AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Groupes Nudii - Cours n°3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Gracieuse Dûbudchev
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 205
Citation : Les femmes sont comme le suspense. Plus elles éveillent l'imagination, plus elles suscitent d'émotions...
Date d'inscription : 31/10/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Langue empoisonnée
Signe particulier: /

MessageSujet: Groupes Nudii - Cours n°3   Mar 09 Déc 2014, 11:16

Un petit sourire se dessina sur les lèvres de Gracieuse, qui se réveillait tout juste.
Un petit sourire à la fois satisfait, et surtout excité. Excité, parce qu’elle avait donné rendez-vous à Alaia ce jour-là, pour la suite des réjouissances, et que son idée sur ce prochain voyage l’enchantait au plus haut point. Elle avait l’impression d’être une gamine à qui on vient d’annoncer qu’elle va avoir un cadeau, mais c’était un peu le cas : elle avait hâte d’emmener Alaia. Et de continuer son apprentissage.

C’était peut-être surprenant, mais cela faisait quelques semaines maintenant qu’elle s’était rendue compte de l’attachement qu’elle avait développé pour sa petite apprentie un peu timide quand même. Déjà, quand elle s’était rendue chez Filean, à Al-Far, elle y avait songé. Balayant les pensées de colère et de rage qui menaçaient de la submerger à chaque fois qu’elle repensait à ce soir-là – à la déclaration de Filean – elle prit une grande inspiration, et se leva souplement de sa couche modeste, se dirigeant immédiatement vers le grand miroir en pied qu’elle avait ramené dans sa chambre quelques mois plus tôt.

L’envoleuse avait repris des kilos, mais ce n’était pas encore ça. Elle trouvait ses côtes encore trop saillantes et ses jambes étaient trop fines à son goût. Haussant les épaules, Gracieuse attrapa son pantalon en cuir habituel, elle enfila ensuite son pull en peau de lapin gris, qui la réchauffa instantanément. Un sourire satisfait étira ses lèvres, et alors qu’elle mettait aussi ses bottes en cuir retourné à talons, elle songea qu’elle n’avait pas revu la boule de poils de chat d’Alaia depuis longtemps. Haussant les épaules, elle sortit bien vite de sa chambre, et descendit les escaliers pour se diriger vers le réfectoire.

Quelques minutes plus tard, elle sortait tranquillement du domaine pour se diriger vers les écuries, un pain entier dans les mains, qu’elle dévorait à pleines dents.
Arrivée aux écuries, elle entendit distinctement le hennissement d’Azon qui la saluait, et venait même se coller à la barrière de son paddock pour l’accueillir chaleureusement. L’envoleuse sourit, et caressa sa monture plusieurs minutes sur la tête, alors que cette dernière fermait les yeux en signe d’apaisement.

Le bruit de pas familiers indiqua à Gracieuse que son apprentie arrivait, et elle fit volte face en souriant. Azon tenta de lui chiper un bout de pain, mais ses dents claquèrent dans le vide, et l’envoleuse ne put s’empêcher d’éclater de rire.


- Non, Azon. C’est du pain frais, ce n’est pas bon pour toi.

Reportant son attention sur son apprentie, elle la détailla des pieds à la tête.
Elle avait déjà un peu évolué depuis son premier cours, un ou deux mois plus tôt : sa silhouette s’était légèrement affinée, et elle avait pris une assurance – petite, certes, mais réelle – qui lui allait bien. La saluant d’un petit mouvement de tête, l’envoleuse sourit.


- Salut Alaia ! Bon, on repart pour une nouvelle aventure, alors occupe-toi de ta monture, et en selle !

Se joignant à son apprentie, l’envoleuse s’occupa de son étalon clair, essayant de lui enlever les traces de boue tenace sur sa belle robe crème. Quand l’animal fut prêt et Gracieuse aussi, cette dernière attrapa des sacs de voyage et les fixa sur la selle de sa monture, puis montra à son apprentie comment fixer ses propres sacs de voyage : la dernière fois, elles n’étaient pas parties très longtemps et n’en avaient pas eu besoin d’autant.

- Allez, en selle !

Avançant au pas dans la forêt d’Ombreuse, cette fois-ci elles partirent vers le nord. Traversant le courant de la rivière Ombre à côté du pont – parce que ce dernier n’était pas sûr – elles se retrouvèrent à lever les jambes et les genoux car l’eau montait jusqu’au ventre de leurs montures, qui étaient très attentives aux mouvements de la rivière.

Une fois de l’autre côté, Gracieuse sourit tranquillement. Parce que ça commençait bien !

- Alors, t’as fait quoi pendant ces deux-trois semaines ?


__________________________________________


« Botero
C'est beau
Aller coupe coupe coupe moi les hanches
Au pinceau bleu en fines tranches
Si tu es sage je tombe le haut
Botero
C'est ça qui manquait tant à tes tableaux
Pas une moustache pour faire le beau
Si tu es sage je monte le dos »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaia Tendor
Groupe Nudii
avatar

Nombre de messages : 422
Citation : Tout ce que tu ne prends pas ne t'appartient pas de droit
Date d'inscription : 10/05/2013

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Eden, son chat en pleine croissance; ne sait ni lire ni écrire

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Dim 11 Jan 2015, 19:54

Était-ce cela, l'océan?
Toujours en selle, Alaia reste immobile, stupéfaite devant l'immensité bleue qui s'ouvre à son regard.
On dit qu'un arbre ne peut pas cacher une forêt, pourtant celui qui trônait dans son dos avait bien était l'obstacle infranchissable dont les branches couvertes d'épines avaient soustrait à sa vue... ça.
Un bleu profond, à perte de vue, habillé au fil du vent et du courant par les reflets mouvants du soleil. De temps à autre, la silhouette d'un poisson de belle taille sautait par-delà l'horizon bleue, semblant atteindre le ciel, puis replongeait à quelques mètres d'elle.
Elle. Si petite face au Pollimage. Les oiseaux perchés dans les branches alentours lançaient toujours de vifs chants, comme pour accompagner la danse de l'eau, sans même paraître indisposés de sa présence.
Elle. Immobile face au Pollimage. Où que porta son regard, elle ne voyait que du bleu, au point qu'elle aurait pu se croire au bout du monde. Après une semaine à longer le lac Chen, elle pensait qu'aucune immensité ne lui ferait plus peur, elle avait tord.
Elle. Recula face au Pollimage. Il était temps de faire demi-tour: il y avait une force dans ces eaux qu'elle ne voulait pas affronter. Pas par certitude de perdre, mais pour conserver encore ce doute. On ne pouvait pas faire demi-tour après avoir traversé la frontière invisible du bout du monde.

Elle s'en retourna donc. Vers le Domaine.
Elle avait voulu en faire sa maison, un lieu où on l'attendrait toujours, où se trouverait tout naturellement sa place, comme n'importe qui au sein d'une famille... Grave erreur. Il ne suffisait pas que Gracieuse soit satisfaite d'elle pour que son droit à rester soit assuré. Et les Mentais n'avaient pas pour seul et unique but de fournir à quelques esseulés une chance de faire quelque chose de leur vie. Les Mercenaires du Chaos voulaient, selon les rumeurs, mettre à bas l'Empire.
A vrai dire, elle se moquait éperdument de ce qui arrivait à l'Empereur, ou à une cité lointaine. Le patriotisme n'était pas sa première qualité. Mais de là à aider à sa destruction... Serait-ce un bien? On leur disait souvent que l'Empire, c'était l'assurance de la sécurité. Une protection contre les Rais et les bandits... Qu'esseulés les Alavariens seraient vulnérables.
Mais l'illusion d'une sécurité n'était-elle pas un mal plus grand?
Tout le monde devait mourir au final, que ce soit par les armes, la maladie ou le temps. Alors autant encourager la vie, n'était-ce pas la dure leçon qu'elle avait tirée de son dernier cours? Elle ne voulait plus vivre pour tuer, mais simplement vivre. Devait-elle vraiment rendre des comptes pour cela? Une petite graine semée en elle murmurait dans un souffle un nom qui chantait à ses oreilles.

Une frêle silhouette perchée sur une large monture traverse la plaine au galop. Devant elle s'étire la mince ligne d'arbres qui annoncent le couvert craint d'Ombreuse. Sa destination. Si un homme invisible s'était approché d'elle à ce moment-là et avait su maintenir la cadence qu'elle imposait à Impal, il n'aurait trouvé sur son visage qu'une grande concentration. Était-ce simplement pour ne pas tomber ou un problème épineux se présentait-il à sa conscience? La réponse se trouvait dans ses yeux.
Une sensation d'urgence pulsait dans ses veines, accompagnant les mouvements de sa monture sur laquelle elle focalisait toute son attention pour ne pas tomber. Il lui restait trois jours avant le rendez-vous fixé par Gracieuse, pourtant elle avait décidé au matin qu'elle passerait les prochaines nuits dans des draps propres. Ce n'était pas seulement une considération d'hygiène qui la poussait ainsi, mais aussi la résolution qu'elle avait prise, et craignait de perdre: avancer, toujours tout droit. Dans son dos, une boussole intérieure nouait son dos à l'endroit où elle savait pouvoir trouver Al Vor.
C'était à la vie, et non à la mort que devait aller sa considération.
Elle avait décidé de vivre, alors elle devait avancer, tout droit, vers le Domaine et la prochaine épreuve que représenterait son troisième cours. Depuis combien de temps suivait-elle ainsi les pas de son maître? Combien de temps lui restait-il encore avant de faire taire ce doute qui l'assaillait, ce questionnement permanent sur quoi faire. Comment faire ce qu'elle devait faire. Ne vous méprenez pas, loin d'elle l'idée de fausser compagnie à Gracieuse, mais elle commençait à sentir qu'il y aurait un après, où ses pas ne seraient plus guidés que par sa seule volonté - et, qui savait, peut-être l'obligation que représentait un apprenti - et la joie de cette perspective se teintait de l'aura verdâtre de la peur.
Il ne pouvait pas y avoir de peur, sur un cheval au galop. Juste un infinie concentration. Elle avait trop réfléchi, et comblait son besoin d'action dans ce genre de folle chevauchée.



Propre et en pleine forme, c'est tout de même avec une pointe de regret qu'elle donna une douce caresse à Eden, en prenant garde de ne pas le réveiller, avant de se lever elle-même. Elle contempla avec un demi-sourire les quelques nouveaux visages qu'elle avait découvert à son retour, se souvenant de sa propre honte d'être la dernière à se réveiller. Aujourd'hui, ce n'était pas le cas: le soleil n'avait pas encore traversé le couvert des arbres, et déjà elle s'engagea dans le réfectoire, son sac sur l'épaule et un poignard à la ceinture.
Elle prit deux pommes - dont une qui allait sans doute finir dans l'estomac d'Impal - qu'elle fourra dans son sac pour attraper une large miche enroulant une lanière de viande séchée et un morceau de fromage dans sa main libre. Sortant dans l'air frais de cette fin de nuit, son regard se posa sur le sommet du Domaine et, puisqu'elle n'avait rendez-vous qu'au lever du soleil, elle décida de profiter de la vue qu'allait lui offrir les toits pour être la première à l'apercevoir. Ni une ni deux, elle enroula son sandwich dans un tissu qu'elle fourra dans son sac, lui-même calé dans le creux de ses épaules et attaqua la paroi.
La pierre était humide mais sa connaissance des larges prises régulières combla ce petit handicap. Au fur et à mesure qu'elle s'élevait, elle sentait ses poumons s'emplirent d'un air qui lui semblait plus pur et vivifiant, et l'exercice de ses muscles nouvellement formés lui tira un soupir d'aise. C'est donc pleine d'enthousiasme qu'elle posa le pied sur le sommet du Domaine, à une hauteur qui lui avait semblée démesurée un mois et demi plus tôt, et s'assit pour attaquer son petit déjeuner, les pieds dans le vide. Son sourire lumineux fit écho à l'astre qui montra le bout de son nez à l'horizon. Elle était prête à partir.

Son pas léger sur le pavé alerta l'ouïe acérée de Gracieuse qui se retourna avec sur les lèvres la même joie qui devait se lire dans ses yeux. Le Domaine s'activait lentement autour d'elles, mais leur regards ne quittaient pas l'autre, comme si elle se redécouvraient. Son maitre, comme à son habitude, semblait prête à affronter tous les envoleurs à mains nues, pourtant elle-même se sentait plus grande, plus légère. Était-ce du à l'absence du casque protecteur qu'avait été sa chevelure, qui à présent reposait au pied des montagnes? Loin de se sentir plus vulnérable, elle se devait maintenant d'assumer une certaine assurance, seule protection qui lui restait avant le fer.
Ainsi soit-il.

- Salut Alaia ! Bon, on repart pour une nouvelle aventure, alors occupe-toi de ta monture, et en selle !
- Le contraire m'aurait étonné!
répondit-elle en se dirigeant vers le box d'Impal.

Elle avait consacré une demi-journée entière à nettoyer son étalon, le brossant avec énergie pour que toute trace de son petit périple s'efface de sa robe et de ses sabots. Après ces trois jours de repos, il l'accueillit avec une énergie qui laissait transparaître son besoin d'exercice. Une fois sellé et harnaché, il se laissa gentiment conduire auprès de son camarade qu'il connaissait désormais. Gracieuse lui montra comment attacher ses paquetages - d'une manière nettement plus optimisée que la sienne - dont le nombre était révélateur de la durée de leur voyage. Son sourire s'agrandit: il n'y avait que Gracieuse pour prévoir des mois de vagabondage alors que l'hiver était à la porte d'un bâtiment chauffé où la nourriture ne manquerait pas. Il n'y avait qu'elle pour la suivre.

- Allez, en selle !

Il ne fallut pas le répéter pour qu'Alaia ne mette le pied à l'étrier. Esquivant les branches basses aux griffes acérées, elles s'enfoncèrent une fois de plus sous le couvert d'Ombreuse et traversèrent la rivière Ombre à cheval, tout près d'un pont. Mais dans l'eau tout de même. Allez savoir ce qui passait dans la tête d'un maitre envoleur...

- Alors, t’as fait quoi pendant ces deux-trois semaines ?

Vaste question...

- J'ai voyagé, pour changer, et pour faire court. Je ne pense pas qu'une semaine suffise à résumer les trois qui sont passées...

Que dire de plus? Evoquer à voix hautes des réflexions personnelles ou des impressions marquantes lui semblait ridicule sorti de son cadre... Surtout si elle-même ne les expliquait pas. Dans ce cas-là, autant se taire. Ce réflexe de cacher l'avait déjà poussée au bout du rouleau, elle le savait, mais préférait régler ce genre de problèmes seuls... Elle n'était pas là pour se reposer sur Gracieuse en permanence. Cette force nouvelle dont elle sentait la source naître en elle, elle devait apprendre à l'utiliser.

- En parlant de ça, où va-t-on? Il me semble que la dernière fois nous avions tourné à droite après notre charmante rencontre... D'après ton sourire joyeux, je peux m'attendre au pire.

Cette dernière phrase était emprunte d'un faux sentiment d'inquiétude qui ne trompa pas son maitre: elle était formidablement heureuse d'être ici.


[hey hey, allons-y!!!]

__________________________________________


Erwan et Ella se sont penchés sur mon cas, merci à eux!


Eole est un ange et c'est elle qui a fait mon premier kit, je ne l'oublie pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gracieuse Dûbudchev
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 205
Citation : Les femmes sont comme le suspense. Plus elles éveillent l'imagination, plus elles suscitent d'émotions...
Date d'inscription : 31/10/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Langue empoisonnée
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Ven 16 Jan 2015, 23:46

Un petit sourire étira les lèvres de Gracieuse, un peu en coin, à la première réponse de son apprentie. Rien que dans cette réponse de tranquille assurance, plusieurs réponses parvenaient déjà à l’envoleuse, dont le regard brilla un instant. Quelque chose avait changé, évolué, chez la jeune femme ; non pas que Gracieuse pouvait se targuer de connaître Alaia parfaitement, car ce n’était pas le cas – mais la jeune femme se connaissait-elle elle-même ? C’était une autre question – mais elle sentait qu’un grand pas avait été fait, tout simplement.
Une évidence qui sautait aux yeux quand elle repensait à sa première rencontre avec Alaia, et cette énorme frange derrière laquelle elle se cachait ; quand elle repensait à la timidité et la crainte qui émanaient de l’apprentie.

Hochant la tête toute seule, Gracieuse prit une longue inspiration par le nez, et flatta l’encolure de son étalon.


- En parlant de ça, où va-t-on? Il me semble que la dernière fois nous avions tourné à droite après notre charmante rencontre... D'après ton sourire joyeux, je peux m'attendre au pire.

Eclatant de rire, Gracieuse fit un petit signe de la main, l’index levé, avant d’adresser un clin d’œil provocateur à la jeune fille.

- Tss tss, je ne réponds pas à ce type de question, il va falloir que tu arrêtes de les poser ! Mais en effet, j’ai hâte de t’y voir !

Riant encore, la jeune femme se mordit la lèvre inférieure, avant d’inviter Alaia à passer au trot d’un signe de tête. Elle sentait que la jeune fille était heureuse de l’avoir retrouvée et de continuer cet apprentissage : quel retournement de situation comparé à quelques semaines plus tôt, alors qu’elle n’avait même plus envie d’avancer, pas le courage de faire des choix, pas la hargne de vivre !

En effet, les deux cavalières partaient cette fois-ci vers le nord : Gracieuse avait une furieuse envie de faire découvrir à son apprentie les royaumes raïs. Dangereuses et impénétrables, ces contrées respiraient le chaos et le souffre, à cause en partie du volcan qui les surplombait ; et puis les troupes raïs étaient impressionnantes, et leur botter les fesses était toujours un vrai plaisir pour l’envoleuse.

Cependant, elles n’allaient pas voyager tranquillement jusque-là : en effet, Gracieuse avait prévu plusieurs escales pour pouvoir approfondir certaines notions chez son apprentie. Lançant sa monture au galop, l’envoleuse adressant un sourire à la jeune femme avant de faire accélérer son cheval, qui prit un malin plaisir à y mettre toute son énergie et sa vitesse.
Leur première course folle venait de commencer.



ф ф ф


Gracieuse arrêta les chevaux quelques heures plus tard, après avoir enchaîné des trots et des galops pour couvrir un maximum de distance. Elles venaient de pénétrer dans les plateaux d’astariul.
Un petit sourire sur les lèvres, l’envoleuse mit Azon au pas, avant de se tourner vers Alaia.


- Premier exercice facile pour voir si tu t’es tournée les pouces pendant ces quelques semaines : au pas, monte et descends le plus rapidement possible de ton cheval. Après, on accélèrera.

Un exercice qui demandait de faire attention à l’énergie cinétique en plus de sa propre énergie, mais aussi du rythme du cheval, et il fallait également précision et dextérité.
Les premiers essais furent laborieux : la jeune apprentie ne trouvait pas la technique adéquate qui lui permettrait à elle de mieux s’en sortir. Ce type d’exercice était spécial à chaque cavalier, et chaque cheval.


- Ouvre tes perceptions, capte les énergies de ton cheval, de toi, et du sol. Sers-toi de chacune de ces énergies pour trouver la technique qui ira à toi, et à ta monture. Adapte-toi, toujours. Et garde tes articulations souples, bon sang ! lança-t-elle d’un coup plus fort, pour secouer un peu la jeune fille.

__________________________________________


« Botero
C'est beau
Aller coupe coupe coupe moi les hanches
Au pinceau bleu en fines tranches
Si tu es sage je tombe le haut
Botero
C'est ça qui manquait tant à tes tableaux
Pas une moustache pour faire le beau
Si tu es sage je monte le dos »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaia Tendor
Groupe Nudii
avatar

Nombre de messages : 422
Citation : Tout ce que tu ne prends pas ne t'appartient pas de droit
Date d'inscription : 10/05/2013

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Eden, son chat en pleine croissance; ne sait ni lire ni écrire

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Mer 21 Jan 2015, 17:11

Gracieuse éclata de rire, ce qui surprit la jeune femme. Était-ce sa manière de la regarder qui avait changé ou une porte s'était-elle ouverte entre elles sans qu'elle ne s'en aperçoive? Sans doute un peu des deux, et cette nouvelle facette de son maitre n'était pas pour lui déplaire. On pouvait respecter un professeur sans le craindre, et elles ne seraient pas maitre et élève sans respect.
L'inconnu de leur destination ne déplaisait pas particulièrement à la jeune femme, car après tout n'importe où ne serait jamais qu'un lieu d'entrainement. Alors, forêt ou montagne, ville ou océan? Son imagination galopait au même rythme qu'Impal.

Deux silhouettes, perchéessur leurs montures lancées dans un galop énergique, surgissent dee l'orée d'Ombreuse pour poursuivre sur leur lancée, trassant au milieu de l'herbe rase une fine cicatrice qui s'effacera bientôt. Leur souffle blanchit par l'hiver s'étend derrière elle comme un brouillard éphémère et l'humidité, conjuguée au froid, leur rougit le bout du nez. Si l'on sent dans l'une plus de maladresse que dans la danse corégraphiée de sa partenaire, on ne peut nier que toutes deux dégagent une joie presque palpable, qui semble êtyre partagée par leurs montures qui ne se font pas prier pour accélérer encore.
Peu à peu, la mince ligne de bois dénudé s'efface dans leur dos, sans même qu'elles ne le remarque: leur regard, pointé vers l'horizon, ne cherche que l'espace caché derrière chaque brin d'herbe, chaque pierre. Elles qui quittent le doux et chaud réconfort d'une enceinte de pierre pour un hiver qui s'annonce mouvementé n'ont qu'un seul regret: la certitude du retour.

Après une longue chevauchée dont tous les protagonistes sortir essouflés et le coeur battant, les quatres compagnons de voyage finirent par s'arrêter en début d'après-midi. Alaia tourna un oeil interrogatif vers son maitre: il était bien trop tôt pour monter un campement, même si le soleil avait déjà effectué la moitié de sa course, cela ne pouvat qu'augurer un nouvel exercice. Poignard, arc ou équilibre? Elle penchait plutôt pour ce dernier, car le terrain désespérement plat n'offrait pas de cibles à leurs lames ou flèches. Mais elle ne s'attendait pas à cela...

- Premier exercice facile pour voir si tu t’es tournée les pouces pendant ces quelques semaines : au pas, monte et descends le plus rapidement possible de ton cheval. Après, on accélèrera.


La jeune femme se répéta un instant la consigne, tentant d'imaginer le résultat, avant de mettre pied à terre et de basculer les rênes par-dessus la tête d'Impal avant de se raviser. Une fois en haut, un faux mouvement et le docile étalon tournerait - ce qui n'augurait pas de glorieuses perspectives pour elle-même.
Elle mit d'abord sa monture au pas, prêtant une attention particulière à son rythme pour tenter d'y calquer les siens propres. Heureusement pour eux deux, le terrain ne présentait pas d'irrégularités qui aurait obligé Impal à faire un écart de temps à autre... Il n'empêchait qu'elle se retrouva, les premières fois, avec un pied dans l'étrier et pas la force nécessaire pour se hisser en selle, condamnée à sautiller misérablement jusqu'à ce que sa monture ne daigne comprendre ses signaux désespérés et ne s'arrête.
Elle cherchait, assez désespérément, une bonne prise sur la selle pour s'aider de ses bras, mais ce qu'il lui manquait surtout c'était un appui au sol. Elle tenta d'accélérer légèrement le pas, afin d'avoir un temps d'avance pour placer son pied avant de pousser sur sa jambe au sol mais Impal, fidèle au rythme, mis un certain temps à comprendre de ne pas accélérer. Une fois cet écart établit, elle fit une première tentative mais, déséquilibrée une fois en l'air, elle se rétractait et manqua - comme plusieurs fois qui suivirent - de tomber.

- Ouvre tes perceptions, capte les énergies de ton cheval, de toi, et du sol. Sers-toi de chacune de ces énergies pour trouver la technique qui ira à toi, et à ta monture. Adapte-toi, toujours. Et garde tes articulations souples, bon sang !

Langue de miel et langue de fer.
Pour une fois, la jeune femme ne se rétracta pas devant la réprimande qui se voulait encouragement. Elle ne se focalisait que sa la première partie de la phrase, qui trouvait dans sa mémoire un curieux écho.
Décidant de charger diamétralement de stratégie, elle enfonça au prochain coup le pied droit dans l'étrier, de telle sorte à ne pas être déséquilibrée et à pouvoir continuer à regarder devant elle. Mieux concentrée sur la direction prise par Impal qui avait la gentillesse de ne pas varier le pas, elle laissa passer un temps avant de ne se propulser pour atterrir en amazone sur la selle. Bon, cette position n'était pas des plus confortables mais il ya avait du progrès. Le tout était de trouver une façon efficace de se remettre droite.
Après plusieurs essais, elle restait peu convaincue de la fiabilité de la technique, aussi préféra-t-elle se creuser les méninges, à la recherche d'une autre solution.

Elle prendrait une heure ou trente, elle sentait bien que son maitre n'allait pas la lâcher sur ce point.
Au fil des tentatives, une idée commença à germer dans son esprit... Elle arrêta sa monture le temps de resserrer les sangles de la selle sans pour autant blesser sa monture - elle voulait bien tenter, mais autant limiter ses chances de finir le derrière dans la poussière. Un dernier petit réglage des étriers et elle fit partir Impal dans un pas énergique, comptant soigneusement ses pas jusqu'à imprimer son rythme avant de mettre son pied dans le triangle de fer dans un des demi temps. Les mains fermement accrochées au cuir, elle se suspendit quelques instants, appuyant fermement sur l'étrier. Comptant toujours les temps, elle s'appuyait davantage sur sa jambe, comme elle l'aurait fait sur une paroi, afin de conserver l'énergie de ses bras qu'elle mobilisa en même temps qu'elle frappait d'un grand coup sur le sol pour se propulser. Sa hauteur était partiellement compensée par le fait qu'elle se tenait recroquevillée, mais elle n'avait pas anticipé le léger décalage entraîné par le déséquilibre qu'elle représentait, aussi le résultat ne fut pas vraiment à la hauteur de ses attentes... Il manquait encore un peu de coordination entre eux deux, mais elle sentait qu'elle tenait le bon bout...

Elle recommença encore et encore jusqu'à ce que son maitre ne lui demande de recommencer de l'autre côté, ce qui était pour elle comme un compliment. Gracieuse ne faisait jamais les autres à moitié et, si elle était pertinemment consciente du chemin qu'il leur restait à parcourir, elle pouvait désormais être assurée de se trouver sur la bonne voie. Ce n'est qu'en s'exerçant qu'on devient cavalier. Au fur et à mesure, son maitre fit accélérer Azon, entraînant Impal derrière eux si bien qu'elle se mit à courir avant de grimper - expérience intéressante s'il en est. Particulièrement douloureuse aussi, même si elle eut la chance de ne rien se casser... Plus ils accéléraient, plus les chocs de chaque pas devenaient violents lorsqu'elle était à moitié sur Impal, et plus elle devait se concentrer pour ne pas leur faire perdre l'équilibre. Elle tentait de ne pas s'imposer complètement à sa monture, et de percevoir autant ce qui le dérangeait dans sa manière d'agir que ce qu'elle-même ressentait dans ses os. Elle finit par demander une pose lorsque ses mains poisseuses de sueur glissèrent sur le cuir de la selle et qu'elle tomba lourdement sur le dos, le souffle coupé et les bras en feu. Mine de rien ce n'était pas si facile de rester accrochée à bout de bras...

__________________________________________


Erwan et Ella se sont penchés sur mon cas, merci à eux!


Eole est un ange et c'est elle qui a fait mon premier kit, je ne l'oublie pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gracieuse Dûbudchev
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 205
Citation : Les femmes sont comme le suspense. Plus elles éveillent l'imagination, plus elles suscitent d'émotions...
Date d'inscription : 31/10/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Langue empoisonnée
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Dim 25 Jan 2015, 00:20

Alaia avait apparemment aucune idée sur la manière de s’y prendre pour pouvoir monter efficacement sur son cheval en marche. Et si Gracieuse lui donnait des petits indices, elle ne pouvait pas non plus faire le travail à sa place : en effet, ce genre de technique était propre à chacun, et surtout propre à chaque corps, qui avait un équilibre différent, une allonge différente, une puissance différente.

La jeune femme tantôt forçait sur ses bras, tantôt essayait d’utiliser les étriers, pour se hisser tant bien que mal sur la selle, sans grâce et surtout sans légèreté. Cependant, ses mouvements étaient suffisamment doux pour qu’elle ne gêne pas trop sa monture non plus, et le hongre s’il baissait parfois les oreilles, semblait aussi réaliser que la jeune fille faisait du mieux qu’elle pouvait pour ne pas trop l’importuner.

Une fois qu’elle fut plus à l’aise pour monter par la gauche du cheval, Gracieuse demanda à Alaia de faire la même chose à droite ; chacun n’est jamais parfaitement symétrique et il est toujours plus difficile de gérer ce genre de choses d’un côté, ou de l’autre. Hochant la tête doucement à chaque fois qu’elle tendait vers une technique plus efficace mais que malgré tout elle ne maîtrisait pas encore, Gracieuse finit par accorder une pause à l’apprentie lorsque cette dernière s’étala de tout son long sur le sol à côté des sabots de son cheval, le souffle court, et la voix éraillée par l’effort prolongé.
Mettant pieds à terre, l’envoleuse tendit une main à son apprentie pour l’aider à se relever, et déclara qu’elles marcheraient donc : Alaia avait besoin de s’étirer un peu les muscles.

Elle ne se contenta d’ailleurs pas d’étirer les muscles de ses jambes. Gracieuse lui montra de nouveaux étirements à réaliser en marchant, étirant chacun des muscles de son corps, que ce soit des jambes, des bras ou du buste.
Le soleil avait dépassé son apogée quand l’envoleuse accorda une vraie pause à son apprentie, lui proposant des lamelles de viande séchée – des lamelles de viande de siffleur séchées au sel.

L’après-midi fut consacrée à la pratique du combat.
Gracieuse montra quelques nouvelles passes à son apprentie, d’abord sans arme, puis avec des bâtons qu’elle avait transportés sur le côté de sa selle. Les bâtons mesuraient deux mètres, et elles échangèrent encore une fois quelques coups, pour que l’envoleuse montre à son apprentie comment s’en servir et comment s’habituer à la longueur.
Ce genre de bâtons était à manier à deux mains, et c’était ce qu’elle expliqua à Alaia.


- L’avantage d’une arme longue et sans lame, c’est de pouvoir utiliser les deux bouts pour frapper et exploiter toute la longueur. Regarde.

Elle lui montra quelques passes donc, d’abord en prenant le bâton à deux mains et sur le dernier quart, puis en l’attrapant au mileu et en variant la position des mains sur sa longueur.

Demandant à Alaia d’exagérer la vitesse pour la rendre plus lente, et donc qu’elle prenne consciente de chaque détail de ses positions et de ses muscles qui devaient fonctionner, Gracieuse l’aida à trouver son équilibre, la redressant quand nécessaire, la poussant en avant d’autres fois, et parfois lui faisant accélérer un mouvement pour lui permettre de sentir le recul que chaque coup pouvait engendrer.

Au bout de deux bonnes heures, l’envoleuse accorda une pause à son apprentie, lui permettant de boire et de pratiquer quelques étirements, avant de se planter devant elle.


- Un peu de pratique maintenant. D’abord, touche-moi avec ton bâton !

Un sourire étira les lèvres de Gracieuse, qui se mit en garde, les genoux souples et les bras à demi levés. Donnant le signal d’ouverture d’un léger mouvement du menton à Alaia, elle joua avec elle, l’obligeant à avancer, reculer… s’approprier cette nouvelle arme pas forcément évidente à manier.


__________________________________________


« Botero
C'est beau
Aller coupe coupe coupe moi les hanches
Au pinceau bleu en fines tranches
Si tu es sage je tombe le haut
Botero
C'est ça qui manquait tant à tes tableaux
Pas une moustache pour faire le beau
Si tu es sage je monte le dos »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaia Tendor
Groupe Nudii
avatar

Nombre de messages : 422
Citation : Tout ce que tu ne prends pas ne t'appartient pas de droit
Date d'inscription : 10/05/2013

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Eden, son chat en pleine croissance; ne sait ni lire ni écrire

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Mer 28 Jan 2015, 15:52

La tête lui tournait légèrement et ses poumons étaient douloureux, pourtant elle n'hésita pas lorsqu'une main apparut dans son champ de vision. Sentir la force de Gracieuse lorsqu'elle l'aida à se relever sembla lui en insuffler suffisamment pour qu'elle puisse se concentrer sur les nouveaux étirements qu'elle lui montrait. Au fur et à mesure de son entrainement, elle se découvrait de nouveaux muscles qui aimaient à la torturer. Heureusement pour elle la matinée se finit sur un repas frugal composé des intemporelles lamelles de viande séchée... Si l'on était ce que l'on mangeait, elle allait bientôt se retrouver beaucoup plus fine et couverte de sel... Le rêve!

La seconde moitié de la journée fut consacrée à l'apprivoisement d'un nouveau compagnon de jeu: le bâton. Elle les avait vaguement aperçus accrochés à sa selle et se doutait bien qu'ils n'étaient pas juste là pour faire jolis. Plus grand qu'elle, sa propre arme était encombrante et elle n'arrivait pas à en trouver l'équilibre. Comment pouvait-on se battre avec ça? Gracieuse lui apporta très vite la réponse sous la forme d'attaques à son encontre. Elles jouèrent un peu afin de lui permettre de trouver ses marques, avant d'en arriver aux choses sérieuses.

- L’avantage d’une arme longue et sans lame, c’est de pouvoir utiliser les deux bouts pour frapper et exploiter toute la longueur. Regarde.


Elle se mit sur le côté pour observer son maitre qui lui montra quelques passes, tantôt en le tenant au bout, tantôt au milieu. Elle se plaça ensuite à côté d'elle et elles exécutèrent de lents et larges mouvements pour exploiter toute l'allonge qu'elle gagnait. Occuper un si grand espace lui semblait quelques peu contre nature, elle qui s'était toujours beaucoup renfermée sur elle-même, et elle sentait le gouffre qui s'ouvrait dans sa défense à chaque attaque. Cette arme la mettait définitivement mal à l'aise, ce qui se sentait dans sa posture que Gracieuse du corriger plusieurs fois.
Elle ne savait pas quoi faire de toute cette masse avec laquelle elle s'embourbait: sur une telle distance tant de choses pouvait la gêner. Aux yeux de son maitre, c'était sans doute plus son bâton qui la maniait que l'inverse... Pour l'instant, elle essayait surtout de ne rien casser. Heureusement pour elle, la plaine était déserte, les chevaux s'étaient gentiment écartés pour prendre eux aussi une petite pause repas et Gracieuse avait de suffisamment bons réflexes pour se glisser sans mal sans sa garde. En même temps: qui ne l'aurait pas pu?

Le problème n'était qu'à moitié réglé lorsqu'elle prenait l'arme au milieu: certes elle gagnait en efficacité, mais elle devait aussi faire attention à l'autre bout, qu'elle tentait de caler de long d'un bras ou d'une côté, car le choc se répercutait souvent sur ces zones sensibles. Elle avait quelque peu du mal à se lancer, mais avec son maitre dans le dos elle se devait de se donner à fond. Plus vite elle connaîtrait cette arme, plus vite elles passeraient à autre chose... Un peu de lancer, peut-être? Mais l'acclimatation n'était pas facile: elle le sentait vibrer, se tortiller entre ses doigts sans parvenir à saisir son centre. Chaque infime variation devenait, au bout de l'arme, une tempête qui la faisait rater sa cible, si bien qu'elle se contractait et que ses crampes commençaient à revenir. Une arme capricieuse, mais dont elle devait reconnaître malgré elle l'efficacité... Lorsqu'elle était bien magnée.

Ce n'est qu'au bout de deux heures interminables que Gracieuse lui tendit une gourde et lui donna quelques minutes pour reprendre son souffle et s'étirer, avant de se poster devant elle, désarmée mais les avant-bras en protection.

- Un peu de pratique maintenant. D’abord, touche-moi avec ton bâton !

Le sourire de son maitre et leurs premiers échanges firent s'envoler les derniers doutes d'Alaia : elle ne la touchera pas. Restait maintenant à frapper de son mieux, à tester. Si au début elle ne faisait que varier la force et la forme des coups, elle changea progressivement la difficulté en se déplaçant autour de Gracieuse, dans un cercle parfois brisé par un assaut - le sien ou celui de son adversaire. Elle gardait toujours à l'esprit qu'il s'agissait d'un exercice et se concentrait plus sur la maitrise de sa trajectoire que sur sa vitesse. Pour cela, son maitre faisait une très bonne cible: elle n'esquivait souvent qu'à la dernière seconde, ce qui lui permettait de voir exactement où son bâton aurait touché si son coup avait porté.
L'exercice commença à lui apporter des bleus lorsque, désireuse de complexifier ses attaques, elle tentait de se servir de l'élan de la première pour enchaîner avec la seconde comme il le lui avait été conseillé. Malheureusement pour elle, cela nécessitait souvent de changer sa prise, et elle avait alors tendance à s'emmêler dans ses jambes et se bras ou à se porter des coups involontairement. Heureusement, la patience de son maitre et sa persévérance lui permirent, au bout de plusieurs heures, de pouvoir articuler un assaut correct - bien qu'inefficace... - si l'on ôtait à l'exercice les quelques contre-attaques de Gracieuse qui avaient tendance à exploiter ses faiblesses et la laisser désarçonnée.

[pas terrible... désolée]

__________________________________________


Erwan et Ella se sont penchés sur mon cas, merci à eux!


Eole est un ange et c'est elle qui a fait mon premier kit, je ne l'oublie pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gracieuse Dûbudchev
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 205
Citation : Les femmes sont comme le suspense. Plus elles éveillent l'imagination, plus elles suscitent d'émotions...
Date d'inscription : 31/10/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Langue empoisonnée
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Mer 28 Jan 2015, 21:25

[ t'inquiète, t'excuse pas, c'est très bien Razz Moi aussi j'ai des rps minables, on va pas s'excuser à chaque fois Wink ]



Alaia n’était pas du tout à l’aise avec le bâton.
Gracieuse était parfaitement consciente que chacun avait des préférences personnelles et physiologiques pour certaines armes, en fonction de leur façon de faire, d’envisager le combat, et en fonction également de leur ressenti physique et affinité avec certaines armes. Cependant, elle se devait d’apprendre à son apprentie les ficelles avec tous les types possibles d’armes, non seulement parce que cela la rendrait plus efficace pour s’adapter à de nouvelles qui ne lui appartenaient pas et dont elle pouvait avoir l’opportunité de se servir, mais également parce qu’ainsi, elles pouvaient approfondir quelles genre de faiblesses l’apprentie possédait et y remédier d’une manière ou d’une autre.
Bon, et aussi parce que les mentaïs exigeaient que les envoleurs soient capables de manier tous les types d’armes possibles et imaginables.

Si au début de l’exercice, l’apprentie lançait ses coups timidement, juste en reproduisant ce que l’envoleuse lui avait montré quelques minutes plus tôt, elle prit un peu de courage pour essayer de vraies techniques et des enchaînements.
En soi, ce n’était pas trop mal, mais on voyait clairement qu’Alaia n’était toujours pas à l’aise avec le bâton. Un léger sourire étira les lèvres de Gracieuse quand elle s’effaça devant un coup porté au niveau de son visage.
Se contorsionnant pour passer derrière l’arme de bois, elle l’attrapa au niveau du milieu avec la main gauche et sur le bout avec sa main droite, l’arrachant avec beaucoup trop de facilité à l’apprentie.

S’immobilisant presque immédiatement, Gracieuse hocha légèrement la tête.


- Tu n’es pas assez avec ton arme. Tu dois penser à elle comme un prolongement de toi-même, pas quelque chose en plus. Ce n’est pas le bâton qui frappe, c’est ta main, c’est ton pied, c’est ta volonté.

Elle lui lança le bâton à l’horizontale pour qu’elle le rattrape, avant de l’encourager d’un mouvement du menton.

- Allez, on recommence. Je ne riposte pas, mais imprègne-toi du bâton. C’est ton allié.

Finalement, après plusieurs tentatives infructueuses et techniques qui permirent à Gracieuse d’arracher le bâton des mains de la jeune fille sans qu’elle n’oppose de résistance, l’envoleuse sentit que la jeune fille commençait à comprendre ce qu’elle voulait dire.
Elles virevoltèrent encore un moment, sous le soleil qui continuait sans course inexorablement, et Gracieuse commençait à apprécier les mouvements qu’elle voyait.

Finalement, elle arrêta Alaia d’un mouvement de la main, et sourit tranquillement.


- Bon, on inverse les rôles maintenant. Allez, du nerf !

Ce fut donc à l’envoleuse d’avoir le bâton entre les mains, mais surtout à Alaia d’esquiver ses attaques. Gracieuse pouvait être sadique, mais elle était aussi relativement pédagogue, et donc elle ne donnait ni la puissance maximum, ni une rapidité impossible à éviter pour Alaia. Il fallait juste qu’elle se concentre, et qu’elle rentre dans le jeu.
Qu’elle rentre dans le combat.


- Arrête de penser que tu dois esquiver chacun de mes gestes. Pense que ce ne sont pas plusieurs gestes, plusieurs mouvements, mais un seul, long et unique, avec lequel tu joues, dans ton propre mouvement long et unique. Ne répond pas à une attaque, agis avec elle. Le combat, c’est un seul geste, un seul souffle, du début à la fin.

L’envoleuse ne ménageait pas non plus son apprentie, mais était très consciente des limites de cette dernière désormais.

__________________________________________


« Botero
C'est beau
Aller coupe coupe coupe moi les hanches
Au pinceau bleu en fines tranches
Si tu es sage je tombe le haut
Botero
C'est ça qui manquait tant à tes tableaux
Pas une moustache pour faire le beau
Si tu es sage je monte le dos »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaia Tendor
Groupe Nudii
avatar

Nombre de messages : 422
Citation : Tout ce que tu ne prends pas ne t'appartient pas de droit
Date d'inscription : 10/05/2013

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Eden, son chat en pleine croissance; ne sait ni lire ni écrire

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Mar 03 Fév 2015, 14:22

Si Alaia avait remarqué le petit sourire en coin de Gracieuse sans doute se serait-elle méfié, mais pour le coup elle était bine trop concentrée pour regarder autre chose que le bâton qu'elle tenait entre les mains et sa prochaine cible. Elle fut donc totalement prise par surprise lorsque son maitre se mit à bouger dans un souple arc de cercle et referma ses mains sur son arme pour la lui arracher des mains, lui tordant le poignet au passage. Désarçonnée, elle laissa s'échapper un petit cri de surprise avant de faire jouer ses articulations endolories. Comment avait-elle pu lui arracher aussi facilement son arme? La réponse lui vint de ses lèvres...

- Tu n’es pas assez avec ton arme. Tu dois penser à elle comme un prolongement de toi-même, pas quelque chose en plus. Ce n’est pas le bâton qui frappe, c’est ta main, c’est ton pied, c’est ta volonté.

Elle attrapa le-dit bâton au vol avant de se remettre en garde sur un signe de son maitre. Ses mots tourbillonnaient toujours dans son esprit: il lui semblait que les mêmes remarques fusaient à chaque cours, était-elle donc incapable d'apprendre? Ce n'était plus de l'accablement mais une sorte de sain défit lancé à elle-même, et la différence se sentait dans sa posture.

- Allez, on recommence. Je ne riposte pas, mais imprègne-toi du bâton. C’est ton allié.

Leur danse recommença et peu à peu le rôle du chef d'orchestre changea de main. Ses muscles lui faisaient sentir le passage du temps, la contraignant à effectuer des mouvements plus simples qu'elle tâchait de son côté de garder efficace. Le bâton était son allié et un prolongement de son bras... elle devait donc composer avec lui aussi sûrement qu'elle négociait avec ses muscles. Rester souple et s'adapter à son arme comme à elle-même.
Elle qui avait pendant longtemps côtoyé le bois ne l'avait jamais vu qu'immobile et soumis à sa volonté, mais avait aussi appris à adapter sa frappe à son âge et sa texture. A présent qu'il se mouvait entre ses mains elle ne devait pas oublier ces principes, simplement les changer de forme pour qu'ils s'adaptent à ce qu'elle était devenue. Au final, elle bougeait autant que son arme.
Leur combat dura une bonne partie de l'après-midi et c'est essoufflée que la jeune femme s'immobilisa sur une injonction de Gracieuse.

- Bon, on inverse les rôles maintenant. Allez, du nerf !

Une poignée de secondes à peine lui fut accordée pour souffler avant que la traque ne recommence : cette fois-ci elle était la proie. Au début elle bougeait beaucoup aux réflexes, tâchant de trouver dans les mouvements de Gracieuse ce petit détail qui lui révèlerait sa prochaine attaque. Elle admirait au passage sa maitrise de l'arme qu'elle avait eut entre les mains quelques minutes plus tôt et regrettait de n'avoir pas plus prêté attention aux techniques d'esquives de son maitre. Là aussi, son souffle se fit court très rapidement et elle se contenta d'arcs de cercles jusqu'à ce que les mouvements adverses ne se complexifient. Elle n'avait pas affaire à un ivrogne titubant qui brandissait un pied de chaise, mais à une combattante. Un état de fait qui lui fut rappelé poétiquement par l'éclosion de fleurs bleues sur sa peau.

- Arrête de penser que tu dois esquiver chacun de mes gestes. Pense que ce ne sont pas plusieurs gestes, plusieurs mouvements, mais un seul, long et unique, avec lequel tu joues, dans ton propre mouvement long et unique. Ne répond pas à une attaque, agis avec elle. Le combat, c’est un seul geste, un seul souffle, du début à la fin.

La voix avait surgit de nul part lui semblait-il, d'une autre galaxie où elle n'était pas juste esquive et douleur. Où une cohérence agitait ce bâton qui virevoltait sous ses yeux. Où son adversaire serait à son niveau, pas juste une marche au-dessus. Ce n'était qu'une marche, mais que lui valait-elle de bleus! Heureusement cet aparté lui permit de reprendre quelque peu ses esprits et d'élargir le champ de ses perceptions : cet arme qui accaparait toute son attention était tenue par son maitre, qui avait pour but de la faire progresser. La fatigue rendait ses muscles tremblants et obscurcissait ses pensées mais quelques secondes à laisser glisser son regard sur l'horizon lui permit de reprendre son souffle.
Un petit intermède qui cessa bien vite puisqu'elle aperçu, du coin de l'œil, l'ennemi de bois revenir à la charge comme un oiseau fondant sur sa proie. Un pas à gauche et un effacement de ses épaules écarta la menace qui se présenta une seconde plus tard sous la forme de l'autre bout du bâton qui plongeait vers son ventre.
Elle sentait encore l'élan de son esquive précédente tirer sur ses muscles, et décida cette fois-ci de l'écouter, dusse cela lui couter son équilibre. Elle acheva donc son demi-tour sur une note moins contrôlée et, par réflexe, agrippa la première chose qui lui passa sous la main... à savoir l'épaule de son maitre. Une courte prise d'appui suffit à lui faire retrouver son équilibre juste à temps pour sauter en arrière et sentir le bois frôler son bras mis en défense. Le cercle invisible qui entourait la silhouette de Gracieuse semblait s'être estompé et libérait quelques peu ses mouvements. Ses deux mains étaient occupée par son arme, que risquait-elle à se servir de tout ce qui dépassait pour l'esquiver? Elle n'était pas en sucre l'envoleuse, ni recouverte d'acide et faisait autant partie de son environnement que les pierres ou les herbes rases.
Au point où elle en était, tout lui paraissait bon pour pouvoir continuer.

__________________________________________


Erwan et Ella se sont penchés sur mon cas, merci à eux!


Eole est un ange et c'est elle qui a fait mon premier kit, je ne l'oublie pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gracieuse Dûbudchev
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 205
Citation : Les femmes sont comme le suspense. Plus elles éveillent l'imagination, plus elles suscitent d'émotions...
Date d'inscription : 31/10/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Langue empoisonnée
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Mer 11 Fév 2015, 21:05

[ Super court ! Mais je ne voulais pas trop anticiper ! Wink ]



D’abord surprise, Gracieuse hésita un infime instant, avant de sourire.
Parce qu’Alaia s’était appuyée sur elle pour esquiver. Parce que la jeune fille était en train de comprendre dans un sens bien plus profond ses paroles qu’elle ne l’avait imaginé.

Le sourire de l’Envoleuse ne fit que s’élargir, tandis que la jeune fille ne cessait de revenir vers elle pour éviter son bâton. Cela fonctionnait. Cela fonctionnait certes parce qu’elle n’avait que le bâton, qu’elle n’utilisait rien d’autre, et qu’elle se contentait de vouloir la toucher avec le bâton. Mais par sa réflexion, Alaia avait amené une autre leçon.
Qui brillait déjà dans ses yeux.

- C’est ça, Alaia. Tu dois voler le temps du guerrier. Voler sa force. La renverser pour l’utiliser.

Gracieuse avait murmuré, mais elle savait que la jeune fille l’avait entendue.
Continuant à tourbillonner, l’envoleuse commença à esquiver les mouvements de son élève qui tentait toujours de s’appuyer sur elle, pour qu’elle trouve une nouvelle stratégie de défense, la pousser encore dans de nouveaux retranchements.

Parce que si là, elle était face à son maître et donc n’avait que très peu de chances de risquer sa vie, lorsqu’elle serait face à des guerriers, expérimentés ou non, il faudrait qu’elle défende sa féminité autant que sa vie.
Gracieuse ne lâchait rien.
Parce qu’Alaia devait savoir reconnaître ses limites, et qu’elle devait les repousser, sans cesse.



__________________________________________


« Botero
C'est beau
Aller coupe coupe coupe moi les hanches
Au pinceau bleu en fines tranches
Si tu es sage je tombe le haut
Botero
C'est ça qui manquait tant à tes tableaux
Pas une moustache pour faire le beau
Si tu es sage je monte le dos »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaia Tendor
Groupe Nudii
avatar

Nombre de messages : 422
Citation : Tout ce que tu ne prends pas ne t'appartient pas de droit
Date d'inscription : 10/05/2013

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Eden, son chat en pleine croissance; ne sait ni lire ni écrire

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Sam 21 Fév 2015, 18:03

Trop concentrée sur l’arme et la combattante qui la maniait, la jeune femme n’avait pas remarqué le sourire qui avait étiré les lèvres de Gracieuse, pas plus que son temps d’arrêt qui s’était caché parmi le rythme du combat. Elle qui commençait à peine à s’ouvrir à lui avait encore du mal à en percevoir les subtilités, aussi fallut-il attendre que les mots de son maitre ne chatouillent son tympan pour que son regard ne se détourne de sa trajectoire… grave erreur qui lui coûta un futur bleu au bras. On n’entend pas avec les yeux, son geste avait été inutile et elle le savait, et se maudissait pour ses réflexes malheureux. Un temps passa avant qu’elle ne revienne jouer, juste celui que son esprit ne se reconcentre suffisamment pour qu’elle puisse de nouveau se risquer dans son cercle.
A qui appartenait ce cercle ?

La réflexion de Gracieuse lui semblait comme creuse face à l’évidence de ce qu’elle avait découvert. Redécouvert. Depuis quand cette distance s’était-elle instaurée ? Pourquoi ne pas s’approcher des autres aussi près que leurs corps se touchent, se confondent au final. Car à quoi cela servait-il de simplement effleurer lorsqu’une force pouvait lier le faucon et sa proie, la chair à la chair. Pourquoi…
Un gouffre s’ouvrit devant elle, dans lequel son regard plongea dans un instant d’adrénaline qui la ramena au moment présent. Son support s’était esquivé dans un mouvement d’épaule qui lui donna presque envie de répliquer. Presque, car au lieu du coup de pied qui prenait forme dans son esprit se fut la roulade qui se matérialisa, juste avant le saut. Un bête élan en avant, dans l’éventualité où elle aurait été suivie, qui la conduisit juste assez loin pour qu’elle sente passer dans son dos le souffle du mouvement rotatif du bâton qui revenait à la charge. Elle se retourna dans une esquive pour faire de nouveau face à son adversaire. On n’entend pas avec les yeux mais elle n’entendait pas encore assez bien pour pouvoir s’en passer. Elle n’en avait même pas encore l’idée.

Si son adversaire commençait à vouloir esquiver il allait falloir redoubler d’ingéniosité pour conserver ce rythme. Il ne suffisait pas de faire marche arrière pour revenir aux bêtes esquives – car ni elle ni Gracieuse ne le lui permettrait – il fallait ruser, faire croire que l’épaule était son prochain perchoir alors que son autre bras cherchait son ventre. Etrange, ainsi elle avait presque l’impression de se battre réellement, sans aucune agressivité cependant. Elle ne cherchait pas à faire mal, juste à rester sur ses deux jambes. Mais au contraire, cela donnait à leur danse une certaine fluidité.
Elle qui commençait sérieusement à fatiguer mordit plusieurs fois le bois ou la poussière alors que la concentration requise pour coordonner bras et jambe l’abandonnait peu à peu. Il lui était apparu comme évident au bout de quelques passes ratées que se contenter du haut du corps pour compenser les égarements de sa seconde moitié allait être plus qu’insuffisant. L’improvisation et l’innovation étaient ses meilleures alliées après tout… Elle renoua ainsi avec son premier réflexe et commença à bouger les jambes aussi, n’hésitant pas quelques fois à passer d’une situation instable à un point clairement critique parce qu’elle le sentait bien. Cela avait au moins le mérite de détourner une fraction de l’attention de son vis-à-vis ce qui lui permettait quelques fois d’arriver à ses fins. Et d’autres d’aggraver sa situation. Elle arrivait parfois à sentir les limites de son propre espace et à percevoir comme un fil de possibilités. Elle appréhendait mieux son corps et sa logique personnelle commençait à intégrer les bornes de ses capacités – que ce soit de force ou de souplesse. Ce qui ne l’empêchait évidemment pas de commettre trois fois les mêmes erreurs avant que son cerveau accepte de comprendre que oui, décidément, une dizaine de séances d’abdominaux seront nécessaires avant qu’elle n’arrive à se vriller efficacement.

Dans son esprit germa un curieux écho entre leur exercice d’aujourd’hui et la chasse d’un certain grelot… Un sourire naquit fugitivement sur ses lèvres. Non, décidément, elle n’avait vraiment pas eu une seule chance de l’attraper. Une expression qui se transforma en grimace douloureuse lorsque, suite à une mauvaise réception, elle avait tenté une autre roulade mais que son poignet n’avait pas réagi assez rapidement pour éviter d’être sauvagement tordu. Elle étouffa un petit hoquet sous la surprise avant de s’écarter de trois bons pas de la silhouette armée le temps que la douleur ne passe. Fatigue, sa pire ennemie, commençait à prendre le dessus.
Repousser ses limites : oui, mais pas les dépasser. Elle demanda donc une pause à Gracieuse, juste le temps de boire, de manger un morceau, et de faire en sorte qu’elle puisse fermer le poing sans grimacer. Mine de rien, elle était contente de voir clairement les frontières de ses capacités… Au moins, elle était sûre de vraiment travailler à fond !

__________________________________________


Erwan et Ella se sont penchés sur mon cas, merci à eux!


Eole est un ange et c'est elle qui a fait mon premier kit, je ne l'oublie pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gracieuse Dûbudchev
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 205
Citation : Les femmes sont comme le suspense. Plus elles éveillent l'imagination, plus elles suscitent d'émotions...
Date d'inscription : 31/10/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Langue empoisonnée
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Mer 08 Avr 2015, 19:24

[ J'ai perdu la main avec Gracieuse avec tout ce temps loin du forum ! J'essaye de me rattraper la prochaine fois Wink ]


Alaia virevoltait.
Non plus comme une enfant qui n'avait aucune marque et qui tentait coûte que coûte de toucher son adversaire sans réfléchir, mais comme une apprentie qui avait encore beaucoup à apprendre, mais qui s'ouvrait à l'art du combat.
Car oui, le combat était un art. Gracieuse aimait même le qualifier de danse : elle dansait avec son adversaire. Certes, c'était une danse où l'on gagnait ou l'on perdait contre son partenaire, une danse où la mort pouvait être au rendez-vous au ; mais la mort embrassait n'est-ce pas ? Comme à la fin d'une danse passionnée le couple s'embrassait.
On pouvait parler de danse macabre. C'était encore plus parlant.

L'apprentie répétait parfois ses erreurs, et parfois non. Comme si son cerveau n'avait pas la même considération pour tous les types d'erreurs, ce qui était certainement vrai : chacun avait sa propre perception de l'échec et parfois pouvait croire que le corps pouvait aller plus loin – ou moins.
Gracieuse percevait un battement, une ligne de vie. Une ligne de pulsion, passionnée, instinctive, qui émanait de son apprentie alors que cette dernière s'investissait à corps perdu dans l'exercice – car au final, ce n'était pas vraiment un combat, même si elles dansaient.

L'envoleuse voulait l'ammener tout près de ses limites. Maintenant elle en avait une très bonne idée et c'était pour cela qu'encore, elle ne cessait de la pousser dans ses retranchements : pour qu'Alaia les perçoive aussi bien qu'elle, et qu'elle sache faire avec. Qu'elle en ait conscience pour les repousser.

Alors, quand la jeune fille demanda une pause, ruisselante de sueur, essoufflée mais souriante, Gracieuse lui répondit d'un hochement de tête approbateur.
Elles mangèrent donc un repas de viande froide et séchée accompagnée d'une miche de pain complet. Cependant, Alaia semblait dans l'optique de reprendre le combat, alors Gracieuse lui sourit en passant ses doigts sur sa joue doucement.


- On ne va pas reprendre le combat, jeune fille. Tu t'es pas mal débrouillée. J'aimerais que tu réflechisses et que tu me dises ce qui t'a handicapée pendant ce combat, ce que tu en tires comme conclusion. Le sourire sur ses lèvres s'étira un peu plus, et elle ramena sa main sur sa cuisse.

Le feu flambait haut, leur permettant de ne pas avoir froid, alors que la nuit était enfin tombée alors qu'elles mangeaient toutes les deux. Il faudrait chasser le petit déjeuner le lendemain matin, et l'envoleuse était presque certaine que l'apprentie s'en doutait.
Un petit soupir franchit ses lèvres, et elle prit une grande inspiraiton en fermant les yeux, attendant une réponse d'Alaia.

__________________________________________


« Botero
C'est beau
Aller coupe coupe coupe moi les hanches
Au pinceau bleu en fines tranches
Si tu es sage je tombe le haut
Botero
C'est ça qui manquait tant à tes tableaux
Pas une moustache pour faire le beau
Si tu es sage je monte le dos »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaia Tendor
Groupe Nudii
avatar

Nombre de messages : 422
Citation : Tout ce que tu ne prends pas ne t'appartient pas de droit
Date d'inscription : 10/05/2013

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Eden, son chat en pleine croissance; ne sait ni lire ni écrire

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Mer 22 Avr 2015, 15:37

[*lui tend une main* tient, je te la prête mais tu me la rendras pour ma prochaine réponse, hein? Razz ]


Même si son cœur était redevenu calme et que ses muscles commençaient à se détendre, son esprit était encore prit par le combat et, sur le coup, elle n’avait en tête qu’un très banal et inutile « c’était fun ! ». Etrange considération si l’on considérait que quelques mois plus tôt, elle était profondément pacifiste… A croire que mort et dangers ne faisaient qu’attiser un ancien instinct de protection : les morts ne tuent plus personne. La sûreté illusoire des terres civilisées de l’Empire était en un sens plus à craindre que les crocs et le fer… Mais pouvait-on vraiment comparer leur échange à un vrai combat ?
Son esprit se redirigea vers la question de Gracieuse : quels avaient été ses erreurs ? De son point de vue elle n’avait vu qu’un couple de corps s’écarter et se rejoindre, variant vitesse et intensité des coups, répétant leurs mouvements durant des minutes qui lui avaient paru trop courtes.

D’accord

Telle était la seule réponse qu’elle pouvait offrir à son maitre en l’instant : la promesse de lui obéir et de réfléchir en effet à ce qu’elle avait fait. Comment. A ce qu’elle n’avait pas fait. Pourquoi. Pour aboutir à ce qu’elle aurait dû faire, porte à de prévisibles heures d’exercices éreintants. N’avaient-elles pas la vie entière à remplir ainsi ? Mais pour l’instant, Gracieuse semblait vouloir la ménager après ces heures d’exercices et elles passèrent le reste de la soirée autour d’assouplissements, ce qui était parfait pour réfléchir. A l’écoute de son corps, elle pouvait revenir mentalement sur les événements de l’après-midi, une activité qui lui prit toute la soirée. Naturellement, elle se porta volontaire pour le premier tour de garde et, emmitouflée dans sa couverture, face au feu, elle laissait son regard divaguer au milieu des éclats de lumière. Les oreilles distraitement occupées à surveiller les horizons, elle se mordillait pensivement la lèvre inférieure, de moins en moins convaincue de l’utilité de ses recherches. Au fur et à mesure de son analyse, les images se faisaient de plus en plus floues sans qu’elle ne puisse vraiment dégager un fil conducteur, aussi prit-elle appui sur son environnement pour se rappeler ses erreurs. La forme de cet arbuste n’était pas sans rappeler la sienne lorsqu’elle avait fini par s’écraser sous son propre poids. Force. Le tiraillement des muscles de son bras n’était pas sans lui rappeler sa récente blessure : elle devait mieux contrôler son corps. Souplesse. Oui, mais à part ça ? Quels éléments techniques lui manquaient-ils ?
Elle jeta une branche au milieu des braises ardentes et une nuée d’étincelles monta vers les étoiles. Elle laissa son esprit errer un moment, embuée par une vague de sommeil qui déferlait, mais la repoussa en se pinçant violemment avant de continuer son observation des alentours. Là, elle avait été éblouie par le soleil juste le temps d’effectuer la roulade qui avait de nouveau placé l’astre sur son côté ; pourtant sa hanche violacée pouvait témoigner de ses lacunes. Vitesse. Au loin, le hurlement d’un loup se fit entendre, stoppant net ses réflexions, mais elle finit par se détendre en entendant les réponses de ses congénères loin vers sa droite : ils ne passeront pas par le camp. Ici était la pierre sur laquelle elle avait trébuché à l’issue d’une esquive, ouvrant largement sa garde aux coups qui ne tardèrent pas à s’abattre. Coordination. Jusqu’où donc pouvait s’étendre l’aire d’action de son maitre ? Ouverture.


Ses pensées divaguaient au rythme lent du fleuve étoilé et, avant que la Lune n’ait atteint le milieu de sa course, l’apprentie s’était endormie… Oubliant au passage de réveiller son maitre. Le réveil s’annonçait difficile. En effet, privée de petit déjeuner, elle se vit entrainée dans une partie de chasse qui visait sans doute à faire ressurgir les souvenirs des traques de ses cours précédents en plus de leur fournir de la nourriture. De quoi mêler l’utile au nécessaire, même si l’attente prolongée commençait à faire naitre un concert de gargouillis peu discrets.
Cette fois-ci, elle prit plus d’initiatives, proposant les terrains d’attente qui lui semblaient les plus adaptés et observant avec attention son environnement à la recherche de traces de vie. Malheureusement, les portes grandes ouvertes de l’hiver avaient laissé entrer un vent mordant qui chassait proies et prédateurs dans leurs terriers pour l’hiver, il lui fallait donc changer de technique d’approche. Son regard balayait la plaine à la recherche de renfoncements qui auraient pu abriter un de ces terriers tandis que ses pas se voulaient les plus légers possibles pour ne pas effrayer ses possibles proies. En cette saison, les petits insouciants étaient devenus trop mâtures et méfiants pour qu’elle se trouve une cible innocente et curieuse qu’elle aurait pu attirer simplement. Après une séries d’essaies plus ou moins fructueux, elle parvint à anticiper avec assez de précision la réaction d’un lièvre qui se vit attribuer la difficile mission de remplir leurs estomacs. Le plus difficile était sans doute de frapper au bon moment. Trop tôt, et l’animal se figeait ; trop tard, et il filait à toutes pattes. A vrai dire, elle était assez fière de sa technique…
Elle avait gratté la fine couche de terre qui entourait le terrier de telle sorte à le boucher presque complètement. Après cela, il lui suffisait d’effrayer l’animal en frappant violement sur le toit de sa tanière et il ne tardait pas à débarquer au triple galop avant de s’enliser dans la couche de terre molle juste le temps qu’il lui fallait pour l’attraper et l’égorger. Bien sûr, cela ne fonctionnait que s’il n’y avait qu’une seule sortie, et elle s’était faite avoir une fois avant de chercher une possible seconde issue et de la boucher avec soin. Pas une seule fois elle n’avait même imaginé demander un coup de main à Gracieuse, pour surveiller la seconde sortie par exemple…
Ce n’est qu’une fois la quantité de viande amassée jugée acceptable par Gracieuse qu’elles se mirent en route pour leur campement et le reliquat de feu qu’elles ravivèrent par plusieurs poignées d’herbes sèches et quelques morceaux de bois. Le repas disparut aussi rapidement que les proies qui lui avaient échappées, et ce n’est qu’alors qu’elle se levait pour seller Impal qu’elle lui fit part de ses conclusions nocturnes.

« Au-delà de la force physique ou de la technique, il me manquait autre chose. Je pense que même l’homme le plus rapide, le plus fort, le plus souple et le plus précis du monde peut perdre. Inversement, un autre homme bien inférieur peut tenir tête à plusieurs ennemis. Mais ce serait plus quelque chose que l’on trouve par la pratique… sinon tu ne m’aurais pas entrainée en-dehors du dojo du Domaine, n’est-ce pas ? »

A ces mots, elle se tourna vers son maitre, presque sûre que sa question restera sans réponse…

__________________________________________


Erwan et Ella se sont penchés sur mon cas, merci à eux!


Eole est un ange et c'est elle qui a fait mon premier kit, je ne l'oublie pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gracieuse Dûbudchev
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 205
Citation : Les femmes sont comme le suspense. Plus elles éveillent l'imagination, plus elles suscitent d'émotions...
Date d'inscription : 31/10/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Langue empoisonnée
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Jeu 30 Avr 2015, 23:34

- Hum hum. Comment ressens-tu cette "chose" alors ? Qu'est-ce qui te fait croire que ce que tu décris existe vraiment ?



[ Je vais m'auto-flageler pour le temps que j'ai mis à pondre 3 phrases ! marteau ]

__________________________________________


« Botero
C'est beau
Aller coupe coupe coupe moi les hanches
Au pinceau bleu en fines tranches
Si tu es sage je tombe le haut
Botero
C'est ça qui manquait tant à tes tableaux
Pas une moustache pour faire le beau
Si tu es sage je monte le dos »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaia Tendor
Groupe Nudii
avatar

Nombre de messages : 422
Citation : Tout ce que tu ne prends pas ne t'appartient pas de droit
Date d'inscription : 10/05/2013

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Eden, son chat en pleine croissance; ne sait ni lire ni écrire

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Ven 01 Mai 2015, 19:55

- Parce que je l'ai vu


[note la réponse la plus utile de l'univers!]

__________________________________________


Erwan et Ella se sont penchés sur mon cas, merci à eux!


Eole est un ange et c'est elle qui a fait mon premier kit, je ne l'oublie pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gracieuse Dûbudchev
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 205
Citation : Les femmes sont comme le suspense. Plus elles éveillent l'imagination, plus elles suscitent d'émotions...
Date d'inscription : 31/10/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Langue empoisonnée
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Ven 01 Mai 2015, 20:43

- Est-ce que tu penses être capable de me détailler plus que ça ? Essaye s'il te plait.


[ Je l'ai bien mérité Razz ]

__________________________________________


« Botero
C'est beau
Aller coupe coupe coupe moi les hanches
Au pinceau bleu en fines tranches
Si tu es sage je tombe le haut
Botero
C'est ça qui manquait tant à tes tableaux
Pas une moustache pour faire le beau
Si tu es sage je monte le dos »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaia Tendor
Groupe Nudii
avatar

Nombre de messages : 422
Citation : Tout ce que tu ne prends pas ne t'appartient pas de droit
Date d'inscription : 10/05/2013

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Eden, son chat en pleine croissance; ne sait ni lire ni écrire

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Ven 01 Mai 2015, 20:51

-En combat... je ne sais pas vraiment. Mais as-tu déjà eu l'impression que l'eau s'ouvrait pour laisser passer quelqu'un? Lorsqu'il plonge j'entends...

__________________________________________


Erwan et Ella se sont penchés sur mon cas, merci à eux!


Eole est un ange et c'est elle qui a fait mon premier kit, je ne l'oublie pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gracieuse Dûbudchev
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 205
Citation : Les femmes sont comme le suspense. Plus elles éveillent l'imagination, plus elles suscitent d'émotions...
Date d'inscription : 31/10/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Langue empoisonnée
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Ven 01 Mai 2015, 21:07

- C'est le genre de choses auquelles j'aspire pour toi, jeune fille !

__________________________________________


« Botero
C'est beau
Aller coupe coupe coupe moi les hanches
Au pinceau bleu en fines tranches
Si tu es sage je tombe le haut
Botero
C'est ça qui manquait tant à tes tableaux
Pas une moustache pour faire le beau
Si tu es sage je monte le dos »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaia Tendor
Groupe Nudii
avatar

Nombre de messages : 422
Citation : Tout ce que tu ne prends pas ne t'appartient pas de droit
Date d'inscription : 10/05/2013

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Eden, son chat en pleine croissance; ne sait ni lire ni écrire

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Ven 01 Mai 2015, 21:11

- Ah... euh... J'ai bon alors? Je veux dire... c'était très impressionnant mais je n'ai absolument pas compris comme elle a fait ça... Ce n'est pas parce que je l'ai vu que je saurais le faire. Mais ça me tente bien oui !

__________________________________________


Erwan et Ella se sont penchés sur mon cas, merci à eux!


Eole est un ange et c'est elle qui a fait mon premier kit, je ne l'oublie pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gracieuse Dûbudchev
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 205
Citation : Les femmes sont comme le suspense. Plus elles éveillent l'imagination, plus elles suscitent d'émotions...
Date d'inscription : 31/10/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Langue empoisonnée
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Mar 12 Mai 2015, 19:24

- Tu auras bon quand tu arriveras à mettre un minimum de mots sur ce que tu ressens. Essaye encore. Les mots sont des armes, jeune fille. Il faut que tu apprennes à les manier un peu mieux que ça.

__________________________________________


« Botero
C'est beau
Aller coupe coupe coupe moi les hanches
Au pinceau bleu en fines tranches
Si tu es sage je tombe le haut
Botero
C'est ça qui manquait tant à tes tableaux
Pas une moustache pour faire le beau
Si tu es sage je monte le dos »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaia Tendor
Groupe Nudii
avatar

Nombre de messages : 422
Citation : Tout ce que tu ne prends pas ne t'appartient pas de droit
Date d'inscription : 10/05/2013

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Eden, son chat en pleine croissance; ne sait ni lire ni écrire

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Mar 12 Mai 2015, 19:45

-Ah... Euh... C'est comme de rentrer dans ton cercle. Dans l'exercice juste avant j'entends, lorsqu'il fallait que je me mette en danger pour t'atteindre. Non... pas vraiment. Disons que c'est plus que juste s'adapter à la technique de l'adversaire. Parce que savoir ce qu'il va faire et comment le bloquer c'est bien mais... il faut le faire au bon moment, et ça ne dépend pas que de ce qu'on a appris. C'est pas comme si c'était une recette de cuisine. C'est plutôt comme le jeu de l'esquive avec la clochette: il faut agir et réagir au bon moment, et s'adapter. Mon père arrivait à faire ça avec les coureurs: il pouvait savoir quand ils allaient l'attaquer et pouvait leur attraper le cou. Si on dit que l'homme rapide et précis d'avant est un coureur, il suffirait d'attaquer au bon moment. Au final, ce serait surtout pour la contre-attaque que la technique est importante? Et l'esquive ne demanderait que des capacités physique et de l'observation?

__________________________________________


Erwan et Ella se sont penchés sur mon cas, merci à eux!


Eole est un ange et c'est elle qui a fait mon premier kit, je ne l'oublie pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gracieuse Dûbudchev
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 205
Citation : Les femmes sont comme le suspense. Plus elles éveillent l'imagination, plus elles suscitent d'émotions...
Date d'inscription : 31/10/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Langue empoisonnée
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Jeu 14 Mai 2015, 22:55

- Hum, donc tu laisserais l'adversaire t'attaquer le premier ? N'est-ce pas perdre un avantage ?

__________________________________________


« Botero
C'est beau
Aller coupe coupe coupe moi les hanches
Au pinceau bleu en fines tranches
Si tu es sage je tombe le haut
Botero
C'est ça qui manquait tant à tes tableaux
Pas une moustache pour faire le beau
Si tu es sage je monte le dos »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaia Tendor
Groupe Nudii
avatar

Nombre de messages : 422
Citation : Tout ce que tu ne prends pas ne t'appartient pas de droit
Date d'inscription : 10/05/2013

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Eden, son chat en pleine croissance; ne sait ni lire ni écrire

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Jeu 14 Mai 2015, 23:04

- Ca dépend... S'il est loin je ne vais pas me gêner pour lui tirer une flèche ou un poignard, mais en combat rapproché, je trouve que réagir est plus facile qu'agir. Plusieurs fois quand je t'ai attaqué tu as pu trouver une faille dans ma garde... Alors que quand personne ne bouge on est plus concentrées.

__________________________________________


Erwan et Ella se sont penchés sur mon cas, merci à eux!


Eole est un ange et c'est elle qui a fait mon premier kit, je ne l'oublie pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gracieuse Dûbudchev
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 205
Citation : Les femmes sont comme le suspense. Plus elles éveillent l'imagination, plus elles suscitent d'émotions...
Date d'inscription : 31/10/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Langue empoisonnée
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Jeu 14 Mai 2015, 23:06

- C'est à cause de ton manque de précision. Prendre l'initiative ne pourrait donc pas déboucher sur un combat réduit à un seul coup : le tien ?

__________________________________________


« Botero
C'est beau
Aller coupe coupe coupe moi les hanches
Au pinceau bleu en fines tranches
Si tu es sage je tombe le haut
Botero
C'est ça qui manquait tant à tes tableaux
Pas une moustache pour faire le beau
Si tu es sage je monte le dos »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaia Tendor
Groupe Nudii
avatar

Nombre de messages : 422
Citation : Tout ce que tu ne prends pas ne t'appartient pas de droit
Date d'inscription : 10/05/2013

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Eden, son chat en pleine croissance; ne sait ni lire ni écrire

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Jeu 14 Mai 2015, 23:11

-Si... Mais je pense qu'attendre ne pourrait pas être un si grand désavantage. Ca dépend si tu es pressée au pas!

__________________________________________


Erwan et Ella se sont penchés sur mon cas, merci à eux!


Eole est un ange et c'est elle qui a fait mon premier kit, je ne l'oublie pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gracieuse Dûbudchev
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 205
Citation : Les femmes sont comme le suspense. Plus elles éveillent l'imagination, plus elles suscitent d'émotions...
Date d'inscription : 31/10/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Langue empoisonnée
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   Jeu 14 Mai 2015, 23:15

- Tu penses réellement que c'est le seul facteur important ? Et on est toujours pressés de finir un combat. Plus il s'éternise, et plus on perds son énergie et son temps. Un bon combat est un combat terminé. Parce que les guerriers, les brigands, les violeurs, les voleurs, ne se battent pas pour se battre. Ils se battent pour gagner. Ils se battent pour survivre et accéder à ce qu'ils veulent.

__________________________________________


« Botero
C'est beau
Aller coupe coupe coupe moi les hanches
Au pinceau bleu en fines tranches
Si tu es sage je tombe le haut
Botero
C'est ça qui manquait tant à tes tableaux
Pas une moustache pour faire le beau
Si tu es sage je monte le dos »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Groupes Nudii - Cours n°3   

Revenir en haut Aller en bas
 
Groupes Nudii - Cours n°3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Nord :: Royaume Raï-
Sauter vers: