AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 248
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Dim 28 Fév 2016, 09:35

Le paysage était à couper le souffle.

Un léger vent presque tiède caressait l’immense étendue bleuté qui s’étendait devant Aivy, la faisant frissonner en quelques vagues qui venaient s’écraser contre les rochers en murmurant. Le mouvement se répétait sans cesse, à la fois réglé par nature et désordonné par le hasard. Le ciel se mouvait en de multiples nuages blancs qui semblaient s’affronter les uns et les autres dans une course vers le soleil.

Tout était Energie.

La jeune femme savoura le paysage le temps d’un bel instant, avant de mettre pied à terre et de passer les rênes de sa jument par-dessus son encolure pour mieux la tenir. Sa jument étant peut-être un peu trop vite avancé puisqu’elle avait emprunté Uranie à l’académie une grosse semaine plus tôt.


- C’est vraiment incroyable… Ça valait le coup.

« Le coup » était en réalité huit jours de voyage sous le soleil de mai en compagnie de Tsukia, une petite attaque de brigands dont les deux apprenties s’étaient vites débarrassés au vu de leur niveau de combat inexistant, un nombre de haltes relativement réduit pour ne pas dépasser les délais accordés par Libertée et deux chevaux au caractère bien trempé qui n’avaient pas encore fini de leur jouer des tours.

Cela valait définitivement le coup.

L’idée avait traversé Aivy comme un éclair fugace et les mots avaient fusés si naturellement qu’elle-même n’avait pas compris ce qu’elle racontait. « Je veux voir l’océan. » Impératif catégorique, bordé d’espoir.

Elle avait très envie de parcourir le monde, maintenant qu’elle n’était plus enchaînée à d’autre obligation que celle de suivre Lib’ durant les prochaines années. Trois ans n’étaient pas exagérés et cette formation était celle de toute une vie. De plus, les prochains mois promettaient d’être particulièrement excitants.

Et la jeune femme s’entendait très bien avec Tsukia.

La situation avait tout pour être cocasse. Aivy Sil’Lucans, bien s’entendre avec une autre jeune fille de son âge, d’autant plus lorsqu’elle était aussi particulière. Si l’ivreté quasi-permanente de sa compagne l’avait dans un premier temps grandement intriguée, elle était désormais arrivée au point où elle ne se préoccupait même plus de savoir si elle était sous l’emprise de l’alcool ou non. Cela faisait partie d’elle. De même à propos de sa technique de combat, tout bonnement incroyable.

Se battre saoule. Avant de voir agir Tsukia, l’apprentie marchombre aurait pris ce genre de possibilités pour des fariboles fantaisistes. Et pourtant, cela avait tout d’une réelle technique.

Aivy commençait à se rendre compte que son apprentissage n’allait sans doute pas concerner que les techniques de combat ou le style de vie des marchombres.

Elle allait apprendre à Vivre. Avec tout ce que cela impliquait.
Considérant chaque être humain qui croiserait sa route et qui pourrait lui apporter quelque chose dans sa richesse, considérant chaque voyage comme une corde de plus à son arc, chaque nouvelle expérience comme une aventure et chaque trajet au clair de lune comme la formation de son être profond et une réponse à ces innombrables questions qui n’avaient de cesse de l’envahir.

L’Avenir était à couper le souffle.

Multiple de possibilités.


- Alors, qu’est-ce que tu en penses ? C’est à la hauteur de ce qu’on espérait, non ?

Elle s’était retournée vers sa compagne dans un sourire.

- Qu’est-ce qu’on fait, du coup ? On cherche un endroit pour camper, ou on continue d’explorer le terrain ?

Sur ces mots, elle reporta son attention sur sa jument. Elle semblait épuisée. Aivy glissa son regard contre la selle et en releva le quartier gauche pour dessangler au maximum de ce qu’elle pouvait afin de soulager l’animal.

- Dans tous les cas, je crois que je vais continuer à pieds… Elle a besoin de marcher calmement, et de brouter un peu.

__________________________________________



Dernière édition par Aivy Sil'Lucans le Sam 26 Mar 2016, 19:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 224
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Dim 28 Fév 2016, 13:05

C'est mon tour, je m'en occupe...

Je descend de ma monture, les brigands devant moi semblants surpris de cette affirmation.

Tu l'auras voulus, ma mignonne! Allez les gars!

Un sourire sur les lèvres, je prend une longue gorgé de l'alcool dans ma gourde en évitant les coups de mes assaillants, puis je la rebouche en la laissant tombé à ma ceinture avant de laisser échapper un hoquet content, semblant perdre mon équilibre.

Est-ce qu'elle est... Saoule? HAHAHAHAHA! On vas bien s'amuser, avec celle là!

À peine sa phrase terminée, l'homme se jette sur moi, tentant de m'agripper. Plutôt que de l'éviter, je me lance dans ses bras avant de sauter sur son torse avec mes deux pieds, de lui attraper le cheveux et de tirer en lui brassant le crâne, ce qui le fait crié de douleurs.

Ses subordonnés tentent alors de m'attaquer, mais je reste insaisissable, en fait ils ne savent même pas où attaquer, tellement je n'arrête pas de presque tomber pour me rattraper d'un pas ou trois à la dernière seconde, maintenant un équilibre si précaire qu'ils ne comprennent même pas comment je reste debout.

Donnant des coups de pieds et de poings, les rendant carrément enragés alors qu'ils remarquent qu'ils ne se font pas seulement battre par une fille, mais bien par une fille saoule, je m'amuse comme une folle. Bientôt, il n'en reste qu'un debout, que je finis d'assommer promptement en m’élançant, les deux pieds devant, vers sa tête, m’effondrant sur le sol avec lui, restant là un moment à observer le ciel.


Ah... C'est vraiment une belle journée... Pas vrai les gars?

Ma seule réponse viens sous forme de grognements de douleurs alors que je me relève, retrouvant un équilibre normal en quelque moments pendant que mon corps, habitué à ne garder l'alcool que le temps de la baston, commence à éliminer l'excédant.

Remontant à cheval, je repart avec ma compagne de voyage, laissant derrière nous une bande très vilainement amoché et qui ne risque pas de participer dans une bagarre de taverne de si tôt.


"Kung Fu lives in everything we do. It lives in how we put on our jacket, how we take off our jacket. It lives in how we treat people! Everything... is Kung Fu."

La mer... Ce n'est pas la première fois que je la vois, mais c'est la première fois que c'est de si près. Cet océan me rappelle à quel point il est important de se souvenir que la nature qui nous entoure n'est pas une chose à part, puisque nous en faisons partis.

Ma partenaire de voyage, Aivy, fait partit de mon cours, à l'académie. Un sourire apparaît sur mon visage en me rappelant le premier regard qu'elle m'ais adresser en me voyant utiliser le Zui Quan. Je ne m'en servais que rarement, surtout devant témoins, mais il fallait bien que je donne le meilleur de moi-même en cours, sinon je n'apprendrais pas au mieux.

Je suis pleinement au courant, cependant, que cet art est risqué... Parce que le vaisseau qui flotte sur l'eau peux y couler... Parce qu'être trop saoul était beaucoup plus risqué que de ne pas l'être du tout... Et parce qu'il fallait s'assurer en permanence de ne pas se laisser aller à l’alcoolisme.

Ma partenaire me ramène à la réalité en me posant une question à laquelle je réfléchis un instant alors qu'elle me demande également ce que je préfère, camper ou explorer.


C'est énorme, dans tout les sens du terme.

Et moi, tu sais, je suis habitué de parcourir les chemins et de dormir à la belle étoile...

Comme disais ma mère : ''La seule maison du Zui Quan est le monde.''


Je parle très rarement de ma famille, mais j'appréciait la jeune femme et, s'il était clair qu'elle avait la même curiosité que moi, qui semblait être la marque de commerce des marchombres, je la savais aussi assez discrète pour ne pas poser trop de questions gênantes... Et pour accepter le silence comme réponse, si c'était le cas.

Prenant une nouvelle gorgée de ma gourde, me gardant juste assez loin de l'ivresse pour ne pas être saoul, mais assez proche pour qu'une gorgé me suffise, je descend de cheval en même temps qu'elle, me disant qu'elle avait bien raison, nos chevaux avaient largement mérités une pause.

J'attrape une pomme, dans un de mes sacs, et la tend à l'animal qui mange avec contentement, en offrant une à Aivy pour sa propre monture par la même occasion.


Alors, entre filles, qu'est-ce que tu pense de l'académie?

Moi, personnellement, je trouve vraiment ça surprenant que personne ne l'ais trouvé, avec sa taille...

Et moi la première, tu te rend compte, j'ai travaillé à Al-Chen et je ne savais même pas qu'elle existait!


L'immense étendue d'eau, à nos côtés, m'apporte un sentiment de calme extrême...

C'est fou ce que c'est bien, la mer.

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 248
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Lun 29 Fév 2016, 14:42

C'était en effet une belle journée.

Les deux jeunes femmes, debout côte à côte, contemplaient la vaste étendue bleuté qui s'écoulait devant elles comme une vie. Aivy se sentait revivre.

Il aurait été inconcevable d'avancer qu'elle s'ennuyait en ce début d'apprentissage sur la Voie. Chaque exercice était plus trépident que le précédent, et chaque demande de la part de leur maître était aussi imprévisible que le vent. Libertée était une personne aussi exceptionnelle qu'étonnante, et la côtoyer rendait la jeune femme chaque jour un peu plus proche de son objectif, tant humainement qu'au niveau de ses projets d'avenir. Mais son ancien mode de vie lui collait à la peau tant bien que mal et lui donnait l'impression d'une enveloppe coriace à laquelle elle devait sans cesse se frotter pour espérer aller plus loin. La question du pourquoi de ces appréhensions ne l'avait jusqu'ici jamais effleurée.

Mais en un instant, elle comprit.

Elle avait peur.

Peur de l'avenir. Peur de se séparer de cette zone de confort qui l'avait forgée. Peu d'échouer.
Peur de décevoir.
De se décevoir.

Aivy était une personne de perfectionniste. Pas au point de s'en rendre malade comme son grand-père, mais suffisamment pour ne pas aimer que quoi que ce fut lui résiste. A fortiori quand il s'agissait de son propre chemin de vie et de la manière dont elle voulait gérer celle-ci.

Alors elle avait peur.

Elle considéra un instant cet étrange sentiment. Puis, tourna son regard vers Tsukia.

ll n'y avait aucune raison d'avoir peur.

Toutes deux, si elles n'étaient pas faites du même bois, étaient pourtant dans le même panier. Elles avaient choisi, au-delà de tout ce qu'elles étaient et voulaient être, une voie qui n'avait rien de simple et tout d'une promesse mirobolante. Si elle n'avait pas rencontré quelqu'un comme Libertée, Aivy elle-même n'y aurait sans doute jamais cru.

Il n'y avait définitivement aucune raison d'avoir peur.
L'Avenir était à elles.

L'apprentie rangea donc ses déambulations métaphysiques et adressa un nouveau sourire à sa compagne de voyage et désormais amie, alors que cette dernière lui signifiait qu'elle avait l'habitude des deux options précédemment proposées.


- Je vois. Autant continuer de marcher un peu alors, ça fera du bien aux chevaux et on trouvera un endroit plus tard.

Aivy attrapa la pomme que lui confiait Tsukia en la remerciant chaleureusement. Peut-être pas aussi chaleureusement qu'Uranie, qui goba presque la main de sa cavalière avec le fruit en l'attrapant entre ses dents, déclenchant au passage quelques éclats de rire.

- Non mais tu as vu ça, une vraie goinfre celle-là ! On dirait qu'elle n'a rien mangé depuis des jours...

Nouveau sourire.
La petite jument blanche ne possédait sans doute pas les caractéristiques d'une championne de course, mais la jeune femme avait très vite compris qu'elle avait le sang vif, et ne rechignait pas à donner de la vitesse dès qu'elle en avait l'occasion. La remettre aux ordres lorsqu'elle décidait que marcher ou trotter était trop ennuyeux n'était pas une mince affaire, mais dès une fois calmée elle redevenait aussi douce qu'un agneau, et Aivy râlait parce que « On a jamais vu une jument comme ça par la Dame, elle se comporte comme une pouliche, et puis depuis quand un cheval est-il censé être lunatique ? ».

Et puis il y eut cette phrase de Tsukia, juste avant qu'elle ne reprenne une gorgée de son alcool. La seule maison du Zui Quan est le monde.

Sa compagne perçut l'importance d'une telle déclaration et ne renchérit pas, laissant la seconde apprentie exprimer avec ces quelques mots non seulement un héritage familial mais aussi une partie de ce qu'elle était.

Respect.

Puis, une nouvelle question.

Il était vrai qu'elle n'avaient pas eu jusqu'ici le temps de discuter de l'académie et de l'impression qu'elle leur avait laissé. Faisant avancer sa jument pour la détendre et invitant son amie à faire de même, l'apprentie marchombre répondit malgré elle d'un air teinté de nostalgie :


- Je crois que c'est un secret qui mérite d'être gardé. Je n'en avais jamais entendu parler non plus jusqu'à ce que mon père me balance tout d'un coup, comme s'il avait eu l'information sur le cœur trop longtemps sans personne à qui la transmettre. C'est une richesse, je dirais même un trésor... Mais il est vrai qu'avec sa taille, je suis aussi surprise que toi que personne ne l'ait encore trouvée. Peut-être qu'il y a un champ magique au tour pour éloigner les potentiels imbéciles indignes de son enseignement ?

Aivy laissa échapper un petit rire pour marquer sa plaisanterie, mais se rendit compte qu'elle pensait à moitié ce qu'elle avait dit.

Il n'y avait peut-être pas de champ magique autour de l'Académie.

Mais elle était sans aucun doute bien plus magique que tous les bâtiments de Gwendalavir réunis.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 224
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Lun 29 Fév 2016, 20:54

En même temps, je me demande si quelqu'un qui la trouverait la remarquerait, seulement...

C'est vrai, quoi, un établissement dont personne ne parle si près d'une ville, on pourrait penser que c'était une école de dessin, si l'on était pas assez curieux...

Même si je doutait que quelqu'un qui ne soit pas supposé la trouver le puisse. Je repris la parole dans un murmure en regardant la mer, dont la couleur scintillait et changeait sous l'effet du soleil.


Tu te rend compte de notre chance, quand même?

Parce que nous étions désormais des apprenties marchombres. C'était une sacré chance, de trouver une telle voie et d'avoir Libertée pour nous y guider.

Personnellement, je me sens légère comme une plume, depuis mon arrivée à l'académie, et je remercie en pensées le marchombre m'y aillant mené. Je me frotte le crâne, perdue dans mes pensées.

Notre prochain cours serait à la citadelle, semblait-il... Et ça, c'était un truc que j'aurais quand même préféré évité. Parce qu'y retourner alors que j'ai été bannie n'est pas une très bonne idée... Et même si je suis en ce moment entre l'ivresse et la sobriété, je sais que c'est principalement parce que ma gourde d'eau est vide depuis longtemps.

Normalement, je n'utilise presque jamais le Zui Quan et je ne suis pas saoule pendant la plus grande partie de la journée... Et si mon corps s'est habitué à l'alcool et ne me donne plus d'effets secondaires tel que la gueule de bois depuis longtemps, je préfère ne pas abuser... Aimer l'alcool et devenir alcoolique sont deux choses différentes, après tout.

La chaleur de l'endroit commençant à sérieusement m’énerver, j'enlève mon léger manteau de cuir noir, surtout fait pour me protéger des intempéries, ne gardant sur moi que mon sous vêtement de sport, une brassière noire en un morceau fait pour ne pas m’empêcher de bouger, mon pantalon, lui aussi noir et légèrement moulant, puisque je préfère ne pas donner de prises inutiles à un assaillant possible, et pour finir mes bottes de voyage en cuir léger et souple, elles aussi noires.

M'étirant pour être sûr de ne pas avoir de courbatures dues à la chevauchée, je me retourne vers ma compagne de voyage avec un énorme sourire sur le visage.


Je me demande si l'eau est bonne...

Après tout, nous avions fait tout le chemin et se rafraîchir ne ferait pas de mal...

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 248
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Mer 02 Mar 2016, 15:59

Altaïs lui manquait.

Cela faisait moins de deux mois qu'elle avait quitté la maison et deux semaines à peine qu'elle avait attaqué sa formation. Prise entre deux extrêmes, d'un côté la volonté d'être plus forte psychologiquement et de l'autre l'acceptation de ses sentiments, la jeune femme soupira.

L'océan était magnifique, et teinté de suffisamment de nostalgie pour la déstabiliser l'espace d'un instant. Les souvenirs de son adolescence revinrent en flèche et réveillèrent quelque chose au fond de son cœur.

L'aimait-elle ?

Elle n'en avait jamais été sûre, et ne s'était jamais réellement posé la question. Elle avait simplement accepté leurs contacts physiques réguliers comme une nécessité toujours plus grandissante. Mais le sujet de son ressenti était passé en arrière-plan, comme une vérité embarrassante dont elle aurait préféré se débarrasser. Lui l'aimait, elle en était certaine. Il lui avait par ailleurs fait passer le message avec toute la subtilité d'un troll, et Aivy ne doutait pas qu'il lui en veuille encore pour son départ. Le jeune amoureux qui avait prévu de la demander en mariage ce printemps s'était retrouvé face à la brutalité et au désespoir d'un départ qu'il n'avait pas vu venir.

Car c'était ce qu'elle était.

Libre.
Sauvage.

Indomptable.

Exactement comme cette eau, pensa-t-elle brièvement en tournant son regard noir vers l'étendue bleuté.


- Une chance... Oui, je crois que c'est le bon mot.

Effectivement, elle se rendait compte de sa chance. De ses chances. Car non seulement elle était chanceuse de suivre un tel enseignement, mais elle était aussi couverte de fortune pour avoir réussi à atteindre l'académie sans problèmes... Et elle avait désormais toutes les chances du monde de s'épanouir enfin.

Puis une nouvelle interrogation de la part de sa compagne. L'eau ?

La jeune femme esquissa un sourire moqueur avant de tirer la langue.


- Chiche !

Les vêtements volèrent sur le sable les uns après les autres et, ne gardant que son débardeur et ses sous-vêtements, Aivy s’élança vers la mer.

La sensation de l'eau sur son corps fut comme un renouveau. La chaleur commençait à être étouffante, il était pratiquement trois heures de l'après-midi et il était impossible de savoir combien de temps cela durerait. Autant en profiter.

Une fois qu'elle eut nagé quelques mètres, l'apprentie marchombre se retourna vers sa compagne de voyage et lui adressa un signe de la main, toujours un grand sourire aux lèvres.


- Alors, tu rappliques ou je viens te chercher ?!

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 224
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Jeu 03 Mar 2016, 16:56

Je fus un instant tenté de lui dire de venir me chercher, légèrement curieuse de savoir si elle le ferait vraiment, mais la chaleur était trop forte et mon besoin de rafraîchissement l'emporta sur mon esprit joueur.

M'élançant dans l'eau à ses côtés, je m'assure d'envoyer une bonne dose du liquide sur Aivy pour répondre à sa petite provocation.

Je reste la tête sous l'eau un instant alors qu'une idée taquine fait son chemin dans mon esprit et, avec un sourire pour retenir mon ricanement sous marin, j'attrape les jambes de ma nouvelle amie pour la tiré sous l'eau. Je lui tire la langue, blagueuse, quand sa tête arrive au niveau de la mienne avant de remonté à la surface, appréciant le répit de la chaleur, bien que je garde un oeil sur nos chevaux pour m'assurer que personne ne nous piques nos possessions.

Je me sentais bien, ma peau appréciant le retrait des rayons brûlants du soleil, mais quelque chose me faisait restée sur mes gardes.

Un genre de mauvais pressentiment que je ne savais pas comment appelé...

La plupart des gens appellent ça l'intuition féminine.

Moi j'appelle ça ce que c'est, parce que les hommes aussi en sont capables : L'intuition tout court.

Et ne pas se fiée à son intuition, c'est se mentir à sois-même.

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 248
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Jeu 03 Mar 2016, 17:18

Aivy continua quelques petites brasses, histoire de ne pas laisser refroidir son corps - elle avait horreur de ce genre de sensations et préférait profiter de l'eau le plus possible - le temps que son amie enlève la plus grande partie de ses vêtements. La température était idéale et rafraîchissante, et la jeune femme sortit un instant la tête de l'eau jusqu'aux épaules pour profiter d'un nouvel alizé.

« Le vent se lève, il faut tenter de vivre... »

Elle ne s'était jamais sentie aussi bien. Alors que ses mains battaient dans l'eau, l'apprentie Marchombre sentait comme un courant d'énergie qui affluait d'elle à l'océan, puis de l'océan au monde. Alors, comme si la terre n'était plus rien, elle embrassa mentalement l'Univers autour d'elle en fermant les yeux.

Liberté.
Ouverture.
Harmonie.

Harmonie ?

Splash.

Tsukia venait de pénétrer dans l'eau brutalement et la rappela à la réalité en un quart de seconde. Aivy perçut tout de suite l'éclaboussure comme volontaire et en réponse à sa plaisanterie. Elle fondit en éclats de rire, le cœur ouvert à la joie d'un partage amical riche à la fois de simplicité et de bonheur.


- Saleté ! Attends voir...

Tsukia avait disparu. Sa compagne soupira. Elle l'avait devancée, et sa tête sous l'eau n'inaugurait rien de bon...

La jeune rousse ne vit pas la nouvelle farce venir, et se retrouva tête sous l'eau en moins de temps qu'il ne fallait pour dire « Raï ». Face à l'eau qui pénétra ses narines brutalement et à sa vue qui se brouilla - elle n'avait pas eu le temps de se préparer et de se boucher le nez -, elle se contenta de sourire et de remonter aussi vite qu'elle le put.

Puis éclata de rire en voyant la langue tirée de son amie.
Que c'était bon, Vivre.

Mais elle ne comptait certainement pas en rester là. Se mouvant tout aussi rapidement que sa compagne quelques instants plus tôt, elle fit voler l'océan à l'aide de sa main en visant la tête de Tsukia, juste avant de replonger sous l'eau pour passer derrière elle et lui envoyer une nouvelle rasade.

Elle l'avait bien cherché, après tout.

Mais contrairement à ce qu'attendait l'apprentie, son amie ne répondit pas à cette nouvelle plaisanterie, préférant fixer le rivage et les chevaux. Son attitude avait changé. La pensée qu'elle n'ait pas apprécié son jeu traversa Aivy un instant, mais elle la repoussa bien vite lorsque les yeux plissés de la martialiste du Zui Quan lui firent comprendre qu'il s'agissait d'autre chose. Elle se concentra elle aussi sur les chevaux un instant, détaillant les deux bêtes pour s'assurer qu'il n'y avait aucun souci, mais ne vit rien. Elle examina alors le sable et la petite côte qui s'étendait à l'arrière. Peut-être y avait-il un danger ?

Toujours rien.

- Tsukia ? Est-ce que tout va bien ?

Repassant à ses côtés d'une brève brasse, elle lança d'un ton qui se voulait le plus calme possible :

- Tu as senti quelque chose ?

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 224
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Jeu 03 Mar 2016, 17:56

Soupir. Au fond cette intuition pouvait être l'alcool qui...

Je pousse Aivy sous l'eau avec moi à la dernière seconde, attrapant une étoile de jet ralentie par l'eau entre les doigts. Elle l'aurait reçue en pleine épaule... Efficace pour affaiblir voir même immobiliser quelqu'un, quoi...

Un regard plus tard, je perçais la surface pour rentrer la tête à nouveau immédiatement, évitant un autre projectile. Il s'agissait là d'un groupe qui semblait plus ou moins bien armé et, surtout, accompagné d'un des idiots que nous avions tabassés plus tôt aujourd'hui... Et je compris leur plan avec un frisson.

L'idiot en question était un idiot pervers, qui n'avait pas seulement demandé leur bourse, mais leur corps aussi... Bref il s'était trouvé des amis mieux armés et au intentions aussi douteuses... Et comme si c'était pas assez, l'eau avait finit de me faire perdre mon ivresse et ma gourde était déposée nonchalamment sur un coin de la plage où Aivy avait déposé une partie de son propre équipement.

Je fait quelques signes à ma compagne de voyage, mimant de boire pour lui faire comprendre que je lui indique la position de ma gourde et pour lui expliquer plus ou moins la situation alors que mes poumons commencent à réclamer de l'air.

M'élançant hors de l'eau en même temps qu'elle, faisant hésité nos adversaires sur la cible à suivre, je cours dans le sens opposé à elle avant de revenir vers le groupe d'assaillants, frappant à droite et à gauche alors que les hommes semblent plus vouloir me dénudé que me frapper, mais j'ai de la difficulté à tenir le coup seule contre autant d'assaillants.

Je vois deux hommes se battre avec Aivy non loin de ma gourde et j'espère qu'elle pourras me la lancez bientôt alors que j'évite une nouvelle main se tendant vers ma poitrine tout en frappant du pied.

J'entends un sifflement soudain et, lorsque je regarde dans la direction du bruit, je vois une bouteille s'élancer vers moi depuis les arbres. En trop mauvaise posture pour poser des questions, je l'attrape en prenant appui sur un des attaquants qui tente de se relever, la débouche et commence à me battre en buvant, réceptionnant une seconde bouteille venue de nul part.

Mon corps, habitué, assimile presque instantanément l'alcool et je casse les bouteilles vides sur le crâne d'un des hommes alors qu'il tente de m'attaquer et prend ma position de combat, sentant que ces bouteilles contenais un truc vraiment puissant pour me foutre dans un tel état si rapidement... Un hoquet sort de ma bouche devant l'air ébahis des bandits. Et, un sourire simplement ivre sur les lèvres, je commence.

Un poing se dirige vers moi, je recule mon torse tout en gardant les pieds au même endroit puis embrasse les doigts pour... Bah pour aucune raison, mais ça m'amuse. La surprise de l'homme est encore palpable alors que je me cale sur le coté et mord à pleine dents dans son bras en grognant avant de lui mettre un coup de pied au visage et de reprendre ma garde précaire, instable.


Mais qu'est-ce qui lui arrive, à elle? Elle est folle ou quoi!

Et vous, hic, vous avez la gueule de chbois? Eheh hic...

La boutade enrage les hommes qui tentent tous de m'attaquer plus ou moins en même temps alors que je dirige les poings d'un vers le visage d'un autre tout en me moquant d'eux de milles façon, allant même jusqu'à m'asseoir sur l'un d'eux alors qu'il essaie de se relever.

Une fois le combat terminer, mon esprit encore baignant dans l'alcool et légèrement fatigué tente de comprendre d'où venais les bouteilles, mais je n'entends rien et il ne semble y avoir personne autours.

Je regarde Aivy, interrogatrice. Peut-être connait-elle quelqu'un qui..?

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 248
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Jeu 03 Mar 2016, 22:34

La réaction de Tsukia ne se fit pas attendre.

En une fraction de seconde, Aivy se retrouva plongée sous l'eau une nouvelle fois. La fraîcheur la surprit, et un éclair de doute la traversa fugacement. A quoi jouait-elle, par la Dame ? Elle voulut sortir brièvement la tête de l'eau, mais n'eut pas le temps de rester à la surface bien longtemps, évitant de justesse une arme de jet qu'elle ne parvint pas à identifier.

On les attaquait.

Peu lui importait de savoir qui et pourquoi. La seule chose qui compta à l'instant où elle comprit la nature du danger fut leur sécurité. Qu'ils fussent deux, trois ou même dix, cela n'aurait pas d’importance lorsqu'elles les auraient mis à terre... Si seulement elles y arrivaient. Ils pouvaient être d'un niveau médiocre et de simples pillards comme des combattants redoutables en quête de sensations. Sortant la tête de l'eau une nouvelle fois, concentrée au plus haut degré pour éviter un nouveau projectile si nécessaire, l'apprentie Marchombre se maudit de ne pas avoir identifié leurs assaillants plus tôt.

Elle eut à peine le temps d'apercevoir ce qu'avait attrapé Tsukia au vol, un petit objet de métal rond bordé de piques qui ressemblait à une étoile ; cette dernière lui fit comprendre d'un rapide signe de la main qu'elle devait récupérer sa gourde, restée sur le bord de la plage. Le récipient était situé bien plus près d'Aivy que de sa compagne. Les deux amies convinrent donc qu'elle irait la chercher le plus vite possible pendant que la brune retiendrait les deux qui s'approchaient dangereusement.

Aucune arme à la main, à première vue. Mais contre des adversaires dont elles ignoraient le niveau, quelques secondes bien calculées et quelques mètres bien utilisés pouvaient faire la différence.

Regard échangé.
« Le détail est le raccourci du Marchombre. »

Aivy s'élança. Courut aussi vite qu'elle le put.

Frappa.

Un obstacle venait de se dresser sur sa route.

Para.

Deux.

Elle se retourna vivement, en garde, prête à faire feu à la moindre attaque.
Puis tiqua.

Les deux hommes étaient ceux qui avaient eu l'impudence de les attaquer une poignée d'heures plus tôt.

Soulagement.

Leur niveau n'avait rien d'extraordinaire, et ils étaient sans doute encore éprouvés de leur dernière raclée. Folie ou bien bêtise pure que de revenir, même accompagnés ? Deux dizaines de mètres plus loin, Tsukia se défendait avec ardeur, mais allait sans doute avoir besoin d'un coup de chaud que seul l'alcool était en mesure de lui apporter. Aivy voulut se baisser pour ramasser la gourde, mais prit un coup inattendu sur l'omoplate.

Trop lente.

Les choses sérieuses d'abord, pensa-t-elle en se relevant furtivement. Elle s'en voulut une seconde, s'excusa mentalement auprès de son amie, et porta un nouveau coup à son assaillant. Son poing vint directement s'écraser contre sa mâchoire, et envoya son adversaire du moment mordre le sable à pleines dents et se confesser en gémissements grotesques. Aucune résistance. Les ecchymoses de leur premier combat devaient encore les faire souffrir. Se débarrasser d'eux ne seraient pas longs, mais elle devrait au moins les assommer pour être sûre qu'ils ne recommencent pas. Demander son corps et son argent à une héritière de la haute noblesse Alavirienne... Quel manque de distinction.

Le second, s'il opposa un peu plus de résistance, ne possédait pas plus de rudiments de combat et ses coups étaient si peu précis et manquaient tant de force qu'ils n'atteignirent pas Aivy. Elle l'envoya rejoindre son compagnon la tête la première dans le sable, avant de lui administrer une clé de bras censée l'intimider.

Elle ne remarqua pas que l'os craquait peu à peu.


- Maintenant tu vas m'écouter, fiente de Raï ! Toi et ton copain, vous allez déguerpir d'ici, et en vitesse ! Je ne veux plus vous voir traîner derrière n...
- Aaaaaaaaaaaaah ! Lâche mon bras, salope ! Lâche-le ! MAIS BORDEL, TU VAS LE LÂCHER OUI ?


L'apprentie recula vivement. Un feu de violence éclatait au fond de cet homme. Se propageait dans l'atmosphère. Elle pouvait presque sentir sa colère, et ses gémissements de douleur mêlés à de vives larmes lui mirent la puce à l'oreille quant à la situation. Impression confirmée lorsque leur agresseur du dimanche, tenant d'un bras le second mutilé, hurla sur elle comme personne ne l'avait jamais fait :

- MON BRAS ! TU L'AS CASSÉ, ESPÈCE DE TRUIE !

Chacun de ses mots lui firent l'effet d'une lame enfoncée dans le coeur, comme si quelque chose se brisait au fond d'elle.

Elle ne voulait que l'assommer, pas le mutiler... Comment en était-elle arrivé là ?

Elle n'avait pas contrôlé sa force, et n'avait aucune expérience face à ce genre de situation.


- Je... Je...

Préféra fuir.
Retrouver Tsukia.


- REVIENS ICI, QUE JE TE FASSE LA PEAU !

Ignorance.

Était-ce vraiment elle qui venait de faire ça ? Sans doute qu'au fond, ce brigand n'était pas si détestable. Un os, ça se répare, mais pour ça, il faut un médecin... Et elle n'en connaissait aucun.

Une minute. Cet homme l'avait attaquée de sang froid, demandant son argent, son cheval et son corps, pendant que son compagnon menaçait son amie avec un couteau. Il méritait ce qui lui était arrivé, elle n'avait aucun doute là-dessus. Quand bien même, elle n'avait pas à le priver d'un de ses membres, surtout si c'était par excès de zèle et manque de contrôle.

Et puis, si elle était incapable de savoir quoi faire d'un simple bras cassé, comment réagirait-elle le jour où elle allait devoir tuer ?

La question la traversa comme une traînée de feu.

Tuer n'était certainement pas une mince affaire.

Dans ce cas, comment Méryna avait-elle...?

Sa tête se remua d'elle-même, comme si elle voulait à tous prix écarter ces réflexions, et elle rejoignit Tsukia d'un petit footing, constatant que celle-ci s'était débarrassée de ses deux agresseurs.


- Tsukia, est-ce que tout va bien ?! Tu n'es pas blessée au moins ? Tiens, ta gourde... Et, désolée du retard...

Elle lui tendit ta gourde qu'elle avait ramassée un instant plus tôt, mais un rapide tout d'horizon lui fit comprendre que quelque chose d'inattendu s'était produit.

Gisaient par terre deux bouteilles de verre brisées, non loin des deux assaillants. Et elles n'appartenaient pas à Tsukia. Le regard des deux jeunes femmes, d'abord interrogateur l'une vers l'autre, se tourna vers la lisière de la forêt qui venait de bruir. Aivy se mit à nouveau en garde, le cœur à vif et la sueur coulant le long de ses tempes. Et si c'était un nouvel ennemi ? D'autres membres du groupe, ou tout simplement de nouvelles personnes mal intentionnées qui, ayant observé le combat, pensaient pouvoir les attaquer maintenant qu'elle étaient affaiblies ? Et si c'était...?

Un vieillard.

Vêtu d'une longue cape noire qui cachait la majorité de ses vêtements, ne laissant voir que de longues et solides chausses en cuir et appuyé sur un bâton, le vieil homme s'approchait d'un pas sûr et lent des deux jeunes femmes.

Le temps d'un éclair, Aivy se souvint qu'elle était en débardeur et sous-vêtements, mouillés qui plus étaient, et se sentit rougir. Mais la curiosité était trop grande. Il fallait toujours se méfier de apparences, qui plus était. Alors elle resta là, à attendre que l'homme se rapproche d'elles. Elle ne savait quel âge lui donner, mais ses cheveux grisés coupés courts laissant apparaître une large calvitie lui donnaient l'air d'un moine âgé qui n'était pas sorti de son monastère depuis des années. Il avait de grandes difficultés à se mouvoir, et les nombreuses saisons qu'il avait passées sur la terre gravées sur son visage. La jeune rousse fut soudainement prise d'une volonté d'aller l'aider, mais une petite voix interne lui souffla de ne pas bouger. Après tout, ni elle ni Tsukia ne savaient d'où il sortait, et que faisait-il ici.

A moins que...

Les bouteilles.
Elles venaient de lui.

La jeune femme en fut instantanément sûre, par instinct et par logique. Comment de tels outils seraient-ils apparus, sinon ?


- Tsu ? Est-ce que tu crois que ces bouteilles d'alcool...
- Sont mon oeuvre ?, la coupa le vieillard, élargissant la commissure de ses lèvres en un grand sourire. La réponse est oui, jeune fille. Je les ai confiées à cette demoiselle.

Confiées. Le mot était sans doute un peu fort vu l'état dans lequel elles étaient désormais. Confier un objet sous-entend que l'on veut qu'il soit bien traité, pas cassé sur la tête des gens, aussi stupides et méritants soient-ils...

- Mon nom est Zoltan Kil'Marlow.

Pratiquement sans un bruit, il s'assit en tailleur sur le sable, à quelques mètres à peine.

Releva la tête, une lueur pétillante dans le regard.


- Dites-moi, jeunes filles, d'où venez-vous donc ?

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 224
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Sam 05 Mar 2016, 16:57

Je ne sais pas ce que j'ai avalé, dans ces fichues bouteilles, mais je suis définitivement ivre. Alors même que j'ouvre la bouche pour tenter de posé une question, l'alcool prend plutôt le dessus et je me retrouve à tomber tête première droit devant...

Heureusement pour moi, Aivy veillait au grain et me rattrape... Bon, je finis la gueule dans ses seins, mais elle me rattrape quand même, hein. Remontant le visage au niveau du sien, gardant mon sourire ivre, je commence à lui touché le nez du bout des doigts, contente en sentant la peau rebondie... C'est marrant, ça fait comme ''boing boing''.


T'as le plus chjoli petchi nez que je connaiche, hic... Boing, boing boing... Eheh... Tu sais, chje t'aime, moi, t'est ma meilleure amie eeeehhh... Hic...

Ouaip, c'est marrant... Bon, j'ai l'impression qu'il y a autre chose de plus important à faire, du coup j'essaie de me remettre plus ou moins debout, dansant encore sur mes pieds dans un équilibre précaire alors que j’aperçois de nouveau le vieil homme devant nous, qui semble amusé, et que je commence à m'éclaircir les idées alors que mon corps supprime l'alcool hyper puissant, lentement, de mon système.

Toi, là... C'est hic... Ch'est toi qui as lanché les bouteilles? Ch'est bon, ton truc...

Quel genre d'alcool, gneh..?


Bon dieu, mon cerveau voit au travers du filtre saoul, mais le reste de mon corps non. En fait, j'ais envie de deux choses.

La première était de me battre, pour tabasser un truc jusqu'à ce que je sois sobre.

Le deuxième...

La deuxième...

Oh et puis zut, je sais plus.

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 248
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Sam 05 Mar 2016, 19:59

Aivy ne s'était jamais sentie aussi gênée.

Même lorsqu'elle s'était fait prendre la main de le sac en volant les gâteaux de la cuisinière du manoir, et avait goûté à la joie d'une humiliation familiale lors du repas du soir, elle avait gardé au fond d'elle un peu de fierté envoyée par son estomac qui estimait que, décidément, trois repas par jour à heure fixe ce n'était pas assez. Même ce fameux jour où son petit frère les avait surpris, Altaïs et elle, s'adonnant à des activités très peu orthodoxes dans sa chambre. Il n'avait plus osé la regarder en face des jours durant, et elle avait adopté la technique de la carapace doublée d'un certain je-m'en-foutisme signifiant haut et fort : je suis grande, je fais ce que je veux. Cela lui arriverait bien tôt ou tard, de toute manière. Il approchait de ses quinze ans, peut-être même les avait-il déjà eus...

Et merde.
Elle avait raté l'anniversaire d'Altan de quelques jours.

Cherchant un moyen de se rattraper, peut-être une lettre ou un présent ramené de voyage, elle fut soudainement interrompue par Tsukia qui lui signifia d'une manière très explicite qu'il n'était pas temps pour ce genre de réflexions. Dire que l'apprentie marchombre était complètement saoule était un euphémisme ; Aivy avait l'impression qu'elle allait lui claquer entre les doigts, ou tomber à terre la tête la première dans le sable. Elle tenait à peine debout, titubait comme une aveugle et ignorait visiblement quoi faire de ses bras qu'elle agitait dans tous les sens. Elle ressemblait à un oiseau désespéré tombé du nid. La jeune femme observa son amie tenter de marcher, pensa un instant qu'elle allait s'asseoir...

Ravala d'une traite toutes ses pensées quand cette dernière lui tomba dans les bras, la tête lovée contre sa poitrine. Sa compagne frissonna, surprise par le contact. Ajoutant à cela le fait qu'elle était actuellement en débardeur et culotte au milieu d'une plage, la situation était sans aucun doute la plus gênante qu'elle eut connue. Tsukia releva la tête brusquement, un sourire ivre collé aux lèvres, et leva la main vers le visage de la jeune rousse pour...

Jouer avec son nez ?

Soupire désespéré.
Elle avait décidément touché le fond.


- Euh, oui, Tsukia... Euh... Moi aussi, je te trouve géniale, mais... Poses-toi un peu, tu veux ? Ça ira mieux après...

Son amie s'ébroua presque et s'éloigna alors de quelques pas, dansant d'un pied à l'autre pour tenter de tenir debout. Aivy crut un instant qu'elle allait y parvenir, mais la réalité la rattrapa bien vite en même temps qu'elle rattrapait sa compagne une seconde fois. A son grand soulagement, elle n'eut pas besoin de négocier plus pour la faire s'asseoir. Toujours saoule, Tsukia se jeta presque dans le sable en tailleur, et la jeune femme sentit qu'il fallait qu'elle reste auprès d'elle. Elle choisit donc de s'asseoir également, faisant face au...

Ah, mince, c'est vrai.
Elles n'étaient plus seules.

Si l'on excluait le brigand dont elle avait brisé le bras qui se répandait en gémissements de chiots quelques mètres plus loin. Mais il ne comptait pas pour une réelle présence humaine, puisqu'elle ne le connaissait pas plus que cela, et s'était contentée de se défendre. Un petit soupçon de morale inattendu vint lui chatouiller le coeur, et elle l'envoya se faire voir avec toute la colère du monde. Elle n'allait tout de même pas devoir s'en occuper...?

Et le vieil homme souriait.

Il n'avait rien dit, pas même sourcillé à la question de Tsukia. Muré dans son silence, il attendait patiemment, et Aivy comprit qu'il espérait tout d'abord une réponse à sa propre question avant de s'ouvrir à son tour, fut-ce sur une simple question d'alcool. Elle entreprit donc de lui répondre, entre deux hoquets de son amie, tenant par la même occasion ses bras contre elle pour l'empêcher de se lever brusquement et risquer de se blesser.


- Nous venons d'un endroit..., elle chercha la subtilité qui lui permettrait d'en dire assez pour le convaincre sans trop se livrer, peu connu, près du Lac Chen. Une sorte de petit village. En tous cas, nous sommes enchantées de vous rencontrer, Zoltan... Et je suis sincèrement désolée pour elle, elle a simplement un peu exagéré sur la boisson. Comme toujours, en fait...

Un éclair d'amusement traversa fugacement les pupilles de Zoltan.

Il souriait toujours.

Prit la parole d'un air détendu.


- Je vois.

Ces deux simples mots la firent à nouveau frissonner, et elle prit soudainement conscience de la vérité.

Cet homme était bien plus que ce qu'il laissait voir au premier abord. Il dégageait une énergie à la fois souple et puissante, pleine de grâce et de sagesse, et la seule personne qu'Aivy connaissait avec une telle aura était...

Marchombre ?

Non, cela ne pouvait pas être aussi simple. A moins que... Le hasard...?
Elle préféra ne rien dire, même si le sourire qui s'élargissait sur les lèvres du vieillard lui montrait clairement qu'il avait compris son changement d'expression.

Chacun avait compris la pensée de l'autre, et aucun des deux ne voulait briser le mystère.

Les instants devenaient des heures pleines de magie.
Au loin, le vent faisait déjà balancer les branches des marronniers. Il devait déjà être six heures. Peut-être huit.

Il reprit finalement la parole, et tourna son regard vers Tsukia.


- Un simple extrait de plantes, le même procédé que pour fabriquer la bière, mais avec un petit... Ingrédient secret de ma fabrication.
- Je vois...
- Le cacher ne m'apporterait rien, alors autant vous parler franchement. Il s'agit d'un ensemble de plantes concassé et mélangées ensemble puis bouilli à très haute température, je l'utilise parfois pour donner un coup de boost à mes patients en leur prescrivant dans leur soupe. Couplée à de l'alcool, cela en décuple les effets mais, ne vous inquiétez plus, ils ont tendance à disparaître relativement rapidement.


Se redressant un peu pour tenir une position plus confortable, leur interlocuteur posa ses mains contre ses genoux, toujours un fin sourire aux lèvres.

- Je l'ai appelé "La Vive".

C'était donc cela.

Le discours du vieil homme avait captivé Aivy du début à la fin - et elle pouvait sans doute remercier son amie de s'être un peu calmée et l'avoir laissée écouter - mais une chose la turlupinait depuis qu'elle avait compris d'où venait l'alcool.


- Excusez-moi de vous demander ça, avança-t-elle avec une certaine retenue de peur d'offenser l'homme en paraissant trop curieuse, mais comment avez-vu su qu'elle avait besoin de ce genre de choses ? Les pratiquant du Zui Quan ne sont pas si répandus. Ou vous avez un sacré bon œil, ou vous avez déjà eu affaire à de semblables cas !

La franchise avait pris le pas sur le respect. Peut-être un peu de méfiance, aussi. Au moment où elle s'en aperçut, la jeune femme voulut s'excusez, mais Zoltan ne sembla pas s'émouvoir outre-mesure et répondit simplement :

- Je vous l'ai dit : je suis médecin. Et croyez-moi, des pratiquants du Zui Quan, j'en avais vu un paquet avant même que vous ne soyez nées.
- Vous nous l'avez...?
- J'ai parlé de mes patients.


Ah.

Indirectement, oui, il le leur avait dit.

Le détail est le raccourci du Marchombre.

C'était évident, à présent.

Tsukia, quant à elle, reprenait doucement ses esprits. Peut-être vais-je enfin pouvoir aller me rhabiller, pensa la jeune rousse en voyant sa compagne calmer son jeu et retrouver peu à peu le sens des réalités.

Alors qu'elle tournait la tête pour poser une nouvelle question au vieil homme, elle le vit qui se levait, attrapant son bâton au passage.

- Vous partez ?
- Il y a un moment pour parler, et un moment pour voyager. J'ai fait mon office, mais il va bien falloir que je rentre avant la nuit. Vous comprenez, un vieillard comme moi risque de se faire attaquer à n'importe quel moment, et je n'aurais pas deux jeunes apprenties pour m'aider.


Aivy tiqua.

Est-ce qu'il venait de dire "apprenties" ?


- Vous allez au moins rester dîner avec nous ? Il nous reste quelques provisions de viande séchée et nous avons acheté des poissons à un marchand ambulant tout à l'heure. Peut-être pourriez-vous nous aider à faire du feu, et nous vous offririons le dîner ? Pour vous remercier...

Le regard brûlant d'espoirs, elle lança un appel invisible à Zoltan.
Elle voulait en savoir plus.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 224
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Dim 06 Mar 2016, 17:23

Et voilà que je me retrouve à faire la cuisine. Apparemment que je l'ais ''Bien mérité'' selon monsieur le vieillard... Que je ''doit au moins ça''... Mouais... Moi je me souviens seulement être tombé et avoir joué un peu à faire boing boing sur le nez d'Aivy, pas de quoi en faire tout un plat...

Pas ma faute, si son nez est super rebondit, quand même...
Je soupire en jetant de la viande séchée faite pour ça dans le plat d'eau bouillante improviser, au dessus du feu, voyant la viande devenir juteuse et relâcher une variété d'épices pour transformer ça en ragoût...

Pas de la haute gastronomie, mais j'ais toujours ce qu'il faut.... Ça aide à faire passer l'alcool... Pendant ce temps, Aivy parle avec le vieillard, lui posant plein de questions... Elle s'est rhabillé, moi non... Tant qu'à être déjà en sous vêtements de toute façon, autant ne pas me faire bouillir devant un feu toute habillé, hein!

Après un moment, le repas est prêt et je me retourne vers mes compagnons du moment pour le leur signaler.


Hep, la compagnie, à la bouffe!

Et si quelqu'un n'aime pas, bah qu'il mange du sable!


Je prends une rasade d'alcool dans ma gourde en leur tendant un bol chacun... Heureusement que j'aime être prête à tout, quand même, sinon ce serais des battonets de viande séchés et pas de bol!

Je mange tranquillement en écoutant plus ou moins distraitement... Quand même, le vieil homme cachait un truc, contrairement à ce qu'il avait laissé entendre, le Zui Quan était plutôt rare... Et la plupart de ces pratiquants ne l'aurait pas révéler, puisqu'il s'agissait là de leur principal avantage : la surprise.

Ouaip, je sais pas pourquoi, mais je l'aime pas, ce mec...

Je suis peut-être juste trop méfiante...

Mais je l'aime pas.

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 248
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Mar 08 Mar 2016, 12:33

Aivy soupira.

La moindre des choses à constater était que Tsukia n'était pas ravie.

Méfiante, hein ?

Peut-être avait-elle raison. Mais peut-être cet élan d'appréhension était-il tout à fait injustifié, et les deux jeunes apprenties n'avaient probablement rien à craindre d'un homme qui les avait déjà aidées une fois. S'il avait voulu les blesser, il s'y serait probablement pris plus tôt. Les attaquer n'était donc pas dans son intérêt, et même si son sourire énigmatique était intriguant au plus haut point, il n'était pas suffisamment étrange pour être perçu comme une potentielle menace.


- Je ne vois aucune raison de refuser une telle invitation, déclara Zoltan alors qu'Aivy se relevait avec l'idée de se rhabiller - parce qu'on ne mangeait pas en culotte devant un invité, apprentie Marchombre ou pas. Vous comptez dormir ici ?
- Sans doute, répondit la jeune femme en jetant un oeil à Tsukia qui s'afférait à faire un feu quelques mètres plus loin.

Elle attrapa son pantalon et épousseta le sable qui s'était approprié la surface du tissus.

- C'est pas comme si on avait vraiment le choix, il va faire nuit. Aller plus loin relèverait de la bêtise, et puis on ne connaît pas vraiment cet endroit. Mieux vaut être prudent.
- De la bêtise ou de l'audace ?
- Allez savoir.


Qu'il aille savoir lui-même, en effet, car la demoiselle était de nature prudente et préférait ne pas réfléchir à ce qui pourrait advenir si jamais les choses devaient mal tourner.

Zoltan était de bonne compagnie. Il ne rechigna pas à répondre à une ou deux questions supplémentaires d'ordre superficielles. L'homme l'intriguait au plus haut point, et cet air détachée qu'il revêtait pour répondre de manière satisfaisante sans trop en dire pour autant la surprenait et l'enchantait à la fois. La crainte de l'inconnu était désormais totalement remplacée par une sérénité nouvelle, et dans ses veines se répandait l'agréable sensation d'avoir fait une rencontre riche de possibilités.


- Hep, la compagnie, à la bouffe !

Tsukia criait presque.
Et rouspétait.

Aivy et Zoltan se déplacèrent vers elle, prenant chacun le bol qu'elle leur tendait. L'apprentie la remercia chaleureusement et contempla le ragoût avec une bonne humeur qui la surprit elle-même. Ce n'était certes pas de la haute gastronomie, mais ça allait probablement faire l'affaire. Son estomac tendu approuva, et la préparation prit le chemin de son ventre en moins de temps qu'il ne faut pour dire "Raï".


- C'est réussi, Tsu, ne t'inquiète pas...

Elle-même était un véritable désastre en cuisine.

Elle ne comptait plus les fois où elle avait essayé, suivant les gros livres de recettes du manoir, de préparer quelque chose de décent. Pâtisseries, crèmes, blanquettes, tout y était passé, jusqu'à ce qu'elle se rende compte qu'elle n'était tout simplement pas faite pour cela. L'odeur de brûlé qui envahissait la cuisine après sa dernière expérience était un témoin suffisamment puissant pour la dissuader de recommencer. Jamais au cours de sa vie elle ne s'était sentie plus heureuse de savoir que quelqu'un s'occupait de quelque chose à sa place... Heureusement qu'elle avait Tsukia.

Zoltan ne disait rien et semblait profiter de la nourriture dans le calme et la sérénité.
Humble.

Un peu trop humble au goût d'Aivy qui, prise entre l'envie de lui poser de nouvelles questions et le respect qu'elle devait à un vieillard, hésitait entre prendre la parole et le laisser tranquille.

Histoire de calmer le flot de ses pensées, elle tourna finalement son regard vers son amie.


- Dis-moi, où est-ce que tu as appris à improviser comme ça ? Si ça continue, moi, je t'embauche ! Tu ne voudrais pas me voir cuisiner de toute façon, ça créé toujours des catastrophes. Au fait, comment tu te sens ?

Référence à l'alcool, bien sûr. En espérant que la nourriture l'aide à tenir le coup et à faire passer cette étrange préparation.

- Ça a beau être très utile, je ne pense pas qu'il faille que tu prennes le risque de prendre ce truc une seconde fois. On ne sait pas quels effets cela peut avoir sur ton organisme. D'ailleurs comment peut-on êtres sûres qu'il n'y aura aucun effet secondaire ?

Lançant cette nouvelle question d'un air toujours aussi décontracté, Aivy avait tourné le regard vers leur invité.

Ses yeux s'écartèrent sous la surprise et l'incompréhension.

Il n'était plus là.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 224
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Mer 09 Mar 2016, 01:29

Bah voilà, le vieux s'est tiré sans s'expliquer. Et après on se demande pourquoi je fais pas confiance à ce genre de mec...

Mais bon, du coup autant répondre à Aivy... Je rosis un peu au niveau de mes joues en me disant que c'est presque mignon, son inquiétude.


T'inquiète, son truc était puissant, mais je suis habitué... C'est pas comme si ma gourde était simplement remplie de bière hein...

Enfin bon, pour les effets secondaires, si ça te rassure j'irais voir un rêveur sur le chemin du retour... Pas que ce sois nécessaire, le seul effet secondaire de ce truc est l'arrière goût plutôt dégouttant que j'ai dans la bouche...

Oh et en passant, comment tu compte me payer, si tu m'embauche? À part me laisser faire boing boing, je veux dire.


Je ris légèrement... Avant de piquer un fard en réalisant le double sens de cette phrase... Avec le nez! Je voulais dire le truc du nez!

Bon en même temps si elle paye en nature je---

Pique un nouveau fard. C'est tout moi ça, trop pensé à des trucs ridicules...

Vivement un changement de sujet... En espérant que le sujet ne devienne pas le fait que je sois toujours en sous vêtement... Et que mon corps n'ais pas réagi à mes pensés.

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 248
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Mer 09 Mar 2016, 18:08

Nom d'une fiente de Raï, où avait-il bien pu passer ?!

Disparu.
Envolé.
Pas même une trace.

Zoltan avait été un mystère du début à la fin.


- Ben ça alors...

Enfin, le temps n'était plus à cela. L'homme avait disparu entre les étoiles, et pour de bon. Aivy tenta de le chasser de son esprit, n'ayant aucune envie de rêver de lui la nuit prochaine comme cela lui arrivait à chaque fois qu'elle était perturbée par quelques chose.

En parlant de rêves.
Elle n'avait plus fait de cauchemars depuis le début de leur voyage.

Cette seule réalisation posa un grand sourire dans son cœur. Elle n'était peut-être pas complètement guérie de ses névroses, mais le grand air, la découverte et la bonne compagnie lui changeaient suffisamment les idées pour éloigner une terreur vieille de près de six mois. Il lui arrivait souvent de penser à Méryna hors de ses rêves, mettant à profit sa raison du mieux qu'elle pouvait, faisant face au mystère et à l'effroi.

Sans aucun succès.

Pourtant, aujourd'hui, elle avait réussi. Réussissait depuis plusieurs semaines à profiter d'un sommeil plus réparateur que terrifiant. La jeune femme eut peur de s'autoriser cela comme un véritable pas en avant - après tout, elle pouvait rechuter à n'importe quel moment - mais profita bien volontiers de la joie et de la quiétude que lui apportaient un tel état d'esprit.

Tsukia, quant à elle, si elle ne s'était toujours pas rhabillée, avait entreprit de répondre à sa question. Aivy soupira de soulagement lorsque son amie lui annonça qu'elle n'avait eu aucun effet secondaire.


- C'est vrai, je n'aurais pas dû m'inquiéter. Après tout, tu es plus forte que ça !


Sourire franc.

Aller voir un rêveur ne semblait pas le moins du monde être dans les plans d'origine de la jeune femme, mais sa compagne sentait bien qu'elle avait pris cette décision pour ne pas risquer de l'inquiéter plus. Cette simple démarche la toucha directement au cœur et lui réchauffa l'âme.
Merci pour toi... Merci pour moi.

Elle allait reprendre la parole, mais referma la bouche aussitôt lorsque Tsukia recommença à parler. La payer ? Boing boing ? Une minute...

Sans pouvoir se contrôler, Aivy sentit ses joues devenir aussi rouges que ses cheveux. Parlait-elle du moment où elle avait joué avec son nez - et donc d'une situation d'une innocence presque enfantine voir grotesque - ou d'autre chose ?


- Euh... Tu as fini la tête entre mes seins, tout à l'heure, en faisant...

Une pensée lui coupa net la parole. Elle ne pouvait évidemment pas parler de ce moment, mais de celui où, complètement saoule, elle avait joué avec son nez sans retenue. Quelle idiote, elle venait sans doute de passer pour une complète perverse aux yeux de sa nouvelle amie.

Amie toujours en culotte, par ailleurs. Et avec de très jolies jambes.

L'apprentie ne rechignait pas à détailler un joli corps, qu'il eut été masculin ou féminin. Le beau était une notion qu'elle adulait et côtoyait chaque jour dans ses peintures et dessins. Elle avait déjà dessiné des nus, hommes et femmes, et même s'ils avaient chacun leurs atraits, elle devait bien admettre que les courbes souples et voluptueuses du corps féminin possédaient un charme de tous les diables. Son amie ne faisait pas exception à la règle, et ses hanches avaient quelque chose d'hypnotisant qui...

Une minute.

Aivy se gifla mentalement.
Elle ne pouvait pas être attirée par une femme.

Elle ne s'était même jamais posé la question.
Elle était cent pour cent hétérosexuelle, et le resterait pour le reste de sa vie.

Les pensées se succédèrent les unes après les autres comme des rafales de vent.

Comment avait-elle pu ne serait-ce qu'imaginer...?

Il fallait changer de sujet.
Vite.


- Ehm... Puisque tu évoquais le sujet, je peux te demander ce qu'il y a exactement dans ta gourde ?

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 224
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Jeu 10 Mar 2016, 19:23

Ça dépend, pour l'instant c'est du whiskey, très bon, que j'achète à Al-Chen, mais chaque ville a sa spécialité.

La phrase est sortie de ma bouche à un rythme rapide... Très rapide... Trop rapide.

Je suis toujours aussi rouge que le soleil couchant et, du coup, j'espère que ça passeras sur le dos de l'alcool...

Après tout, Aivy ne sais pas que je suis bisexuelle, alors pourquoi penserait-elle le contraire? Mouais, cette pensée ne me convint pas vraiment...

Mais j'ai pas trop le choix non plus! Je devrais faire quoi, lui dire ''T'es vraiment jolie et sympa!'' ? Je ne suis pas gênée, mais je vais quand même être en cours avec elle, quoi, faudrait pas que ce soit trop bizarre et tendu entre nous!

Même si je ne suis plus sûre du tout de pouvoir un jour voir un nez sans pensée à elle tout de suite...

Il est vraiment très rebondit, quoi!

Parfait pour faire boing boing...

Parfaite pour---

Claque mentale, boing boing avec le nez seulement, Tsu, d'accord? D'accord. T'es sûre? Non. ARRÊTE!

Rah je vais devenir folle moi!

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 248
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Dim 13 Mar 2016, 10:27

Perturbant.

Juste du whisky d'Al-Chen, hein.

Aivy fut secouée par la pensée que son fameux whisky devait effectivement regorger d'un tas de bonnes choses. L'état d'ivreté quasi-permanent dans lequel se trouvait son amie était une preuve de la résistance physique qu'il fallait posséder pour pratiquer ce genre d'arts martiaux. Tsukia était la première personne qu'elle voyait pratiquer le Zui Quan, et elle était chaque jour un peu plus impressionnée par la maîtrise qu'elle avait de son propre corps.

Savoir frapper juste même sous les effets de l'alcool était certainement le fruit à la fois du hasard et d'un entraînement de longue haleine, et le tout nécessitait une certaine technique irréprochable. Un mauvais placement, une dose un peu trop forte, et le concerné se retrouvait vite à terre. L'alcool restait l'alcool.

Et apparemment, celui-ci avait des effets plus qu'imprévisibles sur le corps de la jeune femme, et Aivy soupirait en l'entendant déblatérer bêtise sur bêtise depuis tout à l'heure.
Les joues rosies par les dites bêtises au sous-entendu plus qu'évident.

Être attirée par une femme n'était pas une chose à laquelle elle s'était mentalement préparée. Elle n'avait connu qu'un seul homme dans sa vie, et s'en était déclarée suffisamment satisfaite pour ne pas chercher plus loin. L'appel de la chair et les pulsions d'éros étaient encore une chose qu'elle se disait mal maîtriser, pour ne pas s'avouer qu'elle en était clairement dépendante. Toujours aussi critique vis-à-vis d'elle-même, elle avait mit cela sur le compte de sa jeunesse et de la découverte, se laissant un peu de temps pour gérer cela. Seulement - seulement...

Elle se mordit la lèvre inférieure, soudainement très intéressée par l'océan.
Elle devait bien l'admettre - et cela l'ennuyait au plus haut point -, Tsukia ne la laissait pas indifférente.

Intrinsèquement perturbant.

Elle était en train de replonger, et pas du bon côté de la barrière.

Une claque mentale soufflée par une petite voix impétueuse lui remit les idées en place. L'apprentie se leva, et se dirigea vers les deux chevaux qui n'avaient pas bougé. Sa main attrapa les rênes d'Uranie et guida la petite jument blanche vers un petit rassemblement d'arbres qui bordaient la plage, à mi-chemin sur la plage, là où le sol était encore un mélange de terre et de sable. Vérifiant la solidité de l'une des branches, elle entreprit d'y attacher la longe qu'elle venait de sortir d'un des sacs de cuir qui pendaient à côté de la selle.

Uranie ne broncha pas lorsqu'elle lui enleva la bride qu'elle passa dans l'extrémité de l'une des branches, et cerna sa tête avec un licol de corde qu'elle relia à la longe par un nœud simple. L'idée n'était pas de trop serrer, mais simplement de l'empêcher de s'enfuir ou de tirer au renard si un imprévu pointait le bout de son nez.

Une fois cela fait, Aivy se décala d'un pas vers la droite et défit la sangle qui tomba de l'autre côté, et retira à la fois la selle et le tapis qui couvraient le dos de sa compagne de voyage. Ses poils étaient trempés de sueur, et un hochement de tête de sa part fit comprendre à la jeune femme qu'elle la remerciait de son geste. La selle atterrit au pied de l'arbre.

L'apprentie n'avait toujours pas regardé Tsukia.

Une boule dans la gorge, un millier de questions lui envahissaient l'esprit. Parmi elles, comment allait-elle gérer cette situation, et que pensait désormais son amie d'elle. Aivy était certaine qu'elle avait remarqué son attitude volontairement détachée, et se fichait bien de savoir ce qu'elle pouvait en penser - elle ne voulait pas volontairement la blesser, après tout. Ce qui lui triturait l'esprit était d'une autre nature, de ce genre de questions assassines qui vous font remettre en cause toute votre construction personnelle et la vision complète que vous avez de vous-même.

Soufflant un bon coup, la tête toujours tournée vers sa jument, la jeune femme se décida finalement à adresser la parole à Tsukia, qui s'approchait d'elle sa monture à la main.


- Je propose qu'on monte le camp ici, le sable n'est pas un si mauvais matelas de ce que j'ai entendu...

Pitoyable.
Elle était pitoyable, et même pas fichue d'aligner trois mots sans que son ton de voix ne trahisse son inconfort. A ce moment précis, elle aurait souhaité être n'importe où ailleurs dans l'Empire sauf ici. La situation était intenable.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 224
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Lun 14 Mar 2016, 15:54

La tête ailleurs, je fait un simple, médiocre, petit ''ouaip'' devant la proposition de ma compagne de voyage... Ouais, le second cours risquait d'être bizarre, entre nous deux...

Finissant de m'occuper de ma monture, je la suit et commence à monter le camp, installant mes couvertures devant ma selle, oreiller de fortune, et tentant de me changer les idées.

Ce qui ne marche pas très bien puisque chaque clignement de mes yeux m'apporte des images... Ouais, vous pouvez imaginez.

J'aurais peut-être dut boire plus de ce truc alcoolique... Ça aurait été aussi bizarre, mais au moins je ne m'en serais pas rappelé demain. Pour une première gueule de bois en près de 3 ans, ça n'aurait pas été si mal...

Mais bon, je ne peux plus m'en sortir là et j'ai trop la tête ailleurs pour pouvoir faire la conversation à Aivy, histoire de faire passer l'effet qu'elle me fait.

Bon dieu, le premier cours est à peine finit que j'imagine déjà une de mes camarades de classes nue dans toute sortes de positions...

L'apprentissage va être long...

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 248
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Dim 20 Mar 2016, 08:30

[Posant ses affaires contre le tronc d'arbre, l'air toujours gêné]

- Et merde...

[S'approche de Tsukia avec précaution, un pas après l'autre, puis vient s'asseoir à ses côtés]

- Désolée. Je n'aurais pas dû t'ignorer. Est-ce que tout va bien ?




HRP : Bon, autant faire avancer le bazar un peu plus vite, maintenant que les hormones travaillent nos deux mémères un peu fort xD Désolée pour le temps de réponse, j'ai une semaine de malade dans les pattes x)

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 224
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Mer 23 Mar 2016, 16:34

Elle l'a pas fait exprès, elle l'a pas fait exprès, elle ne l'a même pas remarquer donc elle peut pas l'avoir fait exprès, réveille toi ma vieille, c'est un cauchemars, elle t'a à peine frôlé, tu peux pas être autant en chaleur que ça mais PUTAIN RÉVEILLE TOI! Non, non, éloigne toi! Ça va devenir pire, ne fait pas ça! Il faut que je m'arrête, maintenant, je suis déjà face à elle et ma tête se rapproche, non, je peux pas faire ça, elle n'a pas donner son accord, d'abord, aller quoi retient toi, retient moi, quelqu'un, faites quelque cho--

Trop tard, mes lèvres sont collées sur les siennes et je frissonne, elle a presque un goût sucré et j'ai qu'une envie, de me perdre dans ses lèvres, dans son visage, dans ses bras, entre ses--- NON!

Je peux pas coucher avec une camarade de classe quand même! Aller quoi! Je réussis finalement à retirer mes lèvres des siennes et je sens tout le sang de mon corps monter à ma tête alors que je me retourne avec l'envie de m'enfuir en marmonnant un pathétique petit ''Je suis désolée!'' puis je me lève pour m'enfuir en courant, loin d'ici, me cacher quelque part un moment, je rejoindrais un autre groupe, c'est ça, comme ça tout seras oublié, pas d'effets secondaires et merci bonsoir!

Mais dans ma hâte je ne fait pas deux pas que je m'étale dans le sable et, par peur de la regarder dans les yeux après l'idiotie que je viens de faire, par peur aussi de perdre ma nouvelle amie, je reste là et je couvre ma tête de mes mains pour empêcher toute lumière d'atteindre mon visage.

Alors c'est ça, être gêné? Je savais pas que j'en était capable et bon dieu, je déteste ça!

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 248
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Jeu 24 Mar 2016, 19:19

La jument piaffait d'impatience, le vent s'était levé, le camp n'était toujours pas fait.

Aivy n'y prêta pas attention.
En l'état actuel des choses, il n'existait rien qui aurait pu détourner son attention de ce qui était en train de se passer.

Les lèvres de Tsukia sur les siennes occupaient déjà la totalité de son esprit.


Les pensées s'entre-choquèrent comme des lames dans sa tête, brouillant une pensée déjà mise à l'épreuve par la complexité de la situation et sa vaine tentative de reprendre un contact sain et sans ambiguïté avec son amie. Complexité ? Non. En réalité, tout cela n'avait rien de complexe, et pouvait très bien se résumer en un mot : désir.

La sensation de chaleur descendit directement de ses joues à son bas-ventre, secouant ses barrières et réveillant une envie qu'elle avait tenté de contrôler et qu'elle pensait définitivement endormie. Jusqu'à ce qu'elle revoit Altaïs, en tous cas. L'évidence s'imposa alors à elle comme une révélation : peut-être ne le reverrait-elle jamais.

Elle doutait qu'il l'ait oubliée vu l'ardeur des sentiments qu'il nourrissait à son égard, mais la jeune femme se connaissait assez pour être sûre d'une chose : elle ne reviendrait pas avant de longs mois, sans doute de longues années. L'avenir était à elle, le monde lui appartenait. Il était hors de question qu'elle fasse machine arrière et se prive du bonheur qu'elle effleurait enfin du bout des doigts.


Ses lèvres, elles, effleuraient tout autre chose, et finirent par s'ouvrir sous la pression de celles de son amie. Le contact dura à peine quelques secondes, mais la vague qui la submergea fut si intense qu'elle aurait pu stopper le cours du temps. Les instants devinrent des heures.

Harmonie.
Désir.

Tout se brisa en un instant lorsque Tsukia fit brutalement machine arrière, s'excusa faiblement et tenta de s'enfuir de l'autre côté de la plage... Avant de se retrouver à manger le sable.

Elle avait répondu, alors pourquoi...?

La réponse était évidente. Elle n'était pas supposée répondre. Tsukia n'était même pas censée l'embrasser. Fuir était sans doute la meilleure solution.


Les joues rosies à la fois par le désir et par la gêne, Aivy se rassit convenablement, la pression du corps de sa compagne de voyage l'ayant fait un rien chavirer. Tout cela n'aurait jamais dû arriver. Et pourtant, elle ne pouvait s'empêcher de penser que quelque part, ce baiser était écrit. La tension qui s'était installée entre les deux apprenties avait été bien trop forte pour que rien ne se passe.

La jeune femme se releva, épousseta son pantalon plein de sable.

Elle n'avait pas été dégoûtée. Au contraire, la sensation des lèvres de Tsukia contre les siennes lui avait donné envie de plus. Une lueur de tracas traversa fugacement son regard.

Elle avait peur.


Peur de ce que son amie pouvait penser d'elle. Peur de son jugement. Peur de son propre jugement, de l'auto-procès qu'elle était censée se dresser face à une telle conduite, de la punition qu'elle était censée s'infliger pour avoir osé répondre à une avance aussi contre-nature. Une femme appartenait à un homme comme un homme appartenait à une femme, non ?

Et pourtant.
Le désir était là, elle ne pouvait le nier. Et elle ne voulait pas que Tsukia s'en aille.

Elle n'eut qu'à faire deux pas pour atteindre son amie qui, gênée et tout aussi rouge de honte qu'elle, avait caché son visage de ses mains et ne semblait pas décidée à se relever. Avec toute la douceur dont elle était capable, elle s'accroupit à côté d'elle, balayant l'une de ses mèches que le vent chatouillait d'un revers de main.


- Tsu... C'est moi qui suis désolée. On dirait bien que je n'ai pas été foutue de faire assez attention...

Sourire gêné.
Regard apaisé.
Parler lui faisait étrangement du bien, même si "faire attention" sous-entendait clairement qu'elle avait calculé la tension sexuelle qui régnait dans l'atmosphère depuis le départ.

L'honnêteté est la base de toute bonne relation, surtout dans un cadre aussi spécifique que celui de l'amitié. A moins que...?


- Si ça peut te rassurer...

Aivy se mordit les lèvres. Devait-elle vraiment dire cela ?

- Je n'ai pas été dégoûtée ou quoi que ce soit. J'ai même... Enfin... J'ai aimé ça.

Elle venait d'ouvrir une nouvelle porte.

- S'il te plaît, ne reste pas comme ça...

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 224
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Jeu 24 Mar 2016, 20:17

Je relève légèrement la tête devant cette révélation, deux perles dans les yeux, ma gêne me faisant passer à un doigt de pleurer... Elle me regarde un instant, attendant surement ma réaction...

Qui est de cracher un torrent de sable qui avait envahit ma bouche dans un joli nuage qui lui vole dans les plumes. Les yeux fermés de dégoût, je frotte ma langue avec mes mains pour en extirper un résidu de sable en faisant un ''Bleeuuuurk'' sonore.

Mon amie, apparemment entre la surprise et l'amusement devant ce spectacle, me fixe alors que je la regarde dans les yeux un instant, encore à genoux, et que je lui saute carrément dessus pour l'embrasser à nouveau, m'éternisant beaucoup plus longtemps cette fois, goûtant bien ses lèvres, sa langue... Puis je me retire à peine pour souffler une phrase.


Tes lèvres sont meilleures que le sable, d'abord.

Sable dont nous étions légèrement recouvertes alors que je me lance à nouveau à l'attaque de sa bouche...

Je n'ais jamais été sage, loin de là, et je suis loin d'être la ''parfaite petite épouse'' puisque moi, je m'amuse, dans la vie, et ça inclut coucher avec des filles... Mais j'avais jamais vraiment embrasser comme ça, par impulsion, une amie qui ne savait pas pour mes... Penchants.

Il y a une première à tout, alors bon, quand je m'écarte de ce troisième baiser, mon souffle me semble particulièrement chaud et saccadé. Si le sable est parfois utiliser pour éteindre les feux, ça ne marche pas sur celui dans mon bas ventre, parce que j'ai quelque chose qui commence par mon surnom et fini par ''nami'' entre les jambes...

Je parle d'un Tsunami, pour les incultes, hein. Quoi, l'image n'est pas assez claire, peut-être?

Enfin bref, du coup je me retrouve à la fixer dans les yeux, à quelque millimètres de son visage, et à prononcer tant bien que mal deux petit mots.


On continues..?

Dit oui, bordel, dit oui, bordel, dit oui...

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 248
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Sam 26 Mar 2016, 19:40

Le vent souffla une nouvelle bourrasque qui balaya les cheveux de l'apprentie Marchombre avant d'aller se perdre dans les dunes comme une caresse timide.

Uranie s'était calmée, son compagnon de voyage également, et tous deux reprenaient des forces dans le calme, ne troublant leur sérénité que pour descendre la tête et laper un peu de l'eau qui se trouvait dans le seau à leurs pieds. L'obscurité recouvrait désormais presque entièrement le paysage, quelques étoiles commençaient à pointer le bout de leur nez.

Aivy se mordit le bout des lèvres. La pensée qu'elle n'aurait probablement jamais dû répondre à ce baiser occupait inlassablement son esprit. Tournait, imperturbable, et envahissait peu à peu chaque parcelle de son être. Sa raison lui hurlait de s'écarter. Elle ne savais pas si Tsukia ressentait quoi que ce soit pour elle, mais mieux valait être prudente. Elle-même n'était pas sûre de vouloir aller plus loin et, comme son amie ne disait plus rien, elle prit cela comme une ouverture et entreprit de sauter sur l'occasion pour faire machine arrière.


- On continue ?

La question se perdit quelque part entre les limbes de l'esprit d'Aivy, et cette dernière tiqua en hésitant sur sa véracité. Venait-elle réellement de dire ça, ou était-ce son imagination ? La réponse effleura son cerveau en une fraction de seconde, et la gêne l'envahit à nouveau.

Mais elle n'était pas gênée parce que c'était une femme qui lui proposait cela, ou parce qu'elle craignait d'entériner sa toute nouvelle amitié sous couvert d'une nuit d'amour passionnée - si elle acceptait. Elle était gênée parce qu'elle sentait ses barrières fondre comme neige au soleil au fil des minutes, et l'idée d'échapper à son propre contrôle la terrifiait.

Elle ne répondit pas.
Ses lèvres trouvèrent naturellement celles de Tsukia pour un quatrième baiser, les précédents l'ayant suffisamment chauffée pour qu'elle prenne à son tour l’initiative. La chaleur sourde qui se répandait dans son bas-ventre l'incita à aller plus loin, forçant le passage de ses lèvres pour aller glisser sa langue contre la sienne. Sa main vint se poser d'elle-même contre sa cuisse, remonta la long de ses hanches, atteignit sa poitrine.

Tant pis pour le contrôle, les préjugés et les quand dira-t'on. La jeune femme se foutait bien de savoir s'il faisait jour ou nuit, si quelqu'un les observait de loin ou si le monde s'écroulait. Elle n'avait qu'une chose en tête, et ses gestes devenaient suffisamment explicites pour la réaliser. Son cœur accéléra brusquement, et sa seconde main trouva le chemin des hanches de son amie, qu'elle poussa en douceur pour coller son torse contre le sien.

Comme si elle venait de se souvenir qu'il était nécessaire de respirer, elle lâcha les lèvres de Tsu un peu à contre-cœur et, le regard brûlant, reprit une longue bouffée d'air.


- Ça répond à ta question ?

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 224
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Mer 30 Mar 2016, 20:10

Je frissonne alors que la main de mon amie rejoins mes seins, puis que la seconde se dépose sur mes hanches. Elle se colle plus encore sur moi et je sens nos poitrines se collés l'une sur l'autre...

Quoi? Elle parle? Si ça répond à la question? Oh putain oui, que ça répond à ma question... Et c'est la bonne réponse, vous gagnez un voyage vers les limbes du plaisir tout compris pour deux!

Me glissant sur le sable fin, j'atteint son torse avec la tête et je m'occupe de retirer tout ce qui m'empêche encore l'accès à ses mamelons, que j'attrape dans ma bouche...

Bon d'accord, normalement je dirais qu'elle ne peut ainsi pas s'occuper de moi et nianiania, mais je m'en fous parce qu'elle me fait assez d'effet pour que ça fonctionne pour m'exciter, de m'occuper d'elle.

Je la sens se tendre un peu plus vers moi, comme pour réclamer plus d'attention... Mais du coup moi aussi j'en veux. Lâchant son sein, je tourne sur le sable et boom, maintenant elle a accès à la même chose que moi, ou presque. Une de mes mains s'étire le long de son ventre, va retrouver son entre jambe, puis commence un ''massage'' bien excitant. C'est bien beau, les préparatifs, mais le plat principal est fichtrement intéressant, du coup je me glisse lentement entre ses cuisses pour déposer un baiser léger comme tout sur son clitoris qui lui tire un tremblement...

Et j'aime ça, je veux qu'elle tremble comme ça, encore. Ma langue sort doucement pendant qu'une de mes mains joue encore avec la petite perle de chair et que l'autre glisse deux doigts dans l'orifice devant moi, ma langue tentant de rejoindre les doigts en question.

Ça goûte doux comme le miel, c'est superbe...

J'adore.


HRP:
 

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 248
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: [-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]   Jeu 31 Mar 2016, 20:44

Le vent s'était définitivement levé, et faisait trembler les quelques arbres postés ça et là le long de la plage. Faisait trembler Aivy. Ou peut-être était-ce autre chose qui lui donnait des frissons ?

Le contact était insoutenable, la tension omniprésente. Totalement dépossédée de sa gêne, l'apprentie Marchombre était bien décidée à s'offrir et à tenter l'expérience jusqu'au bout. Il n'y avait après tout qu'une seule manière de voir si elle valait vraiment le coup. Sa respiration s'accéléra encore lorsque les mains de sa compagne de voyage glissèrent le long de son corps afin de lui retirer haut et soutien-gorge. Elle ne sut pas où ses affaires avaient volé, et l'information ne l'intéressait pas. Elle ne ressentait plus qu'un seul appel : celui de son corps, nu et brûlant. Se mordillant la lèvre inférieure par réflexe, la poitrine légèrement soulevée au rythme de sa respiration, elle se laissa attraper le téton droit par deux lèvres à la chaleur délicieuse.

Aivy gémit.
Voulut se perdre entre les méandres du plaisir.
Tout oublier.

Son corps se tendit malgré elle vers celui de l'apprentie. Elle en voulait plus, maintenant. La vision d'une de ses premières fois avec Altaïs, un soir dans sa chambre alors que tout le monde dormait, traversa fugacement son esprit. Elle la chassa. Ce qui se passait à présent n'avait rien de comparable avec l'amour physique qu'elle avait pu connaître avec le jeune homme. C'était à la fois plus doux et plus bestial, plus lointain et plus proche, tout aussi confus mais bien plus fusionnel. Etat-ce dû au fait qu'elles étaient deux femmes, et connaissaient déjà par cœur leur fonctionnement ?

Elle n'eut pas à attendre longtemps avant de voir arriver une réaction de la part de Tsukia, mais contrairement à toutes ses attentes, celle-ci bascula sur le dos. Aivy sourit face à la clarté du message, et s'empressa de relever le haut de la jeune femme et d'attraper un de ses tétons entre ses lèvres, soudainement prise par l'ivresse. Elle n'avait jamais remarqué que son amie sentait si bon... Sa main droite alla trouver le sein délaissé, et ses doigts glissèrent le long du lobe de la chair avant d'aller saisir le téton pour le taquiner doucement. Elle aurait pu rester des heures, ainsi...

La main de Tsukia contre son corps traça une ligne de braise lorsqu'elle descendit de son sein vers son entre-jambes.
Inattendue.

Nouveau gémissement.

La jeune femme se mordit les lèvres, planta son regard dans celui de son amie. Répondant à son appel silencieux, cette dernière l'invita à s'allonger à ses côtés et bougea un peu plus bas, positionnant sa bouche au niveau de l'entre-jambes d'Aivy et déposant même un léger baiser contre son clitoris. L'apprentie sentit le monde réel lui échapper lorsque deux doigts forcèrent le passage de son intimité, déjà bien lubrifiée par l'échauffement. Gémissant une fois de plus, cette fois-ci de gêne à cause de la sensation nouvelle - et du fait qu'elle n'avait pas été touchée depuis plusieurs mois déjà - elle se détendit par réflexe et laissa Tsukia entamer un léger mouvement de va-et-vient, l'autre main toujours sur son bouton de plaisir.

Sa respiration se fit plus forte et plus saccadée au fil du rythme, de plus en plus rapide, que prenait son amie. Bientôt, un troisième doigt alla rejoindre les deux premiers, et Aivy gémit plus fort encore. Il ne fallut que quelques minutes pour qu'elle n'atteigne le paroxysme du plaisir, et la jouissance la prit finalement. Intrinsèque, puissante. Elle ne retint pas son cri.

Les doigts de sa compagne étaient toujours en elle lorsqu'elle tenta de reprendre son souffle de manière presque chaotique. La jeune rousse s'appuya sur ses coudes pour redresser son buste, toujours haletante, et laissa venir un nouveau gémissement quand elle sentit les doigts se retirer d'elle.


- Waw, Tsu... C'était... C'était...

Elle ne parvint pas à trouver le mot juste. La sensation était incroyable, et si l'orgasme qu'elle avait eu était sensiblement le même que ceux qu'avait pu lui offrir Altaïs par le passé, la maîtrise qu'avait Tsukia de son corps et la rapidité avec laquelle elle l'avait apprivoisé n'avaient rien de comparable.

Elle devait lui rendre la pareille.

Une fois son souffle plus ou moins retrouvé, elle se redressa complètement et se rapprocha à nouveau de sa vis-à-vis, venant poser ses lèvres contre les siennes pour un nouveau baiser. Plus intense, plus sauvage. Elle la voulait maintenant, entière. Une de ses mains alla trouver la culotte gênante et l'élimina bien vite en la faisant glisser, tandis que l'autre s'affairait à caresser la partie interne de ses cuisses avec envie. Ses doigts se posèrent finalement contre les lèvres du bas de Tsu, et entamèrent un doux mouvement de va-et-vient qui dura quelques instants avant que son pouce ne vienne se poser contre son clitoris, toujours le plus doucement possible.

Sa langue se mêla à celle de sa compagne de cours, et ses doigts bougèrent en harmonie. Une fois l'entrée suffisamment mouillée, Aivy fit rentrer index et majeur en elle. La chaleur et l'humidité qui entouraient ses doigts étaient une nouvelle sensation de plus, et elle pouvait dire sans honte qu'elle adorait ça...

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[-16] La richesse du cœur [PV Tsukia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sleon la Minustah, l'insecurite est liee a la richesse
» Le partage de la richesse aux USA
» Evangelinne, La richesse de la rose, c'est sa fragilité [VALIDEE]
» « La richesse d'Haïti c'est sa pauvreté ».
» La richesse attire les amis,la pauvreté,elle,les sélectionne. (Valentino Smirnov)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Les grands Océans-
Sauter vers: