AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Groupe Razylm - cours n°1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Groupe Razylm - cours n°1   Mer 24 Fév 2016, 18:57

Dolce était dépité. Ou presque.
Parce que quand il retrouvait enfin Syndrell, qu’il lui disait enfin qu’il était toujours à Al-Chen, finalement les Mentaïs avaient décidé de le recontacter pour qu’il prenne en charge une nouvelle apprentie. Il se demandait si cela terminerait comme les deux derniers groupes qu’il avait pris sous son aile : sans plus d’apprentis.
Il ne savait plus vraiment s’il voulait continuer à enseigner, s’il aurait encore la patience d’apprendre à apprendre, si cela en valait la peine. Sa vision du monde avait tellement changé en un an, plus d’un an en réalité, depuis qu’il était avec Syndrell. Il n’avait pas envie de se défiler non plus ceci dit.

Ce qui l’embêtait, aussi, c’était Mélisendre : devait-il l’amener au Domaine ? La laisser dans son appartement ?
La question s’était finalement résolue seule, quand Tendresse avait débarqué chez lui quelques jours plus tôt : en vogue à Al-Chen, elle s’était proposée de rester avec la petite le temps que durerait son cours. Et Mélisendre était ravie d’avoir affaire à la sœur de Dolce.

Finalement, l’Envoleur avait laissé un message à Tendresse à l’attention de Syndrell si elle passait par l’appartement, et il était allé chercher Singa pour rejoindre le Domaine.
Il marchait tranquillement sur le sentier qui menait au repère des Envoleurs, et une sensation étrange s’empara de lui. Cela faisait maintenant plusieurs années qu’il n’était pas revenu dans le cœur d’Ombreuse, car la dernière fois remontait à l’Ahn-Ku de Kaünis, l’apprentie de Gil – et surtout la fille d’un Mentaï et d’une Envoleuse, une Gil’Ozh – et c’était deux ans plus tôt, ou quelque chose comme ça.

Un soupir franchit ses lèvres, tandis que Singa renâclait à l’approche des écuries et de l’odeur des juments. Flattant son encolure, Dolce le laissa presser un peu le pas sans lui permettre de prendre le trot malgré tout.
Il ne le désharnacha pas complètement, mais se contenta de le désangler de quelques crans et le laisser brouter des touffes d’herbe : il comptait repartir à cheval avec l’apprenti en question.

Appuyé nonchalamment contre un arbre proche des écuries, Dolce observait les alentours, attendant de voir si ce jeune homme allait se pointer, et comment.
Avait-il déjà quelques notions de combat ? D’autres choses ? Ou était-il un parfait débutant ?

Il allait voir ça.









[ Je reprends en mode "désespérée" le début du cours de Ardeur qui ne vient plus du tout... Donc voilà, c'est normal si tu as l'impression d'avoir déjà lu ça Wink ]

__________________________________________





Dernière édition par Dolce Ysil le Sam 27 Fév 2016, 22:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keilan Fil'Areen
Groupe Uklin
avatar

Nombre de messages : 88
Date d'inscription : 19/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Syndrome d'Asperger

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Jeu 25 Fév 2016, 19:19

[Désespérée ? Hauts les coeurs alors, car je viens te consoler ! Wink]



C’est une incroyable sensation de stabilité qui me réveilla. Incroyable et dérangeante. J’avais passé trois ans à dormir bercé par le gré de la houle, c’était une habitude qui ne disparaitrait pas rapidement. Je me redressai donc dans mon lit et frottai mes yeux, puis passait une main dans mes cheveux. Grimaçai.

Trop longs.

Je repoussai ma couverture et m’étirai comme un chat. Ou un ver, étant donné que je dormais nu. Il y avait une vasque entreposée au fond de ma chambre. L’eau froide acheva de me réveiller complètement et je croisai mon regard dans le reflet du miroir suspendu au-dessus du récipient. Le fixai longuement.

Puis tirait un couteau de la doublure de mon manteau et me lançai dans une mission des plus périlleuses. Mes mèches avaient poussé jusqu’à atteindre le dessous de mes épaules. A grand renfort de gestes maladroits et indécis, je coupai vingt bons centimètres. Le résultat n’était pas fameux mais bon, au moins, je n’allais pas être gêné dans mes mouvements.

M’habiller prit beaucoup moins de temps. Un pantalon noir, une chemise sous une tunique de même couleur et, enfin, mon écharpe. Caresse familière sous mon menton. Et rassurante. Mes bottes enfilées, je fixai le mince fourreau de mon sabre entre mes omoplates, puis attrapai mon sac et quittai la pièce sans faire de bruit.

Il faisait encore nuit.

Pourtant, je trouvai de quoi me restaurer dans le réfectoire du Domaine : quelques fruits posés dans une corbeille, à côté de miches de pain, de fromages et de viande froide. Je n’étais pas un grand mangeur et surtout, j’avais rarement très faim. Mais quelque chose me disait que j’avais tout intérêt à prendre des forces.

Dix minutes plus tard, j’étais dans le hall. Debout devant le gigantesque panneau d’affichage, je parcourus des yeux les informations tout en croquant dans une pomme délicieusement acide. Mon regard enregistra un certain nombre de noms avant de tomber sur celui de l’homme que je m’apprêtais à rencontrer.

Dolce Ysil.
Un nom qui évoquait la douceur et quelque chose d’encore indéfinissable... Je haussai les épaules et me dirigeai tranquillement vers l’extérieur. Je n’étais pas en retard, ni en avance. La ponctualité était ma marque. L’imprévu ma bête noire.

Je levai les yeux et regardai les étoiles qui pâlissaient déjà. La nuit avait été douce, la journée serait agréable. Renversant la tête en arrière, je pris le temps d’inspirer une grande bouffée d’air frais et piquant.

Lorsque j’ouvris les yeux, il était là.
Appuyé contre un arbre.

Mon maître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Sam 27 Fév 2016, 22:44

[ Court, désolée ! ]





Dolce ne bougea pas immédiatement, observant de loin le jeune homme qui était déjà là.
Il était relativement grand, mais vraiment fin selon les critères de l’Envoleur. Ses cheveux, d’un châtain chaleureux, lui tombaient en quelques mèches folles sur le front, suffisamment longs pour avoir suffisamment de prise au vent.

Quand il entendit et vit la respiration du jeune homme se modifier significativement, parce qu’il se réveillait, Dolce adressa un sourire à ce dernier.
Son apprenti, donc, hein ?
Inspirant une goulée d’air, il se redressa, et d’une contraction abdominale se décolla de l’arbre pour s’avancer d’un pas tranquille vers le jeune homme. Il devait à peine avoir dix-huit ans, et Dolce était même tenté de lui donner moins que cela, à cause de cette lueur dans son regard.

Le saluant d’un mouvement du menton, l’Envoleur lui sourit.

- Bonjour, je m’appelle Dolce, je suis donc celui qui va te guider…

Se passant une main sur le crâne, dans ses cheveux courts et drus – il les avait recoupés quelques jours plus tôt – il sourit tranquillement au nouveau venu, donc.

- Peux-tu me dire comment tu t’appelles ? Et pourquoi tu es ici ? Qu’attends-tu de cet apprentissage ?

Cela faisait sans doute beaucoup de questions, mais de cette façon Dolce espérait pourquoi cerner un peu plus facilement ce jeune homme, et éviter sans doute une énième désillusion vis-à-vis des apprentis qui lui étaient attribués.

Il avait également envie de demander qui l’avait amené jusqu’ici, pour dans le pire des cas aller s’en prendre à lui. Il revenait après deux ans, donc il espérait que cela ne serait pas pour rien….

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keilan Fil'Areen
Groupe Uklin
avatar

Nombre de messages : 88
Date d'inscription : 19/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Syndrome d'Asperger

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Ven 04 Mar 2016, 19:25

[T'inquiète, court aussi ! Faut bien lancer la machine... Very Happy]



Je clignai des yeux.

Mon maître était… sacrément musclé. Il avait la stature d’un homme qui peut casser un bras sans effort, juste parce que ça lui chante. Est-ce que ça lui chantait ? Je continuai mes investigations. Grand, solidement bâti donc, avec des cheveux ras et la peau gorgée de soleil. Il ne devait pas passer beaucoup de temps entre quatre murs…

Il se décolla soudain du tronc pour s’avancer et je m’obligeai à ne pas reculer. Mais il s’arrêta à une distance respectable et je sentis son regard sur moi. Je détournais légèrement le mien.

- Bonjour, je m’appelle Dolce, je suis donc celui qui va te guider…

Voix grave, tranquille, apaisante.
Et un brin curieuse.

- Peux-tu me dire comment tu t’appelles ? Et pourquoi tu es ici ? Qu’attends-tu de cet apprentissage ?

J’étais surpris. Je ne m’étais pas attendu à ce qu’il me pose des questions tout de suite. Et pas n’importe quelles questions ! La première était relativement simple, je décidai de m’en débarrasser rapidement.

- Keilan Fil’Areen.

La suite, c’était déjà plus compliqué. Pourquoi étais-je ici ?

- Je cherche des réponses.

Cet homme, Dolce, était-il en mesure de me les donner ? Je le détaillai un bref instant à la lumière du jour naissant. Calme et doux, avait dit Syles. pour l’instant c’était plutôt vrai.
Mais je restai méfiant.

- Je cherche aussi à comprendre ce qu’Eline m’a dit quand je l’ai rencontrée, il y a quelques semaines. Mercenaire du Chaos.

Mon souffle se fit plus court.
Excitation.

- Si cet apprentissage me permet d’en être un, je m’attends à beaucoup de choses… beaucoup de nouveautés. De la rigueur, de la force, de la douleur… heu… de la liberté ?

Mon hésitation était logique : là, je piquai ses idées à Syles. Pour ce qui était de la liberté en tout cas. Le reste était bien de moi. Mais j’avais envie de prendre la température, de tester un peu cet homme. Et puis je ne savais pas trop ce qu’il attendait de moi, en fait.

Alors j’enfonçai les mains dans les poches de mon manteau et l’observai à la dérobée.

J’attendais la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Ven 11 Mar 2016, 21:09

Dolce observait avec attention toutes les réactions visibles de celui qui était donc son apprenti. Keilan, donc.
Keilan, qui cherchait des réponses, et qui semblait douter un peu de lui-même, peut-être des mots à employer, en tout cas un manque de confiance émanait de lui, sans aucun doute possible.

Devenu écoute, pour noter chaque hésitation dans les phrases du jeune homme, l’Envoleur plissa légèrement les yeux.

- Si cet apprentissage me permet d’en être un, je m’attends à beaucoup de choses… beaucoup de nouveautés. De la rigueur, de la force, de la douleur… heu… de la liberté ?

Rigueur, force, douleur…
Dolce eut un petit sourire, car Keilan n’était pas si loin du compte. L’apprentissage n’était pas qu’une partie de plaisir, au contraire, et s’il devait le guider, il ne lui facilierait pas la tâche non plus, c’était un fait.
Parce que toucher du doigt ses limites permettait d’en prendre conscience, parce que cette connaissance apportait beaucoup sur la perception de soi, parce que les limites méritaient d’être repoussées…
Pour parvenir à cette liberté.

Liberté que tous les apprentis ou presque venaient chercher, au fond.
Liberté de l’esprit, dans le corps, n’y étant pas soumis mais au contraire conquéri pour pouvoir en tirer le meilleur parti.

Pourtant, il y avait quelque chose dans cette phrase qui était hésitant. Justement, la notion de liberté ne luisait pas dans le regard du jeune homme comme il aurait peut-être du le faire, et cela intrigua l’Envoleur, qui eut un petit sourire satisfait.
Ne releva pas tout de suite à voix haute ce qui avait transparu dans l’attitude de Keilan.

Dolce hocha doucement la tête.

- D’accord. Est-ce que tu.. t’es déjà entraîné d’une quelconque façon ?

Parce qu’il était maigrichon, parce que l’Envoleur ne voulait pas l’épuiser dans une course s’il n’avait jamais couru, et selon la réponse du jeune homme, il tournerait l’entrainement d’une manière ou d’une autre.

Après tout, Keilan était seul dans ce groupe, autant s’adapter autant que faire se peut à ses capacités. Physiques, et mentales. Dolce devait plus le cerner pour pouvoir être efficace, et il pourrait mieux le faire en le voyant évoluer, cependant, quelques questions pour pouvoir juger de si le jeune homme était à l’aise avec les mots, à l’aise avec lui-même.
Parce que parler, cela révélait énormément de choses aussi.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Ikoya
Groupe Razylm
avatar

Nombre de messages : 35
Citation : Avancer. M'appuyer sur ce que j'ai vécu. Sur ce que j'ai fait. Bien et mal. Sur mes forces et mes faiblesses. Mes joies et mes regrets. Mes remords. Avancer.
Date d'inscription : 13/03/2016

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Il n'a pas de bras droit

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Lun 14 Mar 2016, 17:41

J’étais en retard.

Si en retard que j’eu un moment de panique en regardant l’heure, me disant qu’ils avaient probablement déjà cessé de m’attendre. Sautant de mon lit, j’entrepris de me vêtir. Après avoir perdu l’équilibre trois fois en tentant de mettre mon pantalon, je m’astreignis au calme, prenant deux grandes inspirations. Je ne pouvais certainement pas me présenter ainsi pour mon premier cours, alors quitte à être en retard, j’entrepris de me rendre présentable. Me rendant au lavabo le plus près, j’essayai de placer les mèches folles de mes cheveux, un peu découragé devant leur allure toujours aussi indomptable. Aplati d’un côté par l’oreiller, ébouriffé comme pas possible de l’autre, j’avais l’air de ce que j’étais : un gars qui venait de se réveiller.

Passant ma tête sous l’eau, je séchai rapidement mes cheveux avec une serviette, et tant pis s’ils étaient encore mouillés pour le début du cours. Ayant déjà enfilé mon pantalon, j’entrepris de terminer de me vêtir. Espérant que nous n’irions pas trop loin ou, du moins, que j’aurais la chance de retourner à ma chambre ayant notre départ, je ne mis pas ma grande cape de voyage et me contenta de mon habillement de cuir ordinaire. Attachant rapidement ma manche vide dans mon dos, je saisi ensuite mon sabre, avant d’hésiter. Aurais-je besoin de mon arme pour ce premier cours? Puis, haussant les épaules, je la fixai à ma tunique, décidant qu’elle aurait plus de chance d’être utile que le contraire. Passant une main dans mes cheveux, perdus dans mes pensées, je me rappelai soudainement de mon retard.

Je sortis en trompe de ma chambre, dévalai les escaliers si rapidement que je failli tomber au moins trois fois, puis j’arrivai finalement devant les portes du domaine, que je franchis sans attendre. Je n’avais pas pris le temps de lire les noms sur le tableau d’affichage. Trop compliqué. Un gars m’avait par contre dit que j’étais avec un maître sacrément musclé, et je n’eus aucune difficulté à identifier cet homme, près de l’arbre. Il devait avoir dans la fin trentaine, alors le garçon avec qui il discutait, visiblement un apprenti, ne devais pas avoir plus de vingt ans. En m’approchant, je captai la dernière phrase du musclé.

- D’accord. Est-ce que tu.. t’es déjà entraîné d’une quelconque façon ?

Je m’approchai derrière l’apprenti, un petit sourire désolé sur les lèvres alors que je regardai l’envoleur.

- Bonjour! Cela commence sans aucun doute bien mal, puisque je suis en retard, j’espère donc qu’on ne m’en tiendra pas rigueur… Je me nomme Julian Ikoya.

Souriant gentiment au garçon en m’avançant à ses côtés, je choisis de répondre à la question du maître, même si elle ne m’était pas directement adressée.

- Sans vouloir être présomptueux, je peux répondre à votre question, maître… J’ai un entrainement de base de mercenaire du chaos, je sais donc me servir d’un sabre. Ma force, dit-on, réside surtout dans mon endurance.

Je me tus, incertain de ce que mon maître et mon compagnon avaient pu déjà se dire. Se représenteraient-ils? J’osai l’espérer, car je me sentais un peu idiot de ne pas m’être arrêter deux petites minutes devant le panneau d’affichage pour vérifier.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keilan Fil'Areen
Groupe Uklin
avatar

Nombre de messages : 88
Date d'inscription : 19/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Syndrome d'Asperger

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Sam 19 Mar 2016, 21:16

Mon doute s’agrandit lorsque je vis un sourire se dessiner sur les lèvres de Dolce. Qu’avais-je bien pu dire qui l’amuse autant ? Croyait-il franchement ce que je venais de lui répondre, ou avait-il deviné mon petit coup de bluff sur la fin ? En dépit de son sourire, ce type ne laissait rien entrevoir de ses émotions. Je n’avais pas l’habitude de ce genre de réaction. Naya était tellement plus expressif que je n’avais pas pris l’habitude de déchiffrer les visages.

- D’accord. Est-ce que tu… t’es déjà entraîné d’une quelconque façon ?

Question à double sens ? Ma méfiance restait optimale, c’était plus fort que moi. Je vivais comme ça. Je pris donc le temps d’analyser cette question, et de réfléchir à ma réponse. Les pirates n’étaient pas bien vus sur le continent. Au mieux ils étaient emprisonnés dans les geôles de l’Empereur, au pire ils étaient pendus.

J’avais fait en sorte de me débarrasser des signes les plus évidents – boucle d’oreille, bandeau, bracelets de cuir – mais peut-être que mon attitude clamait ce que je ne tenais pas particulièrement à dévoiler maintenant. Je m’apprêtais à biaiser encore une fois lorsque, soudain, une voix surgit derrière mon dos. je sursautai et m’écartai immédiatement de deux pas de cet homme, pour le détailler alors qu’il se présentait.

Grand et mince, plus âgé que moi, tout vêtu de cuir sombre, et un bras en moins. C’était curieux mais ce n’est pas ce qui me troubla le plus, loin de là. Non, ce qui me gênait au point de me faire respirer plus vite, c’était sa présence. A en croire ses paroles, il s’appelait Julian.
Et il faisait partie de ce groupe.

Ce n’était pas prévu. J’avais mémorisé tous les noms sur le tableau d’affichage du domaine, compté tous les apprentis, et je n’avais vu aucun Julian Ikoya. Nulle part. D’où sortait-il ? Pourquoi était-il ici ? Je n’aimais pas ça. Je n’aimais pas ça du tout. Ce genre de changement, ce type d’imprévu ne convenait pas à ma manière de fonctionner.

Un filet de sueur froide glissa le long de mon échine. Je serrai les poings, tentai de garder le contrôle sur la tempête qui soufflait dans mon crâne. Je reculai encore d’un pas, effaré à l’idée que ce type ait pu surgir derrière moi et briser ma bulle – comme ça, sans le moindre scrupule. Je ne l’aimais pas. Et parce que je n’étais pas capable de tenir ma langue, je m’exprimai d’un ton glacial :

- Va-t’en.

Pas une demande mais un ordre. Impérieux. Je me fichai pas mal qu’il ait déjà une formation, qu’il soit plus vieux, plus expérimenté. Qu’il fasse partie de ce cours, aussi. Je ne voulais pas de lui.

- Va-t’en, insistai-je en haussant le ton.

Qu’il s’en aille ! Maintenant ! Sinon, j’allais…



[Youps, c'est pas gagné, Julian... Rolling Eyes]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Lun 21 Mar 2016, 07:18

Alors qu’il posait sa question, Dolce vit une silhouette s’approcher derrière Keilan et un jeune homme plus âgé que ce dernier débarqua avec un petit sourire d’excuse sur les lèvres. L’Envoleur ne lui en tint pas rigueur : les groupes au Domaine changeaient vite… Heureusement ou malheureusement. Et il n’était pas rare qu’un arrivé de dernière minute débarque en début de cours. Il rendit donc son sourire au nouveau venu et hocha la tête quand ce dernier se présenta.

Dolce grava son prénom dans son esprit. Julian Ikoya.
Le Maître Envoleur écouta le nouveau venu, le détaillant en même temps. La première chose qui sautait aux yeux était évidemment l’absence de son bras droit, côte dominant pour de nombreuses personnes. Il avait donc été mercenaire du chaos – un pion parmis d’autres, finalement, un mouton que l’on lançait dans la gueule du loup pour le distraire – et savait un minimum se battretout en ayant également une certaine endurance. Et bien, cela serait également à tester, notamment sa dextérité en d’autres situations. Compenser la faiblesse de son côté droit pour être plus efficace était un fait, cependant ce n’était pas qu’une faiblesse, mais une absence totale. Il allait falloir qu’il devienne excellemment bon pour pouvoir compenser cela.

Mais le Maître Envoleur ne fit aucun commentaire, car l’attitude de Keilan venait d’évoluer d’abord subtilement, puis de manière beaucoup plus marquée quand Julian avait commencé à répondre à la question qu’à la base Dolce avait posée au plus jeune apprenti.
L’Envoleur le vit se refermer immédiatement sur lui-même, rentrant la tête dans les épaules, serrant ces dernières et les remontant, rentrant le ventre, dans une attitude… Dolce fronça les sourcils, cherchant le mot le plus adéquat. Cette attitude physique lui rappelait énormément des enfants de l’île des Femmes qu’il avait côtoyés et qui n’avaient pas une connexion avec la réalité comme les autres enfants. Il avait appris en arrivant en Gwendalavir que l’on parlait d’autisme et se demanda un instant s’il n’exagérait pas en qualifiant Keilan comme tel, alors qu’il ne le connaissait que depuis quelques minutes.
Cependant, la suite confirma ses soupçons car le jeune garçon repoussa avec une violence verbale impressionante l’arrivée de Julian puis l’apprenti lui-même. Alors que ce dernier avait été totalement avenant avec lui. Qu’il semblait ne pas le connaître.

Prenant une inspiration, Dolce détendit complètement ses muscles pour ne pas paraitre agressif mais vint s’interposer entre ses deux apprentis. Cela commençait bien, ce cours… Au moins, cela promettait une suite intéressante.
L’Envoleur posa son regard dans celui de Keilan, et lui sourit de manière rassurante. Tout en lui dégageait une sérénité tranquille et il se pencha légèrement en avant pour ne pas avoir l’attitude de quelqu’un trop sûr de lui, en tout cas pour ne pas intimider par son langage du corps non plus. Les enfants détestaient ça, il fallait toujours se mettre à leur hauteur.

Il n’y avait pas de personne plus importante que les autres. Les adultes n’étaient pas meilleurs que les enfants, ils étaient juste une évolution logique de ces derniers, cela ne leur donnait pas tous les droits pour autant. De ce principe partait Dolce, en général, pour ses relations sociales. Personne n’était au dessus de personne. Chacun était l’égal de l’autre.

- Doucement, Keilan. C’est un changement de dernière minute et il y en aura beaucoup, crois-moi. Les Mentaïs sont très forts pour ça. Il ne faut pas se formaliser de ça, sinon tu n’as pas fini.
Sa voix était douce mais ferme, elle ne tremblait pas et tentait d’apaiser. Il n’était pas sûr que cela fonctionne, mais ce qui était sûr, c’était qu’il ne devait pas perdre une once de calme. Il le sentait.
- Ce n’est pas grave. Julian va être ton camarade de cours et puis c’est tout. D’accord ?
Dolce avait posé sa question dans un souffle tranquille, sans cesser de fixer le jeune homme. Avec tout ça, il n’avait même pas salué le nouvel arrivé, mais il sentait que s’il relâchait son attention, c’en serait fini.
Et il ne voulait pas de cela.


__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Ikoya
Groupe Razylm
avatar

Nombre de messages : 35
Citation : Avancer. M'appuyer sur ce que j'ai vécu. Sur ce que j'ai fait. Bien et mal. Sur mes forces et mes faiblesses. Mes joies et mes regrets. Mes remords. Avancer.
Date d'inscription : 13/03/2016

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Il n'a pas de bras droit

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Lun 21 Mar 2016, 18:24

Mon approche n’eut pas l’effet escompté. En effet, si mon maître n’eut pas de réaction spécifique, étant visiblement d’un naturel assez calme et compréhensif, le garçon eut une réaction étrange. Je l’avais bien senti se crisper lorsque j’étais arrivé près de lui, mais je n’avais pas imaginé la suite. Certes, mon arrivé n’étais pas prévu. Lorsque je m’étais couché au milieu de la nuit, mon nom venait d’être ajouté sur le tableau d’affichage. Je revenais alors tout juste de la cité mercenaire ou j’avais rendu le rapport de ma dernière mission. C’était donc un changement de dernière minute, mais je restai surpris lorsque le garçon s’adressa à moi d’une voix glaciale, presque hargneuse.

- Vas-t-en.

J’eu un moment d’incompréhension, suivi d’un moment de surprise. Je le regardai sans trop comprendre, puis il répéta.

- Vas-t-en.

Un ordre. Indiscutable.
Mais il n’était pas en position de me donner d’ordre.

Je failli répliquer. Failli lui dire que j’avais le droit d’être ici, que s’il n’était pas content, qu’il pouvait bien partir. Que ce n’était pas à lui de prendre cette décision-là. Je failli aussi parler plus gentiment, essayer de comprendre pourquoi il réagissait de cette manière, ce qui lui déplaisais… je choisis toutefois de m’effacer. D’une part, parce que l’attitude fermé du garçon ne laissait aucune place à la négociation. De l’autre parce que l’envoleur avait eu une réaction digne de son titre de maître. Cette attitude, en échos avec le changement du plus jeune, s’était modifiée de manière tangible. Sa tranquille assurance, doublée d’une confiance sans faille, s’était muté en une montagne de douceur et de compréhension, miroir inversé de l’attitude de l’autre apprenti.  

J’étais habituellement quelqu’un qui n’hésitait jamais à m’interposer, à répondre à ceux qui se mettaient dans mon chemin, comme si je devais prouver que j’avais le droit d’exister. Cette fois, je n’en sentais pas le besoin et je ne m’en senti pas réduit pour autant, car pour l’une des premières fois de ma vie, je me sentais entièrement à ma place. De la même façon, ce lien étrange qui semblait se tisser entre le maître et l’apprenti, alors que ce premier parlait, ne me dérangeait pas, alors qu’il m’aurait probablement rendu jaloux dans n’importe quel autre contexte. Est-ce que je changeais? La réflexion me tira un sourire mental. L’endroit me changeait, c’était un fait, et surtout, un maigre début compte tenu de ce qui m’attendait.

- Doucement, Keilan. C’est un changement de dernière minute et il y en aura beaucoup, crois-moi. Les Mentaïs sont très forts pour ça. Il ne faut pas se formaliser de ça, sinon tu n’as pas fini. Ce n’est pas grave. Julian va être ton camarade de cours et puis c’est tout. D’accord ?

Keilan, puisque c’était son nom, pouvait réagir n’importe comment. Le maître se trouvait entre nous deux, pourrait sans aucun doute s’interposer entre lui et moi s’il décidait de m’attaquer, et pourtant, sûrement par instinct, ma main se posa sur le sabre dans mon dos. Pour l’instant, la tension était palpable. Restant discret, mais sur mes gardes, mon regard était entièrement dirigé vers le duo. J'étais presque inquiet pour la suite.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keilan Fil'Areen
Groupe Uklin
avatar

Nombre de messages : 88
Date d'inscription : 19/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Syndrome d'Asperger

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Lun 21 Mar 2016, 21:36

J’avais la tête baissée, si bien que je ne vis pas la réaction de l’intrus face à mon propre comportement. Ni celle de Dolce, qui pour l’instant demeurait silencieux. Un vent léger s’était levé, ridicule en comparaison de celui qui rugissait à l’intérieur de moi.

J’avais l’habitude. J’étais né comme ça. Cette tempête, je la connaissais sur le bout des doigts. D’abord la lutte intérieur, puis la perte de contrôle, les fonctions respiratoires qui déraillent, et… J’avais déjà tué pour moins que ça. Dans une léthargie qui ne me permettrait jamais de réitérer mon geste dans mon état normal, et qui ne me laissait guère que des bribes de souvenirs très flous.

Ce stade critique n’était pas encore atteint, mais j’étais comme une bombe à retardement : si l’inconnu ouvrait la bouche, s’il prononçait une parole de travers, j’allais perdre pied. Il était l’élément perturbateur dans ma relative sérénité. S’il me rentrait trop vite dedans, j’allais éclater. Alors je m’évertuais à ne surtout pas le regarder.

- Doucement  Keilan.

Infime sursaut. Mon nom dans la bouche de cet homme, c’était nouveau. Pas suffisant pour me calmer d’emblée, mais assez toutefois pour m’intriguer. Parfaitement immobile, je laissai donc ce nouveau souffle tenter de calmer ma fureur.

- C’est un changement de dernière minute et il y en aura beaucoup, crois-moi.

Cette fois je me raidis. Des changements. Une éventualité qui nourrissait la torpeur au fond de moi. Cet homme était-il fou ? Ne pouvait-il comprendre que c’était justement ce qui me troublait le plus ?

- Ce n’est pas grave. Julian va être ton camarade de cours et puis c’est tout. D’accord ?

Il s’était déplacé – je ne l’avais pas entendu tant il était discret, mais j’avais sentis son odeur légèrement musquée se rapprocher – mais je n’osais pas lever la tête, et ma réponse se fit attendre. Une minute et trente-sept secondes pour être précis. Compter les secondes était un réflexe lorsque j’essayais de me calmer moi-même. C’était quelque chose qui me rassurait. Quelque chose d’ordonné, qui ne laissait aucune part à l’imprévu.

En réalité, je crois que le choix de ses derniers mots et surtout l’étonnant contraste entre douceur et fermeté qui enveloppa le son de sa voix désamorcèrent ma colère. Peut-être que sa franchise et son calme m’apaisèrent, ou bien j’étais parvenu seul à reprendre le dessus ; quoi qu’il en soit, ma trachée se dégagea et mes poings se desserrèrent. Pas complètement. Et ma réponse, tant attendue par les deux hommes, jaillit dans un filet de voix rauque et penaude :

- Je suis désolé.

Encore treize secondes et je levai la tête pour jeter un rapide coup d’œil en direction de l’int… de Julian. En le voyant immobile, tendu comme un arc et la main sur la poignée de son arme, je fus saisi d’un sentiment mitigé à son égard. Il avait toutes les raisons du monde de me détester désormais. Mais moi aussi. Il y avait égalité, cela me laissait perplexe.

Je sentis que Dolce attendait autre chose de moi. Il ne s’était pas aussi tendu que Julian, lui, ou bien sa garde était tellement discrète que je ne la percevais même pas. Mais mon excellente mémoire me rappela sa question, juste avant que l’autre apprenti n’intervienne. Je lui devais une réponse.

- J’ai servi dans la piraterie pendant deux ans. J’ai appris à me servir d’un sabre et d’un poignard.

Voilà, c’était dis. Au point où j’en étais, si la situation devait se compliquer j’étais prêt à filer sans demander mon reste. Je me rendis compte, alors, à quel point j’étais au bord du vide : je vacillais comme si un précipice était sur le point de m’avaler. La certitude qui, jusqu’alors, avait guidé mes pas pour trouver cet endroit avait été soufflée. Je n’étais plus certain d’avoir eu raison de suivre Eline.

Si tu es venu jusqu’ici c’est que tu as là, au fond du cœur, le même feu qui brûle dans le fond de l’âme de chaque envoleur.

Ramené à la réalité par le souvenir des paroles de Syles, je redressai légèrement le menton hors de mon écharpe et posai ma toute première question :

- Qu’est-ce qu’un Envoleur ?

Mon regard glissa sans se poser vraiment sur Dolce. Encore une fois, je fus frappé par le contraste qui semblait le caractériser, cette fois par des traits durs pour un regard limpide et bienveillant.

Je ne le connaissais pas mais, soudain, je me pris à espérer qu’il puisse être celui que j’avais désespérément cherché toutes ces années. Celui qui répondrait enfin à mes questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Mar 29 Mar 2016, 00:26

Lorsque l’attitude de Keilan changea, Dolce s’autorisa à cligner des paupières. Prenant une inspiration, il accueillit son excuse d’un mouvement du menton, tournant son regard alors vers Julian en lui adressant un léger sourire.
D’ailleurs, le plus jeune des deux finit par répondre à la question qu’il lui avait posé avant l’arrivée du second.
Il avait servi dans la piraterie, vraiment ? Intrigué, Dolce fixa son apprenti un instant, avant de lui sourire.

Le jeune homme semblait tendu d’avoir à expliquer cela, l’Envoleur ne comprenait pas pourquoi mais il nota que Keilan s’était légèrement encore plus détendu et il hocha doucement la tête.

- Bien, vous savez donc tous les deux vous défendre. C’est un bon début. Julian, quel type de missions tu faisais en tant que mercenaire ?
Se tournant vers son second apprenti, Dolce ajouta à son attention :
- Pirate ? Tu étais Matelos ? Gabier ? Au pont ou sur les voiles ? L’Envoleur sourit face à la surprise du jeune homme, avant de hocher imperceptiblement du menton. J’ai aussi été dans la piraterie de longues années !

Se redressant, il tapa dans ses mains, s’adressant cette fois-ci à ses deux apprentis sans distinction.
S’ils savaient se battre, ils devaient receler d’une certaine résistance physique, autant commencer tout de suite par la course à pieds, voir de quel bois était fait leur coeur. Et s’ils étaient bien accrochés.

Leur faisant signe de le suivre, il commença à avancer tranquillement sur un sentier qui partait dans Ombreuse, annonçant la couleur de l’exercice.

- Et bien.. on va commencer par courir, dans ce cas. Ne partez pas comme des flèches, vous allez alterner la première place.

Laissant le premier passer devant, Dolce observa les deux jeunes hommes se mouvoir dans la forêt. C’était l’occasion parfaite de pouvoir les cerner un peu plus, l’un et l’autre. Voir leurs réactions, leur manière de bouger, de courir, de regarder autour d’eux, d’interéagir avec leur environnement…
Leur attitude générale et leurs tics.
Un sourire se dessina sur les lèvres du Maître Envoleur alors qu’il demandait aux garçons de changer de place. Ils coururent presque quarante minutes ainsi, alternant souvent, pour que chacun d’entre eux puisse se reposer à son rythme avant de devoir se caler sur celui de l’autre.

Quand ils furent tous les deux en sueur et essoufflé, Dolce décida de les pousser un peu plus en leur passant devant, cette fois.
- On accélère à fond. Allez !
Il commença son sprint presque immédiatement, tirant les deux apprentis de sa présence. Avant de leur passer derrière et de les pousser tous les deux quatre fois sur des pointes de vitesses courtes, de trente secondes maximum.

Lorsqu’ils s’arrêtèrent enfin tous, ils étaient de retour pas très loin des écuries.
- Montrez-moi comment vous vous étirez après l’effort.
Dolce attendit lui-même pour s’étirer, de voir ce que faisaient les deux jeunes hommes, pour pouvoir intervenir et montrer d’autres mouvements que ceux qu’ils pouvaient déjà connaître.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Ikoya
Groupe Razylm
avatar

Nombre de messages : 35
Citation : Avancer. M'appuyer sur ce que j'ai vécu. Sur ce que j'ai fait. Bien et mal. Sur mes forces et mes faiblesses. Mes joies et mes regrets. Mes remords. Avancer.
Date d'inscription : 13/03/2016

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Il n'a pas de bras droit

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Mar 29 Mar 2016, 16:16

- Je suis désolé.

La phrase retenti de la bouche de Keilan et je me détendis juste un peu, incertain de la sincérité du jeune homme. Il me semblait faux et le regard qu’il me portait, bien que beaucoup moins agressif qu’au départ, m’intriguai. Il ne m’aimait pas, ce qui n’était pas forcément mon cas. Non, j’étais surtout inquiet. Inquiet de devoir surveiller mes arrières à chacun de mes pas au cas où une bulle lui passerait dans le cerveau et qu’il se déciderait à m’attaquer. Le maître ne pourrait pas toujours agir ainsi pour calmer le jeu et j’avais cette impression que Keilan n’était pas ordinaire. Cela se confirma lorsqu’il affirma avoir servi dans la piraterie. Je n’y connaissais pas grand-chose, sachant seulement que c’était eux qui rapportaient les sphères graphes dans l’empire. Et que c’était souvent eux que les mercenaires dépouillaient pour protéger leur propriété. La seule chose, c’est qu’il était jeune et que le fait qu’il était un pirate était assez étonnant. Je ne devais pas le sous-estimer.

Le musclé semblait ravi de la confidence de Keilan, lequel ne semblait pas particulièrement à l’aise de cette confidence. Alors lui aussi avait servi dans la piraterie? En le détaillant, je me dis que cela devait être dans un lointain passé. L’homme semblait trop profondément envoleur pour pouvoir être autre chose, même si je n’étais pas assez idiot pour croire que tout son être se résumait à ce titre. D’ailleurs, la question de mon… camarade, oui, c’était cela, m’avait surpris. Que faisait-il ici s’il ne savait pas ce qu’était un envoleur? Une phrase avait toutefois surgit dans mon esprit, limpide. « Ce sont les envoleurs qui choisissent les envoleurs, et leur terrain de recrutement ne s’étend pas seulement au sein d’Ombreuse, mais dans tous l’Empire. » Ce jeune homme était un pirate, pas un mercenaire du chaos. Il avait dû être conduit ici, par l’espoir des promesses d’un envoleur. Sans savoir ce à quoi il aspirait vraiment en arrivant ici.

- Oh, rien de bien compliqué, je n’avais pas une grande place dans la hiérarchie du chaos. J’allais chercher quelques informations, je faisais du transfert de marchandise ou j’accompagnais des caravanes. J’ai participé a quelques embuscades, mais jamais seul, heureusement pour moi, dis-je en riant.

Je me retournai vers Keilan.

- Je ne suis pas maître et je n’y connais pas grand-chose, mais les envoleurs, c’est les piliers de la liberté dans le monde du chaos. Contrairement aux mercenaires ordinaires tels que je l’étais, les envoleurs n’ont pas d’obligation de faire des missions pour l’organisation. Ils sont libres, puissant et entièrement maître d’eux-mêmes, dis-je en jetant un coup d’œil à mon maître, incertain de pouvoir continuer sans verser dans l’hypothétique. Ils sont aussi ce qui nous permet de nous opposer, et par nous je parle des mercenaires, aux marchombres.

Les envoleurs étaient un rêve caressé depuis tant d’année qu’il m’était difficile de croire qu’au sein du domaine, si près de la cité mercenaire, certains commençaient cette formation sans savoir ce qu’il venait y chercher, sans comprendre le rôle de l’envoleur. La liberté, cette flamme pure qui brulait au sein des yeux de chaque envoleur que j’avais eu la chance de rencontrer, la désinvolture qui les caractérisaient souvent grâce à cette conscience de leur force et à la connaissance parfaite de leurs limites, leur contrôle impressionnant non seulement de leur corps, mais de leur esprit, la fluidité de leurs mouvements et leurs méthodes aussi viles qu’efficaces, le chaos qui transpiraient des pores de leur peau, ce chaos qu’ils semblaient dompter et utiliser davantage qu’ils ne se faisaient entrainer par lui… Les envoleurs étaient un rêve, et le fait d’avoir été remarqué par l’un d’entre eux allait surement changer ma vie.

Le maître – allais-je savoir son nom, ou j’allais devoir demander? – nous invita ensuite à le suivre et une sorte d’excitation sourde monta dans le fond de mes entrailles, irrésistible. Cela commençait, commençait vraiment ! J’avais attendu ce moment très longtemps et j’étais prêt à tout, et surtout à apprendre. Quand le musclé nous demanda de courir, un sourire éclaira mon visage. Courir, c’était quelque chose que j’adorais, et commencer comme ça était non seulement bien logique, mais surtout plutôt agréable. Je venais de me réveiller et un petit jogging était tout ce qu’il me fallait pour me remettre d’aplomb. Sauf que ce ne fut pas un simple jogging. Il nous testait, son regard sur moi ne faisait aucun doute. Je ne savais toutefois pas ce qu’il attendait de moi, donc je restai moi-même, comprenant en même moment que je me faisais cette réflexion que c’était probablement pertinemment ce qu’il cherchait.

Mettre un pied devant l’autre était un geste mécanique et facile et je courais d’un rythme soutenu lorsque j’étais en tête. J’avais toutefois l’impression de ne pas savoir ou me diriger et j’avais ce sentiment de tourner en rond. Habitué à la jungle qu’était Ombreuse, puisque j’y vivais depuis quelques années, j’évitais efficacement les obstacles, racines et pierres qui se dressait sur mon chemin, ce qui ne m’empêchait pas d’être aussi lourdaud que bruyant. J’alternais avec Keilan, le suivant sans grande difficulté même si son rythme n’était pas le même que le mien. La course fut longue et alors que le temps avançait et que l’exercice devenait plus exigeant pour mon corps, je me mis à contrôler ma respiration, a élargir mes foulés et a sentir le vent sur mon visage. Souriant devant l’effort que la course me demandait, je me mis à regarder autour de moi admirant le visage sombre d’Ombreuse et les minuscules rayons de soleil qui filtrait entre les branches, renforçant l’idée d’une forêt dangereuse et obscure.

Puis, alors que nous étions, moi comme Keilan, bien essoufflé, le maître nous poussa dans un sprint intense et surprenant, prenant la tête pour dicter une vitesse bien différente que cette qu’on poursuivait précédemment. Je sentis mon cœur s’emballer de plus belle alors que je poussais mes muscles à leur maximum pour cette course rapide et intense. Puis, il passa derrière chacun de nous, nous poussant de plus belle dans de petits sprints d’une trentaine de seconde chacun qui me laissèrent essoufflés. C’est lorsque l’écurie près de laquelle ils avaient commencé le cours se dessina entre les arbres que le maître daigna enfin de nous faire arrêter. Par réflexe, je continuai à marcher un moment pour calmer mon souffle qui s’était bien emballer avec ces sprints l’un en arrière de l’autre. L’homme nous demanda ensuite de nous étirer. Je réfléchis un moment, rappelant à mon esprit les enseignements déjà reçu sur ce sujet. Bien que nous venions de faire un effort considérable, nous n’en avions certainement pas fini pour aujourd’hui et faire un étirement statique ne serait pas une bonne idée. Je choisis donc un étirement dynamique, choisissant d’étirer mes muscles selon la chaîne d’étirement, puis contraction et en finissant par dynamique. Je commençai donc par étirer mon bras avant de faire un mouvement de contraction, puis de balancer mon bras d’avant-arrière pour l’amener à son amplitude maximale. Je refis le même exercice avec chacun de mes groupes musculaires avant de m’arrêter pour attendre la suite.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keilan Fil'Areen
Groupe Uklin
avatar

Nombre de messages : 88
Date d'inscription : 19/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Syndrome d'Asperger

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Mar 29 Mar 2016, 19:06

- Pirate ? Tu étais matelot ? Gabier ? Au pont ou sur les voiles ?

Alors que j’étais encore en train de me demander comment j’allais supporter la présence de mon nouveau frère d’armes, Dolce subtilisa mon attention et j’oubliai instantanément Julian. C’était un vocabulaire qui m’était familier et qui me rassurait, mais que je n’avais plus entendu depuis que j’avais quitté la côte ! Il y avait un sourire dans la voix de mon maître. Se moquait-il de moi ?

- J’ai aussi été dans la piraterie de longues années !

Je levai la tête, sidéré. Et pour la première fois, je croisai le regard de cet homme qui était parvenu à me surprendre en seulement quelques phrases. Très brièvement pour lui sans doute, mais pour moi, ce fut comme si je plongeais une petite éternité dans le regard vert tendre, piqueté de malice mais pourtant très sage. Je sus qu’il ne mentait pas.

Trop troublé par ce lien qui venait de prendre forme entre nous, je ne répondis pas à sa question et me contentai de baisser à nouveau les yeux. Plus tard, peut-être, je lui parlerai de Naya et de mon rôle sur la Furie. S’il m’en disait davantage au sujet des envoleurs. Ma question était sans doute déplacée, ou bien alors il ne l’avait pas entendue – j’en doutais. Et contre toute attente, ce fut Julian qui m’offrit une réponse.

Je l’écoutais sans l’interrompre, vaguement surpris qu’il décide de m’adresser la parole alors que je lui avais clairement témoigné mon aversion. Il parlait avec franchise et humilité ; sûr de ses convictions mais pas de la manière de les présenter, il n’entra pas dans les détails, se contentant de me proposer une vision globale du rôle d’un Envoleur.

Le terme « liberté » me frappa à nouveau. Décidément, c’était une valeur qui semblait se trouver au centre d’un concept qui me paraissait encore bien complexe. Un deuxième, « marchombre », retint toute mon attention. J’ouvrais déjà la bouche pour poser la question qui me brûlait les lèvres, lorsque Dolce frappa dans ses mains. Terminée, la discussion. Maintenant, il s’agissait de courir.

Je n’aimais pas particulièrement cela. Lors des abordages sur la Furie, j’avais appris l’endurance en grimpant dans les cordages et en luttant plusieurs longues minutes, tous les sens en éveil. Courir sur de longues distances n’était pas dans mes habitudes, mais je m’élançai néanmoins derrière Julian, déterminé à tenir bon.

Nous n’allions pas vite et je trouvai rapidement mon rythme. Mon souffle s’accorda au martèlement de mes pas sur le sentier forestier. Le Domaine était dans notre dos et nous nous enfonçâmes dans la semi obscurité fraîche et parfumée d’Ombreuse. Un filet de brume s’enroulait autour des cimes et conférait au sous-bois une atmosphère pesante et mystérieuse que j’étais loin de ressentir.

J’avais beau préférer la marche à la course, l’exercice dénoua la tension nichée entre mes épaules et acheva de m’éveiller tout à fait. Mes muscles ne tardèrent pas à me brûler et mon souffle devint saccadé, douloureux lorsqu’il gonflait mes poumons. Lorsqu’il était devant moi, Julian accélérait légèrement l’allure. Il avait une drôle de façon de courir, en balançant légèrement le buste pour compenser l’absence de son bras droit, mais il était évident qu’il aimait cela.

Lorsqu’il passait derrière moi, il se calait sans rechigner sur mon rythme moins soutenu. Nos respirations se mêlaient dans le silence d’Ombreuse. Et le temps passait. Gêné par un point de côté, je laissai Julian reprendre la tête et me concentrai sur mon propre souffle. J’étais pratiquement venu à bout de la douleur quand Dolce prit soudain de la vitesse, nous enjoignant à faire de même.

Accélérer autant sur de petites distances me fit plus de mal que de bien. J’avais à cœur de ne pas laisser Julian me distancer mais, à la fin de l’exercice, j’étais dans un était bien plus piteux que lui. Le souffle court, je marchai un peu pour détendre mes muscles et calmer ma respiration. J’étais trempé de sueur. Un coup d’œil en direction de Dolce me mina un peu plus le moral : il donnait l’impression de s’être tout juste échauffé.

- Montrez-moi comment vous vous étirez après l’effort.

Julian s’exécuta aussitôt, plein d’énergie alors que moi, j’avais plutôt envie de m’étendre et de ne plus bouger. Sentant le regard de Dolce sur moi, j’obéis toutefois, mais avec moins de dynamisme que Julian ; je choisis au contraire d’étirer mes muscles endoloris dans la douceur, approfondissant chaque geste jusqu’à sentir le point de tension qui m’obligeait à relâcher doucement la pression. J’inspirai lentement et longuement, ce qui permit à mon souffle de retrouver un rythme normal et aux battements de mon cœur d’adopter une cadence plus raisonnable.

J’étais méticuleux. Si j’accentuais les étirements de mes jambes, plus sollicitées par la course que le reste de mon anatomie, je procédais dans un ordre bien précis et terminai ainsi bien après Julian. Je repoussai quelques mèches collées par la sueur à mon visage et me redressai. Nous étions revenus près du Domaine. Qu’allait-on faire, à présent ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Jeu 31 Mar 2016, 21:39

[ Court, nul, j'ai trop de mal en ce moment avec Dolce ! ]



S’il n’avait pas répondu à la question de Keilan, c’était parce que Dolce avait une raison à cela. Pas particulièrement pour faire s’exprimer Julian, mais dans tous les cas, cela le fit parler un peu, et l’Envoleur nota au passage que le plus jeune des apprentis écoutait avec attention celui qu’il avait voulu rejeter quelques minutes plus tôt. Un léger sourire avait flotté sur ses lèvres, oui, mais il avait coupé court aux questions pour s’élancer dans la course.

Cependant, il y pensait toujours alors que les deux jeunes hommes s’étiraient comme il le leur avait demandé. Qu’est-ce qu’un Envoleur au fond ? Les piliers de la liberté dans le monde du chaos, avait dit le jeune homme à un seul bras.
Théoriquement, les Envoleurs étaient des chasseurs de Marchombres. C’était le but premier de cette section qu’avaient formée les Mentaïs. Dispenser le Chaos dans le monde, contrer l’Harmonie, pour faire naître un nouveau monde.
Mais cela, c’était la théorie. Dans la pratique.. Dans la pratique, il était un Maître Envoleur. Il était censé montrer la voie du Chaos, transmettre l’idée qu’il fallait s’opposer aux Marchombres, et pourtant la femme de sa vie en était une. De la pointe des orteils jusqu’au bout de ses mèches bleues.

Clignant des paupières pour revenir au moment présent, Dolce porta toute son attention sur les deux jeunes gens qui s’étiraient.
Julian avait pris le parti de faire rentrer en jeu ses chaînes musculaires, tandis que Keilan étirait consciencieusement chacun de ses muscles les uns après les autres. Le Maître Envoleur les regarda tous les deux faire jusqu’à ce qu’ils considéraient comme la fin de leurs étirements, avant de hocher la tête.

- Julian, c’est bien de partir du principe d’étirer les chaînes musculaires, surtout dans ton cas car elles ne sont pas sollicitées symétriquement. Tu devrais faire attention à ta manière de courir, équilibrer plus ton buste, car j’ai vu une claire faiblesse au niveau de tes muscles de la cuisse droite.
Il adressa un sourire au jeune homme, avant de se tourner vers Keilan.
- Keilan, il faut que tu lèves un peu plus les pieds quand tu cours, pour atterrir sur la plante des pieds et pas sur le talon, sinon tu vas trop solliciter tes articulations des genoux. Pour les étirements, tu es très méticuleux, c’est bien. Cependant, tu t’y es pris comme en fin de séance, pour détendre complètement tes muscles, alors que l’on va encore les solliciter. Ils sont échauffés, donc c’est bon, mais prends-y garde la prochaine fois.

Prenant une inspiration, l’Envoleur cligna des paupières un instant. Il regardait toujours Keilan, se contentant de lui adresser un sourire alors qu’il ne répondait toujours pas à sa question. Ce jeune homme avait besoin de temps pour intégrer les choses, en tout cas il en avait l’impression. Il se contenta d’enchaîner.

-  Savez-vous vous occuper d’un cheval ? Monter ?   demanda-t-il d’une voix tranquille, alors que son regard se portait sur la grande porte en bois des écuries. Il savait que Singa avait sans aucun doute hâte de repartir, et ne put s’empêcher de sourire à cette pensée.
Cela faisait longtemps qu’ils n’avaient pas voyagé, vraiment. C’était l’occasion, et Dolce avait une idée précise de leur destination, ainsi que des étapes où ils s’arrêteraient.

Mais d’abord, il devait savoir si les deux garçons pouvaient au moins diriger un cheval.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Ikoya
Groupe Razylm
avatar

Nombre de messages : 35
Citation : Avancer. M'appuyer sur ce que j'ai vécu. Sur ce que j'ai fait. Bien et mal. Sur mes forces et mes faiblesses. Mes joies et mes regrets. Mes remords. Avancer.
Date d'inscription : 13/03/2016

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Il n'a pas de bras droit

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Ven 01 Avr 2016, 04:23

Keilan s’étira près de moi, choisissant un étirement statique qui lui prit plus de temps que le mien. La course l’avait mis dans un état difficile. Habitué à la course et étant assez endurant, j’avais rapidement récupéré mon souffle et les battements affolés de mon cœur s’était calmé assez vite, mais le jeune avait eu plus de difficulté à récupérer, bien qu’il semblait maintenant dans un état normal, bien qu’un peu moulu. Je lui adressai un sourire d’encouragement. Pour une raison ou une autre, maintenant qu’il était calme, il m’était beaucoup plus sympathique.

Le maître semblait aussi frais qu’une fleur. Cette comparaison me tira d’ailleurs un petit sourire, car cet homme n’avait rien d’une fleur, sauf peut-être sa sérénité. En fait, il ne semblait même pas avoir couru tellement il était calme, ce qui me tira un soupir d’envie. J’étais certes endurant, c’était ma force depuis toujours, mais lui me battait à plate couture et je rêvais d’un jour l’égaler. Lorsque Keilan s’approcha enfin, ayant terminé ses étirements, le maître prit la parole.

- Julian, c’est bien de partir du principe d’étirer les chaînes musculaires, surtout dans ton cas car elles ne sont pas sollicitées symétriquement. Tu devrais faire attention à ta manière de courir, équilibrer plus ton buste, car j’ai vu une claire faiblesse au niveau de tes muscles de la cuisse droite.

Je hochai la tête, réfléchissant à ma course, me repassant la scène pour essayer de cibler la faiblesse dont il me parlait. Je n’étais pas certain de comprendre, mais je me promis d’y faire attention, quitte à entrainer cette fameuse jambe droite de manière indépendante pour solidifier ma course. Le maître s’adressa ensuite à Keilan, lui donnant quelques conseils pour lui aussi améliorer sa course et souligna que ses étirements étaient surtout utile en fin d’entrainement, information que je gravai dans un coin de ma tête, sachant qu’elle me serait utile plus tard. Si j’avais déjà appris tout ça dans le passé, c’était trop lointain pour que je me rappelle ce genre de détail et ce type d’information, bien que simple, m’était précieuse. Le maître nous questionna ensuite sur nos capacités à cheval et, encore une fois, je m’exprimai le premier, étant beaucoup plus exubérant que mon camarade.

- Je n’ai pas de bête, c’est trop cher pour moi! J’ai quand même dû apprendre à monter et à m’occuper des chevaux, je devrais donc me débrouiller.

Les équidés n’étaient utiles que pour les longues distances. Pour le reste, je préférais compter sur mes jambes. Sachant pertinemment que l’équitation était une discipliné nécessaire à un mercenaire du chaos, j’avais toutefois entrepris d’apprendre à monter ces animaux, même si je n’étais jamais parvenu à les apprécier. Je posai mon regard sur l’écurie, sachant très bien que je devrais y choisir un cheval prochainement. Un sourire naquis sur mes lèvres alors que je pensais à La Mule, ce cheval qui m’avait donné du fil à retorde pour me rendre à Al-Chen. Je n’étais pas un destrier expérimenté, mon maître s’en rendrais probablement compte, mais pour m’en occuper, je n’avais pas trop de difficulté. J’avais trop souvent eu à le faire alors que je n’étais qu’un larbin au sein des mercenaires du chaos, avant que je n’y prenne ma véritable place. Les monter avait été une activité beaucoup moins fréquente, par contre. Cela se ferait ressentir bientôt. Keilan savait-il monter?

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keilan Fil'Areen
Groupe Uklin
avatar

Nombre de messages : 88
Date d'inscription : 19/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Syndrome d'Asperger

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Ven 01 Avr 2016, 21:59

[Court, désolée, mais je découvre mon personnage, il faut que j'apprivoise un peu cette tête de mule, hein ! Dolce, quand tes réponses seront nulles, il pleuvra des vaches. Pour l'instant, pas l'ombre d'une beuglante dans le ciel... Wink]

[Et non, ceci n'est pas du fayotage, namého !!]



Les conseils de Dolce me prirent au dépourvu… parce que je n’étais pas habitué à en recevoir. Lorsque j’avais fait mes débuts sur le Fend-Brise, j’avais appris seul à manœuvrer dans les haubans, en observant les autres matelots en me fiant à mon instinct. Sur La Furie, on m’avait forgé à la dure : pas de conseils mais des cris, et des coups si je n’étais pas assez rapide.

La voix grave et chaude de Dolce était déconcertante, mais j’y décelais un peu de la tranquille assurance d’Eline ; il savait ce qu’il disait et d’ailleurs, il avait l’air aussi frais qu’un gardon ! Je l’enviais, et Julian aussi, parce qu’ils étaient en meilleur état que moi. Pied léger pendant la course ? Bien. Etirements plus dynamiques ? D’accord. J’enregistrai chaque détail dans ma mémoire et me promis de m’en inspirer la prochaine fois.

- Savez-vous vous occuper d’un cheval ? Monter ?

Julian répondit le premier. Je l’écoutai d’une oreille distraite. Tout à l’heure, il m’avait souri. Est-ce qu’il croyait que j’étais son ami, ou quelque chose dans le genre ? Mal à l’aise, je remis de la distance entre nous deux. Je me faisais tout juste à l’idée qu’il allait « partager » mon espace, il ne fallait pas qu’il se fasse des idées…

Ah. Il semblait que c’était à mon tour de parler. Visiblement Julian avait répondu par l’affirmative.

- J’ai appris quand j’étais petit, je ne me débrouillais pas mal, mais…

Mais cela remontait à plusieurs années. Perplexe, je me demandais si tout allait me revenir rapidement. Monter à cheval, ce n’est pas le genre de chose qui s’oublie facilement, pourtant j’avais l’impression que cela faisait partie d’une époque révolue ; j’avais tourné la page sur ma vie d’avant, comme si j’étais né en mer et non sur terre. Je devais réapprendre à vivre sur le plancher des vaches.

- Et puis je n’ai pas de cheval.

Allait-il falloir que j’en achète un ? Pas besoin de plonger les mains dans mes poches pour savoir que je n’avais pas un sou. J’aurai pu partir de La Furie avec une petite fortune, j’avais décidé de m’éclipser sans rien d’autre que le sabre de Naya. Suivre Eline m’avait donné un but, et j’avais pour un temps laissé de côté les choses pratiques. J’allais devoir trouver le moyen de gagner ma croûte, pour commencer. Le cheval allait attendre un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Mer 06 Avr 2016, 22:19

Les deux jeunes hommes ont donc déjà côtoyé des chevaux, s’en sont occupés, mais ni l’un ni l’autre ne semble exactement à l’aise avec l’équitation en soi. Il ne savait pas trop si c’était une bonne ou une mauvaise chose, surtout avec les chevaux. Mais ce n’était pas grave : ils allaient apprendre ! S’ils avaient déjà monté à cheval, ils savaient un minimum les diriger…

Un sourire étira les lèvres de Dolce, alors qu’il invitait les deux apprentis à rentrer dans les écuries.
A peine poussa-t-il le battant de la lourde porte que le hennissement haut-perché et retentissant de Singa les accueillit, tirant un éclat de rire à l’Envoleur.
Il se dirigea vers le box de son étalon, lui dispensant une caresse sur le chanfrein alors que ce dernier frétillait littéralement sur place, tentant de lui donner des coups de tête d’impatience.
Mais Dolce ne le fit pas sortir de suite du box, se tournant vers Keilan et Julian.

- Les chevaux des écuries du Domaine sont à votre disposition. Ceux sont ceux qui n’ont pas de nom de propriétaire écrit sur la plaque de box. Choisissez-en un chacun, préparez-le, et rejoignez-moi dehors. Le harnachement et les brosses sont dans la sellerie, juste là.

Il prépara lui aussi Singa, mais l’étalon était tellement impatient de partir qu’il ne cessait de bouger dans tous les sens, tirant des soupirs résignés à son cavalier amusé par la situation.
Il observait les deux jeunes hommes du coin de l’oeil, notant leurs gestes, leurs interactions avec les chevaux, et comment ils s’y prenaient pour les harnacher.

Trente minutes plus tard, le Maître Envoleur les attendait dehors, tenant Singa par les rênes alors que ce dernier tentait tant bien que mal de bouger autour de lui. Dolce, d’une voix grave et ferme, parla à son étalon qui finit par se calmer pour se tenir tranquille.
Laissant sa monture seule quelques instants, l’homme se dirigea vers ses deux apprentis et leurs chevaux, pour vérifier leur matériel.
Il re-sangla, montra comment faire ça bien, sans faire mal au cheval, vérifia la longueur des étriers, avant de les encourager à se mettre en selle, et de les diriger vers la carrière du Domaine.

Les faisant rentrer, il les laissa évoluer quelques instants dans l’espace ensablé, un sourire flottant sur son visage.
- Montrez-moi comment vous vous déplacez. Au pas, au trot et au galop.
Laissant Singa brouter sur le côté, il se glissa sous la lisse pour mettre des cailloux sur le sol, espacés de cinq mètres les uns des autres, dans le but de faire un parcours de slalom pour commencer.

- Changez de direction, éprouvez un peu vos chevaux pour les comprendre, et venez slalomer autour de cette ligne.

Il observait d’abord comment les deux jeunes hommes se débrouillaient.
Keilan, déjà, car il semblait assez sensible aux chevaux.
Julian, parce que diriger un cheval à une main… S’il avait déjà monté, il devait savoir faire une rêne d’appuis, mais de là à le faire correctement pour ne pas tordre le cheval à chaque fois, ce n’était pas si simple. Surtout avec les fluctuations d’assiette.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keilan Fil'Areen
Groupe Uklin
avatar

Nombre de messages : 88
Date d'inscription : 19/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Syndrome d'Asperger

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Jeu 07 Avr 2016, 16:27

[Un poil court... J'ai eu envie de faire tomber Ju de cheval pour rigoler un peu... mais ma conscience m'a rattrapée à temps Razz]



En entrant dans l’écurie du domaine, je fus assailli par une odeur de cheval, de foin et de crottin qui fit revenir quelques images disparates dans la mémoire. Je vis par exemple un enfant sur le dos d’un poney pommelé, galopant en riant à travers un parc ensoleillé. Mon frère, ou moi ? Mes propres souvenirs étaient tellement diffus que je les chassais d’un haussement d’épaules : il valait mieux que je me concentre sur le présent, maintenant.

Je déambulai dans l’allée principale sans parvenir à arrêter mon regard sur une monture. Des curieux avaient passé la tête par-dessus la porte de leur box et tendaient les oreilles dans ma direction. Ils me voyaient pour la première fois mais semblaient espérer qui une gâterie, qui une caresse, qui encore une promenade.

Une jument m’observait tranquillement en mâchonnant du foin. Sa robe était d’un gris moucheté ; une tâche blanche s’étalait sur le côté droit de sa tête. Je m’approchai doucement. Elle ne cessa pas de mâcher mais tourna une oreille dans ma direction. Elle m’analysait autant que je l’analysais. Le nom « Thunder » était écrit en lettres stylisées sur la plaque de la porte, mais je ne repérai aucune mention d’un quelconque propriétaire.

J’entrai dans le box avec précaution. Je n’avais pas peur du tout, simplement je ne connaissais pas cette demoiselle et je sentais qu’elle m’épiait, curieuse ; je commençai par faire connaissance dans les formes. Mes mains se chargèrent de lui témoigner mes bonnes intentions. De son côté, elle laissa ses lèvres fourrager dans le creux de ma main, puis sur mes vêtements et dans mes cheveux.

Pas de gâteries pour m’amadouer ? semblait-elle dire, l’œil malicieux. Eh non. Je n’avais rien mais je me promis de réparer cela rapidement. Préparer Thunder me demanda du temps. J’étais bien trop soigneux pour laisser quelque chose au hasard, et mon expérience trop lointaine pour que je sois sûr de mes gestes ; je procédai donc à l’instinct, laissant la jument me guider de temps à autre, et finis toutefois par la sortir de son box, sellée et prête.

A l’extérieur, Dolce fit quelques vérifications qui, me concernant, ne furent pas inutiles. Je ne posai aucune question mais notai le moindre de ses gestes tandis qu’il resserrait une sangle et ajustait un étrier. Son cheval, un superbe étalon aux attaches puissantes et au regard vif, piaffait d’impatience à quelques mètres de là. C’est drôle, je trouvai qu’il était parfaitement assorti à son cavalier alors que celui-ci, pour l’instant, était d’une sérénité engageante.

- Montrez-moi comment vous vous déplacez. Au pas, au trot et au galop.

Une fois sur le dos de Thunder, je retrouvai des sensations familières. Je savais comment placer d’instinct mes talons, mon buste, mes bras, mes mains. Je savais comment alterner les allures. Docile et attentive, Thunder les adopta toutes avec une tranquillité qui me paraissait un peu feinte ; j’avais comme l’impression que cette petite chipie avait plus d’un tour dans son sac…

- Changez de direction, éprouvez un peu vos chevaux pour les comprendre, et venez slalomer autour de cette ligne.

J’avais certainement des progrès à faire, mais je me débrouillai mieux qu’à la course et mon moral remonta un peu. Curieux, je jetai un coup d’œil à Julian. J’avais du mal à m’imaginer diriger un cheval avec une seule main. Comment faisait-il, lui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Ikoya
Groupe Razylm
avatar

Nombre de messages : 35
Citation : Avancer. M'appuyer sur ce que j'ai vécu. Sur ce que j'ai fait. Bien et mal. Sur mes forces et mes faiblesses. Mes joies et mes regrets. Mes remords. Avancer.
Date d'inscription : 13/03/2016

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Il n'a pas de bras droit

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Jeu 07 Avr 2016, 20:04

[J’ai comme l’impression que ça aurait déclenché une guerre de le faire tomber Razz ]



Entrant dans l’écurie, je regardai rapidement les bêtes disponibles, ignorant les box des apprentis de l’académie pour regarder ceux qui étaient disponible pour les apprentis sans monture.

Je trouvai un cheval qui semblait plus docile que les autres. Ces bêtes avaient toutes l’air de véritables monstres! Cet étalon, là-bas, semblait prêt à ruer quiconque tenterait de s’installer sur son dos. Je m’en étais donc rapidement éloigné. J’arrivai devant un joli étalon crème qui henni en me voyant. Potru. J’ouvris la porte avec prudence, saisissant une brosse au passage.

- Hé, salut, mon gros, dis-je d’une voix douce en mettant le dos de ma main sous ses naseaux. Je vais m’occuper de toi, tu veux bien?

Posant ma main sur son encolure, je le caressai un moment pour qu’il s’habitue à moi, puis je me mis à le brosser doucement, puis avec plus de vigueur en comprenant que la bête ne s’attendait pas nécessairement à ce que je sois doux avec elle. Je le préparai de mon mieux pour la selle. La bête henni un coup lorsque je lançai la lourde selle sur son dos. Avec une seule main, je n’avais pas la possibilité de déposer délicatement ce lourd objet de cuir! Je la replaçai rapidement, me servant de mes dents pour la sangler, crachant un coup sur le sol pour enlever ce goût de cuir infect de ma bouche. J’installai la bride et réglai les étriers avant de faire sortir le cheval de son box et de l’amener à l’extérieur. J’avais bien entendu été plus lent que mon maître, qui avait probablement plus d’expérience que moi avec ces grosses bêtes. J’avais toutefois l’habitude de seller un cheval, même si pour les monter c’était un autre manège. J’avais bien jaugé Potru et même si ce cheval ne semblait pas vouloir se taire une seconde, il me plaisait bien. Le maître resserra quelques sangles que je n’avais pas assez serré, puis il prit la parole. Je secouai la tête lorsque Potru poussa un hennissement au milieu de la phrase de mon maître, phrase que je compris tout de même.

Je me mis en selle rapidement, posant ma main sur le pommeau pour garder mon équilibre. Je sentais le regard presque insistant des deux hommes sur moi. Encore une fois, le maître semblait m’évaluer alors que Keilan semblait simplement intrigué. Habitué aux regards compte tenu de ma particularité physique singulière, je n’en fis toutefois pas de cas. Je saisi les deux rênes de ma main unique, utilisant une rêne d’appui. C’était, de toute façon, la seule manière que je connaissais et que je pouvais utiliser pour diriger mon cheval, compte tenu de ma restriction. J’avais appris depuis longtemps à le faire correctement, ce qui n’empêchait pas de nombreux désavantages. C’est toutefois avec mes jambes que j’intimai la plupart de mes mouvements à Potru, qui était heureusement très bien dressé, bien que ses piaffements d’impatiences fussent un peu énervants. C’est facilement que je mis au pas, puis au trot et enfin au galop cette jolie bête. Je n’étais pas un cavalier expérimenté, mais je savais toutefois faire avancer un cheval, mes voyages m’ayant tout de même appris la base. Une fois à l’aise avec l’animal, qui était toujours aussi bruyant, je me retournai vers mon maître.

L’exercice suivant me causa plus de problème. Potru ne comprenait pas parfaitement ce que je voulais, et pour cause! J’étais incapable de faire des mouvements aussi précis. Je n’avais jamais eu la prétention de pouvoir me battre en selle, chose de je considérais suicidaire avec un seul bras de toute façon, et je n’avais jamais eu à faire autre chose que de faire avancer mon cheval. Mes chevaux précédents n’avaient pas eu la vie dure : ils n’avaient généralement eut qu’à suivre le groupe avec lequel j’étais. Potru, toutefois, ne pouvais compter que sur moi pour savoir quoi faire. Je laissai Keilan passé devant moi, étudiant ses mouvements sans que cela m’aide vraiment. Cette fois, c’était un fait, Keilan était meilleur que moi! Concentré, je fis un premier essai. L’échec fut cuisant et j’éclatai de rire. J’avais réussi à passer entre les deux premiers cailloux, mais Potru s’était alors mit à décrire un grand cercle, visiblement confus. Je m’étais alors arrêter, regarder le parcours une nouvelle fois.

- Pauvre bête, tu n’y comprends rien hein? Dis-je en riant.

Je dû m’y prendre encore plusieurs fois avant de comprendre mon erreur et d’empêcher mon étalon de se mettre à tourner en rond plutôt que de continuer le parcours. Toutefois, ce n’étais pas encore parfait et Potru semblait être un cheval plutôt impatient. J’avais moi-même les nerfs en boule, n’arrivant a rien de concluant. Puis, probablement par chance, ou peut-être simplement parce que Potru avait compris le but de l’exercice, je réussis à lui faire faire un slalom a une vitesse de tortue.

Je poussai un cri de victoire en levant le bras en l’air, enthousiaste malgré cette piètre réussite, ce qui failli m’envoyer au plancher car ma réaction énerva mon cheval. Cependant, il se calma rapidement et je pus reprendre mon équilibre avec plus de peur que de mal. J’éclatai de rire, caressant vivement Potru qui henni, visiblement heureux. J’aurais aimé avoir un morceau de sucre à lui donner, il l’aurait bien mérité. Toutefois, je n’étais pas tout à fait satisfait de moi et je continuai à faire le parcours, l’échouant plus souvent que je le réussissais, mais m’améliorant à chaque passage. Lorsque le maître nous arrêta, j’avais réussis à mieux comprendre comment faire ces mouvements et je réussissais à faire le slalom un peu plus rapidement. C’était à la fois instructif, exigeant et motivant et ça me rendait tout simplement heureux.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Mar 12 Avr 2016, 23:10

Finalement, les deux jeunes hommes étaient quand même capables de tenir les trois allures. La direction n’était pas exactement acquise ni pour l’un ni pour l’autre, mais ils étaient déterminés et avaient de la bonne volonté. Keilan était plus timide avec sa jument, mais restait doux et à l’écoute. Julian y allait plus franco et tentait des expériences, alors que sa monture n’avait sans doute pas l’habitude d’être mené à une main même s’il était bien dressé – c’était un cheval du Domaine après tout, lui aussi. Le jeune homme faillit tomber par inadvertance alors qu’il levait le poing en signe de victoire après son premier slalom réussi, ce qui fit éclater de rire Dolce.  

- Julian, redresse-toi sur tes deux fesses et garde ton poignet bien au dessus du garrot pour ne pas entraîner ton cheval dans une direction. Essaye plutôt d’utiliser tes jambes pour tourner, en serrant le genou et le mollet du côté opposé. Tu vas voir, c’est beaucoup plus simple comme ça !

Riant encore un peu, l’Envoleur passa une main sur son crâne presque rasé, se tournant vers Keilan qui faisait encore connaissance avec sa jument. Il était très délicat, et si Thunder était sensible, c’était également une jument qui avait du caractère, et cela tira un sourire à Dolce.

- Keilan, essaye d’être plus attentif à ton environnement pour anticiper les potentielles réactions de ta jument. Redresse un peu tes épaules et sors les pectoraux pour te tenir plus droit. Voilà. Assouplis tes genoux, tu les serres un peu trop. Bien. Allez, faites quelques tours de galop, et on sort de ce bac-à-sable.
Encourageant ses apprentis à prendre un peu d’indépendance sur le dos de leur monture respective, Dolce était pourtant particulièrement attentif aux deux jeunes hommes. Un accident à cheval est vite arrivé, et au vu de leurs besoins individuels, ces deux-là allaient lui demander d’appréhender la plupart des exercices de manière différente pour l’un ou l’autre.
Enfin, c’était ce qu’il avait tout le long de son apprentissage avec Papillon et Elya. Pour l’instant cependant, il avait à cœur d’évaluer leurs capacités respectives sous tous les angles, et dans le maximum de domaines possibles.

Quand les deux jeunes hommes eurent galopé un peu, éprouver leur nouvelle direction avec ses conseils, il les fit donc sortir de la carrière et se hissa souplement sur le dos de Singa qui piaffait sur place d’impatience. L’étalon isabelle était dans un tel état d’excitation que cela tira un sourire à l’Envoleur qui secoua la tête.
Invitant ses apprentis à le suivre, il commença donc à s’enfoncer sur un sentier d’Ombreuse, contournant le Domaine pour partir directement vers l’Est dans la forêt sombre. Les chevaux gardaient le pas pour l’instant, mais le sol était moins régulier que dans la carrière de sable et des branches se dressaient à la hauteur des cavaliers, ajoutant quelques difficultés à cette escapade pour l’instant tranquille.

Au bout d’une vingtaine de minutes, cependant, Dolce prit le parti de faire trotter Singa qui tenta de prendre le galop, partant en quelques sauts de mouton joyeux avant de se calmer suffisamment pour adopter une allure symétrique souple et énergique. Un rire s’échappa des lèvres de l’homme, qui se tourna sur sa selle pour vérifier que tout le monde était en selle – mais les chevaux des apprentis n’avaient pas beaucoup réagi heureusement.
Quelques racines faisaient parfois trébucher les chevaux ou lever leurs pieds plus haut, ce qui cassait l’allure déjà un peu chaotique pour les deux jeunes hommes…

Ils s’arrêtèrent une heure plus tard dans une petite clairière, et Dolce sauta à terre en laissant Keilan et Julian descendre de cheval à leur tour. Faisant rouler ses épaules, l’Envoleur assouplit ses genoux et invita ses deux apprentis d’un signe des mains à l’approcher.
- Dénouons un peu les muscles de vos jambes, dit-il, en sortant une ficelle de l’une de ses poches, y nouant un petit bout de bois, et passant la boucle autour de son cou. Essayez d’attraper le collier. Pour l’instant, pas d’outils, contentez-vous de me montrer comment vous bougez !
Il leur adressa un clin d’œil se mettant dans une garde explicite, le regard amusé mais intéressé.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keilan Fil'Areen
Groupe Uklin
avatar

Nombre de messages : 88
Date d'inscription : 19/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Syndrome d'Asperger

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Mar 12 Avr 2016, 23:54

Julian… se débrouillait. Je ne pouvais pas dire s’il le faisait bien ou mal, mais au moins, il tenait en selle. En revanche, il se colla derrière moi cette-fois ; il avait mené la course et semblait me laisser prendre la tête. Il n’était peut-être pas si imbu de lui-même, le mercenaire… Thunder fit soudain un écart et je me concentrai à nouveau sur sa trajectoire.

- Keilan, essaie d’être plus réceptif à ton environnement pour anticiper les réactions de ta jument. Redresse un peu tes épaules et sors tes pectoraux pour te tenir plus droit.

Je gonflai la poitrine. Comme ça ?

- Voilà. Assouplis tes genoux, tu les serres un peu trop. Bien. Allez, faites quelques tours de galop, et on sort de ce bac-à-sable.

Je laissai Thunder adopter un petit galop, mais elle démarra au quart de tour et plutôt que de la freiner dans son élan, je la laissai foncer. Le sable volait sous ses sabots. Le cercle l’empêchait d’aller aussi vite qu’elle l’aurait voulu mais je sentais la puissance de ses muscles qui roulaient sous sa peau, et son envie d’aller toujours plus loin.

Dolce ouvrit enfin la barrière. Thunder tenta de s’y précipiter mais, cette fois-ci, le la retins. J’avais moi aussi envie de partir au galop, toutefois notre guide s’éloigna au pas, suivant un sentier qui s’enfonçait dans la forêt, et je fit avancer la jument sur ses traces. Julian était sur les miennes. Nous nous suivîmes ainsi un petit moment, puis Dolce changea d’allure et adopta un petit trot.

Son étalon fit des siennes. Lui aussi mourrait d’envie de s’élancer, et je me demandai un instant pourquoi nous ne partions pas au galop. Thunder agita les oreilles, intriguée par la réaction de l’autre cheval, mais choisit de rester sage, comme pour me prouver qu’elle en était capable. Je posai la main sur son encolure.

Le voyage se poursuivit à cette allure tranquille sous l’épais feuillage des arbres. Les racines noueuses qui jaillissaient du sol obligeaient nos montures à lever haut les jambes. Notre progression était lente, et j’en profitai pour observer le paysage ; la mare, envahie par quelques canards qui nageaient paresseusement entre les nénuphars, puis un ravin formé de l’éboulis de pierres grosses comme des poneys, une clairière tapissée de feuilles et de mousse… Ombreuse ne laissait guère entrer beaucoup de lumière et on la disait peuplée de créatures terribles, mais je n’étais pas effrayé.

Nous fîmes notre première halte dans une clairière couverte d’humus. Lorsque je descendis de ma selle, les muscles de mes jambes, de mes fesses et de mon dos protestèrent vivement : je n’étais pas habitué à chevaucher et mon corps clamait son mécontentement ! Dolce parla alors de se dégourdir les jambes et je m’approchai de lui, curieux.

Mon regard s’agrandit quelque peu en le voyant attacher une ficelle surmontée d’un morceau de bois autour de son large cou. La consigne était simple, mais claire : il fallait tenter de l’attraper. C’était un témoin. Alors que Dolce se mettait en garde, je fronçai légèrement les sourcils. Pas d’armes. Mais tous les coups étaient-ils permis ? Je fléchis les genoux et me mis à sautiller pour être souple sur mes jambes, que je sentais bien raides après une heure de monte.

Attraper le collier. Facile. Je m’élançais.



* ~ * ~ * ~ *


Lorsque je m’entraînais sur le pont de La Furie, je devais prendre garde à la fois au tangage de la jonque et aux coups bas de certains des membres de l’équipage ; la vigilance était devenue une seconde nature chez moi. Là, dans la clairière, face à Dolce, je réagis de la même manière : concentré sur ma cible mais attentif à ce qui m’entourait. Je vis Julian bouger et, un bref instant, cela m’ennuya. J’aurai préféré que nous fassions cet exercice chacun notre tour.

Dolce était juste devant moi. Je tendis la main vers le collier, prêt à m’en emparer avant Julian, et refermai les doigts sur… du vide. Surpris, je clignai des yeux. Ça alors ! Dolce avait bougé si vite que j’avais tout simplement été incapable de suivre son mouvement. Sidéré, je pivotai et lançai mon pied avec vivacité, puis enchaînai avec une pirouette qui, en situation d’abordage, m’avait toujours été utile.

Pas cette fois-ci. Parce que Dolce était intouchable. Insaisissable. Il était là et, la seconde suivante, il était ailleurs. Leste en dépit de sa carrure, vif malgré son calme, il se laissait approcher pour finalement se dérober. Et toujours rester hors de portée. Voilà qui devenait intéressant ! Mon attention se focalisa entièrement sur lui et pendant de longues minutes, je ne pensais plus qu’à tout faire, tout donner pour attraper ce collier.

Vint un moment où je me demandai toutefois si Julian et moi étions en mesure d’y parvenir. A force de le manquer, nous allions échouer… Et l’échec, je n’aimais pas ça. Alors je fis quelque chose que j’aimais encore moins et qui me donna un frisson.

Je cherchai le regard de Julian.

Peut-êtr que si nous coordonnions nos mouvements, nous parviendrions à nous rapprocher de Dolce ? L’espoir grandit en moi : oui, c’était possible. Nous aurait-il proposé cet exercice s’il avait pensé que nous allions échouer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Ikoya
Groupe Razylm
avatar

Nombre de messages : 35
Citation : Avancer. M'appuyer sur ce que j'ai vécu. Sur ce que j'ai fait. Bien et mal. Sur mes forces et mes faiblesses. Mes joies et mes regrets. Mes remords. Avancer.
Date d'inscription : 13/03/2016

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Il n'a pas de bras droit

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Ven 15 Avr 2016, 16:59

[J'ai eu un peu de difficulté avec cette réponse, je ne voulais pas trop anticiper! N'hésitez pas si quelque chose cloche Smile ]



- Julian, redresse-toi sur tes deux fesses et garde ton poignet bien au dessus du garrot pour ne pas entraîner ton cheval dans une direction. Essaye plutôt d’utiliser tes jambes pour tourner, en serrant le genou et le mollet du côté opposé. Tu vas voir, c’est beaucoup plus simple comme ça !

Hochant la tête, je me redressai, essayant le mouvement proposé. Effectivement, c’était plus facile comme ça, même si ma technique n’était pas au point! Je souris un instant. Je n’aurais jamais deviné qu’il fallait savoir monter à cheval pour devenir envoleur, même si au fond, c’était logique. Même si les envoleurs avaient des capacités exceptionnelles, les chevaux restaient des bêtes très utiles et savoir les maîtriser pouvait devenir primordial dans des situations plus corsées. J’y réfléchissais en pratiquant mon galop, puis je suivis Keilan qui, somme toute, se débrouillait plutôt bien sur un cheval!

Quand le maître nous fit passer au trot, je crus que Potru allait complètement me désarçonner. Le mouvement du cheval du maître, combiné à mon ordre de changer d’allure lui fit faire un écart  complètement idiot. Visiblement, ce cheval était une vraie plaie! Celui de Keilan était resté bien droit, lui! Poussant un juron, je ramenai la bête au pas, le ramena à la suite de Keilan et le mis finalement au trot, rattrapant les deux autres. J’avais encore failli tomber, et le trot ne m’aida pas à reprendre contenance. Je grimaçai alors que mon derrière cognait durement sur la selle alors que Potru évidait les racines et les branchages. Je réussis toutefois à reprendre contenance et à me stabiliser sur ma selle. Tout ça était un peu chaotique, mais ça allait!

**********

Prendre le collier? Je n’étais même pas certain de pouvoir y toucher! Dolce était un envoleur et pour en avoir vu à l’œuvre, je savais que s’il s’y mettait, ni moi, ni Keilan n’avait la moindre chance de parvenir à prendre ce bijou. Pourtant, s’il nous avait proposé ce défi, c’était qu’il avait un moyen d’un parvenir, non?

Keilan, visiblement, était certain d’y arriver rapidement, ce qui était sans doute normal s’il ne connaissait pas les envoleurs. Ce serait certainement intéressant, et je m’accroupis le temps de voir ce qui allait se passer. Le jeune homme était rapide et vif et avait visiblement une agilité assez développé. Ses mouvements étaient rapides et pendant une seconde, je crus qu’il allait réussir… mais non. Le musclé s’était effacé d’un mouvement presque nonchalant qui me fit grogner. Il était rapide! Keilan semblait presque lourdaud à ses côtés, alors qu’il était pourtant assez doué si on ne faisait pas la comparaison avec le maître. Pour ma part, je me relevai prestement. Pas question de demeurer en reste, même si je me doutais que j’avais encore moins de chance que Keilan d’attraper ce collier. Non seulement je devais attraper l’objet, mais en plus je devais parvenir à le passer par-dessus la tête du maître avant qu’il ne s’esquive !

Je décidai de foncer. Je n’étais pas très rapide, pas particulièrement futé et je n’avais qu’un bras qui devait me servir à toucher ce collier et qui ne pouvait pas me servir à coincer le maître. Je cru que j’allais le toucher, poussant un juron lorsque ma main se refermai sur du vide, me retournant pour foncer à nouveau, essayant de le prendre à revers, bondissant, glissant sur le sol, risquant une pirouette pour tenter de le surprendre… rien. Le maître semblait aussi à l’aise que lors d’une promenade en compagne et alors que je soufflai, me donnant de tout mon être, il semblait aussi calme que lorsqu’il parlait un peu plus tôt. Je m’arrêtai un instant, réfléchissant. Soudain, passant mon regard sur Keilan, je croisai son regard. Surprise. Keilan me regardait franchement? En le réalisant, je sus qu’il le faisait pour la première fois et que c’était pour cela que ça me surprenait. Dans la même seconde, toutefois, je compris le message qu’il voulait me faire passer. Nous devions nous y mettre à deux. J’hochai la tête, lui donnant mon approbation.

Le maître n’était pas dupe et il avait probablement suivit notre échange non-verbal avec beaucoup d’attention. La surprise ne servait donc à rien. Je restai immobile un moment, cherchant une faille dans la discrète garde du maître. Aucune faille. Enfin, j’en avais l’impression. Je me mis à réfléchir à toute vitesse. Ensemble. Jetant un œil à Keilan, je désignai le maître, lui proposant sans parler de l’attaquer ensemble. J’ignorais si cela aurait un quelconque effet, mais si nous arrivions à nous coordonner suffisamment pour attaquer en même temps, nous pourrions peut-être y arriver. Ne regardant plus en arrière pour voir si l’autre apprenti me suivait, je plongeai vers le maître, m’arrêtant d’un coup devant lui au même moment où celui-ci allait m’esquiver. Il devina mon mouvement comme s’il lisait dans mon esprit, ou peut-être dans mes yeux, et esquiva de nouveau lorsque j’essayai de passer d’immobilité à mouvement. La deuxième fois, je frôlai le maître et j’eu fut si surpris que je m’arrêtai bêtement. J’avais réussis à le toucher! Essayant encore, je touchai cette fois le bijou du bout des doigts, toutefois encore loin de pouvoir le saisir.

Me rappelant de notre « entente », je jetai un œil à Keilan, recommençant mon manège. Pas pour saisir le collier, par contre. Pour donner le temps au garçon d’agir. De profiter de la fraction de seconde ou le maître était concentré sur moi pour agir. Était-il assez vif? Plus que moi, dans tous les cas…

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Lun 18 Avr 2016, 21:04

Dolce observait les deux jeunes hommes tenter d’atteindre son collier.
Keilan semblait ne pas douter un seul instant qu’il pourrait attraper l’objet autour de son cou, mais l’Envoleur ne le laissa évidemment pas faire. Il voulait voir comment ils bougeaient, ils s’activaient, ils attaquaient, ils réfléchissaient. Il voulait voir comment ils percevaient l’échec, aussi, tous les deux.

Si le plus jeune ne semblait pas avoir affaire au doute, le plus vieux des deux était déjà méfiant, et resta en retrait l’espace de quelques minutes. Dolce pouvait voir qu’il étudiait les attaques de Keilan, tout comme lui bougeait, et un sourire étira les lèvres de l’Envoleur.

Il ne cessait d’esquiver les attaques du jeune homme au dernier moment, lui laissant l’espoir de se saisir du bout de bois sans pour autant se retrouver exactement à sa portée. Il était rapide et vif, ce qui étaient des bons points pour la suite. Il était complètement le nez dans son objectif, ce qui était à la fois intéressant et potentiellement handicapant, mais pour l’instant cela suffisait à Dolce.
Quand finalement Julian décida d’attaquer également, Dolce hocha imperceptiblement la tête. Ils avaient du cran, tous les deux, et quelques bottes intéressantes. Le plus vieux était moins rapide que Keilan, mais il avait l’expérience de certains combats, cela se voyait tout de suite, malgré le fait qu’il dût compenser son bras manquait et donc ses potentiels déséquilibres. Il avait de l’audace, et ne cessait de tenter de le houspiller.

Le Maître Envoleur capta cependant un léger changement dans l’attitude de Keilan, qui se tourna presque franchement vers Julian. L’échange qui eut lieu était silencieux, mais clair pour Dolce qui observait avec attention.
Oh, donc le plus jeune pouvait bien s’allier à d’autres en cas de nécessité absolue, preuve par l’exemple. Intéressant. Notant cela dans un coin de sa tête, Dolce esquiva une attaque audacieuse en glissant son pied droit en arrière pour effacer son torse, vrillant son bassin, passa à quelques centimètres d’une tentative de la part de Keilan.

Un sourire étirait les lèvres de Dolce, et il laissa le temps aux deux apprentis d’instaurer une sorte de stratégie pour tenter de l’atteindre. L’un était vif, l’autre attirait l’attention et ils penchèrent pour une manœuvre mettant en œuvre chacun leur point fort.
Le sourire de l’Envoleur s’agrandit.

Il finit par se mettre en mouvement.
Tellement vif et fluide que ses gestes parurent flous. Il passa contre le dos de Keilan et appuya deux doigts à sa gauche au milieu de ce dernier – au niveau de son cœur – avant de bondir sur Julian, se glissant le long de son attaque pour taper légèrement du plat de la main contre la face antérieure de son cou.

S’immobilisant, il sourit.
- Pas mal. Keilan, tu es rapide, mais tu es trop concentré sur ton objectif. Ouvre tes perceptions pour mieux anticiper ton allié et donc parvenir à me surprendre. Julian, fais attention à tes compensations, tu ne cesses d’ouvrir des failles dans lequel ton adversaire peut s’engouffrer. Cherche plus de subtilité.
Dolce avait planté son regard dans celui des jeunes hommes en s’adressant à eux, et fit un petit pas en arrière, cette fois-ci en redressant les avant-bras.
- Encore. Attention, je riposte cette fois.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keilan Fil'Areen
Groupe Uklin
avatar

Nombre de messages : 88
Date d'inscription : 19/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Syndrome d'Asperger

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Jeu 12 Mai 2016, 18:23

[Pareil, ne pas trop anticiper dans ce genre d'exercice est un véritable défi ! Si quelque chose vous gêne, sonnez-moi !]



Mon contact visuel avec Julian avait été très bref – trois secondes, peut-être quatre – mais j’avais la certitude, en détournant le regard, qu’il m’avait compris.

Bien.

Alors ? Comment procéder ? Attaquer ensemble et de front ? Pour l’instant Dolce se contentait d’esquiver nos tentatives et pourtant, j’avais un étrange pressentiment. Comme s’il allait se produire quelque chose d’ici peu.

Quelque chose d’impressionnant.

Julian bougea alors et, ne sachant pas ce qu’il attendait de moi, je le laissai faire ; je pense qu’il essaya de prendre notre mentor par surprise et contre toute attente, cela fonctionna ! Pas complètement toutefois puisque le collier était toujours autour du cou de Dolce, mais suffisamment pour que ses doigts effleurent le cordon. Un bond en avant qui me donna un vrai coup de fouet. C’était possible alors !

Possible à deux. Prêt à remettre ça, Julian désigna cette fois-ci Dolce d’un geste du menton ; on allait recommencer ensemble. Il s’élança de nouveau mais, en le voyant louvoyer pour tromper la vigilance de Dolce, je réalisai qu’il me couvrait. M’offrait une chance de m’approcher à mon tour… Maintenant !!

Je fonçai. Je savais être rapide quand il le fallait, c’était mon point fort dans ce genre d’exercice ; combien de fois avais-je battu Naya à son propre jeu ? Combien d’adversaires avais-je vaincu lorsque nous abordions des navires en sillonnant les Alines ? Combien de gens s’étaient retrouvés dupés par ma vivacité ? Combien de…

Dolce n’était déjà plus là et je clignai des yeux, troublé. Sidéré même lorsque deux doigts pressèrent mon dos. j’ouvris la bouche mais aucun mot ne parvint à franchir mes lèvres… J’étais bien trop ahuri pour articuler quoique ce soit et je ne pus qu’observer Dolce se couler avec la légèreté d’un rêve à l’intérieur du bras de Julian.

Je n’étais pas vif, ou bien cet homme n’était pas humain. Je m’étais fourvoyé par orgueil, il s’était illustré avec humilité. Je n’étais qu’un novice encore vacillant sur mes jambes.
Il était un maître accompli. Non…

… un Envoleur.

Et ses paroles, dénué du moindre reproche alors qu’elles pointaient du doigt l’une de mes faiblesses, se frayèrent un chemin nouveau dans mon esprit, traçant une voie qui, jusqu’alors, m’avait échappée ; je me contentai de hocher la tête.

Ouvrir mes perceptions ? Tout en me remettant en place, je jetai un rapide coup d’œil en direction de Julian. Je n’étais pas habitué à combattre de concert avec un tiers. Sur la Furie, c’était un pour tous et chacun pour soi… Mais n’avions-nous pas fait un pas en avant en acceptant de travailler ensemble ? Les doigts de Julian avaient frôlé le collier. S’il fallait que je m’ouvre davantage à mon environnement pour parvenir à l’attraper, j’étais prêt à tenter le tout pour le tout.

Alors cette fois, j’attaquai le premier. Parce que même si ma réactivité paraissait plus lent que celle d’une tortue perclus d’arthrite à côté de celle de Dolce, il avait remarqué que j’étais rapide. Parce que Julian s’était exposé au danger en affrontant trop directement notre mentor que parce que celui-ci allait désormais riposter ; s’il était capable d’être plus vif qu’un souffle, que pouvait-il réaliser dans l’intention de frapper ? De faire mouche ? De blesser ?

De tuer ?

Tout en courant les rouages de mon cerveau s’activèrent. Je notai la posture de Dolce, observai ses appuis et me méfiai de son immobilité, m’attendant à ce qu’il jaillisse d’un instant à l’autre. Mais moi aussi j’avais de la ressource.

Sans attendre qu’il ne se mette en mouvement, je changeai soudain de direction, puis une fois encore, sans ralentir l’allure ; puis je me laissai glisser à terre, jambe tendue en avant, laissant Julian bondit par-dessus moi.

Je ne m’attendais pas à ce qu’il réussisse. Il était toujours le leurre dans notre stratégie mais cette fois j’avais donné l’impression que les rôles avaient été échangés ; lorsque Julian retomba, je m’étais déjà relevé pour franchir la distance me séparant encore de Dolce. Le collier était à portée de mes doigts.

Je tendis la main…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Ikoya
Groupe Razylm
avatar

Nombre de messages : 35
Citation : Avancer. M'appuyer sur ce que j'ai vécu. Sur ce que j'ai fait. Bien et mal. Sur mes forces et mes faiblesses. Mes joies et mes regrets. Mes remords. Avancer.
Date d'inscription : 13/03/2016

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Il n'a pas de bras droit

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Ven 13 Mai 2016, 17:39

Presque ! C'est ce qui surgit dans mon esprit lorsque je vis Keilan sauter pour saisir le collier, manquant celui-ci d'à peine quelques millimètres alors que le maître s'esquivait une fois de plus. S'esquivait ? En sentant le coup dans mon cou, je grimaçai, sentant une douleur désagréable qui me fit lâcher un petit « aïe ! ». Visiblement, il ne se contentait plus d'esquiver, et cela se confirma lorsqu'il prit la parole.

- Pas mal. Keilan, tu es rapide, mais tu es trop concentré sur ton objectif. Ouvre tes perceptions pour mieux anticiper ton allié et donc parvenir à me surprendre. Julian, fais attention à tes compensations, tu ne cesses d'ouvrir des failles dans lequel ton adversaire peut s'engouffrer. Cherche plus de subtilité.

Compenser, toujours compenser ! Cela semblait facile, hein, mais ça ne l'était pas, en fait ! Je savais très bien que je devais faire attention, mais je n'avais jamais compris comment je pouvais faire. L'idée, c'était que j'avais un poids d'un côté de mon corps qui ne pouvait pas être compensé de l'autre d'aucune façon. Ma posture, ma démarche, mes mouvements, tout était influencé par ce « poids » depuis le tout début de ma vie et j'avais probablement des malformations dûent à une utilisation abusive de mon côté gauche, ce qui prendrait du temps à régler, et ce, seulement si j'arrivais à comprendre comment je pouvais faire pour rétablir l'équilibre. Est-ce que quelqu'un qui avait tous ses membres pouvait comprendre ce genre de choses sans avoir de connaissances poussées en anatomie, même si le maître devait en avoir un peu ? Devrais-je aller voir un rêveur pour être certain de ne pas avoir de problèmes, ou même pour réparer ceux-ci si nécessaire ?

C'était la même chose depuis toujours. Les rêveurs n'hésitaient jamais à aider ceux dans le besoin, mais les rêveurs les moins expérimentés ne pouvait rien faire pour mon cas, je le savais bien pour avoir déjà eu à faire à l'un d'eux. Le pauvre m'avait proposé une prothèse, ce qui m'avait fait éclater de rire. De ce que j'en savais, le fait que mon bras ait été coupé complètement en sectionnant mes muscles avait annulé toute chance d'un soutien pour une prothèse, et l'accrocher complètement, par exemple avec mon cou, causerait d'autres problèmes de posture et de soutien, ce qui ne contribuerait pas à régler mon problème. De plus, même avec un prothèse plus complexe qui s'insérerait dans mon os suite à une opération assez dangereuse due aux risques d'infection, de ce qu'on m'en avait dit, ce ne serait qu'un poids mort, car je n'avais pas la structure pour le mouvoir. Il me semblait que j'étais dans un cul de sac. J'avais toujours « compenser » efficacement mon membre manquant, mais cette fois, ça ne semblait pas suffisant.

Il n'était toutefois pas question que j'abandonne et même si j'avais l'impression que ce que je tentais était voué à l'échec, je ne pouvais pas m'arrêter à ça. Je ne m'étais d'ailleurs jamais arrêtéà ce que les gens croyaient ou pensait de mon « handicap » et je les avais tous surpris, les uns après les autres, par ce que j'étais capable d'accomplir et par ma débrouillardise incroyable pour ne jamais être un poids et pour apprendre aussi vite et aussi bien que les autres. Ça avait tout de même donné du fil à retorde à mes anciens mentors et ça en donnerait sans doute à mon maître actuel également, car il devrait adapter certaine de ses méthodes d'apprentissages à mon manque. Contrairement à la majorité des mercenaires et à la totalité des envoleurs, de ce que j'en savais, je ne pourrais jamais tirer à l'arc, par exemple. L'exercice d'aujourd'hui était toutefois à ma portée et me laisser envahir par la peur ou l'appréhension ne servirait à rien. Je devais avancer, toujours avancer, et tenter d'améliorer ce qui pouvait l'être. Je ne serai jamais parfait et je n'aurais jamais de deuxième bras, mais cela n'était pas un handicap. Ça ne l'avait jamais été.

- Encore. Attention, je riposte cette fois.

Que le maître réplique ne changeait rien et c'est avec une rage nouvelle et une volonté toute particulière que je m'élançai à nouveau. Keilan semblait aussi avoir réfléchi, car je perçue un changement que je ne cherchai pas à expliquer. Si les commentaires du maître avaient eu un impact sur lui, ça ne pouvait être que positif. Je ne le regardai s'élancer que pour le talonner d'aussi prêt, passant à l'attaque. Le musclé, sourire aux lèvres, semblait heureux et surtout, il n'avait aucune difficulté à esquiver nos attaques et surtout, à nous attaquer et ce, même si nous étions deux contre lui. Cela ne me surprenait plus, mais me frustrait pourtant. Il était insaisissable et c'est à un serpent que j'avais l'impression de me confronter.

C'est à ce moment que Keilan me laissa une ouverture, plongeant pied premier pour me permettre de bondir, ce que je fis, tendant ma main sur le collier, comprenant au moment même où ma main se refermait sur du vide que je n'avais, encore une fois, été qu'un leurre. Un grand sourire éclaira mon visage. Quelle vivacité ! Cette illusion de me laisser la place m'avait trompé, alors est-ce que ça avait tromper le maître ? En voyant la main de Keilan se tendre vers le maître, j'eus un véritable espoir. Avions-nous réussi ?

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Groupe Razylm - cours n°1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Groupe Leenio - Cours n°5
» Groupe Humo - Cours n°3
» Groupe Bizya - Cours n°2
» cours de latin
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Jeit-
Sauter vers: