AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Naïs Jol
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 602
Citation : Ah l'aventure, ce joli mot romanesque pour dire galère !
Date d'inscription : 17/10/2011

Feuille de personnage
Age: 40 ans
Greffe: Griffes rétractables
Signe particulier: Aveugle

MessageSujet: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Ven 18 Mar 2016, 17:05

≈≈≈ Naïs ≈≈≈

L’auberge du Chat rieur n’avait clairement plus rien à voir avec ce que l’endroit que j’avais connu des années plus tôt ! Du vivant de Reni, l’ambiance y était chaleureuse et beaucoup plus familiale : de riches marchands y séjournaient avec leur famille alors qu’ils étaient de passage dans la cité, pour affaires importantes. Non ! Aujourd’hui, ce lieu, qui avait autrefois été comme chez moi, tombe littéralement en ruine. Heulf Fenred, le nouveau propriétaire, a la réputation d’un vieil ivrogne et son établissement est désormais l’un des plus mal famé de toute la ville. Endetté jusqu’au cou, il organise des combats au sein même de son auberge pour se faire un peu d’argent et éviter que son auberge ne sombre totalement dans l’oubli.

Me faufilant avec grâce jusqu’au bar, je m’y accoude avec nonchalance. Des hurlements et des rugissements de malade retentissent dans toute la pièce. Pour un peu, on dirait presque une horde de Raïs enragés ! Le sol tremble sous mes pieds, sous les assauts violents de cet attroupement de soudards en furie. Un pauvre type est en train de se faire littéralement massacrer sur le ring, ajoutant à l’excitation ambiante. Dès le départ, il n’avait eu absolument aucune chance. Mais il était quand même monté dans l’arène pour tenter de prouver sa virilité. Toutefois, son adversaire semble avoir la carrure d’une brute épaisse : oh, sa manière de combattre est loin d’être subtile, mais le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il frappe fort. Alors qu’une jeune serveuse particulièrement débordée – spécialement à éviter toutes les mains tendues sur ses fesses – m’apporte la pinte de bière que je lui avais commandé, je n’y touche finalement même pas.

- « A qui le tour ? Qui sera le suivant à m’affronter bande de mauviettes ? » tonna l’homme en levant le poing en signe de victoire.
- « Moi ! » m’exclamais-je, haut et fort en commençant à m’avancer vers le ring.

Ma petite annonce produit un effet auquel je m’attendais. L’auberge entière sombre brutalement dans le silence. Quelques secondes à peine. Avant que des éclats de rire tonitruants ne retentissent dans tout l’établissement et jusque dans la rue. Imperturbable, je fends la foule des hommes déchaînés le plus sérieusement du monde. Passant souplement sous les cordes qui délimitent la zone de combat, je me plante devant le colosse. Mains sur les hanches et avec un petit sourire alambiqué.

- « Tiens donc, une petite souris ! » observa le guerrier de son rire gras et sonore « Quand j’en aurai fini avec toi, sois-sûre que je prendrai plaisir à défoncer ton joli petit cul ! » vociféra-t-il, une lueur lubrique dans le regard.
- « C’est ce qu’on verra ! » souris-je d’un air provoquant.

Adoptant une position de garde parfaite, je d’adresse un petit signe à mon adversaire pour le pousser à m’attaquer sans réfléchir. Pure provocation, oui ! Mais au fond, c’est cela qui est marrant ! L’homme fulmine littéralement qu’une femme ose lui tenir tête ainsi – ce doit vraiment être la première fois, mais une chose est certaine, il se souviendra de moi ! Et pas de la manière dont il le pense ! Laissant l’armoire à glace tenter une première attaque, je me glisse sous son poing avec une facilité déconcertante pour tournoyer dans son dos et envoyer mon coude dans son plexus solaire avec violence. Plié en deux, mon adversaire recule sous l’impact du coup, le souffle coupé. Comme un chat avec une pelote de laine, je marche en cercle autour de ce type et lui laisse le temps de se relever. En réponse à mon sourire provocateur, le géant hurle de rage en se jetant littéralement sur moi.

Dans un réflexe ahurissant, je parviens à éviter la masse de muscles lancé à pleine vitesse vers moi. Et l’homme finit par s’aplatir lamentablement, face contre le sol. Autour du ring, les hurlements des spectateurs sont presque galvanisants. Comme autrefois, je me surprends à jouer à ma victime. Mais ce qui est sans doute pire, c’est que j’apprécie vraiment de le sentir patauger dans sa propre rage. Et commencer à paniquer. Roulant des épaules, je rétrécis lentement mes cercles autour de mon adversaire – tel un fauve avec sa proie. L’homme tente de m’avoir soudain par surprise, toutefois mes réflexes bien rôdés prennent le dessus. Une lueur indéfinissable dans mon regard aveugle, je décide d’en finir avec ma victime. Parce qu’un combat ne dure qu’un temps ! Sans aucune pitié, je le fauche d’un puissant coup qui fait craquer sinistrement ses chevilles. Mon adversaire ne peut retenir un hurlement de douleur. D’une rapidité fulgurante, je le bloque d’un genou posé sur son torse et abats mon poing sur son nez qui explose dans une gerbe de sang.

La violence du coup fait littéralement perdre connaissance au colosse tandis que je me relève tranquillement en essuyant d’un revers de bras une goutte de sang qui avait giclé sur mon visage. Puis, levant un bras vers le ciel, je défie l’assemblée. L’adrénaline pulse dans mes veines !

- « Au suivant ! »  

__________________________________________




Ah l'aventure, ce joli mot romanesque pour dire galère !

Life sucks when you're ordinary !

I experienced that seeking feeling you get when you know you have conned yourself into doing something difficult and there's no going back




 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 757
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Ven 18 Mar 2016, 17:45

Al-Chen. Syles et Kaünis avaient décidés de dépasser le domaine histoire de continuer un peu le voyage et la compagnie de la jeune femme était toujours aussi... Rafraîchissante pour le jeune homme.

Entrant le premier dans l'auberge qu'ils avaient repérés histoire d'avoir un repas chaud, ou au moins tiède, le frontalier remarqua immédiatement le cercle vers le fond de la salle où un combat semblait sur le point de commencer... Un sourire étira son visage. Il reconnaissait là une de ses examinatrices pour son Ahn-Ku, Naïs, lui semblait-il.

Se dirigeant vers l'homme qui semblait être le gérant de l'immeuble en piteux état, il sortit une petite poignée d'argent de sa bourse.


Vous prenez les paris?

Parfait, je mise ça sur la fille.


L'homme eu un sourire mauvais, apparemment sûr de s'être trouver un pauvre pigeon qui lui ferais gagner pas mal de monnaie...

Sourire qu'il perdu bien vite quand, quelques instants à peine plus tard, il dut remettre à l'envoleur son gain. Empochant le tout, il se leva et s'approcha de l'arène en faisant un signe de la main à sa compagne de voyage qui venait d'entrer pour lui indiquer qu'il allait s'amuser un peu... Quel meilleur moyen de devenir un meilleur envoleur que de se battre contre un maître?

Après un instant de silence surpris de la part des amateurs de combat devant le défis dans la voix de Naïs, Syles sauta par dessus l'enceinte de corde en prenant appuis sur les plus hautes avant de prendre la parole.


C'est moi, le suivant.

Un homme un peu trop bourrée tenta de s'interposer sans passer les cordes, surement parce qu'il croyait pouvoir gagner contre un comme contre l'autre... Enfin, il le pensait avant que le poing de l'envoleur s'écrase sur son nez, le faisant éclater et l'envoyant valser dans la foule.

Se retournant vers con adversaire du moment, le frontalier sauta un instant sur place en secouant les mains question de s'échauffer rapidement avant de prendre une garde de combat presque invisible tellement elle semblait naturelle.

Le garçon et la jeune femme tournèrent un instant, prédateur contre prédateur... Ce combat là serait rude, pour l'un comme pour l'autre...

Ça promettait d'être marrant, quoi!

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Ikoya
Groupe Razylm
avatar

Nombre de messages : 35
Citation : Avancer. M'appuyer sur ce que j'ai vécu. Sur ce que j'ai fait. Bien et mal. Sur mes forces et mes faiblesses. Mes joies et mes regrets. Mes remords. Avancer.
Date d'inscription : 13/03/2016

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Il n'a pas de bras droit

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Ven 18 Mar 2016, 18:05

- Tu vas avancer ou quoi? Criais-je, énervé une bonne fois pour toute.

Le petit hongre n’en faisait qu’à sa tête. Oh, il avait l’air bien gentil, dans les écuries de la cité mercenaire, et il l’était. Cependant, ce cheval à la noix portait trop bien son nom. La Mule était donc exceptionnellement têtu, et il broutait maintenant depuis cinq minutes alors que moi, toujours sur son dos, je faisais tout pour le pousser à avancer. L’idiot s’était arrêté, d’un coup, peu après que je l’ai mis au pas, juste pour brouter tranquillement sans plus se soucier de moi. Je me retins de pousser un juron, talonnant vainement l’animal. Celui-ci faisait comme si je n’existais pas et il n’avait visiblement aucune envie de continuer son chemin.

Geya n’avait au final pas fait grand-chose pour moi. Elle m’avait expliqué rapidement qu’elle ne serait pas mon maître, que je m’en ferais attribuer un et que je pouvais considérer le domaine comme mon chez-moi. Pour le reste, j’étais libre. Je devais toutefois savoir que de ne pas me présenter à un cours allait m’expulser automatiquement du groupe et que je devrais alors faire une demande pour en réintégrer un si jamais cette absence était une erreur. Pour le reste, elle m’a promis avec un grand sourire bien sincère que j’allais sans aucun doute avoir mal, pleuré, être découragé et que j’allais devoir bosser comme un dingue si je voulais un jour être digne du titre d’envoleur. Elle m’avait ensuite laissé seul devant les bureaux des maîtres, puis elle avait rapidement déserté les lieux.

J’étais donc reparti le lendemain de mon arrivé au domaine. Je m’étais promis d’être de retour rapidement, mais Lima, mon supérieur direct, enfin, mon ancien supérieur direct puisque j’avais été admis comme apprenti envoleur, m’avait confié une mission quelques jours avant que Geya daigne de m’amener au domaine. Puisqu’il s’agirait de ma dernière mission pour un petit moment et que j’avais bien besoin de quelques pièces si je voulais sortir de la propriété des envoleurs durant mon apprentissage, je souhaitais l’accomplir avant mon premier cours. Pour l’instant, de toute façon, aucun groupe ne m’avait été assigné et je disposai d’un peu de temps pour accomplir ce voyage.

Je m’étais donc rendu à la cité mercenaire pour confirmer mon changement de division avec Lima, qui m’avait rappelé que je m’étais engagé pour cette mission quelques jours auparavant. J’aurais bien entendu préférer avoir le temps de m’y rendre à la course, mais prendre un cheval me permettrais de raccourcir presque de moitié mon temps de voyagement et comme je ne voulais pas perdre de temps, j’avais choisi un cheval dans l’écurie des mercenaires, La Mule, en l’occurrence. Pour tout dire, cet animal me confirma une chose : il n’y avait rien de plus fiable que mes jambes. Poussant de nouveaux jurons colorés, j’envoyai promener le petit hongre, qui me répondit d’un petit hennissement bien dédaigneux, de mon interprétation. Un rire cristallin m’interrompit pourtant dans mon grommellement. M’arrêtant une seconde, je regardai autour de moi, la main sur mon sabre, prêt à dégainer si nécessaire, ce qui s’avéra inutile.

Une enfant, non, plutôt une femme tellement petite qu’elle ressemblait à une enfant s’approcha de moi en gambadant. Marmonnant entre mes dents, je me dis que je n’avais certainement pas besoin que quelqu’un vienne se moquer de moi en ce moment.

- Ton cheval est une vraie tête de mule, dit-elle en riant, visiblement de très bonne humeur.

Je lui jetai un regard lourd, n’ayant aucune envie d’avoir une conversation avec une libellule surexcité.

- Tu n’y arriveras pas comme ça, dit-elle en se penchant à l’oreille du hongre en lui murmurant quelques mots.

Presque aussitôt, la bête cessa de brouter pour donner un petit coup de tête amical sur le torse de la femme. Lui jetant un regard ahuris, je secouai la tête. Comment un petit bout de femme comme elle avait-elle pu aussi facilement distraire cette mule ambulante? En voyant mon air, la femme éclata de son rire cristallin, caressant doucement la bête sur laquelle j’étais assise.

- Allons, ce cheval est si gentil! Regarde le… dit-elle, visiblement attendrit par l’attitude amicale de la bête.

Levant la tête vers moi, elle me détailla un instant, sans que je ne dise un mot, encore trop en colère pour avoir envie d’être gentil.

- Tu n’as pas l’allure d’un cavalier, mais tu as tout de même un cheval…

- Je l’ai emprunté,
dis-je, bougonnant encore.

Je pris toutefois le temps de détailler la femme. Blonde avec de beau et grand yeux bleus, elle était vêtue d’une robe légère et fleurie qui la mettait en valeur, mais avec laquelle elle ne devait pas avoir bien chaud, même si les froids d’hivers étaient choses du passé.

- Tu dois simplement essayer de le comprendre, tu vois? Il est bien gentil, mais il ne comprend pas, lui, pourquoi il ne peut pas s’arrêter là, maintenant, tout de suite, et qu’il doit continuer de porter un pur inconnu sur son dos!

Grimaçant en voyant qu’elle parlai du cheval comme s’il s’agissait d’un humain et non d’un animal a l’intelligence limité, je choisis de poursuivre mon chemin. De toute façon, La Mule semblait maintenant prêt à m’écouter et à poursuivre la route.

- Merci pour ton aide, dis-je, sincère. Je suis un peu pressé, toutefois, ajoutais-je avec un sourire désolé.

Pas de problème, me répondit-elle avec un sourire.

******

Al-Chen se dessinait à l’horizon et je poussai un soupir de soulagement. Piètre cavalier, j’avais mal partout et l’idée de me trouver une petite auberge pour boire un peu me plaisait particulièrement. Certes, j’avais une mission à accomplir, mais il était tard et j’avais quelques pièces à dépenser grâce à Lima qui ne me laissait jamais partir sans une petite bourse. Descendant de ma selle, je le confiai a un garçon d’écurie, lui lança une pièce et partit a la recherche d’un endroit amusant ou passer la soirée. Une petite auberge tranquille et confortable était tentante, mais m’obligerait sans doute à me ruiner. De plus, je n’étais pas forcément à l’aise au milieu de ces gens d’une classe sociale souvent supérieure à la mienne, ou plutôt à celle à laquelle j’avais toujours appartenu. Je me cherchai donc un endroit moins fréquentable pour passer la soirée, m’amusant d’avance à l’idée d’une bonne soirée telle que je les connaissais.

Je me promenai donc dans les villes, demandant parfois conseil aux gens du coin sur les bonnes auberges dans le but peu commun de les éviter. Une femme âgée d’une quarantaine d’année avait toutefois piqué ma curiosité.

Je t’aurais bien recommandé l’auberge du Chat Rieur, mais depuis qu’il y a un nouveau propriétaire, cet endroit est l’un des pires de la ville!

La remerciant, je repérai rapidement l’auberge en question, dans laquelle semblait régner un chaos infernal qui me plut tout de suite. En plus, ce genre d’endroit était parfait pour obtenir le genre de renseignement qu’il me faudrait pour ma mission. Personne ne remarquai la porte que je poussai et mon arrivé fut faite dans une indifférence générale. En effet, l’attention était portée sur le combat qui se déroulait au centre de la pièce. Une femme aux cheveux foncés venait de mettre au tapis un homme qui devait faire quatre fois son poids. Cela promettait d’être intéressant! Au bar, un jeune homme d’une vingtaine d’année empochait une mise et se dirigea vers le centre d’attention. Il n’eut besoin que d’un coup de poing pour empêcher un ivrogne de prendre sa place contre la femme, et le combat qui semblait vouloir s’engager avait tout pour impressionner. Les deux combattants avaient une garde impressionnante, qui semblait presque inexistante tant elle semblait naturelle, dans un cas comme dans l’autre. Leurs mouvements étaient fluides, leur regard vaste et j’eu une vague impression d’avoir déjà vu cette technique quelque part. Ne me posant toutefois pas plus de question, je levai une main pour me commander à boire, m’adressant à la personne à mes côtés, amusé par la scène.

- Alors, qui gagne, d’après toi?

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Ven 18 Mar 2016, 18:46

- Je te laisse t’occuper des chevaux, et je vais voir si la bouffe est mangeable.

Kaünis acquiesça, attrapant la bride de la monture à Syles pour l’amener, avec Voyage, dans les écuries d’Al-Chen. Les laissant à un certain Eli, la jeune Envoleuse se passa une main dans les cheveux.
Elle pensait à ce truc que les Rêveurs avaient foutu dans son ventre. Ils disaient que c’était vraiment fiable, mais elle était quand même un peu angoissée avec la Greffe de Syles. Ceci dit, s’il ne la contrôlait pas exactement encore – des choses à améliorer – c’était pas un truc qui était lié à ses émotions, alors finalement, est-ce qu’ils avaient vraiment du soucis à se faire ?
La jeune femme haussa les épaules, se glissant dans les rues d’Al-Chen pour rejoindre l’auberge dont Syles lui avait donné le nom : Le Chat Rieur. Bizarre comme nom d’établissement, mais bon, pourquoi pas, finalement.

Quand elle poussa la porte de l’auberge, Syles était en train de récupérer des pièces d’or au comptoir, et Kaünis fronça des sourcils. Elle croisa son regard un instant, avant qu’une voix s’élève du fond de la pièce.
- Au suivant !
Elle connaissait cette fois, elle en était presque certaine ! S’approchant, elle put distinguer un espace de combat, une sorte de ring, et sur la plateforme… Naïs ! Surprise, d’abord, Kaünis faillit juste éclater de rire quand elle vit l’Envoleuse là-haut. Elle venait apparemment de mettre K.O. un mec énorme, qui devait s’être pris sa virilité en pleine tronche, et cela tira un sourire mauvais à la jeune Envoleuse.

- C’est moi, le suivant !
Kaünis fronça les sourcils,  avant de lever les yeux au ciel. Son premier réflexe avait été de dire à Syles qu’il ne savait pas à qui il avait affaire, mais elle avait capté son regard sur Naïs, et l’attitude de l’Envoleuse aussi : ils s’étaient déjà croisés ces deux-là aussi. Un sourire torve étira les lèvres de Kaünis, qui se rendit au bar pour demander une bière blonde.

S’accoudant au bois, elle prit place sur un tabouret haut qui était à juste quelques centimètres des cordes délimitant le ring. Elle ne voulait pas perdre une miette de ce combat, même si elle doutait que Syles put faire quoi que ce soit contre la Maître Envoleuse. Mais en même temps, elle semblait bien énervée, du coup elle pouvait tout à faire faire une erreur. Un sourire torve étira les lèvres de Kaünis, encore une fois. Elle avait très envie de monter sur le ring pour faire un combat à trois, au pire. Cela pouvait être très amusant non ? Elle se fichait bien que les Rêveurs lui avaient dit de se tenir tranquille quelques semaines, elle n’était pas capable de le faire de toutes façons.

- Alors, qui gagne, d’après toi ?
Kaünis fut tirée de ses pensées par la voix d’un homme, et elle se tourna vers lui pour le détailler. Il était grand et mince, les cheveux bruns et les yeux d’un marron foncé également. Elle remarqua qu’il lui manquait un bras, et qu’il dégageait quelque chose de familier, mais ne dit rien, se contentant de hausser les épaules.

- Boah, je sais pas trop. Si la fille s’énerve, elle risque de faire des erreurs, donc le mec. Mais si c’est pas le cas, c’est la fille. A condition qu’elle lui saute pas dessus, hein, tout simplement. Elle a une fâcheuse tendance à embrasser tous les mecs qui ont les cheveux en pétard et qui sont bipolaires. La jeune femme ricana seule à la suite de sa phrase, et avala quelques gorgées de bière.
Le regard fixé sur le ring, elle ne put s’empêcher de lever son verre et de crier bien fort :

- Hé, Syles, fais gaffe, elle embrasse elle aussi ! C’est la deuxième copine de Gil !

Pouffant toute seule, la jeune femme se mordit l’intérieur de la joue.
Drôlement amusée par la situation.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïs Jol
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 602
Citation : Ah l'aventure, ce joli mot romanesque pour dire galère !
Date d'inscription : 17/10/2011

Feuille de personnage
Age: 40 ans
Greffe: Griffes rétractables
Signe particulier: Aveugle

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Sam 19 Mar 2016, 01:58

≈≈≈ Naïs ≈≈≈

Un instant de silence soudain s’abat sur l’attroupement des spectateurs, soudards et amateurs de combats en tout genre. Apparemment, personne ne s’était attendu à ce que je mette ce type littéralement knock-out ! Et la réaction du public s’avère d’autant plus jouissive et excitante que la peur se mêle à la surprise générale. Toutefois, bien vite, un homme fend la foule avec une aisance que je reconnais presque immédiatement. Et une audace sans pareille ! Syles Agarest, tiens donc, comme on se retrouve ! Un petit sourire alambiqué sur les lèvres, je prends une pose légèrement déhanchée en l’attendant sur le ring. La main droite posée sur ma hanche, mon regard aveugle brille d’une lueur indéfinissable.

Un type tente brusquement de s’interposer en bondissant sur la plateforme de combat à son tour – peut-être par excès de courage ou alors simplement par stupidité – mais le jeune homme l’envoie s’écraser face contre terre d’un formidable crochet du droit. Alors que l’Envoleur me rejoint finalement sur le ring, dans une ambiance surchauffée, je modifie légèrement ma posture de façon à adopter une garde subtile mais parfaite. Un éclat de voix me fait soudain tourner la tête en direction du bar. Juste avant que je ne jure entre mes dents. Par la sainte culotte de l’Empereur, Kaünis ? Bordel, c’est mon jour ! De toute évidence ces deux-là se connaissent plutôt bien vu la façon dont la jeune Envoleuse le hèle d’un ton grivois. La deuxième copine de Gil ? Non, mais je rêve ? Celle-là, elle ne perd rien pour attendre ! C’est ça, tu fais bien de rester en retrait toi !

Décidant de rentrer dans un petit jeu dangereux, je repousse une mèche rebelle avant d’adresser un clin d’œil amusé au jeune homme qui me fait face. Gardant une certaine distance – je sais très bien ce dont il est capable – je souris d’un air parfaitement provoquant.

- « Bah quoi ? » le taquinais-je « T’as peur que ça te plaise si je t’embrasse ? »

Retrouvant mon sérieux, je roule des épaules quelques secondes. Ravie d’avoir un adversaire à ma taille, je m’avance un peu plus vers le centre du ring avec une démarche de panthère. Comme si rien ne pouvait me mettre danger. Pas même lui. Pas même Syles, tout jeune Envoleur qu’il est. La colère, la frustration, la souffrance sont toujours bien présentes au fond de moi. Mais je parviens à les juguler assez pour y puiser force et adrénaline. Et les laisser pulser dans mes veines. Prédatrice, je décide de feinter pour tester mon nouvel adversaire. Tâter le terrain. Et une chose est sûre, Gil l’a bien formé ce gamin ! Parce que j’ai tout juste le temps me couler sous une parade incroyablement audacieuse. Ah, tu veux la jouer comme ça ?


Une goutte de sueur perle à front avant de s’écraser au sol. Secouant toute seule la tête, je manque de laisser échapper un rire complètement démentiel. Oh oui ! Que c’est bon : cogner sans retenir se retenir, se déchaîner comme cela ! L’ambiance clairement chaotique ajoute encore à ce côté galvanisant. Et même excitant ! Syles est doué, il faut bien que je l’admette et sa précision redoutable m’avais surprise à plus d’une reprise. Mais s’il est poussé par la fougue et l’audace de sa jeunesse, moi, en revanche, je profite de longues années d’expérience. Et jusqu’à cet instant précis, l’on aurait pu dire qui de ce gamin ou moi aurait finalement l’avantage.

Toujours fermement ancrée dans le temps du combat, je parviens à éviter de justesse qui aurait aisément pu me briser la mâchoire. Tout se déroule alors rapidement. Un ! Tournoyant sur moi-même à une vitesse ahurissante, je prends l’Envoleur à revers pour lui assener un coup dans les côtes qui le fait se plier littéralement en deux. Deux ! Profitant de ce large avantage, je me coule dans son dos pour le forcer à ployer à genoux. Trois ! Achevant de l’envoyer face contre le sol, j’immobilise le jeune homme dans une prise dont il ne saurait se défaire – sauf en se brisant les os du bras peut-être. Quatre secondes ! Il ne m’avait fallu que quatre secondes pour mettre hors d’état de nuire l’apprenti de Gil, même si je sens bien l’énorme bleu qui commence à fleurir sur ma pommette gauche. Me penchant doucement, sans lâcher Syles, j’approche mes lèvres de son oreille.

- « Allez, sois pas déçu, un jour t’auras ta revanche » murmurais-je d’un ton clairement badin, avant de daigner enfin le lâcher.

__________________________________________




Ah l'aventure, ce joli mot romanesque pour dire galère !

Life sucks when you're ordinary !

I experienced that seeking feeling you get when you know you have conned yourself into doing something difficult and there's no going back




 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 757
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Sam 19 Mar 2016, 02:41

Déçu? Lui? Pas du tout.

Il venait de sortir de son apprentissage et pourtant il avait tenu tête à la maître dans un combat merveilleux qui lui avait permis d'avancer et d'apprendre.

Non, il n'était pas déçu du tout, il était plutôt content. Ça faisait un sacré bout de temps qu'il ne s'était pas battu comme ça. Néanmoins, il avait encore en tête la blague sur le fait qu'il aurait pu aimer l'embrasser... Et il n'était pas du genre à reculer devant la blague.

Aussi, quand l'envoleuse lâcha sa prise pour se relever, il en profita pour sauter sur ses pieds à une vitesse folle pour coller ses lèvres sur les siennes et presque immédiatement reculer derrière les cordes pour retrouver Kaünis...

Au milieux d'une foule qui respirait à peine devant le combat qu'ils venaient de voir. En sueur et avec un sourire moqueur, très content d'avoir réussis son petit coup avec le baiser, le frontalier s'approcha de sa compagne de voyage qui avait regarder le combat avec un homme à qui il manquait un bras...

Ce mec, pensa Syles, lui rappelait Keilan, le jeune homme qu'il avait guidé au domaine. Il avait cette lueur dans les yeux... Un apprenti que l'une des envoleuses connaissaient, peut-être?

Peut-être même l'apprenti de Naïs, elle pouvait bien être en plein cours, après tout, bien qu'il en doute... Si Gil l'avait amenée dans un tel endroit, ça aurait été pour le faire combattre un mec du genre de Juhen dans l'arène, pas pour regarder.

Enfin bref, l'envoleur commanda à son tour une bière et un repas au passage, c'était pour ça qu'il était là après tout, en gardant quand même un oeil sur Naïs... Si elle décidait qu'elle n'appréciait pas le baiser à la blague, il pouvait avoir un second combat sur le point de se produire... Et beaucoup plus violent, celui là. Il prit néanmoins le temps de se présenter rapidement à l'interlocuteur de Kaünis.


Syles Agarest, toi t'as un nom?

Direct, comme toujours. Pourquoi tourner autour du pot, après tout, il n'était pas là pour perdre du temps en civilités...

Il ne put malgré tout empêcher une certaine phrase de Kaünis de lui passer par la tête...


Je crois que ça me plairait de te voir baiser quelqu’un d’autre.

Évidemment, cette pensée lui fit imaginer l'acte avec Naïs mais, surtout, la tête de Gil s'il lui disait... Et soudain, pour une raison inconnue, il revit la tête de son ancien maître quand il lui avait fait imaginer Juhen en train de l'embrasser. Ce souvenir le fit presque s'étouffer dans sa bière et il toussa un peu avant de retrouver un contenance...

Et de se rendre compte que ses convictions avaient bien changés. Lui qui ne voulait à l'origine même pas toucher à une choppe, il buvait ce truc par choix et sans broncher... Sa première bière avait été avec Gil, au fond...

Peut-être était-il vraiment plus mature qu'au début de son apprentissage, après tout.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Ikoya
Groupe Razylm
avatar

Nombre de messages : 35
Citation : Avancer. M'appuyer sur ce que j'ai vécu. Sur ce que j'ai fait. Bien et mal. Sur mes forces et mes faiblesses. Mes joies et mes regrets. Mes remords. Avancer.
Date d'inscription : 13/03/2016

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Il n'a pas de bras droit

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Dim 20 Mar 2016, 21:35

La fille qui se trouvait à mes côtés semblait connaître les deux combattants. Elle misait donc sur la fille, si celle-ci ne commettait pas d’erreur, ce qui donnait de la valeur à ce garçon sur le ring vu à quel point cette femme semblait douée. Si cela se jouait par une erreur, alors leur force devait être presque équivalente.

- Tu sembles savoir de quoi tu parles, dis-je, lui faisant un clin d’œil, je vais te faire confiance.

Le combat fut impressionnant et j’eu plusieurs fois l’impression que la femme allait perdre, toutefois, elle reprenait l’avantage à chaque fois. Plutôt sceptique à l’idée de ce combat entre deux personnes ne venant pas du coin, la foule avait rapidement oubliée ce détail, se laissant porter par la violence du combat. Me mêlant à eux, amusé, je lançais des encouragements aux deux participants, admirant en même temps leur technique de combat parfaitement rodé et étrangement très semblable. Finalement, comme celle qui se trouvait à mes côtés l’avait prédit, ce fut le « presque » qui fit toute la différence.

Elle avait nommé le garçon Syles et l’avertissement qu’elle lui avait servi m’avait fait sourire. Cela fut également l’occasion pour ce Syles de s’amuser, car il planta un baiser rapide sur les lèvres de la femme qu’il venait de combattre en la narguant visiblement. Jetant un œil à la fille à mes côtés, je me demandai un instant la relation qu’elle entretenait avec le garçon. Elle ne semblait toutefois pas s’émouvoir de l’attitude du garçon. Cette fille, malgré une apparence physique généralement banale, dégageait quelque chose de spécial, quelque chose que je ne voyais pas pour la première fois, mais je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus. S’en était presque énervant, à la fin, mais cela ne me restai pas en tête plus longtemps.

Le garçon se commanda quelque chose avant de nous rejoindre rapidement. Il se présenta, s’adressant à moi dans une même phrase.

- Ouais, moi c’est Julian. Beau combat, dis-je, sincère.

L’attitude de Syles, bien qu’inhabituelle, ne m’offensai pas vraiment. J’étais habitué à vivre dans un monde ayant peu de manière. La foule était étrangement agitée et je me demandai un instant ce qui se tramais. Visiblement, aucun d’entre eux n’était très heureux de voir cette femme, une inconnue de surcroît, venir détruire leurs compagnons réguliers un par un. Un groupe d’homme s’était réuni au fond et je les désignai à mes nouveaux compagnons d’un mouvement de tête, prenant en même une gorgé de ma bière.

- Votre… amie, dis-je en hésitant sur le terme, semble attiser les mauvaises langues. Elle va avoir des ennuis si elle continue.

Pour l’avoir vu combattre, je me disais qu’elle n’aurait probablement pas beaucoup de difficulté à les vaincre, surtout si Syles se joignait à elle. Cependant, se débarrasser d’autant de monde en plein centre d’Al-Chen risquait de faire des remous, surtout si cela venait aux oreilles indiscrètes des impériaux. Regardant autour de moi, je remarquai que l’agitation se propageait rapidement. Me redressant sur mon siège, les sens en alerte, je me tins sur mes gardes, incertain de la suite.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Lun 21 Mar 2016, 07:13

Kaünis ne put s’empêcher de pouffer quand Syles lui jeta un coup d’oeil, tout comme devant la répartie de Naïs. L’Envoleuse ne savait pas à quoi s’attendre en taquinant le jeune homme et cela amusait la plus jeune car elle pensait deviner ce qu’il allait faire…

Ceci dit, le combat était juste épique à regarder. Intéressant. Et en effet, Naïs avait largement le dessus, même si parfois elle laissait croire que non, elle reprenait toujours du poil de la bête quand Syles y mettait plus d’entrain en pensant récupérer du terrain.
Une joute intéressante au plus haut point et Kaünis n’en perdit pas une miette, accoudée au bar sirotant sa bière. Elle avait tellement envie de monter sur le ring, elle aussi, voir ce qu’elle pouvait donner contre Naïs à son tour. Est-ce qu’elle s’était améliorée depuis la fin de son apprentissage ? Depuis ses combats contre Maïeul d’abord, puis à la Citadelle ?
Se battre à mains nues était autre chose que de se battre avec des armes, ou encore de se battre jusqu’à la mort où elle n’hésitait alors pas à utiliser sa Greffe pour s’en sortir. Esprit de survie, instinct de survie, elle ne savait pas mais de toutes façons hors de question de ne pas vendre cher sa peau si elle se retrouvait en situation délicate. Autant y aller à la bourrin.

Quand enfin Naïs immobilisa réellement Syles, ce dernier arborait un large sourire et Kaünis imaginait très bien l’état d’esprit de l’Envoleur.
D’ailleurs, son ventre s’enflamma littéralement quand il embrassa Naïs devant ses yeux. Le souffle haletant, elle sentait son coeur battre fort et vite, ainsi le rouge monter à ses joues d’excitation.
Lorsque le jeune homme revint vers elle, elle lui adressa un long regard brillant. Il devait avoir compris car il lui sourit mi-moqueur, mi-provocateur.
Il s’adressa directement au garçon à côté d’elle et cette fois elle prit plus de temps pour le détailler elle aussi alors qu’il se présentait à son tour.

- Ouais, moi c’est Julian. Beau combat., dit-il, tirant un sourire entendu à Kaünis : évidemment que c’était un beau combat ! Se mordant la lèvre inférieure, Kaünis hocha du menton.
- Y’a pas que le combat qui est beau ! lança-t-elle dans une moue appréciatrice. Et elle embrassa Syles, glissant sa langue sur ses lèvres, puis dans sa bouche, avant de mordre sa lèvre inférieure. Il avait encore le goût de Naïs sur lui et elle apprécia de pouvoir laper cette saveur mêlée à celle de l’Envoleur. C’était bigrement excitant.. murmura-t-elle à son oreille, de manière à ce que lui seul puisse l’entendre.

S’écartant de l’Envoleur, Kaünis leva les yeux vers Naïs. Elle ne pouvait s’empêcher de se mordiller les lèvres et de passer sa langue dessus. Dans sa tête, des scénarios torrides étaient en train de prendre place, où elle voyait clairement Syles déshabiller la Maître Envoleuse et la baiser sauvagement devant ses yeux… Et le feu dans son ventre fit une embardée qui lui coupa le souffle.
Peut-être avait-elle besoin de se battre elle aussi, finalement ? Cela lui ferait penser à autre chose… Ou pas. Ce fut la voix de Julian qui la tira de ses pensées indescentes.

- Votre… amie semble attiser les mauvaises langues. Elle va avoir des ennuis si elle continue.
- Boah, elle est capable de se débrouiller toute seule hein,
riposta la jeune femme vivement. Et puis, elle aime les chercher les ennuis, faut dire alors bon, lâcha-t-elle, presque dédaineuse. Puis, elle se tourna vers Julian et lui adressa un sourire dur. Cependant, il avait raison : autour d’eux, les hommes commençaient à un peu trop s’agiter au goût de la jeune Envoleuse, qui poussa un long soupir.

Repoussant sa chaise dans un bruit presque strident, elle termina cul sec sa bière, s’essuya le coin des lèvres de l’avant-bras avant de fendre la foule de badaux et gaillards et se présenter devant le ring.
- Hé, t’acceptes de te battre contre une fille ? Les mecs, c’est du déjà vu ! lança-t-elle avec assurance, sa voix forte portant dans toute l’auberge. Plusieurs gars éclatèrent de rire, l’un d’entre eux tenta même de lui peloter les fesses dans une blague crasseuse… se retrouva avec le pouce brisé en deux en moins d’une seconde. Kaünis lui lança un coup d’oeil dangereux, alors que l’homme se retenait de crier sa douleur, embouchant son pouce qui devait lui faire bien mal.
Se glissant entre les cordes délimitant le bord de l’espace de combat, la jeune femme fit passer ses cheveux dans son dos et fit face à Naïs. Elle avait envie de provoquer la femme, mais se retint… Parce qu’elle avait encore plus envie de savoir ce qu’elle valait vraiment, désormais. Elle-même. Elle ne se faisait pas d’illusion sur l’issue du combat mais donnerait tout ce qu’elle avait dans le ventre !

Pleine d’assurance, mais attentive, Kaünis redressa le menton face à Naïs. Elle se plaça dans une garde sommaire mais efficace, et attendit finalement la réponse de l’Envoleuse.
Elle avait très envie d’en découdre !

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïs Jol
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 602
Citation : Ah l'aventure, ce joli mot romanesque pour dire galère !
Date d'inscription : 17/10/2011

Feuille de personnage
Age: 40 ans
Greffe: Griffes rétractables
Signe particulier: Aveugle

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Mar 22 Mar 2016, 01:07

≈≈≈ Naïs ≈≈≈

Peut-être que je n’aurais finalement pas du relâcher ce gamin – parce que oui, à vingt piges, c’est clairement un gamin. Il aurait même presque l’âge d’être mon fils ! Peut-être que j’aurais dû lui encastrer la tête dans le sol pour lui faire passer l’envie de me voler un putain de baiser. Quoique, ce n’est pas si désagréable que cela le contact de ses lèvres sur le miennes. Et de sentir son corps en sueur se rapprocher dangereusement de moi, pour se détacher presque aussitôt, cela déclenche une véritable tempête dans tout mon être. Légèrement troublée, je titube un instant sur le ring. Toutefois, secouant la tête toute seule, je reprends mes esprits bien vite alors que la voix de Kaünis résonne dans la pièce. Un petit sourire alambiqué sur les lèvres, j’ouvre les bras pour inviter la jeune Envoleuse à venir me rejoindre sur l’espace de combat.

Roulant des épaules pour détendre mes muscles, je sautille sur place quelques secondes en attendant cette insupportable sale gosse. Ceci-dit, je suis plutôt contente de l’affronter et la perspective de lui filer une bonne raclée se révèle particulièrement excitante ! Rien qu’à cette idée, je jubile intérieurement, même si je sais bien qu’elle ne serait pas comme tous ces soudards. Elle est Envoleuse ! Envoleuse accomplie ! Rompue à l’art du combat donc ! Lorsque Kaünis parvient enfin à se glisser entre les cordes, après s’être débarrassée de quelques mains baladeuses, j’ai déjà adopté une garde subtile et naturelle. Mais parfaite et redoutable aussi ! Dans une petite moue provocatrice, je lui fais un signe du menton.


Gauche. Droite. Feinte. Encore et encore. Par la sainte culotte de l’Empereur, c’est une enragée cette fille ! Une fois de plus, le poing de la jeune Envoleuse frôle ma joue et siffle dangereusement à mon oreille. Parant une autre attaque de justesse, je pivote sur moi-même pour la prendre à revers et lui faire manger son audace au centuple. Toutefois, Kaünis se reprend rapidement et m’oblige à reculer. Hé ! Mais je connais cette parade moi ! C’est du Gil tout craché ça ! Avec un sourire féroce, je me coule sous la garde de la fille avec une habileté étonnante. Gauche. Droite. Feinte. Encore et encore. Ce n’est pas un combat ; c’est un choc entre deux titans !


On aurait presque pu dire que j’étais en mauvaise posture. Presque ! Finalement, tout s’était joué en moins de cinq secondes. Cinq secondes absolument haletantes ! Incroyables ! Cinq secondes qui m’avaient permis de cesser de jouer avec Kaünis pour rentrer dans son temps, tournoyer sur le ring et l’immobiliser solidement pour lui interdire tout mouvement. Aucun doute, Gil les avait bien formé ces deux énergumènes car ils pouvaient se targuer de m’avoir donné du fil à retordre et de m’avoir poussée dans mes retranchement sur ce ring ! Affichant un sourire victorieux, je maintiens la pression encore un peu, juste pour le plaisir d’entendre Kaünis grogner entre ses dents. C’en est littéralement jouissif ! Soudain, un éclat de voix bien éméché retentit parmi le public – un type pas très content apparemment ! Tournant la tête par réflexe, je me décide à relâcher l’Envoleuse pour adopter à nouveau une posture de combat subtile, mais redoutablement efficace. Car quelque-chose me dit que certains ne sont pas hyper ravis de se voir voler la vedette !

- « Eh vous deux ! On va vous apprendre ce que c’est que des mecs ! » tonna un homme d’une voix de stentor, parmi les spectateurs en délire « Des vrais mecs ! »

Fronçant le nez d’un air désabusé, je coule mon regard aveugle vers Kaünis et lui adresse un signe du menton entendu. On dirait bien qu’on est repartie pour un tour, gamine ! Une dizaine de types parvient à se frayer un passage parmi la foule des amateurs, pour bondir sur l’espace de combat, qui en devient d’un seul coup un peu plus restreint. S’ils voulaient paraître menaçants, c’est complètement raté pour eux ! Haussant simplement les épaules, je profite de l’adrénaline pulsant dans mes veines pour engager la bagarre. Un sourire féroce flotte sur mes lèvres.


La bande de petits rigolos maintenant amassée en un joli tas au milieu du ring, grognant de douleur, je descends souplement de mon perchoir à la suite de Kaünis. Il n’avait pas fallu plus trois minutes pour nous défaire de ces soudards – et pervers avec ça. Epoussetant mes vêtements comme si de rien n’était, je m’approche du bar avec une démarche aérienne. Syles y est déjà accoudé avec un autre jeune homme, que je ne connais pas. Affichant une moue moqueuse, je me plante pile en face d’eux en laissant échapper un petit ricanement.

- « Dis-donc Syles ! C’est ça que tu appelles embrasser ? » plaisantais-je d’un ton provocateur « C’était affreusement timide ! » ajoutais-je en rentrant dans le petit jeu qu’avaient commencé les deux anciens apprentis de Gil.

Moi je vais te montrer ce que ça veut dire embrasser, gamin, et prends-en de la graine ! Sans laisser le temps à l’Envoleur de répliquer, je le saisis par le col pour glisser une main dans sa nuque et l’attirer à moi. Et plaquer mes lèvres contre les siennes, sauvagement. Intensément. Violemment. Longuement, j’explore sa bouche de ma langue. Une chaleur primale envahit mon ventre alors que son corps à lui se presse un peu plus contre le mien. Mordillant une dernière fois sa lèvre inférieure, je me détache brusquement de lui au moment où il s’y attend le moins. Le laissant frustré. Sur sa faim. Ou l’art de se faire désirer…

__________________________________________




Ah l'aventure, ce joli mot romanesque pour dire galère !

Life sucks when you're ordinary !

I experienced that seeking feeling you get when you know you have conned yourself into doing something difficult and there's no going back




 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 757
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Mar 22 Mar 2016, 01:38

L'art de se faire désiré...

Mauvaise idée. Parce que le baiser réveilla un certain quelqu'un, quelque chose, peut importe.

De taquin et amusé, le regard du frontalier devint presque sombre, comme noir. Le sourire amusé lui aussi vira à son tour, presque dément... En moins de temps qu'il fallait pour le remarquer, il s'était glisser près de la maître, l'avait plaqué contre le bar avec une efficacité déconcertante et ses lèvres frappaient celles de la femme de façon primale, bestiale...

Il avait carrément attraper sa tête d'une main, l'autre déposé sur sa taille pour la coller pour de bon contre lui tout en bloquant son premier bras, le second étant pris au piège entre son propre corps et le bar. Puissance, force, haine, rage, possessivité, chaos... Tout ce que ce baiser était, c'était ''le monstre'', des émotions fortes qui ne laissaient rien à l'imagination. Lorsqu'il éloigna légèrement les lèvres, sa voix parue différente, plus rude, comme poussé avec force hors de sa gorge, presque grogner.


Tu voulais du baiser, non?

Ses lèvres touchèrent à nouveau celle de l'envoleuse alors que sa main qui tenait auparavant la hanche de la femme happa son sein droit... Ce qui fit pousser Syles un bon coup mentalement et il tituba vers l'arrière, la libérant soudain alors qu'il portait ses doigts à son crâne, l'agrippant.

C'était la première fois, depuis que Kaünis l'avait ouvert à cette présence, à son ''monstre'', qu'il prenait le contrôle et le frontalier compris soudain à quel point sa nouvelle ouverture envers celui-ci était dangereuse, une épée à double tranchants.

Ça l'aidait à le repoussé, mais l'autre, lui, s'en servait pour prendre le contrôle et le garder. Réussissant soudain à repoussé la présence, la tête lui semblant sur le point d'exploser et en sueur non plus à cause d'un combat physique, mais bien à cause d'un combat mental, l'envoleur, haletant, se redressa lentement et demanda une autre bière... Il avait besoin de boire un truc, se redonner une contenance, un contrôle plus ferme.

Prenant une longue gorgé, sentant le froid améliorer un peu sa perception de la situation, il prit la parole légèrement après un petit soupir.


Désoler pour cet écart... Alors, Naïs, quoi de neuf?

La conversation, s'il-vous-plais, parce que là, il était fatigué, hein... Tant qu'elle ne lui en voulait pas trop.

Le pire c'est qu'il n'était pas sûr si Kaünis avait détester le voir ainsi, ou aimer... Et que savoir, au moins, aurait put le faire comprendre un peu ce qui allait bientôt ce passer.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Mar 22 Mar 2016, 18:19

Un sourire dur étira les lèvres de Kaünis quand Naïs se mit en garde devant elle. Elle voulait en découdre, éprouver sa technique, si elle s’était améliorée, ce qu’elle pouvait toujours améliorer, ce qui devait absolument l’être !
Elle se rendait compte, en se lançant dans le combat, qu’elle comptait trop sur sa Greffe pour la sortir de situations délicates en fait. Alors qu’elle en avait peur, qu’elle avait peur d’elle-même, croyait-elle, elle s’en servait à tout bout de champ en combat pour prendre le dessus, mettant de côté la technique pure et dure pour juste chercher un contact et déverser son pouvoir gelant sur son ennemi.
Elle avait sans doute perdu, un peu au moins, non ?

Apparemment, peut-être un peu, mais elle s’y prenait à temps. Il fallait qu’elle se lance mieux dans les combats, et qu’elle se serve moins de la Greffe, car l’adrénaline entre un combat à mains nues et un combat pour sa vie n’était pas la même… Mais elle pouvait sans aucun doute se débarasser de bien des brigands des grands chemins sans en avoir peur pour sa vie.

Elle sautait, pivotait, frappait, feintait… Rompit pour éviter ce coup qui ne fit que l’effleurer, mais elle ne parvenait malgré tout pas à toucher vraiment Naïs. Ou alors à peine. Elle n’était cependant pas en reste, parvenant à éviter plusieurs attaques de la Maître Envoleuse. Cependant, elle ne se faisait pas d’illusion, même si elle donnait toujours le meilleur d’elle-même : Naïs avait beaucoup plus d’expérience qu’elle, et peut-être que finalement elle s’amusait à lui faire croire qu’elle s’en sortait bien alors que ce n’était pas le cas…
Ce qui était certain, c’était que la conclusion de cette joute se précipita en moins de cinq secondes. Kaünis perçut le changement chez Naïs, mais alors qu’elle avait voulu effacer son temps pour pouvoir la tromper, cette dernière avait été à la fois trop rapide, et à la fois parfaitement accordée à son temps.

Un soupir lent passa ses lèvres, alors qu’elle se relevait avec un large sourire sur les lèvres.
- C’était génial, merci ! fit-elle dans une expiration, avant que les moribonds de mecs débiles ne leur sautent dessus “pour leur apprendre ce que c’est des mecs”.
Kaünis ricana entre ses dents, passa sous un bras pour faire tournoyer son propriétaire et l’envoyer se faire sonner la tronche contre un poteau.
- Un vrai mec, c’est un mec qui sait reconnaître une femme de valeur, bande de fiottes !
Quelques coups plus tard, et des corps entassés au milieu de la plateforme de combat, Kaünis eut un sourire maléfique sur les lèvres. Tous les autres badauds n’avaient pas osé s’approcher, ou alors eux c’étaient des vrais mecs et ils reconnaissaient qu’ils n’avaient aucune chance contre elles. Et ben, il leur en avait fallu du temps !

Descendant en bas du ring à la suite de Naïs, l’Envoleuse avait un sourire moqueur sur les lèvres en voyant Syles accoudé au bar avec Julian. Mais la Maître Envoleuse débarqua en provocant presqu’immédiatement Syles, et Kaünis se mordit la lèvre avec conviction alors que l’autre Envoleuse se jetait littéralement sur le jeune homme pour l’embrasser à pleine bouche.
Kaünis pouvait voir leurs langues se rencontrer, leur souffle accélerer, elle vit même qu’ils se collaient encore plus l’un à l’autre… Sentit que son désir montait en flèche alors que le corps musclé et si désirable de Syles se plaquait contre Naïs, la bloquant contre le bar, lui pelotant le sein au passage…
* Oh putain de bordel de merde ! *
Elle avait un incendie dans le ventre. Littéralement…
Elle dévorait la scène des yeux, alors qu’elle sentait tout ce qui était au sud de son nombril se liquéfier totalement.

Cependant, elle perçut un bout de changement chez Syles, qui lui fit froncer les sourcils. Elle reconnut les mouvements du jeune homme un peu indiscipliné comme quand… ça arrivait.
* Ah non, par contre c’est mon monstre ! *
Mais Syles reprit le contrôle relativement rapidement, essoufflé, et Kaünis s’autorisa un petit soupir de soulagement. Elle ne disait pas du tout non à partager Syles, mais le monstre… Certes, c’était Syles, mais en même temps elle avait du coup cette impression d’être la seule, peut-être à tort en fait, à pouvoir lui permettre de se laisser aller et d’aimer ça.
Enfin, Naïs pouvait aussi ne pas aimer. Dans ce cas, elle n’avait pas envie que la peau de Syles y passe. Mais au fond, qui était-elle pour décider de si le monstre en Syles se contentait d’elle, hein ? Personne..

Elle finit par hausser les épaules.
Ce qui comptait, au fond, ce n’était pas ça. C’était qu’ils aimaient baiser ensemble, et que leur relation ne se limitait pas qu’au sexe. Ils s’acceptaient tous les deux entièrement, avec leur monstre respectif et leurs ailes. Elle n’avait pas besoin de plus, en tout cas pas de la part de Syles, sinon justement il ne serait plus vraiment lui-même en entier. Et elle ne voulait pas qu’il perde des bouts de lui pour elle.

Ce fut d’ailleurs la voix du jeune homme qui la tira de ses pensées.
- Désolé pour cet écart... Alors, Naïs, quoi de neuf? demanda-t-il d’une voix fatiguée. Oh, c’était fatiguant de reprendre le contrôle, Kaünis le savait. Quand le monstre repartait de lui-même, c’était moins épuisant mentalement.

Elle ne laissa pas le temps à Naïs de répondre, cependant, affirma haut et fort, cette fois : Putain, c’était drôlement excitant de vous voir comme ça tous les deux ! Cependant, elle capta le regard à la fois amusé et las. Elle haussa les épaules.
- T’as besoin d’un câlin ? demanda-t-elle du bout des lèvres, se blottissant sous le bras de l’Envoleur, attrapant une seconde bière au passage. Elle déposa un léger baiser sur la peau de l’épaule de son compagnon, et se tourna vers Julian et Naïs, le regard provocateur.
Une moue amusée d’avance sur les lèvres, Kaünis fourra son nez sous le bras de Syles, inspirant son odeur, avant de tourner la tête vers Naïs.
- Ouais, t’es canon Naïs, pas étonnant que Gil veuille aussi tout le temps t’embrasser. Ou plus. Et sa petite copine, tu la connais personnellement ?

Comment ça, c’était un sujet qui fâchait ?

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Ikoya
Groupe Razylm
avatar

Nombre de messages : 35
Citation : Avancer. M'appuyer sur ce que j'ai vécu. Sur ce que j'ai fait. Bien et mal. Sur mes forces et mes faiblesses. Mes joies et mes regrets. Mes remords. Avancer.
Date d'inscription : 13/03/2016

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Il n'a pas de bras droit

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Mer 23 Mar 2016, 20:48

Le ton dédaigneux de la fille me fit sourire. Alors comme ça, le sort de la dame sur le ring ne l’intéressait pas autant qu’elle semblait le faire croire? En tout cas, pour le garçon, l’idée était assez différente avec ce baiser langoureux qu’elle lui avait servi suite à mon commentaire sur son combat. Leur étrange couple me faisait penser à ma relation avec Miera alors que je n’étais qu’un adolescent pré-pubère et entièrement géré par mes pulsions. C’était une relation très libre et sans inhibition. Nos démonstrations d’affection en public frôlaient souvent l’indécence et ces deux énergumènes semblaient de ce genre. Étrangement, ça me plaisait bien, cette liberté qu’ils semblaient exprimer par leurs actions. De la même façon, je ne fus pas surpris de la voir se lever pour passer sur le ring. Cela lui allait, cette impulsivité, ce besoin d’action.

Le combat entre les deux filles fut encore plus serré que le premier. Elles virevoltaient avec une vitesse sidérante qui m’empêchait de suivre efficacement le combat. Tout ce que je compris, c’est qu’une fois encore, ce fut la femme qui remporta le combat. Souriant, je me redressai sur mon banc. Les hommes que j’avais vus plus tôt n’étaient vraiment pas contents de la tournure qu’avait prise leur petit jeu et ils avaient finalement décidé d’agir. Prenant une gorgé de ma bière, je regardai le massacre avec un petit sourire, ayant compris bien assez tôt que personne ici ne pourrais vaincre ces charmantes demoiselles sur le ring.

Ce qui me frappai le plus lorsque les deux femmes approchèrent du bar, ce fut les yeux de la plus vielles. Oh, ils étaient dorés, oui, c’était très beau, mais ils étaient surtout très vide. Et sa manière de regarder sans voir était très éloquente. Elle était aveugle. Et cela la rendait très dangereuse, car une personne aveugle se battant avec autant d’efficacité avait certainement des capacités physiques et mentales développé à un niveau incroyablement élevé. Un nouveau respect se fraya un chemin dans mon esprit. Et l’espoir subtile qu’un jour, moi aussi je pourrais compenser mon handicap avec autant d’efficacité que cette femme.

Cependant, la suite me sortis rapidement de mes pensées, car le baiser qu’échangea cette femme avec Syles me fit frémir. Le baiser fut aussi chaud que langoureux, aussi sauvage qu’excitant, et en jetant un œil à l’autre fille, je compris que cette démonstration sensuelle n’affectait pas que moi. Soudain, le garçon sembla perturbé, presque mal à l’aise et il rompit le contact avec celle qu’il nomma Naïs. Définitivement, cette rencontre était intéressante, mais je restais un peu à l’écart, sentant que ce drôle de trio n’avait pas envie d’un nouveau membre… pour l’instant. Parce que là, je sentais que la fille abordait un sujet glissant. Très glissant.


[Pas génial, désolé ^^']

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïs Jol
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 602
Citation : Ah l'aventure, ce joli mot romanesque pour dire galère !
Date d'inscription : 17/10/2011

Feuille de personnage
Age: 40 ans
Greffe: Griffes rétractables
Signe particulier: Aveugle

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Jeu 24 Mar 2016, 17:05

≈≈≈ Naïs ≈≈≈

Ah ! Bah enfin une réaction ! Absolument ravie de l’effet quasiment immédiat que le contact de mes lèvres sur les siennes provoque en Syles, je me laisse volontiers emprisonner contre le bar. Sentant une vague de chaleur exploser littéralement dans mon ventre, à l’aune de la brutalité sauvage de l’Envoleur, je pousse un petit gémissement de satisfaction. Là, tout de suite, j’aurais bien eu envie que ce gamin me prenne avec toute la bestialité dont il pouvait faire preuve ! Pendant l’espace d’un instant, alors qu’il pelotait mon sein d’une main ferme, j’ai même cru qu’il allait le faire. Soudain troublé, le garçon se détache rapidement de moi, me laissant presque plus essoufflée et vidée d’énergie que les précédents combats.

- « Ah bah ! Tu vois quand tu veux ! » lâchais-je à Syles, avec une moue provocatrice.

Passant brièvement ma langue sur mes lèvres, je secoue la tête toute seule pour tenter de rassembler mes idées. Bordel ! Je suis vraiment en train de dérailler ou quoi ? Ce gamin est presque deux fois plus jeune que moi. Toutefois, jouer avec le feu a quelque-chose de terriblement excitant ! Et actuellement, c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour me sentir vivante, pleinement vivante ! Et puis, si le monde entier me considérait comme une salope, sans cœur, autant leur donner raison non ? Cette seule idée me tire un sourire féroce, avant que je ne m’accoude au bar dans une attitude parfaitement nonchalante.

Alors que Kaünis se blottie dans les bras de Syles, je me fais un instant la réflexion que ces deux-là forment un étrange duo, même si, au final, ils semblent s’être plutôt bien trouvés ! Enroulant mes doigts autour de la pinte de bière qu’une jeune serveuse venait de servir devant moi, j’inspire l’odeur légèrement amère du liquide ambré en poussant un petit soupire de satisfaction. Fermant les yeux, je porte le grand verre à mes lèvres pour savourer le goût de ma boisson… Et manque brutalement de m’étouffer tandis que la question de la jeune Envoleuse et ex-apprentie de Gil s’élève dans l’air, presque innocemment.

Les sourcils froncés, je tourne une moue clairement contrariée vers la jeune femme. Avant de me détendre presque aussitôt, pour afficher un grand sourire. Et rentrer dans son jeu ! Parce que justement elle ne doit pas s’attendre à ce que je prenne très bien sa question à la limite de l’indécence. Pour avoir côtoyé la jeune femme plus d’une fois, je sais que c’est dans son caractère : chercher des noises et pousser les gens dans leur retranchements. Soupirant, je finis par hausser simplement les épaules.

- « Oh, celle-là ? Une vraie pimbêche, tu ne trouves pas ? » affirmais-je, de manière très convaincante « Je ne l’aime pas, elle ne m’aime pas, ça s’arrête là ! » ajoutais-je pour bien souligner le fond de ma pensée sur la copine de Gil.

Passant une main dans mes cheveux rebelles, je préfère taire un détail important qui, si Kaünis le savait, elle prendrait un malin plaisir à me faire tourner en bourrique avec cela. Et puis bon, ce n’est pas comme si je considérais réellement Libertée comme ma demi-sœur ! C’est simple même : moins je la croise, mieux je me porte ! Posant une main sur ma hanche, je prends une pose carrément sensuelle – voire provocante même.

- « A ce qu’il paraît, elle a eu un gosse » annonçais-je en surveillant la réaction de Syles et Kaünis « A votre avis, combien de temps ça prendra à votre abruti de maître, avec son sens des responsabilités légendaires, pour se débiner ? » ricanais-je toute seule, en lançant les paris.

Riant toute seule, je pivote pour faire face à l’autre jeune homme, fermant notre petit cercle. Il n’avait pas dit un mot depuis que je les avais rejoints, lui et Syles. D’une bourrade dans son épaule droite, qui me fait réaliser avec une légère surprise qu’il lui manque un bras, je tente de le dérider un peu. De le détendre quoi !

- « Et toi ? Ça ne te tentait pas de venir sur le ring ? » lui demandais-je avec un sourire carnassier.

__________________________________________




Ah l'aventure, ce joli mot romanesque pour dire galère !

Life sucks when you're ordinary !

I experienced that seeking feeling you get when you know you have conned yourself into doing something difficult and there's no going back




 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 757
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Jeu 24 Mar 2016, 20:39

Ex-maître.

Et je prend le paris que personne d'autre ne prend, tient, il ne se ''débinera'' pas.


Kaünis avait apprécier, Naïs avait apprécier, Julian ne semblait pas avoir détester et la présence au fond de son crâne lui demandait avec violence pourquoi il n'en profitait pas, alors...

Il se mord l'intérieur de la lèvre inférieur presque au sang, n'entendant pas vraiment ce qui ce passe autour de lui. À un moment il croit comprendre que tout le monde à remarquer qu'il n'est plus complètement là...

Et il lâche finalement un beau grand ''Et merde alors!'' avant de virer dans un état à mi chemin entre lui même et le monstre et, sans hésitation et sans demander, de soulever Kaünis pour la déposer fesses premières sur le bar puis tenter de faire la même chose de Naïs, qui semble se poser un peu la question à savoir de ce qu'il fait, avant de tout foutre au clair, les deux femmes étant à porter, ses mains fusant avec rapidité vers leur poitrine respective avant de laisser passé une question semblant pressée entre ses dents, suivit d'une affirmation qui semblait plutôt présomptueuse à l'intention de la maître envoleuse.


Ici ou dans une chambre..?

Et t'es la première.


Elle pouvait le tuer? Ouais, et alors? Il s'en tapait, là. L'envoleur avait un certain ''stress'' entre les jambes et il devait s'en débarrasser. Ces deux là étaient parfaites pour ça, selon lui.

Et puis Kaünis voulait le voir baiser une autre fille, non? Et bien c'était l'occasion rêver de réaliser ce fantasme, parce que la femme aveugle, par sa provocation, l'avait ''Endurcit''...

Et Julian? Bah s'il voulait échauffer l'une ou l'autre, c'était son choix, mais qu'il reste hors de son chemin sinon il finirait en pâté. Point.

Le jeune homme n'avait plus toutes ses capacités mentales, du coup, et il se sentait devenir impatient même s'il venait à peine de poser sa question. Ses mains glissèrent sous les vêtements respectifs des femmes pour toucher leurs seins directement et il était pas mal prêt à décider pour elles et faire ça ici, tout de suite.

Un homme s'approcha, pensant peut-être que c'était une fête publique, et se fit rembarrer d'un violent coup de pied à la gorge suivit d'un grognement d'avertissement de la part du garçon qui commençait à se perdre dans l'entité ''monstrueuse'' en lui. Julian était en fait le seul homme dans un assez grand rayon qui ne s'attira pas un regard lourd de menaces ou un coup puissant, toujours de pieds...

L'envoleur avait les mains occupés à explorer deux corps féminins et il n'était pas prêt de s'arrêter, surtout pas alors que les mains en questions descendaient lentement vers le bas ventre de chacune d'elles...

La réponse devait venir avant qu'il n'atteigne ce point, sinon ça ce passait ici et maintenant et tant pis pour la chambre.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Jeu 24 Mar 2016, 21:10

- Ex-maître. Et je prend le paris que personne d'autre ne prend, tiens, il ne se ''débinera'' pas.
Kaünis fit une moue à la réponse de Syles, mais repensa à l’accouchement de Libertée… Ouais, elle doutait qu’il se débine, au fond, mais ça pouvait toujours arriver, hein. Faut pas croire, les gens ne changent pas du tout au tout non plus. Même si Gil semblait carrément mordu.
- Moi j’dis que quand même, ça peut arriver. Mais faut dire que ce couillon avait presque l’air mignon quand il a fait accoucher sa blondasse. Ils ont l’air tellement dépareillés ! Un gros ours mal léché et une poupée blonde quoi ! fit-elle en ricanant.

Soudain, contre elle, elle sentit Syles se tendre et tourna la tête dans sa direction. A peine une demi-seconde avant qu’il ne se lève en l’attrapant sous les fesses, qu’elle ne s’accroche à ses épaules par réflexe alors qu’il la déposait sur le bar.
* Oh putain ! *
La sensation des mains de l’Envoleur sur ses fesses avait fait exploser un volcan dans son ventre, et elle mit quelques secondes à s’en remettre alors que ce dernier tentait de faire la même chose à Naïs. Kaünis était déjà en manque de carresses, elle en voulait plus, et se pencha en avant pour tenter d’attraper l’épaule de Julian qui était l’homme le plus proche d’elle.

Mais Syles revint à la charge, et son souffle se coupa dans sa gorge un instant, alors que ses propres mains s’activaient pour se glisser sur le pectoral droit de l’Envoleur et le malaxer en y enfonçant ses ongles, alors qu’elle prenait appui du talon sur la partie verticale du bar pour se pencher un peu en avant et venir à la rencontre de la main qu’il daignait lui dédier.
Une main, ce n’était clairement pas assez !
Elle tenta de chercher d’autres mains volontaires, mais Syles repoussa un mec d’un coup de pied efficace, et l’Envoleuse grogna de mécontentement mêlé à de la frustration.

La voix du jeune homme parvint à Kaünis, qui se mordit violemment la lèvre inférieure.
- Ici ou dans une chambre…? demanda-t-il, déjà essouflé. Et t’es la première, fit-il à l’intention de Naïs, ce qui embrasa encore plus le ventre de la jeune Envoleuse. Elle la prit de vitesse. Elle ne voulait pas bouger, et ça l’excitait vraiment énormément de savoir qu’on pouvait la voir être baisée et baiser.
- Ici.
Elle attrapa la lèvre de Syles entre ses dents pour serrer fort, jusqu’à ce que le sang de l’Envoleur perle dans sa bouche. Se servant de ses jambes, elle remonta ses hanches pour aller à la rencontre de la main de l’homme, mais ce n’était pas assez.
Juste pas assez.
Elle en voulait plus, et il partageait son attention. Elle aimait voir l’effet qu’il faisait à Naïs, mais elle, elle avait besoin de plus que ça.

Kaünis planta son regard brillant dans celui de l’homme manchot, et passa sa langue sur ses lèvres pour le faire approcher.
- Putain, viens.
Elle n’était même pas sûre d’être attirée par lui. A vrai dire, peu importait en fait : son corps était en partie au contact de celui de Syles, et lui par contre l’excitait bien plus que de raison. C’était pour ça qu’elle était si frustrée d’ailleurs. Alors n’importe quel mec avec une main baladeuse, une langue ou un pénis ferait l’affaire pour le reste.
Et il était excité, le coco, clairement. Alors, putain, qu’il vienne balader ses atouts sur elle, apaiser un peu le feu qui la consumait littéralement !

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Ikoya
Groupe Razylm
avatar

Nombre de messages : 35
Citation : Avancer. M'appuyer sur ce que j'ai vécu. Sur ce que j'ai fait. Bien et mal. Sur mes forces et mes faiblesses. Mes joies et mes regrets. Mes remords. Avancer.
Date d'inscription : 13/03/2016

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Il n'a pas de bras droit

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Ven 25 Mar 2016, 13:10

Je ne prêtais plus trop attention la conversation, les noms employés par le trio ne me disant absolument rien. De plus, leurs petites histoires ne m’intéressaient pas particulièrement, probablement parce que je savais que je ne recroiserais probablement jamais aucun d’entre eux. Je regardai donc avec un petit sourire le bar se vider rapidement. La bataille qui avait suivi le combat entre Naïs et l’autre fille avait fait fuir presque tout le monde, et plusieurs fuirent ensuite en croisant mon regard, même si je n’avais pas moi-même combattu, simplement parce que pour une raison ou une autre, le petit groupe ne m’avait pas chassé comme une mouche. C’est d’ailleurs une bourrade dans mon épaule qui me sortit de mes pensées.

- Aller dans ce ring? Dis-je, plutôt amusé. Je vais me faire massacrer, ça ne serait même pas drôle!

Riant à nouveau, mon regard s’assombrit rapidement. Syles avait saisi tour à tour les deux femmes pour installer leurs jolies petites fesses sur le comptoir du bar et il caressait sans gêne les deux femmes d’une main experte. Je n’entendis même pas la question de Syles, un peu trop concentré par le problème qui apparaissait entre mes jambes et la pulsion presque douloureuse que je ressentais. Syles remballa efficacement les mains tendus d’un vieux pervers. Étrangement, moi, il ne me chassait pas, et je me questionnai sur l’invitation que cela cachait.

Invitation qui devient très clair lorsque la fille planta son regard de braise dans le mien, me lançant une invitation qui me fit bander encore plus, si cela était possible. Mon érection, prisonnière de mon pantalon, me faisait presque mal et je n’hésitai pas plus longtemps avant de fondre sur la femme. Saisissant son sein droit de ma main, je plongeai ma tête dans son cou, léchant, mordillant sa peau alors que ma main devenait baladeuse, plongeant sous son décolleté pour sortir ses seins de leur étau et pour poser ma bouche sur ses mamelons durcis, les suçant et les mordillant sans gêne.

Le regard de la fille était fixé sur le couple voisin et c’était bigrement excitant, parce qu’elle s’agitait presque autant de voir Syles s’occuper de Naïs que des caresses que je lui procurais moi-même. Poussant un instant mon érection contre le corps chaud de la fille, je pris une seconde pour admirer le spectacle de cette jolie jeune femme a la peau rougit et au désir flamboyant avant de glisser de nouveau mes mains sur elle, écartant ses jambes rapidement, plongeant mes doigts dans son intimité avant que ma bouche les rejoignent. Glissant ma langue en elle, suçotant son clitoris avec force, mordillant ses lèvres, je la mangeai jusqu’à sentir son corps se tendre sous moi, jusqu’à sentir que son point de rupture approchait… puis j’arrêtai. Une fraction de seconde, juste le temps de libérer mon érection et de plonger en elle.

Un grognement sortis de mes lèvres alors que les parois serrées de la fille se resserraient contre mon membre durcit. Je commençai mon mouvement de vas-et-viens, d’une lenteur exagéré, presque aussi exaspérante pour moi que pour elle, juste pour voir sa réaction et son impatience se dessiner sur son visage. Saisissant un de ses mamelons entre mes dents, j’augmentai soudain le rythme, posant ma main sous ses fesses pour la maintenir en place alors que je la prenais avec force. Putain, ça faisait longtemps, et s’était exceptionnellement bon.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïs Jol
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 602
Citation : Ah l'aventure, ce joli mot romanesque pour dire galère !
Date d'inscription : 17/10/2011

Feuille de personnage
Age: 40 ans
Greffe: Griffes rétractables
Signe particulier: Aveugle

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Dim 27 Mar 2016, 18:08

≈≈≈ Naïs ≈≈≈

La répartie mordante des deux anciens apprentis de Gil me tire un sourire moqueur. Apparemment, Kaünis ne semble pas apprécier plus que moi cette pimbêche de Libertée – au moins, s’il y a bien une chose sur laquelle on est d’accord toutes les deux, c’est à propos de cette fille. Ricanant doucement, je secoue la tête toute seule. Avant de frémir violemment alors que la main gauche de Syles se plaque fermement sous mes fesses, pour me soulever comme si je n’avais rien pesé. Et de m’asseoir sur le rebord du bar. De surprise, je lâche un grognement de mécontentement qui se transforme bien vite en un petit gémissement aigu alors que l’Envoleur plonge une main sous mon haut, et saisit dans sa large paume mon sein droit.

Rien qu’à ce contact brûlant d’un désir sauvage et bestial, je sens tout mon corps se tendre brutalement. Les battements de mon cœur s’accélèrent de plus en plus, cognant plus fort contre mes côtes. Presque à m’en faire mal. Une chaleur brûlante se diffuse d’abord dans mon ventre, puis dans tout mon corps, exigeant d’être comblée. Ici et maintenant ! Peu importe tous ces hommes autour, n’attendant que de profiter du spectacle ! Je me suis déjà enfoncée trop loin sur le chemin de la perdition. De l’autodestruction. Là, ce n’est même plus moi, qui réagit aux caresses frémissantes de l’Envoleur. Non ! C’est juste la prédatrice sans cœur, la tueuse au sang froid qui reprend le contrôle en se révélant au grand jour. Cette partie-là de moi n’avait complètement disparue ; tapie au fond, tout au fond de mes entrailles, elle avait attendu son heure.

Un tantinet agacée de sentir l’attention de Syles partagée, j’attrape son visage entre mes mains, tirant peut-être un peu sur ses cheveux rebelles, pour le forcer à me regarder dans les yeux. Et se focaliser sur moi. Et uniquement sur moi ! Partager ? Et puis quoi encore ? Capturant les lèvres de l’homme entre les miennes, je passe une main derrière son épaule. Y plantant les ongles, j’apprécie un instant le contour de ses muscles puissants et bien dessinés. De l’autre main, et d’un geste expert, je glisse doucement les doigts dans son pantalon pour venir titiller d’abord ses boules. Et jouer avec, sentant le désir du jeune homme monter encore d’un cran. C’est ta première fois avec une maître Envoleuse gamin ? Crois-moi tu ne vas pas regretter ! Avec un sourire carnassier, je saisis soudain à pleine main l’engin de l’Envoleur, tendu à craquer.

Plaquant tout mon corps en ébullition contre celui de Syles, mes seins frottant contre son torse délicieusement musclé, je bataille un instant avec le bouton de mon short. Après quelques secondes de lutte acharnée, je parviens enfin à faire glisser mon short sur mes cuisses pour permettre au jeune homme de s’enfoncer brutalement dans mon intimité. Une véritable décharge se propage dans tout mon corps tandis que j’enroule mes jambes autour du bassin de l’Envoleur. Le dos cambré contre le bar, je commence à imprimer un lent mouvement d’ondulation pour donner encore plus d’intensité à son mouvement à lui, beaucoup rapide et saccadé. Bestial même ! Le souffle court, d’une main je m’accroche à sa nuque et de l’autre, posé contre le rebord du bar, j’amortis la violence de cet échange.

- « Plus fort » parvins-je à murmurer dans un gémissement, en approchant mes lèvres de son oreille.

Oh oui ! Qu’il y aille encore plus brutalement que cela, car le volcan dans mon ventre est encore loin d’être apaisé ! Oh oui ! Je veux achever de me perdre complètement ! Atteindre le point de non-retour ! Me libérer complètement de moi-même, de ces sentiments qui m’entravent et ne servent qu’à me faire souffrir encore et encore. Oh oui ! Possède-moi comme une bête, gamin ! Et l’autre, là, s’il en avait fini avec Kaünis, qu’est-ce qu’il attend pour se joindre à l’orgie ? Et venir combler une autre partie de moi qui attend encore de l’être !









[Euh, je crois que j'ai perdu Naïs xD]

__________________________________________




Ah l'aventure, ce joli mot romanesque pour dire galère !

Life sucks when you're ordinary !

I experienced that seeking feeling you get when you know you have conned yourself into doing something difficult and there's no going back




 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 757
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Lun 28 Mar 2016, 00:44

Plus fort.

Ces deux mots résonnèrent en Syles et, alors qu'il tenait habituellement un bout de la laisse, retenait le monstre, il laissa tout aller. Tant pis si tu t'embarque dans un truc sans le savoir, Naïs, t'es une grande fille, fait avec...

Un cris de triomphe sortit de sa gorge lorsque ''le monstre'' prit le contrôle, une violence semblant impossible prenant le dessus. Il n'avait pas à éloigner qui que ce soit, puisque les hommes autours était carrément terrifiés par le regard et l'attitude de l'envoleur.

Force.

Alors qu'avant il se contentait de sucer patiemment le sein gauche de la femme, cette fois il mordit. Pas seulement pour s'amuser et la douleur dut donner un sacré choque à l'envoleuse.

Possessivité.

Si elle se débattait, elle y perdait un mamelon. Aucune douceur, de la force. Sans même se préoccuper de ce qu'elle ressentait, il défonçait carrément l'intimité de la maître, ne s'arrêtant même pas lorsqu'il commença à jouir pour la première fois. Cet abruti de Syles ne le laissait sortir qu'avec Kaünis et il gardait un oeil malgré tout, cette fois, ce n'était pas le cas. Ce corps féminin était à lui, rien qu'à lui. Il le détruirait de l'intérieur, l'emplirais de sperme jusqu'à ce qu'elle explose.

Violence.

Il voyait bien que ses coups de rein, extrêmement puissants, devaient faire mal à sa ''compagne'', mais il s'en foutait. Non, en fait c'était bien ainsi. Qu'elle souffre, qu'elle crie, qu'elle pleure si elle le voulait, il n'était pas là pour elle, mais alors pas du tout. Elle avait dit ''plus fort'' non? Tant pis pour elle!

Rage.

Se retirant du vagin de l'envoleuse, laissant couler une énorme dose de sperme d'en elle par la même occasion, le garçon s'enligna avec sa bouche, n'attendant pas avant d'enfoncer son membre dans sa gorge, faisant frapper la tête de la femme sur le comptoir avec chaque mouvement de vas et viens. Elle était comme toutes les autres. Elle allait et venait en ignorant completement les gens, autours, comme si elle avait un droit d'être là...

Besoin.

Mais le seul droit qu'elle avait était de se faire défoncer les orifices. Sortant de sa bouche après avoir lâché une dose additionnelle de sperme, il se prépara à posséder son petit cul et---

Un autre homme... Un autre salopard d'homme avait prit position dans son principal orifice. Il ne savait pas si quelqu'un avait également prit possession des autres, mais s'en foutait, du coup. Sa violence sortit sur l'homme qui pensait avoir le droit d'utiliser son utérus comme récipient à sperme, c'était bien un récipient, bien à sperme, mais c'était pour SON sperme.

Le poussant hors d'elle, l'envoleur attrapa l'homme par le bras et l'attira, commençant à l'étrangler, ne le laissa partir que quand il sentit que ses autres besoins étaient plus importants que ce besoin de sang. Laissant cette pile de fausse masculinité s'étouffer pour trouver de l'air, le jeune homme retourna à sa principale préoccupation : s'assurer que le seul sperme à l'intérieur de la femme était le sien... En remplaçant de force ce qu'il y avait en elle par sa semence.


HRP:
 

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Lun 28 Mar 2016, 18:53

[ J'ai perdu Kaü moi aussi... Et Julian découvre la joie des Envoleurs... Rolling Eyes ]




Quand elle perçut l’étincelle dans le regard de Julian, Kaünis jubila follement intérieurement.
* Oui putain, vas-y ! *
Le jeune homme semblait particulièrement excité par la situation, lui aussi. Il ne cessait de lancer des coups d’oeil du côté de Naïs. Mais il se focalisa bientôt sur elle et un petit sourire de triomphe étira les lèvres de l’Envoleuse.
Le jeune homme tenta de l’exciter, d’abord avec ses doigts puis avec sa langue, tirant ainsi sur son plaisir alors que son corps se tendait sous le lapage consciencieux de Julian.
Mais cela ne suffisait pas.
Cela ne lui suffisait pas.
Elle ne voulait pas être préparée, elle voulait être prise sauvagement, dans une perte de contrôle, savoir qu’elle faisait perdre la tête à celui qui voulait la posséder.

Animale et dangereuse, elle demandait de la violence, de l’agressivité, de la force.

Ce que Syles était en train de faire à Naïs, surtout.
Parce que l’Envoleuse avait requis toute l’attention de Syles, et cela diffusait dans le ventre de Kaünis une chaleur proche d’un volcan en fusion.

Elle sentit enfin Julian accélérer rapidement, soudainement, et ferma les yeux pour tenter de se concentrer sur la sensation… Le membre de l’homme sortait presque à chaque va-et-viens, s’enfonçant de toute sa longueur pour l'effet, affleurant le col de son utérus, à une vitesse de plus en plus élevée. * Oui, encore ! Plus fort ! * Mais elle sentit clairement l’ultime contraction du nerf de son pénis dans son vagin et se mordit la lèvre pour ne pas hurler sa frustration.  
Ouvrant les yeux, elle vit aussi Syles éjaculer en Naïs, se mordit la lèvre à sang pour juguler son excitation.
Excitation et frustration étaient si étroitement mêlées qu’elle avait envie de mordre et de griffer quelqu’un à sang. N’importe qui.

Pourtant, Kaünis reprit un peu pied avec la réalité. Elle vit que la Maître Envoleuse avait invité Julian à se joindre à Syles ce qui lui fit mordre sa lèvre déjà coupée et ensanglantée.

Frustration, violence, bestialité et désir fusionnèrent si brusquement que tout à coup, elle se sentit parfaitement calme. Fermant les cuisses, elle leva les yeux vers la salle, où tout un tas de soudards observaient la scène avec envie, ayant sorti leur engin pour l’astiquer consciencieusement, tandis que d’autres avaient dans le regard une frayeur sans nom. Ceux-là, elle les élimina d’office.

Un corps bougea trop brusquement à côté d’elle, attirant son attention. C’était Syles qui venait de pousser Julian, qui manqua de très peu de s’étaler sur le sol, son pénis tendu à l’air, apparemment déjà de nouveau en service. Kaünis fronça les sourcils, mais ne parvint pas à savoir si c’était une bonne ou une mauvaise chose.
Elle se sentait comme détachée d’elle-même, alors que son corps bouillait de l’intérieur, alors que sa gorge était si serrée, alors qu’elle était si humide qu’elle sentait son propre liquide dégouliner sur ses cuisses.

Cela ramena son attention sur Syles. Elle put contempler le jeu de ses muscles alors qu’il possédait encore Naïs après s’être occupé de sa bouche…
D’une pulsion si violente et puissante qu’elle fut incapable de se contrôler, elle roula sur le côté, ses pieds touchèrent à peine le sol pour la faire atterrir juste derrière Syles.

Elle lui mordit la fesse. Fort.
Jusqu’à ce que le sang perle dans sa bouche, qu’elle aspire vigoureusement ce liquide rouge, qu’il se diffuse dans sa morsure. Elle avait envie de fermer totalement les dents, de s’emparer de ce morceau de chair, de l’avaler pour le sentir se glisser à l’intérieur de sa gorge…
Se contenta de le lâcher en hurlant quand un homme – lequel, elle n’en avait aucune idée – la pénétra bestialement par derrière, cambrant brusquement les hanches.
Ses ongles tracèrent de profonds sillons dans la peau de la taille de l’Envoleur, alors qu’on venait la marteler avec rythme. Elle se redressa, cambra le dos pour mieux accueillir le pénis en elle, qu’il puisse aller plus profondément dans son vagin.
Ça râpait, ça tirait, et elle planta à nouveau ses dents dans la peau de Syles, cette fois-ci dans son épaule.
Elle grogna alors que ce n’était toujours pas assez fort.
- Mais putain, plus fort bordel ! vociféra-t-elle avec force, la voix presque enrouée.

My secret side I keep hid under lock and key
I keep it caged, but I can't control it
'Cause if I let him out he'll tear me up, break me down
Why won't somebody come and save me from this, make it end?

Alors que le membre qui la possédait se retirait dans son va-et-vient, elle se tourna d’un coup pour faire face à l’homme à qui ça appartenait.
Ça ne suffisait pas.
Elle planta ses dents dans une clavicule, sentit l’os entre ses mâchoires mais continua de serrer. Son regard passa par dessus l’épaule de l’homme, et elle tourna vivement sur le côté tout en jetant un coup d’oeil circulaire aux autres spectateurs passifs, en invitant un – grand blond musclé – à devenir actif. Et il ne se fit pas prier.
S’approchant d’elle par derrière, il serra ses seins si fort qu’elle en eut le souffle coupé, et son excitation monta en flèche. Oh, ouais, de la violence ! De la bestialité !
Frottant ses fesses contre le bas-ventre de l’homme, elle le sentit les écarter pour s’enfoncer profondément dans ses entrailles, et poussa un cri  de satisfaction.
- Lâchez-vous, bordel ! grogna-t-elle de sa voix rendue rauque par le désir qui bouillonnait comme de la lave en fusion.

Prise entre deux corps masculins puissants, elle sentait toute leur attention sur elle, et ferma les yeux pour se laisser porter par les sensations. Elle put sentir des mains baladeuses – plus de quatre, donc plus que les deux hommes  - glisser sur son corps, mais elle s’en fichait.
Qu’ils se relaient !
Qu’ils la possèdent, qu’ils la fassent hurler !
De plaisir, de douleur !
De tout à la fois !

I feel it deep within, it's just beneath the skin
I must confess that I feel like a monster
I hate what I've become, the nightmare's just begun
I must confess that I feel like a monster

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Ikoya
Groupe Razylm
avatar

Nombre de messages : 35
Citation : Avancer. M'appuyer sur ce que j'ai vécu. Sur ce que j'ai fait. Bien et mal. Sur mes forces et mes faiblesses. Mes joies et mes regrets. Mes remords. Avancer.
Date d'inscription : 13/03/2016

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Il n'a pas de bras droit

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Jeu 31 Mar 2016, 15:49

Je n’y compris rien. Tout ce que je sus, c’est que je me faisais étrangler et que je n’arrivais à rien faire. Les yeux de Syles étaient carnassiers et le danger qu’il représentait soudain refroidit rapidement mon érection. Alors que je croyais qu’il ne me lâcherait pas, mes coups ne changeant rien à la poigne de fer du jeune homme sur ma gorge, il me relâcha, se désintéressant de moi aussi rapidement qu’il m’avait étranglé. Je jetai un œil à la plus jeune, qui regardait Naïs et Syles avec envie. Moi, encore sonné et peinant à retrouver mon souffle, je regardai le garçon prendre sauvagement la femme, avec tellement de bestialité que la douleur devait côtoyer le plaisir avec une proximité effrayante. Il la possédait d’une manière sauvage, sans aucun respect, tel un viol consentant, tel une scène de sadomasochisme sans pareil. Ça ne me plaisait pas particulièrement, même si les deux participants semblaient se régaler de cette violente scène. Naïs m’avait certes invité à les rejoindre, mais avec la réaction de Syles, je sentais que l’idée n’était pas bonne. Il m’avait fait comprendre de manière très explicite que je n’étais pas le bienvenu. Du moins, c’est ce que je ressentais.

Voyant que je ne m’occupais plus d’elle, la jeune femme descendit du bar et s’approcha du corps de Syles pour le morde. Au sang. Un homme, visiblement très, très excité de la situation et de voir les jolies fesses de la plus jeune se balancer alors qu’elle mordait son compagnon, la prit rapidement par derrière, un rictus victorieux sur les lèvres alors qu’il la pilonnait avec force. Ne le repoussant pas, au contraire, la fille continua de mordre Syles tout en se faisant dominer par l’homme, poussant son petit derrière sur le membre de l’homme, en demandant visiblement plus. D’un regard, elle invita un autre homme, qui ne se fit pas prier pour la prendre à son tour, trop heureux de pouvoir se joindre à la fête. Pour ma part, encore un peu sonné, j’étais assis sur le sol, le pantalon aux chevilles, une nouvelle érection se pointant devant le spectacle pervers qu’offrais le trio. Puis, un cri de la jeune femme suffit à attirer les autres hommes, qui se mirent à la tripoter, passant tour à tour leur membre dans son orifice alors qu’elle ne semblait demander que ça. Syles s’était mêlé de la partie, laissant Naïs seule avec le désir flamboyant dans son regard. Je ne lui laissai pas le temps de se poser de question, de vouloir rejoindre la partouze des deux plus jeunes. Fonçant vers elle, j’enfonçai mon membre en elle, poussant profondément.

Je la retournai sur le ventre, agrippant violement son sein gauche avant de la pénétrer brutalement, plus intensément que la première fois, entrainé par l’ambiance survolté et sauvage de l’endroit. Je la déplaçais, mettant son torse à plat sur le bar, les jambes pendantes pour assurer sa stabilité alors que je faisais des vas-et-viens puissants en elle, la main sur son dos pour l’empêcher de bouger. Accélérant férocement, sentant mon érection au bord de la jouissance, je me relâchai finalement dans un cri rauque. Mais ce n’étais pas assez. A peine ma jouissance terminée que mon membre m’en redemandait, et je ne me fis pas prier. Replongeant dans l’orifice dégoulinant de Naïs, je me remis à faire des vas-et-viens, puis laissa tomber. Il fallait que ce soit différent, j’en voulais encore! Écartant ses jolies fesses, je plongeai un doigt, puis deux dans son petit cul alors que je la pilonnais sans relâche, puis, d’un seul mouvement, j’enfonçai mon membre entre ses fesses, me foutant un peu de ce qu’elle pouvait en penser. Oh oui, la sensation était parfaite, juste parfaite et je grognai en la prenant, titillant son clitoris de mes doigts alors de mon pouce s’enfonçait dans sa chatte, la maintenant en place de cette façon. Elle était à moi!

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïs Jol
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 602
Citation : Ah l'aventure, ce joli mot romanesque pour dire galère !
Date d'inscription : 17/10/2011

Feuille de personnage
Age: 40 ans
Greffe: Griffes rétractables
Signe particulier: Aveugle

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Sam 02 Avr 2016, 01:43

≈≈≈ Naïs ≈≈≈

Mal ! Je veux avoir mal, bordel ! Me perdre dans un monde souffrance physique ! Dans un monde violence ! Pour oublier que j’avais merdé sur beaucoup de choses ces derniers temps. Ondulant du bassin, j’adopte un rythme de plus en plus rapide, ce qui donne encore plus de puissance aux mouvements du jeune Envoleur. Sa brutalité quasiment bestiale me tire un long gémissement, tandis qu’il manque d’arracher de ses dents l’un de mes mamelons tendu tout contre son torse. Une violente décharge électrique traverse tout mon corps, remontant le long ma colonne vertébrale et manquante de me faire défaillir au passage. J’ai envie de crier. D’hurler à m’en arracher la gorge. De désespoir. De pleurer. De me laisser mourir sur le comptoir tandis que Syles se retire brusquement de mon intimité dégoulinante.

Toutefois, le gamin ne me laisse pas le temps de réaliser dans quelle énorme connerie je viens de m’embarquer une fois de plus. Sans prévenir, il enfonce son engin dans ma bouche, me forçant à reculer la tête qui cogne douloureusement contre le rebord du bar. Je ne peux m’empêcher de grogner à chaque fois que ma tête frappe un peu plus fort contre le bois. Soudain, je sens une paire de mains agripper mes hanches, plantant profondément dix doigts dans ma chair. La seconde suivante, un deuxième homme me prend de force, ce qui m’aurait probablement arraché un cri si je n’avais pas le pénis de Syles au fond de la gorge.

Au bout de longues minutes, quasiment interminables, l’Envoleur finit par libérer mes voies aériennes, en laissant toutefois déborder son sperme sur mes lèvres. Cessant d’ailleurs un moment de s’intéresser à moi, il se jette littéralement sur l’homme qui se plaît apparemment à me chevaucher comme une bête, le repoussant violemment. Me laissant retomber mollement, dos contre le bar, je profite de ce moment de répit pour maîtriser mon souffle saccadé. Et apprécier la douleur, mêlée au plaisir, qui se propage lentement dans tout mon corps. Dans mon ventre. Entre mes côtes. Dans mon crâne. Et là, dans ma poitrine. Alors que je manque de reprendre pied avec la réalité, un sanglot se bloque dans ma gorge. Juste au moment où Syles décide de me reprendre avec bestialité. Encore et encore. Encore. Et encore. En…

… Jusqu’à ce qu’il finisse par se lasser, et m’abandonne, tremblante, en plein milieu d’un orgasme surpuissant – comme un véritable tsunami qui emporte tout sur son passage. Même pas une demi-seconde plus tard, un autre homme vient combler le vide en moins et rassasier ce volcan en furie qui gronde dans mon ventre. Non, pas n’importe quel homme ! Le même qui m’avait prise par derrière quelques minutes plus tôt ; je reconnais le contact de ses mains sur ma peau en sueur. Lui, il est clairement encore pire que Syles. Plus brutal encore. Ou peut-être que c’est simplement mon corps qui m’envoie trop de signaux de détresse. Parce que là, oui, ça fait clairement mal au point de quasiment surpasser cette espèce d’onde de plaisir dégueulasse qui fait vibrer chacun de mes muscles, chaque parcelle de mon corps. Ce type pense me posséder. Que je suis sa petite propriété, sa chose ! Comme Sen ! Comme ce fils de Raï !

Mais qu’est-ce que je fiche bordel ?

Soudain, dans un éclair de lucidité, je tente de me débattre avant de constater simplement qu’ainsi positionnée, il me serait compliquée de me dégager de l’emprise de l’homme. Réfléchissant à toute vitesse, je finis par projeter violemment ma tête en arrière. Et percute le nez de l’homme qui lâche complètement prise sous le coup, avant de reculer en titubant. Roulant sur moi-même sans difficulté pour retrouver l’équilibre j’achève de repousser le jeune fou qui croyait pouvoir me posséder comme un vulgaire objet. Pire ! Un vulgaire sac à viande ! Pensant qu’il avait enfin le droit de s’inviter, un colosse s’approche à grands pas, engin à l’air. Enfin, tente de s’approcher. Parce qu’avant qu’il ne puisse glisser ses sales pattes sur ma peau à vif, je plante mes griffes dans sa jugulaire en me délectant de ces spasmes. De cette vie qui s’échappe doucement et inexorablement. Remontant mon short sur mes fesses, je me fraie un chemin parmi le chaos. La fête est finie pour moi et le premier qui se mets en travers de mon passage, je lui explose la tronche. Cela se voit clairement dans mon attitude et il faudrait être fou pour l’ignorer !

__________________________________________




Ah l'aventure, ce joli mot romanesque pour dire galère !

Life sucks when you're ordinary !

I experienced that seeking feeling you get when you know you have conned yourself into doing something difficult and there's no going back




 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 757
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Sam 02 Avr 2016, 02:42

Barbant, elle ne réagit plus, c'est juste un sac de viande... Bon ça pourrais faire l'affaire, si ce n'était qu'il y avait une... Ben une garce, de son point de vue, qui venait de décider de le mordre.

Le sang, ici, c'était lui qui le faisait couler. Sortant de l'orifice dans lequel il était sur le coup, le corps du jeune homme, toujours comme posséder, se retourna pour voir qui avait oser---

Sourire carnassier. Cette emmerdeuse de Kaünis. Cette fois Syles ne la protégerais pas. Frappant rapidement les hommes qui croyaient la posséder sur le moment, l'envoleur grogna un bon coup et s'enfonça en elle d'un coup, sans lui donner le temps d'y penser, puis porta les dents à son cou. Ah elle voulait mordre? Elle verrait c'était quoi, une vrai morsure! Passant à un cheveux de mordre au travers de la peau douce, de la laisser se vider de son sang, il la massacrait carrément à coups de reins. S'il était possible de tuer quelqu'un avec du sexe trop violent, c'est ce qui arriverait. Souriant toujours, se relâchant ainsi que tout ce qu'il s'empêchait de lâcher pas le passer, il eu un énorme orgasme, noyant l'intérieur du corps de l'envoleuse dans le sperme sans arrêter de se mouvoir, prenant même de la force dans ses mouvements, poussé par ce premier orgasme à tout lâcher et tant mieux si elle gelait sur place, qu'elle soit entièrement tombé dans les limbes du plaisir, il était assez fort pour résister à ça...

Mais pas à cette pulsion meurtrière grandissante en lui et, alors que son deuxième orgasme poussa en elle il imagina refermer ses dents, la sentir paniquer puis les spasmes de fin de vie alors qu'elle se viderait de son sang, ses incisives se préparèrent à s'enfoncer dans la peau douce et tendre, à arracher sa jugulaire d'un grand coup...

Puis il se sentit pousser vers le fond du corps par Syles alors même qu'il allait refermer sa bouche sur---


~~~

Feels like your life is over.

Feels like all hope is gone.

You kiss it all away,
Maybe, maybe...

This is a second coming,
This is a call to arms,
Your finest hour won't be wasted, wasted...

Hey, hey hell is what you make, make
Rise against your fate, fate

Nothing's gonna keep you down
Even if it's killing you...

Because you know the truth.

~~~

Retrouvant le contrôle de son corps juste attend pour s'empêcher de déchirer la chair de la jeune femme, le garçon sursauta devant ce qu'il avait failli faire et se retira sans se rendre compte qu'il envoya une dose de sperme impensable à l'intérieur tout comme à l'extérieur du corps de Kaünis...

Retrouvant ses sens avec difficulté, exténué d'avoir repris le contrôle de force, il eu à peine le temps de voir un mec mourir et Naïs sortir avant de finalement s'ébrouer assez pour retrouver ses sens et, devant un imbécile qui n'avait pas compris le message de la maître selon lequel la fête était finit et qui s'approchait de Kaünis, Syles lui frappa l'arrière du genou et entoura son cou de sa chaîne, serrant puis, d'un coup sec, lui brisant la nuque...

La dose d'adrénaline et le frisson de joie qu'il ressentit à ce moment précis l'écoeura lui même, puisqu'il savait que ça avait failli être Kaünis, qui y était passer, puis il s'adressa clairement à ceux encore dans la salle.


La fête est finie! Si j'en vois un seul qui n'a pas remit son pantalon et foutu le camp dans dix secondes, il crève...

UN!


La léthargie qui avait envelopper la salle se dissipa instantanément quand il commença son décompte et, en moins de cinq secondes, tout les hommes avaient franchis la porte de derrière, laissant un spectacle désolant et nauséabond de la taverne dont les planchers étaient couverts de sperme relâcher devant le spectacle et les serveuses, entraîner de force sur les tables, étaient à demi inconscientes pour la plupart, dégoulinantes de liquide séminal.

Se frottant les yeux du dos de ses mains, un des seuls endroits assez propres de son corps, le garçon attrapa un pichet d'eau, derrière le comptoir, et se lava sommairement avant de le tendre à sa compagne qui semblait elle aussi avoir sortie de son état post-orgasmique.


Cette fois-ci, ça pas passer loin d'être dangereux...

Tu sais ce qu'il lui ais arriver, à Naïs, ou si tu crois qu'elle en avait juste marre?


Question plus posée pour tenter de s'éveiller, parce que reprendre le contrôle deux fois dans la même journée, c'était pas facile.

S'étirant, le jeune homme remarqua Julian, qui semblait avoir subit un peu de la violence de Naïs... En était-il la cause, peut-être?

Possible...

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Sam 02 Avr 2016, 03:28

Oui !
Elle était remplie, si remplie, et pourtant elle en voulait encore plus. Les coups de reins désordonnés de ceux qui la pénétraient n’étaient pas assez accordés, pas assez puissants, pas assez féroces, pourtant. Elle en voulait tellement plus ! L’onde de plaisir grandissait, semblait atteindre pourtant une sorte de pallier qu’elle n’avait jamais ressenti jusque là, comme si…
Comme si ça ne suffisait pas, tout simplement !
Serrant les dents, Kaünis tenta de prendre appuis sur les épaules de celui qui était devant elle, calant son coude dans son cou et son autre main au dessus de l’os de sa hanche pour avoir un appui stable et pouvoir accompagner son pilonnement. Elle sentit dans son dos l’homme se contracter, et un autre prit sa place presque immédiatement. Elle arqua les reins pour lui faire de la place, alors qu’elle sentait la contraction du pénis dans son vagin, elle repoussa violemment l’homme qui ne servait plus à rien désormais.

Un autre ! Encore !
Son regard balaya la salle et croisa soudain le regard si noir de Syles. Non, le regard était possédé par cette chose en lui, et la rage en elle se mua soudain en quelque chose de presque palpable dans son esprit. Comme un écho à ce monstre. Comme une matérialisation pour lui répondre.
Elle ne dit rien quand l’Envoleur chassa les hommes qui avaient commencé à faire la queue pour la prendre, se contentant de le regarder d’un regard noir de désir et de provocation.
Redressant le menton en signe de défi, l’Envoleuse agrippa les petits cheveux dans la nuque de Syles quand ce dernier plongea ses dents dans sa chair, lâchant un gémissement d’extase.
La douleur se propagea en un long frémissement le long de sa peau, atteignant son sexe au moment précis où le jeune homme s’enfonça bestialement en elle.
* Putain, plus fort. Mords encore ! *
Elle grogna, laissant son corps s’accorder de lui-même à celui de son amant, tortionnaire, elle s’en fichait, c’était trop bon. La douleur de sa chair qui se découpait, qui se déchirait sous ses dents se mêlait à la puissance de son coup de rein, de son pénis si large et dur qui venait marteler le fond de son vagin, enfonçant le col de son utérus à chaque passage dans une douleur enivrante.
- Oh oui, encore, encore ! hurla-t-elle dans l’oreille de l’Envoleur, alors que ses cordes vocales devaient vibrer contre la langue de ce dernier alors qu’il la tenait toujours entre ses dents.

La peur commença à se frayer un chemin dans son cerveau, instillant un doute de plus, mais embrasant la douleur et le plaisir au passage. Son coeur accéléra brusquement, et elle sentit clairement une sueur froide prendre possession de tout son dos alors que le mouvement perdait de sa régularité…
Panique, douleur et plaisir fusionnèrent si étroitement et férocement qu’une nouvelle digue lâcha dans sa tête, balayant tout sur son passage, alors qu’elle voyait sa rage se densifier plutôt qu’exploser comme à son habitude...
Silhouette humaine qui se glissa contre sa peau, où il la mordait, pic de froid intense.
Le deuxième orgasme la submergea à cet instant précis, et cette fois-ci la peur se mua avec la tempête primale et monstrueuse pour se concentrer dans le hurlement qu’elle lâcha vers le plafond.
Courant d'air glacé.

Les spasmes qui parcouraient son corps étaient si violents, ses muscles tellement tendus qu’elle peina à reprendre pied avec la réalité alors que Syles se retirait d’elle aussi brusquement qu’il y était rentré. Elle eut du mal à calmer les palpitations de son coeur et l’irrégularité de sa respiration. Elle ne capta même pas l’homme que Syles frappa et tua avant que ce dernier ne soit sur le sol, c’était dire dans quel état elle se trouvait.
Se passant la langue sur les lèvres, qui étaient sèches, elle baissa les yeux sur le corps de l’Envoleur.
* Putain, j’en reveux… *
Elle tenta de s’ébrouer, ramenant son regard sur elle-même alors qu’elle sentait la semence épaisse des hommes qui l’avaient baisée glisser à l’intérieur de ses cuisses et sur l’arrière de ses genoux. Cela lui tira des frissons, et elle tenta de s’en débarrasser en secouant les jambes.
Heureusement Syles revint vers elle avec de l’eau, et elle se nettoya grossièrement comme elle put… Mais elle avait envie d’un bon bain là. Elle ne put s’empêcher de lever les yeux vers l’Envoleur à cette pensée, un sourire en coin sur les lèvres.

- Cette fois-ci, c'est pas passé loin d'être dangereux... Elle haussa les épaules : elle s’en fichait un peu à vrai dire. Mourir en faisant l’amour ne lui semblait pas si terrible. Tu sais ce qu'il lui est arrivé, à Naïs, ou tu crois qu'elle en avait juste marre?

Kaünis cligna des yeux, se rendant à ce moment-là seulement compte que Naïs était partie. Elle haussa les épaules avec nonchalance.
- Boah, si elle est partie, c’est qu’elle n’apprécie pas les bonnes choses à leur juste valeur, lâcha-t-elle du bout des lèvres, avant de planter un regard frondeur dans les yeux de Syles.
Elle se rendit compte d’ailleurs que du coup, Julian  semblait vouloir partir avec le flot des soudards, et haussa un sourcil.
Se rhabillant rapidement, l’Envoleuse vint se planter à côté de Syles, s’adressant directement au jeune homme qui n’avait qu’un seul bras en cherchant son regard.
- Tu sais pourquoi Naïs est partie ? Elle a pas aimé la fête ?

Un sourire moqueur étirait ses lèvres, mais elle coula un regard vers Syles, plantant délicatement ses dents dans son épaules.
Roh putain, elle avait toujours envie de lui.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Ikoya
Groupe Razylm
avatar

Nombre de messages : 35
Citation : Avancer. M'appuyer sur ce que j'ai vécu. Sur ce que j'ai fait. Bien et mal. Sur mes forces et mes faiblesses. Mes joies et mes regrets. Mes remords. Avancer.
Date d'inscription : 13/03/2016

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Il n'a pas de bras droit

MessageSujet: Re: [-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]   Dim 03 Avr 2016, 16:07

Je me secouai, encore sonné par l’attitude de Naïs. Je n’y comprenais plus rien! Une seconde on m’invitait à la fête, l’autre on me frappait allègrement dans un signe évident qui me disait de dégager. J’en avais assez, de ces conneries ! C’était ridicule et j’eu besoin de quelques minutes pour reprendre mes esprits et constater les affreux dégâts causés par nos ébats. Un peu partout, le sperme se mêlait au sang et des hommes avaient visiblement profité de la frénésie pour posséder ces pauvres serveuses qui n’avaient rien demandé. Il y avait des choppes de bière renversé, de la vaisselle détruite et une affreuse odeur de sexe et de sang qui finit de me lever le cœur une fois pour toute.

C’était machinalement que j’avais remis mes pantalons suite à l’avertissement de Syles. De toute façon, rien de tout ça ne me donnait envie de continuer, au contraire. Si c’était pour recevoir un coup après chaque jouissance, je préférais autant partir d’ici au plus vite, ce que semblait d’ailleurs avoir fait Naïs, car elle n’était plus dans les parages. Syles et sa copine s’étaient nettoyer rapidement et en grognant, je saisis à mon tour un pichet d’eau pour  me nettoyer sommairement. J’allais partir quand la jeune m’interpella.

- Tu sais pourquoi Naïs est partie ? Elle a pas aimé la fête ?

– Aucune idée, j’ai rien compris,
grognais-je, mécontent.  

La fille semblait toujours en ébullition alors que j’étais devenu froid comme une statue. La voir planter délicatement ses dents dans l’épaule de son compagnon ne me fit ni chaud, ni froid et je n’aurais sans doute aucune difficulté à partir si la fête reprenait, étant plutôt amer du déroulement de la soirée. Le bar s’était vidé rapidement si on excluait les corps qui jonchaient le sol et les tables, visiblement évanoui, ou pire, mort. Pas que la mort m’effrayait, plutôt qu’elle revêtait ici une importance diffuse sous un voile d’inutile. Ces hommes n’avaient pas à mourir et l’attitude suffisante et hautaine de ceux qui m’avaient pour une raison ou une autre accepté dans leur groupe me lassait. La femme, la plus vieille, avait probablement besoin d’aide et qu’elle se soit enfui, car s’était l’impression qu’elle donnait, prouvait qu’elle était probablement en détresse. Replaçant comme je le pouvais mes vêtements et mes cheveux, je me mis en tête de la chercher, sans réellement savoir pourquoi.



[Désolé, c’est court et je ne fais rien avancer :/ ]

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[-18] A qui le tour ? [Syles, Kaünis et Julian]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» Tour de Farce
» La Tour du Savoir
» Entre éthique politique et mauvais tour de la communauté internationale
» Tour du monde virtuel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Chen-
Sauter vers: