AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 [-18] I can feel it grow, I can hear it moan... [ Syles & Gil ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Syles Agarest
Envoleur


Nombre de messages : 757
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I can feel it grow, I can hear it moan... [ Syles & Gil ]    Mer 13 Avr 2016, 05:55

Impressionnants, ces gamins.

Ils apprenaient vite. Et ils se complétaient l'un l'autre parfaitement. Il y eu quelque moments où Rybris ne dut qu'à son expérience et à ses réflexes d'éviter un coup d'un cheveux, mais leur technique était encore un peu...

Vide.

Trop de distance entre leurs niveaux. La fille avait plus d'expérience en vrai combat et ça paraissait. Syles avait trop de relents frontaliers, ce style était encore ''Crut'' pour lui, pas à point...

Il devait l'avouer, son fils ralentissait la cadence. Pas exprès, mais il n'avait simplement pas encore appris a se lâcher en combat, il semblait avoir peur de quelque chose, et un peu peur de sa lame, aussi...

La peur d'une lame, c'était horrible comme truc. Ça tuait plus d'hommes que les dites lames elle mêmes. Ce gamin ne s'amusait pas assez. Il avait besoin de se faire tabasser, de se faire pousser dans ses dernier retranchements dans un combat à mort... Pour trouver cette folie guerrière qui faisait les survivants...

Pour apprendre a aimer se battre. Pourtant, soudain, le jeune homme prit de l'ampleur, son rythme se rapprocha de celui de la jeune femme... Se fusionna en lui. Le repoussa. Toute cette énergie, c'était fou, toute cette haine... Ces deux là, ils n'étaient pas humains, en ce moment... Et l'homme se dut de mettre fin à tout ça avant d'être forcer de tuer l'un des deux...

~~~

Just one spark,
Is all it takes...

I tried so hard,
But it all goes up in flames.

~~~

Syles sentait le monstre prendre de l'ampleur...

Sang.

Il voulait du sang. Il aimait se battre il voulait... Et bien il l'aurait.

Lynx prit le contrôle sans même hésiter, changea sa prise sur ses lames imperceptiblement, augmenta le rythme par instinct pur pour remonter plus près du niveau de sa compagne de combat. C'était...

Merveilleux, glorieux.

Plus. Il lui en fallait plus. Toujours plus. Il repoussa ses limites humaines, il n'était pas un humain, au diable les courbatures et tout le reste. Il était un monstre...

Pourtant, soudain, sa lame fut arrêter par...

Une main?

Son paternel avait lâcher ses armes et avait attraper les leurs à mains nues mais... Ses mains étaient bleues, traversées de courant électriques. Comment diable..? Non... Impossible, lui?


~~~

And as we crossed blades it occurred to me :

He'd grown up just like me.

My boy was just like me...

~~~


C'était donc ça, se dit l'homme en maudissant sa propre imbécillité. Évidemment, quoi d'autre, en plein centre d'ombreuse, que le domaine?

Mais il avait espérer. Comme un fou. Il avait eu assez de problèmes à son époque, il ne voulait pas de cette vie là pour son fils. Les complots, les missions...

Pourtant il devait s'avouer qu'une certaine fierté le prenait devant l'homme qu'il était devenu, auprès de cette fille. S'il avait sut qu'il apprécierais vraiment une fille de Mentaï un jour!

Encore que bon, il avait couché avec la femme d'un Mentaï, donc...

Se reculant lentement, l'homme donna de l'ampleur a sa greffe... Il avait prit des années a contrôlé l’électricité de son corps, mais juste le regard surpris des jeunes envoleurs devant les lames bleues qui s'échappaient de ses mains en valaient bien la peine.

Brisant l'échange, il prit la parole en remontant sur Argent, son cheval.


La pause est finie, nous n'avons plus de temps a perdre, sinon nous serons en retard au passage. Si vous avez des questions, je répondrais, pour cette fois seulement, a tout ce que vous demanderez, tant que l'on avancent a cheval.

Et avant que vous ne demandez, oui vous avez bien vus et oui, il s'agit d'une greffe. Et pour l'autre question évidente, non, je ne suis plus envoleur. J'avais déjà quitté cette vie que Syles a été conçu, peut après la fin d'un seul cours.

Allons-y, nous devons arriver à la vieille mine avant le coucher du soleil, elle nous mèneras au sud des royaumes raïs par un passage souterrain. Nous pourrons longer l'empire pour entrer par un autre tunnel, à l'ouest.

Nous éviterons les troupes ainsi.


Il avait déjà commencé à avancer mais... Cette fois, il évoluait à leur côtés, non pas devant. Pour un moment, il devait reprendre un peu de son identité de maître envoleur à la retraite, le temps de s'ouvrir à ses jeunes compagnons du moment...

Ils auraient sans doute un tas de questions, du coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I can feel it grow, I can hear it moan... [ Syles & Gil ]    Mer 13 Avr 2016, 19:53

Kaünis perçut le changement chez Syles une seconde avant qu’il ne commence à bouger différemment. Un sourire éclaira son visage, et elle redoubla ses attaques, ses feintes, imprima une nouvelle cadence à sa technique.
Elle ne se battait plus avec le même versant de l’Envoleur, mais ça ne la dérangeait pas. Au contraire. Le monstre n’avait pas peur de s’y lancer à fond, dans le combat, à prendre des risques, à profiter de cet instant. C’était peut-être même encore mieux, en réalité.

Jusqu’à ce que leurs lames ne soient arrêtées par les mains ouvertes à plat de Rybris.
Voyant onduler des arcs électriques sur sa lame, Kaünis bondit en arrière pour les dégager de la prise de l’homme, fronçant les sourcils au passage. Elle échangea un regard d’incompréhension avec Syles, qui était dans le même état qu’elle.
Un Envoleur ?
Un sourire torve et moqueur étira les lèvres de la jeune femme. Ah, comme ça, père et fils s’étaient finalement suivis ? Pourtant, elle ne connaissait pas ce mec, même de nom. Alors, est-ce qu’il leur avait encore menti ?

Se dégageant d’un second pas en arrière, Kaünis rengaina ses armes en faisant passer ses cheveux dans son dos d’un mouvement du menton alors que le père de Syles jouait avec son électricité bizarroïde.
Montant à cheval à la suite de l’homme, elle flatta l’encolure de Voyage en haussant les épaules alors qu’il commençait à parler. Beaucoup. Cela exaspéra un peu l’Envoleuse, qui ne retint qu’une chose :
- Et avant que vous ne demandiez, oui vous avez bien vu et oui, il s'agit d'une Greffe. Et pour l'autre question évidente, non, je ne suis plus Envoleur. J'avais déjà quitté cette vie quand Syles a été conçu, peu après la fin d'un seul cours.
A la fin d’un seul cours de quoi ? Qu’il dispensait ? Bah oui, en même temps, les Mentaïs n’accordaient la Greffe qu’à ceux qui avaient fait leurs preuves auprès de leur Maître après plusieurs cours.
Elle haussa les épaules.

A vrai dire, la seule question qui lui venait à l’esprit c’était pourquoi il n’était pas mort ? Parce qu’un Envoleur qui quitte le service avec une Greffe à son actif, les Mentaïs n’aimaient pas ça du tout. Il y avait potentiellement deux explications : la première, il s’était trop bien caché. Sauf que cela ne faisait aucun sens, car sa mère n’aurait pas couché avec lui sans savoir qui il était. Donc la deuxième hypothèse était plus plausible : les Mentaïs comptaient sur l’aura ou la force chaotique qui vivait dans ce mec pour qu’il continue de le déverser partout où il passait, et cela leur servait.
En fait, elle s’en fichait royalement.

Mettant sa monture dans un galop souple, l’Envoleuse haussa les épaules toute seule. Un petit soupir s’échappa de ses lèvres, alors qu’elle jetait un coup d’œil vers Syles. Rybris était à leur hauteur cette fois, et elle ne savait pas si c’était une bonne ou une mauvaise chose.
Elle avait une question, en fait.

- Des passages souterrains jusqu’au Sud des Royaumes Raïs, sérieux ? Et les chevaux peuvent les suivre jusqu’au bout ?
Ça, elle en doutait fortement. Et elle n’avait aucune envie d’abandonner Voyage, franchement… A part si quelqu’un la ramenait  au Domaine, où elle pourrait la retrouver sans trop de mal. Mais la laisser dans les Montagnes de l’Est, si près de la Jungle d’Hulm, c’était juste hors de question.

Non pas qu’elle ne voulait pas échapper aux troupes de l’Empereur, mais elle avait l’intime conviction qu’il ne devait pas y en avoir autant que ça. Elle ne voyait pas comment elle pouvait valoir autant d’argent et de déploiement de forces, c’était un fait. Qu’est-ce qu’on voulait d’elle ?

Une idée prit forme dans son esprit, mais elle la coinça dans un coin de sa tête en jetant un coup d’œil à la dérobée vers Syles. Lui, il devait avoir des questions, non ?

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 757
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I can feel it grow, I can hear it moan... [ Syles & Gil ]    Jeu 14 Avr 2016, 05:22

Pas un passage, une mine. Désaffectée. Un ami de famille nous y attends, il nous permettras de passer et de re-sceller le passage derrière nous sans être vus.

Les chemins que j'ai choisis sont larges, hauts. Nous pourrons facilement y passer avec nos chevaux, même sur leur dos pendant certains passages.

Je ne laisserais pas Argent ici plus que tu ne laisserais ton propre cheval, crois moi.


Où étais-tu?

Rybris resta silencieux un moment. Il s'était un peu attendu à ça, la question était normale, après tout.

J'ai rendu visite à ta mère pendant qu'elle était enceinte de toi, c'est d'ailleurs à ce moment que je lui ais laisser les lames de famille que tu a réussis à briser sur la greffe de Kaünis l'autre jour.

Quand j'ai appris que tu avais été banni de la citadelle, j'ai tenté de te retrouver, mais quand j'y suis arriver tu t'étais sauver avec un garçon nommé Jace. Quand j'ai de nouveau réussis à retrouver ta trace, tu voyageais dans le nord puis t'arrêtais à la citadelle avec Kaünis. Je ne pouvais pas risquer me montrer près d'elle, après le temps que ça m'as pris de me faire oublier du chaos, la dernière chose que je voulais était de t'entraîner dans tout ça...

Cela dit, il semble que tu ais réussis à te foutre dans cette situation seul. En d'autre mots, fils, j'étais là, quelque part.


Dans quoi il s'embarquait, encore? Il avait réussit à se débarrasser de l'attention des mentaïs, des autres envoleurs, des marchombres...

Et maintenant il y replongeais pour un gosse qu'il avait eu par accident, qu'il n'avait jamais rencontrer et qui le considérait probablement comme un salopard de première, et une gosse de mentaï.

L'homme enleva sa cape en continuant de chevaucher normalement puis enleva son haut serré qu'il portait pour se fondre dans la noirceur de la nuit, découvrant sa musculature un instant pendant qu'il attrapait une chemise noire, qui semblait être de très bonne qualité, dans un sac de scelle puis qu'il la passe, ainsi qu'une cape de voyageur du même matériel, l'attachant par une petite chaîne qui semblait être en argent.

Au fond, Syles dut reconnaître que ça lui donnait un style, cet accoutrement. Il n'avait serte pas l'apparence sauvage de son fils, avec son manteau foutu en l'air, mais cette apparence un peu plus sophistiqué lui allait drôlement bien, et il dut reconnaître que l'homme bougeait drôlement bien pour empêcher qu'un tel vêtement soit salit pendant qu'il chevauchait.

Bientôt, ils arrivèrent à leur destination... Un beau. Gros. ROCHER.

Le jeune envoleur s'apprêtait à le faire remarquer de la belle façon à son paternel quand le rocher bougea, se déplaça... Puis les laissa passer pour retourner sceller l'entré derrière eux.

La vue de son vieil ami le déstabilisa un moment, il se demanda s'il s'agissait d'un vrai ami ou d'un espion de son père... Et puis non, l'homme n'avait pas put savoir qu'ils s'entendraient bien en grandissant ensembles, il devait y avoir une histoire derrière tout ça.

Le silence avait reprit ses droits sur le trio et les garda tout le long du périple dans les tunnels, puis arrivés à l'autre extrémité le plus vieux commença à desceller son cheval, faisant arquer le sourcil gauche de Syles.


Nous attendrons le jour ici, de toute façon nous ne pouvons pas desceller l'ouverture tout seuls, Miran viendra ouvrir au matin, ce qui nous laisse un moment pour dormir un peu. Il n'y a rien dans ces grottes de dangereux, mais si vous voulez monter la garde, c'est vos heures de sommeils que vous perdez.

Bonne nuit, donc.


L'homme avait installé sa scelle un peu à l’écart, question de laisser de la place au deux jeunes envoleurs. Il comprenait qu'ils soient méfiant, il l'aurait été dix fois plus, à leur place... Mais il n'avait aucunes raisons de faire ça, et pour une fois dans sa vie, il avait bien l'intention de suivre son instinct qui lui disait de ne pas les laisser comme ça.

Il les guideraient, puis disparaîtrait si c'était là ce que Syles voulait. Sinon, il serait là. Posant sa tête sur sa scelle, sentant son cher loup contre lui, il s'endormit presque aussitôt.

Le jeune homme, de son côté, se prépara à dormir sans vraiment savoir si c'était une bonne idée... Se tourna vers Kaünis pour voir ce qu'elle en pensait, elle.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I can feel it grow, I can hear it moan... [ Syles & Gil ]    Jeu 14 Avr 2016, 06:11

Des mines ?
Kaünis ne savait pas qu’il y avait des mines à cet endroit-là. Cela voulait dire qu’elles ne passaient pas loin de son village, et pourtant elle n’en avait jamais entendu parler. Ça devait être très vieux, et donc potentiellement un minimum dangereux, non ? La jeune femme haussa les épaules, n’écoutant que d’une oreille distraite les explications que Rybris donna à son fils sur où il était pendant tout ce temps. Elle se contenta de froncer le nez quand il l’évoqua elle… Ah, donc en fait, il avait retrouvé Syles quand eux ils s’étaient connus en fait…

L’esprit de la jeune fille vagabonda un instant dans la salle d’eau des appartements des Agarest, avant de glisser vers les chambres et les lits partagés… Puis sur tout ce qui avait pu se passer depuis, en fait. Al-Chen, les cordes, tout le reste. Elle sentit clairement une chaleur se diffuser dans son ventre, et secoua la tête en coulant un regard vers l’ancien Envoleur.

Ils arrivèrent quelques minutes plus tard devant un gros rocher barrant sans doute – en tout cas du coup Kaünis s’y attendait – l’entrée des mines en question. Oh, si toutes les entrées étaient barricadées comme ça, finalement ça ne devait pas être trop dangereux… Juste faire attention que ça ne s’écroule pas trop sur leur tête, finalement.
Descendant de sa monture, la jeune femme coinça ses rênes dans les crins de Voyage en les tressant efficacement, puis lâcha sa jument qui les suivit avec précautions.

La jeune femme ne pipait mot, se contentant de suivre le mouvement.
Le père de Syles semblait savoir où il allait, et elle pouvait sentir la présence du jeune Envoleur à ses côtés. Leurs bras s’effleuraient régulièrement, et elle pouvait percevoir la chaleur de son corps alors que son ventre ne cessait de pulser doucement.
Quand Rybris décréta qu’ils s’arrêtaient pour dormir en désellant son cheval, Kaünis se contenta de désserrer les sangles de Voyage pour lui donner plus d’amplitude respiratoire, mais elle n’enleva pas le matériel sur son dos : cela lui prendrait trop de temps de tout remettre en place si jamais ils devaient bouger dans l’urgence.

- Il n'y a rien dans ces grottes de dangereux, mais si vous voulez monter la garde, c'est vos heures de sommeils que vous perdez.
Haussant les épaules toute seule, l’Envoleuse regarda l’homme s’éloigner un peu alors que son animal de compagnie – une grosse peluche chaude – allait se coucher contre lui. Elle ne put s’empêcher de se mordre la lèvre inférieure alors que Syles s’installait sur le sol lui aussi en déployant ses couvertures. Poussant un petit soupir, Kaünis commença à se déshabiller pour pouvoir être plus confortable pour la nuit…
Se blottissant dans la chaleur du jeune homme, elle laissa ses doigts trainer sur la peau de ses abdominaux… Avant de mordre dans son épaule.
- Je ferai pas de bruit, promis… murmura-t-elle doucement, certaine d’être couverte par la respiration des chevaux et du loup blanc. Ses doigts glissèrent sur le torse du jeune homme alors que ses dents s’emparaient du lobe de son oreille, avant que sa main ne disparaisse dans son pantalon pour saisir l’objet de son désir d’un geste assuré… Et connaisseur. Elle savait maintenant ce à quoi Syles réagissait particulièrement, et s’il tentait de se dérober, elle ne le laisserait pas faire !


* *


Quand ils se remirent en route le lendemain matin, l’Envoleuse avait un sourire triomphant sur les lèvres. Elle n’avait pas dormi longtemps, mais son sommeil avait été… profond. Et réparateur.
Croquant dans sa viande de siffleur séchée, Kaünis songeait qu’elle avait encore affreusement besoin d’attention. Ça la gonfla immédiatement, et en même temps, elle trouvait ça normal. Elle avait besoin de compenser, peut-être bien… Elle s’en fichait, d’où ça venait, au fond : elle était comme ça, et il fallait bien avouer que Syles était le seul à lui faire autant d’effet sur le long terme.
Roh, parce qu’elle pouvait bien repenser à ce débile de Fried, qui ne l’avait jamais vraiment attirée mais qu’elle avait utilisé pour arriver à ses fins de l’époque. Ou bien à Yan, qui l’avait terriblement attirée les premiers mois, mais dont finalement elle s’était lassée… Elle pouvait revenir sur Darwen, qui faisait toujours réagir son corps, mais cela ne comptait pas, elle ne l’avait pas suffisamment croisé.
Elle ne voulait pas penser d’où venait son appétit sexuel, cela ne l’intéressait pas. Elle n’avait pas envie de se souvenir que si Shun avait pu aller jusque-là avec elle à l’époque, c’était parce qu’elle était partante, et qu’elle l’avait voulu par curiosité puis par facilité. Elle était une gamine, il n’aurait juste jamais dû l’entraîner là-dedans, et elle avait été manipulée.

S’ébrouant rapidement, Kaünis posa son regard sur Syles un instant alors qu’elle sentait un nœud se former dans sa gorge et les larmes lui piquer soudainement les yeux. Elle avait tellement envie de se recroqueviller sur elle-même qu’elle chancela un instant, se rattrapant à l’épaule de son compagnon…
Se blottit aussi subitement que fort contre Syles, les avant-bras ramenés sur sa poitrine, enfouissant son nez dans son cou en contenant à grand peine un sanglot déchiré. Elle avait trop pensé, et elle était de nouveau en train de trembler de tous ses membres, d’avoir besoin de chaleur humaine…

Elle écrasa ses lèvres sur celles de Syles, soudain désespérée, ses doigts agrippant ses épaules pour ne pas qu’il puisse trop la repousser.
Elle avait envie de hurler.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 757
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I can feel it grow, I can hear it moan... [ Syles & Gil ]    Ven 15 Avr 2016, 22:58

Rybris retint un soupir par volonté pure... Franchement l'amour était beau et tout, mais ils auraient puent se retenir, ces deux là.

Mais non, alors il se contenta de sourire, quand même amusé, et de continuer à avancer... Il avait dit pas de pauses non nécessaire, mais s'ils n’arrêtaient pas d'avancer, il n'avait rien à dire, après tout...

Syles, de son côté, fut un peu surpris par le baiser soudain de Kaünis, bien qu'il lui rendit sans problème et sans gêne... Le vieux voulait voyager? Il devrait s'y faire, parce que c'était ça, voyager, avec eux.

La serrant un peu plus sur lui, il lui chuchota un simple petit ''Ça va?'' à l'oreille... S'assurer qu'elle n'avait pas trop de séquelles, tout c'était passer très vite, mais maintenant ça commençait à ralentir...

Et si Kaünis tombait dans une crise, alors son père se serait tromper.

Parce qu'il y aurait un prédateur TRÈS dangereux dans cette mine.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I can feel it grow, I can hear it moan... [ Syles & Gil ]    Ven 15 Avr 2016, 23:38

Elle avait envie de hurler. S’arracher la gorge. Cracher ses poumons.
Arracher quelque chose, s’acharner sur n’importe quoi, lacérer du cuir, de la peau…

Elle tremblait de tous ses membres. Serrant soudain les poings, elle sentit ses ongles s’enfoncer dans l’épiderme de Syles. Dans ses épaules. C’était tellement fort qu’elle se demanda un instant si ce n’étaient pas des convulsions qui la secouaient. L’ébranlaient.
Elle ne contrôlait plus rien, et repoussa avec violence Syles, ce qui la déséquilibra et elle partit en arrière, les fesses premières dans la poussière des mines.

A travers un écran opaque qui venait de se former devant ses yeux, elle vit Voyage reculer précipitamment, bousculant le cheval de Syles… se mordit la lèvre. A sang.
La question de l’Envoleur résonnait dans son crâne.
Ça va ?
Non, ça n’allait pas ! Ça n’allait pas du tout !

Enfouissant son visage dans ses mains, la jeune femme serra ses doigts sur la peau de ses traits, les enfonçant dans sa chair. Douleur. La douleur, ça faisait du bien, ça remettait un peu les idées en place.
Elle sentit une main s’approcher de son épaule, et se jeta sur le côté en hurlant.

- Ne me touchez pas ! Dégagez !
Elle ne voulait voir personne.
Elle voulait rester là, prostrée dans la poussière, seule.
Seule.
Dans le noir, dans le froid.
Elle ne méritait que ça, après tout.

Dans une petite inspiration, Kaünis posa ses doigts sur la roche qu’elle venait d’atteindre, dans son dos. La terre craquela sous ses doigts, sous le coup du gel. Elle leva les yeux vers les deux hommes, alors que des mèches noires lui barraient le visage de manière effrayante.
- Vous approchez, je gèle tout. Et on meurt tous ! siffla-t-elle entre ses dents. Le temps d’une pensée, de laisser la rage posséder toutes les pores de sa peau, de tout lâcher.

Mourir de froid, finalement, c’était pas si effrayant.

Le gel commençait déjà à remonter sur ses avant-bras, se glissant entre la couche externe de son épiderme et ses vaisseaux sanguins. Il progressait en étoiles de givre scintillantes sur sa peau, montait jusqu’à ses coudes. Elle ne regardait pas ses pieds, mais elle sentait que ça faisait la même chose.

Une présence… Ce n’était pas Syles !
Elle repoussa l’ancien Envoleur violemment, de toute sa force et de toute la puissance de sa Greffe qui cessa de lui grignoter la peau pour se projeter dans le bout de ses doigts. Elle ne toucha pas la peau, mais les vêtements qui entrèrent à son contact gelèrent instantanément.

- Ne t’approche pas, espèce de gros dégueulasse !

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 757
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I can feel it grow, I can hear it moan... [ Syles & Gil ]    Sam 16 Avr 2016, 01:33

Rybris sentit un sourire monté à ses lèvres alors qu'il s'adossait à la paroi opposé de la mine. Elle était tourmenté, avait visiblement besoin d'aide, mais menaçait de les tuer. Si son fils avait été un homme normal, il se serait barré vite fait pour s'éloigner de cette folle...

Mais il n'était pas un homme normal, ordinaire. Il était son fils. L'ancien envoleur sentit son sourire s'agrandir en voyant le fils en question s'approcher de la jeune fille. Tant qu'à mourir, écraser dans ces cavernes était mieux que torturer par l'empereur ou des mentaïs.


Syles s'approcha lentement pour se positionner droit devant Kaünis qui menaçait de tout détruire. Ah alors elle ne voulait pas d'aide? Ah elle voulait qu'il la laisse s'auto-détruire?


C'est des conneries!

Sa pensée était sortie de sa bouche toute seule, presque criée... Et il fichu une claque à la jeune fille, bien sentie, la baffe.

Je t'ais déjà dis d'arrêter de faire ça, tu ne te contrôle pas? La belle affaire! Je m'en fou! VAS-Y PUTAIN! JE T'AIS TOUCHER, NON!?

Il lui attrapa le second poignet pour coller la première main de l'envoleuse droit sur son coeur avec le regard dur. Si elle voulait tout effondrer alors qu'elle y aille tient! Sinon qu'elle le tue d'abord!

Ça fait quoi, une demie-douzaine de fois que tu dis que tu vas me tuer!? J'ATTENDS TÊTE DE TS'LICHE! Tiens ta promesse! Aller! Il te suffit de lâcher un peu! Tu le sais comme moi! Une petite poussée de rage et hop! Ta greffe poussera contre mon torse, passera mes vêtements, puis attaqueras ma chair et mon coeur! VAS-Y!

Je n'ais pas peur de toi une seconde, Kaünis! Gèle ma saloperie de coeur, de toute façon c'est déjà toi qui le fait battre alors vas-y, QU'EST-CE QUE T'ATTENDS PUTAIN VAS-Y!


Le vieil homme commença à rependre sa propre greffe dans son corps... Parce que là il y allait un peu fort, le gamin, et si tout s'écroulait, sa seule chance de se protéger et de protéger son fils était de réussir à utiliser son électricité pour empêcher les rochers de faire trop de dommage... Et si quelqu'un devait mourir, pensa-t-il, ce serait lui. Ces deux là étaient beaucoup trop jeunes pour finir comme ça, ici.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I can feel it grow, I can hear it moan... [ Syles & Gil ]    Sam 16 Avr 2016, 02:15

I will burn, I will burn for you
With fire and fury. Fire and fury.
My heart hurts, my heart hurts for you.
Your love burns within me with fire and fury.

Kaüni contempla un instant sa paume, si proche du cœur de Syles. Malgré son vêtement, elle le sentait battre follement dans sa poitrine. Il lui hurlait dessus, lui hurlait de le tuer, il lui demandait ce qu’elle attendait.
En fait, elle ne savait pas. Ça faisait trop mal.

La tentation était grande. Il suffisait de pas grand-chose, elle le savait. Une micro-perte de contrôle de plus, là, alors que le givre recouvrait ses avant-bras. Une poussée de souffrance, vers l’extérieur. Vers…
Vers . Le cœur de Syles.
Ça battait férocement là-dessous. Elle devinait la vie qui palpitait dans tous ses membres, si puissante. Si désespérée, cette pulsion fébrile !

Mais il n’avait pas peur d’elle ! Il n’avait pas peur d’elle, et ce fut elle qui paniqua.
Transpercée par un nouveau souvenir.

    - On va faire quoi aujourd’hui ? Tu m’apprends à tirer à l’arc ?
    La jeune fille de douze ans avait levé les yeux vers Shun, qui semblait l’étudier avec parcimonie. Comme s’il réfléchissait à ce qu’elle venait de dire, et à plein d’autres choses en même. Kaünis fronça les sourcils, avant de planter ses poings fermés sur ses hanches en poussant un soupir.
    - Quoi ? cracha-t-elle agressivement.
    - Pourquoi tu m’attaques directement comme ça ?
    - Les gens réagissent toujours quand on les agresse. C’est plus efficace que d’être gentil.

    Sa répartie tira un sourire à Shun, dont les doigts jouèrent un instant sur la nuque de la jeune fille. Elle frissonna.
    - Je n’en serais pas si sûr, si j’étais toi. Elle haussa les épaules, alors que l’index de l’Envoleur glissait dans son dos.
    - On fait ça avant ? demanda-t-elle du bout des lèvres.
    - Tu vois qu’il y a d’autres manières d’obtenir des choses…
    - Ça compte pas,
    le coupa-t-elle abruptement. Parce que je veux bien, ça.
    - Justement, ça va dans ton sens. C’est censé être gentil, non ?

    La gamine se renfrogna, un instant, avant qu’il ne la plaque contre la table du salon brutalement.
    Ça palpitait déjà partout en elle.


Elle gémit brutalement et vraiment trop fort. Une longue plainte aigue s’échappa de sa bouche alors qu’elle poussait Syles…
Claquemura sa Greffe une seconde trop tard, sentant sous ses doigts le vêtement du jeune homme geler et sa peau refroidir. Elle fourra son poing fermé dans sa bouche et hurla ainsi, la langue contre les doigts.
Elle ne savait plus quoi faire d’autre.
Crier. Hurler. Gueuler aussi fort qu’elle le pouvait.
Elle ne voulait pas se souvenir. Elle ne voulait pas que tout ça remonte. Elle ne voulait pas avoir de quelconque responsabilité dans tout ce qui s’était déroulé pendant toutes ces années. Elle savait qu’elle s’était protégée en faisant croire qu’elle en voulait, elle le sentait dans sa tête, dans ses souvenirs, mais ces derniers, tels qu’elle les percevait… C’était de la démence pure, non ? Elle ne contrôlait rien. Juste la puissance de tout ça, en prenant les devants, pour avoir moins mal. C’était la seule chose qu’elle avait pu faire, et qu’elle avait fait.

If I freeze you are the flame.
You melt my heart, I'm washed in your rain.
I know you’ll always have the best of me.
Destiny’s got a hold on me.
Guess I never knew love like love knows me
'Cause I... I need to feel you here with me.

- Je veux pas que tu meures… gargouilla-t-elle à l’adresse de Syles, dans un murmure bullant. Ça ferait beaucoup trop mal… beaucoup plus mal que tout ça… Je veux pas que tu meures. Je veux pas… Elle avait commencé à se balancer d’avant en arrière, les bras enroulés autour des genoux, en position fœtale.
Les larmes roulaient sur ses joues.
Impossibles à arrêter.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 757
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I can feel it grow, I can hear it moan... [ Syles & Gil ]    Sam 16 Avr 2016, 02:38

L'homme calma sa greffe en soupirant... Ces deux là étaient étonnants... Et par tout les enfers il devait être fou car plus il passait de temps avec eux, plus il les appréciait!

Syles, quant-à lui, s'approcha de Kaünis pour la prendre doucement dans ses bras, la serrer contre lui. Certains auraient dit qu'elle venait de tenter de le tuer, le gel sur ses vêtements, juste devant son coeur et sa peau au même niveau un peu refroidie en étaient des preuves... Pourtant il s'en fichait vraiment et il se colla à la tête de l'envoleuse.

Si jamais un jour elle lui disait de partir quand elle avait toute sa tête, quand elle n'était pas en crise, il partirait. Car si il devait ne plus jamais la revoir pour qu'elle soit heureuse, il était prêt à en payer le prix...

Et puis après tout, il connaissait plusieurs beaux endroits pour se jeter dans le vide.

Il poussa cette pense hors de son crâne en déposant un baiser contre la joue tremblotante de la jeune femme.


Je ne veux pas que tu affronte tout ça seule, Kaünis. Je t'aime et si tu souffre, je veux pouvoir souffrir avec toi.

Si je peux ne serait-ce que te faire sourire pour de vrai, juste une seconde, alors ma vie n'aura pas été sans sens...


C'était presque mignon, se dit l'ancien envoleur... S'il n'avait pas s'agit là des deux personnes qui avaient faillis se tuer l'une l'autre il y avait à peine un instant, ça l'aurait été, pensa-t-il.

Enfin bref, le jeune homme pouvait encore se faire trucider hein, parce qu'une greffe de glaçon, ça restait très mais alors TRÈS risqué.

Et si l’électricité était une forme d'énergie capable de créer un feu, il doutait de pouvoir vraiment contrer cette glacière vivante.

Ça prenait bien son fils pour tomber amoureux d'une telle fille...

Et pourquoi il était fier, lui?!

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I can feel it grow, I can hear it moan... [ Syles & Gil ]    Sam 16 Avr 2016, 03:01

Chaleur.
Kaünis frissonna dans les bras de Syles qui venaient de se refermer sur elle. Elle avait froid, soudain. Elle savait pourquoi, mais cela ne la réconfortait pas vraiment. Fourrant son visage contre le torse du jeune homme, elle inspira son odeur comme une droguée, en fermant les yeux. Sa narine droite était complètement bouchée, mais elle s’en fichait, et renifla bruyamment pour tenter de juguler un peu ses sanglots alors que Syles tentait de communiquer avec elle.
Il était mal barré, le pauvre.

- Je t'aime et si tu souffres, je veux pouvoir souffrir avec toi.
* Ça n’a aucun sens ! * Elle avait encore envie de crier. De lui arracher la peau, là, pour qu’il comprenne que la souffrance, ça menait à rien. Vraiment à rien. Il ne pouvait pas souffrir avec elle, de toutes façons, il n’aurait jamais la même douleur. Les mêmes souvenirs. La même vie !
Il ne pouvait pas comprendre !

Elle tenta de se dégager, mais il la serrait trop fort, et elle était trop faible, là tout de suite.
De toutes façons, elle ne voulait pas qu’il comprenne ! Elle ne voulait pas qu’il ait aussi mal qu’elle ! Ça n’apporterait rien à personne ! Elle devait apprendre à gérer tout ça, mais c’était trop neuf, trop vif… Les souvenirs la brûlaient, ils étaient trop nombreux. Elle se dégoutait elle-même, et elle ne voulait pas entraîner Syles là-dedans.
- Si je peux ne serait-ce que te faire sourire pour de vrai, juste une seconde, alors ma vie n'aura pas été sans sens...
Kaünis serra les dents. Elle avait envie de le pousser, elle essayait, mais n’y parvenait pas vraiment.

En fait, sa conscience lui disait de s’en aller, de le laisser là.
C’était ce qu’elle avait de mieux à faire, pour lui. Elle ne voulait pas lui faire de mal, encore, elle voulait éviter d’en refaire en tout cas… Au moins, si elle partait, il aurait mal une bonne fois pour toutes, puis il irait mieux. Il trouverait quelqu’un d’autre, de moins dangereux qu’elle, de plus simple, de plus gérable, de… mieux quoi ! C’était pas difficile à trouver, et elle le savait ; elle était très, très, très loin d’être parfaite en quoi que ce soit ! Surtout en relations humaines ! Il pourrait se trouver une bonne petite nana, qui tenterait pas de le tuer tous les trois jours ! Qui serait plus équilibrée ! Qui déblatèrerait pas des conneries à longueur de journées ! Qui ne pleurerait pas pour rien, comme elle était en train de le faire !

Et pourtant, quelque chose poussait, dans son inconscient, et s’accrochait à Syles comme à une bouée de sauvetage.
Parce qu’il la faisait aller mieux, parce qu’au fond, il avait du caractère et s’il ne voulait plus d’elle, il pouvait bien se barrer. Il pouvait être sans cœur lui aussi, ou réfléchir comme elle et décider que c’était mieux pour tout le monde s’il s’en allait pour ne plus la revoir. Pourtant, il était encore là. Si un jour, il en avait marre, il se barrerait, mais tant qu’il était là, ça voulait dire qu’elle pouvait compter un minimum sur lui, non ? Il lui permettait de lutter un peu contre tous ces souvenirs, contre toute cette souffrance. Il agissait littéralement comme une drogue sur elle, elle avait besoin de sa dose sinon elle partait en état de manque catastrophique parce qu’elle ne savait plus rien gérer dans son corps, dans sa tête, dans sa vie.

Au bout de combien de temps ses sanglots commencèrent-ils à se tarir un peu ? Elle ne savait pas, et on ne voyait pas passer le temps dans ces mines. Les chevaux renâclaient, plus loin, et petit à petit les sens de Kaünis se rouvraient. Elle entendait goutter quelques perles d’eau plus loin, la respiration des animaux, celle haletante du loup, celle presque imperceptible de Rybris.
Et là, contre son oreille droite, le cœur de Syles. Il battait désormais à grands coups réguliers, et ce son la rassura profondément.

Elle renifla une dernière fois, avant de fermer les paupières un instant. Essuyant son nez contre les vêtements de Syles – elle avait les bras coincés – elle roula des épaules pour se dégager gentiment de son étreinte. Ils allaient être en retard pour l’ouverture du passage pour sortir de là.
- On devrait bouger… articula-t-elle avec difficulté, la voix rauque d’avoir trop parlé. Elle frotta ses yeux pour en dégager les dernières larmes qui tentaient de s’y accrocher et se releva doucement, dépliant délicatement ses jambes restées trop longtemps sans bouger…

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 757
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I can feel it grow, I can hear it moan... [ Syles & Gil ]    Sam 16 Avr 2016, 03:33

Rybris n'en demanda pas plus, il décroisa les jambes et commença à bouger en même temps que ses jeunes compagnons.

Si elle disait de bouger, il bougeait. C'était simple, ça voulait dire que pour l'instant, elle pouvait continuer... Et puis ils avaient un peu un horaire à respecter, aussi.

Syles, quant-à lui, prit le message en restant néanmoins près de Kaünis... Et en se préparant au cas où elle serait prise d'une nouvelle crise.

Plus simple de s'éloigner, de la laisser se démerder, lui soufflait son inconscient... Il repoussa ces pensés en même temps qu'un énorme rugissement dans son crâne... Ben voilà, Lynx et lui étaient d'accord. Pas question de se barrer. Et puis ce qui était simple n'était pas marrant... Mais vivement qu'ils soient de sortis puis entrés de nouveau dans l'empire, qu'il se débarrasse de son père et qu'il puisse tenté de l'aider à se remettre d'une façon quelconque dans une atmosphère plus calme.

Et puis ils avaient beau attirés les ennuis, il ne pouvait pas vraiment voir comment ça aurait put être pire que d'être pourchassé par la moitié des troupes de l'empire et forcé de passer chez les raïs pour ressortir ailleurs.

C'est pas comme s'ils cherchaient les problèmes, en ce moment... Ils essayaient, au contraire, d'être calme, un peu... Pour quelque jours, se sauver de tout ça... Mais le calme, il n'était pas sûr qu'il en reste en Gwendalavir...

Peut-être que c'était calme, les nimurdes...

Les hommes de l'empereur ne les chercheraient pas là bas, si?

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I can feel it grow, I can hear it moan... [ Syles & Gil ]    Sam 16 Avr 2016, 03:53

Le silence les entourait, mais cela ne dérangeait pas Kaünis plus que ça.
La tempête dans sa tête s’était calmée – momentanément en tout cas, et c’était toujours ça de pris – et ils marchaient dans les mines. Ils n’étaient pas vraiment tous sur la même ligne de marche, et elle s’en fichait. Si elle avait pu, elle se serait foutue tout derrière, et personne n’aurait entendu parler d’elle.
Bon, en l’occurrence, derrière, c’étaient les chevaux. Rybris marchait toujours avec son loup dans les jambes, et la jeune femme se demandait comment il pouvait supporter un truc pareil. Sa présence était juste affreusement désagréable pour l’Envoleuse, et elle n’avait qu’une envie : lui donner un coup sur le crâne pour qu'il ne soit juste plus là.

Ils campèrent encore quatre ou cinq fois, elle ne savait pas exactement, et elle s’en fichait.
Elle ne pensait qu’à une chose : sortir de ces putains de souterrains. Elle n’en pouvait plus, de ces couloirs noirs, du moindre bruit qui résonnait des heures, de tout ça ! De se retrouver obligée d’évoluer dans un endroit si exigu aux côté d’un mec trop vieux à son goût, qui en plus les épiait le soir alors qu’elle aurait voulu pouvoir se vautrer dans le sexe. S’y abandonner pour oublier le reste. Laisser le contrôle à Syles, un peu, relâcher toutes les tensions qui ne cessaient de croitre dans tout son corps. Et elle ne pouvait pas. Et elle était horriblement frustrée de tout ça.

Elle était même en train de mettre en place un plan, dans sa tête, pour assommer le vieux d’une manière ou d’une autre et être tranquille le temps d’une heure ou deux. Comme ça il ne pourrait pas grogner, ou en tout cas, elle ne verrait pas dans son regard qu’il les avait entendus et qu’il pensait trop. Ça lui tirait des frissons de dégoût, et elle avait cessé de demander quoi que ce soit à Syles dès le second soir à cause de ça. Mais la chaleur dans son ventre en devenait insupportable, et elle ne parvenait pas à se concentrer sur autre chose que là-dessus, alors que tout son corps était tendu vers le souffle de Syles et en guettait la moindre accélération.
C’était grave.

Pourtant, quand enfin elle perçut la fin d’un tunnel, un long soupir de soulagement passa ses lèvres.
- Putain, c’est pas trop tôt ! bougonna-t-elle  pour elle-même. Elle s’arrêta à deux mètres du gros rocher qui barrait leur route, parfaitement scellé dans le tunnel, et regarda Rybris qui tapotait contre la pierre comme pour donner un signal. Elle allait se moquer de lui en demandant s’il picorait bien son pain dur – elle devait avoir faim – quand la pierre pivota et que le soleil extérieur l’éblouit brusquement.
Lâchant un grognement, la jeune femme attrapa Voyage par la bride et la fit sortir avec détermination de la mine en premier, bousculant le loup qui lui grogna dessus.
Elle ne put s’empêcher de grogner elle aussi, alors que sa jument faisait un brusque écart sur le côté.

Montant souplement sur sa selle, l’Envoleuse échangea un rapide coup d’œil avec Syles.
Il voulait faire quoi au juste ?
Parce qu’elle, elle n’avait qu’une envie : se barrer et ne plus revoir l’ancien Envoleur. Juste au revoir, adieu, vacances. Pas de prochaine fois… Ou alors dans très longtemps. Au moins des mois. Pas envie de le recroiser avant, elle avait besoin de tranquillité. Elle en avait marre, là. Elle voulait juste ne plus se prendre la tête.

Forêt de Barail ? Pays Faël ?

Elle n’avait pas envie de monter au Nord, il faisait froid là-haut, et elle avait suffisamment eu froid comme ça.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 757
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I can feel it grow, I can hear it moan... [ Syles & Gil ]    Sam 16 Avr 2016, 18:01

Le vieil homme n'était pas stupide et il savait très bien quand il n'était pas le bienvenu. Sans échanger un mot, un regard, il monta argent et s'élança au galop vers le nord... Il n'avait pas vraiment de destination, aussi se dit-il qu'il irait chercher des problèmes chez les raïs. Et puis si jamais son fils voulait le revoir, il le trouverait. Pas facilement, mais il le trouverais.

Syles, de son côté, se demanda un instant où aller en voyant Kaünis le regarder un moment... Puis vérifia ses provisions. Il n'avait pas prévu ce détour, ce qui faisait qu'il devait passer par une ville ne serait-ce que pour refaire son stock un peu avant ombreuse... S'ils passaient au domaine.


J'ai pas assez de provisions pour retourner au domaine, à peine, mais quand même...

Avec tout ça je n'aime pas l'idée de passer par une ville, mais... Al-Far est probablement mieux qu'une autre, je suppose.


Il attendit l'avis de l'envoleuse, après tout elle pouvait aussi vouloir être seule, bien qu'il en doutait un peu...

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I can feel it grow, I can hear it moan... [ Syles & Gil ]    Lun 18 Avr 2016, 20:10

Oh, le changement d’ambiance n’échappa à Kaünis. Elle savait que c’était même sans doute sa propre attitude qui l’avait faite autant se refroidir – mais refroidir les gens, après tout, c’était sa spécialité. A vrai dire, elle s’en foutait, même. Alors quand Rybris s’en alla au galop vers le Nord, sans même un regard en arrière, elle ne put s’empêcher d’avoir un petit sourire satisfait. En fait, il était bien ce mec. Pas trop prise de tête, il comprenait même les messages silencieux. Finalement, il était pas si mal comme compagnon de voyage, mais elle avait juste besoin d’être tranquille.
Avec Syles, au moins, elle savait qu’elle avait pas à faire semblant de quoi que ce soit – même si c’était pas son truc de faire semblant. Elle préférait s’exprimer, et merde si ça faisait chier les gens. Non, mieux : elle adorait leur tirer des réactions.

- Je n’ai pas assez de provisions pour retourner au Domaine, à peine, mais quand même…
Oh, il voulait retourner au Domaine ? Elle n’était pas sûre de vouloir retourner dans la cité du Chaos, là tout de suite. Elle avait vraiment besoin de… vacances ? Que personne ne vienne la faire chier. De ne pas voir de gardes de l’Empereur, ni rien. Juste… Elle sentait que son état mental était trop fragile, et ça l’énervait affreusement. Elle avait bien besoin de se retrouver, en fait.
Peut-être, même, se retrouver seule… Elle jeta un coup d’œil à Syles. Lui aussi semblait au bord du gouffre, quand on observait son attitude d’habitude si droite, il avait les épaules légèrement affaissées… Pour n’importe qui, cela n’était pas visible, mais Kaünis commençait à connaître plus que de raison le jeune homme, et ça lui sautait un peu aux yeux.
Ils avaient tous les deux besoin de vacances.

- Avec tout ça, j’aime pas l’idée de passer par une ville mais… Al-Far est probablement mieux qu’une autre, je suppose.
L’Envoleuse hocha la tête.
- Se trouver dans la ville au plus haut taux d’assassinat dans tout l’Empire… La bonne planque quoi ! De toutes façons, on y passe que pour quelques heures, je suppose, le temps de prendre ce dont on a besoin.

Elle eut un petit sourire à l’adresse de Syles, avant de se mordre la lèvre inférieure.
En fait, elle n’avait pas envie d’être seule. Elle voulait surtout être seule avec Syles… L’idée de voyager seulement avec lui diffusait une chaleur agréable dans son ventre.

Bon, allez, Al-Far.
Ça serait rapide, comme détour, avant de partir autre part.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[-18] I can feel it grow, I can hear it moan... [ Syles & Gil ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» Rosemary > Can you make it feel like home ?
» Sahara ▬ I feel so close to you right now, it's a force feel [DONE]
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Plateaux et montagnes de l'est-
Sauter vers: