AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Certains membres prennent un an !

Pour voir si votre personnage est concerné,
merci de consulter ce sujet !

Si d'ici deux semaines, vous n'avez pas ajouté l'année à votre personnage,
vous serez sorti de votre groupe.
Si d'ici un mois cela n'est toujours pas fait, cela sera un avertissement !

Partagez | 
 

 [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Narek Liam
Groupe Maisel


Nombre de messages : 254
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges.

MessageSujet: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Sam 23 Avr 2016, 01:08

Narek regardait les instruments offerts... Luth, luth, luth... C'était joli et tout, mais il en avait déjà une bien mieux, ce qu'il cherchait était très différent et il n'en trouva pas. Soupirant, il allait abandonné quand un homme qui semblait aveugle de l'oeil droit lui fit signe de venir le voir, de loin.

Il ne savait pas pourquoi il s'approchait jusqu'à ce qu'il la vit. Une guitare. Merveilleuse. Six cordes, merveilleuse par ses symboles gravés... Une oeuvre d'art. Il voulut payer, mais l'homme lui fit signe que non, qu'il ne prenait pas l'argent, expliqua-t-il, qu'il travaillait rarement pour les autres...

Le jeune homme lui donne donc un échange qu'il finit par accepter, son luth, magnifique, contre cet instrument qui, de toute façon, pouvait faire les même tonalités.

Appréciant l'instrument des yeux un instant, le jeune homme de dirigea vers la première taverne qu'il avait vu, impatient de l'essayer, et s'installa sur une chaise sans demander plus, grattant les cordes une à une pour ajuster légèrement le son.

Il se sentait prêt, mais il lui manquait quelque chose, il n'avait encore jamais jouer de guitare, il voulait avoir un rythme juste, aussi commença-t-il par simplement frapper du pied un moment pour établir le tempo relativement rapide en frappant le même légèrement sur la caisse de son de son instrument avec ses mains...

Puis les bougèrent vers le cordes pour jouer un air avec un tempo qui n'était ni lent ni trop rapide, juste parfait pour être apprécier... Tellement parfait que le silence se fit dans la taverne. C'était comme quand il parcourait le monde ainsi, la musique était une langue universelle.

L'apprenti marchombre grattait les cordes avec une assurance que des années comme barde avaient ancré en lui. Bientôt, un cercle c'était formé autour de lui et, sans qu'il ne demande rien, on lui avait servit une choppe. Il était bien comme ça. Ni un barde, ni un marchombre, un marchombre musical, un mélange entre les deux.

Relevant les yeux un instant, il remarqua une tête qu'il connaissait, au premier rang... Une tête toute bleue! Souriant en pensant qu'il recroisait Syndrell si tôt, le garçon se leva sans s'arrêter de jouer pour s'approcher et lui murmurer quelque chose à l'oreille avant de planter un léger baiser sur sa joue et de s'éloigner de quelque pas.


Tu danse?

Son sourire s'était agrandi devant le regard doré. Il lui avait laisser une flûte, la dernière fois, cette fois il pourrait peut-être lui apprendre à s'en servir. La musique, c'était l'harmonie des sons, pensa-t-il.

Et une maître marchombre, ça devait bien assez connaître l'harmonie pour sentir le rythme, non?

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin


Nombre de messages : 4250
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Sam 23 Avr 2016, 03:31


- Tu sais jouer ?
- Je sais jouer.


Affirmation issue d’un mensonge, puisque Syndrell n’avait jamais joué au Haman Lô de sa vie. Mais elle avait longuement observé la partie disputée par les deux hommes et elle avait envie d’essayer. Encore une fois portée par sa trop grande curiosité.

- Tu as de quoi parier ?

Sans un mot, Syndrell ouvrit sa bourse et jeta deux pièces sur la table. Il ne lui restait pas grand-chose mais, si jamais elle remportait la partie, elle pourrait peut-être acheter une nouvelle selle à Vagabond, afin de remplacer l’actuelle, usée par le quotidien.

Impassible, elle s’assit en face de l’homme qu’elle défiait. Il avait un visage peu amène mais elle s’en moquait : elle était là pour jouer.


- Rouge ou bleu ?
- Bleu.


L’arbitre de la partie distribua les petites pierres colorées et attendit que les deux joueurs se tiennent prêts pour retourner le sablier et frapper dans ses mains. Une minute pour réaliser un dessin plus impressionnant que celui de son adversaire ? C’était difficile, il était visiblement doué et Syndrell dut tout donner pour dissimuler qu’elle était novice.

C’était toutefois dans le jeu, et uniquement dans le jeu qu’elle débutait. Pour le reste, la marchombre était en terrain familier : vitesse, tactique, vivacité d’esprit… sa main libre volait au-dessus du plateau tandis qu’elle plaçait ses pierres avec concentration. Une minute plus tard, un claquement de mains marqua la fin du jeu.

Les pierres rouges formaient une jonque particulièrement belle et détaillée. Syndrell lui trouva beaucoup plus de technique que la loutre bleue qui scintillait dans la lumière du soleil et l’arbitre fut clair : la jonque l’emportait. Abandonnant son or, la marchombre se leva mais son adversaire la retint un bref instant par le poignet.


- C’était bien joué. Tu ne veux pas réessayer ?

Syndrell secoua la tête : plus d’argent à parier. Mais l’expérience restait belle.

Elle continua de déambuler au hasard dans le marché, en quête d’une nouvelle aventure à tenter. Elle était venue à Al-Jeit pour se changer les idées ; chasser Dolce et Tsukia de son esprit n’était pas une mince affaire, or elle ne voulait pas s’enfermer dans ses pensées jusqu’à finir par se morfondre ou par regretter quoi que ce soit.

Un petit air de musique résonnait doucement dans la douceur d’une journée tranquille et animée sur la place du marché. Syndrell marchait tranquillement lorsque, tout à coup, elle leva la tête, intriguée. Elle n’était pas sûre… Elle croyait avoir reconnu ce changement particulier de notes. Se pouvait-il que… ?

Incertaine mais guidée par la mélodie enjouée, Syndrell se fraya un passage parmi les curieux qui s’étaient approchés du musicien. En l’apercevant, la jeune femme eut un sourire rayonnant. C’était bien lui ! Fière d’avoir reconnu son style, elle observa Narek tandis qu’il jouait de sa guitare, perdu dans son monde et ses pensées.

Il finit par se rendre compte de sa présence et son visage s’illumina. Sans cesser de jouer, il s’approcha d’elle et se pencha pour lui glisser à l’oreille une invitation murmurée qu’elle ne put s’empêcher d’entendre résonner comme un défi. Les lèvres du jeune homme s’attardèrent sur sa joue, achevant de la convaincre et, lorsqu’il lui jeta un regard interrogateur, curieux de savoir si elle allait le suivre ou non, elle s’avança dans le cercle formé par les spectateurs.

La mélodie de Narek était douce et légère comme une brise malicieuse. Entraînée par le rythme et séduite par cette image, Syndrell se mit à bouger. Elle savait danser, oui, et elle aimait cela ! Sentir le rythme inviter chaque parcelle de son corps à le suivre, à l’épouser pour ne faire plus qu’un avec la musique… Tourbillonner dans un sens, puis dans l’autre, lever les bras, agiter les doigts…

La lumière du soleil se perdait dans les longs cheveux bleus qui volaient dans son dos au gré de se mouvements. Elle était gracieuse, elle était joueuse et, les yeux fermés, elle se laissait emporter par la magie de l’instant.

Voilà, elle dansait.
Tout simplement.

Elle ne s’était pas rendue compte qu’elle s’était rapprochée de Narek mais, en ouvrant les yeux et en le découvrant si près, elle sourit. Il était tellement doué ! Ses doigts dansaient sur les cordes, tout comme elle dansait sur ses notes. Captivée par le mouvement de ses mains, elle faillit perdre le rythme et se ressaisit en tourbillonnant de plus belle.

Jusqu’à ce qu’elle n’ait plus envie d’être la seule à apprécier de cette manière la musique de Narek. Attrapant les mains d’une jeune fille qui la dévorait du regard, elle entraîna celle-ci. La surprise, l’hésitation furent balayées par un clin d’œil doré et un sourire complice.

Lorsque la jeune fille se mit à tourbillonner à son tour, Syndrell s’en alla chercher un danseur. Un petit garçon qui se cachait derrière les jupes de sa mère, trop timide pour affronter seul une foule aussi grande.

Les mains de Syndrell le guidèrent vers la lumière et la danse. Elle ne le lâcha que lorsqu’il se mit à rire, et le laissa entraîner ses parents. Lorsqu’elle tourna la tête, une dizaine de gens sautillaient, tourbillonnaient autour de Narek. C’était tellement unique que Syndrell en eut le souffle coupé.

C’était donc ça, le pouvoir de la musique…


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[! Prof overbookée = rythme plus lent, désolée !]

Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel


Nombre de messages : 254
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges.

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Sam 23 Avr 2016, 04:08

Tourbillonnant avec les danseurs qui se multipliaient à vue d'oeil, le jeune homme se retrouva à voir un autre homme avec une guitare lui faire signe en se joignant à lui, jouant le morceau avec lui.

Après que celui-ci ais saisit ce que le jeune homme voulait qu'il fasse, il sauta sur une table en envoyant son instrument à corde dans son dos sur sa sangle, sortant un ocarina de sa poche droite il entama un air qui résonna dans le vent chaud, s'accordant parfaitement sur le rythme du guitariste qui l'accompagnait désormais. Pas étonnant de trouver d'autre musiciens, Al-Jeit était un grand carrefour pour qui cherchait des instruments de bonne qualité, après tout.

Les joueurs d'instruments entrèrent dans un jeu qui devint presque personnel... Un duel musical. C'était un peu l'Haman Lô du son. Le guitariste contrôlait le tempo, le fond de la musique, lui il contrôlait la mélodie qui s'y accordait. S'il perdait le rythme, il perdait, si l'autre finissait par être contrôler par la mélodie, il gagnait. C'était un jeu très étrange dont il se doutait que peu de gens comprenaient le sens, puisqu'il devenait flou de savoir qui contrôlait qui.

Le guitariste sembla prendre le dessus, augmentant le tempo, forçant Narek à adapter un rythme de fou qui faisait voler ses doigts et lui donnait à peine le temps de souffler. Il capta le regard de Syndrell, qui semblait avoir compris le jeu et sa mauvaise posture, mais lui sourit du coin de lèvres, toujours scotcher à son ocarina, en sautant de la table pour se rapprocher d'elle.

S'il voulait gagner, il devait retourner la mélodie, il devait donc en écrire une, mais il n'avait pas d'autre sujets...

Il commença donc à composer pendant qu'il jouait.

Une musique pour elle. Il n'avait fait ça que rarement, habituellement pour Lyra, mais la marchombre avait un potentiel poétique, ainsi qu'une énergie, qu'il savait être capable de transcrire en musique.

Les première notes lui attirèrent d'ailleurs des regards surpris. Trop lentes pour le tempo, elle ne semblaient pas avoir leur place dans le morceau.

Pourtant la suite frappait tout le monde, certains retenant leur souffle. Le guitariste continua de tenter de détruire son harmonie musicale en réduisant et en augmentant son tempo... Ouvrit ler yeux grands en comprenant trop tard. Il était guidé par ce jeune homme sans s'en apercevoir. Ce garçon tissait un univers par son souffle et la touche mélancolique, un instant, l'apporta presque aux larmes alors qu'il continuait de jouer, ne voulait pas arrêter de faire partie du morceau.

Une transition étonnante amena un morceau plus enjoué, qui lui apporta un sourire, les notes sentaient l'aventure, les découvertes.

Narek continua d'enchanter le monde par sa musique, mais il avait un secret qu'il transmettait par les yeux, un regard fixe. Cette mélodie n'était pas pour n'importe qui, elle était pour celle qui était devant lui, qui l'écoutait en semblant très bien comprendre.

Il termina son morceau de façon encore enjouée, sur une note un peu plus longue à laquelle d'autres auraient pus s'attacher...

Après tout, cette mélodie n'était pas finie, puisque c'était celle d'une fille bleue, d'une marchombre. Et ce morceau musical avait encore bien des notes qu'il restait à écrire.

Quand enfin la dernière note se tut, un silence de mort envahi l'air alors que les gens reprenaient pour certains leur souffle. Rangeant son instrument en fermant doucement les yeux une fois, l'apprenti envoya ainsi son message, il offrait chaque note en cadeau à cette femme qui l'avait aider à se remettre de son chagrin énorme.

Reprenant sa guitare un instant, il instilla un nouveau rythme, attendant un instant que son compagnon musical d'un instant plus tôt ne prenne la relève et que les gens ne recommencent à danser pour arrêter et se diriger vers son amie à la chevelure si unique avec une choppe qu'il lui offrit pour la remercier de la danse.


Content de te revoir! J'espère que tu as aimé la musique!

Il était bien content de la revoir, oui, parce que ce qu'elle avait vue, c'était une ombre de son ombre, là il était lui même et il était grand temps qu'elle connaisse le vrai Narek, musicien, fêtard et toujours enjoué. Observant tout le monde danser avec une lueur malicieuse dans le regard, il lui fit une petite révérence en lui tendant la main.

M'offrirez-vous le plaisir de cette danse?

Il avait jouer, maintenant c'était le moment de continuer à s'amuser en se mêlant à son public et qui de mieux pour l’accompagner dans cela que la jeune femme la plus unique de la ville?

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin


Nombre de messages : 4250
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Sam 23 Avr 2016, 04:50

D’autres musiciens se mirent à jouer, gagnés par l’effervescence qui régnait sur la place. Narek en profita pour changer d’instrument, passant de sa guitare à un genre de flûte qui produisait un son particulièrement harmonieux. Syndrell frappa dans ses mains en rythme ; ça, ça lui plaisait ! Elle tourna sur elle-même, laissant ses cheveux s’enrouler un instant autour d’elle, et tendit les bras.

Elle fut la seule à percevoir le changement subtile qui marqua la musique. Sans cesser de danser, la marchombre tendit l’oreille, soudain intriguée. Elle avait l’impression qu’un échange était en train d’avoir lieu. Une discussion de plus en plus animée, toute en notes et en tempo, lequel s’intensifia également ; c’était imperceptible mais Syndrell, en observant les musiciens, parvint à comprendre.

C’était un jeu, un rapport de force entre le meneur et les suiveurs ; il y avait celui qui imposait sa marque et ceux qui suivaient malgré eux. C’était la première fois qu’elle entendait ce genre de défi musical et c’était… enivrant. Elle se laissa emporter par le rythme, attentive aux changements qu’elle était capable de déceler.

Son regard croisa de nouveau celui de Narek. Il était en train de perdre, le guitariste dans son dos commençait à imposer son propre rythme. Alors, Syndrell haussa un sourcil. Quoi, il n’était pas capable de reprendre ce qui lui appartenait ? Elle n’y croyait pas un seul instant.
Il lui prouva qu’elle avait raison.

Sa mélodie était différente, tout à coup, plus secrète, plus pétillante aussi. Plus bleue. Etonnée d’avoie cette couleur en tête à propos de notes de musique, Syndrell ne mit pas longtemps à réaliser qu’elle influençait Narek. Ravie d’être une source d’inspiration, elle se déhancha de plus belle, et acheva la danse dans un tourbillon de rire et de bleu.

Elle n’avait pas encore complètement repris son souffle lorsque le jeune homme s’approcha d’elle pour l’inviter à danser. Syndrell n’hésita pas un seul instant. Elle saisit sa main et se laissa entraîner dans un enchaînement de pas qu’il connaissait bien mieux qu’elle. Excellent musicien, danseur hors-pair, maître des pliages en papier, Narek était-il encore débutant dans un domaine ?

Elle eut un sourire. Il était encore en train de suivre sa formation mais alors qu’elle dansait avec lui, Syndrell avait la sensation de ne rien connaître, de tout apprendre. Comme avec Tsukia. Penser à la jeune fille lui valut de se mordre la langue et de marcher sur le pied de Narek.


- Désolée ! s’excusa-t-elle, avant de tourbillonner pour donner le change.

La danse s’acheva sous les applaudissements de la foule. Syndrell applaudit elle aussi, avant de serrer Narek dans ses bras, heureuse de le retrouver, heureuse d’être là.


- C’était génial ! s’exclama-t-elle, le souffle court.

Comme elle avait chaud, ses cheveux la gênaient ; elle les tressa en quelques gestes et les laissa reposer devant son épaule. La fraîcheur de la brise vint caresser sa nuque désormais dégagée. La jeune femme sourit.

- Que fais-tu dans le coin ?


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[! Prof overbookée = rythme plus lent, désolée !]

Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel


Nombre de messages : 254
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges.

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Sam 23 Avr 2016, 05:48

Le jeune homme était tout sourire, tout le monde était hypnotiser par la tornade noire et bleue qu'il formait avec sa compagne de danse.

Quand celle-ci s'acheva et qu'elle le serra dans ses bras, il lui retourna le geste en continuant de sourire pendant qu'il répondait à sa question en deux temps.


Cette question a deux réponses...

La première se situe dans mon dos, je venait chercher une guitare me permettant de jouer de plus beaux morceaux plus facilement que mon luth.

La seconde, c'est plus ou moins Erwan, tu vois il m'a recommander cette ville pour me trouver une arme de corps à corps que j'apprécierais...

Je dois avouer que les arts du combat sont ma grande faiblesse, je ne m'y connais pas du tout! Et comme mon maître a dit que notre prochain cours y serait consacrer, je tiens à trouver une arme que j'aime, avec laquelle je me sens bien, tu vois..?


Son amie sembla surprise un moment par sa formulation, mais il ne savait pas pourquoi, donc il ignora simplement ce détail en continuant sa réponse qui fut plutôt longue.

Après tout, peut-être pourrait-elle le conseiller, elle avait surement plus d'expérience que lui en combat, puisqu'il n'en avait aucune. Il se dit d'ailleurs qu'il traînait beaucoup trop. S'il ne trouvait pas bientôt, il n'aurait pas le temps de s'entraîner seul avant son cours, encore moins de se trouver un partenaire pour s'améliorer. Armé ou pas, il devrait bientôt retourné à l'académie pour le troisième cours, mais il aurait préféré arriver tout prêt, avec une nouvelle arme à tester... Il avait bien assez d'argent pour s'acheter quelque chose, mais s'il ne savait pas quoi, l'argent ne lui servait à rien...

Et bien sûr son inexpérience n'aidait pas puisqu'au fond, il ne savait pas ce qu'il préférait pour se battre, encore moins s'il voulait une ou deux lames, bien que deux armes lui semblait beaucoup trop lourdes pour lui, à moins de sérieusement s'habituer à se battre, il ne se voyait pas utilisé deux armes à la fois, sauf peut-être des dagues.


Merci pour le tuyau équestre, en passant, tu as devant toi l'heureux propriétaire d'une jument joueuse et pleine d'énergie, d'un noir reluisant et qui voudrait manger toute les pommes de l'empire!

L'apprenti ne put retenir un ricanement en pensant à l'appétit de l'animal pour les fruits juteux. Il avait presque envie de proposer à Syndrell de lui apprendre à jouer de la flûte tout de suite là, mais il avait déjà beaucoup trop parler et--

D'ailleurs, pendant que j'y pense, si tu veux apprendre à te servir de la flûte que j'ai glisser dans les provisions, je peux t'apprendre.

Et rien du tout, la phrase était sortie toute seule, accompagnée d'un clin d'oeil. Au fond c'était aussi bien, comme ça si elle lui donnait des conseils il pourrait donner quelque chose en retour.

De plus, il ne doutait pas un instant qu'une danseuse si douée, qui avait un tel rythme dans le sang, pouvait devenir une très bonne musicienne. Suffisait d'y mettre un peu de temps et de détermination, au fond...

Et vu comment les marchombres avaient changé sa vie, il ne doutait pas qu'elle soit capable de le surprendre dans ce domaine où il était doué.



Ils y mettaient du temps, du talent et du coeur,
ainsi passait leur vie, au milieux de nos heures.

Et loin des beaux discours, des grandes théories,
a leurs tâches chaque jours, on pouvait dire des marchombres...

Ils changeaient la vie.

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin


Nombre de messages : 4250
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Sam 23 Avr 2016, 11:46

La réponse de Narek acheva de complètement rassurer Syndrell à son sujet, et pas seulement parce qu’il parlait de guitare. Non, si elle était soulagée, c’était parce qu’il parlait en souriant avec ses lèvres – et avec ses yeux. C’était ça, le plus important. Qu’en dépit des souvenirs un peu tristes qui s’accrocheraient toujours à sa mémoire, il continuerait à aller de l’avant. A vivre heureux.

Elle cilla quand il évoqua le désir de se procurer une arme, mais c’était dans le seul but d’apprendre à s’en servir… pour filer sur la Voie à sa manière. Tracer sa propre route, en suivant son maître d’abord, puis en prenant son envol. Syndrell pencha la tête sur le côté. Comment Narek déploierait-il ses ailes, le moment venu ? Elle l’imagina s’éloigner dans un rayon de lune, une chanson au bord des lèvres et le cœur vibrant de liberté.

- Merci pour le tuyau équestre, en passant, tu as devant toi l’heureux propriétaire d’une jument joueuse et pleine d’énergie, d’un noir reluisant et qui voudrait manger toutes les pommes de l’empire !

Syndrell éclata de rire. Les pommes, c’était la signature d’Eli ou bien elle ne connaissait plus son ami ! Elle était heureuse que Narek ait suivi son conseil. Ce n’était sans doute pas objectif, mais Eli était à ses yeux le meilleur palefrenier des quatre grandes cités réunies. Désormais, le jeune homme voyageait donc avec une amie. Parce que oui, elle était convaincue que Narek faisait partie de ceux qui, comme elle, ne confondait pas « monture » et « fidèle camarade de voyage ».

Aurait-elle fait tout ce chemin sans Nuance et sans Vagabond ?


- D’ailleurs, pendant que j’y pense, si tu veux apprendre à te servir de la flûte que j’ai glissée dans les provisions, je peux t’apprendre.

Là, Syndrell lui retourna un regard scintillant de malice et de mystère. La flûte qu’il évoquait était celle qu’elle avait trouvée dans l’un des sacs qu’Ylléna et elle avaient emporté au départ de leur périple. Narek en avait laissé une pour la fillette également et sa délicate attention n’avait pas manqué de leur faire plaisir…

… mais qui lui disait qu’elle n’avait pas appris à en jouer ?

Elle ne l’avait toujours pas lâché depuis qu’elle lui avait posé sa question et se dégagea en reculant d’un pas. Elle souriait, mutine. Déjà la musique s’emballait tandis que les danseurs, autour d’eux, sautaient et frappaient dans leurs mains dans un ensemble parfait. Sans quitter Narek des yeux, Syndrell glissa la main à l’intérieur de sa tunique et en sortit la flûte.

Elle porta le bec à ses lèvres et ses doigts se mirent à bouger. Ils n’avaient pas la grâce de ceux de Narek. Ni leur rapidité. Et les sons qu’elle tirait de l’instrument n’étaient pas si mélodieux que les siens. Comment pourraient-ils seulement l’être ? Elle avait appris à jouer en quelques semaines, bien décidée à l’épater lors de leur prochaine rencontre.

Elle n’avait pas imaginé que celle-ci aurait lieu si tôt mais cela ne la dérangeait pas. Pas dans ces conditions, alors que les musiciens, après lui avoir jeté un regard mi-étonné, mi-intéressé, se mirent à l’accompagner. Ils avaient modulé leur rythme afin de lui permettre de suivre. Elle accéléra elle-même la cadence. Ils avaient défié Narek ? Elle les défiait, eux.

Mais elle était incapable de rester immobile et c’est en effectuant quelques pas de danse qu’elle joua son petit air entraînant. Quelqu’un parmi la foule de curieux poussa une exclamation en la voyant lever la jambe très haut, puis tourbillonner souplement. Une infime fausse note réussit à passer presque inaperçue puisqu’elle profita de la minuscule pause suivante pour exécuter une roue parfaite. Elle se redressa et se remit à jouer, non sans avoir lancé un clin d’œil à Narek.

Elle comprenait pourquoi il aimait cela. Elle ne s’était jamais sentie l’âme d’une musicienne, même si elle aimait chanter lorsqu’elle vadrouillait dans l’empire sur le dos de Vagabond, et sa démonstration n’avait rien à voir avec celle du jeune homme ; pourtant, elle avait l’impression de ressentir quelque chose, là, au niveau du cœur, chaque fois qu’un son s’échappait de la flûte.

Elle acheva son morceau, le ponctua d’une pirouette audacieuse et salua son public en une révérence qui tira quelques rires amusés. Syndrell songea, en se redressant, que la musique et le rire étaient indissociables, surtout quand le soleil et la danse étaient de la partie. Elle se tourna vers Narek, satisfaite. Une main sur la hanche, l’autre faisant tournoyer habilement la flûte entre ses doigts, elle le défia de son regard doré.


- Alors ?

C’était incroyablement orgueilleux, bien trop pour être vrai. Elle savait jouer, il le réalisait désormais, toutefois elle était persuadée qu’il avait énormément de choses à lui apprendre.
Jouer de la guitare, par exemple.


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[! Prof overbookée = rythme plus lent, désolée !]

Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel


Nombre de messages : 254
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges.

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Sam 23 Avr 2016, 17:17

L'apprenti fut le premier à suivre le rythme de son amie en tapant des mains, servant presque de métronome. Cette simple action ajouté à la danse, gracieuse, de Syndrell raviva encore la petite foule qui s'était créer. Tous dansèrent bientôt et ceux qui ne dansaient pas tapait des mains ou du pied pour suivre le rythme.

Oh elle fit bien une fausse note ou deux passés inaperçu pour la plupart, mais elle avait appris en quelque semaines à peine! Pour être à un tel niveau déjà... Narek sourit en applaudissant son amie avant même qu'elle ne pose sa question.


Alors je suis officiellement impressionner! Apprendre ce niveau en si peu de temps, c'est très impressionnant!

Et c'était le cas, il avait rarement vu quelqu'un capable d'apprendre ainsi sans même avoir de guide sur l'utilisation de l'instrument. Le jeune homme, tout sourire, sortit quelques pièces qu'il donna à un des serveurs de la taverne, dont le propriétaire semblait bien content de tout ce qu'il vendait aux danseurs qui voulaient se rafraîchir. Revenant avec deux verres d'eau et l'argent, le serveur l'informa que la maison régalait.

Tu vois, la musique, ça rapporte!

L'apprenti éclata de rire. Erwan avait eu bien raison, Al-Jeit était une merveilleuse ville pour des recherches...

Et pour des retrouvailles!

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin


Nombre de messages : 4250
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Sam 23 Avr 2016, 22:25

Elle rougit sous le compliment et sourit quand un serveur leur apporta deux verres d’eau. Oh oui, elle mourrait de soif ! Elle était en train de boire, les yeux fermés pour mieux apprécier la fraîcheur de l’eau, lorsque le souvenir totalement impromptu de Tsukia en train de descendre un shot d’alcool s’imposa dans son esprit. Ce fut bref mais suffisamment intense – comme tout ce qui concernait la jeune fille – pour que Syndrell soit prise de court.

Elle s’étrangla et se mit à tousser sous le regard un peu surpris des gens qui les entouraient. Reprenant finalement son souffle, elle secoua la tête et essuya ses yeux larmoyants.


- Boire et respirer en même temps, c’est pas une très bonne idée…

S’occuper l’esprit. Vite.
Narek avait parlé d’une arme qu’il voulait choisir avec soin pour mettre la main sur quelque chose qui lui plaisait. La marchombre réfléchit un instant. Où aller, quand Dil’Duran se trouvait trop loin ? Le marché ? Possible, mais peu probable que Narek y trouve son bonheur. Elle se rappela alors la boutique de Rellie.


- Viens, dit-elle en attrapant le poignet de Narek pour l’entraîner à sa suite. On va te trouver une arme, grand guerrier !





*






Rellie était en train de tester la flexibilité d’un arc immense lorsque Syndrell poussa la porte de sa boutique. Concentrée au point de ne pas dégager les mèches blondes qui tombaient devant son visage, elle marmonna un « bonjour ! » à l’attention des nouveaux venus et ne leva la tête qu’une minute plus tard, intriguée par ce long silence. Ses yeux noisette s’illuminèrent aussitôt.

- Louve ! Ben ça alors, pour une surprise !
- Salut Rellie.


La blondinette sauta par-dessus le comptoir et serra affectueusement Syndrell dans ses bras. Elle était un peu plus âgée que la marchombre et légèrement plus grande ; ses cheveux étaient coiffés en deux couettes qui bouclaient joyeusement jusqu’à ses épaules et elle était vêtu d’un curieux assemblage de pièces de cuir.

- Qu’est-ce qui t’amène ici ? demanda-t-elle en sondant le regard de Syndrell.

C’était Leif qui avait présenté Rellie à Syndrell. Celle-ci se souvenait bien de leur première rencontre ; le jeune homme avait demandé à son amie de munir leur nouvelle petite espionne d’un poignard, au cas où il lui faudrait se défendre au cours d’une mission périlleuse. Rellie était instantanément tombée sous le charme des yeux dorés et de la répartie de la jeune fille. Elle avait accepté de ne connaître que son surnom et, si Syndrell lui avait depuis offert sa véritable identité, elle persistait à l’appeler « Louve ».

Elle continuait aussi de lui rendre de petits services quand elle le pouvait, raison pour laquelle son regard se fit plus pénétrant lorsqu’elle posa sa question d’un ton léger. Mais Syndrell se contenta de lui retourner un sourire éblouissant.


- Rellie, voici Narek, dit-elle en désignant le jeune marchombre. Je te laisse lui trouver son bonheur ?
- Si c’est un défi, je le relève avec plaisir !
s’exclama Rellie en s’approchant de Narek. Qu’est-ce que tu cherches, mon mignon ?

Elle s’était mise à lui tourner autour pour le détailler avec attention, et Syndrell sourit. Narek était entre de bonnes mains, c’était certain.

- Je vais m’occuper de Vagabond, je reviens, prévint-elle, mais Rellie, bien trop occupée à tendre les bras de Narek pour mieux apprécier sa musculature, ne l’écoutait plus.

La jeune femme sortit en riant sous cape. Rellie était moins siphonnée que Dil’Duran mais elle était étonnante à sa manière ; elle ne travaillait pas sans beignets au sirop de rougeoyeur à portée de main, savait marcher sur les mains et forger des lames plus grande qu’elle. Bidule, son chat noir, se faufila à la suite de Syndrell et réclama quelques caresses à grands renfort de miaulements suppliants.

Elle lui frotta le ventre et le grattouilla sous le menton avant de s’occuper de Vagabond. Comme la porte de la boutique s’ouvrait dans son dos, elle tourna machinalement la tête.
Et se figea brusquement.

Le Mentaï qui se trouvait dans la ferme d’où Eole, Darwen, Kaünis et elle s’étaient échappés venait d’entrer dans le magasin.






*





Rellie salua l’homme et il lui répondit avec courtoisie. Sans cesser de s’occuper de Narek, elle le regarda déambuler dans la boutique et promener son regard sur les différentes pièces entreposées ça et là. Il était grand et mince, le visage en pointe et les pommettes saillantes.

- Je peux vous aider ?
- Vous avez des machettes ?
- Au fond du magasin, sur votre gauche.


La porte s’ouvrit à nouveau sur Syndrell. Celle-ci jeta un coup d’œil au Mentaï alors qu’il disparaissait derrière une étagère, et s’approcha de Rellie.

- Gaffe, souffla-t-elle en passant près de la blondinette.

Cette dernière fronça les sourcils. Faire gaffe ? A qui, cet homme ? Syndrell hocha doucement la tête. Il fallait qu’elle décampe. S’il reconnaissait ses cheveux bleus, c’était fichu. Mais elle ne pouvait certainement pas laisser Narek ici…


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[! Prof overbookée = rythme plus lent, désolée !]

Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel


Nombre de messages : 254
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges.

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Sam 23 Avr 2016, 23:02

Whoa..!

La jeune femme bleue venait en un instant de faillir s'étouffer, de l'attraper par le poignet et de commencer à courir en le traînant derrière elle... C'était pas des blagues, elle en avait vraiment beaucoup, d'énergie!

~~~

Narek n'était pas idiot, habitué des foules, mais aussi de la diplomatie et espion à ses heures perdues, dans le temps, il avait facilement détecté le changement imperceptible. Cet homme était dangereux et quelque chose lui disait que Syndrell devait partir sans qu'il ne la vois...

C'était donc son rôle à lui d'être une belle diversion! S'approchant d'une épée qu'il savait trop lourde pour lui comme s'il n'en avait aucune idées, il la souleva à bouts de bras, faisant exprès, tout en ayant l'air accidentel, de perdre pied vers l'arrière, droit sur l'homme en criant un grand ''WAAAAH!!'' surpris pour ajouter à la crédibilité...

Qui eu l'effet escompter, puisque l'homme attrapa le plat de la lame avec une paume et le dos du garçon de l'autre. Le barde reprit pied en laissant l'arme à celui-ci et en se grattant d'un air nerveux et désoler l'arrière du crâne.


Oh, euh... Ahah, désoler, c'est beaucoup plus lourd que je croyais, en fait! Dites-donc vous êtes vraiment fort pour lever ça!

Vous vous entraînez? C'est fou!


Il n'était pas idiot, mais il en avait l'air. Même sa façon de parler, d'un coup, semblait le décrire comme un fermier qui n'y connaissait rien du tout... Et bien sûr, puisqu'il était fils de fermier, l'image était parfaite. Il avait l'air d'un fils jeune dont le fils aîné avait tout hérité et qui ne savait donc plus quoi faire de sa vie.

L'homme semblait presque avoir pitié d'une telle imbécillité. En tout cas, il n'avait aucune idée qu'il était en train de se faire berner par un apprenti marchombre.

Pire encore, il le conseilla! N'y voyant que du feu, le mentaï lui proposa une arme qu'il prit sur le mur, un genre d'estoc à double tranchant qui était très léger, mais selon lui très résistant aux chocs, montrant même à Narek la garde normale à adapter, légèrement de profil, pour utiliser une telle arme. Celui-ci, en parfait acteur, continua son petit manège d'imbécile, faisant des mouvements complètements inutiles de pratique qui ne servaient à rien et lâchant l'arme en se secouant la main, apparemment de douleur, sous un choc quand il frappa un comptoir avant de remercier l'homme de ses conseils pendant qu'il partait, sa nouvelle machette à la main...

Puis il ramassa sa lame pour vraiment la tester, mimiquant la technique de Dust et les conseils de l'étranger à perfection... Il avait toujours appris vite. Déposant l'arme sur le comptoir sans douter un instant que Syndrell ait compris et qu'elle ait utiliser sa diversion, il sortit une bourse et s'adressa à la propriétaire.


Deux comme ça, leur fourreaux et une ceinture permettant de mettre tout ça à ma taille sans m'encombrer, s'il-te-plais.

Un sourire énorme sur le visage, le garçon prit ses nouvelles acquisitions et partit en sifflotant, mais avec en tête une question importante pour Milo...

Qui pouvait faire assez peur à une maître marchombre pour qu'elle n'ose pas se montrer?

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin


Nombre de messages : 4250
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Dim 24 Avr 2016, 12:11

Syndrell réfléchissait à toute vitesse. Elle pouvait s’éclipser mais il fallait pour cela qu’elle passe près du Mentaï – trop près de lui désormais. Courir et entraîner l’ennemi ailleurs ? Aucune garantie que ça fonctionne et surtout, qu’elle s’en tire… Parce que, face à un homme capable d’utiliser l’Imagination pour se battre, elle n’avait aucune chance. Et elle ne voulait rien tenter qui puisse mettre Rellie et Narek dans une posture trop délicate.

Ce qu’il lui fallait c’était… mais… que fabriquait-il ? Stupéfaite, Syndrell vit Narek empoigner une épée monumentale et basculer gauchement en arrière. Droit sur le Mentaï. Les yeux dorés s’agrandirent de surprise, la marchombre fit un pas en avant, prête à intervenir…

… n’en fit rien lorsque son ami se mit à balbutier d’un air tellement idiot qu’il aurait pu berner n’importe qui. Cela fonctionnait avec le Mentaï et c’était amplement suffisant ! Elle se mordit la joue pour ne pas rire alors que l’homme, ignorant tout de la supercherie, mettait les deux pieds dedans en conseillant le jeune homme.

Elle en profita pour disparaître.





*




- Pssst !

Dans l’ombre de la ruelle, Syndrell attendit que Narek pose enfin les yeux sur elle et lui fit signe de la rejoindre.

- Belle improvisation ! s’exclama-t-elle. Tu t’y entends en matière de comédie !

Sa diversion lui avait sans doute sauvé la vie et elle se demanda un bref instant s’il en avait conscience. Il croyait peut-être qu’elle cherchait à échapper à un amoureux transi. Et cela ne changeait rien au fait qu’il l’ait aidée sans hésiter. Reconnaissante, elle l’attrapa par les épaules et l’embrassa sur la joue.

- Je t’en dois une, souffla-t-elle, avant d’ajouter, le regard briller : non, trois ! Si je te sauve la vie trois fois, ma dette sera payée.

Cela allait sans doute prendre du temps, d’autant qu’elle espérait réellement que Narek n’aille pas au devant des ennuis comme elle savait si bien le faire, mais puisqu’il était un apprenti marchombre, cela lui offrait une petite marge de manœuvre.

Son regard tomba sur les deux lames que Narek portait désormais à la ceinture. Tellement éloignées de ce qu’il recherchait qu’elle prit un air désolé.


- Si on les revend, tu récupéreras peut-être de quoi t’acheter une arme qui te convienne mieux…

Il n’était pas question de retourner voir Rellie maintenant. Avec le Mentaï dans les parages, Syndrell préférait s’éloigner. Elle n’était pas allée très loin dans l’espoir de retrouver Narek et, à présent que c’était chose faite, ils n’avaient plus qu’à se mettre en route.




*




- Cet homme que tu t’es amusé à tourner en bourrique, c’est un Mentaï. Un guerrier redoutable et capable de se servir de l’Imagination. Un assassin qui a le Don…

Ils étaient assis dans l’herbe d’une pelouse ensoleillée, non loin de l’Académie des Dessinateurs. Ils avaient traversé la ville et Syndrell avait opté pour cet endroit, à découvert et fourmillant d’activité, de monde, de témoins qui pourraient peut-être dissuader l’assassin en question si toutefois le hasard le poussait dans leur direction. Des témoins pour la plupart capables de dessiner aussi.

La jeune femme soupira. Se cacher, ce n’était pas son truc mais elle ne pouvait pas se permettre d’affronter un Mentaï toute seule. Elle mordit dans son petit pain aux raisins et croisa le regard si particulier de Narek, dans lequel les questions brillaient. Elle se devait bien d’y répondre.


- Je lui ai échappé une fois il y a quelques semaines, et c’était d’extrême justesse, poursuivit-elle en se rappelant la manière dont Ciel avait effectué un pas sur le côté pour la mettre à l’abri. Tant qu’il est capable de dessiner je suis incapable de l’affronter. Et même sans cela…

Décevait-elle le jeune homme en avouant sa faiblesse ? Syndrell n’affirmait pas que c’était impossible. Elle s’était déjà frottée à des Mentaïs à l’époque où Vanora la menaçait. Elle en avait même tué un. Au souvenir de ce moment où elle avait tranché en deux le gommeur pour sauver Ciel, alors que le sabre du mercenaire s’enfonçait dans son abdomen, Syndrell frissonna.
Il était des peurs qui ne s’effaçaient jamais.

- Cela dit, je doute que nous le recroisions aujourd’hui.

Rassurée par ses propres paroles, Syndrell avala encore une bouchée de sa viennoiserie. Narek avait terminé la sienne depuis longtemps, lui. Elle mangea donc avec entrain, laissant le sucre gommer les dernière traces d’inquiétude pour ne plus laisser qu’une sacrée dose d’espièglerie. Elle se pencha vers le jeune homme et vit très nettement la surprise scintiller dans le rouge improbable de ses yeux. Dans un sourire, elle tira l’une des épées de son fourreau et se leva.

Sensation étonnante ! Très éloignée de ses habitudes, mais Syndrell décrivit quelque moulinets avec l’arme d'estoc, curieuse. Les conseils de Dil’Duran, mêlés à ceux de Syles, l’aidèrent à corriger sa position et à mieux appréhender l’épée.

- Pas si mal que ça, en fin de compte, jugea-t-elle en effectuant une parade dans le vide.

Son regard tomba sur Narek.
Malicieux.


- Tu veux essayer ?

Après tout, il avait l’autre épée…

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[! Prof overbookée = rythme plus lent, désolée !]

Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel


Nombre de messages : 254
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges.

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Dim 24 Avr 2016, 16:17

Le jeune homme laissa échapper un sifflement admiratif...

Un assassin doué au combat et dessinateur? Ça c'était un truc cauchemardesque. Lui, il n'était pas doué pour dessiner... Oh il pouvait allumer un feu en créant une étincelle, mais il préférait de loin utilisé la bonne vieille méthode.

En plus, il n'avait aucune idée de comment s'y prendre, en fait il ne savait même pas comment il créait l'étincelle, l'ayant fait alors qu'il était prêt à abandonner ses essais pour allumer une pile de branches, la première fois... Il avait juste lancer ses deux roches au bout de ses bras en jurant... Puis avait vu en pensées le feu s'allumer et boom, tout feu tout flamme.

De toute façon, les spires et tout ça, il n'avait jamais vraiment été intéressé. D'abord, la voie des marchombres lui parlait beaucoup plus que la voie des quatre murs pour apprendre à faire quelque chose d'éphémère. Oh c'était un art, il n'en doutait pas, mais pour le peu de gens qui pouvaient faire quelque chose qui durait, il trouvait que la vie était trop courte pour passer son temps à apprendre quelque chose pour lequel il n'avait peut-être et probablement aucun talents.

Lorsque son amie prit une lame pour faire quelque moulinets, il arqua légèrement les sourcils... Franchement, elle semblait découvrir des sensations et pourtant... Pourtant elle semblait mille fois plus doué que lui.

Se relevant devant l'invitation de la marchombre, il attrapa sa seconde lame et, à son tour, fit quelque moulinets...

Il venait de se faire donner des conseils par un guerrier confirmé, assassin ou pas, qu'il soit le pire homme de l'empire, le fils de l'empereur ou un fermier, il devait savoir un peu de quoi il parlait, donc pourquoi ne pas suivre ses conseils..?

Au fond, pensa-t-il, c'était un rôle, qu'il jouait. Le rôle de Dust, ou de ce... Comment déjà? De ce Mentaï? Joli nom, qui roulait bien sur la langue, mais qui ne voulait rien dire, quoi!

Bref, il jouait un rôle, devait seulement mimiquer la technique de son compagnon de cours en adaptant. Ceci dit, la garde décrite pas l'homme, avec la main gauche sur la hanche, ne lui plaisait pas beaucoup et il la leva plutôt à niveau de sa tête, derrière lui.

Tout sourire, il s'élança dans un petit échange avec Syndrell, étonné par le peu de vibrations qui lui parvenait à chaque impact, c'était beaucoup plus léger que ce à quoi il s'attendait... Et il comprit.

C'était une danse, une chanson, un poème. Ils écrivaient avec leur lames, se donnant l'un l'autre des sensations, quelque chose qu'il n'avait jamais ressentit.

L'impression de soudain mieux connaître Syndrell. Comme si sa lame transmettait de l'information. C'était un peu magique, comme sensation. Surtout que l'un comme l'autre avait assez d'imagination pour que leur petit duel soit très... Intéressant.

Ils adaptaient leur arme à leur rythme alors que le jeune homme sentait dans son crâne une musique naître au rythme des coups d'épées.

Mais la fin arriva bien vite alors que, d'un coup surprenant, la jeune femme devant lui frappait sa main, le désarmant en envoyant l'épée voler haut dans les airs et qu'il tombait à la renverse.

Un instant, un flash. Il avait attraper la lame qui retombait vers lui, l'avait dressée...

La marchombre avait sa lame sur sa gorge, l'empêchant de se relever... La sienne était au niveau du ventre de son amie bleue.

Et ils souriaient.


~~~

Tu m'as drôlement surpris, avec ta petite parade en cercle!

De nouveau assis, ils parlaient doucement de leur petite expérience, qui avait passée à un cheveu de se solder par une victoire de la marchombre bien botté.

Narek était drôlement content, parce que comme partenaire d'apprentissage, il n'aurait pas pus trouver mieux, lui qui n'y connaissait rien à la fin de son second cours, Dust et Milo allaient avoir une jolie surprise!

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin


Nombre de messages : 4250
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Dim 24 Avr 2016, 18:27

Le scintillement d’un fleuret dans un clair de lune…

Elle avait désobéi, encore. S’était endormie pour de faux sous la lumière des chandelles et puis, le moment venu, s’était glissée dans le velours de la nuit. Petit papillon fuyant le sommeil et la solitude, attiré par les lumières de la ville et le rire des gens qui s’attardaient dans les rues.

Avait tôt fait de monter en haut du mur pour dominer la cité de sa toute petite taille d’enfant. Il n’était pas bien haut mais elle n’était pas bien grande alors, pour elle, c’était vertigineux. Elle avait alors libéré ses cheveux du tissu qui les dissimulait. Ici, personne pour s’en effrayer ni pour la battre.

Ici, elle était libre.

Un bruit avait attiré son attention, un éclat avait accroché son regard, en bas, près d’une fontaine. Au milieu de la petite place déserte, deux silhouettes se découpaient dans la lumière du soir et se faisaient face. Main sur la hanche, main levée.

Son cœur avait bondi au premier échange, bondi encore au son des lames, bondi enfin devant la grâce et l’énergie des deux combattants. Elle ne voyait d’eux qu’une ombre agile mais le mouvement de leurs épées la fascinait.

Elle sut qu’elle ne l’oublierait jamais.
Ce scintillement d’un fleuret dans le clair de lune…





*




Syndrell virevolta pour tenter de piéger Narek, mais il était sacrément vif et surtout, il avait l’air de s’être pris au jeu : il se remit en garde, main levée, et elle l’imita aussitôt.
Main sur la hanche.

C’était sans aucun doute le combat le plus étonnant qu’elle ait jamais mené. Même ses prouesses alcoolisées ne rivalisaient pas ; le Zui Quan lui semblait soudain beaucoup plus familier que le style de danse que lui imposait Narek.

Elle cligna des yeux. Une danse ? Mais oui ! Exactement comme sur la place du marché, tout à l’heure, lorsque Narek l’avait entraînée dans un échange joyeux et rythmé ! Elle modifia légèrement sa position et lorsqu’il vint à elle, elle était prête.

Prête à danser avec lui.

Les lames se croisèrent pour de bon cette fois. Syndrell et Narek avaient trouvé un rythme qui leur convenait. C’était un peu comme le Haman Lô, un peu aussi comme la musique : chacun posait sa pierre, soufflait une note… exécutait un pas. L’audace et la créativité pour seul élan !

Il y avait quelque chose de singulier dans cet échange, et il fallut plusieurs minutes à Syndrell pour comprendre d’où lui venait cette sensation. C’était comme s’ils étaient en train de faire connaissance. Un pas vers la gauche, deux vers la droite, pirouette et parade… l’un commençait, l’autre terminait, ils apprenaient. Ils dansaient !

Vint le moment où Syndrell trouva l’ouverture dans la garde de Narek. Vive et légère, elle s’y glissa et sa lame fit voler celle du jeune homme. Il tomba, et…

Un flash.

… Syndrell ne bougea plus. La pointe de son épée ne se trouvait plus qu’à quelques millimètres de la pomme d’Adam de Narek. Mais elle pouvait sentir, chaque fois qu’elle inspirait, la pointe de la sienne qui frôlait son ventre.

Sourires.





*




- Tu m’as drôlement surpris, avec ta petite parade en cercle !
- Toi aussi, avec ton coup final !


Ils étaient assis et reprenait leur souffle en se repassant les scènes de ce fabuleux duel. Les mains dans l’herbe, Syndrell rejeta la tête en arrière et éclata de rire.

- Tu serais surpris de me voir à l’œuvre avec un peu d’alcool dans le sang, dit-elle en s’allongeant finalement.

Voilà, elle était bien, là. Dans une flaque de soleil, le cœur encore battant d’avoir si bien dansé, la caresse du vent sur son visage et, dans un petit coin de son esprit, le rire espiègle d’une jolie marchombre aux yeux noirs. Elle ferma les yeux.


- Elles te vont plutôt bien, ces lames...

Elle s’assoupit peut-être. Ou bien alors, le temps accéléra sa course un petit moment. Sans avoir besoin d’ouvrir les yeux, elle devina que le vent avait changé : plus frais. Le jour déclinait.

Et quelque chose de léger effleurait sa joue.



__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[! Prof overbookée = rythme plus lent, désolée !]

Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel


Nombre de messages : 254
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges.

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Dim 24 Avr 2016, 21:07

Un papillon.

Narek l'observait, sans bouger, osant à peine respirer... Un papillon, délicat, aux ailes bleues, venait de se poser droit sur la pommette de Syndrell qui semblait s'être assoupie un moment pendant qu'il était perdu dans ses pensées.

Il se demandait un peu où il irait, ce qu'il ferait, maintenant...

Bon dans l'immédiat il retournerais à l'académie et verrais où il devait aller pour le prochain cours, mais... À plus long terme, il n'en avait aucune idée. Certes, il n'avait jamais vraiment sut, avant, mais au moins il avait un but général.

Maintenant, il ne savait pas vraiment, donc il avait tenté d'y penser sans se rendre compte que la marchombre dormait... Et là boom, papillon.

Il se dit que c'était la preuve de ce qu'il pensait. Les marchombres étaient vraiment des gens spéciaux.

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin


Nombre de messages : 4250
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Lun 25 Avr 2016, 00:07

- Oh…

Syndrell avait ouvert les yeux juste au moment où le papillon  s’envolait. Il avait de jolies ailes bleu qui lui tirèrent un sourire. C’était une drôle d’idée, ça, un papillon bleu sur une fille aux cheveux bleus. Et si elle avait été un papillon bleu dans une autre vie ? S’il l’avait reconnue, lui ?
Elle se dit qu’elle était peut-être encore en train de rêver.
Et se pinça pour vérifier.


- Aïe !

Pas de rêve, donc. C’était donc un vrai bisou de papillon ! Heureuse, Syndrell s’assit et s’étira comme un chat. Elle avait eu raison : le soleil avait disparu derrière les immenses tours de la ville, et ses derniers rayons se glissaient audacieusement sous la multitude de passerelles qui s’élançaient au-dessus de leurs têtes.

Narek était toujours là. Il semblait perdu dans ses pensées – l’une d’elles venait d’ailleurs de lui tirer un petit sourire – et le rouge de ses yeux s’enflammait dans la lueur vive du couchant.


- Si tu ne sais pas quoi faire de ta soirée, je te propose de m’apprendre quelques accords de guitare. Mais pas ici.

Elle se leva, souple et légère, et observa un instant les sphères de lumières qui s’allumaient tout autour d’eux.

- Joli, dit-elle simplement.

Elle s’éloigna sans se retourner.
C’était inutile.

Il était déjà près d’elle.





*




- La vue est imprenable de là-haut et après cette petite sieste, j’ai bien besoin de me dégourdir les muscles !

Le nez en l’air, Syndrell regardait le sommet de la tour de jade qui s’élevait vers le ciel. Elle posa la main sur la pierre et tourna la tête vers Narek.

- Si tu préfères grimper il y a un escalier de l’autre côté. Moi je passe par-là.

Elle le regarda quelques secondes en silence. Ce n’était pas son élève et elle ne connaissait pas son niveau mais si elle était sûre d’une chose, c’est qu’il avait quelque chose dans le ventre. Il avait berné un Mentaï deux heures plus tôt ; un écureuil bernerait-il un renard s’il n’avait pas les noisettes de le faire ?

- Alors, tu grimpes ou tu voles ?




*




Elle prenait son temps. Plaquée contre la tour, les cheveux dans le vent, Syndrell progressait sans se presser, appréciant le simple fait de sentir ses muscles trembler sous l’effort. Après une telle journée, elle en avait besoin ! Ses doigts s’accrochèrent à une anfractuosité et elle se hissa souplement. S’arrêta le temps de jeter un coup d’œil par-dessus son épaule.

Où en était Narek ?


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[! Prof overbookée = rythme plus lent, désolée !]

Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel


Nombre de messages : 254
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges.

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Lun 25 Avr 2016, 00:37

Juste derrière elle.

Car oui, le jeune homme avait choisi de voler. Et malgré son manque d'expérience sur ce genre de surface, il remplaçait ça par une imagination débordante...

Et un brin de folie, quand même. Il n'avait pas l'agilité, la rapidité ou même l'assurance de la marchombre, mais il réussissait néanmoins à la suivre de façon assez satisfaisante. Il la vit l'observer par dessus son épaule et lui piqua un clin d'oeil rouge et noir.

Il était en nage et si son manteau ne prenait pas l'eau, sa chemise de toile, dessous, s'emplissait lentement de sueur et lui apportait parfois un frisson quand une brise passait.

Prise après prise, main après pied après main, il voyait lentement leur objectif s'approcher et, d'un coup, vit apparaître la main de Syndrell qui la lui tendait pour l'aider à se tirer sur la fin.

Arrivant sur le toit avec un soupir content, l'apprenti s'étira un moment avant de passer le dos de sa main sur son front en sueur... Et d'enlever son manteau de cuir et sa chemise trempé.

Il était mieux torse nu, de toute façon. Secouant la chemise au vent un instant sans vraiment porté attention au fait qu'il venait de retirer la moitié de ses vêtements devant Syndrell, la gêne étant un concept un peu alien, pour lui.

La déposant près de son manteau, sur le sommet, un peu étroit pour s'étaler, de la tour, il entreprit de s'étirer de nouveau, largement, question de se sentir un peu moins noué, avant de prendre la guitare, qu'il avait dut retirer pour enlever son manteau, par terre puis, tout en s'asseyant en tailleur, de gratter les cordes un instant pour s'assurer qu'elle ne se soit pas désaccordé pendant l'escalade puis leva un regard vers son amie en souriant.


Alors, tu as une préférence musicale, pour ta première leçon?

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin


Nombre de messages : 4250
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Lun 25 Avr 2016, 02:40

[N'arrive pas à trouver le sommeil alors voilà : je bave.]



- Pas mal, pour un apprenti oiseau ! sourit Syndrell en tendant la main pour aider ledit apprenti à franchir la dernière étape.

Elle le laissa reprendre son souffle et s’éloigna de quelques pas pour se pencher au-dessus du vide. Ils étaient vraiment très haut, là. Cette tour surplombait d’autres tours. Elle leva les yeux et vit le soleil disparaître à l’horizon, éclaboussant le ciel de taches qui allaient du rouge vif au violet pur et qui semblaient se refléter à l’infini dans les miroirs d’Al-Jeit.

Syndrell en avait presque envie de savoir dessiner pour réaliser des choses pareilles.
Presque…

Petit pincement de cordes dans son dos. Mais Syndrell ne bougea pas parce que, comme elle ne savait pas dessiner, elle voulait au moins graver dans sa mémoire le spectacle éblouissant qui se déroulait sous ses yeux. Elle admirait le paysage et tout à sa contemplation, elle faillit ne pas entendre la question. Se retourna machinalement pour lui demander de…


- Wow.

C’était sortit tout seul. Heureusement que le ciel rouge sang lui donnait déjà des couleurs, sinon Narek irait s’imaginer des choses. Pourquoi s’imaginerait-il des choses ? Parce qu’il était torse nu ? Parce qu’il s’était assis en tailleur, sans se préoccuper ni du vide qui se trouvait à quelque pas de lui, ni du vent qui dansait dans ses cheveux ? Parce que le ciel avait la couleur de ses yeux ?

Parce qu’il était torse nu.

A cet instant précis, il se passa quelque chose d’unique et de très important. Mais Syndrell ne le réalisa pas à ce moment-là parce qu’elle n’était plus capable de formuler une pensée correcte ni d’articuler une phrase censée. Ses jambes tremblaient. L’escalade ? Ha ! Si seulement… « Mais qu’est-ce que tu fiches ? » osa demander sa conscience, comme si c’était le moment de discuter avec elle.


*J’admire le paysage…*

Elle s’assit ou plutôt, se laissa tomber un peu trop gauchement pour une marchombre. Elle tournait le dos et rata les derniers instants du soleil qui tirait sa révérence sur cette belle journée.

Mais non, elle ne manqua rien du tout.
Parce qu’elle le vit se coucher dans les yeux de Narek Liam.

Et c’était encore plus joli.





*




La corde émit un son glissant et Syndrell grimaça. Elle ignorait si un son pouvait glisser mais c’était le seul terme qui lui venait à l’esprit : elle faisait glisser les sons depuis si longtemps que le bout de ses doigts lui faisaient un mal de chien. Elle se redressa pourtant, réajusta la guitare contre son ventre, et essaya encore.

Il faisait nuit. La cité brillait doucement sous leurs pieds. Et ils étaient là, au sommet d’Al-Jeit, sur le toit du monde, en train de jouer de la guitare. Normal… Et fichtrement génial. Syndrell leva brièvement les yeux et regarda les nuages glisser tout près d’eux. Plus haut, les étoiles scintillaient doucement. Elle avait l’impression de pouvoir les toucher rien qu’en tendant la main.
Ce n’était la chose la plus folle qu’elle aurait tenté ces derniers jours.

Son glissant, nouvelle tentative.
Elle était déterminée à réussir cet enchaînement d’accords. C’est ainsi qu’elle avait réussi à jouer de la flûte : en persévérant jusqu’à n’en plus pouvoir, et bien au-delà encore ; renoncer n’était pas dans ses projets et Narek devait le savoir aussi bien qu’elle : elle ne descendrait pas de cette tour avant d’avoir réussi.

Le vent joua avec ses cheveux détachés, fit tomber une mèche devant ses yeux. Elle souffla pour s’en débarrasser, ses yeux dorés fixés sur la position de ses doigts sur les cordes. Etonnant de se dire qu’elle savait crocheter une serrure en moins de dix secondes avec une simple épingle à cheveux quand elle ne parvenait pas à réaliser cet acc…

Son glissant.

Elle s’interrompit et émit un claquement de langue agacé.


- Je n’y arrive pas, admit-elle dans un souffle dépité.

Il lui manquait quelque chose, c’était évident – mais quoi ? Perplexe, elle leva les yeux et croisa le regard de Narek. Peut-être que s’il lui montrait encore, elle comprendrait comment mieux placer ses doigts…


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[! Prof overbookée = rythme plus lent, désolée !]

Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel


Nombre de messages : 254
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges.

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Lun 25 Avr 2016, 03:25

L'apprenti était tout sourire quand Syndrell avoua enfin ne pas y arriver... Demande d'aide, donc et son erreur n'était pas énorme, c'était même une erreur très commune. Tendant la main, il prit la guitare qu'il colla sur son ventre, le bois lui tirant un frisson un moment quand il entra en contact avec sa peau... Parce que oui, bon, il était à moitié assis sur ses affaires alors au diable la fausse pudeur hein, puis reprit l'accord un instant, en enchaînant quelques autres pour faire un rythme entraînant avant de s'arrêter sans regarder les notes une seule fois.

Il y a une raison très simple au fait que tu n'y arrive pas, tu te concentre trop sur la note...

Sur un luth, je te dirais de continuer ainsi, mais une guitare a des ''frets'', ces petits morceaux de bois formant des rectangles tu vois..?

À chaque note, tu hésite, observe tellement ce qui ce passe en haut, sur les frets, que tu en oublie ce qui ce passe en bas, sur les cordes. Ressent les notes, au lieu de les chercher. Après quelques essais, tu sauras par habitude où placer tes doigts, dans les carrés, pour avoir la note exacte, au début compte simplement les carreaux que tu passe. Trois vers le haut à partir de la première note, puis quatre en bas et deux en haut, c'est une simple suite, trois H quatre B et deux H. Ensuite, il faut juste t'assurer de bien gratter les cordes et tu joueras ça en dormant sans difficulté!


Évidemment c'était plus facile à dire qu'à faire, mais la jeune femme essaya... Et trouva bientôt le truc, ça ce voyait dans le mouvement de ses mains, plus assurés tout en étant plus détendus. Elle ne jetait plus que quelque regards à ses doigts, sur les cordes, et le son glissant était devenu un son doux, harmonieux. Lentement, la mélodie naquit sous ses mains alors qu'elle même sembla d'abord surprise puis souriante...

Elle procurait la musique, Narek donna les paroles...

Échange.


~~~

Je te donne mes notes,
Je te donne mes mots,
Quand ta voix les emportes à ton propre tempo.

Une épaule fragile et solide à la fois,
ce que j'imagine et ce que je crois...

Je te donne toute mes différences,
Tout ces défauts qui sont autant de chance.
On seras jamais des standards,
Des gens bien comme il faut...

Je te donne ce que j'ai, ce que je vaux.

~~~

Échange...

Car c'était ça, au fond. Ils échangeaient un peu comme l'hors de leur combat, mais cette sensation là, le jeune homme le savait. Ils se donnaient l'un l'autre chaque note, chaque mot, chaque expression sur leur visage, chaque regards...

Doré et rouge dans une mer de noir.

Un échange musical, plus tôt ils avaient appris à se connaître de façon plus ''physique'', en se battant, mais cette fois c'était leur âmes, dont il donnaient un aperçut à l'autre.

C'était un sentiment indescriptible qui rendait beaucoup de gens gênés, leur donnaient ''le trac''. Mais lui, il adorait cette sensation. Un véritable échange où ils apprenaient le rythme, l'un de l'autre. Il ressentait celui de Syndrell dans chaque note alors qu'elle augmenta le tempo légèrement, prenant de l'assurance avec la suite de notes. Énergique, espiègle, amusé, amusant...

Mais par dessus tout, libre. Libre de tout.

Et cette notre de liberté, il la connaissait très bien, car elle résonnait dans sa voix, dans son rythme, à lui aussi. Les voyages, des années sur les routes à chanter, la liberté, l'amour de la vie, ses défauts et ses qualités...

Il mit chacun de ces détails dans la mélodie qui sortait de sa gorge. Un moment unique, dans un endroit unique avec une personne unique.

Quand tout se tût, il posa la main à son coeur en hochant la tête légèrement.

Remerciement silencieux pour un moment, un échange, merveilleux.


HRP:
 

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin


Nombre de messages : 4250
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Lun 25 Avr 2016, 18:46


"Observe, jeune apprentie. Observe et apprend.
Comprend."




*


- Il y a une raison très simple au fait que tu n’y arrives pas, tu te concentres trop sur la note…
- Bien sûr que je me concentre ! Comment réussir cet enchaînement complexe, sinon ?


Elle était frustrée d’échouer mais surtout, elle était frustrée parce que lui, il restait très calme. Son sourire se devinait dans sa voix, pourtant il n’avait pas l’air de se moquer d’elle. Il n’oserait pas… non ?

- Sur un luth, je te dirais de continuer ainsi, mais une guitare a des « frets », ces petits morceaux de bois formant des rectangles, tu vois… ?
- Oui. Et je les sens sous mes doigts, aussi. Mais je ne vois pas ce que…
- A chaque note, tu hésites, observe tellement ce qui se passe en haut, sur les frets, que tu oublies ce qui se passe en bas, sur les cordes.


Syndrell fronça les sourcils. Trop concentrée donc trop hésitante ? D’accord, elle voulait bien l’entendre, mais elle ne voyait pas comment empêcher ses notes de… glisser. Quittant des yeux un bref instant les mains du jeune homme, elle observa les lignes des muscles de son torse. Et perdit le fil de la conversation. Elle cligna des yeux et réorienta son regard aussitôt.

- … il faut juste t’assurer de bien gratter les cordes et tu joueras ça en dormant sans difficulté !

D’accord. Quoi ?

La marchombre récupéra l’instrument d’un air soudain absent. Son cerveau un petit peu long à la détente venait de repérer quelque chose, des mots prononcés par son maître de musique improvisé… ou par son maître tout court ?

"Ressent les notes au lieu de les chercher."


- Ressentir, murmura-t-elle en laissant sa mémoire s’ouvrir à un souvenir.


"Syndrell, ne tente pas de découvrir la rivière avec la raison, c’est de l’instinct, c’est de l’émotionnel…"


De l’émotionnel.

Elle posa les doigts sur les cordes et se mit à jouer dans l’air frais et léger de la nuit.






*





Les paroles de Narek s’enroulent avec ses notes. Des notes qui ne glissent plus mais qui résonnent doucement dans le silence nocturne, en accord parfait avec les battements d’un… non, de deux cœurs qui apprennent à se connaître.

Et qui se donnent.






*





Le silence était revenu depuis un moment déjà. Ils étaient allongés sur le toit. Lui dans un sens, elle dans l’autre, de sorte que seules leurs têtes étaient côte à côte, et la guitare était posée près d’eux.

Syndrell observait le dessin des étoiles. C’était quelque chose qu’elle aimait faire depuis toute petite ; admirer les constellations les plus grandes et chercher les plus petites, suivre la course d’une étoile filante, noyer son regard dans le lac changeant de la voie lactée. C’était pour elle une façon de s’évader, de vivre hors du temps pendant un petit moment.


- Là, regarde, dit-elle en levant le bras pour pointer une zone du doigt. On peut distinguer la queue du Paon. Et juste en-dessous, il y a le Serpent à deux têtes.

Les principales constellations étaient relativement simples à trouver, mais Ciel avait passé plusieurs nuits à dévoiler les autres, moins connues, à la jeune femme. Elle avait alors eu la sensation qu’il lui transmettait un savoir, un héritage qu’elle appréciait de transmettre à son tour. La clé du ciel pour apprendre à lire les étoiles…

- Et là-bas, tu vois la courbe ? On l’appelle l’Ellipse d’Aries. J’ai lu un jour, dans un des livres de la bibliothèque de mon colocataire, que sa légende serait liée à celle de la Dame et du Dragon. D’ailleurs, l’aile du Dragon la frôle sur la gauche tandis que cette forme ronde, à droite, représente la tête de la Dame... Oh, et ici c’est la constellation du Barde.

Il y eut un bref silence vaguement ahuri sur les bords… et Syndrell éclata de rire.

- Bon, d’accord, celle-là je viens de l’inventer. Mais tu ne trouves pas que les étoiles du bas ont la forme d’un luth ?

Elle pencha soudain la tête sur le côté.

- Hum… non, en fait vu sous cet angle on dirait plutôt un hippopotame.

Et voilà comment naquit, dans l’imagination fort débordante de la marchombre, la constellation de l’Hippopobarde.


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[! Prof overbookée = rythme plus lent, désolée !]

Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel


Nombre de messages : 254
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges.

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Lun 25 Avr 2016, 19:20

Une lute hippopotame? Ou un hippopotame qui joue du luth? Tu imagine un peu, le gros hippopotame debout sur deux pattes qui tente de jouer du luth?

Cette pensé tira un petit rire au garçon, qui adorait ce genre de chose, les étoiles étant une chose souvent utilisés de façon poétique, les connaitre par leur noms lui donnait l'impression de presque en faire partit, de cet arrangement de points brillants portants sur l'infini. Et il devait avouer que partager ce moment avec la marchombre lui plaisait beaucoup. Son savoir accompagné de sa soif de connaissances étaient rafraîchissants, vu le nombre de gens dans le monde qui se contentaient de porter des oeillères pour ne jamais étendre le rayon de leur connaissance, étendre la porté de leur savoir et de leur vie.

Peut-être que le spectacle lui dénoua la langue, peut-être que l'atmosphère aida, il ne savait pas trop, mais une phrase sortie de ses lèvres toute seule.


Merci, pour l'autre jour...

Comprendrait-elle qu'il la remerciait pour ne pas l'avoir repoussé en apprenant son passé ou penserait-elle qu'il la remerciait simplement pour lui avoir montrer le magasin d'armes?

D'une façon ou d'une autre, il ne se sentait pas le besoin de préciser. Ça aurait put tuer un peu la magie du moment, aussi...

Un instant plus tard, il pointait une file d'étoiles semblant représenter des vagues desquelles sortaient quelque chose.


Celle là, c'est quoi son nom? La constellation de la loutre?

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin


Nombre de messages : 4250
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Mar 26 Avr 2016, 01:05

- L’Azureus Lutrinae, répondit Syndrell dans un sourire amusé. Le seul spécimen de loutre bleu jamais répertorié en Gwendalavir…

La loutre étoilée lui fit un clin d’œil scintillant. Alors, Syndrell soupira doucement. Elle était bien, là. Elle se demandait si Narek appréciait lui aussi ce moment un peu étrange mais très reposant. Après le duel, l’escalade et l’apprentissage de la guitare, détendre tous ses muscles en discutant avec un ami était un vrai délice.

Il l’avait remercié entre deux plaisanteries, comme pour en noyer le sérieux et tout ce qui s’y rapportait de trop mélancolique. Elle n’avait rien dit, préférant le laisser se perdre dans les étoiles plutôt que dans de tristes souvenirs, mais la douleur récente du jeune homme ne lui était pas indifférente.

Après quelques instants de silence, elle roula sur le côté et se redressa sur un coude, calant son menton dans sa main. De nuit, les yeux de Narek semblaient noirs.


- Un vieil ami m’a transmis une phrase que je garde sous le coude pour les jours où le moral s’en va trop bas dans les chaussettes.

Elle ferma les yeux, une seconde, juste le temps de retrouver dans sa mémoire l’écho d’un timbre grave et chaud.

- « Hier est derrière, demain est mystère mais aujourd’hui est un cadeau, et c’est pour cette raison qu’on l’appelle le présent ».

C’était une façon de lui montrer que, quoi qu’il se passe, il y aurait toujours une étoile pour y déposer ses soucis. Ou bien un instrument pour jouer la musique de sa vie. Que le monde continuait de tourner et qu’il fallait que lui, il continue d’avancer. C’était comme ça, et elle n’y était pour rien, au fond.

- Je suis sûre qu’elle n’était pas de lui en plus, marmonna-t-elle, faussement vexée, avant de soupirer. Narek ?

Elle attendit qu’il ait tourné la tête vers elle pour formuler sa question.

- Tu veux qu’on fasse quoi, maintenant ?

Il y eut trois secondes de flottement avant qu’elle se morde là lèvre, sidérée d’avoir laissé échapper une interrogation aussi… ambigüe.

- Je veux dire, si tu n’es pas fatigué on peut encore aller boire un verre quelque part. Ou manger quelque chose, avec un peu de chance. Pour ma part, le pain au raisin est déjà digéré depuis longtemps.

C’était curieux, mais Syndrell n’avait pas envie de quitter Narek maintenant. Elle appréciait sa compagnie un peu décalée, comme si ce garçon vivait en marge du monde depuis trop longtemps pour s’y être parfaitement accommodé. Alors elle pinça les lèvres pour s’empêcher de lâcher d’autres boulettes et attendit sa réponse.

Un drôle d’espoir au fond des yeux.


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[! Prof overbookée = rythme plus lent, désolée !]

Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel


Nombre de messages : 254
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges.

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Mar 26 Avr 2016, 01:40

Le jeune homme se gratta le crâne un instant... Il connaissait bien un ou deux établissements pas mal, mais justement, il les connaissait. Ce qui voulait dire qu'on lui demanderais probablement de chanter ou de jouer pour son repas ou sa chambre s'il en prenait une, plutôt que de payer...

Ça pouvait être bien, mais là il ne voulait pas non plus brisé cette soiré comme ça, et puis il n'était plus barde, il était marchombre. Et surtout, il avait les poches pleines, alors pas besoin de sauver son argent ou son or! Le nom d'un endroit qui lui avait été recommander mais qu'il n'avait jamais essayer lui passa par la tête.


Et une pizza, ça te vas?

~~~

L'endroit était somme toute assez normal, si ce n'était que le menu ne comportait que de la pizza. Un nombre incalculable d'ingrédients était listé et l'on choisissait ceux que l'on voulaient et ça décidait du prix final. Surpris devant le fonctionnement autant que par le nombre d'ingrédients, l'apprenti leva un regard vers son amie bleue.

Je paye et tu choisie? Parce que moi je m'y perd, dans ce menu!

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin


Nombre de messages : 4250
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Mar 26 Avr 2016, 09:49

Le triangle fondant s’approcha de ses lèvres et elle referma les dents pour croquer la pointe. Ferma les yeux pour mieux contenir la vague de plaisir que cette seule sensation lui procura.

Gémit de bonheur.


- Mmmh, par la constellation de l’Hippopobarde, c’que c’est bon !!

Syndrell rouvrit les yeux pour plonger son regard lumineux dans celui de Narek. Il était assis en face d’elle et dégustait lui aussi la pizza dont elle avait choisi au hasard quelques ingrédients. Elle ne connaissait pas la moitié d’entre eux mais une chose était sûre : c’était un délice ! Affamée – le pain au raisin qui constituait son seul repas de la journée n’était plus qu’un lointain souvenir – et gourmande, elle mordit à nouveau dans sa part, avant de se caler contre le dossier de sa chaise pour regarder tout autour d’elle.

L’auberge choisie par Narek était simple mais accueillante. C’était un endroit sans prétention, chaleureux dans sa sobriété qui mettait à l’aise. Il faisait bon y venir avec des proches pour célébrer un événement, ou tout simplement passer un bon moment en agréable compagnie. Il n’y avait plus grand monde, à cette heure de la nuit.

En réalité Syndrell et Narek étaient les derniers clients qui s’attardaient encore dans la petite salle à manger. Le gérant, un grand échalas blond comme les blés et curieusement peu causant, s’était contenté de regarder tour à tour les deux jeunes gens lorsqu’ils avaient timidement demandé une table. Son regard s’était perdu un instant dans les reflets d’une chevelure bleue, puis avait croisé des yeux d’un rouge étonnant.

Et, sans un mot, il s’était détourné pour rallumer le feu dans son fourneau.
Syndrell avait choisi une petite table dans le fond de la pièce, près d’une étagère qui soutenait quelques livres de cuisine et deux ou trois bibelots ; une petite figurine de verre qui représentait une danseuse exécutant une gracieuse pirouette lui rappela Eole et lui tira un sourire. Elle se promit d’emmener un jour son amie dans cet endroit où l’on faisait, selon elle, les meilleures pizzas de l’empire.

Elle n’était pas particulièrement connaisseuse, en réalité. La dernière fois qu’elle en avait mangé une, c’était lorsque Ciel avait voulu fêter un genre de promotion qu’il avait obtenue au Dôme. Elle n’avait pas eu le temps de terminer la sienne ; trop audacieux en ce jour de fête, Ciel avait commandé une pizza extrêmement épicée qui lui avait presque fait cracher des flammes, et l’avait rendu malade…

Syndrell cligna des yeux. La lueur vacillante des bougies qui illuminaient seulement leur table pour laisser dans l’ombre le reste de la salle faisait danser des étoiles dans l’or pur de son regard. Celui de Narek tirait sur le orange. C’était bien la première fois qu’elle voyait quelqu’un avec des yeux qui reflétaient si bien le rouge. Mais comme elle devait être sa première fois en matière de cheveux bleus, elle haussa les épaules ; ces détails physiques qui pouvaient parfois gêner certains n’était qu’un coup de crayon dans le dessin qui les représentait véritablement. Un trait de couleur unique pour des personnalités plus uniques encore…


- Où as-tu appris la musique ? demanda-t-elle en revoyant dans sa mémoire les mains danser sur les cordes de la guitare. Existe-t-il une école pour barde dans cet empire ?

Curiosité était de retour.

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[! Prof overbookée = rythme plus lent, désolée !]

Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel


Nombre de messages : 254
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges.

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Mar 26 Avr 2016, 22:16

Je ne crois pas, non. J'ai tout appris en tuteurage avec un maître.

Il m'apprenait, moi je tabassais les emmerdeurs et les brigands, c'est comme ça que j'ai appris à me battre à mains nues.


Et aussi en continuant à jouer, seul, mais ça, le jeune homme considéra que ce n'était pas tout à fait la question. Et puis il avait trop faim pour s'occuper de ça quand il avait une merveilleuse pointe de pizza devant lui!

Mordant à pleine dents dans le morceau, le jeune homme goûta un moment chaque ingrédient... C'était un peu étrange et il ne connaissait pas tout les goûts, mais c'était bon donc il préférait peut-être ne pas les connaitre.


Alors, à part cette merveilleuse pizza, puis-je t'inviter pour la nuit..?

En fin, je veux dire t'inviter ici, comme dans je paye ta chambre, tu sais euh...


Voilà ce que ça donnait, d'être doué avec les mots. Il voyait un double sens là où il n'y en avait pas et, après un petit instant de malaise, il éclata de rire, un peu gêné, chose rare pour lui.

Il fallait dire que s'il était sociable, il était rare qu'il passe aussi longtemps avec la même personne, à parler. La plupart des gens écoutaient sa musique, échangeaient trois phrases puis partaient. C'était bien, d'avoir une nouvelle amie, mais c'était chose rare.

D'où son malaise... Et sa gêne stupide. Le fait qu'il s'agisse d'une fille plutôt jolie n'aidait pas, se dit-il avant de se foutre un paquet de 50 claques, elles étaient en soldes, mentalement. Voilà, son cerveau partait en vrille, et poof, paquet de conneries. C'était une chose que Lyra savait, à l'époque, et lui avait souvent dit d'améliorer, mais difficile, avec d'autres.

Parce que oui, il n'avait pas vraiment de contacts courants, du coup il était pas habitué aux conversations approfondis et--

Et il pensait trop, encore.


Bref... Je demande une chambre seulement, ou deux?

...Et cette fois, il ne vit même pas le double sens possible.

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin


Nombre de messages : 4250
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Mer 27 Avr 2016, 00:37


- Il ne reste qu’une seule chambre de libre, en fait…

Syndrell mit sa main devant la bouche pour cacher son rire. L’embarras soudain de Narek, alors qu’ils étaient à table, l’avait déjà amusée mais là, c’était si drôle qu’elle dut s’asséner une claque mentale pour reprendre un peu ses esprits. Après tout, ce n’était pas comme si elle ne s’était pas posé la question, elle aussi…

- On va s’en accommoder, dit-elle en attrapant la clé de la chambre.

Elle monta les escaliers avant que Narek ait le temps de changer d’avis.

Ou bien elle, de se remettre à penser trop sérieusement.





*



Syndrell n’était pas particulièrement pudique mais, par respect envers son ami, elle remonta le drap jusqu’à son menton pour ôter ses vêtements. Elle ne garda que ses sous-vêtements ; comme si la situation n’était déjà pas assez… délicate comme ça, il faisait une chaleur étouffante dans la chambre. Le soleil avait cogné toute la journée.

Quand elle réalisa que Narek était en train de dire quelque chose, et qu’elle ne comprenait pas un strict mot parce qu’elle était trop occupée à loucher de nouveau sur les lignes de son torse, la marchombre se roula en boule de son côté du lit. Dos au jeune homme. Mieux valait qu’elle évite de le regarder, en fait. Voilà. Pas regarder-pas toucher, comme ça elle pouvait continuer de discuter.

Elle aimait parler. De ce qui lui traversait l’esprit, de ce qu’elle aimait dans la vie, de ce qu’elle rêvait d’accomplir ; elle lui dit qu’elle trouvait le matelas confortable mais l’oreiller beaucoup moins, qu’elle aimait inventer de nouvelles constellations et qu’elle rêvait de marcher un jour sur un arc-en-ciel. Elle ne lui dit pas qu’en dépit de la moiteur de la chambre elle appréciait de sentir sa chaleur dans son dos, qu’elle aimait ses mains et qu’elle rêvait de les sentir sur sa peau.

Et puis ses yeux papillonnèrent. Lutter contre le sommeil après une telle journée devenait difficile. A moitié endormie, elle sourit.


- C’est la première fois qu’on « m’invite pour la nuit »… J’aime bien.

Ses rêves la rattrapèrent.
Elle s’endormit.





*




Tou-doum. Tou-doum. Tou-doum.

Syndrell fronça les sourcils sans se réveiller vraiment. Drôle de son. Drôle de sensation, aussi. Elle finit par ouvrir un œil, remua doucement… se figea soudain en réalisant où elle se trouvait.

Dans les bras de Narek.

Elle avait la tête posée sur son torse et le tou-doum qui l’avait tirée du sommeil, c’était les battements lents et réguliers de son cœur. Nom d’un criquet fou, comment était-elle arrivée là ? Se pouvait-il que… ? Elle se tortilla le plus délicatement possible et vérifia que ses sous-vêtements étaient bien là. C’était le cas. Donc ils n’avaient pas…

Ils n’avaient pas.

Syndrell déglutit lentement. Elle crevait littéralement de chaud. Elle voulut se dégager de l’étreinte de Narek, mais il avait les bras passés autour d’elle et il dormait profondément. Flûte.

… flûte ?

Elle cessa de gigoter et reposa son oreille sur la poitrine du jeune homme. C’était très étrange. Elle n’y avait pas pensé avec Tsukia, parce qu’elle n’avait pas ressenti les mêmes sensations, mais là, alors qu’elle sentait la musculature toute masculine de Narek autour d’elle et que son odeur emplissait ses narines, Dolce s’accapara son esprit.

Elle fronça les sourcils, perplexe. Elle n’avait pas l’intention de culpabiliser, sa vie lui appartenait et ce qu’elle y faisait aussi. C’était probablement se voiler la face et devenir lâche, mais voilà, Dolce n’était pas là. C’était Narek qui dormait contre elle. Un marchombre étonnant, plein de promesses et de surprises.

Syndrell ne s’était pas rendue compte qu’elle traçait distraitement des arabesques du bout de ses doigts sur le ventre du musicien. Mais elle le sentit soudain frémir sous sa main, puis remuer.

Il était réveillé !


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[! Prof overbookée = rythme plus lent, désolée !]

Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel


Nombre de messages : 254
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges.

MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   Mer 27 Avr 2016, 01:37

Le ciel bleu était si beau en cette journée. Grattant quelques cordes de son luth, le jeune homme souriant s'arrêta et leva la main en voyant arriver ses deux amis.

Lyra! Ils arrivent!

Aucune réponse... Pas un mot, pas un son. Se demandant ce qui n'allait pas, le barde entra dans la maison en bois, son sourire disparaissant alors qu'il découvrait l'endroit complètement bordélique, s'approchant en courant du corps blond inerte au centre de la pièce, un bébé entre les bras.

Pleurant des larmes de désespoirs il retourna la jeune femme, découvrant une plaie béante sur son cou, des yeux vitreux alors qu'elle s'étouffait sur son propre sang. Il ne pouvait rien faire, lui qui disait être libre et avoir toute la force nécessaire pour garder cette liberté, il ne pouvait rien faire.

Sauf se réveiller.

Les yeux claquants ouverts, la respiration rapide, l'apprenti prit un moment à se replacer... Ah oui, Syndrell, ils avaient passer la journée ensemble, il ne restait qu'une chambre alors ils avaient... Prit le même lit.

Bon, pas de quoi en faire tout un plat, il n'était pas pudique et vu qu'elle était dans ses--

Dans ses bras... L'avait-il entouré dans son sommeil? Bon limite elle comprendrait, la dernière fois qu'il avait dormis dans le même lit que quelqu'un c'était Lyra, donc oui, il la prenait dans ses bras... En fait elle avait la même position, la tête sur son coeur. Ah, c'était peut-être ça, il dormait encore, en fait, c'était un rêve où elle vivait et faisait des...

Mais c'était quoi ça? Elle ne tournait jamais son doigt comme ça, sur son ventre, c'était nouveau ça...

Et soudain il se raidit légèrement. C'était nouveau parce que ce n'était pas un rêve, c'était Syndrell... Avait-elle mal interprétée son bras? Où alors était-ce lui qui interprétait mal son propre corps, ses propres réactions? Bon il était attiré par elle, évidemment, elle était belle, unique, avec un regard hypnotisant, un toucher comme le velours, une voix comme le miel...

Qui n'aurait pas été attiré? Un fou, peut-être. Ou alors un homosexuel... Et encore. Bon, alors quoi. Il chantait des chansons sur le sujet de l'amour de passage d'un héro quelconque tout les jours...

Mais il n'était pas un héro, et ce n'était pas vraiment de l'amour, ça, si?

Bon il devait dire un truc, parce qu'elle savait qu'il était éveillé c'était sûr, alors soit il disait un truc, soit il se rendormait bien doucement et il ignorait s'être réveiller. Et puis il n'était pas ce genre de mec, à courir les jupons d'un soir, il avait plus de principes que ça, ou du moins il aimait à penser qu'il en avait.

Seulement son cerveau ne réussissait pas à créer un truc poétique et surtout rien de cohérent. La dernière chose qu'il lui avait dit, c'était ''bonne nuit'' il ne pouvait pas refaire le coup, si?Sa vois à elle commença à s'élever un instant, ce qui l'agaça un peu. Il était prit en pensées là, alors chut.

Non mais sérieusement, il était pas le genre de mec à faire de la chansonnette puis à apprendre un peu la guitare à une fille pour lui payer le repas, une chambre et allez hop je me réveille et t'embrasse, question de foutre ça en branle. Il avait du style, quand même il ne--

Ses yeux s'ouvrirent grands quand il remarqua. Il avait la main derrière la tête de Syndrell et les lèvres contre les siennes... Il avait voulu qu'elle se taise, mais il n'avait ni penser ni compris que son corps avait réagis ainsi pour l'empêcher de continuer! Virant au rouge le plus profond en un instant, il se décolla comme si les lèvres de la jeune femme étaient des braises ardentes ce qui était vrai, pour lui et se recula autant qu'il put, considérant que son bras était encore sous l'épaule de la marchombre.

Du coup, son mouvement de recul avait eu l'effet de l'emporter elle aussi, la glissant sur le matelas, qui, dut à la force du déplacement, les rapprochas encore passablement assez, rouge et noir pointés droit dans des puits d'or...

Il voulait s'excuser, dire qu'il n'avait pas penser... Mais là non plus, il ne pensait plus vraiment. Sa voix était prise dans sa gorge, les phrases dans son cerveau et ses yeux dans des disques d'or. Manque de bol, il ne réussissais pas à s'expliquer, à formuler une phrase à sortir. Son cerveau était monochrome, en mode ''arrête de penser'' alors qu'il en avait le plus besoin, pire, pour se retenir l'hors du déplacement soudain, Syndrell avait utilisé sa main... Qui avait rejoins un endroit pour le moins gênant de son anatomie, vu son... état. En fait, quand il réussis à ouvrir la bouche, il tenta bien de poussé un son quelconque, de trouver quelque chose mais...


Yippy kaï yay...

Mais une imbécillité du dernier ordre fut ce qui sortit. Elle sembla sur le point de réagir, ce qui lui faisait plus peur que d'affronter une horde de ces ''mentaïs'' accompagnés de Ts'liches, sur le coup, et il tenta de la faire taire, se trouva à l'embrasser de nouveau, ce qu'il appréciait beaucoup trop pour qu'il considère que ce n'était qu'un reflex stupide comme les autres, et à se décoller à nouveau en tentant de gesticuler une excuse qui ne sortit pas de ses lèvres.

Il avait chaud. Pour deux raison... Son sang allait vers son visage, d'abord, et aussi parce que son sang allait vers...

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[-16] Nous sommes rois de nos rêves bleus (PV Syndrell)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Nous sommes tous des enfants, il n'y a que le prix des jouets qui change
» Tout nous sépare et pourtant, nous sommes si proche. [PV] TERMINE
» Nous sommes complet pour le tirage
» Nous sommes tous devenus des fous au service de Dieu ♛ Calixte [VALIDEE]
» Nous sommes sept...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Jeit-
Sauter vers: