AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Groupe Razylm - cours n°1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Julian Ikoya
Groupe Razylm


Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 13/03/2016

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Il n'a pas de bras droit

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Ven 13 Mai 2016, 17:39

Presque ! C'est ce qui surgit dans mon esprit lorsque je vis Keilan sauter pour saisir le collier, manquant celui-ci d'à peine quelques millimètres alors que le maître s'esquivait une fois de plus. S'esquivait ? En sentant le coup dans mon cou, je grimaçai, sentant une douleur désagréable qui me fit lâcher un petit « aïe ! ». Visiblement, il ne se contentait plus d'esquiver, et cela se confirma lorsqu'il prit la parole.

- Pas mal. Keilan, tu es rapide, mais tu es trop concentré sur ton objectif. Ouvre tes perceptions pour mieux anticiper ton allié et donc parvenir à me surprendre. Julian, fais attention à tes compensations, tu ne cesses d'ouvrir des failles dans lequel ton adversaire peut s'engouffrer. Cherche plus de subtilité.

Compenser, toujours compenser ! Cela semblait facile, hein, mais ça ne l'était pas, en fait ! Je savais très bien que je devais faire attention, mais je n'avais jamais compris comment je pouvais faire. L'idée, c'était que j'avais un poids d'un côté de mon corps qui ne pouvait pas être compensé de l'autre d'aucune façon. Ma posture, ma démarche, mes mouvements, tout était influencé par ce « poids » depuis le tout début de ma vie et j'avais probablement des malformations dûent à une utilisation abusive de mon côté gauche, ce qui prendrait du temps à régler, et ce, seulement si j'arrivais à comprendre comment je pouvais faire pour rétablir l'équilibre. Est-ce que quelqu'un qui avait tous ses membres pouvait comprendre ce genre de choses sans avoir de connaissances poussées en anatomie, même si le maître devait en avoir un peu ? Devrais-je aller voir un rêveur pour être certain de ne pas avoir de problèmes, ou même pour réparer ceux-ci si nécessaire ?

C'était la même chose depuis toujours. Les rêveurs n'hésitaient jamais à aider ceux dans le besoin, mais les rêveurs les moins expérimentés ne pouvait rien faire pour mon cas, je le savais bien pour avoir déjà eu à faire à l'un d'eux. Le pauvre m'avait proposé une prothèse, ce qui m'avait fait éclater de rire. De ce que j'en savais, le fait que mon bras ait été coupé complètement en sectionnant mes muscles avait annulé toute chance d'un soutien pour une prothèse, et l'accrocher complètement, par exemple avec mon cou, causerait d'autres problèmes de posture et de soutien, ce qui ne contribuerait pas à régler mon problème. De plus, même avec un prothèse plus complexe qui s'insérerait dans mon os suite à une opération assez dangereuse due aux risques d'infection, de ce qu'on m'en avait dit, ce ne serait qu'un poids mort, car je n'avais pas la structure pour le mouvoir. Il me semblait que j'étais dans un cul de sac. J'avais toujours « compenser » efficacement mon membre manquant, mais cette fois, ça ne semblait pas suffisant.

Il n'était toutefois pas question que j'abandonne et même si j'avais l'impression que ce que je tentais était voué à l'échec, je ne pouvais pas m'arrêter à ça. Je ne m'étais d'ailleurs jamais arrêtéà ce que les gens croyaient ou pensait de mon « handicap » et je les avais tous surpris, les uns après les autres, par ce que j'étais capable d'accomplir et par ma débrouillardise incroyable pour ne jamais être un poids et pour apprendre aussi vite et aussi bien que les autres. Ça avait tout de même donné du fil à retorde à mes anciens mentors et ça en donnerait sans doute à mon maître actuel également, car il devrait adapter certaine de ses méthodes d'apprentissages à mon manque. Contrairement à la majorité des mercenaires et à la totalité des envoleurs, de ce que j'en savais, je ne pourrais jamais tirer à l'arc, par exemple. L'exercice d'aujourd'hui était toutefois à ma portée et me laisser envahir par la peur ou l'appréhension ne servirait à rien. Je devais avancer, toujours avancer, et tenter d'améliorer ce qui pouvait l'être. Je ne serai jamais parfait et je n'aurais jamais de deuxième bras, mais cela n'était pas un handicap. Ça ne l'avait jamais été.

- Encore. Attention, je riposte cette fois.

Que le maître réplique ne changeait rien et c'est avec une rage nouvelle et une volonté toute particulière que je m'élançai à nouveau. Keilan semblait aussi avoir réfléchi, car je perçue un changement que je ne cherchai pas à expliquer. Si les commentaires du maître avaient eu un impact sur lui, ça ne pouvait être que positif. Je ne le regardai s'élancer que pour le talonner d'aussi prêt, passant à l'attaque. Le musclé, sourire aux lèvres, semblait heureux et surtout, il n'avait aucune difficulté à esquiver nos attaques et surtout, à nous attaquer et ce, même si nous étions deux contre lui. Cela ne me surprenait plus, mais me frustrait pourtant. Il était insaisissable et c'est à un serpent que j'avais l'impression de me confronter.

C'est à ce moment que Keilan me laissa une ouverture, plongeant pied premier pour me permettre de bondir, ce que je fis, tendant ma main sur le collier, comprenant au moment même où ma main se refermait sur du vide que je n'avais, encore une fois, été qu'un leurre. Un grand sourire éclaira mon visage. Quelle vivacité ! Cette illusion de me laisser la place m'avait trompé, alors est-ce que ça avait tromper le maître ? En voyant la main de Keilan se tendre vers le maître, j'eus un véritable espoir. Avions-nous réussi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Ven 13 Mai 2016, 19:20

Les deux jeunes hommes semblèrent écouter ses conseils avec attention, même si Dolce nota le petit air frustré de Julian. Peut-être ne comprenait-il pas  comment il devait compenser ? L’Envoleur voyait qu’il était déséquilibré, comme toute la partie droite de son corps qui était musclée dans la tension alors que sa partie gauche l’était en contraction. Le déséquilibre venait de là, et il allait falloir travailler sur ses chaines musculaires pour donner autant de puissance de contraction et de tension qu’à l’un ou l’autre. Ils allaient bientôt s’attaquer au fond du problème, Dolce y mettait un point d’honneur, pour ne pas que Julian ne perde de temps à encore trop muscler un côté par rapport à l’autre.

Même Keilan semblait ne pas s’être vexé de son intervention, et il se félicita de cela. Il percevait bien que ce jeune homme fonctionnait un peu différemment des autres apprentis, mais après tout chacun d’entre eux était différent, avec son propre vécu, ses propres faiblesses, ses propres blessures.

Ils étaient efficaces à deux, mais Dolce savait se tenir juste à leur portée pour finalement s’effacer au dernier moment. Leurs attaques audacieuses et surprenantes étaient intéressantes, leurs perceptions se complémentant assez bien, et il les voyait bien bouger. C’était ce qu’il voulait avant tout.
L’Envoleur distribua des coups. Des coups qui firent voler, qui imprimèrent des bleus sur leur peau, qui les déséquilibrèrent, sans jamais dépasser le stade de la douleur vive mais bénigne.
Il émaillait chacun de ses coups par des conseils brefs mais efficaces. « Ton genou » ; « Attention ton buste » ; « Réaligne tes pieds » ; « Ta cheville » ; « Ta cheville bon sang ! »

Au bout d’une bonne heure, il finit par arrêter l’exercice en levant un bras, un sourire sur les lèvres. L’audace et la détermination des deux apprentis n’était plus à démontrer, et il était content d’avoir pu un peu plus les cerner. Voir leur manière d’appréhender un objectif, de se battre pour l’atteindre, cela dévoilait beaucoup sur eux et c’était aussi ce qui intéressait l’Envoleur.

Le collier toujours pendant autour de son cou, Dolce l’enleva par-dessus sa tête pour le fourrer dans un sac de selle de Singa, avant de revenir vers les deux jeunes apprentis un sourire sur les lèvres.
- Vous avez de bonnes bases, de l’audace et de la détermination, ce qui est essentiel, commença-t-il dans un sourire. On va pouvoir s’appuyer sur vos mouvements pour commencer un vrai entraînement. Pour l’instant, on va partir sur autre chose : du tir.

Revenant vers Singa, l’Envoleur récupéra quatre petits poignards sans ses sacoches pour en tendre deux à chaque apprenti. Il les laissa soupeser les petites lames quelques instants, avant de prendre lui-même deux poignards.
- Commencez par vous familiariser avec. Lancez-les, jonglez avec. Julian, jongle avec un aussi, c’est important pour se faire au centre de gravité, pour commencer. Ensuite…
Il banda ses bras une seconde, lançant ses deux poignards dans un tronc un peu plus loin. Les deux lames vibrèrent en s’enfonçant dans l’écorce de l’arbre, espacées d’une quinzaine de centimètres.
- Vous tirerez avec vos poignards d’ici, pour tenter de les planter entre les miens. Montrez-moi ce que vous savez faire.

D’abord il ne leur donna aucune indication, c’était le but. Voir comment ils appréhendaient la chose, comment ils allaient adopter leurs nouvelles lames, s’ils avaient déjà lancé, comment ils lançaient… Est-ce qu’ils auraient les bons réflexes ? Leur lame leur parlait-elle ?

Un sourire sur les lèvres, Dolce s’effaça un instant pour voir les deux jeunes hommes évoluer.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keilan Fil'Areen
Groupe Uklin
avatar

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 19/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Syndrome d'Asperger

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Lun 16 Mai 2016, 21:47

Je sentis très nettement la lanière de cuir entre mes doigts mais Dolce était visiblement un homme de parole, et sa réplique fut douloureuse. Serrant les dents, j’enchaînai néanmoins, lançant mon bras gauche pour essayer de le toucher lui, au moins. Et bien, ce fut lui qui me toucha.

Tellement de fois qu’au bout d’un moment je cessai tout simplement de compter les coups. C’était rare que j’abandonne mes calculs rassurants et je reculai légèrement, interloqué ; étais-je déjà si fatigué que je ne parvenais plus à réfléchir ?

- Ta cheville, bon sang !

Je rectifiai aussitôt ma position.

Et en même temps, je compris . Je sus enfin ce qui provoquait ma « distraction », ce changement intérieur qui me laissait presque dans un état second : j’écoutais Dolce. Je l’écoutais et chaque mot qu’il prononçait s’imprimait en moi aussi sûrement que s’il les avait tatoués sur ma peau. J’étais si concentré que je ne vis pas la perplexité de Julian à propos des conseils de l’Envoleur, si appliqué que je cessai de me préoccuper d’une quelconque stratégie afin de fouiller dans mes connaissances.

J’attaquai Dolce avec mon expérience et le laissai briser la certitude de mon talent sans broncher. Chaque fois qu’il frappait mon poignet, mon bras, mon épaule, mon genou ou mon tibia, je comprenais que ce que j’avais pris pour acquis n’était rien de plus qu’un grain de poussière dans la technique parfaite de cet homme.

J’étais frustré de me sentir si démuni face à lui mais, d’un autre côté, je crois que redevenir un novice me plaisait. Ce sentiment partagé m’occupa jusqu’à ce qu’il annonce la fin de l’exercice. Je m’aperçus que j’étais en nage et que j’avais le souffle court, et j’essuyai mon front d’un revers du bras tout en songeant que, avec l’équipage de la Furie, les entraînements n’avaient jamais été aussi prenants que celui-ci.

Et puis, brusquement, cette pensée m’agaça terriblement. J’en avais assez d’être sans cesse ramené en arrière par les souvenirs d’une vie qui ne m’appartenait plus vraiment. Il était temps que je me concentre sur le présent ! Haussant les épaules presque rageusement, je m’éloignai un peu des deux hommes. Ils s’étaient immobilisés mais je demeurai toutefois méfiant.

- Vous avez de bonnes bases, de l’audace et de la détermination, ce qui est essentiel, lança Dolce, et l’on sentait son sourire dans sa voix. On va pouvoir s’appuyer sur vos mouvements pour commencer un vrai entraînement.

Je restai impassible, comme à mon habitude, mais mon cœur tressaillit à la fin de cette phrase. Le vrai entraînement… L’expression mystérieuse de Syles traversa fugacement mon esprit et je secouai la tête. Pour l’instant je n’avais pas envie de trop y croire. Ce que cette voie et ce que cet homme allaient m’apporter, je voulais d’abord le constater avant de l’apprécier.

- Pour l’instant on va partir sur autre chose : du tir.

J’arquai un sourcil, intrigué par ce changement presque radical de domaine, puis je me raidis instinctivement lorsque Dolce s’approcha de moi. Il déposa dans mes mains deux poignards, m’ôtant la possibilité d’utiliser les miens.

J’aurai préféré me servir des miens.

Mais je refermai les doigts sur les manches inconnus et restai silencieux. J’attendais la suite. Elle m’intéressa. Dolce avait planté ses lames dans le tronc d’un arbre. Il avait exécuté son tir sans prétention mais une fois encore je restai stupéfait devant l’efficacité et la rapidité de son mouvement.

Je baissai les yeux sur les armes qu’il m’avait attribuées. Simples, elles avaient un poids que je jugeais idéal. Je n’étais pas trop mauvais avec un couteau entre les mains. J’étais en revanche plus doué pour trancher une gorge que pour lancer un poignard à l’endroit escompté. Du coup, je décidai de suivre le conseil de Dolce : je me mis à jouer avec les lames, lançant la première en l’air pour la rattraper avec le manche, puis la seconde. Je les fis ensuite tourner entre mes doigts.

Sans me soucier de savoir si Julian était prêt ou non, je me plaçai devant le tronc et exécutai mon premier lancer. Je tenais le couteau par la lame, comme j’avais déjà vu Naja le faire, et le résultat fut décevant : l’arme heurta l’écorce sans s’y planter. Au moins, elle avait touché le bon arbre… Viser n’était pas la difficulté première. Le vent non plus. A mon humble niveau, j’étais capable de trouver un défaut de position, et je lançai mon deuxième couteau en me mettant moins de profil et en armant mon bras différemment.

Cette fois, mon échec me tira un grognement agacé. Le sang bouillait déjà dans mes veines. Ma position était meilleure, c’était la façon dont je tenais l’arme qui posait problème. Je pris ma décision en un clin d’œil et tirai de ma botte gauche un poignard dont j’avais fait l’acquisition sur un navire marchand. Je le lançai en l’air et le rattrapai par le manche, puis l’envoyai directement vers le tronc.

Il se planta dans l’écorce, quelques bons centimètres plus bas que la zone indiquée par les poignards de Dolce, mais dans l’écart délimité par ceux-ci. Satisfait, je récupérai les trois lames puis je m’éloignai un peu, laissant à Julian tout l’espace nécessaire à ses tirs. J’étais curieux de le voir à l’œuvre, lui qui n’avait qu’un seul bras.

Mais j’étais plus curieux encore d’entendre la réaction de Dolce.

Comment jugeait-il ma prestation ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Lun 06 Juin 2016, 18:28

[ Je continue, mais Julian tu peux toujours revenir sans soucis Wink ]



L’hésitation de Keilan n’échappa pas à Dolce, quand il lui tendit les poignards. Ce garçon n’était pas à l’aise avec la proximité physique, apparemment, mais seulement sous certaines circonstances… Car durant le combat, sa bulle intime s’était considérablement réduite.
Intéressant, et intriguant.
L’Envoleur comprit également que le jeune homme n’était pas certain d’apprécier les nouvelles lames. Son regard et son froncement de sourcils étaient équivoques, à cet égard, mais cela ne changea rien pour Dolce : ils devaient s’adapter aux nouvelles armes qui étaient à leur disposition. Lors d’un combat réel, on peut en venir à voler l’arme de l’adversaire et s’en servir. Dans ce cas-là, il fallait s’adapter, et rapidement, à un nouveau centre de gravité, un nouveau poids, pour pouvoir être efficace et ne pas provoquer d’ouverture.

Ils n’en étaient pas encore là, mais chaque petit pas amenait à considérer les futures situations dans lesquelles ils pouvaient se mettre. Pas question, pour l’Envoleur, d’enseigner quelque chose de non-applicable, ou qui demande de revenir sur des acquis pour les modifier. C’était contre-productif, mais surtout, ça amenait à avoir des réflexes pas nécessairement adaptés aux situations.

Dolce observa donc l’apprenti jouer avec son poignard quelques secondes, avant de se placer devant le tronc d’arbre pour exécuter son premier tir.
Il arma son bras, et l’Envoleur put clairement voir qu’il n’était pas à l’aise avec l’exercice de lancer de poignard. Un léger sourire étira ses lèvres alors que le premier tir ne faisait que rebondir contre l’écorce, tout comme le second. Commencer par lancer par la lame alors qu’on était débutant, ce n’était pas une bonne idée et pourtant Dolce ne fit pas de remarque tout de suite car Keilan venait d’attraper son poignard à sa ceinture.
Et ce troisième tir se planta dans l’écorce. Trop bas, certes, mais c’était une amélioration par rapport aux deux précédents.  

Un sourire flottant sur le visage, Dolce hocha légèrement la tête alors que Keilan s’éloignait de l’arbre et semblait attendre un avis sur ses tirs.

- Tes pieds ne sont pas assez ancrés dans le sol, Keilan. Et ta position est trop exagérée. Tu n’étais pas à l’aise avec les poignards que j’ai donnés, et à partir du moment où tu as utilisé le tien, c’était comme si tu lui faisais plus confiance et que… tu as laissé plus ou moins ton instinct te guider. Tu as moins réfléchi, en tout cas.

Si c’était une première fois, c’est très bien. Mais il va falloir que tu saches t’adapter à de nouvelles armes. Déjà parce que l’on ne va pas se contenter d’utiliser les tiennes, et ensuite parce que dans la réalité, tu peux perdre la tienne, tu peux être amené à en récupérer d’autres, à en utiliser d’ennemis ou autre,
 commença-t-il tranquillement. Tu vas recommencer. Sans ton poignard. D’ailleurs, tu as lancé en le tenant par le manche, c’est comme ça qu’on lance un poignard pour commencer. Le faire tourner n’est pas nécessaire et peut faire perdre de la force au lancer.   Attrapant un poignard à sa ceinture, Dolce prit cette fois le temps de détailler la position dans laquelle il s’était mis pour lancer efficacement sa lame.
Le pied en arrière, légèrement de trois-quarts, le bras armé à la hauteur de l’épaule pour une énergie cinétique plus efficace, les pieds solidement ancrés dans le sol.
Et suivre son arme comme si elle était une extension de sa volonté.

- En réalité, tu ne dois pas réfléchir en te disant «  je veux viser là », mais plutôt en considérant la lame comme une extension de ton corps, une extension de ta volonté. Accompagne ton arme jusqu’au bout, ne te contente pas de t’en débarrasser le plus rapidement possible. Dolce sourit tranquillement à Keilan avant de lancer son poignard qui se ficha juste au-dessus d’un autre. A toi.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Ikoya
Groupe Razylm
avatar

Nombre de messages : 35
Citation : Avancer. M'appuyer sur ce que j'ai vécu. Sur ce que j'ai fait. Bien et mal. Sur mes forces et mes faiblesses. Mes joies et mes regrets. Mes remords. Avancer.
Date d'inscription : 13/03/2016

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Il n'a pas de bras droit

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Sam 11 Juin 2016, 15:13

[Désolé pour tout ce temps de réponse, j’ai été très prise ces derniers temps :/ ]



L’exercice, au final, fut extrêmement enrichissant. Le maître ne faisait pas que distribuer des coups au hasard et il semblait que lorsqu’il nous touchait, il y avait toujours un objectif de nous corriger et de nous montrer nos erreurs pour que nous puissions nous améliorer. C’est en silence que je tentais de mon mieux de suivre les conseils du musclé et de les appliquer, même si dans le feu de l’action, mes vieux réflexes reprenaient facilement le dessus sur les nouvelles connaissances que je tentais d’enseigner à mon corps.

Lorsque notre maître interrompu l’exercice, je sentais déjà les courbatures pointer le bout de leur nez, sans compter sur les contusions qui, j’en avais l’impression, recouvrait mon corps au grand complet. C’est souriant, toutefois, que j’envisageai la suite de ce cours qui s’avérait être particulièrement enrichissant. J’étais rarement aussi heureux que dans ces situations d’apprentissage et ma soif de connaissance, qui ne semblait jamais vouloir se tarir, semblait s’étancher en partie grâce à ces enseignements. J’aimais apprendre. Je voulais en savoir encore plus, toujours.

- Pour l’instant on va partir sur autre chose : du tir.

Un sourire franc éclaira mon visage. Ça, c’était nouveau ! Espérant un instant qu’il ne parlait pas de tir à l’arc, mes craintes furent rapidement apaisées lorsque le maître plaça entre mes mains et entre celles de Keilan des poignards. C’était un exercice qui était particulièrement intéressant, car je n’avais jamais appris à lancer ces lames, ou n’importe quel autre, d’ailleurs. On m’avait entrainé au corps à corps, mais jamais avec une arme à distance, sauf peut-être la lance, même si je ne maîtrisais pas vraiment cette arme non plus. Peut-être mon manque symétrie avait découragé mes anciens mentors? Dans tous les cas, mon maître actuel ne semblait pas être découragé par le défi que je représentais.

Suivant les conseils qu’on m’avait promulgué, j’essayai de jongler avec la lame, la faisant pirouetter dans les airs et le plus souvent tomber au sol, car je n’avais aucune idée comment la rattraper sans me couper. Ce n’était pas de simples jouets et je n’avais aucune envie de perdre un membre de plus, dans un exercice qui plus est, même un simple bout de doigt. Je soupesai la lame comme je l’aurais fait avec un sabre, seule manière que je connaissais de m’habituer à une nouvelle lame. J’avais d’ailleurs déposé ma propre arme sur le sol, conscient qu’elle risquait de me gêner lors de ce nouvel exercice. Continuant de jouer avec les poignards, je trouvai leur point d’équilibre, fit tenir les lames à la verticale sur le bout de mes doigts et fit quelques feintes, qui me firent me rendre compte qu’avec une lame aussi courte, le style de combat devait être radicalement différent qu’avec mon arme habituelle. Une autre chose que je devrais apprendre !

Lorsque le maître lança les deux poignards sur un tronc d’arbre, désignant ainsi une cible, je grimaçai un peu. Il avait été si rapide que je n’avais pas eu le temps de voir comment il lançait, ce qui était peut-être le but. Cependant, un peu mal à l’aise devant ces armes qui m’étaient inconnues, je laissai Keilan débuter l’exercice. Visiblement, il n’était pas à l’aise non plus, mais pas de la même façon que moi, bien que je n’aie pas pu deviner la cause de son malaise. Je détaillai sa technique, comprenant en voyant les armes rebondir sur la cible que sa technique n’était pas parfaite. Toutefois, lorsqu’il utilisa le poignard qui lui appartenait, son attitude changea radicalement et le poignard se planta tout près de la cible, me tirant un sourire surpris. Il savait tirer, peut-être pas parfaitement, peut-être pas avec n’importe quel arme, mais il savait tout de même tirer !

Le maître l’arrêta un moment, lui promulguant des conseils qui me furent utile, puisqu’il détailla cette fois la manière dont il fallait lancer, proposant de tenir l’arme par le manche plutôt que par la lame. Testant la position, imitant le mouvement du maître sans lâcher la lame, je fini par m’avancer vers la cible, un peu plus confiant. Devant la cible, je lançai ma lame une première fois. Les pieds bien ancré dans le sol, légèrement de côté, le bras bien haut, je lançai la lame avec force… sans succès, puisque celle-ci tomba stupidement sur le sol à quelques mètres de moi, bien loin de la cible que j’avais sans aucun doute quitté des yeux. Me reprenant avec l’autre lame, j’armai à nouveau mon bras, essayant « d’accompagner le poignard », même si je ne savais pas vraiment ce que cela pouvait vouloir dire. Cette fois, la lame parcouru la distance nécessaire pour toucher l’arbre… mais elle passa à côté. Visiblement, ma technique n’était pas au point ! Allant récupérer mes lames, je m’essayai à nouveau.

Les lames défilèrent devant moi en grand nombre, tellement que je ne comptais plus combien de poignards j’avais lancé. Les conseils du maître me permirent de toucher le tronc une première fois, même si ce fut par le manche, et plus j’essayais, plus je touchais souvent la cible. Cela me semblait un bon début, mais ma lame ne se plantait pas encore dans la cible et je compris que l’utilisation de cette lame en situation réelle me demanderait énormément d’entrainement. Me promettant de me procurer des poignards après le cours pour me pratiquer, je continuai l’exercice jusqu’à ce que le maître nous interrompe. À la fin, j’avais planté deux lames dans le tronc, ce qui me semblait bien compte tenu que je lançais pour la première fois. De là à mettre ces réussites sur le dos de la chance, il n’y avait qu’un pas et je gardai une certaine humilité, conscient de n’être qu’un débutant ayant tout à apprendre.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keilan Fil'Areen
Groupe Uklin
avatar

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 19/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Syndrome d'Asperger

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Dim 12 Juin 2016, 12:37

- Tes pieds ne sont pas assez ancrés dans le sol, Keilan.

J’écoutai Dolce énumérer mes défauts sans rien dire. Il y en avait beaucoup que je concevais, concernant ma posture, parce que j’avais senti moi-même que ce n’était pas correct, pas propice à un lancer propre et efficace. Mais ce qui me fit grincer des dents, c’est l’allusion à mon couteau.

- … il va falloir que tu saches t’adapter à de nouvelles armes. Déjà parce que l’on ne va pas se contenter d’utiliser les tiennes, et ensuite parce que dans la réalité, tu peux perdre la tienne, tu peux être amené à en récupérer d’autres…

Je le savais ! ça ne changerait rien au fait que j’étais plus à mon aise avec des outils que je connaissais. Et puis, en l’occurrence, j’avais mon couteau avec moi. J’avais simplement voulu lui montrer de quoi j’étais capable avec. Il n’y avait rien de mal à ça, n’est-ce pas ?

- Tu vas recommencer. Sans  ton poignard.

Ouais ? Je levai le menton, soudain prêt à relever le défi. D’accord. J’allais le faire. J’allais planter sa fichue lame dans l’arbre et il allait être bien content. Comme s’il ne prêtait pas garde à mon air pincé, Dolce entreprit de faire une vraie démonstration, cette fois, et je ne pus empêcher ma franche curiosité de l’observer attentivement.

Je me retrouvai de nouveau face à la cible, un poignard étranger dans le creux de ma main. Je le fixai un instant. C’était une question de volonté. De volonté et de logique. Mes doigts se refermèrent doucement sur le manche… une extension de mon bras ? C’était une drôle d’image. Je n’aimais pas vraiment les images de ce genre mais j’avais bien compris, pourtant, ce que cela impliquait dans le lancer qu’avait effectué Dolce sous mes yeux.

« A partir du moment où tu as utilisé le tiens, c’était comme si tu lui faisais plus confiance, et que… tu as laissé plus ou moins ton instinct te guider. »

Je ne savais pas accorder ma confiance rapidement. A une personne, c’était compliqué. Mais un objet… Ce couteau avait dansé entre les doigts de Dolce, pourquoi ne pourrait-il pas en faire autant entre les miens ? Je levai la tête et me plaçai comme j’avais vu l’Envoleur le faire quelques instants plus tôt.

Les pieds ancrés dans le sol.
La posture plus franche, plus simple.
Le poignard par le manche.

Ce n’était pas le mien.
Mais…



~ * ~ * ~



C’était un moins bon tir que celui que j’avais réalisé avec mon propre couteau, mais j’avais ressenti quelque chose, en tirant, et j’avais envie de creuser un peu ça. Je regardai le poignard planté dans l’arbre, puis tournai la tête vers Dolce.

- Je peux recommencer ? Avec le même couteau ?

Tchac !

Julian venait de planter sa deuxième lame dans l’écorce. Il se débrouillait, comme moi, en calquant ses gestes sur ceux de Dolce. Ni lui ni moi n’avions trouvé notre style, il allait falloir s’entrainer dur pour cela. Mon compagnon d’arme avait l’air d’apprécier l’exercice.

Et moi aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Lun 20 Juin 2016, 19:32

Julian avait un peu plus de mal avec le poignard, il semblait presque évident qu’il n’avait jamais lancé d’armes ainsi, et ses premiers essais ne trouvèrent pas leur cible. Cependant, avec les conseils de Dolce à Keilan, ce dernier remarqua de lui-même quelques unes de ses erreurs, et l’Envoleur hocha la tête tout seul.
Cependant, il restait des erreurs majeures, notamment encore une fois du fait de la dissymétrie du jeune homme. Il lançait avec force – trop de force, déjà – mais de manière un peu trop désaxée, ce qui faisait perdre de la puissance et de la précision à son tir. Et encore, il était dans des conditions presque idéales !

Dolce demanda au jeune homme de se remettre en place et corrigea ses défauts de position à la main, tirant son épaules en arrière, tapotant dans le creux d’un genou, redressant son dos en posant sa main dans le creux de ses reins, très légèrement. Son poignard passa déjà plus proche de l’arbre, mais toujours pas dans l’axe.
- Pas autant de rotation, ne tente pas d’avoir d’effet de lame, contente-toi d’un demi-tour. Voilà. Attention tes épaules ! Redresse ton genou droit !
Les conseils émaillèrent les quelques heures qu’ils passèrent à lancer, à viser.

Dolce allait d’un apprenti à l’autre, n’en laissant aucun livré totalement à lui-même. Il donnait des conseils, mais aussi parfois se contentait de rester silencieux quand une erreur qu’il avait déjà corrigée plusieurs fois revenait. Ils devaient apprendre, mais ils devaient aussi devenir autonomes, à un certain point, dans leur apprentissage pour pouvoir s’améliorer et repousser leurs limites, même quand il ne serait pas là. Surtout quand il ne serait pas là. C”étaient les expériences de la vie qui forgeaient, et s’ils pouvaient avoir une partie pratique avec lui, cela n’avait rien à voir avec des situations réelles où les conditions étaient loin d’être idéales.

Keilan, quand à lui, parvint à se faire à son nouveau poignard. Il demanda s’il pouvait recommencer, et Dolce approuva. Mais il avait conscience qu’il allait devoir ruser, avec cet apprenti, pour le mettre dans des situations où il ne pourrait pas utiliser sa propre arme. Déjà, parce qu’il ne pourrait pas transporter toujours avec lui toute une panoplie de lames, bâtons et autres joyeusetés, mais surtout parce que s’adapter à un nouvel élément était quelque chose de primordial. Tout n’est qu’évolutif, et il faut pouvoir prendre en compte les changements. Le changement, c’est la clé.

Alors, ils lançaient, s’amélioraient, refaisaient des erreurs.
Et Dolce était là pour rectifier, encourager, pousser les deux apprentis.
Au moins jusqu’à ce que le soleil décline doucement, et qu’ils se remettent en route.

§§

Une bonne partie de la journée était passée, et Dolce finit par arrêter Singa en disant qu’ils campaient là. Julian avait été mercenaire, donc il ne doutait pas qu’il sache faire du feu et se débrouiller pour avoir quelque chose à manger. Finalement, sans doute que Keilan aussi savait s’y prendre, mais l’Envoleur ne prit pas de risque : il expliqua tout, ils cherchèrent des bouts de bois appropriés pour un feu, avant d’enfin se poser pour manger à la lueur des flammes.

Pas encore de partie de chasse, Dolce voulait avant cela voir comment Keilan se débrouillait avec un arc, et Julian avait besoin d’améliorer sa technique de lancer de poignard. L’Envoleur n’aimait pas l’idée de poser des pièges, dans tous les cas, donc pour lui ce n’était pas une option envisageable.
Ils grignotèrent des bouts de viande séchée, avant que l’Envoleur ne prenne le premier tour de garde.

§§

Le soleil était à peine vacillant derrière la ligne d’horizon quand Dolce se réveilla le lendemain matin. Secouant doucement mais fermement les deux apprentis pour les tirer du sommeil, il les entraîna directement dans une course à pieds. Décrassage matinal, avant de manger, histoire de se réveiller et d’échauffer tout le corps.
Cela ne dura pas exactement longtemps, peut-être trente ou quarante minutes, avant qu’ils ne reviennent à leur camp pour manger un bout…

Et faire du renforcement musculaire.
Ils travaillèrent principalement le haut du corps, au poids du corps. Dolce adaptait les exercices pour Julian, mais ne négligea surtout pas son côté droit : pour être équilibré, il falait une musculature harmonieuse, et pour cela les muscles de droite devaient être aussi forts que ceux de gauche. Il dut ruser pour parvenir à trouver des exercices qui pouvaient être réalisés de la même manière à droite et à gauche pour le dos, malgré un bras en moins.

Une heure plus tard, ils repartaient à cheval vers l’Est.
Dolce tenta d’entamer la conversation, parlant du Domaine, des Envoleurs en général, avant de passer sur d’autres sujets de conversation pour mieux connaître ses deux apprentis, les cerner et donc pouvoir savoir ce qui leur conviendrait le mieux pour la suite. Les deux jeunes hommes étaient bien différents, mais cela ne le dérangeait pas : cela avait été la même chose avec Papillon et Elya, et il savait qu’il pouvait parvenir à adapter ses exercices à chacun. De plus, Julian représentait un vrai défi, avec son handicap physique, tandis que Keilan semblait avoir quelque chose de particulier aussi, mais rien de physiquement palpable.
Il les laissa donc poser des questions s’ils le souhaitaient, autant l’un que l’autre.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keilan Fil'Areen
Groupe Uklin
avatar

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 19/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Syndrome d'Asperger

MessageSujet: Re: Groupe Razylm - cours n°1   Ven 26 Aoû 2016, 12:23

[Pioup ! J'ai pris la liberté de répondre avant Julian, histoire de relancer le cours - mais surtout, si ça ne vous convient pas, vous sonnez-moi !!! mrred]



Recommencer.
Encore, et encore, et encore. Dolce avait approuvé ma demande et, quand il arrêta l'exercice, je ne sentais plus mon bras. Ou plutôt si, je le sentais trop bien : mes muscles protestaient, indignés, et je fis doucement rouler mon épaule. Je savais qu'au fil du temps les douleurs allaient s'amenuiser, pour finalement disparaître. Oui mais... dans combien de temps ?

Je récupérai une dernière fois la lame de Dolce et l'observai dans ma paume, songeur. M'adapater, hein... J'étais réticent. Je n'avais pas envie que cet homme me change complètement. J'étais moi, Keilan Fil'Areen. Pas besoin que je devienne quelqu'un d'autre uniquement pour répondre à la fonction d'Envoleur. Pourtant, alors que mon maître se remettait en route et nous entraînait vers de nouvelles aventures, je ne pus m'empêcher de me demander si c'était ce qu'il avait réellement en tête.


~*~*~


Ce soir-là, j'étais perclus de courbatures et d'une humeur passablement maussade. En fait, plus le temps passait et plus je m'interrogeais. Est-ce que j'avais fait le bon choix en venant jusqu'ici ? En trouvant cet homme qui ne semblait rencontrer aucun doute, aucun obstacle qui vienne écorner, ne serait-ce qu'un petit peu, le calme dont il faisait preuve à chaque instant ?

J'étais intrigué. Voilà pourquoi je restais malgré mon appréhension et mes questions. J'avais envie de voir ce que ce Dolce pouvait nous apprendre. Nous montrer. Nous donner. Il ce contenta pour l'heure de nous enseigner l'art de dresser un camp et de faire un feu. C'était nouveau pour moi, même si ma débrouillardise et mon perfectionnisme ne me laissaient pas totalement dépourvu.

En même temps, je découvris que, dans un camp – aussi petit soit celui-ci – chaque membre du groupe – aussi petit soit-il également – avait sa place, son rôle, ses propres tâches. Exactement comme sur le pont d'un navire. Rassuré par cette idée, je m'ouvris un peu plus aux conseils de Dolce et à la technique de Julian.

Je m'endormis fatigué.
Assailli de questions sans réponses.


~*~*~


A l'aube, Dolce nous réveilla pour aller courir. Les yeux encore gonflés de sommeil, je me débarrassai de ma couverture, ôtai mon haut, grimaçant un peu lorsque l'air vif des premières du jour embrassèrent la peau nue de mon torse, et vint accorder ma foulée à celle de l'Envoleur. Chaque conseil que celui-ci avait émis la veille me revint en mémoire. Je m'appliquai à les suivre, assouplissant mes gestes, sollicitant moins mes talons, ménageant mes articulations.

La séance d'endurance fut courte. C'était un échauffement dont l'efficacité était réelle : j'étais complètement réveillé à présent. Dolce entama alors une série de renforcement musculaire. J'étais surpris par l'attention qu'il portait à l'entretien du corps. Il était évident que c'était un principe fondamental de cet enseignement ; dans la piraterie, c'est chacun pour soi. Celui qui ne prend pas soin de son corps en assume lui-même les conséquences.

Reposé et attentif, je prêtai attention aux encouragements et surtout aux conseils que Dolce dispensa à Julian. Son bras en moins nécessitait quelques ajustements qui ne semblaient pas destabiliser notre maître, me tirant un froncement de sourcils. C'était ça, s'adapter ? Secouant la tête, je me concentrai sur ses paroles. Et me les appropriai. J'avais deux bras, moi, mais aucune certitude qu'un jour je n'en perdrais pas un !

Une heure plus tard, de nouveau juché sur Thunder et en route vers le soleil, le corps et l'esprit détendus comme ils l'avaient rarement été, je me laissais griser par la beauté du paysage tout en écoutant d'une oreille distraite une discussion tranquille entre Dolce et Julian. J'intervenai de temps à autre, surtout lorsque l'on attendait mon avis, mais je préférai les écouter plutôt que de les rejoindre.

Dolce, pourtant, semblait attendre que je me lance. Dans quoi, exactement ? Tant de questions brûlaient mes lèvres... Etait-ce le moment d'accaparer la conversation pour les poser ? Julian n'avait pas l'air pressé mais il était plus à l'aise que moi, c'était évident. Fichues intercations humaines. Je passai la main dans les crins de ma jument pour me laisser le temps de prendre une inspiration.

D'accord, alors. C'est parti.

- Pourquoi les Envoleurs n'existent-ils que dans le secret ? Que peut-il y avoir à cacher au reste du monde ?

J'avais sorti le menton de mon écharpe.
Prêt à suivre cette discussion malgré tout...

__________________________________________

"Je ne suis pas un psychopathe. Je suis un sociopathe de haut niveau."


[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Groupe Razylm - cours n°1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Groupe Leenio - Cours n°5
» Groupe Humo - Cours n°3
» Groupe Bizya - Cours n°2
» [NOV] Premier cours de vol : Travail de Groupe
» cours de latin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Jeit-
Sauter vers: