AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Certains membres prennent un an !

Pour voir si votre personnage est concerné,
merci de consulter ce sujet !

Si d'ici deux semaines, vous n'avez pas ajouté l'année à votre personnage,
vous serez sorti de votre groupe.
Si d'ici un mois cela n'est toujours pas fait, cela sera un avertissement !

Partagez | 
 

 Marché de nuit [Kaünis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rilend Ansakh
Admin


Nombre de messages : 690
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Marché de nuit [Kaünis]   Dim 22 Nov 2015, 22:34

Rilend sortit.
Après avoir posé sa chope sur la table et déposé dans la main d'une serveuse quelques pièces, Rilend sortit dans la nuit, sans frissonner au contact de l'air sur la peau de son visage. Le temps se rafraîchissait, jour après jour, rappelant aux naïfs que l'été ne dure qu'un temps, et que venait l'hiver.
Après avoir siroté sa bière en demeurant royalement indifférente aux œillades d'un pilier de bar entre deux âges, de ces hommes qui croient que d'ingurgiter l'équivalent d'un abreuvoir d'alcool pur chaque jour est signe de virilité, Rilend coula un regard vers un autre buveur, autrement plus avenant. Autrement plus éméché aussi. Las...pourquoi étaient-ils toujours ivres après le coucher du soleil ? Sans s'appesantir sur la petite voix maligne, qui lui susurrait qu'effectivement, des buveurs soûls dans une taverne réputée pour la qualité de son eau de vie d'abricot, c'était bien surprenant, Rilend résolut de repartir à l'aventure.
C'est pourquoi, après avoir posé sa chope et payé sa consommation, la jeune femme sortit dans la nuit.
Les rues d'Al-Jeit, jamais sombres, jamais ensommeillées, lui ouvrirent dans une bouffée d'air leur chaleureux tumulte humain. Passants attardés et commerçants optimistes se cherchant du regard au travers des travailleurs qui, pressés de retrouver leur logis, allongeaient le pas, gamins ravis d'échapper au couvre-feu parental et tout enivrés de leur propre audace, monte-en-l'air pas si en l'air que cela sous le regard vigilant des gardes impériaux, chiens, chevaux...la vie était partout, et partout la lumière. L'incroyable clarté de la capitale, née de mille petits reflets sur les murs chatoyants et des rayons de lune, se distribuait dans chaque coin de ville, chaque point d'ombre, et emplissait le coeur de Rilend d'une fougue animale.

Si elle s'était écoutée, la jeune femme, qui arpentait les ruelles au pas de la foule, tantôt lent et tantôt rapide, aurait ouvert grand ses bras à la cité et au genre humain tout entiers. Elle aurait souri, ri, dansé peut-être, aurait fêté cette nuit parmi les premières de son nouveau vol. Si elle n'avait pas été marchombre, elle aurait éprouvé l'envie de montrer à chacun ses nouvelles ailes et son bonheur éclatant.
Elle était marchombre.
Marchombre débutante, marchombre trébuchante peut-être, mais elle était marchombre et envolée, libérée par son maître, estimée apte à tenter de parcourir la Voie toute seule et à rechercher l'harmonie. Oh, elle en était bien loin, et il ne se passait pas un jour sans qu'elle en prît conscience, que ce soit au saut du lit, au cours de sa séance biquotidienne de gestuelle marchombre ou durant ses épisodes d'escalade et de course dans les rues pavées de lumière. Elle était loin de la perfection, mais en attendant, chaque pas, chaque pensée, chaque inspiration l'en approchait.
Et puis, elle était marchombre.
Ce n'était pas rien, tout de même.
Rilend se glissa parmi les étals chamarrés du marché nocturne, surveillant attentivement sa bourse - elle était mieux placée que personne pour savoir que les petits voleurs et leurs doigts lestes sauraient la délester - et goûtant l'activité bourdonnante de la nuit. Des cris, des marchandages, encore, des propositions parfois plus ou moins décentes, des démarcheurs, des quémandeurs...mais ce que cherchait la jeune femme, c'était un patron de caravane, un riche marchand voyageur, quelque personne qui éprouvât le besoin d'engager un marchombre et de s'assurer une certaine protection en échange d'espèces sonnantes et trébuchantes. Ainsi marchait le commerce.
Rilend se retourna, coulant un regard prudent en arrière, quand l'écho d'une altercation parvint à ses oreilles.

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse


Nombre de messages : 859
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Marché de nuit [Kaünis]   Ven 04 Déc 2015, 16:54

[ Désolée pour ce retard ! ]





« Il faut faire la distinction entre désir et amour, ma chérie. »
La phrase tournait et se retournait dans sa tête.
Et elle avait du mal à faire la part des choses, c’était un fait. Qu’est-ce que c’était l’amour, au fond ? Elle avait toujours imaginé que finalement, cela faisait quelque chose dès le début quand on tombait amoureux… Ou pas, en fait.
Est-ce qu’elle était amoureuse de Darwen ?
Non avait-elle envie de hurler. Ce n’était pas parce qu’il avait marqué une partie de son existence et de son mental que c’était le cas. Elle avait cru être amoureuse de Fried mais finalement ce n’était que de l’intérêt et même pas de l’attirance physique. Elle pensait être amoureuse de Yan, mais finalement à la fin de son apprentissage elle avait ouvert les yeux, et surtout elle avait été capable de le tuer. Comme Fried, finalement. Mais tous les deux lui en avaient voulu à sa vie.
Finalement, certes, Darwen n’en avait jamais voulu à sa vie, et donc elle n’avait pas eu l’occasion de voir si elle était prête à le tuer. Même le loup n’avait pas trop tenté de l’attaquer, finalement… Ceci dit, si elle avait vraiment été amoureuse, aurait-elle été capable de coucher avec Maïeul ? Est-ce que les sentiments rentraient vraiment en compte pour ce genre de choses ?

Poussant un soupir en songeant à ces sentiments emmêlés et à première vue un peu trop inextricables à son goût, elle arrêta Voyage et descendit souplement de sa selle. La jument lui donna un coup de tête attendrissant et elle lui gratta machinalement le chanfrein avant de la diriger vers les écuries de la capitale.
Arrivant directement du Nord, elle passa la porte d’Améthyste d’une démarche assurée, et déposa sa jument dans les écuries principales de la ville.

Puis, elle se glissa dans la foule de la capitale de l’Empire sans effort.
Son regard voguait sur les étalages avec vivacité, et elle ne put s’empêcher de remarquer plusieurs regards qui la suivirent quelques secondes ou minutes alors qu’elle avançait. Elle n’était pas encore assez discrète, et se prenant au jeu, la jeune fille tenta de se fondre dans le décor, dans la foule des gens, le long des étals, glissant ses doigts sur une pièce de viande, une pomme, évitant les regards, ne s’y laissant pas piéger.

Se glissant dans une ruelle parallèle, Kaünis se mêla aux ombres pour escalader vivement une façade et s’installer au bord d’un toit pour manger son butin. Les pieds dans le vide, la jeune femme laissa son regard se perdre à l’horizon, sur les sommets des tours et des maisons, bourgeoises ou non. Le soleil était couché depuis plusieurs heures maintenant, et elle respira à pleins poumons l’air piquant mais humide de la ville.
Il n’allait pas tarder à pleuvoir, car une large masse de nuages s’agglutinaient, comme s’ils s’étaient donné rendez-vous, au-dessus d’Al-Jeit. Frissonnant toute seule, Kaünis finit tranquillement sa pomme et laissa tomber son trognon dans la ruelle à ses pieds.

- Aïe ! Hé, toi, là-haut !

Haussant un sourcil, ne masquant même pas le sourire insolent et amusé qui marqua ses lèvres, Kaünis se pencha légèrement en avant pour voir qui s’était reçu son déchet de pomme sur la tronche.
C’était un homme d’une petite trentaine d’années, à vue d’œil, barbe de deux jours, cheveux légèrement bouclés et cuivrés, fin… fin et musclé et qui semblait énervé. Carrant les épaules, Kaünis rejeta ses cheveux en arrière d’un mouvement gracieux du menton et ne put s’empêcher de le narguer, cependant sans le quitter des yeux : il avait le physique d’un guerrier, minimum, et semblait en colère. Ce n’était pas dans son habitude de sous-estimer les gens en général.

- Quoi, t’as un soucis ?
- Carrément oui ! Je viens de recevoir ta saloperie de pomme sur la tête ! Tu pourrais au moins t’excuser !


Kaünis haussa les épaules par pur esprit de contradiction, et garda les lèvres closes.
Provocatrice, elle se redressa même pour croiser sa jambe droite sur sa jambe gauche, dans une pause nonchalante. Elle vit, même de loin, le regard de l’homme s’assombrir et cela lui tira un petit sourire.

- Tu veux jouer à ça ? Je vais te le faire bouffer ton trognon !

L’Envoleuse éclata de rire, mais un rire mauvais. Cela ne découragea pas l’homme qui attrapa le bout de pomme avant d’escalader souplement et efficacement le mur sur lequel elle était juchée et se planter devant elle, mains sur les hanches, coudes écartés, genoux souples. Lui aussi semblait se préparer à la bagarre, même s’il la détailla des pieds à la tête en prenant son temps. Elle le vit soudain se ramasser sur lui-même et déplaça légèrement son centre de gravité juste avant qu’il ne la percute et qu’ils basculent tous les deux sur le toit.
Le contact de la pomme humide sur sa joue fit froncer le nez à Kaünis et d’une pichenette elle l’envoya valser dans la rue en dessous encore une fois, sauf que l’homme la plaqua brusquement sur la pierre de toute sa masse corporelle, et la jeune femme s’immobilisa.

Elle planta ses yeux dans ceux de son adversaire en ouvrant les jambes et ce dernier eut tout juste le temps de froncer les sourcils d’incompréhension : elle se laissait faire ?
Un formidable coup de tête l’atteignit à l’arcade, lui faisait brusquement rejeter la tête en arrière et desserrer ses prises, et Kaünis se dégagea vivement en roulant sur le côté.

Quand elle se redressa sur ses jambes, l’homme saignait beaucoup de l’arcade droite, et se relevait à son tour. Et puis, une silhouette apparut, encore, sur un bord du toit et Kaünis se remit en garde avec détermination.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rilend Ansakh
Admin


Nombre de messages : 690
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Re: Marché de nuit [Kaünis]   Lun 21 Déc 2015, 17:35

[pardon, je me suis laissée prendre par les partiels ! J'ai signé pour faire véto pourtant... =__=' ]

Les voix coléreuses qu'elle avait cru entendre en provenance de la ruelle naissaient en vérité plus haut, bien plus haut...sur les toits de la cité impériale, ces petits toits de tuiles rouges et couchées les unes sur les autres, inclinées pour mieux se pencher sur le marché, ses petites arnaques et ses grands drames humains ou matériels. A l'instar de celui qui se déroulait à l'instant.
Dans une ruelle parallèle, aux hautes façades ornées de petits étals annexes, ceux de commerçants trop peu prospères ou trop occasionnels pour se mêler aux travées principales, un homme dans la force de l'âge, musclé et souple, s'élevait avec une promptitude de chat pour rejoindre une jeune femme. Une jeune femme qui l'attendait, crânement plantée sur ses jambes et - pour autant que Rilend pût en juger à cette distance - les articulations souples et les muscles bandés. Autrement dit, prête et vigilante.

Autrement dit encore, autonome et sans aucun besoin d'une intervention de la jeune marchombre, qui se cala avec une fausse nonchalance contre un mur afin d'admirer la scène. Le combat fut bref, et Rilend aurait aimé pouvoir dire qu'il fut intense, mais en aucun cas. Elle vit les deux protagonistes rouler sur le toit, puis l'homme s'immobiliser, intrigué, et basculer sur le côté pour finir sa course sur l'auvent d'un étal. Son propriétaire, une femme entre deux âges, poussa un cri aigu en voyant par en-dessous le tissu rayé lui tomber dessus, poussé par une forme mal identifiée. Elle bouscula un client potentiel pour mieux s'écarter. L'homme s'offusqua, prit au collet notre malheureux perdant à peine remis de son coup, de sa chute et de l'humiliation associée. Le tumulte enfla en quelques secondes, entre les curieux qui se pressaient et se poussaient du coude ou les belliqueux en mal de combats qui profitaient de l'occasion pour envenimer la situation.

Rilend n'était déjà plus là. Contournant d'un pas léger le noyau de l'affrontement, en se mêlant à l'agitation générale pour tenter de passer inaperçue - et accessoirement, de ne pas passer pour la source du tumulte, comme le lui soufflait sa vieille paranoïa d'enfant des rues - elle se trouvait au pied du mur à nouveau.
C'est entendant le cliquetis rythmé de la garde qui surgissait, prête à juguler ce qui commençait à ressembler à une belle petite émeute et drainait la foule des ruelles voisines, que la marchombre décida de prendre de la hauteur. Essayant autant que faire se peut d'agir au même rythme que la foule et dans une expiration - travail encore imparfait ! - elle saisit une pierre, puis une autre, et s'éleva en quelques gestes pour prendre pied sur le toit. Elle était prête à tout : la jeune femme là-haut ne venait-elle pas de ridiculiser pour les dix siècles à venir, au moins, un homme pourtant fort et agile ?
C'est pourquoi, quand elle se trouva face à une femme méfiante, campée dans une garde simple mais efficace, Rilend fit de même. Puis, et sans rompre sa garde, la marchombre esquissa un sourire :

"Une émeute pour un trognon de pomme...bien joué, je n'aurais pas fait mieux. Rilend."

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse


Nombre de messages : 859
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Marché de nuit [Kaünis]   Dim 07 Fév 2016, 00:17

[ Désolée pour tout ce retard, en plus je fais pas avancer du tout x) ]




Prête à toute éventualité, Kaünis était dans une garde de combat basse mais efficace. Cependant, la silhouette ne semblait pas agressive, même si ramassée sur elle-même pour pouvoir agir rapidement en cas de nécessité. Se redressant légèrement, l'Envoleuse détailla la jeune femme qui se cachait dans cette silhouette, et laissa s'échapper une petite expiration.

Elle devait avoir une trentaine d'années, à vue de nez. Un peu plus grande qu'elle, des yeux d'un noir profond, des cheveux aussi foncés, mais aux reflets plus clairs, avec une peau claire. Elle avait une garde parfaite, elle aussi, et cela tira un sourire à Kaünis, qui se relâcha complètement – ou presque – quand cette dernière lui adressa enfin la parole.

- Une émeute pour un trognon de pomme...bien joué, je n'aurais pas fait mieux. Rilend.

L'Envoleuse ne put s'empêcher d'avoir un sourire satisfait sur les lèvres : c'était vrai qu'elle avait fait fort. Mais elle s'en fichait, ce mec ne méritait même pas de se trouver au milieux des gens en bas. Ceci dit, la garde de la cité était en train d'intervenir, et elle devait avouer qu'elle était plutôt fière d'elle.
Mais cela l'agaçait fortement que les gens, mais surtout les hommes en général ne la voient pas comme dangereuse et ne l'évitent pas pour cette raison. En y réfléchissant cependant, cela l'arrangeait : au moins, elle pouvait passer son agressivité sur les gens stupides comme ça.

Faisant jouer son cou, Kaünis poussa un petit soupir et sourit finalement à la dénommée Rilend.

- Ouais, j'suis fière de moi ! Puis, riant, elle jeta un coup d'oeil vers le bas, par dessus le rebord du toit, et se redressa en faisant passer ses cheveux dans son dos. Reportant son attention vers la femme, elle eut une grimace joviale. Moi c'est Kaünis. Mais t'es là depuis combien de temps ?

En fait, elle s'en fichait un peu. Mais bon, autant commencer à faire la conversation. Elle ne savait pas trop ce que l'autre était venue faire, pourquoi avoir décidé de lui parler finalement ? Elle aurait pu tracer son chemin sans demander son reste, sans regarder vers le haut pour se rendre compte que deux personnes se battaient sur les toits, non ?

Alors, bon...
Kaünis se méfiait quand même un peu.
On ne sait jamais ce qui peut se cacher derrière les gens...


You got to never give up
No never give in
And when you fall down, you got to get back up again
You know you've got to be a fighter
If you're ever gonna win


__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rilend Ansakh
Admin


Nombre de messages : 690
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Re: Marché de nuit [Kaünis]   Mer 17 Fév 2016, 16:21

Quand l'inconnue baissa sa garde, Rilend imita le mouvement, avec une seconde d'écart. Elle ne poussa pas pour autant le zèle jusqu'à s'asseoir ou s'étirer, se contentant d'adopter une pose plus confortable et de sourire légèrement : cette jeune femme demeurait une inconnue, malgré tout et malgré son accueil aussi aimable qu'il pouvait l'être dans ce genre de situation. Une inconnue compétente, probablement dangereuse si besoin était et quand besoin était, qui jetait maintenant un œil en direction de son œuvre. Se redressant avec une fierté manifeste quoique très légère, la jeune femme adressa une grimace à la marchombre, qui sourit en retour, et se présenta.

Avant de poser une question...qui en recouvrait une autre somme toute assez logique. Qui, en effet, s'amusait à passer par les toits d'Al-Jeit quand les rues larges, pavées, lumineuses et fraîches, s'ouvraient à lui ? Quel genre d'énergumène fallait-il être, soit pour prendre de la hauteur de la sorte, soit pour choisir ce type de refuge pour terminer sa pomme ?

Rilend, à vrai dire, s'était hissée sur les toits pour plusieurs raisons. L'une était un reste, un geste atavique et instinctif issu de sa vie de voleuse : quand la garde arrive, de la hauteur il faut prendre...l'autre était la simple curiosité, par rapport à cette bagarreuse compétente qui trônait sur son petit tas de tuiles et en laissait tomber des trognons. La dernière...était socialement acceptable, qui aime se frayer un chemin dans une foule compacte aux allures de moutons excités – si tant est qu'un mouton puisse être excité, l'énervement chez ces animaux se résumant à des bêlements, un galop maladroit et ridicule et des tentatives pour grimper sur ses congénères.


« Rilend. Je suis là...depuis le crépuscule, à peu de choses près. Simplement, j'en ai eu assez du vacarme de l'auberge et j'ai préféré le marché. Toujours le bazar, mais au moins, il y a des toits pour échapper aux mouvements de masse.
Je suppose que tu occupes ton poste d'observation – et de repas...- depuis un petit moment ? »


A ce dernier mot, Rilend sourit tandis que la traversait, comme un éclair, l'idée qu'une pomme consommée sur les toits est bien souvent une pomme illégitime, voire volée...
An apple a day keeps the guards away...

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse


Nombre de messages : 859
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Marché de nuit [Kaünis]   Mer 17 Fév 2016, 19:56

Kaünis cligna des paupières quand l'autre lui donna son prénom et tenta de le retenir en l'associant à son visage. Rilend, donc, hein ?
Sa réponse était pas vraiment très claire, ou plutôt si, cela avait été la question de Kaünis qui n'avait pas été assez précise. Elle hocha cependant la tête quand l'autre femme lui dit que le marché, c'était mieux et qu'on pouvait y échapper en grimpant sur les toits : apparemment, elles avaient eu la même idée.

A vrai dire, l'Envoleuse n'avait aucune idée si c'était quelque chose de fréquent ou pas, de monter sur les toits. Elle n'avait jamais vécu en ville, mais dès qu'elle y allait, c'était son mode de déplacement préféré, donc elle supposait que c'était quand même plus ou moins normal.

- Je suppose que tu occupes ton poste d'observation – et de repas...- depuis un petit moment ?

La jeune femme haussa les épaules.

- Pas forcément. Une pomme, ça se mange vite, précisa-t-elle dans un sourire un peu moqueur.

Expression qui changea très vite, quand elle sentit un regard, puis deux, puis quatre, sur sa nuque.
Quatre personnes venaient de monter sur le toit sur lequel elles se tenaient, Rilend et elle. Et au vu de leur tenu de cuir légère, renforcée de métal de vargelite... Des espions de la Légion Noire !
Kaünis grogna entre ses dents en reconnaissant entre mille l'une des silhouettes qui s'approchait d'elle.

- Nana ! T'as donc pas compris la leçon ?

La jeune femme aux cheveux coupés courts d'un châtain clair s'avança de quelques pas, tandis que ses trois compagnons restaient chacun sur leur bord de toit. Ah, parce qu'ils pensaient l'empêcher de se barrer comme ça ?

- Y'a pas de leçon, Kaünis. Ou alors c'est qu'on ne renoncera pas.
- Il va donc vraiment falloir que je te tue ?


La question sembla choquer Nana, qui eut un petit mouvement de recul... Avant de tenter de se reprendre. Mais sa voix tremblait un peu quand même quand elle reprit la parole.

- Il n'y a pas que moi sur le coup, comme tu peux voir.
- Tu trouves juste des gens assez stupides pour te suivre, mais ils feront rien sans toi.
- Si tu me tues, tu auras ta tête mise à prix.
- Boah, j'suis plus à ça près,
se justifia-t-elle en haussant les épaules de manière désabusée.
Elle tourna la tête vers Rilend, qui s'était mise a priori en garde mais n'avait pas bougé.

- Tu devrais te barrer, sinon ils vont s'en prendre à toi aussi.

Simple conseil, hein. Elle s'en fichait que cette nana y laisse sa peau ou pas. Elle était déjà concentrée sur son combat.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rilend Ansakh
Admin


Nombre de messages : 690
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Re: Marché de nuit [Kaünis]   Jeu 31 Mar 2016, 17:41

Rilend devina l'approche des intrus une fraction de seconde avant qu'ils ne franchissent le bord du toit, et une fraction de seconde après que Kaünis se soit raidie, sur ses gardes. Avant même de songer à la conduite à tenir, la jeune marchombre ploya légèrement les genoux, ouvrit les bras, détendit les mains et bascula son poids vers l'avant des pieds. Puis elle coula un oeil vers les nouveaux venus.
Kaünis, manifestement, les connaissait. Vêtus de noir, souples, ils se mouvaient avec grâce et souplesse, comme les combattants qu'ils étaient sans doutes, et leurs yeux ne laissaient aucun doute quant à leur détermination. C'était en particulier vrai pour l'une d'entre eux, une jeune femme aux cheveux coupés courts, que Kaünis semblait connaître puisqu'elle l'appela par son prénom. La dénommée Nana entama une conversation fort peu aimable, peinturlurée de menaces, tandis que ses trois gorilles - des gorilles gracieux et souples, rappelons-le - se positionnaient sur le toit d'une façon qui n'avait rien à voir avec le hasard...et qui n'arrêterait probablement pas une marchombre, à moins qu'un autre piège ne soit tendu.
C'est à cet instant que Rilend nota, en passant, que le tumulte de la rue s'était franchement apaisé. Elle ne s'attarda pas sur ce détail, qui lui laissait une drôle d'impression : certaines considérations bien plus urgentes requéraient son attention...

Kaünis, en position de combat, avertit la jeune femme qu'en prenant part à la bagarre qui s'annonçait, elle risquait fort de devenir une cible. Rilend ne répondit pas : cela n'avait rien d'une surprise !
Et la question qui se posait désormais était : être du combat, ou ne pas en être ?
Défendre Kaünis, se battre à ses côtés contre Nana et les autres paraissait séduisant. Elle était, après tout, seule contre quatre guerriers, cette jeune femme si sûre d'elle, à la limite de la suffisance. Et en même temps...quelle preuve Rilend avait-elle de l'innocence de Kaünis ? Qui aurait pu lui jurer que la jeune femme n'avait pas mérité cette agression qui ne lésinait pas sur les moyens - des armures de vargelite, tout de même ! Comment trier le bon grain de l'ivraie dans cet imbroglio ?
Rilend se secoua mentalement.
Qu'est ce qu'elle avait à faire de ces considérations de justice ? Elle n'avait rien d'un chevalier, qui fait voeu de défendre la veuve, l'orphelin et tous les faibles qui croisent sa route, n'avait prêté nul serment et ne devait allégeance à personne, justice de l'Empire y compris. Elle n'était pas davantage justicière...et une vague idée, un concept à développer plus tard, lui soufflait qu'elle n'avait surtout pas à l'être ! Un marchombre ne se bat pas pour la Justice, ni pour la Vérité, ni pour aucun de ces grands concepts qui meuvent les hommes...elle n'était à personne et au service de personne, et avait le sentiment que de commencer à peser le juste et l'injuste, le vrai et le faux, n'était peut-être pas la bonne approche en ce qui concernait la Voie...
Et puis surtout, toutes ces réflexions étaient caduques, du fait de ce pressentiment qui montait de la rue, ce calme anormal. Rien, absolument rien, ne garantissait que la fuite permette à Rilend de disparaître.

Alors...autant se défendre d'une façon efficace !
La jeune femme était à peine arrivée à cette conclusion qu'elle se plaçait déjà en garde, légère, vigilante. Ses yeux allaient de droite et de gauche, elle devinait sans la voir, derrière elle, la troisième sentinelle attentive et prête à l'action. Qu'importe ! Prête à l'action, elle l'était aussi...
Il était probable que Nana s'en prenne à Kaünis, au vu de leur animosité mutuelle. Partant de là, restait à Rilend à assurer les arrières de la jeune femme en détournant tout ou partie des attaques des hommes en armure de cuir.
Elle ne s'appesantit pas sur la compétence probable de ces hommes. Ni même sur sa relative inexpérience : elle était marchombre, par surhomme. Encore moins sur sa faible connaissance des réactions et aspirations de Kaünis, de Nana.
Elle expira et tenta d'ouvrir ses perceptions, au plus grand, au plus large, de tout entendre, tout voir et tout sentir, de percevoir, intégrer et réagir, parfois sans comprendre. Bref, elle tenta.
Et se mit en mouvement au même moment que les hommes.

[bon, déjà, pardon du retard. Ensuite, je nous rajoute potentiellement un peu de difficulté dans la rue mais bon...sans ça, Rilend, elle se sauve et le RP s'arrête ^^]

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse


Nombre de messages : 859
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Marché de nuit [Kaünis]   Jeu 31 Mar 2016, 20:02

[ Pas de soucis ! Tout me va Wink ]




Bon, ben Rilend ne semblait pas spécialement pressée de partir. Même si Kaünis votait plutôt que c’était parce qu’un silence trompeur s’élevait désormais de la rue – cela voulait dire qu’il n’y avait pas que Nana et ses trois couillons de suiveurs sur le coup. Peut-être bien que finalement, sa tête serait mise à prix. Mais à vrai dire, elle s’en fichait, là tout de suite.
Parce que de toutes façons elle ne donnerait aucune information sur quoi que ce soit. Et s’ils voulaient des indices, ils ne devaient pas la tuer, hein ? Donc, ils ne chercheraient qu’à la blesser. Elle, elle ne se contenterait clairement pas de les blesser, cette fois. Elle en avait marre de tomber sur Nana aux quatre coins de rue, et de l’envoyer bouler à chaque fois.

Cela avait été sa meilleure amie.
Mais c’était une éternité auparavant. Avant que Kaünis ne rejoigne enfin officiellement le Domaine, avant que Nana ne s’engage au service de l’Empereur, avant que Kaünis ne termine son apprentissage. Elle lui avait dit que la prochaine fois, elle la tuerai. Cela n’en avait pas nécessairement l’air, mais c’était une promesse.

Prenant une inspiration, Kaünis agita ses doigts tranquillement, éprouvant ses articulations…
Nana choisit cet instant pour bondir vers elle avec efficacité. L’Envoleuse prit le temps de grimacer avant de passer sous sa garde et de lancer son coude dans les côtes de son ancienne amie. Quelque chose craqua sous son impact, et la jeune femme virevolta sur le côte pour éviter un coup de sabre, plongea sous la lame pour frapper du pied dans la cheville de son adversaire, qui s’écroula.

Une présence dans son dos se révéla alors qu’un minuscule caillou venait taper contre son talon, et la jeune femme fit volte-face pour attraper le poignet d’un homme immense qui avait levé sa lame au dessus d’elle. Au contact de sa peau, Kaünis eut un sourire triomphant.
Ne pensant plus à la fille à côté d’elle, qui n’était pas partie, l’Envoleuse ouvrit la porte mentale qui menait sur sa rage intérieure, laissant le froid s’infiltrer en elle pour commencer à geler la peau de son assaillant. Ce dernier écarquilla les yeux en tentant de se dégager, et alors Kaünis sentit une lame placée à l’horizontale dans sa nuque.
- Lâche-le ou je te tue.
L’Envoleuse eut un sourire carnassier.
- Je te crois pas une seconde... Mais elle lâcha l’homme, se jetant en avant contre son torse pour éviter la lame de Nana, avant de faire volte-face en tirant brusquement sur ses abdominaux alors que la rage s’emparait de chacune des cellules de son corps.
Son ancienne amie fut légèrement déséquilibrée vers l’avant, et Kaünis la saisit par la nuque en même temps que l’homme contre lequel elle s’était jeté.

Ça bouillait dans ses veines.
Ou plutôt, ça gelait.
Poussant toute cette énergie rageuse hors d’elle, dans ces contacts sous ses paumes, elle sentit littéralement leur jugulaire se contracter si fort qu’ils commencèrent à s’étouffer avant même que le froid n’envahisse le sang dans leur carotide. Elle les sentit geler, obstruant presque instantanément le canal artériel, avant de les pousser d’une impulsion. Ils s’écroulèrent par terre, désarticulés.
Se redressant sur ses talons, l’Envoleuse observa un instant le visage de Nana devenu presque inexpressif. Seul un semblant de surprise contractait encore ses traits, mais elle ne chercha pas plus loin, car Rilend s’était faite attaquer par les deux autres « collègues » de Léna.
Kaünis serra les dents un instant, alors que le pouvoir affluait toujours en elle, d’une puissance jouissive. Elle se glissa dans le dos de l’un des mecs à la botte de l’Empereur, ses doigts effleurant sa nuque, alors que le froid s’infiltrait lui aussi sous la peau fine de cet endroit, coupant ses liaisons nerveuses au passage.

Bondissant en arrière, elle jeta un regard circulaire autour d’elle en s’approchant du bord du toit pour jeter un coup d’oeil vers le bas…
Une tripotée de gardes et de guerriers étaient alignés en bas. Les toits les plus proches étaient plus hauts et surtout à au moins cinq mètres du bord de celui sur lequel elle se trouvait.
Jetant un regard en arrière pour voir que Rilend s’était débarrassée du dernier, Kaünis lui adressa un sourire.

- On saute ? fit-elle en désignant le mur à cinq mètres d’elle. Haussant les épaules, elle recula d’un pas pour en prendre trois d’élan et se jeta littéralement sur le mur d’en face… Faillit rater sa prise, glissa sur quelques dizaines de centimètres juste avant que son pied ne trouve une anfractuosité pour pouvoir la pousser vers le haut… Elle bondit sans regarder en arrière pour voir si l’autre fille la suivait.
Quand elle glissa ses doigts sur le haut du toit, une main lui saisit le poignet et elle grinça des dents mais se laissa remonter brusquement par la poigne forte.

La main avait un gant, aussi Kaünis serra le poing, tenta de se désaxer sur ses pieds, plia les genoux pour utiliser la gravité et déséquilibrer l’homme qui la tenait fermement, poussa sur sa cuisse droite pour lui faire glisser son centre de gravité à gauche, avant de tourner brusquement sur elle-même, entraînant la poigne de l’homme dans son sillage, lui tordant les poignets, ce qui le fit lâcher.
Elle asséna un coup parfaitement ajusté sur le côté de sa nuque et il s’écroula immédiatement, mais Kaünis ne s’attarda pas, s’élançant déjà vers le prochain toit alors que trois nouvelles silhouettes bondissaient des toits environnants pour fondre vers elle.

Son regard balaya les trois assaillants, et elle choisit le mec le plus baraqué pour courir dans sa direction. Elle se jeta dans ses jambes, talons en premier pour faucher ses chevilles, jeta sa main sur son visage pour faire exploser ses vaisseaux sanguins mais n’eut pas le temps de le tuer ainsi, continuant sa route à toute vitesse.
Elle bondit sur un autre toit, souple et dangereuse, se réceptionna en roulant sur l’épaule, prit de la vitesse pour sauter sur une ligne de linge, tangua un instant avant se jeter à travers une fenêtre ouverte, courant dans l’appartement presque désert en déplaçant des meubles derrière elle, débouchant enfin sur la porte d’entrée, dévala les escaliers à toute allure, avant de bondir dans la rue.

Une rue qui n’avait pas été isolée par les petits copains de Léna.
Se glissant dans la foule, Kaünis ralentit immédiatement pour se fondre dans la masse de gens qui se déplaçait dans le sens d’où elle venait.
Curiosité de foule face à un événement qui sort de l’ordinaire..

Poussant un soupir, Kaünis sortit sa cape de son sac pour la passer sur ses épaules, couvrant ses cheveux au passage.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rilend Ansakh
Admin


Nombre de messages : 690
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Re: Marché de nuit [Kaünis]   Ven 01 Avr 2016, 00:38

Il était clair qu'elles se connaissaient. Même leur façon de se battre clamait leur familiarité, comme Rilend put le constater du coin de l'oeil, tandis qu'elle affrontait deux des trois gorilles de Nana et que Kaünis menait son propre combat.
La jeune marchombre recula d'un bond, légère, quand les hommes bondirent vers elle. Elle se tenait légèrement en retrait de Kaünis, et les hommes qui avançaient vers elle auraient pu se glisser entre la jeune femme et Rilend...mais ils étaient des professionnels et, assurément, savaient ce qu'ils faisaient, prenant garde à ne pas exposer leur dos à leur autre adversaire, se protégeant mutuellement.

Rilend laissa le premier approcher et dégaina sa lame tandis qu'il brandissait la sienne, plus longue, plus forte, plus dure. Plus lourde, et plus lente. La marchombre ne perdit pas de temps à essayer de bloquer le coup, ou à lutter à forces égales avec un homme entraîné ; elle attendit simplement que l'épée passe son point d'équilibre et se glissa sur le côté d'un long pas, puis laissa glisser Talisman par-dessus la lame, dirigeant l'arme vers le sol.
Et franchissant en partie la garde de l'homme, en partie seulement car il lui restait un poing, une manchette de cuir et du métal le plus résistant de tout Gwendalavir, un métal qui valait cent fois son poids en or, et sa force, et sa science de combattant. Rilend recula, juste à temps : le coup de manchette effleura son plexus et frôla son nez, le heurta même légèrement - il était rapide ! -...mais la douleur fut légère, étonnamment légère d'ailleurs pour un coup porté à l'un des cartilages les plus sensibles du corps humain. Presque inexistante, à vrai dire...la sensation de choc persistait, mais point de souffrance.
La jeune femme n'avait pas le temps de s'appesantir sur cette nouvelle étrangeté dans une soirée déjà bien mouvementée. Elle avait légèrement sous-estimé son adversaire, s'était trop peu reculée, mais finalement ce mouvement avorté lui offrit une ouverture quand l'homme acheva son coup montant. La marchombre se glissa sous l'avant-bras gainé de vargelite, et cette fois-ci, frappa en double : le poing, juste sous le plexus solaire, là où les côtes cartilagineuses s'enfoncent, là où s'insère le diaphragme. Et, quand l'homme commença de se plier en deux, le souffle coupé, le pommeau de Talisman, violemment assené à la base de la nuque.

Elle aurait pu frapper avec la lame, au défaut de l'armure. Elle n'avait guère envie de tuer...ces pauvres hères n'étaient que de braves chiens suivant leur maître. Et si elle pouvait se protéger sans détruire...
Kaünis, s'aperçut-elle, n'avait pas fait tant de manières et le deuxième adversaire de Rilend s'effondra d'une façon mystérieuse. Comme si on l'avait brutalement coupé de toute vie, les lèvres pincées, crispées, et la jugulaire tendue à exploser sur un cou qui se veina presque immédiatement de bleu. Rilend n'eut pas le temps d'observer plus avant cette étrange méthode de combat. Il était temps pour les deux femmes de tirer leur révérence et, saisie par un brin d'adrénaline, elle rendit son sourire à Kaünis qui lui proposait de sauter.

Elle prit son élan, une course rapide sur le toit désormais dégagé, ploya les jambes et se remémora ses heures de formation, et celles passées auprès de Libertée à jouer avec l'eau, l'air, la transition entre les deux, à grimper et plonger jusqu'à, presque, voler.
Elle glissa dans l'air et se réceptionna avec souplesse, mais sur des prises délicates qu'elles ne conserva pas longtemps. Se hissant avec des gestes rapides, elle vit du coin de l'oeil que Kaünis avait été saisie par un autre gorille. Elle n'eut pas le temps de s'en préoccuper : un soldat se présenta devant elle, ou plutôt, l'attaqua sitôt ses pieds posés sur le toit. Rilend se cala sur ses appuis et attendit que l'homme attaque pour s'écarter et l'accompagner, d'une main douce puis insistante, dans son mouvement, sa plongée...sa chute par-dessus le rebord du toit. Il se rattrapa de justesse, mais trop bas pour présenter un quelconque danger et la marchombre n'était déjà plus là.

Séparée de Kaünis, qui courait sur une autre ligne de toits, Rilend bondissait, relativement tranquille finalement puisqu'une grande majorité des soldats en avaient après sa compagne de route. Elle eut encore à frapper deux hommes, à en décourager plus fermement un troisième, avant de trouver ce qu'elle cherchait : des recoins d'ombre, agréables à la Panthère au fond d'elle qui, excitée par le combat, feulait et grondait, et agréables à la marchombre qui s'y coula, s'y glissa, cherchant à coller au mur, à coller à la matière, à ne plus produire de bruit.

Quelques minutes d'effort et d'attention, pour devenir imperceptible aux yeux des cerbères. Quelques secondes de récupération, le temps de s'interroger sur les étrangetés de ce combat si vite avorté. Pourquoi n'avait-elle pas souffert, ou si peu, de la manchette mal évitée ? Comment Kaünis avait-elle pu tuer ou réduire à néant des hommes entraînés et compétents, d'un toucher ou presque ? Portait-elle une lame empoisonnée ? Etait-ce...une greffe ? Rilend réfuta l'hypothèse d'un violent revers de main mental. Une Greffe aurait supposé que la jeune femme était une marchombre, et, si il y avait une chose dont Rilend était bel et bien sûre, c'était de celle-ci : Kaünis n'était PAS marchombre.

La marchombre reprit sa marche féline sur les toits et, coulant un regard vers une ruelle plus paisible qu'elle longeait, furtive, remarqua une femme à la chevelure noire et à la démarche tranquille qui couvrait ses épaules d'une cape de voyage.
Désireuse de s'éloigner du lieu du tumulte, Rilend demeura dans son sillage, se coulant d'ombre en ombre.

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse


Nombre de messages : 859
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Marché de nuit [Kaünis]   Ven 01 Avr 2016, 02:08

Un regard sur sa nuque tira un frisson à Kaünis, alors qu’elle se coulait entre un homme d’une cinquantaine d’années et un couple trop curieux.
Levant les yeux vers les toits, ne trouvant rien du regard, persuadée toutefois que cette sensation venait de là-haut. Grognant toute seule, l’Envoleuse se coula encore dans la foule qui l’entourait. Elle ne pouvait s’empêcher de froncer le nez en sentant l’odeur de transpiration beaucoup trop forte des corps humains, mais réussit à se faufiler jusqu’à une autre ruelle, pour grimper sur les premiers toits, et se diriger vers les écuries de la ville.

Voyage l’attendait, l’accueillant d’un ronflement caractéristique. Souriant seule, Kaünis la harnacha rapidement, avant de grimper sur son dos.
Sans un regard en arrière, elle lança sa jument dans un galop retentissant à peine la porte Nord franchie.


* *


- Trois cent pièces d’or.

Kaünis fronça les sourcils. Trois cent pièces d’or pour un collier ? Ce Gil’Sebran était sérieux ? Voyant la réaction de l’Envoleuse, l’homme rassembla ses doigts devant lui, appliquant chacun d’eux contre leur homologue de l’autre main, la fixant par dessus.
- Kaünis, c’est parce que j’ai besoin de gens comme… toi.
- Quoi, tu veux dire chaotiques ?
cracha-t-elle, dédaigneuse.
Mais cela tira un coup d’oeil surpris à l’homme, et elle plissa les yeux.
- Précisément, fit-il avec un sourire en coin.

La jeune femme haussa les épaules. Bon, au moins, ça promettait de sacrés rebondissements, et elle ne s’ennuierait pas trop vite.

Quand elle sortit d’Al-Poll, le ciel était couvert de nuages blancs et gris, très bas.
L’air sentait l’humidité et piquait le nez. Il allait neiger.
Kaünis grogna toute seule, lança Voyage au trot en direction d’Al-Far.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rilend Ansakh
Admin


Nombre de messages : 690
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Re: Marché de nuit [Kaünis]   Dim 03 Avr 2016, 00:48

De clarté en ombre, Rilend se faufila quelque temps en frôlant les cheminées et les murs, tantôt lisses, tantôt rugueux, tantôt scintillants, tantôt transparents, l'extraordinaire variété d'Al-Jeit. Parce que, même dans la plus belle ville de l'Empire, les hommes restaient les Hommes, elle entendit des échos de disputes à travers certaines fenêtres qu'elle dépasse comme une brise de nuit, et ailleurs, des grognements différents, des soupirs d'autres batailles, et des rires bêtes ou des rires heureux, ou extatiques.
Elle marauda quelques minutes derrière l'autre avant de décider que Kaünis n'avait absolument aucune envie de l'attendre. Et puis, elle-même n'éprouvait en réalité pas le moindre désir de poursuivre leur conversation malaisée et glaciale, tant un quelque chose incompréhensible la mettait mal à l'aise face à cette femme, une drôle de distorsion de ce qu'elle percevait de sa réalité.
Alors, quand le marché s'apaisa, Rilend se laissa-t-elle glisser dans une ruelle adjacente, ne sachant pas qu'au même instant ou presque Kaünis se hissait sur un toit, beaucoup plus loin. La jeune marchombre déposa quelques pièces dans la main d'un marchand en échange d'une brochette de siffleur au caramel et, croquant dedans avec un appétit de fauve, se mit en devoir de finir sa nuit.

Quelques minutes plus tard, dans une taverne, elle vidait une chope de bière sombre, presque noire, au surprenant goût acide. Un inconnu vint s'installer devant elle pour lui expliquer à grand renforts de gestes enthousiastes que cette bière était vieillie en fût de chêne, comme du vin. D'où sa couleur et son goût, pérora-t-il. Rilend lui sourit pour récompenser sa culture générale -et sa relative sobriété à une heure si avancée, et sa non-dangerosité parfaite après les gorilles du début de nuit - et il lui sourit en retour.
La Panthère, bien réveillée, aurait réagi d'un étirement lascif. Rilend réagit d'un sourire évocateur et de quelques mots. Il lui répondit de même. Elle enchaîna, quelques phrases encore, joua sa partie, son rôle avec un fond de cynisme et, sa part du travail effectuée, se leva d'un geste souple sans un geste de plus. Juste le nécessaire pour qu'il la suive, qu'elle referme la porte de sa chambre sur eux deux.
Elle la rouvrit quelque heures plus tard avec les mots de circonstance.
Puis, toute seule, apaisée, heureuse, elle se coula sous sa couverture et s'y blottit, enchantée de pouvoir enfin prendre toute la place dans ce petit lit d'auberge.

*****

L'aube la trouva dans les rues, songeant à tous les évènements étranges de la nuit passée, à ces coups qu'elle avait encaissés et dont elle aurait cru trouver les séquelles ce matin, quoiqu'elle entendît aisément que, dans l'adrénaline du combat, elle eût pu ne rien sentir.
Le lever du soleil la trouva aux portes de la première écurie de la journée, le renflement familier de sa bourse sous la main. Il était temps de réaliser un vieux projet, et cette fois-ci, elle écumerait toutes les stalles de la ville.
Un cheval, voilà ce qu'il lui fallait.
Un cheval, pour aller loin.

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marché de nuit [Kaünis]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marché de nuit [Kaünis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» [Bande] Gobelins de la nuit
» La nuit, même si on est nyctalope, peut être dangereuse... [PV Gïlh'Or]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Jeit-
Sauter vers: