AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 La marche saoule de l'ombre

Aller en bas 
AuteurMessage
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 298
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 19
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: La marche saoule de l'ombre   Jeu 25 Fév 2016, 18:11


Chapitres écrits :


Zui Quan ou comment exercer une restreinte. (PASSÉ)

When you find out she doesn't care for you...

She's candy coated misery. (PASSÉ)

Betrayal is the only truth that sticks... (PASSÉ)

Make Way for the Sheperd of Fire

Me and my broken heart... (PASSÉ)

Dirty Angel

Let us always remember our first, shy smiles (PASSÉ)

Two hearbeats resounding together in solidarity (PASSÉ)

In case we never  meet again Part 1 ; I'll burn your image into my mind. (PASSÉ)

In case we never meet again Part 2 ; I make this promise here and now (PASSÉ)

In case we never meet again part 3 (Finale) ; we must keep moving forward (PASSÉ)

Chapitres en cours d'écriture :

X

Chapitres à venir (Bientôt) :

X

__________________________________________



HRP:
 


Dernière édition par Tsukia Til'Werin le Mar 01 Jan 2019, 08:12, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 298
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 19
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: La marche saoule de l'ombre   Jeu 25 Fév 2016, 20:26

Zui Quan ou comment exercer une restreinte
PASSÉ

PAS DE ZUI QUAN DANS CETTE MAISON! JE CROYAIS AVOIR ÉTÉ CLAIR!

Je soupire, à moitié tenté de rappeler à mon paternel que la citadelle n'est pas une maison, mais une tour. Il as toujours été comme ça, il aime ma mère comme un fou, mais déteste le Zui Quan... Forcement, il déteste aussi l'alcool et n'arrête pas de dire qu'il s'agit là d'un art martial pour ceux qui n'on pas d'honneur.

Je n'ais jamais compris ça. En quoi boire affecte l'honneur? Après tout le secret du Zui Quan réside dans la dose, il faut être assez saoul, mais pas trop. C'est à peine si j'entend le reste du discours de mon père. D'accord, je me suis battu en dehors d'un duel. D'accord, j'ai utiliser le Zui Quan... Mais c'est pas comme si j'avais but avant... Je l'ais pratiqué sobre, ou presque, et ce n'est pas de ma faute si l'autre imbécile s'est cassé un bras en tombant...

Je pouvais pas prévoir qu'il me chercherait des noises alors qu'il est même pas capable de se défendre, enfin! Et puis c'est lui, qui avait une épée... J'ai même pas le droit de sortir avec la mienne à cause de mon père.

Croisant les bras sur ma poitrine, je regarde mon père viré au rouge alors que ma mère tente de prendre mon parti dans la dispute.


ET BIEN SI VOUS VOULEZ TELLEMENT PRATIQUÉ CETTE BLASPHÉMIE, PEUT-ÊTRE QUE VOUS DEVRIEZ PARTIR!

Je ne prononce pas un mot, me lève et vas préparé mes affaires. Ce n'était qu'une question de temps, de toute façon, mon bannissement de la citadelle était en attente d’approbativement, alors autant partir tout de suite. J'entend mes parents me demander où je vais, mais ne leur porte pas attention.

Il y as un monde à découvrir, dehors.


~~~

Six mois. Six mois que j'ai quitter la citadelle. Ce travail de serveuse n'est pas si mal, Al-Chen est une belle ville...

Mais je voudrais quand-même pouvoir revoir mes parents de temps en temps, revoir mon frère...

Mais ça m'est impossible. J'ai été officiellement banni deux jours après mon départ, me donnant à peine trois jours depuis la mort de mon frère pour me remettre.

Je souris en passant devant un client, puisque je ne dois jamais sembler être autre chose qu'heureuse. J'enferme ma mélancolie et ma tristesse au fond de mon coeur, derrière mon masque de joie simulé.

Un autre verre m'est offert, que je bois avec un clin d'oeil... Au moins l'alcool et le Zui Quan m'aidait à oublié, à trouvé la paix. Un homme, en vêtements sombres, m'observe depuis un bon moment depuis le fond de la salle et je m’efforce de faire semblant de ne pas le voir...

S'il tentait un truc, il serait surpris. Il ne faut pas m'énerver quand je suis saoul ou de mauvaise humeur et en ce moment, je suis un peu des deux.

__________________________________________



HRP:
 


Dernière édition par Tsukia Til'Werin le Ven 17 Juin 2016, 14:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 298
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 19
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: La marche saoule de l'ombre   Dim 12 Juin 2016, 22:24

When you find out she doesn't care for you...


Alors, ma jolie, tu veux un autre verre, ou un peu de compagnie peut-être? Eheheh...

Je ne réponds pas, le gros bourru qui dit des saloperie se prenant seulement un tabouret par la gueule sans que je ne le regarde en commandant un autre verre au patron.

Pas assez but, j'arrive encore à y voir clair, j'arrive encore à ressentir un truc. C'est pas juste.

Moi j'aide, j'amuse, je joue, j'aime...

Puis on me renvoie valser comme si de rien était, on m'envois balader en me disant que j'ai été stupide... Et bien tant pis, au diable tout le monde, Ekart, Aivy, Syndrell...

Qu'ils brûlent en enfer... Moi j'y suis déjà. L'alcool n'est même plus capable d'atteindre mes veines, même plus capable de réchauffer mon coeur en miettes...

Si j'en ais encore un, de coeur, tient, certains diraient que non vu comment j'ai rembarré Aivy bien comme il faut, mais je m'en fou, ce n'est plus important, plus rien ne l'est. Le patron comprends enfin, me laissant la bouteille...

Ouais, va en chercher une autre mon gars, parce que je ne crois pas sortir d'ici avant un sacré moment... La chambre miteuse qui m'attends à l'étage à la fin de la soirée, tanguant sur mes pieds mais toujours douloureusement lucide, ne me fais ni chaud ni froid alors que j'ouvre la porte et la referme derrière moi pour me laisser glisser le long de celle ci.

Après l'alcool, mon corps continue son cercle infernal des deux dernier jours... L'alcool, puis les larmes.

Des sillons de fatiguent se creusent le long de mes yeux, des poches violacés qui doivent êtres laides à voir, mais je m'en fiche. Tout comme je me fiche du patron qui, voulant bien faire, m'offre des petits repas gratuits auxquels je ne touche pas.

J'ai déjà fait une tournée dans ce bar... C'est d'ailleurs ici que tout à commencer, me dis-je en me rappelant la fameuse bagarre, la léchouille, la peluche...

Syndrell.

Mes larmes redoublent sous cette pensée qui fout un coup de botte dans les morceaux de mon âme. Tout ça, c'était un mensonge, une connerie pour enfants, un jeu stupide, une illusion à la quelle j'avais crus... Je n'était pas un hamster, Syndrell n'était pas une loutre, Ciel n'était pas une peluche, elles n'étaient pas des soeurs de coeurs ou un peu plus...

Mon second cours arrive bientôt, je ne devrais pas être ici à boire, je devrais être à l'académie, à m'entraîner...

Mais à quoi bon, vous m'avez vus un peu? Je n'suis pas marchombre, même pas apprentie... Moi, je ne suis qu'une idiote qui a crue à des illusions. Et puis de toute façon, j'ai entendue les rumeurs, on dit que la plupart des élèves quittent avant la fin de leurs cours alors...

Personne ne va remarquer mon absence, seulement, tient... Aivy sera bien contente de ne plus me voir après tout ça et Libertée se dira que ce n'était qu'une autre apprentie qui a trouver tout ça trop dur, trop impossible...

Une autre idiote qui s'est barré. C'était pas faux, au fond, moi qui me voyait déjà marchombre, qui m'imaginait presque prof, avec des apprentis bien à moi... Moi, l'idiote qui s'est voiler la face.

Au fond, j'ai même trahis Lyke, le pauvre, puisque je lui ais dis que je n'avais rien à voir avec le fait que Dolce ais quitter Syndrell, mais c'est moi qui l'ais entraîner dans tout ça, au fond, avec mes conneries.

C'est que moi qui suis idiote. Je me suis imaginer des trucs et c'est tout... J'ai voulue faire ma gamine endormie qui rêve à des bonbons et des gâteaux et voilà, c'est le grand réveil, je suis adulte et l'empereur a créer une lois contre les bonbons et les gâteaux.

Bon, pas réellement, la loi...

Mais les sucreries me lève le coeur dernièrement, alors c'est tout comme...


It ain't right with love to share,
When you find she doesn't care for you...

It ain't wise to need someone,
As much as I depended on you.

Oh, it's a heartache,
Nothing but a heartache.

Love her till your arms break,
Then she lets you down...

Une autre journée...

Une autre saloperie de bouse de journée.

Je me lève du sol sans même passer une main dans mes cheveux en batailles, je devrais tout couper pour plus avoir à en prendre soin, mais j'ai même pas la force de faire ça, alors je laisse juste comme ça...

Me levant difficilement, je descend les escaliers vers le bar, le patron m'envoyant un de ces coups d'oeils qu'on envois à une pauvre loque... Ouais, je sais que j'en suis une, merci du rappel.

Je prend lentement le verre qu'il me tend pour me l'envoyer aussi, sachant très bien que l'or que je lui ais donner m'assure au moins une semaine ici à boire et à dormir sans questions sur l'addition.

C'est mon père, qui avait raison, à faire du Zui Quan, je me voilais la face... Ça m'empêchait de voir tout ça, toute cette...

Chienne de vie...


It's a fools game,
Standing in the cold rain,
Feeling like a clown...

It's a heartache,
Love her till your arms break,
Then she lets you down...

It's a fools game,
Standing in the cold rain...

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 298
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 19
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: La marche saoule de l'ombre   Ven 17 Juin 2016, 14:35

She's candy coated misery.
PASSÉ

Tout le monde m'observe.

Même les serveuses, non, particulièrement les serveuses. Prisent entre l'envie de me tuer pour attirer tout les regards et de me faire du charme comme tout les autres présents...

Tous sauf un, qui, lui, a l'audace de glissé sa main autour de ma taille pour m'attirer vers la sortie en s'adressant à tout ces yeux curieux de me voir sans ma jupe.


Pas celle là, messieurs, celle là, c'est une diablesse déguisée.

Les gens semblent plus ou moins se désintéressés, se disant que je suis déjà prise, et moi ça m'amuse pas, j'ai déjà dis à Eckart de me laisser m'amuser quand je suis dans mon rôle de Talia...

Et pour me venger un peu je laisse échapper un léger gémissement quand il frôle ma taille, justement, qui fait revenir tout les regards affamés d'un instant plus tôt sur moi.


You better take it from me,
That girl is like a disease.

You’re running,
You’re trying,
You’re trying to hide...

And you’re wondering why you can’t get free.

She’s like a curse,
She’s like a drug.

You get addicted to her love.

You wanna get out but she’s holding you down...

‘Cause you can’t live without one more touch.

Ah il se gêne pas pour charmer, lui, par contre, hein, me dis-je en voyant la petite serveuse qui sort d'une allée sombre, les cheveux en batailles et les vêtements rapidement replacés qui rougis d'un coup en l’apercevant.

Je me demande un instant si elle sait seulement que son vrai nom n'est pas Eldrik...


Run,
Run away...

Don’t let him mess with your mind,
He’ll tell you anything you want to hear.

He’ll break your heart,
It’s just a matter of time.

But just remember...

Ah, les toits d'Al-Chen... C'est drôlement joli, le ciel d'automne, quand c'est vu de si prêt.

Le touché sur mes épaules, d'un coup, me fais un peu frissonné.

Ça, ce n'est pas cet emmerdeur d'Eckart, me dis-je en me reculant un peu dans ces bras qui m'entoure les épaules et cette tête sur l'un des miens.

C'est une belle nuit, la pleine lune est claire, jolie.

Pourtant une petite larme coule sur ma joue en entendant ce murmure qui se propage dans mon cerveau un instant avant que la chaleur humaine derrière moi ne se dissipe et qu'une petite mélodie ne résonne dans l'air de la nuit.

Cette mélodie là, ce n'est pas pour Talia, qu'elle est... Ni totalement pour Tsukia.

Elle est pour moi, toute entière, complète.

J'ai envie de me retourner, de le retenir, de lui dire de ne pas partir, que l'on peux continuer à voyager, que ces débuts de sentiments ne sont pas si grave qu'il ne le pense, que ça ne change rien...

Mais je n'ais pas la force de lui mentir.

Donc je le laisse partir...

Et je pleure doucement sous le regard de la lune.


We’re a good time,
Cowboy casanovas,
Leaning up against the record machine.

Looks like a cool drink of water,
But we’re candy-coated misery.

We are devils in disguise,
We're all snakes with blue eyes.

And we only comes out at night,
Gives you feelings that you don’t want to fight.

You better run for your life...

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 298
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 19
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: La marche saoule de l'ombre   Mer 25 Jan 2017, 07:45

Betrayal is the only truth that sticks...


Traitresse...

Elle salit le nom des frontaliers..!

Quelqu'un devrait lui apprendre les manière!

Et dire qu'elle as droit au jugement par combat, pour une telle trahison!

Ah, ne t'en fais pas mon pote, elle va se battre contre le champion de sa propre maison, elle ne pourras jamais vaincre.

J'espère qu'elle pourrira dans l’arène, vous vous rendez compte? Son propre frère..!

Tout le monde me juge.

Je suis paradé comme une criminelle... Non, je suis une criminelle. J'ai même les menottes aux poings et aux pieds.

On me les enlèves justement puis on me pousse... L'arène de combat. Il y a foule pour voir mon exécution. Forcément... Le juge, un des vieillards du conseil, un supposé sage, se lève pour dicter les règles... Et surtout le prix à gagner.


Silence!

Tsukia Til'Werin, pour les crimes d'assassinat d'un noble, de complot contre un membre de notre société, de rébellion et de haute trahison envers la famille Til'Werin, pourtant si prestigieuse, en tuant votre propre frère, vous serez jugé aujourd'hui selon nos traditions les plus anciennes.

Contre un champion de votre famille choisie par vos meilleurs et le conseil des anciens vous vous battrez à mort, gagnez et vos crimes seront pardonnez, votre frère sera, officiellement, mort en duel. Perdez et votre nom sera à jamais effacé de l'histoire, votre corps laissé au bêtes sauvages et votre mémoire, laissé aux oubliettes.

Que le champion entre..!


Tout le monde cris pour ma mort... Et le champion en question entre.

Belle blague, il fait même pas partie de ma famille, c'est un colosse de plus de deux mètres... Avec une épée plus grosse que moi, un bouclier aussi énorme que son torse et ses jambes combinés.

Le garde qui m'as détaché me donne mon arme, mes vêtements sont en lambeaux et je n'ais pas droit à l'armure... Mon arme, une simple lame de poignet, une de ces armes qui n'est plus utilisée depuis des siècles... Une lame qui se porte pour qu'elle soit sur le dos de ma main droite, une extension de mon bras.

Je la pose en place sur ma main, le champion a droit, pour mes crimes, à trois alliés, trois hommes au cerveau de Thül, mais avec les corps de frontaliers.

Ils se mettent en garde, sûr d'eux, contre ma lame, ils sont sur de gagner...

Idiots.

Je m'élance le corps en avant, les bras derrière, je ne porte pas d'arme...

Je suis l'arme.

Le premier aperçoit mes yeux et je le vois trembler.

C'est mignon, qu'il tremble.

Il n'as jamais été la proie avant.

Entre ces murs, son cris résonne comme entre les murs de Carcassonne.

Ma lame lui coupe le poignet, puis mon pied frappe sa jambe de côté et la casse. Il tient mon arme à distance avec son bouclier, effrayer.

Vengeance.

Il me faut ma vengeance.

Peut importe le prix, même s'il s'agit de mon humanité.

J'entends des cris de surprise ou de dégoût. Les hommes devant moi reculent d'un pas quand le sang gicle entre mes dents, puis je lâche le corps sans vie, je ne m'occupe pas de la large tâche de sang à ma mâchoire.

Ils voulaient un monstre, ils en ont un.


Sans mon frère je suis seule, ils m'ont laissé toute seule...

Je vais les tuez.

Le gros costaud reste sur place, il ne se laisse pas impressionner facilement... Ses potes, eux, reculent encore d'un pas alors que j'avance.

La gorge de l'autre mec était bien tendre...

Ça lui apprendras à ne pas porter son gorget, tient.

Je m'approche doucement, si doucement... Puis je commence à courir, un feu, non, un brasier dans les yeux.

C'est eux, ils l'ont tué..!


Le premier des types lâche ses armes et tente de s'échapper... Trop tard, ma lame a déjà rencontrer sa colonne vertébrale.

Il s’effondre sans un cris... Dommage, je veux qu'ils souffre pour ce qu'il ont faits... Mille fois plus que je ne souffre moi même..!

Le second m'attaque avec des larmes de peur aux yeux.

Je bloque sans problème son offensive, c'est n'importe quoi. Il fait un coup de travers et je lui tords le poignet pour lui piquer son épée de ma main gauche et lui trancher la tête avec.

Elle va rouler jusqu'au pieds du dernier...

...Le dernier...

...Le champion...

...L'héritier.

Il est responsable de la mort de mon cher frère... Et sa famille au complet aussi...

Je les tuerez tous.

Il se protège derrière son bouclier et charge, donnant un coup de sa massive épée en même temps, je l'évite, je suis forte, mais pas assez pour bloqué ça... Il me vois venir dans mes mouvements et frappe du bouclier, je réussis à bloquer de mes lames, mais celle dérobée à son comparse se craque sous l'effort... Et dire qu'ils me croyaient en désavantage quand ils m'ont donné une vieille arme rouillée.

C'était un vrai trésor, sous cette couche d'oxydation.

Il s'élance à nouveau et j'esquive la charge en cherchant une ouverture... Inutile, son armure est parfaite. Il n'y a aucun point faible dans sa garde non plus sauf...

Sauf en haut.

Il faut être un oiseau pour le vaincre, il faut s'envoler.

Je fixe une seconde mes parents dans l'estrade. Les seuls qui savent que je suis innocente. Mon père semble tendu, il garde cependant ce masque, seul visage que je lui connais, masque de raison et de discipline.

Ma mère...

...Ma mère me fixe un instant elle aussi, puis ferme les yeux et les ouvrent à nouveau en hochant la tête. Le regard aussi brûlant que le mien.

Aucun frontalier ne peut voler.

La technique, la guerre, l'épée, la discipline, les années d’entraînements.

Un frontalier se bat à terre, en permanence. Leur art de combat n'est pas fait pour autre chose, il...


Leur art..?

Oui bien sûr... Je comprends et retourne mon regard à la brute qui avance, sur ses gardes.

Mon arme n'est pas une épée, mais une griffe d'acier, une arme d'assassinat, une arme de traître, de monstre.

Ma technique n'est pas celle des frontaliers qui restent encore et toujours dans cette jolie tour du nord, mais le Zui Quan, mon Zui Quan, unique, créer au fil des années, une technique de...

D'assassin, de traître et de monstre, me dis-je en me rappelant la liste de crimes.

Il charge, son bouclier a un angle pour ne pas se prendre dans ses pieds ou dans le terrain.

Je charge, lame derrière moi, bras gauche devant, déterminée et très peu protégée.

Il sourit, sûr d'avoir gagner.

Je cris, l'air déterminée.

Un pied devant l'autre, c'est ainsi qu'on court, un pied devant l'autre, sur son bouclier, maintenant, je cours toujours et saute, une pirouette de gymnaste qui me place complètement à l'envers dans les airs, crâne au dessus du sien, seule ouverture, seul chemin...

Chemin de victoire que je tiens dans le creux de ma main.

Il lève les yeux étonné, tous comprennent que je n'ais pas sauter.

Je me suis envolée.

Un frontalier se bat à terre, en permanence. Leur art de combat n'est pas fait pour autre chose que les combats pieds à terre.

Moi, je me bat dans le ciel, je me bat dans les airs. Toujours en avantage dans les combats à ciel ouverts...

...Je ne suis pas frontalière.


“I could never hurt him enough to make his betrayal stop hurting.

And it hurts.

In every part of my body.”

― Veronica Roth, Insurgent ―

Je m'éveille en sursaut... Mon regard se perds autour... Ah, oui, je suis ici, loin de l'arène, loin du passé.

Gil dort encore, paisiblement, dans son coin... Ou du moins il en a l'air.

Je regarde dans mon sac encore ouvert non loin, à la lumière de la lune la vieille arme de métal que j'ai piqué à l'arène en partant brille légèrement.

Bientôt, mon frère...

...Bientôt, je pourrais retourner là bas et les faire payer pour ce qu'ils nous ont faits...

...Ce qu'ils t'ont fait.

Je ferme les yeux de nouveau, je doit dormir pour être prête, demain nous rencontrerons le contact de cette assassin, demain, nous saurons si Gil tient une piste ou un cul de sac...

...Demain, je dois sembler normale devant lui.

Sourire, comme toujours sourire.

Et boire.

Pour oublier.

Tout oublier.

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 298
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 19
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: La marche saoule de l'ombre   Mar 31 Jan 2017, 03:38

Make Way for the Sheperd of Fire.


J'entre dans la boite sans accordé le moindre regard au gros bras à l'entrée ni à ceux qui tentent de forcé un peu l'entré pour accéder à un des meilleurs clubs de soirée de tout Al-Jeit... C'est l'endroit ''de l'heure'' dernièrement pour passé les soirées en relative sécurité, pour tout faire en fait, une vraie maison du vice...

...Et l'endroit où je rencontre mon contact.

Un des gros bras, à l'intérieur, surement un nouveau, tente de m'arrêter en posant la main sur mon épaule. Forcément, avec le masque de cuir qui cache la partie inférieure du visage et la capuche du même cuir sur la tête, il doit se demander ce que je fou.

Sa main touche à peine mon épaule que je m'échappe de sa poigne en un mouvement, cassant son poignet au passage, ce qui lui tire un cris perçant, mais personne n'ose bouger avant que je ne sois déjà loin. Je monte une série d'escalier pour arriver à une loge ''VIP'' strictement interdite au publique, d'où on peut accéder à un grand balcon qui permet de voir toute la salle. J'y entre sans un mot et m'écrase sur un canapé en retirant mon masque et ma capuche, croisant les jambes sur la table au centre des sièges, ce qui tire un mignon petit grincement de dents à un de ces hauts de la haute qui est assit un peu plus loin.

Il a envie de protester contre mon comportement... Je me contente de lui soufflé un baiser, sourire sur les lèvres, puis de fixer notre hôte, qui sourit devant mon habileté légendaire à faire tourner ses associés en bourrique... Puis, après une dizaine de secondes de silence à siroter le contenu de sa coupe, il parle enfin.


On dis souvent que le plus grand danger, pour les hommes, est de tomber dans les pièges d'une femme... Mais je crois qu'il s'agit là du plus grand danger pour les femmes aussi, ne crois tu pas, ailes de corbeaux..?

Je ricane un peu... Ouais, j'aime bien ce surnom et ce type, il me fais quand même rire, quand je lui parle entre deux contrats.

Le véritable danger, Claudius, est quand on ne perçoit pas la présence de l'homme derrière la femme...

Il éclate de rire, son rire mauvais qu'il as toujours, en s'imaginant surement que je parle de mes victimes qui ne voient pas son ombre... Alors qu'en fait je pensais plus à lui qui ne voyait pas l'ombre, derrière moi, de Gil.

Messieurs, faites attentions à vous! De toute les vipère de Gwendalavir celle-ci est ma préférée, mais c'est aussi la plus venimeuse..!

Il rit toujours quand il me lance une légère carte métallique, un nom gravé dedans. Argent, une mission de kidnapping donc. L'or pour une mission d'espionnage, le bronze pour le vol...

...Le fer ou l'acier pour le meurtre.

Je me lève sans plus de cérémonie, remet ma capuche et mon masque...

...Et me jette par dessus la rambarde du balcon, crochetant une prise que j'ai repéré en entrant pour ralentir ma descente, puis prenant pieds une demi seconde sur une table pour sauter plus loin, tout prêt de la sortie.

Après tout, j'ai un rendez-vous à ne pas manqué...


Disciple of the cross and champion in suffering,
Immerse yourself into the kingdom of redemption.

Harden your mind through the chains of the divine.

Make way for the shepherd of fire.

Through the ages of time...

I've been known for my hate...

But I'm a dealer of simple choices...

For me it's never too late,

I am your pride,
Agent of wealth,
Bearer of needs.

I am your war,
Culling the strong,
Killing the weak...


Je laisse la carte au point habituel en m'assurant de ne pas être vue, puis je me retire dans la nuit et me dirige vers ma cible, je suis à peine à cinq minutes de celle-ci, j'entre donc par l'entrée principale... C'est à dire la fenêtre laissé ouverte, au deuxième.

Je suis venue pour kidnapper un type, quand même!

Du coup j'entre et me glisse dans une ombre, la seule lumière provient d'une chandelle unique, le type travaille tard.

Il rentre de nouveau dans la pièce, justement, avec un pichet d'eau et une tasse de fer qu'il déposent tout deux sur son bureau de travail avant de s'asseoir et de se préparer à recommencer son travail, justement...

Une seconde avant il va ferme la fenêtre puis tente de se retourner...

...Trop tard, je l'ais déjà assommer.


I am your wrath,
I am your guilt,
I am your lust...


BON SANG DE FIENTE DE RAÏ MARIÉ À UN TS'LICHE QUI PUE DU MUSEAU!

Il pourrait moins manger, ce gros tas! Sérieux, j'ai du mal à le sortir par la fenêtre! Du coup, cela dit, je suis bien contente de le lâcher pour qu'il aille s'écraser dans le foin en contrebas, une bonne vieille charrette complète. Ça va le camoufler et l’empêcher de se blesser, me dis-je en sautant à mon tour, crochetant le rebord de la fenêtre pour ensuite me faire tomber vers la charrette que je conduis immédiatement, lançant les chevaux au galop.

J'ai un bout de chemin, quand même, avant d'arrivé à la cabane où je doit ramener ce gros tas pour que les hommes de Claudius le prenne en charge...


I am your law.
I am your star.
I am your trust.


J'entre dans la cabane et pousse le gros marchand qui balbutie des... Des... Des supplicitudes devant moi...

J'ignore ses ''Oh pitié, madame..!'' et ses promesses d'or en le poussant vers le gros bras qui attends patiemment, puis je remets la carte au même type.


... Très bien, très bien, maintenant, Monsieur Larèche, nous allons avoir une petite conversation.

Corbeau, ta récompense est accrochée à côté de la porte avec un petit... ''Bonus'' de la part de Claudius.

Il t'attendras à la prochaine pleine lune, d'ici là, fait ce que tu fais d'habitude, le maître as besoin de temps pour préparer ta prochaine mission.


Je me contente d'un léger hochement de tête puis je me retourne vers la porte, attrapant la bourse et... L'arme..?

Je range la bourse et tire le katana pour l'inspecter... Une superbe lame, travaillé pour y engravé une envolée de corbeaux se transformant en tête de femme... Non, pas juste de femme, c'est mon visage, me dis-je en l'observant de plus près...

Bon, c'est superbe, mais du coup va falloir que j'apprenne à m'en servir, me dis-je en quittant la cabane.

Je retrouve le cheval qui m'as été offert par mon employeur, justement, pour un autre contrat.

Un merveilleux étalon noir qui peut courir pendant un temps fou sans s'épuiser... Dire que je trouverais mon cheval, pour mes cours, pendant cette aventure... Je me demande qui pourrais m'enseigner à utiliser le Katana, tient.


Allez, fantôme, rentrons.

Le cheval se mets au galop immédiatement après mon chuchotement... Nous sommes vraiment connectés, au final... Du coup je m'éloigne dans les cris, derrière moi, du gros marchand...

Peut-être que Gil sait utiliser un katana... Mais ça pourrait être risqué de le revoir si tôt...


Know me by name...

...Sheperd of fire..!

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 298
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 19
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: La marche saoule de l'ombre   Lun 17 Avr 2017, 07:38

Me and my broken heart...


3 septembre.

Le retour des troupes.

Jour de célébration...

...Jour de parade.

J'aime pas vraiment les parades, enfin si, je les aimes, mais je les aimes pas.

J'aime pas l’étiquette des grandes parades et des bals qui suivent,
j'aime pas avoir à porter l'armure pendant la première et encore moins la robe pendant la seconde...

Cela dit j'adore cette occasion de voir Mërl dans son beau costume d'apparat!

Avec son foulard de soie et son petit costume bleu, la cape rouge volant derrière son jeune dos, sur ses épaules, il as fier allure, du haut de ses 13 ans... Et il est absolument adorable!

Il me fait une grimace alors que je replace son foulard et je ris légèrement.


J'aime pas ce truc, il m'étouffe à moitié...

P'tite tête, va! Tu sais bien que c'est pas un choix! Et puis ça pourrait être pire, imagine, moi ce soir, je vais avoir à porter une robe! Parfois je voudrais bien inverser les rôles, tu vois un peu maman dans un costume semblable au tient et papa en robe? Ça défoncerais le look d'authoritée hein!

L'imagination surexcitée de mon petit frère fait la moitié du travail, je fait l'autre moitié en utilisant mon doigt comme fausse moustache et en imitant notre paternel quand il gronde ses troupes.

Il éclate de rire et je lui ébouriffe les cheveux avant de jurer devant leur état en les lui repeignant, ce qui augmente son rire.

Puis, quand il est parfait, je lui tends la main dans notre salut personnel, comme toujours nous répétons cette promesse qu'on avaient faits il y as déjà si longtemps...


Main contre main...

Coeur contre coeur...

Je serais toujours là pour toi...

Toujours là pour nous protégez...

Et pour nous rassurez...

... Et un jour je te marierais!

Mes yeux s’agrandissent quand il dit ça et j'éclate de rire, moi qui croyais qu'il avait oublié cette partie là de sa promesse...

Me... Marier..?

Ben oui, papa et maman m'ont expliquez!
Quand tu marie quelqu'un, tu est toujours,
mais TOUJOURS avec eux, dans tout les obstacles...

Donc je veux te marier, Tsukia! Et maman aussi!

Comme ça vous serez toujours là quand papa me gronderas!


Je lui replace la cape et le pousse légèrement en avant pour qu'il passe la porte en premier... Après tout, c'est lui le futur général, pas moi..!

Il avance et me lance une dernière grimace avant de pousser la porte et de sortir dans le même mouvement, prenant son visage publique, cachant celui qu'il ne grade que pour moi et maman...
Avec son air sérieux et plein de classe, il cause un silence instantané en entrant dans le large hall...

Ouais, il as vraiment le charme d'un grand frontalier, même à son âge, il as réussis à causer un silence de mort dans les conversations par sa simple présence...

Ce gamin as un charisme et une présence de fou... Et tant mieux,
tient, ça veux dire qu'il y auras moins de gens pour me reprocher de ne pas être une parfaite petite frontalière comme ma soeur..!


It seems like we've been losing control...

Somebody tell me I'm not alone,
When I say...

...All I need's a little love in my life,
All I need's a little love in the dark,
A little but I'm hoping it might kick start...

...Me and my broken heart...

Mërl attire l'attention, comme d'habitude, de tout le monde sauf mon père...

...Lui il est occupé à me surveiller comme si j'étais une mauvaise gamine, comme d'hab... Bref, un type sonne un petit gong et soudain la musique change légèrement, c'est l'heure de la valse, moi je compte faire le mur...


Mademoiselle, m’accorderez-vous cette danse..?

Le petit sacripant... Je regarde mon insupportablement adorable frère... C'est un arrangement qui nous va à tout les deux hein, toi t'as pas à te taper la conversation ennuyante ou les demandes de valse par les filles de familles qui veulent en profiter pour possiblement forger un mariage par une demande plus modeste...

...Et moi je m'échappe des prétendants qui ne pensent à moi qu'en temps qu'un morceau de viande féminine au nom Til'Werin...

J'attrape la main de mon frère et je sens à la fois des regards mécontents et d'autres emplis de jalousies sur moi.

La première note de la vraie valse résonne et nous bougeons tout deux en même temps, dans notre propre bulle, ce que certains mettent sur le dos de notre complicité, d'autres sur celui du fait que je suis celle qui lui ais appris à danser.

Peut importe, nous nous fixons dans les yeux, pourtant nous ne pensons pas à nos pas, ne guettons pas les signes du prochain pas. Il ne me guide pas, je ne le guide pas, c'est la musique qui guide.

Nous sommes devenus la musique.

Doucement, nous dansons ce morceau qui est beaucoup plus appropriés au couples...

... Mais après tout, il disait qu'il me marierais, non..?

Je sens sa main trembler légèrement dans la mienne et je la sert plus fort... Il as du stress..? Étrange, d'habitude il n'est pas du tout inconfortable, même devant toute la citadelle pour un discours...

Pourtant sa main s'agrippe à la mienne, quand je la sert un peu,
comme on s'agrippes à une bouée de sauvetage...

Son regard vibre légèrement aussi.

Tout ceux qui nous regardent, pourtant, ne voient rien de tout ça,
preuve de son port hors du commun.

Je sens que ses pas deviennent un peu plus hésitant, ça ne parait pas du tout, mais tout à coup c'est moi qui mène... Bon sang mais qu'as-t-il..?

Je décide de terminer la valse en lui demandant de me suivre, prétextant que son costume est abîmé au col, et je le traîne dans sa large chambre, dans les appartements de notre famille, il ne dis rien, me suis, puis reste là sans bouger...

Il va vraiment pas bien dites donc! Vais aller lui chercher un verre d'eau, me dis-je, et je part vers la cuisine pour préparer ça avant de revenir tranquillement, juste attends pour le vo--


MËRL!

Crash boom il tombe par terre en traînant avec lui la moitié de ce qu'il y avait sur son bureau de travail, je me précipite vers lui en lâchant le verre d'eau, au diable le liquide, il y as plus important, là.

Je le retourne sur le dos et je vois son visage se tordre de douleur alors qu'il sert les dents, donc je lui retire son foulard pour lui faire de l'air, ça doit être ça le--

Ce... C'est quoi ça..?

J'ouvre deux boutons de sa chemise et mes mains se portent à ma bouche alors que mes yeux s'embuent tout seuls...

...Une fléchette super discrète, juste là, comment diable l'as-t-on touché alors qu'il n'avait pas sa chemise..?

Et sous la fléchette, je reconnais l'effet sur le corps d'un poison horrible, l'ornam, un mélange ultra rare de plantes et de sève de fleurs exotiques... Je tente de me rappeler le cours qu'on as eu sur les poisons, voyons voir, agit lentement, mais plus rapidement si le point d'impact, le trou dans la peau, est ouvert à l'air, extrêmement douloureux, mortel et... Incurable...

Mon frère ouvre les yeux en desserrant la mâchoire, puis me souris...

Ses yeux sont embués par la douleur et pourtant, pas une seule larme n'y perle alors qu'il lève avec une difficulté apparente la main droite pour cueillir une larme sur ma joue et l'essuyer du pouce.


Ne... Ne pleure pas, grande soeur, Tsukia...

Ne me pleurs pas...


NE PARLE PAS COMME ÇA!

Ma voix se brise alors que mes larmes coulent de plus belle, c'est impossible, il doit y avoir une façon de le sauver, même si ça doit me coûter la vie il faut que je--

J'ai... Quelque chose à... Te demander..

Tais toi...

Je devine ce qu'il va dire, il n'en est pas question, je ne compte pas le laisser mourir ainsi, s'il as des choses à dire à notre famille, il le diras lui même..!

S'il te plais... Hgn!..

S'il te plais, Tsukia... Je...

J'ais endurer la douleur depuis ce matin... La fléchette était... Déjà là quand tu est arrivée...


J'ouvre des yeux pleins d'horreur... Mais je suis la première à être entrer dans sa chambre..!

Je suis venu le chercher alors qu'il n'avait que le strict nécessaire sur le dos, ses sous-vêtements et--

...Et une chemise.

Pourquoi avoir commencer par mettre sa chemise alors qu'il préfère toujours commencer par le pantalon au cas où quelqu'un entrerais en trombe..?

Son sourire, doux, me brise le coeur quand je comprends que le poison était dans ses veines à son réveil, que c'est pour ça qu'il me semblait particulièrement affectueux, qu'il tremblait pendant la danse...


Je suis désolé, Tsu, Je... Je ne pourrais pas t'épouser, après tout... Ah... Ahah... HURG..!

JE T'AIS DIS DE TE TAIRE!

Mon sang se gèle tout seul, mes bras me semblent fais de bois et mon coeur... Mon coeur, je ne le sens plus, ou plutôt je le sens trop bien, il est lourd dans ma poitrine, comme s'il pouvait tomber vers mes talons à n'importe quel moment. J'ai une énorme boule dans la gorge et de la brume au cerveau...

Il ne peut pas... Il as pas le droit, il--


Mais moi... Moi je veux te... Parler...

T'ES QU'UN ÉGOÏSTE! ET NOTRE PROMESSE,
HEIN!? TU DISAIS QUE TU SERAIS TOUJOURS LÀ POUR MOI! TU PEUX PAS ME LAISSER TOMBER COMME ÇA! ET PUIS JE VAIS DIRE QUOI À MAMAN ET À PAPA, MOI!?

ALORS RESTE EN VIE, JE VAIS CHERCHER DIL'DURAN, IL CONNAIS LES POISONS ET--


Son doigt fatigué se pose sur mes lèvres alors qu'un frisson de douleur le parcours, coupant mes paroles.

Il... Il as déjà regarder, il est au courant...

Il as décidé... Aïe... Il as décidé de partir ce matin, pour ne pas avoir à me voir comme ceci...

Il est partit pour la Jungle D'hulm, pour y rester pour de bon.

Mais tu as raison, argh... Tu as... Raison... Sœurette.

Je suis un... Égoïste...


Une larme... Une larme sur sa joue à lui..! C'est la première fois que je le vois pleurer depuis des années..! Et en plus, il continu de me sourire en pleurant, cet imbécile...

J'ai... J'ai besoin d'un service... Tsu...

J'ai... Hurg... J'ai endurer la douleur jusqu'ici, mais...

Mais j'en peux plus...

S'il... Guh... S'il te plais, sœurette...


Les mots ne sortent pas de sa bouche, mais sa main tremblante attrape les miennes et les portent à sa gorge avec une infinie lenteur alors qu'il me fixe avec ses grand yeux...

J'ai envie de le frapper pour oser proposé une telle chose, envie de le traîner jusqu'à la jungle s'il le faut.

Mes mains resserrent doucement leurs emprises alors qu'il me fixe avec des yeux pleins de douceur et de tendresse...

Et j'entends à peine le dernier souffle qui sort de sa gorge avant que sa trachée ne s'écrase.


Mer...Ci...

Mes larmes n'arrêtent plus, je pleurs comme une chute d'eau sur son torse et ses joues alors que ses yeux roulent doucement,
que sa main tremble, que ses jambes sont parcourues de spasme ainsi que son torse... Pendant tout ce temps, il continue de sourire...

J'appuis plus encore en criant l'injustice et ma douleurs de tout mes poumons, jusqu'à ce que son corps ne bouge plus du tout, même pas par spasme, et je continue à tenir sa gorge jusqu'à ce que je sente son coeur s'arrêter, sous une de mes cuisses. Puis je me laisse tomber, restant à califourchon sur son corps et pleurant toute les larmes de mon corps, pleurant jusqu'à ce qu'on frappe à la porte et plus encore, pleurant et le serrant contre moi quand quelqu'un entre en criant, continuant de le serrer quand on tentent de me l'arracher, continuant de crier son nom quand on me tire de la chambre jusqu'aux cachots, pleurant jusqu'au lendemain et plus encore, jusqu'à ce que je n'ais plus une goutte d'eau disponible pour créer des larmes...

Puis je sombre dans l'inconscience...

On m'as informés que j'aurais le ''droit'' à un procès par combat...

Et que ce serait demain.


I need a little loving tonight,
Hold me so I'm not falling apart,
A little but I'm hoping it might kick start...

...Me and my broken heart...

Tout le monde me juge.

Je suis paradé comme une criminelle... Non, je suis une criminelle. J'ai même les fers aux poings et aux pieds.

On me les enlèves justement puis on me pousse... L'arène de combat. Il y a foule pour voir mon exécution...

Et quand je regarde l'estrade de ma famille, j'ai encore l'impression d'y voir Mërl, avec ce même regard tendre qu'il avait pendant cette danse...

Sa dernière danse...

Notre danse.

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 298
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 19
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: La marche saoule de l'ombre   Mer 31 Mai 2017, 07:54

Dirty Angel


Come, come inside tonight,
Let me feed your appetite,
Boy, you want to come all alone..?

Bring, bringing me to life,
Getting all your blood tonight,
Gonna make you feel all exposed...


Je hoche la tête sur le rythme, prenant, de la chanson.

La jeune chanteuse as une voix enchanteresse, ça m'étonne qu'elle soit dans un endroit aussi bas-de-gamme...

Un homme, grossier comme pas deux et un peu grassouillet, enlève son chandail de toile et se bande rapidement les mains avant d'entrer dans le ring, devant moi, à le voir, il est plutôt évident qu'il est habituer de se battre contre des gens qui ont une technique standard, normale.

Un des mecs qui me connais pour m'avoir vue me battre ici pour un peu d'argent par le passé me tant une bouteille...

...Ouais, ce serait bien de lui montrer le Zui Quan mais...

... Jeudi c'est le trois septembre...

...Je bois jamais, la première semaine de septembre.

Je repousse donc la bouteille en secouant la tête, devant l'air surpris de mon ''fan''.

Puis mon adversaire lève les poings, moi je me contente de me lever du banc où je m'étais installer pour me bander les mains,
c'est la règle, ici, de les bander, comme dans plusieurs tavernes du genre qui ont des combats légaux.

On retire le banc du ring et un homme qui fait office d'arbitre déclare le début du combat...

... Au même moment où la chanteuse commence son second couplet.


You know you can't leave now,
When it's almost over,
So close to touching hell.

And no, I can't ignite,
When you survive...

Il avance, frappe du poing droit vers ma pommette gauche, le rustre, et je décide de jouer un peu, me contentant d'éviter le coup d'un simple recul du visage. Il se ramasse sur lui même et tente de me prendre dans une genre de prise de lutte improvisée,
donc je fait un simple mouvement de côté pour l'éviter et il se retourne vers moi, rageur, m'observe un instant, puis me dit que j'aurais pas dus me moquer de lui, que je suis déjà morte et je le sais même pas...

... Et je décide de joindre ma voix à la chanson...


You know it's almost time,
For my resurrection,
Getting close to the end...

...But I can't ignite,
When you survive,
You're gonna go, oh, oh..!

Il voit rouge et attaque en se lançant vers mois, les bras au niveau des épaules... Encore à tenter de m'agripper? Boah au moins c'est facile à évi--

Tu peux bien courir, je vais finir par t’attraper! Que ce soit dans l’arène ou dehors, tu est à moi, fillette!

Il y as très peu de choses capables de me mettre hors de moi en peu de temps...

... Pas de chance pour ce mec, me menacer de possession en est une.

Je tente de rester calme... Parce que sans alcool pour calmer les souvenirs, je suis à trois pas du gouffre là...


I'm three steps from the edge,
Whoa-oh,
Don't push me over it,
Don't you know, don't you know...

...Every girl is capable of murder if you hurt her,
Watch out you, don't push me any further, any further...

..You're not the only one walkin' 'round with a loaded gun,
This little girl is capable of murder 'cause you hurt her.

Du coup j'évite ses attaques pour calmer mes pensées, ma tête bouillante. C'est que je suis vraiment échauffer, là, hein...

Je pense à Aivy et à Syndrell, ça me calme vraiment, encore heur--


ALLEZ RETIRE LUI SES VÊTEMENTS QUOI! ÇA BEAU ÊTRE LÉGAL ELLE EST LÀ POUR NOTRE AMUSEMENT NON!?

Chaque. Putain. De. Fois.

Je tente de me calmer et un connard brise tout, me dis-je alors que le mec s'élance de nouveau pour une agrippe, il sait vraiment faire que ça, ce mec, et je n'évite pas, cette fois, je me prépare plutôt.

Un genou par terre, le pied en position, l'autre plier à un angle parfait, le bras armer...

...Il comprends rien et se contente de sourire, pensant que j'abandonne, que je prends une position défensive...

...C'est pas de la défense.

C'est de l'offensive...

...Et il ne comprends même pas qu'il as déjà perdu quand ses grosses mains se poses sur mes épaules, alors que le barman resserre une énième série de verre à un mec et qu'un autre lui fait signe, en entrant par la porte...

...Je suis pas là pour votre amusement, bande de salopards.


At the bar six shots just beginning
That's when dick head put his hands on me,
But you see...

...I'm not here for your entertainment,
You don't really want to mess with me tonight!

Just stop and take a second,
I was fine without you in my life.

Cause you know it's over,
Before it began...

...Keep your drink just give me the money,
It's just you and your hand tonight..!

Il sourit de m'avoir enfin attraper, tout le monde semble surpris que je l'ais laisser faire, enfin, tout le monde sauf ce Thül, au fond, qui détourne le regard car il as compris, et cet autre homme qui as le port d'un soldat, à une table à droite du ring, qui fait de même, je vois aussi le sourire d'un mec à capuche qui se dirige vers le comptoir des paris, désormais certain de ses gains.

Il ferme les doigts sur mes épaules, sécurisant sa poigne pour me soulever, mais au même moment je détends ma jambe et, quand il comprends enfin, une lueur d'appréhension s'allume dans son regard.

Mon uppercut le frappe droit sous sa grande gueule avec une force de dingue, si j'avais pas les mains bandés, ça me ferais même mal à moi, j'avais pas réaliser à quel point j'avais mis toute ma force dedans et l'armoire à glace est soulever à environ trois centimètres du sol alors qu'il tombe à la renverse.

Je m'apprête à partir, mais il se relève plutôt qu'abandonner... J'vous jurent, ces brutes...

...Je fait un saut à 360 degrés, donnant un coup de pied puissant sur le côté de sa tête qui l'envoi dans les pommes pour de bon,
cette fois, puis je me dirige vers le comptoir des gains, prends ma part des mains d'un commis éberluer, puis je commande un verre d'eau que j'avale tranquillement avant de quitter l'endroit,
tournant dans une ruelle qui agit de raccourcis pour mon auberge... Et voyant mon adversaire de ring d'il y as une seconde qui m'y attends avec un ou deux potes qui ont pour la plupart des masses improvisées ou des canifs... Bon, pas de raccourci ce soir, me dis-je en me retournant, je veux pas de problè--


ALLEZ C'EST ÇA! CASSE TOI ET JE VAIS TROUVER TA COPINE AUX CHEVEUX BLEUS TIENT! ET LA ROUQUINE AUSSI! ELLES NOUS AMUSERONT BIEN PLUS QUE TOI!

Le rire mauvais de l'homme résonne dans la nuit... Dire que ce quartier n'est pas très garder, à cette heure...

...Menacer Aivy et Syndrell sont une autre façon de me mettre très, mais alors TRÈS en colère, me dis-je en m'arrêtant pour prendre une grande inspiration.

Ils ont des armes, certes... Mais ils savent à peine s'en servir...

...Je suis sûr que je peux leur montrer la vraie utilité en leur piquant.


Every girl is capable of murder,
So watch out you, don't push me any further...
...But if you fuckin' hurt her...

Every girl is capable of murder if you hurt her,
Watch out, you don't push me any further, any further...

...You're not the only one walkin' 'round with a loaded gun,
This little girl is capable of murder, hey!

This little girl is capable of murder 'cause you hurt her..!

Pitié! PITIÉ! JE JURE JE SAVAIS PAS AVANT CE SOIR! C'EST UN MEC À LA TAVERNE! IL M'AS DIT QUE SI JE DISAIS ÇA TU NOUS AFFRONTERAIS! JE VOULAIS PAS LEUR FAIRE DU MAL, JE LE JURE!

IL AVAIT UNE DRÔLE DE BROCHE ET UNE CAPUCHE J'AI PAS VU SON VISAGE! PITIÉ ARRÊ-ÊTE!


Je l’assomme d'un coup sommaire au visage... D'autre l'aurait déjà tuer pour avoir oser ainsi menacer de si charmantes filles qu'Aivy et Syndrell, mais ça tâcherait leur brillance, que d'y placer le sang de ce connard.

Je quitte la ruelle d'un pas déterminé alors que j'entends enfin une patrouille s'approcher... Ils s'occuperont bien d'eux, non..?


Lämn

Dire que j'ai été promut deux fois en si peu de temps... Et que je me retrouve quand même en patrouille.

Je soupire malgré moi, au final une promotion ça veut juste dire une plus belle armure et un peu d’autorité...

... Et je ne peux m'empêcher de repenser à cette fille que j'ai faillis attraper à deux reprises, dans ces combats de tavernes. Deux fois qu'elle s'échappe par la fenêtre en ne laissant derrière elle qu'un clin d'oeil, un baiser envoyer par sa main et ses jolies lèvres et un léger parfum enivrant de vanille...

J'entends du bruit dans une ruelle et je tourne ma torche vers l'endroit... Encore des petits bandits saouls j'vous paris... Je sort néanmoins mon épée de ma main droite, ma gauche tenant la torche, et m'approche.

... Qu'est-ce que--

Pourquoi diable suis-je devant une bande de voyous... Tous K.O.
...

... Et surtout, surtout, pourquoi l'un d'eux as-t-il une botte de retirer, qui repose plus loin, et une plume non loin du pied?

Pourquoi un autre, lui, as le slip accrocher au crâne pour l'étirer de façon probablement douloureuse?

POURQUOI DIABLE L'UN D'EUX PORTE-T-IL SON PANTALON SUR LA TÊTE ET SA CHEMISE SUR LES JAMBES!?

ET POURQUOI...

... Pourquoi ne suis-je pas étonné de sentir un léger parfum de vanille toujours flottant dans l'air..?

Un autre soupir m'échappe... Ça va encore être une loooonnngue nuit...

...Et quelque chose me dis qu'à l'aube, je ne serais toujours pas plus proche d’attraper cette adorable fouteuse de trouble...


I always knew you were a bad girl,
And I still think that it is cool...

You mocked me now, you made my world whirl,
But now I'm done playing the fool...

Run Devil run, run, Devil run, run,
Run, Devil, Devil, run, run...

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 298
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 19
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: La marche saoule de l'ombre   Jeu 13 Déc 2018, 21:19

J'observe le dessin, entre mes doigts, avec les signatures dessus, ça fait des années, tout ça. Si longtemps, en fait, qu'on pourraient presque croire que j'avais enfin réussis à oublier.

La porte vol contre le mur, frappant durement celui-ci alors que l'homme, essoufflé, entre dans la maison d'un pas pressé, ralentissant une seconde à côté de la table sur laquelle le corps sûrement encore tiède est déposé, avec ce sourire stupide sur les lèvres de son visage qui semble ne pas avoir vieilli d'un jour, depuis ce fichu dessin qui me glisse des doigts.

Je l'entends bien, quelque part au loin, il tente de me parler, d'attirer mon attention.

Quand il approche pour me secouer, je me contente de m'accrocher à lui pour pleurer.

Encore et toujours.

Pourquoi lui... Pourquoi pas quelqu'un d'autre, pourquoi pas moi..?

...Tu le sais toi...

...Grand frère..?



J'ouvre un oeil, doucement... C'est toujours difficile, pas que j'ai mal où que ce soit, juste que j'aurais envie d'être n'importe où d'autre qu'ici.

Dire que je suis partit de la maison avec mes grand airs, en disant à papa que si jamais je revenais, ce serait en tant que femme digne de ce nom, qui pourrait lui montrer que le Zui-Quan est un art digne de ce nom...

...Moi, une simple gamine.

J'entends un grognement à ma gauche, alors je tourne doucement la tête... Ah ouais, y'as ce Thül, là, attaché comme un ours, qui vient de se réveiller aussi, on diraient.

Contrairement à lui, moi j'ai un peu de jeu sur mes chaînes et je suis quand même bien traitée... Il parait que lui, il faut ''le briser'' selon ce que j'ai entendu, alors que moi, il faut me ''Garder pure'' pour que mon ''prix'' augmente le moment venu...

Je suppose que par ''pure'' ils parlent de ma virginité, vu que dès qu'ils mont attaché, un d'eux s'est fiche le nez entre mes jambes de force et as ris grassement en disant ''jackpot!''...

...Je me place sur les genoux, attrape mon bol de nourriture, qui ne contient pas grand chose, et en refile un peu à mon gigantesque voisin.

Ils ne le nourrissent plus depuis un moment, mais c'est le seul, ici, qui peut comprendre mon état, qui peut aussi ressentir du désespoir.

Je ne suis qu'une gamine plate comme une planche à repasser, lui c'est un gros ours de Thül.

Il y as toute les chances pour que je meurs avant mes dix-huit ans, ici, s'ils décident qu'ils en ont assez d'attendre.

Lui, il peut s'en sortir... Étrange, comme ça ne me fait pas plus d'effet de me dire que je vais mourir.

Peut-être que c'est ça, au fond, le désespoir.

Normalement, si on partagent la nourriture, ils nous battent, mais dans mon cas, ils ne ''peuvent'' pas me toucher pour ne pas ''réduire ma valeur'' comme ils disent... Donc je lui refile doucement de la nourriture, puis reste longtemps devant lui, le protégeant de ma simple présence pour pas qu'ils le force à vomir.

Il me regarde comme s'il se demandait pourquoi je fais tout ça... Alors je me coule contre lui, pour lui faire un calin.

Simple, comme ça.

Après tout, c'est très probablement le dernier qu'on aura, un comme l'autre...

Ça fait tellement longtemps que je suis ici, et lui, il est arrivé avant moi, alors autant dire qu'on as pas beaucoup de chance de s'en sortir vivant...

...J'entends quelqu'un frapper à la porte de bois, au fond de la salle, un des hommes se dirige vers la porte, l'entre ouvre et cris carrément pour couvrir le bruit de ce... Bar... Pub... Peut importe, quoi, et demander ce que ''l'étranger'' qui as frapper veux.

C'est étrange, malgré tout le bruit, j'entends très bien la question de l'homme qui as frapper, au même moment où une choppe lancée par mégarde me frappe au visage, qu'une bagarre commence... Qu'un groupe d'hommes disent ''Puisqu'elle est abîmée..!'' en se ruant sur moi pour attraper mes jambes.


Dites moi, mon brave, c'est bien ici, le ''norvégien coulé''?

Je me déchaîne sans résultats, mais alors que l'homme entre mes jambes, justement, approche en ricanant, un énorme pied lui écrase le visage... Le Thül - Qark, je crois..? - as réussis à se défaire d'un de ses bracelets de cheville en métal et commence à se battre contre les hommes qui sortent déjà des couteaux... Moi je ne sais pas quoi faire d'autre que crier et pleurer.

Puis tout le monde s'arrête, c'est comme si le temps avait gelé.

La porte viens d'exploser.

Un homme seul entre doucement, marchant dans le cadre brisé, chantonnant une chanson inconnue comme s'il était simplement en train de faire une marche de santé, pourtant il évite des coups de sabre et de couteaux comme s'il s'agissait d'une formalité, donnant la mort sur son passage avec une précision que je n'ais jamais vu...

...Une vitesse juste...

...Impossible.


Révolution dans les rues,
Je vois le chaos en dessous.

La justice est une rivière rouge,
Je te cherche ; Où es-tu..?

Je reste là, les yeux grands ouverts... L'inconnu qui, je suppose, as fait exploser la porte, je sais pas trop comment, viens de carrément massacrer les hommes qui nous gardaient captifs... Je suis couverte de sang, me je croyais jamais que, si un jour je l'étais, ce serait dans ce genre de situation.

Il cherche de vieux documents, attrape un genre de dossier, puis viens pour partir quand Qark tousse, il as été blessé pendant la bagarre et je crois qu'il crache du sang...

L'homme revient sur ses pas, sort son épée, la lève... Sans penser, je me jette sur le géant en criant ''NON!''

Je le connais pas vraiment, même après tout ce temps un à côté de l'autre, on as à peine parler.

Mais... Il est tout ce qui me reste.

J'attends le coup d'épée qui ne vient pas... À la place, je sens comme un poids, sur mes épaules, et une chaleur.

Je lève doucement les yeux... Pour voir le type en train de forcer la serrure des chaînes de Qark, puis des miennes... Ensuite il se dirige vers le fond de la salle et semble déverrouiller d'autres chaînes.

J'observe le géant, il est blesser au torse et as besoin d'un médecin, voir même d'un rêveur, mais il peut s'en sortir si--

Un autre homme me repousse doucement et l'observe avant de fermer les yeux... Sérieux, le type avait amené un rêveur et comptait QUAND MÊME le tuer pour abréger ses souffrances..?

Il s'éclaircit la gorge pour attirer notre attention, je tourne la tête en même temps que Qark, qui le fait cependant plus lentement que moi. Le seul qui ne se détourne pas est ce rêveur de pacotille qui doit le sauver ou sinon, je jure de l'embrocher moi même...


Mon nom est Rybris Torasil.

Je cherchais quelque chose, ici, que je n'ais pas exactement trouver... Mais je n'ais aucun plans pour vous quatre, vous êtes donc libre.

Vous pouvez partir, faire ce que vous voulez...

...Cependant, si ça vous intéresse, j'aurais une proposition à vous faire, alors écoutez et écoutez bien, car je ne le dirais qu'une fois...


Don't wanna be rude but I have to,
Nothing's good about the hell you put me through,
I just need to look around,
See that life that has come unbound...

And you're so cynical,
Narcissistic Cannibal,
Got to bring myself back from the dead.

Sometimes,
I hate,
The life I made,
Everything's wrong every time.

Pushing on I can't escape,
Everything that comes my way,
Is haunting me taking its sweet time...

Il me secoue encore par les épaules, je l'entends un peu, au fond de mon crâne... Je crois qu'il me demande qui est le type, mort, que j'ai fiche sur sa table de cuisine.

Alors j'observe encore une fois le cadavre, toujours souriant.

À le voir, on dirais presque que c'est une blague, qu'il va se lever et rire de notre gueule.

Le trou béant, dans son torse, clame le contraire.




__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 298
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 19
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: La marche saoule de l'ombre   Dim 16 Déc 2018, 05:28

Mes yeux regardent ma propre réflexion, dans la tasse de soupe que Nora m'as refiler en revenant, derrière Gil... Semblerait qu'il était en ville pour trouver des trucs quelconque dont il avait besoin pour continuer la maison, c'est sûr qu'il manque encore une ou deux pièces pour compléter les plans...

C'est sûr qu'ils devaient pas avoir dans leurs plans que je débarque, couverte de sang, avec un cadavre.

Quand je suis arrivée, Nora s'est assurée que je ne sois pas blessée et, quand j'ai souffler ''Gil'' elle est partie tout de suite, sûrement pour le trouver, puisqu'il s'est pointé quelque minutes plus tard en courant.

J'avais pas prévu de revenir ici si rapidement... Mais bon, j'avais pas prévu beaucoup de choses qui se sont produites.



J'observe Sylvan, en contrebas, sérieux, s'il mettait la moitié autant d'énergie que ça dans tout ses combats, il serait absolument impossible à arrêter...

Nalim, à mes côtés, soupire.


Et dire que je m'en faisait pour lui, quand Rybris as dit qu'il lui avait refiler le contrat le plus difficile.

À le regarder, on pourraient carrément oublier qu'il est à cinq contre un...


J'hoche la tête, il n'était même pas armer, au début, et pourtant, dans sa dance de mort, il as déjà piquer les armes du premier de ses adversaires - Qui est d’ailleurs déjà mort - et se bat comme un démon.

Je sursaute légèrement quand deux bras entoure mon cou et qu'un menton se dépose sur mon crâne.


Hmm... Le regarder se battre comme ça me rends toute émoustiller, dit Tsu, tu veux pas qu'on se prenne une chambre tranquille et qu'on fasse mumuse nous aussi..?

Mes joues se teintes légèrement de rouge malgré moi, Angelica as toujours été une flirteuse invétérée envers tout ce qui est féminin, mais depuis un moment, on pourrais jurer qu'elle as oublier que j'ai même pas 18 ans.

Ç-Ça va aller, Angie, je m'amuse bien assez juste à regarder le combat...

Ah! Que de cruauté que ce monde! Mon pauvre coeur, transpercé par les flèches glacées du refus! Je ne sais pas si je vais un jour m'en remettre!

Je soupire légèrement, en même temps que Nalim.

À le voir, on pourraient croire qu'il est pas très en forme, bedonnant qu'il est, mais je suis toujours surprise par l'aisance avec laquelle il grimpe même la plus haute tour, faut croire qu'on ne doit vraiment pas juger un livre par sa couverture.

Angie - Je veux dire Angelica, elle, est plutôt grande, avec ses cheveux cours, ses habits de cuir moulant et son air de bad girl, y'as pas vraiment de questions à se poser... C'est une bad girl. Qui arrête pas de me traiter comme une peluche! Tout ça parce que j'ai pas encore eu de sérieuse poussée de croissance et parce que j'ai le torse plutôt plat - Même si elle insiste qu'elle ferait n'importe quoi pour avoir la chance ''D'utiliser cette planche à lavée là'' - Sérieux, pas ma faute si y'en as qui ont toute la chance..!

Mon regard se pose de nouveau sur Sylvan.

Lui, il POURRAIT être un bad boy.

S'il se donnait l'effort de faire quoi que ce soit en dehors de quand c'est ABSOLUMENT nécessaire.

J'veux dire sérieux, quand il dort pas, il est en train de faire des paris illégaux et quand il paris pas, il est en train de faire de son mieux pour arnaquer ''Un ou deux pigeons''.

Et Rybris ose dire que mes trois compagnons sont de ''Très bons exemples de vie'' pour moi..!

Justement, je l'entends approché, derrière nous, en bayant, puis se placer à ma gauche, à côté de Nalim, et observer Sylvan.


Quoi il as pas encore finit..?

HEP ARMBRUST! DÉFONCE LES DANS LES DEUX MINUTES ET J'TE REFILE TROIS PIÈCES D'ARGENT!

Bon, maintenant qu'on s'est occupé de ça, Ramir, t'as trouver un endroit ou dormir j'espère?


Ouais, il y as deux choix, j'ai trouver une auberge pas mal, pas trop chique, à l'entrée est de la ville, Angie dit en avoir trouver une autre mais...

On prends celle que t'as trouver, pas besoin de finir ta phrase, je connais assez Crowe pour savoir que je ne veux PAS savoir.

Ah, ce que les hommes peuvent-être cruels! Une pauvre dame comme moi n'est-elle donc pas digne de confiance!? Par le dragon, il ne me reste vraiment dans ce monde que toi pour réchauffer mon pauvre corps, Tsu!

Coeur Angie, pour réchauffer ton coeur.

Corps, coeur, une fois sous les draps, c'est pareil!

Rybris soupire, repousse Angelica - Qui fait un petit ''Awww'' déçue - Et m'attrape par l'épaule pour me fiche une épée qui est carrément aussi grosse que moi entre les mains alors que Sylvan nous rejoins enfin en réclamant ses pièces comme si de rien était.

Allez, le soleil se couche bientôt, allons à cette auberge, je vous pais le repas. Til'Werin, tu dormiras dans ma chambre, j'ai pas besoin d'un lit de toute façon, le plancher suffira, et puis comme ça, tu seras à l'abris des... Attaques.

Tant de méfiance! Jamais je n'oserais attaquer si jolie créature dans un sommeil réparateur! Que d'observation jouissive il s'agirait!

Justement, on ne voudrais pas que ce soit trop jouissif!

Angelica fait une mine abattue alors que je ricane malgré moi. Quand il est apparu, nous as libérer et as proposé de nous payer pour des services de mercenaires, on croyaient tous qu'il était fou...

J'veux dire, une bande de gamins, le plus vieux ayant 17 ans, mercenaires? Pourtant, affamés et avec comme seules possessions des hayons déchirés, je suppose que ce n'est pas surprenant que nous ayons tous accepté. Il était, en quelque sorte, notre seul rayon d'espoir dans un univers où notre seule victoire aurait été une mort rapide et le moins douloureuse possible.


Bon, on y vas oui ou merde..?

Je regarde l'homme qui vient de parler avec une moue mécontente un instant.

Ce nouveau, ce ''Eckhart'', je l'aime pas du tout. Je le connais bien hein, il était à la citadelle, lui aussi, avant, mais voilà, il ne m'inspire pas confiance du tout! J'suis sûre qu'il prépare un coup pendable et, avec les poursuites et les embuscades qui se font de plus en plus communes, même Rybris suspecte un traître de l'intérieur.

Le fait que ces attaques n'ont commencés QU'APRÈS sont arrivée n'est que la cerise sur le gâteau, hein! Il as beau tenter de faire son charmeur, moi, je le garde à l'oeil!


Allez, Eckhart, vieille branche, relaaaaxe! Calme tes petits nerfs et viens plutôt avec moi faire un tour, il parait que les casinos de cette ville sont D'ENFER..!

Nouveau soupir. Sylvan ne prends JAMAIS rien au sérieux, sauf peut-être ses arnaques et le jeu, il me dois d'ailleurs encore une pièce d'or pour un de ses petits coups pendables et je JURE que je la récupérerait un jour.

Je m'apprête d'ailleurs à la réclamer, cette pièce, quand Rybris dépose une main sur mon épaule droite et pointe quelque chose au loin avec l'autre.

Je me retourne doucement, puis ne retient pas mon ''Whoaaa!'' émerveiller.

À l'horizon, il y as une vraie explosion orangée, le ciel est comme dévoré d'une parte par le soleil et de l'autre par la nuit qui tente de reprendre ses droits sur le paysage.


Même le soleil et la lune, dans leur dance infinie, rival qu'ils sont, coexistent deux fois par jour, à leur lever et coucher respectif, en parfaite harmonie.

Ce monde est fait de destruction, de douleur et de chaos.

Pour y trouver de la beauté, il ne faut pas s'arrêter à cela, il faut plutôt y chercher, au milieu de la destruction, de la haine, de l'incompréhension, des tortures et de toute cette souffrance, quelques larmes, toute petites, d'harmonie.

Une coexistence comme les chiens sauvages qui rencontrent les loups, créant une harmonie magique causée par deux coeurs qui résonnent ensemble une chanson harmonieuse de solidarité...


J'écoute et je lève le regard sur cet homme si dur, pourtant si doux, qui nous traitent un moment comme des soldats, le suivant comme des farauds et, encore le suivant, comme ses propres enfants.

Ses cheveux courts flottants au vent devant son visage, ce petit début de barbe sur son menton, ce regard soutenu vers le futur...

...Et je me souviens enfin pourquoi on le suis, tous.

Ce n'est pas juste parce qu'il nous as sauver une fois, mais bien parce qu'il le fait tout les jours en nous souhaitant bonjour, en nous donnant encore et toujours une raison de vivre.

Alors, quand il se détourne enfin, alors que le soleil finit de disparaître au loin, personne ne dit rien, nous marchons simplement derrière lui, vers l'auberge.

Et, pour une fois, unique, je permet à Eckhart de marcher à mes côtés sans m'écarter tout de suite. Je ne lui fait peut-être pas confiance à lui, mais Angie, Sylvan, Nalim, Rybris... Eux, je peux leur faire confiance.

Parce qu'ils sont ma famille, désormais.

Angelica profite d'ailleurs que mon attention soit ailleurs pour m'attraper la poitrine par derrière et je laisse échapper un petit cris avant de la gronder, même si je doute qu'elle m'écoute...

...Je vous jurent que cette fille est folle..!


And I’m crazy,
But you like it,
Loca, loca, loca.

You like that it ain’t easy,
Loca, loca, loca,
I’m crazy but you like it,
loca, loca, loca..!

Je souris un peu avant de me remettre à pleurer.

Moi qui croyait ne plus avoir de larmes, je devais avoir tord. Je me demande si Angie va bien, si elle me voyait, elle me trouverait tellement pathétique, en ce moment..!

Mais surtout, elle saurait quoi faire, elle, elle aurait sut quoi faire avant, aussi, elle aurait réussit à le sauver, elle...

... J'ai rater mon coup, ils attendaient tous plus de moi et, pourtant, je rater mon coup. Et maintenant je pleure comme une idiote en répétant ''Qu'est-ce que j'dois faire!?'' comme si Gil allait pouvoir répondre, comme s'il comprenait seulement ce qui est arriver, alors que ça lui est absolument impossible à moins que je n'explique.

Mais je peux pas encore, me dis-je alors qu'un autre souvenir me reviens... Il faut que j’accepte la réalité, avant de pouvoir la raconter...



__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 298
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 19
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: La marche saoule de l'ombre   Lun 17 Déc 2018, 08:36

Nous passons devant deux gardes qui ouvrent une porte quatre fois plus large et trois fois plus haute que moi et entrons dans la grande salle d'où se dégage une douce odeur de fleur et l’arôme léger d'un thé particulièrement bien infusé.

Au fond de la pièce, assis sur un grand fauteuil de lecture qui doit coûter plus à acheter qu'un an en repas à l'auberge du coin, un homme, grand, blond, aux yeux d'un bleu perçant, même à cette distance, passe sa main dans les cheveux d'un gamin qui semble un peu plus jeune que moi - je dirais qu'il est pas encore tout à fait adolescent, lui - qui tient un gros livre dans ses bras croisés, on diraient une version miniature de l'homme et le sourire qu'ils échangent me rend presque jalouse...

...J'aurais bien aimer m'entendre comme ça avec un autre de mes frère que Mërl, moi. Bon, en même temps, il serait pas resté si petit pendant très longtemps, hein, on as quand même pas beaucoup d'années de différence, lui et moi...

...Avait... pas beaucoup d'années...

L'homme lève les yeux alors que le gamin part en courant vers une porte, à droite de la salle, suivi de près par une jeune servante aux cheveux presque argents.

En tant normal, je passerais plus longtemps à penser à cette couleur si spéciale, mais comme il s'est lever pour nous observer, je fais comme mes compères et comme Rybris, qui est devant nous, nous as appris.

Je place le genou droit en terre, comme l'hors de certaines cérémonies à la citadelle, et baisse la tête afin de regarder le sol en croisant un bras sur ma jambe gauche, plaçant mon autre bras parallèle à mon corps et la main droite sur mon coeur un instant avant que la voix de Rybris ne s'élève dans la pièce.


Nous venons rapporter le succès de notre mission, messire, et demandons humblement de recevoir la récompense promise.


J'observe la tasse de thé, entre mes doigts.

Dire qu'un homme qui semble pourtant si jeune et si doux as un rôle si important! Si papa savait que je prenait, en ce moment, le thé avec l'homme responsable de toute les activités contre les raïs de l'empire..!

Pour le coup, cela dit, je me demande ce qu'il est vraiment... Un conte? Un duc? Non, il doit être plus important encore, j'veux dire, on est au palais impérial et, selon sa façon de connaitre tout les servants par leur noms et sa façon de les traités comme des vieux amis, je dirais qu'il doit vivre ici.

Un cousin de l'empereur, peut-être..?

Il me regarde tout à coup et souris chaleureusement... Ah merde, je le fixe depuis un moment hein, me dis-je en baissant les yeux. Lui qui as été si gentil qu'il ne nous as pas fait garder le genoux par terre plus d'une minute tout au plus, pas très polie, la Tsu, à le fixer.


Votre rapport est, ma foie, fort détaillé et satisfaisant, maître Rybris, mais je dois avouer être surpris, quand l'on m'as conseiller votre troupe, je ne savais pas que vos autres membres étaient si... Jeunes.

Rybris prends lentement une gorgée de son propre thé, moi je me demande un peu ce qu'on en as à fiche, de notre age... Après tout, on as fait le contrat, les provisions sont à destination, les quelques raïs qui menaçaient le village sont morts, alors c'est quoi l'problème..?

Mes dernières recrues sont en effet plus jeunes que la normale, mais je vous assurent qu'il valent facilement les autres membres, éparpillés par ci par là, de ma troupe, sire.

S'il vous plais, pas besoin de tant de révérence entre nous, vous avez, après tout, rendu un grand service à l'empire et pour une somme ma fois bien maigre, cela me ferait grand plaisir si vous m'appeliez simplement Richard. De plus, je crois avoir compris que vous n'avez, pour l'instant, aucun endroit ou dormir ce soir, n'est-ce pas?

C'est exacte, mais ne vous en faites pas avec cela, nous trouverons quelque part où dormir avec la récompense d'aujourd'hui, monseigneur.

L'homme soupire, Sérieux Ryb il VIENT de dire qu'il veux que t'arrête les révérences, après tout, tu pourrais bien l'écouter...

Si vous le dites, je voudrais cependant faire extension d'un offre toute simple, nous avons bien des chambres d'invités et, ma foie, très peu d'invités, si vous voudriez bien accepté notre hospitalité pour cette nuit, ce serait à mon plus grand honneur.

C'est fort apprécier mais je--

Nous acceptons!

Le regard, surpris, du blond et celui, courroucé, de Rybris (Qui nous avaient bien dit de ne pas parler) se posent sur moi tout de suite.

Oh? Vous m'en voyez ravis, mademoiselle..?

Tsukia, mais si vous m'appelez Tsu, j'veux bien vous appelez Richard, d'acc?

Ryb est carrément livide, blanc comme un drap, le mec. Le noble, devant lui, est en train de rire de bon coeur.

Jeune comme une enfant, mais directe et brave comme un Thül! Je vois bien ce que vous vouliez dire par leur valeur en tant que troupes autant qu'en tant que citoyens, maître Rybris! Soit! Saphira ici présente vous montreras les bains, dont vous semblez avoir fort besoin, pendant que je fais préparer vos chambres, l'un de nos membres du personnel vous apporteras des vêtements de rechanges et vous montreras le chemin à vos chambre et la bibliothèque par la suite, nous dînerons à dix-huit heures, et, si cela vous plait, nous pourrons ensuite faire un tour dans les jardins, j'aimerais prendre cette occasion pour vous parlez d'autre contrats disponibles qui pourraient intéressé votre petite bande, nous reviendrons ici pour 19:30 afin que vous ayez le temps de retourner à vos chambres pour le couvre feu à 20:00, cela vous convient-il..?

''Maître'' Rybris émet un ''bien sûr'' carrément grogner entre ses dents. Il croyait quand même pas que j'allais le laisser nous faire dormir sur un matelas trop raide après un repas de pain sec quand nous sommes invités au PALAIS IMPÉRIAL bon sang! C'est pas comme si c'était un coin dans la grange d'un fermier, qui nous est proposés, là!

Nous nous levons et allons pour suivre la servante qui nous as été indiqués quand je me souvient d'un détail fort important, me retourne et cours jusqu'à l'homme blond, qui semble surprit de me voir revenir, je fais une courte révérence en sentant d'ici les ondes meurtrières de Ryb-Ryb.


Ah euh, un petit détail, Maître Richard? Sire Richard? Bah Richard quoi! Bref, je déteste les robes, donc si possible que les vêtements soit des pantalons! Merci encore, Richard!

Je fais une nouvelle révérence et court pour rejoindre mes compagnons, Angelica et Sylvan sont d'ailleurs tout les deux en train de se mordre la lèvre pour ne pas éclater de rire devant toute mes désobéissances à Rybris - Ben ouais, vous déteignez sur moi! - et j'entends, derrière mois, Richard ricaner légèrement.

Après tout, c'était Ryb lui même qui disait qu'en tant que mercenaire, on prenaient ce dont on avaient besoin quand on en avaient besoin et qu'on étaient l'un des rares groupes qui préféraient se battre plutôt que se laisser mourir sous les doléances d'un autre...

...Et moi, on m'offre d'être traitée comme un roi - Pas une reine, j'ai dis que j'aimais pas les robes! - alors je prends!


We will stand,
We will fight,
We take everything we need.

We won’t lay down and die,
This is who we were meant to be,
There’s no second guessing,
Yeah we’re gonna wear the crown.

We will stand,
We will fight,
We won’t stop until you all see...

...We’re the new Kings..!

J'observe les vêtements qu'on m'as apportés... Ils sont plus beaux que même les uniformes de papa! On diraient de la soie et, sur le devant de la chemise, il y as les armoiries de la famille impériales brodés à la main... C'est super beau, j'en ais presque envie de les chaparder..!

Je passe les vêtements, non sans me demander un peu comment diables ils ont trouver ma taille du premier coup, et sort de la salle d'eau pour tomber nez à nez - Enfin, si j'étais plus grande on seraient nez à nez - avec Saphira, qui fait une légère révérence avant de m'informer qu'elle est prête à m'indiquer le chemin de la chambre qui as été préparée pour moi et de la bibliothèque.


Bon bah allons y alors! Au fait, t'as un bon nom! Et puis tes yeux sont jolis!

Les deux globes azures s'écarquillent un peu, puis elle rit un peu, me remercie puis me demande de la suivre... Vu la taille de la salle d'eau et la qualité des vêtements, j'imagine d'ici les chambres et le repas...

...On va enfin pouvoir manger à notre faim et dormir super bien et, en plus, Richard veux nous refiler d'autre contrats donc on pourraient avoir de nouveau cette chance dans un futur proche!

C'est le meilleur jour de ma vie!



__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 298
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 19
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: La marche saoule de l'ombre   Mar 18 Déc 2018, 03:52

J'observe doucement la pièce entre mes doigts...

...Après tout ce temps, cette ''Dette'' de Sylvan était plus devenue une blague qu'autre chose, surtout qu'il ne repaye habituellement pas ses dettes...

...Je devrais être contente d'être l'exception à la règle, après tout, pour une fois il agit de façon responsable...

...Pourtant, mon coeur est serré dans ma poitrine, je n'en veux pas de cette pièce, j'ai l'impression que si je l'accepte, quelque chose, entre nous, va se briser.


L’intérêt!

Hmm?

Je lève le regard vers lui, ouais, j'ai pas trouver mieux pour empêcher ce ''lien'' de se casser...

Ça fait plus d'un an, que tu m'as emprunter cette pièce, il y avait de l'intérêt, sur cet investissement... Et puis je me sentirais bizarre, si tu me devait plus rien... D'acc..?

Il m'observe, sourit légèrement, puis soupire en haussant les épaules.

Bon sang, un de ces jours tu va me rendre fou! Très bien alors, j'y travaillerais, on verras ce que je peux faire...

...T'es vraiment qu'une gamine gâtée, tu sais, un jour, faudra que tu accepte de grandir...


Je crois les bras en soulevant un sourcil, il pourrait au moins ne pas faire de blagues sur ma taille hein!

Nyanyanya, fou toi un peu à genou et on verras qui va maraver la marboule à qui!

Il ricane, me fait signe de la main et se dirige vers sa chambre... Demain, on reprends la route, tous ensembles, pour un contrat que Stenam, un des bras droits de Richard - Qui est apparemment en voyage en dehors de l'empire - nous as refiler...

...Alors pourquoi ais-je l'impression d'être debout sur le bord d'un gouffre sans fond..?



MAIS TU VA TIRER TSUKIA PUTAIN!?

Je reste là, figée, sans bouger.

J’aperçois la flèche de Rybris, qui viens de me crier de tirer, raté Sylvan de peu alors que celui-ci tourne au coin d'un couloir, disparaissant.

L'homme qui nous as tous réunis m'attrape par le col, me soulevant de terre sans efforts pour me crier au visage, me demander qu'est-ce que je fous à la laisser partir alors que j'avais déjà la flèche encocher et clairement l'habilitée nécessaire à ''L'embrocher''...

...Moi je détourne la tête pour regarder le cadavre de Stenam, sur le sol, avec une seule pensée en tête ; ''Pourquoi..?''

Rybris me jette presque sur le sol, puis donne des ordres aux autres, les garçons partent immédiatement, Angie, elle, s'approche de moi et m'aide à me relever doucement en me demandant si ça va aller...

...Je me contente de courir, dans la direction opposée que celle utilisée par Sylvan un moment plus tôt. Les autres lui courent après, mais moi j'ai pas besoin, je suis sûr qu'il va utiliser la sortie est, pas les autres, qui seraient pourtant ''Plus faciles'' à rejoindre selon une logique normale.

Parce que, lorsque l'alarme est sonnée, la sortie est est délaissée, puisqu'il faut longer le mur et la sortie nord pour rejoindre une route par celle ci, sinon on peux seulement atteindre une falaise naturelle.

Je suis sûr que tout ces défis d'escalades qu'il me laissaient était sa façon de se préparer, je serait...

...Je serait prêt à y parier une certaine pièce d'or qui tinte dans ma poche droite...


Listen,
It was a bit of a shock for me too...

...Life needed a bit of madness but,
Why should death be any different..?

But I think the stress is getting to you a little bit,
You need to unwind you...

...You're a freshly born fawn,
Trying to find your legs in a world that just...

...Doesn't make sense.

-''Wilford Warfstache'' - ''Wilford MOTHERLOVING Warfstache'' (Markiplier)

J'arrive à la porte est et, comme je le croyais, il est là, un corde à un gros rocher et l'autre bout autour de sa taille pour sécuriser sa décente... Et il arrête une seconde en me voyant.

...Tu devrais pas être en train de me chercher à la porte ouest..?

Je soupire, contrariée... C'est... Tout ce qu'il as à dire..?

Pourquoi..?

... Désolé, je crois pas que je vais pouvoir repayé l’intérêt, finalement.

LA FERME!

Tu va me suivre, t'expliquer, je suis sûr que Rybris pourras faire jouer ses relations, et ensuite on ira tous ensemble finir ce fichu contrat à la con..!


Il sourit tristement, attrapant la corde entre ses mains et s'apprêtant à descendre.

Désolé mais, si je te suivais, je crois bien qu'Angelica m'attacherais dans un lit et même moi, je ne suis pas masochiste à ce point.

Je m'apprête à lui dire qu'il as pas le choix, mais déjà il s'élance dans le gouffre et commence sa descente...

J'entends la voix de Rybris, dans mon crâne, me crier de couper sa corde de soutien. Pourtant je fais que regarder alors qu'il descend et, quand il arrive en bas et me fait un dernier signe désoler de la main, je lui lance sa corde, détruisant la dernière chance de qui que ce soit d'autre de trouver par où il est partit...

...Je jure que j'vais retrouver cet enfoiré, l'attaché à un lit, le forcer à tout me raconter et ensuite laisser Angie le torturer comme bon lui semble, je suis convaincue qu'elle trouveras un moyen original de le faire crier ''pitié''...


You're in a place for fear,
Lips are for biting here,
Let's make this moment worth the while,
Let's kill the night and go down in style.

Feel the magic rise,
We're plotting our demise,
Of perspiration and alcohol,
As I introduce the bedroom brawl...

J'attrape mon sac, puis me glisse par la fenêtre, nous somme tous prisonniers temporaires le temps de l'investigation, tant que les gardes ne sont pas sûr que nous n'avons rien à voir avec le meurtre, nous ne somme pas supposés sortir du palais, nos bonne relations avec Richard semblent être la seule raison pour laquelle nous ne sommes pas dans les cachots.

Mais je ne compte pas rester ici, à me morfondre et encore moins à suivre Rybris, alors qu'il m'as crier de tuer un de nos collègues comme si sa vie valait moins que la mienne.

Je vais me rendre à Al-Chen, j'ai un peu d'argent, je peux sûrement trouver un petit boulot là bas le temps de me remettre sur mes pieds, ensuite je trouverais Sylvan, j'obtiendrais mes explications et, une fois tout ça terminer, je partirais pour la citadelle venger mon frère...

...Il est temps que ''J'accepte de grandir''...

...Le monde n'est pas un rêve, mais bien un cauchemar.

Je descend la même falaise que Sylvan as utiliser, passant entre les maillons de la chaîne alors que les gardes quittent un moment leur poste pour faire leurs rondes.


Rybris

L'homme observe, depuis le toit de l'établissement, la jeune femme qui évite les gardes et s'élance dans une descente risquée. Il s'était souvent dit qu'elle ferait une bonne envoleuse, si elle n'était pas si naïve, mais il semblait bien que la moment où la jeune femme s'était éveiller à la douloureuse réalité de ce monde, elle avait également décidé qu'elle ne voulait pas pour autant accepter le fait que ses collègues d'un jour pouvaient être ses ennemis du lendemain.

Hep, je sais que c'est pas mon rôle de me mêler de tes choix mais... T'es sûr qu'on devrais pas la suivre..? T'as qu'à dire le mot et je la suivrais jusqu'au bout du monde, de ville en ville, toujours à un pas de son lit...

L'homme soupire, puis se retourne sans répondre à la jeune femme, la seule de ses protégés qui n'avait ni décidé de simplement attendre, ni de se sauver, elle s'était présenter dans sa chambre à lui, entrant par la fenêtre, pour lui demander c'était quoi ''le plan maintenant''.

Laisse là, si elle veux se sauver de ses responsabilités et de ses allégeances, c'est son problème... De toute façon, ce bon à rien d'Eckhart va la suivre, j'en suis sûr... Alors si elle pourrait bientôt être dans de plus gros problèmes qu'elle ne le crois...

...Après tout, il n'est pas exactement un ''Gentil petit alavirien'' n'est-ce pas..?


L'homme sent la tension dans l'air, la jeune femme à ses côtés as encore plus envie de suivre Tsukia, pour le coup... Il se demande presque si tout ses flirts n'étaient pas plus poussés qu'ils ne le pensaient tous, pourtant, elle le suis sans rien dire alors qu'il se dirige vers sa sortie préférée ; La sud.

Nalim avait choisi de rester dans sa chambre et d'attendre la fin de l'investigation, il s'en sortirait sans grand problèmes éventuellement, Eckhart descendait déjà pour suivre Tsukia comme l'homme l'avait prévu...

...Avec Sylvan en cavale, il ne restait donc que lui et Angelica.

Il soupira malgré lui, il devait disparaître un moment et la jeune femme ne serait pas assez habitué pour cela... Il connaissait bien sûr un endroit où une jeune femme de 17 ans avec ses talents pourrait apprendre à disparaître en semi sécurité mais...

Soupirant de nouveau, l'homme ouvrit, pour la première fois depuis des années, la conversation télépathique avec un homme à qui il aurait préféré ne rien demander, avoir une dette avec celui-ci était fort dangereux, après tout.


* Heeeey, j'ai un service à demander, quelqu'un à faire rentrer au domaine de façon subtile, sans laisser de trace d'où elle vient ni de comment elle est arriver là, tu pourrais faire ça pour moi...

...Voïmakas..? *



__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 298
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 19
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: La marche saoule de l'ombre   Ven 28 Déc 2018, 08:35

J'étouffe un juron dans mon crane.

Dire que le plan était si simple! D'acc, j'suis une apprentie marchombre, désormais, plus une mercenaire, mais quand même, pas une raison pour dire non à un contrat qui paye bien et qui était si simple!

Aile de corbeau entre dans le camp, pique le sceau familial de petit noble endormi, petit noble endormi ne remarque rien, aile de corbeau sort du camp et rapporte le tout, sceau familial est utilisé pour forger un document quelconque, puis transmit à espion à la con numéro un, espion à la con numéro un laisse le sceau pas loin de petit noble, qui le retrouve en pensant l'avoir fait tomber tout simplement, ni vu ni connu, tout le monde et content et moi j'ai une bourse pleine..!

Mais évidement, il FALLAIT que le capitaine de petit noble décide de faire une ronde COMPLÈTEMENT INSENSÉE à ce moment la de la nuit, de me prendre la main dans le sac et de sonner l'alarme!

Sérieux, me voilà avec tout un camp au fesses! Encore une chance que ce n'est qu'un camp de chasse pour monsieur petit noble qui veux faire du sport et que je porte un masque, hein...

...Bon, personne n'as vu mon visage, ils mordent tous ma poussière, je ne risquerais bientôt plus ri--

J'entre presque en collision avec le mec apparu de nulle part, devant moi. Mais d'où il vient lui, je suis sûr que je n'ais vu personne me dépassée..!

... Et j'ai raison, me dis-je en sentant son poing dans mon ventre, frappant un point spécifique qui me fait perdre le souffle et voir des étoiles une seconde avant de m'évanouir...

...À la vitesse à laquelle il bouge, je n'ais en effet rien vu.


Je m'éveille en m'étouffant, quelqu'un viens de me  lancer un sceau d'eau en pleine gueule.

Je tousse pour dégager l'eau qui est entrée dans ma gorge et mon nez, remarquant que mes mains sont solidement attachés dans mon dos et que je suis assise.

Je lève la tête pour voir qui m'as ainsi arrosée, mais mes yeux s’agrandissent bien malgré moi en voyant l'homme, à côté de celui déposant le sceau, qui porte un plateau sur lequel repose un repas carrément gargantuesque.


Bonjour, Tsukia, ça faisait longtemps...


Tu sais, au début, je t'ais pas reconnu, ce que t'as pu changer, quand même!

Si on m'avais dit que notre petite Tsukia deviendrait la grande aile de corbeau, je l'aurais jamais cru! J'te jure, si Angie savait ça, je suis sûr qu'elle voudrait encore plus occuper ton lit..!


J'observe l'assiette sans rien toucher.

Sylvan.

Ça doit faire pas loin de cinq ans, peut-être un peu moins, peut-être un peu plus, que je l'ai pas vu.

Pourtant, j'ai l'impression que ça en fait vingt et, en même temps, j'ai l'impression que c'était hier.

Il m'as détacher les mains et la salle est bien décorée et confortable, on diraient presque un des appartements d'amis de la citadelle, mais je ne me fais pas d'illusion.

Il y as sûrement des gardes juste dehors et puis il y as Sylvan, qui est devenu tellement rapide.

Je suis prisonnière, ni plus ni moins.

Et il n'arrête pas de parler, en plus.


Rah là là, peut-être que j'aurais dût te kidnapper, en partant, tient. T'imagine un peu? J'aurais pu avoir une petite soeur à amener partout et puis quand tu aurait eu ta pousser de croissance, tu aurais pu devenir comme une petite amie..! Ah les regards jaloux que j'aurais... Mais bon, j'ai plus ou moins quelqu'un d'autre et, j'en suis sûr, toi aussi, hein? Pas étonnant, t'es vraiment--

Pourquoi..?

Il stop sa phrase en plein milieux.

J'ai à peine murmurer, mais je sais qu'il m'as compris. Son soupire me le confirme encore plus.


Oh crois moi, tu ne veux pas le savoir, c'est sérieusement pas intéressant et carrément ridicule... Et puis, tu comprendrais sûrement pas.

Explique moi, alors..?

Il expire bruyamment, moins un soupir cette fois qu'une simple respiration exaspérée, puis se lève et se dirige vers la fenêtre, qui ne se gène pas de barreaux puisque juste à voir le niveau des nuages, il est évident que nous sommes dans une tour ou une salle plutôt élevée.

J'ai grandit... Dans un village du nord.

Mes parents n'ont jamais été bien riche, mais pas pauvre non plus, nous avions ce dont nous avions besoin pour vivre et un peu plus, au final, je suppose qu'on peut dire que nous étions riches, puisque nous étions tous heureux.

Pour les villages de ce genre, les raïs ont toujours été un problème, mais entre les frontaliers, les thüls, les caravanes et le peu d'aide que l'armée de l'empereur fournit, il n'y avait pas eu d'incident majeur depuis plus de trente ans, l'hors de la fondation du village...

...Jusqu'à un stupide jour de décembre.

Nous n'étions pas noble, mais nous avions quand même un statut privilégier. Mes parents avaient la ferme la plus grosse du village, dans ce type de milieux, c'est un peu comme être le bras droit du maire.

On as jamais sût pourquoi les Raïs étaient si loin de la frontière, ni comment un tel groupe as échappé à la vigilance de la citadelle et encore moins comment ils ont faits pour survivre si longtemps au froid et aux vents en terres hostiles.

Ce qu'on savaient, par contre, c'est qu'ils étaient en chemin, l'un de nos chasseurs les avaient repérer sans se faire remarquer pendant une de ses sorties. Sans montures, ils étaient à plus d'une semaine du village, ça donnait bien assez de temps à notre meilleur dessinateur de rejoindre l'un de ses compères puis à celui-ci d'aviser la citadelle et l'empereur, afin qu'ils envoient de l'aide.

À la place d'une unité bien formée et prête au combat, ils ont envoyer un seul dessinateur, qui as récupérer celui qui les avaient prévenus et le maire puis s'est barré d'un pas sur le côté.

On croyaient qu'ils nous évacuaient, nous avons attendus et attendus...

...Ils ne sont jamais revenu.


Je vois ses épaules se tendres, donc je me lève et me dirige doucement vers lui, remarquant ainsi qu'il as les yeux fermés, la tête légèrement baisser et qu'ils serre les dents, tentant sûrement de repousser les souvenirs.

Les Raïs nous ont exterminés, femmes et enfants inclus, bien sûr.

Mais ça, c'est le mode opératoire des raïs, on ne blâme pas un lion pour attaquer un cerf, ou encore un sanglier pour avoir charger sur un chasseur.

Je m'en suis sortit par la peau des fesses parce que mes parents m'ont cachés dans une de nos granges, derrière une armoire si lourde que je n'ais jamais réussis à la bougée.

C'est là que les marchants d'esclaves du norvégien coulé m'ont trouvés.

C'est là bas, que j'ai revu pour la première fois le dessinateur et le maire du village, bien vivants.

C'est eux qui, entre deux rires gras de leur nouveau statut, dans la cour d'un noble, un certain Stenam, de la cour impériale, responsable de la reconnaissance et des actions militaires visant les villages du nord.

Ce salopard avait décidé de ne sauver que ces deux là parce qu'ils étaient ''importants'', alors qu'il laissait les village et tout ses habitants mourir parce qu'il ne voulait pas interrompre un exercice militaire pourtant anodin pour sauver un ''simple petit village de pacotille''.

Je l'ais détester de toute mon âme, même si avec les années, je l'ais compris. L'exercice militaire était en fait un défilé pour une des nièces de l'empereur, en vacance dans la partie nord de l'empire.

Comme n'importe qui à sa place, il as fait le choix de s'assurer le moins de problèmes possibles en n'étant pas responsable de ruiner les vacances de celle-ci.

Après tout, un simple village rasé, ce n'est pas tout à fait inconcevable. Avant que les raïs n'atteignes une ville importante, il s'en était facilement occuper.


Il arrête une seconde son monologue, ouvrant des yeux désolés qu'il dépose sur moi en souriant tristement.

Tu vois, rien de très héroïque, ni même de spécial, il doit y avoir des centaines d'autres gamins comme moi, là, dehors, seulement je n'ais jamais pu l'oublier, c'est pour ça que j'ai accepter l'offre de Rybris ; Pour ma vengeance, tout simplement.

Et maintenant, je travail pour un groupe peu recommandable qui chasse les nobles de l'empire, alors tu vois, plutôt pathétique, hein..?


Je lève mes yeux sur lui, soupire légèrement en finissant la queue de cheval que j'ai entreprit de faire de mes cheveux, puis m'approche alors qu'il semble se résigner à recevoir une baffe, à se faire traiter d'égoïste.

Mon bras se lève alors que je le fixe, cet égoïste...


Sweet little Tsukia,
You'll know her if you see her,
Blue eye and a ponytail.

Her cheeks are rosy,
She looks a little nosy,
Man, this little girl is fine...

Sylvan

Le jeune homme ouvre grand les yeux en sentant les bras lui entourer le cou, puis la tête qui se pause sur son épaule alors que la jeune femme le sert contre elle.

T'aurais dût nous en parler, à Rybris, à Angie, à moi...

...Nous t'aurions écouter, nous t'aurions parler, si t'avais vraiment besoin de te venger nous...

...Nous t'aurions aider.


Sylvan n'était pas du genre à laisser paraître ses émotions, les camouflants derrière un masque de blagues et de moqueries joyeuses.

Pourtant, ses épaules furent un instant secouer d'un spasme alors qu'il s'écartait doucement, prenant le chemin de la porte, ne s'arrêtant que pour dire une dernière phrase.


...La porte n'est pas verrouiller, tu peu aller où tu veux sur cet étage et celui du dessous, il y as tout ce dont tu pourrait avoir besoin, même une salle d'armes. Tant que tu ne tente pas de t'échapper de ces deux étages, tu seras traiter comme un membre de la royauté... Tes armes sont dans le coffre au pied du lit.

Le jeune homme s’efforce de garder un air de prestance en sortant, puis en refermant la porte et en entrant dans la salle droit devant, qu'il verrouille.

Avant de s'effondrer, glissant contre la porte en bois massif et attrapant sa tête entre ses mains, chuchotant pour lui même, pour tenter de rajouter de la conviction à ses pensées..


Je te dis que j'suis un meurtrier, que j'ai pas de remords, que je le referais si j'avais de nouveau le choix... Et toi tu me fais un câlin et me dis que tu m'aurais aider... Putain, Tsukia, pourquoi faut-il que tu rende toujours tout plus difficile que ça l'est..?

...Et pourquoi, de toutes mes connaissances, faut-il que ce soit sur toi que je tombe...

...T'étais bien la seule que je ne voulais pas entraîner dans tout ça, entraîner ici...

...Même si ma vie en dépendait...

...Et merde.


I'm temped my darling to steal you away,
So help me, darling, stay out of my way...

...You know that I love you but I'm not the cheating kind.

I'm faced with a heartache at love's cheating line...


Tsukia

Je soupire en observant le changement de la garde.

Même la nuit, il n'y as pas de façon facile de sortir d'ici. Le seul endroit d'où je pourrais m'échapper sans problème est l'aire de stockage des armes, mais la porte de cette salle est toujours gardée de l'extérieur ET de l'intérieur.

Ils me laissent utiliser l'arme de mon choix pour m'entraîner, mais si seulement j'avais cinq minutes toute seule là dedans, je pourrais sécuriser une corde au cas où, briser la fenêtre, jeter la corde et m'échapper par là, mais ils ne me laissent jamais seule, peut importe où je suis.

Je pense justement à cela en observant une rapière qui me fait étrangement penser à Syndrell quand un garde rentre, demandant à l'autre de le suivre.


Et qu'est-ce qu'on fais d'elle..?

Bof, tu peux bien la laisser seule quelque minutes, Sylvan m'as dit que c'était important, et puis il t'as mentionner de nom en insistant que tu pouvais abandonner ton poste au besoin, alors...

Ils se parlent et grognes l'un l'autre... Moi je fronce les sourcils.

Je ne vois qu'une raison pour que Sylvan donne un tel ordre plusieurs jours après que j'ai été amenée ici.

Il m'offre une unique porte de sortie.

Dès que les gardes sont sortis, je me met au travail, quand je brise enfin la fenêtre, j'entends le garde de la salle d'entraînement jurer et tenter de défoncer la porte, devant laquelle j'ai placé une lourde caisse d'armes et de pièces d'armure.

J'ai pas une minute à perdre, me dis-je en m'élançant sur la corde, pour descendre aussi rapidement que possible.

Je dépasse de peu la moitié de la tour quand la corde commence à vibrer. Ils vont sûrement bientôt tenter de la tirer ou de la couper, je me dépêche donc de trouver des prises et de me coller au mur.

Le reste de la descente va être long, mais au moins ils n'ont pas de façon facile de confirmer si je suis tombée ou non, et puis s'ils sont tout en haut, descendre va leur prendre un certain temps, puis les recherches dans les falaises pour mon corps en prendra encore.

J'ai donc une assez bonne chance de m'en tirer, me dis-je en continuant de descendre...

...Je me demande quand même ce que Sylvan as en tête, pour me permettre de m'échapper...


Don't let me cross over love's cheating line...

You belong to another,
And you'll never be mine.

I know one step closer,
Would be heaven divine...

...Don't let me cross over love's cheating line...

J’atteins enfin le sol, j'entends d’ailleurs déjà les hommes et les chiens approcher, ils sont vraiment rapides, pour être si près même en ayant à contourner complètement la falaise..!

Je commence une course effrénée, tenter de me rappeler toutes les leçons de Libertée et de Lou, tirant dans toute mes ressources pour mettre autant de distance que possible entre mes poursuivants et moi.

Vu la géographie de l'endroit, je crois que je ne dois pas être loin des dentelles vives, et je crois bien courir vers l'est, si je me fis au soleil, donc suis sûrement non loin du pollimage, une fois passer celui-ci, je vais prendre la direction d'Al-Jeit, y passer quelque jours pour me faire oublier.

Avec un peu de chance, je vais pouvoir rejoindre Al-Chen par la suite et, enfin, l'académie.

Il y as quand même un truc qui me semble étrange.

Ces types ont réussis à atteindre l'endroit où j'ai finit ma descente si rapidement, c'est presque comme s'ils m'attendaient...

...Et quelque chose me dis que c'est pas Sylvan, qui leur as dit que je passerait par là.


When heavens divide,
I will see the choices within my hands.

How can we ever protect and fight with our tiny souls..?

Let me shine like the sun through the doubts and fear,
Do you feel the storm approach as the end draws near..?

When heavens divide,
Time will come to softly lay me down,
Then I can see her face that I long to see.

And for you,
Only you,
I would give anything...

...Leaving a trace for love to find a way...

J'observe la chambre de l'auberge une fois de plus...

...Étrange.

Avec des chiens, que j'ai pourtant bien entendu, ils devraient AU MOINS déjà être arriver à la conclusion que je suis ici, à Al-Jeit, et donc être passer au moins confirmer le tout.

Pourtant, je vois la porte principale de la ville depuis ma fenêtre et je n'ais vu absolument personne de suspect.

Une ou deux caravane marchande, quelques voyageurs, mais rien d'autre... Auraient-ils abandonnés si rapidement..?

Je m'apprête à sortir quand mon instinct me dicte me retourner, une seconde trop tard, alors que je sens une main se refermer sur ma bouche pendant que l'autre emprisonne mes bras.

Une légère barbe chatouille mon oreille quand une voix presque mielleuse prononce un seul mot.


Désolé, Tsukia.

La lance apparaît dans l'air, sortie de nulle part, et s'élance vers moi alors que l'homme me lâche, je réalise alors que je n'ais pas le temps de me déplacer, encore une fois je me suis ficher dans les emmerdes et je ne suis pas assez forte, pas assez rapide, pour m'en sortir.

Et je reconnais Rybris, qui m'as ainsi capturer et qui m'as lâcher désormais.

Je viens à peine de me résigner à mourir de façon aussi ridicule quand quelque chose de lourd, provenant de la direction du balcon extérieur, me pousse, me faisant tomber et prenant ma place.

J'entends un son horrible de chair qui se déchire et de quelqu'un qui s'étouffe sur du sang.

Quand je lève le regard, j’aperçois Sylvan, du sang sur le rebord de la bouche, qui recule de quelque pas et tombe dans les bras de ce salopard de Rybris, qui le dépose dans une chaise métallique sortit tout droit de l'espace temps alors même que la lance disparaît, ne laissant qu'un trou béant.


Idiot... T'étais le seul de la troupe, à part Angie, qui avait une chance de te sauver vivant... Et tu gaspille tout pour la gamine...

L'idiot en question sourit, relevant légèrement la tête.

Cette...Cette gamine...

...Elle m'as rappeler... C'était quoi, le bonheur.


Il s'étouffe alors que notre ancien mentor soupire en s'approchant de moi, sortant son épée de son fourreau.

De tout les poisons, il fallait que ce soit l'amour...

...Désoler, vous deux, mais tout ça, ça fait aussi partie du contrat...

...Au moins vous ne serez pas seuls, de l'autre côté, en partant ensemble... Et puis, les deux autres vous rejoindrons bientôt.


Je lève un regard de nouveau remplis d'incompréhension. Partie du contrat..? QUEL contrat? Le dernier ''Contrat'' que nous ayons pris ensemble, c'était---

J'écarquille les yeux quand mes doutes sont confirmés par une voix arrogante qui s'élève depuis la porte de la chambre s'ouvrant doucement.


Ça ne sera pas nécessaire, maître Rybris. Les cibles importantes étaient ce garçon, Sylvan, et l'héritier des Ramir, cette gamine n'est d'aucune importance, laissons là.

Le bras de Rybris descends, hésite une seconde, puis range son arme alors qu'il se retourne vers l'homme... J'en crois pas mes foutus yeux, me dis-je en m'élançant vers lui à toute vitesse, lui attrapant le col.

COMMENT!? POURQUOI TOI T'ES EN VIE!? JE T'AIS VU MORT!

Rybris attrape mes bras, me force à lâcher l'homme puis me jette sans cérémonie sur le sol, à côté de la chaise de Sylvan qui disparaît alors que je m'efforce de l'attraper pour qu'il ne se blesse pas encore plus.

Une illusion, voilà ce que t'as vu, comme tout les autres, Tsukia.

Stenam avait de bonne source que l'un de nous était là pour le tuer, cependant il ne savait pas qui, il savait seulement que ce n'était pas moi puisque j'avais déjà complété quelques contrats pour lui.

Le contrat, c'était de trouver l'assassin, le traquer aussi longtemps que nécessaire, puis le tuer ainsi que ses alliés.

Vous étiez des outils et vous n'êtes plus utiles.


Il se retourne, puis quitte la pièce avec l'autre homme, j'ai bien envie de leur courir après pour leur planter mes dagues dans le dos...

...Mais une main tremblante attrape la mienne et je baisse le regard vers Sylvan, qui crache tellement de sang que je sens le sang quitter mon visage.


Je... Suppose que j'ai... Rater mon coup... Hein...

Non... NON, LA FERME, ON VA TROUVER UN RÊVEUR..!

Je refuse de le laisser mourir, je refuse de laisser se répéter cette histoire, pas question, je n'y survivrais pas..!

Bah voyons, Tsu...kia... Y'as pas de rêveurs... Dans l'coin...

...Ça fait... Vraiment mal...

...Hep, dit...

...Tu... M'accorderais... Une faveur..?


Les larmes coulent sur mes joues alors que je tente de trouver une solution à toute allure, putain, cette lance as dût lui perforer un poumon, probablement couper une artère, ce con as quelque minutes à peine, il peu pas la fermer, me laisser penser.!? JE REFUSE D'AVOIR UN SECOND MËRL SUR LES BRAS MERDE!

Pourtant ses mains prennent les miennes et les déposent sur sa gorge dans le même mouvement.

Pourtant ses lèvres s'étirent dans le même sourire stupide.

Pourtant ses yeux me regardent de la même façon si affectueuse.


Ça va... Augmenter l’intérêt... Pas vrai..?

J'éclate en sanglot, pressant mes lèvres contre les siennes dans l'espoir de le faire taire.

Et je serre.

Parce que je ne suis pas digne d'être une Til'Werin.

Parce que je suis une traître.

Parce que je suis une meurtrière.

Parce que je ne suis, au fond, pas frontalière.

Parce que je suis la seule qui peut le faire.

Je serre, et je l'embrasse, comme un lever de soleil, comme si ce simple baiser allait le ramener à la vie comme dans les comptes de fées, comme s'il n'était pas en train de mourir, comme si on étaient des amoureux dans un champ de fleurs blanches, innocents et pures.

Comme si je n'avais pas son sang sur les mains et les lèvres, comme s'il n'en crachant pas une certaine quantité dans ma bouche, comme si je ne le sentait pas continuer de sourire.

Comme s'il ne fermait pas doucement les yeux alors qu'il est parcouru par des spasmes.

Quand il arrête de bouger, je me blottit contre son torse, me fichant bien de m’étaler du sang sur les bras, le torse et le visage.

C'est ma vie, c'est ma malédiction...

...Tout ce que je touche finit par mourir par ma faute.

Et le pire dans tout ça, c'est que j'ai même pas le droit d'aller le rejoindre, me dis-je en apercevant mes dagues, marquer du mot ''Sangrelune''.

J'ai fais une stupide promesse qui m'en empêche.

Alors je me lève péniblement, en pleurant, le soulève sur mes épaules, puis sorts de la chambre, puis de l'auberge, rejoignant la porte à la lumière de la lune et quittant la ville pour la direction du Lac Chen...

...De toute façon, je n'ais plus envie de dormir, ou de manger...

...Juste de trouver Gil...

...Et de tuer ce serpent de Rybris, de lui montrer que lui aussi, il peut se faire bouffer tout crut.


I will dive into the fire,
Spilling the blood of my desire,
The very last time,
My name scorched into the sky...

When heavens divide,
I have seen the choices within my hands.

Now I can protect and fight with my tiny soul.

Let me shine like the sun through the doubts and fear,
Do you feel the storm approach as my end draws near..?

When heavens divide,
Time has come to softly lay me down.

Now can I see her face that I long to see..?

And for you,
Only you,
I gave everything...

...I left a trace and love did find my way...

Je lève enfin les yeux de la table pour regarder Gil un instant, il me fixe et semble inquiet, mais on dirais qu'il n'ose pas parler...

...Non, il me connais trop bien, je le connais trop bien...

...Il ne parle pas, pas parce qu'il as peur, pas parce qu'il n'ose ou ne veux pas...

...Mais bien parce qu'en ce moment, il est écoute.

Il attends que je m'explique.

Parce qu'il comprends que je suis aussi prête que possible, me dis-je en baissant les yeux sur la table en chuchotant, la voix rauque d'avoir trop pleurer.


Tu te souviens, quand je t'ais parler de mon frère..?

...Je crois qu'il est temps que je te raconte comment j'en suis passer de gamine bannie à apprentie marchombre...

...Et pourquoi tu te retrouve avec le cadavre d'un homme mort en me protégeant sur ta table de cuisine...


I gave my life,
Not for honor,
But for you.

In my time,
There's been no one else.

Crime, t'was the way I flew to you.

I'm still in your dreams...

...Snake Eater...


__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La marche saoule de l'ombre   

Revenir en haut Aller en bas
 
La marche saoule de l'ombre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE COMTE KEI - Le Maître de l'Ombre (Admin)
» Questions sur l'integration d'Haiti au marche de la CARICOM
» Haiti en marche - Haitiens, partout fuir la misere!
» Haiti en Marche: Haiti et neo-liberalisme
» Haiti en Marche: Les " pèpè " menacés par la crise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: Entre nous :: Registres pour personnages :: Biographies-
Sauter vers: