AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Comme des frères [Seth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 974
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Comme des frères [Seth]   Jeu 21 Avr 2016, 18:56

Gil acheva de s’occuper du cheval en soupirant. Ils l’avaient surnommé « Tête de Pioche », parce que c’était un canasson bai dun qui n’était pas très alerte. Il avait songé à un nom bien moins flatteur encore, mais par égard pour les jeunes oreilles de Mak, il s’était rangé à son opinion. Tête de Pioche, ça lui allait très bien, à ce bougre. Il le laissa brouter tout son saoul, estimant qu’après une telle chevauchée il l’avait amplement mérité. N’eut-ce été Makeno, il l’aurait probablement poussé jusque dans ses dernières limites… Epuisé, Tête de Pioche s’était arrêté un peu avant Ombreuse. Ils avaient continué à pied pour ménager l’animal, mais celui-ci n’était pas le seul qui avait besoin de faire une pause : en voyant Makeno bâiller, Gil avait pris sa décision. Ils s’étaient installés sous les premiers arbres pour que leur feuillage les protège de la pluie qui ne cessait de tomber en un fin rideau glacial, et Gil avait laissé le garçon cueillir quelques baies pendant qu’il soignait Tête de Pioche. Il lui avait demandé de ne pas s’éloigner et n’avait pas à tendre l’oreille pour percevoir le son raffut dans les broussailles.

Jusqu’au cri. Strident, terrifié, qui fit réagir l’Envoleur en un quart de seconde, peut-être moins. Il se précipita à travers la végétation mouillée, surgit près de Makeno et évalua la situation, prêt à se battre comme un lion s’il le fallait pour que l’enfant puisse s’enfuir. Il cligna des yeux, stupéfait. Rien… Ah, si. Dressée devant le petit garçon glacé de peur, une vipère d’une taille pour le moins impressionnante sifflait sa colère d’avoir été dérangée. Gil s’accroupit et tendit la main.

- Fais pas ça ! murmura Makeno d’une voix blanche.

Les doigts de Gil se refermèrent sur la tête du reptile. Il le souleva de terre et le regarda se tortiller, incapable de le mordre dans cette position ; s’il serrait davantage, il étranglerait la bête. Ce n’était pas son intention. Toujours accroupi devant Makeno, il leva le bras et lui présenta sa proie ; l’enfant fit un pas en arrière, prêt à décamper. Il était pâle comme un mort et ses yeux brillaient de terreur.

- Touche-le.
- Non !
- Mak, fais ce que je te dis. Touche ce serpent.
- J’ai peur…
- Justement.


Sidéré, Makeno osa détourner les yeux de la vipère qui se tortillait pour croiser le regard impassible de Gil. C’est ce qui le rassura : cette impassibilité sans faille, ce calme dont l’homme faisait preuve alors qu’il tenait un reptile furieux entre ses mains. Si Gil était si tranquille, il n’y avait aucune raison d’avoir peur… n’est-ce pas ? L’enfant observa à nouveau l’animal et déglutit péniblement. Il n’aimait pas les serpents depuis toujours. Il se souvenait de Seth le taquinant à ce sujet, de Naïs intervenant pour le rassurer lorsqu’il en faisait des cauchemars. Il frissonna. Toucher cette bête ? Il n’en était pas capable.

- Vas-y.

Ordre, encouragement ? Impossible de faire la différence, mais Makeno décida que c’était un audacieux mélange des deux, et fit un pas en avant. Puis un autre. Il était très raide et son cœur cognait contre sa poitrine. Il tendit la main, l’éloigna, écoeuré. Approcha de nouveau ses doigts et, enfin, effleura la petite tête triangulaire, en prenant bien soin de ne pas être à la portée de ses crochets venimeux. Dès qu’il eut accompli son geste, Makeno bondit en arrière. Il avait réussi ! Il se frottait les doigts contre ses vêtements pour oublier la sensation dure et froide, mais il avait réussi ! Gil se redressa et jeta l’animal le plus loin possible dans les fourrés. Puis il retourna vers Tête de Pioche, sans lâcher un seul mot.

Il n’avait pas dit grand-chose depuis qu’ils avaient quitté Al-far, au beau milieu de la nuit. A présent le soleil était haut dans le ciel, l’après-midi était sérieusement entamée, et Makeno avait sommeil. Il suivit Gil et s’assit entre les racines noueuses d’un chêne pour grignoter quelques baies. Son estomac était encore noué par la peur qui s’attardait encore en lui mais son exploit le rendait fébrile : quand il raconterait ça à sa mère, elle ne le croirait pas, c’était certain ! Soudain, son regard dépareillé s’assombrit. Première fois qu’il pensait à Naïs depuis qu’il l’avait laissée dans les bras de Pan. Il se demanda un instant si elle lui en voulait d’être parti sans rien dire. Peut-être qu’elle le cherchait partout ? Peut-être qu’elle était en colère ? Peut-être aurait-il dû dire la vérité à Gil ? Il ramena les genoux contre sa poitrine, indécis. En suivant l’Envoleur, il s’était senti grand. C’était une aventure, c’était forcément dangereux puisque Gil attirait les ennuis comme des mouches, mais là, s’il lui disait qu’ils retournaient finalement à Al-Far, il ne dirait pas non… Il frissonna. La fatigue, l’humidité lui donnaient froid. Il tressaillit lorsque le manteau de Gil tomba sur ses épaules.

- Essaie de dormir, marmonna ce dernier en s’allongeant à côté de lui.

Il n’avait pas mangé de baies, mais Makeno n’en avait croqué lui-même qu’une petite poignée : il avait davantage sommeil que faim. Alors il se roula en boule sous le grand manteau noir imprégné de l’odeur de son compagnon. Il était mieux, mais… Il jeta un coup d’œil par-dessus son épaule. Gil lui tournait le dos et semblait dormir. Le garçon se mordit la lèvre. Et se mit à remuer doucement. Il se décala vers l’arrière jusqu’à ce que son dos se colle contre celui de l’Envoleur. Le simple fait de sentir sa chaleur contre lui rassura l’enfant qui s’endormit aussitôt.
Gil, lui, resta immobile et les yeux grand ouverts.



*



Il avait dû s’assoupir une petite heure, car la lumière avait un peu décliné lorsqu’il ouvrit les yeux. Gil se redressa sur un coude et tourna la tête pour regarder Makeno qui dormait à poings fermés. Seules quelques mèches sombres s’échappaient de sous le manteau. Il l’observa un petit moment, puis décida de le laisser dormir encore un peu et se leva. Il s’étira doucement, grimaçant lorsque ses muscles fourbus lui rappelèrent à quel point il avait douillé ces derniers jours. Les Rêveurs avaient accomplis des miracles, une fois de plus, mais il se remettait quand même moins vite qu’auparavant. L’âge n’était pas seul en cause. Gil savait très bien qu’à force d’enchaîner les coups durs, son corps fatiguait et n’avait pas le temps de se rétablir aussi bien qu’il le souhaiterait. Des vacances, songea-t-il avec envie. Une petite île isolée du reste du monde, Libertée, Suviyo et le silence… Il chassa cette idée d’un haussement d’épaules. Pour commencer, il devait retrouver Libertée. Et puis visiblement, il ne pouvait pas s’éloigner sans que toute la bande ne lui tombe dessus.

Après un dernier regard en direction de Makeno, Gil s’enfonça sous les arbres pour soulager un besoin urgent. Il frissonna lorsque des gouttes de pluie tombèrent des feuilles pour rouler sur la peau nue de son torse. Il avait abandonné sa chemise, en bien trop mauvais état pour couvrir quoi que ce soit. Son pantalon était tâché de sang séché et déchiré par endroits. On aurait dit qu’il revenait de l’enfer… ce qui n’était pas faux. Il allait quand même falloir acheter de nouveaux vêtements, et de quoi manger ; les baies n’allaient pas les nourrir indéfiniment ! Gil en était là de ses projets lorsque son sixième sens détecta le poids d’un regard dans son dos. Il remonta sa braguette et se retourna assez vivement pour attraper l’intrus directement à la gorge. Heureusement que son esprit aussi était vif. Il écarquille les yeux et lâcha prise avant de broyer la nuque du jeune homme qu’il venait de reconnaître. Enfer, mais…

- Qu’est-ce que tu fais ici ?

Le regard mordoré de Seth, si proche de celui de Naïs, lui retournait visiblement sa question.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Jol
Groupe Geko
avatar

Nombre de messages : 107
Citation : "Vis comme si tu devais mourir demain, apprends comme si tu devais vivre toujours"
Date d'inscription : 31/12/2014

Feuille de personnage
Age: 21 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Il connaît le Domaine comme sa poche/ Il avait un frère jumeau

MessageSujet: Re: Comme des frères [Seth]   Sam 13 Aoû 2016, 19:24

Seth soupira longuement alors qu’il se redressait lentement sur son lit. Pour une fois, il n’était pas tout seul dans le dortoir : deux autres jeunes hommes, un peu plus âgés que lui dormaient à poings fermés à cette heure avancée de la nuit. Oh, ce n’était ni les ronflements sonores de l’un, ni les balbutiements ensommeillés de l’autre qui l’avaient tiré du sommeil. Non, cela faisait déjà plusieurs jours que l’adolescent ne parvenait pas à fermer l’œil sans faire d’affreux cauchemars. Il avait l’estomac noué et une boule dans la gorge qui l’empêchait presque de respirer par moments. Cela faisait des années qu’il n’avait pas été à une crise d’angoisse aussi intense que celle qui l’avait secoué chez Milo ; heureusement, la douceur et la compréhension de Libertée avaient fini par le calmer au bout de longues minutes. Mais de douloureux souvenirs s’étaient réveillés en lui ce jour-là. Des souvenirs qu’il aurait voulu garder enfoui.

Se passant une main sur son front en sueur, le jeune garçon cligna des yeux brièvement dans la pénombre. Puis alors qu’il jetait un coup d’œil par la fenêtre, il remarqua que les premières lueurs de l’aube éclairaient vaguement l’horizon. Il ne ferait pas jour avant au moins une ou deux heures, mais l’apprenti su qu’il ne parviendrait plus à retrouver le sommeil pour cette nuit. Se levant sur la pointe des pieds pour ne pas réveiller ses deux compagnons de chambrée, Seth s’approcha de la seule bassine du dortoir. Lorsqu’il s’humidifia le visage, il sentit clairement les battements de son cœur ralentir doucement. Et ses épaules se détendre d’un seul coup. Après avoir attrapé un maigre paquetage, le jeune garçon s’éclipsa hors du dortoir, ombre parmi les ombres.

Le gamin ne fut pas étonné de croiser quelques silhouettes encapuchonnées dans le dédale des couloirs sombres de l’Académie. D’un pas d’énergique, Seth dévala les escaliers de l’entrée principale quatre à quatre. La lourde porte en bois vieilli ne grinça même pas alors qu’il la refermait avec délicatesse. Dehors, la nuit était fraîche, mais largement agréable. Les rayons pâles de la lune éclairaient généreusement les abords de l’école. Le jeune apprenti prit le temps de fermer les yeux un instant pour inspirer profondément l’air frais empreint de rosée matinale. Lorsqu’il pénétra dans les écuries, Tornade leva presque aussitôt sa grosse tête pour piaffer de plaisir. Sa façon bien à elle de saluer son jeune maître. Un sourire en coin sur les lèvres, le garçon s’approcha de la jolie jument et alors qu’il allait poser la main sur son doux chanfrein, une drôle de sensation le tenailla. Une sensation brûlante. Juste-là, dans son cou. Quelqu'un l'observait dans la pénombre des écuries ! Par réflexe, il se retourna brusquement en adoptant une posture clairement défensive. Avant de reconnaître un visage familier à la lueur chiche des flammes.

« Oh, je ne m'attendais pas à te voir ici... » fit Seth en gratifiant Mîin d'un large sourire.

Le Marchombre se contenta de rester bras croisés pendant plusieurs secondes avec un petit sourire sur le coin des lèvres. Le jeune apprenti était ravi de revoir l'homme ; oh, il ne le connaissait pas depuis très longtemps mais il se sentait proche de lui, comme si une puissante connexion existait entre eux. Atal lui ressemblait un peu d'une certaine manière, dans son caractère du moins. Et c'était ce que Seth aimait chez Mîin : il était quelqu'un de simple et profondément bienveillant. Et par dessus tout, il était très attentif au bonheur de ses proches. L'adolescent trouvait parfois étonnant qu'un homme comme Mîin ait pu avoir deux filles comme Libertée et Naïs, au tempérament sauvage et indomptable.

« Je passais dans le coin, alors je me suis dit que ce serait une bonne occasion de discuter tous les deux » le salua Mîin en lui lancant un clin d'oeil rose.

Le jeune garçon haussa un sourcil d'un air interrogateur. Mîin et Voëlle passaient normalement la plupart de leur temps cachés. Un Marchombre et une Envoleuse, cela n'avait pas plu aux hautes sphères du Chaos, et depuis que leur relation a été découverte, ils n'avaient cessé de fuir à la moindre menace. Ce n'était donc pas dans le genre du couple de voyager, de se déplacer, sans aucune raison valable. A tous les coups, il était au courant. Au courant pour cette impressionnante crise d'angoisse qui l'avait ébranlé quelques semaines plus tôt, alors qu'il n'en avait plus fait depuis plusieurs années. Rien que d'y penser, une boule d'inquiétude se forma au fond de sa gorge, lui faisant presque mal. Soudain mal à l'aise, Seth se gratta un instant l'arrière du crâne avant de plonger son regard profondément doré dans celui de Mîin.

« Je suis content que tu sois là » avoua le jeune homme.
« Qu'est-ce que tu dirais d'aller prendre l'air ? » souria le Marchombre d'une voix douce et profondément calme.

Presque aussitôt Seth approuva d'un signe de la tête. Les deux hommes commencèrent alors à s'éloigner, à pas tranquilles. Pour s'enfoncer dans la nuit.



La pluie glacée, tombant en fines gouttes, ne les dérangeaient absolument pas. Loin de là. Les deux hommes avaient déniché un petit bosquet à l'abri des feuilles d'un chêne massif et imposant. Ils avaient longuement discuté Morgan tous les deux, chose que Seth ne faisait pratiquement jamais. Même avec sa mère. Il y avait longtemps qu'il ne s'était pas livré à ce point à quelqu'un. Et à chaque fois, Mîin trouvait les mots justes. Qui lui allait droit au coeur. Pourtant, le Marchombre n'avait jamais connu son frère jumeau, assassiné alors qu'il n'était encore qu'un petit garçon pour la seule raison que son existence dérangeait. La même raison pour laquelle il avait dû vivre caché pendant de nombreuses années. Pendant tout ce temps, la blessure provoquée par la mort de son jumeau ne s'était jamais vraiment refermée en lui. Même s'il ne le montrait que rarement. Mais là, maintenant, l'adolescent se sentait un peu plus apaisé à chaque fois qu'il plongeait son regard dans celui de Mîin. Un regard profondément rose, dont Morgan avait hérité en partie. En partie, parce dans ses souvenirs qui lui revenaient par flash, il revoyait clairement l'orange des yeux de jumeau, tirant sur des teintes plus roses selon la lumière.

Seth jeta un bref regard derrière son épaule. Le regard de Mîin brillait de malice, sa question en suspens dans l'air. Le jeune garçon fit planer le mystère encore pendant de longues secondes alors qu'il soupesait distraitement la pierre plate dans la paume de sa main. Lisse. Parfaite pour réussir quelques ricochets sur la surface tranquille du lac Chen. La pluie continuait de tomber et un nuage de brume était tombé à l'horizon, ce qui empêchait désormais de distinguer l'autre rive du lac. L'apprenti prit une inspiration ample et profonde. Laissa tomber son regard doré sur la surface du lac, d'un gris bleuté qui lui faisait miroiter son image. Et puis, il lança. Un. Deux. Trois. Quatre. Cinq. Six. Sept. Et huit. Huit richochets. La petite roche plate  effectua huit richochets avant de s'enfoncer dans les profondeurs de Chen.

« Elle est plutôt jolie ouais » répondit enfin Seth en restant ainsi, face au lac, pendant un bref instant « Mais c'est un vrai courant d'air cette fille, elle ne sait pas se poser deux minutes ! » ajouta-il avec un air à moitié dépité.
« Si tu veux mon avis, je crois que c'est une... particuliraté propre à la gente féminine » affirma Mîin, visiblement très amusé.
« Ouais, j'imagine que tu en connais un rayon avec ce genre de femmes ! » plaisanta Seth.

Mîin partit dans un immense éclat de rire. Presque aussitôt, Seth se laissa lui aussi gagner par un fou-rire comme il n'en n'avait pas eu depuis longtemps. C'était à tel point qu'il en avait les larmes aux yeux et mal aux abdominaux. Il leur fallut de longues minutes avant de réussir à se calmer, tous les deux. Et quand ils y parvinrent, l'apprenti réalisa soudain qu'il était en proie au besoin urgent de vider sa vessie, qu'il ignorait soigneusement depuis qu'ils s'étaient tranquillement installés dans ce bosquet. S'essuyant le coin des yeux, il avisa brièvement  le Marchombre qu'il devait s'éloigner un instant. Seth n'attendit pas sa réponse pour s'enfoncer dans les épais fourrés. Il marcha ainsi quelques minutes avant de s'arrêter net : là, devant lui, se tenait un homme d'une stature plutôt imposante. Il était de dos, mais... Cette tignasse noire indisciplinée, ces vêtements,... Pas de doute ! C'était bien Gil ! Et parce qu'il s'attendait parfaitement à cette réaction de la part de l'Envoleur, il n'esquissa même pas un mouvement, lorsque celui-ci le prit à la gorge. Avant de le relâcher immédiatement en le reconnaissant.

« La même chose que toi apparemment... » plaisanta Seth en s'amusant de l'air parfaitement médusé de Gil.[/b]












[Rolalah, je suis vraiment désolée pour tout ce retard ! Il s'est vraiment passé tellement de choses de mon côté ces dernières semaines, je n'ai pas trop eu de temps à consacrer au forum, mais je serai plus rapide la prochaine fois, promis ! Very Happy ]

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Comme des frères [Seth]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots.
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Lac Chen-
Sauter vers: