AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Beautiful Apocalypse [ Libre ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur


Nombre de messages : 965
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Beautiful Apocalypse [ Libre ]   Ven 29 Avr 2016, 22:15

Kaünis ne put retenir un soupir exaspéré quand Darwen ordonna de ne pas tuer la Frontalière. Ils étaient dans de beaux draps, tiens ! Franchement, elle servait à quoi cette nana ? Elle avait apparemment trahi les Frontaliers, puis le Chaos, qu’est-ce qui pouvait bien l’empêcher de trahir encore quoi que ce soit ? Qui que ce soit ? Rien, ni personne. C’était débile de la garder en vie.

Mais bon…
Elle était pas dans la tête de Darwen, et après tout qu’est-ce qu’elle pouvait bien en avoir à foutre, sérieusement ? Rien. Donc, elle se contenta de hausser les épaules.

Se mordant l’intérieur de la joue, Kaünis eut le temps de croiser le regard du Mentaï qui arrivait avant que Darwen ne se saisisse de son poignet. Elle lui adressa un petit clin d’œil, qui lui ferait croire qu’elle avait la situation en main. Elle partait seule avec trois Marchombres, mais aucune peur ne l’habitait : à vrai dire, elle savait que si elle ne lançait pas directement les hostilités, ces derniers ne tenteraient pas de la tuer. Surtout pas Darwen. Ni Syndrell, d’ailleurs, puisqu’elle avait pas tué Misha. Et Éole semblait avoir une dent contre ceux qui tuaient facilement, donc elle estimait qu’aucune menace ne pesait sur elle.

Ils arrivèrent directement dans les couloirs de la Citadelle.
Enfin, Kaünis devinait que c’était la Citadelle, elle n’y avait jamais vraiment mis les pieds, mais la tenue et les armes de la personne qui était au milieu du chemin en attestait. L’Envoleuse avait l’habitude de voyager avec des pas sur le côté, elle était parvenue à atterrir pas trop à l’arrache sur le sol, mais elle mit quelques secondes à se redresser quand même.

- Misha ?! Qu'est-ce qu'elle fiche avec vous ? Elle est blessée ? Kaünis ne lança qu’un regard ennuyé du côté de l’homme qui s’adressait à Darwen, et s’intéressait à Misha. D’ailleurs, la silhouette qui s’approcha attira un peu plus son attention.
- Erlaëm ? Qu'est-ce qu'il se passe ? Oh, mais... Kaünis ?

L’Envoleuse fit volte-face précisément à cet instant, se retrouvant devant un Maïeul incrédule… Et rougissant. Elle ne put s’empêcher d’avoir une petite mine satisfaite alors que le Frontalier tentait de reprendre contenance, mais elle posa sa main sur sa hanche dans une pose presque lascive. Presque, parce que ça ne l’était pas suffisamment pour être provocateur, mais cela eut l’effet escompté car elle vit la pomme d’adam de l’homme remonter avec lenteur le long de sa gorge, comme s’il avait du mal à déglutir…

Ce qui la fit partir dans un petit rire.
Elle ne jeta qu’un rapide coup d’œil à Eole qui venait de tourner de l’œil. Franchement, tout ça pour un pas de côté ? Elle était pas résistante cette fille ! Elle s’approcha souplement du Frontalier, se mordant la lèvre inférieure, lui adressant un sourire provocateur.
- Tiens tiens ! lâcha-t-elle, alors que les autres tentaient de prendre soin de la Marchombre. Mais elle n’avait pas envie de s’attarder parce que…

Ben déjà parce que sa jument était dans la ferme.
Ensuite, parce que toute cette agitation, ça la gonflait royalement.

Elle observa un instant Eole qui se relevait doucement, Darwen à côte. Penchant légèrement la tête sur le côté, Kaünis regarda le jeune homme quelques secondes, avant de s’avancer vers lui pour se dresser sur ses pointes de pieds et mordre sa lèvre inférieure vivement. Elle profita de sa surprise pour se couler hors de ses potentielles mains, passa à côté de Maïeul pour déposer un baiser sur la commissure de ses lèvres – elle savait pertinemment que l’un et l’autre l’observait avec attention – et elle prit la direction de la lumière du jour.

Pour courir, directement vers le Sud.
Marre, des Marchombres.








[ Kaünis vous quitte là, et moi aussi ! Mais pu***... j'ai adoré ce RP ! A refaire, non ? mrred ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darwen Ehsoleim
Groupe Kihux
avatar

Nombre de messages : 387
Citation : Ecrire. Non pas une lettre, ni même un journal intime. Non. Simplement écrire. Comme on respire. Pour vivre. (Les Âmes Croisées)
Date d'inscription : 16/01/2013

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Se métamorphose en un loup à la fourrure gris sombre ; des cicatrices plus ou moins visibles sur tout le corps ; claustrophobe

MessageSujet: Re: Beautiful Apocalypse [ Libre ]   Lun 20 Juin 2016, 15:58

[Je n'ai pas fait avancer grand chose, je n'avais envie ni de trop anticiper, ni de terminer tout de suite ce beau RP Wink Mais me voilà enfin ! x)]



Syndrell était apparue en même temps qu'eux dans le couloir de la Citadelle, accompagnée d'un homme que Darwen devina être un Dessinateur. La Marchombre avait donc eu le temps de l'appeler et la présence d'esprit de lui indiquer la Citadelle comme lieu d'atterrissage ! Cela signifiait qu'il était déjà venu ici, et 'Wen se demanda si ce n'était pas grâce à lui, déjà, qu'on avait pu l'empêcher de perdre la vie après l'attaque de Sharmal. Mais ce n'était pas encore le moment de lui poser la question et de faire connaissance : il y avait beaucoup trop de monde en même temps dans ce couloir étroit !

Tandis que Darwen interceptait le regard doré de son Maître qui s'éloignait en compagnie du Dessinateur, il aperçut du coin de l'œil une Eole encore sonnée par les évènements – et le pas sur le côté – qui semblait sur le point de s'évanouir, et il s'élança vers elle pour la soutenir avant qu'elle ne tourne de l'œil. Pendant ce temps-là, Erlaëm s'était penché sur le corps inconscient de sa sœur, attendant la réponse de l'apprenti Marchombre. Il allait tout lui raconter, mais avant... avant, il voulait savoir comment Maïeul et Kaünis se connaissaient. Est-ce que l'Envoleuse était déjà venue à la Citadelle ? Est-ce que Maïeul faisait lui aussi partie de cette machination du Chaos ? 'Wen avait la désagréable sensation d'être toujours dans le noir, que tout lui échappait continuellement. Sensation qui ne fit qu'augmenter lorsqu'il vit le manège de la jeune femme devant le Frontalier, clairement mal-à-l'aise. Oh, ils avaient donc couché ensemble ?

Darwen n'osa pas se l'avouer, mais ce fut peut-être ce qui le dérangea le plus, cette soudaine complicité entre l'Envoleuse et le Frontalier. Un instant, il lui sembla que la jalousie était plus forte que tout le reste – la méfiance, les interrogations, le doute. Puis Eole bougea légèrement entre ses bras, et alors qu'elle ouvrait les yeux, il l'aida à se redresser – peut-être un peu trop précipitamment, alors qu'elle n'était pas encore tout-à-fait revenue à elle. Il allait s'excuser, lorsqu'il perçut l'odeur et la présence de Kaünis juste en face de lui, et... ses dents mordant soudain sa lèvre, sauvagement. Malgré lui, il sentit les battements de son cœur accélérer, le loup grogner de plaisir dans son ventre...

Mais la situation était assez gênante, parce que le jeune homme soutenait toujours la Marchombre, et que l'Envoleuse ne se gênait pas – elle – pour le mordre vivement, alors qu'elle n'était pas encore venue vers lui depuis leurs retrouvailles. Il n'eut même le temps d'hésiter cependant ; la jeune femme s'était déjà envolée, et 'Wen sentit la colère et la frustration lui monter au nez alors qu'elle embrassait Maïeul. Aucun des deux n'eut le temps de faire quoi que ce fût ; Kaünis s'était élancée hors du couloir, et Darwen comprit qu'encore une fois, elle n'avait pas hésité à partir en le laissant dans l'incertitude totale. Et puis il avait des questions à lui poser à propos des mercenaires du Chaos et du Mentaï, aussi ! Echangeant un regard d'incompréhension avec Maïeul, le métamorphe reporta enfin son attention sur Eole.

- Euh... Tu te sens mieux ?

Bon sang, il commençait vraiment à en avoir marre de cette foutue envoleuse, et de toutes ces emmerdes avec le Chaos !


***



Assis en tailleur sur un tapis où étaient disposés de nombreux coussins dans des tons rouges, jaunes et orangés, Darwen essayait de remettre de l'ordre dans son esprit en attendant que ses compagnons le rejoignent. Erlaëm avait emmené Misha dans sa chambre, demandant à une Frontalière de veiller sur elle – et de monter la garde. Syndrell devait être toujours avec le Dessinateur, mais ils ne devaient pas tarder à arriver. Avec Maïeul, Erlaëm et Eole, ils s'étaient mis d'accord pour se retrouver dans cette salle, afin que chacun puisse recevoir les explications qui lui manquaient. Mais il aurait fallu que Kaünis soit aussi présente pour qu'ils puissent mettre davantage les choses au clair... même si c'était toujours mieux de tenir les mercenaires du Chaos hors de la Citadelle.

Alors qu'il ne parvenait toujours pas à retrouver le calme, à faire disparaître l'angoisse diffuse dans son ventre, 'Wen entendit des bruits de pas se rapprocher, et leva la tête pour voir la où les personnes qui arrivaient.

__________________________________________


Loup:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4361
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Beautiful Apocalypse [ Libre ]   Mar 28 Juin 2016, 23:54

[Désolée, c'est médiocre mais c'est que ça date, aussi, alors faut remonter le temps et c'est pas si simple ! ><" Eole, tu peux faire bouger Ciel à ta guise...]



La porte était entrebâillée.
Elle s’y glissa sans bruit, mais les sens de Darwen étaient plus aiguisés désormais, et il leva la tête à son approche. Syndrell lui décocha un petit clin d’œil et, quand elle passa près de lui, elle passa la main dans ses cheveux sombres, geste léger et empli de toute l’affection de l’amie avant même de celle du maître.


- Sacrée journée, pas vrai ? lança-t-elle en s’asseyant en face de lui, en tailleur elle aussi.

Elle appuya ses coudes sur ses genoux pour les plaquer au sol, puis tendit le buste en avant, jusqu’à s’allonger face contre terre, les bras tendus devant elle. Son pansement la gênait davantage que sa blessure parce qu’il tirait sa peau et elle soupçonnait Ciel d’avoir serré le nœud un peu plus que nécessaire, mais c’était de bonne guerre…

Le nez dans les longs poils du tapis, Syndrell laissa filer quelques secondes. Elle pouvait sentir la tension de Darwen sans même le regarder. S’ils avaient été seuls tous les deux, elle l’aurait entraîné dans une série d’exercices plus éreintants les uns que les autres et incroyablement loufoques, afin de le purger de cette inquiétude et de l’aider à se détendre.

Mais ici, elle préférait laisser le jeune homme prendre les commandes. Il était chez lui, d’une certaine manière, un fait qu’elle respectait autant qu’elle l’appréciait : ce garçon ne cessait pas d’être son élève, qu’il soit loup ou homme, malicieux ou têtu, frontalier ou marchombre… Sans cesser d’étirer ses muscles, elle leva son regard doré vers lui.

- Que vas-tu faire ?

La question était large. Elle portait sur l’instant présent mais aussi sur le long terme : qu’allait-il advenir de Misha ? de Kaünis ? Syndrell était bien trop fine pour l’interroger directement à ce sujet. Il était possible que Darwen ne sache pas encore par où commencer. Il ne s’agissait pas de le mettre dans l’embarras, ni même de lui donner l’impression d’être jugé alors qu’il était dans une situation précaire.

Simplement de lui signifier qu’il n’était pas seul.





*




Ciel cherchait Syndrell. Il n’était pas en terrain familier, mais alors pas du tout, et après avoir parcouru trois fois le même couloir, il s’arrêta et marmonna dans sa barbe. Il s’apprêtait à contacter cette insupportable marchombre par la pensée lorsqu’une porte s’ouvrit sur Eole. Il la reconnut tout de suite en dépit de ses cheveux plus courts ; étonnant qu’ils se croisent à nouveau au même endroit !

- Heu, salut, dit-il en s’empourprant légèrement, comme chaque fois qu’il regardait une fille dans les yeux. Tu te sens mieux ?

Elle était encore un peu pâle, et il décida de rester avec elle, parce qu’il pouvait peut-être se rendre utile. Et parce qu’il était complètement perdu, aussi.
Surtout.


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Éole Létoile
Groupe Fyrh
Modératrice & Reine de la Torture
avatar

Nombre de messages : 2130
Citation : Les écrivains dansent sur leur plume, leurs mots sont des ballets qu'ils offrent à leurs lecteurs - Pierre Bottero -
Date d'inscription : 04/03/2011

Feuille de personnage
Age: 27
Greffe: Réduction de son poids pendant un court laps de temps
Signe particulier: Éole=Ombe, voir Biographie

MessageSujet: Re: Beautiful Apocalypse [ Libre ]   Ven 07 Oct 2016, 22:38

Éole était maintenue par les bras de Darwen, encore un peu sonnée. Elle ne vit pas le petit manège de Kaünis et c’est à peine si elle l’aperçut mordre la lèvre du jeune homme qui la soutenait. Elle essayait de se concentrer sur ce qu’il se passait autour d’elle mais elle n’arrivait pas à remettre les chose dans l’ordre.

Elle entendait des voix qu’elle connaissait et d’autre qui lui était inconnu, elle sentait les gens bouger autour d’elle mais elle n’aurait jamais su dire ni qui ni pourquoi ni comment. Plus que tout, et c’était peut-être son seul “point fixe” dans tout cela, elle sentait les bras puissants de Darwen qui la tenaient toujours. Il l’aida à se redresser. Sa tête ne tournait plus mais elle avait un mal de crâne féroce. La danseuse avait l’impression d’avoir le cerveau comme comprimé dans un étau, sur le point d’exploser.

Éole tenta de rassembler ses idées, faisant le point sur les derniers évènements. Quelques minutes plus tôt, elle était face à une bande d’envoleurs dans une ferme perdue en plein milieu des Plateaux d’Astariul et la voilà à l’autre bout de l’Empire, dans un des couloirs d’un bâtiment qui n’était rien de moins que la Citadelle des Frontaliers. Éole jeta un coup d’œil autour d’elle, surprise de ne plus voir Kaünis... La jeune femme avait-elle été emmenée par les Frontaliers ? Non, impossible, elle ne se serait pas laissée faire, il y aurait eu une bagarre, du sang, des morts et elle se serait volatilisée. Non, l’envoleuse avait simplement dû quitter la Citadelle et personne n’avait dû chercher à la retenir. À moins que personne n’en ait eu le temps. Syndrell était toujours là, accompagnée du dessinateur qui avait sauvé Darwen la dernière fois, ainsi que ce dernier, visiblement mal à l’aise, qui l’avait lâché mais qui se tenait toujours près d’elle.

- Euh... Tu te sens mieux ?

Éole mit quelques secondes à comprendre que c’était à elle qu’il parlait. Les idées confuses, elle lui répondit d’une voix faible avec le regard de celle qui est complètement perdue.

- Hein ? Euh... Oui, un peu... Enfin bof bof... J’ai un terrible mal de crâne...

Elle lui adressa un petit sourire, essayant d’avoir bonne mine mais c’était perdu d’avance. Le martellement dans son crâne lui donnant envie de fermer les yeux et de ne plus jamais les rouvrir. C’est alors qu’elle croisa le regard doré de Syndrell qui lui adressa un clin d’œil alors qu’elle s’éloignait avec son ami. Un frontalier qu’elle ne connaissait pas, qui avait l’air assez jeune — il devait avoir l’âge de Darwen — s’approcha d’elle doucement, échangeant un regard gêné avec Darwen.

- Viens, lui dit-il, je vais te montrer un endroit où tu pourras te reposer.

Le jeune homme lui adressa un timide sourire. La danseuse hésita, chercha une réponse dans le regard de Darwen. Ils convinrent de se retrouver un peu plus tard, dans une salle pour faire le point. Éole hocha la tête et suivit le frontalier. Elle avait tellement mal à la tête qu’elle n’arrivait plus à réfléchir à quoi que ce soit, mais elle sentait quand même une espèce de méfiance de la part de Darwen vis à vis du jeune homme.
Il la mena à travers les couloirs de la Citadelle qui, pour l’heure, ressemblait plus à un labyrinthe qu’à autre chose, et lui ouvrit enfin la porte d’une petite chambre simple mais dotée d’un lit qui avait l’air plus que confortable. Éole adressa un sourire au jeune homme en le remerciant et s’effondra sur le lit.

Il lui fallut un moment avant de s’endormir tant sa tête lui faisait mal mais la fatigue prit le dessus sur la douleur et Éole s’enfonça dans un monde où les gens ne s’entre-tuaient pas pour rien...

~ * ~


Quand elle se réveilla la journée avait bien avancée, à tel point que Éole se demanda si elle n’avait pas raté le rendez-vous avec Darwen et les autres. Elle haussa les épaules. Son mal de tête avait disparu, c’était l’essentiel. Et puis, de toute manière, elle ne savait même pas comment retrouver la salle dont Darwen avait parlé... Elle ne savait pas non plus comment elle était arrivée là en fait, elle était dans un état qui ne lui avait pas permis de retenir son chemin.

*Et bien ma belle, te voilà bien... Perdue dans la Citadelle ! Tu me diras ça pourrait être pire... Comme être perdue au milieu de mercenaires du chaos, dans une ferme en plein cœur des Plateaux d’Astariul, tout cela en pleine tempête...*

Souriant à sa propre ironie, Éole s’étira avant de se lever doucement et de sortir. Quand elle ouvrit la porte, elle tomba nez à nez avec l’ami dessinateur de Syndrell qui semblait aussi pommé qu’elle.

- Heu, salut. Tu te sens mieux ?

Éole lui adressa un sourire. Elle nota qu’il avait légèrement rougit en lui parlant et elle trouva drôle le fait que quelqu’un qui pouvait faire des trucs ouf comme un pas sur le côté s’empourpre devant une jeune fille.

- Oui, beaucoup mieux. Je suis juste un peu perdue...

Au sourire qui étira les lèvres du dessinateur elle sut qu’il la comprenait.

- Moi aussi figure-toi ! répondit-il, comme soulagé de ne plus être seul dans cette galère.
- Bon, à nous deux on devrait pouvoir retrouver notre chemin.

Elle lui adressa un clin d’œil et il répondit en hochant la tête. Ils partirent donc ensemble du côté opposé à celui d’où venait le dessinateur.

- Et.. Au fait, tu t’appelles comment ? fit Éole, confuse.
- Ciel, et t’inquiètes, je sais que tu t’appelles Éole.

Ils échangèrent un nouveau sourire. Éole aimait bien ce Ciel qui portait un nom qui allait bien avec le sien. Ciel et Létoile, il ne manquait plus que la lune et le tour était joué !

Il continuèrent à discuter de tout et de rien. Éole apprit que cela faisait longtemps qu’il connaissait Syndrell, qu’il était un peu comme son chevalier sauveur, à accourir toujours où bon moment. Confiante, Éole lui raconta aussi des bouts de sa vie, sa rencontre avec les marchombres et les difficultés qu’elle avait eu durant son apprentissage. Elle lui confia aussi la mort de Pia et ses inquiétudes sur le fait qu’elle n’avait toujours pas de Maître et il tenta de la rassurer.

Ces moments où ils discutaient étaient entrecoupés par des fous rire parce qu’ils se trompaient de chemins, qu’ils repassaient quinze fois devant les mêmes portes dans les mêmes couloirs...

Ils venaient de nouveau de tomber dans un cul de sac quand Éole se rendit compte que Bolshoï était toujours dans la ferme dans les plateaux d’Astariul !

- Bolshoï ! s’écria-t-elle soudain.
- Que quoi ?
- Mon cheval est toujours dans la ferme là bas... Je ne veux pas le laisser au mains de ces mercenaires !

Et puis, elle devait continuer son voyage vers Al-Poll, il fallait qu’elle retrouve sa mère. Ciel était confus et sur son visage, on pouvait lire qu’il cherchait une solution pour aider la jeune femme.

- Je pourrais t’y emmener, proposa-t-il, mais je ne sais pas si ce serait une bonne idée pour toi... Tu viens de te remettre de ton dernier pas sur le côté, si on partait maintenant, ce sera pire à l’arrivée...

Éole réfléchit. La proposition était tentante, si elle ne donnait pas d’importance au fait d’être de nouveau malade, qu’est-ce qui la retenait ici ? Des explications ? Sur quoi ? Sur une histoire qui ne la concernait en rien ? D’un autre côté, y retourner, c’était se jeter dans la gueule du loup... Mais au final qu’elle importance avait-elle aux yeux de ces mercenaires ? Elle ne savait rien, elle avait juste été au mauvais endroit au mauvais moment. Elle s’inquiétait pour Bolshoï... Il avait passé tout ce temps là bas, au milieu de cette bande de sauvages... Elle pria la Dame pour qu’il ne lui soit rien arrivé.

Elle pesa le pour et le contre avant de relever la tête, résignée.

- Si ça ne te dérange pas, je veux bien que tu me raccompagnes là bas. C’est risqué mais je ne peux pas abandonner Bolshoï.

Ciel hocha doucement la tête.

- Comme tu veux. Au pire, je suis Rêveur, je saurai te remettre sur pied. Et puis tu sais, avec Syndrell, j’ai l’habitude.

Il lui adressa un clin d’œil complice auquel elle répondit d’un sourire.

- Bon, trouvons cette fichue salle ! Je ne vais quand même pas partir sans dire au revoir !

Souriants, ils reprirent leur chemins dans le dédalle des couloirs et finirent — enfin ! — par arriver à destination. Quand ils entrèrent, tout le monde étaient déjà là et semblaient les attendre depuis un petit moment.

- On est désolé, on s’est perdu, s’excusa Éole en rougissant légèrement.

La jeune apprentie ne leur laissa pas le temps de répondre avant de continuer.

- Je pars. Je... Cette histoire ne me concerne pas, je vous laisse régler cela entre vous. Ciel me ramène à la ferme, là bas, mon cheval y est resté et il faut que j’aille le retrouver.

Elle se tourna vers les frontaliers, en fait, vers Erlaëm en particulier.

- Merci pour votre accueil, vous avez des lits vraiment confortables !

Elle adressa un sourire à l’homme avant de se tourner vers Syndrell et Darwen.

- J’espère qu’on se reverra dans des circonstances plus... calmes. Je vous souhaite bonne chance pour la suite !

Sa dernière phrase s’adressait surtout à Darwen, elle lui souhaitait bonne chance pour son histoire avec le chaos, mais aussi pour son Ahn-Ju... Elle lui adressa un clin d’œil complice avant de se tourner vers Ciel.

- Je l’emmène et je reviens, fit-il à l’attention de Syndrell qui hocha la tête.

Le dessinateur posa sa main sur le poignet d’Éole. La jeune fille inspira une grande goulée d’air en fermant les yeux, se préparant déjà à la secousse...

Une seconde après, elle retrouvait le froid des plateaux. Heureusement pour elle, la tempête avait cessé. Ciel l’avait déposée à quelques mètre de la bâtisse par prudence. Éole se sentait un peu sonnée mais elle allait beaucoup mieux que la première fois. Il faut dire que cette fois ci, elle y était préparée. Elle adressa un grand sourire au rêveur.

- Merci Ciel, merci pour tout ce que tu as fait pour moi et pour nous. J’espère qu’on aura la chance de se recroiser.
- Moi aussi Éole je l’espère. À bientôt ! Et bonne chance !

Il lui adressa un dernier sourire avant de se volatiliser. Frissonnant, Éole se tourna vers la ferme qui semblait déserte. Tout était incroyablement silencieux. La danseuse ferma les yeux quelques instants, appréciant ce calme, avant de se diriger doucement vers le bâtiment.

Il n’y avait plus personne. Pas même des cadavres. Juste quelques longues trainées de sang qui témoignaient encore des évènements qui avaient eu lieu un peu plus tôt dans la journée. Éole poussa un léger soupir et continua, sur ses gardes, en direction de l’écurie.
Elle s’approcha en silence, la neige étouffant le bruit de ses pas, mais ne tomba que sur une écurie vide. Un nœud se serra dans le ventre de la jeune fille. Elle chercha dans l’écurie des traces, des indices sur le passage de Bolshoï mais ne trouva rien. Ou plutôt il y en avait trop. Top de traces, trop de sang, impossible de déceler si cette marque de sabot était celle de Bolshoï ou non. Éole sortit penaude, inquiète pour son fidèle compagnon. Elle fit quelques pas dans la neige quand elle entendit un hennissement au loin. Elle leva la tête, pleine d’espoir. Un cheval noir galopait vers elle. C’était bien Bolshoï. Le soulagement mêlé à la joie de le retrouver la fit pleurer de rire.

Il s’approcha d’elle, hennissant joyeusement. Lui aussi était content de retrouver sa maîtresse.

- Allez mon beau, on ne traîne pas ici et on file au nord !

Éole se hissa sur le selle de son cheval et le lança au galop, tout droit vers Al-Poll.









[bon voilà, comme ce RP date, je finis là Wink Syn', j'ai fait comme tu m'a dit, j'ai fait bouger Ciel à ma guise xD Si y'a un truc qui ne va pas, tu sais où me trouver Wink En tout cas, ce fut un fabuleux RP et on remet ça quand vous voulez ! ;D ]




[PS : et je m'excuse de ne pas avoir pu répondre plus tôt, de l'avoir laissé traîner, tout ça tout ça :/ ]

__________________________________________



"C'est donc bien que la danseuse est dans un autre monde, qui n'est plus celui qui se peint de nos regards, mais celui qu'elle tisse de ses pas et construit de ses gestes"
- Paul Valéry -

~ disponible pour RP le week-end uniquement ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Beautiful Apocalypse [ Libre ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Apocalypse ♦ Indien [LIBRE]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» rapport de bataille apocalypse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Nord :: Plateaux d'Astariul-
Sauter vers: