AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Mer 29 Juil 2015, 18:02

Le vent sifflait à ses oreilles. Bruyant, il l'accompagnait pourtant depuis des jours et des jours, en rafales incessantes, tourbillonnant dans ses cheveux, emmêlant les crins de sa jument alors qu'elle galopait à bride abattue vers le Nord.
Après être revenue à Al-Chen pour récupérer sa monture, Kaünis avait décidé de partir vers le Nord. Cela faisait longtemps qu'elle avait envie d'y retourner, après son dernier périple avec Gil derrière la Chaîne du Poll.
Pour le moment, elle longeait le Pollimage sur Voyage, qui était heureuse de pouvoir galoper de tout son soûl. La petite jument avait attendu avec impatience sa cavalière dans les écuries d'Al-Chen, sans doute alertée par un sixième sens qu'elles repartiraient rapidement à l'aventure.

Se redressant sur sa selle pour faire ralentir l'équidé, Kaünis ferma les yeux pour profiter du vent qui cinglait son visage et claquait dans sa tignasse noire qui n'avait jamais été si longue, même ramenée en une haute queue de cheval.
Voyage repassa au trot, puis au pas, soufflant fort mais toujours très dynamique, les oreilles pointées vers l'avant et les naseaux frémissants.

Le soleil se couchait derrière les Plateaux d'Astariul, faisant danser des reflets scintillant sur le flot tumultueux de l'immense fleuve qui courait vers le sud.
Devant cette vision merveilleuse, Kaünis se prit à croire que de toutes façons, elle était toujours beaucoup plus heureuse quand elle était seule.


* * *


Cela faisait plusieurs jours que Kaünis avait bifurqué complètement à l'Est pour suivre la piste qui emmenait vers la Citadelle des Frontaliers, et après vers l'Oeil d'Otolep. Elle n'était pas certaine de vouloir aller jusqu'à ce lac mystérieux, mais elle avait par contre très envie de découvrir la Citadelle : elle n'avait rencontré qu'une seule fois un Frontalier – ou plutôt une Frontalière – et avait très envie d'en savoir plus sur ces guerriers de légende. Peut-être même qu'elle en mettrait un au défi de la battre en combat singulier.

- Mademoiselle?

La voix de la serveuse la ramena à la réalité, c'est-à-dire dans une petite auberge d'un petit village qui se dressait à une journée à pieds de la Citadelle. Village de chasseurs-cueilleurs, sans besoin de muraille grâce à la proximité des guerriers de légende non loin de là, et la certitude que le cor retentirait si les Raïs venaient à s'enfoncer trop loin dans l'arrière-pays.

- Euh, pardon. Une assiette de lièvre fumé s'il vous plait.

La jeune fille, qui devait avoir à peine un an de moins qu'elle, hocha la tête vivement, nota sa commande sur son petit carnet avant de s'éloigner vers les cuisines. Ce fut le moment où l'Envoleuse laissa son regard voleter sur la salle pour en saisir quelques détails.
Il n'y avait pas d'ivrognes dans la salle, mais surtout des fermiers, des chasseurs et quelques autres travailleurs. Celui à la table juxtaposée à la sienne devait être bûcheron, au vu des tonneaux qu'il avait à la place des bras, mais surtout à la hache dont le manche était patiné par l'usage qui était posée à côté de sa chaise.
Kaünis ne repéra pas grand-chose d'intéressant dans la salle, aussi quand son plat arriva fumant, elle n'hésita pas une seconde avant de s'y attaquer, garder un œil sur la porte d'entrée.
Alors qu'elle finissait de saucer son assiette, un homme pénétra dans la petite taverne. Sa démarche était souple et efficace, son regard perçant et vif. Il arborait une barbe de deux jours d'un brun légèrement plus foncé que ses cheveux, et ses yeux étaient d'un vert vif qui aurait pu faire peur. Une poignée de sabre vieillie et cornée se détachait entre ses épaules et son accoutrement composé de plaque de métal léger et de cuir était celui d'un guerrier.

Un Frontalier ?

Repoussant ses couverts, l'Envoleuse le détailla tandis qu'il se dirigeait vers le comptoir et s'atablait à deux chaises d'elle. Il se rendit compte de l'examen de la jeune femme et se contenta de poser son regard si pâle dans le sien ; cependant cela n'eut sans doute pas l'effet escompté car loin de rougir ou d'être gênée, Kaünis lui sourit de manière la plus avenante possible pour elle. Après tout il avait à peu près son âge.
Se redressant sur sa chaise, elle se leva pour s'approcher de lui en lui tapotant du doigt sur l'épaule.

- Dis… Je voudrais rejoindre la Citadelle pour me mesurer à l'un d'entre eux de mon âge à peu près. Tu crois que c'est possible ?

Surpris, l'homme recula légèrement sa chaise pour la détailler, et à son tour il l'examina de la tête aux pieds. Puis des pieds à la tête. Elle était finement musclée, et dégageait une assurance étonnante, teintée cependant de quelque chose qu'il ne parvint pas à identifier, mais qui l'intrigua fortement. Et puis, sa jolie bouille lui donna envie de lui répondre.
Il lui sourit.

- Je pense que c'est négociable, mais ne te pointe pas là-bas comme ça, ils vont t'envoyer paître. Tu sais, les Frontaliers vivent pour leur honneur et leur devoir. Se mesurer aux autres n'est pas l'une de leur priorités.
– Tu me conseilles quoi?
- Ça m'intéresse de me battre contre toi, si ça te va.


Kaünis se redressa sur sa chaise sans lâcher le jeune homme du regard. Plissant les yeux, la jeune fille réfléchit rapidement, mais après tout elle venait de lui donner une bonne raison pour qu'il la défie. Et même si elle voyait les étincelles d'assurance dans ses prunelles, elle n'allait pas abandonner si facilement : il était peut-être certain de la battre, et n'avait sans doute pas tort. Mais elle pourrait apprendre encore plus, non ?

- D'accord. Mais après, je veux visiter la Citadelle !
- Demain ?


L'Envoleuse hocha la tête.
Elle avait hâte.

- Je t'offre quelque chose ?

Kaünis haussa un sourcils, avant de laisser son dos toucher le dossier de sa chaise. Un sourire étira finalement ses lèvres et elle tourna son regard vers la porte d'entrée en hochant de la tête.
Se figea.

Une jeune femme venait d'entrer dans l'auberge.
Une jeune femme qu'elle avait déjà vue. Cheveux bleus, aura scintillante, yeux dorés.
Kaünis se figea un quart de seconde.
Juste un quart de seconde.
Parce que cette fille, elle l'avait croisée quand elle avait trouvé, par hasard, le bâtiment des Marchombres…

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4360
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Ven 31 Juil 2015, 00:56


- Syn ! Du courrier pour toi ! Tu devrais…

Syndrell sursauta lorsque la porte de la chambre s’ouvrit brusquement sur Tanank, mais sans doute moins que le jeune homme lorsqu’il découvrit son amie au saut du lit, c’est-à-dire échevelée, les yeux gonflés de sommeil… et totalement nue.

- Pardon ! s’exclama-t-il en se détournant précipitamment. Je ne voulais pas…
- Ça va, fit la marchombre en enfilant rapidement ses vêtements. Il n’y a pas mort d’homme !

Ça, Tanank n’en était pas certain. Ce n’était pas la première fois qu’il voyait Syndrell dans le plus simple appareil, mais il y avait longtemps que leur relation avait adopté des lignes plus… amicales. Moins passionnées. Depuis qu’elle n’était plus seule. Pourtant, il ne pouvait pas retenir les battements de son cœur qui tambourinait contre sa poitrine. Pas plus qu’il ne pouvait démêler l’enchevêtrement compliqué de ses sentiments.

Il soupira et appuya sa tête sur son bras, contre le cadre de la porte. Les yeux clos, il songea à ces derniers jours. Sa petite vie tranquille avait de nouveau basculé lorsque le plus grand amour de sa vie avait franchi le seuil de sa maison. Comme ça, comme si rien n’avait changé, comme si elle était là pour lui, rien que pour lui…

En un sens, c’était le cas. Syndrell lui avait expliqué qu’elle voyageait dans la région et qu’elle n’avait pas résisté à l’envie de lui rendre visite, après tout ce temps… Le problème, c’est que lui avait énormément de mal à résister. Et il était sûr, à présent, que l’image du corps parfait de Syndrell allait lui demander beaucoup, beaucoup, beaucoup d’efforts.

Vraiment beaucoup.


- Tan ?

Il rouvrit les yeux, tourna la tête et découvrit, soulagé, une Syndrell habillée. Il se redressa en souriant et lui tendit ce qui l’avait amené à la déranger inopinément de si bon matin.

- C’est arrivé pour toi.
- Merci.


Il la regarda décacheter la missive et la déplier, puis s’asseoir sur le lit pour la lire, un genou replié sous elle. Il ne pouvait pas s’empêcher de l’admirer. Elle avait bien changé depuis la dernière fois… Oh ! Elle était toujours belle, peut-être même davantage, mais d’infimes changements s’étaient glissés dans le souvenir qu’il avait gardé précieusement dans sa mémoire. Ses cheveux étaient plus longs, ses joues plus rondes.

Rien à voir avec la Syndrell convalescente qu’il avait récupérée brisée, lorsque cet homme – Erwan, avait-elle dit – l’avait déposée chez lui. Celle-ci semblait avoir vécu pas mal de choses depuis, mais elle semblait plus solide. Plus tranquille, aussi, même s’il avait cru remarquer une ombre dans l’or flamboyant de ses yeux. D’ailleurs, il vit la brève déception qui passa sur ses traits lorsqu’elle parcourut la lettre en silence.

Pourtant, elle souriait la seconde suivante et leva vers lui un visage radieux qui, pour la centième fois au moins, fit faire des galipettes à son cœur.


- Alors, on y va ?

Tanank hocha la tête.
Oh que oui !




*



Juchée sur Vagabond, Syndrell s’étira comme un chat et ferma les yeux, la tête renversée en arrière, pour savourer la chaleur du soleil sur sa peau. Il y avait longtemps qu’elle n’avait pas aussi bien dormi ! Le confort du lit de Tanank devait y être pour quelque chose. Son ami avait catégoriquement refusé qu’elle dorme sur son canapé ; elle comprenait désormais pourquoi il avait tant insisté !

- Tu dors encore ? fit remarquer son hôte, moqueur.

Elle ouvrit un œil doré et lui tira la langue.


- Très bien ! Si tu le prends comme ça, je te laisse roupiller !

Joignant le geste à la parole, Tanank lança sa jument pommelée sur le sentier. Il prit rapidement de la vitesse, mais Syndrell le regarda s’éloigner, un sourire au coin des lèvres. Elle le rattraperait en temps voulu. Plongeant la main dans l’une de ses poches, elle sortit le message qui lui était adressé et le lut encore une fois.


Salut
RAS ici, heureusement qu’Yllena fait des conneries des bêtises, sinon je m’ennuierais.
Où vas-tu ? Pourquoi ne m’as-tu pas laissée venir avec toi, cette fois ?
Reviens vite
Lyke


Syndrell secoua la tête. Lyke devenait plus distant en grandissant, la faute à l’adolescence, mais le voir essayer de lui dire qu’elle lui manquait sans y mettre les mots la touchait bien plus qu’elle ne l’aurait pensé. Et elle devait reconnaître que lui aussi lui manquait terriblement.

Pourquoi était-elle partie sans lui ?

Pour le comprendre, il fallait remonter à la mort de Pia… Bouleversée, Syndrell avait ressenti le besoin de mettre les voiles. Elle avait laissé l’aventure l’emporter sans rien prévoir ni de sa direction, ni de sa destination. Darwen, Lynndiara et Dil pouvaient se passer d’elle quelques semaines, l’occasion pour eux de souffler un peu. Quant à Lyke, il veillait à sa manière sur Yllena.

Elle lui avait envoyé un bref message lorsqu’elle était arrivée chez Tanank, histoire de le rassurer, mais elle pouvait deviner dans l’inquiétude qui pointait dans chacun de ces mots. Il ne lui en voulait pas d’être partie comme ça, elle le savait, mais il se faisait du souci. Après tout, sa mère était partie un jour, elle aussi.

Et elle n’était jamais rentrée.

Un écart de Vagabond la sortit de ses pensées. Elle s’ébroua, rangea son papier et reprit les commandes de l’étalon qui, malicieux et gourmand, avait repéré de l’herbe bien grasse et fort alléchante.


- Encore en train de manger, hein ? Tu sais, si tu continues comme ça, tu vas devenir énorme et moi, je n’aurai plus qu’à me trouver un autre compagnon…

L’étalon agita les oreilles, ce qui, selon toute logique, voulait dire « cause toujours ! ».

Syndrell éclata de rire et lui fit adopter une allure plus rapide. Bien sûr, il était hors de question qu’elle songe à une nouvelle monture ; Vagabond et elle, c’était pour la vie ! Cette joyeuse pensée en entraîna une autre, plus amère. Une pensée qui revenait de plus en plus souvent au premier plan.
Dolce.

Où était-il ? Voilà des mois qu’elle n’avait plus aucune nouvelle de lui. Lorsque Tanank lui avait tendu son courrier, elle n’avait pas pu s’empêcher d’espérer…

Elle s’était toujours interdit ce genre de comportement, qu’elle jugeait naïf et inutile. Après tout, Dolce et elle s’étaient accoutumés à une relation jalonnée de séparations et de retrouvailles passionnées. Parce qu’ils vivaient dans le secret, parce qu’ils étaient épris l’un et l’autre de liberté et parce qu’ils aimaient ça. S’attendre pour mieux se retrouver.

Or pour la première fois, l’attente s’éternisait, la passion devenait un manque et le jeu se transformait en agacement teinté d’inquiétude. C’était nouveau, et Syndrell n’était pas sûre d’apprécier. Se sentir à ce point impuissante nourrissait une frustration qu’elle peinait à dissimuler. Cette balade avec Tanank était un excellent moyen de canaliser son énergie.

Revenant donc à l’instant présent, la marchombre émit un son particulier que Vagabond, à l’affût depuis qu’il avait vu la jument s’éloigner, perçut immédiatement ; il piqua un galop à travers la plaine balayée par le vent, emportant sa cavalière et laissant derrière eux une partie de ses soucis.




*



Elle quitta Tanank avant que la situation ne finisse par devenir trop ambiguë. Le jeune homme cachait de plus en plus mal des sentiments qu’elle craignait de ne pas réussir à contenir très longtemps. Elle n’était pas amoureuse de lui et préférait mille fois qu’il reste son ami !

Syndrell mit le cap sur le nord. En dépit de ses origines alines, elle restait une fille du Poll et l’appel du nord était plus fort que celui des îles du sud.

Son voyage se déroula sans incident jusqu’à ce que Vagabond perde un fer, trois jours plus tard. Par chance, ils se trouvaient aux abords d’une petite bourgade, non loin de l’imposante Citadelle des Frontaliers.

La jeune femme laissa son étalon aux bons soins du seul et unique palefrenier de la ville, puis laissa son ventre affamé la guider vers une auberge d’où s’échappait par les fenêtres ouvertes un appétissant fumet.

Elle entra dans une salle pas mal remplie de gourmands et se fraya un chemin jusqu’au comptoir, auquel elle s’accouda pour patienter le temps que la jeune serveuse s’approche enfin.


- Bonjour et bienvenue au Fief du Chasseur ! Qu’est-ce que ce sera ?
- Un plat du jour et… hum… une part de tarte aux fruits des bois.
- Trouvez-vous une place et je vous apporte ça !


Syndrell remercia la jeune fille d’un sourire et se retourna pour chercher du regard une chaise libre. Elle en repéra une et s’y installa en étirant ses jambes sous la table. La serveuse déposa devant elle un pichet d’eau fraîche dont elle se servit un verre ; elle était en train d’en savourer quelques gorgées lorsque le poids d’un regard sur elle lui fit lever la tête.

Elle ne la reconnut pas immédiatement.
Mais la sensation fugace d’avoir déjà croisé cette femme grandit en elle au fur et à mesure qu’elle détaillait l’intéressée, notant sa moue et son regard perçant.

Des longs cheveux noirs, des yeux d’un vert profond, un visage angélique et des réflexes de chat sauvage… Kae… Kaünis ! La fille qui s’était fait passer pour une marchombre et qui, démasquée par Ney, avait décampé de l’Académie sans demander son reste. Et sans laisser à Syndrell le loisir de la rattraper.

Ou plutôt, Syndrell s’était empêchée de le faire, intriguée par l’audace de l’inconnue qui lui avait rappelé la sienne lorsque, toute jeune apprentie, elle avait trouvé le moyen de se faufiler dans le Domaine… D’ailleurs, elle était prête à parier sa bourse et son contenu que Kaünis venait de là-bas.

Alors, non seulement elle soutint son regard, mais en plus elle rejeta sa tresse bleue dans son dos, crois les bras sur la poitrine et s’adossa au dossier de sa chaise en relevant légèrement le menton dans un geste de défi.

Curieuse de voir ce qu’il allait advenir de cet échange silencieux…


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Sam 01 Aoû 2015, 11:03

Oui, elle était certaine de l'avoir croisée. On n'oubliait pas un physique aussi atypique en un clin d'oeil, et Kaünis avait beau ne pas avoir une très bonne mémoire des visages, celui-là était resté gravé dans son cerveau.
Elle ne sembla pas la remarquer tout de suite, s'asseyant tranquillement à une table pour commander son repas. Au bout d'un moment cependant, la fille remarqua qu'elle la fixait et la détailla à son tour… Bras croisés, regard fixe, léger sourire…

- Euh…?

Revenant à sa table brusquement, l'Envoleuse porta son attention sur le Frontalier qui l'observait d'un regard perçant et curieux à la fois. Il essayait sans doute de lire en elle ; le problème était que même elle, la plupart du temps, elle ne savait pas trop comment elle allait réagir.
Contre toute attente, elle lui sourit.

- Désolée, je crois que j'ai reconnu quelqu'un. Tu t'appelles comment au fait?

Le jeune homme la fixa encore un instant sans rien dire, le regard brillant, avant de se détendre imperceptiblement – suffisamment cependant pour que Kaünis le remarque – et s'appuya contre le dossier de sa chaise.

– Tu veux aller la voir ?
- Non.


Il haussa un sourcil avant de se redresser, jeta un coup d'oeil à la fille aux cheveux bleus, avant de finalement hausser les épaules.

- Maïeul.
- Kaünis.


Ils échangèrent un sourire. Cependant, Kaünis ne pouvait empêcher son regard de revenir sans cesse sur la fille. Se secouant intérieurement, elle prit une grande inspiration, avant de héler la serveuse : Maïeul lui avait bien proposé de lui offrir quelque chose, non ?

- Oui?
- J'aimerais une bière s'il vous plait.


La jeune femme hocha la tête et retourna rapidement vers le bar. Mais avant qu'elle ne revienne avec la boisson alcoolisée, Kaünis s'était levée brusquement. Devant l'air supris de son compagnon de table, elle haussa les épaules.

- J'ai changé d'avis.

Il cligna des yeux, et un sourire mystérieux apparut sur ses lèvres… Sourire que Kaünis ne releva même pas, car elle ne le vit tout simplement pas.
A grands pas décidés, elle louvoya entre les tables et évita une main avide qui se tendit vers elle sans dévier de sa trajectoire.

Se plantant devant la fille aux cheveux bleus, dont elle ne se souvenait évidemment pas du nom. Trop de temps avait passé. Les mains sur les hanches, le regard frondeur, le menton relevé, elle planta ses yeux dans ceux de la fille – une Marchombre sans aucun doute – et se mordit la langue avant même de parler.

- Ta tête me dit un truc.

Ouais, une entrée en matière digne de ce nom. Tout à fait. Mais quelque chose en Kaünis vibrait doucement, comme si elle éprouvait un besoin spécial à venir parler à cette fille. A cette Marchombre. Alors qu'elle ne savait juste pas quoi lui dire, en réalité.
Mais alors qu'elle allait encore ouvrir la bouche – pour proférer une stupidité improvisée – un bruit de bousculade retentit dans son dos et elle fit volte-face à une vitesse foudroyante, détaillant ce qu'il venait de se passer…

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4360
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Mar 11 Aoû 2015, 18:43


- Ta tête me dit un truc.
- C’est ce qu’on me dit souvent, oui.


Ce qui était curieux, c’est que d’ordinaire Syndrell ne répondait pas à la provocation sur le même ton. Elle était taquine et ne se privait généralement pas d’asticoter ses proches, et parce qu’elle savait se servir de sa langue aussi efficacement qu’un poignard ses mots faisaient toujours mouche. Là, c’était différent.

Quelque chose, dans l’attitude de cette fille, aiguillonnait sa répartie et lui donnait l’envie furieuse, quoi qu’étrange, de franchir une ligne dangereuse. Peut-être était-ce parce que Dolce lui manquait. Peut-être était-ce à cause de l’aura qui émanait de Kaünis. Sa manière de se tenir debout en face d’elle, de la toiser, de la chercher…

Syndrell avait oublié à quel point elle était jolie. Le vert profond de ses yeux s’accordait parfaitement avec les nuances sombres de ses cheveux et la pâleur de sa peau. Ses traits étaient fins, bien dessinés et d’ailleurs, tout le monde ici l’avaient remarquée. Une main s’était tendue sur son passage, une main que Kaünis avait ignorée mais que le garçon avec qui elle discuté avait, lui, repérée.

Il se leva tranquillement. Comme il passait près de l’homme à qui appartenait la main baladeuse, il attrapa celui-ci par le col et le mit sur ses jambes. Le pauvre bougre n’eut guère le loisir de s’indigner : une prise particulièrement efficace lui tordit le bras dans le dos, pas suffisamment pour le lui briser mais juste assez, toutefois, pour qu’il prenne en compte cette possibilité. Son souffle se bloqua dans sa poitrine et son cri resta au bord de ses lèvres.

L’action n’avait duré que quelques secondes. A part Syndrell et, peut-être, Kaünis, nul ne s’était aperçu que ces deux hommes qui se tenaient l’un près de l’autre n’étaient pas franchement de bons amis.


- On s’excuse et on s’en va, murmura le compagnon de Kaünis à l’oreille de l’homme.
- Dé… désolée, mademoiselle, bredouilla celui-ci dans un sifflement de douleur.

L’instant d’après, il quittait l’auberge sans demander son reste.
Syndrell n’avait pas bougé. Elle s’était contentée d’observer la scène avec un œil brillant de curiosité. Elle voyait bien que l’intervention de ce charmant jeune homme agaçait Kaünis, et cela l’amusait ; elle savait, elle, que Kaünis n’avait besoin de personne pour se débarrasser d’opportuns de ce genre.


- Tu es l’amie de Darwen, n’est-ce pas ?

Scintillement doré.

- Possible.
- C’est toi, je te reconnais,
sourit le jeune homme. Je t’ai vue à la Citadelle, quand tu as affronté Sharmal. Beau combat.
- Merci.


Syndrell ne connaissait pas le nom du Frontalier, mais ce n’était pas ce qui l’intriguait. Du coin de l’œil, elle avait vu Kaünis se tendre lorsque ce dernier avait mentionné Darwen. Voilà de quoi piquer davantage sa curiosité, mais elle se doutait qu’avec une fille comme elle, il allait falloir se montrer patiente – et subtile – pour en apprendre davantage.

- Est-ce que… vous vous connaissez, toutes les deux ?

Syndrell jeta un coup d’œil narquois en direction de Kaünis avant de répondre.

- Vaguement, mais ça peut s’arranger. J’aime discuter pendant mon déjeuner.


Joignant le geste à la parole, elle tapota la chaise à sa droite, puis leva un regard interrogatif vers Kaünis. Lui, il avait l’air d’être tenté par son invitation.

Mais elle ?


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Sam 15 Aoû 2015, 16:45

- C’est ce qu’on me dit souvent, oui.

Kaünis ne tourna pas la tête pour regarder la fille quand elle lui répondit car elle venait de voir que Maïeul avait empoigné un pauvre bougre par le col, avant de lui asséner une prise qui devait être particulièrement douloureuse au vu de la grimace convaincante que fit le mec, avant d'en avoir le souffle coupé.
L'Envoleuse haussa un sourcil, avant de froncer les deux en détaillant la posture du Frontalier. Ce dernier obligea le second à s'excuser, avant de détaller comme un lapin hors de l'auberge sans demander son reste.

Curieusement, cette scène n'eut pas l'effet escompté sur Kaünis, qui foudroya le Frontalier du regard. Ce dernier fronça les sourcils, ayant un infime mouvement de recul : il ne comprenait pas. Mais la jeune femme aux cheveux noirs pinça les lèvres en continuant de planter son regard sombre dans celui de Maïeul et ce dernier tourna la tête.

* J'ai pas besoin de toi. J'ai besoin de personne… C'est ça, tourne les yeux. C'est pas comme ça que tu marqueras des points de toutes façons ! *

Prenant une inspiration sifflante, l'Envoleuse décroisa ses bras qu'elle avait mis sous sa poitrine alors que le Frontalier posait son regard sur la Marchombre aux cheveux bleus.
Kaünis les détailla un instant tous les deux, en se disant qu'ils semblaient s'être déjà croisés eux aussi.

- Tu es l’amie de Darwen, n’est-ce pas ?

Hein ?
Kaünis sentit sa surprise se peindre sur son visage, et s'efforça de se détendre pour ne pas lever les soupçons. Ces deux-là connaissaient Darwen ?
* Calme-toi, y'a sans doute plusieurs Darwen dans tout l'Empire ! Ça serait drôlement bizarre sinon… *
Peinant à calmer les battements de son coeur, seule partie de son corps encore sous le choc, l'Envoleuse essaya de suivre la fin de la conversation.

- Je t’ai vue à la Citadelle, quand tu as affronté Sharmal. Beau combat.

La jeune fille leva un sourcil : en même temps, c'était une Marchombre, heureusement qu'elle savait se défendre ! En tant que Frontalier il aurait dû le voir non, surtout s'il l'avait vue combattre… Kaünis prit deux minutes pour essayer de voir la fille aux cheveux bleus comme n'importe qui. Comme si elle ne l'avait pas croisée dans les couloirs d'un bâtiment Marchombre. Comme si elle ne savait pas qu'elle était Marchombre.

Elle était en tout cas vraiment jolie. Ses grands yeux dorés avaient tellement de reflets mouvants qu'ils lui faisaient penser à la lave d'un volcan ; son visage était un peu allongé, mais ses lèvres brillantes, et la ligne de ses sourcils délicate ; ses cheveux d'un bleu pur et pourtant nuancé dessinaient un halo autour d'elle qui faisait ressortir le hâle de sa peau. Elle était fine et délicate, mais une assurance tranquille émanait de toute sa personne.
Parce qu'elle n'avait besoin de personne d'autre qu'elle-même, sans aucun doute.

Darwen connaissait-il cette fille ? Elle devait être un chouilla moins vieille qu'elle-même, donc plus proche de l'âge de l'apprenti Marchombre que l'Envoleuse.
Cela la troubla.
Quelque chose dans son ventre se tordit vivement, avant qu'une chaleur de mauvaise augure n'y naisse. Darwen connaissait cette fille ! Et elle était magnifique… Et elle était Marchombre ! Depuis combien de temps ?

- Est-ce que… vous vous connaissez, toutes les deux ?

Kaünis secoua la tête pour essayer de se remettre les idées en place. Elle lança un regard hostile à la fille, avant de se reprendre en pinçant les lèvres. Non. Darwen et elle étaient amis, c'était ce qu'ils avaient convenu. Amis, et pas engagés. Donc potentiellement pas monogames.
Elle s'emballait beaucoup trop vite, et cela ne lui plaisait pas.
Si elle restait là, elle risquait de faire quelque chose qu'elle regretterait…

- Vaguement, mais ça peut s’arranger. J’aime discuter pendant mon déjeuner.

L'Envoleuse prit une inspiration et leva un regard interrogateur vers le Frontalier, qui haussa les épaules. Elle hésita un instant, son regard allant de la chaise à la fille aux cheveux bleus, puis jusqu'à Maïeul.
Bon, qu'est-ce qu'elle faisait ? Prenait-elle le risque de rester là ? De discuter avec cette fille ? Remarque, elle pourrat en apprendre plus sur si c'était son Darwen qui était concerné par leurs échanges. Et ce qu'elle pouvait avoir avec lui…
Dans un soupir, elle tenta de détendre ses épaules.

- D'accord. Pourquoi pas.

Elle saisit la chaise, la tira en la faisant crisser sur le sol, avant de s'y asseoir. La serveuse vint lui apporter sa bière à la table de la fille aux cheveux bleus, et elle la remercia un mouvement du menton.

- Darwen… ? Grand, brun, yeux clairs ? Avec un nez un peu cassé ? elle s'interrompit brusquement avant d'en dire trop : Darwen et le loup gris foncé. Un loup qui faisait partie de lui ; mais il ne voulait sans doute pas l'afficher. Pas hostensiblement, non ? Donc aucune chance que la fille le sache, ou presque.
Mais rien qu'en y pensant, son ventre se contracta doucement, et pour se donner une contenance, l'Envoleuse prit deux gorgées de bière.

Kaünis espérait qu'elle ne le savait pas, qu'il se transformait en loup, en fait. Et qu'elle n'aurait pas vu sa propre réaction, même si rien n'était moins sûr.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4360
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Mar 18 Aoû 2015, 17:02

[Affreusement court, désolée ! Oh, et Syndrell ne sait pas encore que Darwen est un métamorphe. Enfin elle s'en doute depuis quelques semaines, mais sans confirmation officielle de la part de l'intéressé. Du coup, les remarques sur le loup sont purement des coïncidences qui, je pense, ne manqueront pas de nourrir la perplexité de cette pauvre Kaünis XD]




Après quelques secondes d’hésitation, Kaünis accepta l’invitation de Syndrell, qui hocha doucement la tête. Réponse courageuse, audacieuse ou dangereuse ? Pour l’instant la marchombre ne se sentait pas menacée – pas dans une auberge pleine de monde et en la présence d’un Frontalier. Pourtant, le simple fait que chacune sache qui était l’autre représentait un risque que la jeune femme ne minimisait pas.

- Darwen… ? Grand, brun, yeux clairs ? Avec un nez un peu cassé ?

Syndrell prit le temps de mâcher une bouchée viande giboyeuse. Il fallait qu’elle bride sa spontanéité pour ne pas trop s’exposer, mais elle avait vu juste en supposant que le prénom avait fait réagir Kaünis, et sa curiosité s’accrut brusquement.

- C’est vraisemblablement lui, dit-elle finalement, et un sourire effleura ses lèvres lorsqu’elle ajouta d’un ton léger : le hasard fait bien les choses ! Nous ne nous connaissions pas il y a encore cinq minutes, et pourtant nous avons un ami en commun…
- Darwen n’est pas vraiment un loup solitaire,
acquiesça le Frontalier.

Il posa son verre et tendit la main vers la marchombre.


- Au fait, moi c’est Maïeul.
- Syndrell,
répondit la jeune femme en posant sa paume contre la sienne.
- Tu voyages seule cette fois-ci ?

Distraite par un nouveau tressaillement de Kaünis, Syndrell mit quelques secondes à réaliser qu’on lui avait posé une question.

- Mmh ? Oh ! Oui, c’est une expédition en solo… Contrairement à Darwen, je suis une vraie louve solitaire, moi !

Syndrell mangea quelques bouchées de son plat. C’était un régal. Elle connaissait un certain nombre d’établissements dans la région, mais celui-ci était l’un des meilleurs, il faudrait qu’elle y emmène Lyke. Et Dolce, si celui-ci finissait par réapparaître.

- Alors ? lança-t-elle à l’attention de Kaünis. Toujours en quête d’un nouveau domaine à explorer ?

L’allusion était volontairement peu subtile, quoique sans doute invisible au regard de Maïeul. Syndrell ne cherchait pas à attiser un feu, mais à comprendre les motivations de son interlocutrice ; était-elle envoyée par le Chaos pour débusquer des marchombres ? Cela pourrait expliquer sa présence au sein de l’Académie, même si elle ne croyait pas vraiment à cette théorie.

Kaünis donnait plutôt l’impression de diriger sa vie à sa guise. Elle n’avait pas apprécié l’intervention du Frontalier, guère plus qu’elle ne semblait aimer être assise là, avec eux. Que cherchait-elle exactement ? Comment connaissait-elle Darwen ? Lui avait-elle laissé croire qu’elle était une apprentie marchombre ?

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Mar 15 Sep 2015, 16:35

[ Désolée pour ce retard ! Court aussi, et je fais pas trop avancer les choses ^^' ]


Apparemment elles parlaient du même Darwen.
Kaünis ne put s'empêcher de froncer les sourcils quand Syndrell le lui confirma, cependant. Ceci dit, un ami en commun… En fait, cela ne plaisait pas à l'Envoleuse. Mais alors, pas du tout.

- Darwen n’est pas vraiment un loup solitaire.

La jeune femme se tendit à cette allusion, mais essaya de ne pas relever. De toutes façons le Frontalier ne pouvait pas connaître le Marchombre si… intimement. Parce que c'était quand même de l'intimité non ? L'Envoleuse avait cru comprendre que tout le monde l'avait rejeté quand il était devenu un loup. Le monde avait peur de l'inconnu, comme toujours.

Mais Syndrell tira Kaünis de ses pensées en répondant à Maïeul, lui arrachant encore un froncement de sourcils.

- Mmh ? Oh ! Oui, c’est une expédition en solo… Contrairement à Darwen, je suis une vraie louve solitaire, moi !

Elle n'en pouvait plus de ces références aux loups, et la jeune fille se retint in extremis de ne pas se tortiller sur sa chaise. Au contraire, elle prit une grande inspiration en tentant de laisser un peu de distance entre ce qui était en train de se passer et les émotions qui tourbillonnaient sous son crâne.

Est-ce que Syndrell savait pour le loup ? Est-ce qu'elle avait couché avec lui ? Parce que « ami », cela pouvait tout et rien dire. Elle était plus jeune qu'elle en plus, à vue d'oeil. Pas de beaucoup, mais peut-être était-ce une impressiond due au fait qu'elle irradie littéralement de confiance et de… d'harmonie ?
Secouant la tête vivement, Kaünis se mordit la lèvre inférieure.

- Toujours en quête d’un nouveau domaine à explorer ?


Cette fois-ci, elle se figea sur place, avant de braquer ses yeux marécageux dans ceux de la fille aux yeux, eux, dorés.
Elle avait donc compris qui elle était ? Déjà, comment ? Parce que la seule fois où elle se souvenait de l'avoir croisée, c'était à l'Académie. Mais peut-être que Syndrell l'avait reconnue dans un autre contexte, et qu'elle ne l'avait pas vue ? C'était tout à fait probable. Plus probable qu'une quelconque autre hypothèse a dire vrai.

Se recomposant un visage plus ou moins neutre… Non, avec une pointe de sourire. Juste un chouilla, parce que finalement, elle n'avait pas à se cacher de Syndrell. Elle déglutit tranquillement, laissa passer quelques secondes, avant de répondre.

- On va dire que j'ai quitté toute chose qui pouvait ressembler de près ou de loin à un grand bâtiment. C'est fini pour moi.

Cela aurait pu être ambigü.
Cela l'était, au vu des mots. Mais la façade qu'elle venait de revêtir ne tromperait pas une Marchombre qui savait qu'elle avait versé du côté du Chaos. Cependant, elle ne savait pas qu'elle y versait toujours.
A dire vrai, l'expression ne lui rendait pas justement.
Elle était Chaos. Dans les tréfonds de son être. Elle le sentait bouillir en elle, s'élancer en tornades dans sa tête, secouer une porte qu'elle gardait fermée désormais.
Elle tâta sa porte, mais cette dernière était solide. Plus solide que jamais. Elle pouvait l'entrouvrir, mais hors de question de le faire là.

Enfin, sauf si elle perdait le contrôle.
Ce qui n'allait pas arriver, évidemment.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4360
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Ven 18 Sep 2015, 19:11

[On ne peut pas dire que je fais beaucoup avancer les choses non plus ; j'ai repris ton idée, du coup... (aucune idée des réactions possibles de Kaünis, c'est presque perturbant XD])




La cour était spacieuse et baignée de soleil. Le sol légèrement sablonneux glissait en pente douce vers le centre, des caisses étaient entreposées le long des murs recouverts de lierre foisonnant. La main en visière pour se protéger les yeux, Syndrell observait les lieux, pensive. Elle n’était pas certaine d’avoir pris la bonne décision.

L’impulsivité de son caractère prenait trop souvent le dessus, ces derniers temps ; il n’y avait qu’à voir la façon dont elle avait réglé le problème des Marcheurs… Cette soudaine combativité ne lui ressemblait pas. Toutefois, il s’agissait davantage de curiosité que de provocation, comprit-t-elle en regardant Maïeul s’avancer dans la lumière. Son bref séjour au sein de la Citadelle avait éveillé en elle une admiration telle qu’elle n’en avait pas ressenti depuis ses dernières leçons avec Miss.

Elle avait énormément à apprendre des Frontaliers, c’était une évidence.

Intéressée, elle observa celui qui lui faisait cet honneur, jaugeant sa carrure plutôt mince par rapport à celle d’Erlaëm Til’Assan, éprouvant son calme olympien et notant son sourire. C’était un genre de sourire en coin, sans un brin de suffisance et plutôt malicieux. Un sourire plein de promesses. Syndrell secoua doucement la tête : vraiment, pouvait-elle se reprocher de se lancer dans une aventure aussi folle que celle-ci ?

Son regard doré glissa alors vers Kaünis.




*



- On va dire que j’ai quitté toute chose qui pouvait ressembler de près ou de loin à un grand bâtiment. C’est fini pour moi.

Vraiment ?
Syndrell s’étonnait de cette réponse. Ce n’était pas ce à quoi elle s’était attendue, et le sourire de Kaünis prouvait qu’il y avait bel et bien quelque chose à comprendre. L’implicite tenait-il dans cette finalité exprimée ?

La marchombre continua de manger en silence. Elle était persuadée que cette fille ne foulait pas le même sentier qu’elle. Que le jeu du chat et de la souris venait de commencer. Que si elle était chat, Kaünis ne pouvait pas être souris. Ignorant tout de ce bras de fer invisible, Maïeul prit la parole.


- J’ai promis de me battre contre Kaünis demain, dit-il d’un ton badin. Mais puisque tu es là, je pense avancer la chose…

Syndrell haussa un sourcil.
Kaünis voulait affronter Maïeul ? Dans quel but ? La situation la rendait infiniment plus suspicieuse que d’ordinaire, mais un souvenir traversa sa mémoire, comme pour la mettre en garde contre cette facilité dangereuse : elle se vit défiant Erlaëm et Misha, se rappela la richesse insoupçonnée de cette expérience… eut un sourire.


- Qu’est-ce que je viens faire dans cette histoire, moi ? demanda-t-elle, joueuse.
- Je connais un endroit, répondit-il en esquivant volontairement sa boutade. Il y a une cour qui jouxte la demeure d’un marchand ambulant au bout de la rue. Il est absent en ce moment, et je sais que la grille n’est pas close…

Le Frontalier se leva.
Mouvement souple et léger.


- Si l’aventure vous tente, retrouvez-moi là-bas, proposa Maïeul en regardant tour à tour les deux jeunes femmes.




*




- A toi l’honneur, lança-t-elle à l’attention de la fille au regard perçant.

Syndrell s’adossa contre le mur et croisa les bras sur la poitrine. Elle était décidée à ne pas perdre une miette de ce qui allait suivre.


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Dim 27 Sep 2015, 19:50

[ Je me suis un peu beaucoup emballée, dis moi si quelque chose convient pas ! Wink ]



Elle avait réussi à surprendre Syndrell, elle le voyait bien, et cela la rassura un peu : au moins, c'était déjà ça ! Elle pouvait peut-être berner la Marchombre, finalement. Elle n'était pas si mauvaise que ça, pour les subtilités, il fallait croire. Mais c'était sans doute un petit coup de chance – qu'elle allait bien choyer, c'était un fait.

Mais alors que Kaünis observait la jeune fille aux cheveux bleus manger sans un mot, le Frontalier s'invita un fois de plus dans leur conversation – ou plutôt dans leur non-conversation. Jetant un coup d'oeil à Maïeul, l'Envoleuse prit une petite inspiration, se retenant de froncer les yeux.

- J’ai promis de me battre contre Kaünis demain. Mais puisque tu es là, je pense avancer la chose… 

Ne comprenant pas exactement où voulait en venir le jeune homme, Kaünis laissa Syndrell demander en effet ce qu'elle venait faire là au milieu. Et écouta avec attention la suite de la conversation…

- Il y a une cour qui jouxte la demeure d’un marchand ambulant au bout de la rue. Il est absent en ce moment, et je sais que la grille n’est pas close… 

Oh, alors il voulait se battre, là, maintenant ?
Alors qu'il avait ditun peu plus tôt que Syndrell avait mis sa râclée à un de ses collègues, quelques mois – années ? - plus tôt ? Enfin, c'était comme ça que Kaünis l'avait interprété, « Beau combat » ça sonnait comme « une victoire bien méritée », non ?

Il se leva souplement et efficacement, tirant un haussement de sourcils à Kaünis, dont le regard glissa de lui à la Marchombre.
Pourquoi voulait-il convier un public au juste ? Elle détestait les publics, elle avait l'impression alors d'avoir à prouver quelque chose aux autres. Si elle avait demandé un tel combat, c'était pour savoir ce qu'elle vallait, elle-même, dans son être à elle, pas par rapport à un quelconque assentiment ou mépris dans le regard d'autres personnes. Même celui de son adversaire ne comptait pas : elle partait du principe qu'il faisait toujours du mieux qu'il le pouvait, puisque c'était un combat.

« Tu dois toujours aller jusqu'au bout. »


* * *


Elle n'était pas à l'aise.

Elle n'était pas à l'aise, d'abord à cause de Syndrell. Appuyée contre un mur entourant la cour, les bras croisés sur la poitrine, fermée et intéressée, elle n'allait pas perdre une miette du combat. Elle allait sans doute chercher ses failles, elle allait sans doute chercher des indices qui lui indiqueraient plus ou moins si ce qu'elle avait dit un peu plus tôt était vrai ou pas – et elle allait sans doute se rendre très vite compte qu'elle ne versait pas du même côté qu'elle, puisqu'elle semblait en douter dans une certaine mesure.

Elle n'était pas à l'aise, ensuite à cause du fait qu'elle sentait en elle l'ouragan de la rage et de la colère prendre de l'ampleur et du volume, qu'elle respirait déjà plus rapidement, que son coeur avait ralenti pourtant au vu du combat qui s'annonçait. Elle ne voulait pas perdre le contrôle devant Syndrell, sinon cela serait foutu. Et elle risquait de la tuer, ou en tout cas d'essayer de la tuer.

Bon.
Après tout, elle n'avait rien à perdre. Elle n'avait pas envie de mourir, mais chaque combat, chaque affrontement, était une ode à la vie, à la mort, et elle savait qu'elle engageait sa vie à chaque fois. Chaque coup pouvait tout faire basculer, libérer Chaos et Destruction, Rage et Glace… Alors à quoi bon se cacher ? Elle pouvait détruire tout ce qui se mettrait en travers de son chemin : elle l'avait fait avec Yan. Mais elle pouvait également être détruite à son tour, que ce soit de la main d'un autre ou de sa propre main, avec sa Greffe à double tranchant. Elle donnait toujours le meilleur d'elle-même, et elle ne voulait pas regretter une seule seconde de sa vie.

« Quel est le mieux : agir avec la certitude de faire le meilleur choix, ou choisir l'option la moins pire ? »

Haussant finalement les épaules, Kaünis ferma les yeux et expira longuement, se débarassant de la tension dans ses muscles et dans son attitude, avant d'inspirer profondément, laissant l'air frais pénétrer ses poumons et la remplir intérieurement, se mêlant à sa tempête intérieure continuelle.
Contre toute attente, elle ouvrit les paupières et se mit en garde. Une garde basse, efficace, précise. En face, Maïeul fit de même.
Un sourire étira le coin droit des lèvres de Kaünis.

Observer son corps dans sa globalité. La tension – ou l'absence de tension – de ses muscles, la crispation et le relâchement des traits de son visage, le parcours de ses yeux, ses micro-expressions… Elle vit son genou s'écarter légèrement de son axe, son coude remonter légèrement pour compenser la légère perte d'équilibre, la tension dans son buste.
Elle suspendit un instant sa respiration. Se ramassa sur elle-même.

Plutôt que de plonger sur le genou offert – un piège – elle prit son appuis en arrière, glissa son pied droit sur le sol pour tournoyer dans le dos de son adversaire avec une incroyable rapidité… Pas assez rapide. Les doigts caleux de Maïeul se fermèrent sur son poignet, qu'elle dégagea par le pouce tout en exécutant un pas de danse. Elle essaye de s'échapper, de frapper, de l'atteindre… Sans succès.

Il se coule dans son temps, elle le sent se faire aspirer par sa propre présence, par son propre rythme. Il n'est ni rapide, ni lent. Juste en accord avec son scintillement. Son scintillement à elle.
C'est comme si tout à coup, la lumière se faisait dans son esprit. Pourtant, combien de fois a-t-elle expérimenté ce temps ? Combien de fois l'a-t-elle utilisé pour arriver à ses propres fins ? A sauver sa peau ? Il ne fait pas que l'expérimenter, il le vit totalement, il l'a intégré à chacun de ses mouvements, chacune de ses respirations, chacune de ses cellules.
Alors, comment contrer ce temps ? Comment combattre quelqu'un qui a saisit son temps à soi, celui dont on n'a que trop peu souvent conscience ? Comment ?

Un premier coup l'atteint à la mâchoire, un second à la hanche. Elle fait quelques pas précipités en arrière, tente de retrouver son propre temps, avant qu'il ne le lui vole encore une fois. Une pulsation en elle s'accroit brusquement, la tornade noircit soudain, mais elle la repousse. Elle la repousse, et Maïeul s'en empare, s'en revêt.
Un nouveau poing vient la cueillir sous le menton, l'envoyant valser à plusieurs mètres. Atterrissant sur les fesses, Kaünis cligne des paupières plusieurs fois pour focaliser sa vision, tandis que le Frontalier s'avance vers elle sans se presser, toujours dans l'observation intéressée et attentive.

Elle ne se relève pas.
Les fesses sur le sol, les doigts dans la poussière, les cheveux devant les yeux, Kaünis sent la tempête dans sa tête gronder brusquement. Le frontalier a saisit son temps, il s'en sert, il s'amuse avec ; elle essaye de prendre contact avec cette pulsation, mais ne tombe que sur la tempête, le vent et le froid. Est-ce cela maintenant sa pulsation ? Non, elle ne veut pas le croire. Pas l'accepter. Pourtant, elle plonge en elle-même, ses doigts se resserrent, la sensation de froid l'envahit toute entière… Et là, derrière le froid, derrière le vent, il y a cette rage.

Rage à l'état pur.
Intense. Impulsive. Imprévisible.
C'est sa pulsion de vie. Le rythme imprimé par la tornade n'est rien, il n'est qu'une façade de cette rage. Qu'un écho.

Et alors que Maïeul arrive à moins de deux mètres d'elle, Kaünis sent quelque chose brûler en elle. Brûler froidement. S'enflammer calmement. S'embraser posément. Le contact de cette pulsion de vie la rassure, et elle ne bondit pas sur ses pieds. Non, elle prit sa force directement dans le sol et dans le sable pour se projeter sur les jambes du Frontalier, qu'elle parvint à surprendre.
Il se rattrapa en évitant de résister, pour se plaquer sur elle et l'immobiliser, mais elle modifia ses appuis pour parvenir à s'échapper de justesse, plaquant son avant-bras sur la glotte de l'homme qui dû battre en retraite le temps d'un instant, avant de saisir son autre bras de sa main pour l'immobiliser dans son dos. Le corps-à-corps qui s'ensuivit aurait pu être pris pour une danse presque nuptiale si l'éclat dans le regard des combattant n'avait pas eu autant de sérieux et de détermination.

Finalement Kaünis fut projetée par Maïeul par une double impulsion des pieds, et elle rattrapa son équilibre in-extremis pour se retrouver sur ses deux pieds. Son adversaire pu se redresser à ton tour, et ils se relancèrent dans le combat presque immédiatelent.
L'Envoleuse sentait le Frontalier se glisser dans son temps, et elle était toujours incapable de trouver le sien. Par contre, elle avait trouvé sa propre pulsion de vie ; imprévisible elle la laissait s'exprimer, ce qui ne cessait de modifier subtilement son temps ; et Maïeul avait beau le vivre, cela lui faisait faire des erreurs.
Elle parvint à lui asséner un coup de coude puissant qui fit lui coupa le souffle, mais sa jambe se déroba sous elle à cet instant, et soudain tout tournoya autour d'elle.
Tempête qui se transforma en sable tourbillonnant. Puis en noir.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4360
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Mer 21 Oct 2015, 20:23

Tourbillon.
Le monde se résumait à un tourbillon.
Tourbillon des couleurs et des sens. Tourbillon des gestes.
Tourbillon et fulgurance.

Syndrell était tourbillon.
Maïeul était fulgurance.

Ils s’affrontaient depuis cinq minutes, une éternité. Le cœur de la marchombre battait vite et fort dans sa poitrine, son souffle saccadé s’accordait au rythme de ses pas, aux mouvements de son corps. Tout, absolument tout en elle était mouvement. Elle ne restait pas un seul instant immobile. Un jour, un homme avait dit d’elle qu’on pourrait la confondre avec un feu follet. Jamais comparaison n’avait été plus évidente.

Le feu follet pivota et se faufila dans une ouverture. Disparut avant de tomber dans le piège, recommença aussitôt. Tenta sa chance sans douter un seul instant que celle-ci puisse tourner en sa défaveur. Il n’y avait pourtant aucun dominant dans cet échange sans parole – du moins pour l’instant. Syndrell et Maïeul en étaient encore au stade où ils se jaugeaient.

Avoir vu combattre le Frontalier ne permettait pas à la jeune femme de s’en sortir à bon compte. Il n’était pas né de la dernière pluie, il savait adapter sa technique ; celle-ci n’était pas plus puissante que celle de son précédent duel, ni plus complexe. Juste différente. De son côté, Syndrell ne prenait pas pour acquis son affrontement avec Sharmal, pour la simple et bonne raison qu’elle n’avait pas combattu le Frontalier. Elle l’avait tué.

Là, elle était à la fois actrice et spectatrice : concentrée à la fois sur ses gestes et ceux de Maïeul, elle le titillait, le cherchait, l’approchait pour voir, comprendre… et apprendre. Elle ne se battait pas en tant que maître marchombre, mais en tant que guerrière, et elle devinait, au regard de son adversaire, qu’il en était la même chose pour lui.

Il était fulgurance.
Elle était tourbillon.

Complémentarité dans la différence.





*




- Arrête !

Maïeul avait devancé le cri de Syndrell en tendant les bras pour rattraper Kaünis. Elle n’était plus qu’une poupée de chiffon toute molle qu’il allongea délicatement sur le sol.

- C’est grave ? s’enquit la marchombre en se penchant par-dessus son épaule.
- Je ne crois pas… Son genou s’est dérobé. Elle est sous le choc.
- Cassé ?


Le Frontalier tâta l’articulation et secoua la tête.

- Non. Aide-moi, on va l’installer à l’ombre.

Ils transportèrent la jeune femme à l’ombre du mur, contre lequel ils l’installèrent. Syndrell écarta une mèche sombre du visage de Kaünis, pensive – et sincèrement impressionnée.

- C’était un beau combat, murmura-t-elle.
- Elle est douée.

Dans la bouche du Frontalier, cette remarque était un compliment. Dommage que Kaünis ne soit pas en état de l’entendre ; cela lui aurait peut-être redonné le sourire… Syndrell fronça les sourcils en effleurant ses mains. Elles étaient glacées. Maïeul ôta sa chemise et en couvrit la jeune femme, dévoilant sa fine musculature et un certain nombre de cicatrices qui attirèrent le regard doré de Syndrell lorsqu’elle se redressa.

- Jolie collection, remarqua-t-elle après un sifflement d’admiration.
- Je suppose que ça ne te suffit pas pour déclarer forfait ?

La marchombre sourit et défit les lacets de sa propre chemise, qu’elle laissa tomber sur le sol. Elle portait en dessous une sorte de brassière, audacieuses bandes de tissu serrées qui recouvraient sa poitrine en la maintenant fermement. Sur son ventre nu et musclé, ainsi que sur son dos, les souvenirs d’estafilades égalaient largement ceux de Maïeul, qui haussa un sourcil.

Impressionné.


- J’ai ma réponse, conclut-il en reculant pour se placer au centre de la cour.

Un tourbillon bleu le cueillit aussitôt qu’il se mit en garde.




*



C’est à la sixième minute de leur affrontement que Syndrell trouva enfin ce qu’elle avait passé les cinq premières à chercher.
Le temps de Maïeul.

Si léger qu’il avait failli lui échapper. C’était moins qu’un souffle et pourtant bien davantage qu’un ouragan. C’était la clé dont elle avait besoin pour…

… la marchombre recula juste à temps pour éviter le coude du jeune homme, rompant le pas et l’échange. Elle essuya la sueur qui lui coulait dans les yeux et réalisa son erreur en croisant le regard du Frontalier.

Lui aussi l’avait trouvé.
Le temps qui lui permettrait d’avancer. De la devancer.

Elle expira lentement, profondément. Jeta un coup d’œil à Kaünis qui remuait vaguement. Elle avait soigneusement observé son combat. Elle aussi avait cherché à se faufiler dans le temps du Frontalier. Elle avait fini par y arriver, juste avant que sa jambe la trahisse.

Sa jambe…

Syndrell plissa les yeux et se remit en garde. Une garde simple, presque trop simple, qui étonna Maïeul et lui fit prendre l’initiative. Il fondit vers elle, se fondit en elle, dans son souffle, ses gestes, trouva son centre, visualisa son défaut, un genou légèrement en dehors, une ouverture, identique à celle de Kaünis, il n’avait plus qu’à…

Le rire de Syndrell tintinabula au creux de son oreille. Elle fit un pas, un seul, l’obligeant à en faire de même. Accompagna son déséquilibre et sa chute, puis l’empêcha de bouger en coinçant son bras, le genou collé contre ses côtes, de sorte que s’il bougeait, il se brisait lui-même le coude et l’épaule tout à la fois.


- On fait la belle ? proposa Maïeul en acceptant la main qu’elle lui tendit pour se relever.

Il était sincèrement prêt à remettre ça, mais Syndrell secoua la tête.

- J’ai appris énormément au cours de ces quelques précieuses minutes, mais toutes les bonnes choses ont une fin !
- Je vois. Et qu’as-tu appris ?


Syndrell tourna la tête et croisa le regard encore embrumé de Kaünis.

- Qu’il n’y a pas de coïncidences, dit-elle dans un clin d’œil doré à son intention.

Elle se pencha pour attraper sa chemise en l’enfiler, boucla sa ceinture, puis salua Maïeul.

Paume contre paume.


- A la prochaine !

S’adressait-elle à Maïeul ou bien à Kaünis ?
Elle-même l’ignorait…




*



La nuit était tombée depuis plusieurs heures déjà.
Le dos appuyé contre le tronc rugueux d’un arbre, le visage à peine éclairé par la lueur des flammes qui dansaient près d’elle, Syndrell taillait un bout de bois avec application. Elle s’occupait ainsi les mains et l’esprit. Après avoir quitté Maïeul, elle avait repris sa route, mais n’était pas allée très loin. A dix minutes à cheval de la Citadelle, elle s’était arrêtée.

Mue par un drôle de sentiment qu’elle peinait à définir : curiosité ? Inquiétude ? Espoir ? Perplexe, elle avait tourné bride, une fois. Puis deux. Avant de résoudre le problème en s’installant pour la nuit à l’écart du chemin. Son hésitation était devenue attente. Elle ignorait même ce qu’elle attendait avant que la sensation diffuse d’une présence ne lui tire un léger sourire.


- Comment va ton genou ? demanda-t-elle, sans cesser de tailler son bout de bois.





[J'ai mis le temps, mais je ne voulais pas écrire n'importe quoi (et dans l'urgence, avec la fatigue, ça peut arriver !). Ceci dit, je suis partie du principe que 1) Kaünis a brièvement perdu connaissance et que 2) nous continuons ce sympathique Rp encore un petit peu. Autrement dit, si quelque chose ne te convient pas... tu me sonnes !]

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Mar 27 Oct 2015, 14:37

Noir.
Tout est noir. Elle flotte, doucement, dans une marée ténébreuse de noir. Apesanteur pesant, folie sombre et chaotique.
Et puis, il y a cette lumière, au loin. Point infime d’une tonalité sanguine, rouge transparente, rayon pâle et incandescent à la fois.
Rayon dont la tonalité vire soudain au bleu pâle, soutenu, bleu glacé et gris tourmenté. Pesanteur brutale, violente, qui attire soudain une immense tornade, un énorme typhon, se détachant sur le ciel d’un blanc immaculé, lien chaotique en sol désolé et cieux dévastés.

Le tourbillon ne cesse de l’attirer à lui, et elle résiste. Veut résister. Essaye de solliciter chaque muscle de son corps, chaque parcelle de son cerveau pour lutter contre cette aspiration puissante.

Puis, finalement, elle lève les yeux vers le centre de toute cette pagaille, l’œil de la tornade, calme.
Parfaitement calme. Paisible. Complètement sereine.
Œil blanc, œil bleu.
Œil-sourire.


* * *

Kaünis ouvre brusquement les yeux.
Elle est assise contre un tronc d’arbre, dans la poussière, mais elle s’en fiche. Son cerveau s’est directement fixé sur le combat qui se déroulait sous son nez, littéralement. Syndrell et Maïeul tourbillonnent l’un autour de l’autre, l’adversité fait rage mais pourtant une étrange impression se dégage d’eux.

L’Envoleuse se redresse lentement sur un coude, puis l’autre, ne quittant pas les deux combattants des yeux. Ils virevoltent, jusqu’à une infime pause. Une nouvelle garde de combat, un genou offert, et une belle conclusion à l’altercation amicale.
Un soupir franchit les lèvres de Kaünis : Cette Syndrell est bien une Marchombre, pas de doutes. Et elle n’est pas prête à rivaliser – pas encore – avec une Marchombre accomplie, de fait. Elle s’est faite ratatiner par un Frontalier, qui vient de se faire immobiliser avec une redoutable efficacité par une Marchombre.

Cependant, contre toute attente, la jeune femme sourit : c’était ce qu’elle recherchait dans ce combat, cette confrontation. Apprendre, être sûre qu’elle avait encore un long chemin à parcourir. Maintenant, elle devait trouver des moyens pour y parvenir, pour continuer sur sa lancée.

- A la prochaine !

Se redressant souplement – malgré la douleur vive qui fusa dans son genou, avant de disparaitre tout aussi rapidement – Kaünis s’approcha de Maïeul et lui donna une bourrade contre l’épaule – du Kaünis tout craché.

- Vous auriez pu m’attendre quand même, j’ai presque tout raté !

Le jeune homme grimaça, avant de hausser les épaules.

- Tu as vu la conclusion, c’est l’essentiel non ?

Kaünis l’observa un instant, parfaitement immobile, essayant de déterminer s’il était sérieux ou pas. Il avait un sourire en coin et un rire dans la pupille, brillante, aussi décida-t-elle de considérer que c’était une boutade : la conclusion d’un combat ne faisait pas tout, et surtout ne déterminait pas si ce dernier avait été rondement mené. Elle avait beaucoup appris et ne considérait pas avoir perdu face au Frontalier : parce qu’elle avait gagné quelque chose, elle avait appris des choses, qu’elle devait maintenant réussir à mettre en application.

Les doigts du Frontalier le long de sa colonne vertébrale ramenèrent Kaünis à l’instant présent en lui tirant un long frisson qui se mua en chair de poule. S’ébrouant mentalement, l’Envoleuse ne put s’empêcher d’échanger un sourire avec Maïeul. Son regard glissa sur l’horizon, attrapant un point bleu un peu plus loin, avant de revenir vers le jeune homme.

- Ça te dit toujours de le boire, ce verre ?

Surpris, Maïeul sembla réfléchir deux secondes, avant de se décider.

- D’accord !


* * *

The future doesn't pass
And the past won't overtake the present
All that remains is an obsolete illusion

We are afraid of all the things that could not be
A phantom agony

Do we dream at night
Or do we share the same old fantasy ?
I am a silhouette of the person wandering in my dreams


* * *


Clignant des yeux dans l’ombre de la nuit, Kaünis sentit sa respiration se modifier très légèrement, tandis que celle de l’homme étendu à côté d’elle restait parfaitement régulière et profonde.
Un tourbillon de pensées agitait son cerveau et tempêtait dans son crâne.

Elle tenta un coup d’œil par la fenêtre de l’auberge, et la nuit lui répondit.

« Je veux qu'on apprenne à se connaître, à s'apprécier, à être des amis. »

Se mordant l’intérieur de la lèvre, elle ignora le corps encore chaud de Maïeul à côté d’elle et se leva sans un bruit, s’habilla rapidement et sortit de l’auberge telle une ombre parmi les ombres. Elle essayait de ne pas penser. Vider sa tête. Repousser le visage de Darwen de ses pensées.

Elle ne savait pas vraiment où aller, et elle s’engagea tout simplement sur la piste la plus proche pour s’éloigner de l’auberge et de la Citadelle.
Elle avait ses réponses. Maintenant, elle avait besoin de méthodes.

Mais alors qu’elle marchait où la guidaient ses pas, elle repéra la lueur d’un feu un peu plus loin et ses pieds l’y emmenèrent sans qu’elle n’essaye d’y penser.  

- Comment va ton genou ?

Clignant des paupières, la jeune femme tenta de récupérer le bout de son cerveau qui s’était fait la malle et détailla la Marchombre, assise près de son feu, taillant un bout de bois.

- Nickel.

Prenant une inspiration, Kaünis hésita un instant, avant de hausser les épaules et de s’asseoir à côté d’elle. Posant le menton sur ses genoux, elle soupira doucement.

- Il parait que vous avez fait un beau combat. J’ai vu que la fin, j’suis déçue.

Que rajouter de plus ?
Elle ne savait pas. Alors, elle se tut, tout simplement.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4360
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Mar 27 Oct 2015, 16:00

- Pas d'accord. Tu n'as rien raté du tout puisque le combat le plus important, c'était le tien.

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Mar 27 Oct 2015, 16:10

- Ouais. Mais même. Observer, ça aide à réaliser des trucs aussi, y'a pas que se faire taper sur la figure qui compte.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4360
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Mar 27 Oct 2015, 16:53

- Entre observer et réaliser, il y a une sacrée différence... Cela dit, tu as raison. Voir un combat peut être utile. J'ai appris des choses en te regardant affronter Maïeul.

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Mer 28 Oct 2015, 08:59

- Ah. Du genre sur la technique de Maïeul ?

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4360
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Mer 28 Oct 2015, 09:33

- Oui, mais c'est surtout la tienne qui a retenu mon attention. Joli jeu de jambes. Et ce saut...

Sifflement admiratif... et sincère.
Elle arrête soudain de tailler son bout de bois et lève la tête.


- Pourquoi ai-je l'impression que tu ne combattais pas seulement Maïeul, tout à l'heure ?

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Mer 28 Oct 2015, 10:59

- Ah, merci.
Je sais pas. Sans doute parce que c'est vrai.


[ Se tait soudain ]

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4360
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Mer 28 Oct 2015, 11:14

Se remet à tailler pensivement son bâton.

- Quelqu'un m'a dit un jour : "tu es ton plus grand adversaire". A mon avis, c'est vrai. Et c'est pour ça que ton combat était plus important que le mien. Pour toi. Je crois que ce combat personnel que tu as mené, tu l'as gagné, et c'est ce qui fait la différence...

S'arrête à nouveau, change d'idée, de sujet. Suit son instinct.

- Qu'a bien pu faire Darwen pour que tu lui en veilles à ce point ?

Prend des risques.

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Mer 28 Oct 2015, 14:03

- J'suis d'accord avec ça.

[ pause surprise. Puis abruptement. ]

- Des trucs. Pourquoi tu me demandes ça ?

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4360
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Mer 28 Oct 2015, 17:01

- Loin de moi l'envie de me mêler de ce qui ne me regarde pas, rassure-toi ! Mais je connais Darwen, et qu'il soit responsable de... "trucs" pas très brillants, ça ne m'étonnerait pas de lui. Je sais aussi que c'est un garçon loyal, juste et sympathique... quand il utilise correctement sa cervelle.


[Ahah ! Syndrell qui défend la vertu de élève... on aura tout vu XD]

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Mer 28 Oct 2015, 17:32

- Tu le connais d'où ?

[ soudain très méfiante]

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4360
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Mer 28 Oct 2015, 18:14

- D'où ?

Sourire en coin.... amusé.

- Du même endroit où nous nous sommes rencontrées la première fois.

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Mer 28 Oct 2015, 18:29

[ prend une brusque inspiration en grinçant des dents ]

- Ah. Et tu l'as connu comment alors ? Et tu le connais comment ?

[ plisse les yeux ]






[ Lol la conversation de Kaünis xP Toujours aussi prolixe ^^" ]

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4360
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Mer 28 Oct 2015, 18:42

- Qui se mêle des affaires des autres, à présent ?

Sourire qui s'élargit.
Regard qui scintille.

La lame caresse toujours le bois.


- J'ai rencontré Darwen le jour où sa formation a débuté. C'est mon élève et, pour ce seul fait, je peux t'assurer que je le connais bien.



["Fidèle à elle-même, Kaünis se montre exhaustive, mais Syndrell monte au filet eeeeeeet.... clash"]

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]    Jeu 29 Oct 2015, 11:30

Pause.

- C'est mon élève et, pour ce seul fait, je peux t'assurer que je le connais bien.

Pause.
Kaünis se fige soudain, sa respiration se bloque dans son torse, son cœur s’emballe brusquement. Son cerveau finit par reprendre le dessus et lui faire savoir qu’elle manque d’air, mais elle n’a pas bougé. Toujours assise, les jambes remontées contre elle, le menton sur les genoux.
Déglutissant péniblement, la bouche toute asséchée, elle parvient à prendre une petite inspiration.

Elle est avec le Maître de Darwen.
Cette fille – qui doit avoir l’âge du garçon, et donc plus jeune qu’elle – est Maître Marchombre.
Finalement, la surprise prend le dessus sur toutes les émotions qui se battent dans son crâne, et elle lève les yeux vers Syndrell.
C’est elle qui guide Darwen sur sa propre voie. Elle pourrait donc la réduire en miettes malgré son âge plutôt jeune : après tout, cela ne voulait absolument rien dire, au fond. Mais c’était quand même surprenant.

- Ça pourrait sonner que tu es sa maîtresse, vous avez le même âge.

Aucune colère, aucun ressentiment dans cette constatation.
Pas même une pointe de jalousie.
Pourtant, ce sentiment diffus dans sa poitrine pourrait y ressembler, non ? Elle sait très bien qu’elle a des sentiments – ou en tout cas un début de sentiments – pour Darwen. Les gens qui s’aiment sont presque toujours jaloux non ?
En tout cas, Syndrell a donc de quoi vraiment bien connaître l’apprenti Marchombre, pour le coup. Elle l’a sans doute déjà vu nu également, enfin si les entrainements sont plus ou moins les mêmes dans la forme entre Envoleurs et Marchombres.
Kaünis ne parvient pas à ranger et ordonner ce qu’il se passe en elle, mais finalement qu’est-ce qu’un corps ? La sexualité ? Tout cela est parfaitement naturel, normal même. Elle n’est même pas gênée de ce qu’il s’est passé quelques heures plus tôt avec Maïeul. En fait, Darwen pourrait avoir couché avec Syndrell, cela ne lui aurait fait ni chaud ni froid. Des corps, ce sont des corps. Des besoins, ce sont des besoins.

Par contre, la question qui en ressortit beaucoup plus clairement, était beaucoup plus d’ordre intime pour elle : est-ce que Syndrell connaissait l’existence du loup ?

Finalement, elle haussa les épaules. Essayant de se débarrasser de ces pensées sans y parvenir.
Après tout, concrètement, dans la réalité cela ne changeait rien qu’il se soit montré en loup à Syndrell, s’il l’avait fait : quoi, mais c’était vrai, elle n’avait aucun droit de possessivité ni d’exclusivité sur quoi que ce soit, et de personne. Surtout pas d’un Marchombre.
Liberté, liberté hein ?
Et puis, elle n’aimait pas que quiconque puisse être comme ça avec elle. Quand cela lui arrivait, elle pestait voir elle en devenait agressive : C’était sa vie à elle, et elle en faisait ce qu’elle voulait, en prenant en compte les gens qu’elle voulait, elle, pas ceux qui s’imposaient.
Exemple très concret : Darwen n’avait pas intérêt à émettre un quelconque jugement sur ce qu’elle faisait. Qu’il ne s’attende pas à l’entraver de ses envies et de ce qu’elle décidait d’en faire. Point. Ceci dit, souvent elle ne se comprenait pas elle-même, donc qu’on la laisse tranquille avec ses folies.

Cherchant soudain le regard de Syndrell, Kaünis ne put s’empêcher de sourire, avant de lancer :

- Ça doit être drôle, comme apprentissage.

Ceci dit, elle avait pourri un nombre de fois incalculable Gil durant le sien, d’apprentissage. Est-ce que cela pouvait être fait sans accroc ?  Sans désaccord ? Elle ne le pensait pas, parce que chacun était différent. Ou alors, c’était que l’apprenti avait raté quelque chose, non ?

Et elle, elle serait capable d’enseigner ?
Chassant cette pensée, Kaünis s’invectiva mentalement : avant de penser pouvoir transmettre, il fallait qu’elle se maîtrise et qu’elle ait une meilleure maîtrise en général.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Watch me burn like a shooting star ! [Syndrell + Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» m. jaycée-blue ◮ just gonna stand theire and watch me burn ? END.
» SCARLETT ✖ JUST WATCH ME BURN.
» brighter than a shooting star ▲ lou
» SHINE BRIGHTER THAN A SHOOTING STAR ✖ byeok #1
» Star Wars Pocket Models TGC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Nord :: Citadelle des Frontaliers-
Sauter vers: