AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Dans l'ombre des cendres d'une vie oubliée...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 769
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Dans l'ombre des cendres d'une vie oubliée...   Ven 19 Fév 2016, 17:27

Table des Matières


Post 1 : Ode to the fallen.

Post 2 : And the rage smothers all in a molten scorn...

Post 3 : Wake the white wolf.

Post 4 : On the blackest plains, in Hell's domain...

Post 5 : I'm only human, afterall, I'm only human...

Post 6 : God Syndrome.

À venir...

Post 7 : Get off of my back, and into my game...

Post 8 : Sins made in the footsteps of the father.


Symbole à l'arrière du manteau de cuir de Syles en ce moment :


__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.


Dernière édition par Syles Agarest le Mar 26 Sep 2017, 04:18, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 769
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: Dans l'ombre des cendres d'une vie oubliée...   Ven 19 Fév 2016, 18:17

Ode to the fallen.

Regarde, maman! Dil'duran m'as donné une vraie lame! Il as même dit qu'il m'en forgerais une plus grande, plus tard!

Rina Agarest eu un large sourire en voyant son fils entré dans leurs appartements avec une arme en métal à la lame émoussé. Son père serait surement fâché contre le vieil homme, puisqu'il voulait que Syles devienne lui-même forgeron, surement pour l'éloigner des combat, protectif comme il était de son fils adoptif...

Mais rien n'y ferais, il tenait ce brasier dans son regard de son véritable père, un homme comme il y en avait peu sur terre. Frontalier ayant abandonner son nom, il avait sauvé la jeune femme et le reste de ses troupes avec une technique de combat surprenante, se servant de deux lames se rejoignant en leur centres pour n'en former qu'une, une arme dont seul le vieux Duran avait encore le secret...

Et il était réapparu dans sa vie deux ans plus tard, sans prévenir, en lui remettant la lame en question et l'avertissant que, dix ans plus tard, un homme nommé Valen Drake viendrais apprendre à leur fils comment se battre pour être bien plus fort qu'un simple frontalier.

Elle avait gardé les lames, Lyrek, le père adoptif de Syles, avait accepter de dire qu'il s'agissait là des épées de sa famille... La frontalière savait très bien que l'homme aurait fait n'importe quoi pour elle, tellement il l'aimait, mais son coeur à elle appartenait à un autre...

Le regard pétillant de son gamin, qui allait bientôt atteindre ses onze ans, la ramena à l'instant présent.


C'est bien, mon chéri, tu pourras t'entraîner et devenir le plus grand combattant de toute les temps, mais ne le dit pas à papa, tu sais ce qu'il pense de ton entraînement!

Le jeune garçon croisa les bras avec un air de défi dans les yeux, il avait toujours été un petit rebelle... Ça, il le tenait de sa mère, et celle-ci comprenait soudain les soupirs de ses propres parents, quand elle était jeune.

Les seules choses, chez le garçon, plus rapide que son esprit de contradiction était son cerveau et sa langue, parce que, au désespoir de son père, il semblait toujours avoir une réplique semi-moqueuse sur les lèvre, s'amusant beaucoup à provoquer l'homme dès qu'il protestait à son entrainement.

Les pensées de Rina s'assombrirent. Une année plus tôt, on l'avait menacée pour qu'elle accepte de promettre Syles à une famille, il devrait épousé leur fille, une vraie petite emmerdeuse, pour ne pas entré dans les détails, et cela tuait la jeune mère de l'intérieur.

Elle ne voulait qu'une chose pour son fils : La liberté sauvage qui se lisait dans les yeux de son père l'hors de leur première rencontre, liberté acquise après des années d'isolation dans les contrés sauvages autour de la citadelle...

Une liberté que l'on voulaient lui enlever pour une question politique, par simple dédains envers sa mère, qui avait, il y avait une dizaine d'années, ridiculiser en duel un membre de la famille de cette ''Kalen''...

Rina aurait bien fait de même avec tout le reste de la dite famille, mais ils avaient trouvés et menacer son seul point faible : son fils.

Fils qui, loin de savoir la vérité, pensait que les deux familles étaient amis... Si seulement elle pouvait le sortir de cette situation.



~~~Cinq ans plus tard~~~


Syles fit avancer sa monture un peu plus rapidement pour rattraper ses parents. Curieux de nature, il s'était laissé devancer afin d'observer un siffleur de plus près, mais avait finit par l'effrayer en s'approchant trop.

Te voilà, petit sacripant! C'est que je te cherchais partout, petit diable!

Allez, chéri, laisse le faire un peu, je suis sûre que tu était comme lui, à son âge.

L'homme soupira fortement, désespéré devant le grand sourire de son fils adoptif.

Tu vois ce que j'endure par ta faute? Même ta mère est tombé sous ton charme, petit chenapan!

Le trio éclata d'un seul et même rire, tout simplement heureux, quand un nombre incalculable d'ombres leur barras le chemin, à eux ainsi qu'à leur escorte composé principalement d'amis de Rina faisant parti de ses troupes. Ces ombres, bien armées, fit perdre son ton amusé à la jeune femme qui arrêta son cheval, les observas, puis fixa Syles un moment avec un regard triste avant de se tourner vers l'homme qui l'aimait tant, lui chuchotant quelque chose que Syles n'entendit pas.

Lyrek, prend Syles et amène le loin d'ici, si je ne suis pas de retour à la citadelle dans deux jours sauver vous loin, aussi loin que possible, au moins à Al-Far, là-bas vous ne serez pas importunés... Tu sais que mon coeur ne t'appartient pas et j'en suis désolé, mais si tu peu me pardonner cela, s'il te plait, fait ce que je te demande.

L'homme ouvrit la bouche pour protester, reçu un baiser de Rina en retour. Il attrapa Syles pour le forcer à monté sur son cheval à lui et parti au galop dans un tonnerre de cris.

Cris d'un enfant pour sa mère, pour la seule femme qui importait à ses yeux, celle qui ne pouvait pas survivre à une telle attaque sans se sauver avec eux.

Cris d'un enfant pour son père, pour la rage qui naissait en lui envers cet homme qui allait laissé sa mère mourir pour sauver sa propre peau, pour cet homme qui les séparaient de la sorte.


* Soit fort, mon fils... Puisse tu vivre longtemps et librement. *

La jeune femme prit une grande respiration, observa ses assaillants... Reconnu un blason sur l'épaule de leur chef. Le blason de la famille de cette peste de Kalen.

Fit signe à ses troupes, qui se placèrent en formation avec elle... Leur adressa la parole pour la dernière fois.


Mes amis, je suis désolé de vous entraîner ainsi dans une bataille impossible, mais sachez que si quelqu'un veux s'en aller, je ne lui en voudrez point...

Pas un mouvement, chaque homme et femme de ses rangs restant parfaitement immobiles, ce qui tira un sourire désolé à la frontalière.

...Merci, mes amis, et puissent vos familles me pardonnez un jour...

À L'ATTAQUE!


Course effréné vers la masse de corps les attendant. Course vers le combat. Course vers le prochain adversaire. Course vers une flèche vu trop tard. Course vers la mort.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 769
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: Dans l'ombre des cendres d'une vie oubliée...   Sam 20 Fév 2016, 15:43

And the rage smothers all in a molten scorn...

Pourquoi...?

Pourquoi lui avoir prit sa mère?

Qui pouvait en vouloir à sa mère à ce point?

Elle était jeune, belle, honorable alors...


Pourquoi..?

Pourquoi son père ne l'avait-il pas sauver?

Il n'avait même pas essayer, il s'était enfui, avait tâché son
honneur dans le sang de sa propre femme...

Les frontaliers le disaient un héro alors...


Pourquoi?

Pourquoi se saoulait-il?

Pourquoi refusait-il que Syles ne continue son entrainement?

Pourquoi est-ce que les autres frontalier le bannissait, lui aussi?

Il aurait laver son honneur en duel n'importe quel jour de la semaine alors...


Pourquoi?

Pourquoi Al-far, la pire ville de toutes?

Pourquoi ne protégeait-il pas son fils?

Pourquoi le regardait-il toujours avec ce regard mitigé entre l'incompréhension et la haine?

Pourquoi le frappait-il en le blâmant, lui, pour la mort de sa mère alors que ce n'était pas lui qui s'était enfui?

Ma mère...

Comment... Comment s’appelait-elle, déjà?

Lui. Il m'as frapper jusqu'à me faire oublié le nom de ma mère...

C'est mon père... Je le hais. Je le hais...

Je le tuerais, un de ces jours, je te le promet, mère...

Par la rage qui dévore mes entrailles, je te vengerez

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 769
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: Dans l'ombre des cendres d'une vie oubliée...   Mar 29 Mar 2016, 15:48

Perspective du père...

Wake the white wolf

Soupirant, l'homme retira sa main de la pierre. Dix-neuf ans. Dix neuf ans qu'il n'avait pas revu l'amour de sa vie... Et un sacré bout qu'elle était morte, aussi. Si seulement il était arrivé plus tôt. Il avait prévu le piège, avait chevaucher à en mourir... Mais il était à peine arrivé à temps pour sauver un homme et voir Rina mourir.

Lui qui avait l'habitude de ne pas s'attacher, ça lui faisait encore étrange, d'y penser. Mais il le devait. Rina n'était plus là, Dil'Duran avait quitter la citadelle...

Il n'y avait plus personne pour s'assurer que les complots contre lui et son fils soient morts avec cette sale gosse de Kalen.

Les pensées du vagabond tournèrent vers son fils. Syles grandissait rapidement et s'il semblait être un peu suicidaire, pour autant traîner autour d'ombreuse, il avait longtemps hésité à se montrer, surtout pendant que cet imbécile de Lyrek le maltraitait, mais apparaître dans sa vie l'aurait mit en danger.

Déjà qu'il ne savait pas comment il avait put battre Kalen sans entraînement, il était inutile de le mettre en danger à nouveau. Déposant une rose rouge sur le petit hôtel vide, l'homme se tourna et sortit de la salle avec de grands pas. Il ne pouvait pas s'éterniser, Syles se dirigeait vers la citadelle... Et y était déjà, réalisa-t-il en le voyant entré, apparemment préoccuper.

Enfer et damnation, pensa-t-il, t'aurais pas put attendre trente secondes, non?

S'écartant rapidement, il évita son fils de justesse. Ressortant du couloir où il avait trouvé refuge, il se dirigea vers le bureau des primes, non loin de l'entré, pour voir s'il y avait un peu de travail disponible et remarqua qu'un tigre qui menaçait l'endroit depuis plusieurs mois n'était plus recherché.


Hep, dit, qui a attraper ce tigre..?

Ah cette sale bête? C'est le jeune Agarest qui vient de revenir avec sa tête... Je dormirais mieux en sachant que mes enfants sont à l'abris de ce monstre, personnellement!

Éclatant d'un rire frais devant le responsable des primes qui semblait surpris par cette réaction, l'homme quitta la citadelle, heureux...

Son fils grandissait vite, vraiment très vite. S'éloignant de l’impressionnante architecture, l'homme alla chercher Argent, son cheval, à l'écurie et reprit le chemin, bientôt rejoins par un loup du nord, son plus vieux compagnon, qu'il avait acquis alors qu'il n'était encore qu'un chiot...

Ses parents menaçaient la citadelle, certes, mais lui, il était petit, influençable... Et était devenu le plus loyal des animaux de compagnie.


Keen to the scent, the hunt is my muse.

A means to an end, this path that I choose.
Lost and aloof are the loves of my past...

Wake the White Wolf.

Remembrance at last...

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 769
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: Dans l'ombre des cendres d'une vie oubliée...   Mar 19 Avr 2016, 05:59

On the blackest plains, in Hell's domain...

Expiration.

Le jeune homme, les yeux fermés, laissa l'air quitter ses poumons de façon lente et régulière, calmant son souffle malgré la situation puis ouvrit lentement ses globes oculaires.

Tout autour de lui, la horde de soldats de fortunes décrivaient de lents et vicieux cercles, tous sûr d'eux même. Après tout, à prêt de cinquante contre un seul gamin frontalier, ils ne pouvaient simplement pas perdre. C'était tellement impossible, se dit Gör, le plus expérimenté de la bande, qu'il se demandait sérieusement pourquoi le patron avait voulut la compagnie de mercenaire complète pour ce job, le commendataire devait vraiment TRÈS bien payer...

Selon les instructions, ils devaient ''Le garder en vie, mais se battre comme pour le tuer''. Et puis quoi encore, un seul gamin... Il donna le signal et tous fondirent sur le sale gosse qui ouvrait les yeux. Ils les avaient surpris avec son petit tour de passe passe, allumer de l'huile, sur ses épées, avait donner un certain ''flash'' à sa prestance, mais ça l'handicaperais, aucun homme ne pouvait se battre à 100% avec des lames enflammés...


Well I can promise you paradise,
You'll need to serve on your knees...

And when you're lost in the darkest of hours...

Take a moment and tell me who you see.

Won't tell ya who not to be...

Lâchez vos armes et rejoignez moi et peut-être aurez vous la vie sauve...

Les hommes éclatèrent de rire et chargèrent.

L'envoleur se mit en mouvement.


Don't you see..?
I am your pride,
Agent of wealth,
Bearer of needs...

And you know it's right.

Tous se figèrent en même temps.

À peine un mètre et ils auraient étés tous sur le garçon.

Garçon qui les avaient gelés sur place d'un cris inhumain, pas bestial non plus puisque beaucoup trop rageur, trop émotif...

Trop prédateur.

L'instinct de Gör ne l'avait jamais trahis. En plus de vingt ans de carrière, son instinct lui avait sauver la vie à plusieurs reprises, mais jamais il ne l'avait trahis.

À ce moment là, cela dit, son instinct se battait contre sa logique, car il lui criait de courir, vite, aussi vite que possible et plus encore...

...De s'éloigner de ce gosse ou il allait mourir.

Pour la première fois de sa vie, Gör était terrifié sans raison.

Pour la première et dernière fois de sa vie, il ne suivi pas son instinct.


I am your war,
Arming the strong...

...Killing the weak.

Le gamin relevait la tête.

Après avoir crier, il l'avait baissée en haletant, comme si ce cris à tuer un mort - Non, pas à les réveiller, mais bien à les ressusciter pour mieux les retuez - avait eu un effet physique. Un effet profond sur lui, autant que sur les guerriers gelés dans le temps.

Quand il releva la tête, Gör le regarda dans les yeux, les yeux du diable au dessus du sourire de la mort elle même.

Pour la première fois de sa vie, le mercenaire regretta profondément une décision.


I am your wrath,
I am your guilt,
I am your lust...

And you know it's right.

Le diable.

Ce gamin était le diable.

Un démon créer par les émotions négatives de tous et chacun. Un ange de la mort envoyé pour les punir de leurs péchés antérieurs, un ange qui leur avait donné la possibilité de le rejoindre, de se faire pardonner...

...Et ils avaient dits non.

Gör tomba à la renverse en évitant sa propre lame qui, animée d'une volonté propre, s'était envolée de ses mains pour s'attaquer à son utilisateur.

Chaque homme de sa compagnie se battait contre un adversaire impossible à vaincre, contre leurs alliés les plus vieux qui ne les avaient jamais trahis...

Leurs propres armes.

Et le gamin, au milieux de tout ça, seul non affecté par le phénomène, avançait lentement, une épée noire comme l'âme du diable dans chaque main, avec une garde en forme d'ailes sur chacune.

L'ange de la mort au milieux de son chaos personnel.


I am your love,
I am your stall,
I am your trust...

Le feu des lames avait suivi lorsqu'elles avaient quittez les mains de leur utilisateur, lorsqu'elles avaient fait des ronds autours des assaillants.

Avait créer un cercle de flammes dans les herbes si hautes de la région, donnant une lueur rouge-orange, sombre, à toute la scène...

L'envoleur s'arrêta au dessus du chef de la bande, toujours allongée dans la dite herbe, tendit la main dans laquelle un pommeau vint prendre sa place.

Devant les yeux horrifiés de Gör, le gamin, une simple cible quinze minutes plus tôt, lécha la lame de l'arme qui était venue se poser dans sa main, récoltant le sang qui y était rester sur sa langue avec un sourire carnassier, puis sembla le boire comme on dégusteraient un grand crût venu tout droit des vignobles d'Al-Vor.

Puis il leva l'épée.

Le reflet de Gör dans les yeux...

...La mort dans la main.


Know me by name :
Shepherd of fire

Syles regarda autour de lui. La mort, partout la mort. C'était si... Beau...

Tremblant, le corps du garçon tomba dans l'herbe, au milieu d'un cercle de feu qui, par manque de vent et à cause de l'humidité laisser dans l'air de la région ces derniers jours, s'éteignait lentement.

Son éternel compagnon, Edelweiss, lui poussa légèrement le visage du bout du nez et le jeune homme utilisa le peu de force qu'il lui restait pour se hisser avec difficulté en scelle, l'animal tourna légèrement la tête pour approcher son oreille de la bouche de son jeune maître et celui-ci dut puiser dans ses dernière forces pour prononcer une destination.


Calme...

...Trouve un endroit...

...Calme...


À peine avait-il prononcer ce mot qu'il tomba dans l'inconscience la plus totale.

Il espérait seulement qu'Edelweiss ais compris... Et qu'il se dépêche.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 769
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: Dans l'ombre des cendres d'une vie oubliée...   Sam 03 Juin 2017, 22:25

I'm only human, after all, I'm only human...


People speak sometimes about the "bestial" cruelty of man, but that is terribly unjust and offensive to beasts, no animal could ever be so cruel as a man, so artfully, so artistically cruel...

— Fyodor Dostoïesvski —

Ouverture.

Pas comme avec Gil, cela dit, ni même lors de ce combat avec Syndrell, plus simple...

...Plus difficile...

...Ouverture d'une paupière.

Puis de l'autre.

Le garçon soupira, ce n'était donc pas un rêve, ou un cauchemar.

Dire qu'il s'était laisser capturer, au final. Il avait avertit Gil, Kaünis, tout le monde qui le connaissais bien, d'être prudents... Et il s'était laisser faire attraper bêtement dans son sommeil.

Bon, il n'avait pas vraiment pu faire grand chose contre le dessinateur et sa boite de bois hermétique, ni contre le soudain gourdin derrière la tête sortit de nulle part...

... Il avait baissé sa garde, l'espace d'une nuit, et s'était fait prendre.

Il entendit le bruit de la porte en fer, quelque part au loin, qu'on ouvraient... Si seulement il avait pu utiliser sa greffe... Il ne savait pas ce qu'était la substance qu'on l'avait forcer à avaler, mais elle l'empêchait de sa concentrer, et donc, par extension, d'utiliser le pouvoir salvateur...

...Pourtant, ses assaillants ne devaient pas le savoir, car ils le gardait soigneusement dans une cage de bois prisonnière elle même d'une salle en pierre et n'entraient jamais armés...

...Et avaient retirer ses propres armes et vêtements, ne lui laissant qu'un pantalon de toile pas bien chaud pour les nuits et des bottes de la même toile avec une semelle qui semblait être des couches de papier... Pas vraiment le grand luxe, même pour un prisonnier, se dit-il alors qu'un homme, mince, fin, entrait dans la salle de pierre, des chaînes de pierre apparaissaient au même moment à ses poignets et le tirant contre le mur.

Debout, les pieds touchants à peine au sol, le garçon laissa sa tête pendre, les cheveux déjà bien sales et humides de sueur le faisant frissonner légèrement sous le mouvement soudain.


Alors, comment vas-t-on, Syles?

Bien profiter de ton répit, j'espère?

Je t'ais trouver un autre rêveur, pour la prochaine fois, mais c'est le dernier, si tu le tue, tu devras faire sans guérison, à moins d'être hors d'état de tenter quelque chose, bien sûr, je n'ais pas l'intention de te tuer...

... Pas encore...


L'homme souleva un sourcil face au rire de son captif.

Ah...ahah... Pardon, rouquine, c'est juste que je peux pas m'empêcher de penser à combien ta sale gueule irait bien au dessus du foyer de Voïmakas, une fois que j'en aurais finit avec toi.

Nouvel éclair de surprise, puis rire de l’empoisonneur.

Mon pauvre Syles..! Cela n'arriveras jamais,
Voïmakas as bien faillit tout faire foiré, c'est vrai, je ne croyais pas que tu finirais avec sa fille et ça as tout compliqué, puisqu'il tient BEAUCOUP à cette garce de Kaünis, mais toi?

Tu n'est qu'un autre envoleur, pauvre petit, un microbe. Même pas un maître... Crois-tu vraiment que tu sortiras vivant d'ici..?

Tu ne te sauveras pas seul et personne ne viendras te chercher,
ni Giliwyn, ni Kaünis, ni Voïmakas, ni même ton père..!

PERSONNE ne connais cet endroit, et personne n'y viendras plus quand ce seras ta tombe...

Maintenant tu dois m'excuser, je suis attendu... Vous deux, occupez vous de lui et préparez mes outils, je le veux sur la table,
prêt, ce soir avant huit heures!


L'homme tourna les talons et quitta la pièce alors que deux autres s'approchaient avec des dagues et des lances, question de rendre les blessures ''plus fraiches''...

Le garçon cracha au visage d'un d'eux, foutu mercenaires à la con...

...Et leur patron...

...Saloperie de Mentaï...


Don't ask my opinion,
Don't ask me to lie,
Then beg for forgiveness,
For making you cry...

...Making you cry...

'Cause I'm only human after all,
I'm only human after all,
Don't put your blame on me...

Aller, amenez le soigneur! Et qu'il me le soigne sans atténuer la douleur! Je veux que cet idiot souffre pour ce qu'il as fait!

Le jeune homme, tremblant dans une marre de sang et de larmes, fixait le plafond, tentait de penser à autre chose qu'à la douleur... Ce qu'il avait fait... Tout ça à cause de cette fille, au palais, de cette fois, avec Kaünis, Gil, et Kra... Kra... C'était quoi son nom?..

... Encore une chose qu'il avait oublier...

Le frontalier se concentra sur Gil et Kaünis, s'il se souvenait d'eux,
il était okay, il s'en sortirait.

Le rêveur lui faisait presque plus mal que le tortionnaire, forcément, replacer un organe ou souder la peaux sans atténuer la douleur n'était pas une bonne idée pour les nerfs du patient, se dit le garçon en sifflant entre ses dents.

Sa besace finie, le rêveur quitta la pièce sous bonne escorte, laissant le jeune homme à se tourner sur le côté, par terre, pour tenter de dormir un minimum...

...Une dernière larme quitta son oeil droit quand il se dit qu'il ne reverrait peut-être jamais Kaünis.


Of all the creatures that were made, man is the most detestable.
Of the entire brood he is the only one—the solitary one—that possesses malice.
That is the basest of all instincts, passions, vices—the most hateful.
He is the only creature that has pain for sport, knowing it to be pain.

Also—in all the list he is the only creature that has a nasty mind.

- Mark Twain -

Syles ouvrit les yeux... Son tortionnaire ne le laissait plus vraiment descendre de ses chaînes de roche, dernièrement, enfin,
dernièrement, il ne savait pas depuis combien de temps, il ne comptait plus vraiment, réalisa-t-il malgré lui.

Son corps était couvert de nouvelles cicatrices, sauf son visage, l'homme disait qu'il voulait le conserver tel qu'il était pour mieux y voir la douleur qui s'y reflétait.

Ses cheveux, désormais plus longs et humides, tombaient devant son visage et le jeune homme sentait la moustache et la barbe lui piquer un peu le visage.

La douleur de la veille était encore bien présente dans tout son corps quand le Mentaï - toujours aussi bien habillé, ce connard - entra dans la salle en souriant.


Bonsoir, Syles... J'espère que tu est aussi heureux que moi, nous fêtons bientôt le second anniversaire de ton arrivée en ces lieux! Deux grandes années de bonheur... Mais tu devras bientôt nous quitter, j'en ais peur...

... Je n'ais pas que toi à punir après tout, j'ai une certaine marchombre à chevelure bleue que tu connais bien qui doit payer pour avoir détruit un investissement à moi, dans le désert, et ton stupide mentor à mettre hors course...

... Demain, mon cher Syles, nous fêterons cet anniversaire.

Ensuite, tu mourras.

Préparez le, vous autres!


Deux ans hein... Le jeune homme se demanda si Kaünis allait toujours bien, si elle avait retrouver plein usage de ses jambes, dans quel pétrin elle s'était mise depuis le temps...

... Puis vint le cris.

L'homme de main du mentaï se tint le côté du visage avec horreur,
en criant, reculant sous la douleur.

Le frontalier recracha l'oreille qu'il avait arraché de ses dents une seconde avant de se sentir tomber dans l’inconscience sous l'effet d'un coup, n'entendant qu'une petite phrase.


Toujours pas brisé, hein... Il faudra repousser la fête, alors... Encore heureux que je m'y sois pris trois mois à l'avance exprès...

All I ever needed was a reason to believe,
You help me hold on, you ignite the fire in me...

...You always come for me, you know just what I need...
...Don't make me wait for this, save me from this darkness.

Pourquoi...

Le jeune homme ne comprenait plus, avant, Lynx réagissait toujours quand il était en danger sérieux, s'il mourrait, après tout,
sa seconde personnalité serait morte aussi... Lui, il aurait put utiliser la greffe dans cet état...


Alors voilà ta réponse, tu n'es ni un monstre ni un humain, surement pas un envoleur, qu'un gamin...

Non! Je suis un envoleur... Je... Je veux être libre!

C'est bien ce que je disais, t'es qu'un gamin.

Et toi alors! T'es qui hein? T'es même pas Lynx!
T'es qu'une voix d'illusion! T'existe même pas! Que connais-tu de la liberté hein.!?

...

ALORS!?


... Je sais qu'un envoleur, un vrai, ne serait pas prisonnier en ce moment...

Tu ne connais même pas les envoleurs!

Tu as raison sur un point, Syles, je n'existe pas...

...Et si tu continue sur ta lancer, je n'existerais jamais... Tu n'existeras jamais plus.

I'm breathing, still breathing,
But I can't fight this fear alone...

...This feeling is killing slow...

La voix était la seule chose à laquelle le garçon pensait, il ne tentait plus de se débattre, à quoi bon? Ça ne lui apportait qu'une séance additionnelle de torture, alors pourquoi s'entêter?

Il se laissa faire quand on le lava légèrement, il était quand même légèrement sale, cela aurait prit bien trop longtemps de vraiment le laver, mais au moins, se dit-il, on l'habilla dans des vêtements qui le tenait plus chaud que ce dont il se souvenait avoir un jour porter.

Il n'avait plus entendu de voix, Lynx était mort, se dit-il, en même temps que son esprit de rébellion...

On attacha ses poings et ses pieds, ce qui contrastait avec le beau manteau de cuir qu'on lui avait enfiler, et il suivit le garde de sa cellule jusqu'à une salle de banquet vraiment très belle, puis prit place à une extrémité de la table tel qu'on le lui indiquait, à l'opposé de son hôte.


Ah, Syles! Je t'attendais! Je crois que je garderais ta barbe et tes cheveux comme ça, en t'empaillant, ça te donne un air plein de prestance..!

Ah oui, se dit le jeune homme, c'était la fête, le dernier repas...
Il avait presque oublier, après ce soir, il serait mort, une délivrance de ses souffrances, au fond.

Un serveur déposa un bol de soupe devant lui et il attendit le signal de l'hôte pour y goûter... C'était sûrement empoisonner, vu la douleur qu'il ressentit dans son ventre au moment où la soupe y entra, vu la brûlure qu'il sentait, vu ses lèvres qui craquaient...

... Et alors, se dit-il, la finissant malgré les tremblements de son corps.


Je suis impressionner, peu de gens sont capables de manger une portion normale après un régime comme le tient ces deux dernière années... J'espère que tu peux encore résister un peu à la douleur dans ton ventre, il reste le plat principal, mon trophée...

Quel surnom stupide, se dit une fois de plus le garçon, appeler quelqu'un un ''trophée'' était vraiment stupide, il n'était pas un trophée, juste un mort qui marchait, non..?

Il attrapa sa fourchette lentement quand on lui apporta une assiette avec une large tranche de viande, salant son plat de l'autre main, pour en retirer un peu le goût et le jus si douloureux,
puis tenta d’attraper son couteau.

Tenta car ses liens étaient trop courts pour qu'il puisse tenir sa viande avec sa fourchette et attraper l'ustensile en même temps...
Pourquoi cela lui rappelait-il quelque chose, se demanda-t-il en même temps qu'il fixait ses liens, perplexe... Pourquoi avait-il l'impression que ce lien de métal n'aurait pas dut le retenir..?


...Dans le chaos...

Le chaos?

Qu'est-ce que le mot chaos venait faire là? Et qu'y avait-il, dans le chaos, se demanda le garçon en coupant un morceau de son steak qu'il mâcha, lui donnant mal à la mâchoire.


Une princesse Ts'liche, ouais...

Ts'liche, ça, ça lui disait quelque chose, un ennemi de longue date de son peuple... Son peuple... Bon il ne se souvenait plus du nom, peu importe. Il enfourna une autre boucher en s'étouffant presque, c'était beaucoup trop chaud pour être appréciable, tout ça, le pain sec, c'était mieux...

...Une liberté absolue...

Le garçon stoppa son mouvement pour apporter la nourriture à sa bouche, son hôte sembla le fixer un instant, comme s'il se demandait pourquoi.

Y as-t-il un cheveux sur ta viande? Si tu veux je peux faire venir une autre assiette avec l'équivalent de ce qu'il te reste...

Le garçon déposa sa fourchette, puis observa ses mains une seconde, avant d'avalé une grande rasade du vin de noix qui était non loin, pour une raison qu'il ignorait ça lui rappelait une odeur de baies et de lilas, avant de parler d'une voix encore un peu rauque malgré l'effet brûlant du liquide.

Ça... Ça veux dire quoi ''Il y as, dans le chaos,
une liberté absolue''..?


L'homme parut méfiant une seconde, puis sourit avant de répondre.

C'est la vieille maxime d'un véritable ange déchu, tu aimais l'histoire de son envol, je crois, de sa fougue, de sa liberté...

Le hommes veulent ce qu'ils ne peuvent pas avoir.


Non...

Non?

C'était pas sa liberté... C'était sa Libertée...

L'homme souleva un sourcil, le garçon était définitivement fou pour répéter la même chose, se dit-il un instant avant que celui ci ne se lève, chancelant.

Veux-tu quelque chose..?

I'm breathing, still breathing,
But I can't fight this fear alone...
...This feeling is killing slow...

...But now I know...

Le regard froid du jeune homme croisa celui du dessinateur qui déposa lentement sa fourchette et se leva, semblant hésité sur quoi faire...

...L'homme disparut un instant avant qu'un couteau ne le transperce comme ses hommes dans la salle.

Syles attrapa la bouteille de vin et s'envoya une grande rasade, s'étouffant un peu sur le liquide, puis avala une bouchée additionnelle de steak malgré la douleur qui lui prenait le ventre,
se traînant jusqu'à la porte... Il devait aller dehors, sortir, respirer...


I want to live my life,
The choice is mine,
I've made up my mind...

Now, I'm free to start again.

The way I want to live and breathe,
The way I want that's right for me.

I may not know nothing else,
But I know this :
I want to live...

...I want to live...

Le frontalier - il se souvenait enfin de ce nom - longea le mur en étirant le peux d'énergie qu'il avait pour user de sa greffe afin de tuer les gardes qui ne cessaient d’accourir, il ne savait même pas où il allait, réalisa-t-il alors qu'un des dit gardes levait un lourd gourdin de bois pour l’assommer... Il n'aurait pas le temps, pas l'énergie, de riposter, compris-t-il...

...Juste avant que la brute en question ne tombe à la renverse sous un coup énorme, puissant.


Attrape mon bras, gamin, c'est pas l'temps d'faire un somme!

Le vieux barbu lui tendait son bras et Syles ne se fit pas prier pour s'y accrocher pour bouger, suivant le chemin que traçait l'homme en envoyant un marteau de guerre qui devait être fait pour deux mains par la tronche des combattants d'une seule de ses grosses mains à lui...

Dil'Duran...

Plus tard, gamin.

Le murmure du ''gamin'' l'avait donc atteint... L'envoleur ferma les yeux en continuant de traîner ses pieds pour avancer... Remerciant son vieil ami en pensées, tombant presque en tentant de monter des escaliers... Il avait donc été sous terre tout ce temps...

Born underground,
grown inside a rocky womb.

The earth is our cradle,
the mountain shall become our tomb.

Face us on the battlefield,
you will meet your doom...

...We do not fear what lies beneath,
We can never dig too deep...

Le jeune homme chancela quand le forgeron le laissa contre un mur pour ouvrir une large porte, puis se cacha les yeux d'une main quand la lumière de la lune et des étoiles pénétra dans l'endroit,
lui brûlant les yeux... Et suivit encore le vieil homme jusqu'à un chariot où il s'installa et tomba enfin dans un sommeil des plus profonds.


Born underground,
Suckled from a teat of stone.

Raised in the dark,
The safety of our mountain home.

Skin made of iron,
Steel in our bones...

To dig and dig makes us free,
Come on brothers sing with me..!

L'envoleur s'éveilla dans un lit trop confortable, réalisant soudain que ce n'était pas un rêve, il était bien sortit de où qu'il ais été tout ce temps... Puis leva légèrement le crâne quand Dil'Duran entra dans la petite salle.

Il y as beaucoup de gens qui t'on chercher et t'on attendus, tu sais...

... Nous sommes encore loin d'eux tous, donc t'as le temps de décider si tu veux les voir... En attendant, repose toi, tu en as besoin, t'as une sale tête.


Le garçon suivit le conseil...

...Et pour la première fois en deux ans, il eu un rêve qui n'était pas de torture...

...C'était le rêve d'un cours.

Un simple cours...

...Une époque plus simple...


The sunlight will not reach this low,
Deep, deep in the mine.

Never seen the blue moon glow,
Dwarves won't fly so high.

Fill a glass and down some mead,
Stuff your bellies at the feast,
Stumble home and fall asleep,
Dreaming in our mountain keep...

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 769
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: Dans l'ombre des cendres d'une vie oubliée...   Mar 26 Sep 2017, 05:32

God Syndrome.

Bio Violente et Explicite! Âmes sensibles s'abstenir!:
 

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Dans l'ombre des cendres d'une vie oubliée...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cinéma : La valse dans l'ombre.
» Dans l'ombre des alcôves [Rôles Privés]
» Dans l'antre de la Dame d'Esgaroth
» ▬ dans l'ombre { season finale : groupe 4
» Axiomes et fuseau dans l'ombre totalement différents d'en dehors

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: Entre nous :: Registres pour personnages :: Biographies-
Sauter vers: