ce pas été normal ? Ou une mauvaise chose ?
Parce qu’il était Envoleur ? Oui, peut-être, et qu’elle était Marchombre. Mais il était bien au-delà des voies du Chaos et de l’Harmonie, dans l’état actuel des choses. Bien au-delà des limites de la normalité, du raisonnable. Et puis, malgré tout, la fin de la déclaration de Syndrell distilla une chaleur agréable dans son ventre.

- Je ne voulais pas m’énerver comme ça, hier. Vraiment pas. Et je crois pouvoir affirmer que la fatigue, l’inquiétude étaient en partie en cause. Mais, pour le reste… C’est de moi que j’ai peur, Dolce. Parce que je suis seule aux commandes, tu comprends ? Je dirige ma vie comme je l’entends depuis toute petite, et j’ai appris à ne plus accorder ma confiance à n’importe qui, sans doute parce que chaque fois que je l’ai fait, ça s’est mal terminé.

Oui, il ne doutait pas que fatigue et inquiétude l’avait poussée dans ses derniers retranchements, ce qu’il ne comprenait pas par contre, c’était qu’elle ne se soit pas rendue compte avant, ou qu’elle n’ai pas voulu lui parler de ce qui la torpillait, au fond.
Faire confiance, ce n’est pas quelque chose d’aisé, il le savait parfaitement. Lui-même n’accordait sa confiance qu’à lui-même, au fond : car s’il avait eu confiance en Mala et son ancienne camarade, il n’avait pas hésité à les tuer malgré tout. Qui pouvait faire confiance à qui ? Parfois, on croit la confiance acquise, mais les gens n’ont pas les bons préceptes moraux… Et il faisait partie de ces gens, lui, au fond.

Dolce ne savait pas s’il pouvait faire confiance à Syndrell pour l’épargner si jamais ils venaient à réellement s’opposer. Mais il se savait par contre incapable de la tuer, lui. Rien que l’idée de lui faire du mal lui retournait le ventre, et il aurait préféré se laisser exécuter plutôt que de s’opposer à la Marchombre aux cheveux bleus.

- Et tu n’es pas n’importe qui. Tu te bats comme un lion pour me protéger, au péril de ta vie ; tu affrontes sans sourciller un marchombre parmi les plus grands de ce monde, parce que tu l’imagines être un rival ; tu prépare un chocolat chaud à une petite fille qui t’appelle « Maman-Dolce »… J’ai peur de moi parce que je suis incapable de te refuser ma confiance, incapable de t’envoyer balader alors que je ne supporte pas l’idée de te perdre…

Malgré lui, il ne put s‘empêcher de sourire : oui, il était plein de contradictions, mais pour lui il n’était pas compliqué à comprendre. Etre dans la tête d’un homme, généralement, c’était beaucoup plus simple que dans la tête d’une femme, il n’en doutait pas. Il y a juste un monde entre celui qui se comprend et qui sait ce qu’il est, et celui qui n’essaye même pas de se cerner lui-même.  

-  Est-ce que c’est mal, de douter de soi de la sorte ? Tu n’as pas peur, toi ?

A ces questions, l’Envoleur posa son regard dans celui de Syndrell, et s’y plongea intensément. C’était donc cela… et pourtant, elle en avait vécu des aventures, elle était Marchombre, en accord avec elle-même, et pourtant pas réellement certaine de ce que cachait son esprit dans ses coins les plus sombres.
Se penchant vers la jeune femme, Dolce passa son bras autour de ses épaules, et déposa un baiser sur le haut de son crâne.

- Non, je n’ai pas peur. Je n’ai pas peur, parce que je t’ai attendu plus de vingt ans, Syndrell Ellasian. Je n’ai pas peur, parce que j’ai préféré allumer la lumière pour voir ce qu’il se cachait dans l’ombre, et être certain de savoir. L’introspection aide beaucoup. La vie m’a permis de faire beaucoup d’instrospection…

Il prit une inspiration, ferma les paupières un instant, et se replongea dans l’abîme doré des yeux de sa dulcinée.

- Ce n’est pas mal de douter de soi. Ce n’est pas bien pour autant. C’est juste comme ça. Mais tu sais, se servir du doute pour avancer, ça ne marche pas seulement pour les capacités physiques ou la perception des autres ; ça fonctionne aussi avec soi-même.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4383
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Jeu 12 Juin 2014, 21:18

- J'ai pourtant l'impression de ne pas te mériter, parfois. Souvent... Peut-être parce qu'avec toi tout paraît plus simple. Regarde, tu n'as pas peur de me côtoyer alors que j'attire les ennuis comme des mouches. Et moi, je crains qu'un beau jour tu te rendes compte de cela, et qu'alors tu regrettes de ne pas avoir pris tes distances quand il était encore temps...

(Silence pensif, puis elle lève soudain les yeux vers lui)

Attends-tu quelque chose de moi ? Quelque chose de précis ?

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Jeu 12 Juin 2014, 21:45

- Tout ce que j'attends de toi, c'est que tu sois toi-même. Juste toi-même.

[ Sourit tranquillement, puis prend une grande inspiration ]

- Et je ne veux pas te faire peur, mais j'ai envie de passer le reste de ma vie avec toi.

[ Plante son regard dans le sien ]

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4383
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Ven 13 Juin 2014, 17:56

- Tu veux dire...

(Elle se racle la gorge)

Tu veux dire, être ensemble tout le temps ? Avec une maison, des enfants ?

(Elle baisse les yeux et pose une main incertaine sur son ventre plat)

C'est...

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Ven 13 Juin 2014, 18:13

[Lui prend les mains ]

- C'est comme tu veux, comme tu sens. C'est ta vie autant que la mienne, et je ne veux pas te faire peur. Si une maison et des enfants ça te dit, ça me dit. Si tu préfères continuer comme on le fait, ça me va. Je m'adapte, tant que je peux être avec toi .

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4383
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Mar 17 Juin 2014, 13:11


Syndrell avait l’impression que des papillons avaient élu domicile dans son ventre. C’était léger, léger, incroyablement doux ; jamais personne n’avait réussi à lui procurer de telles sensations, réalisa-t-elle en dévisageant Dolce avec une certaine stupéfaction. Cet homme avait envie de passer sa vie avec elle. Sans pression, sans promesse, simplement parce qu’il l’avait dans la peau. Il s’était exprimé d’une voix tendre et grave, comme pour lui prouver sa patience, pour lui montrer qu’elle avait le temps.

Le temps d’apprendre à vivre à deux.

Syndrell se leva et fit quelques pas vers l’eau claire. Dans son dos, Dolce restait silencieux. Il savait qu’elle avait besoin de temps pour formuler sa réponse, parce qu’elle détestait offrir quelque chose d’aussi précieux sur un coup de tête, dans l’urgence ; il la connaissait mieux que quiconque sur cette terre, et ça, c’était extraordinaire. Pour quelqu’un comme elle.

Quelqu’un qui n’avait aucune attache, qui n’avait pas appris à donner sa confiance gratuitement, qui avait perdu tant d’êtres chers dans son enfance. Qui incarnait la liberté par sa seule présence, vive et assurée, farouche et indomptée, jamais, ô grand jamais enfermée… Quelques hommes avaient essayé. Ils lui avaient parlé d’amour et d’engagement sans comprendre que Syndrell n’était pas faite pour fonder une famille. Pas encore. Pas avec eux.

Avec Dolce, c’était différent. Une porte qui s’entrouvrait sur un avenir lumineux et chatoyant, non pas figé dans une relation classique mais promis à une aventure pleine de rebondissements ; c’était ce qu’il lui proposait en lui laissant les commandes de cette invitation. La possibilité de les emmener là où personne n’était encore allé. D’explorer leur intimité comme nul ne pouvait l’imaginer. De l’aimer tout en restant elle-même : une fille un peu excentrique, pleine d’humour et d’énergie, de malice et de passion. Une fille aux cheveux bleus et aux yeux d’or.

Une marchombre.

Elle se tourna vers lui et croisa les bras sur la poitrine. Pencha la tête sur le côté comme elle le faisait si souvent lorsqu’elle s’apprêtait à lui jouer un tour. Sourit dans un éclat de soleil qui illumina son regard.


- D’accord, mon lapin, commença-t-elle malicieusement. C’est toi et moi, maintenant. Sans contraintes et sans limites, ça me va aussi.

Elle attendit d’avoir accroché son regard avant d’ajouter, en détachement soigneusement chaque syllabe :

- Pour l’instant.

La porte était ouverte, l’aventure commençait.
Et Syndrell souriait. En réalité, elle luttait pour ne pas se laisser déborder par les émotions qui nouaient sa gorge et contractaient son ventre. Dolce ne la quittait pas des yeux, elle mourait d’envie de se jeter sur lui, d’embrasser sa bouche si bien dessinée, la barbe qui ombrait ses joues et son menton, de mordiller son épaule, de goûter sa peau…

Elle s’exhorta néanmoins à la patience, parce que ce moment était unique : il venait de lui ouvrir son cœur, elle devait lui rendre la pareille. Avec les intérêts. Debout devant lui dans la lumière mouchetée du soleil, Syndrell décroisa les bras pour attraper la fermeture Eclair de sa combinaison de cuir. Elle savait l’effet qu’elle produisait chez cet homme parce que, quand il la regardait, son visage ne dissimulait pas les sentiments, les émotions qui le traversaient.

Elle aimait voir sa pomme d’Adam monter et descendre tandis qu’elle faisait lentement descendre la fermeture Eclair. Elle aimait voir son regard s’assombrir de désir. Elle aimait que son front se plisse dans une gravité intense, une concentration extrême, comme s’il s’efforçait de graver cette image en lui pour l’éternité.

Mutine, la jeune femme passa la pointe de la langue sur ses lèvres. La combinaison glissa sur ses épaules, puis ses hanches, terriblement doucement. Le frottement contre sa peau était une véritable torture, garder le rythme était presque douloureux mais Syndrell tenait bon. Lorsqu’enfin le vêtement souple tomba dans l’herbe, elle leva le menton et haussa un sourcil. Elle le défiait silencieusement.


*Montre-moi, Dolce. Montre-moi comment tu m’aimes pour la vie.*

Avec une lenteur calculée malgré le désir qui bouillonnait en elle, la marchombre s’approcha de lui. Elle s’installa sur ses genoux, les jambes de chaque côté de ses hanches, et enroula ses bras autour de son cou. Taquina ses lèvres des siennes et frémit lorsqu’elle le sentit dur et pressant contre son ventre. Glissant les doigts dans ses cheveux ras, elle l’attira à elle et l’embrassa.

Et comprit qu’elle ne pourrait plus embrasser personne d’autre.

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)


Dernière édition par Syndrell Ellasian le Mar 17 Juin 2014, 18:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Mar 17 Juin 2014, 14:43

Lorsque Syndrell le regarda, il vit les éclats d’étoiles dans ses yeux. Et lorsqu’elle s’éloigna, sans doute pour réfléchir, pour savoir quels mots utiliser – car les mots, dans ces moments, ont un pouvoir que l’on ne peut même pas mesurer – il se sentit soudain léger.
Léger, et terriblement vivant.
Une chaleur diffuse envahit son ventre, sa cage thoracique, tout son torse ; c’était comme plonger dans une eau chaude et délassante ; il se sentait bien. Mieux que bien : heureux. Heureux d’avoir pu dire ce qu’il pensait, ce qu’il vivait, à la femme qu’il considérait comme la femme de sa vie.

Elle était là, à quelques pas de lui, belle et farouche, vivante et libre.
Elle était si belle… et ses cheveux, échos à la rivière derrière elle ; et ses yeux, deux puits d’or magnifiques.
Mais ce qu’il préférait, c’était cet air malicieux sur son visage, cette moue qu’il connaissait bien, sa manière de pencher légèrement la tête comme à chaque fois qu’elle comptait lui jouer un nouveau tour ; c’était elle toute entière, avec sa personnalité si riche et explosive.

- D’accord, mon lapin. C’est toi et moi, maintenant. Sans contraintes et sans limites, ça me va aussi.

Sans contrainte et sans limite.
Il n’aurait pas formulé cela ainsi, parce que dans cet amour, il y avait un attachement tout particulier, cette perception de la possessivité que Syndrell n’aimait pas chez lui, mais que malgré tout elle pouvait comprendre. Parce qu’il ne voulait pas partager, elle devait ne pas vouloir non plus, si ?

Elle interrompit brutalement le fil de ses pensées.
Dans un geste fluide, elle venait t’attraper la fermeture qui permettait à sa tenue d’être si parfaitement en accord avec son corps ; et le petit bruit zippé tira un long frisson d’expectative à Dolce, remontant lentement le long de sa colonne vertébrale en diffusant une délicieuse chair de poule le long de son trajet.
Il en avait la bouche pâteuse, du mal à respirer régulièrement.
Déjà, tout son corps s’emballait, et son système nerveux aussi ; son cœur accéléra brutalement dans sa poitrine. Il avait une envie presque irrésistible de se lever pour l’attraper par la taille, descendre lui-même cette fermeture et butiner sa peau lentement, et sensuellement ; il voulait déposer ses lèvres dans le creux de ses seins, dans celui de son nombril et sur la courbe de ses reins ; il voulait attraper cette langue provocatrice entre ses dents et danser avec elle ; oui, il voulait tout cela à la fois.

La combinaison, ouverte, commença à glisser sur la peau de Syndrell, et lorsque la première épaule fut dévoilée, Dolce sentit le désir lui faire mal au ventre tant il était grand et pressant. Cette tenue de cuir épousait parfaitement ses formes, et pourtant sans, elle était encore plus belle, plus attirante, plus désirable. Cette peau de pêche qui l’attendait, lui tendait les bras, il pouvait sentir le frisson délicat qui y passa quand enfin le vêtement s’étala sur le sol.
Levant les yeux pour les planter dans ceux de la Marchombre, Dolce ne se rendit même pas compte du sourire béat qui avait métamorphosé son visage, non, ne comptaient plus que les yeux de sa bien-aimée, et cette tension entre eux.

Tension qui augmenta encore, si c’était possible, quand la jeune femme s’approcha de lui en louvoyant des hanches. Tension qui atteignit son apogée quand elle s’assit sur ses genoux, ses bras autour de son cou, ses seins effleurant à peine son torse.

Une tension sexuelle qu’il saisit et modela en attrapant les lèvres de Syndrell de ses dents, en arrachant précipitamment son pantalon pour s’emparer de ses hanches et s’enfoncer en elle, tremblant de désir et de plaisir.
Ses doigts remontèrent le long de sa taille, des courbes de son ventre, pour caresser sa peau, son décolleté, ses seins et attraper son cou, si tentant… Lâcha ses lèvres pour mordiller la courbe de son épaule, de sa clavicule, toujours en elle, mais immobile ; il voulait l’embraser comme elle l’avait embrasé, et il se sentait frémir lui-même à chaque caresse qu’il lui offrait.

Je t’aime.


§§


Allongé sur le dos, nu comme un vers, Dolce observait le ciel et le soleil qui se couchait à l’horizon.
Ses doigts allaient et venaient sur le ventre de Syndrell, profitant de sa peau et de son odeur, de ses formes si parfaites. Il se sentait… vidé.
Vidé, et heureux.

- La dernière fois, un gamin est venu nous embêter, tu crois qu’il va se passer quoi cette fois ?

Le ton rieur qu’il avait employé donnait le ton de la plaisanterie à sa petite boutade, et il se tourna pour pouvoir mieux blottir Syndrell contre lui.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4383
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Mar 17 Juin 2014, 19:43


Syndrell avait l’impression que son cœur allait éclater dans sa poitrine, tant il battait vite et fort. Elle respirait par à-coups à mesure que le désir se propageait comme une onde de choc au creux de son être ; la morsure sur ses lèvres, douce et brutale tout à la fois, acheva de lui faire perdre la raison. Par la Dame, cet homme-là avait l’art et la manière de la rendre folle ! Folle de désir, folle de lui, folle folle folle…

Elle ne contrôlait plus rien lorsqu’il entra en elle, les doigts enfoncés dans ses hanches. Sans doute aurait-elle des bleus après ça, mais c’était un détail qui, loin d’agacer la jeune femme, augmenta son plaisir au contraire : elle cria et enfouit son visage au creux de l’épaule de Dolce, se laissant transporter par son odeur masculine. Ferma les yeux pour mieux ressentir la saveur de l’instant et modifia ses appuis pour accompagner l’Envoleur dans ses mouvements.

Elle le sentit frémir lorsque, de la pointe de la langue, elle suivit la ligne de son cou. Il la tenait fermement et les muscles contractés de ses bras, de ses épaules, de son dos saillaient sous l’effort. Ses lèvres couraient sur sa peau blanche et y traçaient une ligne de feu. Agrippée à lui, Syndrell renversa la tête en arrière et cria son nom.

Encore, et encore.





*




- La dernière fois, un gamin est venu nous embêter, tu crois qu’il va se passer quoi cette fois ?

La voix grave et malicieuse de Dolce tira Syndrell de sa somnolence. Elle ouvrit un œil et vit s’agiter les feuilles d’arbres au-dessus de sa tête. Derrière se profilait les couleurs vives du couchant tandis qu’une brise fraîche soufflait caressait doucement sa peau nue. Traçait des arabesques sur son ventre. Il lui fallut plusieurs secondes pour réaliser qu’il s’agissait de la main de Dolce.

Il était blottit contre elle, ses jambes emmêlées avec les siennes, un bras glissé sous sa nuque. Syndrell se rendit compte qu’elle appréciait sa chaleur contre son corps et son souffle sur sa joue, la chatouille de sa barbe naissante contre sa peau ; elle s’était attachée à tous ces petits détails qui lui plaisaient désormais autant que le sexe et qui lui donnaient la sensation d’être entière.


- Je suis amoureuse de toi.

Elle avait parlé sans réfléchir, exprimant sa pensée à voix haute alors qu’elle n’avait pas spécialement prévu de la laisser filer maintenant, et ses joues s’empourprèrent légèrement.

- Pardon, ce n’était pas ma réponse à ta question mais… enfin, ça n’avait pas de…

Un baiser la fit taire, un autre, plus profond, lui confirma qu’elle n’avait rien à se faire pardonner. Syndrell reprit son souffle, le cœur gonflé de bonheur, puis se redressa sur un coude pour observer le visage de Dolce. Il était si craquant dans cette lumière, avec ses yeux brillants et ce petit air de fierté toute masculine…

- Tout peut arriver, murmura-t-elle en posant sa main libre sur sa poitrine.

Sous ses doigts, elle sentit le cœur de l’Envoleur s’emballer.


- Mais en l’occurrence, si jamais un type se pointe maintenant, je te jure que je ne vais pas hésiter à le noyer dans la rivière !

Elle rit et se pencha pour déposer un baiser sur le bout de son nez. C’était un tout petit geste plein de tendresse, mais il suffit à déclencher une véritable tornade de désir et, avant que Syndrell ait eu le temps de comprendre, elle se retrouva coincée sous Dolce. Il pesait de tout son poids sur elle. Elle s’accrocha à lui et se laissa entraîner dans cette nouvelle danse.



*




- Tu dors ?

Murmure dans la nuit étoilée. Grognement endormi.
Syndrell sourit et entremêle ses doigts à ceux de Dolce.
Puis se laisse emporter par le sommeil.




*



La jeune femme s’éveilla un peu avant le soleil. La nuit pâlissait déjà à l’horizon, un filet de brume s’enroulait autour des arbres et l’air du matin, frais et piquant, fit naître en Syndrell le besoin de se dégourdir les jambes. Heureusement pour elle, Dolce avait roulé sur le flanc dans son sommeil et lui tournait le dos ; elle n’eut donc aucun mal à se glisser hors de la couverture qu’ils avaient déployé pour se protéger de la fraîcheur de la nuit et de la rosée du matin. Si elle se souvenait bien, c’était après qu’ils aient fait l’amour pour la troisième fois…

Elle sourit rêveusement en repensant à toutes ces sensations qu’ils avaient partagé et frotta distraitement son ventre. Elle avait mal partout, un fait qu’elle ne promit de lui rapporter : Dolce aimait savoir qu’il était responsable de ses courbatures. Elle écarquilla les yeux en remarquant toute une série de bleus sur ses cuisses et ses hanches. A n’en pas douter, il allait apprécier… !

Sans bruit, Syndrell enfila sa combinaison et ses bottes. Elle observa un moment son compagnon, saisie par la tranquillité de son sommeil et l’abandon qui se lisait sur ses traits, puis elle attrapa l’arc de Dolce et ajusta son carquois sur son épaule avant de s’enfoncer dans le sous-bois. Il faisait plus clair au fur et à mesure que le jour s’installait, mais les ombres régnaient encore en maître et certains animaux ne prenaient pas garde au danger qui rôdait.

A pas de loups, la marchombre quitta le sentier et glissa le long d’une pente douce, au creux d’une combe bordée de rochers. Une biche sautilla à travers la brume, et Syndrell secoua la tête. Trop gros. Elle avait faim et se doutait qu’à son réveil, Dolce serait dans le même état, mais elle n’avait pas envie de préparer de la viande pour tout un régiment ! Elle était en train de contourner les rochers lorsque, près d’elle, les buissons frémirent.

Vive comme l’éclair, elle glissa une flèche entre ses doigts et banda l’immense arc. C’était un peu comme un défi : la première fois qu’elle avait essayé d’utiliser l’arme de son amant, elle n’avait pas réussi à le bander complètement. Encore une fois, ses muscles crièrent grâce avant qu’elle ait ramené l’empennage de sa flèche jusqu’à son oreille, mais elle parvint à l’amener à sa joue et à tirer au moment où la crissane s’envolait à tire-d’ailes.

La jeune femme poussa un petit cri de victoire et s’empressa d’aller récupérer son butin. Elle l’accrocha à sa ceinture et revint tranquillement près du court d’eau. Elle devina avant même de le voir que Dolce était réveillé. Etait-ce possible que deux êtres soient à ce point connectés ? Souriant à cette idée, elle s’approcha d’un pas presque dansant et désigna la crissane qui se balançait à sa ceinture.


- Tu as vu ça ? Sans effort, mon cher ! Je crois bien que j’ai réussi à apprivoiser ton arc.

Syndrell glissa l’arc sur son épaule et prit une pose héroïque avant d’éclater de rire.

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Mer 18 Juin 2014, 13:48

Il s’attendait à une réponse taquine, mais surement pas à cela.
Et malgré lui, d’abord surpris, un immense sourire étira ses lèvres, creusant même une fossette dans sa joue droite.

- Pardon, ce n’était pas ma réponse à ta question mais… enfin, ça n’avait pas de…

Eclatant de rire, Dolce se laissa rouler sur la jeune femme, et l’embrassa goulument. Encore, et encore, parce que lui aussi était amoureux d’elle, bien au-delà des mots, bien au-delà des projets qu’ils pouvaient faire à deux. Mieux encore : il l’aimait ! Il l’aimait elle, pour ce qu’elle était, pour ce qu’il était quand il était avec elle, pour l’univers qu’elle tissait autour de lui.
Elle mit fit à leur baiser en posant une main sur sa poitrine, et rien qu’à se contact il se sentit à nouveau s’enflammer brusquement, et son cœur bondit dans sa poitrine, accélérant follement.

- Si jamais un type se pointe maintenant, je te jure que je ne vais pas hésiter à le noyer dans la rivière !

Riant encore, il cligna des paupières quand Syndrell lui déposa un léger baiser sur le nez, et puis, frondeur, il fourra ce même nez dans son cou et commença à le piqueter de ses propres lèvres, gonflées par le désir.

- J’espère bien, parce qu’une fois, ça suffit !


§§


Quand il se réveilla, ce fut comme si un bout de lui manquait.
Fronçant les yeux sous cette sensation étrange qui lui étreignit la poitrine, il ouvrit brusquement les yeux pour trouver la place de Syndrell vide. Elle était partie ?

Non.
Il y avait ses affaires et son cheval, non loin.
Un soupir de soulagement franchit les lèvres de Dolce, et il réalisa qu’elle devait être allée chasser. Alors, pourquoi ne pas accélérer le processus d’engloutissement de petit déjeuner ? Il était tout courbaturé, mais cela ne l’empêcha pas de rassembler quelques branches d’arbre sèches pour lancer un feu.

Un feu, comme celui qui lui brûlait les entrailles et le cerveau. Une flamme si immense que l’on ne distingue plus leur fin de la lumière du soleil. Un feu si grand qu’il semblait tout entraîner sur son passage, réchauffant son monde de sa seule présence, l’éclairant de sa propre clarté.

Quelques minutes plus tard, Syndrell apparaissait entre les arbres, et elle brandissait son arc tout comme une crissane, ce qui tira un sourire à la fois reconnaissant et avide à l’Envoleur : il avait faim ! Et même s’il croquerait encore bien de la Marchombre, son estomac semblait déterminé à lui faire retrouver la raison, le temps de quelques minutes, pour manger quelque chose.

- Tu as vu ça ? Sans effort, mon cher ! Je crois bien que j’ai réussi à apprivoiser ton arc.

Un sourire taquin étira les lèvres de l’homme, qui se releva pour attraper son arme de jet, et il tourna avec, le tenant hors de portée de Syndrell.

- Pff, comme si on pouvait apprivoiser un arc pareil ! Non madame, il sera toujours aussi sauvage, c’est juste que cette fois il a consenti à t’écouter parce qu’il savait que j’avais faim !

Adressant un clin d’œil à sa dulcinée, Dolce déposa un baiser sur le sommet de son crâne, avant de se rapprocher de son feu et d’aider Syndrell à déplumer et mettre à cuire la volaille. Bientôt, une délicieuse odeur imprégna l’air, et il se sentit saliver.

- On peut dire que ça creuse, toutes ces émotions !

Puis, reprenant son sérieux, il glissa une mèche de Syndrell derrière son oreille.

- Tu veux aller voir Ciel, c’est ça ?

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4383
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Mer 18 Juin 2014, 14:12

(Hochement de tête)

- Oui. J'ai plusieurs choses à lui demander.

(Elle l'observe un court instant, songeuse, puis...)

Que penses-tu de tout ça ? Le Chaos qui s'intéresse au mystérieux pouvoir d'une gamine, des Envoleurs qui partent en mission... Et Erwan qui préfère s'en tenir là. Que ferais-tu si tu étais à sa place ?

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Mer 18 Juin 2014, 14:16

- Moi ? J'irais leur casser à gueule à tous. Sauf que bon, il y a quand même Ylléna au milieu, et la protéger est plus important que le reste.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4383
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Mer 18 Juin 2014, 14:20

- Elle sera en sécurité à l'Académie. Vous n'avez pas encore réussi à la localiser, après tout !

(Sourire moqueur, puis elle reprend une expression grave et sérieuse)

Moi aussi, j'irai tout casser si j'étais Erwan. Mais il est... je pense que la mort de Miss l'a assagit plus vite que si elle s'était encore trouvée à ses côtés. Et tu as raison, il est père avant tout autre chose, alors je comprend qu'il préfère garder ses distances.

Mais nous, on est libres d'agir à notre guise, n'est-ce pas ?




[Tu noteras l'utilisation du "nous" : Syn est en progrès, youhouu  cheers ]


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Mer 18 Juin 2014, 14:23

- Je pense qu'il n'a pas eu besoin de cette mort pour s'assagir, ce mec. Mais c'est sûr que ça a dû lui mettre un coup.

[ se gratte sa barbe naissante ]

- Oui, on est libre d'agir comme on veut... Mais personnellement, je sais que la vengeance n'apporte jamais rien. Par expérience personnelle.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4383
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Mer 18 Juin 2014, 14:25

- Qu'est-ce que tu veux dire par-là ?

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Mer 18 Juin 2014, 14:27

- Je veux dire que, si tu comptes retrouver ces personnes, tu vas vouloir les éliminer, non ?

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4383
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Mer 18 Juin 2014, 14:53

- Oui, sans doute... Dolce, si des personnes savent pour la métamorphose d'Ylléna, elles ne s'arrêteront pas là. Elles la traqueront sans relâche, la condamneront à vivre cachée toute sa vie, constamment sur ses gardes... je veux lui éviter ça.


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Mer 18 Juin 2014, 15:01

- Sauf qu'il y aura toujours des gens comme ça, Syndrell. Même si ceux-là meurent. Le danger, il est partout, tout le temps. Et nous ne sommes pas sûrs de la suite des choses, puisque tous ceux au courant, à par sans doute celui qui a donné la mission, ont été tués. En tuant cet homme sans lui donner l'occasion de réfléchir deux fois, tu vas sans doute attirer l'attention d'autres...

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4383
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Mer 18 Juin 2014, 15:15

- Tu as sans doute raison... alors on attend de voir ce qu'il se passe ? On fait le mort, c'est ça ?

(Elle pencha la tête sur le côté, sourit)

Il va falloir me distraire pour que je me contienne...

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Mer 18 Juin 2014, 15:34

- Faire le mort ? Mm, t'en es incapable, petite louve va !

[ sourire suggestif ]

-Oh, désolé, ce n'est pas dans mes cordes de te distraire. Je ne sais que te faire perdre la tête !

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4383
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Mer 18 Juin 2014, 15:41

- Et bien ne t'en déplaise, tu vas devoir rivaliser d'imagination pour faire bien plus que me rendre folle... Sauf si c'est moi qui parvient à te distraire. Auquel cas, je risque effectivement de te laisser faire le mort tout seul et de partir toute seule de mon côté...

(Sourire malicieux)

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Mer 18 Juin 2014, 15:47

- J'ai pas dit que je pouvais faire plus ! Après, c'est moins marrant

[ met son index sur le nez de Syndrell ]

- Ceci dit, tu as raison. Tu parviens toujours à me distraire, mais j'aimerais éviter que tu me files trop souvent entre les doigts !

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4383
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Mer 18 Juin 2014, 16:16

- Tiens donc ! Et comment comptes-tu m'en empêcher, au juste ?

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]    Mer 18 Juin 2014, 18:36

[ Court, mais bon... je ne me voyais pas écrire plus ! ^^ ]






Un sourire malicieux étira les lèvres de Dolce, à la répartie de Syndrell. Il saisir son épaule entre ses dents, et sa main glissa sur sa taille pour venir s’emparer de son sein. Brutalement et tendrement.

- Mm, et si je commençais te rendre accro au sexe avec moi ?

Riant aux éclats, il fourra son nez dans le cou de Syndrell, juste sous son oreille, là où son odeur était la plus forte. Pour y déposer un baiser papillon, et entamer une nouvelle danse.
Inédite et édifiante.


§§


Le soleil était loin, loin au dessus de l’horizon, flirtant avec son apogée.
La rivière à côté de laquelle ils s’étaient arrêtés glougloutait doucement, on pouvait même entendre les grenouilles y plonger et croasser. La nature était calme, étrangement calme, agréablement calme.

Souriant, Dolce n’ouvrit pas les paupières.
Il se sentait tellement vivant, tellement lui, tellement complet et entier, à cet instant précis. Comme s’il venait de trouer son exacte place dans l’univers.

Mais il savait que cela ne durerait pas.
Cela ne durait jamais, avec Syndrell. Parce que sauvage, insaisissable et indomptable, la jeune femme ne pouvait se contenter de ne pas bouger, de ne pas rebondir. C’était dans sa nature, et c’était ce qu’il aimait chez elle. Pourtant, il aurait apprécié pouvoir se poser un peu plus : leurs entrevues étaient trop rares à son goût, pas assez longues. Seule leur escapade sur l’île des femmes avait été durable, et il s’était aussi senti terriblement lui, à sa place, pendant tout ce temps.

Comme quoi, cela ne dépendait réellement pas du monde qu’il foulait, mais avec qui il l’arpentait, ce monde.

Serrant la jeune femme contre lui, il lui murmura :

- Nos instants sont toujours trop courts et trop espacés à mon goût, tu sais.

Lui piquant l’épaule de baisers, autant parce qu’il en avait envie que pour ne pas l’effrayer, il inspira son odeur pour s’en emplir les poumons en entier. Il devait prendre sa dose, il le savait.
Parce que cela n’allait pas durer.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Il faut un peu râcler la surface, des fois... [ PV Syndrell ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Il ne faut pas boire de sang.
» Il faut vivre.
» La curiosité est un vilain défaut ! [Livre 1 - Terminé]
» Faut-il remettre en question les habiletés du PDT du Sénat ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Lac Chen :: Le Pollimage-
Sauter vers: