AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Elle et Lui [PV Dolce]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Syndrell Ellasian
Admin


Nombre de messages : 4336
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Elle et Lui [PV Dolce]   Dim 06 Mar 2016, 11:10

Curieusement, Syndrell était parvenue à étouffer l’excitation qui lui avait mené la vie dure pendant le petit déjeuner. La malice de Tendresse et la vivacité de Mélisendre étaient les cadeaux d’une journée qui la laissait sereine et détendue ; elle prit un réel plaisir à discuter autour d’une part de tarte à la framboise que la sœur de Dolce avait confectionnée sans savoir qu’elle serait si vite mangée.

Le goût des framboises la détacha cependant un petit moment de la réalité. Ramenée en arrière par la saveur sucrée, elle éprouva sur son visage la fraîcheur du vent et inspira profondément l’odeur des grands pins. L’écho des babillements des Petits emplit son esprit, illuminé par le rire de Miss…


Syndrell cligna des yeux lorsque Tendresse se leva pour partir. Le retour au présent fut brutal et il lui fallut une poignée de secondes pour s’en remettre. Sourire un peu triste. D’où lui venait cette nostalgie ? Ce besoin de retrouver la Forêt Maison ?

Elle passa les doigts dans les cheveux courts de Mélisendre. Leur halte dans l’échoppe de Horn y était sans doute pour quelque chose. Le verre était immanquablement lié à son passé et, parfois, celui-ci reprenait le pas sur le présent.
Aussi beau soit-il.


- Pas trop de bêtises, hein ?
- Je serai sage mais je ne promets rien pour Dolce,
répondit-elle dans un clin d’œil complice.

Elle referma la porte derrière Tendresse et se retourna pour s’appuyer contre le battant. Croisa le regard de Dolce. Son intensité lui coupa le souffle. Elle sentit ses genoux trembler légèrement.


- Embrasse-moi…

Murmure.



*



Comment un simple baiser pouvait-il à ce point la priver de tous ses moyens ? Syndrell noua ses bras autour du cou de Dolce et s’appuya de tout son poids contre lui pour ne pas tomber.

Elle n’était pas en mesure de prévenir le moindre danger, d’anticiper la moindre situation qui menacerait leur vie. C’était indécent et imprudent, mais là, contre lui, elle se sentait plus en sécurité que nulle part ailleurs dans cet empire.

Il ne lui arriverait jamais rien tant qu’il était là. Cette certitude dansait dans son cœur et lui enflammait les sens. Elle gémit en l’embrassant, partagée entre un empressement qui la laissait fébrile et l’envie de savourer cet instant. Il lui avait manqué.
Terriblement manqué.

Si seulement il pouvait…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Elle et Lui [PV Dolce]   Ven 11 Mar 2016, 22:09

Il ne put s’empêcher de rouler des yeux quand Syndrell répondit à sa soeur, mais ne démentit pas un instant : non, il n’avait pas envie d’être sage. Il ne l’envisageait même pas ! Tout son corps aspirait à celui de Syndrell depuis la veille, et il avait fallu user d’une volonté qu’il ignorer posséder pour se contrôler jusqu’alors.

- Embrasse-moi…

La gangue de volonté derrière laquelle il se cachait lâcha brusquement, et Dolce s’approcher d’elle en deux enjambées et la prendre dans ses bras, fort.
Chercha goulument ses lèvres pour y goûter des siennes, de sa langue, éprouver leur texture de ses dents, s’ennivrer de son haleine, de son odeur, d’elle toute entière.
Plus rien ne comptait d’autre que son corps contre le sien.
Pas assez proche.

Il se fichait d’où ils pouvaient se trouver, totalement.
Glissant ses mains sur la taille de Syndrell, il la serra doucement mais avec une fermeté puissante, écho de la passion qui dansait en lui.
Ses doigts trouvèrent le bord du haut de la Marchombre, il le saisit pour passer en dessous, glisser sur son ventre plat et si doux… Si doux ! Le désir flambait en lui, et ses mains remontèrent pour attraper les seins de Syndrell, et quand elle gémit sous ses caresses, il perdit tout contrôle.

Entraîné dans une tornade de passion et d’amour.


§§



- Tu m’as tellement manqué, Syndrell.

Un soupir s’échappa de ses lèvres, alors que la Marchombre était allongée en traves de son torse. Ses doigts dessinaient des arabesques sur la peau de pêche de la jeune femme, et il savourait chacun de ces contacts avec une vénération qui lui faisait naître une nouvelle chaleur dans l’estomac.

- Fais ta vie, mais pense à moi. Passe, de temps en temps, à la maison. D’accord ?

Il n’avait pas pu formuler sa question autrement, alors que cela avait l’air d’une exigence, parce que… C’en était un peu une. Il aimait Syndrell entière, libre, sans limite. Il y avait un écho de cet amour dans son regard, et il n’était pas dans sa tête, mais… qu’est-ce qu’il l’aimait !

Il espérait.
Qu’elle vienne chez lui, qu’elle reste un peu. Régulièrement.
Pouvait-on vraiment espérer une régularité ? Elle allait aussi en avoir marre. Besoin de bouger, et lui il allait devoir repartir au Domaine suite aux dernières nouvelles des Mentaïs…

Il poussa un soupir en fourrant son visage dans les cheveux de la Marchombre.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Elle et Lui [PV Dolce]   Sam 26 Mar 2016, 12:34

Syndrell reprit connaissance dans un univers de douceur et de chaleur. Elle ouvrit ses grands yeux d’or et mit plusieurs secondes à se rappeler comment elle était arrivée là, dans ce lit. Sous son oreille, les tranquilles battements de cœur de Dolce la rassuraient. Elle sentait le bout de ses doigts effleurer sa peau, traçant des arabesques dont lui seul avait le secret.

- Tu m’as tellement manqué, Syndrell.

Elle n’avait pas bougé ni prononcé le moindre son, mais cet homme était doué de reflexes extraordinaires ; il avait probablement perçut le changement de sa respiration lorsqu’elle avait émergé du sommeil. Un sourire naquit sur les lèvres de la jeune femme. Elle lui avait manqué. Il avait pris soin de le lui prouver sans parole et la langueur de ses muscles témoignaient du succès de cette entreprise, mais entendre ces mots l’emplissait de joie.

- Fais ta vie, mais pense à moi. Passe, de temps en temps, à la maison. D’accord ?


Syndrell ne répondit pas tout de suite. Son impulsivité la poussait à lui crier qu’elle ne comptait pas s’en aller, à présent qu’elle l’avait retrouvé : elle avait besoin de lui ! D’être avec lui comme en cet instant, blottie contre la chaleur de son corps, enfermée dans la douceur et la puissance de ses bras, à la merci de son humeur, de ses pulsions d’homme.

Mais il y avait Darwen. Et Lyke. Ylléna, aussi. Des êtres qui comptaient sur elle, et qui représentaient une aventure à part entière. Elle réalisa alors toute la chance de cet instant : Dolce l’aimait à tel point qu’il lui offrait une porte. Pas une porte de sortie, ni une issue de secours, non : une porte entrouverte sur son monde à lui. Et la possibilité de se glisser dans cette ouverture à sa guise.

A sa guise !

Une boule d’émotion se forma dans la gorge de la marchombre. Ce qu’elle avait craint quelques mois plus tôt ne se produirait jamais. Dolce était assez amoureux d’elle pour respecter sa nature et son besoin de liberté. Il ne l’enfermerait pas ni ne la contraindrait à quoique ce soit. Existait-il en ce monde une plus jolie preuve d’amour ?

- Tu es quelqu’un de fabuleux, Dolce Ysil, murmura Syndrell.

Elle se redressa sur un coude pour scruter son visage. Il s’appliquait à rester impassible mais, au fond du ton céladon de ses yeux, elle devina l’espoir fou qu’il nourrissait à son intention. Elle se pencha doucement et déposa un baiser de papillon sur ses lèvres.

- Je ne sais pas comment je pourrais refuser de passer de temps en temps dans un appartement aussi beau.

C’était une parade, bien sûr. Elle savait qu’il attendait une réponse plus concrète. Syndrell sourit. Elle était taquine, malicieuse, et même dans un moment aussi important, elle ne pouvait se résoudre à être complètement sérieuse. Toutefois, lorsqu’elle planta son regard mordoré dans celui de son amant, son expression était grave et sérieuse.

- Je t’aime. Je n’ai jamais aimé un homme comme toi et cette simple vérité ne me fais plus peur. Tu sais pourquoi ? Parce qu’un jour, lorsque je n’aurai plus envie de m’en aller, je sais exactement où je me poserai.

Et, pour achever sa réponse, elle posa la main sur la poitrine de Dolce.

A l’emplacement de son cœur.



*


Ils s’étaient rhabillés, au cas où Tendresse et Mélisendre seraient de retour plus tôt que prévu, mais Syndrell était incapable de se détacher de Dolce. Il fallait qu’elle soit en contact avec lui en permanence. Alors elle savourait un thé avec délice, assise sur les jambes de l’Envoleur, et s’amusait à lui donner de petits morceaux de chocolat qu’elle glissait entre ses lèvres avec un brin d’espièglerie.

- Parle-moi de Mélisendre.

Elle était curieuse de savoir comment Dolce avait trouvé cette petite fille. Après tout c’était la seule et unique autre personne qui semblait avoir la chance de posséder son cœur !


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Elle et Lui [PV Dolce]   Jeu 31 Mar 2016, 22:00

[ Pardon, c'est court mais je pouvais pas me contenter non plus d'un dialogue alors... voilà ! Puis, en fait, je sais pourquoi Dolce m'échappe... En fait, je crois qu'il s'échappe à lui-même, finalement... ]






Un sourire étira les lèvres quand Syndrell lui demanda de parler de Mélisendre.
Que pouvait-il dire, par où commencer ? En fait, il ne connaissait pas la fillette depuis si longtemps que cela, quelques semaines tout au plus. Et elle commençait à peine à s’ouvrir un peu à lui. Mais il ne se voyait pas sans elle, là, ni la laisser seule. Elle avait besoin de soutien, et il voulait lui donner ce soutien. S’engager avec cette fillette qui avait besoin de pilier puissant dans son monde pour pouvoir se relever de toute sa hauteur.

- Et bien…

Il avala le bout de chocolat que la Marchombre pressait contre ses lèvres, savourant son amertume contre son palais un instant.

- Je l’ai trouvée un peu par hasard, si le hasard existe. Dans une ruelle sombre d’Al-Chen. Elle était dans un tel état que je doutais de pouvoir la sauver… Heureusement, j’ai pu l’emmener dans une Confrérie. C’était plus fort que moi, je devais l’aider. Comme si une force invisible me poussait en avant, à l’accueillir dans ma vie…

Il se tut un instant, alors qu’il tentait de comprendre ce qui en effet l’avait poussé à intervenir dans la vie de cette gamine. Son regard ? Sa jambe en moins ? Son besoin d’avoir à prendre soin de quelqu’un, qui n’était plus vraiment comblé ? Son besoin d’apporter le soleil dans la vie des autres, alors que lui-même se trouvait presque au fond du trou sombre du chaos à ce moment-là ? Un besoin de rééquilibrer sa vie, au fond ?

- Les Rêveurs ont fait de l’excellent boulot. Puis, en revenant ici, on a commencé à chercher des solutions pour sa jambe, avec un forgeron. Et… Puis, on t’a trouvée dans l’auberge.

Il sourit tendrement.
Saisissant le bout des doigts de la Marchombre, il les porta un instant à ses lèvres pour y déposer un léger baiser.

- Étonnamment… Je crois que finalement, j’avais besoin de ça, moi aussi. Ma vie partait dans tous les sens. Je doutais de moi, beaucoup trop. C’est censé pousser en avant, mais je m’enlisais dedans. Mélisendre me donne une raison de plus de me lever le matin. De muscler ma détermination. Elle… Je crois qu’en fait, il y avait une place pour ça… là. Il désignait sa poitrine.
Il ne savait pas comment allait réagir Syndrell. Ce n’était pas contre elle, pour elle. Mais il avait aussi ce besoin d’avoir de l’importance dans la vie de quelqu’un d’autre pour se sentir exister par lui-même. Ce qui était un peu stupide, au fond, mais pas exactement incohérent.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Elle et Lui [PV Dolce]   Dim 24 Avr 2016, 10:52

Syndrell resta silencieuse un moment. La réponse de Dolce était telle qu’elle l’avait attendue : sérieuse, complète et d’une troublante sincérité. Etait-ce parce qu’elle était assise sur ses genoux qu’elle pouvait sentir son désarroi ? Ou bien à cause des mots qu’il avait employés ?

« Ma vie partait dans tous les sens », parce qu’il l’avait cherchée sans parvenir à la trouver ? Cette nuit, Dolce avait ouvert une partie de son cœur que Syndrell n’avait encore jamais connue. Un compartiment secret, plus intime qu’aucun autre et plus grave, aussi. Ce nouvel aveu en faisait partie. Et la jeune femme comprit, lorsqu’il évoqua la place que Mélisendre avait su remplir, qu’elle était à l’origine de ce vide.

Fallait-il pour autant en être triste ? Jalouse ? Certainement pas ! Il suffisait que Dolce parle de Mélisendre pour que le vert tendre de ses yeux s’illumine. C’était un sentiment que Syndrell connaissait bien et respectait plus que tout au monde.


- Ta Mélisendre, c’est un petit peu mon Lyke, dit-elle enfin. Un jour il faudra qu’ils se rencontrent, ils s’entendront bien…

Et ce fut tout, parce qu’il n’y avait rien d’autre à dire. Dolce, son Dolce, n’avait pas pu ignorer la détresse d’une petite fille qui, en retour, s’employait à apaiser la sienne. Ils s’étaient bien trouvés et Syndrell était finalement rassurée que quelqu’un ait réussi à briser la solitude dans laquelle l’Envoleur s’était enfermé.

Elle se pencha et l’embrassa délicatement, goûtant sur ses lèvres la saveur du chocolat. Le désir qui enflamma son cœur et son ventre les emporta tous les deux dans un tourbillon sucré. Ils avaient d’ailleurs à peine eu le temps de s’habiller et de ranger la cuisine lorsque Tendresse rentra avec Mélisendre.

Le regard amusé de la sœur de Dolce en disait long sur ce qu’elle supposait de la manière dont ils avaient employé leur temps libre. Syndrell répondit à sa question muette par un clin d’œil complice. Se comprendre sans paroles, c’était merveilleux !


- J’ai acheté de quoi faire une soupe de poisson ! s’exclama Tendresse en aidant Mélisendre à poser le panier de provisions sur la table. Ça vous tente ?
- Avec des croûtons ?
- Des tas de croûtons !
affirma la fillette en brandissant le pain prévu à cet effet.

Syndrell échangea un regard avec Dolce.


- La tentation est trop belle pour que j’envisage d’y échapper…

… et elle eut raison de laisser sa gourmandise prendre cette décision. La soirée fut parfaite. Syndrell aida Mélisendre à couper les croutons tandis que frère et sœur s’affairaient avec les ingrédients de la soupe. Ils y mirent tout leur cœur et le résultat fut payant : ils se régalèrent ! Aux conversations tranquilles qui animèrent le repas se mêlèrent des regards et des sourires.

Mélisendre rayonnait. Petit rayon de soleil qui éclairait désormais le regard de Dolce et réchauffait son cœur. Syndrell n’en aima que davantage la fillette et passa une bonne partie de la soirée à lui raconter des anecdotes amusantes pour la faire rire. Tendresse n’était pas en reste, et ce qu’elle dévoila sur son enfance et celle de son frère nourrit d’énormes fous rires qui résonnèrent longtemps après que les premières étoiles se furent mises à briller dans le ciel.

Plus tard, alors qu’ils rentraient à l’appartement, Mélisendre endormie dans les bras de Dolce, Syndrell leva les yeux vers les petits grains de poussière scintillant sur le voile de la nuit. Il y en avait tellement. Instinctivement, elle se rapprocha de Dolce et attrapa sa main libre dans la sienne.
Mais elle ne dit rien, préférant profiter de l’instant sans égratigner la majesté de son silence.

Elle ne dit rien non plus lorsqu’ils bordèrent la petite dans son lit. Cet enfant, songea-t-elle en passant les doigts dans les mèches folles de Mélisendre, avait fait entrer le mot « famille » dans cette maison. Pourtant, quand Syndrell se blottit ensuite dans les bras de Dolce, elle ne put s’empêcher de se demander si un plus un était égal à trois.





*




- Darwen m’attend pour rallier la Citadelle.

Ils étaient dans le salon. Le soleil laissait entrer par la fenêtre une lumière qui rendait le bleu des tentures plus vif encore. Assise en tailleur, au beau milieu du grand tapis, Syndrell observait Dolce. Elle avait beau connaître la moindre parcelle de son corps, elle avait l’impression de découvrir, chaque fois qu’elle posait les yeux sur lui, à quel point il était beau.

- Ce garçon est encore plus doué que moi pour chercher les ennuis, et je ne tiens pas à ce qu’il se fasse tuer avant la fin de son apprentissage…

La jeune femme sourit. Darwen, mourir avant la fin de leur aventure ? Impossible, il était bien trop malin…

- Il me reste une petite heure, estima-t-elle en penchant la tête sur le côté.

Faussement innocente.

Ils ne s’aimèrent pas dans la violence et la passion, mais dans la tendresse et l’abandon. C’était à la fois doux et silencieux, mais pas seulement parce que Mélisendre dormait à l’étage ; Syndrell eut l’impression que le jeu, leur jeu, changeait soudain ses règles.
Il devenait plus simple.
Trop simple ?


- Je t’aime, murmura-t-elle au moment de venir, tout contre lui.

Il était encore allongé de tout son long sur le tapis lorsqu’elle s’habilla. Elle prit son temps, appréciant tout ce qu’elle lut dans son regard alors qu’il l’observait attentivement, et acheva de tresser ses mèches bleues en lui tirant la langue.


- J’adore ce tapis. Tu l’as très bien choisi. Il faudra tester celui de la chambre, je ne suis pas sûre qu’il soit aussi moelleux…

Malicieuse, elle s’allongea sur lui mais resta en équilibre sur ses bras et ses orteils, comme si elle ne voulait pas que leurs corps entrent en contact. D’une certaine manière, c’était le cas : elle était déjà en retard. Mais elle prit le risque de laisser ses lèvres effleurer celles de son amant.

- Merci, chuchota-t-elle.

De l’avoir cherchée. De l’avoir trouvée. De la regarder de cette manière. D’avoir choisi du bleu et du doré. D’avoir choisi ce tapis. D’avoir sauvé Mélisendre. D’avoir ouvert son cœur.
De la laisser partir.

Elle s’en alla dans un souffle.





[Encore un joli Rp qui s'achève ! M'est avis que le prochain sera toutefois plus... dynamique Rolling Eyes Et j'hésite encore en l'excitation et l'appréhension d'ailleurs. Mais je crois qu'en fin de compte j'ai hâte de me lancer dans un nouvel Rp avec toi. A très vite, donc !]

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Elle et Lui [PV Dolce]   Mer 27 Avr 2016, 23:54

Ils s’aimèrent
Pleinement, doucement, gracieusement. Que ce soit chez Tendresse ou chez lui. Sans que personne ne puisse les entendre ou que Mélisendre soit dans la pièce d’à côté.

- Je t’aime
Elle l’avait murmuré alors qu’ils s’élançaient tous les deux vers le plus haut des cieux. Ça avait gonflé sa poitrine et il l’avait embrassée à pleine bouche, dans la douceur de l’instant, dans toute son intensité aussi.

C’était simple, mais c’était bon. Elle était là, et elle reviendrait. Il espérait qu’elle reviendrait.
C’était ce à quoi il pensait, alors que malicieuse, la Marchombre lui adressait une grimace en finissant de coiffer ses cheveux. Elle était tellement belle, et elle brillait de mille feux, sa petite Marchombre. Mieux : elle scintillait, comme un diamant dans le noir.

- - J’adore ce tapis. Tu l’as très bien choisi. Il faudra tester celui de la chambre, je ne suis pas sûre qu’il soit aussi moelleux…
- En effet, l’autre est moins moelleux et moins doux…


Il avait murmuré contre ses lèvres, alors qu’elles trouvaient les siennes.
Une seconde.
Pas assez.
Il aurait voulu refermer ses bras sur elle, l’entraîner dans un rouler-bouler, l’aimer à nouveau…
Pourtant, il la laissa partir. Il ne pouvait faire que ça, non ?

- Merci.

Il ne répondit pas, se contentant d’un sourire un peu triste, alors qu’elle filait comme le coup de vent qu’elle était.
Dans un soupir, il se redressa à la force des abdominaux, s’ébrouant tout seul.

Il était en train de se rhabiller quand Mélisendre se leva, et il se dépêcha de fermer son pantalon avant que le petit claudiquement de la prothèse de la fillette n’arrive dans le salon.

- Syndrell est partie ?
- Oui…
- Tu crois qu’elle reviendra ?


Dolce ne put s’empêcher d’hésiter.

- Ça… On ne sait jamais, avec elle. Mais j’espère.

La fillette le fixa un instant, avant d’opiner du chef.

- Moi aussi.





[ J'appréhende vraiment beaucoup quand à moi, et c'est de pire en pire chaque jour de plus alors que dans ma tête Dolce prend des décisions tout seul....

En tout cas désolée pour ce RP de clôture un peu nul, j'ai eu du mal à le sortir ! ]

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Elle et Lui [PV Dolce]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» La «frontière» est-elle carrément fermée entre Haïtiens et Dominicains même au Q
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» L'armée d'Haïti est-elle soluble dans la démocratie ?
» Elle est admirable cette haitienne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Chen-
Sauter vers: